De false-flag

En fausse bannière…

En opération sous faux drapeau…

Sur fr.sott.net on peut lire la traduction de Eve Hargindey source Anfturkce du 19/02/2016 ;

Attentat d’Ankara : les YPG réfutent leur implication et pointent vers une opération sous faux drapeau

[JBL1960 : Rien que ça !]

Le Commandement général des Unités de défense/protection du peuple (YPG) a publié une déclaration en réponse au Premier ministre turc Ahmet Davutoğlu qui les a accusées de l’attentat d’hier au cœur de la capitale turque Ankara, qui a fait 28 morts et 64 blessés.

Le Commandement général des YPG dit que celles-ci n’ont aucun lien avec l’attentat, remarquant que Davutoğlu a présenté cette accusation pour ouvrir la voie à une offensive contre le Rojava (Kurdistan syrien) et la Syrie. Le Commandement général a souligné que les YPG ne sont engagées à ce jour dans aucun type d’activité militaire contre l’État turc, en dépit de toutes les attaques et provocations de celui-ci.

Nous publions ci-après le texte intégral de la déclaration rendue publique par le Commandement général des YPG :

« Comme notre peuple et l’opinion publique le savent, la révolution du Rojava est entrée dans sa quatrième année. En tant que forces YPG, nous protégeons notre peuple dans la région du Rojava depuis le premier jour. Dans des conditions difficiles, nous protégeons notre peuple des gangs barbares comme Daesh et Al-Nusra. D’innombrables États et médias ont rapporté de manière répétée le soutien fourni par la Turquie à ces groupes terroristes. À part la défense contre les groupes terroristes qui nous attaquent, nous, en tant qu’YPG, ne sommes engagées dans aucune activité militaire contre des États voisins ou d’autres forces. En dépit de toutes ses provocations et attaques à la frontière du Rojava, nous avons agi avec responsabilité historique et n’avons jamais exercé de représailles contre la Turquie. Au cours des 4 dernières années, le Rojava a été la zone la plus sûre de la frontière entre la Turquie et la Syrie, et il n’y a eu aucune action militaire (contre la Turquie) de notre part pendant cette période. Cette vérité est parfaitement connue de l’armée turque et du gouvernement AKP. Ils sont en train de distordre délibérément la vérité en disant nous tenir pour responsables de l’explosion à Ankara.

Nous tenons à réitérer notre message aux peuples de Turquie et du monde : nous n’avons aucun lien avec cet incident. Cela ne concerne pas ce seul cas, vu que nous n’avons jamais été impliquées dans une attaque contre la Turquie. L’État turc ne peut absolument pas prouver notre engagement dans quelque type que ce soit d’attaque sur son territoire puisque nous n’avons jamais été impliquées dans une telle action. Le discours du Premier ministre turc Davutoğlu, « L’ attaque d’Ankara a été menée par les YPG », est un mensonge très loin de la vérité. Par cette déclaration, Davutoğlu veut ouvrir la voie à une offensive contre la Syrie et le Rojava, et couvrir ses relations avec l’ISIS qui sont désormais de notoriété mondiale.

En tant qu’Unités de défense du peuple, nous affirmons une fois de plus que nous n’avons aucun lien avec l’explosion d’Ankara, et nous demandons à tous les pays et forces voisins de respecter la révolution du Rojava et la volonté des peuples.  » (Source ANF

Le site Kurdish Question ajoute : Le Parti de l’union démocratique (PYD), auquel les YPG sont affiliées, a déclaré « réfuter complètement » les affirmations sur son implication.

Saleh Muslim, co-président du PYD, a également démenti les affirmations selon lesquelles les YPG étaient en train d’attaquer la Turquie. « Elles ne considèrent pas la Turquie comme un ennemi », a-t-il déclaré à l’agence Reuters

=*=

Je ne peux, maintenant, que vous recommander la lecture de cet article de Résistance 71 intitulé ;

Guerre impérialiste au Moyen-Orient: La Turquie (OTAN) armée de l’air de l’EIIL contre les communes libres kurdes autogérées…

Voici la présentation de R71 qui date du 31/07/2015 ;

Comme le fut également l’aviation israélienne côté Golan syrien, l’aviation turque, pays membre de l’OTAN et qui ne peut pas agir sans consentement des « instances », est devenue à son tout l’armée de l’air de la légion mercenaire de l’OTAN connue sous le nom d’EIIL/EI ou Daesh. La révolution sociale kurde de la confédération de communes libres est une plus que sérieuse épine dans le pied de l’empire. Le danger de voir des régions et peuples entiers s’affranchir des tutelles des états obsolètes et criminels devient une fois de plus, et à juste titre, au goût du jour. Les États vont devoir (essayer) d’écraser la liberté. C’est la seule chose qu’ils savent bien faire !… Soutien aux peuples émancipés, que leur exemple gagne le reste du monde occidental !

