Ob La Di – Ob La Da – Oblabla !

« Notre nation est née dans le génocide lorsqu’elle embrassa la doctrine que l’américain originel, l’Indien, était un être inférieur. Avant même qu’il y ait eu un grand nombre de nègres sur nos côtes, la balafre de la haine raciale avait déjà défiguré la société coloniale » Martin Luther King

Je reproduis ci-dessous l’excellent billet d’entrefilets qui livre une analyse ciselée au laser de l’Amérique d’aujourd’hui en période électorale.

De cette Amérique blanche, malgré la caution métis qu’aura été Oblabla sur l’injonction des psychopathes aux manettes pensant encore tromper leur monde, et trompant de moins en moins de monde… Enfin, encore de trop, puisque que le cirque continue encore et encore.

Chrétienne à l’extrême, portant la doctrine chrétienne de la découverte en oriflamme.

Et à la testostérone mise en étendard jusque dans le choix d’Hilary…

http://www.entrefilets.com/potus_2016_un_casting_au_potentiel_devastateur.html

Potus 2016: un casting au potentiel dévastateur

01/02/2016 Après les huit ans bling bling du libidineux Clinton, les huit ans de sang du corporate-pantin Doobleyou, nous achevons donc les huit ans de vide absolu de Barak Hussein Obama, premier Président «noir» des États-Unis, mais uniquement cela. Huit ans durant, le bonhomme se sera en effet contenté de paraître, de cultiver dans un même élan son image, ses abdos et sa famille-potiche pour survendre la fiction hollywoodienne de son personnage. Huit ans durant, il aura ainsi été sublime et martial jusqu’au grotesque dans chacune de ses apparitions, parfaitement dressé par une armée de communicants-nounous à jouer comme personne du rythme, des intonations et des silences de ses récitations, à s’indigner ici, ou à pleurnicher là, pour émouvoir la ménagère et humidifier la groupie de rédaction avec sa «human touch» de papier glacé. Huit ans de communication pure donc, huit ans de simulacre, de vide, huit ans pour rien. Barak Hussein Obama n’aura même pas été un mauvais président. Il n’aura rien été du tout. Et c’est sur ce vide sidéral que s’engage désormais le casting pour le prochain Potus (President of the United States), avec un potentiel cette fois réellement dévastateur pour l’Empire.

Ciao pantin
Comme de coutume depuis Clinton, l’ère d’Obama se terminera donc par l’obligatoire petite farce filmée sensée nous prouver que l’homme était bel et bien un être humain «comme vous et moi», avec un cœur et de l’humour. La pantalonnade donnera ensuite le coup d’envoi à l’avalanche de bobo-analyses où les plumitifs de la presse-Système tenteront le «bilan» de huit ans de vide pourtant seulement rempli par une mesurette sociale, d’ailleurs promise au démontage républicain, et des discours, des postures et encore des discours. Évidemment, il s’en trouvera qui mettront à l’actif de la speakerine US sortante la réintégration de l’Iran dans le grand concert des nations (rions un peu), alors même qu’elle répondait à une évidente nécessité stratégique de la machinerie de l’Empire dans sa guerre contre l’Asie pour le contrôle du «pipelineistan», et qui donc serait survenue même avec Pluto dans le bureau ovale.
En réalité, la sortie d’Obama des écrans cathodiques-Systèmes sera un non-évènement conforme à l’essence même de sa Présidence.
Ce qui nous intéresse en revanche, ce qui nous intéresse beaucoup, c’est la suite bien sûr.

