L’instant « Meurice » sur le gâteau !

L’instant Meurice a encore frappé fort !

Faut dire qu’on l’aide bien aussi…

Donc, Guillaume Meurice est allé poser quelques questions au Salon de l’Armement « Eurosatory 2016 » qui se tient du 12 au 17 juin 2016 à Paris-Villepinte…

Avec Meurice nous avons les mêmes chiffres car dans ce billet ;

Je précisais également qu’il y avait bien plus d’armes en libre circulation (357 millions) que d’habitants aux USA (320 millions) ;

Grâce à Planete Bleue sur Les Moutons Enragés on écoute attentivement cet instant Meurice et c’est pas lui qui pousse le bouchon un peu trop loin, nan !

videofranceinter

Donc, même dans le milieu des vendeurs d’armes il y a des bons et des mauvais tireurs !

Ah bah, y zont surement fait leur classe en même temps que Les Inconnus !

Et alors comment ça se passe avec Daesh ?

Ah bah ! Normalement on leur vend pas d’armes, hein !

Mais après, cela ne nous regarde pas !

Ben voyons, sans déconner ?

Et leur objectif, à ces débiles, c’est de concevoir un outil qui pourra être utilisé par un enfant de 15 ans… Voilà, voilà, voilà…

Et ça rapporte bien ce petit business alors en ces temps de crise ?

Booaahhh ! On se plaint pas !

Ah bah tu m’étonnes…

Bon alors nous ici ou ailleurs on essaie juste de construire la Société des sociétés sur un principe clair qui est ;

Ni dieu, ni maitre, sans arme, sans haine et sans violence !

Donc on va pas y aller à ton salon à Paris/Villepinte ; Non !

=*=

Dans le même temps, je vous propose de prendre connaissance de cet article lu sur mondialisation-ca du 12 juin 2016 de Keith Jones | Source ; wsws.org du 10/06/2016

http://www.mondialisation.ca/en-consolidant-lalliance-indo-americaine-le-premier-ministre-indien-modi-fonce-tete-baissee-vers-la-guerre/5530467

La visite de deux jours du premier ministre indien Narendra Modi à Washington cette semaine a marqué un tournant dans la transformation de l’Inde en État de « première ligne » dans l’offensive militaire stratégique de l’impérialisme américain contre la Chine.

Cette offensive, connue à Washington sous le nom de « pivot vers l’Asie » ou de « rééquilibrage », a déjà vu les États-Unis redéployer la plus grande partie de leur puissance navale et aérienne dans la région indo-pacifique, renforcer les liens militaires avec leurs alliés traditionnels de la région, élaborer des plans pour un bombardement massif aérien et maritime de la Chine (Air-Sea Battle), inciter divers pays d’Asie du Sud-Est à appuyer leurs revendications territoriales contre la Chine en mer de Chine du Sud, et effectuer des « survol » armés et des exercices de « liberté de navigation » pour contester la souveraineté chinoise d’îlots dans cette mer.

La déclaration conjointe publiée mardi par Modi et le président Obama après leurs entretiens présentait des plans pour accroître la coopération militaire indo-américaine à travers les régions de l’océan Indien et de l’Asie-Pacifique et dans tous les « domaines … terrestre, maritime, aérien, spatial et cybernétique ».

L’Inde doit laisser l’armée américaine accéder d’office à ses ports et bases militaires pour le ravitaillement, les réparations et le repos. Washington a reconnu l’Inde en tant que « partenaire majeur pour la Défense », signifiant qu’elle peut désormais acheter des armes américaines avancées accessibles seulement aux plus proches alliés du Pentagone.

Le gouvernement Obama a également promis de faire pression pour une inscription rapide de l’Inde au Groupe des fournisseurs nucléaires (NSG) bien que l’Inde n’ait pas rempli une condition essentielle de l’adhésion – la ratification du Traité de non-prolifération nucléaire. L’inclusion dans le NSG donnera à l’Inde un meilleur accès à la technologie nucléaire civile de pointe, ce qui lui permet de concentrer son programme nucléaire national sur le développement d’armes.

L’Inde demeure officiellement un « allié hors traité» des États-Unis et continue de se tenir en dehors du système d’alliances que l’impérialisme américain créa suite à la Seconde Guerre mondiale pour étayer son hégémonie mondiale. Mais cette distinction n’est plus guère qu’une façade.

