Archives pour la catégorie False Flag

Donald Trumpé ?

N.O.M. DE N.O.M. !

Donald Le Trumpeur se serait Trumpé sur toute la ligne ?

Étonnant non ? N.O.M. !

~~~~▼~~~~

Anticipation politique : Rencontre, briefing (fictif?) de Trump avec un « conseiller »…

Peut-être bien plus près de la réalité qu’on voudrait bien le croire… La mascarade politique et électorale est à son comble, partout. Boycott de toute cette fange ! Union pour la confédération des communes libres dans une société des sociétés. Nous (la société) n’avons AUCUNEMENT besoin de l’État… c’est LUI qui a désespérément besoin de nous. Nuance… énorme nuance … Débarrassons-nous de l’inutile, de l’obsolète, le seul véritable progressisme réside dans ;e changement radical de paradigme politico-social, tout le reste n’est que pisser dans un violon et en attendre la 5ème de LVB.

~ Résistance 71 ~

URL de l’article sur R71 ► https://resistance71.wordpress.com/2017/02/27/anticipation-politique-rencontre-briefing-fictif-de-trump-avec-un-conseiller/

Quel sera l’incendie du Reichstag de Trump ?

James Corbett |  25 février 2017 |  URL de l’article : https://steemit.com/news/@corbettreport/what-will-be-trump-s-reichstag-fire

Illustration du billet de jbl1960blog issue de l’article original en anglais

 ~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

Bonjour Mr le président. Merci de m’accorder ces quelques minutes d’entretien aujourd’hui. Je comprends que votre temps est précieux, alors permettez-moi d’aller droit au but: Vous pensiez que cette complète mascarade électorale allait faire de vous le “leader du monde libre” n’est-il pas ? Que vous seriez maintenant en charge du pays et que vous pourriez faire ce que vous voulez c’est çà ? Ha ha ha ha ! Ouais, ils pensent tous çà au début. (NdT: sauf ceux qui savent dès le départ comment çà se danse, Trump est-il de ceux-là ?…)

Bon, maintenant que ce délire est retombé comme un soufflet, comment trouvez-vous la réalité des choses ? Pas si terrible hein ? Vous espérez pouvoir gouverner juste par décrets non ?

Et ben, si je vous disais que c’est possible ! Débarrassez-vous des tribunaux “Obtenez un blanc-seing du Congrès ! Foutez à la poubelle cette satanée constitution, çà vous intéresserait ?

Bien entendu. C’est pourquoi je suis ici aujourd’hui Mr le président, écoutez-moi donc.

Vous avez besoin de sortir du chapeau une manœuvre de Mukden, un truc à la sauce Golfe du Tonkin, un incident de Gleiwitz, un Lavron lark ou une machination de Moscou.

Vous savez… Un faux-drapeau quoi !

On vous a esquissé quelques possibilités à étudier, les voici:

Vous avez déjà “averti l’Iran” au sujet de leur essai de missile balistique récent. Excellent ! Vous comprenez mieux que personne que le public est bien trop ignorant pour savoir que ce test n’est aucunement une violation de la résolution 2231 du CS de l’ONU. Ce qui est le plus important c’est que le public CROIT que les Iraniens sont en train de violer d’une certaine façon l’accord sur le nucléaire et que ceci implique des missiles ou quelques trucs que ce soit de cet acabit. Continuez ce bon boulot !

Ensuite, vous devez faire croire aux gens que l’Iran est en train d’attaquer les Etats-Unis avec ces missiles. Ils n’attaquent pas les USA ? Ils n’attaquent personne ?… Pas de problème ! Fabriquez un évènement, littéralement quiconque attaque n’importe qui dans le monde et dites que c’est une attaque de l’Iran sur les États-Unis!

Je sais que plein de gens ne se prêteraient pas à sortir un mensonge aussi flagrant, mais c’est ce que j’aime particulièrement chez vous cher monsieur, vous n’avez aucune peur de mentir, aucun trouble avec le méga mensonge. C’est de çà qu’a besoin le pays. La façon dont vous avez convaincu Sean Spicer de mentir directement à la face du public en lui faisant dire que l’Iran avait tiré des missiles sur un navire de l’US Navy était un coup de maître. Qui d’autre que vous aurait pu penser à prendre une attaque des rebelles Houthis du Yémen sur une frégate saoudienne et retourner l’évènement pour en faire une attaque de l’Iran sur un vaisseau américain ? C’est tellement incroyable que seul le public américain pouvait gober un truc pareil !

Et maintenant vous avez juste besoin du coup de grâce (en français dans le texte original). On a retrouvé un vieux plan d’il y a une dizaine d’années, vous savez du temps de l’administration du président Dick Cheney ?

Quoi ?… du président Bush ? Hahahahaha, elle est bien bonne, excellent monsieur.

Donc, oui, à cette époque, le président Cheney avait suggéré de déguiser des commandos des forces spéciales américaines en Iraniens, de maquiller un navire américain en navire iranien et de faire attaquer un vaisseau de l’US Navy. C’est peut-être un peu trop osé même pour ce gouvernement, mais c’est faisable. Ou on peut juste continuer de pousser sur la ligne Houthis-Iran-Saoudiens-États-Unis. Ou on peut créer un autre “incident du Tonkin”. Vous savez qu’on a déjà fait les essais de ce plan avec le “Mason” à l’automne dernier. Les derniers sondages publics effectués montrent que le public a tout avalé : appât, hameçon, ligne et bouchon, la totale, donc c’est une option qui est vraiment toujours sur la table.
Une autre option pour un faux-drapeau spectaculaire est évidente: Une opération cybernétique fausse-bannière. Je n’ai pas besoin de vous rappeler que nous avons conditionné le public pour qu’il s’attende à une attaque cybernétique majeure. La compromission d’un million de cartes de crédit ici, une mystérieuse opération de hacking banquier là, une rumeur d’attaque cybernétique sur des centrales électriques qui ne se sont jamais produites (mais Hé, blâmons les Russes au passage…).. Vous savez comment çà se danse…

Maintenant Mr le président, parmi votre excellent choix de va t’en guerre, de banquiers et de sbires de l’establishment pour votre cabinet, je dois spécifiquement vous féliciter pour le choix de Rudy “le boucher de New York” Giuliani en tant que votre conseiller à la cybersécurité. C’est brillantissime à tous les niveaux. D’abord, le type n’a absolument aucune éducation, aucun entraînement, ni aucun intérêt dans la technologie de pointe ou dans la sécurité cybernétique, comme ça il ne risquera pas de faire faire quelque progrès que ce soit dans les problèmes actuels. Secundo, il est un parfaitement légitime suspect des attentats du 11 septembre 2001 !! Il a admis sa connaissance préalable des effondrements des tours ! Qui peut le mieux couvrir et maquiller le prochain faux-drapeau que l’homme qui a couvert le dernier ! Comme en poésie, ça rime !…

Et notre prochaine option sur la liste coule aussi tellement de source. Vous vous rappeler quand le juge a abrogé votre décret anti-immigration ? Non, la première fois et vous aviez touité:

“Je ne peux pas croire qu’un juge ait pu mettre notre pays en tel péril. Si quelque chose arrive, blâmez le et le système judiciaire. Les gens affluent. Mauvais !”

— Donald J. Trump (@realDonaldTrump) February 5, 2017

Incroyable ! On dirait que vous avez reçu un entraînement formel sur le comment faire son petit faux-drapeau… Ça s’écrit tout seul. Demandez au FBI de trouver un réfugié syrien à financer, à entraîner et à encadrer tout du long, choisissez une cible et aidez le à l’attaquer ou mieux, faites l’attaque vous-même et piégez-le. Le meilleur est que si quelque chose foire à un moment donné, on peut toujours lui sauter sur le râble avant que le merdier ne pète et on peut le jeter à tout jamais. Je pense que vous connaissez bien le script de ce truc maintenant.

En fait, c’est une suite sans fin de trucs qu’on pourrait sortir du chapeau. Une attaque EMP (Electro-Magnetic Pulse) est une de ces vielles cartes dont on ne se lasse jamais, on a çà en stock depuis des années ou alors une attaque terroriste biologique. Vous pouvez toujours sortir celle-là de votre chapeau.

Vous savez bien comment çà marche. Tout cela dépend juste de la façon dont on veut que ça vire. On veut commencer un truc avec l’Iran ? Hop, une attaque Houtie sur une frégate saoudienne et kaboum, vous avez votre guerre. On veut une répression domestique ? Une attaque style 11/9 cybernétique et hop… on a notre Patriot Act électronique. On veut pousser une nouvelle ère de contrôle biométrique des frontières ? Suffit de pincer un homme de paille réfugié… La Corée du Nord… Pan, une attaque EMP. On veut un nouveau croquemitaine du terrorisme de l’ombre contre lequel on mènera une nouvelle guerre sans fin ? Hop, un p’tit coup de terrorisme biologique. Vous pouvez même essayer des cocktails de tout çà. Vraiment, les possibilités sont sans fin…

… Pardon, vous dîtes ?… Et votre opinion ?… Vous êtes vraiment une personnalité Mr le président, je vous l’accorde. Croyez-vous vraiment que vous pouvez avoir une opinion sur tout çà ? Que votre avis compte ?… Croyez-vous vraiment que je suis ici pour vous demander votre avis ? Vraiment ?… très fort monsieur, très fort. Non, je suis ici pour vous dire quelques unes des options que NOUS considérons. Ainsi, lorsque le temps arrivera, où que vous soyez, quoi que vous fassiez à ce moment là, par exemple que vous soyez assis dans une salle de classe pleine d’enfants en train de lire une histoire de biquette, vous saurez rester assis bien tranquillement et vous attendrez vos ordres à venir bien gentiment.

Est-ce que je me fait bien comprendre ?…

~~~~▲~~~~

Oui, reçu 5/5 ! Aussi, appelons au boycott total, parce que se profile la même chose en France dans moins de 2 mois… Et je vous rappelle juste que l’on est sous état d’urgence, et qu’on y restera !

