Archives pour la catégorie Peuples premiers

Ignorer le système : conseils aux gens ciblés ► TOUT LE MONDE !

Ignorer l’État et ses institutions ►

Créer les bases solidaires de la Société des sociétés organique ► Réfléchir et agir en une praxis commune ► Adapter l’ANCIEN au NEUF

Dans son livre « Le bouclier du lanceur d’alerte » entièrement traduit en français par Résistance71 et dont j’ai réalisé la mise en PDF  ► Le bouclier du lanceur d’alerte, PDF de 70 pages et introduit par ce billet de blog, ; Kevin Annett nous explique que si la vérité libèrera les peuples, à tout jamais, cela n’est pas un boulot conventionnel, avec des horaires et un vie plan-plan… Nan, travailler à faire éclater la vérité, c’est prendre le risque d’être harcelé moralement et attaqué physiquement…

Rappelez-vous d’Udo

Kevin Annett est le co-fondateur du Tribunal Internationnal pour les Disparus du Canada (TIDC) et c’est grâce à sa ténacité, son courage à dénoncer sans failles, sans relâche le génocide et le Meurtre Par Décret plus spécifiquement dans les Pensionnats pour Indiens au Canada, en publiant le Contre-rapport de la « Commission Vérité et Réconciliation », Murder By Decree en conjonction avec des Commissions Citoyennes d’Enquête préalables, contre-rapport que Résistance71 a partiellement traduit (mais substantiellement) en français et que j’ai réunifié dans une version PDF de 58 pages ► https://jbl1960blog.files.wordpress.com/2016/06/mpdtr710616.pdf

Il est à même de donner des conseils aux gens ciblés qui dénoncent le mensonge institutionnalisé, le génocide et le meurtre par décret afin qu’ils ne se dérobent pas devant les premières difficultés. Si toutes et tous nous devenons des lanceurs d’alerte il sera très difficile pour l’oligarchie régnante de tous nous bâillonner ou nous enfermer en même temps… Plus nous serons nombreux, plus nous serons forts, juste par la force de nos idées, et comme le disait Victor Hugo : « Aucune armée ne peut lutter contre une idée dont l’heure est venue »…

Résistance au système : Conseils aux gens ciblés…

C’est à dire à tout le monde !

URL de l’article ► https://resistance71.wordpress.com/2017/04/26/resistance-au-systeme-conseils-aux-gens-cibles-cest-a-dire-a-tout-le-monde/

Maturer et sortir du système : quelques conseils aux gens ciblée

Kevin Annett |  20 avril 2017 |  URL de l’article original : http://kevinannett.com/2017/04/20/on-growing-up-and-moving-out-some-advice-to-targeted-individuals/

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

Cette semaine, sans surprise, deux de mes amis qui avaient publiquement défié la torture rituelle d’enfants et leur trafic au Canada, ont été soudainement attaqués et menacés de la perte de la garde de leurs enfants ou de leur profession. Leur réponse à cet assaut à été la même : chercher une solution au sein des tribunaux de cette même autorité qui les attaque.

Aucun de ces deux amis n’est mal informé ou naïf, au contraire, ils ont combattu le système pendant des années et comprennent sa nature implacable et criminelle. Mais lorsqu’ils furent personnellement attaqués et menacés de perdre ce qu’ils avaient de plus cher, leur première réaction fut de balancer leur compréhension des choses par la fenêtre en se disant de manière erronée “que tout allait s’arranger” avec ceux qui les attaquaient. Ils refusent de voir qu’ils ont tous deux été ciblés pour l’élimination à cause de qui ils sont. Et donc tous deux se sont exclamés face à moi : “que puis-je faire d’autre que de négocier ?” “Ignorez les et passez votre chemin” leur ai-je dit. “Recherchez votre propre justice”. “Mais çà va me causer encore plus de problèmes” fut leur timide refrain.

Max Planck était un vieux sage, pour un scientifique. Il y a un peu plus d’un siècle, il a découvert qu’en fait toute matière est énergie et ce malgré son apparence solide. N’étant pas exempte des lois de l’univers, la société est aussi comme cela (NdT : Hmmm, la société est une création humaine, constituée de corps organiques étant énergie si on veut… bref…). une institution en apparence inamovible est en fait un champ d’énergie en perpétuel changement qui est soit nourri ou dissipé. Chacun d’entre nous étant aussi énergie, peut soit nourrir ou rediriger son énergie, lorsque nous connaissons notre véritable nature.

Le signal particulier énergétique de la chose qui attaque mes deux amis cette semaine se nourrit de peur et la dirige pour paralyser et capturer l’énergie de ses cibles. C’est toujours comment une institution criminelle gère ses critiques: en les bousculant ou les matraquant de retour dans le moule, là où ils pourront y être neutralisés ou éliminés. La raison pour laquelle ceci fonctionne presque toujours est parce que même les activistes ou spécialistes les plus érudits n’ont pas maîtrisé leur propre signal énergétique, ce que Sun Tzu dans “L’art de la guerre” appelle le “chi” et donc ils abandonnent généralement la partie contre leur opposition en maintenant cette attitude du “que puis-je faire d’autre ?”

Parlons un peu des fondamentaux. Nous, nos enfants et la nature de cette planète elle-même devons faire face à une extermination par une guerre globale. Nous sommes tous à haut risque du simple fait que nous vivons au XXIe siècle et du fait que nous vivons dans un état de guerre permanente. Et pourtant, lorsque nous nous heurtons au système qui nous fait la guerre et que des attaques se font contre nous, nous répondons comme des gens en paix. Nous faisons confiance en l’humanité et la bonne volonté de notre ennemi, qualités qui ne sont pas là de toute évidence. Bref, nous ne sommes pas mentalement préparés pour les conditions de guerre, ce qui représente une condition fatale pour notre bien-être.

Être en guerre veut dire opérer sous un réalisme de roc, c’est à dire de voir les situations et les opposants pour ce qu’ils sont et non pas comme nous voudrions qu’ils soient, ceci inclus bien entendu le moment où ces forces nous attaquent personnellement. C’est la partie la plus difficile. Comme nous le montre l’usage de l’internet, il est plus facile pour nous de trouver des solutions aux dangers auxquels les autres doivent faire face. Mais lorsque ces mêmes dangers nous frappent, nous avons tendance à nous sauver et à nous protéger derrière la barricade de nos propres illusions et de notre dépendance envers ce même système qui recherche notre obéissance ou notre destruction. Grandir, maturer et sortir de cette dépendance n’est jamais chose aisée, spécifiquement pour quelqu’un qui est acclimaté aux pseudo-sécurités d’un boulot, d’une famille et d’une maison. La cage mentale qui nous maintient liés au statu quo, malgré nos meilleures intentions, consiste en un calcul attentif de nos actions en fonction de ce que nous pourrions gagner en comparaison de ce que nous pourrions perdre. L’âme docile veut toujours avoir un échappatoire de toute situation à risque et une garantie d’absolue sécurité avant d’agir.

En réalité, le problème n’est jamais au sujet du risque impliqué dans tout conflit, mais plutôt notre peur de perdre ou que tout soit fini. Jusqu’à ce que cette peur soit confrontée et surmontée et que nous recouvrions notre chi, nous sommes sans défense interne contre toute attaque intime nous visant. Et notre adversaire le sait très bien.

Sun Tzu disait que dans toute bataille, quoi que ce soit que nous aimons nous rend vulnérable et doit donc être abandonné. Mes deux amis indiquent par leurs actions qu’ils ne veulent pas procéder de la sorte ; en conséquence leur ennemi sait exactement comment les contrôler et rediriger leur chi.

Le bons sens commun (et Sun Tzu) nous dit que lorsque nous devons faire face à un ennemi plus puissant, on ne doit pas l’engager sur ses termes mais se retirer afin de dissiper ses attaques et trouver le temps et l’espace pour agir en nos propres termes. Mais ignorer leur ennemi n’est pas non plus une solution pour mes amis: pas seulement parce qu’ils ont peur de le faire, mais de manière plus fondamentale parce qu’ils sont toujours coincés dans l’état d’esprit et le chi de leur ennemi.

Par exemple, la préoccupation immédiate de mes deux amis n’était pas ce qu’il ferait dans la suite des évènements, mais ce que leur adversaire ferait. Leurs yeux se portaient sur une autre substance plutôt que la leur. En fait, dès qu’on est attaqué, on ne doit jamais répondre dans les termes de notre ennemi, ce qui ne fait qu’alimenter sa puissance. Nous devons plutôt créer notre propre terrain et termes de la bataille, car qui met en place les termes a tendance à l’emporter, si l’expérience nous enseigne quelque chose, c’est bien cela. Mais pour être capable de faire cela, il faut d’abord se concentrer et rassembler son propre chi.

Quelque soit votre taille en rapport à une grosse institution, vous pouvez définir vos termes et définir le terrain de votre bataille, pourvu que vous n’abandonniez pas votre chi à votre opposition.

Mais ce qui est également vrai est que vous ne pouvez pas le faire seul. Plutôt que de répondre aux lettres ou menaces de votre adversaire, vous devez d’abord rechercher d’autres personnes qui vont vous aider à établir votre pouvoir. Vous devez créer un contre-poids collectif à ce qui vous attaque, car il est presque impossible pour un individu seul de briser le statu quo et établir son chi. Un contre-poids égal est nécessaire contre une grosse puissance, ceci est juste de la simple physique. Donc vous devez immédiatement rendre l’affaire publique, remuer la merde, et rallier les autres à votre cause, parfois juste pour montrer à votre ennemi que vous n’êtes pas seul.

