Archives pour la catégorie Peuples premiers

L’ « Argent du sang » Indien pour les crimes commis dans les Écoles de Jour au Canada – MNN du 26/07/2019 – Traduit, complété & enrichi par JBL

Nous sommes TOUS des colonisés !

Certes à des degrés divers, car nous ne vivons pas la même chose, selon que l’on n’est un Natif parqué dans une REZ au Canada ou aux USA, et un simple citoyen français. Pour autant c’est la même finalité qui nous est promise à TOUS. Et contre laquelle nous pouvons lutter TOUS ENSEMBLE et ce d’où que nous nous trouvions pour peu que l’on considère que le salut de l’Occident, comme l’avenir de l’Humanité, passe par les peuples occidentaux (nous) émancipés de l’idéologie et de l’action coloniales, se tenant debout, main dans la main avec les peuples autochtones de tous les continents pour instaurer l’harmonie de la société des sociétés sur terre.

Les Natifs nous invitent ici, et encore une fois, à choisir entre la DICTATURE TECHNOTRONIQUE qui nous est promise, en Amérique du Nord via l’INDIAN ACT et les Lois Fédérales Indiennes OU la RÉSISTANCE via La Grande Loi de la Paix dans l’île de la Grande Tortue et partout ailleurs, comme en France, en instaurant une société sans/contre l’État celle des associations libres, volontaires et autogérées.

Sinon, c’est la haine pure et la guerre ad vitam æternam qui perdureront tant que nous n’y mettrons pas un terme par une décolonisation concertée !

Résultat de recherche d'images pour

L’ « ARGENT DU SANG » INDIEN POUR LES CRIMES COMMIS DANS LES ÉCOLES DE JOUR* AU CANADA

Mohawk Nation News | 26 juillet 2019 | URL de l’article source en anglais ► http://mohawknationnews.com/blog/2019/07/26/indian-blood-money-for-canadas-day-school-crimes/

Traduit de l’anglais par Jo Busta Lally avec l’aide de DeepL.com Traducteur

*Écoles de Jour/Externat à la différence des Pensionnats pour Indiens

Certains  » objecteurs/victimes  » des crimes commis par le Canada contre les enfants autochtones dans les externats indiens n’accepteront pas le  » montant du sang  » du règlement proposé par le tribunal et ordonné par les génocidaires/canada coupables. Gowling WLG, sont les avocats du Canada et des étudiants autochtones !!!! Gowling veut empocher 55 millions de dollars du Canada. Les victimes autochtones reçoivent 10 000 $ chacune, peut-être.

Le Canada admet son crime de génocide et ne purge pas sa peine. [NdJBL : Voir l’analyse de la dernière mise à jour du Contre-rapport à la Commission Vérité & Réconciliation « Meurtre Par Décret – Le Crime du Génocide dans les Pensionnats pour Indien de 1840 à 1996 au Canada » ; En lien avec Justin « WaterHole » Trudeau verse des larmes de crocodile sur les viols, la stérilisation et/ou l’assassinat des gardiennes de la Terre…]

Selon David Cass, du Barreau du Canada, si une victime remet en question l’arnaque entre le Canada et Gowling WLG, appuyée par le Barreau et la Cour fédérale, les règles sont simplement modifiées. Les opposants sont rayés de la liste des victimes.

Le 12 juin 2019, le Barreau de l’Ontario a reçu la plainte suivante du citoyen concerné, l’avocat John Mann III, qui a remis en question le vol audacieux de 55 millions de dollars mis sur pied par le Canada, Gowling, la Cour fédérale et le Barreau de l’Ontario pour le génocide perpétré contre presque 200 000 enfants autochtones survivants.

De : Officiers David Cass, avocat, Heather Di Dio, avocate ;

Objet : Dépôt de plainte :

1 ) Mann a pratiqué le droit pendant plus de 42 ans, a été membre du barreau de l’État du Michigan depuis 1977 et membre du Barreau du Haut-Canada (maintenant l’Ontario) depuis 1993. Il a souligné les violations déraisonnables de la conduite professionnelle et l’ingérence inappropriée dans les relations avocat-client. Le 17 mai 2019, il a fait part de ses préoccupations à Gowling, puis au Barreau de l’Ontario par courriel. Il mentionne que deux dossiers ont également été déposés par Audrey Horn, une cliente du recours collectif de Gowling.

2) Le recours collectif de l’école de jour des Indiens a été déposé il y a plus de 10 ans, en 2009. En 2016, Gowling est devenu, d’une façon ou d’une autre, l’avocat du groupe pour tous les clients autochtones demandeurs. Le 12 mars 2019, Gowling a conclu une entente de règlement avec les auteurs, le Canada. Le premier ministre Justin Trudeau admet sa culpabilité et sa responsabilité pour les atrocités commises par le Canada tout au long de son histoire. Pourquoi les survivants doivent-ils intenter des poursuites judiciaires pour obtenir réparation pour les horribles actes répréhensibles commis par le Canada ? Pourquoi le Canada n’admet-il pas sa responsabilité dans son projet de Convention de règlement extrajudiciaire relative aux écoles de jour des Indiens [au paragraphe « 1.02 Absence d’admission de responsabilité »] ?

3 ) Les sections suivantes exigent une attention immédiate de la part du Barreau de l’Ontario [LSO] :

DROITS JURIDIQUES

13.01 Honoraires des avocats du groupe

Le Canada convient de payer aux Avocats du Groupe[Gowling] leurs honoraires et de débourser cinquante-cinq millions de dollars (55 000 000,00 $) dans les trente (30) jours suivant la Date d’entrée en vigueur.

13.05 Aucun autre droit à percevoir

Gowling et le Canada conviennent que tous les paiements versés aux membres autochtones du recours collectif des survivants ne seront pas déduits des frais juridiques ou des débours.

16.01 Coopération avec le Canada

Pour obtenir l’argent, les victimes ont dû aider le Canada à faire approuver cet accord.

16.02 Annonces publiques

Les victimes sont tenues de faire des déclarations publiques à l’appui de l’Accord. Sinon, ils ne seront pas payés.

4) Le paiement de 55 000 000 000 $ versé par le Canada à Gowling est inapproprié car 3 conditions sont requises ;

Premièrement : les premières victimes et Gowling WLG doivent  » coopérer  » avec le Canada.

Deuxièmement : Les victimes initiales et Gowling doivent  » faire de leur mieux pour obtenir de la Cour fédérale l’approbation de la présente entente « .

Troisièmement : Les victimes et Gowling doivent  » faire de leur mieux pour obtenir le soutien et la participation  » de tous les autres membres du groupe à tous les aspects de la Convention de règlement.

5) Ces dispositions créent des conflits d’intérêts ainsi qu’une ingérence inappropriée et la destruction des relations avocat-client entre les clients survivants/victimes et leur avocat Gowling.

En conséquence ;

(a) Le Canada et les victimes sont tous deux devenus des clients de Gowling ;

(b) Gowling a un intérêt financier personnel de 55 000 000 $ dans le soutien des intérêts du Canada. Gowling est maintenant partie prenante à la Convention de règlement et n’est plus un avocat objectif agissant pour tous les survivants autochtones ;

(c) Gowling a divisé ses clients du groupe en deux groupes opposés, des clients qui  » appuient  » la Convention de règlement du Canada contre des clients  » opposants  » qui n’appuient pas l’entente ;

(d) Gowling était tenue de  » coopérer  » et de  » soutenir  » tout ce que le Canada voulait, tandis que Gowling devait ignorer et ne pas tenir compte des  » objections  » d’aucun de ses clients du groupe ;

(e) Au cours de l’audience d’approbation du règlement de la Cour fédérale, Gowling s’est opposé à chaque client qui s’opposait à l’entente de règlement proposée par le Canada parce que Gowling ne voulait pas compromettre ses intérêts financiers acquis dans le paiement de 55 000 000 $ provenant du Canada. Gowling a violé son devoir d’agir uniquement dans le meilleur intérêt de ses clients, et libre de toute influence extérieure ;

(f) Les avocats du Canada[Gowling] se sont ingérés indûment dans la relation avocat-client entre Gowling et leurs clients et l’ont détruite. D’un point de vue juridique, tout acompte et frais doivent être établis de façon confidentielle entre Gowling et ses clients seulement, sans aucune influence extérieure quelle qu’elle soit ;

(g) Comment le paiement proposé de 55 000 000 000 $ a-t-il été effectué et autorisé par le Canada, si ce n’est, à même les fonds du contribuable au cabinet d’avocats privé Gowling WLG ?

