Les scouts de l’Amérique par Mohawk Nation News via R71 & mon grain de sel…

Ou ma petite flamme plutôt ;

Soyons les étincelles capables d’embraser l’empire !

Car telles des milliers de lucioles, aux côtés des peuples autochtones de tous les continents, nos petites flammes seront capables d’embraser tous les empires…

“Dans la loi naturelle, chaque chose est à sa place, où est le mal ? Il n’y a pas de mal dans la nature. Vivre en suivant la loi naturelle, nous percevons les choses pleinement au travers de nos sens, nous développons une pleine et riche appréciation du monde réel qui nous entoure, pour ce que nous expérimentons quotidiennement dans nos vies… Pour la réalité.”

~ Russell Means ~

Kahentinetha de la Nation Mohawk prolonge sa réflexion après avoir affirmé et expliqué pourquoi AMERIGO DOIT PARTIR !

Résistance au colonialisme : Sortir de la torpeur idéologique et de la peur (Mohawk Nation News)

Les éclaireurs de l’Amérique

Mohawk Nation News | 24 août 2017 | URL de l’article original en anglais ► http://mohawknationnews.com/blog/2017/08/24/scouts-of-america/

Traduit de l’anglais par Résistance 71 – URL de l’article ► https://resistance71.wordpress.com/2017/08/28/resistance-au-colonialisme-sortir-de-la-torpeur-ideologique-et-de-la-peur-mohawk-nation-news/

Les immigrants se disputent au sujet d’une pureté raciale immorale sur notre terre. Ils ont tout volé, nous ont assassiné pour ce faire et veulent que cela passe inaperçu.

Les fascistes ne sont pas intéressés à gagner une bataille ni dans la liberté d’expression ni dans de justes procès. Ils ont des intentions assassines et œuvrent pour le mondialisme sous le contrôle du petit nombre.

La résistance et la légitime défense sont de notre devoir pour protéger la terre et le peuple. Leurs agents à chemise brune ou noire ne viendront pas à notre secours. Charlottesville fut une opération psychologique afin de diviser les gens et pour les faire se battre les uns contre les autres.

Leur scenario est de nous faire peur et de nous briser. Ils ont peur d’entrevoir la vérité à leur propre sujet. Bien malheureusement,  nos longues maisons (NdT : habitations traditionnelles iroquoises et par extension le lieu des assemblées populaires et des réunions de conseils) ont été infiltrées par de fausses croyances qui minimisent Kaianerekowa ou la Grande Loi de la Paix, qui est fondée sur l’authentique philosophie naturelle. Les adorateurs du culte religieux de Handesome Lake sont trop fainéants pour penser par eux-mêmes.

Tout comme les éclaireurs qui aidèrent l’armée à nous attaquer, ils sont utilisés jusqu’à ce qu’ils ne soient plus utiles. Lorsque Géronimo fut arrêté et envoyé en prison, ces éclaireurs furent emprisonnés avec lui.

Ils suivent leur leader fasciste qui est formé à conditionner leurs esprits avec des pensées de chaos et de destruction. La photo du leader et sa voix sont constamment flashés dans les médias afin de conditionner les masses.

Ils sont confortables à suivre un leader prédateur. Ils les attire et les insulte pour qu’ils fassent ce qu’on leur dit de faire. L’intonation calculée de la voix du leader crache des mensonges, des ordres et des fausses nouvelles. Il annonce la haine du jour à la foule ignorante, debout dans la pénombre et buvant chacune de ses paroles.

Ces suiveurs qui sont allongés au sol, saignant, se lèvent et prétendent que rien ne leur est arrivé ainsi le leader ne passe pas pour avoir tort. Photos ops et manchettes de journaux.

Il rappelle à tout le monde qu’il possède la bombe qui peut annihiler le monde. La Russie, la Corée du Nord et d’autres ont aussi la bombe.

Il profère de fausses accusations diabolisantes contre quiconque le critique.

Beaucoup d’Américains sont SDF, ont faim, sont sans emploi ou en prison. Ils ont peur d’être poussés dans un autre monde, parmi des étrangers, sans argent. Leur vie n’a aucun sens sans leur leader prédateur.

