Archives pour la catégorie NOUVEAU PARADIGME

Ce RIC là est trop RAC dans l’État où y nous ont mis !

NI MACRON

NI PERSONNE !

Page 64 de L’ESSENTIEL de RÉSISTANCE 71 de 2010 à 2018, en version PDFLes quatre piliers d’une résistance collective efficace au Nouvel Ordre Mondial et publié par Résistance 71 le 3 Juillet 2014

  • Réécrivons citoyennement la constitution. De loin l’approche la plus positive que nous ayons vu, mais qui à notre sens ne pourrait fonctionner qu’en tant que texte fondateur d’une confédération de communes libres. Sans abandonner l’État, coercitif et anti-réformiste par essence et par construction, une telle initiative est vouée à l’échec, car l’État ne validera jamais une réécriture citoyenne de la constitution (NdJBL : ou le RIC), c’est l’évidence même. Il faut d’abord sortir de l’État, pour ce faire une seule solution : le détruire, car il ne laissera rien lui faire de l’ombre… N’oublions jamais que l’État n’est que l’outil coercitif de l’oligarchie, qui avec le temps est devenu le gardien du statu quo.

Destituer un clampin à Macron pour le remplacer par un autre clampin X, Y ou Z(éro) ?

Même avec un Gilet Jaune, ancré dans un système étatique plus ou moins fort ou centralisé, aucune de ces solutions ne remet en cause la hiérarchie, la pyramide du pouvoir, le consensus du status quo oligarchique. C’est pourtant cela qu’il faut non seulement briser, mais empêcher qu’il puisse revenir, non ?

Le RIC en l’État n’est qu’une réforme de plus d’un système au-delà de toute rédemption !

Le RIC reste dans le carcan étatique, c’est une rustine sur une chambre à air poreuse, un cataplasme sur une jambe de bois, et si le principe, en lui-même est bon, il faut l’appliquer à des assemblées populaires HORS ÉTAT. Nous n’avons pas besoin de « législatif » et quand Étienne Chouard, par exemple, parle, fort bien, de « problème législatif » il reste dans le cadre de l’État. Or, la société des sociétés, telle que nous la voyons, est au-delà de cet ‘engoncement’ étatique et elle offre la seule démocratie possible, celle de la base, non centralisée, qui décide et se fédère !

Le tract entier et au format PDF distribué par les Gilets Jaunes en action au Tripode de Bordeaux – CHU PELLEGRIN le 10 janvier 2019

Le RIC, à mon sens, est un réformisme et surtout un piège politique, car il nous enferme toujours dans l’ineptie de la contrainte institutionnelle et croire que les gouvernants laisseront des réformes significatives se produire ; N’est-ce pas encore croire au Père Noël ?

Au mieux, Macron & Tout son orchestre plus quelques opportunistes diront oui mais pour mieux contrôler l’affaire, et on le voit bien, avec la « reprise en main » de Macron qui nous envoie une lettre, que nous lirons peut-être si nous avons le temps ; Puis ils vont te nous diluer tout ça dans un tissu législatif qui finira par lasser tout le monde, et la plupart laisseront tout tomber…

Y compris les référendums, s’il y en a, rien n’est moins sûr, qui seront de toutes façons toujours bafoués (rappelez-vous le Référendum de 2005) quand et comme ça arrange les oligarques.

Pour instituer un tel système, il nous faut d’abord abattre l’ancien, le rafistolage ne sert à rien, ce n’est que reculer pour mieux sauter.

La question cruciale, actuellement, vu le niveau de répression installé par ce pouvoir dominant, oppresseur est COMMENT on le fait tomber en évitant le bain de sang vers lequel on nous pousse et sans donc retomber dans l’antagonisme à l’œuvre depuis des millénaires ?

Comment on rallie à nous les policiers et les militaires de France et de Navarre ?

Comment on les convainc de désobéir aux ordres de ce pouvoir oppresseur et répresseur qui est maintenant, clairement, d’éliminer tous les Gilets Jaunes, puis ensuite, ceux qui oseront encore les soutenir ? [NdJBL ► Lire l’appel aux polices et armées du Monde à ce tenir CROSSES EN L’AIR aux côtés de tous les peuples opprimés de la Terre]

Un début de piste, sérieux, avec cette ;

Lettre ouverte au technicien de surface financier qui occupe temporairement l’Élysée et à tous les larbins de la marchandise qui voudraient le soutenir ou le remplacer…

Par le Collectif humain sans étiquette (transmis par F. Cousin) ce 15 Janvier 2019, en version PDF ► Lettre ouverte au technicien de surface financier

Via Résistance 71

Un spectre hante l’Europe et d’abord la France : le spectre de la révolution d’une vraie vie humaine débarrassée de toutes les obligations de la tyrannie marchande. Toutes les puissances du vieux monde de l’oppression se sont unies en une Sainte-Alliance pour traquer ce spectre : les diverses cliques de toutes les gauches et de toutes les droites, les réformistes de tout acabit et les policiers de tous les services. Il en résulte un double enseignement.

Déjà le mouvement des Gilets jaunes qui porte en lui la dynamique montante d’une colère in-subordonnable est reconnu comme une puissance terriblement dangereuse par tous les gangs gouvernementalistes qui entendent maintenir le règne de l’exploitation économique et du mensonge politique.

Il est donc grand temps que des hommes d’intransigeance exposent à la face du monde entier, la véritable signification du séisme actuel ; qu’ils opposent aux contes et boniments des politiciens, syndicalistes, journalistes, artistes, sociologues, flics, juges, publicitaires et autres parasites sociaux de toutes sortes une claire déclaration du mouvement lui-même.

C’est à cette fin que nous, simple expression anonyme parmi d’autres du prolétariat universel en soulèvement d’histoire – c’est à dire des humains privés de tout pouvoir sur leur existence asservie par l’argent et venant de tous les territoires ouvriers, paysans ou artisanaux écrasés par la crise généralisée du capitalisme mondial – avons rédigé la Lettre ouverte suivante. Celle-ci vient signifier que la force spontanée des Gilets jaunes va continuer d’avancer afin de contrecarrer les nombreux pièges que ne cesse de lui tendre le pouvoir du spectacle de la marchandise lequel est d’ailleurs condamné à tomber à mesure que va s’effondrer l’ordre économique international de l’illusion qui le fonde.

Alors que la crise totale de la mystification mercantile ne peut que partout se poursuivre, l’État intervient massivement pour toujours renforcer ses batteries de mesures sécuritaires et anesthésiantes …Une frénésie qui dénote la peur et l’impuissance d’une mafia aux abois et qui est ici couronnée par la tentative d’endormissement du baratin propagandiste et des causeries sous contrôle pour distraire et gagner du temps…

Emmanuel Macron, affligeant représentant de commerce de l’OTAN et des diktats de l’Europe américaine de Bruxelles, petit commis inculte des privilégiés métropolisés du mondialisme de la marchandise vient aujourd’hui de nous pondre une pitoyable bafouille totalement creuse et affligeante supposée endiguer la désobéissance de la France périphérique du prolétariat infiniment méprisé. Le dérisoire ancien associé-gérant de la banque d’affaires Rothschild & Cie nous presse ainsi d’accepter un système social d’obéissance rénovée en nous implorant d’aller nous perdre en de multiples bavardages insipides et grotesques. Mais il a cependant raison sur un point ; La France n’est pas un pays comme les autres… En effet, elle est l’éclaireur de la lutte de classe internationale qui voit s’opposer depuis des lustres les insurgés de la vie aux gestionnaires de la fausseté généralisée. Et dès lors, cette France communarde de la longue histoire, avec un mépris total pour le « grand débat national » de la manipulation qui nous propose d’être esclaves autrement, va prouver à tous qu’elle sait faire la différence entre le chemin de la parole insoumise et celui du jacasser servile. C’est pourquoi la France réfractaire refusera de perdre son temps à discutailler avec les représentants de l’oppression…

L’immense tremblement de terre historique que nous connaissons aujourd’hui et qui a déclenché la panique répressive du pouvoir qui s’affirme désormais publiquement comme le parti policier de l’ordre capitaliste en décomposition a démontré que l’offensive sociale ne doit pas se contenter de cibler les marionnettes mises aux commandes de l’État par les multinationales du rendement et du saccage. Tous les successeurs appliqueraient à quelques degrés près, les mêmes politiques d’escroquerie et de prédation. C’est le système de la liberté despotique du profit lui-même qu’il faut éradiquer en commençant par comprendre que toute négociation est un traquenard destiné à briser la lutte.

Le mouvement social n’en est qu’à ses débuts mais il ira loin même si ce loin est encore éloigné car la crise de la dictature du marché mondial va prochainement tout faire exploser, industriellement, monétairement et bancairement…

À bas les carriéristes, les donneurs de leçons et tous les récupérateurs qui posent leur candidature pour « structurer » le mouvement !

À bas les chefs et tous les falsificateurs qui entendent canaliser et chapeauter le combat pour l’assagir, le divertir et le faire mourir dans des cahiers de somnolence !

À bas les gadgets référendaires et l’arnaque des débats citoyens pour améliorer la misère et nous manipuler dans les parleries débiles de l’asservissement repeinturluré !

Non à toutes les foires électorales et d’abord celle de l’esbroufe européenne. Non à toutes les refondations du contrat social de la domestication…

NOUS REFUSONS DE DEMEURER ASSIGNÉS DANS LE MONDE DU CHIFFRE D’AFFAIRES…

NOUS N’ACCEPTERONS JAMAIS QUE NOTRE VIE SOIT UN ARTICLE DE COMMERCE ENFERMÉ DANS LES VOTATIONS MORTIFÈRES DU SUFFRAGE UNIVERSEL DE LA CITÉ DU CAPITAL …

VIVE la grève générale sauvage et illimitée pour un monde anti-mercantile qui corresponde aux seuls besoins de l’humain !

