Tous en Bikini !

Grâce à Killary

Ou à cause de Killary

Donc, Résistance71 nous propose la traduction de l’excellent John Pilger.

La lecture de cette analyse est tout à fait ; Transcendante…

Le danger de l’empire: Mascarade, mensonges et grand cirque politique pour une continuelle hégémonie mondiale (John Pilger)

https://resistance71.wordpress.com/2016/03/25/le-danger-de-lempire-mascarade-mensonges-et-grand-cirque-politique-pour-une-continuelle-hegemonie-mondiale-john-pilger/

Une guerre mondiale a commencé Brisons le silence  – John Pilger  20 Mars 2016

http://johnpilger.com/articles/a-world-war-has-begun-break-the-silence-

Ceci est la version édité par ses soins du discours qu’a fait récemment John Pilger à l’université de Sydney.

J’ai filmé aux îles Marshall. Qui sont au nord de l’Australie, au milieu de l’océan Pacifique. A chaque fois que je le dis aux gens , ils demandent: “Où est-ce ?” et si je leur donne un indice en leur disant “Bikini”, ils me disent: “vous voulez dire le maillot de bain ?”.

Peu ont l’air de se rendre compte que ce maillot de bain bikini a été appelé ainsi pour célébrer les explosions nucléaires qui ont dévasté l’île de Bikini. Soixante-six engins nucléaires ont été explosés par les États-Unis aux Îles Marshall entre 1946 et 1958, l’équivalent de 1,6 Hiroshima chaque jour… pendant 12 ans !

Aujourd’hui, Bikini est totalement silencieuse, mutée et contaminée. Les cocotiers poussent dans des formations étranges. Rien ne bouge. Il n’y a plus d’oiseaux. Les pierres tombales du vieux cimetière sont vivantes de radiations. Mes chaussures étaient sans cesse en zone “dangereux” sur le compteur Geiger.

Sur la plage, j’ai observé les eaux du Pacifique vertes émeraude tomber dans un énorme trou noir. Ceci est le cratère laissé par la bombe H appelée “Bravo”. L’explosion a empoisonné bien des gens et leur environnement sur des centaines de kilomètres, peut-être pour toujours.

A mon retour, je me suis arrêté à l’aéroport d’Honolulu à Hawaii et ai remarqué un magazine américain appelé “Women’s Health”. Sur la couverture figurait une femme souriante en bikini avec ce titre: “Vous aussi, vous pouvez avoir un corps pour le bikini” Quelques jours plus tôt, aux îles Marshall, j’avais interviewé des femmes qui avaient un bien autre “coprs pour le bikini” ; chacune avait souffert de cancer de la thyroïde et autres cancers mortels.

A l’encontre de la femme souriante du magazine, toutes étaient pauvres: des victimes et des cobayes d’une super-puissance vorace qui est aujourd ‘hui plus dangereuse que jamais.

Je narre cette expérience en tant qu’avertissement et pour interrompre une distraction qui a consumé tant d’entre nous. Le créateur de la propagande moderne Edward Bernays, a décrit ce phénomène comme étant “la manipulation consciente et intelligente des habitudes et des opinions” dans les sociétés dites démocratiques. Il appelait ceci “le gouvernement invisible”.

Combien de gens ont-ils vraiment conscience qu’une guerre mondiale a déjà commencé ? En ce moment, c’est une guerre de propagande, de mensonges et de distraction, mais tout ceci peut changer instantanément avec le premier ordre mal interprété, le premier missile.

En 2009, le président Obama se tenait devant une foule d’adorateurs au centre de la ville de Prague, au cœur même de l’Europe. Il se promit alors de faire du monde “un endroit sans armes nucléaires”. Des gens l’acclamèrent, certains même pleurèrent. Un torrent de platitudes inondèrent le public en provenance des médias. Dans la foulée, Obama reçût le Prix Nobel de la Paix.

Tout ceci n’était qu’une mascarade. Il mentait.

Le gouvernement Obama et son administration a construit encore plus d’armes nucléaires, plus de têtes nucléaires, plus de systèmes d’envoi balistique de ces têtes nucléaires. La dépense pour le développement de la capacité nucléaire américaine a été au plus haut sous Obama que sous n’importe quel autre président des États-Unis. Sur les derniers trente ans, le coût du développement de la capacité nucléaire des États-Unis est de plus de 1000 milliards de dollars.