(h) Gowling doit se retirer de représenter tous les clients du groupe. La Convention de règlement proposée propose un montant de base déraisonnable de 10 000 $ et plus pour cinq niveaux d’indemnisation différents dans une institution fédérale. Tous les survivants de l’École de jour indienne ont participé de la même façon à la violence physique et mentale et au génocide culturel.

6) De plus, le site Web de Gowling confirme que le Canada était déjà client du Groupe bien avant qu’il ne soit assigné à comparaitre à titre d’Avocat du Groupe dans cette affaire : « Gowling WLG conseille un large éventail de clients à travers le Canada, y compris tous les niveaux de gouvernement et ses agences. »

Par conséquent ; il est inapproprié pour Gowling de poursuivre son propre client, le Canada.

7) Gowling ne peut réparer aucun de ces conflits d’intérêts et doit retirer sa représentation à tous les clients du groupe.

8) Le Barreau de l’Ontario doit immédiatement faire enquête sur les conflits d’intérêts et l’ingérence inappropriée dans les relations avocat-client. La Cour fédérale de Winnipeg doit être immédiatement informée des plaintes. Les clients/victimes autochtones doivent être protégés. Les avocats de Gowling et de Canada Incorpated agissent dans l’intérêt supérieur des survivants autochtones. La Déclaration de principes de la LSO porte sur la protection des peuples autochtones. Le Barreau de l’Ontario est en conflit d’intérêts en ce sens puisqu’il a le mandat d’enquêter sur ses propres membres.

9) Les victimes ne peuvent obtenir justice dans un système conçu pour poursuivre un génocide culturel systémique. De plus, le juge de la Cour Fédérale est nommé et payé par le gouvernement même qui a causé les dommages, dans une évidence automatique de partialité et de conflit d’intérêts.

10) Il y a victimisation grâce à la collaboration entre le Canada, Gowling, le tribunal et le barreau. Un processus doit être mis en œuvre en lien avec le wampum deux rangés et kaianerekowa, La grande Loi de la Paix, pour remédier aux nombreuses atrocités causées par le Canada. La Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones[DNUDPA] l’exige. Le monde en a besoin. La vérité l’exige. La justice l’exige.

Avec tout le respect que je vous dois ;

John R. Mann III

En fin de compte, ils sont tous impliqués dans l’arnaque, se payant mutuellement en essayant de nous faire mordre la poussière.

Résultat de recherche d'images pour

Derniers chiffres connus sur l’inscription des indiens (sources gouvernementales)

Rejoindrez-vous les cyborgs OU serez-vous la résistance ?

Vouloir lutter efficacement aujourd’hui contre l’empire, c’est lutter contre le fondement même de l’impérialisme occidental qui repose sur un pilier de pouvoir économique et un pilier de pouvoir idéologique étroitement impliqués l’un avec l’autre.

Attaquer ces deux piliers porteurs aura pour résultat à terme, d’effondrer l’empire. Comment ? Par la prise de conscience et le boycott physique et idéologique tout en amenant des solutions efficaces de remplacement aux institutions oligarchiques qui nous ont été imposées depuis des siècles, l’État étant le rouage essentiel de l’oppression généralisée.

Pour y parvenir, il apparaît tout à fait essentiel que les peuples occidentaux réfutent et refusent en bloc l’idéologie dominante qui les colonise tout autant que les peuples des nations colonisées, même si le degré d’oppression est (à peine) moindre, comme je le rappelle en préambule.

Il n’y a pas de solutions au sein du système, il n’y en a jamais eu, et probablement qu’il n’y en aura jamais et tant que la malfaisance régnante que nous savons être le Vatican, la City de Londres et Washington D.C. ne sera pas totalement anéantie.

Pour une réconciliation réelle avec les peuples colonisés d’hier et d’aujourd’hui, car nous avons besoin les uns des autres pour bâtir une véritable société progressiste, émancipée et libre. Il n’y a pas d’autre alternative, ni aucune solution au sein du système oligarchique coercitif, oppressif et totalement mortifère qu’on nous a imposé en nous bourrant le crâne avec la pseudo-inéluctabilité de l’affaire par une science tronquée, biaisée et falsifiée à bien des niveaux. Tout cela est bien au-delà de toute rédemption et pour y parvenir il conviendra de définitivement lâcher-prise d’avec cette ignominie colonialiste qui est le pire fléau que la terre ait portée depuis des milliers d’années.

JBL1960

Toutes les versions PDF sont en lecture, téléchargement, impression, partage et/ou diffusion gratuitement en suivant ce lien ► LES PDFs RÉALISÉS PAR JBL1960

Publicités

Planter l’arbre de demain ; (MàJ 18/07/19)

Voilà ce que nous voulons faire aujourd’hui* ;

L’autogestion est la SOLUTION !

Dignité, Terre et Liberté !

Résultat de recherche d'images pour

Inspiration Zapatista (1994-2019)

*Sub Marcos, 1999 ► Chiapas, Feu et Parole d’un peuple qui commande et d’un gouvernement qui obéit, version PDF N°79 de 218 pages

URL source en français ► http://enlacezapatista.ezln.org.mx/2019/06/07/communique-du-cni-congres-national-indigene-cig-conseil-indigene-de-gouvernement-et-de-lezln-armee-zapatiste-de-liberation-nationale-face-a-la-violence-declenchee-a-lencontre-des-peuples-o/

COMMUNIQUÉ DU CNI (CONGRÈS NATIONAL INDIGÈNE) – CIG (CONSEIL INDIGÈNE DE GOUVERNEMENT) ET DE L’EZLN (ARMÉE ZAPATISTE DE LIBÉRATION NATIONALE) FACE À LA VIOLENCE DÉCLENCHÉE À L’ENCONTRE DES PEUPLES ORIGINAIRES

Aux peuples du monde,
Aux réseaux de soutien au CIG,
À la Sexta nationale et internationale,
Aux médias,

La marche du capitalisme néolibéral porte dans ses pas la marque du sang de nos peuples contre lesquels la guerre empire parce que nous n’abandonnons pas notre terre, notre culture, notre paix et notre organisation collective ; parce que nous ne cédons pas dans notre résistance ni ne nous résignons à mourir.

Nous dénonçons la lâche attaque  perpétrée le 31 mai dernier à l’encontre de la communauté nahua de Zacualpan et des membres du CNI, dans la commune de Comala, État de Colima, où un narco paramilitaire a utilisé des armes de gros calibre contre un groupe de jeunes, assassinant l’un d’entre eux et en blessant grièvement trois autres.

Nous accusons comme responsables de ces graves faits les trois niveaux du mauvais gouvernement qui permettent que ces groupes paramilitaires opèrent dans la région, et en priorité le directeur de la sûreté publique Javier Montes García. Nous exigeons que soient pleinement respectés les us et coutumes de la communauté nahua de Zacualpan.

Nous condamnons l’agression et la destruction qui se sont produites à l’aube du 31 mai dans les localités de Rebollero et de Río Minas, appartenant à la communauté binizza de San Pablo Cuatro Venados dans la commune de Zaachila, de l’État d’Oaxaca, des mains d’un groupe armé qui a détruit violemment les maisons de dizaines de familles. Un grand groupe de personnes est arrivé dans la localité en tirant avec des armes de gros calibre et, après plusieurs salves, utilisant de lourds engins, ont démoli les maisons, obligeant les habitants, parmi lesquels se trouvaient des mineurs d’âge, à s’enfuir et à se réfugier dans la montagne. Ils ont détruit 24 habitations, brûlé le maïs et d’autres grains stockés pour semer. Ils ont brûlé les affaires personnelles de la communauté comme des vêtements et des chaussures. Ils ont en plus volé du bétail, des groupes électrogènes et des pompes à eau.

Nous condamnons la répression et le pillage commis à l’encontre de nos compagnons et compagnes de la communauté indigène otomi résidant dans la ville de Mexico, qui ont été délogés violemment par des groupes de choc au service du mauvais gouvernement et des entreprises immobilières, accompagnés par des centaines de soldats d’élite pour soutenir Nestor Nuñez, titulaire de la mairie de Cuauhtémoc. C’est le 30 mai à 11h qu’a été attaqué leur campement rue de Londres au n°7, dans le quartier Juárez, occupé par la communauté otomi depuis le séisme du 19 septembre 2017.

