Avis de Trumpette sur Sioux Standing Rock

Certes la cavalerie n’a pas sonné la charge !

Mais il n’y a aucune raison pour lever le camp !

◄|►

États-Unis : les Sioux de Standing Rock de nouveau dans l’incertitude

Source : RFI | URL de l’article ► http://www.rfi.fr/ameriques/20161205-etats-unis-sioux-standing-rock-dakota-pipeline

Après la bonne nouvelle de dimanche, l’administration fédérale ayant décidé d’étudier un nouveau tracé pour le pipeline, afin d’éviter ce que les Indiens considèrent comme des terres sacrées, l’équipe Trump envoie des messages divergents. Le nouveau président peut renverser cette décision dès son arrivée à la Maison Blanche. Les Sioux de la tribu de Standing Rock, dans le Dakota du Nord, sont inquiets.

Avec notre correspondante à Washington,  Anne-Marie Capomaccio

Après les chants de victoire, le réveil est difficile. Les Sioux de Standing Rock ne savent pas si le tracé contesté du pipeline évitera finalement les terres sacrées et les réserves d’eau potable.

Certes, l’administration fédérale a demandé à la compagnie Energy Transfer d’étudier une nouvelle route pour l’oléoduc dans le Dakota du Nord. Mais l’équipe Trump va s’installer à la Maison Blanche, et les conseillers ont apporté leur soutien au tracé contesté.

David Archambault, le chef de la tribu, ne baisse pas les bras. « Il y a plus de 7000 personnes ici, elles sont installées, elles vont rester, elles n’ont pas l’intention de partir », dit-il.

Il ne se passera certainement plus rien avant le 20 janvier. Mais les signaux sont inquiétants pour les opposants à l’oléoduc. D’après la presse, Donald Trump détient des actions de la société Energy Transfer qui doit construire le pipeline, un projet de 3,7 milliards de dollars.

Sur son site internet, la compagnie dénonce l’arrêt des travaux. Une décision politique, dit le communiqué, pas étonnante venant de l’administration Obama.

◄|►

Voilà pourquoi comme je l’expliquais hier dans ce billet le plus complet possible ► Aucune raison de lever le camp !  et comme  Résistance71 le précise aujourd’hui on n’a nullement crié victoire !

Standing Rock : La victoire sur DAPL est loin d’être acquise, mesure et vigilance que diable !…

URL de l’article ► https://resistance71.wordpress.com/2016/12/06/standing-rock-la-victoire-sur-dapl-est-loin-detre-acquise-mesure-et-vigilance-que-diable/

Aujourd’hui n’est pas une victoire pour les protecteurs de l’eau

Johnny Dangers

We Are the Media,

December 5, 2016

Traduit de l’anglais par Résistance 71

URL de l’article en anglais ► http://wearethemedia.tv/opinion/2016/today-is-not-a-victory-for-water-protectors/

Les manchettes de canards n’arrêtent pas un oléoduc ! Aujourd’hui n’est pas un jour de victoire ! Je veux que ceci soit clair comme de l’eau de roche…

Ne vous laissez pas berner par les manchettes des merdias ou la propagande. Je ne quitte pas Standing Rock et j’intime tous les protecteurs de l’eau d’écouter leur cœur et vos prières pour rester ici jusqu’à ce que le serpent noir soit mort et enterré. Vous faites confiance en mes informations parce que je vous transmet la dure vérité, alors je vais vous la donner maintenant.

Je n’ai absolument aucune confiance dans le fait que DAPL ne va pas forer sous la rivière Missouri à cause de ces mots ! L’amende est minime et ils ne respectent en rien la loi ni les droits humains. Je vous ai montrè dans bien des photos et des vidéos plus tôt cette année la continuité du travail du DAPL pendant l’injonction. Les gens célébrèrent également à la vue des manchettes, mais cela ne les a pas arrêté…

Je n’ai absolument aucune confiance dans le nouveau président élu Trump. Il fera tout ce qui est en son pouvoir et celui de son gouvernement pour que cet oléoduc soit construit. Il abrogera ou changera tout ce qui sera nécessaire pour que ceci se produise. Toutes les règles passeront par la fenêtre lorsque Trump prendra ses fonctions en Janvier prochain. Il y a toujours un ordre d’expulsion militaire valide et ceci pourrait très bien être utilisé pour faire pression sur le camp pour forcer les protecteurs hors de la terre des traités. Si un nombre suffisant de protecteurs s’en va du camp maintenant, ce que je suspecte va se produire suite à la lecture de ces manchettes propagandistes et de la déclaration de “victoire” de Greenpeace, il sera bien plus facile de virer par la force les quelques protecteurs qui resteront en place.

Je peux voir maintenant les forces de Morton County Sheriff et la sécurité privée barbouze du DAPL sur les collines de l’autre côté de la rivière Cannonball tourner autour. Les grandes barricades monstrueuses en béton bloquant la voie d’accès où la police se gaussait de nous alors qu’elle pointait ses canons à eau sur des manifestants innocents et les arrosait dans des températures sub-zéro, sont toujours en place. Le fil de fer constantine sur l’Île de la Grande Tortue et les collines est toujours là.

L’armée a suspendu la décision à cause du défaut d’évaluation de l’impact sur l’environnement mais N’A PAS REFUSÉ le permis de construire pour traverser la rivière Missouri. Ceci est une distintion légale très très importante qui n’est aucunement rapportée par quelques merdias que ce soit qui ne comprennent pas la nuance légale (NdT: ou font semblant de l’ignorer…). Dérouter l’oléoduc 15km plus au nord est totalement inacceptable car cela continue de mettre l’eau potable de la nation Standing Rock et celle de millions de personnes alentours en danger direct. […]

Je vous conjure de continuer de soutenir la lutte.

Je vous aime tous et vous remercie de votre solidarité.

Jusqu’à ce que nous nous rencontrions en défense de l’eau.

◄|►

Parce  que lutter contre l’Empire anglo-américain ► Lutter contre l’empire anglo-américain

C’est lutter contre tous les empires !

Ne lâchons rien !

Soutenez les protecteurs de l’eau.

JBL1960


 

 

 

 

Aucune raison de lever le camp !

À Sioux Standing Rock !

Ah ça non, alors !

C’est une vieille ruse… De Sioux…

TOUR DE PRESSE DU 05/12/2016 ▼

URL de l’article sourcehttp://ecoquebecinfo.com/pipeline-a-standing-rock-victoire-sioux/

Pipeline à Standing Rock : Victoire sioux

Le Corps des ingénieurs de l’armée américaine n’approuvera pas les permis nécessaires à la construction de l’oléoduc Dakota Access à laquelle s’opposent les communautés autochtones de la région pour des raisons environnementales et culturelles. Il s’agit d’une grande victoire pour ces communautés et leurs milliers d’alliés autochtones et non autochtones qui manifestent depuis l’été aux abords du chantier et dont les camps risquaient d’être démantelés demain.

S’il avait été complété selon les plans les plus récents, l’oléoduc construit par une société texane aurait passé sous les deux principales sources d’approvisionnement en eau de la communauté lakota, soit le lac Oahe et la rivière Missouri, et menacé des lieux de sépulture ancestraux.

L’oléoduc doit transporter du brut du Dakota du Nord à l’Illinois. Un nouveau tracé devra être identifié, selon le corps des ingénieurs de l’armée. La société texane, Energy Transfer, s’était refusée à explorer une telle éventualité.

Lire sur La Presse

►◄

National Observer : U.S. Army stands with Standing Rock, halts construction for Dakota Access pipeline

Madonna a honte d’être une Américaine

Mickael Destrampes / Le Journal de Montréal :

La situation de Standing Rock et de la gestion des terres autochtones qui secoue l’Amérique l’ont poussée à y aller de cette déclaration : « J’ai honte, honte d’être américaine, honte d’être un être humain. »

Lire sur Le Journal de Montréal

►◄

Communiqué : Déclaration de l’Assemblée des Premières Nations concernant Standing Rock

OTTAWA, le 4 déc. 2016 /CNW/ – L’Assemblée des Premières Nations (APN) a publié aujourd’hui la déclaration ci-dessous concernant les événements qui se déroulent dans le territoire traditionnel des Sioux de Standing Rock et la Réserve indienne de Standing Rock :

L’APN et l’ensemble des membres de son Comité exécutif, y compris les Chefs régionaux, le Conseil des aînés, le Conseil des femmes et le Conseil national des jeunes, sont solidaires des habitants de Standing Rock.

L’APN soutient nos protecteurs de l’eau, le travail qu’ils accomplissent ainsi que tous ceux qui les appuient.

Nous demandons au gouvernement des États-Unis d’assurer la paix et le respect pour les protecteurs de l’eau et les personnes qui les appuient, et nous exhortons le gouvernement du Canada à implorer les autorités et le gouvernement américains de veiller à la sécurité de tous ceux qui soutiennent Standing Rock.

Source CNW

►◄

Standing Rock : le tracé du pipeline rejeté, victoire des opposants

ICI Radio-Canada avec AP :

Le corps des ingénieurs de l’armée américaine n’accordera pas de servitude au controversé projet d’oléoduc Dakota Access au Dakota du Nord, a-t-il annoncé, dimanche.

Cette décision représente une victoire pour les milliers de personnes qui occupaient, depuis des semaines, les terres que devait traverser l’oléoduc. Les opposants au projet soutiennent que celui-ci menace des sources d’approvisionnement en eau et des sites culturels.

La construction de l’oléoduc est presque terminée à l’exception d’un segment près du lac Oahe, un réservoir du fleuve Missouri. Mais la secrétaire adjointe aux Travaux publics de l’armée, Jo-Ellen Darcy, a expliqué que la décision était fondée sur la nécessité « d’explorer de nouvelles routes pour la traversée » de l’oléoduc.

La meilleure façon de procéder de manière responsable et rapide est d’explorer des routes alternatives pour la traversée de l’oléoduc.
– Jo-Ellen Darcy

Le constructeur Energy Transfers Partners s’est déjà montré réticent à modifier le tracé du projet. Il n’a pas voulu commenter, pour l’instant, la décision de l’armée.

Lire sur ICI Radio-Canada

►◄

Dakota du Nord : le tracé d’un oléoduc controversé est rejeté

AFP :

(…) Le combat de la tribu sioux s’était attiré des sympathies au-delà des tribus amérindiennes et des sympathisants de différents horizons campent par milliers près du chantier afin de le bloquer. De récentes manifestations ont été durement réprimées par les forces de l’ordre.

Des manifestations recevant le soutien de politiciens, artistes et activistes environnementaux ont également éclos dans tout le pays.

«Nous soutenons de tout cœur la décision de l’administration et rendons hommage avec une extrême gratitude au courage du président Obama et des ministères concernés pour avoir pris les mesures nécessaires pour corriger le cours de l’histoire et agir dans le bon sens», a réagi le chef de la tribu de Standing Rock, Dave Archambaut.

«Nous ne sommes pas opposés à l’indépendance énergétique, au développement économique ou à la sécurité nationale, mais nous devons nous assurer que les décisions prises respectent nos peuples indigènes», a-t-il ajouté.

Lire sur La Presse

►◄

Une victoire pour les opposants de Standing Rock

AFP :

(…) Par ailleurs, le gouvernement américain a ordonné aux occupants de lever leur principal campement situé sur un terrain appartenant au génie de l’armée. Les manifestants disent qu’ils sont prêts à demeurer sur place. Les autorités ont déjà indiqué qu’elles n’emploieront pas la force pour les faire partir.

Le projet a suscité une levée de boucliers chez les Premières Nations de la région et les écologistes.

L’oléoduc doit traverser quatre États.

Les coûts de construction sont estimés à 3,8 milliards $.

►◄

Mais la secrétaire adjointe aux Travaux publics de l’armée, Jo-Ellen Darcy, a expliqué que la décision était fondée sur la nécessité « d’explorer de nouvelles routes pour la traversée » de l’oléoduc.

Sans déconner ?

20 minutes via Les Moutons Enragés reprend cette info ▼

Le «courage du président Obama»

Des manifestations recevant le soutien de politiciens, artistes et activistes environnementaux ont également éclos dans tout le pays.

« Nous soutenons de tout cœur la décision de l’administration et rendons hommage avec une extrême gratitude au courage du président Obama et des ministères concernés pour avoir pris les mesures nécessaires pour corriger le cours de l’histoire et agir dans le bon sens », a réagi le chef de la tribu de Standing Rock, Dave Archambault. « Nous ne sommes pas opposés à l’indépendance énergétique, au développement économique ou à la sécurité nationale, mais nous devons nous assurer que les décisions prises respectent nos peuples indigènes », a-t-il ajouté.

►◄

Le courage du président Obama ?

Celui qui pour moi est le dernier empereur de l’Empire déglingué comme le nomme Kahentinetha de la Nation Mohawk et celui qui voulait envoyer la cavalerie à Sioux Standing Rock…

À propos des propos de Dave Archambaut II

Résistance au colonialisme : Succès à Standing Rock mais la vigilance est de rigueur. Appel aux protecteurs à rester sur place !