Une mini bombe nucléaire est planifiée, elle est connue sous le nom de B61 modèle 12. On a jamais rien vu de semblable. Le général James Cartwright, un ex-chef d’état major adjoint a dit: “les rendre plus petites, rend leur utilisation plus possible et plausible..”

Ces derniers 18 mois, le plus grand rassemblement militaire depuis la seconde guerre mondiale, emmené par les USA, est en train de se dérouler le long de la frontière avec la Russie. Il n’y a pas eu de concentration de forces militaires de cette sorte à cet endroit depuis la préparation de l’invasion de l’URSS par Hitler. Aucune force depuis lors n’a démontré une telle menace envers la Russie. (NdT: pas même les forces de l’OTAN au plus fort de la guerre froide, parce que la réciproque existait de l’autre côté avec les forces du pacte de Varsovie…)

L’Ukraine, autrefois partie de l’Union Soviétique, est devenue un terrain de jeu de la CIA. Après avoir orchestré le coup d’état de Kiev, Washington contrôle de fait un régime qui est voisin et totalement hostile à la Russie: un régime corrompu, pourri jusqu’à la moelle par les nazis, littéralement. Des personnalités parlementaires prominentes ukrainiennes sont les descendants politiques des tristement célèbres OUN et UPA fascistes. Ils vénèrent Hitler ouvertement et appellent à la persécution et l’expulsion de toute la minorité linguistique russe.

Ceci ne fait que rarement les unes en occident ou est pirouetté pour supprimer la vérité.

Dans les pays Baltes, voisins de la Russie, l’armée américaine y déploie des troupes de combat, des chars, de l’artillerie lourde. Cette provocation extrême aux portes de la seconde puissance nucléaire mondiale n’est pas mentionnée en occident.

Ce qui rend la perspective d’une guerre nucléaire encore plus dangereuse est qu’une campagne parallèle se déroule contre la Chine.

Il se passe rarement un jour où la Chine n’est pas élevée au rang de “menace”. D’après l’amiral américain Harry Harris, le chef de la flotte du Pacifique, la Chine “est en train de construire une grande muraille de sable dans la Mer de Chine méridionale”.

Il se réfère ici à la construction par la Chine de bases aériennes dans les îles Spratly, qui sont sujettes à dispute territoriale avec les Philippines, une dispute qui n’en fut jamais une jusqu’à ce que Washington corrompe le gouvernement de Manille et que le Pentagone ne lance une campagne de propagande appelée “liberté de navigation”.

Qu’est-ce que tout cela veut vraiment dire ? Cela veut dire liberté pour les navires de guerre américains de patrouiller et de dominer les eaux côtières chinoises. Essayez donc d’imaginer la réaction des Américains si des navires de guerre chinois venaient faire la même chose aux larges des côtes californiennes.

J’ai réalisé un documentaire appelé “The War You Don’t See”, dans lequel je m’entretiens avec de distingués journalistes américains et britanniques: des reporters comme Dan Rather de CBS News, Rageh Omar de la BBC, David Rose de l’Observer.

Tous ont dit que si les journalistes et les chaînes de télévision et leurs services d’information avaient fait leur boulot et mis en question la propagande disant que Saddam Hussein possédait des armes de destruction massive, si les mensonges éhontés des Bush et Blair n’avaient pas été amplifiés par les journalistes, alors l’invasion de l’Irak en 2003 n’aurait sans doute pas eu lieu et des centaines de milliers de personnes, hommes, femmes et enfants, seraient encore en vie aujourd’hui.

La propagande qui établit la fondation pour une guerre contre la Russie et/ou la Chine n’est pas différente dans le principe. A ma connaissance, aucun journaliste du calibre disons d’un Dan Rather dans les médias occidentaux, n’a posé la question de savoir pourquoi la Chine construit-elle des bases aériennes en Mer de Chine du Sud ?

La réponse saute aux yeux pourtant. Les États-Unis sont en train d’encercler la Chine avec un réseau intriqué de bases militaires, de missiles balistiques, de groupes de combat et de bombardiers à haute capacité nucléaire.

