Ce RIC là est trop RAC dans l’État où y nous ont mis !

NI MACRON

NI PERSONNE !

Page 64 de L’ESSENTIEL de RÉSISTANCE 71 de 2010 à 2018, en version PDFLes quatre piliers d’une résistance collective efficace au Nouvel Ordre Mondial et publié par Résistance 71 le 3 Juillet 2014

  • Réécrivons citoyennement la constitution. De loin l’approche la plus positive que nous ayons vu, mais qui à notre sens ne pourrait fonctionner qu’en tant que texte fondateur d’une confédération de communes libres. Sans abandonner l’État, coercitif et anti-réformiste par essence et par construction, une telle initiative est vouée à l’échec, car l’État ne validera jamais une réécriture citoyenne de la constitution (NdJBL : ou le RIC), c’est l’évidence même. Il faut d’abord sortir de l’État, pour ce faire une seule solution : le détruire, car il ne laissera rien lui faire de l’ombre… N’oublions jamais que l’État n’est que l’outil coercitif de l’oligarchie, qui avec le temps est devenu le gardien du statu quo.

Destituer un clampin à Macron pour le remplacer par un autre clampin X, Y ou Z(éro) ?

Même avec un Gilet Jaune, ancré dans un système étatique plus ou moins fort ou centralisé, aucune de ces solutions ne remet en cause la hiérarchie, la pyramide du pouvoir, le consensus du status quo oligarchique. C’est pourtant cela qu’il faut non seulement briser, mais empêcher qu’il puisse revenir, non ?

Le RIC en l’État n’est qu’une réforme de plus d’un système au-delà de toute rédemption !

Le RIC reste dans le carcan étatique, c’est une rustine sur une chambre à air poreuse, un cataplasme sur une jambe de bois, et si le principe, en lui-même est bon, il faut l’appliquer à des assemblées populaires HORS ÉTAT. Nous n’avons pas besoin de « législatif » et quand Étienne Chouard, par exemple, parle, fort bien, de « problème législatif » il reste dans le cadre de l’État. Or, la société des sociétés, telle que nous la voyons, est au-delà de cet ‘engoncement’ étatique et elle offre la seule démocratie possible, celle de la base, non centralisée, qui décide et se fédère !

Le tract entier et au format PDF distribué par les Gilets Jaunes en action au Tripode de Bordeaux – CHU PELLEGRIN le 10 janvier 2019

Le RIC, à mon sens, est un réformisme et surtout un piège politique, car il nous enferme toujours dans l’ineptie de la contrainte institutionnelle et croire que les gouvernants laisseront des réformes significatives se produire ; N’est-ce pas encore croire au Père Noël ?

Au mieux, Macron & Tout son orchestre plus quelques opportunistes diront oui mais pour mieux contrôler l’affaire, et on le voit bien, avec la « reprise en main » de Macron qui nous envoie une lettre, que nous lirons peut-être si nous avons le temps ; Puis ils vont te nous diluer tout ça dans un tissu législatif qui finira par lasser tout le monde, et la plupart laisseront tout tomber…

Y compris les référendums, s’il y en a, rien n’est moins sûr, qui seront de toutes façons toujours bafoués (rappelez-vous le Référendum de 2005) quand et comme ça arrange les oligarques.

Pour instituer un tel système, il nous faut d’abord abattre l’ancien, le rafistolage ne sert à rien, ce n’est que reculer pour mieux sauter.

La question cruciale, actuellement, vu le niveau de répression installé par ce pouvoir dominant, oppresseur est COMMENT on le fait tomber en évitant le bain de sang vers lequel on nous pousse et sans donc retomber dans l’antagonisme à l’œuvre depuis des millénaires ?

Comment on rallie à nous les policiers et les militaires de France et de Navarre ?

Comment on les convainc de désobéir aux ordres de ce pouvoir oppresseur et répresseur qui est maintenant, clairement, d’éliminer tous les Gilets Jaunes, puis ensuite, ceux qui oseront encore les soutenir ? [NdJBL ► Lire l’appel aux polices et armées du Monde à ce tenir CROSSES EN L’AIR aux côtés de tous les peuples opprimés de la Terre]

Un début de piste, sérieux, avec cette ;

Lettre ouverte au technicien de surface financier qui occupe temporairement l’Élysée et à tous les larbins de la marchandise qui voudraient le soutenir ou le remplacer…

Par le Collectif humain sans étiquette (transmis par F. Cousin) ce 15 Janvier 2019, en version PDF ► Lettre ouverte au technicien de surface financier

Via Résistance 71

Un spectre hante l’Europe et d’abord la France : le spectre de la révolution d’une vraie vie humaine débarrassée de toutes les obligations de la tyrannie marchande. Toutes les puissances du vieux monde de l’oppression se sont unies en une Sainte-Alliance pour traquer ce spectre : les diverses cliques de toutes les gauches et de toutes les droites, les réformistes de tout acabit et les policiers de tous les services. Il en résulte un double enseignement.

Déjà le mouvement des Gilets jaunes qui porte en lui la dynamique montante d’une colère in-subordonnable est reconnu comme une puissance terriblement dangereuse par tous les gangs gouvernementalistes qui entendent maintenir le règne de l’exploitation économique et du mensonge politique.

Il est donc grand temps que des hommes d’intransigeance exposent à la face du monde entier, la véritable signification du séisme actuel ; qu’ils opposent aux contes et boniments des politiciens, syndicalistes, journalistes, artistes, sociologues, flics, juges, publicitaires et autres parasites sociaux de toutes sortes une claire déclaration du mouvement lui-même.

C’est à cette fin que nous, simple expression anonyme parmi d’autres du prolétariat universel en soulèvement d’histoire – c’est à dire des humains privés de tout pouvoir sur leur existence asservie par l’argent et venant de tous les territoires ouvriers, paysans ou artisanaux écrasés par la crise généralisée du capitalisme mondial – avons rédigé la Lettre ouverte suivante. Celle-ci vient signifier que la force spontanée des Gilets jaunes va continuer d’avancer afin de contrecarrer les nombreux pièges que ne cesse de lui tendre le pouvoir du spectacle de la marchandise lequel est d’ailleurs condamné à tomber à mesure que va s’effondrer l’ordre économique international de l’illusion qui le fonde.

Alors que la crise totale de la mystification mercantile ne peut que partout se poursuivre, l’État intervient massivement pour toujours renforcer ses batteries de mesures sécuritaires et anesthésiantes …Une frénésie qui dénote la peur et l’impuissance d’une mafia aux abois et qui est ici couronnée par la tentative d’endormissement du baratin propagandiste et des causeries sous contrôle pour distraire et gagner du temps…

Emmanuel Macron, affligeant représentant de commerce de l’OTAN et des diktats de l’Europe américaine de Bruxelles, petit commis inculte des privilégiés métropolisés du mondialisme de la marchandise vient aujourd’hui de nous pondre une pitoyable bafouille totalement creuse et affligeante supposée endiguer la désobéissance de la France périphérique du prolétariat infiniment méprisé. Le dérisoire ancien associé-gérant de la banque d’affaires Rothschild & Cie nous presse ainsi d’accepter un système social d’obéissance rénovée en nous implorant d’aller nous perdre en de multiples bavardages insipides et grotesques. Mais il a cependant raison sur un point ; La France n’est pas un pays comme les autres… En effet, elle est l’éclaireur de la lutte de classe internationale qui voit s’opposer depuis des lustres les insurgés de la vie aux gestionnaires de la fausseté généralisée. Et dès lors, cette France communarde de la longue histoire, avec un mépris total pour le « grand débat national » de la manipulation qui nous propose d’être esclaves autrement, va prouver à tous qu’elle sait faire la différence entre le chemin de la parole insoumise et celui du jacasser servile. C’est pourquoi la France réfractaire refusera de perdre son temps à discutailler avec les représentants de l’oppression…

L’immense tremblement de terre historique que nous connaissons aujourd’hui et qui a déclenché la panique répressive du pouvoir qui s’affirme désormais publiquement comme le parti policier de l’ordre capitaliste en décomposition a démontré que l’offensive sociale ne doit pas se contenter de cibler les marionnettes mises aux commandes de l’État par les multinationales du rendement et du saccage. Tous les successeurs appliqueraient à quelques degrés près, les mêmes politiques d’escroquerie et de prédation. C’est le système de la liberté despotique du profit lui-même qu’il faut éradiquer en commençant par comprendre que toute négociation est un traquenard destiné à briser la lutte.

Le mouvement social n’en est qu’à ses débuts mais il ira loin même si ce loin est encore éloigné car la crise de la dictature du marché mondial va prochainement tout faire exploser, industriellement, monétairement et bancairement…

À bas les carriéristes, les donneurs de leçons et tous les récupérateurs qui posent leur candidature pour « structurer » le mouvement !

À bas les chefs et tous les falsificateurs qui entendent canaliser et chapeauter le combat pour l’assagir, le divertir et le faire mourir dans des cahiers de somnolence !

À bas les gadgets référendaires et l’arnaque des débats citoyens pour améliorer la misère et nous manipuler dans les parleries débiles de l’asservissement repeinturluré !