En route vers l’éclatement ?
Chez les démocrates, en pole position provisoire figure l’inénarrable hystéro-récidiviste Hillary Clinton, dont le destin oscille désormais entre l’investiture et l’inculpation pour cause de divulgation d’emails top-secrets (1). Bien sûr, après nous avoir mystifiés avec un premier Président «noir» comme gage de l’éternel renouvellement de la flamboyante démocratie US, l’establishment-Système rêve de nous rejouer le coup avec cette fois la première Présidente US «femme» de l’Histoire, histoire justement d’endormir encore une fois tout le monde pour 8 ans.
Sauf que la dame en question est désormais dans la ligne de mire du FBI et pourrait bien se retrouver inculpée en cas de chute de popularité. Or elle est opposée à un outsider qui non seulement se revendique comme anti-establishment, mais qui a le mauvais goût de grimper dangereusement dans les sondages. La victoire de Bernie Sanders aux primaires porterait ainsi un coup de grâce politique définitif à la l’ex-première Dame éconduite, façon «He came, He saw, She died».
De l’autre côté de l’échiquier, la compétition républicaine met aux prises l’hyper-milliardaire aussi halluciné qu’hallucinant, Trump, également autoproclamé anti-establishment, challengé sur son hyper-droite par Cruz, un menteur invétéré texan (2).
La possibilité d’un duel final entre deux candidats échappant à tout contrôle de l’establishment, Trump et Sanders, est donc une réelle possibilité qui constituerait dès lors un tournant quasi révolutionnaire et potentiellement destructeur pour la matrice-Système étasunienne. Et peu nous importe dès lors de juger de la qualité des personnalités en lice, tant la victoire d’une Hillary, que toute notre presse-Système bobo-atlantiste trouverait parfaitement acceptable, serait pourtant la garantie d’un océan supplémentaire de sang et de violence à travers le monde. Et puis venant d’un clergé politico-médiatique européen qui fait à longueur d’année la promotion du totalitarisme bruxellois et de la déconstruction sociale, les jugements de valeur sur les uns ou les autres ont nécessairement quelque-chose de profondément risible.
L’important est ailleurs. Et il réside tout entier dans le caractère hautement explosif de la situation étasunienne pour la pérennité de sa petite routine nihiliste.
La réjouissante panique qui gagne l’establishment à Washinton-Disney, et qui pousse un autre milliardaire pro-Système cette fois, Michael Bloomberg, à vouloir claquer sa fortune pour sauver les meubles, nous apparaît donc un signe encourageant de l’accélération de la crise d’effondrement de l’État imposteur étasunien, dont la chute est pour nous à la fois le préalable et le détonateur nécessaires à l’effondrement attendu du Système néolibéral dont il est la matrice.

1 State Department declares 22 Clinton emails contained top secret information

2 Ted Cruz, un menteur surdoué à l’assaut de la Maison Blanche

=*=

Ce n’est pas que j’ai le cœur à plaisanter, mais depuis le début celui que j’appelle Oblabla me remet en mémoire cette mélodie ; Ob La Di – Ob La Da – Oblabla – Oh !

C’est le retour au réel qui est moins joyeux…

Publicités

Copains comme cochons !

Et encore, c’est pas gentil pour les cochons…

Mais c’est toujours nous les dindons de la farce !

Parfois, on nous donne une info, mais on ne l’appuie pas.

C’est à dire, qu’on la diffuse, histoire de dire qu’on a fait son boulot, mais, on ne s’étend pas dessus au cas où les gueux s’y attarderaient…

Bon, pour ma part, je suis une gueuse, vu que le féminin de gueux c’est gueuse…

Donc, hier, le Nouvel Obs, publie cette info ;

http://tempsreel.nouvelobs.com/economie/20160131.OBS3724/en-pleine-polemique-clara-gaymard-quitte-general-electric.html

En pleine polémique, Clara Gaymard quitte General Electric

Par Caroline Michel – le 31/01/2016

La patronne du groupe américain en France officialise son départ quelques jours après avoir été convoquée à l’Elysée pour s’expliquer sur les suppressions de postes chez Alstom.

Mission accomplie pour Clara Gaymard. Trois mois à peine après avoir bouclé l’acquisition de la branche énergie d’Alstom, la patronne française de General Electric a annoncé à notre confrère « Challenges » qu’elle s’apprêtait à quitter le groupe américain, confirmant des informations de « L’Obs ». L’annonce doit en être officialisée demain par un communiqué interne.

C’est Marc Hutchinson, le responsable européen de General Electric, qui devrait dans un premier temps reprendre ses fonctions. Quant à Clara Gaymard, 56 ans, elle devrait, d’après nos sources, se consacrer à la société d’investissement Raise, dont elle pilote déjà le fonds de dotation. Elle devrait désormais épauler directement le président et fondateur, Gonzague de Blignières, un ancien de la Barclays qui a levé plusieurs centaines de millions d’euros auprès de grands groupes (Accor, Bouygues, Danone, EDF) et de grandes familles du capitalisme français (Dassault, Bettencourt) pour financer des PME innovantes.

Cela aurait fait dix ans cette année que l’épouse à la ville de l’ancien ministre Hervé Gaymard piochait dans son volumineux carnet d’adresses pour prêcher la bonne parole de General Electric dans le tout-Paris politique et des affaires. Elle n’a cessé de prôner l’intensification des relations économiques entre la France et les Etats-Unis, au nom de la défense des emplois industriels en Europe. Faut-il y voir un rapport ? Son départ intervient au moment où General Electric a annoncé 6.500 suppressions dans la branche énergie d’Alstom que le groupe vient de racheter, dont 765 en France, en contradiction avec les engagements pris auprès du gouvernement français au moment de l’acquisition. Mercredi, Clara Gaymard a dû se rendre à l’Elysée pour s’en expliquer auprès de François Hollande et d’Emmanuel Macron, en compagnie de Jeffrey Immelt le patron américain de General Electric.

