Et maintenant, électeur, vote encore si tu l’oses ! Sébastien Faure – Bureau anti-parlementaire 1919, réédition 1924

Extraits choisis du texte « Électeur, écoute »

De Sébastien Faure, publié par Résistance 71, car l’actualité française de ce mercredi 23 mai 2018, lui donne encore, totalement raison, notamment avec l’élection, fin 2017, d’un certain Laurent Wauquiez comme tête de gondole chez Les Ripoublicains ;

Auvergne Rhône-Alpes : La justice annule le budget 2016 de la région et désavoue Laurent Wauquiez

TRIBUNAL Pour la première fois, un tribunal administratif annule le budget d’une région….

Le tribunal administratif de Lyon a annulé ce mardi le budget 2016 de la région Auvergne-Rhône-Alpes. Le groupe RCES ( Rassemblement des citoyens, écologistes et solidaires) avait saisi la justice, estimant qu’il y avait un défaut d’information. Le rapporteur public lui a donné gain de cause. Pour lire l’article ► https://www.20minutes.fr/justice/2275375-20180522-auvergne-rhone-alpes-justice-annule-budget-2016-region-desavoue-laurent-wauquiez

Mais, entendons-nous bien y sont tous logés à la même enseigne et ce texte de Sébastien Faure, à près de 100 ans en arrière, nous rappelle juste, que depuis toujours ; Tout est bidon dans la VOTATION, et en France preuve en a été faite avec Emmanuel MacronEn MarcheKadima !

Résistance politique : Mascarade électorale et illusion démocratique (Sébastien Faure)

Ce texte de Sébastien Faure aura 100 ans l’an prochain… Qu’y a t’il de changer ?… Pourquoi ce texte et tant d’autres de biens des penseurs anarchistes sont-ils si lucides et si visionnaires ? Pourquoi la vaste majorité des peuples ne parvient-elle pas à sortir de cette transe illusoire où elle a été plongée par tous les Mandrake de l’illusion démocratique ?

« Ce n’est pas parce qu’ils sont nombreux à avoir tort qu’ils ont raison… » disait déjà Coluche il y a plus de 30 ans.


Pourquoi faudra t’il une catastrophe politico-sociale d’une ampleur inégalée pour que finisse par se mettre en place la société des sociétés qui seule peut émanciper l’humanité ?

~ Résistance 71 ~

Électeur, écoute

Sébastien Faure

Bureau anti-parlementaire 1919, réédition 1924

Chaque fois que les pouvoirs de la Chambre des Députés arrivent à expiration, c’est un cri unanime : « Enfin ! Elle va, donc disparaître, cette Chambre infâme ! Le pays va donc être débarrassé de ce Parlement maudit ! ».

Ce langage traduit expressément les sentiments successifs : déception, lassitude, écœurement qu’ont fait naître, dans l’esprit public, au cours de la législature qui prend fin, l’incapacité, la corruption, l’incohérence et la lâcheté des Parlementaires.

Pourquoi faut-il que l’engouement irréfléchi du populaire, son ignorance et son inobservation le poussent à espérer que la Chambre qui va naître vaudra mieux que celle qui va mourir ?

Il est vraiment inconcevable que, périodiquement trompée, constamment abusée, la confiance de l’électeur survive aux déceptions dont il souffre et dont il se lamente ; et, pour l’être raisonnable et pensant, c’est une stupeur que de constater que les législatures se succèdent, chacune laissant derrière elle le même désenchantement, la même réprobation et que, néan­moins l’électeur persiste à considérer comme un devoir de voter.

[…]

Eh bien ! lecteur , avant de passer au guichet pour solder ta place, écoute-moi.

Ou plutôt écoute ce que te disent les anarchistes ; écoute attentivement et réfléchis.

Voter, c’est accepter la Servitude.

[…]

C’est pourquoi tous les quatre ans, le peuple est appelé à désigner par ses suffrages les individus à qui il entend confier le mandat de se prononcer sur toutes les questions que soulève l’existence même de la nation.

Ces questions sont réglées par un ensemble de prescriptions et de défenses qui ont force de loi et la loi dispose, contre quiconque tente d’agir contre elle et, à plus forte raison contre quiconque la viole d’une telle puissance de répression que tout geste de révolte par lequel un homme proteste contre l’injustice de la loi et tente de s’y dérober est passible des plus dures pénalités.

Or le Parlement est l’assemblée des individus à qui le suffrage dit universel a délégué le pouvoir d’édicter la loi et le devoir d’en assurer l’application. Le député et le sénateur sont avant tout des législateurs.

Comprends-tu, maintenant, électeur, l’exactitude de cette affirmation formulée par Élisée Reclus : « Voter, c’est se donner un maître ».

[…]

C’est le Parlement qui a la charge de modifier ou d’abroger les lois ; par ton suffrage exprimé, tu as participé à la composition de ce parlement ; par ton vote, tu lui as donné pleins pouvoirs ; le parti auquel tu appartiens a des représentants au sein de cette assemblée ; le programme que tu as affirmé par ton bulletin a des porte-parole à la Chambre. Il leur appartient – tu l’as voulu – d’amender, de corriger ou d’abroger les lois qui entravent ton indépendance politique et consacrent ta servitude économique.

