Opération muselage en cours par Macron & Tout son orchestre ! MàJ du 19/01/19 = Acte X des Gilets Jaunes

Et à la demande de ceux qui tirent les ficelles de la marionnette en chef !

Et avec l’aide de sa police politique en action qui nous censure !

Mise à Jour du 19 janvier 2019 = Jour de l’Acte X des Gilets Jaunes !

Comme YOU TUBE a supprimé la vidéo de l’arrestation d’Éric Drouet = Pas Grave, tout le monde l’a vue et surtout QUI CHERCHE TROUVE ! J’ai donc décidé pour ma part, de ne plus faire intégrer de vidéo YT et de faire référence aux Merdias par code = Le Figaro = le barbier, Le Monde = l’imMonde… Ils veulent nous couper le sifflet ? Et bien soyons créatifs, contournons-les, vu leur niveau, ce ne devrait pas être trop difficile ! Jo Busta Lally

Gilets Jaunes 10ème round : Tout le pouvoir aux ronds-points !!!

Résistance 71 – 18 janvier 2019

R71 nous rappelle fort opportunément, que ce célèbre poème romantique anglais
du XIXe siècle sied à merveille au mouvement :

Levez-vous tels les lions après la sieste,
En nombre invincible,
Secouez vos chaînes et jetez-les
au sol comme rosée du matin,
Chaînes sur vous tombées durant votre sommeil.
Vous êtes nombreux, ils sont peu.

En anglais (mieux) :

Rise like lions after slumber,
In unvanquishable number
Shake your chains to earth like dew,
which in sleep had fallen on you.
Ye are many, they are few.

~ Percy Bisshe Shelley (1792-1822) ~

 

Pendant que Benlala voyage avec des passeports diplomatiques et communique avec Macron ; On arrête Éric Drouet du Mouvement des Gilets Jaunes

+ VIDÉO grâce au Groupe public Fly Rider Info blocage sur FB

Concernant l’affaire Benlala, rappelons cette vidéo à Macron et tout son orchestre ;

Affaire Alexandre Benalla : l’archive de « Quotidien » qui tombe très mal pour Macron

Quand le président promettait de sanctionner au plus haut niveau les violences policières ► https://www.huffingtonpost.fr/2018/07/21/affaire-alexandre-benalla-larchive-de-quotidien-qui-tombe-tres-mal-pour-macron_a_23486785/

Preuves supplémentaires qu’il n’y a pas de solutions au sein de ce système, qu’il n’y en a jamais eu, et qu’il ne peut y en avoir. C’est d’ailleurs pourquoi, depuis le début, nous appelons à NE PAS NÉGOCIER avec ce pouvoir / oppresseur et répresseur !

Et vous voudriez veauter pour la mise en œuvre d’un RIC avec les règles du Système et surtout sous l’égide de ces acteurs « républicains » ? Ou pire, participer à la mascarade de l’illusion démocratique, en constituant une liste Gilets Jaunes pour les élections européennes ???

NON ; Surement pas…

La/les solutions ? Début de réponse ▼

ICI ;

Poème de Martin Niemöller ► Écrit en 1942

« Lorsque les nazis sont venus chercher les communistes,
je n’ai rien dit,
je n’étais pas communiste.

Lorsqu’ils ont enfermé les sociaux-démocrates,
je n’ai rien dit,
je n’étais pas social-démocrate.

Lorsqu’ils sont venus chercher les syndicalistes,
je n’ai rien dit,
je n’étais pas syndicaliste.

Lorsqu’ils sont venus chercher les juifs,
je n’ai rien dit,
je n’étais pas juif.

Lorsqu’ils sont venus me chercher,
il ne restait plus personne
pour protester. »

Et il est bien là le problème, car aujourd’hui 3 janvier 2019 on peut remplacer communiste, social-démocrate, syndicaliste, juif par Gilets-Jaunes/opposants ou dissidents politiques/simple citoyen, surtout s’il porte un Gilet Jaune…

ET LÀ ;

Gilets Jaunes : Les rond-points de la sociale

Ce texte fait toucher du doigt là où réside le processus qui fait trembler l’oligarchie et les institutions la préservant : la résolution des antagonismes par le lâcher-prise et la co-existence complémentaire. On a toutes et tous besoin de l’autre, partout, c’est inéluctable. Nous sommes tous dans le même bateau destination bonheur terrestre, pour tous, sans exception, y œuvrant ensemble. Seule la société marchande capitaliste fait se dresser les individus les uns contre les autres de manière durable au nom d’un égoïsme contre-nature, façonné dans la fange marchande, pour le seul profit du petit nombre.
Ce qui se vit sur les rond-points, dans la diversité est organique, vrai et sans fioritures, cela constitue le ciment de la société des sociétés qui se met en marche. Les graines de notre humanité finissent toujours par germer par delà les antagonismes factices et les divisions créées pour nous maintenir en esclavage.
L’heure vient pour la Commune des communes, elle prendra une forme différente de celle du Chiapas ou celle du Rojava ou celles de Zomia chez nous, mais elle répond au même désir universel de la nature humaine : vivre en groupe, égalitairement et en paix. Tout le reste n’est que mesure artificielle et donc, contre-nature et Nuage Fou ci-dessous touche du doigt la nature profonde de notre existence sociale qu’il suffit de canaliser pour lui faire reprendre le dessus sur la fiction criminelle qui nous asservit depuis bien trop longtemps. Sous ce texte, quelques textes complémentaires pour éclairer le chemin.
Qu’on se le dise !…

~ Résistance 71 ~

De mon rond-point de Seine et Marne

Nuage Fou | 1er janvier 2019 | Source ► https://www.monde-libertaire.fr/?article=De_mon_rond-point_de_Seine-et-Marne

J’ai beaucoup/un peu lu et entendu parler de « La sociale », ben là, c’est couillon, mais j’ai l’impression d’avoir le nez dedans… aussi de voir ce que peut bien contenir ce slogan : ZAD Partout!