J’ai recommandé cette réponse à mes deux amis, mais aucun d’eux n’a voulu m’écouter. Leur seule préoccupation était ce que le salaud allait leur faire ensuite et comment pouvaient-ils individuellement éviter d’être touché et blessé. Ils ont peur de ce que les autres peuvent penser en apprenant ce qui leur est arrivé dans le cas où cela pourrait “décevoir” leur adversaire et ainsi “compromettre” un éventuel protocole d’accord. Une telle mentalité défaitiste et de capitulation fait que mes amis ont déjà perdu la bataille, car ils ont déjà abandonné leur autonomie et leur capacité de manœuvrer et de répondre en leurs propres termes, ce qui représente la seule sécurité que possède une petite force contre une plus grosse. Quiconque est ciblé pour une destruction institutionnelle devra faire face aux même dilemmes et choix. L’individu ciblé apprend très rapidement que leur principale faiblesse réside en leur déférence acquise à l’autorité, à savoir de ne pas décevoir la main levée de la figure parentale à laquelle on s’oppose. Mais pour ceux qui ont lâcher-prise de cette habitude fabriquée et conditionnée de gagner l’approbation de l’autorité en toute circonstance, ils apprennent très rapidement que leur capacité à mettre hors de position et à surmonter un opposant plus gros et donc plus gêné dans les entournures, est sans limite.

La peur, comme toujours, est la barrière principale d’une telle force. La plupart des gens ne me croient toujours pas quand je leur dis que je n’ai pas de revenus réguliers et que je ne me soucie pas d’où viendront mes prochains revenus. Ils ne me comprennent pas parce qu’ils n’ont pas fait l’expérience de l’effet libérateur de tout perdre dans sa vie et de continuer à être bien vivant, actif et efficace. Une fois qu’on a perdu la peur de la mort, une vie éternelle et une puissance interne se sont ouvertes pour chacun de nous et ce pouvoir, cette puissance intérieure est la seule garantie de sécurité pour quiconque soudainement pris dans la ligne de mire de la tyrannie.

Mes deux amis qui bataillent la peur au ventre cette semaine ne comprennent pas encore ce fait de manière à les faire agir différemment. Ils devront apprendre de leur propre douleur et expérience que ce qui leur est en fait demandé par leur adversaire n’est pas juste une obéissance et un acquiescement de ce qui est mal, mais la rédition de leur substance même. Énergétiquement, ceci est après tout la nature même de toute entité parasite entrepreneuriale que nous devons affronter: chacune de ces entités veut nous absorber, nous incorporer (NdT : notons au passage le terme affairiste d’incorporated affublant le sigle “Inc.” à côté du nom de l’entreprise, pour désigner la mise sous tutelle entrepreneuriale… la phagocytose politico-économique de fait, la toute puissance) en elle, ce qui veut littéralement dire nous tuer et nous assimiler comme partie de son propre corps. Mais pour que ceci puisse se produire, ce qui doit d’abord mourir est notre croyance en nous-même et notre propre capacité de dire NON et d’agir en nos propres termes, nonobstant les dangers auxquels nous faisons face.

C’est George Bernard Shaw qui a dit : “La seule véritable peur qui affecte l’autorité officielle n’est pas les gens qui vont lui résister, mais ceux qui vont l’ignorer.”*

Allez et faites-le et réappropriez-vous le monde !

*Comme R71 et moi vous l’expliquions hier par cet APPEL CONJOINT « POUR UN MOUVEMENT ABSTENTIONNISTE POLITIQUE »

◄►

Et parce qu’ainsi nous serons en capacité de FAIRE TOMBER L’EMPIRE ! Juste en nous faisant débaptiser en masse et en récusation de la doctrine chrétienne de la découverte, nul besoin d’armes, de haine, de violence !

Sur R71 rejoignez le mouvement pour Abolir l’Empire

Dans le livre de Kevin Annett cité plus haut, ce proverbe Perse : Le chercheur de vérité qui voyage suffisamment devient le chemin.

Prenons la tangente

Dans les mots de  Zénon

JBL1960

Sur ce blog ; les paroles, idées, textes fondateurs des Natifs de la TerrePEUPLES PREMIERS
Source de l’image ► https://www.amazon.co.uk/Unrepentant-Disrobing-Emperor-Kevin-Annett/dp/1846944058

Pierre Clastres préfaçant Marshall Sahlins, version PDF

Dans la série explosons les mythes, dogmes et doctrines…

Résistance71 a fort judicieusement porté à notre connaissance la préface de Pierre Clastres de la traduction en français du livre de Marshall Sahlins :  “Âge de pierre, âge d’abondance L’économie des sociétés primitives”  (Éditions Gallimard, 1976, 1ère édition en anglais, 1972) publiée en 2 parties que j’ai réunifiée dans un PDF de 21 pages à lire ou à télécharger gratuitement bien entendu ► Pierre Clastres préfaçant le livre de Marshall Sahling, version PDF

Société contre l’État : la mystification de la doxa anthropologique ou l’abondance dans les sociétés « pré-capitalistes »

(Pierre Clastres préfaçant Marshall Sahlins)

« Ainsi donc qui sont les réalistes ? Les réalistes, à mon sens, sont les personnes sus-mentionnées qui prennent la culture comme l’état originel de l’existence humaine et l’espèce biologique comme secondaire et conditionnelle… La culture est plus ancienne que l’Homo sapiens, bien plus ancienne et la culture fut une condition fondamentale du développement biologique de l’espèce. Des preuves de culture dans la ligne généalogique humaine remontent à environ 3 millions d’années, alors que la forme actuelle de l’humain n’est vieille que de quelques centaines de milliers d’années. […] Le point critique est que pour quelques 3 millions d’années, les humains ont évolué biologiquement sous une sélection culturelle. Nous avons été façonnés corps et âmes pour une existence culturelle. »

~ Marshall Sahlins, « L’illusion occidentale de la nature humaine », 2008 ~

Lire nos dossiers anthropologie politique et Pierre Clastres

PREMIÈRE & DEUXIÈME PARTIE SUR R71

Pierre Clastres, anthropologue, ethnologue anarchiste, souligne ce que le 0.0001% voudrait que nous ignorions, à tout jamais, à savoir que ; Page 11 :  structuralement, écrit Sahlins, l’ « économie » n’y existe pas. C’est dire que l’économique, comme secteur se déployant de manière autonome dans le champ social, est absent du M.P.D. ; ce dernier fonctionne comme production de consommation (assurer la satisfaction des besoins) et non comme production d’échange (acquérir du profit en commercialisant les surplus). Ce qui s’impose, en fin de compte (ce qu’impose le grand travail de Sahlins), c’est la découverte que les sociétés primitives sont des sociétés du refus de l’économie [4].

J’ai réalisé la version PDF de ce texte fort, puissant dont les mots claquent à nos consciences « éveillées » puisque l’oligarchie régnante, même et surtout à bout de souffle, telle une bête blessée et affolée par nos assauts incessants. Réalisant que nous ne sommes plus dupes et que nous déconstruisons, patiemment, pierre par pierre les mythes, mensonges, dogmes et doctrines instaurés depuis plus de 2600 ans. Et qui s’est réorganisée depuis plus de 500 ans avec les premiers colons envahisseurs/exterminateurs lancés à la Conquête du Nouveau Monde au titre de la doctrine chrétienne de la découverte. Nous permet de lutter efficacement contre ce fléau de l’humanité ; Le Colonialisme et ce par quoi il arrive ; L’État. Réhabilitant ainsi les pratiques ancestrales qui avaient cours dans les sociétés dites primitives. Comme l’anthropologue James C. Scott dans « L’art de ne pas être gouverné, une histoire anarchiste des hauts-plateaux de l’Asie du Sud-Est »* explique très bien comment 200 millions de personnes échappent toujours aujourd’hui aux diktats des États-nations, Chine inclue dans cet endroit du monde appelé « Zomia ». Ces peuples, tout comme les sociétés traditionnelles africaines, amérindiennes, australasiennes, les Kurdes syriens aussi, possèdent quelques très bonnes clés de la solution à nos problèmes. Le but étant de vaincre l’inertie de départ, en faisant la jonction avec ces pratiques et en dépoussiérant notre mémoire ancestrale.

 *Zomia, version PDF ► https://www.contretemps.eu/a-propos-de-zomia-ou-lart-de-ne-pas-etre-gouverne-de-james-c-scott/

►◄

Vous pouvez retrouver tous les PDF que j’ai déjà réalisés dans cette page de mon blog dédiée ► LES PDF DE JBL1960

Et toujours dans la série, j’explose les mythes ; Les travaux de recherches du Dr. Ashraf Ezzat en version PDF de 39 pages ► Traduction de la Bible et escroquerie historique.

JBL1960

 

Guerre Mondiale « 0 » par Mohawk Nation News

Le Général D. Trumpette déclare la guerre à tout le monde…

Le 29 décembre 1890, les Lakota Miniconjou, campaient avec leur chef Big Foot à Wounded Knee Creek. Ils y furent attaqués par plus de 500 soldats du 7ème de cavalerie (NdT : régiment de Custer), armés de canons Hotchkiss tirant 50 obus à la minute. Le rapport de l’armée fit état de 290 Indiens tués, 90 guerriers et 200 femmes et enfants.