Non à toutes les foires électorales et d’abord celle de l’esbroufe européenne. Non à toutes les refondations du contrat social de la domestication…

NOUS REFUSONS DE DEMEURER ASSIGNÉS DANS LE MONDE DU CHIFFRE D’AFFAIRES…

NOUS N’ACCEPTERONS JAMAIS QUE NOTRE VIE SOIT UN ARTICLE DE COMMERCE ENFERMÉ DANS LES VOTATIONS MORTIFÈRES DU SUFFRAGE UNIVERSEL DE LA CITÉ DU CAPITAL …

VIVE la grève générale sauvage et illimitée pour un monde anti-mercantile qui corresponde aux seuls besoins de l’humain !

VIVE LA COMMUNE !

Des humains sans étiquette qui entendent bien demeurer in-contrôlables…

Lectures complémentaires ;

Francis Cousin : Ce n’est que le débutPDF

Pierre Bance : L’heure de la Commune a sonnéPDF

“L’autogestion généralisée est le plus court chemin vers l’abondance.

Le travail y tend vers zéro, la créativité vers l’infini.”
~ Raoul Vaneigem ~

“La démocratie représentative repose sur la fiction du règne de la volonté populaire exprimée par de soi-disant représentants de la volonté du peuple. Ainsi permet-elle de réaliser les deux conditions indispensables à l’économie capitaliste : la centralisation de l’État et la soumission de la souveraineté du peuple à la minorité régnante…

Au bout du compte, la démocratie est une machine à broyer et à concasser les aspirations sociales de telle sorte que face à l’inutilité de nos efforts individuels et collectifs pour améliorer les choses, nous abandonnons notre vie entre les mains des classes dirigeantes.”

~ René Berthier ~

“L’État est la négation de l’humanité.”
~ Michel Bakounine ~

“Ne doutez jamais qu’un petit groupe de citoyens attentionnés et impliqués puisse changer le monde ; en fait, c’est la seule chose qui ne l’ait jamais fait…”
~ Margaret Mead ~

C’est pourquoi, je joins ma voix à cet appel à la GRÈVE GÉNÉRALE ILLIMITÉE et je rajoute EXPROPRIATRICE et voici pourquoi ;

Pour une Société des sociétés : celle des associations libres et volontaires ; N’œuvrant que pour le bien commun au sein de communes autonomes qui se fédèrent.

Il nous faut créer une société parallèle, celle des associations libres fédérées, boycotter le système et institutions de manière exponentielle au nombre de gens rejoignant les associations libres… À un moment donné, la désobéissance civile, donc la confrontation avec l’État sera inévitable, mais si les gens, nous, la minorité, faisons tourner la société déjà localement en ignorant l’État et le système politico-économique qui nous sont imposés, l’obsolescence de ces entités ne fera que croitre et elles tomberont quasiment d’elles-mêmes ou avec un petit coup d’épaule « non-violent » ;

« Pour les travailleurs, la grève générale est la conséquence logique du système industriel moderne, dont ils sont les victimes et elle leur offre en même temps l’arme la plus forte dans la lutte pour leur libération sociale, pourvu qu’ils reconnaissent leur propre force et apprennent a utiliser cette arme a bon escient. »

— Rudolph Rocker

Pour qu’une grève soit vraiment efficace, elle doit être :

  1. Générale
  2. Illimitée
  3. Expropriatrice
  4. Autogestionnaire

Et s’il manque un de ces 4 éléments, ce n’est que pisser dans un violon, l’histoire l’a prouvée encore et encore…

C’est à nous de décider TOUS ENSEMBLE, les opprimés de la Terre, que nous voulons seulement être et ne plus avoir, et que nous voulons appartenir à la Terre et non la posséder pour le seul profit d’un tout petit nombre, et toujours dans l’idée du « bien commun » et c’est le texte d’Élisée Reclus « À toi mon frère le paysan » qui nous permet de comprendre qu’il y aura des expropriations mais de ceux qui « profitent de manière très lucrative » et « exploitent » les travailleurs de la Terre ; Elle est là toute la différence entre « propriété privée » et simple « possession »

Et pour bien saisir la nuance, et de taille, avec cette proposition, vous pouvez lire ces textes essentiels et fondateurs, en version PDF que j’ai toutes réalisées ;

La Pédagogie des Opprimés de Paulo Freire, 1970 (PDF N° 83)

De la Théorie à la Pratique Anarchiste avec Rudolph Rocker (PDF N° 61)

Pensée et Pratique Anarchistes avec Errico Malatesta (PDF N° 32)

Manifeste Pour la Société des sociétés par Résistance 71

Origine & Critique de l’État ; AVEC

Manifeste pour le Confédéralisme Démocratique par Abdullah Öcalan (PDF N°24)

6ème Déclaration Zapatiste de la Forêt de Lacandon, Chiapas, Mexique (PDF N° 25)

JBL1960

Publicités

De Zénon : « Fin de Règne » – Roman

Présentation de Jo Busta Lally

S’il n’est aucune lecture capable de changer le monde, en lisant le roman de Zénon, « Fin de Règne », c’est notre regard lui-même qui en sera bouleversé, pour nous permettre à notre tour de transformer le cours des choses.
Tout ce qui était encore confus et obscur une heure seulement avant cette plongée dans l’imaginaire et l’irréel, devient clair, lumineux tant le propos y sonne juste, vrai et actuel.
Cette rencontre de papier prend forme et vie à mesure que l’histoire et les personnages nous entrainent dans une expérience si tangible que nous ne pouvons même plus douter qu’ils existent, et ce uniquement par la magie du verbe, des mots et la puissance de nos imaginaires.

Je vous laisse en découvrir l’extrait ci-dessous :

Enfin arriva l’heure du rendez-vous. J’avais esquivé le traditionnel pot du week-end pour gagner à pied le Champ de Mars. Un orage avait dissipé la lourdeur de l’air dans l’après-midi. La pluie finissait de s’égoutter des dernières feuilles aux arbres des allées latérales, alors désertées de leurs touristes. Malgré les sentinelles de soldats postés aux pieds de la tour Eiffel, cette partie des jardins était sombre et peu fréquentée. Il me fallut près de dix minutes pour trouver le monument des droits de l’Homme… Érigé au milieu d’une petite allée, d’allure modeste, le discret édifice pouvait de loin passer pour une sépulture, à ceci près que deux colonnes encadraient de part et d’autre une porte close… En s’approchant, on découvrait d’indéchiffrables hiéroglyphes, mythologiques et astrologiques, gravés sur chacun des murs. La plupart des visiteurs passait devant sans même s’y arrêter, mais cet endroit était bien connu des amateurs d’occultisme. De rares passants se dépêchaient de traverser la semi-pénombre, mais à ma déception, personne hormis des oiseaux picorant des miettes de pain rassis n’attendait sur les bancs mouillés. Je fis en attendant le tour de la construction pour jeter un œil aux représentations du système solaire et aux symboles maçonniques. Pas de doute, le lieu du rencard était bien choisi.
– « Quand le sage montre la Lune, l’imbécile regarde le doigt. »
Je me retournai sur une grande brune vêtue de noir et dont l’épaisse chevelure dépassait de son bonnet pourpre.
– Tu n’y trouveras rien de vraiment sorcier. La signification n’est pas écrite sur les murs : le plus important, c’est son emplacement… Nina, me tendit-elle la main. Je te voyais plus grand.
Le pâle éclat de son visage lui donnait des airs d’apparition, à la lueur entre chien et loup de la nuit tombante. Elle avait les traits durs, aux pommettes saillantes des filles de l’Est. Ses yeux pétillants m’examinaient des pieds à la tête.
– Si c’est pour un sacrifice humain en flagrant délit, on est en avance, répondis-je. Arthur, enchanté.
Je la vis esquisser un demi-sourire, puis se retourner pour se diriger doucement vers les quais. Nous marchâmes côte-à-côte quelques instants sans rien dire.
– Alors, que me vaut l’honneur d’une rencontre si mystérieuse ? lui demandai-je. C’est en rapport avec la Goldstein ?
Nina me fixa intensément, comme pour évaluer ce que  j’en savais.
– Il fallait impérativement que je sache… si tu viendrais par courage, ou par lâcheté, finit-elle par me répondre. Ce qui était absurde, puisque sans son invitation, la question ne se posait pas. Je m’abstins cependant de le lui dire : son explication viendrait de toute façon. Débouchant à l’intersection d’artères illuminées de vitrines et de terrasses de brasseries, nous obliquâmes d’un accord tacite par une petite rue en direction des quais de Seine. La foule de touristes et de noceurs chicos disparut dans le silence derrière nous.
– C’est bizarre, dis-je enfin. Tout est si calme, les gens continuent leur train-train… S’ils se doutaient de ce qui les attend, ils prendraient d’assaut les supermarchés, poussai-je pour à mon tour la sonder.
Et si les mots sont une arme, pouvant blesser et même tuer, ils sont aussi capables de nous faire élargir notre perception des choses et de nous permettre, in fine, de changer le cours de l’Histoire.
Après cette rencontre et ce voyage, dont les visages et l’histoire ne me quittent plus, j’ai pour ma part immédiatement eu envie de savoir comment ces personnages, qui voient se lever l’aurore de la société des sociétés, écriraient la suite de leur histoire à l’encre du réel.
Finalement lancés à la découverte de nous-mêmes et au-delà de notre égo, ce récit d’un éveil accompagne le nôtre. J’espère que Zénon trouvera l’inspiration de nous donner des nouvelles d’Arthur et Nina, depuis ce nouveau monde en devenir.
L’Éveil de nos consciences, constamment nourries par toutes ces lectures combinées, rendra désormais impossible tout retour en arrière et toute nouvelle tentative, de la part de l’oligarchie, de nous replonger dans le noir…

