Sortir de l’UE c’est verboten !

Et oui !

Ver-bo-ten…

Donc, quand le résultat d’un vote « démocratique » ne convient pas à l’oligarchie européiste capitaliste en place.

Celle-ci possède une arme de destruction massive ;

La propagande distillée par ces Merdias aux ordres… Et à la schlague !

Enfin, distillée, c’est joliment dit ; Catapultée oui  !!!!

Le magazine Marianne du lundi 27 juin 2016 propose cet excellent résumé du Barnum d’après Brexit entièrement retranscrit ci-dessous ;

Url de l’article original = http://www.marianne.net/brexit-comment-les-medias-francais-ont-pris-leurs-reves-realites-100244012.html

Manifestement sonnée par l’onde de choc du Brexit, la presse française quasi-unanime n’a pratiquement donné la parole depuis vendredi qu’à des experts en catastrophisme, à des Britanniques désespérés ou à des pro-Brexit rongés par le remord. Quitte à snober le choix d’un peuple…

Plus de 72% des électeurs britanniques se sont prononcés le 23 juin. Une mobilisation massive qui a conduit 51,9% d’entre eux, soit 17,2 millions, à voter « Leave » : le retrait du Royaume-Uni de l’Union européenne. Mais de notre côté de la Manche, le succès de cette consultation populaire a été éclipsé par un traitement médiatique des plus originaux qui, tout au long du week-end, a déroulé ce raisonnement : au lendemain du scrutin, les Britanniques se sont levé avec un sacrée gueule de bois car ils avaient voté sans réfléchir, donc ils regrettent et il faudrait qu’ils puissent revoter. Démonstration en quatre étapes.

► Etape 1 : « Tout le monde a perdu »

Il est à peine cinq heures du matin ce vendredi 24 juin quand la France découvre les premiers résultats significatifs du référendum au Royaume-Uni : surprise, le Brexit est donné gagnant ! En contredisant les derniers sondages et les paris des bookmakers, le choix des Britanniques nourrit forcément les matinales et les premiers papiers des rédactions. Ainsi les Français ont-ils pu se réveiller avec en partageant la « gueule de bois » apparemment généralisée au Royaume-Uni, l’expression se plaçant en hit des plus utilisées sur les chaînes d’info en continu toute la journée, reprise dans les titres de la presse sur Internet. Un lendemain de cuite que partagent en premier lieu les financiers de la City (, …) qui s’étaient prononcés contre le Brexit, mais aussi… des électeurs pro-Brexit. Ceux qui chercheront des images de célébration du camp du « Leave » ou des réactions positives à ce vote en seront pour leurs frais : unanime, la presse française ne tend majoritairement le micro qu’aux inquiets (, …), aux catastrophés () et aux pessimistes de tout poil, comme dans cette vidéo du Parisien […]

► Etape 2 : « Ils ne savent pas ce qu’ils font »

Forcément, puisque le Brexit ne peut être qu’une catastrophe vue de France, il ne peut être que le résultat d’une erreur des Britanniques. « A l’occasion du référendum sur l’UE, (les pro-Brexit) ont cru sanctionner l’establishment. Mais leurs ennuis, et ceux du pays tout entier, ne font que commencer », nous promet ainsi qui nous explique doctement « pourquoi les Britanniques vont regretter leur vote ». Pour le , une réflexion sur l’Europe telle qu’elle est ne saurait avoir motivé le vote pro-Brexit des Britanniques, qui ont simplement manifesté là leur sensibilité exacerbée au populisme, à tel point que le titre s’interroge : « Les Américains suivront-ils le populisme britannique en élisant Trump ? » Cherchez le rapport… La preuve que « les Anglais ne savent pas pourquoi ils ont voté », rapporte , qui analyse les tendances de recherche sur Google : ils ont attendu de voir le résultat de leur légèreté pour se renseigner sur deux questions essentielles : « Que signifie la sortie de l’UE ? » et « Qu’est-ce que l’UE ? ». Peu importe que ces interrogations puissent être celles de ceux qui ont voté contre le Brexit, et qu’elles paraissent quoi qu’il en soit légitimes ce jour-là, c’est bien le signe de l’ignorance crasse de ces électeurs qui ont fait basculer le destin européen.