Les archives démontrent sans l’ombre d’un doute que Wounded Knee ne fut en aucun cas un évènement isolé. Si nous ajoutons aux actes de violences la stérilisation forcée des femmes indiennes et le transfert des enfants indiens dans des familles non-autochtones par les agences d’État, alors nous devons en conclure que non seulement l’holocauste américain a bel et bien eu lieu, mais que certains aspects de celui-ci continuent toujours aujourd’hui.

Pour lire l’intégralité de ce billet sur ce blog ► Le Passé Compliqué

Et le dossier, régulièrement mise à jour sur le génocide par décret ► MEURTRE PAR DÉCRET

Déclaration du Général Trump au lendemain du faux drapeau chimique :

En utilisant un gaz neurotoxique mortel, Assad a enlevé la vie à des hommes, des femmes et des enfants sans défense.

Cela a été une mort lente et horrible pour tant de personnes. Même de beaux bébés ont été cruellement assassinés dans cette attaque très barbare. Aucun enfant de Dieu ne devrait jamais subir une telle horreur.

Ce soir, j’ai ordonné une frappe militaire ciblée sur le terrain d’aviation syrien, d’où l’attaque chimique a été lancée.

Politico – Le 7 avril 2017

Idlib… Faux Drapeau La Ghouta 2.0 ?

Faux Drapeau Chimique…

Mettre fin au colonialisme : démantèlement des corporations « USA et Canada » par les peuples (Mohawk Nation News)

“Regardez bien ce qui se passe ici, parce quand ils en auront fini avec nous ce sera votre tour.”

~ Membre du conseil des femmes de la nation Mohawk aux Québécois locaux venus aux nouvelles lors du siège d’Oka en 1990 ~

A lire : « Païens en terre promise, décoder la doctrine chrétienne de la découverte »  et « Meurtre par décret, le crime de génocide au Canada », TIDC, 2016, traduction Résistance 71 – Mise en PDF par JBL1960 et pour consulter tous les PDF de ce blog ► PAGE PDF PAR JBL1960

URL de l’article ► https://resistance71.wordpress.com/2017/04/18/mettre-fin-au-colonialisme-demantelement-des-corporations-usa-et-canada-par-les-peuples-mohawk-nation-news/

Guerre mondiale zéro

 Mohawk Nation News |  17 avril 2017 |  URL de l’article original : http://mohawknationnews.com/blog/2017/04/17/world-war-0/

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

Une personne a été frappée et sortie d’un vol de l’United Airlines par des agents de sécurité de la compagnie aérienne à l’aéroport O’Hare. Les gens dans le monde entier ont manifesté leur colère et leur désapprobation. Il y a maintenant des discussions internationales afin de protéger les passagers de telles violences.

Depuis 2016, Standing Rock est la scène d’une brutalité étatique ouverte et vicieuse, des attaques chimiques ont eu lieu contre des protecteurs pacifiques et désarmés de l’eau si précieuse. L’entreprise coloniale appelée USA attaque et essaie de tuer ceux qui se mettent en travers de son chemin. Depuis plus de 500 ans nous avons combattu cette entreprise seuls. Maintenant les autres sont ciblés également.

Les Etats-Unis, le Canada et le Mexique ont systématiquement couvert leur brutalité à notre encontre. Des milliers des nôtres sont brutalisés et victimisés, assassinés en prison comme prisonniers politiques et otages. Beaucoup sont vicieusement battus à mort pour être déclarés “mourir de pneumonie”. Nos prisonniers politiques et économiques doivent être libérés. L’ordre d’extermination totale de nos peuples doit être répudié. Le système carcéral nous individualise et nous sépare. Pour être libéré, vous devez vous soumettre et obéir.

Des forums publics se tiennent maintenant au sujet des problèmes et affaires indigènes afin “d’enregistrer” notre souffrance émanant de la politique du génocide qui continue jusqu’à ce jour. L’entreprise coloniale a mis en place des conseils de bandes (Canada) et de tribus (USA) et des organisations d’état et provinciales pour nous représenter de manière frauduleuse au travers du prisme politique colonial. Les membres de ces conseils aident au vol de notre terre, de nos ressources, de nos possessions et au meurtre de masse.

De véritables négociations doivent faire valoir un tiers neutre que les deux côtés jugent équitable.

Le gouvernement a mis en place notre souffrance et notre mort planifiée, chose que nous essayons d’enrayer. On nous met sous pression d’accepter les termes entrepreneuriaux coloniaux. Le public est soumis à une intense propagande pour qu’il soutienne les concession en leur faveur.
Les criminels ne peuvent pas tracer la voie, Ils n’ont du reste jamais essayé de rectifier leur tort.

Des attaques faux-drapeau régulières et des menaces créent la peur de ce qui en découle. Nous sommes le peuple de la paix mondiale. Nous n’avons pas d’armée qui puisse être achetée ou contrôlée.

Le sens des mots doit bien être compris par les deux parties impliquées dans les deux langues utilisées. Le gouvernement dit généralement : “Nous avons dit ceci mais nous voulions dire cela…” Nous, Onkwe’honweh, le peuple originel de l’Île de la Grande Tortue, ne pouvons qu’utiliser notre cerveau, notre esprit, et ne nous occuper que de la vérité.

L’État utilise la propagande menée par ses merdias de masse afin de tromper le public. Celui-ci est conditionné à croire que “c’est une situation sans espoir” et que nous devons abandonner et nous en remettre à la corporation. Les critiques sont étiquetés comme terroristes et ciblés. Nous avons refusé d’être dépeints comme des terroristes pour ne faire que défendre nos vies, notre terre-mère et la vie qu’elle supporte en révélant le passé.

L’ennemi est rompu à la tactique du diviser pour mieux régner, de séparer les gens en groupes afin de créer des conflits de toute pièce.
Le peuple va dissoudre la corporation coloniale et tous les actionnaires seront traînés devant la justice pour les crimes commis par leurs entreprises. Nous déciderons qui parle pour nous, en accord avec notre processus politique traditionnel et ancestral. Notre position sur tel ou tel sujet sera lue ouvertement et publiquement, aux conseils et assemblées publiques. Le monde va enfin savoir la vérité au sujet du plus grand holocauste de l’histoire de l’humanité qui se perpétue jusqu’à aujourd’hui.

La corporation coloniale semble ne pas se sentir concernée du fait que le monde entier voit sa brutalité éhontée. Les actionnaires de l’entreprise ne pourront jamais échapper aux conséquences des crimes commis et des génocides passés et présents. Nous continuons inlassablement à suivre la loi naturelle de la terre.

Les piètres compensations (financières) n’y feront rien. Les règles entrepreneuriales seront démantelées et ne domineront plus jamais les lois naturelles d’Ono’waregeh (Île de la Grande Tortue).

Les États-Unis doivent prendre un engagement ferme de paix pour le monde.

Et on comprend bien qu’avec Trump, comme avec Killary ou qui que ce soit d’autre ; C’est pas gagné, hein ?

C’est tout l’objet de mes derniers billets de blog sur notre nécessité à retirer notre consentement, en masse, pour stopper le bouzin ici & maintenant et d’où nous sommes :

La vie c’est comme une boîte de chocolats…

D’un Bozo à l’autre ; C’est le Barnum qui continue !

La Trumpette de la mort…

Parce que voter 1 jour c’est démissionner 5 ans ► Voter un jour, c’est aussi démissionner 5 ans !

Alors que tout est « Entre nos mains« , à nous tous, les peuples du monde…

Tout comme on appelle le peuple Zunien à se réveiller, à se tourner vers les Natifs et Nations premières, parce qu’il n’y a pas de solutions au sein de ce SYSTÈME et que l’avenir de l’humanité passe par les peuples occidentaux émancipés de l’idéologie et de l’action coloniales, se tenant debout, main dans la main avec les peuples autochtones de tous les continents pour instaurer l’harmonie de la société des sociétés sur Terre.

Et comme je l’explique, en appui de Steven Newcomb, dans ce billet ► La souveraineté indigène et la subordination politique de nos nations par Steven Newcomb

Du Pr Taiaiake Alfred ► « Paix, Pouvoir et Rectitude, un manifeste indigène » Par le Pr. Taiaiake ALFRED

De Peter d’Errico ► La Nation Sioux Yankton vs le DAPL

De Kevin Annett à la sénatrice canadienne qui affirme que les personnels et les églises unifiées du Canada étaient tous « bien-intentionnés » dans les Pensionnats pour Indiens ► Lettre ouverte à Lynn Beyak par Kevin Annett

USA, Canada et Australie aussi ► La réponse de l’Australie à la doctrine de la découverte par Steven Newcomb

Et pour faire tomber l’empire, sans armes, juste par la force de nos idées ► PAGE « FAIRE TOMBER L’EMPIRE » en récusation de la doctrine chrétienne de la découverte

Et parce que qui veut la paix, prépare la paix, non la guerre ► LA GRANDE LOI DE LA PAIX – KAIANEREKOWA

N’est-ce pas Donald ?

JBL1960

Source de l’image ► Pinterest

Que veut dire « indigéniser » par Steven Newcomb

Les mots ont un sens !

Pour les premiers colons/envahisseurs/exterminateurs lancés à la conquête d’un Nouveau Monde et sur ordre divin et dès octobre 1492 ;  Il fut simplement implicitement compris qu’aucune personne indigène traditionnelle ou nation ne devaient être autorisées à survivre en dehors de la chrétienté et de sa nation « blanche ».