Nous condamnons le siège paramilitaire que des groupes criminels, couverts et soutenus par les trois niveaux du mauvais gouvernement et tous les partis politiques, maintiennent contre les communautés du Conseil indigène et populaire du Guerrero – Emiliano Zapata (CIPOG-EZ) dans la commune de Chilapa et José Joaquín de Herrera, qui par leur lutte construisent la paix en autonomie.

Nous lançons un appel aux peuples du Mexique et du monde pour qu’ils soient attentifs et solidaires avec la lutte des peuples du Guerrero, et qu’ils brisent cet état de siège qui impose la violence, favorise l’appropriation capitaliste des territoires indigènes et empêche la circulation des aliments et des médicaments. Nous lançons un appel à soutenir la collecte de vivres et de produits destinés aux communautés affectées tels que du maïs, des haricots, des piments en conserve, du sucre, des sardines, du thon, du papier hygiénique, des langes et des médicaments, à apporter au local d’UNIOS, qui se trouve rue Dr. Carmona y Valle, n° 32, dans le quartier Doctores de la ville de Mexico.

Nous le répétons : «Notre terre mère n’est pas à vendre, ni au grand capital ni à personne ; notre existence n’est pas négociable, ni par conséquent la résistance de nos peuples.» 

Sincèrement,
Juin 2019
Pour la reconstitution intégrale de nos peuples
Jamais plus un Mexique sans nous
Congrès national indigène
Conseil indigène de gouvernement
Armée zapatiste de libération nationale

Résultat de recherche d'images pour

De l’or, des diamants et du coltan dans les sols indigènes !

PACARAIMA. Première ville brésilienne située à la frontière avec le Venezuela. Seulement quelques milliers de Vénézuéliens ont choisi d’emprunter ce chemin pour fuir. En février dernier, face à la répression aussi soudaine que violente des soldats de Maduro, les Pemons, eux, n’ont pas eu le choix.

Sur la frontière entre le Venezuela et le Brésil ; Au plus fort de la répression, à la fin du mois de février 2019, près d’un millier de Pemons ont trouvé refuge chez les Taorepangi. La frontière n’existe pas pour ce peuple. « Ces réfugiés, ce sont des frères, ils font partie de ma famille », explique Ivanete. L’épouse du « tuxau« , le chef de village, raconte le 1er jour où les Pemons sont arrivés, à pied, à travers la forêt, chassés par l’armée vénézuélienne ► Pour lire l’article dans son intégralité ► https://www.franceinter.fr/emissions/le-zoom-de-la-redaction/le-zoom-de-la-redaction-15-juillet-2019

À lire mon dossier EZLN – Inspiration zapatiste

Dans l’esprit zapatiste, l’humain nait de la diversité, et s’il n’est pas question d’importer le modèle zapatiste en France, nous pouvons l’étudier et adapter ce qui peut l’être en s’inspirant de cet esprit/spirit/geist puisque l’heure est venu pour les peuples de choisir entre RÉSISTANCE & COMPROMISSION

Pour y parvenir, ces lectures complémentaires en version PDF que j’ai toutes réalisées, et que vous pouvez retrouver en lecture, téléchargement et/ou impression gratuitement en suivant ce lien ► https://jbl1960blog.wordpress.com/les-pdfs-realises-par-jbl1960/

Résistance Politique avec Ricardo Flores Magon (1874-1922) ;

6ème Déclaration Zapatiste de la Forêt de Lacandon, Chiapas, Mexique, 2005 ;

3RI & Sociétés des sociétés ;

Les indispensables de Paulo Freire ;

  1. L’Éducation comme pratique de la liberté, 1965 – Version PDF N° 93 de 22 pages
  2. Extension ou Communication, 1969 – Version PDF N° 94 de 13 pages
  3. La Pédagogie des opprimés, 1970 – Version PDF N° 83 de 111 pages

Mise à Jour du 18 juillet 2019

Pierre Clastres ;

Échange & Pourvoir ► Philosophie de la chefferie indienne, Pierre Clastres, 1962 Version PDF N° 101 de 25 pages

Pierre Clastres, 1974 – Anthropologie Politique : De l’ethnocide, version PDF

FAISONS LE P.A.R.I. POUR 1 3RI !

Comme l’a toujours affirmé et démontré Résistance 71 et de longue date : seul « Chavez pouvait faire du Chavez » et sa plus grande erreur (en était-ce une du reste ?…) fut de maintenir l’État et de ne pas l’abolir et rendre le pouvoir, le rediluer dans le peuple après avoir accompli certaine réformes louables mais insuffisantes… Au Venezuela avec Maduro, comme ailleurs, il n’y a pas de solutions au sein du système. Il faut en sortir, reléguer État et institutions étatiques au musée des erreurs de l’histoire, mettre en place les associations libres et donc la société des sociétés.

Aussi, je vous repropose cet exemple d’alternative pour nous gérer sans État ni institutions coercitives obsolètes ; Avec cette Charte confédérale, version PDF {N°30} de 7 pages de Michel Bakounine que l’on peut adapter en s’en inspirant…

Le soutien international pour la lutte d’émancipation zapatiste du Chiapas mexicain qui nous donne une leçon de fonctionnement de société organique non-pyramidale depuis un quart de siècle, ne fait que croître.

Le mouvement des Gilets Jaunes n’est que partie du grand mouvement d’émancipation et de libération  international qui commence à déployer ses ailes.

Nous sommes tous inter-reliés. Leur combat est le nôtre, le nôtre est le leur.

DEMAIN SE PLANTE AUJOURD’HUI…

JBL1960

Journée de la haine au Canada par Mohawk Nation News, 1er juillet 2019

Et comme chaque année !

Quand assez est-il assez ?

L’heure du réveil des peuples a sonné !!!

Mettons fin à ce cycle mortifère, raciste, eugéniste et ethnocidaire !

Jeux d’enfants de meurtres et d’esclavage, vol des ressources foncières, sans loi, effondrement culturel, extermination des peuples originels et de toute vie naturelle…

JOURNÉE DE LA HAINE AU CANADA !

Mohawk Nation News | 1er juillet 2019 | URL de l’article source en anglais ► http://mohawknationnews.com/blog/2019/07/01/canada-day-of-hate/

Traduit de l’anglais par Jo Busta Lally avec l’aide de DeepL Traducteur

Le 1er juillet 2019 est la journée du  » corporatisme  » au Canada pour célébrer son crime de génocide. Nous avons le droit de dire aux envahisseurs illégaux de quitter l’île de la Grande Tortue immédiatement. 99% d’entre nous n’ont PAS été digérés par les envahisseurs/exterminateurs de l’île de la Grande Tortue. Nous appelons ceux qui se sont aliénés leur droit d’aînesse le « peuple génocidé », ceux qui ont perdu la volonté de vivre en tant que peuple naturel originel de l’île de la Grande Tortue = Amérique du Nord.

Aujourd’hui, ils continuent d’essayer de nous démoraliser. Quand les immigrants illégaux ont envahi le pays, ils y ont trouvé un paradis. Ils étaient jaloux de toutes les ressources naturelles d’Onowarekeh et de notre mode de vie. S’en est suivie immédiatement une haine et une envie intenses qui perdurent jusqu’à ce jour. Toutes leurs tactiques génocidaires découlent de la haine et de la jalousie pour nous démoraliser davantage par un génocide pur et simple qu’ils admettent avoir commis, par la victimisation et en particulier le meurtre de nos bébés et de nos enfants, dans les écoles de jour pour Indiens, dans les Pensionnats pour Indiens (de 1840 à 1996 au Canada), Sixties Scoops/ Rafle des Années 60 (Centres d’Adoption, ICI & ), la SCS (CAS dans l’article original), les prisons, la stérilisation, les programmes pour femmes et filles disparues et assassinées, les ventes internationales de nos enfants, les conseils de bande, le vol de nos ressources naturelles et le massacre de toute vie naturelle. S’ils ne peuvent pas tout posséder, ils ont le mandat de nous détruire.

Les immigrants illégaux ont essayé de nous rendre inaptes à leur environnement étranger destructeur qui est basé sur le « nettoyage ethnique » des vrais peuples originels et de toute vie naturelle sur l’île de la Grande Tortue.

Les envahisseurs illégaux tentent d’utiliser le vol de terres de l’Accord-cadre et l’extinction finale d’Onkwehonweh comme clou final de notre cercueil.