Pour que plus rien ne rentre dans les urnes, ni vos rêves, vos illusions et par voie de conséquence nos vies ► Pour que plus rien ne rentre dans leurs urnes…

Tenez, dans cette PAGE de mon blog, en PDF des lectures pour permettre cette ; Union pour la confédération des communes libres dans une société des sociétés ► LES PDF DE JBL1960

JBL1960

Publicités

FALSE FLAG & Co

Et pour nous faire passer pour de vilains conspis !

Pourtant les preuves sont là ;

Fr.sott.nett exhume un article de Tyler Durden -source Zero Hedge – du 6/04/2015 relayé initialement par Le Saker Francophone et parce qu’il faut rendre à césar…

Et en ce 2 août 2016, c’est comment dire ; Incroyable de justesse et de précisions ;

Les fausses bannières dans l’histoire moderne

Le grand secret de l’Histoire: le terrorisme des opérations sous fausse bannière.

Ce vieil adage est bien vrai: si l’on ne retient pas l’Histoire, on est condamné à la répéter.

Le plus grand secret de l’Histoire que les gens n’ont donc pas encore intégré, puisque c’est un secret, est le terrorisme sous fausse bannière.

Il existe de nombreuses attaques sous fausse bannière bien documentées dans lesquelles un gouvernement est l’instigateur et qui, pour des raisons politiques, en reporte la faute sur son ennemi.

Les opérations sous fausse bannière ont, sans arrêt, changé le cours de l’Histoire, dans le monde entier. Sauf si le peuple prend conscience de ce style d’opération, les gouvernements continueront à les utiliser pour provoquer de plus en plus de guerres désastreuses.

Dans les exemples suivants, les officiels gouvernementaux qui ont participé à ces attaques (ou en ont sérieusement proposé) l’ont avoué, oralement ou par écrit :

1. – En 1931, les troupes japonaises ont déclenché une petite explosion dans un train et ont accusé la Chine pour justifier l’invasion de la Mandchourie. C’est une histoire connue sous le nom de  l’incident de Munken ou l’incident de Mandchourie. Le tribunal militaire international de Tokyo a trouvé que «plusieurs des participants à ce plan, dont Hashimoto (un officier supérieur de l’armée japonaise) ont plusieurs fois admis leur participation à ce complot et ont déclaré que le but de cet incident était de donner une excuse à l’occupation de la Mandchourie par l’armée du Kwantun ». Voyez ici.

2. – Un haut officier de la SS nazi a avoué au tribunal de Nuremberg que, sous les ordres du chef de la Gestapo, lui et d’autres militaires nazis ont attaqué leur propre peuple et des infrastructures pour en rejeter la faute sur les Polonais afin de justifier l’invasion de la Pologne.

3. – Le général nazi Franz Halder a aussi témoigné au tribunal de Nuremberg que le dirigeant nazi Goering avait admis avoir donné l’ordre de mettre le feu au parlement allemand (le Reichstag) en 1933 et avait accusé à tort les communistes de cet acte criminel.

4. – Le dirigeant soviétique Nikita Khrouchtchev a admis par écrit que l’Armée rouge soviétique avait bombardé le village russe de Mainila en 1939, tout en accusant la Finlande de cette attaque, et s’en est servi comme prétexte pour lancer la guerre d’hiver contre la Finlande. Le président russe Boris Eltsine a admis que la Russie avait été l’agresseur dans la guerre d’hiver.

5. – Le parlement russe, l’actuel président russe Poutine et l’ancien dirigeant soviétique Gorbatchev ont tous reconnu que Joseph Staline avait ordonné à sa police secrète d’exécuter 22 000 officiers de l’armée polonaise à Katyn, en 1940, et en a fait porter la faute aux nazis.

6. – Le gouvernement britannique a admis avoir bombardé, entre 1946 et 1948,  cinq bateaux transportant des juifs cherchant à fuir l’holocauste pour se réfugier en Israël et avoir créé un faux groupe appelé Défenseurs de la Palestine arabe, qu’il a accusé d’avoir bombardé ces bateaux. (Voir ici, ici et ici)

7. – Israël a reconnu qu’en 1954 une cellule terroriste israélienne opérant en Égypte avait placé des bombes dans plusieurs bâtiments, dont des bureaux diplomatiques américains, et avait laissé des preuves impliquant les Arabes. (Une des bombes s’est déclenchée prématurément, permettant aux Égyptiens d’identifier les coupables et plusieurs Israéliens impliqués ont avoué.) (Voir ici et ici)

8. – La CIA a admis qu’elle avait employé des Iraniens dans les années 1950 pour se faire passer pour des communistes cherchant à commettre des attentats, tout cela pour essayer de retourner la population contre le premier ministre élu démocratiquement.

9. – Le premier ministre turc a reconnu que le gouvernement turc avait organisé les attentats de 1955 contre le consulat turc en Grèce, endommageant par la même occasion le lieu de naissance, situé a proximité, du fondateur de la Turquie moderne, tout en faisant porter la responsabilité à la Grèce et justifier les violences anti-grecques.

10. – Le premier ministre britannique a avoué à son secrétaire de la défense que le président américain Dwight Eisenhower et lui avaient approuvé un plan en 1957 pour lancer des attaques sur la Syrie et en reporter la faute sur le gouvernement syrien comme moyen de parvenir à un changement de régime

11. – Un ancien premier ministre italien, un juge italien et un ancien chef du contre-espionnage italien ont admis que l’OTAN, avec l’aide du Pentagone et de la CIA, ont organisé des attentats en Italie et d’autres pays européens pour que la population se joigne aux gouvernements dans leur lutte contre le communisme. Comme l’a fait remarquer un participant à ce programme secret: «Vous devez attaquer des civils, des gens, des femmes et des enfants, des innocents et des inconnus totalement éloignés de la sphère politique. La raison en est très simple. Tout cela pour pousser les gens, le peuple italien, à se tourner vers l’État pour demander plus de sécurité.» (Voir aussi ici) (L’Italie et d’autres pays européens avaient déjà rejoint l’OTAN avant que ces attentats ne soient perpétrés.) Et regardez cette émission spéciale de la BBC. Ils ont aussi exécuté des attentats en France, en Belgique, au Danemark, en Allemagne, en Grèce, en Hollande, en Norvège, au Portugal, au Royaume Uni et encore dans d’autres pays.

Les attentats sous fausse bannière exécutés sous ce programme OTAN/CIA comportent entre autres :

L’assassinat du premier ministre turc (1960)

Des attentats à la bombe au Portugal (1966)

Le massacre de la Piazza Fontana en Italie (1969)

Des attaques terroristes en Turquie (1971)

Les attentats à la bombe de Peteano (1972)

Les fusillades de Brescia en Italie et un attentat à la bombe dans un train (1974)

Des fusillades à Istanbul (1977)

Le massacre d’Atocha à Madrid (1977)

L’enlèvement et le meurtre d’un Premier ministre italien (1978)

Les attentats de la gare de Bologne en Italie (1980)

La fusillade et l’assassinat de 28 passants à Brabant en Belgique (1985)

12. – En 1960, le sénateur américain George Smathers propose que les États Unis lancent «une fausse attaque sur la baie de Guantanamo qui nous donnerait l’excuse pour déclencher une bataille puis d’aller renverser Castro

13. – Des documents du département d’État montrent que, en 1961, le chef de l’armée et d’autres fonctionnaires de haut niveau discutaient de l’opportunité de faire exploser un consulat en République dominicaine pour avoir le prétexte d’envahir le pays. Le plan ne fut jamais exécuté mais tout ce beau monde l’envisageait comme une sérieuse possibilité.