Enrage, proteste, indigne-toi, tu en as le droit. Mais c’est tout ce qu’il t’est permis de faire. Ne perds pas de vue que, en votant, tu as renoncé, ipso facto, à ton droit à la révolte, que tu as abdiqué en faveur des représentants de ton parti, que, pour tout dire en un mot, tu as cessé d’être libre.

[…]

L’État, c’est l’ennemi.

Écoute encore. En régime représentatif, le Parlement, c’est l’État.

Théoriquement, il n’en est qu’une partie ; car, en principe, il n’est nanti que du pouvoir législatif. Mais c’est le Parlement (Chambre et Sénat réunis) qui élit le Président de la République, entre les mains de qui est centralisé le pouvoir exécutif ; et si, théoriquement, c’est la Magistrature qui détient le pouvoir judiciaire, comme c’est le Parlement qui confectionne les lois et que le pouvoir judiciaire n’a que le mandat d’en appliquer les dispositions, on voit que, somme toute, directement ou indirectement, le Parlement est, en dernière analyse, omnipotent. C’est donc lui qui est l’État.

Or, l’État, disent les Anarchistes, c’est la prise de possession du Pouvoir par la classe dominante, au détriment de la classe dominée. C’est, actuellement, l’ensemble des institutions qui régissent la nation entre les mains des chargés d’affaires de la classe capitaliste et, plus spécialement. de la haute finance, de la puissante industrie, du grand commerce et de la vaste propriété terrienne.

C’est la citadelle d’où partent les ordres qui courbent la multitude ; c’est la gigantesque forteresse où siège la force armée : troupe, gendarmerie, police, dont la fonction est de persécuter, d’arrêter, d’emprisonner et, en cas de révolte col­lective, de massacrer. qui s’insurge.

C’est le monstre qui, insatiablement, se repaît du sang et des os de tous ceux qui, par leur travail, alimentent un budget qui s’enfle démesurément.

L’État, c’est l’ennemi contre lequel il faut lutter, lutter en­core, lutter toujours, jusqu’à ce qu’il soit définitivement abattu.

[…]

Voter, c’est faire le jeu de la Réaction.

Électeur, un mot encore ; ce sera le dernier.

On ne manquera pas de te dire que ne pas voter, c’est faire le jeu de la réaction [extrême-droite].

Rien n’est plus faux. Je pourrais te faire observer que si les deux millions de travailleurs qui adhèrent à la C. G. T., si le million d’électeurs dont s’enorgueillit le Parti socialiste, si le million d’autres citoyens qui, sans être affiliés au Parti socialiste ou à la C. G. T. n’en sont pas moins les adversaires du régime capitaliste : en tout, quatre millions d’électeurs, refusaient hautement de prendre part au scrutin, cette abstention ouvertement annoncée et expliquée durant toute la période électorale et vaillamment pratiquée le jour du scrutin, porterait un coup mortel au prestige et à l’autorité du régime qu’il faut abattre. Je pourrais te dire que, en face de l’attitude de ces quatre millions d’abstentionnistes aussi conscients que résolus, le Gouvernement perdrait tout son lustre et le plus clair de sa force.

Je pourrais te dire que, étroitement unis dans une réprobation aussi catégorique du système social actuel, ces quatre millions d’hommes pourraient organiser, dans le pays, grâce aux ramifications qu’ils possèdent partout, une formidable coalition contre laquelle rien ne saurait prévaloir. Je pourrais affirmer que cette coalition dans laquelle ne tarderaient pas à entrer tous ceux que toucherait une aussi puissante propagande et même une partie des forces dont le Gouvernement dispose, serait de taille à oser, à entreprendre et à réaliser les plus vastes desseins et la transformation la plus profonde.

Que resterait-il, alors, du spectre de ta réaction qu’on agite devant toi pour te pousser aux urnes ?…

Mais voici qui te paraîtra sans doute plus décisif encore.

La Chambre qui s’en va comptait un nombre imposant des éléments de gauche. Plus de trois cents députés radicaux et radicaux socialistes, plus de cent députés socialistes. ils constituaient indubitablement une majorité écrasante.

Qu’a fait cette Chambre ? Qu’ont fait ces quatre cents Députes ?

Ils ont acclamé la guerre, ils ont adhéré avec enthousiasme à l’abominable duperie qu’on a appelée « l’Union Sacrée » ; ils ont voté tous les crédits de guerre ; ils ont apporté au Gouvernement dit « de défense nationale » leur étroite et constante collaboration ; ils n’ont rien tenté pour abréger le massacre ; ils n’ont pris aucune, mesure efficace contre la vie chère, contre l’accaparement, contre la spéculation, contre l’enrichissement scandaleux des brasseurs d’affaires ; ils ont accepté passivement la suppression de nos maigres libertés ils ont applaudi à l’écrasement de la révolution hongroise ; ils ont approuvé l’envoi des soldats, des marins, des munitions et des milliards destinés à étouffer, par la famine et par les armes, la Russie révolutionnaire ; ils ont lâchement courbé la tête, tout accepté, tout subi ; ils ont passé l’éponge sur toutes les turpitudes et sur tous les crimes.