Les Premières Nations contre nature Inc. (NdJBL : Incorporated/incorporé L’entreprise incorporée est une personne morale aux yeux de la loi. Les droits et obligations des personnes morales s’apparentent à ceux dévolus aux personnes physiques sans être exactement les mêmes. ) Vérités et Mensonges de la Loi sur l’aménagement du territoire est l’institution nationale du Canada qui a assimilé « Les Premières Nations Incorporé » dans le régime canadien de l’impôt foncier des sociétés sans le consentement des onkwehonweh, le peuple originel placé sur l’île de la Grande Tortue par la création.

Pourquoi les immigrants illégaux se montrent-ils si cruels envers les Natifs / Peuples premiers ou originels placés sur l’île de la Grande Tortue par kasastenserakowa sa oiera, la grande puissance naturelle ?

Les descendants des colons envahisseurs/exterminateurs, ici les Canadiens et les Québécois de papier et festoyeurs de génocide en cette journée de la haine et comme chaque 1er juillet  commémorent, encore aujourd’hui, leur fierté d’avoir tué l’indien pour sauver l’homme blanc (et de surcroit chrétien) comme nous l’avons défini, avec R71, dans ce tout dernier PDF N° 104 de 21 pages Nous sommes TOUS des colonisés !

C’est pourquoi nous appelons, aujourd’hui même à rompre avec ce cycle mortifère, en enclenchant un nouveau paradigme à vos côtés, comme il est notifié dans cette Lettre ouverte à Justin Trudeau par le Directoire du Tribunal International des Disparus au Canada du 9 juillet :

En tant que co-conspirateur inculpé pour crimes contre l’humanité, vous et votre gouvernement devez vous réfréner de toute action supplémentaire qui aide et sert le génocide continuel des peuples aborigènes, ou qui le masque. Par exemple, votre gouvernement doit immédiatement arrêter de distribuer des statuts d’exonération d’impôt et des privilèges à vos co-conspirateurs dans le génocide, à savoir : l’Église catholique romaine, les Églises anglicane et unifiée du Canada et vous devez abroger le Concordat Financier du Canada avec l’Église de Rome ; car fournir à ces Églises de tels privilèges incite les Canadiens à financer des entités criminelles et ainsi à violer la loi internationale et domestique.

De plus, votre gouvernement et la Gendarmerie Royale du Canada (GRC) font une obstruction active à la justice en réduisant au silence des témoins du génocide et en détruisant des archives vitales, des sites de charniers et des preuves documentaires du génocide par l’État canadien et les Églises. Vous devez immédiatement cesser et vous désister de ces actions illégales et remettre toutes ces preuves à notre tribunal afin de permettre une totale transparence publique.

Finalement et comme corollaire à ces requis émergeant de votre statut en tant que co-conspirateur cité dans des crimes contre l’humanité, ni vous, ni aucun autre élu du gouvernement canadien ne doivent rechercher un autre mandat électoral dans les élections à venir du 21 octobre courant. Le faire, serait demander aux Canadiens de cautionner et de devenir des complices continuels de l’attitude criminelle de l’État canadien.

Et parce que nous sommes convaincus que ; « L’avenir de l’humanité passe par les peuples occidentaux émancipés de l’idéologie et de l’action coloniales, se tenant debout, main dans la main avec les peuples autochtones de tous les continents pour instaurer l’harmonie de la société des sociétés sur terre. Il n’y a pas de solutions au sein du système, n’y en a jamais eu et n’y en aura jamais ! »

Lectures complémentaires indispensables pour parvenir à cette société des sociétés ;

MEURTRE PAR DÉCRET – Le crime de génocide dans les pensionnats pour Indiens de 1840 à 1996 au Canada ;

Effondrer les empires coloniaux par apostasie collective en récusation de la Doctrine chrétienne de la découverte par Jo Busta Lally

Manifeste pour la Société des Sociétés du Collectif Résistance 71

Tous les autres PDFs ► https://jbl1960blog.wordpress.com/les-pdfs-realises-par-jbl1960/

JBL1960

Lettre ouverte à Justin Trudeau du Directoire du Tribunal International pour les Disparus du Canada (TIDC), 9 juillet 2019

Et parfait corollaire à la dernière mise à jour du Contre-rapport à la Commission Vérité & Réconciliation MEURTRE PAR DÉCRETLe crime de génocide dans les Pensionnats / Hôpitaux pour Indiens de 1840 à 1996 au Canada version PDF, traduit partiellement en français mais de manière substantielle par Résistance 71 en juin 2016 pour me permettre d’en réaliser une version PDF (N° 1 de 58 pages), que j’ai mise à jour le 8 juin dernier dans ce billet récapitulatif et très complet sur ce sujet ► Contre-rapport à la Commission Vérité & Réconciliation « Meurtre Par Décret » en français dernière version PDF mise à jour ► JBL1960

The International Tribunal for the Disappeared of Canada

Established on January 1, 2016 under the Law of Nations

Déclaration de Kevin Annett

Traduit de l’anglais par Résistance 71 en juillet 2019

Lettre ouverte à Justin Trudeau, premier ministre du Canada du directoire du Tribunal international pour les Disparus du Canada (TIDC)

9 juillet 2019

Monsieur le premier ministre,

Le mois dernier vous avez publiquement admis que le crime de génocide des peuples aborigènes a été perpétré au Canada. Votre manque à ajouter “… par l’État et l’Église du Canada” ne minimise en rien la responsabilité et la culpabilité de votre gouvernement et de ses associées les Églises, dans ce crime contre l’humanité et pour la mort d’innombrables hommes, femmes et enfants aborigènes.

En vérité, votre admission du crime de génocide amène ses inévitables conséquences en regard de la loi internationale et de la loi canadienne. La convention de l’ONU sur le crime et la prévention du génocide, ratifiée par le Canada en 1952, requiert maintenant que le Canada soit “mis en accusation et puni” pour ce crime. Cette poursuite judiciaire et cette punition doivent être mises en œuvre par des États signataires de la Convention et Membres de l’ONU, mais aussi par les citoyens canadiens en accord avec les principes légaux de Nuremberg et la Convention de la Cour Pénale Internationale, qui demandent que les citoyens ne soient pas les accessoires des crimes de leur propre gouvernement.

Le temps des paroles vides et des “enquêtes” de complaisance menées par les perpétrateurs même du crime est révolu. L’État canadien et ses complices dans le crime doivent maintenant être traduits en justice par la Communauté Internationale et par le peuple canadien lui-même. Et vous, Justin Trudeau, devez vous tenir comme premier accusé sur le banc de ce procès pour crime. Chose que vous savez pertinemment bien, puisque vous avez été publiquement inculpé le 7 juin courant et avez reçu une demande de comparution devant le Tribunal International, qui se réunira à Vancouver le 16 septembre de cette année.

En tant que co-conspirateur inculpé pour crimes contre l’humanité, vous et votre gouvernement devez vous réfréner de toute action supplémentaire qui aide et sert le génocide continuel des peuples aborigènes, ou qui le masque. Par exemple, votre gouvernement doit immédiatement arrêter de distribuer des statuts d’exonération d’impôt et des privilèges à vos co-conspirateurs dans le génocide, à savoir : l’Église catholique romaine, les Églises anglicane et unifiée du Canada et vous devez abroger le Concordat Financier du Canada avec l’Église de Rome ; car fournir à ces Églises de tels privilèges incite les Canadiens à financer des entités criminelles et ainsi à violer la loi internationale et domestique.

De plus, votre gouvernement et la Gendarmerie Royale du Canada (GRC) font une obstruction active à la justice en réduisant au silence des témoins du génocide et en détruisant des archives vitales, des sites de charniers et des preuves documentaires du génocide par l’État canadien et les Églises. Vous devez immédiatement cesser et vous désister de ces actions illégales et remettre toutes ces preuves à notre tribunal afin de permettre une totale transparence publique.

Finalement et comme corollaire à ces requis émergeant de votre statut en tant que co-conspirateur cité dans des crimes contre l’humanité, ni vous, ni aucun autre élu du gouvernement canadien ne doivent rechercher un autre mandat électoral dans les élections à venir du 21 octobre courant. Le faire, serait demander aux Canadiens de cautionner et de devenir des complices continuels de l’attitude criminelle de l’État canadien.

Monsieur le premier ministre, nous attendons dûment que vous-même et tous les membres de votre gouvernement obéissiez à ces demandes et aux diktats de la loi internationale et de la moralité.