VIVE LA COMMUNE !

Des humains sans étiquette qui entendent bien demeurer in-contrôlables…

Lectures complémentaires ;

Francis Cousin : Ce n’est que le débutPDF

Pierre Bance : L’heure de la Commune a sonnéPDF

“L’autogestion généralisée est le plus court chemin vers l’abondance.

Le travail y tend vers zéro, la créativité vers l’infini.”
~ Raoul Vaneigem ~

“La démocratie représentative repose sur la fiction du règne de la volonté populaire exprimée par de soi-disant représentants de la volonté du peuple. Ainsi permet-elle de réaliser les deux conditions indispensables à l’économie capitaliste : la centralisation de l’État et la soumission de la souveraineté du peuple à la minorité régnante…

Au bout du compte, la démocratie est une machine à broyer et à concasser les aspirations sociales de telle sorte que face à l’inutilité de nos efforts individuels et collectifs pour améliorer les choses, nous abandonnons notre vie entre les mains des classes dirigeantes.”

~ René Berthier ~

“L’État est la négation de l’humanité.”
~ Michel Bakounine ~

“Ne doutez jamais qu’un petit groupe de citoyens attentionnés et impliqués puisse changer le monde ; en fait, c’est la seule chose qui ne l’ait jamais fait…”
~ Margaret Mead ~

C’est pourquoi, je joins ma voix à cet appel à la GRÈVE GÉNÉRALE ILLIMITÉE et je rajoute EXPROPRIATRICE et voici pourquoi ;

Pour une Société des sociétés : celle des associations libres et volontaires ; N’œuvrant que pour le bien commun au sein de communes autonomes qui se fédèrent.

Il nous faut créer une société parallèle, celle des associations libres fédérées, boycotter le système et institutions de manière exponentielle au nombre de gens rejoignant les associations libres… À un moment donné, la désobéissance civile, donc la confrontation avec l’État sera inévitable, mais si les gens, nous, la minorité, faisons tourner la société déjà localement en ignorant l’État et le système politico-économique qui nous sont imposés, l’obsolescence de ces entités ne fera que croitre et elles tomberont quasiment d’elles-mêmes ou avec un petit coup d’épaule « non-violent » ;

« Pour les travailleurs, la grève générale est la conséquence logique du système industriel moderne, dont ils sont les victimes et elle leur offre en même temps l’arme la plus forte dans la lutte pour leur libération sociale, pourvu qu’ils reconnaissent leur propre force et apprennent a utiliser cette arme a bon escient. »

— Rudolph Rocker

Pour qu’une grève soit vraiment efficace, elle doit être :

  1. Générale
  2. Illimitée
  3. Expropriatrice
  4. Autogestionnaire

Et s’il manque un de ces 4 éléments, ce n’est que pisser dans un violon, l’histoire l’a prouvée encore et encore…

C’est à nous de décider TOUS ENSEMBLE, les opprimés de la Terre, que nous voulons seulement être et ne plus avoir, et que nous voulons appartenir à la Terre et non la posséder pour le seul profit d’un tout petit nombre, et toujours dans l’idée du « bien commun » et c’est le texte d’Élisée Reclus « À toi mon frère le paysan » qui nous permet de comprendre qu’il y aura des expropriations mais de ceux qui « profitent de manière très lucrative » et « exploitent » les travailleurs de la Terre ; Elle est là toute la différence entre « propriété privée » et simple « possession »

Et pour bien saisir la nuance, et de taille, avec cette proposition, vous pouvez lire ces textes essentiels et fondateurs, en version PDF que j’ai toutes réalisées ;

La Pédagogie des Opprimés de Paulo Freire, 1970 (PDF N° 83)

De la Théorie à la Pratique Anarchiste avec Rudolph Rocker (PDF N° 61)

Pensée et Pratique Anarchistes avec Errico Malatesta (PDF N° 32)

Manifeste Pour la Société des sociétés par Résistance 71

Origine & Critique de l’État ; AVEC

Manifeste pour le Confédéralisme Démocratique par Abdullah Öcalan (PDF N°24)

6ème Déclaration Zapatiste de la Forêt de Lacandon, Chiapas, Mexique (PDF N° 25)

JBL1960

Publicités

Lectures en miroir pour une réflexion croisée & SOLIDAIRE !

CAUSE COMMUNE pour la Commune 2019, celle des COMMUNES LIBRES, VOLONTAIRES & AUTOGÉRÉES !

Publié par Résistance 71 en janvier 2013 ;  Petit précis sur la société, l’État, la désobéissance civile et la commune volontaire autogérée ; solutions au marasme systémique actuel  et ce texte est toujours d’une grande actualité aujourd’hui (31 décembre 2018) [NdJBL : Voir mon dossier sur le mouvement des Gilets Jaunes] parce que rien n’a vraiment été fait pour mettre en place de véritables solutions à la fange oligarchique impérialiste étatique qui continue à piller et génocider le monde en long, en large et en travers. Mis au format PDF N° 14 de 36 pages par mézigue en janvier 2017 et indispensable pour passer des Ronds-Points à la Commune des communes ! PETIT PRÉCIS TRÈS UTILE en version PDF ;

Toujours avec dans l’idée première et notre objectif, devenus communs, de connecter les énergies et les électrons libres pour donner l’exemple d’associations toutes aussi libres, par delà l’espace et le temps…

Et alors qu’en février 2017, Zénon l’Ailé prenait la Tangente au moins pour sortir du piège de la toile d’araignée mondiale ; Et après avoir partagé avec nous, en 12 textes, que vous trouverez tous au format PDF dans cette page spéciale de mon blog ► LES CHRONIQUES DE ZÉNON + des poèmes inédits de l’Auteur ;

Cette intuition, ces fulgurances aussi, et comme fil conducteur, nos petites flammes intérieures nourries à se donner à lire les uns les autres ainsi que des auteurs passé, présent comme en devenir, affirmant même que « cette chaleur et cette énergie surpassent tous les combustibles fossiles : elles sont le moteur de la perpétuation de l’espèce humaine depuis des millions d’année, et la source même de la Vie. Nulle intelligence artificielle ne saurait s’y substituer. » Burn-out – Ou la fin annoncée de la lutte des classes.

Zénon concluait ainsi son tout dernier texte « Tangente » ; « Depuis « Nakba », mon message n’a cessé d’être celui-ci : devant l’urgence des menaces qui nous concernent, il est impératif de laisser de côté nos divergences idéologiques ; de nous focaliser sur ce qui nous unit et non plus sur les faux antagonismes créés de toutes pièces. Je le répète : ce système dualiste, auquel internet procure un approfondissement exponentiel, est à la source de tout impérialisme. Il est à extirper d’abord de nos esprits et de nos cœurs… Cette crainte de nous dissoudre ou de nous perdre dans le grand Tout n’est que la gestation d’un retour conscient à la simple Unicité qu’au fond, nous n’avions jamais oubliée.

À l’image de la Terre et du Ciel, l’Homme est une sphère vouée à l’irrésistible Révolution. Et si en effet, dans cette nuit noire de l’âme, nous ressentons cette peur et cet insondable vertige devant l’inconnu, nous pouvons être certains que l’épreuve qui nous attend soit à la mesure du soleil radieux que nous appelons de nos vœux, et dont nous devinons déjà, sous nos paupières mi-closes, les premiers rayons de l’aurore.

Le rêve perd peu à peu de sa consistance, et déjà demain nous appelle. Il exige de nous le courage de le regarder dans les yeux… L’heure est venue de nous réveiller.

Et c’est exactement ce que nous avons faits, certains en enfilant un Gilet Jaune, quand d’autres avaient déjà accroché un chiffon rouge à leur cœur, d’autres encore soutenant le mouvement silencieusement soit en l’arborant au tableau de bord de la bagnole, ou tout simplement, l’ayant constamment à l’esprit et en chaque mot, chaque pensée parfois dans l’incapacité physique d’agir…

Et c’est pourquoi, Zénon, judicieusement, ce rappela, à notre bon souvenir, ce 25 décembre 2018, avec la publication de ce poème « Qu’aurais-je à craindre ? » et rédigé le 22 novembre 2017, soit un an avant l’émergence de ce mouvement, qui sourdait dans les entrailles des campagnes et des territoires oubliés, et que Zénon, à l’été 2016, n’avait pas manqué de sentir en sillonnant cette France ravagée par un néolibéralisme non encore pleinement assumé par le futur Président Jupitérien Macron de Rothschild, et totalement retranscrit dans cette nouvelle « Regards croisés« .

Qu’aurais-je à craindre ?

Dis-moi, qu’aurais-je à craindre, l’ami,
Des tenants d’un ordre en décrépitude, déjà au bord du tombeau ;
Car nous étions, sommes et serons unis
Comme au temps de la servitude à l’éclosion du renouveau.

Qu’aurais-je à craindre des colères ou des représailles
D’un ennemi déjà dispersé aux quatre vents de la plaine ;
Alors qu’en nos cœurs, nos âmes et en nos entrailles
Vibre l’aspiration à nous débarrasser de nos chaînes ?

Dis-moi encore le poids des ans à regarder passer les jours,
Et courber l’échine en disant que cela vaut mieux que la rue :
Je te montrerai la façon dont la peur et les beaux discours
T’auront dépossédé jusqu’à ton propre vécu.