Faut voir comment ça se passe sur les ronds-points ; pas de théories, pas de surplomb, un peu d’analyse bien sûr, mais surtout des gens qui voient bien qu’ils se font enfumer depuis des décennies; et ils veulent que ça s’arrête, ils en ont marre et pour le coup qu’ils s’y sont mis, ils veulent pas trop lâcher l’affaire. Smicards, artisans, petits entrepreneurs, chauffeurs de cars, profs, fonctionnaires, chômeurs, retraités.

C’est pas des zanarchistes, ils trouvent juste que c’est trop dur, et que pour leurs enfants ça va être vraiment merdique. Au passage histoire de changer la donne, ils découvrent qu’on pourrait oser la « vraie démocratie ». Y’a la chaleur aussi et l’amitié qui se crée d’être ensemble pendant des heures à bricoler, discutailler, faire la nique gentiment aux flics du coin qui font les rondes et grands signes aux klaxons qui soutiennent bien au chaud.

Bon on est pas tous d’accord, le rond-point c’est des croisements, y’en a bien des un peu xénophobes, et y’en a aussi qui se disent que Marine, elle les mettrait peut-être bien tous au pas, ces pourris. Mais c’est pas tous, et d’ailleurs c’est pas beaucoup, et si t’envoie la tchatche y zappent vite fait, la queue basse. Et d’ailleurs, je dois bien être un des rares dont parents et grand-parents sont parigots.

Ici, en Seine et Marne, y’a beaucoup de portosses de la deuxième génération, toujours chauds pour croquer la morue et pousser le Fado ; y’a des beurs aussi sur le rond-point, et c’est sûr y’a des beaufs. Un musicien de Guyanne aussi et sa femme Colombienne, de retour d’un concert à Dakar, qui a atterri là et avec qui on a fait le bœuf.

Ici, on insiste plus sur ce qui nous réunit que sur ce qui pourrait nous séparer, c’est juste l’endroit pour ceux qu’en ont plein le cul et qui veulent pas lâcher l’affaire. Du coup personne en a trop à faire faire d’où tu viens. Deux gars aussi, un bavard genre rigolo, avec pas trop de dents, et un qui dit pas grand-chose. L’air d’avoir du faire plus de taule qu’autre chose et qui sont de la petite dizaine des piliers du rond-point, et à qui aussi tu laisserais tes minots en garde tellement ils ont cette drôle de douceur juste derrière les grosses épaules et le front buté, et cette allure de gros durs, et la peau façon Ripolin.

On a fait banquet avec tout ce que les voitures apportent – pas de cagnotte, y’a pas besoin – des bûches et des palettes pour se chauffer, des chocolats (pas bio) , des merguez et des côtes de porc et de mouton – Paix à leur âme innocente. Des bonbons par bonbonnes, et puis des huitres par douzaines – Paix à leur poignant silence. Le gars qui les apportait a dû rebrousser chemin au rond point de l’Obélisque à Fontainebleau attaqué par les robocops et les voyous de la BAC (faut dire qu’avec leur château et son bel escalier, les bourges Bellifontains se la pètent sérieux, façon Versaillais, et ont les jetons de la Marée Jaune.) Autour de notre rond-point les voitures klaxonnent méchant, certaines s’arrêtent ; les gens viennent de partout et on sent que tant de gens qui s’arrêtent pas soutiennent fort les zozos qui mouillent le gilet et tiennent le rond-point. Les flics l’ont évacué une première fois et détruit les abris, mais peine perdue, la petite communauté a repris la place deux jours après.

Chacun a son prénom sur le gilet ; chacun se connait et s’aime ou s’embrouille, comme on fait en famille. Le froid, les heures à deux, trois ou quatre ont figé le noyau dur, mais qui bouge aussi avec le gel du soir, le temps qui lasse, la famille qui râle. Les piliers, quatre ou cinq, qui veulent pas lâcher l’affaire; aussi durs qu’ils sont doux. Un retraité, raflé et passé à tabac en juin 68, au commico central sur les quais à Paris, puis 48 heures à Beaujon, quand ça y’allait sec encore dans le quartier latin. Un autre qu’a mis en place les tracts sur le marché. C’est pas un débutant, syndiqué à quinze ans parce que le gars qui lui avait trouvé le boulot de vitrier lui avait dit que c’était comme ça. La plupart, instinctivement et joyeusement anticapitalistes, mais avec des codes qui s’inventent au fil des discussions et des facebook lives.

Et le rond point, c’est rond, c’est pas macho ; pas mal de femmes, avec un mélange d’humour, de gentillesse et détermination. Et même si c’est les mamies qui tiennent le barbecue, les sandwiches, le clacos et les gâteaux, y’a les gamines en première ligne qu’ont le verbe sérieux, et que chacun écoute et respecte. Tu vois vite que c’est pas à la testostérone que l’affaire se règle. Du coup aussi, c’est un peu chaud sur le rond-point, ça rigole, ça gazouille et ça dragouille. Bonne ambiance, et façon bal popu quand les guitares s’échauffent et qu’un vieux Johnny, Bob ou Renaud remonte à la surface. Et c’est clair, certains soirs, ça finit crapuleux. Et c’est cette communauté qui se crée, qui prend confiance, qui prend plaisir à juste être là, là où elle a pas le droit d’être, et niquer les méchants, à juste exister un peu plus fort, comme si c’était déjà le printemps, et vivre un peu plus grand. Y’a une tribu qui se crée là dans cette lutte pour garder le rond-point – un groupe affinitaire on dirait – mais ça paraitrait tellement intello-bureaucratique ici, ce mot.