Ils sont allés jusqu’au bout de la servilité, de la honte et de la sauvagerie.

À peine ont-ils osé ouvrir la bouche et, quand ils ont parlé, ce ne fut jamais pour faire entendre les vérités qu’il fallait dire, les imprécations sanglantes et les malédictions venge­resses, qui auraient opposé la douleur des deuils, la souffrance des ruines et l’horreur des batailles à la stérilité des sacri­fices et à la hideur des Impérialismes déchaînés.

Au terme de sa carrière, cette Chambre odieuse vient de ratifier un traité de paix qui laisse debout, plus insolents et plus guerriers que jamais tous les militarismes, qui favorise les plus atroces brigandages, qui stimule les plus détestables convoitises, qui avive les haines entre peuples et qui porte dans ses flancs la guerre de demain.

Voilà ce qu’a fait cette Chambre dont la naissance avait pourtant suscité les plus folles ’espérances et provoqué tous les optimismes.

Et maintenant, électeur, vote encore si tu l’oses.

Pour lire ce texte dans son entier sur Résistance71

▼▼▼

La conclusion démontre si besoin en était encore que la majorité n’est pas à convaincre car la masse des moutons est prête à sacrifier sa liberté pour plus de « protection » – que nous savons totalement illusoire, à l’heure des attentats terroristes complètement manipulés – de l’État. C’est un fait et c’est partout pareil. Alors c’est pathétique, mais c’est la réalité.

La majorité n’est pas à convaincre, car elle suit ! Ce qu’il nous faut faire, c’est organiser la minorité en associations libres œuvrant solidairement et lorsqu’une société organique parallèle fonctionnera, la masse suivra, comme elle suit le système institutionnalisé  aujourd’hui puisque cette masse va toujours dans le sens du meilleur courant comme un banc de poissons…

À charge ensuite, à nous tous, de leur démontrer qu’ils auront eu raison de nous rejoindre et de les convaincre de rester à nos côtés et pour changer, ensemble, l’Histoire de l’Humanité

JBL1960

Lectures complémentaires conseillées en versions PDFs POLITIQUES (il y en a 57) dans cette page spéciale de mon blog ► LES PDF DE JBL1960

Publicités

15 réflexions sur « Et maintenant, électeur, vote encore si tu l’oses ! Sébastien Faure – Bureau anti-parlementaire 1919, réédition 1924 »

  1. Edouard Philippe annule sa visite en Israël

    Le premier ministre a informé les autorités israéliennes qu’il annulait sa visite dans l’État hébreu prévue les 31 mai et 1er juin prochain. Matignon met en avant un agenda intérieur monopolisé par plusieurs réformes notamment celui de la SNCF.

    Initialement prévue le 31 mai et le 1er juin, la visite d’Edouard Phillippe en Israël est reportée. Contacté par le Figaro, Matignon a assuré que cette décision était motivée pour des raison internes, citant notamment les reformes en cours qui concerne la SNCF ou encore l’audiovisuel public.

    Sur Twitter, le député UDI Meyer Habib, fervent soutien de la politique israélienne, a fait part de son regret : «Une occasion manquée de réchauffer les relations bilatérales après les condamnations décevantes de la France et le lynchage médiatique d’un Israël en légitime défense.»

    Cette annulation de la visite du Premier ministre intervient alors que les relations entre la France et Israël se sont récemment tendues après la mort, le 14 mai, de 62 palestiniens par des tirs israéliens dans la bande de Gaza. Emmanuel Macron avait alors «condamné les violences et souligné l’importance de la protection des populations civiles et du droit à manifester pacifiquement».

    Source Russia Today France via Alter Info
    =*=
    Meyer Habib est un député givré de France, et accessoirement UDI, élu donc ! Il a la double nationalité, et on sait pour qui son cœur balance !

    J'aime

    1. Oui, mais il n’est vraiment pas le seul à l’avoir dit haut et fort…

      Mon Émile (Pouget, dit le père Peinard avec lequel Faure a travaillé au « Journal du Peuple ») serait encore là, il leur botterait le cul, non ?

      J'aime

    1. C’est en réponse à François Ruffin dans cet article sur le site http://www.lesmoutonsenrages.fr

      https://lesmoutonsenrages.fr/2018/05/26/le-sherif-de-nottingham-est-a-lelysee-ruffin-chez-bourdin/

      François Ruffin a appelé à veauter Macron pour faire barrage au FHaine tout en affirmant aux ouvriers et travailleurs que dès le 7 mai 2017 il combattrait le Président Macron, avec les armes de la démocratie !

      Ah bah on a vu !

      Tout le problème, c’est ceux qui l’ont cru, qui sont allés veauter, et qui l’ont eu dans c*l, turlututu ♫ chapeau pointu ♪

      Et maintenant, électeur, vote encore, si tu l’oses…
      Oui, je sais, les co*s ça osent tout et c’est même à cela qu’on les reconnait…

      Mais, l’espoir fait vivre aussi y parait…

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s