Bénévolement pôvre…

Pas de bénévolat ?

Pas de RSA…

Dans ce billet UBU est Strasbourgeois, j’ai suivi toute l’affaire qui trouve donc sa solution (finale ?) avec cette validation par le Conseil d’État qui a considéré que le département du Haut-Rhin pouvait demander aux bénéficiaires du RSA de faire du bénévolat, dans une décision lue vendredi. Saisie par le conseil départemental du Haut-Rhin, la plus haute juridiction administrative française a considéré que si le contrat conclu entre le département et le bénéficiaire du RSA est « élaboré de façon personnalisée », il peut « prévoir légalement des actions de bénévolat à condition qu’elles puissent contribuer à une meilleure insertion professionnelle du bénéficiaire et restent compatibles avec la recherche d’un emploi ».

Faire sept heures de bénévolat par semaine au risque de se voir priver de l’allocation du RSA, telle était la mesure polémique décidée en février 2016 par le conseil départemental du Haut-Rhin pour une application à partir de début 2017. Le président (LR) du conseil de l’époque, Eric Straumann, présentait cette mesure comme un moyen de faciliter l’insertion des bénéficiaires et leur retour vers l’emploi, tandis qu’elle avait indigné les associations venant en aide aux personnes précaires.

Mais le préfet de l’époque avait estimé cette décision illégale et l’avait attaquée devant la justice administrative, qui lui avait donné raison en octobre 2016 et annulé la délibération du conseil départemental, tout comme la cour d’appel de Nancy en avril 2017. Selon le Conseil d’État, la cour « a commis une erreur de droit en se fondant, pour annuler la délibération (du conseil départemental, ndlr), sur la circonstance que le bénéficiaire du revenu de solidarité active (…) ne saurait se voir proposer des actions de bénévolat au titre de son insertion ». En conséquence, la décision du Conseil d’État casse l’annulation de la délibération et renvoie l’affaire devant la cour administrative d’appel de Nancy.

Tout en se pourvoyant en cassation, le Haut-Rhin a finalement mis en place depuis septembre un système incitant à pratiquer une activité bénévole et à s’engager par contrat à le faire, de manière individuelle et non générale. Désormais présidée par Brigitte Klinkert, « le conseil départemental du Haut-Rhin exprime toute sa satisfaction suite à cette décision » du Conseil d’Etat, a-t-il fait savoir dans un communiqué. « A ce jour, près de 800 allocataires se sont engagés dans une mission de bénévolat avec des résultats positifs à la clé », met en avant le conseil départemental. Source Le Figaro du 16/06/2018

▲▲▲

Voilà, je vous avais dit, ici-même, que dans cette Société là et dans ce Système là ;

N’importe quel bénévolat vaudrait mieux qu’un RSA

Pourtant, en donnant les vrais chiffres du chômage, chaque mois, Patdu49 rappelait bien que 1 chômeur inscrit à Pôle Emploi sur 2 ne percevait AUCUNE INDEMNITÉ comme vous pourrez le constater avec les tous derniers ► PENSEZ PRINTEMPS !