Ils ne peuvent pas échapper à l’humiliation d’être virés, insultés et étiquetés comme terroristes.

~~~~►◄~~~~

Et en regard, de la dernière analyse sémantique de Steven Newcomb : Si nous demandons sur quelle base nos nations originelles sont dites obligées d’accepter sans rien dire les idées que l’invasion de l’homme blanc a créé dans le passé, la réponse est en fait assez simple : Les colonisateurs ont mentalement créé la vision [opinion] que leur dieu chrétien a rendu l’homme blanc “supérieur” et destiné à régner sur nos vies en créant tout un système de domination pour nous isoler et nous dominer. Les colons s’attendirent ensuite  à ce que nos ancêtres acceptent l’idée que “l’activité mentale imaginative” des colons fut la cause en quelque sorte de l’obligation de nos ancêtres d’accepter et de se conformer à cette activité mentale imaginative des colons.

Parce qu’aujourd’hui règne une acceptation générale des idées et arguments colonisant que les colons européens chrétiens créèrent il y a des siècles, il est typiquement assumé que nous, les peuples natifs, avons hérité de nos ancêtres, une obligation d’accepter servilement les idées et les jugements de domination des colonisateurs. En se référant à ces idées et jugements de l’homme blanc colonisateur comme étant “la loi” ou “la loi internationale”, les descendants actuels des colons ont rendu le système de domination colonial comme étant valide et non questionnable. Ceci veut dire que c’est maintenant à nous de décider comment et sur quelle base allons-nous défier les idées et jugements coloniaux.

Et si nous commencions déjà par montrer qu’il n’existe absolument pas de droit de domination ► Steven Newcomb a cracké les codes ! Preuve en est que nous avons les moyens de sortir de la torpeur idéologique et de la peur pour faire tomber l’empire anglo-américano-christo-sioniste juste en leur retirant notre consentement d’un coup sec soit juste en disant NON, ça suffit ; STOP !

▼▼▼

D’autant que de nombreux « scouts et éclaireurs » qui se sont éveillés comme Vincent Emanuele, Mike Prysner, tous deux ex-vétérans de guerre US, on appelé les Zuniens de papier, descendants des colons/envahisseurs/exterminateurs à se réveiller à leur tour pour dire NON à la guerre perpétuelle et surtout cesser de se croire des êtres supérieurs…

▼▼

Aussi, toutes les analyses, aussi justes soient-elles, comme la dernière de Pepe Escobar  du 21 août source Sputniknews via Entelekia sur Le Saker Francophone :

« Je quitte la Maison-Blanche et je pars en guerre pour Trump, contre ses opposants – au Capitole, dans les médias et dans l’Amérique des multinationales. » 

C’est ce que l’ex-stratège en chef de la Maison-Blanche, Steve Bannon, a dit au téléphone à l’auteur du livre sur la façon dont Bannon/Machiavel avait conquis la Maison-Blanche au nom du Prince, Donald Trump. URL de l’article LSF ► http://lesakerfrancophone.fr/bannon-le-barbare-vire-au-thermonucleaire

Ne pourront rien changer au fait que le temps de la décolonisation est venu !

Il n’y a pas de solutions au sein du système, la preuve par la dernière analyse de Pepe Escobar ; Car c’est encore et toujours sous le prisme de l’esprit de l’homme blanc à l’origine de la Loi Fédérale Indienne et dans une Amérique colonialiste, messianique, eugéniste et raciste qui veut continuer à dominer le monde sur une terre volée aux Natifs et Nations premières puisqu’il fut simplement implicitement compris qu’aucune personne indigène traditionnelle ou nation ne devaient être autorisées à survivre en dehors de la chrétienté et de sa nation « blanche » depuis 1492 et pour les siècles et les siècles…

Si on ne leur retire pas notre consentement ; Maintenant !

JBL1960

Illustration issue de l’article original de MNN de Mike Lukovich – Altlanta Journal du 27/08/2015 :  « Je soutiens votre stand de DROIT DE NAISSANCE & DU CITOYEN ► Préparez-vous pour votre expulsion ou est-ce un problème d’immigration ? »

 

Publicités

Steven Newcomb a cracké les codes !

Faisons péter les derniers verrous !

Côte à côte, épaule contre épaule ;

Faisons tomber l’empire anglo-américano-christo-sioniste ;

Sans arme, ni haine ni violence !

Parce que ça c’est leur truc aux Zélites psychopathes, et en France on a BabyMacDeRoth pour exécuter leur PLAN !

Plaçons-nous sous KaianerekowaLa Grande Loi de la Paix.

Qu’est-ce qu’on risque ? Sinon de réussir ?

Parce que ce qui se profile c’est juste ► APOCALYPSE NOW ! NON ?

Colonialisme, empire, sémantique et hégémonie culturelle (Steven Newcomb)

Au sujet des idées qui ont émergées de la mentalité envahissante des colonisateurs

Steven Newcomb | 4 août 2017 | URL de l’article source ► https://indiancountrymedianetwork.com/news/opinions/ideas-emerged-invading-mentality-colonizers/

Traduit de l’anglais par Résistance 71 ► URL de l’article ► https://resistance71.wordpress.com/2017/08/26/colonialisme-empire-semantique-et-hegemonie-culturelle-steven-newcomb/

Il y a plusieurs années, j’ai écrit au sujet d’une déclaration faite par L.C. Green dans son livre : The Law of Nations and the New World (1989). Dans une section titrée “Saisies de territoire dans l’Amérique coloniale”, le professeur Green disait qu’il était devenu “de plus en plus commun d’assumer pour les peuples aborigènes et ce depuis la fin de la seconde guerre mondiale, dans une variété de pays incluant le Canada, qu’ils sont les véritables propriétaires souverains des territoires qu’ils occupent.”

En réponse à cette assertion, Green disait que “Les peuples aborigènes (sa propre terminologie) tendent à ignorer le fait que le titre d’état ne dépend pas de la coutume locale ou de la morale, mais de la loi internationale.” Étant donné que le système politique appelé “l’État” est un système de domination. L’expression de Green dans sa phrase “le titre d’état” est en fait plus précisément le “titre de domination”.

Parce que le terme de “souverain” se traduit pas “dominor” en latin, ce qui est “dominateur” en anglais/français, la phrase de Green “les véritables propriétaires souverains” est en fait “les véritables dominateurs” (“dominorum”).

Quoi qu’il en soit, Green a esquivé le fait que les idées qu’il appelle “la loi internationale” ont émergé de l’esprit et du langage de “l’homme blanc” colonisateur. Green semble suggérer que seul l’esprit du colonisateur doit décider si des nations originelles du continent sont “les véritable propriétaires souverains” de leurs territoires traditionnels. Il semble même suggérer plus avant que les colonisateurs envahisseurs ont décidé il y a des générations de cela et que les nations originelles de ce continent ne sont pas les véritables propriétaires souverains de leurs territoires et que nous, peuples natifs, sommes maintenant et pour toujours sellés de cette décision faite par les colons.

Voici comment je lis et interprète l’argumentation de Green : Lorsqu’il s’agit d’évaluer les droits territoriaux des nations originelles et des peuples de ce continent, ces sujets ne seront JAMAIS décidés sur ce que nos ancêtres pensaient eux-mêmes de tout cela. Au lieu de cela, tout sera toujours décidé selon ce que les ancêtres de l’homme blanc pensaient et assumaient. C’est comme si Green disait que les idées de l’homme blanc devront prévaloir de manière PERMANENTE en tant que système de domination exercé sur nos nations et sur leurs territoires.

Pour être précis, Green n’a pas utilisé l’expression “homme blanc” dans ses écrits. Mais il a dit à un moment donné, “il est nécessaire de regarder l’histoire de l’établissement [colonial] vers l’ouest et la base légale de l’appropriation de territoire et de la souveraineté dans la loi internationale.” J’interprète ceci comme voulant dire qu’afin de répondre correctement aux questions au sujet des nations originelles de ce continent, “l’homme blanc” colonisateur doit observer les idées appelées “loi internationale”, créée par ses ancêtres. Green dit de surcroit que “la loi internationale telle qu’on la connaît aujourd’hui” est le résultat du “développement de la pratique des états chrétiens européens”. De manière plus spécifique, ceci réfère à ce qui était connu collectivement à l’époque comme la “chrétienté” ‘“christendom” en anglais ou “domination chrétienne”) ou “la communauté des richesses chrétiennes”,

Il y a une conséquence pour assumer que les nations et peuples natifs sont obligés d’obéir aux idées et aux jugements que les hommes blancs européens chrétiens ont créés il y a longtemps et légués à leurs descendants. Cette obligation assumée interdit les idées et les jugements créés par nos ancêtres, nos nations et nos peuples. Green apparaît dire que seules les idées du colonisateur seront utilisées pour juger si les idées des colonisateurs du passé étaient valides. En d’autres termes,, comme les colonisateurs du passé assumèrent que leurs idées, leurs jugements et leurs arguments étaient valides, nous sommes maintenant obligés d’accepter cette vision que leurs idées et arguments passés étaient et sont valides aujourd’hui, que nous sommes liés par cet état de fait.

Si nous demandons sur quelle base nos nations originelles sont dites obligées d’accepter sans rien dire les idées que l’invasion de l’homme blanc a créé dans le passé, la réponse est en fait assez simple: Les colonisateurs ont mentalement créé la vision [opinion] que leur dieu chrétien a rendu l’homme blanc “supérieur” et destiné à régner sur nos vies en créant tout un système de domination pour nous isoler et nous dominer. Les colons s’attendirent ensuite  à ce que nos ancêtres acceptent l’idée que “l’activité mentale imaginative” des colons fut la cause en quelque sorte de l’obligation de nos ancêtres d’accepter et de se conformer à cette activité mentale imaginative des colons.

Parce qu’aujourd’hui règne une acceptation générale des idées et arguments colonisant que les colons européens chrétiens créèrent il y a des siècles, il est typiquement assumé que nous, les peuples natifs, avons hérité de nos ancêtres, une obligation d’accepter servilement les idées et les jugements de domination des colonisateurs. En se référant à ces idées et jugements de l’homme blanc colonisateur comme étant “la loi” ou “la loi internationale”, les descendants actuels des colons ont rendu le système de domination colonial comme étant valide et non questionnable. Ceci veut dire que c’est maintenant à nous de décider comment et sur quelle base allons-nous défier les idées et jugements coloniaux.

Et si nous commencions déjà par montrer qu’il n’existe absolument pas de droit de domination.

◄|►

La Nation Mohawk, peuples naturels de l’île de la Grande Tortue, a plus directement  argumenté hier que AMERIGO devait partir !

Et Peter d’Errico de de nous alerter sur les peuples autochtones et insulaires du détroit de Torres qui sont prêts à reconnaître une souveraineté partagée avec les envahisseurs coloniaux parce que même les envahisseurs –à l’heure actuelle- sont nés de la terre, sont « attachés à cela », et « doivent un jour revenir » …  dans les mêmes terres ► La Déclaration d’Uluru – Peter d’Errico, le 22 août 2017.

Steven Newcomb quant à lui, utilise le droit, la sémantique pour cracker les codes de la colonisation, de la doctrine chrétienne de la découverte, du droit de domination nés des cerveaux malades des hommes en jupe d’abord et transmis par l’esprit de l’homme blanc ensuite dès octobre 1492 dans tout le Nouveau Monde par les premiers colons/envahisseurs/exterminateurs. Légitimés et sécularisés en 1823 par le Juge Marshall dans l’affaire Johnson vs McIntosh et totalement réaffirmer par Trump qui déclare ne pas vouloir choisir son Klan !

Steven Newcomb –  Universitaire, juriste, chercheur et écrivain Shawnee-Lenape – Auteur du livre : « Pagans in the Promised Lands : Decoding the Doctrine of Christian Discovery » et grâce aux larges extraits de traduction de l’anglais au français par Résistance71 en version PDF {N°4} de 45 pages ici ► « Païens en Terre Promise décoder la Doctrine Chrétienne de la Découverte » nous emmène toujours plus loin dans la sémantique, car les mots sont une arme et bien utilisés ils nous permettront CONJOINTEMENT (Natifs ou non) de faire tomber TOUS les empires en retirant notre consentement, d’un coup sec sous les pieds de l’Oligarchie régnante et un chouïa aux abois quand même pour finaliser le Plan qui a toujours été de « Tuer l’Indigène pour sauver l’Homme » Blanc et de surcroit Chrétien et cela fut rendu possible avec la mise en place des Pensionnats pour Indiens dès 1820 et jusqu’en 1980 aux USA, et dès 1840 et jusqu’en 1996 au Canada

Par ailleurs, Steven Newcomb est cofondateur et codirecteur de l’Indigenous Law Institutehttp://ili.nativeweb.org/   Et producteur du film documentaire, The Doctrine of Discovery : Unmasking the Domination Code, dirigé et produit par Sheldon Wolfchild (Dakota) avec une narration de Buffy Sainte-Marie (Cree)

Et c’est pourquoi nous pouvons ainsi affirmer et argumenter ;  ICI & MAINTENANT, que le temps de la décolonisation est venu.

NOUS, les peuples occidentaux émancipés de l’idéologie et de l’action coloniales tenons-nous aux côtés et main dans la main avec les peuples autochtones de tous les continents pour instaurer l’harmonie de la Société des sociétés sur Terre…

Sinon c’est la guerre perpétuelle avec le risque réel de se faire éparpiller façon puzzle par les psychopathes aux manettes pour qui de toutes façons nous sommes trop nombreux sur la Terre !

Il est temps de leur rappeler que NON justement, ce n’est pas leur terre et un empire sans terre est un empire à terre…

JBL1960

 

 

Vrais chiffres du chômage de 07/2017 par Patdu49 + les délires de Jupiter 1er

Parce que c’est notre « PrrrooOoojeeEettt !!! »

Et parce que je le veau bien !

Oui je sais ça s’écrit pas comme ça, mais BabyMacDeRoth démontre juste qu’il marche dans les pas de son père, Toumou Savamieu ;

Après le coiffeur de Hollande, la facture de maquillage de 26.000 euros d’Emmanuel Macron

PRESTATION DE LUXE    L’Élysée devra s’acquitter des 26.000 euros dus à la maquilleuse professionnelle pour ses prestations assurées durant les trois premiers mois de la présidence d’Emmanuel Macron Source 20 Minutes du 24 août 2017

«23 SMIC sur le visage» Tandis que les politiques se sont emparés de la polémique, l’Élysée a également réagi et assure que les frais de maquillage d’Emmanuel Macron, de 26 000 euros pour trois mois, sont dus à l’«urgence» de la situation ; Source Russia Today du 25 août 2017 ► https://francais.rt.com/france/42442-frais-maquillage-macron-sont-dus-urgence-moment-elysee

En confirmant au passage qu’il a bien été mis là pour nous péter les gencives !!!

Ah bon ? L’urgence de la situation n’est pas la baisse du chômage ? Euh… Non… Pourquoi ?