Depuis, toutes les approches partagèrent le même narratif trompeur qui dépeignait le génocide comme une quête sacrée et un acte de charité profonde envers des êtres inférieurs.

Et si vous pensez, qu’ici en France, ce combat nous est étranger et totalement hors de propos, puisque la première représentation du grand Barnum est prévu dimanche prochain ; Je me permets de rappeler les propos d’un certain François Fillon, vous savez ce Gaulliste de surcroit chrétienJe suis gaulliste et de surcroît je suis chrétien, cela veut dire que je ne prendrai jamais une décision qui sera contraire au respect de la dignité humaine, au respect de la personne, de la solidarité » {Ah bah tu m’étonnes !} et qui rajoute ce que personne ne relève {enfin, si mézigue !}  La France n’est pas coupable d’avoir voulu faire partager sa culture aux peuples d’Afrique, d’Asie et d’Amérique du Nord ICI… Et donc nous savons très précisément sur ce blog, (Catégorie PEUPLES PREMIERS) comment la France a procédé pour « faire partager sa culture » c’est à dire avec des crucifix et des échafauds, le missel dans une main l’épée dans l’autre, belle notion du partage effectivement. Fillon, tout comme Mike Pence, veut faire entrer sa religion à l’Élysée, alors qu’on peut ne laisser personne y entrer  en BOYCOTTANT le Barnum, puisque d’un Bozo à l’autre, c’est toujours le même cirque comme nous l’expliquait encore une fois R71, hier…

Steven Newcomb est l’auteur du livre « Païens en Terre promise, décoder la doctrine chrétienne de la découverts » Éditions Fulcrum, 2008 ; Traduit de l’anglais par de larges extraits par R71 et que j’ai réunifié dans un PDF de 45 pages ► Païens en Terre Promise, version PDF  que j’ai introduit par ce billet de blog ► Tous des païens en Terre promise.

Résistance au colonialisme : la face cachée du mot « indigène »… (Steven Newcomb)

Que veut dire “indigéniser” ?

Steven Newcomb | 10 avril 2017 | URL de l’article original ► https://indiancountrymedianetwork.com/news/opinions/what-does-it-mean-to-indigenize/

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

URL de l’article ► https://resistance71.wordpress.com/2017/04/15/resistance-au-colonialisme-la-face-cachee-du-mot-indigene-steven-newcomb/

Comme je suis fasciné par les mots, j’ai été très intrigué par l’utilisation du mot “indigène” en tant que verbe, comme dans le mot d’action “indigéniser”, Mon Webster’s Third New International Dictionary dit que le verbe “indigéniser” (NdT: indigenize en anglais) veut dire: “causer des caractéristiques indigènes ; adapter à des conditions ou des pratiques indigènes” et “causer une personnalité principalement indigène”.

Analyser le mot “indigène” fournit des résultats variés: “natif” et “originaire, produit ou se développant dans une région ou une terre particulières ou un environnemnt particulier.” Nous trouvons aussi “en rapport, fait, créé par pour des natifs”, “inné, inhérent”. Et pourtant, il manque quelques chose du désir exprimé de la part de certains d’”indigéniser” plus de choses dans le monde, comme les programmes pédagogiques universitaires par exemple.
Le contexte manquant de l’utilisation typique du mot “indigéniser » est trouvé dans l’avant-propos du rapport de l’ Independent Commission on International Humanitarian Issues de 1987: “Indigenous Peoples A Global Quest for Justice,” Après avoir discuté la notion stéréotype du mot “indigène”, que les auteurs du rapport disent “évoquer” une image de “peuple primitif”, les auteurs disent plus loin:

Cachée derrière les stéréotypes, se trouve la sombre réalité qui appelle à l’empathie et défie notre humanité. Celle-ci est à la fois triste et rayonnante: d’un côté la colonisation, le génocide et une lutte constante pour la survie physique et culturelle ; de l’autre côté, un glorieux passé et un futur qui doucement mais sûrement, commence à apparaître plus rayonnant et vibrant.

Les auteurs du rapport sont imprécis en disant que le terme “indigène” a deux aspects. Le point le plus important est que le contexte incessant et actuel de la catégorie peuples “indigènes” est, comme ils le disent, “colonisation, génocide… et une lutte constante pour la survie physique et culturelle.” Les auteurs du rapport essaient d’éviter le point en mentionnant “un glorieux passé” et un “futur” qui “commence à rayonner”. Mais rayonnant en comparaison de quoi ? En comparaison des ténèbres de la colonisation et du génocide (extermination) ce qui rend nécessaire la “lutte constante pour la survie physique et culturelle” ? Et étant donné le fait que toutes nations et peuples étiquetés “indigènes” sont toujours bloqués dans un schéma institutionnalisé de domination et de déshumanisation, on peut se demander sur quelle base le futur apparaît-il plus rayonnant et vibrant ?

Placer une insistance étriquée sur des mots comme “natif”, “inné”, ou inhérent” ne va pas nous donner une claire image mentale du concept d’”indigène”. Ceci parce que la signification du terme “indigène” est très inclusive d’un contexte sombre et mortifère de l’invasion par des étrangers et inclusive des efforts de destruction des nations et peuples originels (nos ancêtres), qui, avant l’invasion, vivaient toujours de manière “non civilisée” parce qu’ils vivaient libres et indépendants d’une telle invasion. La trajectoire de la “civilisation” chrétienne européenne est une trajectoire d’invasion et de domination chrétienne et européenne. (NdT : ici Newcomb implique que pour autrui, civilisation = invasion et domination) [NdJBL : Lire le dernier article de Newcomb ► La souveraineté indigène et la subordination politique de nos nations par Steven Newcomb ]

Lorsque les auteurs du rapport de cette commission indépendante mentionnèrent un “passé glorieux” pour les peuples “indigènes”, ils avaient sans aucun doute ce mode de vie pré-invasion en tête. Mais l’imagerie pertinente ne s’arrête pas en si bon chemin. Le contexte complet pour le terme d’”indigène” inclut de sinistres forces gouvernementales et entrepreneuriales qui ont causé et continuent de causer la domination et la déshumanisation des nations originelles, ainsi ce contexte pour le terme “indigène” est inclusif des forces de domination qui menacent la base même de l’existence culturelle, physique et politique de tout peuple ou nation originel, ce que les auteurs du rapport reconnaissent implicitement en parlant de la “lutte constante pour la survie physique et culturelle.”

Comment alors l’appel pour notre existence, des programmes pédagogiques universitaires, ou quoi que ce soit d’autre, puissent être “indigénisés”, puisse avoir un sens comme terme de libération lorsque le contexte même du terme “indigène”veut dire des nations et des peuples qui sont forcés à être dominés, ce qui va à l’encontre de toute forme de libération ? Comment cela peut-il avoir un sens quand une part centrale du contexte “indigène” veut dire avoir été soumis à des forces gouvernementales et entrepreneuriales de domination et de déshumanisation au point que la survie physique et culturelle de nos nations ait été et est toujours en question ? Pourquoi ne pas juste appeler à notre libération de ces formes et schémas de domination ? L’appel pour notre existence doit-il être “indigénisé” plus avant ? Ceci doit-il être une tentative de séparer notre existence pré-invasion et utiliser cette imagerie de pré-domination comme un modèle positif de nos vies contemporaines ?

Est-ce que l’utilisation du terme “indigéniser”, ou de tout autre mot savant ayant pour but de faire mousser comme celui d’”indigénéité”, est un effort de revitaliser et d’émuler des images d’un “passé glorieux” mentionnées dans le rapport indépendant sus-nommé ? l’appel pour “indigéniser” nos vie ou pour “célébrer” notre “indigénéité” pourrait avoir un sens si cela avait pour intention d’exclure l’ère de post-invasion, ère remplie de mort, de destruction et de désintégration.

Pourtant, comment pouvons-nous séparer et exclure cette ère post-invasion de la signification du terme “indigène” lorsque notre existence “indigène” contemporaine est, par définition et par expérience, inclusive des schémas de domination imposés par l’État (colonial) et les entreprises (coloniales), schémas de colonisation, de déshumanisation masqués derrière la phrase “loi et politique” ? Si vous ne me croyez pas, nommez une nation ou un peuple appelé “indigène”, où que ce soit dans le monde aujourd’hui et qui vit libre et indépendant de tout contexte de domination et de déshumanisation créé par les états et les corporations / entreprises.

►|◄

En complément de lecture vous pouvez lire l’avis du Pr. Taiaiake Alfred, Membre Mohawk du Clan de l’Ours ► « Paix, Pouvoir et Rectitude, un manifeste indigène » Par le Pr. Taiaiake ALFRED

Et encore de Steven Newcomb dans le prolongement de cette dernière publication ► Le Vatican et son héritage de domination par Steven Newcomb

Voilà pourquoi on appelle le peuple Zunien à se réveiller, à se tourner vers les Natifs et Nations premières, parce qu’il n’y a pas de solutions au sein de ce SYSTÈME et que l’avenir de l’humanité passe par les peuples occidentaux émancipés de l’idéologie et de l’action coloniales, se tenant debout, main dans la main avec les peuples autochtones de tous les continents pour instaurer l’harmonie de la société des sociétés sur Terre.

Et c’est valable pour nous, Françaises et Français de souche ou de papier, dont certaines banques et assureurs financent la colonisation !