J’ignore, mon ami, quelle issue trouvera notre lutte
Ou si le présent idéal verra demain le soleil ;
Mais toute tentative de se prémunir de la chute
Sera vaine, et plus douloureux alors l’éveil.

Je ne sais quand la lumière émergera de l’obscur
Ni l’heure à laquelle accouchera l’être Humain.
Mais ici et maintenant, une chose est sûre :
Aucun d’entre nous ne sera né pour rien.

Zénon – 22 novembre 2017

Et dans le même temps, par une synchronicité confinant à l’irréel, ce même 25 décembre 2018, Le Passeur, d’Urantia-Gaïa, publiait ce long texte « Au fond du terrier du lapin blanc » que j’ai mis au format PDF avec son accord ;

Voltigeur du site Les Moutons Enragés l’ayant mis en lien le 26 puis publié le 27/12 ICI en me permettant tout comme à Zénon de ne pas louper ce mess@ge et tant il sublimait par un propos profond autant que rare cette impression que nous vivions « L’Heure Zéro » dans cet ICI et MAINTENANT…

Ce Tep Zepi/Zep Tepi ou Temps Zéro ou encore Temps Nouveau que nous nous souhaitions pour nous TOUS le 1er janvier dernier et dont l’heure venait de sonner :

2018 = Année Zéro d’une prise de conscience politique collective ?

Ce TEMPS NOUVEAU {Zep Tepi en Égyptien antique] ou Tep Zepi ; TEMPS ZÉRO selon les CODEX Maya nous pouvons en provoquer ensemble la césure et pourquoi pas décider que cette nouvelle année 2018 en serait le point de départ = L’ANNÉE ZÉRO ?

Car depuis 2 ans, j’ai pu, tout comme vous, affiner ma réflexion politique en me nourrissant de lectures diverses et variées. Et celles qui auront fait la différence pour moi et qui me permettent aujourd’hui de saisir la proposition faite par R71, car elle me parait la plus sensée et la plus plausible en regard de la situation planétaire actuelle : 2018 pourra t’elle être l’année zéro d’une prise de conscience politique collective ? Qui sait ? Ce qui est sûr c’est que la balle est dans notre camp, elle l’est depuis un bon moment du reste…

Je vous propose quelques extraits du texte du Passeur qui m’auront particulièrement marqués et qui relèvent la synchronicité aussi bien dans mes analyses au fil du Temps que dans celles de Zénon, mais également avec Juan Branco dans la vidéo qui n’est déjà plus disponible à Là-bas si j’y suis, mais disponible grâce à Jean-Marc B. sur les Blogs de Médiapart ICI, et que vous pourrez retrouver, dans son manuscrit en version PDF ; Macron et son crépuscule par Juan Branco, publié le 26 décembre 2018 ;

Au fond du terrier du lapin blanc

 Publié le 25 décembre 2018 par Le Passeur

Page 4 : Nous vivons dans une matrice que nous créons à la fois individuellement et à fortiori collectivement. Cela veut dire quoi ? Que la matrice qui correspond à notre univers visible pour disons généreusement 1 %, mais à l’invisible à 99 %, est une interface qui réagit fréquentiellement à notre propre interface personnelle, notre ego, siège de toutes nos manifestations non-conscientes.

 Pour illustrer le portrait, disons que la matrice fonctionne un peu comme un logiciel-système, très vraisemblablement géré par une intelligence artificielle quasi autonome et que nous en sommes les programmeurs permanents par les fréquences que nous émettons et qui sont toutes porteuses d’information. À chaque instant, notre ego, par ses pensées, ses actes, ses émotions, son inconscient, va remplir de ses informations chaotiques les petites cases blanches du logiciel, qui va ingérer les paramètres afin de matérialiser au sein de l’hologramme ce que l’ego a exprimé. Ce qu’on appelle la résonance fréquentielle. D’où notre responsabilité à 100 % de TOUT ce que nous vivons.

Page 7 : Nous jouons contre un superordinateur, qui a toujours plusieurs coups d’avance sur nous, du moins tant que nous voulons lutter avec ses outils et ses armes. Notre éveil n’est pas son intérêt programmé. La Voie est ailleurs.

Page 9 : Ce que les maîtres actuels de l’illusion veulent, c’est appliquer la stratégie du chaos puis baisser provisoirement le feu sous la casserole où cuit lentement la grenouille qui ne se rend compte de rien. Autrement dit, ils veulent nous servir un niveau de confort apparent plus grand au sein de la geôle, peindre d’or les barreaux. C’est ce monde que leurs valets organisent, où les Hommes seront réunis par cette nouvelle religion unique que dessine le new age, mais sous l’égide de ce nouvel ordre mondial qu’ils martèlent, dans la dévotion aux intelligences artificielles et la confusion des genres et des individualisations. C’est une ligne du temps dans laquelle ils veulent entraîner le plus grand nombre.

Page 11 : Ce qui se joue en France en cette fin 2018 démontre bien cette méconnaissance de la part occulte des choses.

Attention donc à l’aspect occulte de tout ceci. Il y a derrière cet affrontement des forces sombres qui s’agitent un réel aspect sacrificiel où de puissants égrégores sont à dessein excités. Il ne faut pas se tromper de cible, car ceux qui dans l’ombre l’ont voulu Président ont prévu et favorisé ce qui arrive aujourd’hui afin d’en détourner à leur bénéfice tout l’aspect énergétique où se situe la vraie force du pouvoir. Cet homme est sacrifié sur un sombre autel. Il est aujourd’hui l’objet malgré lui d’un véritable rite occulte dont il ne savait rien jusque-là, mais dont probablement il commence à se rendre compte à son insuffisant niveau d’initiation.

 S’acharner contre lui ne fera que servir ses maîtres tout en le détruisant et ce serait une grave erreur car il est important pour l’efficacité du rite qu’ils accomplissent que ce soit le peuple inconscient qui le conduise au sacrifice.

Page 12 & 13 : C’est donc un grand chaos multidimensionnel qui s’annonce, condition préalable à toute mutation. Il va se jouer désormais en très peu de temps, point d’orgue d’un long cycle, tout ce à quoi nous nous sommes préparés depuis longtemps. Il va nous falloir maintenir une grande vigilance sur nous-même pour ne pas rater ce rendez-vous cosmique. Ce qui implique qu’il va nous falloir être très présent à nous même, c’est à dire très conscient de nous en toute chose de l’instant présent, apaisé malgré les énergies saturées de notre environnement, donc capable de prendre du recul sur les événements.

 L’agenda en cours n’est pas celui qui nous est et nous sera présenté, il n’a rien à voir avec le monde visible et ses théâtres organisés dans l’ombre par des formes de vie dont les intérêts sont autres, il faudra l’avoir toujours à l’esprit.

Il va falloir aussi s’accommoder des sollicitations émotionnelles qui nous seront servies et avancer nos pièces sur l’échiquier multidimensionnel sans se laisser déstabiliser et embarquer énergétiquement.

 Inutile d’appeler une aide extérieure ou d’invoquer les faux dieux. Il n’y a rien d’autre à attendre que nous, présents et opérationnels à notre propre rendez-vous.

 En toutes circonstances, nous sommes notre propre clé et nous avons définitivement les moyens d’ouvrir la porte.

Fraternellement,

 © Le Passeur – 25 Décembre 2018 – http://www.urantia-gaia.info > Cet article est volontiers autorisé à la diffusion à la seule condition de ne pas l’associer à une démarche commerciale, de respecter l’intégralité du texte et de citer la source.

Pour retrouver l’intégralité de ce texte, en version PDF N° 84 de 13 pages ► Au fond du terrier du lapin blanc.

UNION + RÉFLEXION CRITIQUE + ORGANISATION /MUTUALISATION =

ACTIONS DIRECTES EFFICACES NON VIOLENTES !

Pour toutes ces raisons, il n’y a rien à attendre de Macron & son Orchestre, du suivant ou de la suivante !

Et donc, BOYCOTTONS ses vœux, et le « traditionnel rassemblement populaire » sur les Champs ! Paris ne veut pas de nous ? Tant mieux, désertons-le ! Laissons-le aux seuls touristes qui sont les bienvenus pour dépenser la thune qu’on a pas, de toute façon et laissons-le aux 18000 forces de l’ordre réquisitionnées pour sécuriser les lieux de la fête ; Tu parles d’une fête !

Plus que jamais la solution est en nous et elle est hors cadre, hors État et ses institutions !

Un RIC dans le respect des institutions, pire sous l’égide de ce gouvernement oppresseur est non seulement voué à l’échec, mais va nous faire perdre un temps précieux. Aussi, coordonnons-nous, sans plus attendre, avec les compas de Commercy, dans la Meuse, pour une Assemblée des Assemblées le 26 janvier 2019 par exemple et comme point de départ à notre mutualisation.

Dans tous les cas dès maintenant appelons à la grève générale de la consommation !

TOUT DE SUITE ! MAINTENANT !

Consommons le minimum en privilégiant les circuits courts, pratiquons l’entraide et la solidarité, car la bête Système ne va pas se laisser faire sans réagir !

Lisons-nous, donnons-nous à lire, échangeons, partageons, organisons-nous et co-créons, soyons imaginatifs car nous pouvons devenir les inventeurs de notre propre réalité, dont le 0.00001% ne fait pas partie, car depuis des centaines d’années ce système s’est nourrie de cette seule idée que pour ÊTRE il devait tout AVOIR et POSSÉDER, y compris nous-mêmes, nos vies et jusqu’à nos âmes et avec notre CONSENTEMENT ! Aussi ;

RETIRONS-LEUR NOTRE CONSENTEMENT !