~~~~▼~~~~

Vrais chiffres chômage juillet 2017 ;

46700 chômeurs de plus, malgré 323200 radiations ce mois

Patdu49 | Vendredi 25 août 2017 | URL de l’article ► http://www.agoravox.fr/actualites/economie/article/vrais-chiffres-chomage-juillet-196146

6 665 300 privés d’emploi et travailleurs occasionnels officieux, toutes catégories confondues, + 4 800 000 environ d’invisibles qui n’entrent pas ou plus dans les statistiques officieuses ( chiffres détaillés bas de page ).

Total : toujours + de 11 MILLIONS de chômeurs en France (fourchette basse), et autant de pauvres largement sous les seuils de pauvreté

Radiations des listes A,B,C,(D,E) de Pôle Emploi par motifs, moyenne mensuelle (basée sur 1 trimestre) de Juillet 2017 :

- Défauts d’Actualisation (bugs informatiques + oublis + des découragés non indémnisés) : 221 600, 41,4 % des sorties des listes. (- 0,6 % sur 1 an)

- Radiations Administratives (les punis) : 50 800, 9,5 % des sorties. (+ 1,2 % sur 1 an)

- Autres Cas (morts, suicidés, emprisonnés, expulsés etc) : 50 800 et 9,5 % des sorties. (- 1,7 % sur 1 an)

soit 323 200 radiés des listes (60,4 % des sorties) ce mois (moyenne mensuelle sur 1 trimestre) pour autres motifs que :

- Stages parking : 60 700, 11,3 % des sorties. (-30,5 % sur 1 an)

- Arrêts maladie, maternité, départs en retraite : 43 700, 8,2 % des sorties. (+ 9 % sur un an)

- Reprises d’emploi déclarées : 108 200, ne représentent que 20,2 % des sorties des listes de pôle emploi. ( + 6,3 % sur 1 an )

Demandeurs d’emploi par catégories :

  • A : 3 518 100 +1 % ( + 0,1 % sur 1 an ).
  • B : 748 300 +3 % ( + 2,9 % sur 1 an ) travailleurs pauvres moins de 78 heures.
  • C : 1 355 000 +0,1 % ( + 11,8 % sur 1 an ) travailleurs pauvres de + de 78 heures.
  • D : 283 800 -4 % ( – 6,7 % sur 1 an ) stages parking, occupationnels etc.
  • E : 422 700 -0,1 % ( – 2 % sur 1 an ) contrats aidés etc.

TOTAL : 6 327 900 ( données corrigées ), hors DOM TOM, soit + 2,2 % sur 1 an, 46 700 chômeurs de +, par rapport à juin.

TOTAL, dom-tom compris : 6 665 300

Quelques chiffres qui parlent :

Chômage Longue durée (entre 2 et 3 ans) : – 0,7 % sur 1 an.
Chômage Très Longue Durée + de 3 ans : + 3,9 % sur 1 an.

Chômage des 50 ans et +, + 6,3 % sur 1 an.

1 chômeur inscrit à pôle emploi sur 2 (48,95 %) ne perçoit AUCUNE INDEMNITÉ, ni ARE (allocation retour à l’emploi), ni allocation de solidarité (ASS, AER)

Le + scandaleux, LE CHÔMAGE INVISIBLE, complètement en dehors des statistiques :

Ne sont pas comptés dans ces 6 665 300 demandeurs d’emploi et travailleurs pauvres occasionnels :

1 000 000 foyers bénéficiaires du RSA, en effet sur 1 820 000 environ de foyers (dernier chiffre connu), seuls 820 000 environs sont inscrits à Pôle Emploi, les autres bénéficient d’autres suivis (associations, collectivités locales, etc.) en sachant qu’un foyer bénéficiaire, comporte parfois + d’un demandeur d’emploi en son sein, donc si on parle en nombre d’individus c’est pire.

1 200 000 de foyers bénéficiaires de la prime d’activité (qui remplace le RSA activité qui sont donc sortis des statistiques RSA) environ, sur les 2,5 millions au total (dernier chiffre connu) de bénéficiaires (160€ en moyenne par foyer) , sont en recherche d’emploi stable et non précaire.

+ encore 1 100 000 au bas mot, sur les environs 2 millions de bénéficiaires de l’AAH ou d’une pension d’invalidité, qui ne sont pas inscrits à Pôle emploi, malgré une aptitude et un désir d’accès à un emploi adapté.

+ encore 1 500 000 de SANS-DROITS, qui sont principalement :

- des jeunes de moins de 25 ans, primo demandeurs d’emploi, qui comme vous le savez n’ont même pas droit au RSA. (quasi unique en Europe), favorisant délits, crimes, trafics, prostitution, esclavagisme moderne, radicalisations etc.

- des sans droits, pour motif, dépassement des plafonds de ressources dans le foyer, exemple, votre conjoint(e) perçoit 700€ d’allocation chomage, ou 808,46€ d’allocation adulte handicapé, vous n’aurez même pas droit au RSA, car vous dépasserez le plafond couple qui est de 679,43€ par mois, si vous êtes NON SDF.

- des bénéficiaires de pensions de reversions ( veufs, veuves ) de 55 ans et +, qui dépassent les plafonds du RSA ( 473,50€ pour une personne seule ), et qui n’ont pas l’âge pour prendre leur propre retraite ou pour percevoir le minimum vieillesse ( 65 ans ) qui s’appelle aujourd’hui « A-S-P-A » (allocation solidarité aux personnes âgées), qui est récupérable sur le patrimoine, au décès.

- des bénéficiaires de pensions alimentaires qui dépassent les plafonds du RSA (plafonds 2 fois inférieurs aux seuils de pauvreté, une véritable honte)

- des étudiants, boursiers ou non, qui cherchent des petits jobs alimentaires, qui sont donc bien demandeurs d’emploi, en concurrence avec les autres (même si beaucoup sont aussi exploités en stages sous payés, voire gratuits).

- des auto-entrepreneurs, qui ne gagnent rien ou presque, et sont demandeurs d’emploi en parallèle.

– on peut parler également de retraités qui cherchent un emploi car leur retraite ne couvre pas les charges fixes pour survivre ( loyer, énergie, assurances, voiture, téléphone, eau, nourriture, santé (lunettes, dentiste ..) incalculable.

Faites le calcul vous même, on arrive au total, à + de 11 MILLIONS de demandeurs d’emploi en France, et travailleurs pauvres occasionnels.