Nous pouvons non seulement stopper le bouzin, mais aussi faire tomber l’empire

Tout est « Entre nos mains » : qu’on se le dise !

JBL1960

Toutes les versions PDF à lire ou télécharger ► https://jbl1960blog.wordpress.com/les-pdf-de-jbl1960/

« Paix, Pouvoir et Rectitude, un manifeste indigène » Par le Pr. Taiaiake ALFRED

Lutter efficacement pour faire tomber l’empire :

Version PDF {18 pages} par JBL1960  de la traduction en français par Résistance71 par de larges extraits du livre « Peace, Power & Righteousness, an indigenous manifesto » Publié en 1999, réédité en 2009 de ; Taiaiake Alfred, Ph.D – Professeur de Science Politique à l’université de Victoria, Colombie Britannique, Canada – Kanahwake Mohawk du Québec

UN MANIFESTE INDIGÈNE – T. ALFRED {Ph. D} version PDF

https://jbl1960blog.files.wordpress.com/2017/04/pdftalfred2013.pdf

“Voici ce que la chrétienté a fait aux nations natives : Ils nous ont dit, tu ne voleras point et pourtant l’église possède plus de terres sur les réserves indiennes que n’importe quelle entité. Ils nous ont divisés ! Les missionnaires sont venus avec la bible dans une main et l’épée dans l’autre. Ils avaient le livre et nous avions la terre; maintenant nous avons le livre et ils ont nos terres.”

~ Clyde Bellecourt, Objiwe, fondateur de l’American Indian Mouvement, AIM ~

C’est ce qui m’a personnellement motivée, pour faire effacer mon nom du registre des baptêmes en récusation de la doctrine Chrétienne de la Découverte et si nous le faisons en masse, l’empire tombera ; Car un empire sans terre est un empire à terre ! Sans haine, ni violence, SANS ARMES, juste par la force de nos idées…

Vous trouverez toutes les explications nécessaires pour renier votre acte de baptême dans cette page de mon blog ► FAIRE TOMBER L’EMPIRE, et sur R71 vous pouvez rejoindre ce mouvement pour abolir l’empire : https://resistance71.wordpress.com/abolir-lempire-mouvement-pour-la-repudiation-de-la-doctrine-chretienne-de-la-decouverte/

Nous considérons que cela est un acte de résistance fort qui permet de lutter efficacement contre le colonialisme toujours en vigueur au Canada, aux États-Unis, en Australie… La réponse de l’Australie à la doctrine de la découverte par Steven Newcomb

Version PDF du livre de Steven Newcomb, par de larges extraits de traduction, « Païens en terre promise, décoder la doctrine chrétienne de la découverte« 

Résistance71 a traduit de larges extraits d’une des recherches essentielles du professeur de science politique de l’université de Victoria (BC, Canada) Taiaiake Alfred, publiée en 1999 sous le titre : « Peace, Power & Righteousness, an indigenous manifesto » et réédité en 2009, et publié sur leur blog en 2 parties, en 2013.

Comment lutter efficacement contre le colonialisme toujours en vigueur dans des pays comme le Canada ou les États-Unis ainsi que contre cette mentalité globaliste néo-coloniale qui perdure dans la société occidentale ? Comment aller au delà, transcender cette hégémonie culturelle de destruction fondamentalement raciste et euro-centriste pour unifier le monde au sein d’un nouveau paradigme de paix et de tolérance.

Plus qu’une analyse, une vision fraîche pour une société universelle égalitaire.

— Résistance 71 —

“Avant l’arrivée de l’homme blanc, nous, Indiens n’avions pas de chefs. Nous avions des leaders bien sûr, des hommes et des femmes choisis par consensus pour leur sagesse et leur courage. L’idée d’une hiérarchie pyramidale avec une personne à son sommet était un concept européen. Quand dans un premier temps, les blancs demandèrent de parler à un “chef”, mes ancêtres ne surent pas trop quoi répondre. Ils poussèrent quelqu’un en avant en guise de porte-parole, pas nécessairement le plus intelligent ou le plus courageux du lot, juste quelqu’un qui avait une certaine volonté de parler aux étrangers et de savoir ce qu’ils voulaient dans notre pays. Mais aussi loin que les blancs furent concernés, la personne désignée était le monarque, une sorte de roitelet et ainsi autorisé à certains privilèges. Ceci ne servit pas nos meilleurs intérêts, mais nous avons été coincés avec des “chefs” depuis lors et nous essayons d’en tirer le mieux que nous pouvons. Nos chefs ne règnent pas, ne commandent pas. Quand des sujets importants apparaissent pour être discutés, ils se rassemblent, discutent et cherchent le consensus en leur sein ; ensuite ils disent aux membres des communautés ce qu’ils pensent qu’il devrait se passer, ils suggèrent.”

~ Russell Means ~

 “Les Apaches, qui en fonction des circonstances, acceptaient le leadership de Geronimo pour son habileté de combattant, lui tournaient systématiquement le dos lorsqu’il voulait mener sa guerre personnelle. Geronimo, dernier grand chef de guerre nord-américain, qui passa trente années de sa vie à vouloir “faire le chef” … et n’y parvint pas.”

~ Pierre Clastres ~

De Taiaiake ALFRED, sur ce blog ;

https://jbl1960blog.wordpress.com/2017/03/15/le-grand-desapprentissage-par-taiaiake-alfred-ph-d/

https://jbl1960blog.wordpress.com/2017/02/11/resistance-au-fleau-de-lhumanite/

Incluant le PDF de La Grande Loi du Changement par le Pr. T. Alfred

Je considère pour ma part, qu’il est à ce stade et pour comprendre la vision du Pr. Alfred sur l’anarcho-indigénisme [Gustav Landauer, s’en était le plus approché avec l’Appel au socialisme : pour la société des société] nécessaire d’étudier La Grande Loi de la Paix :

Kaianere’ko:wa ou la Grande Loi de la Paix de la Confédération Iroquoise (12ème siècle), version PDF de 27 pages {Page 1 à 5 ; Introduction au texte par R71 ► Page 6 à 27 présentation de la traduction, en français, des 117 wampums (articles) }

https://jbl1960blog.files.wordpress.com/2017/02/pdfgrandeloidelapaix.pdf

De plus en plus nombreux, nous pensons que l’avenir de l’humanité passe par les peuples occidentaux émancipés de l’idéologie et de l’action coloniales, se tenant debout, main dans la main avec les peuples autochtones de tous les continents pour instaurer l’harmonie de la société des sociétés sur Terre.

Et les derniers événements de ces jours-ci, que je traite dans ce dernier billet ; Entre nos mains… nous démontrent qu’il est temps d’initier un mouvement de fond, pour ceux qui veulent, en refusant de participer au cirque électoral, et en s’organisant, nous la minorité, puisque la majorité n’est pas à convaincre et heureusement car elle mougeonne, la majorité… Organisons-nous en associations libres œuvrant solidairement et lorsqu’une société organique parallèle fonctionnera, la masse suivra, comme elle suit le système institutionnalisé aujourd’hui, puisque cette masse va toujours dans le sens du meilleur courant, comme un banc de poissons…

Nous avons besoin de convaincre 10 à 15% de la population mondiale, masse critique suffisante et point de basculement vers le pouvoir de dire NON et on obtient une population en capacité d’exercer la désobéissance civile et c’est fin de partie pour l’oligarchie !

Ignorer le Système ► Créer les bases solidaires de la Société des sociétés organique ► Réfléchir et agir en une praxis commune ► Adapter l’ANCIEN au NEUF

Je suis persuadée que nous sommes tous «INTER-RELIÉS» et que de cette «INTERCONNEXION» jaillira, telle une étincelle capable d’embraser tous les empires ;

UNION ► RÉFLEXION ► ACTION ► ASSOCIATIONS LIBRES CONFÉDÉRÉES ► SOCIÉTÉ DES SOCIÉTÉS

Pour un changement de paradigme sans dieux ni maitres

SANS ARMES

Ni haine, ni violence, juste par la force de nos idées…

JBL1960

En complément de lecture sur l’auteur ;

L’Anarcho-indigénisme ; Entrevues avec Gerald Taiaiake ALFRED & Gordon Hill – Publié le 23/03/2016 URL de l’article ► http://redtac.org/possibles/2016/03/23/lanarcho-indigenisme/ lien de l’article, en PDF ► http://redtac.org/possibles/files/2016/02/Dupuis-Deri-Pillet.pdf

Lettre ouverte à Lynn Beyak par Kevin Annett

De l’entreprise coloniale au génocide par décret…

Dossier régulièrement mis à jour sur ce blog ; MEURTRE PAR DÉCRET, le crime du génocide au Canada, en section commentaire, l’info presse à l’origine de cette lettre ouverte ; https://www.thestar.com/news/canada/2017/03/09/senators-residential-school-comment-is-like-downplaying-the-holocaust-mp-says.html

Lettre ouverte à une sénatrice canadienne, négationniste de l’holocauste des Amérindiens du Canada… (Kevin Annett)

« Si je devais choisir de tuer la moitié des enfants indiens qui sont sous notre attention, il n’y a pas de meilleur instrument à utiliser que votre pensionnat typique mis en place. »
~ Neil Parker, Superintendant aux affaires indiennes du Canada, 1949 ~