L’arc létal s’étend de l’Australie aux îles du Pacifique, les Mariannes, Marshall et Guam, aux Philippines, la Thaïlande, Okinawa au Japon et la Corée du Sud, à travers l’Eurasie par l’Afghanistan et l’Inde. Les États-Unis ont mis un nœud coulant autour du cou de la Chine. Ceci n’est pas nouveau. Silence des médias = guerre par médias.

En 2015, les États-Unis et l’Australie ont effectué dans le plus grand secret, la plus grande manœuvre militaire aéronavale de l’histoire récente, nom de code “Sabre talisman”. Son objectif était une répétition générale d’un plan de bataille aéronaval bloquant des routes maritimes stratégiques comme le détroit de Malacca (entre la Malaisie et Sumatra en Indonésie) et le détroit de Lombok (en Indonésie), qui couperait l’accès de la Chine au pétrole, au gaz et à d’autres matières premières vitales en provenance du Moyen-Orient et d’Afrique.

Dans le grand cirque qu’est la campagne présidentielle américaine, Donald Trump est présenté comme un dérangé, un fasciste. Il est très certainement odieux, mais il est aussi une tête de turc des médias, rien que cela devrait éveiller le scepticisme.

Les vues de Trump sur l’immigration sont des plus grotesques, mais pas plus grotesques que celles d’un David Cameron, Ce n’est pas Trump qui est en ce moment le plus grand déporteur des États-Unis, mais bel et bien le Prix Nobel de la Paix Barack Obama.

D’après un commentateur “prodigieux” libéral, Trump est en train de “lâcher les forces des ténèbres et de la violence” aux États-Unis. Les lâcher ?

Ceci est le pays où de petits gamins flinguent leurs mères et la police déclenche une guerre meurtrière contre les afro-américains. Ceci est le pays qui a attaqué et a recherché le renversement de plus de 50 gouvernements, pour la plupart démocratiquement élus et qui a bombardé intensément de l’Asie au Moyen-Orient, causant la mort et la dépossession de millions et de millions de personnes.

Aucun pays ne peut rivaliser avec cette violence systémique. La plus grande partie des guerres de l’Amérique (pratiquement toute contre des nations sans défense réelle) n’ont pas été lancées par des présidents républicains, mais bien par des présidents libéraux comme Truman, Kennedy, Johnson, Carter, Clinton et donc Obama.

En 1947, une série de directives en provenance du Conseil Nationale de la Sécurité (CNS) décrivit l’objectif primordial de la politique étrangère américaine comme étant “de façonner un monde substantiellement à l’image des États-Unis eux-mêmes”. L’idéologie empruntée était l’américanisme messianique (NdT: le même qui est utilisé pour justifier de la doctrine chrétienne de la découverte et du concept de “peuple élu” biblique, tel que la démontré le juriste Steven Newcomb dans son ouvrage de recherche: “Païens en terre promise, décoder la doctrine chrétienne de la découverte”, que nous avons traduit). Nous étions tous des Américains ; ou alors… Les hérétiques seront convertis, subvertis, corrompus, achetés, calomniés et écrasés.

Donald Trump en est un symptôme mais il en est aussi un marginal. Il dit que l’invasion de l’Irak fut un crime ; il ne veut pas entrer en guerre contre la Russie ou la Chine. Le danger réel pour nous tous dans ce système n’est pas Trump mais bel et bien Hillary Clinton. Elle n’est pas du tout marginale. Elle personnalise l’endurance et la violence d’un système dont l’ “exceptionnalisme” tant vanté est totalitaire avec de temps en temps un visage libéral.

Alors que les élections présidentielles s’approchent, Clinton sera acclamée comme la première femme président, et ce en dépit de tous ses crimes et ses mensonges, tout comme Obama fut loué comme le premier président noir américain et les libéraux ont gobé tout ce non sens total au sujet de l’espoir (NdT: Le “Hope” de sa campagne électorale et son tout aussi pathétique “Yes We Can !” qui a endormi la gôche bobo yankee pour des années et muselé le mouvement anti-guerre… l‘enfumage fut total et réussi… plus dur est le réveil aujourd’hui !)