Sources :   Rapport complet de la DARES de 13 pages (et non pas le simple communiqué de presse envoyé aux médias) : http://dares.travail-emploi.gouv.fr/IMG/pdf/di_2017-053-lala39bim59.pdf

Rendez-vous le mercredi 27 septembre 2017, pour avoir les vrais chiffres du chômage de aout 2017.

~~~~▲~~~~

Les VRAIS CHIFFRES DU CHÔMAGE de PATDU49 depuis 12/2015 ICI

Voilà pourquoi il était urgent pour les Zélites dont BabyMacDeRoth est le meilleur Bien-Zélé qui soit de ;

  • Baisser les APL de 5 € pour TOUS ! Vous allez pas chialer pour 5 € non ?
  • Supprimer les CAE-CUI pour nous les gueux qui de toute façon ne sommes RIEN
  • Supprimer l’ISF pour les plus riches enfin oui mais non mais si… Enfin on ne sait plus… Tentative d’explication .
  • Et c’est pas fini… ICI &

Et de raconter n’importenawak sur le chômage justement, mais franchement, faut pas s’étonner car il va toutes nous les faire…

TOUTES !

La fake news du professeur Macron sur le chômage en France

La réalité, c’est que la France est la seule grande économie européenne qui n’a pas gagné face au chômage de masse.

Emmanuel Macron

Hé Manu ?

  Hé tu descends ?

Et pourquoi faire ???

Voilà pourquoi, à mon sens, il est vain de vouloir à tout prix combattre l’État, ses institutions comme ses pouvoirs régaliens en exigeant que ces guignols nous rendent des comptes, finissent en prison. Pour les remplacer par d’autres guignols, y compris François Asselineau, parce qu’on a pas besoin d’eux ;

« Le pouvoir réside dans le peuple ! »

Prise de conscience individuelleprise de conscience collectiveboycott et organisation parallèledésobéissance civileréorganisation politico-socialechangement de paradigme.

IGNORONS L’ÉTAT ET SES INSTITUTIONS

Créons les bases solidaires de la Société des sociétés organique ► Réfléchissons et agissons en une praxis commune ► Adaptons le meilleur de l’ANCIEN au monde d’aujourd’hui

Je préfère cette utopie qu’il ne tient qu’à nous de transformer en réalité, que le cauchemar absolu qu’on nous impose, à la schlague, avec ce demi-dieu autoproclamé de Jupiter 1er

JBL1960

Lectures connexes et ad hoc ;

Exemple de Charte Confédérale en 13 points par Michel Bakounine et véritable alternative pour se gérer hors État et ses institutions coercitives et obsolètes. En version PDF {N°30} de 7 pages ► EXEMPLE DE CHARTE CONFÉDÉRALE

Le Sublime d’Errico Malatesta et en version PDF {N° 32 } de 55 pages ► L’Anarchisme de la Théorie à la pratique

Mon billet d’hier  AMERIGO DOIT PARTIR ! par Mohawk Nation News – Traduit et complété par JBL parce que la solution concerne tous les PEUPLES du monde !

L’illustration de ce billet est de ► Délirius-fake.com « La Vérité si je mens » nouvelle version

AMERIGO DOIT PARTIR ! par Mohawk Nation News – Traduit et complété par JBL

Qui veut la PAIX ► Prépare la PAIX

Et non la Guerre perpétuelle… Ad Vitam Æternam soit pour les siècles et les siècles…

Alors que nous pouvons nous lever ; TOUTES & TOUS et juste dire NON !

KAHENTINETHA de Mohawk Nation News nous propose dans son article original cette magnifique chanson « Prière des Mères » des femmes juives, palestiniennes croyantes ou pas toutes vêtues de blanc et qui se sont levées et mises EN MARCHE pour la PAIX !

Et ici sur ce blog ► AMÉRINDIENS + PALESTINIENS = MÊME FLAMME

CAR = NOUS SOMMES LA SOLUTION !

RIEN, absolument rien ne nous empêche de ressentir cet appel, de nous lever et d’enclencher un nouveau paradigme TOUS ensemble et pour instaurer la société des sociétés sur Terre-Mère côte à côte avec tous les peuples autochtones de tous les continents, NOUS les peuples occidentaux émancipés de l’idéologie et de l’action coloniales !

« AMERIGO » DOIT PARTIR

Mohawk Nation News | 20 août 2017 | URL de l’article original en anglais ► http://mohawknationnews.com/blog/2017/08/20/amerigo-has-to-go/

Traduit de l’anglais par Jo Busta LallyJBL1960

Nous, onkwe-hon-weh le peuple naturel de l’île de la Grande Tortue, avons le devoir de protéger notre Terre-mère.

La dénomination sociale de ono-ware-keh est « America/Amérique », nommée ainsi par Amerigo Vespucci :  « et nous nous sommes dirigés vers l’Espagne, avec 222 détenus esclaves; Et nous sommes arrivés au port de Cadix le 15 octobre 1498, où nous avons été bien accueillis et où nous avons vendus nos esclaves (p. 20-22).

Pour décoloniser [NdJBL : décolonisation concertée de tous les continents ► le temps de la décolonisation est venu] ; toute la vérité sur Amerigo Vespucci   doit être exposée et le nom «Amérique» doit disparaitre de tout et à jamais. Tous les livres, chansons – comme « God Bless America » – films, émissions télévisées, billets faisant référence à l’Amérique, toutes les dénominations corporatives contenant «Amérique» doivent être dissoutes et les continents et les noms de lieux originaux naturels restaurés.

Nous, les peuples originels, nous devons nous référer à nous-mêmes par nos noms et clans originaux et leurs appellations natives inhérentes, plutôt que par des noms étrangers ou des personnages étrangers ou des personnages de films.

Le fleuve Saint-Laurent s’appelle en réalité  kaniatarawano-onwe, c’est la grande rivière des peuples naturels de la terre.

La vérité historique de toutes choses, doit être connue par tout le monde.

L’intérêt « INDIEN » est à chaque centimètre de l’hémisphère occidental qui n’a jamais été cédé légalement par les peuples originels. Le titre est détenu par les « Mères de clans » et les conseils de femmes [NdJBL : Société régit matrilinéairement] au nom des enfants à venir.

Quelques blancs racistes (suprématistes) qui chantent : « Nous voulons que notre pays soit de retour ! » n’obtiendront rien, à moins qu’ils se réfèrent à leur « mère-patrie » ou à leur patrie d’origine.

Le script Hollywoodien de l’Histoire est… TERMINÉ !

CLAP DE FIN…

“En leur cœur même, les États européens et leur progéniture coloniale personnifient toujours les mêmes impulsions destructrices et irrespectueuses qu’il y a 500 ans… Au moment du premier contact avec les Européens, la très vaste majorité des sociétés natives américaines étaient parvenues à la véritable civilisation: Elles n’abusaient pas de la planète, elles promouvaient la responsabilité commune, elles pratiquaient l’égalité des sexes dans les relations quotidiennes et elles respectaient la liberté individuelle.” …

“La tradition indigène du continent américain voit le gouvernement comme étant le pouvoir collectif des membres individuels de la nation, il n’y a pas de séparation entre la société et le pouvoir. Le leadership s’exerce en persuadant les individus d’immerger leur pouvoir autogestionnaire dans l’intérêt du bien commun. Par contraste, dans la tradition européenne, le pouvoir est abandonné aux représentants d’une majorité politique, dont les décisions sur ce qu’ils pensent être bon pour l’intérêt général sont ensuite imposées aux citoyens.”

~ Professeur Taiaiake Alfred, université de Victoria, Canada ~

Depuis le XIIème siècle, les nations iroquoises suivent Kaianere’ko:wa et ne sont plus jamais entrées en guerre l’une contre l’autre, même lorsque les Français et les Anglais parvinrent à s’allouer des alliances différentes parmi les nations iroquoises (seule la nation Mohawk demeura liée aux Britanniques, tant il lui fut très difficile de pardonner aux Français leur première rencontre qui vit alors Samuel de Champlain et ses hommes ouvrir le feu sans raison, si ce n’est celle d’impressionner les “sauvages”, sur des Mohawks venus à leur rencontre tuant d’entrée de jeu plusieurs personnes dont un chef…), les nations iroquoises bien que soutenant des parties opposées de la belligérance, ne se combattirent jamais et en cela ne faillirent jamais à la Grande Loi de la Paix.

Originellement, Kaianere’ko:wa fut récité en tant que tradition orale et chaque article (il y en a 117 en tout) fut consigné dans un wampum ou “ceinture” de nacre de coquillages colorée différent, représentant de manière codifiée la teneur de l’article. Régulièrement (tous les cinq ans dans l’ère moderne), un des chefs du grand conseil récite l’histoire de la création de Kaianere’ko:wa et récite les 117 wampums afin de toujours rafraîchir mémoire et tradition. Le récitant récite trois jours durant jusqu’à quasi-épuisement chaque jour.

Kaianere’ko:wa ou grande Loi de la Paix est une charte confédérale expliquant le fonctionnement non hiérarchique et non-coercitif de la société. Kaianere’ko:wa est un témoignage particulier toujours vivant et actuel sur le bienfondé des résultats de recherche d’anthropologues politiques comme Pierre Clastres et Marshall Sahlins, que nous avons cité, traduit et publié abondamment sur ce blog, démontrant l’existence intrinsèque pour et par elle-même, des sociétés dites “primitives”, pré-étatiques pour les structuralistes ou pré-capitalistes pour les marxistes, fonctionnant de manière non politiquement divisée, avec une chefferie n’ayant aucun pouvoir, où la démocratie participative est absolue, les décisions étant prise à l’unanimité et où les rapports de production si chers aux marxistes sont inexistants pour la simple et bonne raison que ces sociétés fonctionnent volontairement en sous-production et refusent l’exploitation du grand nombre par le plus petit nombre.

La charte confédérative est fondée sur le droit naturel et la trilogie de concepts fondateurs : Paix, Pouvoir et Droiture.

Chaque décision prise unanimement et dont les chefs de clans, de nations et de la confédération ne sont que les porte-paroles des peuples décisionnaires, est prise en fonction de ces seuls trois critères directeurs :

  • Paix : notre décision collective maintiendra-t-elle la paix, évitera t’elle les conflits ? Comment résoudre un conflit émergent ?
  • Pouvoir : Les chefs ne décident pas, ils rendent compte. Seul le peuple a le pouvoir et les chefs ne font que rapporter la décision prise collectivement et en accord avec les “Mères de clans” et les conseils de femmes dans une société régit matrilinéairement.
  • Droiture : Notre décision est-elle cohérente avec la préservation de notre Terre-Mère et que penseront nos descendants non-nés de la 7ème génération de la décision que nous prenons aujourd’hui ? Pourront-ils nous la reprocher sachant que notre devoir est de préserver la paix et notre Terre-Mère.

◄|►

Résistance71 a traduit en français cette charte confédérative, et je l’ai réunifiée dans un PDF {N°21} de 27 pages ► LA GRANDE LOI DE LA PAIX ; Que vous pouvez lire, télécharger ou imprimer gratuitement et qui constitue, selon nous, un texte politique fondateur, non pour en prôner une application Per se, à nos sociétés qui sont culturellement et structurellement différentes de la société iroquoise, mais pour l’étudier et adapter ce qui est adaptable notamment dans le domaine de l’horizontalité de la prise de décision politique et du schéma de la chefferie sans pouvoir. Une charte de ce style a non seulement un impact sur le processus politique d’une société, mais aussi sur le processus économique et donc écologique. Il est également à noter le processus politique par des femmes et des conseils des femmes, dans une société matrilinéaire et égalitaire.

Lectures connexes conseillées ;

La Déclaration d’Uluru de Peter d’Errico d’ICMN traduction + analyse JBL1960

Il y a longtemps que Trump a choisi son Klan !

SEULE L’OMBRE SAIT ! Par Mohawk Nation News – Traduit et complété par JBL1960

Vers un programme d’études des Nations Autochtones en Californie par Steven Newcomb

Le gouvernement des États-Unis ne veut pas se détacher des doctrines fondées sur la religion et la suprématie blanche chrétienne, qui, jusqu’à ce jour, sont toujours regardés comme “la loi suprême de la terre” et toujours utilisés quotidiennement contre nos peuples et nations natifs.Johnson vs McIntosh Monument de papier de la suprématie blanche… Steven Newcomb