« Il est juste de dire que 50% des enfants qui sont passés au travers de ces écoles pensionnats n’ont pas vécu pour bénéficier d’une quelconque éducation en leur sein. »
~ D.C Scott, adjoint au superintendant au ministère des affaires indiennes, juillet 1913, rapporté par CBS News en juin 2015 ~

« Nous ne pouvions pas commencer une enquête sur les morts dans les pensionnats pour Indiens, ceci aurait constitué une enquête bien trop énorme… »
~ Gendarme Gerry Peters, de la division « E » de la Gendarmerie Royale du Canada, Vancouver, juillet 1997 ~

« Les chances d’un élève des pensionnats pour Indiens de mourir dans les premières années du programme étaient d’une sur deux. Alors bon, OK, 50% est une juste estimation du taux de mortalité. »
~ Murray Sinclair, président de la Commission Vérité et Réconciliation (CVR), le 3 mars 2011 ~

URL de l’article ► https://resistance71.wordpress.com/2017/04/04/lettre-ouverte-a-une-senatrice-canadienne-negationniste-de-lholocauste-des-amerindiens-du-canada-kevin-annett/

Dans un miroir, sombrement : conseil à une négationniste de l’holocauste (amérindien)

Kevin Annet |28 mars 2017 | URL de l’article original : http://itccs.org/2017/03/28/in-a-mirror-darkly-some-advice-to-a-holocaust-denier/

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

Une information en provenance d’Ottawa en date du 8 mars 2017 : La sénatrice canadienne Lynn Beyak défend le système des pensionnats pour Indiens et affirme “qu’ils n’ont pas voulu faire de mal à quiconque”…

Ottawa

Chère Lynn,

Il a été dit de la vie au sénat canadien qu’elle est si pathétique que tout ce que vous pouvez y entendre est le bruit du ruminage et des ventres de porc. Je veux donc vous remercier pour donner tort à tous ces cyniques. Je n’avais absolument aucune idée que votre petite coterie d’appointés politiques à la platitude tant reconnue puisse produire une penseuse d’une telle originalité comme vous-même.

Quelle bonne bouffée d’air frais que d’entendre une politicienne canadienne affirmer que noir est en fait blanc et avec une telle conviction ! Et dire que j’avais perdu l’espoir en la capacité d’un quelconque de nos leaders d’ici, du Grand Nord tout blanc, de maîtriser la realpolitik machiavellienne. Je dis : bien vu, excellent !

Sénatrice, je vous donne un A+ pour vos efforts, mais si vous me permettez, j’ai quand même quelques conseils à vous donner en ce qui concerne la meilleure façon de propager votre gros mensonge bien particulier. En un mot, vous êtes trop crâneuse. Subtilement, est toujours après tout, la meilleure méthode pour cacher un crime de groupe et de convaincre les gens qu’il ne s’est jamais passé : quelque chose que votre collègue du sénat Murray “Mr je blanchis tout par la CVR” Sinclair ne connaît que trop bien.

Note de R71 : CVR est l’acronyme de la Commission Vérité et Réconciliation, la farce officielle de l’état canadien pour blanchir et minimiser l’affaire du génocide dans les pensionnats pour Indiens entre 1867 et 1996. Si l’état canadien s’est fendu d’ »excuses officielles », personne n’a jamais été condamné pour la disparition et meurtres de plus de 50 000 enfants autochtones dans les murs des camps de la mort qu’étaient les pensionnats pour Indiens, gérés par les églises, au nom du gouvernement canadien. Voir à cet effet notre traduction du contre-rapport à la CVR du Tribunal pour les Disparus du Canada : “Meurtre par décret, le crime de génocide au Canada” (2016), ce texte est le fruit de plus de 20 ans de recherches, d’enquêtes et de témoignages.

Mettez une sourdine à votre hyperbole dans un premier temps. Même le plus fleur bleue, trouillard des Injuns des Canucks (Canadiens) aura du mal à avaler votre affirmation disant que votre typique curé frappeur d’enfant ne faisait en fait “qu’essayer de son mieux” avec tous ces sauvages. Allons, allons Lynn, aller au charbon avec rien d’autre que cette rhétorique va permettre à tout critique de vous cueillir avec juste une simple citation du ratio de plus de 50% de décès parmi tous ces enfants basanés qui étaient pensionnaires de ce que vous appelez “les pensionnats scolaires”.

Bref, le grand mensonge, çà doit être convaincant.

Point suivant : Pour l’observateur neutre, vous agissez comme le badaud dans le script pré-arrangé de quelqu’un d’autre. Je veux dire, regardez comment tous les gros matous aborigènes sautent après vos paroles, comme des violeurs d’enfants en rut. Vous donnez à des gens comme Murray Sinclair, Pat Brazeau et tous les autres sultans de la trahison ; la parfaite méthode pour poser en champions de leur peuple, leurs frères Indiens, qu’ils ont trahis pendant des années. Est-ce cela que vous voulez vraiment ?

Quant à votre affirmation que les camps d’internement chrétiens ont en fait sauvé plutôt que tué les enfants basanés: une fois de plus, vous êtes hors piste, sans aucune sécurité. Pourquoi ne pas aligner le gang habituel des lécheurs de bottes, de ces “survivants” aborigènes, Indiens des forts, pour qu’ils endorsent publiquement votre affirmation et affirment aux yeux de tous à quel point la vie était belle dans les camps ? Nous savons qu’il y en a un bon paquet alentours, nous savons aussi qu’ils ne demandent pas cher non plus pour “témoigner”…

Enfin, essayez de lancer quelques miettes rhétoriques à cette bête connus sous le vocable du politiquement correct. C’est la meilleure façon de désarmer vos critiques. Donnez-nous quelques lignes au sujet de la cicatrisation et de la réconciliation. Nous, pauvres visages pâles Canucks, aimons entendre ces mots. Ils nous font nous sentir bien au sujet de nous-mêmes, ce qui est après tout, tout le but de l’exercice: spécifiquement depuis que nous sommes tous partie d’une conspiration criminelle condamnée.

Il est vrai que toutes ces erreurs n’auront peut-être pas d’importance sur la distance considérant les remous que vous faites dans la presse et parmi beaucoup d’entre-nous pâles Canucks. Finalement a émergé un leader qui dit ce que tous ces paroissiens ont ressenti, mais qu’étant Canadiens, n’ont jamais dit: que ces Injuns l’ont eu trop belle et qu’ils nous pompent jusqu’à la lie, et que merde, après tout, ils vont peut-être finir par récupérer toute la putain de place de nouveau !

J’espère que vous considérez devenir premier ministre, ou peut-être est-ce là toute l’affaire ?…

Quoi qu’il en soit, pour vraiment maîtriser l’art du mensonge et de la déception Lynn, vous devez comprendre les détails de ce que vous essayez de pirouetter. Connaître son ennemi est la clef pour gagner quelque bataille que ce soit après tout. Je vous invite donc à regarder quelques dures preuves de vie et de mort dans ce que vous appelez les joyeuses colonies de vaccances que furent les pensionnats pour Indiens, preuves contenues dans ma composition de plus de 20 ans de recherche intitulée Meurtre par décret, le crime de génocide au Canada (2016). Je l’ai écrit pour mettre une électrode dans le fion de Murray Sinclair, vous devriez donc vous réjouir à sa lecture.

Un de bien des survivants de ces pensionnats que je cite dans mon livre, Sylvester Green, était sur le détail des enterrements du camp de l’Église Unifiée du Canada à Edmonton dans les années 1960. Il a dû mettre en terre plus de 100 autres enfants durant les deux ans où il y fut incarcéré, avant qu’il ne s’en échappe.

Sylvester m’a dit qu’une fois à un réveillon de Noël, lui et d’autres enfants reçurent des vêtements propres et furent paradés devant une congrégation de notables blancs afin de chanter des chants de Noël pour toute cette foule chrétienne joyeuse et réceptive. Puis, Sylvester et les autres enfants furent ramenés dans leur camp et reçurent en récompense de leurs beaux chants, de choisir parmi eux lesquels seraient violés et pire par le révérend Jim Ludford et ses acolytes. Normalement les enfants n’avaient pas le choix.

J’ai juste pensé que vous apprécieriez le témoignage de Sylvester sur le comment le système n’était pas si mauvais après tout.

Sincèrement vôtre,

Kevin Annett

►|◄

En complément de lecture, parfaitement connexes ► La souveraineté indigène et la subordination politique de nos nations par Steven Newcomb  Qui précise les intentions réelles et non inventées de la colonisation de 1492 à ce jour.

Sa vie a été soufflée en un instant par un coup de pied du prêtre de l’Église Unifiée du Canada Alfred Caldwell, qui ne fut jamais inquiété pour ce crime. Comme bien d’autres, la victime, Maisie Shaw, fut enterrée en secret et la vérité avec elle. Mais le crime demeure, et la défunte hurle toujours pour que justice soit faite. En souvenir de Maisie Shaw

Donc, selon Lynn Beyak le prêtre Alfred Caldwell qui a poussé Maisie Shaw dans l’escalier, le 24 décembre 1946, était « bien intentionnée » ?

“Et ils emmenèrent le bébé dans la pièce de la chaudière. Ils y ont jeté ce petit bébé et l’ont brûlé vivant. Tout ce que vous pouviez entendre était ce petit cri étouffé…”

~ Irene Favel, survivante du pensionnat catholique de Muscoweqan dans la province du Saskatchewan, 1944-49, dans un entretien avec la chaîne de télévision canadienne CBC News le 3 juillet 2008 ~

Comme ces gens qui jetèrent les nouveaux-nés, bien souvent nés des viols par les prêtres et tout le personnel des pensionnats pour Indiens, dans les chaudières, étaient bien intentionnés ?