Immelt a promis de créer 1765 emplois dans les trois ans sur le territoire français. Mais cette promesse n’a pas rassuré les syndicats qui ont publié une lettre ouverte commune au président de la République pour dénoncer « la logique boursière de ce plan ». Dans les couloirs d’Alstom, il se dit que la position de Clara Gaymard promettait d’être intenable à mesure que la polémique enflait et aurait pu semer d’embûches le parcours de son mari Hervé Gaymard comme soutien d’Alain Juppé dans la course aux primaires à droite.

Outre Raise, Clara Gaymard aura cependant de quoi s’occuper puisqu’elle est entrée au conseil d’administration de Veolia en mars dernier et est aujourd’hui pressentie pour intégrer celui de Bouygues. Caroline Michel

 Bon alors, pour ceux qui aurait oublié qui est Hervé Gaymard ; c’est là ; https://fr.wikipedia.org/wiki/Affaire_Gaymard

Le cœur de l’affaire concerne le logement occupé par Hervé Gaymard — alors ministre de l’Économie, des Finances et de l’Industrie — et sa famille. Des premières révélations du Canard enchaîné du 14 février, il apparaît que cet appartement parisien de la rue Jean-Goujon, un duplex de 600 m2, représente un loyer mensuel de 14 400 euros entièrement payé par l’État. Hervé Gaymard annonce immédiatement qu’il quitte cet appartement. Sa défense consiste à signifier qu’il ignorait le montant du loyer et que ses origines et ses revenus modestes ne lui permettent guère de s’acquitter lui-même d’un tel montant. Une semaine plus tard, le 22 février, un second article du Canard enchaîné révèle qu’Hervé Gaymard connaissait les coûts inhérents à cet appartement et qu’il avait d’ailleurs participé à son choix en le visitant préalablement à sa location ; l’article révèle également que de coûteux travaux ont également été engagés, toujours à la charge de l’État. Enfin un article de Libération du 25 février révèle qu’Hervé Gaymard est assujetti à l’ISF et qu’il est multi-propriétaire, en particulier d’un appartement à Paris situé Boulevard Saint-Michel. Le 25 février, Hervé Gaymard démissionne de sa fonction de ministre moins de trois mois après l’avoir commencée.

Gaymard c’est un mix en Cahuzac et Thèvenoud, mais de droite !

Mouarffff ! Quel panier de crabes !

Bon, je m’explique, outre que l’info est dégoulinante de collusions en tous genres, de clientélisme à tout va, comme on dit chez les gueux et les gueuses ; C’est mon cul et ma chemise, quoi !

Vous avez bien lu ; La Gaymard, s’en va pour ne pas gêner le parcours de son mari, Hervé, comme soutien d’Alain Juppé dans la course aux primaires à droite.

Alors, on savait qu’Ubu était marié avec la Pécresse, qui est parti prenante dans le vidage des salariés d’Alstom et pour éviter les « doublons »… Je vous laisse imaginer la gueule des doublons… Ici ; Ubu est marié…

Et on est pas mal à dire que le Juppé aurait été adoubé lors du dernier Bilderberg, et je l’ai traité dans ce billet ici ; NAZE III est en lice…

Et dans le même temps, on peut lire, sur Marianne.net le 31/01/2016 :

« Cohn-Bendit choisit « Le moins pire » : Juppé

Sans déconner ?

Et c’est pas fini, le même jour toujours sur Marianne, on peut lire un article ;

Il est prêt à tout : Juppé et le coup du « Beer pong »

Bien décidé à ne pas se laisser ringardiser, le candidat à la primaire de la droite soigne sa jeunesse et sa coolitude. Imaginez-le se faire un petit « beer pong », musique à fond et caméras braquées sur lui…

Heu ! Non, merci les gars, on a pas envie d’imaginer ça…

Au risque de me répéter ; La solution c’est quand même d’arrêter tout ce cirque, non ?

J’ai déjà attiré votre attention sur les intentions de tous ces zommes politic, dans un billet où je traite du retour en politique prévu et inévitable quoi qu’il en prétende, de Jean-François Copé, ici ; Le retour de JFC, ou pas !