► Etape 3 : « Les pro-Brexit regrettent déjà »

Ne sachant pas ce qu’ils faisaient, il est logique que les électeurs pro-Brexit s’en mordent les doigts le lendemain. Sans parti pris aucun, c’est donc l’angle que de nombreuses rédactions françaises se sont donc refilé tout le week-end, avec cette question en tête que l’on ne pose pourtant jamais les lendemains d’élections : regrettez-vous votre vote ? Et de relayer en chœur (, , ) ce témoignage d’une jeune Anglaise au Telegraph : « Si je pouvais revenir sur mon vote, je choisirais de rester dans l’UE ». En reprenant les tweets de deux électeurs pro-Brexit qui assurent également regretter leur vote, ainsi que quelques autres témoignages allant en ce sens, annonce aussi : « Certains partisans du Brexit regrettent déjà leur choix. » et viennent compléter le tableau en dressant le portrait de ces « Bregretters ». « Voter ‘out’… et s’en mordre les doigts », termine en s’appuyant… sur trois témoins. Ou comment essentialiser la réaction de 17 millions d’électeurs à partir de quelques sources.  Et les pro-Brexit fiers de leur vote, se cacheraient-ils ?

► Etape 4 : « Et si on revotait ? »

Enfin, partant de l’erreur des Britanniques et des remords qui les rongent, la presse française ne pouvait qu’appuyer une idée toute simple : puisque ce vote démocratique ne convient à personne, pourquoi ne pas rejouer le match ? Et tous de se jeter comme un seul homme sur qui appelle les Britanniques à un second vote. La consultation, qui a réuni plus de 3,5 millions de signatures ce lundi, serait l’œuvre d’un partisan du « Remain » (le « maintien » dans l’UE). Là encore, peu importe que sa fiabilité soit plus que douteuse, Marion Maréchal-Le Pen ayant par exemple annoncé qu’elle avait voté alors qu’elle n’est évidemment pas citoyenne britannique. L’initiative réjouit de toute manière la presse économique, notamment, qui a n’a eu cesse de recueillir ces derniers mois les lumières d’économistes défendant le « Remain ». Ainsi, titre avec entrain : « Plus d’un million de signatures pour un nouveau référendum ! » Et de rêver tout haut, en expliquant pourquoi « la pétition aux 3 millions de signatures pose question »…

=*=*=

Cette mise en perspective par les Merdias aux ordres des pouvoirs politiques corrompus eux mêmes en mission contre nous, les peuples, était prévisible, car bouffi par leur arrogance, leur suffisance, pas un instant, il n’avait envisagé ce scénario.

Et on a sortie la Grosse Berta !

Normal puisque sortir de l’UE c’est verboten !

Bon pas de problème les gars, on va les faire revoter, hein, on a l’habitude !

Nous, les cons qui aimons le Brexit : une anthologie….

Le petit Nicolas s’engouffre dans la brèche et demande un nouveau traité, comme d’hab…

Une pétition est mise en ligne pour demander un second référendum, et là on atteint des sommets dans la connerie quand même ; 24 000 Nord-coréens votent, Marion Maréchal Le Pen vote, même le Vatican vote ???

Et pis aujourd’hui, non finalement, + de 17 millions pour le Brexit, 72% de participation, ça va se voir…

Donc, on revote pas…

Alors, dès le départ, beaucoup l’avait dit que l’oligarchie ne laissera pas la GB sortir l’UE.

Mais on connait aussi leur capacité à s’adapter en milieu hostile.

D’ailleurs, même Mohawk Nation News nous donne sa vision de ce Freaky Brexit avec ce message : Brexit The Matrix

Nous savons qu’aucun Merdias conventionnels ne vous informera précisément de la réalité du monde puisqu’ils sont aux mains des plus grands Banksters et marchands d’armes de la planète ; Surtout en France, le seul pays où le Boycott envers Israël est interdit !