Il y a un peu de danger – dix morts déjà, et on se le répète en hochant la tête – beaucoup de plaisir surtout, dont celui de prendre le dessus, affronter les puissants et prendre possession de ce bout de la ville, et pas lâcher l’affaire.

À vivre ça, je me dis que peut-être la sociale c’est pas la révolution des happy fews qui sont d’accord sur tout – forcément pas bien nombreux – mais peut-être plutôt de ceux qui ne veulent juste plus de cette injustice et qui se réunissent à cause de ça. Et puis de discussion en discussion, de délires en ennui, de guitares en barricades, se disent que peut-être c’est la cité qu’il faut changer, que c’est « la vraie égalité » et la « vraie démocratie » qui doivent passer en premier, et que la solution, sans être partisane, doit être politique.

Y’a bien un zozo qu’est passé sur le rond-point, dents blanches et haleine fraîche, expliquer qu’il se dévoue à la cause, blablabla. Réunion vendredi prochain de coordination des ronds-points de Seine et Marne… on va voir.

En attendant, et depuis plus d’un mois, depuis dix morts, des centaines de blessés, des milliers d’arrêtés, c’est là que quelque chose se passe. Et il y a cette hésitation entre passer le Nouvel An sur notre ZAD à deux balles ou aller réchauffer le touriste sur les Champs.

Nuage Fou.

« Allez attaque ! » ► Ou pas…

Car sur ce blog, je n’ai jamais appelé à la violence, et encore moins à une insurrection armée, tant je suis persuadée que notre force de frappe réside dans l’action concertée en masse, en appelant au boycott total, qui commence par une grève générale de la consommation principalement dans la grande distribution  tout de suite maintenant et en favorisant les circuits courts.

Ce mouvement a surgi du fond des entrailles de la Terre et surtout des territoires oubliés des campagnes françaises. Il y a mille façons d’être actif en soutien à ceux qui se gèlent sur ces Ronds-Points qui ne sont que des croisements comme le dit si joliment Nuage Fou, notamment pour ceux, qui comme moi, ont des petits soucis de santé en plus de ne percevoir aucune ressource = 0 € soit la tête à Toto et pour leur réchauffer le cœur car nous avons bien compris que l’argent ne faisait pas le bonheur !

Mon conseil de lecture immédiat après ce texte est : Pouvoir dire NON et donc refuser d’être gouvernés !… de ZAD à ZOMIA ?

Et tous les textes de ce blog dans la catégorie NOUVEAU PARADIGME ;

Mais également toute la catégorie PEUPLES PREMIERS, car pour ma part je pense sincèrement, et je ne suis pas la seule à l’écrire, que l’avenir de l’Humanité passera par les peuples occidentaux, TOUS, émancipés de l’idéologie et de l’action coloniales, se tenant DEBOUT et aux côtés de TOUS LES PEUPLES NATIFS et de TOUS LES CONTINENTS pour instaurer l’harmonie de la Société des sociétés sur TERRE…

Et bien sûr cette page de mon blog qui réunie toutes les versions PDF que j’ai réalisées, 84 à ce jour, dont la lecture, le téléchargement et l’impression sont totalement gratuits.

Ces lectures sont essentielles comme La Pédagogie des opprimés qu’il nous a paru (à R71 qui a traduit, et à moi, qui pagine au format PDF) indispensable de pouvoir proposer ce livre, en français, et dans une nouvelle version PDF afin qu’en France, NOUS les Gilets Jaunes nous saisissions de la pensée, l’analyse et la réflexion critiques de Freire et qu’ainsi TOUS les opprimés de la Terre ; puissions mener la lutte pour notre libération, nous devons percevoir la réalité de l’oppression non pas comme un monde fermé duquel il n’y a pas d’issues, mais comme une situation limitée que nous pouvons transformer. Cette perception est une condition nécessaire mais non suffisante pour la libération ; cela doit devenir la force de motivation pour l’action libératrice. (Nous) Les opprimés pourront dépasser la contradiction dans laquelle ils sont coincés seulement lorsque cette perception les enregistrera dans la lutte pour leur libération.

JBL1960

Mon mail de contact pour toutes CELLEUX qui voudront le faire en privé ► jbl1960@yandex.com

Publicités

49 réflexions sur « Opération muselage en cours par Macron & Tout son orchestre ! MàJ du 19/01/19 = Acte X des Gilets Jaunes »

  1. https://actu.orange.fr/societe/videos/jacline-mouraud-reagit-a-l-arrestation-d-eric-drouet-CNT000001bCmPs.html

    JM = C’est pas à moi de le dire s’il aurait fallu, ou s’il aurait pas fallu. S’il a été arrêté, il y a des raisons, donc s’il n’y a pas de raisons, donc il ressortira.

    =*=
    À Jacline = Vous pouvez lire l’essentiel en version PDF de ces 3 femmes anarchistes que furent Louise Michel, Voltairine de Cleyre et Emma Goldman que l’histoire, aura mis en avant…

    https://jbl1960blog.wordpress.com/3-femmes-anarchistes/

    Au lieu de : Jacline Mouraud réfléchit à créer son parti : « Au fond, c’est la seule chose envisageable » ► https://www.lejdd.fr/Societe/jacline-mouraud-reflechit-a-creer-son-parti-au-fond-cest-la-seule-chose-envisageable-3826394

    J'aime

  2. Opération requête, non pas des « quartiers perdus » mais de « l’autorité perdue ». Le problème, on retrouve peut-être ce qui a été. Dans le cas présent, l’autorité naturelle du pouvoir n’a peut-être jamais existé car elle s’exprimait par une confiance portée par une des plus surprenante élection présidentielle. Peut-on donc retrouver ce qui n’a jamais existé ?