Parallèlement à l’essor de ses liens militaires avec les Etats-Unis, l’Inde sous le gouvernement Modi dirigé par le BJP ( Parti Bharatiya Janata, nationaliste hindou de droite) a depuis deux ans considérablement augmenté ses liens stratégiques bilatéraux et trilatéraux, dont des exercices militaires, avec les principaux alliés de Washington dans la région Asie-Pacifique, Japon et Australie.

Dans la « Déclaration d’une vision commune des États-Unis et de I’nde pour la région Asie-Pacifique » d’Obama et Modi,, l’Inde annonçait en janvier 2015 un partenariat avec les Etats-Unis en Asie orientale. La déclaration proclamait que le « rééquilibrage » anti-Chine de Washington et la politique « Agir à l’orient » de l’Inde se renforçaient mutuellement. Depuis, New Delhi répète fidèlement la ligne des États-Unis sur le conflit de plus en plus explosif en mer de Chine méridionale et revendique agressivement un intérêt stratégique dans cette mer. À la mi-mai, quatre navires de guerre indiens sont allés en mer de Chine méridionale, première étape d’une tournée de deux mois et demi du Pacifique oriental qui comprendra un exercice conjoint avec les marines américaines et japonaises près des îlots Diaouyu/Senkou détenus par le Japon mais revendiqués par la Chine.

Pour souligner le soutien bipartite à l’alliance indo-américaine aux États-Unis, Modi, qui jusqu’il y a deux ans était exclu des États-Unis en raison de son rôle dans le pogrom anti-musulman du Gujarat en 2002, a été invité à s’adresser à une session conjointe du Congrès mercredi. Il a utilisé son discours pour déclarer la volonté de la bourgeoisie indienne de servir de satrape à l’impérialisme américain. Sans surprise, il a été plusieurs fois ovationné debout.

Proclamant l’Amérique « partenaire indispensable » de l’Inde, Modi a déclaré qu’« un partenariat indo-américain fort » pouvait servir d’ « ancrage » aux intérêts stratégiques américains « de l’Asie à l’Afrique et de l’Océan Indien au Pacifique ».

Il a loué les « sacrifices » faits par l’armée américaine, le « poing de fer » avec lequel l’impérialisme américain avait combattu la révolution sociale et a maintenu sa domination mondiale, au « service de l’humanité » et a peint Washington comme le défenseur de la paix et de la démocratie contre ceux qui n’acceptaient pas les « règles et normes internationales » (une référence anti-chinoise parmi d’autres).

Modi a combiné ses courbettes avec un plaidoyer pour les propres ambitions de grande puissance de l’Inde, ce qui serait facilité par des changements des « institutions internationales adaptées à la mentalité du 21e siècle ».

L’alliance entre la vénale bourgeoisie indienne et l’impérialisme américain représente un changement fondamental de la géopolitique mondiale, avec des implications explosives pour les relations inter-étatiques en Asie et dans le monde.

Parce que l’Inde nouvellement indépendante avait résisté aux exigences américaines qu’elle subordonne sa politique étrangère aux machinations de la guerre froide de Washington contre l’Union soviétique, les États-Unis avaient traité New Delhi en adversaire jusqu’aux années 1990. Pendant des décennies, les Etats-Unis avaient fait du Pakistan, rival de l’Inde, leur principal partenaire régional, le poussant à développer sa rivalité militaro-stratégique avec l’Inde.

Maintenant, les États-Unis se vantent de leurs plans pour soutenir l’Inde et Obama déclare que l’alliance indo-américaine a le potentiel d’être « le partenariat déterminant » de Washington au 21e siècle.

L’Inde est un pays désespérément pauvre. Des centaines de millions de personnes y vivent dans une pauvreté absolue et les trois quarts de la population subsistent avec moins de 2 dollars par jour. Mais des gouvernements américains successifs l’ont convoitée comme un enjeu stratégique majeur.

La population de l’Inde égale presque celle de la Chine. Elle a une grande armée en pleine expansion (à plus de 50 milliards de dollars, le budget militaire de l’Inde est comparable à celui de la France ou de la Russie), équipée d’armes nucléaires et de porte-avions. Elle domine géographiquement l’océan Indien, voie navigable commerciale la plus importante du monde et lien vital pour l’économie chinoise.

