Archives pour la catégorie Peuples premiers

Maquiller un cochon ! De Mohawk Nation News

Cela restera toujours un cochon !

D’un âne on ne fera jamais un cheval de course, hein ?

Cochon qui s’en dédie…

En lien avec ma traduction du Mohawk Nation News du 27 mai dernier ► CHUCKY le (vrai) visage de l’Amérique par Mohawk Nation News

Proposé par MNN dans l’article original ► Bob Marley ► Bad Boys !

Résister au colonialisme et à l’État génocidaire (Mohawk Nation News)

Maquiller un cochon

Mohawk Nation News | 12 juin 2018 | URL de l’article original en anglais ► http://mohawknationnews.com/blog/2018/06/12/lipstick-on-the-pig/

Traduit de l’anglais par Résistance 71

À vos marques ! Prêts ! La jeunesse est la majorité démographique des peuples natifs. D’après kaianerekowa, quiconque, inclus les enfants, a le droit à la prise de décision. Nous sommes tous des survivants de wasirakosetah, le plus grand holocauste de l’histoire de l’humanité.

Depuis 2006, les peuples natifs ont augmenté de 42,5%, 4 fois plus rapidement que les envahisseurs. Presque la moitié de la population de nos communautés est jeune, ou à l’âge enfantin. Notre nombre va doubler en une génération.

Les envahisseurs, leurs marionnettes locales et leurs comités sans fin inventent toujours de nouveaux plans financés par notre argent fiduciaire sans notre connaissance ni notre accord. Quelques hommes d’affaire reçoivent licence pour pomper des millions à nos dépends et notre tewatatawi, décident du comment nous devons nous comporter et ce en désaccord total des désirs de la plus vaste majorité. Une “étude de faisabilité” conduite par les envahisseurs et leurs marionnettes est de fait, un plan prémédité de nous assassiner nous et nos enfants. D’abord il y eut le génocide, puis le lavage de cerveaux en règle dans les pensionnats pour Indiens (NdT : et la continuité du génocide…), puis la prison et maintenant l’assassinat de notre jeunesse en la poussant au suicide, à l’overdose (ou à la ruine par la came) ou à être flinguée par les flics.

Le Canada propose une opération croissance [de marijuana] sous couvert de “centre culturel” au milieu de la drogue, des casinos divers et maisons de jeux, le tout adjacent des bahuts.

Le Canada pousse à la conso de came. Ils peuvent mentir tout leur saoul, un cochon, même maquillé, reste un cochon.

L’Assemblée des Premières Nations (APN), les conseils de bandes (NdT : répondant au gouvernement colonial) et leurs comités font le sale boulot de terrain. Le gouvernement est le patron des cartels de la drogue.

Kahnawake (NdT : territoire Mohawk au sud de Montréal) est entouré de toujours plus de noirceur. Les criminels vont bientôt être submergés dans le sombre marécage où patauge le système entrepreneurial (colonial).

Les envahisseurs aident Trump à se venger des Mohawks qui l’ont empêché de construire des casinos dans l’État (frontalier) de New York. Les ouvriers des grattes-ciel mohawks devront être fouillés quotidiennement pour drogue lors de leur passage de frontière pour se rendre au travail (NdT : Yankland apprend ses leçons de son protégé de l’apartheid : l’entité sioniste…). Ces ouvriers viennent de Kahnawake, où l’État déchire la communauté en encourageant les natifs de faire de l’argent facile sans travailler. Trump déteste et va punir tout passeur à la frontière yankee.

Quel est le futur de Kahnawake ou de quelque communauté autochtone que ce soit ?

Les politiciens, bureaucrates prédateurs et tous les comités doivent divulguer tout ce qu’ils ont fait et font en notre nom et avec notre argent. (NdT : celui du fond fiduciaire, the Indian Trust Fund, volé de longue date). Arrêtez le mensonge, arrêtez la corruption. Que la pure et absolue vérité soit révélée !…

Lectures complémentaires :

Comprendre le système légal de l’oppression coloniale pour mieux le démonter ;

Avec Steven Newcomb et avec Peter d’Errico

Païens en Terre Promise – Décoder la doctrine chrétienne de la découverte, Steven Newcomb

La Voix Lakota & l’ aventure de Crazy Horse

Effondrer le colonialisme

Le Grand Désaprentissage du Pr. Taiaiake Alfred

Toutes les VERSIONS PDF que j’ai réalisées (61) ► LES PDF DE JBL1960

◄|►

Et pour FAIRE TOMBER L’EMPIRE anglo-américanochristosioniste, sans arme ni haine ni violence !

ICI & MAINTENANT & D’OÙ NOUS SOMMES

Soyons du bon côté de l’Histoire pour changer celle de l’Humanité, NOUS, les peuples occidentaux, émancipés de l’idéologie et de l’action coloniales, tenons-nous debout et aux côtés des peuples autochtones de tous les continents. Afin de remplacer l’antagoniste à l’œuvre depuis des millénaires qui, appliqué à différents niveaux de la société empêche l’humanité d’embrasser sa tendance naturelle à la complémentarité, facteur d’unification de la diversité dans un grand Tout socio-politique organique : La société des sociétés.

Ignorons le Système ► Créons les bases solidaires de la Société des sociétés organique ► Réfléchissons et agissons en une praxis commune ► Adaptons le meilleur, le sublime de l’ANCIEN au NEUF càd à la réalité du monde d’aujourd’hui ► Enclenchons un tout NOUVEAU PARADIGME

C’est le moment de choisir !

JBL1960

Publicités

CHUCKY le (vrai) visage de l’Amérique par Mohawk Nation News

Alors entendons-nous bien ;

Il est question, ici, de décrire le vrai visage de l’Amérique et comme l’avait déjà dit, la Nation Mohawk ; Quiconque vote ou a voté pour le Système, vote pour que celui-ci continu.

Et je pense pour ma part qu’il n’y a pas de solution au sein du Système, qu’il n’y en a jamais eu et qu’il n’y en aura jamais et c’est pourquoi j’appelle à un BOYCOTT TOTAL y compris des élections, pièges à « ons », bien entendu, car la solution n’est pas dans la VOTATION, dans aucune VOTATION issue ou organisée par la Bête/Système

Ni Chucky Killary, ni Donnie, Chucky, Trump !

CHUCKY LA FACE DE L’AMÉRIQUE

Mohawk Nation News | 27 mai 2018 | Source de l’article original en anglais ► http://mohawknationnews.com/blog/2018/05/27/chucky-face-of-america/

Traduit de l’anglais par Jo Busta Lally

Il a été demandé à Chucky, la poupée tueuse, Pourquoi tuez-vous ? Il a répondu, c’est un passe-temps. Cela m’aide à me détendre . Elle a demandé : Vais-je devenir un tueur ? Chucky a répondu : Bien sûr ! C’est une tradition familiale depuis des générations.

Elle a demandé : Mais la violence est mauvaise. N’est-ce pas ? Nous avons un problème avec la mise à mort.

Chucky a commenté ; Nous n’avons pas de problème avec le meurtre. J’aime un peu tuer de temps en temps. Qu’est-ce qui ne va pas avec ça ? Tuer est une dépendance comme n’importe quelle autre drogue.

Question ; Chucky, il faut partir maintenant. Allez dinde froide !

Chucky répond ; Vous plaisantez !