Récemment, on a pu lire que notre Résident de l’Élysée pensait à supprimer le poste de premier ministre, alors, c’est pas que ça nous gênerait beaucoup, mais ce qui nous gène c’est que toutes ces bonnes idées nous viennent des cerveaux malades des Zunies, tenez rappelez-vous ceci ; ici !

Et quand on sait que les zélites mondiales sont super entrainées niveau intrigue ; 9/11 !

Nous devrons trouver nous-mêmes notre chemin ;

Pour cela y a pleins de choses à lire pour vous donner des idées et relever la tête ;

Le peuples aux commandes : Le manifeste des « enragés » et la France des sections communales…

Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs »

~Article 35 de la Déclaration des Droits de l’Homme et du citoyen, et préambule de la Constitution du 24 juin 1793~

 Si ce texte nous apparaît toujours autant d’actualité c’est pour une simple et bonne raison : rien n’a changé, les accapareurs et les agioteurs dominent toujours la société française (et d’ailleurs) depuis bien trop longtemps… La raison en est que l’État est le pourvoyeur et le protecteur de la fange aristocrate qu’elle soit monarchiste, fasciste brun, rouge ou républicaine. Rien n’est inéluctable (sauf la mort), il suffit de dire NON !… et de nous unir.                                                                               — Résistance 71 —

Précisions de R71 pour adapter et intégrer dans une réflexion initiant un nouveau paradigme ce texte intitulé Manifeste des Enragés de Jacques Roux du 25 juin 1793 :

Ignorer l’État et les institutions, associations libres n’œuvrant que pour le bien commun au sein de communes autonomes qui se fédèrent. Il faut créer une société parallèle, celle des associations libres fédérées, boycotter système et institutions de manière exponentielle au nombre de gens rejoignant les associations libres…

A un moment donné, la désobéissance civile, donc la confrontation avec l’État sera inévitable, mais si les gens font tourner la société déjà localement en ignorant l’État et le système politico-économique qui nous sont imposés, l’obsolescence de ces entités ne fera que croître et elles tomberont quasiment d’elles-mêmes ou avec un petit coup d’épaule « non-violent ».
C’est avant tout une question d’état d’esprit individuel/collectif se confédérant par la solidarité.

Il faut cesser de nous laisser dicter nos « différences » par l’oligarchie, cesser de la laisser organiser notre division.

La première des priorités est de comprendre que collectivement il y a bien plus de choses qui nous rassemblent que de choses qui nous divisent. La division est induite, fabriquée, et donc certainement pas inéluctable.

De là part toute action viable à notre sens, après comment les gens s’organisent etc c’est à eux de voir, il n’y a pas de recettes toutes faites, il y a de grandes leçons à tirer du passé, des enseignements à tirer de nos sociétés ancestrales européennes et ailleurs ;

Ignorer le système => créer les bases solidaires de la société des sociétés organique => réfléchir et agir en une praxis commune => adapter l’ancien au neuf

~~~~

Prendre appui également sur L’appel au Socialisme de Gustav Laundauer (1919) dont vous trouverez dans ce billet de nombreux extraits choisis https://jbl1960blog.wordpress.com/2016/02/15/cest-a-nous-maintenant/

Pour construire la Société des sociétés ;

Et également avec « Paroles de Révolté » de Pierre Kropotkine (1895) qui traite spécifiquement de la commune et dont les meilleurs extraits sont retranscrits dans ce billet ; https://jbl1960blog.wordpress.com/2016/02/10/tous-pour-la-commune/

L’objectif est clairement de connecter les énergies, les électrons libres pour donner l’exemple d’associations toutes aussi libres par delà l’espace et le temps…

Ici & Maintenant ;

Et d’où nous sommes…

Et vu les dernières Brexitations si on pouvait accélérer le mouvement !

L’indivisible JBL1960

 

 

 

Publicités

2 réflexions sur « Sortir de l’UE c’est verboten ! »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s