En s’alignant sur les États-Unis, l’Inde resserre l’encerclement stratégique de la Chine et renforce la menace des États-Unis de détruire l’économie chinoise en lui refusant l’accès de l’océan Indien en cas de guerre ou de crise guerrière. La bourgeoisie indienne stimule et encourage donc Washington dans son action irresponsable pour contraindre la Chine à accepter l’hégémonie des USA – une action dont la logique, comme l’attestent les plans du Pentagone, est une guerre totale entre des puissances munies d’armes nucléaires. L’offensive impérialiste américaine a déjà suscité des tensions extrêmes en mer de Chine méridionale.

Encouragé par le soutien américain, l’Inde affirme agressivement sa prétention à être l’hégémon en Asie du Sud, exigeant que ses rivaux plus petits reconnaissent sa prédominance et sa résistance à l’influence économique croissante de la Chine. Récemment, New Delhi a forcé les Maldives à déclarer qu’elles poursuivraient « une politique étrangère en faveur de l’Inde, » et, bien que cela ait été moins fructueux, le gouvernement a imposé un blocus économique au Népal enclavé pendant cinq mois dans une tentative de le forcer à faire des changements à sa nouvelle constitution pour donner à l’Inde une plus grande influence sur Katmandu.

Le pivot américain vers l’Asie et la promotion de l’Inde comme partenaire junior des USA enflamment une série de conflits inter-Etats impliquant les pays d’Asie du Sud, les mêlant à la confrontation sino-américaine et ajoutant à chaque conflit régional une nouvelle dimension explosive.

Un exemple évident est celui des relations entre l’Inde et la Chine, dont la frontière commune reste en litige. Mais les relations sont surtout tendues entre l’Inde et le Pakistan, qui fut créé suite à la partition communautariste du sous-continent indien. Les deux nations, munies d’armes nucléaires, ont mené trois guerres déclarées et de nombreuses guerres non déclarées au cours des sept dernières décennies.

Islamabad a lancé des avertissements de plus en plus alarmants que le partenariat stratégique indo-américain avait renversé l’équilibre du pouvoir en Asie du Sud. Mais Washington, soucieux de consolider son alliance anti-chinoise avec New Delhi, a cavalièrement ignoré ces avertissements.

La réponse du Pakistan a été double. Il a élargi son arsenal nucléaire, dont le développement d’armes nucléaires tactiques, et il a cherché à renforcer ses liens de sécurité militaire de longue date avec la Chine – liens que les Etats-Unis avaient fortement appuyés alors que Pékin était allié à Washington dans les dernières décennies de la guerre froide.

Pékin a longtemps cherché à encourager le Pakistan à rechercher un rapprochement avec l’Inde dans le cadre de ses propres efforts pour améliorer les relations avec New Delhi et contrer les efforts américains pour faire de l’Inde le pilier occidental de son alliance anti-Chine. Mais comme le gouvernement Modi refusa d’accepter les propositions de la Chine de participer à la construction d’infrastructures pour relier l’Eurasie (la Nouvelle route de la Soie) et préféra plutôt l’intégration de plus en plus complète dans le programme stratégique de Washington, Pékin a annoncé l’an dernier un investissement de 46 milliards de dollars au Pakistan pour construire un Corridor économique Chine/Pakistan (CPEC). Le CPEC fournirait des liens ferroviaires, routiers et des pipelines depuis le port pakistanais de Gwadar dans la Mer d’Arabie jusqu’à l’ouest de la Chine, pour contourner, au moins en partie, les plans des États-Unis pour un blocus de la Chine par le contrôle du détroit de Malacca et d’autres points d’étranglement de l’ océan Indien et de la mer de Chine méridionale.

L’armée pakistanaise reste un allié et un atout important de Washington. Mais les États-Unis, frustrés par la force de l’insurrection afghane, irrité par le CPEC, et désireux de courtiser l’Inde, intensifient la pression sur le Pakistan.

Le mois dernier, les États-Unis ont transgressé une « ligne rouge » pakistanaise quand ils ont sommairement exécuté par une frappe de drone sur le territoire pakistanais le chef politique des Talibans, mettant en pièces les efforts du Pakistan pour attirer les Talibans dans les pourparlers de paix. Dans le but probable de forcer le Pakistan à porter une charge encore plus grande dans la guerre AfPak, Washington encourage l’Inde à augmenter sa présence en Afghanistan, longtemps une arène de rivalité stratégique indo-pakistanaise.