À cette fin, une délégation du Directoire de notre Tribunal, escortée par des gardiens de la paix et des observateurs internationaux, se rendra à Ottawa le lundi 15 juillet 2019 afin de rendre public ces faits lors d’une conférence de presse et durant d’autres évènements publics. Nous requérons une réunion en votre compagnie ainsi que celle de votre cabinet à cette date ou autre proche de cette date afin de discuter de ces affaires et de nous assurer que vous obéirez aux requis de la loi internationale.

Nous avons demandé à notre secrétaire de terrain canadien, le révérend Kevin Annett, d’être présent durant ces évènements et la réunion avec vous. Ce dernier quart de siècle, le révérend Annett a mené une campagne de documentation et de mise en accusation pour crime de génocide au Canada. Il a fait ceci à grand risque et coût personnels et contre une campagne concertée de l’État canadien, des Églises et de la GRC qui ont perturbé son travail, traîné son nom dans la boue et lui ont retiré toute possibilité de vie décente, le privant de sa famille et de libertés civiles. Nous pensons très approprié qu’il soit présent.

Veuillez noter que tout manque de votre part ou de vos représentants de répondre à cette lettre ouverte et de notification sera pris en compte par les juges présidant au tribunal du 16 septembre devant lequel vous et vingt autres officiels, avez été légalement requis de comparaître.

Salutations,

Ellen Bradbury-Dufort, LL.B., M.A. (signed in the original)

Secretary and on behalf of The Directorate of the International Tribunal for the Disappeared of Canada

disappearedofcanada@gmail.com

www.murderbydecree.com 

cc : Reverend Kevin Annett, federal politicians, Cabinet Ministers, United Nations affiliates and the world media

La lecture, difficile, de ce Contre-rapport Meurtre Par Décret / Murder By Decree, est cependant  absolument indispensable si l’on veut vraiment enclencher un nouveau paradigme en lien avec les Natifs / Peuples premiers de tous les continents et debout, à leurs côtés.

Pas dans une semi-position dominante qui prévaudrait, encore, qu’aucune personne indigène traditionnelle ou Nation de pourraient être autorisées à survivre en dehors de la chrétienté et de sa Nation « blanche » comme c’est toujours le cas au Canada, aux USA, en Amérique du Sud, en Australie, Nouvelle-Zélande, Nouvelle-Calédonie, Asie en fait partout où « domine » la Doctrine chrétienne de la découverte, y compris sur le continent Africain, dans son entier.

Cette lettre ouverte réaffirme qu’aucun nouveau paradigme ne pourra être enclencher tant qu’un groupe d’individus se pensera supérieur à tous les autres parce qu’il est blanc et de surcroit chrétien !

Dans ce tout dernier PDF = Nous sommes TOUS des colonisés vous avez là une analyse sur le colonialisme et l’importance de ce qui peut nous aider à formuler cette pensée cruciale à mon sens et pour quiconque travaille à l’émancipation définitive de nos sociétés de la sclérose criminelle étatico-capitaliste pour enfin parachever notre humanité vraie, profonde et organique dans une société des sociétés affirmant notre être en lâchant prise de la tyrannie de l’avoir et de ses antagonismes factices inhérents que ;

« L’avenir de l’humanité passe par les peuples occidentaux émancipés de l’idéologie et de l’action coloniales, se tenant debout, main dans la main avec les peuples autochtones de tous les continents pour instaurer l’harmonie de la société des sociétés sur terre. Il n’y a pas de solutions au sein du système, n’y en a jamais eu et n’y en aura jamais ! »

Pour preuve, en France, avec Macron qui parachève l’Agenda oligarchique de dépopulation à marche forcée et qui démontre combien la déclaration de cette femme Mohawk, lors de la crise d’Oka en 1990 aux Québécois et Canadien de papier venus voir ce qu’il s’y passait était justement visionnaire de ce qui se passe aujourd’hui n’importe où ;

Regardez bien ce qu’il se passe ici, parce que quand ils en auront fini avec nous, (les Natifs) ce sera votre tour…

Et clairement aussi bien au Canada que partout dans le monde, si nous les laissons faire sans réagir, c’est bien ce qui va se passer, personne, absolument personne n’échappera aux griffes totalitaires du N.O.M. qui n’ont jamais été plus près de se refermer sur nous…

Jo Busta Lally

MàJ du 15/07/19

À relier avec ► Journée de la haine au Canada par Mohawk Nation News, 1er juillet 2019

Et ► Sur l’imposture du “droit à l’existence de l’État d’Israël” par Jeremy R. Hammond – Source FPJ – Traduction Le cri des peuples, 09/07/19

Le monde des Affaires Indiennes est plus important que General Motors ! Par Mohawk Nation News du 24 juin 2019

Nous sommes clairement à la croisée des chemins !

Il est temps de choisir si vous voulez rejoindre les cyborgs qui hanteront les prochaines Villes Connectées, ou Smart-Cities.

Ou si vous voulez nous rejoindre sur le chemin de la RÉSISTANCE et faire ainsi le P.A.R.I. d’une société sans/contre l’État !

Chers Racistes Zuniens ;

Vos voitures sont japonaises ;

Votre bière est allemande ;

Votre électronique est taïwanais ;

Votre mode est française ;

Votre pétrole vient d’Arabie Saoudite ;

Votre vodka est russe ;

Mais n’oubliez jamais que la Terre sur laquelle vous vivez est la nôtre…

Et il y a longtemps que la Nation Mohawk a choisi de suivre Kaianerekowa, La Grande Loi de la Paix, et de rester sur le chemin rouge de la résistance, nous invitant à la rejoindre pour avancer côte à côte, ensemble sur le chemin de la RÉSISTANCE…

Quand nos ressources seront épuisées, que feront les actionnaires ?

Le monde des affaires indiennes est plus important que General Motors

Mohawk Nation News du 24 juin 2019 | URL de l’article source en anglais ► http://mohawknationnews.com/blog/2019/06/24/indian-business-bigger-than-general-motors/

Traduit de l’anglais par Résistance 71 dans ► Résistance au colonialisme : Génocide et exploitation politico-économique… une affaire qui marche ! (Mohawk Nation News)

Pensez juste à l’existence des plus lucratives qu’a créée Onkwehonweh pour les envahisseurs illégaux (colons) : films, livres, écoles, livres scolaires, doctorats, universités, commissions, affaires judiciaires, juges, les sociétés d’aide à l’enfance, avocats millionnaires se spécialisant dans les affaires indiennes, les magasins d’adoption, police, prisons, des millionnaires non-natifs ayant des casinos sur les réserves, des millions de bureaucrates, des enquêtes, etc, etc… Sans nous, les indigènes, il n’y aurait pas d’activité économique dans bien des régions du monde. Ils ont volé toutes les ressources naturelles de l’Île de la Grande Tortue. Ils ne sont en rien ici sous la direction de la Grande Loi de la Paix (Kaianerekowa).

Celle-ci nous a enseigné de retourner dans nos esprits et de révéler les belles et naturelles choses à notre sujet et de notre connexion avec le monde. C’est le bon et droit chemin que nous essayons de maintenir propre. Les immigrants (colons) menacent toujours notre existence avec leur prêche et leur peur de la mort.

Nous étions des peuples sains jusqu’à l’invasion coloniale de ces immigrants (chrétiens d’Europe) illégaux. Ils feront tout pour owistah, l’argent. Nous partageons ensemble ce que l’Île de la Grande Tortue nous offre. C’est ça le concept “d’un plat, une cuillère”. La récompense est la même pour les enfants naturels de la création/nature et pour toute vie sur l’Île de la Grande Tortue. Les premières nations indiennes qui aident les envahisseurs illégaux sont “génocidées”.

La musique est le message des vrais peuples du monde et de toute vie naturelle. Nous regardons toute vie et nous sommes puissants tous ensemble. Nous nous sentons bien lorsque la Nature nous entoure.

Les programmes de contrôle des esprits de l’entreprise coloniale qu’est le gouvernement du Canada tente de nous endoctriner pour que nous imitions les envahisseurs colons. Les immigrants sur cette terre continuent de piller et d’abuser notre terre-mère.