14. – Comme le gouvernement américain l’a reconnu, des documents de 1962 récemment déclassifiés montrent que le chef des armées a donné son accord à un plan pour faire exploser des avions AMÉRICAINS (sous un plan très élaboré d’échange d’avions) et pour commettre aussi des actes terroristes sur le sol américain, en accuser des Cubains et justifier ainsi une invasion de Cuba. Regardez l’article de ABC, les documents officiels et l’interview par Peter Jennings de l’ancien journaliste d’investigation d’ABC world news.

15. – En 1963, le département de la Défense américain a écrit un mémo poussant à des attaques à l’intérieur de l’Organisation des États d’Amérique, dans des pays comme la Jamaïque ou Trinité et Tobago, pour ensuite en accuser le gouvernement cubain.

16. – Le département de la Défense américain a même été jusqu’à proposer de secrètement payer quelqu’un dans le gouvernement Castro pour attaquer les États-Unis: «La seule solution restante à envisager serait alors de corrompre un des subordonnés militaire de Castro pour qu’il lance une attaque sur Guantanamo.»

17. – La NSA a avoué qu’elle avait menti à propos de ce qu’il s’était réellement passé dans le golfe du Tonkin en 1964, manipulant les données pour qu’elles montrent des bateaux vietnamiens tirer sur un navire américain, justifiant ainsi le déclenchement de la guerre du Vietnam.

18. – Un comité d’enquête du Congrès américain a montré que, dans le cours de sa campagne «Cointelpro», le FBI avait utilisé de nombreux provocateurs, des années 1950 jusqu’aux années 1970, pour perpétrer des violences et les utiliser pour faussement accuser des activistes politiques.

19. – Un haut général turc a admis que les forces turques avaient incendié une mosquée à Chypre dans les années 1970 pour en faire porter la responsabilité sur leurs ennemis. Il expliqua: «Au cours de certaines guerres on accuse l’ennemi d’actes de sabotage pour augmenter la résistance populaire. On l’a fait à Chypre, on a même brûlé une mosquée.» En réponse à l’air incrédule de son interlocuteur, le général a ajouté «C’est juste un exemple

20. – Un document déclassifié de la CIA, datant de 1973, a révélé un programme pour entraîner des forces de police et militaires étrangères à la manière de fabriquer des dispositifs piégés, en faisant croire qu’ils les entraînaient seulement à la façon d’enquêter sur les actes terroristes:

Voici le programme:

a. Enseigner aux stagiaires les techniques de base pour utiliser des explosifs de démolition, commerciaux ou militaires, et la manière de les utiliser dans des opérations de terrorisme ou de sabotage industriel.

b. Présenter aux stagiaires le matériel et l’équipement disponibles sur le marché, ceux qui sont susceptible d’être utilisés par des terroristes ou des saboteurs pour fabriquer des explosifs.

c. Familiariser les stagiaires avec les concepts d’analyse de la cible et de planification des opérations utiles à un terroriste ou un saboteur.

d. Présenter aux stagiaires les moyens et techniques concernant les dispositifs piégés avec des travaux pratiques sur des dispositifs déjà fabriqués ou à fabriquer eux même.

Le programme fournit aux stagiaires de bonnes opportunités de familiarisation et d’entrainement en manipulant, préparant et utilisant les diverses charges explosives, agents incendiaires, outils de terrorisme et techniques de sabotage.

21. – Le gouvernement a admis (et ici) qu’en 1978 les services secrets allemands ont fait exploser une bombe contre le mur extérieur d’une prison et placé des outils d’évasion pour qu’un prisonnier, un membre de la Faction armée rouge, puisse s’évader et qu’on lui fasse porter la responsabilité d’un attentat.

22. – Un agent du Mossad a reconnu qu’en 1984 le Mossad avait placé un émetteur radio dans la résidence de Kadhafi à Tripoli pour transmettre de fausses émissions enregistrées par le Mossad, dans le but de faire croire que Kadhafi soutenait le terrorisme.

23. – Le Conseil sud-africain pour la vérité et la réconciliation a trouvé qu’en 1989, le Bureau de coopération civile (une branche secrète des forces de défense sud-africaines) avait proposé à un expert en explosifs de «participer à une opération destinée à discréditer l’ANC en faisant exploser le véhicule de police de l’officier chargé de l’enquête sur le meurtre», faisant ainsi croire que l’ANC était responsable de l’opération.

24. – Un diplomate algérien ainsi que plusieurs officiers de l’armée algérienne ont reconnu que, dans les années 1990, l’armée algérienne massacrait fréquemment des civils et en accusait les militants islamiques. (Voir la vidéo)

25. – Une publication de 1994 de l’armée américaine, les Tactiques techniques et procédures de défense internes pour les Forces spéciales, rééditée en 2004, recommande ouvertement d’employer des terroristes et d’utiliser des opérations sous fausses bannières pour déstabiliser les régimes de gauche en Amérique latine. Des attaques sous fausse bannière ont donc été exécutées en Amérique du sud et d’autres régions du monde dans le cadre de la guerre sale de la CIA. (Voir ici)

26. – Dans le même genre, un manuel d’opérations psychologiques rédigé par un contractant de la CIA pour le compte des rebelles contras du Nicaragua fait remarquer l’intérêt d’assassiner quelqu’un de son bord pour créer un martyr pour la cause. Le manuel a été authentifié par le gouvernement américain. Le Washington Post, l’AP et d’autre médias ont fait un tel remue-ménage autour de cette affaire que, durant la campagne présidentielle de 1984, le président Reagan, a été confronté à cette question à la télévision nationale:

«En ce moment, nous faisons face à cette extraordinaire histoire de manuel de guérilla de la CIA distribué aux anti-sandinistes que nous soutenons, manuel qui professe non seulement le meurtres de sandinistes, mais aussi l’utilisation de criminels pour tuer des membres de la guérilla que nous soutenons, afin d’en faire des martyrs.»

27. – Une équipe indonésienne enquêtant sur les violents pillages qui se sont déroulés en 1998 a déterminé que «des membres de l’armée ont été impliqués dans les pillages, certains dans le but délibéré de les provoquer

28. – Des officiers supérieurs du renseignement et de l’armée russe ont reconnu que le KGB avait, en 1999, fait exploser des appartements occupés par des Russes pour en accuser les Tchétchènes et justifier l’invasion de la Tchétchénie. (Voir ce rapport et cette discussion)

29. – Comme le rapportent la BBC, le New York Times, et l’AP, des officiels de Macédoine ont admis que le gouvernement avait tué de sang-froid sept immigrants innocents et prétendu que c’étaient des soldats d’al-Qaïda qui tentaient de tuer des policiers macédoniens, ceci pour essayer de se joindre à la guerre contre la terreur

30. – Des officiers supérieurs de la police de Gènes, en Italie, ont avoué que, en juillet 2001, au G8 de Gènes, la police avait placé des cocktails Molotov et simulé le poignardage d’un officier de police pour justifier une violente répression contre les manifestants.

31. – Les États-Unis ont lancé de fausses accusations contre l’Irak en disant qu’il avait joué un rôle dans les attaques du 11 septembre, comme le montre un mémo du secrétariat à la Défense, et ces accusations ont été la justification principale pour déclencher la guerre contre ce pays. Même après que la Commission sur le 11 septembre n’a reconnu aucune relation entre les deux, Dick Cheney a dit avoir des preuves accablantes de relations entre al-Qaida et le régime de Saddam Hussein, que Cheney avait probablement des informations inaccessibles à la commission du 11 septembre et que les médias ne faisaient pas leur devoir en rapportant de tels liens. Les hauts fonctionnaires américains reconnaissent maintenant que la guerre d’Irak a été lancée pour le pétrole, pas pour le 11 septembre ou les armes de destruction massive. A la suite des déclarations de quelques loups solitaires, de nombreux officiels américains disent maintenant que le 11 septembre a été du terrorisme d’état, mais que ce n’était pas l’Irak qui était derrière les terroristes. (De nombreux officiels ont aussi supposé que le 11 septembre était une opération sous fausse bannière organisée par quelques voyous dans le gouvernement américain, mais une telle affirmation sort du sujet de notre discussion. Le point actuel est que les États-Unis ont accusé l’Irak tout en sachant que l’Irak n’avait rien à voir la dedans.)

32. – Même si le FBI reconnait maintenant que les attaques à l’anthrax ont été lancées par un ou plusieurs scientifiques travaillant pour le gouvernement, un haut dirigeant du FBI a dit que des officiels de la Maison Blanche leur avaient ordonné d’accuser al-Qaida pour ces attaques à l’anthrax (rappelez vous à quoi les lettres ressemblaient). Des officiels du gouvernement confirment aussi que la Maison Blanche avait essayé de lier ces attaques à l’Irak pour justifier un changement de régime dans ce pays.