Il n’y a pas de solutions au sein du système ! La ou les seules solutions viables au marasme de l’agonie de la société étatique résident en nous, les peuples, unis et coopérant entre nous, sans intermédiaires, sans institutions étatiques, en confédération des communes libres comme le font avec succès les communes zapatistes du Chiapas au Mexique et depuis quelques années, la zone nord du Kurdistan syrien de la région de Kobané.

La Turquie est membre de l’OTAN et agit en tant que tel. N’oublions jamais que OTAN = Organisation Terroriste de l’Atlantique Nord…      — Résistance 71 —

Extrait : La Turquie a ajouté un nouvel échelon à sa coopération avec l’organisation terroriste Daech en Syrie. Soutenant déjà cette organisation dans le but de briser la révolution du Rojava, l’État turc frappe aujourd’hui lourdement la guérilla kurde qui résiste contre les gangs de Daech, et procède par ailleurs à de grandes vagues d’arrestations dans les milieux kurdes en Turquie.

=*=

Souvent je rappelle que et c’est parce que les communes zapatistes du Chiapas au Mexique nous adressent des messages de leur expérience douloureuse mais réussie de l’exercice du pouvoir dilué dans le peuple ;

Parce qu’il faut se préparer à porter plus efficacement et plus extensivement le boulot de nous gouverner nous-mêmes, parce qu’au pire, le Système capitaliste va revenir nous chercher.

Le mal et ceux qui le porte ont un nom, une histoire, une origine, un calendrier, une géographie ;

C’est le Système capitaliste.

Depuis des centaines d’années,

nous vivons sous les 4 roues de ce Système ;

L’Exploitation, la Répression, la Dépossession et le Mépris…

Et le 1er janvier dernier l’EZLN a réitéré cet appel du fond de la nuit des temps ;

Et le mauvais gouvernement annonce la guerre et la destruction

Logement, terre, travail, pain, santé, éducation,

Indépendance, démocratie, liberté

Furent nos requêtes

Dans la grande nuit de 500 ans

Elles sont aujourd’hui nos exigences

Au lieu de nous laisser entrainer vers le précipice, comme des moutons, nous pouvons retirer notre consentement, ici et maintenant, et d’où nous sommes et ;

Faire tomber l’Empire…

Parce que je le redis l’Empire sans terre est un empire à terre.

C’est juste à nous de savoir ce que nous voulons, et de nous y tenir.

JBL1960

Publicités

Bilderberg & Cie

Bilderberg Group since 1954

Au moins !

Et comme c’est bizarre, mais la construction européenne initiée par Walter Hallstein  date des années 1950, aussi. Oui, Hallstein juriste d’Hitler, qui s’est retrouvé prisonnier aux USA et si lui il a pas été recruté grâce à L’opération Paperclip je veux bien me la prendre et me la mordre, l’oreille, évidemment…

Sur ilfattoquotidiano.fr Diego Fusaro publie le 14/02/2016 un résumé de ce qu’est le Groupe Bilderberg ; (Que Jean-François Kahn fait mine de ne pas connaitre, ainsi que Yves Calvi, dans l’émission C dans l’air de France 5) ; ici ;

Groupe Bilderberg : Ceux qui gouvernent vraiment le monde

Avec une expression mêlant à la fois la reconnaissance objective de la réalité du monde et l’arrogance propre au pouvoir, l’un des plus grands milliardaires de la planète a eu ces mots : « La lutte des classes existe bel et bien, et ma classe est en train de la gagner. » Il s’agit, en fait, d’une analyse claire et lucide des nouveaux rapports de force issus de la révolte des élites et de l’offensive néolibérale contre le monde du travail et des droits humains. Un scénario dont peu de gens ont conscience, tant il est vrai que le pouvoir fait tout pour nous induire en erreur et utilise ses armes de distraction de masse.

Mais pour bien comprendre la portée réelle de cette nouvelle élite oligarchique comme agent du capital absolu-totalitaire dans cette époque de retour à une certaine forme d’esclavage, il n’est pas inutile de s’arrêter un instant sur le « Groupe Bilderberg« , l’emblème de l’Internationale libérale-financière de notre ère néo-féodale.

Contrairement à ce que l’on pourrait penser à première vue,… le Groupe Bilderberg n’est pas une forme de société secrète ni une quelconque conspiration. Il s’agit en fait d’un rassemblement privé entre puissants du monde entier [dont la liste officielle pour 2015 est ici – NdT], qui se répète tous les ans, depuis la toute première réunion en 1954 dans l’hôtel Bilderberg situé à Oosterbeek, en Hollande.