[NdJBL ► Assassiner est un boulot (comme un autre) de MNN dans ce billet d’analyse ► Résister c’est créer et créer c’est résister]

Ils glorifient et célèbrent les guerres et les meurtres de masse. Les envahisseurs ont envahi et mis en place une société criminelle sur notre terre. Ils essaient toujours de faire semblant d’être gentils. Ils ont terrorisé et massacré plus de 125 millions (NdJBL : chiffre avancé par les anthropologues pour le nombre total de morts autochtones sur le continent des Amériques du fait de l’invasion occidentale depuis 1492) de Natifs des Amériques pour tout voler. Tout sur l’île de la Grande Tortue appartient aux autochtones.

Chucky est une poupée démoniaque sadique qui incarne l’esprit américain du meurtre en série/de masse, qui loge dans leur psyché.

Chucky est le héros des envahisseurs qui continuent à nous matraquer pour des sensations/frissons bon marché et ensuite bloquer tout souvenir de celui-ci. Quelques-uns sont trompés par le charme et l’esprit vif de la fausse poupée américaine, en particulier l’APN de l’Assemblée des Premières Nations et leurs cohortes d’entreprises. Aujourd’hui, Chucky est le modèle à suivre pour les enfants. Ensuite, leurs parents et la société leur apprennent à cacher leur véritable moi infecté/pourri. Chucky représente le meurtre en série, la brutalité et la criminalité qui sont le fondement de leur conscience. [NdJBL : Christophe Colomb, Meurtrier de Masse de l’histoire de l’Amérique]

Chucky parle de l’isolement, de l’égoïsme et de la faiblesse comme l’histoire de « Windigo« , les monstres cannibales qui tuent et mangent leurs victimes. Windigo a soif de sang et d’infecter des personnes et des communautés en bonne santé. Ils ont extrêmement mauvaise haleine et des odeurs corporelles nauséabondes [NdJBL : Y schlinguent, quoi !]. Ils injectent leur personnalité dans leur victime. Les Pensionnats, la Loi sur les Indiens, les conseils de bande, la Sixties Scoop ou Rafle des années 60, les corporations du Canada et des États-Unis sont des manifestations de la forme de la colonisation la plus cruelle de Chucky / Wendigo.

Windigo va traquer, dominer et dévorer sa victime. Windigo peut être subjugué en découpant son cœur glacé et en le faisant fondre dans un feu rugissant.

Les Américains souffrent de la psychose Chucky et Windigo pour tuer et dévorer toute vie. Les indigènes qui refusent de partager sont considérés comme des monstres, qui sont à la base du capitalisme et du consumérisme d’entreprise.

Frankenchucky est la psyché américaine qui est célébrée le 1er juillet comme « Fête du Canada » et le 4 juillet comme « Fête de l’indépendance des États-Unis ». Les meurtres des autochtones ne s’arrêteront jamais tant que le peuple n’aura pas entamé une grande résistance massive par tous les moyens nécessaires.

Dans la mythologie, le Windigo doit être exécuté, enterré et sa tombe couverte d’un gros tas de bûches.

◄|►

Je fais partie des non-indigènes, puisque je réside en France, qui avons compris que nous devons rompre, définitivement, avec l’empire colonial qui s’est construit sur le pré-supposé qu’aucune personne indigène traditionnelle ou nation ne devaient être autorisée à survivre en dehors de la chrétienté et de sa nation « blanche » sachant qu’aucun nouveau paradigme ne pourra être enclenché tant que des hommes et des femmes prétendront que l’homme qui n’est pas blanc est inférieur ou que les races supérieures ont un droit vis à vis des races inférieures.

Nous savons de manière avérée, argumentée et documentée grâce à Steven Newcomb et son œuvre phare « Païens en Terre Promise décoder la doctrine chrétienne de la découverte »  que Résistance71 à partiellement traduit en français et que j’ai réunifiée dans ce PDF N° 4 de 45 pages ► Païens en terre promise, que les premiers colons accompagnant Christophe Colomb, le porteur de croix, avaient pour principale mission de tuer les éventuels habitants qu’ils rencontreraient, pour saisir les terres et les déclarer « Nouvelles Terres Chrétiennes » et au nom de Dieu comme l’avaient définis les hommes en jupes, les papes et ;

Comme défini, en ces termes, dans le Deutéronome 7: 1-2, 5-6 et 16 de l’ancien testament de la Bible : Lorsque l’Éternel, ton Dieu, t’aura fait entrer dans le pays dont tu vas prendre possession, et qu’il chassera devant toi beaucoup de nations, [les Héthiens, les Guirgasiens, les Amoréens, les Cananéens, les Phéréziens, les Héviens et les Jébusiens, sept nations plus nombreuses et plus puissantes que toi] ;

lorsque l’Éternel, ton Dieu, te les aura livrées et que tu les auras battues, tu les dévoueras par interdit, tu ne traiteras point d’alliance avec elles, et tu ne leur feras point grâce ;

Voici, au contraire, comment vous agirez à leur égard : vous renverserez leurs autels, vous briserez leurs statues, vous abattrez leurs idoles, et vous brûlerez au feu leurs images taillées.

Car tu es un peuple saint pour l’Éternel, ton Dieu ; l’Éternel, ton Dieu, t’a choisi, pour que tu fusse un peuple qui lui appartînt entre tous les peuples qui sont sur la face de la terre.

Tu dévoreras tous les peuples que l’Éternel, ton Dieu, va te livrer, tu ne jetteras pas sur eux un regard de pitié, et tu ne serviras point leurs dieux, car ce serait un piège pour toi.

▼▼▼

C’est pourquoi nous refusons de nous tenir aux côtés de toutes personnes qui rendent grâce à dieu de leur avoir donner la force et le courage de tuer l’indigène pour sauver l’homme blanc et de surcroit chrétien puis d’avoir été capturer les africains pour les réduire en esclavage effaçant jusqu’à leur nom, leur niant toute humanité puisque les peuples autochtones vivant là depuis des millénaires avaient été décimés de la surface de la terre… Enfin, pas totalement puisque les descendants des peuples originels, dont la Nation Mohawk nous invitent à la Paix et à refuser la guerre perpétuelle que l’empire anglo-américano-christo-sioniste veut imposer au monde et pour les siècles et les siècles… Nous pouvons faire tomber cet empire sans terre, et un empire sans terre est un empire à terre…

Parce que nous avons conscience que l’avenir de l’humanité passe par les peuples occidentaux, émancipés de l’idéologie et de l’action coloniales, se tenant debout, côte à côte, main dans la main avec tous les peuples autochtones de tous les continents pour instaurer l’harmonie de la société des sociétés sur Terre…

Et cela sans arme, ni haine, ni violence.

Il nous suffit de leur retirer notre consentement de ne plus être complices de dire NON !

Non, je ne commémore pas le Columbus Day !

Ni Thanksgiving qui est l’action de grâce du Nouveau Monde et de son nouveau peuple élu pour avoir tué l’indigène/aborigène.