Ben Carson, Ministre du Logement du Gouvernement US, il y a peu qui affirmait, sans rire que les esclaves ramenés d’Afrique étaient des «immigrés » qui avaient «un rêve» américain. L’intégralité de l’article ► Ben Carson a fait un rêve !

Il est clair que nous n’avons pas du tout la même notion de la bienveillance, soit de la volonté de bien faire.

Kevin Annett dénonce, depuis plus de 20 ans, sans relâche, avec ténacité, le génocide organisé, institutionnalisé dans les Pensionnats pour Indiens, de 1840 à 2015, pour le Canada. Et à la lecture de ses ouvrages, publications, articles, qui sont traduits en Français par R71. Comme de ses films qui sont sous-titrés en français, tel « Unrepentant » intégré dans ce billet de blog. Nous savons bien que personne, jamais, n’a été bien-intentionné, car dès 1492 il fut simplement implicitement compris qu’aucune personne indigène traditionnelle ou nation ne devaient être autorisées à survivre en dehors de la chrétienté et de sa nation « blanche ». Toutes les approches partagèrent le même narratif trompeur qui dépeignait le génocide comme une quête sacrée et un acte de charité profonde envers des être inférieurs.

« Charité bien ordonnée commence par soi-même » n’est-ce pas Lynn ? Et ben y’a du taf…

Parce que de plus en plus nombreux, nous pensons que l’avenir de l’humanité passe par les peuples occidentaux émancipés de l’idéologie et de l’action coloniales, se tenant debout, main dans la main avec les peuples autochtones de tous les continents pour instaurer l’harmonie de la société des sociétés sur Terre.

Du même auteur, Kevin Annett, et pour nous permettre de tous devenir des lanceurs d’alerte, des chercheurs et des diseurs de vérité, car seule la vérité libèrera les peuples et à tout jamais ► Toutes et Tous des Lanceurs d’Alerte !

JBL1960

Parce que ce sujet en France est méconnu, mais nullement ignoré ;

L’enfer des Amérindiens dans les pensionnats canadiens – Source Agoravox mars 2006 – Par Serge-André Guayhttp://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/l-enfer-des-amerindiens-dans-les-7510

http://www.lefigaro.fr/international/2013/02/08/01003-20130208ARTFIG00571-le-canada-ouvre-les-portes-des-orphelinats-de-la-honte.php

https://fr.wikipedia.org/wiki/Pensionnat_autochtone_au_Canada

Source de l’image wikipedia ► Pensionnat pour Indiens de Fort Qu’Appelle Saskatchewan au Canada

 

 

La souveraineté indigène et la subordination politique de nos nations par Steven Newcomb

Pour nous libérer ;

Nous devons d’abord libérer nos esprits.

Du même auteur ► Le Vatican et son héritage de domination par Steven Newcomb

Seule la vérité libèrera les peuples, à tout jamais !

A lire, ou à télécharger ; Introduction à la philosophie et la pensée amérindiennes par Russell Means, version PDF de 19 pages, à partir des larges traductions de R71 du livre testament de Means « Si vous avez oublié les noms des nuages vous avez perdu votre chemin » que j’ai réunifiées et introduit par ce billet de présentation, ; Pour consulter toutes mes versions PDF ► https://jbl1960blog.wordpress.com/les-pdf-de-jbl1960/

Résistance au colonialisme : Nations indigènes et domination politique (Steven Newcomb)

« En point de départ, je suggèrerais de conceptualiser ce qu’on pourrait appeler l’anarcho-indigénisme […] Le mot indigène qui évoque l’enracinement spirituel et culturel dans cette terre et la lutte pour la justice et la liberté d’Onkwe’hon:weh ; combiné au mouvement politique et philosophique qui est fondamentalement anti-institutionnel, radicalement démocratique et dévoué à prendre action afin d’amener le changement : l’anarchisme. »
~ Taiaiake Alfred, 2005 ~

A lire également : « La grande loi du changement », Taiaiake Alfred (extrait de son livre « Wasase », traduction R71) [NdJBL : Et introduit dans mon style par ce billet de blog ► Résistance au fléau de l’Humanité…]

Note de JBL : ainsi que la dernière traduction par R71 d’une conférence donnée à l’université de Melbourne, Australie fin 2015 par le Pr ALFRED et analysée dans mon style dans ce billet de blog ► https://jbl1960blog.wordpress.com/2017/03/15/le-grand-desapprentissage-par-taiaiake-alfred-ph-d/

Et « Païens en terre promise, décoder la doctrine chrétienne de la découverte » (traduction R71) [NdJBL : Et introduit dans mon style par ce billet de blog ► Tous des Païens en Terre promise…]

La souveraineté indigène et la subordination politique de nos nations

La véritable signification de la souveraineté indigène n’est pas ce que nous en savons ou croyons savoir

Steven Newcomb | 27 mars 2017 | URL de l’article original ► https://indiancountrymedianetwork.com/news/opinions/indigenous-sovereignty-political-subordination-nations/

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

La langue anglaise est profondément problématique pour les nations originelles de l’Île de la Grande Tortue (“Amérique du Nord”). En toute précaution, nous ne devrions pas assumer que nous comprenons un mot particulier simplement parce qu’il est devenu un terme coutumier de l’art. Un exemple probant est le mot “souveraineté”, un terme qu’on dit avoir été inventé par l’absolutiste et philosophe politique français Jean Bodin, qui a défini alors sa signification comme étant “la suprématie sur des citoyens ou des sujets sans restriction de la loi.

En d’autres termes, ceux appelés “citoyens” ou “sujets” sont considérés “sujets” aux “lois du souverain”. Mais, “le souverain” est vu comme “le sujet d’aucune loi” parce qu’il est mentalement imaginé comme existant “au dessus” ou “a un niveau supérieur” de tout le monde et de toute chose. Comme c’est un concept ou une idée qui n’existe pas pas physiquement, il vaut ici d’être noté que “le souverain” n’existe pas physiquement “au dessus” ou “à un niveau supérieur” de tout le monde et de toute chose. Néanmoins, ceux qui agissent au nom du “souverain” sont capables d’exercer un degré de force en relation à ceux qui sont désignés être citoyens ou sujets, ceci résultant parfois en de terribles ou mortelles conséquences pour ceux contre qui cette force est exercée.

On peut illustrer ceci avec les sites de massacres de l’époque jusqu’à l’utilisation traumatique des forces de police militarisées de nos jours à Standing Rock, dans un effort pour l’état “souverain” d’utiliser la force qui accompagne la “souveraineté” quand il veut imposer sa volonté pour les intérêts banquiers et corporatistes coloniaux.
Dans son livre “Captives of Sovereignty” (2011), le philosophe politique Jonathan Havercroft note que des philosophes politiques tels Hannah Arendt, Michel Foucault, Giorgio Agamben, Michael Hardt et Antonio Negri concourrent pour dire que la “souveraineté” est, comme le dit Agamben, “une forme injuste de domination qui limite la liberté humaine”. De ce point de vue, il devient raisonnable de dire que placer le mot “indigène” devant celui de “souveraineté”, résulte en l’idée d’une “forme indigène de domination qui limite la liberté humaine”. Pourtant, je ne connais personne impliqué dans la défense des droits des nations et peuples indigènes, qui travaille pour un droit de domination autochtone. Ceci veut pourtant dire qu’il y a une confusion à la base qui n’est pas adressée.

C’est aussi plus compliqué que cela. Dans le contexte des Nations-Unies, le terme “indigène” veut dire originellement libre mais maintenant existant sous une dominance ou domination. Ceci contredit directement le sens de “souveraineté”, à savoir qui est au dessus de tout le monde et de toute chose. Il est impossible pour quelque chose qui est dit au dessus de tout et de tout le monde, d’exister aussi sous la domination d’un pouvoir politique.

Ainsi, l’expression “souveraineté indigène” est un oxymore ; c’est la combinaison de deux termes qui s’auto-excluent, qui s’annulent l’un l’autre. C’est incohérent. La même chose vaut pour l’expression “souveraineté tribale” dans le contexte de la loi et de la politique fédérales indiennes, invoquant la “souveraineté tribale” dans un effort d’être du bon côté de la lutte, mais ceci est équivalent à dire “ne pas être souverain”, parce que le mot “tribal” indique que c’est une forme moindre ou non-suprême de “suprématie”, ce qui est un non sens.

Au nom des nations originelles de l’Île de la Grande Tortue, les gens ont tenté de combiner un terme indiquant une identité politique subordonnée: “indigène”, avec une identité politique suprêmement dominante: “souveraineté”. Ils ont fait cela dans un effort de nous libérer d’une subordination politique imposée à tort. Ils ont fait cela dans un effort de libérer nos nations et peuples d’une position conceptuellement imposée qui est faite pour exister sous la domination du pouvoir de l’état et de son affirmation au droit de domination.

Ce que la plupart d’entre nous n’ont pas remarqué est l’impossibilité d’être libéré d’une identité politique subordonnée en continuant d’invoquer une identité politique subordonnée. Utiliser le mot “souveraineté” précédé du mot “indigène” n’enlève pas ni n’élève le niveau de subordination politique, cela ne fait que renforcer la subordination. De plus, comme mentionné ci-dessus, cela adopte le concept de domination elle-même comme un modèle d’existence qui contredit en tous points nos systèmes relationnels traditionnels.