    J'aime

    1. Quand les femmes assumeront leur rôle dans la communauté et formeront leur conseil de femmes pour diriger les activités dans les communautés, la France connaîtra la paix.
      =*=

      Merci pour ce sage « conseil » d’inspiration Mohawk, et comme toujours…

      It’s always such a pleasure to interact with you.

      Peace = Skennen

      And thank you = Niawen for always being beyond words.
      Jo Busta Lally

      J'aime

  3. …ou comment faire peur aux français. La fin du monde, la fin de tout, la fin de l’Europe, la fin des mouvements contestataires…tout est bon pour asseoir un pouvoir par la peur de tout.

    J'aime

    1. C’est bien pour cela, que de l’autre côté, nous appelons à lâcher-prise, et cesser de TOUT antagoniser…

      Au contraire de la peur, nous proposons de remplacer l’antagonisme, à l’œuvre depuis des millénaires, par notre COMPLÉMENTARITÉ unificatrice…

      Nous proposons d’éteindre la lumière du N.O.M., de les mettre dans le noir, mais dans le même temps, d’allumer nos petites lumières intérieures car finalement, tout ce qu’il y a à faire ; C’est d’éclairer, grâce à nos petites lumières intérieures, telles des lucioles, la voie qui est déjà là… Depuis des millénaires !

      La peur n’évite pas le danger !
      De toutes les façons.
      Merci pour ce commentaire ; Jo

      Aimé par 1 personne

      1. Monsieur le Président
        Je vous fais une lettre
        Que vous lirez peut-être
        Si vous avez le temps
        Je viens de recevoir
        Mes papiers militaires
        Pour partir à la guerre
        Avant mercredi soir
        Monsieur le Président
        Je ne veux pas la faire
        Je ne suis pas sur terre
        Pour tuer des pauvres gens
        C’est pas pour vous fâcher
        Il faut que je vous dise
        Ma décision est prise
        Je m’en vais déserter

        Depuis que je suis né
        J’ai vu mourir mon père
        J’ai vu partir mes frères
        Et pleurer mes enfants
        Ma mère a tant souffert
        Elle est dedans sa tombe
        Et se moque des bombes
        Et se moque des vers
        Quand j’étais prisonnier
        On m’a volé ma femme
        On m’a volé mon âme
        Et tout mon cher passé
        Demain de bon matin
        Je fermerai ma porte
        Au nez des années mortes
        J’irai sur les chemins

        Je mendierai ma vie
        Sur les routes de France
        De Bretagne en Provence
        Et je dirai aux gens :
        Refusez d’obéir
        Refusez de la faire
        N’allez pas à la guerre
        Refusez de partir
        S’il faut donner son sang
        Allez donner le vôtre
        Vous êtes bon apôtre
        Monsieur le Président
        Si vous me poursuivez
        Prévenez vos gendarmes
        Que je n’aurai pas d’armes
        Et qu’ils pourront tirer

        J'aime

  4. Gilets Jaunes : Non au RIC ! À bas le despotisme de l’argent et de la société marchande ! (Francis Cousin)

    Résistance 71 est parfaitement en ligne avec les propos de Francis Cousin que nous reproduisons ci-dessous. Nous invitons les Gilets Jaunes et leurs soutiens à y réfléchir et à y voir le plus clair possible afin de toujours garder bon pied bon œil et de prendre les décisions collectives qui s’imposent.

    Assez de la volonté servile et futile de vouloir réformer l’irréformable et de vouloir rendre “vertueux” un système inique et criminel qui ne peut, par essence , que diviser et contribuer à notre exploitation.

    Il n’y a pas de solutions au sein du système, il n’y en a jamais eu et ne peut y en avoir.

    À bas l’État, à bas la société de la dictature marchande, à bas l’argent, à bas le salariat, pour que vivent la Commune des communes dans la Société des sociétés enfin émancipée de l’illusion démocratique marchande et de cette mascarade politique qui n’a que trop durée. Le danger est la récupération, la phagocytose du mouvement dans le blob infâme de la tyrannie en place. Méfiance et solidarité !

    ~ Résistance 71 ~

    Directe ou pas… À bas la démocratie du despotisme de l’argent équilibré !…

    Francis Cousin | 17 décembre 2018 | Source ► https://www.leretourauxsources.com/blog/directe-ou-pas-a-bas-la-democratie-du-despotisme-de-l-argent-equilibre–n2669

    L’État et la tyrannie de l’argent sont les deux faces d’un même monde, celui de notre emprisonnement dans le marché des lois adéquat aux lois du marché. Les institutions ne sont pas de simples outils neutres. La prise du pouvoir d’État ou la mise en œuvre de référendums d’initiative citoyenne ou populaire ne peuvent être autre chose que des artifices illusoires pour faire croire trompeusement que l’on change la société sans en réalité y toucher. La politique faisant ici semblant d’encadrer et de réguler le social et l’économie alors qu’au contraire, le mensonge politique doit être considéré avant tout comme une activité spécifique de l’activité sociale de notre dépossession elle-même.