Décrit par le journaliste du Guardian Owen Jones comme “drôle, charmant, avec une aura qui balaie pratiquement tous les autres politiciens”, cet Obama donc l’autre jour à envoyé des drones massacrer plus de 150 personnes en Somalie. Il tue en général les gens les mardis, car c’est ce jour d’après le New York Times, qu’on lui remet la liste de la semaines des candidats à la mort par drone. Tellement cool. (NdT: Obama a lui même déclaré: “En fait, je suis assez bon à tuer des gens”, sa phrase exacte ayant été: “It turns out that I am pretty good at killing people”, 2012…)

Dans la campagne présidentielle de 2008, Hillary Clinton avait menacé de “totalement oblitérer” l’Iran avec des armes nucléaires. En tant que ministre des affaires étrangères du gouvernement Obama, elle a participé au renversement du gouvernement démocratique du Honduras. Sa contribution à la destruction de la Libye en 2011 fut radieuse. Quand le leader libyen le colonel Kadhafi fut publiquement sodomisé avec un couteau, un assassinat rendu possible grâce à la logistique américaine, Clinton éructa dans un entretien: “Nous sommes venus, nous avons vu, il est mort.”

Une des alliées les plus proches de Clinton est l’ancienne ministre des AE de Bill Clinton, Madeleine Albright, qui attaqua vertement des jeunes femmes pour ne pas soutenir “Hillary”. La même Albright qui célébra à la TV dans un épisode d’entretien tristement célèbre qu’un demi million d’enfants irakiens morts durant l’embargo de 10 ans du pays “en valait la peine”…

Parmi les plus gros soutiens de Clinton se trouve le lobby israélien et les entreprises d’armement qui entretiennent la violence au Moyen-Orient. Elle et son mari Bill on reçu des fortunes de Wall Street et pourtant elle va être nominée comme la candidate femme à la présidentielle, pour battre le grand méchant Trump, le démon officiel. Son fan club inclut de distingué(e)s féministes, du style de Gloria Steinem aux Etats-Unis et Anne Summers en Australie.

Il y a une génération de cela, un culte post-moderne comme “la politique identitaire” avait arrêté bien des personnes intelligentes et bien-intentionnées qui examinaient les causes et les individus qui soutenaient de telles personnes comme Obama et Clinton, ou des mouvement frauduleux comme Syriza en Grèce, des traîtres qui ont leurré un peuple et un pays entiers et se sont alliés à leurs ennemis.

L’auto-absorption, une sorte d’égoïsme, de “moi-isme”, est devenue un nouvel esprit du temps dans les sociétés occidentales privilégiées et a signalé l’échec des grands mouvements collectifs anti-guerre, contre l’injustice sociale, l’inégalité, le racisme et le sexisme.

Aujourd’hui, le grand sommeil est peut-être fini. Les jeunes ont repris la barre, graduellement. Les milliers en Angleterre qui ont soutenu Jeremy Corbyn en tant que leader du parti travailliste, font partie de cet éveil, tout comme ceux qui s’étaient ralliés aux États-Unis à la cohorte de soutien du sénateur Bernie Sanders.

En Grande-Bretagne la semaine dernière, l’allié le plus proche de Jeremy Corbyn, son trésorier de l’ombre John McDonnell, a rejoint un gouvernement travailliste pour payer les dettes des banques parasites et pirates et de fait, de continuer la soi-disant austérité.

Aux États-Unis, Bernie Sanders a promis de soutenir Clinton si ou quand elle sera nominée candidate démocrate. Lui aussi a voté pour l’utilisation de la force par les États-Unis contre d’autres pays quand il pense que c’est “juste et bien”. Il dit qu’Obama a fait un “super boulot”.

En Australie, il existe une sorte de politique mortuaire dans laquelle des jeux parlementaires fastidieux se jouent dans les médias alors que des réfugiés et des indigènes sont persécutés, que l’inégalité sociale croît avec le danger de guerre. Le gouvernement de Malcom Turnbull vient juste de voter un soi-disant budget de la défense de 195 milliards de dollars, ce qui représente une sacrée poussée vers la guerre. Il n’y eut aucun débat. Juste le silence.

Qu’est-il arrivé à la grande tradition populaire de l’action directe (NdT: et de la désobéissance civile si chère à Howard Zinn…), imperméable aux partis politiques ? Où est le courage, l’imagination et la motivation, l’implication, tous des requis pour commencer le long chemin vers un monde meilleur, plus juste et pacifique ? Où sont les dissidents dans l’art, le cinéma, le théâtre, la littérature ?

Où sont tous ceux qui brisent le silence ? Ou devons-nous attendre jusqu’à ce que le premier missile nucléaire soit tiré ?