 

Zénon, par ce récit, nous donne la possibilité d’éteindre, définitivement, la lumière du N.O.M. et dans le même temps, d’allumer toutes nos petites flammes intérieures, telles des lucioles, capables d’embraser tout l’empire…
Et dans une parfaite unicité et complémentarité, dans un souffle parfaitement synchrone d’un lâcher prise collectif, comprendre que tout ce que nous avons à faire, c’est d’éclairer la voie qui était déjà là depuis des millénaires  et qui n’attend plus que NOUS, TOUS ENSEMBLE, pour être, à nouveau, empruntée…

Pour découvrir « Fin de Règne » : ► https://www.thebookedition.com/fr/fin-de-regne-p-362736.html

Dernier résumé SOTT de l’année 2018 + un petit bilan de l’escroquerie du RCA et de l’arnaque de la Transition Écologique à la française…

Résumé SOTT MEDIA de décembre 2018

Mis en ligne le 10 janvier 2019

Tous les résumés SOTT depuis décembre 2015 relayés et complétés sur ce blog ; ICI

La démonstration argumentée que la Transition Énergétique, qui prend appui sur la seule théorie du Réchauffement Climatique Anthropique est une escroquerie, une POMPE À FRIC CLIMATIQUE !

▼▼▼

Escroquerie du Réchauffement Climatique Anthropique : Les 5 questions qui tuent (Pr. Roy Spencer, climatologue)

Les cinq questions qui doivent être répondues par la politique sur le réchauffement climatique

Pr Roy Spencer (Ph.D Climatologie, ex-NASA) | 18 décembre 2018 | URL de l’article original ► http://www.drroyspencer.com/2018/12/the-five-questions-global-warming-policy-must-answer/

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

Ce n’est un secret pour personne que je doute que l’augmentation du CO2 dans l’atmosphère aura suffisamment d’effets négatifs sur l’environnement planétaire pour justifier l’énorme coût pour l’humanité de réduire substantiellement ces effets. Notez bien que cette prise de position possède deux composants, un scientifique et un concernant la politique énergétique. En fait, avec le “verdissement global”, nous devrions considérer la possibilité des bénéfices nets pour l’humanité.

La perception publique des risques du réchauffement climatique a impliqué un mélange de déclarations exagérées en regard à la fois de la science et de la politique énergétique, à l’instigation par une minorité d’activistes scientifiques et amplifiée par des médias en mal de sensationnel. Dans mon e-book Global Warming Skepticism for Busy People, je fais la liste de 5 questions qui je pense doivent être répondues affirmativement avant de s’embarquer dans une large dé-carbonisation de l’économie mondiale :

Les Cinq Grandes Questions

1) Est-ce que le réchauffement et les changements climatiques associés sont principalement anthropiques, c’est à dire causés par l’Homme ?

2) Est-ce que la portion de réchauffement et changements climatiques associés causés par l’Homme est suffisamment importante pour créer des dégâts ?

3) Est-ce que les modèles climatiques que nous utilisons pour proposer des changements de politique énergétique sont justes à prédire ces changements climatiques ?

4) Est-ce que les changements de politique énergétique proposés réduiront substantiellement le changement climatique et ses dégâts résultant ?

5) Est-ce que ces changement de politique produiront plus de bien que de mal à l’humanité ?

Comme je le dis dans mon livre, il n’est pas du tout évident que la réponses à aucune de ces 5 questions soit un oui résonnant, il est encore plus douteux de le prétendre pour les cinq. Les trois premières questions ont à faire avec la science, les deux dernières avec la politique énergétique.

En ce qui concerne la première question, je peux concéder qu’il soit possible que la plupart du réchauffement causé depuis 1950 soit d’origine humaine. Ceci est une conclusion phare du 5ème rapport d’évaluation du GIEC (AR5).

Et alors ?… Ce que cela reconnaît est assez fade et sans intérêt étant donné (comme nous allons le voir), la lente progression de ce réchauffement global. Comme le pose la seconde question, est-ce que le composant humain est suffisamment conséquent pour causer des dégâts ? Il n’y a pas encore eu de fortes preuves produites montrant que les extrêmes météorologiques sont pires dans les décennies les plus récentes que dans les siècles précédents. Le réchauffement lui-même semble avoir commencé dans les siècles précédents, avant même que l’humain ne puisse être blâmé, avec des preuves de récessions précédentes des glaciers et de minima dans les glaces arctiques (et très étendues durant le petit âge glaciaire), ceci ne faisant que poser les questions évidentes de savoir à quel point tout cela n’a pas de causes naturelles en première instance et quel est l’état de prédilection naturel du système climatique quoi qu’il en soit ?

Ceci mène à la troisième question, qui a trait au fait de ce que les derniers modèles climatiques produisent, en moyenne, environ deux fois plus de réchauffement en comparaison des ratios de températures observés pour les températures  de l’air et des océans globales et leur réchauffement, avec la toute dernière étude pour le budget énergétique (qui fait les mêmes suppositions de forçage climatique sur les 100 dernières années + et les modèles informatiques), suggérant une augmentation de 1,6oC de réchauffement éventuel en doublant le CO2 atmosphérique, plutôt qu’un 3,2oC projeté en moyenne par les modèles climatiques informatiques. (Cela assume même que TOUT le réchauffement est de cause HUMAINE !!!)

Ces 40 dernières années, l’erreur entre les modèles et l’observation empirique pour la température globale moyenne de l’atmosphère inférieure ressemble à ceci :

[voir les graphiques dans l’article original en anglais]

Comment de tels modèles, qui sont de plus en plus dépeints comme étant imprécis, peuvent-ils être sérieusement défendus afin de prendre des décisions énergétiques valides ? La quantité de réchauffement produite par ces modèles n’est pas basée sur des principes premiers de physique comme cela est souvent affirmé. Dire qu’une certaine quantité de réchauffement se produise est fondé sur des principes solides, mais la quantité de réchauffement due à l’augmentation de CO2 est totalement sujette à débat.

Le sale petit secret résidant derrière tout cela est que les modèles sont fabriqués de telle façon que seule l’augmentation de CO2 induit un réchauffement, car les sources variées incertaines de changement climatique naturel ne sont soit pas connues suffisamment pour les inclure, ou ne sont pas programmées de manière volontaire dans les modèles. (Comment est-ce que je le sais ? Parce qu’AUCUN des flots naturels d’énergie entrant et sortant du système climatique ne sont connus de manière suffisante pour blâmer le réchauffement récent seulement sur l’augmentation du CO2 atmosphérique, plutôt que dame Nature. Ces flots énergétiques naturels sont simplement forcés en équilibre dans les modèles ce qui a pour effet dans les modèles informatiques de ne considérer que la cause anthropique. Ainsi les modèles créé ne sont que des systèmes de raisonnement en boucle ne servant qu’à établir une cause humaine à l’évènement).

Les 4ème et 5ème questions sont au sujet de savoir si nous pouvons vraiment réduire les émissions de CO2 aussi longtemps que l’humanité doit utiliser des produits pétroliers pour réduire la pauvreté et créer de la prospérité. Je n’ai absolument rien contre les sources d’énergies alternatives per se, aussi loin qu’elles soient pratiques, efficaces et économiques. Tout ce que fait l’humanité a besoin d’énergie et aussi longtemps que la Chine et l’Inde réduisent la pauvreté avec une augmentation croissante d’énergie issue des hydrocarbures, les émissions de CO2 mondiales vont continuer d’augmenter et ce indépendamment de ce que font les États-Unis. Avec plus d’un milliard de personnes dans le monde toujours sans électricité, je pense que c’est immoral de priver ces gens d’un accès économique à l’électricité.

De ces 5 grosses questions, lesquelles sont les plus importantes ? De manière ultime, les affaires économiques sont celles qui régissent la vie quotidienne des gens. La pauvreté tue et forcer les gens à utiliser des sources d’énergie plus chères renforcera la pauvreté.

En France, nous sommes les témoins du violent rejet populaire de la politique énergétique “verte” (essentiellement des problèmes économiques) et nous n’avons pas encore atteint le stade où les mesures politiques réduiront les futures émissions de CO2 pour en mesurer les effets avant la fin de ce siècle. Alors si vous pensez que les manifestations et émeutes de Paris sont une mauvaise chose, attendez de voir la réponse publique sur les politiques qui vont réduire les émissions de CO2 de disons… 50%.