L’élite indienne en a longtemps voulu à Washington de ne pas la laisser libre d’agir avec le Pakistan et elle continue de tester jusqu’où Washington lui permettra d’aller. L’an dernier a vu des affrontements frontaliers sur des mois et le week-end dernier, le ministre de la Défense de l’Inde a affirmé que la fenêtre se refermait rapidement sur l’offre hautement conditionnelle de Modi d’engager des pourparlers de paix avec le Pakistan.

Il y a depuis des voix dans les milieux militaro-sécuritaires américains faisant valoir que des tensions américano-pakistanaises étaient bienvenues car elles facilitaient le renforcement de l’alliance indo-américaine contre la Chine.

Cherchant désespérément à compenser les conséquences de son déclin économique et à maintenir sa domination mondiale, l’impérialisme américain poursuit l’agression et la guerre et enflamme dans le processus, dans une région après l’autre, les relations entre les États.

Keith Jones

=*=

Proclamant l’Amérique « partenaire indispensable » de l’Inde […]

Hou là là, on est mal barré là !

Déjà que par la Bush d’Oblabla, les Zunies se sont déclarés la Nation Exceptionnelle et Indispensable ; Comment dire… Au secours

Voilà ; Tu la sens bien venir la WW3 qui te permettra pas de vérifier que tes armes fonctionnaient bien, vu qu’on sera tous éparpillés façon puzzle aux 4 coins de l’univers !

Si tu veux la paix, prépares la paix mon gars !

Et si t’es pas content ben change de métier !

On en veut plus de ce scenario à 2 balles, on veut changer la fin du film !

En fait on a décidé d’écrire le scenario nous-mêmes, c’est plus sûr…

On a tranché et  on a choisi ; Et c’est Nous !

De l’indivisible JBL1960

 

 

 

 

 

 

 

 

Publicités

RÉSUMÉ SOTT 05/2016

Vous pouvez voir celui du mois dernier, ici !

Le site fr.sott continue à collecter tous les évènements climatiques extrêmes survenus dans le monde, mois après mois.

Url originale = https://fr.sott.net/article/28405-Resume-SOTT-Mai-2016-Meteorites-conditions-meteorologiques-extremes-et-changements-terrestres

Quand on voit une doline s’ouvrir sous une voiture, un camion…

Les feux dramatiques en Alberta…

La force d’une tornade qui déchiquète tout menu, menu…

La taille de certains grêlons qui sont tombés…

C’est juste hallucinant…

Le mois dernier a vu plus d’éruptions volcaniques en une semaine que le nombre typique au cours d’une année entière au 20e siècle. Des grêlons de la taille d’une balle de tennis ont frappé l’Asie du sud-est, tandis que le sous-continent indien grille sous une vague de chaleur record pour la deuxième année consécutive. Dans de nombreuses régions, l’Europe a enregistré des records de chutes de neige tardives, suivies par des séries de tornades, des inondations soudaines et des chutes de grêle qui ont requis l’usage des chasse-neige pour nettoyer les rues. Des incendies font rage à travers de vastes étendues des régions subarctiques, notamment dans le centre du Canada, où la population d’une ville entière a dû fuir.

 

Le plus intriguant, pour moi, aura été cette météorite pratiquement zigzaguant dans la nuit…

Certes, nous ne maitrisons pas le vent, la pluie, la neige, la foudre, les tornades et encore moins les Tsunamis…

Admettons-le juste, et essayons de ne pas aggraver les choses avec le fracking, et autre fission nucléaire

JBL1960

Encore un lundi !

Et Pierre Jovanovic est toujours ;

Et ça va pas mieux, alors ?

NON !

Je reproduis ci-dessous la tenue à jour de la liste des licenciements dans le monde et sans interruption, aucune, depuis 2012 !

Et notre Président Poire qui assène que si, « ça va mieux » ; Sans déconner !

Bon ici vous le savez, on s’attèle à planter les graines du futur.

Donc, je relaye ce gigantesque travail, car il démontre, semaine après semaine, que leur projet n’a jamais été le plein emploi !