Bien sûr, je ne suis pas grand chose, mais, Paul Craig Roberts ne dit pas autre chose dans son dernier billet qu’à traduit Résistance71 et publié sur son blog que voici en lien ; https://resistance71.wordpress.com/2016/02/01/resistance-politique-echec-et-effondrement-attendent-la-civilisation-occidentale-paul-craig-roberts/

Dans ce billet intitulé ; L’occident en est réduit à se piller lui-même ; PCR enfonce bien le clou, voici quelques extraits :

[…] Auparavant, lorsqu’un pays souverain se retrouvait plus endetté qu’il ne pouvait payer, ses créditeurs devaient rajuster le montant de la dette sur ce que le pays pouvait payer. Au XXIème siècle, comme je l’explique dans mon livre The Failure of Laissez Faire Capitalism, cette règle traditionnelle a été abandonnée. […]

[…] La nouvelle règle est que le peuple d’un pays, même un pays dont les dirigeants ont accepté des pots-de-vin afin de permettre l’endettement de leur pays envers l’étranger, doit avoir ses retraites, l’emploi, et les services sociaux laminés ainsi que les ressources de valeur de la nation telles que les systèmes de distribution des eaux municipales, les ports, la loterie nationale et les parcs nationaux, comme les îles grecques protégées, vendues aux étrangers, qui ont ainsi toute la liberté d’augmenter les prix de l’eau et des services, refuser au gouvernement grec par exemple les revenus de sa lotterie nationale, et vendre l’héritage national protégé de la Grèce à des requins du foncier. […]

[…] Non content de sa suprématie sur les “peuples démocratiques”, le 1% avance d’autres pions avec ses “traités” Trans-Antlantique et Trans-Pacifique. Ceux-ci sont supposés être des “accords de libre-échange” qui bénéficieront à tout le monde. En vérité, ce sont des accords secrets, particulièrement bien gardés qui donnent le contrôle des lois des gouvernements souverains aux entreprises privées. […]

[…] C’est çà l’Amérique aujourd’hui: une police corrompue, des procureurs corrompus, des juges corrompus, mais un max de bénéfices pour le capitalisme made in USA avec ce travail très bon marché carcéral. Les économistes têtes pensantes du libre-marché glorifient les prisons privées, affirmant qu’elles seraient plus efficaces et elles le sont de fait… à fournir un travail d’esclave aux capitalistes. […]

[…] et pourtant ceux-ci continuent de voter pour les partis politiques qui les ont trahi et les trahissent. […]

Il y a bien une solution pour arrêter tout ce cirque ;

Retirer votre consentement.

C’est vous qui voyez.

Mais faudra pas venir chouiner après.

D’autant que ce 1% n’est que 0.01% en réalité…

JBL1960

C’est interdit alors ? Une fois !

Je ne sais pas si cette info est vrai ou bidon.

J’en appelle donc à mes lecteurs belges, qui sont de plus en plus nombreux, ce dont je les remercie.

Donc, les Belges ne pourront peut-être plus fumer chez eux !

Info wikistrike du 1er février 2016 (c’est pas sourcé) : http://www.wikistrike.com/2016/02/en-belgique-vous-ne-pourrez-peut-etre-bientot-plus-fumer-chez-vous.html

Les Belges ne pourront peut-être bientôt fumer chez eux

Le docteur Roland Lemye, vice-président de l’Absym, le principal syndicat de médecin de Belgique, veut interdire aux fumeurs de consommer du tabac au sein de leur habitation. Dans une carte blanche publiée par le journal Le Soir lundi, le médecin explique vouloir ainsi protéger les enfants des effets nocifs du tabac. La santé des plus jeunes justifie, selon le Dr. Lemye, l’interdiction de fumer dans la sphère privée. Aucun pays au monde n’interdit actuellement la consommation de tabac dans les logements sur l’ensemble de son territoire.

Plusieurs villes américaines ont cependant déjà franchi ce pas tandis que Melbourne ou Tokyo, entre autres, ont proscrit la cigarette des parcs, plages et de certains quartiers.

Bon, on peut légitimement ce poser la question du comment on met en œuvre l’application d’une telle connerie, si tant est que ce fut vrai ! Et puis tant qu’on y est ; pourquoi pas envisager d’interdire les gens de baiser, une fois !
 

Tenez, c’est encore Coluche qui aura le dernier mot pour cette fois-ci…

Le 9 octobre 2018 ; On me signale, une fois de plus, que la vidéo de Coluche a été supprimée, le message de YT est que toutes les vidéos de Coluche ne sont plus disponibles pour atteinte au DDA !

 

https://www.sciencesetavenir.fr/high-tech/le-parlement-europeen-adopte-le-projet-de-droits-d-auteur-sur-internet_127436

Allez je remets le sketch de Coluche « Le Belge » une fois, via Dailymotion !

 

JBL1960

Et mort aux oncs !