Le Bernie veut aller à pied jusqu’en Chine…

Bernard l’Hermite, Bernie donc, De Grande-Bretagne ;

Le Prince des voleurs (de coquille) a toujours eu l’intention de changer de coquille pour une plus grande et comme nous l’avions analysés, avec Résistance 71, dès juillet 2016 ;

Elle est bien en forme de pagode…

Depuis, nous avons pu démontrer, que la City de Londres était bien au cœur de l’Empire (y compris du Milieu) notamment à la page 22 du PDF N° 54 de 34 pages ► Nouvel Ordre Mondial : La Chine adoubée par la City de Londres, par Ariel Noyola Rodríguez – Le 30 octobre 2015 – Source Russia Today en français par Le Saker Francophone et en analyse dans mon blog avec cette question que je posais ; Brexit or not Brexit ?

Dont, voici la réponse ;

Le Bernard l’Hermite, au cours des siècles derniers, a régulièrement changé de coquille pour une plus grande et il est devenu au fil du temps cette Bête fourbe, hideuse que l’on nomme l’Empire anglo-américano-christo-sioniste. Il est évident, qu’il se prépare à changer de coquille pour une plus grande, et c’est à ce moment là qu’il est le plus vulnérable, car il est à poil le Bernie !… Et ce sera le moment (l’ouverture d’une fenêtre d’opportunité) pour nous, les peuples, de le choper, de lui mordre/pincer le cul, afin de l’empêcher d’intégrer une nouvelle coquille en forme de pagode. Puisqu’il est plus que vraisemblable que le transfert de fonds et la spéculation monétaire entre la “couronne” et la Banque Centrale de Chine assistée de ses partenaires nationaux et internationaux, vont déjà bon train, et depuis des lustres !

Cette fenêtre d’opportunité/changement de coquille devra conjuguer deux éléments simultanés ;

  1. Une conjoncture politico-économique propice : le capitalisme et son système arrivant au bout du bout du banc, sans mutation possible et…
  2. Une conscience politique des peuples ne menant pas à l’insurrection, mais au tsunami de la révolution sociale qui emportera tout sur son passage…

Ce qui complique les choses, c’est que dans le même temps, les marionnettistes de l’Empire, glissent d’une réalité à une autre… C’est la métaphore du Bernard l’Hermite, ICI et , car le cœur de l’empire s’apprête à se transférer dans une plus grande « coquille » ; celle offerte par l’embryon de l’empire chinois latent.

Le plus redoutable est à venir car si on les laisse faire, ce sera la fusion, actuellement en cours, de la haute finance impérialiste totalitaire et eugéniste occidentale avec son homologue chinoise, qui elle possède une infrastructure coercitive bien plus dévouée que celle de l’occident à l’heure qu’il est.

Il faut cesser de le nourrir, par la votation déjà , et comprendre que cette fameuse « Route de la soie » ne peut être la solution, notamment en regard de cette note de Résistance71 d’août 2016  :  David Rockefeller envoya son protégé et homme de terrain géopolitique Henry Kissinger dès 1971 en Chine pour préparer la reconnaissance officielle de la RPC par l’administration Nixon. Cet évènement (la visite officielle de Nixon en Chine) vint à point pour entériner ce que l’Empire avait aidé à créer, puisque les États-Unis larguèrent les nationalistes de Chang Kaï Chek (Kuomintang) en rase campagne vers 1946, lui laissèrent Formose (Taïwan) pour refuge et le fric du trafic de drogue dont le Kuomintang était responsable pour l’OSS (prédécesseur de la CIA), les États-Unis soutinrent Mao et la révolution d’État, voyant un plus grand potentiel pour le futur impérialiste. Ceci ne devrait surprendre personne, car étant dans la continuité du financement de la révolution bolchévique en Russie (Lénine et Trotski) par la City de Londres et sa succursale de Wall Street (cf. les recherches de l’historien Antony Sutton).