Hein, M. GATTAZ ; On vous croit plus, on a compris

LA LISTE DES LICENCIEMENTS DE LA 2e SEMAINE DE JUIN: RALPH LAUREN EST DE LA PARTIE

ABB pétrole, énergie, licencie A NOUVEAU, cette fois 120 ingénieurs de plus, merci à Mme Landry

ADNX sarl la société de logiciels: « Nous avons du prendre cette décision difficile en raison de la baisse des ventes depuis 4 ans, de l’augmentation des charges sur les PME/PMI et d’un nouveau choix de vie du gérant. Nous avons cherché activement des solutions pendant de long mois et vécus de durs moments. Nous remercions nos clients de leur confiance pendant ces 15 dernieres années. Ceux-ci peuvent continuer d’utiliser nos applications sans limitations de durée » merci à Mr Dufrenoy

Air Wisconsin jette à la rue 53 pilotes, hôtesses et personnels au sol, merci DJC

Angleterre (secteur énergie) en 2015, le pays a perdu 84.000 emplois dans ce secteur et en perdra 40.000 de plus fin 2016 merci à Mr Bupaya

Aramak Educational services a licencié 297 personnes merci à Myriam

Bourse du Zimbabwe (je ne savais même pas qu’il y avait une bourse à Harare, capitale de la planche à bilets, LoL) va supprimer des emplois, au moins 50, merci à Myriam

Centrad Healthcare jette à la rue 162 salariés merci à Myriam

CVS Health la chaîne de pharmacies jette à la rue 152 pharmaciens merci à DJC

Daimler Trucks North America licencie 1.249 aux US et au Mexique merci à SP

Daimler Trucks USA licencie 800 personnes mais cette fois chez Freightliner merci à Myriam

Deville « fleuron de l’industrie installé dans les Ardennes depuis 1846 se voit aujourd’hui gravement menacé et ce malgré les trois plans successifs -moins de neuf chacun- réalisés depuis 2014 par Phoenix, son repreneur de l’époque, avec l’engagement à cette date, de conserver 92 emplois. Force est de constater qu’il n’en est rien aujourd’hui puisqu’il ne reste plus que 78 salariés à peine 2 ans écoulés. Placée en redressement judiciaire depuis le 7 avril dernier, Deville a fait l’objet de trois possibilités de reprises ne maintenant tout au plus que la moitié de l’effectif actuel, une catastrophe économique et sociale pour notre département. Le tribunal de commerce de Sedan rendra sa décision la semaine prochaine, le jeudi 16 juin » merci à la section FO locale des Ardennes

DST Brokerage Solutions la compagnie financière se sépare de 130 salariés merci à DJC

Dynegy, centrale de Wood River 83 ouvriers de vont perdre leur emploi merci à Myriam

Engie (France) rumeurs d’un licenciement massif: 10.000 salariés seraient envoyés chez Paul Emploi selon la CGT, bien que la direction démente. L’expérience m’a montré qu’il n’y a jamais (dans ce domaine) de fumée/rumeur sans feu, merci à mon lecteur

France Loisirs rumeurs d’un licenciement massif parce que la société perd des millions. France Loisir a déjà commencé à fermer ses boutiques, merci à ma lectrice

General Electric Suisse jette à la rue 900 salariés !!!!!!!!!!! merci à Mr Sculier

General Electric USA vire 360 salariés de plus! merci à Mme Lefumeux

Honk Kong (dépression) de notre lecteur Mr Peters: « Je travail à Hong Kong pour ce genre d’entreprises, je ne suis pas vraiment étonné: le suicide d’une personne de 33 ans chez Lidl, très certainement dû à un stress et une pression énorme au travail. Soit dit en passant, le QG de Lidl à Hong Kong se trouve dans la tour ICC (celle où il y a le Ritz). Pendant que les petites mains qui font Lidl crèvent à petit feu, ceux qui prennent les décisions sont bien au chaud dans des locaux dont je n’imagine même pas le prix de la location mensuelle. (…) Avec ce mail des photos montrant des boutiques closes dans une sorte de centre commerciale à Hong Kong. Il s’agit d’un petit immeuble qui comporte à chaque étage entre 30 et 40 petites boutiques (essentiellement pour filles/femmes). Elles sont vraiment minuscules car il y a peut-être 7 ans de cela, il y avait 2 ans d’attente afin d’obtenir la location d’une boutique à cet endroit (je le sais car ma belle sœur a essayée en vain d’en louer une). Aujourd’hui, sur un étage il y a plus ou moins 15 boutiques fermées. Et devinez avec quoi on cache la misère… Avec des stickers sur lesquels on voit des monuments ou des notes de musique. J’ai même vu des stickers de la couleur des briques du mur pour donner l’illusion qu’il n’y a rien d’autre qu’un mur à la place des boutiques closes.« .