URL de l’article source ► https://resistance71.wordpress.com/2016/12/05/resistance-au-colonialisme-succes-a-standing-rock-mais-la-vigilance-est-de-rigueur-appel-aux-protecteurs-a-rester-sur-place/

Nous sommes tout à fait d’accord avec le premier commentaire cité. Confiance zéro ! La traîtrise est au coin du bois ! Ils ne font que gagner du temps pour recycler l’affaire. — Résistance 71 —

Quelques rapides réponses à la nouvelle que le Corps du Génie de l’armée US a arrêté la construction de l’oléoduc DAPL

 Warrior Publications |  4 décembre 2016 |  Url de l’article original : https://warriorpublications.wordpress.com/2016/12/04/some-quick-responses-to-us-army-corps-of-engineers-halting-dapl-construction/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

En trainant sur internet j’ai trouvé quelques déclarations intéressantes au sujet de l’annonce faite par le Corps du Génie de l’armée américaine qu’il a refusé la facilitation pour le forage sous le lac Oahe, un réservoir de la rivière Missouri. J’ai pris la liberté de collecter quelques commentaires pertinents sur FB. Quelques uns contredisant la déclaration du président de tribu de Standing Rock Dave Archambaut II, qui a dit que les manifestants pouvaient donc maintenant rentrer chez eux.

Note de Résistance 71 : Dave Archambaut II est le chef élu du conseil de tribu sous la loi fédérale indienne, c’est à dire une marionnette du gouvernement fédéral colonial des États-Unis, qui fait et fera ce qu’on lui dit et dira de faire parce que lui et ses sbires bouffent au râtelier colonial depuis que ce système gestionnaire mortifère a été introduit. Certains de ces “chefs” (non traditionnels et non reconnus par leurs pairs dans la vaste majorité des cas) œuvrent ouvertement pour leurs maîtres qui les ont mis en place moyennant finances et privilèges mafieux, d’autres essaient plus de ménager la chèvre et le chou. Archambaut est plus vraisemblablement dans la seconde catégorie mais ne peut néanmoins pas être cru à 100% loin de là…

Rax Symelich a dit : “Non, le DAPL n’est pas mort. Non, nous n’avons pas gagné ! Non, non et non, ceci est une ruse. Le Corps du Génie de l’armée a refusé de donner une facilitation de forage et de construction sous le lac Oahe à Energy Transfer Partners ; ceci ne veut pas dire que c’est un refus catégorique. Ce que cela veut dire est qu’ils vont faire une ‘étude sur l’impact environnemental’ limitée avant d’autoriser les travaux. Cette étude prendra quelques mois, dès lors Trump sera président et ils espèrent que les protecteurs de l’eau seront partis pour qu’ils puissent finir les travaux de construction de l’oléoduc tranquillement, loin de toute attention médiatique.”

Pennelys Droz a dit: “Le DAPL a dit qu’ils vont construire de toute façon, sans permis. Les protecteurs de l’eau Oceti Sakowin sont instamment demandés de rester aux camps. Le CG a refusé le permis, l’annonce a été faite publiquement au grand cercle d’Oceti Sakowin, en direct sur la radio Standing Rock Spirit Resistance. Depuis le camp: le DAPL va payer les amendes pour continuer les travaux sans permis. On a demandé aux gens de rester au camp Oceti Sakowin, de ne pas quitter le camp parce que le DAPL va continuer les travaux de toute façon. Mot d’ordre: Restez ! et assurons nous que cela ne se produise pas !”.

Klee Benally, un organisateur avec Indigenous Action et qui a été impliqué depuis plusieurs années dans une campagne pour arrêter la construction d’une station de ski sur San Francisco Peaks a dit:

“On a célébré cette victoire, mais nous devons rester très vigilant. Le processus NEPA n’est pas du tout fait pour servir les intérêts indigènes. Nous avons expérimenté tout ceci au travers de la profanation de sites sacrés comme les San Francisco Peaks. Il y a eu des déclarations et résultats de recherche d’impact environnemental qui ont facilité la profanation des sites sous le gouvernement Obama, alors imaginez ce que çà va être sous celui de Trump ! Des fascistes dans son genre ont essayé d’éviscérer les processus du NEPA depuis des années. Pour complètement mettre un terme à ces oléoducs nous devons en fait mettre un terme au système qui les génère. Protégeons tous les endroits sacrés, amenons la lutte chez nous. Célébrez, organisez-vous et continuez la lutte en retour.”

►◄

Voilà, les Zunies n’ont respecté aucun des 400 traités signés depuis… Le début ! Donc vous pensez qu’il faut les croire ? Tenez, dans ce billet la Nation Mohawk nous rappelle 2 ou 3 trucs qu’il vaut mieux avoir à l’esprit, c’est plus prudent ! Niawen ► Merci en Mohawk !

D’autant que vous avez bien lu : le DAPL est presque fini, 17 banques financent, dont 4 grandes banques françaises ► BNP PARIBAS, CRÉDIT AGRICOLE, NATIXIS, SOCIÉTÉ GÉNÉRALE et la Jo (pas moi, hein ?) non la Darcy vient la bouche en cœur affirmer qu’ils vont explorer de nouvelles routes pour la traversée de l’oléoduc ? Mais chère Madame, NON c’est NON, et puis où que vous pensiez aller ce sera en terres Amérindiennes puisque vous êtes des occupants illégaux

Tenez Résistance71 vient de traduire le dernier avis de Mohawk Nation News sur le sujet ▼

Résistance au colonialisme : état policier et exploitation sans retenue (Mohawk Nation News)

URL de l’article source ► https://resistance71.wordpress.com/2016/12/05/resistance-au-colonialisme-etat-policier-et-exploitation-sans-retenue-mohawk-nation-news/

Gorge Profonde

 Mohawk Nation News |  2 décembre 2016 |  URL de l’article original : http://mohawknationnews.com/blog/2016/12/02/deep-throat/

Raniakwes, Gorge Profonde*, nous dit ces mots de sagesse :

Nous vivons dans un état policier. L’entreprise crée l’esclavage, l’endoctrination et le génocide du peuple. Lorsque nous ne nous soumettons pas, on nous voit comme des INDIENS ‘hors réserve’. Géronimo, Crazy Horse, Gall et bien d’autres aujourd’hui qui n’obéissent pas, sont diabolisés, bannis ou mis en prison, voire même assassinés. Nous refusons de laisser les envahisseurs mettre en place et forcer sur nous, leurs règles personnelles qui ne servent qu’eux-mêmes.
D’autres Onkwe’hon:weh, peuples naturels, tout comme des Américains et des Canadiens ainsi que le monde, refusent d’être contrôlés par cet ordre mondial de la domination par le Vatican, la City de Londres, Washington DC (NdT : Les 3 cités états qui gèrent le monde) et Goldman Sachs.

Ils utilisent nos fils et nos filles, nos neveux et nièces et nos petits-enfants pour imposer leur programme d’annihilation ici et à l’étranger. Ils leur font faire le sale boulot et se prostituer afin de réduire leur propre peuple en esclavage, de façon à ce que le 1% (NdT : le 0,001% en fait, c’est a dire en gros 70 000 membres de l’hyper-classe capitaliste dans le monde entier contrôlant 80-90% de la richesse et du patrimoine, qui tiennent en laisse les 7 autres milliards et quelques, surréaliste non ?…) puisse devenir encore plus riche, plus puissant et plus brutal.

Cet agenda apocalyptique est fondé sur l’exploitation des humains, des ressources, de la nature, des minerais et de tout ce qui peut les rendre plus puissants. De fait, absolument rien ne leur appartient de manière légale.

Nous refusons d’être intimidés. Nous laisserons un héritage à nos enfants qu’ils respecteront et dont ils seront fiers, ainsi ils pourront continuer d’accomplir à leur tour les instructions originelles.

L’exploitation corporatrice de tout le monde ne sera pas tolérée. La volonté de la création est que le pouvoir est en fait les gens et toutes espèces vivantes sur cette planète. Kaia’nere:kowa, la Grande Loi de la Paix, nous aide à l’introspection afin de trouver les réponses.

Le tout premier groupe d’anciens combattants est arrivé aujourd’hui à Standing Rock afin de créer un bouclier humain autour des protecteurs Onkwe’honweh de l’eau. Ce moment historique nous rappelle 1917 et le début de la révolution en Russie. La police refusa de combattre le peuple et le rejoignit. Le tsar Nicolas II envoya l’armée pour mâter le peuple et la police. L’armée aussi rejoignit le peuple. La vie du tsar se termina peu de temps après. L’union objective commune coupera la tête du serpent noir. Nous savons que pour survivre, nous devons sauver la terre, l’eau, l’air et toute vie.”

(*) “Gorge Profonde” ou “Deep Throat” en anglais était le nom de code du fuiteur du FBI dans l’affaire du Watergate. Il était le contact et la “taupe” des journalistes du Washington Post Bob Woodward et Carl Bernstein en 1972, qui leur refilait des infos sur les agissements du gouvernement de Richard “je ne suis pas un escroc” Nixon. En utilisant ce nom comme personnage de ce billet, l’auteure fait une référence directe à la corruption inhérente et intrinsèque à l’État et à ses institutions.

Le véritable nom de “Gorge Profonde” était le directeur adjoint du FBI d’alors Mark Felt, décédé en 2008, il admit et il fut confirmé par de multiples sources y compris le WP en 2005 qu’il était bien “Gorger Profonde”.

►◄

Voilà pourquoi nous pensons que personne ne doit lever le camp.

Et au contraire continuer à relayer les appels à lutter et résister pacifiquement contre les destructeurs de vie à Sioux Standing Rock…

https://www.facebook.com/Veterans4StandingRock/

http://sacredstonecamp.org/donate/

www.warriorpublications.wordpress.com

www.mohawknationnews.com

www.indiancountrytodaymedianetwork.com

JBL1960

Source de l’image ► Artindien.com ► Guerriers Sioux – US Gouv. Public Domain

Manu veut faire Vallser tout le monde

Au pas de l’oie ! Et c’est toujours Non !

Pas plus Fillon, que le Manu ► Pourquoi pas nous ?…

Surtout quand on voit les nominations en Trumpettes du 1er président anti-establisment !

Étienne Chouard ne dit pas qu’il détient la vérité absolue. Il démonte le Système actuel, qui ne fonctionne pas, qui n’a jamais fonctionné et qui ne fonctionnera jamais parce le Système tel qu’il a été conçu, l’a été pour confisquer l’exercice du pouvoir au peuple.

C’est ceux qui écrivent les lois qui fixent les limites donc les gonzes ne se fixent pour eux aucune limites ! Normal… Chouard nous explique divinement bien que c’est mieux quand on remet les mots à l’endroit… Y nous donne des pistes pour arrêter de se vautrer ; Écoutons-le !

Étienne Chouard sur la démocratie Française

Les entretiens Colibris avec Étienne Chouard
Mise en ligne par Syul – le 19/09/2016

Et pour preuve que dans ce Système, c’est plié en 4 et qu’il faut dès à présent s’organiser, nous, la minorité en associations libres œuvrant solidairement. Et lorsqu’une société organique parallèle fonctionnera, la masse suivra, comme elle suit le système institutionnalisé maintenant puisque la masse va toujours dans le sens du meilleur courant, comme un banc de poissons !

La liste des licenciements mondiaux extraite de la revue de presse internationale du blog de Pierre Jovanovic de ce lundi 5 décembre 2016 ► LA LISTE DES LICENCIEMENTS DU DÉBUT DÉCEMBRE 2016 : LE CHAOS RÈGNE DE PLUS EN PLUS du 5 au 9 décembre 2016 : Quand il n’y en a plus, il y en a encore, et par chariots entiers…. Les seules embauches que je vois ce sont des petites-mains prises pour la période des fêtes, parfois à coup de 2.000 par Amazon ou La Poste. Mais en Europe ces embauches passent par les boîtes d’intérim. Aux US le chômage a fait un nouveau bond, à un tel point que d’ici un an ce seront 100 millions de gens sans emploi sur une population de… 320. Et tout ça pour sauver les banques en 2008 !!!