Les envahisseurs psychopathes n’éprouvent aucun remord. Ils savent ce qui est bon ou mauvais, mais ils choisissent d’être contrôlés par leur veulerie anti-naturelle. On a à faire à des “menteurs, des voleurs et des tricheurs”. Nous voulons la vérité et la liberté. L’esclavage est le génocide. Tous les onkwehonweh du monde sont les peuples naturels et endémiques. Les envahisseurs illégaux continuent de mentir sans cesse à notre sujet. Guidés par leur haine, ils fouillent nos cultures pour voir ce qu’ils pourraient voler ou détruire. Ils refusent d’informer le monde qu’en fait nous sommes la propriété (NdJBL : comme la propriété privée n’existe pas dans la pensée et la philosophie amérindienne, cela s’entend dans le sens que les peuples originaires, ou Natifs, appartiennent à la création/Terre-mère, et non l’inverse, nuance de taille) de l’Île de la Grande Tortue, nous les peuples naturels ainsi que tout ce qui est dessus ou dessous. Leur propagande démente affirme qu’ils sont les “vainqueurs” et que nous sommes les “perdants”. Leur “conseil de guerre” qui siège au ministère des affaires indiennes complotent constamment contre nous et mesure les façons diverses de nous contrôler. Ils veulent toujours “réussir”, c’est à dire dans leur jargon, toujours faire plus de fric.

Nous sommes mandatés pour l’éternité à maintenir Kaianerekowa, la Grande Loi de la Paix et ce par quelque moyen nécessaire que ce soit. Ils doivent retourner chez eux. Nous n’avons absolument aucune confiance en ces envahisseurs. Nous serons qui nous sommes. Les immigrants illégaux ne peuvent pas être nous et ne le pourront jamais. Ils seront toujours des squatters sur cette terre. Ils veulent tout vendre, même les étoiles. Ils veulent aller exploiter l’espace après avoir exploité notre terre-mère.

La création nous fait. Les envahisseurs illégaux savent pertinemment que nous sommes partie intégrante de l’Île de la Grande Tortue et de ce monde naturel. Nous avons des devoirs envers notre mère et toute vie naturelle. Ils planifient constamment pour nous faire disparaître. Ils quitteront l’Île de la Grande Tortue et retourneront chez eux et nous continuerons de persévérer avec notre vie.

Nous, ainsi que toute vie, ne sommes que grosses commodités* exploitées par les immigrants colons, qu’ils vendent et détruisent, commodités bien plus importantes que General Motors (GM). Ils viennent parmi nous, prennent l’expérience, puis ont de gros boulots à enseigner à notre sujet pour le reste de leurs vies.

Nous devons vivre le rôle naturel qui nous a été assigné. Nous avons le don de la vie naturelle et nous le donnons librement.

Trudeau s’est récemment exclamé dans un rapport sur les femmes et jeunes-filles disparues et assassinées: “Nous ne pouvons pas imaginer ce que vous avez enduré. C’est si horrible.” La tentative de génocide ne marchera pas. Comme toute chose naturelle, nous sommes une formidable puissance.

Les immigrants/colons/envahisseurs ont un manque total de respect pour notre mère.

Résultat de recherche d'images pour

L’immense Russell Means a affirmé ceci : “Vous ne serez et ne demeurerez que des commodités aussi longtemps que l’empire existera…” ► Russell Means, Oglala, Lakota

Et aujourd’hui, nous avons absolument et le choix et les moyens de faire s’effondrer l’empire, tous ensemble ;

Descendants des colons/envahisseurs/exterminateurs, dont je fais partie.

Et descendants des peuples premiers/originaires/naturels, Natifs, indigènes, aborigènes de tous les continents dont Kahentinetha Horn fait partie…

Car nous pensons, elle comme moi, ainsi que R71 qui traduit, et toujours de plus en plus nombreux, que notre salut et l’avenir de l’Humanité, passe par les peuples occidentaux (nous TOUS) émancipés de l’idéologie et de l’action coloniales, se tenant debout aux côtés, et non plus au-dessus, des peuples autochtones de tous les continents pour instaurer l’harmonie de la société des sociétés sur Terre.

Par exemple, comme expliqué ICI, en retirant ou en faisant effacer notre nom des registres des baptêmes, en masse, (apostasie collective) ou en renonçant au baptême, en récusation de la Doctrine chrétienne de la découverte ► https://jbl1960blog.files.wordpress.com/2019/03/effondrer-les-empires-coloniaux-par-apostasie-collective-de-jo-busta-lally-mars-2019.pdf

Dans cette page de mon blog ► LES PDFs RÉALISÉ PAR JBL1960, vous trouverez, au format PDF, les raisons et les moyens de faire s’effondrer l’empire voire tous les empires…

JBL1960

Île de la Grande Tortue : Intérêt Indien contre l’assertion de la Couronne – Mohawk Nation News

La Nation Mohawk nous avait déjà invités à nous débrancher de la Matrix au lendemain du Brexit en juin 2016 ► Débranchons-nous de la Matrix !

Nous rappelant, entre autres, que nous sommes la seule espèce sur Terre à payer pour vivre comme pour mourir… Mais aussi combien nous étions libres de choisir l’amour et la paix. Alors qu’on nous impose la haine et la guerre ad vitam æternam…

Et hier, dans ce billet, sur un autre plan, je réitère cet appel à se débrancher, collectivement de cette Matrice qui, sinon, nous broyera ► Rouler exclusivement en tout électrique ?

La 7ème génération contre la solution finale – Mohawk Nation News, 27 mai 2019

Île de la Grande Tortue : Intérêt indien contre l’assertion de la couronne

Mohawk Nation News | Le 6 juin 2019 | URL de l’article source en anglais ► http://mohawknationnews.com/blog/2019/06/06/turtle-island-indian-interest-v-crown-assertion/

Traduit de l’anglais par Résistance 71 dans ► Résistance au colonialisme : Refus iroquois d’assertion de territorialité de la « couronne » sur leur terre (Mohawk Nation News)

Le traité international sur les droits civils et politiques dit ceci : “Tous les peuples ont le droit à l’auto-détermination. En vertu de ce droit, ils déterminent librement leur statut politique et poursuivent librement leur développement économique, social et culturel.”

Les immigrants (colons) ne possèdent rien. Ils piétinent nos droits pour se gaver et se bourrer les poches et ils paient les “Indiens de fort” [“premières nations”, “assemblée des premières nations”, “conseils de bandes” et autres entités nationales et territoriales dépendantes de l’État colonial] pour perpétrer le génocide. Ce mois-ci, ils espèrent pouvoir signer une fausse déclaration entre l’entreprise coloniale qu’est le gouvernement du Canada et ses marionnettes. Ils pensent qu’Onkwehonweh ne sera plus.

Lorsque les immigrants ignorent Teioateh, wampum deux rangées, le seul outil qui leur donne une quelconque légitimité “d’occuper”, de partager [sous condition] notre terre, ils doivent partir.

Nous sommes l’Île de la Grande Tortue !… Notre intérêt à la terre est caché par la fausse “assertion de la couronne” qui ignore le titre original d’Onkwehonweh placé ici par la création/nature. Nous sommes le peuple de toujours. Les immigrants signent l’accord cadre frauduleux et essaie par là de voler définitivement l’Île de la Grande tortue et de nous faire disparaître. Cette lettre a été envoyée avec accusé de réception à la reine d’Angleterre, au pape, aux sionistes [via leur organisation mondiale], au Canada. Au premier ministre, au parlement, aux ministères de la défense et de la sécurité nationale.

Lettre avec accusé de réception

Shekon tewatkwanonweraton,  tawetawata tekon tsi ni kari wane nahon Tewakariwa raneh tsi natetewa ereh. Aion karioni ne te ion kwa ta te nentsa wakon Ne takarihonniateh Wa tsiiakatenokonna renTeion tateh’nikon nare Ne tsi ion kwati raseronni en ion karonni Tsi nitsi ronneh sonkwe ta shon  ha

À :

– Reine Elizabeth Alexandra Mary Mountbatten- Windsor, Buckingham Palace, London, England , W1A 1AA United Kingdom

– Pape, jésuite Francis Jorge Mario Bergoglio

dob 17, December, 1936 Southern Hemisphere, Buenos Aires, Argentina Head of the Catholic Church and Sovereign Vatican City State

– World Zionist Organization Eitan Ori Behar, Director Center for Diaspora Communications and Countering World Zionist Organization Telephone: 02-620-2296 EitanB@wzo.org www.iZionist.org

– Government of Canada

Registered Number  0000230098 CANADA DC SIC:  8880 American Embassy 1746

Massachusetts Avenue, North West Washington, DC 20036 United States of America 

– The Prime Minister of Canada, Canadian Confederation July 1, 1867 Office of the Prime Minister 80 Wellington Street Ottawa, Ontario, K1A 0A2 Canada facsimile:  613-941-6900

– National Security and Defense The National Guard 

Parliament Hill Ottawa, Ontario 

Canada K1A 0A2 information@forces.gc.ca 

RE : en skweh ia ra kwen

 Je sous-signé(e),______________________________, en tant que Kanienkaha de Kaianere kowa Kanonsesne (peuple originel libre de l’Île de la Grande Tortue), clarifie à votre entité que toutes positions que vous prenez sur votre chemin ne doit pas croiser mon chemin et ne s’applique en rien aux Iroquois. Le cadre de droit et de réconciliation que votre corps gouvernant tente de mettre en place, les conseils de bandes indiens résultant de l’Indian Act (loi sur les Indiens) ainsi que l’Assemblée des Premières Nations sont en interférence directe avec la voie tracée par le traité du Wampum Deux Rangées. Vos ancêtres comme les nôtres ont beaucoup sacrifié pour en arriver à cet accord.