    Les rapports sociaux entre les individus passent d’abord par le travail et l’argent. Les interventions de l’État et toutes les politiques se réduisent toujours à des mises en forme des contraintes obligatoires du monde du profit illimité. Avec la crise économique accélérée, l’État ne peut être que le gestionnaire du désastre capitaliste sans fin. Le vrai changement social ne passe pas par l’État, par des réaménagements constitutionnels ou des bricolages référendaires mais par une rupture radicale avec les mystifications institutionnelles, la duperie de la représentation et les supercheries de la délégation pour inventer de nouvelles formes d’interventions directes émancipées de l’absolutisme de l’argent.

    Le formalisme, le narcissisme et toutes les chefferies inavouées des assemblées générales du bas singent invariablement le pourrissement et la corruption de celui des assemblées parlementaires formalisées en haut. La société demeure là continuellement perçue comme une collection d’individus séparés. Les décisions collectives sont considérées comme une simple addition disparate de décisions individuelles. Les simulations et simulacres de la démocratie directe peuvent s’accommoder de laisser s’exprimer un flot d’opinions individuelles avant de les canaliser et les cadrer afin de déléguer la prise de décision à quelques responsables familiers de la jacasserie inconsistante. A l’heure où tous les rackets politiques, de l’extrême droite à l’extrême gauche du Capital, appellent au calme, à l’organisation, à la négociation et au retour à l’ordre de la servitude tranquille, Il faut insister sur le fait que la lutte des Gilets Jaunes, si elle ne veut pas mourir, ne doit surtout pas se réduire aux problèmes de modes d’organisation en se transformant en force supplétive politique ou parapolitique d’un monde en train de disparaître. La victoire des humains sur les barrages doit barrer la route à tout ce qui aménage le présent de l’inhumain et doit exclusivement ouvrir de nouvelles possibilités individuelles et collectives pour permettre le surgissement de l’auto-émancipation non pas sur le terrain syndical et politique de l’amélioration de la misère mais sur celui de son nécessaire dépassement…

    Le référendum citoyen pour avoir accès au droit de décider comment gérer la merde marchande est la pire imposture pour briser les Gilets Jaunes…

    Nous ne voulons pas être les agents constitutionnels de notre propre misère…

    Nous voulons abolir toutes les constitutions de la misère…

    RIC, RIP et autres épiceries politiciennes de rechange constituent un PIÈGE FATAL du SYSTÈME pour TUER le MOUVEMENT…

    REFUSONS D’ÉCOUTER LES POMPIERS SOCIAUX QUI VEULENT LIQUIDER NOTRE INSUBORDINATION !

    NOUS N’AVONS RIEN À NÉGOCIER, NOUS VOULONS SIMPLEMENT AMPLIFIER LA FORCE IRRÉCUPERABLE DE NOTRE SOIF DE VIVRE…

    Non au RIC du Capital…

    ****

    « Quoi qu’il en soit, le jour de la crise et le lendemain, notre seul adversaire, ce sera la masse réactionnaire regroupée autour de la démocratie pure – et c’est ce qu’il ne faut pas, à mon avis, perdre de vue. »
    – Engels à A. Bebel, 11 décembre 1884.

    https://resistance71.wordpress.com/2019/01/04/gilets-jaunes-non-au-ric-a-bas-le-despotisme-de-largent-et-de-la-societe-marchande-francis-cousin/

    J'aime

  5. et toi tu restes chez toi, les mains au chaud; compris !!

    je vais essayer de retrouver JOVANOVIC et CHOUARD – deux articles que je n’ai pas écouté – d’après le premier, ça va être très très difficile

    bises

    J'aime

    1. Pas étonnant de sa part, sont là pour pousser à la réforme mais pas stopper le bouzin et on voit bien avec le narratif des Merdias aux ordres, comme des Rebecca de LaREM = La seule solution c’est la votation, le reste, circulez y’a rien à voir…

      Par ailleurs, un député LeREM habitué des plateaux télés des merdias a carrément affirmer que les chômeurs ça devait travailler, pour consommer, payer ses impôts, acheter une voiture, devenir propriétaire, OBÉIR et surtout fermer sa GUEULE !

      Non mais !
      Et donc, on l’ouvre, normal !
      Jo

      J'aime

  6. Ben la la !!!

    Affaire Benalla : La compagne d’Alexandre Benalla travaillait pour LREM et a tenté de le cacher aux enquêteurs

    INFO «20 MINUTES» Myriam. B., la compagne d’Alexandre Benalla, a tenté de cacher aux enquêteurs qu’elle était salariée d’En marche quand la polémique a éclaté…

    Une affaire de famille dans l’affaire d’État ? Selon nos informations, Myriam. B., la compagne d’Alexandre Benalla était salariée de La République en marche quand la polémique au sujet des manifestations du 1er mai a éclaté dans la presse. Ce vendredi, le mouvement fondé par Emmanuel Macron a confirmé l’information obtenue par 20 Minutes auprès de sources concordantes. « Elle était salariée, a ainsi indiqué une source bien informée au sein du parti. Ce que je ne sais pas, c’est si elle l’est toujours [aujourd’hui]. »

    Après deux mois d’intenses recherches, les enquêteurs de la Brigade de répression de la délinquance contre les personnes (BRDP) avaient fini par retrouver la trace de cette jeune femme dans l’Eure où elle se réfugiait chez une proche. Selon nos informations, c’est donc dans une caserne de gendarmerie de ce département qu’elle a répondu à leurs questions le 28 septembre, en début d’après-midi.
    Alexandre Benalla dépose l’arrêt maladie de sa femme au parti

    Ce jour-là, son audition en qualité de témoin débute par le traditionnel exposé sur son identité et son activité. La jeune femme née en 1985 se présente alors comme un « agent administratif actuellement en congé maladie » mais refuse de dire le nom de « l’association » qui l’emploie.