33. – Selon le Washington Post, la police indonésienne a reconnu que les militaires avaient tué des professeurs américains à Papua en 2002 et accusé le groupe séparatiste papou pour qu’il soit placé sur la liste des organisations terroristes.

34. – Le très respecté ancien président indonésien Gus Dur a aussi reconnu que le gouvernement avait probablement joué un rôle dans les attentats de Bali en 2002.

35. – La police gardant le sommet de l’Union européenne de 2003 en Grèce a été filmée en train de donner des cocktails Molotov à un manifestant pacifique.

36. – L’ancien avocat du département de la Justice, John Yoo a suggéré en 2005 que les Américains devraient lancer l’offensive contre al-Qaida en «créant une fausse organisation terroriste. Elle pourrait avoir ses propres sites web, centres de recrutement et d’entrainement et opérations de financement. Elle pourrait lancer de fausses opérations terroristes et se donner le crédit pour les vrais, semant la confusion dans les rangs d’al-Qaida, semant le doute entre ses rangs et remettant en question la validité de ces communications

37. – Dans le même genre, le professeur John Arquilla de la Naval Postgraduate School, un analyste stratégique réputé pour avoir développé le concept de guerre du net, a poussé les services de renseignement occidentaux à créer de nouveaux pseudo gangs de terroristes comme moyen de perturber les vrais réseaux terroristes. Selon Seymour Hersh, un journaliste ayant été honoré d’un prix Pulitzer, la stratégie des pseudo gangs est déjà utilisée par le Pentagone:

«Selon la nouvelle méthode de Rumsfeld, m’a-t-on-dit, les stratèges militaires américains auront l’autorisation, à l’étranger, de se faire passer pour des hommes d’affaires corrompus cherchant à acheter de la contrebande pouvant être utilisée à la fabrication de systèmes nucléaires. Selon des conseillers du Pentagone, des citoyens locaux pourront être recrutés et envoyés rejoindre des guérillas ou des terroristes…»

«Ces nouvelles règles permettront à la communauté des Forces spéciales de mettre en place ce qu’ils appellent des groupes d’action dans le pays cible et qui pourront être utilisés pour infiltrer et éliminer des organisations terroristes. « Vous souvenez-vous de ces groupes paramilitaires d’extrême droite du Salvador?», me demanda l’ancien officiel du renseignement, en se référant à ces gangs ayant commis des atrocités au début des années 1990. «Nous les avons créés et financés. L’objectif maintenant est d’embaucher des gens locaux partout où nous en avons besoin. Et nous ne dirons rien au congrès à ce sujet.» Un ancien officier militaire, au courant des actions commandos du Pentagone a dit: «Nous allons marcher côte à côte avec les voyous.»

38. – En juin 2005, United Press International a publié ce rapport :

«Des officiers des renseignements américains nous ont fait savoir que quelques rebelles en Irak utilisent des pistolets Beretta 92, tous récents mais avec leurs numéros de série non visibles. Ces numéros ne semblent pas avoir été physiquement enlevés. On dirait plutôt qu’ils sont sortis de la chaine de production sans numéro de série. Ce qui indiquerait que ces armes étaient destinées à des groupes de terrain ou des cellules terroristes avec l’accord du gouvernement. Des analystes soupçonnent que ces armes ont été fournies par le Mossad ou la CIA et qu’elles sont utilisées par des agents provocateurs, car les autorités américaines montrent ces attaques de rebelles contres de civils pour délégitimer la résistance

39. – En 2005, des soldats israéliens déguisés ont avoué avoir jeté des cailloux sur d’autres soldats israéliens pour pouvoir accuser les Palestiniens et utiliser cette excuse pour réprimer les manifestations pacifiques palestiniennes.

40. – En 2007, la police du Québec a reconnu que les voyous qui portaient des cailloux au milieu d’une manifestation pacifique étaient en réalité des policiers déguisés (voir ca aussi).

41. – En 2008 un manuel sur les opérations spéciales de terrain recommande que l’armée américaine manipule à ses fins des organisations non étatiques telles que groupes paramilitaires, individus, chefs d’entreprises, organisations politiques étrangères, organisations de résistance, expatriés, terroristes transnationaux, terroristes désillusionnés, contrebandiers ou tout autre groupe d’indésirables. Le manuel indique ouvertement que les opérations spéciales américaines peuvent utiliser autant le terrorisme que le contre-terrorisme (mais aussi des activités criminelles transnationales comme le trafic de drogue, d’armes et des transactions financières illégales.)

42. – Aux manifestations du G20 de 2009, à Londres, un membre du parlement britannique a vu des policiers en civil en train d’inciter la foule à la violence.

43. – En 2011, des politiciens égyptiens ont reconnu (ici aussi) que des fonctionnaires avaient pillé les musées de leurs objets de grande valeur et mis cela sur le dos des manifestants pour les discréditer.

44. – Un colonel de l’armée colombienne a avoué que son unité avait tué 57 civils puis leur avait mis des uniformes pour faire croire qu’ils étaient des rebelles tués au combat.

45. – Embrose Evans-Pritchard, le très respecté journaliste du Telegraph, a dit que l’ancien chef des renseignements saoudien, le prince Bandar, avait récemment reconnu que le gouvernement saoudien contrôlait les terroristes tchétchènes.

46. – Des sources américaines de haut niveau ont admis que le gouvernement turc, membre de l’OTAN, avait organisé l’attaque chimique dont on avait accusé le gouvernement syrien. Un membre haut placé du gouvernement turc a reconnu que des plans était prévus pour perpétrer des attaques et accuser le gouvernement syrien de celles-ci.

47. – Le chef de la sécurité ukrainienne a reconnu que les tirs de snipers qui ont déclenché le coup d’État ont été réalisés dans ce but. Des officiels ukrainiens ont précisé que les snipers ukrainiens avaient tiré sur les deux camps afin de provoquer le maximum de désordre.

48. – L’agence d’espionnage britannique a admis (voir ici) qu’elle exécute des cyber attaques sous fausse bannière sur des cibles, piégeant ces cibles en écrivant des propos offensifs ou illégaux… pour ensuite prétendre que ce sont elles qui les ont écrites.

49. – Des soldats américains ont avoué que s’ils tuaient des innocents en Irak ou en Afghanistan, alors ils abandonnaient des armes près des corps pour faire croire qu’ils étaient des militants.

50. – De la même manière, la police piège des innocents pour des crimes qu’ils n’ont pas commis. Cette pratique est si connue que le New York Times écrit en 1981: «Dans le jargon policier américain, un throwdown est une arme que l’on place intentionnellement près de la victime

En 1999, Newsweek rapporte:

Perez, un ancien policier de Los Angeles, fut surpris en train de voler huit livres de cocaïne du casier à preuves de la police. Après avoir plaidé coupable, il demanda un allègement de sentence en racontant une étonnante histoire de tentative de meurtre et de throwdown, mot d’argot pour une arme déposée par des policiers pour justifier légalement une fusillade. Perez a dit que son partenaire, l’officier Nino Durden, et lui avaient tué un membre désarmé du Gang de la 18e Rue, puis placé un fusil semi automatique près du suspect inconscient pour déclarer que celui-ci avait essayé de leur tirer dessus.

Wikipedia note:

«Dans le cadre de son allègement de peine, Perez impliqua des dizaines d’officiers de la division antigang, en racontant qu’ils battaient régulièrement les membres des gangs, plaçait des preuves sur les suspects, falsifiaient les rapports et provoquaient eux mêmes des fusillades.»

(En aparté, même si ce ne sont techniquement pas des attaques sous fausse bannière, la police a été prise piégeant des innocents par de nombreux autres moyens, aussi)

C’est tellement commun qu’il y a un nom pour cela.

Un ancien officier des renseignements a récemment soutenu que: «La plupart des terroristes sont des terroristes sous fausse bannière ou sont créés par nos propres services de sécurité

Cela pourrait être une exagération (et, comme on a vu dans les exemples ci-dessus, les États-Unis ne sont pas les seuls à avoir employé cette méthode). Le fait est que c’est une stratégie largement utilisée.

Cette forme de tromperie est si commune qu’on lui a donné un nom il y a des centaines d’années.

Le terrorisme sous fausse bannière est défini comme un gouvernement qui attaque son propre peuple, pour reporter l’accusation sur d’autres et justifier la guerre qu’ils vont leur faire.

Ou, comme le définit Wikipédia :

«Une opération sous fausse bannière est une opération secrète conduite par des gouvernements, des corporations ou autres organisations, qui est planifiée pour faire croire qu’elle a été perpétrée par une autre entité. Le terme vient du concept militaire d’utiliser un faux drapeau, c’est à dire utiliser un drapeau d’un pays qui n’est pas le sien. Les opérations sous fausse bannière ne se limitent pas aux temps de guerre ou de contre-révolution et ont aussi été utilisée en temps de paix, par exemple durant la stratégie de la tension en Italie.» (NdT : Voir exemple N 11)

Le mot vient de l’époque des bateaux en bois, lorsqu’un bateau hissait le pavillon de son ennemi avant de l’attaquer. De cette inversion de bannière vient le terme attaque sous fausse bannière.