Nous avons tenté de nous défendre contre ceux qui affirment une “souveraineté” sur nous au nom de concepts tels que ceux de la “couronne”, des “États-Unis”, du “Canada”, de “L’État” et autres catégories de domination. Mais quoi qu’il en soit, le système conceptuel dominant utilisé pour nous défendre a été fait de façon à ce que tout défi au système renforce ces catégories de domination. Le défier au nom de la “souveraineté indigène”, c’est en fait le renforcer, ne pas le défier est le renforcer. Vous êtes baisés si vous le faites et baisés si vous ne le faites pas, la classique double-liaison.

Une alternative est d’approcher notre défense conceptuellement, ce qui veut dire de nommer et de directement défier le Code de la domination à sa source, afin de défier ses racines profondes. Faire cela revient à travailler depuis la position qui affirme qu’il n’y a aucun droit à la domination ni aucun droit corollaire à la déshumanisation. Ceux qui autrefois considéraient l’esclavage comme étant une institution sacro-sainte utilisèrent aussi un code de domination, un système de rationalisation (idées + arguments) afin de le justifier. (NdT : comme la rédaction de “codes noirs” par exemple pour la France sous Louis XIV et sous le 1er empire, car n’oublions pas que Napoléon a rétabli officiellement l’esclavage que la révolution avait aboli… L’abolition officielle définitive datant de 1848, c’est à dire il y à moins de 170 ans pour la France… “pays des lumières et de la liberté”… qui dans la foulée augmenta son empire colonial…) Ceux qui défièrent l’esclavage ne furent couronnés de succès que lorsqu’ils attaquèrent la fondation conceptuelle de la domination: le concept de dire que certaines personnes ont un droit de domination sur d’autres.

Ceux qui officient maintenant la loi et politique fédérale indienne pour le gouvernement des États-Unis sur la base de catégories de domination, ont un système de rationalisation pour justifier l’affirmation par les États-Unis d’un “droit de domination chrétienne” sur nos nations, Un “droit” faussement appelé “conquête”. Ce système de rationalisation a été clairement stipulé dans le verdict et son rendu de l’affaire Johnson c. M’Intosh, Cour Suprême des États-Unis sous l’autorité du juge John Marshall, 1823.

Le défi auquel nous avons maintenant à faire face est celui de libérer nos esprits de la confusion qui résulte du point très mal et peu compris qui dit que le terme de “souveraineté” est une forme de domination et le terme “indigène” veut dire “existant sous une forme de domination”. Ainsi la souveraineté indigène est une forme de souveraineté sous un système de domination. Pour nous libérer, nous devons d’abord libérer nos esprits.

Avant de conclure et puisque Newcomb nous appelle, tous, à libérer nos esprits.

Je vous conseille de lire la traduction de Résistance71 de la dernière publication de Kevin Annett, qui lui aussi, aura énormément contribué à notre éveil mais surtout à révéler la vérité avec courage, persévérance et ténacité ; la dénonciation du génocide au Canada et notamment dans les Pensionnats pour Indiens en rédigeant un important contre-rapport « Murder By Decree » à la Commission Vérité & Réconciliation partiellement traduit en français par R71 et dont j’ai réalisé la difficile mais nécessaire voire indispensable, version PDF de 58 pages « Meurtre Par Décret – Le crime du génocide au Canada ». En collaboration avec Kevin Annett, R71 a entièrement traduit son livre « Le Bouclier du lanceur d’alerte » et j’en ai réalisé, là encore, une version PDF pour lire et télécharger sans aucune modération, gratuitement, car la recherche de la vérité n’a pas de prix ! Le bouclier du lanceur d’alerte, version PDF de 70 pages. Introduit dans mon style par ce billet de blog pour devenir, tous et toutes des LANCEURS D’ALERTE et mieux, des chercheurs de Vérité !

Lâcher-prise de la société du spectacle et préparer notre départ vers la communauté de bien universelle… (Kevin Annett)

Nous avons mis plusieurs jour à réfléchir sur ce texte car nous hésitions à le traduire. De fait, par son chemin de vérité très original et personnel, Kevin Annett est arrivé à la même conclusion que nous, bien qu’il l’exprime quelque peu différemment. Nous sommes en fait de plus en plus nombreux à embarquer dans le canoë en route pour la communauté d’intérêt primordiale, la société des sociétés. Annett est lumineux ici sur le pourquoi et le comment nous devons lâcher-prise du « vieux monde » mortifère ; comme nous il sait depuis longtemps que plus rien n’est réformable, nous devons tout reconstruire, la bonne nouvelle est qu’il n’y a pas besoin de chaos pour ce faire mais de la coopération et de l’amour universel qui fait partie de la nature humaine. C’est en nous, suffit de le retrouver, mais c’est impossible sans lâcher-prise de cette société du spectacle marchand qu’Annett appelle « Sodome et Gomorrhe »… C’est ce que nous dit Annett en fait avec une bonhommie et une lucidité rafraîchissantes. ~ Résistance 71 ~

Le secret de mon insuccès ou lâcher prise de Sodome et Gomorrhe

 Kevin Annett   | 25 mars 2017  |   Source : http://kevinannett.com/2017/03/25/the-secret-of-my-unsuccess-or-cutting-loose-from-sodom/

 ~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

“Vous devez divertir la foule, c’est pour cela que la fiction doit toujours avoir un sens, contrairement à la vérité.” – Eugene O’Neill –

“Si seulement vous aviez dit que 10% de ces enfants étaient morts [dans les pensionnats pour Indiens], peut-être que je vous aurais cru. Mais 50%, alors là oubliez !” – Le député Svend Robinson à l’auteur en mai 2003 –

Les masses ont toujours eu besoin d’un bon spectacle. Demandez à ce grand spécialiste des longues sagas David Icke, qui remplit régulièrement des stades entiers comme celui de Wembley avec plus de 30 000 groupies qui en ont pour leur pognon en écoutant ses histoires de gros lézards extra-terrestres mangeurs d’enfants. Lire l’intégralité de l’article ► https://resistance71.wordpress.com/2017/03/31/lacher-prise-de-la-societe-du-spectacle-et-preparer-notre-depart-vers-la-communaute-de-bien-universelle-kevin-annett/

Comme la Nation Mohawk ► STOPPER LE SERPENT NOIR…  hier, le Pr Alfred, ou S. Newcomb aujourd’hui, nous pouvons aider tous les Natifs, non à recouvrer leur souveraineté territoriale, mais à se tenir debout, libre, sur la même Terre que les empires coloniaux veulent s’approprier et détruire pour leur seul et unique profit et ad vitam æternam. Et en les y aidant, nous les non-indigènes, nous nous libèrerons en même temps des chaines du colonialisme. Cela touche à quelque chose qui existe en l’Homme au delà du temps et de l’espace car l’objectif commun à tous ceux qui tendent vers cet anarcho-indigénisme, et j’en suis, est de connecter les énergies, les électrons libres pour donner l’exemple d’associations toutes aussi libres par de là l’espace et le temps…

Si vous croyez que ce combat est illusoire, vain, voire daté, sachez, que les banques françaises, aujourd’hui préfèrent financer le DAPL et l’expansion des colonies israéliennes en territoires occupés plutôt que de vous financer vous, français qui vous disputez actuellement sur le sexe des anges, mais surtout sur la prochaine couleur du tube de vaseline que l’oligarchie va utiliser pour vous sou(mettre) bien profond !

Alors bleu pour Les Ripoublicains, rose pour Les Socialistes, rouge pour la France Insoumise, magenta pour celui qui marche seul, rouge très enfoncé pour l’extrême gauche, bleu marine pour le Front National, bleu-roi pour François Asselineau, vert caca d’oie pour Nicolas Dupont Aignan… Cyan pour Cheminade, après tout pourquoi pas ! Peu importe le flacon, pourvu qu’on est l’ivresse, hein ? Pour ma part, c’est NON…

Alors que nous avons une chance de nous choisir, NOUS !

Nous pouvons ; Ignorer le Système ► Créer les bases solidaires de la Société des sociétés organique ► Réfléchir et agir en une praxis commune ► Adapter l’ANCIEN au NEUF

Cette société des sociétés, tout comme la voyait Gustav Landauer, dans son « Appel au socialisme : pour la société des sociétés, qui avait une vision anarcho-indigénisme la plus proche de la Confédération Iroquoise, démontre que si tout est à reconstruire pour autant tout n’est pas à réinventer, qu’il y a des textes fondateurs sur lesquels s’appuyer, car ils ont un aspect « universel » qu’il nous faut juste retrouver.

Comme me le précise R71, à l’instant : Tous ces textes touchent au tronc commun de l’humanité, à la véritable nature organisationnelle humaine fondée non pas sur la division, la domination, la coercition et l’inégalité, mais sur l’égalité, la coopération, l’entraide et la communauté communaliste/communiste originelle. Retrouver cette nature est l’objectif tout en adaptant notre monde bien sûr plus moderne au tronc solide de ce vieux chêne ancestral de la vie.

Alors peu importe la couleur du tube de vaseline qu’utilisera le prochain gouvernement pour vous la mettre. A moi, il me mettra rien ; Ah NON !

Désolée, mais il y a bien longtemps que je nous ai choisis ; Nous !

On n’a pas besoin d’eux…

JBL1960

Source de l’image ► Pinterest