La réalité, que bon nombre refuse toujours aujourd’hui par dissonance cognitive, est la suivante : les banquiers, les grandes familles de la finance ont toujours financé les régimes dictatoriaux et les dictateurs, des monarques européens au XVIIIe siècle aux pires dictateurs du XXe siècle (Lénine, Trotski, Staline, Mussolini, Hitler, Mao, Pinochet, Videla, Pol Pot, monarchies rétrogrades du Golfe, en passant par l’entité sioniste, nos pseudo-démocraties libérales, dictatures douces, se durcissant à volonté pour faire place au totalitarisme monopoliste étatico-industrio-financier, le véritable fascisme répondant à la définition même émise par Mussolini. (*)

La Chine ne fait que suivre le cursus que lui a imposé la City de Londres depuis les deux guerres de l’opium du XIXe siècle, qui l’ont dévastée. Elle a été érigée en modèle pour l’infrastructure de contrôle des populations à étendre à l’humanité. L’ingénierie sociale élitiste et eugéniste est une fois encore à l’œuvre derrière le “modèle” chinois.

Cela ne veut bien évidemment pas dire que l’ensemble du peuple chinois est derrière ce projet comme l’ensemble du peuple américain n’est pas derrière le projet du Nouvel Ordre Mondial hégémonique ; mais l’ensemble de ces populations est suffisamment distrait, suffisamment endoctriné, pour ne pas vraiment se rendre compte de ce qui se passe et de ne réagir que par “patriotisme” pavlovien..

Espérons pour l’humanité que la Chine, finisse par s’éveiller… Dans le bon sens…

►◄

(*) Voir le PDF N° 44 – et en exclusivité sur ce blog – Analyse de Jimmy Dalledoo à partir du livre du docteur Alberto Rivera, qui avait été prêtre jésuite et évêque de l’Église catholique romaine. Il avait des responsabilités à l’intérieur de l’Église et il avait effectué des recherches intensives sur l’Église catholique romaine. Dans le cadre de ses responsabilités,  il avait été exposé à des situations et informations graves concernant l’Église et qu’il a voulu ensuite dénoncer : atrocités de l’église catholique romaine dénoncés dans son livre « les crimes du Vatican ». Le Dr Alberto Rivera est mort le 20 juin 1997.Les confessions d’Alberto Rivera, version PDF de 23 pages.

Nouvel Ordre Mondial et changement de coquille de l’empire « Bernard » (suite…)

Bien entendu cette info passe à la trappe des merdias de base, mais on touche là le cœur de l’affaire du « changement ce coquille » du Bernard l’Ermite impérialiste : la mort programmé du pétrodollar et le glissement de l’empire vers sa coquille sino-sympathique et compatible… ► Résistance 71

L’usage du yuan dans les relations irano-chinoises renforcera les relations bilatérales

Press TV  | 29 mai 2018 | Source ► http://www.presstv.com/DetailFr/2018/05/29/563295/Iran-Chine-Angela-Merkel-reseau-bancaire-independant-Etats-Unis-Trump

Selon un quotidien taïwanais, « les transactions pétrolières qui se font par la monnaie nationale chinoise aboutiront à l’essor des relations irano-chinoises ».

Le journal taïwanais Taipei Times a indiqué, dans un article publié le mardi 29 mai, que la multiplication des transactions pétrolières irano-chinoises par le yuan renforcerait le marché chinois et donnerait un coup de pouce aux relations entre Pékin et Téhéran.

« On parle récemment de l’internationalisation du yuan et c’est très probablement grâce à la multiplication des transactions pétrolières avec l’Iran que la Chine a actuellement plus de chances de faire de sa devise une monnaie d’échange internationale. Cependant, le gouvernement chinois a précisé que l’internationalisation du yuan constituait un processus qui dépendait de la croissance économique de la Chine », indique le Taipei Times.

Dans la foulée, le quotidien hongkongais The Morning Post a proposé l’inauguration d’un réseau commercial et bancaire indépendant via lequel des pays tels que la Chine pourraient entretenir des relations commerciales avec l’Iran, en réaction à la décision des États-Unis de se retirer de l’accord nucléaire.

Selon The Morning Post, « ce réseau indépendant permet aux pays européens de faire des transactions avec l’Iran en utilisant leurs monnaies nationales et cela sera profitable à toutes les parties ».

The Morning Post a écrit que le Premier ministre chinois avait parlé, lors de sa rencontre avec la chancelière allemande Angela Merkel à Pékin, du processus de l’internationalisation du yuan et de son lien avec l’Iran.

Au cours de cette même rencontre, Angela Merkel a déclaré que les sociétés européennes ne pouvaient pas et ne devraient pas quitter le marché iranien.

« La Chine et l’Allemagne partagent la même position face aux États-Unis, qui ont violé l’accord nucléaire, et elles condamnent la décision de Donald Trump », a-t-il indiqué.