Mais nous ne pouvons pas ignorer la science. Et si la science était absolument certaine que nous nous dirigeons vers un réchauffement de 20 degrés Celsius avec une montée des eaux des océans de 60m ? Alors l’humanité ferait les sacrifices pour se sauver. Donc la science est importante… la question est : peut-on lui faire confiance ?

Au vu de l’observation du réchauffement global (qui est trop infime pour un individu le ressentir au cours de sa vie) et les échecs des projections des modèles climatiques informatiques, je dois dire que l’état actuel de la science n’est pas encore prêt pour les feux de la rampe.

Maintenant, la science soutient le fait d’un réchauffement modeste et sans conséquence majeure, mais en aucun cas un réchauffement suffisant pour justifier des réductions drastiques d’émissions de CO2 qui détruiraient l’économie, empirerait la pauvreté mondiales et qui n’ont aucun effet mesurable sur les températures globales et n’en auront aucun à la fin de ce siècle quoi qu’il en soit.

▲▲▲

Vous pouvez consulter mon dossier sur la Théorie du Réchauffement Climatique Anthropique constitué, de fait, dans mon blog.

En complément, les PDF que j’ai réalisés sur le sujet dans cette page spécialement créée de ce blog ► LES PDF DE JBL1960

Retrouvez dans L’ESSENTIEL DE RÉSISTANCE 71 de 2010 à décembre 2018 dans sa dernière mise à jour, en version PDF à la page 23 ► Média & Propagande : l’énigme Wikileaks

C’est pourquoi, on décrédibilise, systématiquement toutes celles et ceux (celleux) qui critiquent le GIEC et remettent en cause la théorie du RCA, même de manière argumentée et documentée ;

– Le manuel du sceptique de JoAnn Nova, journaliste scientifique australienne qui démonte le dogme pour nous dans ses deux versions complémentaires :

– L’Organisme international indépendant et compétent en la matière : le NIPCC (par opposition au IPCC=GIEC)

  • Rapport PDF de 24 pages en français : Le NIPCC contre l’IPCC (le GIEC) – Analyse des désaccords entre les modèles du climats et les observations : test des hypothèses du réchauffement climatique anthropique (RCA) et pour permettre à chacun de se faire sa propre opinion. Source fp4earth

Et pourquoi on diabolise celles et ceux qui proposent d’étudier une autre théorie russo-ukrainienne, celle de l’origine abiotique profonde du pétrole ;

Théorie Russo Ukrainienne de l’Origine Abiotique Profonde du Pétrole, version PDF N° 26 de 68 pages sur ce blog

Cette théorie élaboré en 1951 a été soumise au feu ouvert de la science en Russie et en Ukraine et n’est plus contestée depuis le milieu des années 1980… Elle fait véritable consensus. Et il y a eu des milliers d’articles scientifiques publiées (en russe et ukrainien) à ce sujet.

Parce que ça les dérange qu’on n’adhère pas à leurs mensonges et surtout qu’on refuse de payer sans broncher une taxe carbone alors que les vrais pollueurs en sont exonérés…

En France, les très riches émettent 40 fois plus de carbone que les pauvres, mais les pauvres paient plus de 4 fois plus de taxe carbone en % de leurs revenus !

Jean Gadrey | 21/11/2018 URL de l’article ► https://blogs.alternatives-economiques.fr/gadrey/2018/11/20/en-france-les-tres-riches-emettent-40-fois-plus-de-carbone-que-les-pauvres-mais-les-pauvres-paient-plus-de-4-fois-plus-de-taxe-carbone-en-de-leurs-revenus

Et pour finir, ce rappel, à lire : Livre : L’urgence climatique est un leurre, de François Gervais

Le physicien français François Gervais vient de publier un livre intitulé L’urgence climatique est un leurre (Éditions Le Toucan) dans lequel il confirme ce qu’il avait écrit dans son précédent ouvrage (L’Innocence du carbone), à savoir que le gaz carbonique n’est ni un poison, ni le principal responsable du réchauffement de 0,6 °C qui a eu lieu entre 1975 et 1998 ► http://www.bvoltaire.fr/livre-lurgence-climatique-est-un-leurre-de-francois-gervais/?fbclid=IwAR27iy2pMMCLOTSbVNUioK_AcIGgAwR

▼▼

Gardez un esprit critique – Vérifiez (tout) par vous-mêmes

Alex Jones, auteur du remarquable documentaire “EndGames, Blueprint for Global Enslavement” [VIDÉO COMPLÈTE EN VOSTFR ►ICI] à l’époque…

JBL1960

Le silence des Églises au N.O.M. de dieu pour les siècles et les siècles ?…

NON ! Que la « Parole soit enfin libérée » pour que la vérité vienne sur la Terre ;

Comme au ciel…

Sur ce blog mon dossier complet sur LE SILENCE DES ÉGLISES avec la complicité des États, dans les pensionnats & hôpitaux pour Indiens de 1840 à 1996 au Canada, de 1820 à 1980 aux USA, et partout dans le Monde au N.O.M. de Crimen Sollicitationis y compris en France ! ICI ou

▼▼▼

Pédophilie dans l’Église : les silences du cardinal Barbarin en procès

Publié le dimanche 6 janvier 2019 jour de l’Épiphanie par France Inter

Le procès du cardinal Barbarin et d’autres responsables religieux s’ouvre ce lundi à Lyon. C’est son silence dans l’affaire de pédophilie du père Preynat notamment qui est en cause.

« Je n’ai qu’un seul juge qui est le Seigneur », affirmait récemment, à Lourdes, le cardinal Philippe Barbarin. Lundi, l’archevêque de Lyon doit comparaître devant la justice des hommes, accusé de lui avoir caché le passé pédophile du père Preynat.  Avec lui, cinq anciens membres du diocèse, dont l’archevêque d’Auch et l’évêque de Nevers, sont convoqués devant le tribunal correctionnel jusqu’à mercredi pour ne pas avoir dénoncé des agressions sexuelles commises sur de jeunes scouts avant 1991.

Ils sont cités à comparaître pour non-dénonciation d’agressions sexuelles sur mineur.  Le préfet du Vatican, poursuivi, ne sera pas présent, le Vatican invoquant son immunité.

Sur le banc des parties civiles, des victimes du Père Preynat, 72 ans, qui ont découvert, adultes, que celui qu’ils accusent de pédophilie était toujours au contact avec des enfants.

Le prélat de 68 ans, en poste à Lyon depuis 2002, incarne en France la crise d’une Église confrontée partout aux déviances des uns et aux silences des autres – que le pape François appelle à rompre tout en soutenant le primat des Gaules quand d’autres réclament sa démission.

Le scandale lyonnais a éclaté en 2015 avec la mise en cause du père Bernard Preynat pour des abus commis un quart de siècle plus tôt. Parce qu’il était au courant de ces agissements anciens, des victimes ont aussi porté plainte contre Mgr Barbarin, estimant qu’il aurait dû lui-même dénoncer le prêtre à la justice.  Après six mois d’enquête et dix heures d’interrogatoire du cardinal par la police, le parquet de Lyon a classé l’affaire sans suite à l’été 2016.  Mais des plaignants ont lancé depuis une procédure de citation directe devant le tribunal.

Trois d’entre eux ont lancé l’ association La Parole Libérée qui a recensé 85 victimes présumées (les faits sont prescrits pour une majorité). Neuf sont parties civiles à ce procès dont François Devaux, 39 ans.

« Ce n’est pas le procès d’un homme » – le cardinal Barbarin- mais celui d’un système estime immédiatement François Devaux, habitué à ce qu’on l’interroge sur ce face à face attendu au tribunal.  « Ce procès c’est la fin d’un combat, un aboutissement » dit François Devaux. Il a fallu effacer la honte pour créer l’association La Parole libérée qui va être mise en sommeil. Il ne reçoit presque plus de menaces mais toujours beaucoup d’appels de victimes. L’Église n’a selon lui pas assez avancé sur la pédophilie  « Notre stratégie était d’alerter l’opinion publique et les politiques, on a réussi »  poursuit François Devaux et « qu’elle soit l’issue de ce procès, ça ne m’empêchera pas de dormir » ;

Avant même le procès pénal du père Preynat, prévu possiblement pour la fin de l’année, un film de François Ozon va sortir le 20 février le film  « Grâce à Dieu ». Il y raconte l’histoire de François Devaux et Alexandre Hesez-Dussot notamment.

▲▲▲

À voir le Complément d’enquête – Scandales pédophiles : des secrets bien gardés  31 mars 2016

Diffusé sur France 2 le jeudi 31 mars 2016 Au sommaire : L’Église face à la «parole libérée». Enquête sur l’affaire Preynat, ce prêtre de Lyon qui aurait abusé…

Mais introuvable car la vidéo a été bloquée pour DDA ! Et sans doute parce qu’elle était la seule à traiter de la pédophilie dans l’Éducation Nationale aussi !