=*=

Quand Pilger fait remarquer que « L’idéologie empruntée était l’américanisme messianique » il pointe du doigts ce sur quoi s’est construite la Nation Indispensable. Et quand je dis qu’on peut, qu’on doit faire tomber l’Empire, car un empire sans terre est un empire à terre. C’est le préalable, à toutes choses. Chaque année cet empire renouvelle ses vœux, si j’ose dire, en commérant le Colombus Day ! Nous devons nous assurer que plus jamais on ne fêtera Thanksgiving ou l’Australia Day ou le Día de la Raza ; Plus jamais…

Le risque, aujourd’hui, bien réel, c’est que l’on a jamais été si prêt de voir passer les missiles inter-continentaux au-dessus de nos têtes, comme dans le film  « Le jour d’après » de Nicholas Meyer (1983).

C’est vraiment à nous de voir, si nous voulons être les spectateurs effarés de notre propre destruction ou si nous décidons de ne plus renoncer, d’où nous sommes, ici & maintenant…

Il y a peu, Steven Newcomb, cité dans cette analyse, nous appelait, lui aussi à nous réveiller.

Nous avons à faire à l’Empire du Mal ; N’en doutez plus…

Réveillez-vous, réveillons-nous, tous, il est temps !

Mieux vaut trop tôt que trop tard.

Et il est bien temps !

JBL1960

Publicités

Vérifié par Patdu49

Comme chaque mois, Patdu49 analyse et nous restitue les vrais chiffres du chômage ;

Pour comprendre cette analyse, vous pouvez relier ce billet à celui-ci, à celui-, et encore ici, pour ma part, sinon sur Agoravox pour les plus anciens.

Vrais chiffres chômage Février 2016, 3800 chômeurs de + malgré 314200 radiations ce mois

Patdu49 | Vendredi 25 mars | Source : Agoravox

http://www.agoravox.fr/actualites/economie/article/vrais-chiffres-chomage-fevrier-179222

6 494 100 privés d’emploi et travailleurs occasionnels officieux, toutes catégories confondues, + 4 030 000 environ d’invisibles qui n’entrent pas ou plus dans les statistiques officieuses ( chiffres détaillés bas de page ).

total : + de 10,49 MILLIONS de chômeurs en France (fourchette basse), et autant de pauvres largement sous les seuils de pauvreté.

Radiations des listes A,B,C,(D,E) de Pôle Emploi par motifs, moyenne mensuelle (basée sur 1 trimestre) de Février 2016 :

- Défauts d’Actualisation (bugs informatiques + oublis + des découragés non indémnisés) : 218 000, 43,5 % des sorties des listes. (+ 6,2 % sur 1 an)

- Radiations Administratives (les punis) : 42 500, 8,5 % des sorties. (-5,1 % sur 1 an)

- Autres Cas (morts, suicidés, emprisonnés, expulsés etc) : 53 700 et 10,7 % des sorties. (+ 5,3 % sur 1 an)

soit 314 200 radiés des listes (62,7 % des sorties) ce mois (moyenne mensuelle sur 1 trimestre) pour autres motifs que :

- Stages parking : 47 400, 9,4 % des sorties. (+7,2% sur 1 an)

- Arrêts maladie, maternité, départs en retraite : 39 800, 7,9 % des sorties. (+ 6,4% sur un an)

- Reprises d’emploi déclarées : 100 200, ne représentent que 20 % des sorties des listes de pôle emploi. ( + 14,1 % sur 1 an )

Demandeurs d’emploi par catégories :

  • A : 3 591 000 +1,1 % ( + 2,5 % sur 1 an ).
  • B : 706 400 -0,4 % ( + 3 % sur 1 an ) travailleurs pauvres moins de 78 heures.
  • C : 1 165 400 -2,7 % ( + 7,9 % sur 1 an ) travailleurs pauvres de + de 78 heures.
  • D : 273 500 +0 % ( -1,4 % sur 1 an ) stages parking, occupationnels etc.
  • E : 422 700 +0,1 % ( +11,6 % sur 1 an ) contrats aidés etc.

TOTAL : 6 159 000 ( données corrigées ), hors DOM TOM, soit + 4 % sur 1 an, 3 800 chômeurs de plus, par rapport à Janvier

TOTAL, dom-tom compris : 6 494 100

Quelques chiffres qui parlent :

Chômage Longue durée (entre 2 et 3 ans) : + 3,9 % sur 1 an.
Chômage Très Longue Durée + de 3 ans : + 14,1 % sur 1 an.