En fait, ce concept est si bien accepté que les règles d’engagement naval, aérien ou terrestre interdisent toutes les attaques sous fausse bannière. Plus précisément, les règles d’engagement statuent qu’une force militaire peut porter le drapeau de l’ennemi, imiter leurs insignes ou en porter les vêtements… mais que la ruse doit être révélée avant l’attaque.

Pourquoi les règles d’engagement sont elles si spécifiques? Surement parce que les nations ont utilisé les attaques sous fausse bannière depuis des siècles. Et les règles de guerre ont au moins essayé que les attaques sous fausses bannière ne soient pas utilisées comme justificatif au déclenchement d’une guerre.

En d’autres mots, ces règles d’engagement montrent que les attaques sous fausse bannière sont des tactiques récurrentes.

Tout au long de l’histoire les dirigeants ont reconnu le danger d’une attaque sous fausse bannière:

«Le terrorisme est la meilleure arme politique car rien ne permet de mieux diriger les gens que la peur d’une mort soudaine.» – Adolf Hitler

«Bien sur que le peuple ne veut pas la guerre… Mais, après tout, c’est aux dirigeants d’un pays d’en choisir la politique, et c’est assez simple d’y rattacher les gens, que ce soit dans une démocratie, une dictature fasciste, une régime parlementaire ou une dictature communiste… Avec ou sans voix, le peuple peut toujours être amené à suivre la volonté des dirigeants, C’est facile. Tout ce qu’il y a à faire, c’est de leur dire qu’ils sont attaqués, dénoncer les pacifistes pour leur manque de patriotisme et exposer le pays à un danger. Cela marche de la même façon dans tous les pays.» – Hermann Goering

«La manière la plus simple de contrôler le peuple est de perpétuer des actes de terreur. Le peuple réclamera de telles lois si sa sécurité est mise en jeu.» – Joseph Staline

Allez-vous rester silencieux alors que votre gouvernement utilise les méthodes d’Hitler, de Goering ou de Staline? Ou allez-vous répandre le message et montrer aux autres cette pièce manquante cruciale du puzzle de l’histoire… Le terrorisme sous fausse bannière.

Tyler Durden.

Note du traducteur

A la lecture de ce florilège d’attaque sous fausse bannière, même de la part de nos États démocratiques modernes, on peut se demander: qui est le plus naïf?

Celui qui pense que nos États démocratiques ne feraient jamais une telle chose que de comploter contre son propre peuple ou celui qui pense qu’ils en sont encore tout a fait capable?

Les exemples 11, 12, 13 montrent que les complots sont encore largement fomentés par des groupes étatiques (CIA, OTAN, MOSSAD, MI6) à l’intérieur de nos États démocratiques et modernes. Il apparait de plus en plus clairement que notre système démocratique ne nous met pas à l’abri de ce genre de crapuleries d’État.

L’exemple 14 nous évoque immédiatement le 11 septembre 2001.

Quant aux exemples 36, 37,38 et 39, ils nous évoquent eux le marketing internet d’al-Qaida, à l’époque de Ben Laden et celui de l’EI maintenant. Marketing dont le but de détruire l’image de l’islam aux yeux de la population est si évident que l’on se demande à qui profite le crime. Sûrement pas aux musulmans, en tous cas. Mais plutôt à ceux qui veulent y déclencher des guerres pour s’accaparer du pétrole, à ceux qui voudraient valider le fait de pouvoir coloniser des terroristes, ou à ceux qui veulent y imposer leur puissance pour pouvoir mieux rester sur un trône que la majorité de la population de la région considère illégitime.

Mais alors pourquoi notre presse soi-disant libre réfute-elle aussi vivement toute possibilité de complot étatique? Aurait-elle perdu sa mémoire historique? Ou ne serait-elle pas si libre qu’elle le prétend? En tous cas, cette attitude la discrédite grandement et explique en partie son rejet par un lectorat qui sent que, depuis un moment, on le mène en bateau.

Mais alors pourquoi de nombreux intellectuels ferment-ils ainsi les yeux sur ce sujet? Parce que dans tout milieu universitaire, il existe une pensée dominante, plus ou moins totalitaire, et que ceux qui veulent s’en échapper risquent d’être rejetés par leurs pairs. Cela donne donc, par exemple, un article de sociologie où seule la thèse affirmant que les adeptes de la théorie du complot sont des crédules qui se veulent importants est présentée, l’antithèse n’est même pas envisagée. Dans un magazine intellectuel dont l’approche se prétend scientifique, cela en dit long sur la pression qu’ils subissent contre cette vision des choses.

Un des moyens les plus sûrs de faire acte pacifique et d’éviter d’autres guerres est donc de prendre conscience que nos gouvernements continuent de comploter contre leurs peuples pour les pousser à accepter des guerres, à s’entretuer, tout cela sous la pression des profiteurs de la mort et autres marchands d’armes et reconstructeurs, parce qu’une bonne guerre rétablit la croissance. L’esprit de nos politiciens n’a donc pas évolué d’un iota depuis les précédentes guerres mondiales.

Et l’esprit du peuple ?

Traduit par Wayan, relu par jj et Diane pou le Saker Francophone

Pour approfondir le sujet et préparer son argumentaire de débats

http://www.911truth.org/ : Tous savoir sur le 11 septembre, site des plus sérieux, en anglais

http://www.piecesetmaindoeuvre.com/spip.php?article104 : L’invention de la théorie du complot ou les aveux de la sociologie libérale. Comprendre et démonter les arguments anti-complotistes.

=*=

Pour ma part et concernant le 11 septembre 2001, une analyse fouillée à lire ici-même.

Qui se comprend aujourd’hui dans cette Amérique faillie au bord de l’implosion volontaire, en se rappelant qu’elle s’est construite sur des génocides multiples pour subjuguer les terres, mais aussi les êtres (Natifs/indigènes) au N.O.M. de la Doctrine Chrétienne de la Découverte et il faut lire Howard Zinn sur ce sujet car c’est l’un de ceux qui en parlait le mieux de cette Amérique là. Mais on aussi lire Newcomb, comme ici ou encore Kahentinetha Bear ici et Kevin Annett .

Dernièrement, la Turquie a tenté d’attribuer un attentat à l’YPG, démenti in petto par l’YPG…

Et, ici, en France, nous devons considérer l’attaque du 14 juillet 2016 à Nice non pas sous un angle suspicieux mais à l’aune de ce que nous savons, réellement, et non de ce qu’on veut nous faire croire comme vérité absolue

Déconstruction de la version officielle concernant les attentats de Nice

Harrison Koehli | Sott.net | ven., 15 juil. 2016 21:00 UTC

L’hécatombe de l’attaque au camion du 14 juillet à Nice se monte actuellement à 84 morts et quelques centaines de blessés, certains dans un état critique. Le chauffard a réussi à forcer un barrage dans la soirée du jeudi 14 juillet et, sur près de 2 km, a foncé à travers la foule rassemblée pour admirer le feu d’artifice. Le chauffeur a été identifié comme étant le franco-tunisien Mohamed Lahouaiej Bouhlel, un petit voyou non pratiquant qui aurait crié « Allah Akbar ! » avant de semer le chaos. Il aurait également tiré sur des civils et sur la police, et a été tué lors de l’échange de tirs avec cette dernière.

La réaction des citoyens français et des dirigeants mondiaux s’est avérée prévisible.

Les pays européens renforcent les mesures de sécurité à la suite de l’attentat de Nice

[…]

Comme le dit Gearóid Ó Colmáin, il semble que la France se prépare à un état d’urgence permanent (similaire à celui imposé aux États-Unis depuis le 11/9).

Le nouveau premier Ministre britannique Theresa « Big Mother » May a regardé dans sa boule de cristal et déterminé qu’un attentat terroriste était « hautement probable » en GB. Quant aux maires de Londres et de New York, ils sont en train de « revoir et de renforcer la sécurité ».

Lire la suite sur fr.sott.net = https://fr.sott.net/article/28709-Deconstruction-de-la-version-officielle-concernant-les-attentats-de-Nice

Et au vu de l’actu et des déclarations des uns et des autres et de tous bords, il y a vraiment des questions à se poser et des choses à démentir mais surtout il devient urgent de se lever pour dire NON avant qu’on nous intime l’ordre de se bâillonner, nousmêmes, et de nous taire à tout jamais…

Comprenons-bien que c’est nous leur cible !

JBL1960

Le cas Zika

Comment créer une pandémie de toute pièce après l’essai raté du H5N1 ;

Et par les mêmes !