Alliance Castings aciérie, jette à la rue 400 ouvriers au 30 décembre !!!!!!!!!! « President Ken Meredith said the company blames the downturn in the energy field« , c’est clair c’est un « downturn » merci à Cédric

Amaya Canada jeux poker, un quart des salariés envoyés chez Caribou Emploi après en avoir viré 360 en 2015. Il en reste 30… merci à Mr Kerzabi

American Apparel (suite) 3.500 salariés ont reçu leur notification de licenciement pour le 6 janvier 2017. L’année commence fort, merci à Myriam

Baker Hugues Ghana, pétrole, 130 techniciens virés, merci à Myriam

Banca Popolare di Vicenza la banque du Nord de l’Italie a décidé de licencier 700 banquiers !!! merci à Cédric

BCBG Canada on ne sait pas combien sur les 70 boutiques BCBG au Canada (23 au Québec) vont fermer, mais 23 salariés ont été envoyés chez Caribou Emploi merci à Mr Kerzabi

Becton Dickinson le géant de la technologie médicale ferme son usine de Creedmoor et licencie 120 personnes merci à Myriam

Bodybuilding.com même les musclors n’ont plu d’argent, 90 salariés jetés à la rue merci à Myriam

Boehringer Ingelheim licencie encore et encore !!! cette fois 120 techniciens, merci à Mme Lefumeux

Clearwater Paper US le papetier jette à la rue 85 ouvriers merci à DJC

CMA-CGM la grand français du transport maritime licencie 50 salariés au Havre et à 10 à Marseille merci à Mr Amor

Conserverie Minerve à Lorient, 75 salariés iront chez Pôle Emploi merci à Lionel

Coventry (ville UK) la choléra économique continue ses dégâts: 821 professeurs risquent de perdre leur emploi à Coventry suite à des réductions budgétaires merci à

Crédit Suisse UK massacre à Londres: 175 banquiers jetés à la rue merci à Cédric

Detroit Medical Center 120 médecins, infirmiers et admins virés merci à Myriam

Dia Discount celui de Brey a fermé le 29 novembre 2016 et les 6 salariés ont été envoyés chez Pôle Emploi, merci à Metzmos

Domaine du Fraisse de Nouic en Haute-Vienne avec près de 800 hectares, est l’une des plus grandes surfaces de terre certifiée bio en France: 4 hectares étaient dévolus au maraîchage, une installation qui cesse son activité après 7 ans d’existence, merci à Eté Français

DreamWorks Animation le studio de dessins animés va jeter à la rue 170 programmeurs et dessinateurs merci à DJC

Etats-Unis le nombre d’Américains au chômage a atteint les 95,1 millions !!!! avec une hausse de 446.000 de chômeurs en juste 1 mois (novembre) merci aux lecteurs

Fidelity Bank la crise pétrolière frappe partout, 200 banquiers africains jetés à la rue au Ghana merci à Mme Lefumeux

FuelCell Energy touché par la crise, FE licencie encore, cette fois 96 alarisé merci à Mme Lefumeux

GE Fuel Cell Malte General Electric continue, ici 27 ingénieurs de plus, merci à Myriam

Ghana Textile Printin la crise s’étend même aux pays qui fournissent les MP: 130 ouvrières jetées à la rue, pourtant elles ne gagnaient pas grand chose merci à Myriam

GM et S Industry France 200 salariés sont partis ce matin vendredi 2 décembre de La Souterraine en Creuse pour Poitiers. Ils ont manifesté leur mécontentement dans les rues de la ville en réponse à l’annonce du redressement judiciaire de leur entreprise. merci à Eté Français

GoPro wouaaa Nouveau licenciement chez le No1 des caméras casse-cou: 200 programmeurs et ingénieurs licenciés DE PLUS merci aux lecteurs

I-Tele (suite) la chaîne d’infos archi nulle et qui donne les mêmes infos, et dans le même ordre, LoL, que BFM-WC, a viré 85 journalistes et admins…

IFEP Leo Lagrange est en faillite totale: « L’association de formation et d’éducation permanente est en liquidation judiciaire. Né il y a une trentaine d’années, a 6 agences (Amiens, Albert, Roye, Saint-Quentin, Tergnier, Laon) avec 9 salariés et 4 à temps partiel, travaillent à accompagner des personnes vers l’emploi » merci à Mr Dufrenoy

Imperial Tobacco UK l’équivalent de la Seita en Angleterre licencie également, ici 100 ouvriers merci à Edwin

Labima Belhique laboratoire pharmaceutique, ferme, 18 techniciens chez Belge Emploi merci à Mme Rennenson

LeEco le géant chinois des médias mobile et telecoms, a jeté à la rue 800 informaticiens en raison du ralentissement des ventes en ce début de décembre !!!! Mais le DRH dit que « ce ne sont pas pas des licenciements » LoL merci à Myriam

Leo Burnett HK le géant mondial de la publicité vire 15 publicitaires de son bureau Hong Kong… Quand les multinationales chinoises stoppent la pub merci à Cédric

Limited Stores la grande chaîne américaine de boutiques contrainte de virer 240 cadres de son propre QG !!!! merci à DJC

La Marseillaise le quotidien communiste du sud de la France est en faillite… Comment ont-ils survécu de 1978 jusqu’à ce jour EST le vrai mystère ! merci aux lecteurs

Luxembourg le pays enregistre 3 faillites par jour !!!!! le gouvernement commence à paniquer !!!!! Certes, mais c’est maintenant trop tard, merci aux lecteurs luxembourgeois

Mondelez Canada l’usine de Montréal ferme, 454 salariés iront chez Caribou (vous comprenez pourquoi les espaces du Toblerone ont grandi) merci à Louis et à tous les lecteurs du Québec

Montres Pequignet France horlogerie de haut niveau près de Besançon, environ 12 salariés iront chez merci à Mr Converset

NBC Toldeo WNWO la chaîne locale affiliée à NBC obligée de virer 11 animateurs et délocalise son service d’information merci à Mme Lefumeux

Nicot Gourmet à Saint Hernin, 25 salariés iront chez Pôle Emploi merci à Lionel

Nolan Seafoods UK les Anglais ne peuvent toujours pas s’acheter à manger ! 40 ouvriers licenciés, merci à Myriam

Petrole (UK) selon une stat du The Courier, 67% des compagnies pétrolières du Royaume Uni ont licencié du personnel en 2016 et/ou ont baissé les salaires ! «  67% of businesses reduced employment in 2016, with 43% cutting pay and 40% significantly changing staff benefits as the low oil price continues. Operators reported a 15% decline in their UK-based workforce over the period while contractors reduced staff by 7%. There are signs job-shredding is slowing, however, with operators expected to cut staff by a further 5% in the next year – down from the 17% forecast six months ago. » merci à Myriam

PSA Courrier d’une lectrice : « Voici ce qui se passe au sein de la belle, grande et très propre (de l’extérieur) entreprise Peugeot sur le site de Sochaux (maison mère quand même). Il y a quelques temps vous avez écrit que PSA allait licencier un nombre conséquent de salariés. Ce qui est juste. MAIS il y a une chose très importante et très grave qui se passe dans l’entreprise à l’abri de tous regards extérieurs et divulgations. PSA est très malin, très fin dans ces façons de procéder. PSA vend ces usines (ferrage, emboutissage, peinture, contrôle qualité, logistique, etc. ainsi que tous les services administratifs) aux fournisseurs extérieurs (Gefco Géodis, Trigo, Iss, etc.) qui fabriquent des pièces. Pour l’instant PSA ne conserve que l’usine de montage. Toutes ces entités interne PSA qui sont le cheminement pour la fabrication de véhicules, sont vendus à ces boites externes et bien entendu le PERSONNEL avec. En clair: « Tu signes un avenant à ton contrat de travail avec cette nouvelle boite ou tu te trouves un autre job ailleurs ». Et voilà, PSA se débarrasse de ces salariés en restant un gentil employeur. Et vu toutes les boites qui mettent la clé sous la porte, certains employés sont prêts pour aller bosser. LICENCIEMENT DÉGUISÉ. Ni vu, ni connu je t’embrouille. Avec tout la pression qui va avec » merci à notre lectrice.

Reinhart Foodservice les Américains non plus ne peuvent s’acheter à manger, 66 salariés virés par manque de ventes merci à Mme Lefumeux

Rogers Media Canada le groupe de presse jette à la rue 87 salariés merci à Moumou27

Rolls Royce le département maritime jette à la rue 800 salariés !!!! merci à tous mes lecteurs

(secteur médico-social Fr) de notre lecteur: « je travaille dans le médico-social et chez nous les plans de licenciement sont déguisés si bien qu’entre 2008 et 2016 l’effectif moyen est passé chez nous de presque 500 à moins de 300« , merci à Anthony

Starplast France basé à Limoges a annoncé 22 suppressions de poste sur 61 merci à Eté Français

Stoke on Trent (ville UK) la municipalité sera obligée de virer 202 fonctionnaires pour avoir son budget à l’équilibre merci à Myriam

Sud Radio basé à Labège près de Toulouse (et propriété de Fiducial Médias) déménage à Paris et du coup les 25 salariés risquent bien d’être virés! Il n’y aura plus de Sud Radio dans le… Sud ! Mais tout le monde a compris… ce déménagement a été fait pour forcer les gens à partir. Déjà 7 salariés virés merci à Serge

Sylviana Lampes Belgique l’usine de Tienen ferme (l’UE a interdit les lampes halogènes en Europe) et 180 salariés iront chez Belge Emploi merci à Mr Peeters

TransAmerica US le célèbre assureur de San Francisco vire 120 assureurs merci à DJC

◄|►

Alors, je ne suis pas d’accord à Pierre Jovanovic notamment sur les solutions à mettre en place car pour moi, la solution est hors-institutions ► RÉFLEXION + ACTIONS COLLECTIVES HORS INSTITUTIONS.

Union + Organisation = Action Directe Efficace.

Je précise que c’est « ni dieu ni maitre, sans arme, ni haine, ni violence » Ici ; Et que je préfère être taxée d’utopiste, car mon rêve vaut mieux que leur cauchemar. D’autant qu’on est de plus en plus nombreux à faire le même rêve… Même les vétérans de guerre appellent à résister pacifiquement c’est donc que nous ne sommes pas de doux dingues ► Aujourd’hui l’info la plus importante que celle de la baffe que vient de ce prendre le Matteo Renzi, qui l’a bien cherché en même temps, c’est la bataille pour l’eau à Sioux Standing Rock. Parce que cet oléoduc en construction sur le territoire Sioux, se fait avec le financement de 17 banques mondiales dont 4 grandes banques françaises ► BNP PARIBAS, CRÉDIT AGRICOLE ► NATIXIS ► SOCIÉTÉ GÉNÉRALE ; ; Et comme d’hab dans un silence assourdissant alors que nous avons ainsi les moyens de faire exploser le Système !

https://www.letemps.ch/monde/2016/12/04/activistes-antipipeline-menaces-dexpulsion

C’est ce qu’explique Chouard en votant on donne les clefs à des geôliers pour qu’ils nous mettent en tôle ; Et ils auraient bien tort de s’en priver puisque nous sommes incapables d’exercer le contrôle des pouvoirs. C’est comme de donner de la drogue à un drogué et de lui dire ; C‘est pas glop dis donc ! Tu t’en es mis plein le Pif

Comme nous y appelle Zénon dans son dernier texte « Médiocratie » ; Soyons l’étincelle capable d’embraser tout l’empire

Et le souffle aussi, pour entretenir cette étincelle qui pourrait bien finalement embraser tous les empires

JBL1960

La Bataille pour l’eau à Sioux Standing Rock

Tout commence ce lundi 5 décembre 2016

Plus de 200 Nations Primordiales se dressent contre la construction de l’oléoduc sur les terres ancestrales Sioux Standing Rock et plus de 2000 vétérans de guerre ont répondu à l’appel à rejoindre pacifiquement les indigènes qui résistent sans relâche ni répit depuis le mois d’août 2016 comme expliqué pour la 1ère fois sur ce blog ici ► Aux colons repentis de la Terre !

Source de l’article original traduit par R71 ►  http://indiancountrytodaymedianetwork.com/2016/08/15/dakota-access-pipeline-standoff-mni-wiconi-water-life-165470

Et parce que l’administration Oblabla, le dernier empereur de l’empire déglingué, a ordonné à la cavalerie de charger ce lundi 5 décembre, jour de naissance d’un certain Général Custer…

Le lien vers la page Facebook « Veterans Stand for Standing Rock » est làhttps://www.facebook.com/Veterans4StandingRock/

Et vers sacrestonecamp ► http://sacredstonecamp.org/donate/

Et en France, nous sommes légitimes à soutenir cette contestation, puisque 4 grandes banques françaises financent la construction de cet oléoduc en territoire Sioux et comme je l’ai révélé pour la 1ère fois ici ► AUX ZUNIENS DE PAPIER et expliqué en détail avec l’aide de Résistance71 là  ► Finalement Killary se tire une balle…

J’ai si souvent appelé à tout changer en relayant l’article de Patrick O. Strickland qui décrit la vie actuellement dans la réserve indienne de Pine Ridge ► CHANGEZ-TOUT !

Nous luttons ici contre le black-out total des Merdias !