Vous pouvez voir ce documentaire, sur le sujet ;

«Pédophilie, un silence de cathédrale», un documentaire fouillé et bouleversant sur le scandale qui secoue l’Église de France

TÉLÉ «France 3» diffuse ce mercredi soir, en partenariat avec «20 Minutes», un film consacré au scandale des prêtres pédophiles, né à Lyon en janvier 2016…

Sur Le Pays.fr – Lyon ► Mgr Barbarin devant le tribunal, à partir de lundi 7 janvier 2019

BRÉSIL ► Et rappelez-vous que Jair Bolsonaro a été placé à la tête du Brésil ce 1er janvier 2019, grâce aux représentants de la communauté évangélique : « Le Brésil au-dessus de tout, Dieu au-dessus de tous. » Le slogan choisi par Jair Bolsonaro lors de sa campagne présidentielle, jusqu’à son élection le 28 octobre dernier, laisse présager l’importance de la tribune que le nouveau président, lors de son mandat, entend donner aux représentants religieux. Certains d’entre eux seront au plus près du pouvoir. Ce sera tout particulièrement vrai, bien sûr, de ceux des Églises évangéliques pentecôtistes ► Jair Bolsonaro CONTRE Paulo Freire ; Prêt à servir ses maitres pour les 4 ans qui viennent…

ARGENTINE ► Apostasie collective en Argentine ► Suite au refus de la légalisation de l’avortement, des milliers d’Argentins décident de se faire débaptiser :

Deux semaines après le refus de la loi sur la dépénalisation de l’avortement, un mouvement d’apostasie collective en Argentine prend de l’ampleur. Vendredi, la Coalition argentine pour un Etat laïc (CAEL) a remis à Buenos Aires près de 4000 demandes d’apostasie à la Conférence épiscopale argentine, organisme qui réunit les évêques du pays. «C’est la première vague aussi massive depuis la création de la CAEL en 2009. Nous sommes toutefois limités par nos ressources humaines pour traiter une énorme quantité de dossiers. Mais nous ne sommes pas seuls. D’autres organisations du pays gèrent les demandes», souligne César Rosenstein, cofondateur de la CAEL. Et d’ajouter: «Notre objectif est aussi que l’Eglise efface les données des personnes qui ont rempli les documents d’apostasie. Pour l’instant, elle s’y refuse, ce qui constitue une violation de la loi sur la récolte des données.»

«J’ai été licencié 48 heures après avoir annoncé mon apostasie»

Ce combat est partagé par Pao Raffetta, 34 ans, un des pionniers en matière d’apostasie. Aujourd’hui enseignant dans une ONG, il s’est fait débaptiser en 2009, alors qu’il travaillait depuis dix ans dans une école liée aux jésuites. «J’ai été licencié 48 heures après avoir annoncé mon apostasie. J’ai pris ma décision pour deux raisons. D’une part, le refus de l’Église de reconnaître les droits des homosexuels et plus généralement de la communauté LGBT. D’autre part, la complicité de l’Église avec la dictature et les disparitions de bébés. J’ai donc considéré que cette institution ne me représentait pas. Après avoir changé de sexe et de nom en 2016, je me bats pour que l’Église efface toutes les données me concernant», témoigne Pao Raffetta.

De son côté, Emiliano Ramirez, 41 ans, employé au sein du pouvoir judiciaire de Buenos Aires, affirme avoir pris la décision de se séparer de l’Église depuis longtemps. Mais le refus de la loi sur l’avortement a agi comme un déclencheur. «Avec ma femme, nous avons contacté la CAEL et avons trouvé avec cette organisation un moyen de concrétiser notre volonté de quitter l’Église. Comme la majorité des Argentins, nous ne sommes pas des catholiques croyants et n’allons pas à l’église. Nous n’avons aucun lien avec cette institution. Il n’y a donc aucune raison d’en faire partie. D’ailleurs, mon baptême résulte du désir de mes grands-mères, pas de mon propre choix», relève-t-il. Pour lui, le baptême est une question de génération. Ses trois filles ne sont pas baptisées, les enfants de tous ses amis non plus. «La réalité, c’est que la jeune génération ne va pas à l’église», observe Emiliano Ramirez.

Toutes les tranches d’âge concernées

Quant à Lau Rameri, psychologue de 33 ans, elle a décidé de se faire baptiser il y a dix ans. «Ma sœur aînée m’a demandé de devenir la marraine de son fils. Mon baptême a été une décision d’amour», raconte-t-elle. Mais les choses ont changé avec le refus de la légalisation de l’avortement. «Avec cette question qui concerne le droit de la femme, je me suis rendu compte du rôle de l’Église. Dans le débat sur l’avortement, sa position constitue une ingérence dans la politique de santé de l’État. L’Église a culpabilisé les femmes et j’ai trouvé cela extrêmement moche, alors que l’avortement clandestin provoque des décès», relève la psychologue. Pour elle, la position de l’Église n’est pas intelligente, elle ne représente pas ses idées. Elle s’est alors retrouvée dans la CAEL, à suivre le slogan de l’apostasie collective «No en mi nombre» («Pas en mon nom»). «J’ai décidé d’apostasier samedi dernier», confie-t-elle.

Preuve que le mouvement d’apostasie collective concerne toutes les tranches d’âge: Nora Cortiñas, 88 ans, a suivi le mouvement. Symbole de la lutte pour les droits humains en Argentine après avoir perdu son fils durant la dictature, l’octogénaire confie avoir pris sa décision d’apostasier subitement. «Je suis une catholique croyante et je n’avais jamais pensé à l’apostasie. Mais le jour de la votation de la loi sur la légalisation de l’avortement, le cardinal Poli a donné une messe pour qu’elle ne passe pas. C’était un comble pour moi. C’était la goutte qui a fait déborder le vase, alors que des femmes, surtout les pauvres, meurent des suites d’un avortement. L’Église doit être saine, rester discrète. J’accepte qu’elle ne permette pas l’avortement, car c’est son dogme. Mais de là à s’impliquer, non. Cela ne me plaît pas», proteste la cofondatrice de l’association Les Mères de la place de Mai.

Pour César Rosenstein, le mouvement d’apostasie collective se poursuivra ailleurs en Amérique du Sud. Prochainement, assure-t-il, le Pérou, le Chili et l’Équateur suivront l’Argentine.

Source ; Le Temps.ch du 24/08/2018

▼▼▼

Sauf que plus aucune information n’a été relayée sur l’appel à l’apostasie collective !

SILENCE TOTAL !

En France, mon action en débaptisation, qui n’est finalement pas possible, puisque la justice française l’interdit. Seul le reniement de son acte de baptême avec inscription à la marge est autorisé. A conduit à la création par Résistance 71 pour Abolir l’empire : (au) Mouvement pour la répudiation de la doctrine chrétienne de la découverte ;

Et dès que j’ai créée ce blog, j’ai ouvert cette page ; FAIRE TOMBER L’EMPIRE dans laquelle j’explique et prouve comment nous pouvons EFFONDRER l’empire colonial en explosant les bulles papales ; sans arme ni haine ni violence, par apostasie collective TOUS ENSEMBLE & EN MÊME TEMPS et en récusation de la doctrine chrétienne de la découverte.

Cela nous permettra d’enclencher un NOUVEAU PARADIGME, sans dieu ni maitre, sans pour autant empêcher quiconque de pratiquer sa spiritualité en son for intérieur et en lien avec les Natifs et PEUPLES PREMIERS de tous les continents.

Démontrant ainsi notre détermination à rompre définitivement avec le présupposé raciste, eugéniste, ethnocentrique du « l’homme qui n’est pas blanc est inférieur » et sur lequel s’est construit l’Empire et pire cette civilisation occidentale dans laquelle on nous enferme prétendant même qu’il nous est impossible d’en sortir !

Je pense, au contraire, que notre salut et l’avenir de l’Humanité, passe par les peuples occidentaux (nous TOUS) émancipés de l’idéologie et de l’action coloniales, se tenant debout aux côtés, et non plus au-dessus, des peuples autochtones de tous les continents pour instaurer l’harmonie de la société des sociétés sur Terre.

JBL1960

LECTURES COMPLÉMENTAIRES & CONNEXES en version PDF pour comprendre que nous avons absolument le choix de vivre LIBRE sans dieu ni maitre ;

MEURTRE PAR DÉCRET – Le crime du génocide dans les pensionnats pour Indiens au Canada

Traduction de la Bible & Escroquerie historique, par le Dr. Ashraf EZZAT Dernière version du 10/10/2018

Kaianerekowa ou La Grande Loi de la Paix, 12ème siècle

La PESTE religieuse, Johan Most, 1892

Discours sur le colonialisme, d’Aimé Césaire, 1950

Peau Noire, Masques Blancs, Frantz Fanon, 1952

La Pédagogie des Opprimés de Paulo Freire, 1970 : en français, nouvelle version PDF qui fait encore trembler l’oligarchie aujourd’hui !

La totalité des versions PDF (84) pour ceux qui voudront ► LES PDF DE JBL1960 en lecture, téléchargement et/ou impression gratos à partager sans pitié !

Opération muselage en cours par Macron & Tout son orchestre !

Et à la demande de ceux qui tirent les ficelles de la marionnette en chef !