Ni l’Australia Day et en Europe, en Espagne le Jour de la Race

Le temps de la décolonisation est venu ; côte à côte, épaule contre épaule, tous sur la même ligne, personne devant, personne derrière, personne au-dessus et donc personne en-dessous…

 

JBL1960

Les indésirables rentrent au bercail par Mohawk Nation News

Un empire sans terre est un empire à terre…

Il nous est donc tout à fait possible d’effondrer le colonialisme ;

EFFONDRER LE COLONIALISME ► Maître-pilier de l’Empire pour un changement de paradigme politique & social ► Déterminer l’E.R.R.E.U.R. et la corriger ;

Vouloir lutter efficacement aujourd’hui contre l’empire, c’est lutter contre le fondement même de l’impérialisme occidental qui repose sur un pilier de pouvoir économique et un pilier de pouvoir idéologique étroitement impliqué l’un avec l’autre.

Attaquer ces deux piliers porteurs aura pour résultat à terme, d’effondrer l’empire. Comment ? Par la prise de conscience et le boycott physique et idéologique tout en amenant des solutions efficaces de remplacement aux institutions oligarchiques qui nous ont été imposées depuis des siècles, l’État étant le rouage essentiel de l’oppression généralisée.

Pour y parvenir, il nous apparaît tout à fait essentiel que les peuples occidentaux réfutent et refusent en bloc l’idéologie dominante qui les colonise tout autant que les peuples des nations colonisées, même si le degré d’oppression est (à peine) moindre.

Pour une réconciliation réelle avec les peuples colonisés d’hier et d’aujourd’hui, car nous avons besoin les uns des autres pour bâtir une véritable société progressiste, émancipée et libre. Il n’y a pas d’autre alternative, ni aucune solution au sein du système oligarchique coercitif, oppressif et totalement mortifère qu’on nous a imposé en nous bourrant le crâne avec la pseudo-inéluctabilité de l’affaire par une science tronquée, biaisée et falsifiée à bien des niveaux. Tout cela est bien au-delà de toute rédemption et nous devons définitivement lâcher-prise d’avec cette ignominie colonialiste qui est le pire fléau que la terre ait porté depuis des milliers d’années.

Ainsi nous voyons notre mission actuelle comme corriger l’ERREUR commise depuis bien trop longtemps :

  • Éducation : Diffuser l’information, participer activement à la résurgence de la vérité historique des évènements passés proches et lointains afin de déverrouiller les esprits
  • Réfutation : Refuser le dogme du consensus du statu quo oligarchique et savoir que l’humain peut bien mieux faire s’il utilise le potentiel énorme de son intelligence à des fins collectives et non se laisser enchaîner pour le bénéfice du petit nombre
  • Remplacement : Réfléchir au comment nous, les peuples, pourrions assumer de manière juste, équitable, responsable et pacifique, la gouvernance non coercitive de notre société humaine sur cette planète et abandonner de manière définitive et sans retour, l’ineptie criminelle capitaliste (privé ou d’état) préservé par son garde-chiourme attitré : l’État
  • Évolution : Mettre en place un système de gouvernance non coercitif à géométrie variable selon les cultures et traditions en place, sans discrimination, de manière équilibrée et juste et dont l’objectif serait essentiellement le développement d’un mode de vie harmonieux entre toutes les cultures, de manière libre et non coercitive et en harmonie également avec la nécessité de préserver notre écosystème planétaire dans son entièreté
  • Unification : Unir la race humaine sur la base du bonheur et de développement commun, abandonnant le voie du pouvoir fractionné coercitif pour une gouvernance non-coercitive, participative, non centralisée et donc libre
  • Réconciliation : Véritable pilier de soutien entre les peuples, qui verra la libération des peuples du monde de la doctrine colonialiste euro-centrique et l’ensemble des peuples s’autogouverner en adoptant et adaptant les modes de gouvernance de sociétés traditionnelles à pouvoir non coercitif ; ceci rendant les conflits impossibles par concept. Ceci ne pourra s’effectuer après qu’une véritable restitution des territoires volés ait été faite aux peuples autochtones.

Nous sommes ceux que nous attendions, considérant que l’avenir de l’humanité passera par les peuples occidentaux émancipés de l’idéologie et de l’action coloniales, se tenant debout, main dans la main avec les peuples autochtones de tous les continents, nos frères et sœurs, pour instaurer l’harmonie de la société des sociétés sur Terre.

Résistance au colonialisme : Les larbins de l’Assemblée des Premières Nations font le sale boulot pour le gouvernement colonial du Canada (MNN)

Les indésirables rentrent au bercail

Mohawk Nation News | 4 mai 2018 | Source de l’article original en anglais ► http://mohawknationnews.com/blog/2018/05/04/twisted-git-git-coming-home-to-roost/

Traduit de l’anglais par Résistance 71

Les mauvaises actions ont toujours un effet boomerang. Les envahisseurs nous ont assassinés en masse. Ils portent cette malédiction. Le serpent blanc nous étouffe et nous pouvons à peine respirer. La réunion de l’APN à Hull le 1er mai montre que l’hypocrisie et la vengeance vieilles de 500 ans continuent. Cela va s’arrêter maintenant ! Les colons vont essayer de créer toujours plus de règles, de lois et de prisons pour nous tuer et nous encercler de leurs tribunaux privés.

L’APN aide ses maîtres à mettre en application lasolution finale au problème indien. (*) L’entreprise coloniale Canada fournit à l’APN les armes de destruction massive en l’occurence appelées dans ce cas précis “les lois de ceci ou cela”. L’armement principal est notre argent (NdT : celui du Trust Fund détourné), l’ordre donné : d’exécuter notre peuple.

Nos jeunes gens sont violés et tués. Nos enfants kidnappés et jetés en prison.

Les traités ne représentent rien. Ils ne sont en rien notre protection. Les envahisseurs se sont commis à ces traités pour leur propre protection. Ils sont venus à nous, tewatatawi, pour demander le droit de demeurer sur l’île de la Grande Tortue. Ils ont violé chaque accord passé. Lorsqu’un accord international entre nations est brisé, tout redevient comme au jour d’avant la signature de l’accord. L’Île de la Grande Tortue est la terre des peuples originels. Maintenant les colonisateurs mentent et disent qu’ils ont tous les droits. Ils n’ont rien. Ils doivent partir ainsi nous, peuples naturels de l’endroit, seront libres comme les oiseaux. La mentalité du colon est : “Je vais vous combattre pour avoir ma maison !”

Le Canada et les États-Unis ne sont pas souverains sans notre terre et leurs propres langues inhérentes (convention de Montevideo de 1932). Nous possédons nos langues propres et la terre ainsi que la Nature l’a voulu. Leur folie est de débarrasser le monde de centaines de millions de personnes autochtones, partout, voler nos terres et réécrire l’histoire de façon à échapper aux conséquences de leurs crimes. Au Canada, le plan est de nous forcer à devenir des citoyens artificiels. L’APN aide les colonisateurs à détenir frauduleusement nos terres de façon à ce que les banquiers de la City de Londres puissent toujours tondre un peu plus les gens. Duncan Campbell Scott l’a dit dans son “plan sur 100 ans” : dans la 9ème décennie, les Indiens paieront des impôts volontairement !

Ces Indiens de maison adorent leurs maîtres plus qu’eux-mêmes. Les tehoienwakon se révolteront jusqu’à la victoire.

