Bref manifeste pour un futur proche de Francis Cousin, Septembre 2010 – Proposition de relecture R71 dans une nouvelle version PDF de JBL1960

Réflexions politiques pour un changement de paradigme ICI et MAINTENANT ;

« La commune ne supprimera pas l’État pour le reconstruire et bien des communes sauront prêcher d’exemple, en abolissant le gouvernement de procuration, en se gardant de confier leur souveraineté aux hasards du scrutin. »
« Nous possédons la réalité du vivant, l’esprit communal individuel en nous et nous ne devons que le laisser émerger créativement. Le désir de créer de petits groupes et des communautés de justice et non pas une abstraction paradisiaque ou une forme symbolique, mais une joie sociale terrestre et la promptitude des individus à former un peuple, amèneront le socialisme et le commencement d’une véritable société. »

Résultat de recherche d'images pour Bref Manifeste pour un futur proche, Francis Cousin – Septembre 2010 (réédition de mars 2019)

Sur proposition de (re)lecture de Résistance 71 dans une nouvelle version PDF N° 88 de 16 pages réalisée par mézigue

▼▼▼

Note de Résistance 71 à la page 16 du PDF : Ce que Cousin ici (dans ce Bref Manifeste) appelle la communauté universelle est ce que nous appelons en empruntant à Gustav Landauer : La société des sociétés.

Francis Cousin et nous, sommes parvenus à la même conclusion en empruntant des chemins de pensée quelques peu différents, mais au bout du compte convergents et surtout complémentaires dans leur radicalité.

Le présent « Manifeste pour un futur proche » précède notre « Manifeste pour la société des sociétés » de plusieurs années et ils sont à notre sens, totalement complémentaires dans leur approche respective.

Aussi, nous encourageons nos lecteurs à les lire dans l’ordre chronologique.

Et c’est en lisant Kropotkine, Bakounine ou Clastres et encore Sahlins, etc. ;

Que l’on comprend que le « communisme »  tel que le voyait Kropotkine vient du mot commun , c’est à dire choses en commun, entraide et partage, puis bien sûr au sens de « commune » et même communalité, ou communalisme. C’est cela qu’il faut entendre, je pense, lorsqu’on parle de « communisme originel » , et qui fait partie intégrante de la nature humaine ; L’Humanité a vécu des centaines de milliers d’années de la sorte et certaines sociétés continuent de vivre comme cela aujourd’hui, ce qui fait imaginer aux gens qu’on ne peut vivre, comme cela, que dans la précarité et le dénuement technologique, cependant que rien n’est plus faux !

À la page 9 de ce bref Manifeste, Cousin écrit : L’histoire ne repasse jamais les plats et tout essai de restauration finit inexorablement en comédie caricaturale.

Il n’y aura pas de retour en arrière…

Et voici la conclusion du tout dernier texte de Zénon : InversionOu la nécessité de relire 1984, le Prince et l’Art de la guerre

Quelle que soit l’issue de ce mouvement (des Gilets Jaunes), celui-ci amènera chacun à se déterminer face à un pouvoir en train de dévoiler son vrai visage. L’éveil des consciences auquel nous assistons ne connaîtra pas de retour en arrière. Cette bataille décisive nous place devant la nécessité d’appréhender le mal pour être capables en toute conscience de faire le bien. Il faut nous munir de toutes les ressources morales, physiques et spirituelles, de toutes nos capacités de résilience et d’adaptation afin de renverser contre nos élites criminelles ce piège infernal qui nous est tendu.

Zénon (5 février 2019)

C’est pourquoi je vous propose ces lectures complémentaires, indispensables, à mon sens, pour nous aider à parvenir aussi bien à la convergence qu’à la complémentarité dans notre réflexion, nos décisions comme dans nos futures et proches actions hors État et ses institutions ;

Car comme l’indique, à raison, R71 en préambule de ce tout nouveau PDF  après ces lectures, il y a de grandes chances que « vous ne soyez plus le/la même après les avoir lu. » et comme ce fut le cas pour moi…

La Pédagogie des Opprimés de Paulo Freire, 1970

Traduit de l’anglais par Résistance 71 avec assistance du texte original en portugais « Pedagiogia do Oprimido » – Traduit par F,S,L,C – Dédicace spéciale à BB pour sa contribution au développement de notre pensée – Décembre 2018

Manifeste contre le travail et ses Lois, publié initialement le 31 décembre 1999 par le Groupe Krisis

Un monde sans argent, le Communisme – Republié par Robert Bibeau du site Les 7 du Québec le 9 février 2018 et dans une nouvelle version PDF N° 50 de 125 pages

JBL1960

17 réflexions sur « Bref manifeste pour un futur proche de Francis Cousin, Septembre 2010 – Proposition de relecture R71 dans une nouvelle version PDF de JBL1960 »