    Les policiers ne la relancent pas sur le sujet. Mais peut-être font-ils alors déjà le rapprochement avec l’audition de Reynald. C., un agent de sécurité d’En marche, qu’ils ont réalisée deux semaines plus tôt. Le 13 septembre, cet homme a en effet expliqué qu’Alexandre Benalla ne venait que « très rarement » au siège du parti depuis qu’il travaillait à l’Elysée. Selon ses déclarations, il ne serait venu qu’une fois au quartier général d’En marche : le jour où il est venu déposer « l’arrêt de travail de sa compagne », indiquant malgré lui le nom de l’employeur de Myriam. B.
    Source 20 Minutes ► https://www.20minutes.fr/justice/2408451-20190104-video-affaire-benalla-compagne-alexandre-benalla-travaillait-lrem-tente-cacher-enqueteurs
    =*=
    Voilà peut-être pourquoi il était urgent d’arrêter Éric Drouet, afin qu’on ne parle plus de l’affaire Benalla…
    Et de faire dire à Benjamin Grivaux, que le mouvement des GJ n’était plus représenté que par des agitateurs et que Macron et son orchestre allaient jouer encore plus fort et devenir encore plus « radicaux »…

    J'aime

    1. Tenez, tout est là !

      https://www.valeursactuelles.com/politique/griveaux-les-gilets-jaunes-veulent-renverser-le-gouvernement-102440

      Rentrée politique. En direct depuis le palais de l’Elysée, le porte-parole du gouvernement, Benjamin Griveaux, a fait sa rentrée politique, en tançant les “gilets jaunes” perturbateurs, mais aussi en faisant le mea culpa du gouvernement.

      Un mea culpa en trois temps

      Mais le porte-parole du gouvernement a quand même tenu à mettre le doigt sur trois reproches qu’adressent « nos concitoyens » au gouvernement. Il reconnaît d’abord que les « changements [n’ont pas été] suffisamment substantiels et concrets dans leur vie de tous les jours », avant de certifier qu’il est « indispensable de redonner du sens dans un monde où tout semble interchangeable, où les valeurs se brouillent, où il faut chaque jour lutter pour ne pas céder à l’immédiateté du moment, afin de retrouver une vraie vitalité politique ». Enfin, il appelle le gouvernement à aller « encore plus loin dans le changement », et à être « encore plus radicaux dans nos méthodes, dans nos manières de faire, dans notre style ».
      =*=
      Qu’importe le flacon pourvu qu’on est l’ivresse…

      J'aime

    1. oops j’avais zapper ça c’est l’intro si t’a une adresse mail privé je t’envoi le chapitre 1 j’arrive pas trop à mettre au propre mes pdfs j’aurais besoin d’aide stp 😉

      J'aime

      1. Dur dur en commentaire dsl j’ai du mal à mettre de l’ordre mais l’esquisse du premier chapitre est fini 🙂

        J'aime

      2. mon écriture n’est pas parfaite et certaines tournure de phrases mérite une amélioration je ne suis pas vieu mais plus trop jeune non plus haha 😀

        J'aime

  7. À la veille de l’acte IX des Gilets Jaunes, un autre message de Nuage Fou : Gilets Jaunes : Compte-rendu de l’AG des Gilets Jaunes du Loiret du 4 janvier 2019

    Source ► https://www.monde-libertaire.fr/?article=Assemblee_Generale_des_Gilets_Jaunes_du_Loiret_le_04_Janvier

    Assemblée Générale des Gilets Jaunes du Loiret, le 04 Janvier.
    Une première assemblée générale des « Gilets Jaunes du Loiret » s’est tenue le vendredi 4 Janvier à Chalette sur Loing, à l’endroit même où se déroulait le 77ème congrès de la Fédération Anarchiste au printemps dernier. La convocation s’est faite en mode propagation horizontale, par des contacts sur le terrain entre les personnes des nombreux ronds-points occupés du Loiret. Des animateurs du mouvement soucieux de faire émerger un niveau régional ont circulé pour annoncer l’événement et connaître et recruter de nouveaux activistes afin d’assurer la préparation et le bon déroulement de l’AG. Il y a effectivement beaucoup à faire et toutes les bonnes volontés semblent acceptées. Annoncée pour 19 heures, l’assemblée a réuni de l’ordre de cinq à six cents participants, peut-être plus. On trouve des participants de tous les âges, pas mal de 40 ans et plus, et à en juger par les styles vestimentaires pas ou peu de ces cadres et cadres-sups qui représentent la base électorale de Macron. Un bon tiers de femmes et à titre d’exemple, le petit rond-point de l’entrée de Nemours était représenté par une douzaine de personnes.

    Trois thèmes nationaux
    Trois thèmes d’ordre national ont été débattus: la « Consultation Nationale » annoncée par E. Macron dans son discours, les Élections Européennes à venir, et le RIC – Référendum d’Initiative Citoyenne. Pour la « Consultation » c’est essentiellement un grand scepticisme qui s’est manifesté. Elle est perçue comme un enfumage, une tactique de démobilisation visant à reprendre l’initiative perdue, occuper durablement le terrain tout en affichant une forme d’ouverture bienveillante, le temps de déployer efficacement et massivement l’autre tactique, juridico-policière, destinée à faire taire par la force les gilets jaunes les plus motivés. Donc essentiellement un appel à la méfiance, si ça n’est au boycott.