Et avec l’aide de sa police politique en action ;

Pendant que Benlala voyage avec des passeports diplomatiques et communique avec Macron ; On arrête Éric Drouet du Mouvement des Gilets Jaunes

+ VIDÉO grâce au Groupe public Fly Rider Info blocage sur FB

Concernant l’affaire Benlala, rappelons cette vidéo à Macron et tout son orchestre ;

Affaire Alexandre Benalla : l’archive de « Quotidien » qui tombe très mal pour Macron

Quand le président promettait de sanctionner au plus haut niveau les violences policières ► https://www.huffingtonpost.fr/2018/07/21/affaire-alexandre-benalla-larchive-de-quotidien-qui-tombe-tres-mal-pour-macron_a_23486785/

Preuves supplémentaires qu’il n’y a pas de solutions au sein de ce système, qu’il n’y en a jamais eu, et qu’il ne peut y en avoir. C’est d’ailleurs pourquoi, depuis le début, nous appelons à NE PAS NÉGOCIER avec ce pouvoir / oppresseur et répresseur !

Et vous voudriez veauter pour la mise en œuvre d’un RIC avec les règles du Système et surtout sous l’égide de ces acteurs « républicains » ? Ou pire, participer à la mascarade de l’illusion démocratique, en constituant une liste Gilets Jaunes pour les élections européennes ???

NON ; Surement pas…

La/les solutions ? Début de réponse ▼

ICI ;

Poème de Martin Niemöller ► Écrit en 1942

« Lorsque les nazis sont venus chercher les communistes,
je n’ai rien dit,
je n’étais pas communiste.

Lorsqu’ils ont enfermé les sociaux-démocrates,
je n’ai rien dit,
je n’étais pas social-démocrate.

Lorsqu’ils sont venus chercher les syndicalistes,
je n’ai rien dit,
je n’étais pas syndicaliste.

Lorsqu’ils sont venus chercher les juifs,
je n’ai rien dit,
je n’étais pas juif.

Lorsqu’ils sont venus me chercher,
il ne restait plus personne
pour protester. »

Et il est bien là le problème, car aujourd’hui 3 janvier 2019 on peut remplacer communiste, social-démocrate, syndicaliste, juif par Gilets-Jaunes/opposants ou dissidents politiques/simple citoyen, surtout s’il porte un Gilet Jaune…

ET LÀ ;

Gilets Jaunes : Les rond-points de la sociale

Ce texte fait toucher du doigt là où réside le processus qui fait trembler l’oligarchie et les institutions la préservant : la résolution des antagonismes par le lâcher-prise et la co-existence complémentaire. On a toutes et tous besoin de l’autre, partout, c’est inéluctable. Nous sommes tous dans le même bateau destination bonheur terrestre, pour tous, sans exception, y œuvrant ensemble. Seule la société marchande capitaliste fait se dresser les individus les uns contre les autres de manière durable au nom d’un égoïsme contre-nature, façonné dans la fange marchande, pour le seul profit du petit nombre.
Ce qui se vit sur les rond-points, dans la diversité est organique, vrai et sans fioritures, cela constitue le ciment de la société des sociétés qui se met en marche. Les graines de notre humanité finissent toujours par germer par delà les antagonismes factices et les divisions créées pour nous maintenir en esclavage.
L’heure vient pour la Commune des communes, elle prendra une forme différente de celle du Chiapas ou celle du Rojava ou celles de Zomia chez nous, mais elle répond au même désir universel de la nature humaine : vivre en groupe, égalitairement et en paix. Tout le reste n’est que mesure artificielle et donc, contre-nature et Nuage Fou ci-dessous touche du doigt la nature profonde de notre existence sociale qu’il suffit de canaliser pour lui faire reprendre le dessus sur la fiction criminelle qui nous asservit depuis bien trop longtemps. Sous ce texte, quelques textes complémentaires pour éclairer le chemin.
Qu’on se le dise !…

~ Résistance 71 ~

De mon rond-point de Seine et Marne

Nuage Fou | 1er janvier 2019 | Source ► https://www.monde-libertaire.fr/?article=De_mon_rond-point_de_Seine-et-Marne

J’ai beaucoup/un peu lu et entendu parler de « La sociale », ben là, c’est couillon, mais j’ai l’impression d’avoir le nez dedans… aussi de voir ce que peut bien contenir ce slogan : ZAD Partout!

Faut voir comment ça se passe sur les ronds-points ; pas de théories, pas de surplomb, un peu d’analyse bien sûr, mais surtout des gens qui voient bien qu’ils se font enfumer depuis des décennies; et ils veulent que ça s’arrête, ils en ont marre et pour le coup qu’ils s’y sont mis, ils veulent pas trop lâcher l’affaire. Smicards, artisans, petits entrepreneurs, chauffeurs de cars, profs, fonctionnaires, chômeurs, retraités.

C’est pas des zanarchistes, ils trouvent juste que c’est trop dur, et que pour leurs enfants ça va être vraiment merdique. Au passage histoire de changer la donne, ils découvrent qu’on pourrait oser la « vraie démocratie ». Y’a la chaleur aussi et l’amitié qui se crée d’être ensemble pendant des heures à bricoler, discutailler, faire la nique gentiment aux flics du coin qui font les rondes et grands signes aux klaxons qui soutiennent bien au chaud.

Bon on est pas tous d’accord, le rond-point c’est des croisements, y’en a bien des un peu xénophobes, et y’en a aussi qui se disent que Marine, elle les mettrait peut-être bien tous au pas, ces pourris. Mais c’est pas tous, et d’ailleurs c’est pas beaucoup, et si t’envoie la tchatche y zappent vite fait, la queue basse. Et d’ailleurs, je dois bien être un des rares dont parents et grand-parents sont parigots.

Ici, en Seine et Marne, y’a beaucoup de portosses de la deuxième génération, toujours chauds pour croquer la morue et pousser le Fado ; y’a des beurs aussi sur le rond-point, et c’est sûr y’a des beaufs. Un musicien de Guyanne aussi et sa femme Colombienne, de retour d’un concert à Dakar, qui a atterri là et avec qui on a fait le bœuf.

Ici, on insiste plus sur ce qui nous réunit que sur ce qui pourrait nous séparer, c’est juste l’endroit pour ceux qu’en ont plein le cul et qui veulent pas lâcher l’affaire. Du coup personne en a trop à faire faire d’où tu viens. Deux gars aussi, un bavard genre rigolo, avec pas trop de dents, et un qui dit pas grand-chose. L’air d’avoir du faire plus de taule qu’autre chose et qui sont de la petite dizaine des piliers du rond-point, et à qui aussi tu laisserais tes minots en garde tellement ils ont cette drôle de douceur juste derrière les grosses épaules et le front buté, et cette allure de gros durs, et la peau façon Ripolin.

On a fait banquet avec tout ce que les voitures apportent – pas de cagnotte, y’a pas besoin – des bûches et des palettes pour se chauffer, des chocolats (pas bio) , des merguez et des côtes de porc et de mouton – Paix à leur âme innocente. Des bonbons par bonbonnes, et puis des huitres par douzaines – Paix à leur poignant silence. Le gars qui les apportait a dû rebrousser chemin au rond point de l’Obélisque à Fontainebleau attaqué par les robocops et les voyous de la BAC (faut dire qu’avec leur château et son bel escalier, les bourges Bellifontains se la pètent sérieux, façon Versaillais, et ont les jetons de la Marée Jaune.) Autour de notre rond-point les voitures klaxonnent méchant, certaines s’arrêtent ; les gens viennent de partout et on sent que tant de gens qui s’arrêtent pas soutiennent fort les zozos qui mouillent le gilet et tiennent le rond-point. Les flics l’ont évacué une première fois et détruit les abris, mais peine perdue, la petite communauté a repris la place deux jours après.

Chacun a son prénom sur le gilet ; chacun se connait et s’aime ou s’embrouille, comme on fait en famille. Le froid, les heures à deux, trois ou quatre ont figé le noyau dur, mais qui bouge aussi avec le gel du soir, le temps qui lasse, la famille qui râle. Les piliers, quatre ou cinq, qui veulent pas lâcher l’affaire; aussi durs qu’ils sont doux. Un retraité, raflé et passé à tabac en juin 68, au commico central sur les quais à Paris, puis 48 heures à Beaujon, quand ça y’allait sec encore dans le quartier latin. Un autre qu’a mis en place les tracts sur le marché. C’est pas un débutant, syndiqué à quinze ans parce que le gars qui lui avait trouvé le boulot de vitrier lui avait dit que c’était comme ça. La plupart, instinctivement et joyeusement anticapitalistes, mais avec des codes qui s’inventent au fil des discussions et des facebook lives.