Sur Wikistrike ; http://www.wikistrike.com/2016/02/zika-ou-comment-l-oms-transforme-un-virus-banal-en-menace-mondiale.html

Zika ou comment l’OMS transforme un virus banal en menace mondiale

Sur 20 minutes ; http://www.20minutes.fr/sante/1779091-20160203-zika-comment-vaccin-va-voir-jour

Zika: Comment le vaccin va-t-il voir le jour ?

Bon, sur 20 minutes y z’en sont déjà à la mise au point d’un vaccin…

Sur Alalumieredunouveaumonde ; http://alalumieredunouveaumonde.blogspot.fr/2016/02/zika-une-ong-neerlandaise-offre-des.html

Une ONG néerlandaise a annoncé mardi qu’elle offrait des pilules abortives aux femmes enceintes du virus Zika à travers le monde, via son site internet, pour éviter toute ruée vers des méthodes risquées d’avortement.

« Le virus Zika se répand pour la plupart dans des pays où l’accès à l’avortement est très réduit », notamment dans des pays catholiques très conservateurs, a déclaré Rebecca Gomperts, directrice et fondatrice de l’ONG Women on Web, faisant notamment allusion au Brésil, pays le plus touché avec 4.000 cas suspectés de microcéphalies.

« Le nombre d’avortements à l’aide de méthodes risquées pourrait augmenter, et cela nous préoccupe énormément », a-t-elle ajouté. « Nous voulons nous assurer que les femmes ont accès à des avortements sûrs et médicalisés ». Des pilules abortives envoyées par voie postale

Bon, maintenant, on a pu lire aussi, qu’à l’origine du virus Zika, il y aurait un moustique génétiquement modifié et lancé dans la nature pour réduire la population des moustiques… Dans un premier temps !

Le site Les Moutons Enragés tient un dossier à jour et très complet sur le sujet ;  http://lesmoutonsenrages.fr/2016/01/31/le-virus-zika-vendu-en-ligne-et-autres-petites-infos-interessantes-sur-ce-virus/

Il ne faut pas beaucoup chercher pour en apprendre plus sur ce fameux virus qui fut découvert en 1947 chez un singe macaque rhésus, lors d’une étude de la fièvre jaune dans la forêt Zika, au bord du lac Victoria sur la presqu’île d’Entebbe en Ouganda, d’où son nom, comme l’explique la page Wikipedia dédiée au sujet. Quand à savoir comment ce virus à débarqué des années plus tard au Brésil, allant jusqu’à atteindre le seuil pandémique puisque celui-ci se répand à travers la planète, personne ne le sait, officiellement… Étrangement, le point géographique considéré comme étant l’épicentre du virus Zika au Brésil, est également celui dans lequel des moustiques génétiquement modifiée ont été libérés par le laboratoire Oxitec comme l’explique cet article de Zero Hedge. Ce moustique a été créé pour endiguer une épidémie de dengue qui multipliait les victimes, sa création avait pour but de réduire les populations de moustiques, vecteurs de transmission, en les empêchant de se reproduire.

Quand aux âmes bienveillantes qui ont décidé d’utiliser les moustiques OGM pour lutter contre la dengue, moustiques suspectés de répandre le virus Zika, c’est également une fondation, et pas n’importe laquelle: La fondation Gates.

Ces deux noms, que cela soit Rockefeller comme Gates, sont liés à des idées eugénistes, les auteurs reconnaissent même et assument leurs propos sur le sujet.

Il n’y a vraiment pas de hasard…

Non, y’a pas de hasard…

Donc, la Mme Chan de l’OMS continue le travail pour lequel elle est payée, certainement, plutôt grassement.

Mais perso, je pense plus qu’ils essaient plus de déclencher une pandémie mondiale par tous les moyens et non d’endiguer quoique ce soit…

Mais c’est mon côté théoricienne de la coïncidence qui ressort, sûrement. Non ?

Tenez, rappelez-vous ici ; Théoriciens de la coïncidence

Mais aussi par ce billet ; Galilée, théoricien du complot ?

Et celui-ci ; 9ème Planète ou théorie du complot ?

Pour moi, le cas Zika est clos !

 JBL1960

C’est du bidon…

Ali Sallah est mort, et ça c’est pas bidon !

En digne théoricienne de la coïncidence, je m’interroge et je ne suis pas la seule.

Cette info de Panamza, tourne sur divers sites, que les « Morbacks Vénères » appellent des sites complotistes

Donc Ali Sallah n’était pas armé, pas même un couteau…

N’est pas entré dans le commissariat,

N’a pas crié Allahu Akbar,

N’avait pas de ceinture d’explosif,

N’a menacé personne.

Mais il a pris 3 balles.

Parce qu’il était d’apparence musulmane comme aurait dit Naze I.

Cela m’a rappelé, qu’après les attentats du Métro de Londres, un fait similaire s’était produit ;

La police abat un travailleur dans le métro de Londres : une conséquence tragique de plus de la politique guerrière de Blair

Une déclaration du comité de rédaction du WSWS
(Article original paru le 25 juillet 2005)

L’exécution publique de Jean Charles de Menezes par les forces de l’État dans une rame du métro londonien le 22 juillet marque un tournant majeur.

L’Angleterre, le pays de la Grande Charte des Libertés, est devenu un pays où d’innocents civils peuvent être abattus dans les rues de la capitale au bon gré de la police, sans aucune explication et encore moins de réelle justification, le tout ne produisant qu’une brève déclaration de regret.

Des témoins oculaires de la scène on rapporté avec des détails horrifiants que l’électricien brésilien de 27 ans avait été poursuivi jusque dans la rame du métro par trois policiers en civils, qu’il était pétrifié et ressemblait à un « lapin pris au piège » avant d’être immobilisé au sol et tué de cinq balles dans la tête tirées à bout portant.

Lors d’une conférence de presse tenue après les faits, le chef de la Police de Londres, Sir Ian Blair, prétendit que l’homicide était « directement lié à l’actuelle opération anti-terroriste permanente et en expansion » qui a suivi les attentats du 7 juillet sur le réseau de transport public de la capitale et qui tuèrent 56 personnes ainsi qu’à une tentative, manifestement manquée, de faire exploser des bombes le 21 juillet.

Menezes n’avait non seulement aucun rapport avec les attentats terroristes, mais encore la police n’avait, elle, aucune raison de suspecter qu’il soit impliqué dans de tels crimes, ou d’autres. Le fait qu’on l’avait vu quitter une maison placée sous surveillance policière portant des vêtements « suspects » a suffi pour que la police se fasse à la fois juge, jury et exécuteur.

Etant donné les suggestions émises et selon lesquelles les tirs n’auraient pas été le fait de la police mais de membres des forces de sécurité ou du SAS (Special Air Service) chacun a le droit de se demander quel type de monstruosité orwellienne a-t-on créé dans l’Angleterre de Blair.

La mort de Menezes n’est pas une conséquence innocente des attentats du 7 juillet, comme on le prétend actuellement. Au cours des deux dernières semaines, on a créé délibérément et avec approbation gouvernementale un climat d’hystérie et de panique où on a donné carte blanche à l’Etat.

Le gouvernement a lui-même grand intérêt à ce qu’une telle atmosphère soit créée, afin de ne pas avoir à répondre à des questions qui pourraient lui faire du tort.Tandis que la police a exigé de nouveaux pouvoirs qui lui permette de détenir des personnes jusqu’à trois mois sans inculpation, le gouvernement a clairement signalé son intention de faire passer de nouvelles lois hâtivement, y compris une loi qui criminalise une « glorification » ou une « excuse » du terrorisme, ce qui aura des conséquences majeures pour la liberté d’expression.

On a appris dans ces circonstances que les directives règlementant l’usage des armes à feu par la police avaient été officiellement révisées et qu’on avait adopté en secret une politique du shoot to kill – tirer pour tuer. Même si le premier ministre Tony Blair insiste pour dire que les mesures d’urgence ne sont dirigées contre « aucune communauté » en particulier, mais seulement contre ceux qui veulent appliquer la terreur à tout prix, la presse regorge de demandes émanant de soi-disant « spécialistes de la sécurité » pour que tous les jeunes noirs ou asiatiques soient traités en suspects, de la même manière que l’avaient été les Irlandais dans les décennies passées.

Il y a toutefois là une différence cruciale. En mars 1988, quand le SAS tua trois terroristes présumés de l’IRA à Gibraltar, on nia à plusieurs reprises que l’État britannique pratiquait une politique de l’assassinat.