    Pour le second thème, les élections européennes, le débat tourne autour d’un éventuel vote pour une liste Gilets Jaunes. En introduction, il est annoncé qu’il y aura au moins une liste se réclamant des Gilets Jaunes (il semble que Florian Philippo, l’ancien leader du Front National ait déposé la marque…). On sent que la tribune est moins en accord avec l’assemblée, en particulier un intervenant, présenté comme « parisien » qui explique trop longuement que voter est « un droit », est nécessaire, que ne pas voter c’est voter Macron, etc. etc. La mayonnaise ne prend pas, l’assemblée est massivement contre une telle liste et contre le vote. En complément un jeune participant prend longuement et vigoureusement le micro pour inciter l’assemblée à se mobiliser sur la reconnaissance du vote blanc, et en particulier à son utilisation pour invalider des élections où il serait majoritaire.

    Le RIC
    Dernier thème traité, le RIC suscite une adhésion quasi unanime, à part celle du « parisien » (à la pensée complexe) qui tente justement de présenter la complexité d’un tel référendum. Sur la planche projetée au mur, le RIC est techniquement présenté comme un simple ajout à l’article de la constitution relatif aux modalités par lesquelles le peuple souverain exprime ses volontés. Pour l’assemblée, il est perçu comme l’arme par laquelle un peuple qui depuis des décennies a vu sa souveraineté confisquée par une toute puissante et arrogante oligarchie politico-financiaro-médiatique, la recouvrerait soudainement. L’outil lui permettrait de reprendre l’initiative : décider de lois, contrôler et éventuellement démettre les élus, invalider des décisions indûment prises par des parlementaires soumis à la botte du gouvernement ou à la soupe des lobbies, ou encore décider de la validité de traités internationaux qui engagent le pays et restreignent son autonomie décisionnelle. En toile de fond, et treize années plus tard, on sent dans la salle que l’ombre du « NON » au référendum de 2005 sur la constitution européenne reste très présente. La décision citoyenne prise en dépit des menaces des « économistes » et du pilonnage médiatique en faveur du « oui », a été piétinée par Nicolas Sarkozy et, sur le moment, sans grande réaction populaire. Mais elle pèse lourdement ; les gens de rien ont quand même de la mémoire, et le vase de Pandore est plein à ras bord de dénis de justice et de démocratie ; maintenant qu’il est ouvert, il se déverse. La revendication du RIC résume à la fois le fondement de ce mouvement : reprendre l’initiative et la conserver, et son évolution express, en six semaines : pour ne pas subir des lois injustes il faut les définir soi-même. Parti d’une simple revendication économique apparemment anecdotique – une taxe de trop sur l’essence – et se politisant au fil de son essor, le mouvement a réalisé l’ampleur et la complexité des réformes à apporter pour inverser les fondamentaux de la gestion du pays. Plutôt qu’une courte liste de revendications vitales, ou à l’opposé, qu’une liste potentiellement infinie et contradictoire de revendications particulières, la proposition consensuelle est de redonner aux citoyens, non plus « la parole », mais tout à la fois l’initiative et la décision pour les fabrication des lois et le contrôle de ses représentants. Réactiver la démocratie en retournant à sa source, la démocratie directe.

    Lire l’article en entier, en analyse et complété sur Résistance 71 ► https://resistance71.wordpress.com/2019/01/11/gilets-jaunes-compte-rendu-de-lag-des-gilets-jaunes-du-loiret-du-4-janvier-2019/

    =*=

    Pour ma part, comme je l’ai déjà formulé, le RIC est un réformisme de plus, un piège politique car il nous enferme toujours dans l’ineptie de la contrainte institutionnelle et croire que les gouvernants laisseront des réformes significatives se produire c’est encore croire au père noël !

    Car au mieux ils diront oui pour mieux contrôler l’affaire puis ils dilueront tout ça dans un tissu législatif qui lassera tellement les gens que la plupart laisseront tomber et les referendums, s’il y en a, seront toujours bafoués, comme celui de 2005 en France, quand ça arrangera les oligarques pour lesquels Macron & tout son orchestre travaillent !

    Le principe du RIC est bon, mais il faudrait l’appliquer à des assemblées populaires HORS ÉTAT & ses institutions. Nous n’avons pas besoin de cet arsenal « législatif » et quand Étienne Chouard parle de « problème législatif », il reste dans le cadre de l’État.

    Nous pensons que la Société des sociétés est au delà de l’engoncement ‘étatique » car elle offre la seule démocratie possible, celle de la base, nous le peuple, centralisée qui décide et se confédère.

    C’est pourquoi, je travaille sur ce tract qu’ont distribués les Gilets Jaunes au Tripode de Bordeaux ce jeudi 10 janvier 2019, et que j’ai récupérée y étant en consultation et que j’ai mis au format PDF ;

    https://jbl1960blog.files.wordpress.com/2019/01/tract-pour-le-ric-distribue-par-les-gilets-jaunes-au-tripode-de-bordeaux-le-10-janvier-2019.pdf

    Un peu fatiguée par une atteinte arthrosique dégénérative, je prends mon temps pour rédiger un billet d’analyse sur ce document.

    J'aime

    1. Voilà pourquoi, notamment, je pense que le RIC en toutes matières dans ce système là et avec les règles du système, soit sous la loi de la majorité, alors que nos prises de décisions devraient se faire à l’unanimité, jusqu’à décision collective et bien c’est FOUPOUDAV :

      Le Maire « favorable » au référendum d’initiative citoyenne, mais « encadré » ► https://www.lepoint.fr/politique/le-maire-favorable-au-referendum-d-initiative-citoyenne-mais-encadre-09-01-2019-2284291_20.php

      J’ai lu également que Thierry Mariani, aussi !

      https://www.parismatch.com/Actu/Politique/L-ex-ministre-LR-Thierry-Mariani-rejoint-le-Rassemblement-national-1598560

      J'aime

  8. Pourquoi suis-je anarchiste ?

    Parfois, les questions les plus simples révèlent davantage que le peu de certitudes auxquelles nous tenions. Celle-ci m’apporte trop de réponses différentes pour les laisser se perdre au vent.