◄|►

Les Zélites chinoises en mode « prédation » sur ce blog ;

Les peuples autochtones Shuars vs Sté minière chinoise en Équateur ;

Personnes disparues, Fausses enquêtes, et la China Connection ;

Ailleurs ;

Réseau International ; Un gazoduc entre l’Alaska et la Chine est-il réaliste ? [NdJBL : La réponse est dans la question, voir sur ce blog : Résistance au DAPL & Protecteurs de l’eau]

Réseau International : La dé-dollarisation s’accélère : « L’économie africaine veut plus de yuan chinois » ► Aussi, je recommande la lecture du PDF N° 56 de 43 pages L’ANARCHISME AFRICAIN, l’histoire d’un mouvement .

La Croix : Angela Merkel en Chine pour entretenir une relation commerciale privilégiée

Europe 1 : Xi Jinping félicite Poutine et salue une relation sino-russe à son zénith

Car, 10 à 15 % des peuples de la Terre, convaincus, opiniâtres et motivés peuvent changer le cours de l’Histoire de l’Humanité…

Parce qu’avec le Bernie ;

Pile = Y gagnent & Face = On perd !

Aussi la SOLUTION c’est toujours et encore NOUS !

JBL1960

 

L’illustration est de Romain Lardanchet ► Cité Bernard L’Hermite
Publicités

5 réflexions sur « Le Bernie veut aller à pied jusqu’en Chine… »

  1. Une autre réalité de terrain du sud-est asiatique ignorée du grand nombre : celle de la grande entité politico-économique ayant depuis des siècles refusé les diverses formes d’étatisation de leurs sociétés, région appelée “Zomia”, une étendue de terres s’étendant sur 2,5 millions de km², donc à peu près de la taille de l’Europe, comprenant les hauts-plateaux et montagnes au travers les frontières (fictives) de 8 pays : le Cambdodge, la Thaïlande, le Laos, le Vietnam, la Birmanie, la Chine (occidentale), l’Inde et le Bengladesh. La population de la Zomie, vivant hors des prérogatives des États concernés est entre 80 et 100 millions de personnes. Pas exactement un hameau s’autogérant…

    Voici ce qu’en dit l’anthropologue et professeur de science politique de l’université de Yale, James C. Scott :

    “ Zomia est ainsi imbriquée en tant que région non pas sur une base d’unité politique, ce dont elle manque, mais par des schémas comparables d’agricultures de plateau, de dispersion et de mobilité ainsi que d’un égalitarisme brut, qui et ce de manière non coïncidentelle, apporte un statut bien plus important aux femmes. […] Je pense qu’une description politique plus forte et précise de ces populations des plateaux et des collines de Zomia est de dire que ces gens ont activement résisté à leur incorporation dans un cadre étatiste classique, d’état colonial et d’état-nation. Cette résistance est devenue plus particulièrement connue après la création des états indépendants suite à la seconde guerre mondiale, lorsque Zomia est devenue le site de mouvements sécessionnistes, des luttes pour les droits indigènes, de rébellions millénaires, d’agitation régionaliste et d’opposition armée contre les états des vallées. […] Ainsi les plateaux et les collines ne sont pas simplement un espace de résistance politique, mais aussi une zone de refus culturel.” (James C. Scott, “The Art of not being Governed”, Yale University Press, 2009, extraits traduit de l’anglais par R71)

    L’État et toutes institutions coercitives sont arrivés au bout du rouleau sur cette planète. Zomia en Asie du Sud-Est est là pour nous le rappeler. Résistance 71.

    Extrait de ce billet d’analyse ► https://jbl1960blog.wordpress.com/2017/07/22/le-pivot-zunien-sur-lasie-pivot-de-leiildaesh-vers-lasie-par-tony-cartalucci/

    https://infokiosques.net/IMG/pdf/zomia-12p-A5-fil.pdf

    J'aime

  2. Le contrat à terme or/yuan à Londres : la fin programmée du dollar

    Marc Rousset. Économiste. Le 31.05.2018. Sur Boulevard Voltaire.
    Les dernières sanctions de Trump contre l’Iran pourraient être la goutte d’eau qui fait déborder le vase, avec un effet de boomerang mortel pour la suprématie du dollar.