Et le rond point, c’est rond, c’est pas macho ; pas mal de femmes, avec un mélange d’humour, de gentillesse et détermination. Et même si c’est les mamies qui tiennent le barbecue, les sandwiches, le clacos et les gâteaux, y’a les gamines en première ligne qu’ont le verbe sérieux, et que chacun écoute et respecte. Tu vois vite que c’est pas à la testostérone que l’affaire se règle. Du coup aussi, c’est un peu chaud sur le rond-point, ça rigole, ça gazouille et ça dragouille. Bonne ambiance, et façon bal popu quand les guitares s’échauffent et qu’un vieux Johnny, Bob ou Renaud remonte à la surface. Et c’est clair, certains soirs, ça finit crapuleux. Et c’est cette communauté qui se crée, qui prend confiance, qui prend plaisir à juste être là, là où elle a pas le droit d’être, et niquer les méchants, à juste exister un peu plus fort, comme si c’était déjà le printemps, et vivre un peu plus grand. Y’a une tribu qui se crée là dans cette lutte pour garder le rond-point – un groupe affinitaire on dirait – mais ça paraitrait tellement intello-bureaucratique ici, ce mot.

Il y a un peu de danger – dix morts déjà, et on se le répète en hochant la tête – beaucoup de plaisir surtout, dont celui de prendre le dessus, affronter les puissants et prendre possession de ce bout de la ville, et pas lâcher l’affaire.

À vivre ça, je me dis que peut-être la sociale c’est pas la révolution des happy fews qui sont d’accord sur tout – forcément pas bien nombreux – mais peut-être plutôt de ceux qui ne veulent juste plus de cette injustice et qui se réunissent à cause de ça. Et puis de discussion en discussion, de délires en ennui, de guitares en barricades, se disent que peut-être c’est la cité qu’il faut changer, que c’est « la vraie égalité » et la « vraie démocratie » qui doivent passer en premier, et que la solution, sans être partisane, doit être politique.

Y’a bien un zozo qu’est passé sur le rond-point, dents blanches et haleine fraîche, expliquer qu’il se dévoue à la cause, blablabla. Réunion vendredi prochain de coordination des ronds-points de Seine et Marne… on va voir.

En attendant, et depuis plus d’un mois, depuis dix morts, des centaines de blessés, des milliers d’arrêtés, c’est là que quelque chose se passe. Et il y a cette hésitation entre passer le Nouvel An sur notre ZAD à deux balles ou aller réchauffer le touriste sur les Champs.

Nuage Fou.

« Allez attaque ! » ► Ou pas…

Car sur ce blog, je n’ai jamais appelé à la violence, et encore moins à une insurrection armée, tant je suis persuadée que notre force de frappe réside dans l’action concertée en masse, en appelant au boycott total, qui commence par une grève générale de la consommation principalement dans la grande distribution  tout de suite maintenant et en favorisant les circuits courts.

Ce mouvement a surgi du fond des entrailles de la Terre et surtout des territoires oubliés des campagnes françaises. Il y a mille façons d’être actif en soutien à ceux qui se gèlent sur ces Ronds-Points qui ne sont que des croisements comme le dit si joliment Nuage Fou, notamment pour ceux, qui comme moi, ont des petits soucis de santé en plus de ne percevoir aucune ressource = 0 € soit la tête à Toto et pour leur réchauffer le cœur car nous avons bien compris que l’argent ne faisait pas le bonheur !

Mon conseil de lecture immédiat après ce texte est : Pouvoir dire NON et donc refuser d’être gouvernés !… de ZAD à ZOMIA ?

Et tous les textes de ce blog dans la catégorie NOUVEAU PARADIGME ;

Mais également toute la catégorie PEUPLES PREMIERS, car pour ma part je pense sincèrement, et je ne suis pas la seule à l’écrire, que l’avenir de l’Humanité passera par les peuples occidentaux, TOUS, émancipés de l’idéologie et de l’action coloniales, se tenant DEBOUT et aux côtés de TOUS LES PEUPLES NATIFS et de TOUS LES CONTINENTS pour instaurer l’harmonie de la Société des sociétés sur TERRE…

Et bien sûr cette page de mon blog qui réunie toutes les versions PDF que j’ai réalisées, 84 à ce jour, dont la lecture, le téléchargement et l’impression sont totalement gratuits.

Ces lectures sont essentielles comme La Pédagogie des opprimés qu’il nous a paru (à R71 qui a traduit, et à moi, qui pagine au format PDF) indispensable de pouvoir proposer ce livre, en français, et dans une nouvelle version PDF afin qu’en France, NOUS les Gilets Jaunes nous saisissions de la pensée, l’analyse et la réflexion critiques de Freire et qu’ainsi TOUS les opprimés de la Terre ; puissions mener la lutte pour notre libération, nous devons percevoir la réalité de l’oppression non pas comme un monde fermé duquel il n’y a pas d’issues, mais comme une situation limitée que nous pouvons transformer. Cette perception est une condition nécessaire mais non suffisante pour la libération ; cela doit devenir la force de motivation pour l’action libératrice. (Nous) Les opprimés pourront dépasser la contradiction dans laquelle ils sont coincés seulement lorsque cette perception les enregistrera dans la lutte pour leur libération.

JBL1960

Mon mail de contact pour toutes CELLEUX qui voudront le faire en privé ► jbl1960@yandex.com

Jair Bolsonaro CONTRE Paulo Freire ; Prêt à servir ses maitres pour les 4 ans qui viennent…

Aussi l’heure est venue aux peuples du Brésil & du Monde de se réveiller !

Et je relie ce billet de l’An neuf avec le tout dernier de l’année dernière ► Lectures en miroir pour une réflexion croisée & SOLIDAIRE !

Jair Bolsonaro au pouvoir, le grand jour des évangéliques* au Brésil

Avec la prise de fonction du nouveau président Jair Bolsonaro, ce mardi 1er janvier, ce sont les représentants de la communauté évangélique qui accèdent au sommet de l’État au Brésil.

« Le Brésil au-dessus de tout, Dieu au-dessus de tous. » Le slogan choisi par Jair Bolsonaro lors de sa campagne présidentielle, jusqu’à son élection le 28 octobre dernier, laisse présager l’importance de la tribune que le nouveau président, lors de son mandat, entend donner aux représentants religieux. Certains d’entre eux seront au plus près du pouvoir. Ce sera tout particulièrement vrai, bien sûr, de ceux des Églises évangéliques pentecôtistes.

80 députés membres de groupes évangéliques

Membres du gouvernement, élus (plus de 80 députés se revendiquent de groupes évangéliques), conseillers, lobbyistes susceptibles d’appuyer une nomination ou un projet de loi… Ceux-là apparaissent désormais ouvertement auprès du nouveau président ainsi que de sa jeune épouse, Michelle, 36 ans, elle-même évangélique et extrêmement croyante, qui a rapidement confié son intention de profiter de son nouveau statut de Première dame pour s’impliquer dans « le plus de projets sociaux possibles ».

En compagnie des défenseurs du port d’arme et des grands propriétaires agricoles, ce qu’on appelle le groupe « BBB » (« Balle, Bœuf, Bible »), ils prônent, pour contrer les excès de violence dans l’immense pays sud-américain, un conservatisme hégémonique : autorité forte, ordre moral, défiance vis-à-vis des minorités émergentes, défense des valeurs familiales traditionnelles.

Jair Bolsonaro doit beaucoup aux évangéliques. Alors que les évêques catholiques, dans ce pays au plus grand nombre de catholiques dans le monde, avaient exprimé leurs inquiétudes dans l’entre-deux-tours, invitant les électeurs au « discernement » et refusant de prendre clairement position, les évangéliques, eux, avaient pris fait et cause au sein de leurs églises et sur leurs médias – très puissants – pour le candidat d’extrême droite.

20 millions d’électeurs évangéliques revendiqués

Edir Macedo, fondateur de la puissante Église universelle du Royaume de Dieu, lui avait ouvert l’antenne de sa chaîne de télévision privée, Record TV, la deuxième du pays en audience. Le message a porté. Selon deux instituts de sondage brésiliens, IBOPE et Datafohla, environ 20 millions d’électeurs se disant « évangéliques » ont finalement porté leur vote sur le nom de Bolsonaro, lui offrant une victoire nette fin octobre, plus de 55 % des suffrages.

Né lui-même catholique, puis baptisé* en 2016 dans le fleuve Jourdain par le pasteur Everaldo Dias Preira, une figure influente au sein de l’Assemblée de Dieu brésilienne, Jair Bolsonaro a parfaitement su aller chercher leur ralliement qui s’est aussi révélé essentiel pour trouver des fonds pour sa campagne. « Il a bénéficié du soutien financier de ces Églises, rappelait à La Croix, lors de son élection, Jean-Jacques Kourliandsky, chercheur à l’Iris et directeur de l’observatoire Amérique latine à la fondation Jean-Jaurès. Elles sont riches car chacun des fidèles doit donner 10 % de son revenu à son pasteur. »

Autant de soutiens qui, passée cette journée du 1er janvier, seront en droit d’attendre rapidement un renvoi d’ascenseur.

Source La Croix du 31/12/2018

En complément sur La Croix6 Figures clés du gouvernement Bolsonaro

*Rejoignez le Mouvement pour abolir les bulles papales coloniales par la débaptisation, en masse, et ainsi FAIRE TOMBER L’EMPIRE sans arme, ni haine, ni violence et par APOSTASIE COLLECTIVE en récusation de la doctrine chrétienne de la découverte.