Ce qui n’est pas le cas aujourd’hui. Dans un article du Daily Mail, écrit avant que la police n’admette avoir tué un homme innocent, Tom Bower était d’avis que: « En temps normal, l’exécution d’un suspect par l’État dans une rame de métro en plein centre de la capitale aurait provoqué une vague de révulsion et de protestation. »

La menace du terrorisme avait toutefois changé tout cela, écrit-il. Les musulmans britanniques en particulier devaient accepter qu’« il fallait porter atteinte à de nombreuses libertés civiles « . La sécurité exigeait à présent une suspension de l’habeas corpus [garantit la liberté individuelle contre la détention et la répression arbitraires – NdlT ], « des arrestations inexpliquées » et même « un usage plus normal de l’assassinat policier ».

Où donc les pouvoirs en place ont-ils l’intention d’entraîner l’Angleterre ? La police a déjà confirmé, avec le soutien de Blair, sa politique du tirer pour tuer. Beaucoup de gens posent avec raison la question de savoir si, après l’exécution de Menezes, n’importe qui peut être considéré comme une cible légitime, un simple « dommage collatéral » dans la soi-disant «guerre contre la terreur ».

Tous ceux qui considèrent encore que les droits démocratiques doivent être défendus doivent rejeter l’argument martelé par l’élite politique et les médias et selon lequel établir un rapport entre l’Irak et les attentats du 7 juillet revient à « excuser » le terrorisme.

Cette fausse accusation n’a pas seulement été le mantra incessant de Blair et de Jack Staw, le ministre des Affaires étrangères. Aux États-Unis, Thomas Friedman, l’éditorialiste du New York Times déclara que ceux qui font porter la responsabilité aux actions des gouvernements américains et britanniques au Moyen-Orient sont « juste un tant soit peu moins répugnants que les terroristes ».

Nick Cohen, qui écrit pour l’hebdomadaire The Observer déclara dans un article du 10 juillet intitulé « Regarder la vérité en face » que « nous savons tous qui portait la responsabilité des meurtres de jeudi [7 juillet] et ce n’était pas Bush et Blair ».

Quelques jours à peine après avoir déclaré que la politique étrangère britannique avait joué un rôle dans la création des conditions ayant conduit aux attentats du 7 juillet, le maire de Londres, Ken Livingstone, disculpa de fait la police et le gouvernement dans l’homicide de Menezes, disant: « Cette tragédie a ajouté une autre victime au tribut payé en vies humaines et pour lequel les terroristes portent la responsabilité ».

On pouvait s’attendre à une telle lâcheté et un tel opportunisme de la part de Livingstone. Mais les attentats du 7 juillet et la mort de Menezes confirment effectivement et de façon tragique les millions de gens qui ont manifesté en février 2003 pour s’opposer à la guerre contre l’Iraq.

Ceux qui continuent de prétendre le contraire avancent une absurdité. Après la Deuxième guerre mondiale, on considéra l’usage de la guerre menée dans le but d’atteindre des objectifs politiques stratégiques comme le principal crime de l’Allemagne nazie, un crime dont découlaient inévitablement tous les autres, y compris celui du génocide fasciste. C’est sur cette base et avec le soutien de l’Angleterre que les dirigeants du Troisième Reich furent condamnés à être pendus jusqu’à ce que mort s’en suive.

Blair n’est pas moins coupable de crimes de guerre et il est moralement et politiquement responsable des événements de Londres.

L’écrasante majorité de la population anglaise était opposée à la guerre contre l’Irak précisément parce que ses conséquences catastrophiques étaient prévisibles. Ce ne sont pas les mises en garde qui ont manqué disant qu’elle entraînerait une déstabilisation du Moyen-Orient augmentant la probabilité d’attaques terroristes dans les principaux centres de la métropole et l’imposition de mesures de sécurité accrues ayant des conséquences dangereuses pour les libertés civiles.

Blair traita ces inquiétudes avec mépris, faisant la déclaration fameuse que, pour un gouvernement, l’essence de la démocratie consistait à refuser de faire ce que le peuple exigeait. Dans sa subordination servile à l’impérialisme américain et aux intérêts financiers du capital anglais, le premier ministre était déterminé à se débarrasser de tout obstacle se trouvant sur le chemin de ce qu’il pensait être une simple virée triomphale aux basques du gouvernement Bush vers les champs de pétrole irakiens.

La vérité est qu’on a fait payer à la population du Royaume-Uni, en vies humaines et par l’abrogation de ses libertés civiles, la tourmente déclenchée par l’incurie criminelle de Blair. Shakespeare ne le savait que trop, des actes infâmes engendrent des tragédies sans fin. Comme le barde aurait pu le dire du 7 juillet et du jour où le travailleur brésilien fut tué: Ce jour fera peser sur les jours à venir sa sombre fatalité (Roméo et Juliette, Acte III). Et de quels actes infâmes ce gouvernement ne s’est-il pas rendu coupable.

La guerre contre l’Irak, c’est un fait avéré, fut commandée et préparée sur la base de mensonges. Il n’y avait pas de lien entre le régime de Saddam Hussein et les attentats du 11 septembre aux États-Unis, l’Irak ne possédait pas non plus d’armes de destruction massive comme on l’a prétendu.

Ni par la vérité ni le droit international n’y ont fait obstacle. Le gouvernement, dans la poursuite de ses objectifs de guerre prédéterminée, s’efforça de fabriquer des « faits » en plagiant des documents et en manipulant des informations.

Quand ces mensonges furent révélés, Blair eut recours à d’autres mensonges à savoir que la guerre et l’occupation qui suivit avaient rendu le monde plus sûr et avait créé la base d’un renouveau démocratique, non seulement en Irak mais dans tout le Moyen-Orient.

L’Irak, au contraire, est un bourbier sanglant. Non seulement l’infrastructure du pays a été dévastée mais encore des dizaines de milliers de civils on été tués, 70 pour cent d’entre eux après la fin officielle de la guerre. D’Abou Ghraib à Guantánamo Bay, le monde a été témoin de la réalité abjecte de la vision «démocratique » de Blair et de Bush.

Parallèlement, l’Angleterre et les États-Unis sont transformés en dictatures policières dans lesquelles des civils peuvent être kidnappés dans la rue et jetés en prison sans être inculpés et où des escadrons de la mort peuvent rôder au grand jour dans les rues, tuant manifestement avec impunité.

Dans les semaines à venir, Blair et ses défenseurs continueront à utiliser la menace du terrorisme pour éviter de répondre de leur politique guerrière, justifier sa poursuite et lancer des attaques encore plus importantes contre les droits démocratiques.

Nous rejetons tout cela. La lutte contre la guerre impérialiste et la défense des droits démocratiques sont une et même chose.

Il y a un moyen d’arrêter les attaques terroristes, c’est d’arrêter la politique ayant produit le climat qui les a rendu possibles. Cela exige une lutte contre les élites capitalistes dirigeantes qui on commencé une guerre impérialiste en Irak dans le but d’obtenir le contrôle de ses ressources pétrolières.

Il faut remettre à l’ordre du jour et développer l’opposition de masse au militarisme et à la guerre par l’organisation de protestations, de manifestations et de conférences dans tout le Royaume-Uni, en Europe et à l’échelle internationale afin d’exiger la fin de l’occupation de l’Irak, le retrait immédiat des troupes étrangères et que tous ceux qui sont responsables d’avoir commandé cette guerre répondent légalement et politiquement de ses conséquences.

Mais on va dire que je suis une vilaine complotiste,

que je vois le mal partout.

En tous les cas, Ali ne pourra plus se défendre.

État d’urgence = Police partout = Justice Nulle part

Souriez, vous venez d’être effacé

JBL1960

Théoriciens de la coïncidence

Lu sur le toujours excellent Le Saker Francophone cet article de Kevin Barret qui comme beaucoup de français, en janvier dernier, puis dès le 13 novembre au soir, se posent des questions.

Là, il s’agit de la fusillade de San Bernardino et K. Barret se pose au moins 10 questions.

Et il en découle qu’une nouvelle espèce est née ;

Les Théoriciens de la coïncidence…

La fusillade de San Bernardino,
encore un coup monté ?


Voici dix questions que vous ne pouvez pas poser


Par Kevin Barrett – Le 6 décembre 2015 – Source Veterans Today

Comme l’a rapporté CNN, l’avocat de la famille impliquée dans ce cas a insisté pour dire que le compte rendu du gouvernement sur ce qui s’est passé à San Bernardino ne tient pas la route.

Une chose est sûre, le gouvernement ne dit pas la vérité. Que s’est-il donc réellement passé ? Voici quelques questions sur cette histoire que les médias grand public ont peur de poser.

1. Puisque les fenêtres de la voiture du couple ont été trouvées explosées mais remontées, alors comment le couple aurait-il pu commencer la fusillade avec la police à travers des fenêtres remontées. Personne ne va tirer avec des fusils d’assaut à travers des fenêtres remontées. La conséquence logique de ce fait est que la police a exécuté ces personnes de sang-froid. Il n’y a pas eu d’échange de tirs.