JBL1960

Source de l’illustration ► Thoughtco.com

La Déclaration d’Uluru de Peter d’Errico d’ICMN traduction + analyse JBL1960

Peter d’Errico  est diplômé de l’école de droit de Yale en 1968.  Il a été avocat du personnel à Dinébe’iiná Náhiiłna be Agha’diit’ahii Navajo Legal Services, 1968-1970, à Shiprock.

Il a enseigné des études juridiques à l’Université du Massachusetts, Amherst, 1970-2002.

Il est avocat-conseil en questions autochtones.

Peter d’Errico sur lequel je me suis appuyée, entre autres, pour tenter d’expliquer pourquoi, à mon sens,  le temps de la décolonisation était venu nous livre ici une analyse au scalpel sur notre nécessité à rompre absolument avec le cycle, mortifère, de la colonisation pour engager une décolonisation concertée. Cette indispensable césure, nous pouvons, nous devons l’engager ensemble : Nous, les peuples occidentaux émancipés de l’idéologie et de l’action coloniales, debout, main dans la main avec les peuples autochtones de tous les continents pour instaurer l’harmonie de la société des sociétés sur Terre !

Et ça urge un peu quand même…

LA DÉCLARATION D’ULURU : Lutter pour une souveraineté sans domination

Peter d’Errico | Le 17/08/2017 | URL de l’article original en anglais ► https://indiancountrymedianetwork.com/news/opinions/uluru-statement-grappling-sovereignty-without-domination/

Traduit de l’anglais par Jo Busta Lally ► JBL1960

Comment la souveraineté des Autochtones d’un «temps immémorial»  peut-elle coexister avec la souveraineté britannique créée il y a 200 ans ?

«La souveraineté est un phénomène particulièrement étrange. … Il y a une incertitude déconcertante quant à ce que c’est exactement, ou où se trouve-t-elle, ou qui l’a et qui ne l’a pas, ou d’où elle est venue en premier lieu, et encore moins ce qui se passe maintenant ? A écrit RBJ Walker dans un essai de 1996, espace / temps / souveraineté.

La déclaration de Walker résonne aujourd’hui. Le monde voit des énigmes de souveraineté croissantes, y compris des « guerres humanitaires »: Les nations bombardent d’autres nations au nom de la protection des droits de l’homme ; L’éclipse économique des frontières politiques de l’État par les sociétés transnationales ; Et les crises écologiques qui ne connaissent aucune frontière d’état. Dans ce maelström, les Peuples indigènes se lèvent, exigeant l’autodétermination dans le cadre global de l’État-nation des Nations Unies.

The Economist a récemment déclaré : « Les Australiens devraient bientôt avoir la chance de voter sur [une] modification constitutionnelle concernant les droits ancestraux …, reconnaissant en quelque sorte les aborigènes comme premiers Australiens. Mais la question d’intense débat est, jusqu’à quel point faudra-t-il remonter ?

Lors de la Convention constitutionnelle nationale des Nations premières à Uluru en mai 2017, il a été proposé lorsque les délégués ont appelé à « Makarrata » -de se « rassembler pour combattre » – que ce soit réalisé par la « voix des Premières nations consacrée dans la constitution ».

La Déclaration d’Uluru reproduit les énigmes de la souveraineté. Elle affirme que :  «L’aborigène et l’insulaire du détroit de Torres … la souveraineté … n’a jamais été cédée ni éteinte et coexiste avec la souveraineté de la Couronne.»

La Déclaration demande alors : «Comment pourrait-il en être autrement ?» Mais, je demande, comment La souveraineté des Autochtones peut-elle être d’une part «d’un temps immémorial» et de l’autre coexister avec la souveraineté britannique créée il y a 200 ans ? Que signifie la « coexistence » de ces souverainetés ? Si le colonialisme signifie une invasion, les peuples d’origines conservent leur souveraineté, comment arriver à la conclusion que les deux coexistent, surtout lorsque l’envahisseur revendique une souveraineté dominante et essaie d’éradiquer les peuples d’origines ? La question fait écho au casse-tête posé par les programmes de «réconciliation» comme ceux au Canada, dans lesquels les envahisseurs coloniaux – qui ont rejeté une approche conciliante depuis le début – demandent aux peuples originaux de pardonner, d’oublier et de travailler dans le système de l’État canadien. Une vision sceptique ne considère pas cela comme une résolution du colonialisme, mais comme un autre effort d’assimilation.

Nous avons besoin d’un examen plus approfondi de la souveraineté si nous voulons résoudre ces questions. Comme l’a dit Carl Schmitt dans son essai classique de 1922, «Théologie politique», «Une jurisprudence qui concerne les questions quotidiennes ordinaires n’a pratiquement aucun intérêt pour la notion de souveraineté. Notre seule préoccupation est la reconnaissance (en tant que Nations souveraines) ; Tout le reste n’est que « perturbation ». [NdJBL : Jupiter 1er, en France, dirait du « pipi de chat »…]

La définition classique de l’État de «souveraineté» comme «pouvoir coercitif suprême» ne fournit pas un modèle approprié aux peuples non étatiques. Les premiers colons arrivant sur ce continent recherchaient des «rois» indigènes et présumèrent que les «chefs» étaient des monarques, sans comprendre les méthodes d’autodétermination des peuples autochtones. Plus tard, les négociateurs des traités américains ont insisté pour que les peuples autochtones adoptent des formes monarchiques.

Le général Sherman, en 1868, par exemple, en négociant le retour du peuple Navajo dans ses terres d’origines, a exigé que les Navajos nomment dix d’entre eux comme  «hommes principaux» (en français on dirait des chefaillons) et que ces 10 hommes principaux «sélectionnent un chef». Lorsqu’ils se « choisirent »  Barboncito  ;

Sherman a déclaré : « Maintenant, à partir de ce moment-là, vous devez faire comme Barboncito vous le dit, c’est avec lui que nous traiterons et tout cela pour votre bien. Lorsque vous partez d’ici et retournez dans votre propre pays, vous devez faire ce qu’il vous dit, et lorsque vous arrivez dans votre pays, vous devez lui obéir ou il vous punira, s’il n’a pas le pouvoir de le faire, il demandera aux soldats et c’est eux qui le feront. « 

Les États-Unis ont donc imposé une forme monarchique de gouvernement, soutenue par les puissances américaines de l’armée, sur la Nation Navajo. Un demi-siècle plus tard, le Congrès des États-Unis (sous son prétendu «pouvoir plénier» sur les Indiens) a promulgué la Loi sur la réorganisation des Indiens de 1934, qui a fait comme son nom l’indique : La réorganisation des peuples autochtones, cette fois sous le modèle d’administration du conseil des entreprises, en violation des formes traditionnelles qui n’impliquaient pas le « vote » et la « représentation ».

Les critiques  les plus courantes des doctrines dites «normales» du «pouvoir plénier» du droit fédéral des États-Unis et de la «confiance» portent généralement sur la «perturbation» (contestation) de la théorie de la souveraineté des États-Unis, exposant la loi fédérale indienne comme une conséquence de la «découverte chrétienne» à ce jour,  fondement juridique des revendications des États-Unis de domination sur les peuples autochtones et leurs terres. Selon la loi indienne fédérale, les peuples «tribaux» ont une forme de souveraineté moindre, qui n’est pas en fait la souveraineté, mais la dépendance. Comme l’a déclaré un tribunal fédéral en 1973, «une tribu indienne est souveraine dans la mesure où les États-Unis lui permettent d’être souveraine, ni plus ni moins» [États-Unis c. Blackfeet Tribe]. Sur la base de cette théorie, les États-Unis ont forcé les peuples autochtones à sortir de leurs terres, sapé leurs organisations sociales et gouvernementales et ont refusé de reconnaître leurs pouvoirs d’autodétermination d’origine.

La Déclaration d’Uluru suggère une notion de souveraineté comme une vie commune ou partagée et non la suprématie et la domination : «Cette souveraineté est une notion spirituelle ». Le lien ancestral entre la terre ou la« mère nature »et les peuples aborigènes et insulaires du détroit de Torres qui en sont nés , restent attachés à cela, et doivent un jour y retourner pour être unis à nos ancêtres. Ce lien est la base de la propriété du sol, ou mieux, de la souveraineté « [emphase dans le texte original].

Nous pouvons lire la Déclaration d’Uluru comme une nouvelle phase dans l’autodétermination qui s’écarte des définitions classiques du pouvoir suprême, de la domination et de la supériorité. Cette possibilité mérite une réflexion approfondie, non seulement pour résoudre la colonisation australienne, mais aussi un réexamen du nœud gordien de la souveraineté de l’État qui lie la politique mondiale dans une situation à somme nulle : chaque État a le droit suprême de contraindre l’obéissance ses Sujets et de s’engager dans des conflits avec tous les autres états. Thomas Hobbes a déclaré que l’«état de la nature» était une «guerre de tous contre tous» ; La preuve ici que c’est tout le contraire : la civilisation d’État produit des guerres universelles et sans fin.

Si je le lis bien, les peuples autochtones et insulaires du détroit de Torres sont prêts à reconnaître une souveraineté partagée avec les envahisseurs coloniaux parce que même les envahisseurs –à l’heure actuelle- sont nés de la terre, sont « attachés à cela », et « doivent un jour revenir » …  dans les mêmes terres. Mais nous devons être prudents ; Les insultes persistent et l’appel de la Déclaration d’Uluru pour «une place légitime dans notre propre pays [et] le pouvoir sur notre destinée» [emphase originale] entre en collision avec l’affirmation selon laquelle ces changements obligeront « nos enfants … à marcher dans deux mondes … ».

La Déclaration d’Uluru suggère : « Une expression plus complète de la nationalité australienne« , mais exprime » les aspirations à une relation juste et véridique avec les habitants de l’Australie « [emphase rajoutée].

Les commentateurs australiens ont saisi l’opportunité d’une telle Déclaration qui signifie que les peuples autochtones et les habitants des îles du détroit de Torres sont prêts à céder leur autodétermination originale pour une assimilation dans l’État australien. Comme l’a dit un chroniqueur du journal australien, « il n’y a pas deux côtés. Nous sommes tous des Australiens. » Un autre commentateur – un professeur de droit et conseiller de la Convention des Premières Nations d’Uluru – a également pris une position d’inclusion : « les premières communautés politiques du continent, dont l’âge est compté en millénaires plutôt qu’en décennies, cherchent à obtenir une reconnaissance appropriée au sein de l’association fédérale australienne. Certes, les formes de reconnaissance recherchées par les Nations premières ne sont pas identiques à celles dont bénéficient les États et les territoires autonomes. Mais ils partagent sans aucun doute l’esprit fédéral qui sous-tend l’ordre constitutionnel australien ».

Les opinions inclusionistes peuvent atténuer les angoisses des colons coloniaux, mais cela a-il un sens pour les peuples autochtones? Et la combinaison de l’idée que les Nations Premières  «ne sont pas identiques … aux États» dans «l’esprit fédéral … de l’ordre constitutionnel australien» signifient-il quelque chose de différent de l’effort persistant du colonialisme pour assimiler ce qu’il ne peut pas éradiquer ? Aujourd’hui, les théoriciens autochtones réaffirment la «souveraineté». Mais la question de la définition – «quelle est exactement la souveraineté ?» – persiste. Qu’en soit, et de quelle manière, les peuples autochtones et insulaires du détroit de Torres peuvent intégrer toute forme de souveraineté dans une autodétermination partagée reste une question sans réponse. L’énigme de base reste : comment définissons-nous «le peuple», la communauté et l’identité politique sans invoquer les termes de domination ?