À L’ATTENTION DE TOUS ; VOICI LE LIEN PDF DU SITE CAF.FR ► PRESTATIONS FAMILIALES ET SOCIALES AU 1ER AVRIL 2018

Revenu de solidarité active (Rsa) le montant forfaitaire mensuel du Rsa est de 550,93€ pour une personne seule en métropole et dans les Dom (hors Mayotte) contre 545,48€ précédemment.
Dans ce billet LES ZÉROS HICS j’avais fait une réflexion croisée sur l’obligation de bénévoler et les oublis répétés de l’ex Ministre et Sénateur Henri de Raincourt, dont l’affaire pour détournement de fonds publics est toujours pendante devant la Justice. Source L’Yonne Républicaine du 06/11/2017.
◄|►
Qui s’est retrouvé un jour à percevoir le RSA, ayant soit épuisé ses droits au chômages, quand on en a, bien sûr, ne pouvant pas prétendre à l’ASS, sait bien de quoi il est question…
J’ai dans ce billet Ah ça c’est Klur ! raconté brièvement notre vécu car une descente aux enfers peut arriver très vite et à n’importe qui ;
Monsieur pour ses 50 ans, plus de boulot ; Fin de droits au chômage ; ASS (c’est à dire à peine 2500 Francs/380 € pour 4) ; Contrat Emploi Solidarité vraiment pour bouffer ; Bim une petite tumeur cancéreuse à soigner ; Contrat Emploi Solidarité obtenu à l’arraché par Mme le temps que M. se soigne (alors à l’arraché car il fut une époque ou les C.E.S. étaient réservés aux femmes des notables comme argent de poche, et pour les gueuses, comme moi, il fallait argumenter auprès de l’ANPE de ses motivations pour entrer en C.E.S.). Revenus trop faibles ; Restos du cœur, Vestiaires de la Croix-Rouge, demandes de bons alimentaires au C.C.A.S. de la commune ; Bim plus de carte bleu ; Tout payer en liquide et pas si facile ; Se chauffer ou bouffer ; Récupérer l’eau du bain des enfants… Chialer dans son coin, de rage, de honte, de dégout de soi ; Se battre malgré tout histoire de dire qu’on va pas se supprimer tout de suite, mais y penser quand même… Remonter la pente, mais sans  consumérisme à tout crin et c’est tant mieux, juste pour se rappeler tout le temps combien il est si facile de replonger ; Petits boulots ; Tentative de création d’une SARL de famille avec le I de RMI ; Mais c’était FouPouDav avec un banquier semblable à celui de Poolvorde dans Podium ; Bim ; Cessation d’activité ; Plus de carte bleu ; Petits boulots pour Mme ; M. étant trop vieux, sans dents suite à la petite tumeur cancéreuse : Retraite M. ; Petite retraite + petite complémentaire ; Faut pas rêver non plus = 1650 € (1730€ en 06/2018) ; Petits boulots pour Mme qui approche les 50 ans et bim ; Trop vieille la vieille… Pas assez travaillée pour avoir une retraite ; Droit à rien, ni chômage, ni RMI, ni aide à la mutuelle « Ah bah, votre mari est trop riche ! » – Les dents qui tombent comme à Gravelotte et tout qui regarde par terre… Une année avec mutuelle payée par M. pour s’occuper de son glaucome, de dents à arracher (c’est pour être en osmose avec mon sans dents de mari) et d’autres pathologies finalement pas trop graves mais qui ne vont pas en s’arrangeant ; Récupération d’une CB mais plus jamais d’autorisation de découvert ; Vivre avec ce qu’on a par mois et pas plus ! Et finalement y arriver ; Mme finie par s’éveiller complètement et… Ben c’est vachement bien ; Pas plus d’argent, non, juste une autre façon de voir les choses. Mais bon, propriétaire de rien donc ; Plus facile à intégrer ; Si si !
Car depuis, approchant la soixantaine, mon vieux mari ayant passer lui les 70 ans, toujour sans les dents. En plus de n’avoir plus jamais retravaillé depuis 2010, et ne percevant toujours RIEN, je suis atteinte d’une pathologie dégénérative (nan, pas du cerveau) arthrosique principalement aux genoux et aux mains. Et j’ai été contrainte de déposer un dossier MDPH pour une AAH, puisque je suis obligée de déménager pour un plain-pied. J’ai fait une demande à la CAF pour une allocation logement, elle m’a expliquée comment m’en passer… Mais on peut compter sur LREM qui vient de donner de l’ÉLAN aux Handicapés ; OU PAS ! Et donc, pas de bras, pas de Toit ! VIDÉO Guillaume Meurice.
Voilà pourquoi maintenant, électeur, si tu l’oses, vote encore ! Ou dit STOP !
C’est pourquoi depuis lors dans ce blog j’exprime ma vision de la société des sociétés, sans argent, contre le travail (mort) et ses lois.
Une société des sociétés n’œuvrant que pour le bien commun au sein de communes autonomes qui se fédèrent. Celle des associations libres et volontaires qui nous permettra de ne surtout pas laisser l’État du Monde, en partant, comme nous l’avons trouvés, en arrivant…

Pour ma part, il est clair qu’il n’y a pas de solution au sein de ce Système, qu’il n’y en a jamais eu et qu’il n’y en aura jamais.

La preuve par Macron, en France, qui a été mis là pour nous péter les gencives, à nous, les gueux et les gueuses qu’on nous ordonne de rester chez nous, où qu’on nous ordonne de bénévoler 7 heures par semaine et en silence !

Alors vous bénévolerez à pied à cheval ou en voiture, on s’en fout…

Vous n’aurez qu’à prendre les CARS à MACRON puisqu’il y a grève des trains ;

De toute façon moi je prends l’avion présidentiel pour faire 110 km et visiter mes gens…

Comment ça vous habitez aux culs des poules ?

J’veux rien savoir les feignasses !

Pas de bénévolat ?

Pas de RSA…

On s’en fout…

La SOLUTION c’est NOUS !

JBL1960

Source de l’illustration Les Nuits Debout protestent

 

Publicités