Kenya la crise financière à décimé l’industrie touristique du pays qui a perdu 30.000 emplois EN 5 ANS !!!!!!!! merci à Mme Landry

Keuring va jeter à la rue 108 salariés DE PLUS, après avoir déjà viré 200 salariés en août 2015. Keuring appartient au hedge fund luxembourgeois JAB holding merci à Mme Lefumeux

Kuoni le célèbre voyagiste suisse racheté par l’Allemand Rewe prépare un grand plan de licenciement au sein du QG suisse même merci à Mme Landy

Laird Technologies encore un licenciement, 53 salariés sacrifiés merci à Mme Lefumeux

Latécoère va supprimer 236 emplois en France merci à Jerp

LinkedIn les offres d’emploi sur Linkdln a plongé en mai dernier, le pire mois depuis janvier 2009 merci à Mr Debande

Lufthansa vire 200 salariés dans son catering installé en Belgique merci à Mr Berger

Michelin prépare un nouveau plan de licenciement massif merci à Mme landry

Northstar Aerospace jette à la rue 226 salariés au 30 juin merci à M

Odebrecht (odebrecht.com) « jette à la rue 50 000 personnes. La dette du groupe est passée de 88 milliards de R$ en 2014 à 110 milliards de R$ en 2015 (de 22 à 27,5 milliards d’euros)« , merci à Mr Maillard qui vit au Brésil

Ralph Lauren la marque de luxe a viré soudain 1.000 salariés et ferme 250 boutiques dans le monde !!!!

Rieter Suisse jette à la rue 150 salariés ! merci à Mme Landry

Schlumberger Petrole qui a déjà LICENCIE 36.000 SALARIES, prépare un nouveau plan d’au moins 500 personnes en Norvège merci à Mme Landry

Sears , son 25e licenciement, un petit cette fois, 57 salariés merci à Myriam

Sulzer Suisse jette à la rue 90 salariés ! merci à Myriam

Techno-Lens SA, produits pour lentilles de contact est en faillite, 40 spécialistes direct chez Paul Emploi merci à Mr Lacheray

The Oklahoman le grand journal de l’Etat américain vire 130 journalistes !!! merci à DJC

Tramway de Liège au moins 111 emplois menacés merci à Mme Renneson

University of Alaska licencie à nouveau: cette fois 110 professeurs et admins et supprime 100 autres postes à mi-temps ou ponctuels merci à DJC

Verifone va faire un licenciement massif pour économiser 30 millions de dollars en 2017 merci à Kimberley

Vertex jette à la rue 100 salariés merci à DJC

WestRock vire 135 salariés merci à Myriam

=*=

Voilà, alors sinon à Dresde, Allemagne, du 10 au 12 juin y’avait un concert !

Si, le Groupe Bilderberg je crois, hein ?

Ah, Jean-François Kahn n’y était pas, lui y sait toujours pas ce que c’est que ce truc…

Tenez Étienne Chouard, Chercheur en cause des causes ;

Il vous le dit qu’il faut arrêter de voter, c’est encore lui qui en parle le mieux ;

Pour ma part, écrire une constitution, n’est pas La priorité des priorités qu’en fait Chouard. Mais sa réflexion est tellement intelligente et construite et surtout pas excluante que l’on peut tout à fait intégrer la rédaction d’une Constitution ou Charte dans ce nouveau paradigme qu’il devient urgent d’initier et d’enclencher.

Ah bah ! Y’en a qui sont dans les starting-block pour nous sauter à la gorge ;

Soros, Gates, et même Zbig reviennent à la charge régulièrement déjà…

Et puis le POTUS2016 vire à la curée…

C’est à qui menacera d’appuyer sur le bouton le plus vite qui gagne

Ou pas

Et nous, ben, nous ; On peut se choisir, déjà…

On peut surtout leur dire ; NON !

Si essayez donc, rien que pour voir leurs tronches…

L’indivisible JBL1960