DISONS-LEUR = NON ! STOP ! ÇA SUFFIT !YA BASTA!

Nous tous, les OPPRIMÉS DE LA TERRE ;

Unissons-pour pour faire se lever l’aurore de la SOCIÉTÉ des Sociétés dès le 1er Janvier 2019

JBL1960

LECTURES COMPLÉMENTAIRES INDISPENSABLES, à mon sens, en version PDF et en lecture, téléchargement et/ou impression gratos en cliquant sur ce lien ► TOUTES LES VERSIONS PDF DE JBL1960

Meilleurs PETITS CLICS pour DE GRANDS DÉCLICS c’est tout le mal que je nous souhaite pour cette nouvelle année qui commence…

Jo Busta Lally

RIC ou révolution ? Telle est la question !

Début de réponse ;

À lire mon dossier complet sur le Mouvement des Gilets Jaunes

C’est bien parce qu’une prise de conscience politique COLLECTIVE est née depuis le 17 novembre de manière concertée, à l’exemple des Comp@s / GJ de Commercy dans la Meuse qui aura interpellée les peuples opprimées du monde, que nous sommes arrivés, ce samedi 22 décembre 2018 à la croisée des chemins ;

Rester dans les clous du Système oligarchique ? Dont Macron & tout son Orchestre sont les plus purs produits, avec le RIC ou prendre la Tangente et plonger dans l’inconnu ?

Comme le rappelle Résistance 71 qui relaie initialement cette excellente analyse de  Paris-Lutte Info du 19 décembre 2018 : il est important de se regrouper et de changer de dimension. À un moment donné, il est évident que l’emploi de la grève sauvage, hors syndicats (tous foies jaunes bouffant au râtelier oligarchique), illimitée et expropriatrice deviendra nécessaire. Il y a une chose essentielle à comprendre et c’est ça qui fait trembler l’oligarchie comme une feuille morte : le système a expressément besoin de nous ; nous n’avons EN AUCUN CAS besoin de lui ! Ceci devrait devenir une évidence pour tout le monde. À partir de là, l’action solidaire concertée devient limpide.

Agissons dans le sens d’assemblés populaires au sein d’une confédération de Communes Libres, reprenons le pouvoir pour immédiatement le diluer dans l’environnement où il est le plus soluble et devient non coercitif par nature : le peuple !

Il n’y a pas de solutions au sein du système, n’y en a jamais eu et ne peut y en avoir ! Le RIC n’est qu’un leurre supplémentaire faisant garder la main à l’oligarchie en nous faisant participer DIRECTEMENT à l’organisation de notre esclavage à la marchandise.

Halte au sketch ! Assez est assez !

Résistance 71

Car depuis plus de 3 ans, nous avons défini, ensemble, qu’il nous faudrait, le moment venu, développer et pratiquer 3 choses essentielles au niveau local (dans les territoires oubliés et les communes, mais pas dans les cahiers de doléances ouverts auprès des Maires qui sont la réplique du système vertical orchestré par Macron), puis en associations libres et volontaires :

  1. L’autosuffisance ; Contrôle des ressources pour défier (toutes) les institutions ;
  2. La réorganisation ; Canaliser les énergies (et non se structurer en partis ou syndicats, comme on l’ordonne aux GJ pour mieux les manipuler) ;
  3. Le repositionnement ; Comprendre qu’il est vain et futile de coopérer avec toute autorité institutionnelle. L’État et les institutions faisant partis du problème et non pas de la solution.

Et nous y sommes ! C’est le moment de choisir ce que NOUS TOUS pouvons faire pour que ça change vraiment !

RIC ou révolution ?

Paris-Lutte Info | 19 décembre 2018 | URL de l’article ► https://paris-luttes.info/referendum-d-initiative-citoyenne-11340?lang=fr

La révolution : si on le prend au sérieux, le mot est vertigineux. Alors, par peur de lui même une partie du mouvement croit trouver dans le RIC une solution pacifique et institutionnelle. C’est une impasse.

Nous l’écrivions il y a quelques jours dans un texte qui a tourné : le RIC est une porte de sortie pour le pouvoir. Aujourd’hui, cette affirmation se vérifie. Les médias nous font bouffer du RIC matin, midi et soir. Pour autant, et en réalité nous le savons tous, rentrer chez nous avec le RIC, c’est retourner au chagrin, sans rien de plus dans le frigo. Mais alors, que faire ? Que proposer, vers où aller ?

Le RIC est une porte de sortie pour le pouvoir. Car on le sait bien, au final : le pouvoir ne nous donnera rien sur le terrain social. Ce qu’il nous a concédé jusqu’ici de plus gros est invisible, n’est pas une mesure en positif, c’est simplement le gel des prochaines mesures contre nous, suspendues le temps du mouvement.

C’est aussi une porte de sortie pour la partie du mouvement qui a peur d’elle-même, de ce qu’elle pourrait être amenée à faire pour gagner. Car la question que tout le monde se pose, c’est celle-là : jusqu’où devrons nous aller pour nous faire entendre, pour vivre mieux ?

Ce mouvement est dur. Les Gilets jaunes ont arrêté les voitures et camions en faisant barrage comme ils ont pu, parfois avec leurs corps. Quiconque est allé sur les ronds points le voit bien, le danger est présent, bien qu’on l’oublie, à se faire frôler par des voitures toute la journée. Dés le premier jour, une femme est morte. Le bilan s’est considérablement alourdi depuis. Et cela risque d’empirer, notamment car la police est d’une rare violence. Déjà, à Marseille, une vieille dame est morte, heurtée au visage par une grenade lacrymogène.

Ce mouvement est très violemment réprimé. Le pouvoir en place n’a pas hésité à menacer de mort les participants aux manifestations. Autoriser une manif tout en menaçant de mort ses participants est assez inédit comme pratique !

Mais ce mouvement tient. Les participants aux blocages sur les ronds points, aux manifs, ont tenu quand même. Malgré la répression, malgré les menaces, les amendes, les coups, les peines de prison ferme, les gilets jaunes ont tenu. Et dans ce climat tendu, nous avons avancé. Occupé la rue, mené des actions coups de poings… Jusqu’à faire trembler Macron.

Alors, le vertige ?

Quand on en arrive là, le geste de révolte qui est à l’initiative de ce mouvement reste comme suspendu, pris de vertige devant l’ampleur de sa portée. Car finalement, les mouvements sociaux, y compris 36 ou 68, se sont arrêtés, empochant des améliorations sociales. On pourrait causer de ce bilan, savoir si les mouvements d’alors ne se sont pas fait avoir, mais ce n’est pas le sujet. Ce mouvement n’a pas le luxe de cette question, il n’a rien obtenu, ou si peu, de la poudre de perlimpinpin. Il n’y a pas de « grain à moudre ». Nous avons face à nous une porte fermée à double tour. Les possédants ont jeté la clé. Pour sortir de notre cage, il faudra la fracasser : cela s’appelle une révolution. Et elle fait peur. On nous l’a tellement matraqué, qu’une révolution était dangereuse ! Tous les moments de remise en cause du pouvoir produisent de la peur. En 68, on appelait ça « le bloc de la trouille ». C’est une réaction logique, il s’agit d’un saut dans l’inconnu.

Le RIC est alors apparu, comme un moyen de s’épargner la révolution, plébiscité par nombres de gilets jaunes. Et sur le papier, on comprend cet enthousiasme. Un moyen de reprendre le contrôle à la base, sans risquer les coups de matraque, la répression. Le problème, c’est que les mêmes conditions qui font que nous n’avons rien obtenu jusqu’à présent conduisent aussi à penser que le RIC ne changerait rien : la classe possédante est prête à tout pour conserver son pouvoir social.

Que s’est il passé dans les autres pays ?

En Grèce, les gouvernements ont valsé. Les politiciens ont tous préféré démissionner qu’en finir avec l’austérité. Puis est arrivée l’alliance entre Syriza et ANEL, c’est-à-dire entre nationaliste et extrême-gauche. Et… Ils ont lâché comme les autres !

Pourtant, les grecs avaient répondu non au référendum sur l’austérité. Un référendum proposé par le gouvernement lui-même, mais qu’il n’a pu respecter. On retrouve des situations similaires en Argentine, en Espagne… Pourquoi ? C’est une question de force. Le pouvoir du capital, de l’argent, est une immense force. Face à lui, l’indignation, l’appel à la pitié n’est rien.

Songeons à la gravité terrestre qui tire tout corps vers le bas. Pour la contrer, on peut se plaindre tant qu’on veut, il nous faudra utiliser nos muscles, nous mettre en mouvement. Les muscles de cette société, ce sont les millions de prolos. La seule force capable de s’opposer à celle du capital, la voici. En temps normal, cette force est allongée, rivée au sol par le capital, qui la pompe comme un vampire. Avec ce mouvement, elle s’assoie et fait trembler le pouvoir. Reste à nous mettre debout : c’est la seule position d’où un combat peut être gagné. Et ce combat, nous n’en ferons pas l’économie.

En haut ils ne peuvent plus

Nous l’écrivions plus haut. La réalisation la plus importante du mouvement, c’est d’avoir stoppé les mesures contre nous pour un temps. Mais l’agenda est toujours là. Ce n’est pas par malveillance que les gouvernants nous imposent leur sales attaques. C’est parce qu’ils défendent le profit. Nous sommes à l’heure du flux tendu. A l’heure de l’austérité sans limite. A l’heure du grand appauvrissement.