  1. MANIFESTE POUR LA SOCIÉTÉ DES SOCIÉTÉS PAR RÉSISTANCE71 + Annotation de Mai 2018

    MANIFESTE POUR LA SOCIÉTÉ DES SOCIÉTÉS version modifiée

    VERSION PDF de 66 pages

    Comme le disait Léon Tolstoï ;

    Chacun rêve de changer L’HUMANITÉ

    Mais personne ne pense à se changer LUI-MÊME…

    Pour ma part, je pense qu’après la lecture de ce Manifeste Politique, nous serons prêts à changer L’HUMANITÉ puisque nous aurons changé de nous-mêmes, et parfois de manière infime, notre regard sur nous et le monde…

    NOTA BENE ; Précisions par Résistance71

    Toute reproduction totale ou partielle du présent manifeste est autorisée pourvu que ce soit à des fins informatives, éducatives, non lucratives et que la source et auteurs soient dûment cités.

    Aimé par 1 personne

  2. Solidarité – Union – Persévérance – Réflexion et Action pour les Actes futurs du Mouvement des Gilets Jaunes…

    Demeurons incontrôlables et restons dans l’indéfinition !

    Il ne faut pas former une masse, inutile de reproduire les préjugés, les préoccupations, les erreurs et les coutumes qui caractérisent les foules aveugles. La masse est fermement convaincue qu’il lui faut un chef ou un guide pour la mener à son destin. Vers la liberté ou vers la tyrannie, peu importe : elle veut être guidée, avec la carotte ou avec le bâton.

    Cette habitude si tenace est source de nombreux maux nuisibles à l’émancipation de l’être humain : elle place sa vie, son honneur, son bien-être, son avenir, sa liberté entre les mains de celui qu’elle fait chef. C’est lui qui doit penser pour tous, c’est lui qui est chargé du bien-être et de la liberté du peuple en général comme de chaque individu en particulier.

    C’est ainsi que des milliers de cerveaux ne pensent pas puisque c’est le chef qui est chargé de le faire. Les masses deviennent donc passives, ne prennent aucune initiative et se traînent dans une existence de troupeau. Ce troupeau, les politiques et tous ceux qui aspirent à des postes publics le flattent au moment des élections pour ensuite mieux le tromper une fois qu’elles sont passées. Les ambitieux le trompent à coups de promesses au cours des périodes révolutionnaires pour récompenser ensuite ses sacrifices à coups de pieds une fois la victoire obtenue.

    Il ne faut pas former une masse. Il faut former un ensemble d’individus pensants, unis pour atteindre des fins communes à tous mais où chacun, homme ou femme, pense avec sa propre tête et s’efforce de donner son opinion sur ce qu’il convient de faire pour réaliser nos aspirations communes, qui ne sont autres que la liberté et le bien-être de tous fondés sur la liberté et le bien-être de chacun. Pour parvenir à cela, il est nécessaire de détruire ce qui s’y oppose : l’inégalité. Il faut faire en sorte que la terre, les outils, les machines, les provisions, les maisons et tout ce qui existe, qu’il s’agisse du produit de la nature ou de l’intelligence humaine, passent du peu de mains qui les détiennent actuellement aux mains de tous, femmes ou hommes, pour produire en commun, chacun selon ses forces et ses aptitudes, et consommer selon ses besoins.

    Pour y parvenir, nul besoin de chefs. Bien au contraire, ils constituent un obstacle puisque le chef veut dominer, il veut qu’on lui obéisse, il veut être au-dessus de tout le monde. Jamais aucun chef ne pourra voir d’un bon œil la volonté des pauvres d’instaurer un système social basé sur l’égalité économique, politique et sociale. Un tel système ne garantit pas aux chefs la vie oisive et facile, pleine d’honneur et de gloire, qu’ils souhaitent mener aux dépends des sacrifices des humbles. […]

    Ricardo Flores Magon de 1912, version PDF N° 77 de 40 pages – Extrait issu de Les Chefs à la page 23 du PDF

    N’attendons rien, et surtout ne demandons plus rien à nos oppresseurs / dominants mieux IGNORONS-LES !

    Aimé par 1 personne

  3. Pour les oppresseurs, ce sont toujours les opprimés (qu’ils n’appellent jamais du reste “les opprimés” bien entendu, mais selon qu’ils soient leurs propres concitoyens ou pas : “ces gens-là” ou “les masses aveugles et envieuses” ou “sauvages”, “natifs”, “indigènes”, ou “subversifs”), qui sont “violents”, “barbares”, “vicieux” ou “féroces”, lorsqu’ils osent réagir à la violence des oppresseurs.