Chômage des 50 ans et +, + 8,4 % sur 1 an.

+ d’1 chomeur inscrit à pôle emploi sur 2 (50,4 %) ne perçoit AUCUNE INDEMNITE, ni ARE (allocation retour à l’emploi), ni allocation de solidarité (ASS, AER)

Offres d’emploi disponibles, dernier chiffre connu : 583 972, environ 150 000 collectées via pole emploi, les autres via des « partenaires » privés, certaines pouvant apparaitre 7 fois, d’autres sont fictives et/ou mensongères (remplissages de candidatures de boites d’intérim, annonces faussement classées en CDI, etc).

Le + scandaleux, LE CHÔMAGE INVISIBLE, complètement en dehors des statistiques :

Ne sont pas comptés dans ces 6 494 100 demandeurs d’emploi et travailleurs pauvres occasionnels :

1 530 000 foyers bénéficiaires du RSA, en effet sur 2 530 000 environ de foyers (dernier chiffre connu) , seuls 1 000 000 environs sont inscrits à Pôle Emploi, les autres bénéficient d’autres suivis (associations, collectivités locales, etc.) en sachant qu’un foyer bénéficiaire, comporte parfois + d’un demandeur d’emploi en son sein, donc si on parle en nombre d’individus c’est pire.

+ encore 1 100 000 au bas mot, sur les environs 2 millions de bénéficiaires de l’AAH ou d’une pension d’invalidité, qui ne sont pas inscrits à Pôle emploi, malgré une aptitude et un désir d’accès à un emploi adapté.

+ encore 1 400 000 de SANS-DROITS, qui sont principalement :

- des jeunes de moins de 25 ans, primo demandeurs d’emploi, qui comme vous le savez n’ont même pas droit au RSA. (quasi unique en Europe), favorisant délits, crimes, trafics, prostitution, esclavagisme moderne, radicalisations etc.

- des sans droits, pour motif, dépassement des plafonds de ressources dans le foyer, exemple, votre conjoint(e) perçoit 700€ d’allocation chomage, ou 807€ d’allocation adulte handicapé, vous n’aurez même pas droit au RSA, car vous dépasserez le plafond couple qui est de 660€ par mois, si vous êtes NON SDF.

- des bénéficiaires de pensions de reversions ( veufs, veuves ) de 55 ans et +, qui dépassent les plafonds du RSA ( 462€ pour une personne seule ), et qui n’ont pas l’âge pour prendre leur propre retraite ou pour percevoir le minimum vieillesse ( 65 ans ) qui s’appelle aujourd’hui « A-S-P-A » (allocation solidarité aux personnes âgées), qui est récupérable sur le patrimoine, au décès.

- des bénéficiaires de pensions alimentaires qui dépassent les plafonds du RSA (plafonds 2 fois inférieurs aux seuils de pauvreté, une véritable honte)

- des étudiants, boursiers ou non, qui cherchent des petits jobs alimentaires, qui sont donc bien demandeurs d’emploi, en concurrence avec les autres (même si beaucoup sont aussi exploités en stages sous payés, voire gratuits).

- des auto-entrepreneurs, qui ne gagnent rien ou presque, et sont demandeurs d’emploi en parallèle.

– on peut parler également de retraités qui cherchent un emploi car leur retraite ne couvre pas les charges fixes pour survivre ( loyer, énergie, assurances, voiture, téléphone, eau, nourriture, santé (lunettes, dentiste ..) incalculable.

Faites le calcul vous même, on arrive au total, à + de 10,49 MILLIONS demandeurs d’emploi en France, et travailleurs pauvres occasionnels.

Sources : Rapport complet de la DARES de 13 pages (et non pas le simple communiqué de presse envoyé aux médias) : http://dares.travail-emploi.gouv.fr/IMG/pdf/pi-mensuelle-bgdbwe3.pdf

Rendez-vous mercredi 27 Avril 2016, pour avoir les vrais chiffres du chômage de Mars 2016.

=*=

Ce travail de fourmi nous permet de comprendre que par le chômage les banksters à la manœuvre se servent de nous, comme variable d’ajustement pour leur profit et dans cet unique but.