Une époque du capitalisme où celui-ci n’a plus rien à lâcher. Ils n’arrivent même pas à nous donner trois sous sur le SMIC ! Nous l’écrivions au sujet du Brésil il y a peu, ce système vieux de deux siècles s’accroche à la vie avec la rage de la sénilité, ses mains serrées telles des griffes autour de notre cou. La prochaine crise approche et eux le savent. Toute mesure prise pour desserrer l’étau où nous sommes pris la précipitera. Précipitera les faillites, les krachs boursiers. Alors, tout est bon pour gagner du répit, gratter encore des bénéfices.

En bas nous ne voulons plus.

Nous sommes à bout. On a beaucoup parlé de goutte d’eau faisant déborder le vase. Mais ce n’est pas un vase, c’est un océan, où nous sommes en train de nous noyer ! Alors nous sommes tombés dans la rue et nous nous sommes aperçus que nous étions des millions. Que nous refusions d’avoir peur quand le pouvoir nous menaçait de mort. Que nous voulions continuer. En nous défiant de tous les représentants, toutes les instances à même de nous trahir. Mais nous en avons oublié une : nous-même. Car dans ce mouvement désespéré, le RIC est apparu comme une dernière planche de salut, un sursaut d’espoir.

Défions nous de l’espoir. L’espoir est une drogue qui intoxique. Qui amène à l’attente, que finalement tout s’arrange. Qu’on pourrait rentrer à la maison et attendre que tout aille mieux. Cela marche dans les fables. Mais dans ce monde-là, non. Dans ce monde, il nous faudra nous battre. Dans ce monde, les capitalistes n’auront que faire de nos votes s’ils ne vont pas dans leur sens. Souvenons-nous du Chili d’Allende, du coup d’état de Pinochet qui marque la fin de la tentative de réforme sociale. Souvenons-nous que chaque fois qu’on a dit aux exploités qu’il pouvait faire confiance à la démocratie, ils ont été écrasés. On nous dit que le RIC nous permettrait de faire passer les lois que nous voulons. Rappelons que ceux qui possèdent ce monde ne respectent pas ces lois. Rappelons que le passage de la démocratie à la dictature peut-être très rapide, si nous touchons aux intérêts des puissants. Et demandons-nous si le RIC nous protègera de la répression.

Alors, nous en appelons à tous les partisans du mouvement. Toutes celles et ceux qui se sont levés, et qui dans la lutte se sont retrouvés. Et nous leur disons : ne nous arrêtons pas, RIC ou pas RIC. Ayons confiance en nous-même. Seuls les exploités ont les ressources pour stopper la catastrophe en cours. Nous sommes face à un monstre à plusieurs visages. Celui de la misère, de l’exploitation, de la destruction de ce monde. Il a pour nom capital, et grandit à chaque minute en dévorant nos vies. Nous ne le stopperons pas avec des bulletins de vote.

La révolution, le mot est vertigineux, comme un pic immense qui touche le ciel. Mais de la haut, les étoiles sont plus proches, et l’air est pur. Alors ne cédons pas à la peur et au repli. Parlons d’amplifier le mouvement. Reprenons les ronds points. Explorons les pistes de l’extension de ce mouvement, comme celle de la grève. Elle fait son chemin, cette question. C’est que là ou elle est posée par les salariés, les patrons tremblent.

Osons lutter. Osons vaincre.

Pour la société des sociétés

Avec le RIC, et en l’État actuel des choses, précisément comme l’a défini Étienne Chouard, et je le lui dis tout à fait respectueusement, l’ayant très souvent relayé en appui de la liste des licenciements mondiaux que tenait Pierre Jovanovic ou des vrais chiffres du chômage que nous donnait chaque mois Patdu49 sur Agoravox, tout comme j’ai relayé certaines analyses de Meyssan, de Paul Craig Roberts, de Ruffin également, (oui je sais, LeMonde qui ne sait même pas que j’existe, me déclarerait, tout comme vous = Théoricienne du Complot voire de la coïncidence…)

Car je peux rajouter à ces très dangereux complotistes ; W. Madsen, mais surtout Dean Henderson, ou Kevin Annett (Woulala), Sahlins, Scott et le pire, je crois, que je relaie, sans faille depuis 3 ans est le Dr. Ashraf Ezzat et en version PDF qui plus est ► Traduction de la Bible & Falsification historique

Et comme EC le précise, à l’adresse des journalopes des Merdias conventionnels : J’ai demandé, sur Twitter, aux premiers de ces éditorialistes calomniateurs un débat à la loyale, en direct, face à face et sur le fond (des problématiques de la souveraineté, de la représentation, de l’initiative des peuples dans les lois auxquels ils consentent à obéir, de choses sérieuses, quoi), plutôt que sur des ragots extravagants qui tournent en boucle dans le milieu fermé des prétendus « antifas », dont tout laisse à croire que leur mission réelle est d’entretenir à gauche une profonde zizanie, à l’aide d’une redoutable police de la pensée ; zizanie qui coupe le peuple en morceaux et qui le condamne éternellement à l’impuissance (électorale). Lire l’article entier via Aphadolie https://aphadolie.com/2018/12/22/etienne-chouard-ric-pour-les-gilets-jaunes-et-les-autres-les-moeurs-des-journalistes-en-france-en-2018-avec-les-vrais-opposants-cest-2-qui-tiennent-et-3-qui-cognent/

EC affirme également dans cet article : Chacun commence à comprendre que de débat loyal sur le fond, ils n’en veulent pas. Serait-ce parce que tous ces éditorialistes n’auraient pas d’argument solide (et avouable) contre le RIC ?

Sans doute, mais si réécrire la constitution de manière citoyenne comme il le propose est, de loin, l’approche la plus positive qui soit, cela ne pourra fonctionner, à notre sens, qu’en tant que texte fondateur d’une confédération de communes libres. Sans abandonner l’État, coercitif et anti-réformiste par essence et par construction, une telle initiative est vouée à l’échec, car l’État ne validera jamais une réécriture citoyenne de la constitution, c’est l’évidence même. Donc, il faut d’abord sortir de l’État, pour ce faire une seule solution : le détruire, car il ne laissera rien lui faire de l’ombre… Donc appeler à veauter pour le RIC avec les règles de la République et le respect des Institutions !

C’est Non ! Et n’oublions jamais que l’État n’est que l’outil coercitif de l’oligarchie, qui avec le temps est devenu le gardien du statu quo.

EC rajoute même : ce qui est né en France, avec les Gilets jaunes et le RIC comme première marche intellectuelle vers une aspiration populaire à un processus constituant populaire (débarrassé des professionnels de la politique), c’est une prise de conscience contagieuse, à la base de la société, que le niveau constituant est le meilleur pour engager les luttes sociales : le niveau législatif est mauvais pour nous émanciper car ;

1) il nous enferme dans une impuissance politique qui est verrouillée à un niveau supérieur, inaccessible, et ;

2) il nous empêche de fraterniser contre l’oppression des riches du moment par des disputes sans fin sur des sujets secondaires.

[…] Et plus loin : Cette mutation universellement contagieuse va tout changer : les électeurs enfants sont en train d’aspirer à devenir citoyens constituants, et ils n’auront pas à le demander à leurs maîtres : il leur suffira de le vouloir vraiment, ensemble. Étienne de la Boétie l’avait excellemment prédit : soyez résolus de ne plus servir, et vous voilà libres.

Mais M. Chouard, M. Étienne de la Boétie avait aussi excellemment prédit : Et pourtant ce tyran, seul, il n’est pas besoin de le combattre, ni même de s’en défendre ; Il est défait de lui-même, pourvu que le pays ne consente point à la servitude. Il ne s’agit pas de lui rien arracher, mais seulement de ne lui rien donner.

Nouvelle version PDF N° 59 de 39 pages du Discours de la servitude volontaire d’Étienne de la Boétie, 1548 – Préambule de Résistance 71 et de François Rabelais, réalisée par mézigue en mai 2018.

En appelant à veauter pour le RIC, vous allez faire perdre à toutes CELLEUX qui portent un GJ ou pas, un temps précieux, car la problématique actuelle est de réfléchir ENSEMBLE à remplacer le système étatico-capitaliste par la société des sociétés émancipée. Et le RIC est une réforme de plus qui entrave cette démarche.

Dans l’esprit / spirit / geist des opprimés de la Terre, en France, un peuple d’opprimés s’est levé, s’est mis en marche pour dans les mots de M. de la Boétie affirmer pacifiquement qu’il ne s’agit pas de lui rien arracher (à Macron et son Orchestre) MAIS seulement de ne lui (plus) rien donner !

RIC = autogestion de la merdia étatico-capitaliste !

JBL1960*

*Depuis le 5 novembre dernier, des problèmes de santé invalidant m’interdisent de me déplacer, et ceux qui me connaissent, savent que je fais partie des invisibles, puisque je ne perçois aucune ressource, càd = 0 € soit la tête à Toto.

En plus d’avoir un Gilet Jaune sur le tableau de bord de ma vieille bagnole, juste sous la vignette de mon CT qui est périmé depuis plus de 6 mois, (mon mari ayant eu la bonne idée de faire un infarctus)  alors qu’elle est parfaitement entretenu et non polluante, je me rends la plus utile possible en réalisant de nombreux PDF politiques qui sont tous en lecture, téléchargement et/ou impression gratos !

Et en appelant à une GRÈVE GÉNÉRALE, ILLIMITÉE & EXPROPRIATRICE = Et ça commence tout de suite, sans arme, ni haine, ni violence par la GRÈVE DE LA CONSOMMATION en privilégiant les circuits courts !