▲▲▲

(*) Meurtre Par Décret – Le crime du génocide dans les Pensionnats pour Indiens de 1840 à 1996 aux Canada, dernière version PDF N° 1 de 58 pages mise à jour du 30/05/17 ► Meurtre Par Décret, traduction partielle mais substantielle, version PDF

Page 13 & 14 du CR à la CV&R Meurtre Par Décret : […] Faisant écho du précédent établi au procès de Nuremberg, il n’est pas aujourd’hui nécessaire de prouver l’intentionnalité derrière le génocide canadien, car de par sa nature même, un tel crime a pour intention d’éliminer un peuple indigène non-assimilable. Ce crime n’a pas émergé d’actes isolés perpétrés par des individus esseulés (NdT: des “moutons noirs” du système), mais bien plutôt de programmes bien planifiés et de leurs idéologies sous-jacentes qui sont basiques au Canada chrétien. De fait, quelque crime de groupes que ce soit prouve sa propre intentionnalité et peut, doit être poursuivi en justice sur cette base.

Or ► C’est la clef contre l’empire… Le retour à la terre. Priver l’empire de son territoire usurpé au gré de la loi canonique raciste et destructrice, c’est le rendre impuissant. Retirer le territoire à un empire, c’est l’effondrer sans espoir de retour.

Les Amérindiens ont ce pouvoir légal et nous devons les soutenir. Là est la clef du succès, nous l’avons dit et le répèterons sans cesse. À cet effet, la résurgence indigène est en train de prendre actuellement une autre dimension…

C’est parce que cet empire faussaire et illégitime s’est construit sur des terres volées, encore rougies par le sang des Natifs/Indigènes/Autochtones/Aborigènes/païens que nous pouvons, en retirant notre consentement, nous unir et exploser les mythes, les mensonges, les dogmes et les doctrines et afin qu’ils ne reviennent jamais…

Nous ne sommes ni responsables, ni coupables des génocides passés.

Mais nous le deviendrons si, à l’aune de ce que nous savons aujourd’hui, après toutes ces lectures et alors que les techniques du génocide sont toujours à l’œuvre aux USA et au Canada mais aussi en Palestine, en Afrique, en Asie et en Océanie ; Nous ne faisions rien.

JBL1960

 

La grande tantine blanche rameute ses ouailles – Mohawk Nation News

Conseil d’une femme de la Nation Mohawk en 1990 aux Canadiens & Québecois de papier lors de la crise d’Oka ;

Regardez bien ce qu’il se passe ici, parce que quand ils en auront fini avec nous, (les Natifs) ce sera votre tour…

Résistance au colonialisme : À l’assemblée (coloniale) des nations premières, la solution finale au « problème (amère)indien »  toujours à l’ordre du jour (MNN)

La grande tantine blanche rameute ses ouailles

Mohawk Nation News | 28 avril 2018 | URL de l’article original en anglais ► http://mohawknationnews.com/blog/2018/04/28/great-white-auntie-calls-in-her-chips/

Traduit de l’anglais par Résistance 71

“Eh les filles, le temps est venu d’aider votre tantine que je puisse rester généreuse avec vous !” miaule Carolyn Bennett, la ministre canadienne des affaires indiennes. Les filles “moi, moi, moi” que sont les “chefs” (NdT : élus du système entrepreneurial colonial et non pas traditionnels et n’ayant donc aucune légitimité…) sont appelés à se rassembler pour une harangue de leur tantine et de ses sbires au sujet de la “reconnaissance et de la mise en application des droits indigènes [en accord avec l’entreprise coloniale étrangère].” appelées aussi “ma méthode expéditive vers la solution finale du problème indien” [Ducan Campbell Scott]. C’est le 30 avril, la veille de l’Assemblée des Nations Premières (ANP), alias l’assemblée des escrocs, qui se réunit les 1er et 2 mai courant au casino de Gatineau Hull à Ottawa. Tantine Carolyn a dit : “Non les filles, nous ne prendrons aucun risque sur ce qui pourrait bien être votre dernière performance..

L’ANP est une organisation criminelle organisée par le gouvernement colonial qui remplit les fonctions de couverture pour leurs rackets, de maintenir les INDIENS sous contrôle et les véritables autochtones tranquilles. Ses membres signent des accords tous plus illégaux les uns que les autres et sont tous impliqués dans les paris, casinos, prêts usuriers, trafic de cannabis et autres crimes.

Le Canada est une corporation privée qui n’a aucune terre, aucune langue naturelle et aucune constitution, le canada n’est qu’une entreprise coloniale gérée par l’armée sous charte commerciale [Canada ISO #1366-2 CA 1867]. Donc, tantine Bennett doit rappeler aux filles comment elles doivent mentir pour aider à maintenir les affaires entrepreneuriales coloniales. Seuls tewatatawi ou les vrais souverains de la terre, peuvent intervenir dans toutes affaires impliquant le peuple, notre terre, l’eau, l’air et les ressources.

Tout le reste n’est que FRAUDE.

Deux filles ignorantes mohawk de Kahnawake régies par l’Indian Act [loi fédérale sur les Indiens] vont expliquer leur fausse connaissance au sujet de la constitution iroquoise sur laquelle elles ont été informées par des agents du gouvernement. Personne ne peut parler pour nous, le véritable peuple libre, seuls nous-mêmes pouvons le faire. Onowarekeh ou l’Île de la Grande Tortue est tenue par les femmes onkwehonweh réelles. Ces femmes traîtresses ont vendu leur droit de naissance et aident le Canada à nous privatiser, nous et nos communautés. Notre terre-mère ne peut pas être privatisée !…

Vous, les filles de l’Indian Act, vous vous êtes aliénées votre nom, clan, droits naturels et n’avez absolument rien à dire. Vous avez quitté le canoë et vous êtes embarquées sur le navire ennemi. Vous n’êtes que des lobbyistes payées par le gouvernement pour faire la promotion du génocide de notre peuple.

Vous pouvez revenir au sein de votre véritable peuple et vous assoir le dos au mur de la Longue Maison sans plus avoir votre mot à dire. Vous nous avez montré que vous êtes capables d’abandonner les vôtres. Les rotiskenratekeh (NdT : littéralement “ceux qui portent la charge de la paix”, c’est à dire les “guerriers” en langue occidentale, terme qui n’existe pas dans les langues autochtones des Amériques, les mots “guerre”, “guerrier” sont des créations linguistiques de l’occident impérial(iste)…) ont reçu le mandat de vous éliminer pour nous avoir causé du tort, si cela devenait nécessaire.

Vous aidez le Canada à faire, briser et imposer chaque règle fasciste émise pour nous contrôler, nous détruire, nous voler et nous tuer. Lorsque votre forfaiture est exposée, vous aurez ce que vous méritez. Bon nombre d’entre vous iront croupir en prison aux côtés de la cohorte de votre enfoirés de complices. Un terme sera mis à toutes vos manœuvres de guerre et de trahison contre votre propre peuple et toute vie.

Vous n’avez jamais tenté d’arrêter la mise sur liste noire et le chantage fait à ceux et celles qui essaient de stopper l’oppression et l’élimination de notre peuple. Vous voulez des félicitations, des accolades de notre ennemi afin de vous sentir confortable et satisfait. Si vous ne pouvez pas voir la souffrance et le tourment que vous causez à essayer de nous rendre sans terre et pauvre alors c’est que vous êtes en état de mort clinique ; vous n’avez plus la capacité de penser, de raisonner.