Vos sujets sont en violation de Teioateh (wampum deux rangées) utilisant ce processus d’accord  et durant cette violation continuelle de notre accord originel (NdT : qui date de 1701) ; nous continuons de vivre selon cette accord, côte à côte et en paix. Nous ne demandons que restaurer la paix qui a été brisée. Il apparaît clairement que la chaîne d’argent symbolisant cet accord se doit d’être nettoyée. Nous ressentons un besoin immédiat de redresser cette violation de notre relation et donc de l’accord originel.

Skennen (Paix)

Post Office Box 3, kawehno:ke email : ritasageloc@gmail.com

Lectures complémentaires en version PDF ;

La City de Londres ; Au cœur de l’empire ;

Les confessions d’un évêque jésuite par le Dr. Alberto Rivera ;

Meurtre Par Decret – Le crime de génocide dans les Pensionnats pour Indiens de 1840 à 1996, dernière version mise à jour ;

La Grande Loi de la Paix ► Kaianerekowa ;

Païens en Terre promise, décoder la doctrine chrétienne de la découverte de Steven Newcomb ;

Effondrer les empires coloniaux par apostasie collective ou renonciation au baptême en récusation de la Doctrine chrétienne de la découverte par Jo Busta Lally ;

Retrouvez dans cette catégorie de mon blog ► PEUPLES PREMIERS tous les billets en liens avec les Natifs, Nations Premières, de tous les continents.

Et pour prolonger la réflexion, vous pouvez faire une lecture miroir avec ce billet ► Meurtre de masse sans conséquences au Canada, comment détrôner le mensonge ? Kevin Annett, 1er juin 2019

Jo Busta Lally

Illustration choisie : Interprétation artistique montrant une île ayant pour base le dos d’une tortue. (© Katalinks/Dreamstime) issue de ce site ► https://www.thecanadianencyclopedia.ca/fr/article/ile-de-la-tortue

Contre-rapport à la Commission Vérité & Réconciliation « Meurtre Par Décret » en français dernière version PDF mise à jour

En lien avec l’actualité au Canada ► Meurtre de masse sans conséquences au Canada, comment détrôner le mensonge ? Kevin Annett, 1er juin 2019

De Justin Trudeau ► Justin « WaterHole » Trudeau verse des larmes de crocodile sur les viols, la stérilisation et/ou l’assassinat des gardiennes de la Terre…

Et aux USA : «Génocide» autochtone : l’Organisation des États américains veut une enquête

La conclusion qu’il y a eu «génocide» au Canada contre les Autochtones, plus particulièrement les femmes et les filles, alerte l’Organisation des États américains (OEA).

Le secrétaire général de l’organisation, Luis Almagro, a fait parvenir une lettre à la ministre canadienne des Affaires étrangères, Chrystia Freeland, pour lui communiquer sa «profonde consternation».

Dans cette missive datée de lundi dernier, il lui propose ainsi officiellement la création d’un groupe interdisciplinaire d’experts indépendants afin de «clarifier les accusations et les dénonciations de génocide».

Car «la communauté des Amériques et la communauté internationale ne peuvent rester indifférentes face à la simple présomption qu’il y a eu crime de génocide contre des femmes et des filles autochtones dans votre pays», écrit M. Almagro.

«Considérant que votre pays a toujours appuyé les enquêtes internationales dans des situations où des droits humains sont bafoués dans divers pays, je m’attends à recevoir une réponse positive à cette requête», poursuit-il dans cette lettre partagée sur Twitter.

Au bureau de la ministre Freeland, on a accusé réception du document. «Nous avons reçu la lettre du secrétaire général Almagro et répondrons à cette demande sous peu», a déclaré Adam Austen, son porte-parole.

«Le Canada est un ardent défenseur de l’ordre international fondé sur des règles et des institutions multilatérales qui le sous-tendent, notamment l’OEA, dont nous sommes fiers d’être un membre actif», a-t-il ajouté.

Le secrétaire général a fait cette suggestion dans la foulée de la publication du rapport de l’Enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées, qui en est venue à la conclusion qu’il y avait eu «génocide planifié».

Les commissaires ont dû justifier l’emploi du terme, qui est loin de faire l’unanimité et qui a en quelque sorte occulté le reste du document d’environ 1200 pages, qui contient 231 recommandations.

Pour étayer son raisonnement, la commission a produit un rapport supplémentaire intitulé «Une analyse juridique du génocide». On y retrouve des arguments de droit international, notamment ceux des Nations unies.

Hier, en conférence de presse à Vancouver, le premier ministre Justin Trudeau a indiqué qu’il acceptait les constats faits par les commissaires, incluant celui «que ce qui s’est passé équivaut à un génocide».

Le NPD talonne le gouvernement

Après la période de questions en Chambre, aujourd’hui, la députée néo-démocrate Jenny Kwan a tenté d’obtenir le consentement unanime pour déposer une motion réclamant du gouvernement qu’il reconnaisse le génocide.

La démarche a échoué ; selon le Nouveau Parti démocratique (NPD), l’opposition est venue des banquettes libérales.

Sinon, concernant la demande d’enquête formulée par l’OEA, le porte-parole de la formation en matière d’affaires étrangères, Guy Caron, a invité le gouvernement fédéral à offrir sa collaboration.

«De la même manière que le Canada fait souvent la leçon aux autres pays en matière de droits de la personne, je m’attends à ce qu’il soit imputable pour les accusations qui le visent à ce chapitre», a-t-il exprimé dans une déclaration écrite transmise à La Presse.

Le Canada est devenu un État membre de l’Organisation des États américains en 1990. L’institution compte 35 États membres indépendants des Amériques et a octroyé le statut d’observateur à 69 États et à l’Union européenne. Source LA PRESSE.CA du 5 juin 2019

Contre-Rapport à la Commission Vérité & Réconciliation : Meurtre Par Décret – Le crime du génocide au Canada, version PDF N° 1 de 58 pages (publié en juin 2016 et à télécharger gratuitement) de la traduction partielle, mais substantielle, en français par Résistance 71 du CR à la CV&R  « Murder By Decree » (400 pages) publié le 1er mars 2016 et dans sa dernière version que je viens de mettre à jour ;

Meurtre Par Décret – Le crime de génocide, dans les Pensionnats pour Indiens de 1840 à 1996 au Canada

DOSSIER MEURTRE PAR DÉCRET

Selon le Rapport de la CV&R : « Les peuples autochtones ont assez souffert, nous avons le devoir moral et historique de reprendre le flambeau de leurs luttes » Manon Massé, députée à l’Assemblée nationale du Québec, Portail Québec.

Image associée

Rapport de la commission vérité et réconciliation du Canada : Génocide des Premières nations

Finis les enquêtes et les débats. Les constats sont faits et les recommandations formulées. Il est urgent de passer à l’action. Par Prof. Jules DufourMondialisation.ca, 07 juin 2015 (NdJBL : Heureusement qu’il était urgent de passer à l’action, hein ?)