BOYCOTT TOTAL y compris de L’UN PÔT…

En attendant ;

Jo

Mutualisons les mouvements d’émancipation des territoires Mohawks, du Chiapas, en France, vers le Rojava…

Partout où les peuples opprimés se lèvent et se mettent en marche pour vivre LIBRES et en PAIX !

Hier le soutien venait des territoires Mohawks ► La Nation Mohawk debout aux côtés du peuple d’opprimés français qui s’est levé et s’est mis en marche…

Et dans l’esprit / spirit / geist de la création d’un Réseau de Résistance et de Rébellion International {3RI} dont le souffle émane du fin fond du Chiapas Zapatiste mexicain ;

Aujourd’hui, je viens appuyer  Résistance 71 et amplifier pour diffuser, jusque dans nos territoires oubliés de France et de Navarre, cette magnifique déclaration de soutien aux Gilets Jaunes depuis les communes libres confédérées du Rojava dans le nord-syrien ; Et tout comme R71 ► Nous sommes au courant des différents problèmes rencontrés par les populations kurdes vivant en confédéralisme démocratique dans le Nord de la Syrie, alors que certains groupes de leur population se sont vendus à l’impérialisme occidental. Nous ne soutenons en rien les organisations traîtres du “contrat social du Rojava”, mais continuons à soutenir le Confédéralisme Démocratique tel qu’envisagé par Abdullah Öcalan [NdJBL ► Le Confédéralisme Démocratique Kurde SANS/CONTRE l’État-nation ou Kurdistan incluant le « contrat social du Rojava » de 2014 en version PDF pour bien comprendre la différence qui sautera aux yeux, même des plus endormis] à la fin des années 1990 et dont la Commune Internationaliste est une des représentantes.

Et du fin fond de la cambrousse française,  avec d’autres, je me lève et marche vers une société des sociétés HORS ÉTAT & SES INSTITUTIONS, sans armes, ni haine ni violence !

▼▼▼

Déclaration de solidarité de la Commune Internationaliste du Rojava aux Gilets Jaunes

Le temps est venu pour une confédération des mouvements de communes libres autogérées, pratiquées au Chiapas, au Rojava et dont les Gilets Jaunes peuvent s’inspirer à l’instar des compagnon(e)s de Commercy dans la Meuse dont nous avons relayés l’appel à la Commune.

À bas l’État, à bas les institutions, à bas la société marchande, à bas l’argent et le salariat ! Pour une société des sociétés, confédération des Communes Libres.

Il n’y a pas de solutions au sein du système et ne saurait y en avoir !

Qu’on se le dise !

Fraternellement à toutes et tous.

Merci à Pierre Bance pour nous avoir communiqué les liens des vidéos.

~ Résistance 71 ~

En solidarité avec les Gilets Jaunes, déclaration de la Commune Internationaliste du Rojava

Commune Internationaliste du Rojava (CIR) | Décembre 2018 | Source ► https://internationalistcommune.com/en-solidarite-avec-le-gilet-jaunes-declaration-de-la-commune-internationaliste-de-rojava/

Le site en français ► https://internationalistcommune.com/category/lang-other/lang-fre/

Aux gilets jaunes, à celles et ceux qui manifestent, qui sont sur les barricades et blocages, qui occupent leurs lycées et leurs facs, qui sont en grève, qui s’organisent. Nous nous adressons à vous en tant que Commune Internationaliste depuis le Rojava, le Kurdistan de l’Ouest, au Nord de la Syrie.

Nous suivons avec attention depuis plus d’un mois la révolte populaire qui a lieu en France. Nous avons été impressionné.e.s, aussi bien par la détermination des manifestant-e-s que par le niveau de répression policière et étatique. Nous adressons notre solidarité à toutes celles et ceux qui en font les frais. Force à vous, votre résistance est populaire jusqu’ici, où tout le monde espère d’heureux développements, à l’heure où nous sommes ici menacées d’une nouvelle guerre par l’État turc.

La France a connu une longue histoire de résistances et soulèvements populaires, qu’on ne saurait réduire à la Révolution française et à Mai 68, mais dans laquelle s’inscrivent aussi les révoltes paysannes du Moyen-Âge, toutes les résistances locales, régionales, d’indépendance contre la colonisation par l’État, les mouvements ouvriers, les luttes des travailleurs et travailleuses immigrées, celles des quartiers populaires, les milliers d’années de lutte incessante des femmes contre le système patriarcal.

La Commune de Paris, qui est un exemple de la possibilité de la prise du pouvoir par le peuple est aussi une inspiration majeure pour les révolutionnaires du monde entier.

Dans ce sens, l’appel de Commercy, que nous avons aussi relayé, a été pour nous une source d’espoir et un signe que le mouvement pouvait mener à cette « chose très importante, que partout le mouvement des gilets jaunes réclame sous diverses formes, bien au-delà du pouvoir d’achat ! », à ce « pouvoir au peuple, par le peuple, pour le peuple. »

C’est ce qui s’expérimente maintenant ici au Rojava, où les différents peuples s’organisent sans état-nation, à partir des assemblées démocratiques des communes, au sein d’un système appelé le confédéralisme démocratique.

Bien sûr, réorganiser une société, sans état, n’est pas une chose facile. Bien sûr cela demande du temps, de l’investissement, de la formation, mais cela peut aussi nous remplir de la joie la plus intense.

Il s’agit de retrouver la manière de vivre librement en tant que société. Des milliers de personnes se souviendront des jours passés sur les ronds-points, les routes, dans les rues, les lycées bloqués, comme des moments particulièrement important et significatifs. Les enfants en parleront pendant des mois. Pourquoi ? Parce que dans ces rassemblements, c’est la société qui surgit de nouveau. Les gens y (re)découvrent ce que cela signifie de vivre communalement.

Pour achever cela, il est plus que jamais nécessaire de briser une fois pour toute le mythe de l’État-nation, celui d’une fausse unité républicaine. Il faut abattre les frontières qui nous séparent bien sûr mais aussi retrouver la capacité de revendiquer des identités multiples, immigrées, de faire revivre nos cultures, nos langues « régionalisées ».

Il nous faut aussi, en tant que femmes, reprendre ce qui nous a été volé, faire entendre nos voix, prendre place dans tous les espaces de la société.

Il nous faut aussi construire un autre système économique, socialiste, contrôlé et géré par le peuple, sur la base d’une production coopérative, auto-gérée et écologique, débarrassée de l’exploitation des humain-e-s et de la nature.

Il nous faut enfin, en tant que jeunes, avec notre esprit de résistance, devenir les forces motrices d’un mouvement qui n’acceptera aucune compromission.

Tout le monde à compris que « gagner » ce mouvement ce n’est pas gagner de trompeuses augmentations du SMIC ni de réelles améliorations du pouvoir d’achat. Gagner, c’est dépasser le stade de la revendication et commencer, en s’appuyant sur les structures alternatives existantes, à construire un autre système, d’auto-gouvernement. Gagner c’est faire face aux contradictions. C’est essayer, se tromper, réessayer encore. C’est ne jamais perdre l’espoir que nous pouvons nous émanciper de l’État et des structures d’oppression existantes, que nous pouvons vivre libres.

Solidarité avec les gilets jaunes et toutes celles et ceux [NdJBL = TOUTES CELLEUX !] qui résistent, en France et partout dans le monde !

À bas le fascisme turc !

Bijî Berxwedana Frensa ! Bijî berxwedana Rojava !

Bijî Rêber Apo !

Jin Jiyan Azadî !

Lectures complémentaires pour comprendre qu’un autre monde est possible !

En version PDF (il y en a 83 fin 2018 dans cette page spéciale de mon blog), en français, lecture, téléchargement et/ou impression gratos ;

Paulo Freire, 1970 ; La Pédagogie des Opprimés

MANIFESTE POLITIQUE DE RÉSISTANCE 71 publié en octobre 2017 et annoté en mai 2018 MANIFESTE POUR LA SOCIÉTÉ DES SOCIÉTÉS

Kaianerekowa ou La Grande Loi de la Paix

La sixta – Sixième Déclaration Zapatiste de la Forêt de Lacandon, 2005, Chiapas, Mexique

Manifeste du Confédéralisme Démocratique par Abullah Öcalan, 2011

HORS ÉTAT & SES INSTITUTIONSANTHROPOLOGIE POLITIQUE : Origine & Critique de l’État ; Avec…

NOUS TOUS !

En attendant ;

JBL1960

La Nation Mohawk debout aux côtés du peuple d’opprimés français qui s’est levé et s’est mis en marche…

Tous inter-reliés et inter-connectés !

Un peuple d’opprimés en France s’est levé et mis en marche en Gilet Jaune !

Contre l’Oligarchie dont Macron est le meilleur outil pour nous avilir et les servir ; Celle des RothschildAu cœur de l’Empire

La nation Mohawk avec les Gilets Jaunes : Revêtir le gilet jaune pour effondrer le colonialisme (Mohawk Nation News)

Colonisation et corporatisme entrepreneurial sont bientôt finis

Mohawk Nation News | 9 décembre 2018 |URL de l’article original ► http://mohawknationnews.com/blog/2018/12/08/colonization-corporatism-soon-gone/

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

Pour ceux d’entre nous sous oppression coloniale, la révolution française actuelle des gilets jaunes est le commencement de la décolonisation du monde.

À tous les fonctionnaires canadiens, décoloniser est très simple. Renier votre serment à la reine d’Angleterre. Vous serez immédiatement virés et ce serait très bien si vous le faisiez tous en même temps histoire d’accélérer le processus.