2. Les deux victimes furent trouvées mortes et menottées. Devons donc nous croire qu’ils ont commencé un échange de tirs avec la police avec des menottes et à travers des vitres remontées ? Il semble plutôt que le couple ait été menotté et mis en scène pour l’exécution avant d’être abattus.

3. Si les prétendus tueurs avait vraiment des contacts avec un groupe syrien affilié a Al Qaida ET al Shabaab en Somalie alors pourquoi les autorités n’ont-elles pas déployé tous les efforts possibles pour les capturer vivants afin qu’elles puissent être interrogées et leurs réseaux démantelés ? La même question revient chaque fois que les autorités exécutent sommairement un suspect ou un témoin de terrorisme – Ben Laden, Mohammed Merah, les assaillants de Charlie Hebdo, le suspect de l’attentat de Boston Tamerlan Tsarnaev et un témoin important Ibragim Todashev…

4. Si le couple faisait vraiment partie d’un réseau terroriste, est ce que le FBI aurait laissé les journalistes saccager la scène du crime ?

5. Si ces prétendus Bonnie and Clyde musulmans agissaient vraiment seuls qui était alors ce troisième tireur dont plusieurs témoins ont parlé ?

6. Est il possible que cette femme de 1m52 pour 55kg ait pu réellement porter : un treillis, un gilet pare balle, un fusil d’assaut smith & Wesson calibre .223, des chargeurs, un pistolet, une bombe artisanale avec son détonateur…et en plus tweeter son allégeance à État Islamique exactement une minute après le début de la fusillade ? « Elle a prêté allégeance au dirigeant d’EI, Abu Bakr al-Baghdadi sur Facebook pendant la fusillade »ont raconté à CNN trois officiels américains en relation avec l’enquête.

7. Pourquoi le Centre Régional d’Inland [NdT : Le centre social où s’est déroulée la fusillade] fait-il des exercices de simulation de fusillade tous les mois ou presque comme l’a rapporté le Los Angeles Times ?

8. Est ce une coïncidence que le seul centre d’handicapés au monde qui ait mené des exercices de simulation de fusillade chaque mois – je mets au défi les lecteurs d’en trouver un autre – soit justement l’endroit où : soit (1) une fusillade s’est déroulée, soit (2) un exercice a tourné à la réalité ?

9. Et, si ce n’est qu’une simple coïncidence, alors est ce que les 46 exercices de simulation du 11 septembre l’étaient aussi, la simulation de terrorisme de Peter Power du 7 juillet 2007 encore une autre coïncidence, la simulation d’attentat a la bombe du marathon de Boston une coïncidence de plus, la simulation de fusillade qui s’est passée en plusieurs endroits de Paris le 13 novembre, une coïncidence de plus…Pour accepter toutes ces coïncidences alors vous devez être un sacré théoricien de la coïncidence.

10. Si c’était vraiment du terrorisme islamique radical, pourquoi auraient ils alors ciblé un centre pour personnes handicapées plutôt que les élites responsables du meurtre de plus de un million de musulmans depuis le coup médiatique de propagande néoconservatrice du 11 septembre à New-York ?

Si jamais nous entendons : « Des terroristes musulmans radicaux ont assassiné Dick Cheney, George W.Bush, Donald Rumsfeld, Richard Perle, Douglas Feith, Dov Zakheim et d’autres architectes de la guerre génocidaire contre l’islam en général et la Palestine en particulier déclenché par le coup monté que fut le 11 septembre » alors je serais disposé à le croire. Jusqu’à ce jour, nous pouvons assumer, sans crainte de nous tromper, que les histoires ridicules de soi-disant attaques terroristes islamiques contre des civils qu’aucun musulman n’a de raison de tuer – comme a peu près toutes les attaques terroristes islamistes depuis le 11 septembre selon l’enquête détaillée de Aaronson – font parties du même programme Gladio B lancé après le coup d’état néoconservateur du 11 septembre.

Kevin Barrett

Traduit par Wayan, édité par jj, relu par Literato pour le Saker Francophone

Je reproduis ici la note du Saker Francophone qui est frappée au coin du bon sens ;

Note du Saker Francophone

L’étonnement sincère marqué par les observateurs des événements vécus actuellement dans le monde, dont celui-ci, participe d’une croyance venue d’un autre temps. Un temps où la vérité était à rechercher dans les faits, temps dont on peut remonter l’origine au droit romain. Ce temps n’est plus, depuis que le sinistre Karl Rove, âme damnée de Bush junior, a théorisé, c’est à dire divinisé, venant d’un membre éminent de la secte, la primauté du mythe américaniste sur le droit, dans un apophtegme mémorable à l’adresse des quelques journalistes qui l’entouraient  :

« Nous américains , nous sommes maintenant un Empire et lorsque nous agissons, nous créons notre propre réalité. Et pendant que vous étudiez studieusement cette réalité, nous ne perdons pas de temps, nous agissons et nous créons d’autres réalités nouvelles qu’il vous est loisible d’analyser…

C’est ainsi que les choses se passent, pas autrement . Nous sommes les acteurs et les producteurs de l’Histoire. A vous, vous tous, il ne vous reste qu’à étudier ce que nous créons. »

Passant ainsi 2 500 ans de civilisation par pertes et profits.

C’est pourquoi, de nombreux théoriciens de la coïncidence, dont je fais partie, apparemment, estime que l’Empire du Bien et de la Vertu, qui se prétend la Nation Exceptionnelle et Indispensable -et que j’appelle les Zunies– est passé du rêve au cauchemar américain.

Rest In Shit

JBL1960

 

 

LEURS RÊVES SONT NOS CAUCHEMARS…

MIGRANTS : Promotion Walls 2015 !

Y’a quand même eut un moment où les gars faisaient l’éloge des migrants, comme quoi c’était une chance pour la France. Que parmi ces migrants se trouvaient de futur « grands hommes et femmes indispensables à la Nation ». Que les maires des petits villages devaient réfléchir à l’accueil de ces migrants. Certains même, leurs ouvrants les portes de leurs résidences secondaires…

http://www.bfmtv.com/politique/manuel-valls-la-france-s-engage-a-accueillir-30-000-demandeurs-d-asile-917503.html

Et puis, des voix ont commencé à s’élever ; Et à prévenir que parmi ces migrants réels, dont il ne faut pas douter de la difficulté à survivre, se trouvait environ 4000 terroristes. 4000 ! Des hommes jeunes, instruits, parlant plusieurs langues, avec des portables flambant neuf et des passeports dont l’encre n’était même pas sèche sortis souvent des presses turques…

Mais quand on doute du récit officiel on nous appelle des « théoriciens du complot » on nous moque ;

Wouaaahhh ! Les tarés sont de retour ; Mais non vous êtes parano, les gars…

Puis le 13 novembre est arrivé et selon Jean-Loup Izambert ; Ici et

 « Si le DRS avait 
été écouté il n’y aurait pas eu d’attentats à Paris »

Alors, aujourd’hui, on peut lire sur wikistrike que 272 terroristes sont en Europe pour y commettre des attentats (c’est non sourcé…)

http://www.wikistrike.com/2015/12/alerte-wikistrike-previent-272-terroristes-sont-en-europe.html

Bon, au vu des dernières avancées du Maréchal Hollandouille, je sais pas pour vous, mais nous avons notre Bush et un Patriot Act à la française !

Et pire, une justice de type section spéciale !

Y’a aucune différence, aucune entre septembre 2001 et novembre 2015 !

La répétition générale ayant eu lieu les 7/8/9 janvier 2015…

J’espère sincèrement que des gens innocents ne vont pas encore en faire les frais.

Mais rien n’est moins sûr.

Et pétard, de pétard, ça sent le false flag à plein nez, non ?

On est prévenu ; On a les yeux grands ouverts, les oreilles aussi.

Ouvrez l’oeil, et le bon…

Mise à Jour du 16 juillet 2016 – JBL1960

Les Barbouzes en action…

Je vous colle un article que je viens de lire sur Wikistrike ; http://www.wikistrike.com/2015/12/attentats-de-paris-wikileaks-evoque-une-connexion-avec-israel.html

Je fais gaffe avec wikistrike car parfois, souvent même, il ne vérifie pas et balance un peu n’importe quoi.

Mais, j’ai lu cette info ailleurs.

Et je la reprends car, on se croirait dans le film « Lord of War » avec Nicolas Cage.

Et ça, ça à de quoi faire flipper grave, tout de même.

De la même manière, que depuis le 13 novembre dernier, il faut se pincer car on a l’impression d’être dans le film « 1984 ». Avant le 13 j’ai souvent eu cette impression, mais je trouve que ça s’accélère, ça prend corps.

En fait ça devient crédible.

Réveillez-vous les gens, réveillez-vous !

Ça m’a pris un peu de temps, mais j’ai les yeux et les oreilles grands ouverts.

Plus, je vais perdre un oeil…

Help !