Cette réunion annuelle a pour but de faire se confronter les puissants issus de l’élite, unis par une même idéologie néolibérale qui les représente, et par la volonté de former un réseau dédié à la défense de leurs intérêts et à l’union des institutions bancaires.

C’est très précisément ce qu’on pourrait définir comme une Internationale libérale-financière, dont la devise semble être se cristalliser dans l’inversion des paroles par lesquelles Marx concluait son Manifeste : « Puissants du monde entier, unissez-vous ! ».

Vu sous un certain angle, on pourrait dire que le Groupe Bilderberg n’est rien d’autre qu’un réseau d’intérêts interdépendants de type financiers, politiques, économiques et industriels.

De 1954 à nos jours, il n’a jamais été permis à la presse d’assister aux réunions du Groupe Bilderberg, et l’agenda de leurs congrès n’a jamais été publié, pas plus que des déclarations de ceux qui y ont participé.

Véritable expression des arcanes impériaux de l’économie mondiale financiarisée, la recherche permanente du secret le plus absolu de cette nouvelle oligarchie finit paradoxalement par être extrêmement révélatrice de la véritable nature du Groupe Bilderberg, à savoir, un gouvernement occulte qui opère dans l’ombre, et détermine les lignes générales de politiques réduites à n’être qu’une simple prolongation de l’économie, par d’autres voies.

Bien que les réunions soient totalement secrètes, les intérêts de l’élite Bilderberg sont parfaitement connus, car ils coïncident avec ceux du capitalisme financier dans sa phase la plus absolue (pour une analyse plus poussée, je me permets de vous renvoyer à mon étude  »Minima mercatalia. Filosofia e capitalismo« ).

Ces intérêts gravitent autour du projet central consistant à la fois à éliminer les États nationaux et des droits sociaux, à créer une immense classe pauvre de personnes précaires, nomades et disposées à tout pour survivre, à détruire les constitutions et les frontières nationales, à mettre en place de nouveaux traités internationaux contraignants qui font primer l’économie et la Banque, à attaquer tous azimuts le monde du travail et les garanties sociales.

Les plans et les projets du Groupe Bilderberg incarnent l’essence même de la révolte des élites : les unions et les traités internationaux sont utilisés comme moyens pour mettre fin aux souverainetés nationales et démocratiques, et par là même, déstructurer le Droit et l’État social, en imposant comme seul paramètre la compétitivité au niveau international.

Au travers des traités internationaux [comme le projet de TAFTA – NdT], les gouvernements sont en réalité privés de leur pouvoir qu’ils cèdent à des agences internationales et financières, lesquelles se substituent de plus en plus aux États nationaux dont les dirigeants étaient, du moins sur le papier, élus par le peuple.

En opérant ainsi, l’oligarchie financière de l’élite peut agir en tant que société pour oeuvrer au niveau mondial et administrer la planète à travers un réseau transnational capable d’imposer un nouvel ordre mondial marqué par la logique du capitalisme absolu et flexible, sans rencontrer la moindre résistance.

Comme l’aurait déclaré David Rockefeller en juin 1991 lors d’une réunion du Groupe Bilderberg à Baden Baden, une souveraineté supranationale exercée par une élite intellectuelle et par des banquiers mondiaux est décidément préférable à la traditionnelle autodétermination des nations.

Dans ces mots, au fond, on retrouve la substance essentielle du programme internationaliste de libéralisation sans frontière poursuivi par cette nouvelle Internationale libérale-financière, consistant en la destruction complémentaire de l’ »esclave » (servo, en italien) en tant que sujet capable de s’organiser et de s’opposer, et de tous les obstacles réels ou symboliques à même de freiner l’expansion illimitée du nihilisme économique.

L’objectif ultime est l’instauration d’un gouvernement  unique mondial régnant sur un seul marché planétaire, où ne subsiste plus aucune culture ou identité plurielle, où l’humanité est dissoute en simples atomes de consommation privés de toute racine et de toute capacité à se projeter, réduite à une immense plèbe précarisée et asservie.

En gros, c’est le triomphe du classisme(*) planétaire et du fanatisme économique et transnational.

Diego Fusaro   –    Source ilfattoquotidiano.it

Je sais bien que l’on va me traiter de vilaine complotiste

(cf. ce billet le complotisme pour les Nuls ).

Et j’ai même aggravé mon cas en me revendiquant des théoriciens de la coïncidence et en renfort à Galilée, théoricien du complot ?

Je me sens souvent entre deux mondes ; Pourtant c’est non, définitivement N.O.M.

Et c’est tout l’objet de ce blog, son essence, sa quintessence même.

En tous les cas, pour moi, Non c’est N.O.M.

JBL1960