Tous les fonctionnaires ou quiconque a juré allégeance à la reine d’Angleterre devraient renier leur serment. Alors nous pourrons démanteler le Privy Council, conseil privé de la couronne, le bureau du gouverneur général du Canada (nommé(e) par la reine…) On n’en a plus besoin, ils ne servent qu’à protéger les actionnaires de la colonie du Canada.

Vous devrez être d’accord pour suivre Kaianerekowa, la Grande Loi de la Paix de l’Île de la Grande Tortue, ou devrez quitter les lieux.

La version canadienne de la loi est illégale parce qu’elles est fondée sur la domination et le génocide comme ce fut le cas avec l’Indian Act (loi sur les Indiens) et la législation sur le quota sanguin.

Lorsque les chrétiens européens ont émigrés sur l’Île de la Grande Tortue, ils furent d’accord pour vivre en accord avec Kaianerekowa. Ils ont renié leur vœu depuis et sont devenus des immigrants illégaux. Afin de demeurer ici, ils doivent de nouveau se mettre en accord avec la Grande Loi de la Paix. Ils furent accueillis sous le traité du Wampum Deux Rangées ou Tekeni Teiohateh, furent d’accord de vivre sous les auspices de Kaianerekowa, la Grande Loi de la Paix. Celle-ci émergera pour construire une société paisible, une société que le monde regardera comme un grand modèle à suivre.

La terre, les ressources, l’eau, toute forme de vie sur l’Île de la Grande Tortue fait partie de la Grande Loi de la Paix.

Ce sera la fin de l’État policier instauré, tous les systèmes coloniaux de contrôle : les banques, tribunaux, police, armée et gouvernement seront dissous et tout reviendra sous Kaianerekowa, le peuple !

Les gens seront libres de décider s’ils veulent demeurer ici sous Kaianerekowa et Tekeni Teiohateh, le wampum deux rangées.

Les patries des inventeurs européens (et chrétiens) du colonialisme sont en train de s’effondrer devant nos yeux ébahis. Leurs structures brutales de contrôle colonial sont en train d’être démantelées par leurs propres peuples qui ont revêtus le gilet jaune. (NdT : rappelons-nous toujours que “Nous sommes tous des colonisés !”)

Le Canada, l’Australie, la Nouvelle-Zélande sont toujours des colonies de la Grande-Bretagne. Les États-Unis n’ont jamais gagné une quelconque indépendance de l’Angleterre (NdT : de la “couronne”, City de Londres en l’occurrence). Ils sont toujours contrôlés aujourd’hui par les banquiers de la City au travers de Wall Street, leur succursale.

Les Rosbifs peuvent virer la reine de Buckingham Palace et la laisser partir. Cette maison est une propriété qu’elle leur a volée alors qu’ils lui lèchent les bottes depuis tout ce temps. La mafia et la monarchie sont la même chose. La monarchie est le plus vicieux et criminel de tous les systèmes de contrôle. Dernière reine, dernier pape !

Mohawk Nation News février 2014

▼▼▼

 

Lectures complémentaires conseillées ;

Et comme autant de petits détonateurs supplémentaires, pour exploser à la tronche de la malfaisance régnante que nous savons être le Vatican, la City de Londres et Washington D.C. ;

TEXTES POLITIQUES FONDATEURS EN VERSION PDF ► LES PDF DE JBL1960

L’ESSENTIEL DE RÉSISTANCE 71 DEPUIS 2010

ORIGINE & CRITIQUE DE L’ÉTAT

FAIRE TOMBER L’EMPIRE PAR APOSTASIE COLLECTIVE

NI HAINE NI VIOLENCE = SUFFIT JUSTE DE LEUR DIRE NON & D’APPELER À LA GRÈVE GÉNÉRALE & ILLIMITÉE DE LA CONSOMMATION et pour ceux qui n’ont déjà plus rien, ce ne sera pas bien difficile à mettre en œuvre ICI & MAINTENANT !

Jo Busta Lally

In France ; When Hope dresses in yellow / En France ; L’espoir s’habille en Gilet Jaune !

Anonymous words of a native person of Great Turtle Island

The real power and the real wisdom come from within. When man understands in his flesh that he is One with the whole creation ; when he realizes that at the center of the universe resides a power much greater than himself, then does he know that this center is everywhere, that it is in each of us.

▼▼▼

For K at Mohawk Nation News

And T at ntk.com

In France, our hope wears a yellow vest or when Hope dresses in yellow

By Jo Busta Lally ► JBL1960BLOG

December 1st 2018 | Translated  from French to English by Résistance 71

In France, a collective political consciousness is marching and wrapped itself in a yellow vest. It has lighted as a small flame, and a small inner beacon has been switched on for the many.

The trigger for this political consciousness in our territory was, without a doubt, the overwhelmingly forced imposition through the totally unjustified taxes made under the guise of a so called “Energy Transition”; itself heavily based on the sole theory of the Anthropogenic Global Warming (AGW) and exclusively promoted by the pseudo-scientific body known worldwide as the IPCC ; entity which doesn’t accept any contestation of its theory, doesn’t consider any other reasons outside the “Man Made Global Warming” for any recent warming of the planet when it does exist ; and doesn’t consider alternative theory concerning the origin of petroleum such as the russian-ukrainian deep abiotic origin of petroleum and hydrocarbons heavier than methane.

As many argued for a long period of time in a well documented fashion against this scam of the “Energy Transition”, brought up in the name of the AGW, this scheme is nothing more than a gigantic hoax of climatic money vacuum, this was indeed and for the many, the drop of gasoline which overflowed the tank…

At that moment, a big, deep, large and powerful movement came up from the guts of our Mother ; from the countryside, from villages and small towns, from these hamlets in forsaken lands, a geyser of political consciousness erupted, making us all hope that it could have the full capacity to make our humanity triumph and getting in the process the achievement of our liberation, bringing the end of the oppressor / oppressed relationship and hence the end of the artificial political division which has been imposed upon us for thousands of years, a process now indeed proven to be a totally reversible process.

Wage workers, farmers, students, jobless and dropouts of society, all united, consciously or not against the most achieved and most dangerous expression of the oligarchy which has names et faces and represented par the president Macron, a pure branded product of the Rothschild banking system and the City of London with his prime minister Edouard Philippe, an attendee of the Bilderberg meeting in 2016, made all those individuals rise to resist the constant oppression.

In the wake of a Trump and a Trudeau, Macron is a mere tool of the Rothschild banking cartel, the City of London, the heart and soul of the empire.

He is just a pawn put into position by his masters to reactivate and push further the New World Order’s plan, carved in the Georgia Guidestones since 1980, where the first of the ten NWO commandments stipulates that the world population should never rise beyond the mark of 500 million people, this alone representing a world population’s reduction of 95% !

This is why Mr Macron has been designated as the Earth’s champion and has claimed with the German Chancelor Angela Merkel, another puppet of the oligarchy, that we should consider the reduction of the world’s population in order to “save the planet”.

The new mantra is out : Save the Planet ! and the only solution for the French people is to pay !

  • Carbon tax
  • Fuel tax
  • Energy tax
  • We identified some 252 taxes whose we are forced to pay

All of this in the name of this hoax called the “Energy Transition”…

Moreover, what the oligarchy wants is mostly to obtain our consent to be taxed and to be totally submissive to the State and its institutions and for us to perceive this as the sole viable solution to our problems and outside of which nothing would ever be possible.

Clearly, many of us understood that we do have the power to say NO !

That we could massively refuse to consent, hence collapsing immediately their power of domination.

In fact, the whole dominant class is certainly worried to see the people in time, calling for an unlimited general strike which wouldn’t be efficient without expropriation, action which could be carried without weapons, without hatred and without violence.

Who lines up in the pressitute media, panicked to see that the majority of the people who wear the yellow vest and those who support them are advising to remain horizontal, to mistrust and refuse the verticality of the classic scheme of power and action, warning that the higher one gets, and from a higher point one falls and gets hurt.

Then comes in the public opinion the idea of a leadership without power, where the people directs and the (good) government obeys.

This is why I supported the proposition of the Zapatists in Chiapas (Mexico) to call for the creation of an International Network of Resistance and Rebellion against the merchant society, against capitalism. Another world is possible and this call is not only addressed to the native people of the Western Hemisphere, but to all people in rebellion et in resistance in all quarters of the world ; to all of the people challenging the organized plans, the unjust rules, laws, precepts, numbers and statistics.

The Zapatists rightly recognize that they may not be numerous, saying that :

We keep walking on two feet, the resistance and the rebellion, the yes and the no ; no to the system et yes to our autonomy and self-determination, which means that we have to construct our own path towards life. Path rooted upon original or indigenous communities, a collective consciousness, a mutual aid, a solidarity, a deep rooting to the land, a culture including arts and sciences, a constant awareness agains wealth accumulation. This is our guide.

It is our “way”, and we think all this to be different in other cultures and historical realities, this is why we say that one can not export the zapatism, even not in the totality of Chiapas, but that each culture, each agenda and each geographical zone must follow its own path and logic.

It is not an encouraging perspective as our possibilities are restricted. We are not 30 millions.

We may be only 300.

Until now in France, I didn’t think we would be 300 either. I have to say that today sees the hope that we may be 300 000 awaken, convinced and motivated, stubborn individuals, and who knows, may be 3 millions tomorrow ?

The ruling evil represented by Macron and his orchestra knows fairly well that, as once said Mahatma Gandhi in substance: one politically conscious individual standing up is much more dangerous for the ruling elite and its power than 10 000 individuals politically asleep and submissive.