~~~~▲~~~~

Lectures connexes ;

https://jbl1960blog.wordpress.com/2017/03/21/la-reponse-de-laustralie-a-la-doctrine-de-la-decouverte-par-steven-newcomb/

https://jbl1960blog.wordpress.com/2016/10/20/ni-verite-ni-reconciliation-ni-reddition/

Tout comme Steven Newcomb, Peter d’Errico s’engage sur un plan juridique, légal, pour faire tomber l’empire anglo-américano-christo-sioniste qui au N.O.M. de la Doctrine Chrétienne de la Découverte entend bien mettre tout le monde sur un plan d’égalité et pourvu que rien ne change !

« NOUS SOMMES TOUS AUSTRALIENS » qui disent, surtout nous, les blancs hein ?

Mais nous le voyons bien actuellement au CANADA, comme aux ÉTATS-UNIS, en AFRIQUE DU SUD il n’est pas question d’abandonner l’idée que l’esprit de l’homme blanc est et doit rester supérieur, puisqu’il a de toute façon été pré-établi que l’homme qui n’est pas blanc est inférieur. Pire, Jules Ferry en 1885 a déclaré que « Les races supérieures ont un droit vis à vis des races inférieures ». Et ne croyez pas que cela est dépassé, car je vous rappelle un extrait du discours d’un certain François Fillon sur la colonisation, dans « ses » terres de la Sarthe (sic) : La France n’est pas coupable d’avoir voulu faire partager sa culture aux peuples d’Afrique, d’Asie et d’Amérique du Nord Source Marianne.

C’est pourquoi il est impossible à Donald Quicksilver Trump de renier l’héritage suprémaciste qui l’a porté au pouvoir d’ailleurs, et aussi bien les BUSH père et fils, qu’Oblabla, ne trompent absolument personne en venant bramer que l’Amérique n’est pas raciste !

Ah bon ? Vraiment ?

Le Président Andrew Jackson ; Le héros et modèle de Donald Trump, qu’il a maintes fois cité et vanté est le président américain Andrew Jackson, deux mandats entre 1829 et 1837. Voici ce qu’en dit l’Historien des États-Unis, Howard Zinn : « C’était Andrew Jackson. Il fut un spéculateur foncier, un marchand, un marchand d’esclaves et l’ennemi le plus agressif des Indiens de toute la jeune histoire des États-Unis. Il devint le héros de la guerre de 1812, qui ne fut pas comme le disent les livres d’histoire, seulement une guerre contre l’Angleterre pour la survie de la nation américaine, mais une guerre expansionniste d’une nouvelle nation, vers la Floride, le Canada et dans les territoires indiens. […] Si vous lisez les manuels d’histoire, vous y trouverez Jackson l’homme de l’expansion vers l’Ouest, Jackson le soldat, le démocrate et l’homme du peuple, mais jamais Jackson le spéculateur foncier, le bourreau des soldats dissidents ou l’exterminateur d’Indiens… »

Jackson est l’instigateur de l’Indian Removal Act ou loi sur la déportation des Indiens, qu’il fit voter et qui vit dans le temps, des centaines de milliers de membres des nations Seminole, Choctaw, Chicasaw, Cherokee, Black Hawk, être coercitivement déportés vers l’ouest du Mississippi, afin de s’emparer de leurs terres pour les colons voleurs et pilleurs de terres et de ressources. C’est çà l’héritage des États-Unis, c’est çà la toile de fond de l’empire ! Source Mohawk Nation News en français, traduction R71 ► PRÉDATEURS

Le Président George Washington Source Mohawk Nation News du 16/08/2017 qui était un propriétaire d’esclaves (et il n’était pas le seul) que la Nation Mohawk a surnommé : Ranatakaias ce qui veut dire: “Il est comme un chien enragé qui court dans le village et attaque, mord et tue tout, sans discrimination.” ICI, est à l’origine des Lois Fédérales Indiennes et du Tuer l’Indien et tout Indigène pour sauver l’homme, blanc et de surcroit chrétien…

Le Journal Libération ferait bien de lire Peter d’Errico, Steven Newcomb, Mohawk Nation News au lieu de titrer : George Washington et l’esclavagisme : l’argument de Trump qui n’excuse rien et rouvre des plaieshttp://www.liberation.fr/planete/2017/08/17/george-washington-et-l-esclavagisme-l-argument-de-trump-qui-n-excuse-rien-et-rouvre-des-plaies_1590308 Parce que c’est un peu court comme justification d’un côté comme de l’autre…

“Les Américains sont le seul peuple, à l’exception des Boers, qui, de mémoire d’homme, ont totalement balayé la population autochtone du sol où ils se sont installés.”  