Quelques infos dans les médias alternatifs émergent, mais c’est trop peu ► http://lesakerfrancophone.fr/leau-un-probleme-concernant-les-droits-de-lhomme-a-standing-rock

http://reseauinternational.net/standing-rock-la-plus-grande-mobilisation-indigene-depuis-plus-dun-siecle/

Alors que les Natifs luttent pour la vie en luttant pour la préservation de l’eau…

Je réaffirme que lutter, aux côtés des Natifs, contre l’empire anglo-américain ; C’est lutter contre tous les empires !

~~~~▼~~~~

Résistance au colonialisme : Toile de fond historique de Standing Rock avant l’assaut militaire prévu du 5 décembre… (Russell Means)

Url de l’article sourcehttps://resistance71.wordpress.com/2016/12/04/resistance-au-colonialisme-toile-de-fond-historique-de-standing-rock-avant-lassaut-militaire-prevu-du-5-decembre/

La toile de fond historique de Standing Rock : les traités de Fort Laramie de 1851 et de 1868

 Depuis l’autobiographie du grand activiste Lakota Oglala Russell Means et le chapitre 43 de son livre “Where White Men Fear to Tread” (éditions St Martin’s Griffin, 1995)

 ~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 4 décembre 2016

 “Après plus d’un siècle de colonisation, nous peuple indien, avons appris à exceller à nous battre entre nous. Nous avons, de manière bien regrettable, appris à refléter la société blanche.”
~ Russell Means ~

“Notre présence au camp de Yellow Thunder [en 1981] ramena le traité de Fort Laramie de 1868 au goût du jour. Ce traité fut signé par le Lieutenant Général William Tecumseh Sherman représentant les États-Unis d’Amérique et par les leaders des nations Lakota et Cheyenne représentant leurs peuples respectifs. Ce traité reconfirma que le territoire de mes ancêtres s’étendait de la branche nord de la rivière Platte dans ce qui est aujourd’hui l’état du Nebraska, vers l’Est au travers de l’Iowa et jusqu’à la rivière Missouri et au Nord au travers des deux états du Dakota, du Wyoming et du Montana jusqu’au Canada. En son centre se situait les Collines Noires (Paha Sapa). Nos droits sur Paha Sapa furent reconfirmés dans un document écrit en anglais qui stipulait très clairement que le traité ne pouvait être amendé que par le vote des ¾ des Lakota mâles adultes.

Les États-Unis avaient désespérément recherché ce traité après avoir été battus bataille après bataille. Il est bien triste de constater que tous ces combats auraient été totalement inutiles si les États-Unis n’avaient pas trahi les termes du traité de Fort Laramie de 1851, traité qui garantissait aux États-Unis un droit de passage au travers des territoires indiens jusqu’à la côte Ouest. Lorsque des garnisons commencèrent à s’installer le long de la piste Bozeman vers les mines d’or du Montana, mes ancêtres leur demandèrent de les retirer. Notre peuple a attendu jusqu’en 1866, alors que la guerre de sécession (1861-65) avait épuisé l’homme blanc militairement, économiquement et spirituellement. C’est alors que les Lakota défendirent leurs terres, attaquant les armées de l’envahisseur et les chassant.

Tout comme nous avons cru Nixon et ses porte-flingues dans les années 1970, nos ancêtres avaient signé le traité de Fort Laramie en 1868 croyant les mots du président Andrew Johnson et de ses généraux, Sherman, John B. Sanborn, William S. Harney, et Philip Sheridan, connu pour sa déclaration tristement célèbre : “Le seul bon Indien est l’Indien mort.” Quatre ans plus tard, sans aucune permission des Lakota, Sheridan envoie George Armstrong Custer rechercher de l’or dans les Collines Noires. Mes aïeux le laissèrent faire ses tribulations sur nos terres sacrées sans le toucher ni lui ni sa force expéditionnaire. Quand Custer trouva ce qu’il cherchait, le gouvernement du président Ulysse Grant fuita l’information et en quelques mois, notre terre sacrée fut envahit par une armée de prospecteurs. Notre peuple voyageait régulièrement dans ce territoire sacré de Khe Sapa, visite faite pour renouer avec la force spirituelle, mais nous n’avions aucun campement permanent sur ces terres. A l’encontre des mines d’or de Californie où les mineurs massacrèrent tout ce qu’ils trouvaient comme Indiens, il n’y eut aucun massacre, aucune confrontation. Néanmoins, mon peuple avertit alors les chefs militaires US et les agents civils du gouvernement fédéral, que si les mineurs restaient, alors ce serait un retour à la guerre, mais ils laissèrent les premiers chercheurs de fortune tranquilles. Mes aïeux pensaient que lorsque les leaders blancs à Washington apprendraient ce qui se passait, ils se comporteraient en êtres humains, honoreraient leur parole et forceraient les mineurs à partir.

Au lieu de cela, en juin 1876, Sheridan envoya Custer et le 7ème de cavalerie résoudre le “problème indien”, dans ce qui allait devenir une des plus célèbres confrontations entre les blancs et les Indiens du XIXème siècle. Au lieu de rencontrer des femmes, enfants et vieillards sans défense comme ils en avaient l’habitude et qui constituaient la vaste majorité de leurs victimes, les maraudeurs tombèrent sur des groupes d’hommes indigènes armés sur les berges de la rivière Greasy Grass. Ils payèrent un très lourd tribut pour cette erreur. Embarrassés et humiliés, les États-Unis commencèrent à chercher d’autres moyens pour pouvoir répudier le traité. Les colons ne pouvaient pas obtenir ces fameux ¾ de la population mâle adulte à signer un nouveau traité et enterrer celui de Fort Laramie, alors ils saoulèrent des “Indiens de forts” (NdT : des groupes d’Indiens qui restaient près des forts blancs et vivaient aux crochets des colons et de l’armée), mis tous ensemble, ils représentèrent moins d’un neuvième de la population adulte mâle Lakota et après bien des chantages et des menaces, les firent apposer leur marque sur un accord qu’ils ne pouvaient pas lire. Ces nouveaux documents cédaient les Collines Noires au gouvernement fédéral américain. Ce vol en bande organisée fut nommé “l’accord de 1876”.

Lorsque la très vaste majorité de mes ancêtres refusèrent toujours de céder les terres de Paha Sapa, les blancs les menacèrent alors de les déporter en “pays indien”, ce qui est aujourd’hui l’état de l’Oklahoma. En substance les Lakota répondirent ceci à la menace : On vous a déjà botté le cul, on va le refaire, alors allez-y venez… En substance les hauts-fonctionnaires US répondirent : vendez-nous les Collines Noires ou crevez de faim !

Les agents du gouvernement refusèrent de délivrer la nourriture et les vivres que le traité nous allouait ainsi que les munitions pour la chasse. Et notre peuple refusa toujours de vendre. Les blancs prirent notre terre sacrée quoi qu’il en soit en 1876, ils assassinèrent le grand Crazy Horse en 1877 et Sitting Bull en 1890 ainsi que quiconque était une menace à leur fièvre de l’or. A cause de la famine provoquée par les agents du gouvernement et des douzaines d’autres actes de génocide, mes ancêtres devinrent trop faibles pour résister militairement.

Les mineurs blancs dépouillèrent les Collines Noires de plus d’un milliard de dollars d’or et de bien plus de minerais et ce sans aucune tentative ou velléité de compensation de la part du gouvernement fédéral.”

=*=

Note de R71 : Toute cette zone renferme du charbon, du cobalt et surtout une grande “valeur” moderne : de l’uranium.

 =*=

“Toute la tradition européenne, marxisme inclus, a conspiré pour défier l’ordre naturel de toutes choses. La terre-mère a été abusée, les pouvoirs ont été abusés et tout ceci ne peut pas continuer indéfiniment. Aucune théorie ne peut venir changer ce simple fait. La terre-mère va riposter, l’environnement va riposter et ceux qui abusent seront éliminés. Les choses reviennent au point de départ. C’est çà la révolution. C’est aussi une prophétie faite par mon peuple, par le peuple Hopi et bien des autres peuples corrects. Les Indiens des Amériques ont essayé d’apprendre cela aux Européens depuis des siècles ; mais, comme je l’ai dit plus tôt, les Européens sont incapables d’écouter. L’ordre naturel des choses gagnera et les abuseurs, les offenseurs mourront, comme les daims meurent lorsqu’ils brisent l’harmonie en surpeuplant une zone donnée. Ce n’est plus qu’une question de temps avant qu’une catastrophe naturelle ne se produise, une catastrophe aux proportions planétaires. C’est le rôle des Indiens et de toutes choses naturelles de survivre. Une partie de notre survie consiste à résister. Nous résistons non pas pour renverser un gouvernement ou pour saisir le pouvoir, mais simplement parce qu’il est normal et naturel de résister à l’extermination, de survivre. Nous ne voulons en aucun cas le pouvoir au-delà des institutions des blancs, ce que nous voulons c’est que les institutions des blancs disparaissent. C’est çà la révolution.

Nous, les Indiens des Amériques, sommes toujours en contact avec ces réalités, les prophéties, les traditions de nos ancêtres. Nous apprenons de nos anciens, de la nature, des pouvoirs. Et quand la catastrophe sera passée, nous les Indiens des Amériques, nous serons toujours là pour habiter ces terres et ce continent. Peu importe si ce ne sera qu’une poignée d’entre nous au fin fond des Andes. Le peuple amérindien survivra, l’harmonie sera rétablie. C’est çà la révolution.

~ Extrait du discours de Russell Means durant le Black Hills International Survival Gathering, Dakota du Sud, juillet 1980 ~

(Traduit de l’anglais par Résistance 71)

~~~~▲~~~~

Voilà, entre autres, pourquoi Kahentinetha de la Nation Mohawk nous a appelé, il y a peu à nous lever pour notre mère Terre ► Soyons l’étincelle…

Toutes les Nations Primordiales vivaient en harmonie avec la Nature, et depuis des millénaires, contrairement à ce que l’on veut nous faire croire avec la théorie fumeuse du Détroit de Béring, avant l’arrivée de l’homme blanc, qui décida de « Tuer l’indien pour sauver l’homme » blanc et chrétien de préférence… Pour l’or ! Et aujourd’hui encore pour l’or Noir, le Sacro-saint pétrole.

Et tout comme Oblabla hier, Donald Trump qui a déclaré que les « Indiens n’étaient pas souverains » est là pour réaffirmer la supériorité naturelle divine de l’Amérique messianique et pour les siècles et les siècles…

C’est contre cela que nous pouvons nous lever, contre cela que nous devons nous dresser, tous ensemble, colons repentis, occidentaux affranchis de toute idéologie coloniale et aux côtés des Natifs donc aujourd’hui Amérindiens, demain du Mexique, après-demain d’Australie, Nouvelle Zélande, d’Afrique, en passant par Gaza et la Vallée du Rojava partout ou l’homme blanc s’affirme supérieur aux races inférieures…

Contre cette idéologie que Trump réaffirme en nommant à des postes « clef » des hommes comme Pence, Price, Ross, John « Mad Dog on the line » Mattis.

Et à laquelle un Fillon a déjà totalement prêté allégeance au nom des racines chrétiennes.

Ce combat est légitime et il commence demain…

Ou pour que tout prenne fin dès aujourd’hui !

JBL1960

Articles Connexes :

Et le souffle aussi…

Y’a de l’eau dans le gaz…

LES RÉPLICANTS

Boum ! Big Badaboum !

Chhuutt ! Silence, on tue…

De Standing Rock à Gaza

Des racines pas si chrétiennes que ça !

Nos ancêtres les… Germains ?

Faisons un peu d’histoire, ça nous changera !

Après Clovis Roi des Francs : Déjà dans ce billet sur « Nos ancêtres les Gaulois » :

Précisions sur Charlemagne ; Karl des Grosse, couronné à Aix la Chapelle ou  Aachen !