It is with this collective political consciousness that we are organizing de facto a strategy in order to replace the multi-millenia antagonism in which we have been imprisoned and which impairs humanity to embrace its natural tendency towards complementarity, the factor of unity in the great diversity of an organic political and sociological Whole which could be seen as the “society of societies”.

From France ; Jo Busta Lally

En France ; L’espoir s’habille en Gilet Jaune / In France ; When Hope dresses in yellow

En France, notre Espoir porte un Gilet Jaune ou l’espoir s’habille en Gilet Jaune

In France, our hope wears a yellow vest or when Hope dresses in yellow(*)

Énormément d’épreuves nous attendent. Nous ne pourrons revenir du jour au lendemain à l’équilibre des forces. Mais puisque nos décideurs procèdent par étapes, allons de même progressivement, chacun selon ses possibilités, vers une solidarité seule à-même de nous éviter le funeste sort qu’ils nous réservent… Nous disposons de l’opportunité d’inverser le cours des choses. Pour nous et pour le salut des générations futures, nous devons agir non plus idéologiquement, mais de façon concrète à réaliser le désir des 99% contre celui des 1%… Certes, nous sommes encore de grands enfants, et tout nous restera à apprendre une fois redevenus maîtres de nos destins. Mais qu’est donc notre peur de la liberté comparée à cette ineffable joie d’être en vie ?… Nous avons tous été portés durant neuf mois. Nourris et pour les plus chanceux aidés à devenir ce que nous sommes. Ne valons-nous pas mieux qu’un rouage de machine ou de la chair à canons ? La route n’existe que par notre marche. Elle n’attend plus que d’être empruntée.

Zénon dans « Burn-out » Ou la fin annoncée de la lutte des classes

Les Chroniques de Zénon

◄|►

Le sang paysan coule toujours dans les veines de bien des citadins prolétaires ; Ils devraient réapprendre à écouter leurs origines. Le but, le but très lointain est ce qui  est appelé aujourd’hui la grève générale, mais bien sûr bien différente de celle passive en se croisant les bras qui n’est qu’un duel face à face de qui pourra tenir le plus longtemps entre les ouvriers et les capitalistes. Une grève générale oui… Mais active !

[…] L’objectif est le peuple, la société, la communauté, la liberté, la beauté, la joie de vivre. »

Gustav Landaeur (1911) Appel au socialisme – Pour la société des sociétés, 2nde réédition 1919 (bientôt 100 ans) en version PDF

▲▲▲▲▲

(*)Ce texte en version anglaise, traduit par Résistance 71, à l’attention de Mohawk Nation News et ntk.com  et du lectorat anglophone, en réponse à leur questionnement sur la situation en France et du fait que je relaie, amplifie et traduit même parfois, ces voix autochtones anticoloniales ici de l’île de la Grande Tortue, mais également de tous les continents…

▼▼▼▼▼

 Jo Busta Lally le 1er décembre 2018

En France, une prise de conscience politique, collective, s’est mise en marche et en s’habillant d’un Gilet Jaune. Comme on allume sa propre petite flamme, sa petite lumière intérieure, comme le témoin lumineux d’un petit déclic.

L’évènement déclencheur de cette prise de conscience politique, en France, a, sans nul doute, été l’imposition par la force, par la taxation à outrance et totalement injustifiée, de la Transition Énergétique qui prend appui sur la seule Théorie du Réchauffement Climatique Anthropique et promue uniquement par les « scientifiques » du GIEC qui ne supportent aucune contestation possible, ni n’envisagent d’autre piste, comme la Théorie russo-ukrainienne de l’origine abiotique profonde du pétrole.

Dénonçant  depuis fort longtemps, de manière argumentée et documentée, l’arnaque de la Transition Énergétique au N.O.M. du Réchauffement Climatique Anthropique comme une véritable pompe à fric climatique, ce fut, pour beaucoup, la goutte d’essence qui fit déborder le réservoir…

Dès ce moment, un mouvement profond, puissant, large est remonté des entrailles de la Terre nourricière ; des campagnes, des petites villes et villages, de ces lieux-dits, de ces territoires oubliés une prise de conscience politique a jailli et nous espérons, qu’à terme, elle sera en capacité de faire triompher l’humanité pour son émancipation réalisée dans la fin du rapport dominant / dominé ; La fin de la division politique factice de la société qui nous a été imposée depuis des millénaires mais que nous pensons tout à fait réversible.

Salariés et ouvriers, agriculteurs, étudiants, chômeurs, laissés-pour-compte ; Tous unis, consciemment ou non, devant l’expression la plus aboutie, la plus dangereuse, de cette oligarchie qui a un N.O.M. et des visages, représentée par Emmanuel Macron directement pucé par Rothschild et son Premier Ministre, Édouard Philippe, Bilderberger2016 ; Se sont alors levés pour résister.

Car, comme Trump ou Trudeau, Macron est un outil de Rothschild = La City de Londres = Au cœur de l’Empire.

Alors ce n’est qu’un pion, mis en place pour réactiver le Plan que le Nouvel Ordre Mondial a fait graver dans les pierres du « Georgia Guidestones » en 1980 ; Et le 1er de ces 10 « commandements » stipule que la population mondiale ne devra jamais dépasser les 500 millions d’individus, ce qui représente une projection de réduction de la population mondiale de l’ordre de 95% !

C’est pourquoi M. Macron a été désigné Champion de la Terre, et a affirmé, aux côtés de Mme Merkel, autre marionnette de l’Oligarchie, qu’il faudrait envisager de réduire la population mondiale pour « sauver la Planète ». Or, c’est devenu leur nouveau mantra ; Nous devons sauver la planète, et la seule solution, pour nous, les français, c’est de payer !

  • Taxe carbone ;
  • Taxes sur le carburant ; (enfin pas pour tous)
  • Taxes sur l’énergie…
  • Nous avons recensé ainsi plus de 252 taxes que nous sommes contraints de payer.

Au N.O.M. de la Transition Énergétique !

Car ce qu’exige, par-dessus tout cette oligarchie, c’est d’obtenir notre consentement à l’impôt et notre totale soumission à l’État et ses institutions comme seule solution viable et à en dehors de laquelle rien ne serait possible.

Alors que, clairement, beaucoup ont compris que nous avions le pouvoir de dire NON !

Que nous pouvions, en masse, leur retirer notre consentement et que leur pouvoir de domination s’effondrerait immédiatement de ce fait.

D’ailleurs, c’est toute la classe dominante qui s’inquiète de nous voir appeler à une grève générale, illimitée et expropriatrice et sans armes, ni haine, ni violence.

Et qui défile dans tous les Merdias aux ordres, (pressetituée), affolée de constater que la majorité de ceux qui arborent un Gilet Jaune, et ceux qui les soutiennent, conseillent de demeurer horizontaux, et de se méfier de la verticalité. Prévenant que plus on monte, plus on tombe de haut.

Dès lors, s’installe dans l’opinion cette idée d’une chefferie, de leaders sans pouvoir, où c’est le peuple qui dirige et le (bon) gouvernement qui obéit.

C’est pourquoi j’ai soutenu la proposition de l’EZLN POUR appeler à la formation d’un RÉSEAU DE RÉSISTANCE & DE RÉBELLION INTERNATIONAL {3RI} ; CONTRE la société marchande, soit le système capitaliste ; Car un autre monde est possible et cet appel n’est pas seulement adressé aux peuples originaires, mais à toutes celles, à tous ceux et à toutes celleux qui se rebellent et résistent dans tous les recoins du monde. À ceux qui défient les schémas tout faits, les règles, les lois, les préceptes, les chiffres et les pourcentages.

L’EZLN reconnait, à raison, qu’ils ne sont probablement pas plus de 300, précisant que ;

Nous continuons à marcher avec deux pieds : la rébellion et la résistance, le non et le oui ; non au système et oui à notre autonomie, ce qui signifie que nous avons à construire notre propre chemin vers la vie. Il se fonde sur certaines des racines des communautés originaires (ou indigènes) : le collectif, l’entraide mutuelle et solidaire, l’attachement à la terre, le fait de cultiver les arts et les sciences, la vigilance constante contre l’accumulation de richesses. Cela, ainsi que les sciences et les arts, c’est notre guide. C’est notre « façon », mais nous pensons que dans d’autres histoires et identités, c’est différent. C’est pourquoi nous disons que le zapatisme ne peut pas être exporté, pas même sur le territoire du Chiapas, mais que chaque calendrier et chaque géographie doit suivre sa propre logique.

Et ce n’est pas non plus un exercice très encourageant : nos possibilités sont minimes.

On n’approche même pas, il s’en faut de beaucoup, les 30 millions.

On n’est peut-être que 300.

Et si jusqu’à présent, en France, je ne nous pensais pas plus de 300 non plus.

Je dois dire, qu’aujourd’hui, se profile l’espoir que nous soyons près de 300 000 mille individus conscients, convaincus, opiniâtre et peut-être même bien 3 millions demain.

Et la malfaisance régnante, que représente M. Macron et son orchestre, le sait bien qu’un (seul) individu conscient et debout est plus dangereux pour le pouvoir que dix mille individus endormis et soumis (Mahatma Gandhi).

Avec cette prise de conscience politique, collective, nous organisons, de fait, une stratégie afin de remplacer l’antagonisme à l’œuvre depuis des millénaires et dans lequel on veut à toute force nous enfermer, qui, appliqué à différents niveaux de la société empêche l’humanité d’embrasser sa tendance naturelle à la complémentarité, facteur d’unification de la diversité dans un grand Tout socio-politique organique : La société des sociétés.

Jo Busta Lally