Vous pouvez mettre en exergue la liste des licenciements dans le monde que tient à jour Pierre Jovanovic sur son blog depuis 2008. Ici, , et encore ici. Ou encore .

Ainsi, la boucle est bouclée.

Pour ma part, cela me conforte dans l’idée que seul un changement de paradigme, initié par nous, les peuples, d’où nous sommes et de manière concertée nous donnera une chance de construire la société des sociétés.

Nous devons commencer dès à présent, ici & maintenant, pas pour nous, pour nous il est bien tard, mais pour les générations futures.

Parole d’une Invisible ; JBL1960

=*=

Mise à jour du 27/04/2016 par JBL1960 avec les vrais chiffres de mars2016 de Patdu49 ;

http://www.agoravox.fr/actualites/economie/article/vrais-chiffres-chomage-mars-2016-180361

Les psychopathes aux manettes !

Et ça fait du monde quand même !

Quel panier de crabes…

Enfin pour être plus exacte, ici il est question des larbins des larbins aux manettes et c’est pour ça que ça merde mais surtout que ça se voit !

Le toujours excellent entrefilets.com signe une analyse d’une terrible lucidité que je reproduis entièrement ci-dessous ;

En toute fin d’article, je mettrais les liens vers mes billets traitant de ses très nombreux articles qu’il est bon d’avoir en tête.

Ce billet est à relier à celui-ci qui traite de l’attentat de Bruxelles et de ses conséquences immédiates pour nous les peuples.

Europe : sous la terreur, le naufrage

23/03/2016 «L’Union européenne et les institutions doivent rester et resteront unies face à la terreur.» Au lendemain des attentats de Bruxelles, c’était le message du président Juncker. C’était aussi celui des Cameron, Flanby et autres kaiser bien sûr, évidemment relayé à pleins poumons par leur clergé médiatique. On passe du Je suis Paris au Je suis Européen. Soit. Sauf que cette posture révèle surtout que toute cette petite caste sent confusément que ça va mal, très mal, pour cette Union et ces institutions «qui doivent rester unies» envers et contre tout, même les peuples. L’écran de fumée provoqué par les attentats va certes lui permettre de cacher le naufrage, d’appeler à resserrer les rangs. Mais peut-on resserrer longtemps les rangs derrière le vide?

A la recherche du temps long
L’émotion suscitée par un attentat suspend tout. Et surtout la capacité de réflexion. De plus, les pouvoirs instrumentalise toujours à outrance ce type d’évènement, la fulgurance de cet instant de présent absolu, ce Big Now comme disent les anglo-saxons, cet instantané chargé de violence et de douleur qui permet d’évacuer tout, à commencer par les causes dont on déplore les effets, et aussi les responsabilités.
C’est ce qui permet aux Américains de déplorer le chaos irakien ou syrien comme s’ils n’y étaient pour rien, aux Français de faire de même avec la Libye alors que dans chacun de ces cas leur responsabilité est plein et entière.
Or ce temps long dont plus personne ne veut aujourd’hui a beaucoup à dire. Et notamment pour rappeler par exemple que ces quarante dernières années, les glorieuses armées occidentales ont exterminés directement ou indirectement entre 2 et 4 millions de personnes à travers le monde, en écrasante majorité musulmanes. Pour la liberté et la démocratie bien sûr. Et si cela ne peut évidemment pas excuser le terrorisme, il est évident que cela a largement contribué à le fabriquer.
Durant des décennies, les USA et leurs zélateurs ont en effet soutenu, financé, encadré et armé les islamistes les plus radicaux, les ont joués partout contre les nationalistes dans leur Grand Jeu moyen-oriental et même au-delà. Et lorsque les groupes les plus extrêmes ont fini par s’émanciper pour suivre leurs propres agendas, on a continué à vouloir les instrumentaliser, ici et là, en quête de retour sur investissements sans doute, dans une logique purement libérale, on ne se refait pas.
Et puis patatras. Voici que Daesh sort du bois.
C’est du lourd, plus sous contrôle du tout, mais qu’importe. C’est qu’à ce moment-là le Big Now, c’est «sus à Bachar al-Assad». Et on est clairement prêt à sacrifier un million de Syriens pour l’avoir. Question de principe ! En réalité, mais ne le dites pas aux plumitifs hallucinés de Libé ou du Monde, ledit principe se résume à un pipeline qui doit rapporter gros, très gros, en alimentant l’Europe en gaz sans passer par la case Russie. Alors on temporise pour capitaliser, et on se donne le temps de voir venir à coups de dizaines de milliers de morts en Syrie.
Et ça finit par venir, car ça finit toujours par venir. Mais pas vraiment comme on s’y attendait.
A Paris, puis à Bruxelles donc.