Les filles, nous sommes libres et sommes tewatatawi, nous nous occupons de nous-mêmes. Dites-vous bien une chose : ces cordes que vous aidez nos ennemis à nous passer autour du cou… jamais vous ne parviendrez à nous les mettre, ça n’arrivera pas.

~~~~▲~~~~

L’objectif a toujours été la solution finale du problème (amère) indien ;

Pour comprendre le crime du génocide dans les Pensionnats pour indiens de 1840 à 1996 au Canada (et de 1820 à 1980 aux USA) il faut absolument lire le Contre-rapport à la Commission Vérité & Réconciliation Murder By Decree, dont R71 a traduit l’essentiel en français, et que j’ai réunifié dans ce PDF N° 1 de 58 pages MEURTRE PAR DÉCRET et mis à jour le 30/05/2017 suite à ce billet ad hoc Qu’est-ce que le Neuvième Cercle ?

Ces pensionnats pour Indiens ne furent qu’un aspect d’un énorme crime contre l’humanité, impliquant une ingénierie sociale, où la violence et la terreur furent utilisées afin de façonner une classe d’esclave permanente de “leaders” aborigènes complètement subjuguée et obéissante et une majorité de gens traumatisés, appauvris : les deux aspects de la société autochtone à travers le Canada qui est vraiment le modèle pour une corporatocratie globalisée future. Les pensionnats pour Indiens furent un laboratoire dans lequel ce Nouvel Ordre Mondial a été façonné.

Le génocide perdure et maintenant il nous affecte toutes et tous.

Page 13 & 14 du CR à la CV&R Meurtre Par Décret : […] Faisant écho du précédent établi au procès de Nuremberg, il n’est pas aujourd’hui nécessaire de prouver l’intentionnalité derrière le génocide canadien, car de par sa nature même, un tel crime a pour intention d’éliminer un peuple indigène non-assimilable. Ce crime n’a pas émergé d’actes isolés perpétrés par des individus esseulés (NdT: des “moutons noirs” du système), mais bien plutôt de programmes bien planifiés et de leurs idéologies sous-jacentes qui sont basiques au Canada chrétien. De fait, quelque crime de groupes que ce soit prouve sa propre intentionnalité et peut, doit être poursuivi en justice sur cette base.

Or ►  C’est la clef contre l’empire… Le retour à la terre. Priver l’empire de son territoire usurpé au gré de la loi canonique raciste et destructrice, c’est le rendre impuissant. Retirer le territoire à un empire, c’est l’effondrer sans espoir de retour.

Les Amérindiens ont ce pouvoir légal et nous devons les soutenir. Là est la clef du succès, nous l’avons dit et le répèterons sans cesse. À cet effet, la résurgence indigène est en train de prendre actuellement une autre dimension…

C’est parce que cet empire faussaire et illégitime s’est construit sur des terres volées, encore rougies par le sang des Natifs/Indigènes/Autochtones/Aborigènes/païens que nous pouvons, en retirant notre consentement, nous unir et exploser les mythes, les mensonges, les dogmes et les doctrines et afin qu’ils ne reviennent jamais…

Nous ne sommes ni responsables, ni coupables des génocides passés.

Mais nous le deviendrons si à l’aune de ce que nous savons aujourd’hui, après toutes ces lectures et alors que les techniques du génocide sont toujours à l’œuvre aux USA et au Canada mais aussi en Palestine, en Afrique, en Asie et en Océanie ; Nous ne faisions rien.

JBL1960

La source biblique du colonialisme occidental… Par Steven Newcomb

Mieux comprendre pour mieux agir !

avec Steven Newcomb ;

Issu de la culture native amérindienne (Shawnee, Lenape) ;

Steven Newcomb est un universitaire, chercheur et écrivain Shawnee-Lenape. Il a étudié et écrit au sujet de la loi et de la politique fédérale indienne depuis le début des années 1980, en particulier l’application de la loi internationale aux nations et peuples indigènes. M. Newcomb est le directeur de l’Indigenous Law Institute qu’il a cofondé avec Birgil Kills Straight, un chef traditionnel et ancien de la nation Oglala Lakota. Ensemble, ils ont mené une campagne mondiale pour défier les documents impérialistes du Vatican datant du XVème siècle. Ces documents (bulles) eurent pour résultat la décimation des nations libres et originelles de la Terre-Mère et a ainsi privé la planète de façons de vivre respectueuses des écosystèmes et des enseignements sacrés.

Le livre de Newcomb [NdJBLR71  a traduit l’essentiel du livre original en anglais Pagans in the Promised Land : Decoding The Doctrine of The Christian Discovery que j’ai réuni dans une version PDF N° 4 sur mon blog de 45 pages] Païens en terre promise : décoder la doctrine chrétienne de la découverte (Fulcrum, 2008) se repose sur des trouvailles récentes en théorie cognitive et en analyse sémantique des versions latines et anglaises des documents pontificaux du Vatican du XVème siècle. Il a identifié des schémas (de langage) peu remarqués, trouvés dans ces documents et dans les décisions de la Cour Suprême des États-Unis, affirmant un droit pour un “prince ou peuple chrétien” de découvrir et d’exercer un droit de domination (dominorum christianorum) sur les terres et possessions des païens et infidèles.

Le résultat de l’héritage de la chrétienté en matière de domination et de déshumanisation a été la quasi destruction de milliers d’années de sagesse spirituelle et écologique développée par nos nations originelles.

Le travail de M. Newcomb a aussi servi de puissant contexte pour le documentaire : The Doctrine of Discovery : Unmasking the Domination Code réalisé et produit par Sheldon Wolfchild (Dakota) et coproduit par Newcomb, 2015.

Comprendre le système légal de l’oppression coloniale pour mieux le démonter avec Steven Newcomb, version PDF N° 47 de 106 pages

~~~~▼~~~~

La source biblique du colonialisme occidental… (Steven Newcomb)

Décodons la Doctrine Chrétienne de la découverte

Le fondement biblique de la loi et de la politique fédérales indiennes

Steven Newcomb | Février 2018 | Source de l’article original en anglais ► http://originalfreenations.com/the-biblical-basis-of-federal-indian-law-policy/

Traduit de l’anglais par Résistance 71

Je me suis souvent demandé pourquoi les avocats de la Loi Fédérale Indienne n’osent pas mentionner la tradition croisée des États-Unis contre les “païens et les infidèles” et les nommer comme étant les nations natives nord-américaines. La nation Shoshone défie directement cette tradition devant un tribunal et le congrès des États-Unis. Leur défi met en lumière cet étrange et surprenant fait, celui qui établit que la Loi Fédérale Indienne et fondée sur un préjugé religieux.

Aussi bizarre que cela puisse paraître, les définitions courantes fédérales du titre de propriété et de nation indiens trouvent leur fondement dans la tradition de l’ancien testament (bible). Cette tradition est fondée sur l’idée d’un “peuple élu” possédant un traité, un accord avec leur déité afin de prendre en charge et de coloniser certaines terres que cette déité leur a promis, dans ce cas précis : la terre native et ancestrale indienne.

L’histoire et le narratif historique des États-Unis sont remplis d’exemples de cette tradition croisée qui est profondément enracinée dans l’ancien testament de la bible. Même Thomas Jefferson, pourtant connu pour son soutien à la séparation de l’église et de l’État, proposa que le sceau officiel du pays représente les Israélites en exode vers la “terre promise”, guidés par des nuages et du feu.

En 1987, le président R. Reagan fit un discours à l’Independance Hall de Philadelphie pour commémorer le 200ème anniversaire de la constitution des États-Unis. La constitution a dit Reagan, n’est pas un document ordinaire mais “un pacte avec l’être suprême que nos pères fondateurs appelaient constamment pour son assistance”.