Frantz Fanon

Et nous avons là l’occasion de rompre complètement avec la Doctrine Chrétienne de la Découverte ; ICI & MAINTENANT & D’OÙ NOUS SOMMES !

Et de prouver ainsi notre volonté d’enclencher un nouveau paradigme sans dieu ni maitre sans arme ni haine ni violence…

JBL1960

Lectures connexes en versions PDF ;

Pour retrouver toutes les versions PDFLES PDF de JBL1960

 

 

 

 

 

Il y a longtemps que Trump a choisi son Klan !

Et ne s’en est jamais caché !

AMERICA FIRST !

C’était même son slogan de campagne, et j’ai très souvent affirmé, ici-même, que le jour de son investiture on les verrait les tuniques et les chapeaux pointus ♫ Turluttu ♪ Et qu’on l’aurait dans le cul. C’est d’ailleurs ce qui a toujours motivé mon appel à boycotter le Potus2016, comme le Barnum2017 !

Le Klan de l’Amérique Messianique blanche, suprémaciste, eugéniste et très très mâle ;

Celui de la RACE PARFAITE car dès octobre 1492 il fut simplement implicitement compris qu’aucune personne indigène traditionnelle ou nation ne devaient être autorisées à survivre en dehors de la chrétienté et de sa nation « blanche »…

Et les Natifs, ici de l’Île de la Grande Tortue, la Nation Mohawk, comme toutes les Nations premières, nous invitent à nous tenir côte à côte, blanc, noir, rouge, jaune, peut importe, pourvu que nous décidions tous ensemble de rompre, et à jamais, avec ce paradigme mortifère induit par une mini-élite dont l’hégémonie culturelle n’a que trop duré. Le salut sociétaire de l’humanité réside dans la libération du dogme suprématiste parasite et criminel pour enclencher un nouveau paradigme sans dieu ni maitre, sans arme ni haine ni violence parce que nombreux nous estimons que le temps de la décolonisation est venu

~~~~▼~~~~

Mohawk Nation News | 13/08/2017 | URL de l’article original en anglais ► http://mohawknationnews.com/blog/2017/08/13/show-me-the-way-to-go-home/

Montrez-moi le chemin pour rentrer à la maison

Les Caucasiens et leurs disciples se sont répandus dans le monde entier sur des terres avec lesquelles ils n’avaient aucun lien naturel et sans même y avoir jamais été invités. Cela a toujours été un désastre. Leur plan a toujours été de TOUT/TOUS dominer sur la planète.

Les ours et les tortues ne traversent pas le monde pour s’installer dans des environnements hostiles et que la nature n’aurait pas conçu. Les végétaux et les animaux restent là, dans le milieu où ils sont nés et auxquels ils appartiennent. Les palmiers ne peuvent pas survivre en Arctique. Ils finiraient par disparaître. Ils devraient être replantés dans leur patrie naturelle. La destruction sans remord par les envahisseurs/exterminateurs de la terre et des peuples autochtones, atteste de leur incapacité [NdJBL : tout à fait volontaire] à tisser des liens avec la Nature pour en devenir les « Protecteurs », les Gardiens. Leur tâche a toujours été provisoire, temporaire. Sinon, ils auraient adopté le kaia-nere-kowa, La Grande Loi de la Paix, qui est destinée à tous, dans le monde. Les immigrants actuels [NdJBL : les occupants illégaux] peuvent retourner chez leur mère (Terre) et éprouver ainsi une véritable paix

L’histoire des serpents blancs, rouges et noirs nous avait dit qu’ils viendraient ici, créeraient la guerre et la destruction. Et finalement ils ne laisseraient  plus jamais un retour à onkweh-hon-weh. La queue du serpent blanc qui s’est cassée restera avec nous dans les collines pour guérir. Seule la vérité totale peut prévaloir. La matrice fasciste et ceux qui vivent un mensonge total depuis des générations disparaîtront.

Le monde reconnaît que ono-ware-keh, l’Île de la Grande Tortue, est la terre des vrais peuples originels. Le fascisme qui viole la grande paix n’appartient pas à l’Île de la Grande Tortue ou ailleurs dans le monde. Les bénéfices tirés de l’exploitation de nos terres et de nos ressources ont toujours reculé en Europe et ont payé leurs guerres.

Leur système d’oppression et de domination doit être démantelé ici car la haineuse république de la guerre menace un holocauste mondial. Tous les rappels du mal qui ont été commis doivent être enseignés à tous.

Comme Khrouchtchev  l’a dit à l’ONU (discours du 18 septembre 1959 à l’ONU où il demanda la parole avec sa chaussure !), « vous les peuples serez détruits de l’intérieur ».

Le système du meurtre, du mensonge, du vol, de l’oppression et de la domination doivent être démantelé. La propagande de contrôle de l’esprit (MK Ultra)* que l’empire américain est « Exceptionnel & Indispensable » n’a jamais convaincu que les esprits forts. Aucune dictature dans le monde n’a jamais été permanente.

Les valeurs, les coutumes et la culture du racisme, de la cupidité et de la violence sont presque terminées sur l’île de la Grande Tortue. La plus courte dictature, jamais vécu, s’effondre…

Traduit de l’anglais en français par JBL1960

~~~~▲~~~~

*Mind-Control Ultra ► Qu’est-ce que le 9ème cercle ? Par le TICEE/TIDC en lien.

Je rappelle que c’est Oblabla qui a déclaré sa Nation « Exceptionnelle & Indispensable »,  nous ravalant au rang de SUPERFLUS, toutes et tous, et ça fait du monde. Killary se proposant même de devenir la Première Femme Présidente de l’Exceptionnalistan et lorsqu’on a lu le livre de Jean-Loup Izambert Trump face à l’Europe on savait que Killary ou Killer Donald c’était du pareil au même ; La Preuve par Kim !

Oblabla peut bien tweeter en référence à Mandela et être historiquement liké : « Personne ne naît en haïssant une autre personne à cause de sa couleur de peau, son origine ou sa religion… » Le héros de l’abolition de l’Apartheid poursuivait ainsi : « Les gens doivent apprendre à haïr, et s’ils peuvent apprendre à haïr, alors ils peuvent apprendre à aimer. Car l’amour vient plus naturellement au cœur de l’homme que son opposé. » Source 20 minutes via LME

Le PLAN du KLAN !

Dès octobre 1492 il fut simplement implicitement compris qu’aucune personne indigène traditionnelle ou nation ne devaient être autorisée à survivre en dehors de la chrétienté et de sa nation « blanche » !

Je conclus en précisant à Paul Craig Roberts qu’ici ou , nous n’avons jamais cru que Trump était « l’espoir de l’humanité » jamais…

Que peut faire Trump ?

Paul Craig Roberts | 4 août 2017 | URL de l’article source ► katehon | Traduit par  Le Saker Francophone

Donald Trump,

Paul Craig Roberts

  en tant que président des États-Unis, était l’espoir de l’humanité, ou bien, devrais-je dire, l’espoir de cette partie de l’humanité consciente du danger inhérent à la provocation de conflits entre puissances nucléaires.

Pendant deux décennies, les régimes Clinton, George W. Bush et Obama ont jeté des bâtons, des pierres et des injures à l’ours russe. Les États-Unis ont rompu l’accord de sécurité en aggravant la menace que la Russie perçoit, en menant des jeux de guerre aux frontières de ce pays, en organisant un coup d’État en Ukraine – une province qui a appartenu à la Russie pendant des siècles – et en entretenant un flot ininterrompu d’accusations faussaires.