Entre autres choses…

~~~~▼~~~~

Petit retour historique sur les « barbares » et la « civilisation »…

« Barbares » et « civilisations »

Url de l’article sourcehttps://resistance71.wordpress.com/2016/12/03/petit-retour-historique-sur-les-barbares-et-la-civilisation/

 Jean-Paul Demoule* |  22 janvier 2016 |  url de l’article original : http://www.jeanpauldemoule.com/barbares-et-civilisations/

(*) Jean-Paul Demoule est professeur émérite de protohistoire à la Sorbonne, membre de l’Institut Universitaire de France, ancien directeur de l’Institut National de Recherche en Archéologie Préventive (INRAP) et a collaboré au CNRS. Spécialiste de l’âge de fer, de l’histoire de l’archéologie, il est considéré comme le père de l’archéologie préventive en France. Le professeur Demoule est l’auteur ou co-auteur de 17 ouvrages publiés depuis la fin des années 1990, notamment de l’excellent « On a retrouvé l’histoire de France », paru en 2012.

En ces temps pessimistes, l’Histoire ne cesse d’être requise dans les médias et dans les discours politiques. On se souvient comment la « Fin de l’histoire » avait été annoncée à grand fracas au moment de la Chute du Mur de Berlin par l’idéologue conservateur américain Francis Fukuyama, usant du détournement d’un concept à l’origine hégélien : après la disparition du communisme d’État, le libéralisme économique et la démocratie (dans sa version occidentale) étaient voués à régner indéfiniment sur le monde. Mais la première guerre d’Irak intervint juste après, et un autre idéologue, américain lui aussi, Samuel Huntington, annonça au contraire en 1996 un « Choc des civilisations » (« The Clash of Civilizations and the Remaking of World Order »), théorie à laquelle la seconde guerre d’Irak et l’invasion de l’Afghanistan après le 11 septembre 2001 auraient donné a posteriori un sens, mais pas forcément celui qui était prévu. Le développement depuis lors de mouvements islamistes terroristes et l’actuelle crise des réfugiés venus d’Afrique et du Proche-Orient ont rendu plus paroxystiques encore ces références historiques et leurs manipulations, opposant « civilisation » (sous-entendue occidentale) et « barbares » – et si « barbares » il y a, les plus mécaniquement connus d’entre eux sont bien sûr ceux des « Invasions barbares » qui mirent fin au monde antique.

Les barbares sont dans nos murs

Ainsi la présidente du Front national français déclarait-elle dans une réunion publique à Arcachon le 14 septembre 2015 : « Sans nulle action de la part du peuple français, l’invasion migratoire que nous subissons n’aura rien à envier à celle du IVe siècle et aura peut-être les mêmes conséquences ». Elle précisait cette référence historique (peut-être après consultation de son service de communication) dès le lendemain matin sur la radio France Inter : « J’ai dit – je n’ai pas d’ailleurs comparé [sic] – que nous pourrions assister dans les années qui viennent à l’équivalent des invasions vécues au IVe siècle, c’est-à-dire ces gigantesques mouvements migratoires, qui n’étaient pas en réalité des invasions au départ, mais qui étaient des installations. Voilà. Et je pense que gouverner c’est prévoir ».

Sa nièce, la députée Marion Maréchal-Le Pen, avait invoqué une actuelle « guerre de civilisation » dans un entretien au journal Présent (du 15 janvier 2015) ; et affirmé le 5 juillet dernier, dans une réunion publique au Pontet (Vaucluse), dont le nouveau maire appartient à son parti : « La Provence est une terre d’identité et de résistance. Résistance des princes provençaux face à l’invasion sarrasine, résistance face à la terreur révolutionnaire, face à la réforme protestante, face à l’occupant allemand, face au funeste projet de l’Union européenne en 2005. ». Elle devait d’ailleurs s’en excuser peu après auprès des autorités protestantes, arguant de ses propres origines partiellement protestantes.

Ces comparaisons avec les barbares d’antan n’étaient pas nouvelles. On la trouvait déjà quelques mois auparavant – comme je l’ai évoqué dans un texte précédent – dans la bouche de l’essayiste et nouvel académicien Alain Finkielkraut : entre ces fameuses « invasions barbares » du Haut Moyen Âge et les immigrations des dernières décennies, l’identité française serait restée intacte et inchangée. Les « quarante rois » ou les « quinze siècles » qui auraient « fait la France » maintes fois invoqués par nos dirigeants, du général de Gaulle à Nicolas Sarkozy, seraient un fait historique.

Qu’est-ce que la France ?

On le sait, l’histoire réelle est toute autre. À la fois parce que la « France » du Haut Moyen Âge n’existait pas en tant que telle, que le royaume franc de Clovis avait peu à voir avec les frontières françaises actuelles (la Bretagne et tout le quart sud-est en moins ; la Belgique et l’Allemagne du sud-ouest en plus), et qu’il faut attendre la fin du Moyen Âge pour que les frontières de « la France » commencent à ressembler un peu aux actuelles, encore qu’il y manquait, entre autres, toute la partie orientale – Lorraine, Alsace, Savoie, comté de Nice, Corse. Une large partie de cet actuel territoire n’est en outre que le résultat de conquêtes sur des populations parlant des langues bien différentes du « français », et donc d’une « identité » et d’une culture différentes – Occitanie, Catalogne, Pays basque, Bretagne, Alsace et Moselle, Flandres, Corse.

Symétriquement, des migrants n’ont cessé d’arriver de l’extérieur et de se mélanger dans ledit territoire depuis les fameuses « invasions barbares » du 4ème siècle : Bretons, Arabes et Vikings au cours du premier millénaire, Anglais à partir du 14ème siècle, tout comme Tziganes ou Roms, Juifs réfugiés d’Espagne puis Morisques aux 15ème et 16ème siècles, sans compter toutes les cours qui accompagnèrent les reines de France étrangères (d’Italie, d’Espagne, d’Autriche, de Pologne …) et surtout les mercenaires qui aux 17ème et 18ème siècles composaient au moins un quart des armées royales. Puis vinrent aux 19ème et 20ème siècles les travailleurs de l’industrie, italiens, belges, espagnols, portugais, polonais ; tout comme les réfugiés politiques fuyant les persécutions, au 19ème siècle d’abord, puis au 20ème siècle : Arméniens rescapés du génocide de Turquie, Russes Blancs, Juifs d’Europe orientale fuyant les pogroms, Républicains espagnols, allemands, italiens – la frontière entre réfugiés « politiques » et « économiques » restant bien souvent ténue.

À cela se sont ajoutés les mouvements dans l’autre sens : les protestants réfugiés en Angleterre et en Allemagne après la révocation de l’Édit de Nantes, et tous les colons partis de métropole vers l’Amérique du Nord et l’Inde dans le premier empire colonial français, en attendant évidemment le second empire colonial, commencé avec la conquête de l’Algérie de 1830 et parachevé par la Troisième République.

On le voit, il faut beaucoup ignorer l’histoire, ou beaucoup tenter de la manipuler, pour prétendre que les immigrations nord-africaines du dernier demi-siècle, « politiques » ou économiques », représenteraient un événement sans précédent, prélude à un « grand remplacement » dans une « France » inchangée depuis quinze siècles. Ces comparaisons hasardeuses sont d’autant plus surprenantes que, par exemple, le dernier recueil d’Alain Finkielkraut invoquait par son titre, emprunté à Charles Péguy, « La seule exactitude ». Et que précisément il s’y oppose, au nom de l’ « exactitude » historique et du « réel », aux comparaisons entre l’actuelle montée des mouvements d’extrême droite partout en Europe et le même phénomène pendant les années trente ; et, plus insupportable encore pour lui, la comparaison entre le rôle de boucs émissaires que jouaient les Juifs dans la phraséologie (avant passage à l’acte) des mouvements fascistes européens d’avant-guerre, et le rôle de boucs émissaires que jouent les immigrés dans la phraséologie actuelle des héritiers de ces mouvements.

C’est ce même souci d’ « exactitude » historique qui aura permis au nouvel académicien de faire, comme le veut la coutume sous la Coupole, l’éloge de son prédécesseur, Félicien Marceau, pseudonyme de Louis Carette, condamné en Belgique pour collaboration avec le nazisme et écrits antisémites, et dont l’élection en 1975 provoqua la démission de l’académie du poète résistant Pierre Emmanuel.

Quant aux comparaisons, on trouvera sans peine, par exemple, des invectives adressées dès la fin du 19ème siècle à l’encontre des travailleurs immigrés italiens (il y eut des massacres, comme à Aigues-Mortes en 1893), parfaitement superposables à celles qui fleurissent quotidiennement sur les immigrés d’Afrique du nord.

Lumpenproletariat

Les assassins manipulés qui ont commis les crimes de masse du 13 novembre 2015 à Paris sont-ils pour autant des « barbares », au sens historique du terme ? Et leurs crimes seraient-ils sans équivalent dans l’histoire ? Faut-il rappeler que les pires massacres et viols commis en Europe depuis la fin de la dernière guerre mondiale, relevant tant du crime contre l’humanité que du crime de guerre, et du crime tout court, l’ont été par des « chrétiens » « blancs », serbes et dans une moindre mesure croates, contre d’autres « chrétiens », mais surtout contre des « musulmans » ? – les guillemets n’ayant ici pour fonction que de disjoindre tradition culturelle et pratique religieuse.

À ce moment là, tout comme aujourd’hui, les victimes n’avaient et n’ont pas le même poids, ni ne reçoivent les mêmes témoignages de solidarité selon le pays où elles sont assassinées. Et, dans la Yougoslavie des années 1990 comme dans la France de 2015, les religions monothéistes sont aussi l’habillage idéologique visible des luttes de pouvoir et des luttes sociales. Les criminels de 2015 semblent bien relever d’une étrange alliance, sous couvert d’une déviation religieuse aberrante – mais toute religion n’est-elle pas d’abord, pour reprendre Freud, une névrose, encore que l’on ait ici plutôt affaire à des comportements psychotiques – alliance pathologique, donc, entre les luttes de pouvoir au Moyen-Orient et le ressentiment social de populations défavorisées, ex-colonisées, de l’Europe occidentale.

Une alliance monstrueuse où ce qui ressemble beaucoup à une insurrection sociale embryonnaire est passée, en dix ans, de l’incendie massif de voitures dans les quartiers pauvres, comme on l’a vu en 2005, à l’assassinat à bout portant de jeunes gens du même âge, appartenant aux classes sociales intermédiaires. Une insurrection sociale qui se trompe de cible, à la fois manipulée et réactionnaire, loin de toute revendication politique organisée et cohérente, bref typique à toutes époques des mouvements de ce que l’on peut continuer à appeler avec pertinence le « Lumpenproletariat ».

S’y ajoute sans doute l’effet de déréalité que confère la « société du spectacle », où les écrans – informations du monde ou jeux vidéos – ont remplacé la participation directe au monde réel, qu’aucune frontière nette ne sépare plus du monde virtuel, pas plus que le mal ne l’est du bien. Et s’y ajoute enfin, de la part de ceux qui manipulent les assassins, un sens certain de la communication moderne, sinon postmoderne, parfaitement contradictoire avec leur prétendu retour au sources d’un Islam médiéval fantasmé.

Les « invasions barbares » ont-elles existé ?

Mais revenons à l’histoire, à nos barbares historiques et à la « civilisation ». Ce dernier terme, qui émerge à l’époque les Lumières, est utilisé sous un sens laudatif dans toutes les classifications évolutionnistes, qui distinguent, comme Lewis Morgan repris par Friedrich Engels, les trois stades successifs de la « sauvagerie » (les chasseurs-cueilleurs du paléolithique), de la « barbarie » (les agriculteurs néolithiques et les sociétés à chefferie) et enfin de la « civilisation » (successivement antique, médiévale et moderne). Au 19ème siècle, la préférence allemande pour le mot « Kultur » influencera en retour la langue française, qui hésitera dorénavant entre « culture » et « civilisation » pour désigner aussi bien des sociétés précises que LA civilisation tout court (c’est à dire plus ou moins la nôtre). D’où les fluctuations, comme pour le titre du célèbre ouvrage de Freud de 1930, Das Unbehagen in der Kultur, traduit tantôt par « Malaise dans la culture » – tantôt par « … dans la civilisation ».

Si bien qu’il y a désormais une constante confusion, plus ou moins implicite, entre LA civilisation, comprise comme le plus haut degré d’achèvement de l’histoire humaine, et LES civilisations, dans le sens large d’un type de société. On se souvient des déclarations remarquées du ministre de l’Intérieur, Claude Guéant, affirmant quelques semaines avant l’élection présidentielle de 2012 que « toutes les civilisations ne se valent pas ». Il fut soutenu, dans la polémique, par le président de la République qui n’y vit que « du bon sens ». Dans les médias occidentaux des débuts de l’année 2016, le « choc des civilisations » est devenu un terme d’emploi banal.

Mais l’ambigüité existe aussi chez les historiens. Bryan Ward-Perkins, un historien anglais, intitula son livre de 2005 The Fall of Rome and the End of Civilization, néanmoins traduit en 2014 en français sous le titre moins péremptoire de : La chute de Rome : Fin d’une civilisation. De même, le livre très médiatisé (et abondamment primé aux États-Unis) d’Eric Cline proclamait 1177B.C. : The Year civilization collapsed – ce qui fut traduit l’année suivante en 2015 par : 1177avant J.-C., le jour où la civilisation s’est effondrée. D’un point de vue historique, certes les archéologues ne trouvent plus après cette date de palais, de fresques, de masques en or ou de tablettes inscrites et parlent, déçus, d’Âges Sombres (Dark Ages). Mais, comme après l’effondrement de la civilisation de l’Indus ou des Mayas, ce sont toujours les mêmes communautés villageoises qui subsistent sur place, simplement sans la couche dirigeante qui vivait de leur exploitation. C’est pourquoi un autre livre très populaire, celui de Jared Diamond, Effondrements, comment les sociétés décident de leur disparition ou de leur survie (2005), fut contesté dès l’année suivant sa parution lors d’un colloque d’archéologues : Questionning Collapse. Human Resilience, Ecological Vulnerability, and the Aftermath of Empire (publié en 2010 sous la direction de Patricia McAnany et Norman Yoffee).

De fait les « barbares » n’ont pas toujours été regardés de la même façon. Tacite avait fait des Germains de « bons sauvages », qu’il opposait aux mœurs dissolues de sa Rome antique. Le Moyen Âge a été sévère à leur égard et créa la légende de ces « fléaux de Dieu » ; mais cette époque fut à son tour « barbarisée » à l’âge classique, qui traita son art de « gothique », c’est-à-dire « digne des Goths », cependant que la noblesse d’Ancien Régime se réclamait d’une ascendance franque, et donc barbare. La Révolution, avec l’abbé Siéyès lui rendit la politesse en invitant ces « sauvages sortis des bois et des étangs de l’ancienne Germanie » à retourner là d’où ils venaient – ce que beaucoup firent, avant de revenir dans les fourgons de la Restauration. Le romantisme allemand au contraire, prenant Tacite au mot, réhabilita les barbares dont le sang neuf et viril aurait eu raison de la décadence romaine. Eric Michaud vient de montrer, dans un livre passionnant, « Les invasions barbares – une généalogie de l’histoire de l’art », comment l’histoire de l’art se construisit au 19ème siècle sur une telle réhabilitation.

Mais vient la Troisième République, née d’une défaite contre l’Allemagne, dont la victoire permit l’unification presque complète. Dans la construction du roman national français que va diffuser la toute nouvelle école publique, les barbares redeviennent barbares, et vont le rester durablement. Les pages des manuels scolaires illustrent en images éloquentes les hordes sauvages déferlant sur notre pays. Il faut aussi se tirer d’un douloureux paradoxe : les Francs, qui ont donné son nom à la France, à sa langue et à sa monnaie, sont des Germains. On tâche de gommer cette germanité des débuts de l’histoire officielle, tantôt en barbarisant les « rois fainéants » mérovingiens, tantôt en francisant ce qui pouvait être sauvé : Karl des Grosse devient Charlemagne, et Aachen Aix la Chapelle. Et l’on voit dans l’art roman une résurrection de l’art celtique, après une regrettable parenthèse barbare.

L’archéologie et les barbares

On en était là depuis un siècle quand, avec le développement de l’archéologie préventive durant les trois dernières décennies, le tableau changea radicalement – grâce aussi à une relecture critique des sources historiques qu’illustrent les travaux de Bruno Dumézil en France, de Walter Pohl en Autriche ou encore de Florint Curta aux États-Unis. L’archéologie ne témoigne en effet d’aucun cataclysme généralisé, dans lequel aurait péri, sous les coups des barbares, tout le monde civilisé. Si le style des objets se transforme, comme il se transformait dans le passé, les campagnes, leurs fermes et leurs grands domaines continuent d’être occupés. Les villes tout autant, même si elles diminuent parfois en taille, construisent ou renforcent leurs fortifications, indices de temps moins calmes que sous l’empire, et si les archéologues y rencontrent d’épaisses couches de terres organiques, les fameuses « terres noires », laissées par des zones non construites, ou construites en matériaux légers, ou encore vouées au rejet de détritus.

Les « barbares », on le sait, ne voulaient nullement détruire l’Empire, mais au contraire s’y intégrer, même s’il y eut parfois des mouvements violents, qu’il faut néanmoins relativiser. Les rois barbares se faisaient représenter en empereurs romains, Charlemagne compris, et tous les barbares se convertirent au christianisme, dans ses différentes variantes d’alors. La grande bataille des Champs Catalauniques où furent repoussées en 451 les armées d’Attila, officiellement emblématique du combat des forces du Bien contre le Fléau de Dieu, opposait en réalité deux coalitions de peuples germaniques, au gré de ralliements de circonstances. Un peu comme une autre bataille emblématique, celle du Champ des Merles à Kosovo Polje en 1389, qui vit les troupes du Sultan Bajazet prendre, face à l’armée serbe du prince Lazare, le contrôle des Balkans pour cinq siècles : elle opposait également deux coalitions, l’armée ottomane incluant des princes vassaux chrétiens, serbes et bulgares.

Et si l’on invoque les « racines chrétiennes de l’Europe », c’est précisément dans l’Europe barbare que ces racines s’enracinent.

Pourtant, la référence aux « invasions barbares » est omniprésente ces temps-ci. La dernière livraison du « Figaro Histoire » le confirme. Cette revue bimestrielle fondée en 2012 est dirigée par le journaliste Michel de Jaeghere, venu de la presse de l’extrême droite policée, successivement Valeurs Actuelles puis Spectacle du Monde, dont il a été directeur. On lui doit plusieurs livres, dont Le Livre blanc de l’armée française en Algérie (2002 : livre collectif destiné à réhabiliter le rôle civilisateur de notre armée pendant la guerre d’Algérie) ; Enquête sur la christianophobie (2005) ; La Repentance : Histoire d’une manipulation (2007). Et il vient justement de faire paraître aux Belles Lettres : Les derniers jours – La fin de l’empire romain d’Occident. C’est sur la base de ce livre que ce numéro du Figaro Histoire se consacre au thème : « Quand les Barbares envahissaient l’Empire romain », avec des sous-titres explicites en couverture : « Les barbares sont dans les murs » et « comment meurt une civilisation ». Toutes ces transparentes allusions à la présente situation géopolitique ne sont évidemment qu’au prix de singulières déformations de l’histoire. On pourra lire, en symétrique, le numéro spécial des Cahiers de Science et Vie qui, toujours sur les « invasions barbares », propose cette fois un dossier objectif et accessible. C’est possible.

Et sur les migrations dans l’histoire, des origines à nos jours, le colloque de l’Inrap qui leur a été consacré en novembre 2015 en collaboration avec la Cité de l’Immigration peut être suivi sur internet.

Les « races » dans l’histoire

Une ultime remarque historiographique, cette fois à propos des « races », puisqu’une polémique sur la « race blanche » a occupé, faute de mieux, pendant quelques semaines l’actualité médiatique, à la suite des déclarations de la députée européenne Nadine Morano, ancienne secrétaire d’État chargée de la Famille et de la Solidarité. Rappelant que la nation française était « de race blanche », elle se fondait non sans raison sur une déclaration du général de Gaulle, icône nationale. Ce dernier aurait confié à Alain Peyrefitte, qui fut ministre de l’Information et académicien : « Nous sommes quand même avant tout un peuple européen de race blanche, de culture grecque et latine et de religion chrétienne » – ce qui prouve incidemment que la locution désabusée « quand même », qui rythme de nos jours presque toute déclaration publique ou privée, n’est pas si récente.

Maints journalistes se sont contorsionnés, afin de sauver la mémoire du grand homme, en expliquant, soit que Peyrefitte aurait brodé, soit que le général aurait voulu dire autre chose. Il avait écrit pourtant bien avant, dans ses Mémoires d’espoir, à propos de l’Europe : « Pour moi j’ai, de tous temps, mais aujourd’hui plus que jamais, ressenti ce qu’ont en commun les nations qui la peuplent. Toutes étant de même race blanche, de même origine chrétienne, de même manière de vivre, liées entre elles depuis toujours par d’innombrables relations de pensée, d’art, de science, de politique, de commerce, il est conforme à leur nature qu’elles en viennent à former un tout, ayant au milieu du monde son caractère et son organisation ».

La « race » au sens moderne ne date que de la fin du 18ème siècle, quand les savants naturalistes comme Linné ou Blumenbach entreprennent de classer plantes, animaux, minéraux – et humains. L’anthropologie physique à prétention scientifique ne date, elle, que du milieu du 19ème siècle. Paul Broca, le grand médecin progressiste à qui l’on doit notre « zone de Broca », partie de notre cerveau qui nous permet de parler, la définissait comme « l’étude scientifique des races humaines », races par nature inégale. Leur définition reposait sur la mesure des crânes. Or, plus on mesurait de crânes (et jusqu’à 5.000 mesures sur un même crâne), plus les frontières entre groupes humains s’effaçaient – évidemment. Si bien qu’à la fin du 19ème siècle, l’un des principaux disciples de Broca, Paul Topinard, pouvait affirmer : « La race n’existe pas dans l’espèce humaine, […] elle est un produit de notre imagination et non une réalité brute, palpable ». Dès lors, la notion de « race » sortit progressivement du champ scientifique, même si elle survécut en France, avec l’école d’Henri-Victor Vallois, plus longtemps qu’ailleurs.

Mais en tant que terme idéologique, appuyé sur la fausse évidence du sens commun, elle continua, on le voit, une carrière prospère. Le président même de l’Académie des Sciences, Emmanuel Leclainche, pouvait ironiser en 1937 : « Il est entendu que pour les savants, il n’y a plus de races humaines. Mais, malheureusement ou heureusement, il n’est point que des savants sur terre. La masse des ignorants persiste à croire qu’il existe tout de même des Blancs, des Noirs et des Jaunes et qu’on les reconnaît sans trop de peine ». Les choses n’ont pas évolué depuis, malgré les manuels scolaires ou les expositions pédagogiques, comme celle du Musée de l’Homme, il y a quelques années : « Tous parents, tous différents ». L’ironie, si l’on peut dire, de l’histoire est que cette invocation de la « race blanche » a pour fonction actuelle de distinguer « Français de souche » et populations issues d’Afrique du Nord et du Proche-Orient, lesquelles sont pourtant, de par les classifications raciales, de … « race blanche ».

Mais on aurait tort de ne voir là que des résidus idéologiques. Le racisme « scientifique », s’il a abandonné la craniométrie, continue d’utiliser le QI, et surtout la génétique. Le livre de 1994 The Bell Curve: Intelligence and Class Structure in American Life du psychologue Richard Herrstein et du politologue Charles Murray a été un best seller aux États-Unis. Il expliquait que les Afro-Américains ayant « scientifiquement » un QI inférieur à celui des « blancs », il était inutile de gaspiller de l’argent dans des programmes sociaux d’éducation. Best seller aussi A Troublesome Inheritance du journaliste américain Nicholas Wade, paru en 2014, qui prétend sans aucune preuve tangible que les différences génétiques entre les populations du globe expliquent aussi leurs comportements, agressifs ou pacifiques ou généreux, etc – tout comme on « détecte » régulièrement le gène du crime ou de l’homosexualité. Le Wall Street Journal, entre autres, en fit une recension enthousiasme, que ne suffit pas à doucher une lettre collective de protestation, signée par près de 150 généticiens de renom.

Avec l’actuel prestige de la génétique et ses succès effectifs en médecine, dans les enquêtes policières ou encore dans la mise en évidence de migrations préhistoriques, on n’est pas prêt d’en finir avec le racisme biologique.

[…]