D’après le livre : “A Covenanted People : The Religious Origins of American Constitutionalism”, publié la même année que le discours de Reagan, depuis que les pèlerins établirent la colonie du Massachussetts (NdT : les puritains anglais, eux-mêmes échappant les persécutions de Cromwell pour mieux persécuter les autres peuples sur de nouvelles terres qu’il volèrent… au nom de dieu, on connaît la suite), “les Américains ont cru qu’ils sont le peuple choisi, élu par dieu pour remplir une mission spéciale”, prendre et coloniser la “terre promise” de l’Amérique du Nord. Le président Reagan a expliqué plus avant la tradition du pacte des États-Unis dans son discours lorsqu’il cita George Washington et sa référence à la “main invisible” qui conduit les affaires humaines. “Chaque pas que les Américains ont fait vers leur statut de nation indépendante, a dit Washington, semble avoir été guidé par la divine providence.”

Lorsque Washington a fait cette déclaration, a dit Reagan, il pensait sans aucun doute “à la grande et bonne fortune de cette jeune terre : le continent abondant et fertile qui nous fut donné,” Bien sûr la déclaration de Reagan contient la croyance en un pacte divin par lequel dieu donna la terre indienne du continent en héritage aux États-Unis.

Reagan aurait pu citer une autre déclaration de Washington. On la trouve dans une lettre adressée à David Humphrey et concernant les terres indiennes du Nord et de l’Ouest de la rivière Ohio, le vieux territoire du Nord-Ouest. Washington écrivit : “Plutôt que de se quereller au sujet du territoire, laissons les pauvres, ceux dans le besoin et les opprimés de la terre et ceux qui veulent la terre, se résoudre aux plaines fertiles de notre pays de l’Ouest, la seconde terre promise, et laissons les vaquer en paix dans l’accomplissement de premier et grand commandement de la bible.”

Ce premier et grand commandement auquel se référait Washington était le psaume 1:28 de la Genèse :Croissez et multipliez, renflouez la terre et subjuguez la et dominez les poissons de la mer et la volaille de l’air et les êtres vivants qui bougent sur la terre.

Deux mots-clefs dans ce “premier commandement” sont “subjuguer” et “dominer”, en hébreu, subjuguer veut dire “piétiner” ou “faire prisonnier” et colporte l’image d’un conquérant plaçant son pied sur le cou du conquis. Cela veut aussi dire “violer”. Un mot hébreu pour dominer vient d’un mot qui veut dire “piétiner” ou “presser”.

“Subjuguer” et “dominer” dans le “premier grand commandement” de la bible connote : “pouvoir sans restriction, dominium absolu, seigneurie, tyrannie, despotisme”. Un pouvoir politique acquis de la propriété privée, de dominium, est égal à la domination, dit William Brandon dans son livre “New Worlds for Old” (1987).

En 1823,  en rendant compte du verdict de la Cour Suprême des États-Unis dans l’affaire Johnson contre M’intosh, le juge de la CS John Marshall a dit que les nations de la chrétienté affirmaient avoir “l’ultime dominion” sur les terres “découvertes” qui étaient occupées par “des indigènes qui étaient païens”. Se basant sur l’étymologie ci-dessus, la mention par la CS de l’”ultime dominion” était sa façon de dire que le “premier peuple chrétien” à découvrir “des terres païennes” s’est donné un pouvoir politique absolu sur le continent car fondé sur leur affirmation d’un droit absolu de propriété, qui est un droit affirmé de domination.

En d’autres termes, les “découvreurs” chrétiens se sont donnés le pouvoir de dominium et de souveraineté, ou un droit de domination sur les terres indiennes. Le terme légal actuel plus sympathique à l’oreille pour cette idée ancrée dans la religion et fondamentalement raciste est l’exercice du “pouvoir plénier”.

Dans le film “To Protect Mother Earth,” de 1989 réalisé par Joel L. Freedman au sujet du peuple natif Shoshone, le réalisateur a un entretien avec un assistant procureur fédéral qui lui dit : “Le titre [de propriété] indien n’est pas un titre comme on l’entend habituellement. C’est un titre d’occupation des sols dans le sens de vivre de la terre dans la zone impartie et établi comme étant entre les tribus indiennes mais en aucun cas entre les tribus indiennes et les États-Unis.

La logique derrière l’argument que le titre indien n’est qu’un titre de déplacement et d’occupation des sols et non pas un titre plein de propriété de la terre, n’est pas valide contre les États-Unis, elle est celle qui dit que le supposé droit de domination de la chrétienté est fondé sur le livre de la Genèse 1:28: “je vous donne les païens en héritage et la grande partie de la terre pour être votre possession.”

Un héritage est une forme de propriété. Ainsi dans les psaumes 2:8 on trouve l’idée biblique du “peuple élu” ayant le droit divin de posséder les nations “païennes” et leurs peuples en propriété héritée, avec le mandat divin de saisir et de posséder toutes les terres de la terre en tant que “terres promises” ou dans ce cas précis des États-Unis, les terres indiennes de toute l’Amérique du Nord.

La lutte actuelle des Shoshone pour garder leur terre ancestrale est peut-être l’exemple moderne le plus visible pour voir comment la tradition de l’ancien testament continue de fonctionner comme une couverture du pouvoir des États-Unis. La lutte des Shoshone est très symbolique de ce que les nations indiennes ont dû endurer et continueront à endurer aussi longtemps que la tradition de pacte de l’ancien testament raciste demeure intégrée et vivace dans la “loi” et la politique des États-Unis.

Bien que ces arguments archaïques soient intellectuellement nuls et non avenus et moralement indéfendables, ils continuent de servir comme prétexte caché et comme rationalisation des politiques de conquêtes des États-Unis. Ce que de tels arguments ignorent est notre existence propre en tant que nations complètement distinctes et indépendantes depuis des milliers et des milliers d’années, sur nos propres terres ancestrales et notre droit inhérent d’être libres tout comme nos ancêtres l’étaient.

~~~~▲~~~~

Comme le soulignait R71 hier : Steven Newcomb est un de ceux qui ont été à la racine profonde de toute l’affaire et surtout, qui garde le cap et ne se laisse pas pervertir. Il est l’antithèse des « grands chefs » dont parle K. dans le dernier billet de Mohawk Nation News que nous avons traduit et publié ► Hé Grand Chef ! Quel est ton prix ? MNN

Il est dans l’esprit de Crazy Horse et son « Little Big Horn » est dans les archives et les textes.

~~~~▼~~~~

Avec le Dr. Ashraf EZZAT ;

Et en prenant connaissance, ICI & MAINTENANT, des travaux de recherches, extraits de son livre « L’Égypte antique n’a connu ni Pharaons ni Israélites » et de toutes les publications en français du Dr. Ashraf Ezzat que j’ai réunis dans ce PDF N° 3 de 64 pages intitulé « Traduction de la bible & Falsification historique » et que j’agrémente au fur et à mesure avec ses dernières publications ;

D’où-nous sommes, nous, la minorité  ;

Nous serons alors en capacité d’agir comme des petits détonateurs supplémentaires pour faire péter à la tronche de la malfaisance régnante, le fameux 0.0001%, soit ; Le Vatican, la City de Londres et Washington D.C.Les dogmes, doctrines, mensonges et falsifications historiques, scientifiques…

Sans armes, ni haine ni violence ;

Car ça c’est leur truc depuis le début ► PETITS SOLDATS DE PLOMB…

Et ainsi FAIRE TOMBER L’EMPIRE anglo-américano-christo-sioniste…

JBL1960

 

Hé Grand Chef ! Quel est ton prix ? MNN

Oui, combien pour le prix de ta trahison ???