Investi aujourd’hui ; 1er janvier 2019, Jair Bolsonaro forme plusieurs projets mortifères, soufflés par les voix de ses maitres en coulisse, et celui qui nous intéresse tout particulièrement, et qu’il a annoncé tout juste élu/placé dans le fauteuil présidentiel ; d’extirper la philosophie de Paulo Freire des écoles !

Le Président Jair Bolsonaro contre le pédagogue Paulo Freire

Irène Pereira, 9 novembre 2018 URL de l’article ► http://journal.alternatives.ca/spip.php?article8485

Le candidat d’extrême droite Jair Bolsonaro vient d’être élu au Brésil. Il a annoncé son objectif éducatif : extirper la philosophie de Paulo Freire des écoles.

Paulo Freire : un symbole insupportable aux régimes autoritaires

En 1964, un régime militaire, suite à un coup d’État, prend le pouvoir au Brésil. Il arrête les opposants. Dans les premières cibles figurent le pédagogue brésilien Paulo Freire.

Il est arrêté trois mois et torturé. Il est ensuite expulsé de force et ne pourra revenir dans son pays qu’à l’issue d’un exil de 15 ans. Son œuvre est interdite au Brésil. Il est accusé d’endoctrinement marxiste.

Jair Bolsonaro n’a pas hésité à magnifier cette époque où le régime au pouvoir s’en prenait aux opposants. Il a ainsi déclaré par exemple : « L’erreur de la dictature a été de torturer sans tuer. » (Radio Jovem Pan, juin 2016).

L’école sans parti : un mouvement réactionnaire contre les études de genre et Paulo Freire

La critique contre l’œuvre de Paulo Freire ces dernières années a été portée au Brésil par un mouvement conservateur : l’École sans parti. Son objectif : faire interdire aux enseignants des références aux études de genre et à l’œuvre de Paulo Freire, le pédagogue décédé en 1997.

Lors d’un déplacement au Brésil en novembre 2017, la philosophe Judith Butler, figure très connue des études de genre, a été prise à partie par une foule déchaînée et brûlée en effigie comme une sorcière.

Ceux qui défendent l’œuvre de Paulo Freire rappellent qu’il a été prix de la Paix de l’Unesco en 1986 et docteur honoris causa de 28 universités dans le monde.

Son livre Pédagogie des opprimés est traduit dans plus de 20 langues. Il fait partie des 100 auteurs les plus cités dans les université américaines.

Il est le troisième auteur le plus cité dans le monde dans le domaine des sciences humaines et sociales pour son ouvrage : Pédagogie des opprimés (selon une étude de 2016).

Ce qui est fait de Paulo Freire, sans aucun doute, l’universitaire brésilien le plus reconnu dans le monde.

Jair Bolsonaro : Contre l’éducation démocratique et les droits humains

Si l’œuvre de Paulo Freire est si insupportable à des hommes politiques comme Bolsonaro, c’est qu’elle revendique le développement de l’esprit critique et qu’elle se donne pour finalité de développer un type d’éducation conforme à un ethos démocratique.

Bolsonaro s’est illustré avant et durant sa campagne présidentielle par des propos attentatoires à la démocratie et aux droits humains :

– Sur la laïcité et les droits des minorités : – « Dieu est au-dessus de tous. Cette histoire d’État laïc n’existe pas, non. L’État est chrétien et que celui qui n’est pas d’accord s’en aille. Les minorités doivent se plier aux majorités. » (Meeting à Paraíba, dans le Nord-Est, février 2017)

– Sur les personnes noires : « – À propos des descendants d’esclaves fugitifs : « L’afro-descendant le plus léger pesait environ 80 kilos. Ils ne font rien ! Ils ne servent même pas à la reproduction. »
(Conférence après une visite dans une communauté quilombola, avril 2017)

– Sur les femmes : « – « C’est une disgrâce d’être patron dans notre pays, avec toutes ces lois du travail. Entre un homme et une femme, que va se dire un patron ? ‘Purée, cette femme a une alliance au doigt, dans peu de temps elle sera enceinte, six mois de congés de maternité’ […] Qui paiera l’addition ? L’employeur […] et au final la Sécurité sociale. » (Quotidien Zero Hora, décembre 2014)

– Sur les personnes homosexuelles : – « Je serais incapable d’aimer un fils homosexuel. Je préfèrerais que mon fils meure dans un accident plutôt que de le voir apparaître avec un moustachu. » (Playboy, juin 2011)

Toutes ces déclarations ont abouti entre autres à un manifeste de protestation : Manifeste des Femmes Unies contre Bolsonaro (São Paulo). [Traduction en français disponible en ligne].

Paulo Freire : un symbole dans le monde d’une éducation en faveur des droits humains.

Avec toute la finesse qui le caractérise Jair Bolsonaro a déclaré que s’il était élu, il allait « entrer dans le Ministère de l’Éducation avec un lance-flamme et sortir Paulo Freire de là-dedans » (Déclaration aux chefs d’entreprise à l’Espirito Santo, août 2018).

Si Paulo Freire est une référence de l’éducation dans le monde entier, c’est justement parce que ses idées ont inspiré de nombreux courants de l’éducation en faveur des droits humains : pédagogie critique de la race (éducation anti-raciste aux États-Unis), pédagogie critique des normes (Éducation à la sexualité en Suède), pédagogie féministe (aux États-Unis et dans de nombreux autres pays….)

Résistance et solidarité du monde éducatif contre la montée des fascismes dans les Amériques et en Europe

Nous assistons actuellement en Europe et dans les Amériques à la montée de partis politiques qui s’en prennent dans leurs discours aux femmes, aux minorités ethno-raciales, aux migrants et aux minorités sexuelles. Des personnalités politiques prétendant aux plus hautes fonctions ou les occupant n’hésitent pas à attiser des discours de haine.

L’œuvre du pédagogue brésilien Paulo Freire est un symbole contre tous ces discours qui sont à l’encontre des droits humains.

La situation actuelle au Brésil et dans d’autres pays en relation avec la montée des extrêmes-droites ne peut laisser indifférent le monde éducatif.

En France, comme ailleurs dans le monde, il existe des chercheurs/ses et des praticiens/ciennes qui se réfèrent à l’œuvre de Paulo Freire.

L’institut bell hooks/Paulo Freire à Paris organise tous les mois un séminaire qui vise à mieux faire connaître les travaux de Paulo Freire. En 2020 doit avoir lieu en France le XIIe Forum mondial Paulo Freire.

Plus que jamais travailler à partir de l’œuvre de Paulo Freire, la diffuser et la réinventer est un acte de résistance et un acte de solidarité face à la monté des fascismes et des discours de haine.

Pour lire l’article d’Irène Pereira en entier ► http://journal.alternatives.ca/spip.php?article8485

Son ouvrage majeur qu’est La pédagogie des opprimés”, bien que traduit dans 18 langues, est interdit dans certaines États, comme en Arizona par exemple, car jugé bien trop subversif pour le système. La méthodologie pédagogique mise en place par Freire fut considérée si dangereuse et subversive, que l’auteur a dû s’exiler du Brésil pendant plus de 15 ans. C’est aussi peut-être pour cette raison qu’il n’a pas été réédité en français.

C’est pourquoi, Résistance 71 a traduit ce livre en français et m’a demandé d’en réaliser une version PDF que nous proposons en lecture, téléchargement et/ou impression gratos et comme d’hab, car Freire est le grand applicateur du concept appelé en portugais “conscientização” qu’on peut traduire par “conscience critique” et le processus d’éveil aux contradictions socio-politiques nous entourant et l’action entreprise contre les éléments oppresseurs de notre condition sociale. La pédagogie des opprimés explique le cheminement et la praxis de la “conscientização” dans la pratique éducative de Freire. Sa subversion eut pour résultat de voir Freire et sa famille exilés du Brésil entre le coup d’État fasciste de 1964 et 1980.

Avec cette lecture, emparons-nous de ce concept, au Brésil mais aussi en France avec le mouvement des Gilets Jaunes et tous ceux qui les soutiennent activement physiquement ou autrement, car au lendemain du Stand-up de Macron de Rothschild à l’Élysée on comprend bien que (et comme défini par Freire dans ce livre, écrit en 1970) : pour les oppresseurs, ce sont toujours les opprimés (qu’ils n’appellent jamais du reste “les opprimés” bien entendu, mais  selon qu’ils soient leurs propres concitoyens ou pas : “ces gens-là” ou “les masses aveugles et envieuses” ou “sauvages”, “natifs”, “indigènes”, ou “subversifs”), qui sont “violents”, “barbares”, “vicieux” ou “féroces”, lorsqu’ils osent réagir à la violence des oppresseurs.

 

Et là, ça deviendra très très dur à Bolsonaro, Macron, Trudeau ou Trump de continuer à servir leurs maitres soit Le VaticanLa City de Londres & Washington D.C. comme si de rien n’était…

NON ! STOP !YA BASTA! RETIRONS LEUR NOTRE CONSENTEMENT…

JBL1960