~~~~▲~~~~

Sur le massacre des italiens à Aigues-Mortes en 1893 on peut lire le livre de Gérard Noiriel ►  Gérard Noiriel, Le massacre des Italiens, Aigues-Mortes, 17 août 1893 ► Jean-Lucien Sanchez source : https://criminocorpus.revues.org/2622

À partir du XIXe siècle, le rachat des salins par des notables locaux s’accompagne de la mise en place d’un système d’exploitation, le patronage, qui associe des travailleurs réguliers à des travailleurs journaliers, des manœuvres et des petits propriétaires. En 1868, le groupement de propriétaires des marais salants, né sous la Monarchie de Juillet, se transforme en une société par actions : la Compagnie des salins du Midi (CSM). Celle-ci bouleverse les arrangements communautaires antérieurs en disposant d’un monopole sur l’exploitation et le transport du sel. De son côté, l’exploitation viticole connaît une véritable envolée qui permet à nombre de paysans aiguesmortais « de souche » de s’enrichir. Ces activités entraînent une demande importante en main-d’œuvre que la population locale n’est pas en mesure de fournir : une immigration formée de journaliers pauvres et de saisonniers italiens y obvie.

◄ De la naissance des racines chrétiennes ►

Sourcehttps://lecheminsouslesbuis.wordpress.com/2011/12/07/racines-chretiennes/

• Année 71 (BC), après la révolte des esclaves conduite par Spartacus, les Romains crucifient 7 000 hommes sur la Via Appia, imprimant dans tous les esprits le symbole de cruauté extrême de la crucifixion.

• Années 5 ou 4 (BC), naissance présumée de Jésus. Selon les Évangiles, il tentera durant sa brève existence d’introduire un peu de douceur dans un monde de brutes, indisposant l’occupant romain et le clergé israélite. Comme Gautama (dit le Bouddha, – 560), il n’essaiera jamais de fonder une religion. Crucifié vers 30 sur le Golgotha.

• 35, Saül de Tarse (St Paul) se convertit au christianisme sur le chemin de Damas. Il sera le fondateur de l’Église catholique.

• 70 à 100, rédaction des Évangiles. Expansion du christianisme.

• 250, première grande persécution des Chrétiens par Rome. Le christianisme apparaît alors à beaucoup d’Européens comme une force subversive contre l’oppression romaine. (17 siècles plus tard, le marxisme jouera le même rôle contre les empires coloniaux occidentaux, enfants spirituels de l’impérialisme romain.)

• 312, conversion au christianisme de Constantin 1er, afin de se concilier l’influence grandissante de l’Église. Constantin, « premier prince chrétien d’Occident », fera assassiner son gendre, son beau-père, un neveu, un demi-neveu, sa seconde épouse, puis son propre fils Crispus. Grâce à ce monstre sanguinaire, l’Église va étendre sa domination sur tous les peuples de l’Empire.

• 354, la fête païenne indéracinable du solstice d’hiver (No Hel, Nouveau Soleil) du 25 décembre est déclarée d’autorité par le pape Jules 1er date de naissance du Christ, car nul ne connaît la vraie.

• 406-415, invasions germaniques. Privée de guerriers par l’Empire, la Gaule ne peut se défendre. 476, fin de l’Empire romain d’Occident.

• 486, Khlodovic (Clovis), chef des Francs Saliens, envahit le Nord de la Gaule.

• 496, fausse conversion de Clovis au christianisme, ce qui lui assure le soutien du clergé gallo-romain et lui permet d’étendre sa dictature sur toute la Gaule. À l’instar de Constantin, Clovis fut un assassin multirécidiviste qui fit exécuter l’un après l’autre ses pairs, les chefs des tribus franques installées à Cologne, à Cambrai, à Thérouane. C’est donc grâce aux alliances successives de son clergé avec deux criminels impitoyables que la France devint par contrainte et félonie « la fille aînée de l’Église ».

• 800, Charlemagne est couronné à Rome Empereur d’Occident. Il fera massacrer des milliers d’Européens refusant le christianisme.