Le grand Sitting Bull avait prévenu ;

Mais dans le même temps, les visages pâles affirmaient, eux, partout et en tous lieux qu’il fallait « Tuer l’indien pour sauver l’homme » blanc et de surcroit chrétien…

Puis l’immense Russell Means a affirmé ceci : “Vous ne serez et ne demeurerez que des commodités aussi longtemps que l’empire existera…” ~ Russell Means, Oglala, Lakota ~

Résistance au colonialisme : de la communauté des traîtres (MNN)

Chaque communauté, face au système de l’inhumanité achevé étatico-capitaliste dans lequel nous vivons depuis trop longtemps, ourdit ses traîtres, ses collabos et ses rascals. Nous avons les nôtres, la traîtrise par apathie générale étant devenue la traîtrise collaborationniste par défaut.
Tout cela n’est fort heureusement pas irrémédiable. Nous vous proposons quelques lectures complémentaires sous l’article.
~ Résistance 71 ~

Hé grand chef, quel est ton prix ?

Mohawk Nation News | 25 avril 2018 | URL de l’article original en anglais ► http://mohawknationnews.com/blog/2018/04/25/hey-chief-whats-your-price/

Traduit de l’anglais par Résistance71

Les Indiens vendus au système font tout pour de l’argent et du prestige bidon. Récemment dans un tribunal, Joe Norton de Kahnawake (NdT : territoire mohawk près de Montréal) a dit au juge : “Ne m’appelez pas Mr Norton. Appelez-moi grand chef Norton !” Nous l’appelons “gros chef dégueulasse”. Dès que les chefs ont une opportunité, ils filent sous les feux de la rampe de Las Vegas, où on les engraisse et fait boire en veux-tu en voilà et où ils se font caresser dans le sens des plumes par les Affaires Indiennes et où sévissent les loups du monde affairiste toujours à l’affût de voler terres et ressources.

Les parachutés politiques agitent leurs mains alentour, montrant les lustres, les sols en marbre, les grosses limousines et les groupies à la solde qui couinent : “Chef, vous pourriez avoir tout çà un jour. Signez ce contrat de vente de terres, de municipalisation, d’imposition, d’extraction minière ou de ressource, d’implantation de casino. Eh eh eh eh…

(*)

Le chef apoplexique, verre de champagne et jetons de casino en mains, s’écrie : “Vite ! Donnez-moi le contrat que je le signe…” le tout en buvant son verre de champagne Bollinger. Les Affaires Indiennes pourraient les titiller pour corruption, dérangement sexuel, pédophilie, quelque chose pour eux devenir les caïds à l’Assemblée des Nations Premières (ANP) ou quelque autre association gouvernementale coloniale bidon. Les traîtres autochtones veulent la belle vie sans bosser, le pognon, la plus grosse TV à écran plat et une position politique avec un gros titre bien clinquant. La plupart se vendent pour des queues de cerises. Certains sont très bien payés pour amener les bonnes personnes à bord du navire entrepreneurial colonial.

Les chefs adorent se déguiser avec des bottes et des chapeaux de cow-boy, portent de la bijouterie en argent sertie de turquoises et des gadgets futiles, bien sûr déambulant avec la blonde de service en trophée pendue à leur bras [bisou, bisou]. Ils ne résistent pas parce qu’ils n’ont absolument aucune éthique. Pour ces quelques babioles, ils sont heureux de vendre tout le monde. Les prédateurs et les psychopathes n’ont aucune conscience.

Pendant l’attaque par l’OTAN de la Yougoslavie par le régime de Bill Clinton, il y avait cette femme journaliste [serbe] qui luttait très efficacement pour son peuple et disait la vérité, on lui offrit alors 5 millions de dollars pour écrire deux articles faisant la promotion de la vision américaine des choses et donc trahissant son peuple. Elle a pris le fric et s’est barrée, le forfait accompli. La vaste majorité des “chefs” coloniaux et des escrocs Injuns font ça tous les jours.

Des millions de gens de nos peuples ont été et continuent à être appauvris et assassinés avec l’aide de ces monstres sans foi ni loi. La nature a ses remèdes ! Le premier ministre canadien se pointe à leurs réunions pour leur tapoter les plumes, il les embrasse, les étreints, leur donne des récompenses, les nomme à des positions importantes, distribuent les chèques, les sièges dans des commissions coloniales indiennes pour couper des rubans d’inauguration. Il met un bonnet de guerre et pose pour les photos d’usage avec eux.