    […]tout comme un oppresseur, pour opprimer, a besoin d’une théorie de l’action oppressive, de la même manière, un opprimé, afin d’être libre et émancipé, a aussi besoin d’une théorie d’action.

    L’oppresseur élabore sa théorie d’action sans les gens, car il se tient contre eux. Les gens ne peuvent pas, tant qu’ils sont écrasés et opprimés, intériorisant l’image de l’oppresseur, construire par eux-mêmes la théorie de leur action libératrice. Seulement lors de la rencontre des gens avec les leaders révolutionnaires et en communion dans leur praxis, cette théorie pourra-t-elle être construite.

    La Pédagogie des opprimés – Paolo Freire – Version PDF N° 83 de 111 pages – Traduction française par Résistance 71 en décembre 2018 – Mise au format PDF par mézigue (Jo(jo) la Gilet Jaune…)

    J'aime

  4. Un Gilet jaune en garde à vue pour avoir joué du tambour lors de l’acte 17 ?

    Une vidéo montrant une interpellation violente d’un Gilet jaune par les forces de l’ordre lors de l’acte 17 à Caen a été largement partagée ce dimanche sur les réseaux sociaux. Selon la personne qui a distribué l’enregistrement, le jeune homme aurait été placé en garde à vue rien que pour avoir joué du tambour lors d’une manifestation.

    Des gendarmes agrippent brutalement, lui donnant des coups de pieds, un jeune homme agitant une main en carton et jouant du tambour, enveloppé d’un gilet jaune. Voici la séquence filmée lors de l’acte 17 des Gilets jaunes à Caen, comme l’indiquent des commentaires l’accompagnant sur Twitter et Facebook.

    Initialement publiée dans le groupe La France en colère-Carte des rassemblements, la vidéo a fait aussi le tour de Twitter.

    Comme le signale David Dufresne, écrivain français qui recense les témoignages de blessés pendant les actes du mouvement des Gilets jaunes, le jeune homme a effectivement passé une nuit en garde à vue pour avoir joué du tambour rue Saint-Jean, à Caen. Annonçant ces informations, David Dufresne se réfère à un courriel, via lequel il a obtenu la vidéo.

    D’après le recensement des autorités, l’acte 17 des Gilets jaunes a réuni moins de 30.000 participants en France. Il s’agit du niveau le plus bas de l’histoire du mouvement. Depuis le début de la mobilisation, les chiffres officiels sont remis en cause par les manifestants. Le syndicat France Police-Policiers en colère affirme que quelque 160.000 personnes ont défilé à travers toutes la France pendant l’acte 17.

    Source Sputniknews VIA Alter Info

    J'aime

    1. Quand ils viendront me, nous, vous ou les chercher…

      Y’aura-t-il encore quelqu’un pour protester ?…

      « Lorsque les nazis sont venus chercher les communistes,
      je n’ai rien dit,
      je n’étais pas communiste.

      Lorsqu’ils ont enfermé les sociaux-démocrates,
      je n’ai rien dit,
      je n’étais pas social-démocrate.

      Lorsqu’ils sont venus chercher les syndicalistes,
      je n’ai rien dit,
      je n’étais pas syndicaliste.

      Lorsqu’ils sont venus chercher les juifs,
      je n’ai rien dit,
      je n’étais pas juif.

      Lorsqu’ils sont venus me chercher,
      il ne restait plus personne
      pour protester. »

      Poème de Martin Niemöller écrit en 1942

      ▼▼
      Ce même poème revu par Bertold Brecht ;

      […]

      Quand ils sont venus chercher les catholiques,
      je n’ai rien dit.
      je n’étais pas catholique
      Et, puis ils sont venus me chercher.
      Et il ne restait plus personne pour protester.


      Revu et corrigé par Jo le 6 mars 2019 ;

      […]

      Lorsqu’ils sont venus chercher les Foulards Rouges,

      Je n’ai rien dit,

      Je n’étais pas Foulard Rouge.

      Puis ils sont venus me chercher.

      Et il ne restait absolument plus personne pour protester…

      Personne pour protester quand on passe en censure automatique à la demande, bien souvent anonyme, de notre propre FAI Orange, à l’époque, pour ma pomme ICI et sur ordre de qui vous savez ; Ou par la faute du système de sécurité robotisé de la firme Automattic qui gère WordPress pour Résistance 71, LÀ ; Ou encore assumé par WP dans le cas d’Alex Jones dans le détail ICI…

      Pourtant, soyez-en sûrs ;

      Aimé par 1 personne

  5. C’est à voir, Juan Branco, synthétise parfaitement le système Macron mis en place par ses maitres, (n’oubliez pas qu’il n’est qu’un outil, le meilleur, mais un simple outil) dont nous pouvons absolument nous passer…

    Pas sur qu’ils puissent dire la même…

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s