• 1661, Accession au trône de Louis XIV, le roi bigot qui se prend pour un Soleil. Il prépare la décadence nationale et sème les germes de la révolution. Il émascule l’aristocratie française et transforme les nobles en courtisans poudrés. Par son faste outrancier, son despotisme et ses guerres incessantes, il épuise l’économie et dresse contre lui toute l’Europe. Par fanatisme catholique, il révoque l’édit de Nantes, ce qui entraîne l’exil de 300 000 protestants, qui sont parmi les plus industrieux et les plus cultivés des Français.

• 1751, parution du premier volume de « L’Encyclopédie » de Diderot et d’Alembert, qui inaugure le siècle des Lumières et aura un immense retentissement dans tout le monde civilisé. La publication de « L’Encyclopédie » occupera 1 000 ouvriers pendant 25 ans.

• 1789, l’incapacité de Louis XVI à engager les réformes nécessaires, l’intransigeance de la noblesse et du clergé, la crise économique et financière, la fiscalité écrasante, le terrible hiver 88-89 et les menaces de famine, tout conduit à l’explosion révolutionnaire.

• 1793, exécution de Louis XVI, dictature de Robespierre et instauration de la Terreur, exécution des députés girondins. Robespierre, mystique et fanatique, glorificateur de « l’Être suprême », dévoie l’idéal républicain de 89 et le conduit à l’échec.

• 1801, Bonaparte, à peine français, Premier consul et futur tyran, signe un concordat avec le Pape Pie VII et rétablit le catholicisme.

Pour compléter, je me permets de rappeler l’importance du règne de François 1er source ► hérodote.net.

►◄

Voilà pourquoi il convient, pour réussir la société des sociétés, de s’organiser en associations libres et volontaires avec la commune de Kropotkine en tête, ici. Le village anarchiste de Germinal de la Sierra, et les précisions d’Élisée Reclus « À mon frère le paysan » sur la dépossession volontaire puisqu’on a bien compris que le capitalisme conduit implacablement au fascisme et à la barbarie.

Mais pour ma part, je pense nécessaire préalablement, d’extraire ses fameuses racines chrétiennes, vieilles de 2300 ans, au moins…

Parce que nous nous sommes en mesure aujourd’hui grâce à la lecture de l’anthropologue Marylène Patou-Mathis, ici. Du Dr Ashraf Ezzat ici, et encore ici ou encore . Comme du juriste activiste Steven Newcomb ; Ici et . Et de Peter D’Errico avocat activiste ici et ; De la Nation Mohwak ici ;  De récuser formellement les affirmations suivantes ; « L’homme qui n’est pas blanc est inférieur » mais surtout « Les races supérieures ont un droit vis à vis des races inférieures ».

Dès lors, nous pourrons initier un nouveau paradigme, tous ensemble…

Côte à côte, personne devant, et personne derrière !

JBL1960

Articles connexes sur ce blog ;

https://jbl1960blog.wordpress.com/les-chroniques-de-zenon/

https://jbl1960blog.wordpress.com/faire-tomber-lempire/

Lutter contre l’empire anglo-américain

Mad Dog on the line…

TEP ZEPI : BEGINNING OF A NEW ERA

 

 

Mad Dog on the line…

Donald joue de la Trumpette de la mort !

Et c’est pas faute de vous avoir prévenu ici et !

On a vraiment l’impression de jouer à  Jumanji  ! c’est le jeu qui ordonne et déplace les pions. Les pions se déplaçant tout seul comme magnétisés de l’intérieur…

~~~~▼~~~~

Trump nomme le général James Mattis à la Défense

Jeudi 1er décembre 2016 | Source : lapresse.ca

Url de l’article ► http://www.lapresse.ca/international/etats-unis/201612/01/01-5047151-trump-nomme-james-mattis-a-la-defense.php

Au début de sa tournée de remerciements pour ses électeurs, le prochain président des États-Unis Donald Trump a annoncé jeudi qu’il entendait confier la tête du Pentagone au général à la retraite James Mattis, un militaire au franc-parler surnommé «l’enragé».

James Mattis était l’un des «finalistes» pour ce poste crucial de la prochaine administration, alors que Donald Trump a promis d’intensifier la guerre contre les jihadistes du groupe État islamique en Syrie et en Irak, deux théâtres d’opérations que le général connaît bien.

«L’enragé, il est excellent», a-t-il annoncé en surprenant les milliers de partisans venus le voir à Cincinnati, dans l’Ohio, l’un de ces États remportés par le républicain le 8 novembre dernier.

L’enragé («mad dog») est le surnom de James Mattis, 66 ans, qui serait le premier ex-général à devenir secrétaire à la Défense depuis 1950. Donald Trump l’avait récemment encensé, se disant notamment «impressionné» positivement par sa position anti-torture.

La future administration Trump comptera donc au moins deux anciens généraux, avec Michael Flynn, nommé conseiller à la sécurité nationale. Une situation inédite, qui risque de faire lever quelques sourcils dans un pays qui, depuis ses origines, a toujours exigé un strict contrôle des militaires par le pouvoir civil.

Le Congrès devra en outre accorder une dispense à l’ex-général Mattis, une loi interdisant en effet aux anciens militaires de devenir secrétaire à la Défense pendant sept ans: une condition qui visait à sanctuariser la direction civile du ministère. Or James Mattis a quitté l’armée en 2013 seulement.

La sénatrice démocrate Kirsten Gillibrand a d’ores et déjà annoncé qu’elle refuserait de faire une exception pour le général Mattis. Mais celui-ci reste populaire auprès des parlementaires américains. C’est «un leader extraordinaire qui suscite l’admiration rare et spéciale de ses troupes», a déclaré le sénateur républicain John McCain.

La méthode Trump

Le rassemblement de Cincinnati a ainsi pris un tournant inattendu, au grand plaisir de ses électeurs.

«C’est tout lui», sourit Mary Beth Desch, 59 ans, en s’étonnant d’avoir obtenu directement ce «scoop» sur le prochain chef du Pentagone. «Il va tout le temps nous faire des choses comme ça, et c’est pour cela que je l’aime».

«Nous aurons une dizaine d’étapes, c’est une tournée pour dire merci», a expliqué Donald Trump sur Fox News, dans sa deuxième interview télévisée depuis son élection, alors qu’il n’a toujours donné aucune conférence de presse.

La journée de jeudi était sa première sortie sur le terrain depuis son élection, avec pour objectif d’afficher ses priorités et sa méthode.

Le milliardaire s’est d’abord rendu dans l’Indiana, dans une usine du fabricant de climatisations et d’appareils de chauffage Carrier qu’il s’est targué d’avoir sauvée d’une délocalisation annoncée depuis des mois. Soit 1100 emplois préservés selon lui.

Au passage, Donald Trump a prévenu que les entreprises américaines qui délocaliseraient pour élaguer leurs coûts de production en subiraient «les conséquences».

C’est mardi que Carrier avait annoncé renoncer à son projet de délocalisation, une décision facilitée par des aides de sept millions de dollars de l’État de l’Indiana, gouverné par le vice-président de Donald Trump, Mike Pence.

Le milliardaire a raconté en détail comment, au cours d’une récente conversation téléphonique improvisée, il avait forcé la main de Gregory Hayes, le PDG de United Technologies, la maison mère de Carrier, présent dans la salle.

«Ils disent que ce n’est pas présidentiel d’appeler ainsi les dirigeants d’entreprises géantes. Je pense au contraire que c’est très présidentiel et si ça ne l’est pas, tant pis», a-t-il déclaré.

Mais les opposants démocrates du président élu n’ont pas manqué de s’inquiéter de l’éventuel chantage auquel les patrons américains pourraient se livrer auprès du nouveau pouvoir pour obtenir des aides publiques.

Comme en campagne

Le soir, retrouvant des accents de campagne, Donald Trump a annoncé que le sauvetage de Carrier n’était «que le début», promettant de ramener aux États-Unis les près de huit millions d’emplois industriels perdus depuis 2000.

Dans un discours de 52 minutes, le républicain a également réaffirmé ses promesses de construire un mur à la frontière mexicaine, d’abroger «Obamacare» et d’en finir avec l’immigration clandestine.

Mais il a aussi dit vouloir rassembler un «pays très divisé», tendant la main aux démocrates et dénonçant «l’intolérance et les préjugés».

«Désormais, ce sera l’Amérique d’abord», «Achetez américain, et embauchez américain, ce sera notre mantra», a-t-il déclaré, devant une assistance clairsemée, les fermetures de routes pour raison de sécurité ayant compliqué les accès à la salle de hockey de 17 000 places.

Mais malgré l’ambiance moins électrique, ses partisans ont retrouvé une facette du candidat Trump, qui s’est amusé à faire huer la presse et a raconté en longueur comment il avait déjoué tous les pronostics électoraux.

« On s’est bien amusé contre Hillary, n’est-ce pas ? », a-t-il lancé.

 ~~~~▲~~~~

Il est marrant Donald hein ?

Oui tout est relatif.

Il a bien Trumpé son monde quand même et pourtant tout de suite on avait compris qu’avec Pence, Mnuching, Bolton, Price, Ross et maintenant John Mattis waouaouhhh !

Les dés sont jetés mais ils étaient un peu pipés d’avance !

Bon rigolez pas parce qu’on a le même à la maison ► Fillon avec tambours et Trumpettes !

◄|►

Dès avril dernier, on avait compris, grâce à Résistance71 qui nous avait traduit ceci :

11 septembre nucléaire… 28 pages manquantes… Arabie Saoudite, Israël et la connexion allemande du terrorisme international…

Les États-Unis entrent en mode panique

Gordon Duff | 26 avril 2016 | Url de l’article original : http://www.veteranstoday.com/2016/04/26/neo-us-is-entering-the-panic-mode/

Les 28 pages manquantes du rapport sur le 11 septembre et l’implication de l’Arabie Saoudite nous donne une opportunité de ressortir du placard nos rapports sur l’implication israélo-saoudienne au moyen d’informations que VT a obtenu des enquêteurs mêmes qui placèrent les agents sous surveillance à Fort Lee dans le New Jersey.

Quand nous avons divulgué ce matériel informatif comme partie de notre série sur le 11 septembre, ce qui incluait le rapport du laboratoire Sandia au sujet des bâtiments du WTC qui furent démolis de manière contrôlée au moyen de mines nucléaires placées dans les sous-sols, on ne nous a jamais contredit, nous n’avons jamais non plus reçu de coup de téléphone de quelque officiel que ce soit désirant en savoir plus. Tout et tout le monde est passé en mode sourd-muet, instantanément.

Toute cette info est dans nos archives et a été copiée (traduite) dans le monde entier, ainsi on ne pourra jamais la faire disparaître.

Le public américain va t’il se réveiller et en faire une affaire électorale et par cela je veux dire mener une vie d’enfer au gouvernement Obama pour qu’il ne quitte pas l’administration en couvrant toujours ce qu’il s’est passé en ce 11 septembre 2001 et laisser une autre administration révéler cela laissant à Obama un héritage de maquillage de la vérité ? […]

“En Mai 2014, un informateur de haut niveau lié au ministère de la justice des États-Unis (NDT : le FBI dépend du ministère de la justice US…) nous a contacté avec cette histoire.

Il nous a dit que l’Allemagne a un long protocole secret avec Israël depuis des décennies, qui voit l’Allemagne financer la recherche et le production israélienne d’armement et lui fournit des sous-marins spécifiquement configurés pour le lancement de missile de croisière nucléaires, en retour Israël donne à l’Allemagne des armes nucléaires.

A ce moment là, le “pourquoi” de l’Allemagne, un membre de l’OTAN, voulait des armes nucléaires n’était pas clair. Il devait y avoir plus à cette histoire, bien plus.. et bien oui, c’est le cas.

Ce qui fut apporté fut cette bizarre histoire de la “démocratie libérale” la plus forte d’Europe, qui est en fait quelque chose de bien différent, une nation dirigée par un gouvernement de l’ombre (NdT: elle n’est pas la seule..), infiltré du “réchauffé” de l’Allemagne nazie, qui ont juré de mettre à bas “l’occident corrompu et de ses démocraties élimées.” […]

Le DVD et Christopher Story

En 2010, Christopher Story, connu par bon nombre sous le nom de Edward Harle, est mort mystérieusement. Des gens de l’intérieur des services de renseignement pensent qu’il a été assassiné par le DVD. […]

Christopher Story, un partenaire de longue date de mon excellent ami Leo Wanta, fut un agent des services de renseignement britanniques, bien que ceci ne soit pas inclus dans sa biographie, cela n’en est pas moins vrai.

Story, un conférencier respecté sur les questions de change international et de renseignement, a parlé d’une organisation formée à la fin des années 1920, d’une coalition entre le famille Bush aux États-Unis, alors partie intégrante (NdT : par le truchement du grand-père Prescott Bush) du cartel banquier Harriman/Rothschild de New York et de la City de Londres et du “Project Hitler”, dont l’historien Webster Tarpley a si bien parlé dans son livre : Unauthorized Biography of George H.W. Bush.

D’après Story, ce groupe, qui contrôlait la Réserve Fédérale aux États-Unis et la vaste majorité des banques centrales mondiales, a servi un agenda de conquête du monde, à la fois de manière ouverte et secrète. Story citait Hitler comme étant une “marionnette” de l’organisation qui prendrait plus tard le nom de DVD.