Désillusion et défiance
L’Europe se retrouve ainsi attaquée. Elle qui, depuis le début des ratonnades US au Moyen-Orient, a surtout joué la carte US justement, prenant même l’initiative de détruire la Libye et de proclamer, par la voie du Sage Fabius, son admiration sans bornes pour les bouchers d’al-Nosra qui faisaient du si «bon boulot en Syrie».
Elle qui, parallèlement à ses errements géopolitiques et à ses petites magouilles secrètes type TTIP, a aussi révélé tout son potentiel totalitaire, déniant progressivement aux peuples le droit à la parole, infligeant la famine à ses membres les moins dociles, imposant à tous ce concept de «souveraineté limitée» qu’on croyait confiné à l’histoire soviétique.
C’est alors que survient la crise des migrants (directement provoquée par les ratonnades de l’Occident et ses proxy-wars donc) et l’année portes-ouvertes décrétée par Merkel, y compris pour les 2000 ou 3000 «daeshistes» qui s’invitent au voyage selon les estimations affolées des services de renseignements européens. Mais qu’importe. Car là encore, derrière le masque de vertu de la chancelière, chacun devine surtout l’appétit pour une main d’œuvre bon marché sur laquelle on compte aussi pour faire baisser les salaires et payer les retraites d’une Europe qui ne fait plus de gosses.

Les larmes de Mogherini
La boucherie de Bruxelles est alors perpétrée dans ce contexte de naufrage du Titanic européen.
En apprenant la nouvelle, la cheffe de la diplomatie européenne a fondu en larmes (1). Emouvant forcément, on est quand même les gentils de l’histoire.
Sauf qu’on ne sait finalement pas vraiment sur qui ou quoi pleurait Mogherini.
Sur les millions de morts de l’Empire et de ses complices? Sur les morts de Paris ou de Bruxelles? Ou sur le spectacle d’une Europe qui se délite, qui s’écrase lamentablement sous le poids de ses politiques foireuses, de ses choix merdeux et de son âme perdue.
Chacun aura sans doute beaucoup de temps pour y penser, à ces larmes et à d’autres, moins suspectes, celles des vrais victimes de la politique mortifère du Système atlantiste qui vont encore couler ici et ailleurs.
Car selon un responsable français de la lutte anti-terroriste: l’Europe va «subir une vague de terrorisme très puissante, qu’on ne pourra enrayer que partiellement».
«Nous sommes submergés», dit-il (2).
L’écran de fumée est donc appelé à durer, avec toutes les tentations totalitaires qui vont s’offrir à cette élite égarée pour que «l’Union européenne et les institutions puissent rester», c’est à dire surtout leurs privilèges.
Sauf que sous la terreur, le naufrage se poursuivra, inéluctable, jusqu’à ce que les peuples revendiquent enfin à nouveau leur droit à disposer d’eux-mêmes.
Mis en ligne par entrefilets.com le mercredi 23 mars 2016

(1) Les larmes de Mogherini

(2) Nous sommes submergés

=*=

Alors le  POTUS2016 en Trumpette !  est une analyse d’entrefilets sur laquelle je m’appuie et vous pouvez lire celle-ci qui décortique l’analyse de Paul Craig Roberts sur Trump et ainsi vous aurez de quoi faire votre propre opinion !

Surtout après avoir pris connaissance de l’analyse d’entrefilets sur les mandatures abyssales d’Oblabla

Mais tout en gardant à l’esprit qu’avec Killary c’est Meurtre Mort Détruire ou Terminator 2016 assuré !

Bon, ça fait un petit moment qu’entrefilets nous prévient et ici on sait que pour faire tomber l’Empire du Mal ;

Il suffit d’arrêter de consentir et de ne plus jamais renoncer !

Sortons nous collectivement, d’où nous sommes, les doigts du nez !

Ainsi, nous pourrons nous donner un souffle nouveau…

De l’invisible JBL1960