Pour lire l’intégralité de l’article sur LSF ► http://lesakerfrancophone.fr/que-peut-faire-trump

[NdJBL : à PCR ► Vous pouvez lire le dernier article de Mohawk Nation News, parce que nous savons que votre idole, Georges Washington, était un propriétaire d’esclaves noirs, puisque les Natifs pourrissaient déjà dans les Pensionnats pour Indiens. Nous sommes tous des colonisés, tous des Kunta Kinté et de cela nous ne voulons plus !]

Donald « Quicksilver » Trump était votre sauveur, à vous, à cette Amérique messianique, blanche, suprémaciste en diable et qui veut continuer coûte que coûte sur ce modèle de l’Amérique d’abord et pour « Make America Great Again« … Alors, ici en France on se marre pas, car nous avons un Jupiter 1er qui lui veut carrément « Make Our Planet Great Again » que les Zélites mondiales et principalement Zuniennes ont placé à l’Élysée en manipulant la votation = piège à « ons » la preuve par Macron…

Alors que de plus en plus nombreux, pour nous, l’avenir de l’humanité et le salut de l’Occident passent par les peuples occidentaux émancipés de l’idéologie et de l’action coloniales se tenant debout, main dans la main avec les peuples autochtones de tous les continents pour instaurer l’harmonie de la société des sociétés sur Terre…

JBL1960

 

 

Le temps de la décolonisation est venu…

Décolonisons l’esprit de l’homme blanc !

Cessons d’être les « esclaves » de la Race Parfaite

Surtout que nous savons grâce aux travaux de recherche du Dr. Ashraf Ezzat que l’esclavage n’était nullement une pratique courante dans l’Égypte antique qui n’a finalement connu ni Pharaons, ni Israélites… Et je ne peux que conseiller la lecture du PDF {N°3} de 47 pages qui regroupe toutes les publications (Traduction en français par Résistance71) du Dr. A. Ezzat ► https://jbl1960blog.files.wordpress.com/2017/06/pdfashrafezzatjuin2017.pdf et qui constitue un point de départ pour rompre avec le cycle mortifère induit par une mini-élite dont l’hégémonie culturelle n’a que trop duré. Le salut sociétaire de l’humanité réside dans la libéralisation du dogme suprématiste parasite et criminel pour enfin vivre égaux, libres et heureux.

Il n’y a pas de Colonisation positive ou efficace ;

Sinon dans les cerveaux malades de l’Oligarchie régnante un chouïa aux abois…

Merci à la jeune Emma de m’avoir remis en mémoire cette interview censurée de Kemi Seba sur France2 (réalisée par la pathétique journaliste Séverine Lebrun) pour l’émission COMPLÉMENT D’ENQUÊTE qui date de 2011 dans laquelle Kemi Seba explique que l’homme noir (qui n’était pas entré suffisamment dans l’histoire selon un certain Nicolas SarkozyDiscours de Dakar, en juillet 2007) n’a jamais été concerné par l’adage « Liberté – Égalité – Fraternité » puisqu’il était soumis à l’esclavage.

Je ne suis pas pleinement d’accord avec Kemi Seba notamment lorsqu’il parle d’arracher à la justice française une éventuelle compensation financière, comme cela a été fait pour la « shoah » bien qu’il ait raison de relever que pour l’holocauste des juifs on ne se pose aucune question alors que l’on ne parle jamais du génocide des Natifs/Amérindiens/Aborigène ; Parce que dans les mots d’Étienne de la Boétie dans le discours de la servitude volontaire je pense qu’il n’est nul besoin de rien arracher mais tout simplement de ne plus rien donner.

Pour cela il nous suffit de changer d’attitude, même si le temps presse.

Nous pouvons décider ensemble d’enclencher un nouveau paradigme, sans dieu ni maitre et sans arme ni haine ni violence ► Ni dieu, ou demi-dieu ; Ni maître pour nous soumettre…

Kemi Seba parle de « destructuration mentale » des immigrés et c’est précisément le système mis en place dans les pensionnats pour Indiens (USA/CANADA) qui dans sa totalité fut un acte de violence dans la durée fait pour causer des dégâts corporels, mentaux et spirituel à des pensionnaires (le terme pensionnaire est bien sûr totalement inapproprié).

Génocide dans les Pensionnats pour Indiens de 1820 à 1980 aux USA ► MEURTRE PAR DÉCRET dans les Pensionnats pour Indiens (USA) de 1820 à 1980

Génocide dans les Pensionnats pour Indiens de 1840 à 1996 au CANADA ► MEURTRE PAR DÉCRET dans les Pensionnats pour Indiens (CANADA) de 1840 à 1996, version PDF N° 1 de 58 pages, dernière version ► Meurtre Par Décret – Le crime de génocide au Canada

►◄

Nous savons que l’occident soutient le terrorisme et que Washington a déclaré la guerre aux Gardiens de la Révolution, parce que de l’aveu même de Kissinger : l’idée de dominer le monde est presque dans l’ADN des États-Unis ! La preuve ICI. Presque ? Non ; L’empire anglo-américano-christo-sioniste se nourrit exclusivement du meurtre et du vol des terres de l’indigène pour sauver l’Homme… Blanc et depuis octobre 1492, au moins…

Les USA ne reconnaissent pas le génocide des Amérindiens, qui sont prisonniers en leur propre Terre ► SEULE L’OMBRE SAIT ! Par Mohawk Nation News – Traduit et complété par JBL1960

Une fois de plus,  l’Allemagne va de l’avant pour confronter et compenser ses crimes historiques, cette fois-ci, il s’agit du génocide colonial en Afrique. Une fois de plus l’Allemagne fait face à son passé alors que les États-Unis sont incapables de se regarder dans le miroir de l’histoire. L’empire colonial d’Amérique du Nord est-il fondé sur un génocide ou un holocauste ?… Peter d’Errico Source ICTMN du 10/01/2017 ► LE PASSÉ COMPLIQUÉ

Je rappelle les mots du Pasteur Martin Luther King : « Notre nation est née dans le génocide lorsqu’elle embrassa la doctrine (chrétienne de la découverte) que l’américain originel, l’Indien, était un être inférieur. Avant même qu’il y ait eu un grand nombre de nègres sur nos côtes, la balafre de la haine raciale avait déjà défiguré la société coloniale ».

Comme l’ordonne le DEUTERONOMY 7: 1-2, 5-6 de l’Ancien Testament :

Lorsque l’Éternel, ton dieu, t’auras fait entrer dans le pays dont tu vas prendre possession et qu’il chassera devant toi beaucoup de nations et que tu les auras battues alors tu devras les détruire entièrement.

Tu ne traiteras point d’alliance avec elles, et tu ne leur feras point grâce, tu ne laisseras la vie sauve à aucun d’entre eux.

Voici au contraire comment tu agiras à leur égard : tu renverseras leurs autels, tu briseras leurs statues, tu abattras leurs idoles et leurs arbres et tu les brûleras au feu.

Car tu es un peuple choisi par l’Éternel, ton dieu, entre tous les peuples qui sont sur la face de la terre.

Et le problème, voyez-vous, c’est qu’ils ont été au-delà de ces funestes conseils, bien au-delà. Génocidant les Natifs, et Nations Premières et s’établissant sur leur Terre et comme cela ne suffisait, organisant la capture « la chasse » des africains et leur mise en esclavage pour leur seul et unique profit et comme nous pouvons le revoir, même si c’est sous le prisme Zunien, avec la série télévisée « Roots » ► Racines. Et nous sommes tous Kunta Kinté, guerrier Mandingue au cœur de la doctrine chrétienne de la découverte. Voilà pourquoi nous affirmons que nous sommes tous des colonisés et que l’avenir de l’humanité passe par les peuples occidentaux émancipés de l’idéologie et de l’action coloniales, se tenant debout, main dans la main avec les peuples autochtones de tous les continents pour instaurer l’harmonie de la société des sociétés sur Terre ► Vente à la découpe de l’île de la Grande Tortue

Et c’est bien avec les psychopathes aux manettes, cette oligarchie folle, eugéniste, raciste, suprématiste, le 0.001%, les Zélites mondiales et quel que soit le N.O.M. qu’on leur donne  qu’il nous faut rompre !

Il suffit de dire NON, de leur retirer notre consentement ; ET TOUT S’ARRÊTE… POUR EUX… Et tout commence pour NOUS !

Nous pouvons décider, ensemble, de construire et non de détruire.

Côte à côte, épaule contre épaule, tous sur la même ligne…

Car il n’est plus possible de continuer sur le principe que l’homme qui n’est pas blanc est inférieur. Et de laisser les politiques français de tout poil penser comme un Jules Ferry en 1885 que : Les races supérieures ont un droit vis à vis des races inférieures. Parce que les colons/envahisseurs/exterminateurs ont affirmé que ce droit leur avait été ordonné par Dieu lui-même et que de fait c’était devenue une obligation…

Nous sommes la SOLUTION puisque nous sommes tous des colonisés…

JBL1960

Source de l’image ► pinterest