Le premier ministre britannique Edward Heath était un agent du DVD, tout comme le fut le premier ministre Tony Blair et un bon nombre de politiciens britanniques de haut rang.”

Bizarre nouvelle action

Ceci n’est peut-être rien ou pas grand chose, mais il y a juste quelques jours, un ancien général du corps des US Marines, James Mattis a été activé comme un “cheval noir” (un candidat ou concurrent au sujet duquel très peu est connu, mais qui gagne de manière inattendue, d’où l’expression un candidat “cheval noir”…) durant la convention de parti républicain qui s’annonce.

Le plus étrange à ce propos est que Mattis est soutenu par à la fois la gauche et la droite ou par des factions clef de chaque qui sont alignées sur et très proche du lobby israélien (AIPAC), dont on peut maintenant parfaitement assumer qu’il représente aussi la Turquie et l’Arabie Saoudite.

Est-ce que Mattis, un général inconnu de tout le monde, va être capable de mettre KO Donald Trump et de défaire Hillary Clinton ? Cela veut-il dire que malgré leurs déclarations publiques indiquant du contraire, Trump et Clinton ne sont pas des candidats acceptables pour Israël et susceptibles de suivre la politique d’Obama ?

Ce à quoi nous assistons est un mouvement vers un Nouvel Ordre Mondial où les États-Unis tels que nous les connaissons, n’auront plus de rôle actif dans les affaires mondiales. Que savent-ils que nous ne savons pas ?…

◄|►

Et donc, le John dont le petit nom est « Mad Dog on the line » (en référence au film Danny the Dog et le moins qu’on puisse dire c’est que c’est saignant) désigné comme un « cheval noir » est nommé à la Défense par Trump que ses amis appellent « Duffy »… Ou pas…

Sur l’organisation formée à la fin des années 1920, d’une coalition entre le famille Bush aux États-Unis, alors partie intégrante (NdT : par le truchement du grand-père Prescott Bush) du cartel banquier Harriman/Rothschild de New York et de la City de Londres et du “Project Hitler” ► Lire l’article de Dean Henderson paru en 2011 sur Global Research et traduit ici par Global SPACE ça peut aider à comprendre bien des choses.

John Mattis est également connu pour certains de ces commentaires polémiques notamment quand il affirme en 2005 trouver « sympa de tirer sur des gens« .

Son autre surnom à Johnny c’est le « Moine Soldat » ; Bigre !

On l’imagine bien affirmer que Le viol du Timor Oriental ; « ça a l’air marrant » ! Ici.

John « Mad Dog » Mattis : L’ancien général des marines est un dur, prêt à en découdre avec tous les ennemis, réels ou supposés, de l’Amérique : les islamistes, les Iraniens, les Russes.

Alors, on est toujours aussi content d’avoir voté Trump ?

Ou d’avoir voté tout court, d’ailleurs !

En fait, je suis tout à fait d’accord avec Résistance71 qui vient d’écrire ceci : il devient de plus en plus inutile de dire que voter en 2017 sera, plus que jamais, un acte de complicité aux crimes commis et à commettre de toutes ces ordures du pouvoir corrompu. Dans sa publication du jour.

Sachez que le François Fillon envisage de nommer un certain Henry De Castries à Bercy s’il est élu en 2017

Participants français au Bilderberg 2016, Dresde 10-12 juin 2016 :

  • Henri de Castries, Chairman Bilderberg Group, PDG groupe AXA
  • Patricia Barbizet, PDG Artémis
  • Nicolas Baverez, associé, Gibson, Dunn & Crutcher
  • Olivier Blanchard, du Peterson Institute
  • Emmanuelle Charpentier, Directrice Max Planck Institute for Infection Biology
  • Laurent Fabius, président du Conseil Constitutionnel
  • Etienne Gernell, directeur d’édition, Le Point
  • Edouard Philippe, Maire du Havre (LR)
  • Christine Lagarde, directrice du FMI

Liste intégrale des participants à la réunion du dernier Bilderberg ► https://jbl1960blog.wordpress.com/2016/06/07/bilderberger-2016/

Alors, toujours envie de voter en 2017 ?

Bon, François le Petit vient de jeter l’éponge mais ne vous réjouissez pas trop vite.

Et réfléchissez bien, car nous n’avons pas besoin d’eux, nous ! Mais eux ; Si

JBL1960

 

Lutter contre l’empire anglo-américain

C’est lutter contre tous les empires !

Et rien ne nous l’interdit !

Enfin pas encore…

Empire et histoire coloniale : Le passé esclavagiste de la Nouvelle-Angleterre, soi-disant « berceau de la liberté »…

Source de l’article sur Résistance71https://resistance71.wordpress.com/2016/12/01/empire-et-histoire-coloniale-le-passe-esclavagiste-de-la-nouvelle-angleterre/

Les horreurs de la mise en esclavage des autochtones en Nouvelle-Angleterre révélées dans une nouvelle publication

 Christina Rose |  Novembre 2016 |  Url de l’article original : http://indiancountrytodaymedianetwork.com/2015/12/31/horrors-native-slavery-new-england-revealed-new-book-162844

L’histoire de la mise en esclavage des autochtones en Nouvelle-Angleterre est finalement en train d’être mise au grand jour après des siècles de silence. Un nouveau livre expose le fait que jusqu’à un tiers des survivants autochtones de la guerre du roi Philippe dans le sud de la Nouvelle-Angleterre (NdT : la Nouvelle-Angleterre est aujourd’hui composée de 6 états dans l’Est et le nord-est des États-Unis: Connecticut, Maine, Massachusetts, New Hampshire, Rhode Island et le Vermont) furent mis en esclavage ou en servitude contrôlée.

Margaret Ellen Newell, auteure de “Brethren by Nature: New England Indians, Colonists, and the Origins of American Slavery,” est en tournée promotionnelle de son livre qui étudie de près la mise en esclavage et en servitude des populations autochtones. L’esclavage des Indiens a commencé avec Christophe Colomb et a doucement cheminé plus au nord le long des côtes avant l’arrivé du navire Mayflower. Il atteignit la Nouvelle-Angleterre vers la fin du XVIème siècle et en 1641, devint politique officielle dans les colonies anglaises.

Après les guerres des Péquots et du roi Philippe, les prisonniers autochtones étaient envoyés dans les Caraïbes et échangés contre des esclaves africains.

A la fin de la guerre contre les Péquots en 1637, la nation fut bannie par les tribunaux. Pour empêcher sa reformation, les hommes Péquots furent exécutés ou réduits en esclavage, dit Kevin McBride, archéologue Péquot de Mashantucket. McBride a dit au cours d’un entretien au Mashantucket Pequot Museum and Research Center, que le travail était critique pour le développement des colonies anglaises. “Il n’y avait alors pas un seul foyer qui n’avait pas son serviteur forcé ou un esclave”, a t’il déclaré.

Mais d’après McBride, la plupart des Péquots condamnés à l’esclavage étaient des femmes et des enfants de haut rang. “De fait, ceci fut une opération appelée aujourd’hui génocide”, a t’il dit. “Ils ne voulaient plus que les Péquots se reconstituent en famille pour perpétrer leur héritage, ainsi les hommes étaient exécutés ou déportés.”

En 1641, Le Corps des Libertés du Massachusetts déclara que seuls les prisonniers pris pendant la guerre, ou ceux qui se soumirent volontairement à l’esclavage ou étaient déjà esclaves, pouvaient être vendus. Mais, le Corps des Libertés permit aux tribunaux de condamner à l’esclavage des autochtones pour de petits crimes ou délits, ce qui devint une des causes majeures de la mise en esclavage.

Les gens devaient payer leurs dettes ou restitution 3 ou 4 fois et ceci s’appliquait à tout le monde ; mais de plus en plus vous voyiez des personnes de couleurs condamnées à la servitude. Au XVIIIème siècle, cela devint un mode de punition pour les Indiens, les Africains libres et parfois des Indiens de Caroline et de Floride”, ajouta Newell.

Pendant et après la guerre du roi Philippe, “Les gens achetaient et vendaient les Indiens, les emmenant chez eux comme parfois partie de leur salaire. A Boston, on les vendait aux enchères. A Rhode Island et dans le Connecticut, ils donnaient des captifs esclaves aux membres du gouvernement et aux officiers de l’armée. Les villes se substituèrent pour distribuer les prisonniers aux citadins afin qu’ils développent plus d’intérêt dans la pratique de l’esclavage,” dit Newell. Même après la guerre, les enchères publiques continuèrent pour ceux qui étaient condamnés à la servitude par les tribunaux.

Beaucoup des esclaves autochtones qui furent envoyés dans les Caraïbes finirent partout dans le monde Atlantique. “Ils ne revinrent jamais”, dit Wendi-Starr Brown, la conservatrice d’histoire tribale de la nation Narragansett. Brown a dit qu’elle avait même entendu parler d’esclaves Narragansett qui servirent dans les armées de Napoléon.

A l’exception de la Nouvelle-Angleterre, toutes les autres sociétés coloniales esclavagistes perpétuaient l’esclavage par la mère, a dit Newell. Après la seconde ou troisième génération, les autochtones commencèrent à défier leur situation au travers des tribunaux, certains gagnant même leur liberté. “Ceci met les législations sens dessus-dessous,” dit Newell. “Les communautés commencèrent à soutenir leur liberté. Les gens commencèrent à aider ces Indiens, des groupes et associations anti-esclavagisme se formèrent au moment de la révolution [pour l’indépendance achevée en 1776].”

L’ancien de la nation Wampanoag Tall Oak Weeden a dit: “L’esclavage a eu un impact majeur sur notre peuple ici. La plupart des gens, Indiens et non-Indiens, ne comprennent pas que nous fûmes transportés sur le tout premier bateau esclavagiste d’Amérique, ce soi-disant “Berceau de la Liberté”, construit ici à Marblehead, Massachussetts, et qui faisait partie de Salem.

Je suis moi-même un descendant d’esclave indien, ceci m’est très personnel,” a ajouté Weeden.

◄|►

Concernant le massacre des Péquots ► Le 26 mai 1637, en Nouvelle-Angleterre, la colonie du Connecticut ordonne des représailles suite au massacre de quelques fermiers par les Indiens locaux.

Le capitaine John Mason réunit 90 hommes. Il attaque par surprise et incendie le camp principal des Indiens Péquots. Six cents hommes, femmes et enfants périssent en une heure. Les assaillants n’éprouvent aucune perte. Dans ce billet ► https://jbl1960blog.wordpress.com/2016/02/03/qui-massacre-qui/

Ici, j’appelle tous les colons repentis, les occidentaux affranchis de toute idéologie coloniale à initier un nouveau paradigme en lien avec les Natifs.

Parce que l’idéologie coloniale depuis le début a été de nier l’humanité d’individu sur décision divine mais nous savons que cela fut exclusivement une décision humaine pour asservir et instituer sa domination renouvelée chaque année par « l’action de grâce » ou Thanksgiving notamment.

Ainsi l’Angleterre a démontré sa volonté de domination sur les populations indigènes mais pas seulement : Ils sont venus comme esclaves ; de vastes cargaisons humaines transportées sur de grands navires britanniques à destination des Amériques. Ils furent expédiés par centaines de milliers et inclurent des hommes, des femmes, et même les plus jeunes enfants. Lorsqu’ils se rebellaient ou même désobéissaient à un ordre, ils étaient punis de la pire des manières. Les esclavagistes pendaient leur propriétés humaines par les mains et mettaient le feu à leurs pieds ou à leurs mains en guise de punition. Ils étaient brulés vifs et leur tête était placée sur un pieux au marché comme avertissement pour les autres captifs. Nous n’avons pas besoin de détailler tous les détails sanguinaires, n’est-ce pas ? Nous connaissons tous trop bien les atrocités de la traite négrière. Mais parlons-nous de l’esclavage en Afrique ?

Les rois James II et Charles Ier se sont aussi efforcés de manière continuelle à mettre en esclavage les Irlandais. Le célèbre britannique Oliver Cromwell perpétua cette pratique de déshumanisation de son voisin.

Le commerce d’esclaves irlandais commença quand James II vendit 30 000 prisonniers irlandais comme esclaves au Nouveau Monde. Sa proclamation de 1625 ordonnait que les prisonniers politiques irlandais fussent envoyés outre-mer et vendus à des colons anglais des Caraïbes. Au milieu du XVIe siècle, les Irlandais étaient les principaux esclaves vendus à Antigua et à Montserrat. À cette époque, 70 % de la population totale de Montserrat était composée d’esclaves irlandais.

Lire l’intégralité de l’article dans ce billet ► https://jbl1960blog.wordpress.com/2016/02/04/lesclavage-oublie/

Cela doit nous rappeler à tout jamais l’origine du mot : cabotage

Et l’époque de la Magna Carta parce qu’aujourd’hui encore, dans les mentalités en tout cas, rien n’a changé.

N’est-ce pas M. Fillon ?

JBL1960

 Illustration de Raoul Giordan – Dimension X – site ► http://meteor.proftnj.com/

NON C'EST NON !