Absolument rien ne changera tant que ce seront les mêmes qui planifieront les génocides et en même temps dirigeront les États et nos vies…

Selon moi, il est urgent que Luis Almagro lise ce Contre-Rapport, ainsi que Manon Massé et un paquet d’autres…

“Le génocide ne veut pas nécessairement dire la destruction immédiate d’une nation entière… c’est plutôt un plan coordonné de différentes actions visant à la destruction des fondations essentielles à la vie des groupes nationaux ayant pour but l’annihilation de ces groupes eux-mêmes.” ► Michael Lemkin, 1944

La définition originale de Michael Lemkin du génocide ne faisait aucune mention de “l’intentionnalité” en regard du crime. Pour lui, l’intention n’était pas le facteur, le génocide était simplement une action, “la destruction d’un groupe” et cet acte de destruction en lui-même démontrait et impliquait l’intention de commettre un crime simplement parce que bien des personnes y participaient de manière consistance avec un résultat meurtrier évident. […] À la fois les gouvernements canadien et américain travaillèrent d’arrache-pied pour faire réviser la définition originale de Lemkin afin de se protéger eux-mêmes de toute inculpation quant à leurs propres crimes de guerre domestiques. Ils accomplirent cela principalement en insérant la phrase suivante dans la version écrite de la définition du génocide : “Le génocide veut dire l’intention de détruire en totalité ou en partie, tout groupe national, ethnique, racial ou religieux…” Bref, le génocide fut retranscrit comme étant non pas une action, mais une intention une position absurde tout autant que légalement insupportable, que d’affirmer que lorsqu’un homme tue quelqu’un puis le vole, le crime n’a pas été le meurtre en lui-même mais l’intention de l’homme de tuer. Cette redéfinition auto-gratifiante fut adoptée dans la mouture finale de la Convention sur le Crime de Génocide de l’ONU en 1948. Depuis ce temps, les gouvernements et les Églises impliqués dans l’acte de génocide se sont lourdement reposés sur cette “pirouette légale intentionnelle” comme barrière de sécurité contre leur propre mise en accusation, spécifiquement en Amérique du Nord (Canada, États-Unis, Mexique). (Page 13)

Et il est urgent de rappeler à ce Luis Almagro les déclarations du Capitaine Richard Pratt, fondateur de l’École Pensionnat pour Indiens Carlisle, 1892 en Pennsylvanie ; il faut « tuer l’indien pour sauver l’homme » et je rajoute blanc et de surcroit chrétien…

Par ailleurs, il faut rappeler à toutes ces personnes que ce crime de génocide a été planifié et mise en œuvre de 1820 à 1980 sur tout le territoire des États-Unis ► MEURTRE PAR DÉCRET dans les Pensionnats pour Indiens de 1820 à 1980 aux USA (article datant de juillet 2017) et si : enfin il semblerait qu’une procédure d’enquête prenne forme pour rechercher le crime génocidaire contre les enfants autochtones des nations originelles aux États-Unis, enfants qui furent, comme au Canada, arrachés à leurs familles et incarcérés dans des pensionnats gérés par le gouvernement fédéral et les églises. Des dizaines de milliers d’entre eux ont « disparu » entre 1820 et les années 1980.

Il est important qu’une enquête soit menée de manière indépendante sans s’en remettre ni aux autorités fédérales qui masquent le crime depuis plus de 100 ans, ni à l’ONU, inféodée à l’empire par le financement de ses divers commissions et groupes de « recherche ». Quoi qu’il en soit, il ne faut plus lâcher l’affaire.

Dans ce Contre-rapport, à de très nombreuses reprises, est prouvé l’action combinée des Églises, de l’État et de la Gendarmerie Royale du Canada ; “… pour envahir, traquer, capturer, vaincre et subjuguer tous les Sarrasins, païens et autres ennemis du Christ où qu’ils soient et de réduire leurs personnes en esclavage perpétuel…” Bulle pontificale Romanus Pontifex, autorisant la conquête et le génocide du monde non-chrétien (1455)

Page 42 : Compris sous cette lumière, la “réconciliation” entre le Canada colonial blanc et ses victimes autochtones devient bien plus clair ; non pas comme un acte de reconnaissance mutuelle amical, mais bel et bien comme la réaffirmation de l’autorité canadienne et de la domination sur les Indiens qui ont osé accuser et poursuivre en justice leurs bourreaux de l’Église et de l’État. Le simple fait que personne jusqu’ici n’a été conduit devant les tribunaux au Canada pour la mort de quiconque des plus de 50000 enfants indiens assassinés dans les pensionnats, prouve que ces morts ne sont absolument pas considérées comme un crime. Le véritable crime est de révéler ce qu’il s’est vraiment passé et une telle rébellion se doit d’être “réconciliée” au travers de l’humiliation publique et l’admission par les rebelles de leur tort et non pas celui des dirigeants.

Page 53 : Le ciblage des femmes aborigènes traditionnelles pour l’assassinat est évident avec la disparition de Wendy Poole à la fin des années 1990. Wendy fut une des premières victimes de la série de meurtres s’étant tenue dans le Centre-Est de la ville de Vancouver. Elle n’était pas seulement une des anciennes de clans au pouvoir héréditaire, mais elle était aussi liée à une famille politiquement militante qui avait combattu le gouvernement pendant des années pour des droits sur les sols, son oncle Art Napoléon avait tenté d’établir la souveraineté pour sa bande de Cree du lac Moberly et avait repris la plupart de la terre de ce territoire. […] Ainsi, le massacre continuel de femmes et d’enfants aborigènes fut réduit par le gouvernement et sa pressetituée aux faits entourant le cas de l’affaire du “tueur fou” supposé Willie Picton.

Page 54 : Le trafic d’enfants au-delà du monde autochtone : […] La collusion directe de politiciens canadiens avec des réseaux de trafic et de viols d’enfants gérés par l’Église catholique fut révélée par un ancien policier de Cornwall en Ontario du nom de Perry Dunlop. Au début des années 1990, Dunlop tomba par hasard sur un réseau massif de violeurs d’enfants sévissant au sein de la communauté locale des services sociaux, des juges, des prêtres et des hommes d’affaire, mais il fut ordonné par sa hiérarchie de cesser son enquête. Lorsqu’il continua néanmoins, il fut réprimandé et harcelé par ses supérieurs au sein de son département d’enquête, il fut éventuellement viré de son travail et condamné à 6 mois de prison pour refus de coopération avec un système élaboré de maquillage du cercle de trafic juvénile de Cornwall. Au cours de son enquête, Dunlop trouva que le nonce du pape (ambassadeur) au Canada était personnellement intervenu pour réduire au silence les victimes de Cornwall et pour corrompre les policiers en charge d’enquêtes. Il découvrit aussi que ce cercle de trafic d’enfants faisant partie d’un réseau bien plus vaste au-delà des frontières.

En résumé, page 55 : Le ciblage délibéré de femmes autochtones liées au système traditionnel politique matriarcal et à ses leaders traditionnels est tout à fait évident et est devenu institutionnalisé au travers du soi-disant Agenda 21 de l’ONU mis en place par l’ANP et par lequel, sur et hors des réserves, ces individus traditionnels et leurs familles sont ciblés, harcelés, attaqués, tués, marginalisés et forcés à vivre dans la pauvreté, la maladie et l’errance sans-abri. Cette forme de massacre néocolonial est même encore plus évident sur les réserves gérées de manière médiévale sous la loi coloniale, ce partout au Canada.

Mais pas seulement au Canada… Il en est de même aux États-Unis, au Mexique, en Amérique Latine, en Australie, en Nouvelle-Zélande

En fait partout où les empires coloniaux ont développé/imposé la Doctrine chrétienne de la découverte, et donc sous domination de l’empire colonial français, cette doctrine a toujours cours, dans tous les DOM-TOM, y compris en Kanaky et sans oublier le continent Africain

Comme il est dit en forme de conclusion dans ce Contre-rapport ; De manière très claire, nous avons besoin d’un changement fondamental !

Bref, une révolution sociale de très grande envergure est requise afin de répondre et de remédier justement aux crimes et leurs conséquences : rien de moins que le démantèlement du Canada, de ses Églises et des pouvoirs qui les soutiennent à Londres et à Rome (La City de Londres et sa Banque d’Angleterre/Vatican), quelque chose d’autre que ceci n’est ni un remède ni un acte de justice, sous un système qui continue de perpétrer les mêmes crimes génocidaires.

Ce rapport n’est pas l’endroit propice pour énoncer chaque aspect de cette révolution nécessaire, à l’exception de noter qu’à moins que les attitudes et l’esprit qui sont responsables de la normalisation du génocide par le Canada ne soient pas changés, rien ne bouleversera et remédiera au problème. La possibilité d’une telle révolution morale interne est entre les mains des Canadiens ordinaires.

C’est entre les mains de nous tous, en fait, puisque nous sommes tous des colonisés. Aussi, luttons ensemble contre cette même oligarchie qui nous oppresse tous depuis bien trop longtemps !

Jo Busta Lally