    Matthew Chamberlain, directeur du London Metal Exchange (LME), a déclaré le 21 mai, au quotidien South China Morning Post, qu’un contrat à terme yuan/or pourrait être bientôt lancé. L’information peut paraître anodine aux néophytes des problèmes financiers internationaux, mais elle est cependant d’une importance primordiale car elle signifie tout simplement, dans un avenir très proche, la fin inéluctable de la suprématie du dollar et son remplacement partiel par le yuan et l’euro, en fait le chamboulement complet du système financier international actuellement sous le joug impérialiste du roi dollar. Il se trouve que le propriétaire du LME à Londres est le HKEX (Hong Kong Exchanges and Clearing), qui a déjà lancé à Hong Kong un contrat à terme or/yuan et qui permet déjà à ses clients d’utiliser la devise chinoise pour garantir des opérations montées par son intermédiaire.

    N’oublions pas que la BNP a été scandaleusement condamnée, en 2016, à neuf milliards de dollars d’amende pour avoir tout simplement utilisé des dollars afin de financer le commerce avec des pays tels que l’Iran, sous embargo américain. Seule la compensation finale des investissements ou des exportations des pays concernés s’était pourtant faite sur le territoire américain, par l’intermédiaire d’un compte de la BNP à New York. Il était donc « normal » que le droit américain s’appliquât à l’ensemble des opérations commerciales et financières.

    Il importe donc que les technocrates euro-ricains de Bruxelles sortent de leur torpeur et se grattent, comme les Chinois, un peu la tête, afin de se préparer à ne commercer qu’en euros. La moindre des choses aurait été, suite à cette amende ignoble, d’en appliquer une de même montant à Goldman Sachs pour avoir manipulé et présenté des comptes frauduleux sur la Grèce, ce qui avait eu pour effet de faire entrer la Grèce dans la zone euro avec des bénéfices gigantesques pour Goldman Sachs, tandis que les dettes grecques calamiteuses furent assumées par les contribuables des États européens, dont la France, qui s’étaient portés directement garants des prêts accordés à une Grèce en faillite.

    Lors du dernier forum économique international de Saint-Pétersbourg, dans le cadre du club de Valdaï, l’intervenant Jim Rogers a déclaré que le dollar perdrait son statut de monnaie de réserve avant 2030 et qu’une multitude de nations, telles que le Brésil, la Russie, la Chine, l’Inde, l’Iran, la Turquie et d’autres pays en voie de développement, « sont en train de créer une devise concurrente », sans préciser sa pensée. Il semble, en fait, que cette devise concurrente sera l’or ou, plus précisément, des monnaies internationales telles que le yuan « off-shore » qui sera, lui, convertible en or. On assisterait, ainsi, à un retour du Gold Exchange Standard, les pays réglant leur solde de balance commerciale par transport physique de l’or en avion ou acceptant de garder comme monnaie de réserve des yuans à la place du dollar, sachant qu’ils sont convertibles en or à Hong Kong ou sur le marché de Londres, grâce à ce nouveau contrat à terme yuan/or à venir.

    C’est ainsi que si les États-Unis empêchent l’Iran, suite à la politique des sanctions, d’utiliser le système de paiement international bancaire SWIFT en dollars ou de payer en dollars l’Allemagne pour des achats d’équipements ou de recevoir des dollars lors des ventes de pétrole à son premier client (la Chine), l’Iran et la Chine, par exemple, solderont directement leurs comptes internationaux avec de l’or ou l’Iran vendra ses yuans sur le marché de Londres pour être payé en or.

    Ce n’est pas pour rien que la Russie a triplé ses réserves d’or, à 1.800 tonnes, durant ces dix dernières années, que la Chine, productrice de 450 tonnes par an, détient déjà dans ses coffres 4.000 tonnes d’or, que l’Iran et la Turquie ont aussi augmenté fortement leurs réserves d’or.

    Les dernières sanctions de Trump contre l’Iran pourraient être la goutte d’eau qui fait déborder le vase, avec un effet de boomerang mortel pour la suprématie du dollar. JPMorgan prédit l’once d’or à 1.700 dollars l’année prochaine. Comme a pu le dire Hölderlin : « Là où est le danger est aussi ce qui sauve. »

    Source Les 7 du Québec de ce 3 juin 2018 ► http://www.les7duquebec.com/actualites-des-7/le-contrat-a-terme-or-yuan-a-londres-la-fin-programmee-du-dollar/

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s