Personne ne sait ce qui va se passer afin de gérer cet amour à sens unique pour les autochtones manifesté par les traîtres.

~~~~▼~~~~

(*) Ce dessin, issu de l’article original, fait référence à l’affaire Bundy à Malheur dans l’Oregon à laquelle j’ai consacré de nombreux billets qui trouve sa conclusion dans ce dernier intitulé ► Oregon de Malheur

Et qui a été traité aussi bien par Steven Newcomb que Peter d’Errico ; Ces deux légistes du nouveau monde, Peter D’Errico, issu de la culture colonisatrice et Steven Newcomb, issu de la culture native amérindienne (Shawnee, Lenape), ont dévoué leur carrière légale à la recherche et au décorticage des textes fondateurs de l’empire anglo-américano-christo-sioniste actuel pour mieux pouvoir le démonter et l’éradiquer. Il est intéressant de noter que la complémentarité de leur culture et recherche respectives mène à une union, à un renforcement de la validation de tout mouvement de résurgence indigène pour mettre définitivement fin au marasme politico-économique que cet état de fait a forcé non seulement sur les populations locales, mais à terme, sur le monde entier.

De plus, ce qui est remarquable dans cet article, c’est qu’une fois de plus, les Natifs, ici la Nation Mohawk, démontrent leur parfaite lucidité à reconnaitre parmi eux les traitres qui acceptent de se placer sous le joug colonialiste et ont accepté au N.O.M. du Fric, du Flouze et de l’Oseille de vendre leur âme au Diable ► Les colons

De même, ce ne sera que lorsque nous, les occidentaux, reconnaitrons les criminels de guerre parmi les nôtres et que nous arrêterons de nier la vérité que le sang commencera à sécher… Un peu…

JBL1960

LECTURES CONNEXES en version PDF ;

Taiaiake Alfred (Ph.D)

Professeur de Sciences Politiques (chaire de gouvernance indigène) à l’université de Victoria, Colombie Britannique, Canada. Le professeur Alfred est membre de la Nation Mohawk (Kahnawake, clan de l’ours)

LE GRAND DÉSAPPRENTISSAGE ;

Résistance au fléau de l’Humanité ► Solutions anticoloniales pour une décolonisation de l’empire ;

PAIX, POUVOIR & RECTITUDE, un manifeste indigène ;

KaianerekowaLa Grande Loi de la Paix de la Confédération Iroquoise, texte politique fondateur ; Plus ancienne « constitution » ou charte confédérale active au monde, puisqu’elle date de 1142.

Et pour retrouver toutes les versions PDF POLITIQUES, cette page de mon blog ► LES PDF DE JBL1960 et c’est à lire, télécharger, s’imprimer gratos. Tant qu’on peut et comme on veut !

Source de l’illustration de ce billet ► APTNNEWS.ca

 

 

 

Soyons des petits détonateurs supplémentaires…

Pour faire exploser les dogmes, les doctrines, les mensonges et les falsifications…

À la tronche de la malfaisance régnante ► Le Vatican, la City de Londres et Washington D.C. !…

Qui ne représente que 0.0001%….

Chercher l’E.R.R.E.U.R.  !

Résistance au colonialisme : le leurre de la « loi des nations » et de la domination chrétienne (Steven Newcomb)

Quand nos nations originelles vivaient libres et indépendantes des idées de la chrétienté

Steven Newcomb | Février 2018 | URL de l’article original en anglais ► http://originalfreenations.com/when-our-native-nations-were-living-free-and-independent-of-the-ideas-of-christendom/

Traduit de l’anglais par Résistance71

Avant l’invasion de Christophe Colomb sur notre partie de la terre-mère, nos nations de l’Île de la Grande Tortue (Amérique du nord) vivaient dans un endroit géographique qui était totalement libre et indépendant du système de domination chrétien occidental (européen). Ce qui veut dire que les chrétiens européens pouvaient inventer quelques idées ou arguments qu’ils désiraient, mais à des milliers et des milliers de kilomètres de là, dans l’endroit géographique où résidaient nos ancêtres, les idées et arguments du monde chrétien n’avaient absolument aucun impact, aucune influence sur nos nations de quelque manière que ce soit.

Ainsi donc, basé sur cette observation, il y a un argument potentiel que nos nations originelles libres et indépendantes n’ont, semble t’il , jamais utilisé en réponse au système de domination de la chrétienté, nos nations étaient véritablement libres et totalement indépendantes de tout ce que Francisco de Vitoria* ou tout autre penseur chrétien avaient à dire. Lorsque Vitoria a dit dans une de ses allocutions, que toutes les nations du monde sont sujettes à un standard universel, comme “la loi des nations” (ou “ius gentium”), nous sommes capables de faire remarquer que cela n’était que l’opinion de Vitoria en tant que théologien catholique, une opinion qui n’avait aucune connexion et était totalement étrangère à nos nations parce qu’elle vivaient à des milliers de kilomètres de l’Espagne et de Francisco de Vitoria. L’affirmation péremptoire “d’universalité” de l’église catholique n’est juste que cela : une affirmation péremptoire et rien d’autre.

(*) Francisco de Vitoria (1483-1546), théologien catholique espagnol considéré comme le “père fondateur” du “droit des nations”, suiveur des préceptes de St Thomas d’Aquin. Il fut un des rares défenseurs des populations autochones martyrisées par les Espagnols et reconnu le droit natif à la propriété de la terre contre les préceptes pontificaux. Il nia le bienfondé du document du “requerimiento” qui était lu à tout peuple non chrétien avant la saisie des territoires par la couronne espagnole au nom du pape et donc de dieu.

~~~~▼~~~~

Avec Steven Newcomb ;

Issu de la culture native amérindienne (Shawnee, Lenape) ;

Steven Newcomb est un universitaire, chercheur et écrivain Shawnee-Lenape. Il a étudié et écrit au sujet de la loi et de la politique fédérale indienne depuis le début des années 1980, en particulier l’application de la loi internationale aux nations et peuples indigènes. M. Newcomb est le directeur de l’Indigenous Law Institute qu’il a cofondé avec Birgil Kills Straight, un chef traditionnel et ancien de la nation Oglala Lakota. Ensemble, ils ont mené une campagne mondiale pour défier les documents impérialistes du Vatican datant du XVème siècle. Ces documents (bulles) eurent pour résultat la décimation des nations libres et originelles de la Terre-Mère et a ainsi privé la planète de façons de vivre respectueuses des écosystèmes et des enseignements sacrés.

Le livre de Newcomb [NdJBLR71  a traduit l’essentiel du livre original en anglais Pagans in the Promised Land : Decoding The Doctrine of The Christian Discovery que j’ai réuni dans une version PDF N° 4 sur mon blog de 45 pages] Païens en terre promise : décoder la doctrine chrétienne de la découverte (Fulcrum, 2008) se repose sur des trouvailles récentes en théorie cognitive et en analyse sémantique des versions latines et anglaises des documents pontificaux du Vatican du XVème siècle. Il a identifié des schémas (de langage) peu remarqués, trouvés dans ces documents et dans les décisions de la Cour Suprême des États-Unis, affirmant un droit pour un “prince ou peuple chrétien” de découvrir et d’exercer un droit de domination (dominorum christianorum) sur les terres et possessions des “païens et infidèles”.

Le résultat de l’héritage de la chrétienté en matière de domination et de déshumanisation a été la quasi destruction de milliers d’années de sagesse spirituelle et écologique développée par nos nations originelles.

Le travail de M. Newcomb a aussi servi de puissant contexte pour le documentaire : The Doctrine of Discovery : Unmasking the Domination Code réalisé et produit par Sheldon Wolfchild (Dakota) et coproduit par Newcomb, 2015.

Comprendre le système légal de l’oppression coloniale pour mieux le démonter avec Steven Newcomb, version PDF N° 47 de 106 pages

►◄

Comprendre le système légal de l’oppression coloniale pour mieux le démonter avec Peter d’Errico, version PDF N° 46 de 29 pagesPeter d’Errico, issu de la culture colonialiste, a travaillé pour le bureau des Navajo Legal Services entre 1968 et 1971 et a défendu les Navajos dans des affaires judiciaires.

Présentation de ce travail en commun avec Résistance71 qui traduit de l’anglais, dans ce billet de blog ► Comprendre le système légal de l’oppression coloniale pour mieux le démonter ! en versions PDF

Ces deux légistes du nouveau monde, Peter D’Errico, issu de la culture colonisatrice et Steven Newcomb, issu de la culture native amérindienne (Shawnee, Lenape), ont dévoué leur carrière légale à la recherche et au décorticage des textes fondateurs de l’empire anglo-américain actuel pour mieux pouvoir le démonter et l’éradiquer. Il est intéressant de noter que la complémentarité de leur culture et recherche respectives mène à une union, à un renforcement de la validation de tout mouvement de résurgence indigène pour mettre définitivement fin au marasme politico-économique que cet état de fait a forcé non seulement sur les populations locales, mais à terme, sur le monde entier.

▼▼▼

En leur retirant notre consentement d’un coup sec, nous serons en capacité de FAIRE TOMBER L’EMPIRE anglo-américano-christo-sioniste, tels des petits détonateurs supplémentaires placés aux bons endroits pour faire péter les verrous, cracker les codes secrets de la domination et ainsi vaincre l’inertie de départ et nous permettre d’enclencher un nouveau paradigme en lien avec les peuples autochtones de tous les continents, nous, les peuples occidentaux émancipés de l’idéologie et de l’action coloniales et pour instaurer l’harmonie de la société des sociétés sur Terre !

JBL1960

Gratuitement, vous pouvez lire, télécharger, imprimer, partager et diffuser les 56 PDF POLITIQUES que j’ai déjà réalisés dans cette page spéciale de mon blog ► LES PDF DE JBL1960 et tant qu’on peut encore et surtout comme vous voulez…

Illustration de ce billet, source ► La pensée du jour