    Il y a d’abord, bien sûr, l’idéal de l’Homme enfin libéré de toute servitude. Là où certains n’y verraient qu’une inatteignable utopie, je trouve au contraire primordial de garder pour cap l’émancipation de chacun vis-à-vis de tous les pouvoirs. Sans la visibilité du ciel ni des étoiles, pas plus la boussole que le sextant ne sont utiles au marin à se repérer.

    Il y a aussi la lutte spirituelle, exigeant la pleine et entière souveraineté de chaque être, sa plus pure liberté de conscience, afin que sa révélation de l’universel prenne source dans l’Amour et non dans l’ego.

    Il y a le deuil nécessaire d’institutions à l’agonie. À celles et ceux qui croiraient que l’État serait le dernier rempart contre l’ogre insatiable de la finance, qu’il suffise d’observer la porosité du haut-fonctionnariat et du politique, les renvois d’ascenseurs public/privé, ou bien le comportement des flics en manifs, et nous constaterons que nous n’avons rien à envier aux « républiques bananières » dont les dirigeants ont pour beaucoup fait leurs classes ici.

    Il y a encore la dimension stratégique. Au-dessus des États-Nations et de leurs marionnettes exhibées aux peuples, trône un cartel bancaire international jouant des idéologies et des écoles de pensée comme d’autant d’instruments de discorde et d’antagonismes factices. Les magnats de la finance ne s’embarrassent pas de questions dogmatiques pour affamer les individus ni pour piller la planète. À la liberté de prédation totale qu’ils exercent, celle positive d’union, de complémentarité des talents est la seule attitude en retour susceptible de les défaire.

    Il y a, enfin, l’intuition presque enfantine que l’anarchie est l’autre nom de ce que certains nomment le Tao, d’autres Dieu, d’autres encore la voie naturelle, et que sous ces diverses appellations se cache un plan de réalité où nous ne sommes pas unis, mais où nous sommes un, par le cœur et par l’esprit. Il nous appartient de cultiver hors de toute contrainte cette lumière intérieure pour vivre en paix et en harmonie.

    Zénon (8 janvier 2019) VIA Résistance 71 ► https://resistance71.wordpress.com/2019/01/11/pourquoi-suis-je-anarchiste-zenon-laile/

    Que je ne manquerais pas d’intégrer dans cette page que j’ai tout spécialement consacrée aux Zécrits de Zénon, et comme on ouvre son cœur, voire son âme ► https://jbl1960blog.wordpress.com/les-chroniques-de-zenon/

    J'aime

  9. Un débat ? Chiche ! Mais on met tout sur la table
    Par Natacha Polony
    Publié le 11/01/2019 à 05:00

    https://www.marianne.net/societe/un-debat-chiche-mais-met-tout-sur-la-table

    Je pense que Polony se plante car elle est dans la réforme d’un système au-delà de toute rédemption… Le RIC reste dans le carcan étatique !

    Pour que le RIC soit un outil efficace au service des assemblées populaires HORS ÉTAT : il faut d’abord abattre l’ancien système, le rafistolage ne sert à rien, c’est reculer pour mieux sauter, et perdre un temps précieux…

    J'aime

    1. Dsl je te dérange mais j’ai pas trouver, Voltigeur à mon adresse mail, si tu pouvais lui demander et me faire un mail de bonjour ça m’arrangerais 😉 merci d’avance !

      J'aime

  10. Kicéki refile la patate chaude à Macron ?
    Comme un effet boomerang ► https://www.francetvinfo.fr/economie/transports/gilets-jaunes/grand-debat-les-maires-de-france-ne-se-sentent-en-aucun-cas-engages-et-ne-sauraient-etre-co-organisateurs_3137899.html

    En même temps, l’avait bien chercher, hein ?

    Le fonctionnement d’une Mairie est aussi vertical, peut-être même le plus vertical qui soit, que le régime présidentiel, son gouvernement qui ment et toukeskiva avec !!!

    Et pour ceux qui croient dur comme fer, qu’il suffira de rédiger des cahiers de doléances en Mairie pour que tout remonte vers la capitale…

    Ou qu’il suffirait que les Maires organisent le grand débat.

    http://www.lefigaro.fr/politique/2019/01/10/01002-20190110ARTFIG00342-jean-paul-delevoye-pousse-a-conduire-le-grand-debat.php

    Après la départ de Chantal Jouanno, Jean-Paul Delevoye est pressenti pour prendre la tête de l’organisation du grand débat national. Pour la Manif pour tous, qui s’est vu refuser abusivement sa pétition de 700.000 signataires quand monsieur Delevoye était président du CESE, il s’agit d’un signal très négatif… Sa présidente, Ludovine de La Rochère, réagit au micro de Boulevard Voltaire ► http://www.bvoltaire.fr/ludovine-de-la-rochere-si-emmanuel-macron-osait-nommer-jean-paul-delevoye-ce-serait-une-provocation/

    Pétard, tout va à vélo, si même LdelaR s’insurge du choix du Roi !!!

    J'aime

    1. Idéal pour émerger tout doucement !
      J’adore le reggae, mais vraiment, pour moi, Bobby Marley est l’un des rares créateurs du 20ème siècle, car il a créé un son, un style de musique, et je connais tout son répertoire…
      Merci mon ami !
      Bon dimanche à toi ; Jo

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s