Lutter contre le mal-logement ?C’est pas maintenant…

Mon ennemi ; C’est la finance !…

À chacun ses priorités :

Lu sur Alterinfo – Vendredi 18 décembre 2015 l’excellent Gilles Devers sur le mal logement en France.

http://www.alterinfo.net/Etat-d-urgence-38-millions-de-personnes-mal-logees_a119532.html

Le Maréchal Hollandouille a d’autres priorités et elles vont au-delà de l’élection présidentielle de 2017.

Comme je le sous-entends dans un de mes articles ;

S’il arrive à constitutionnaliser son état d’urgence, avec une justice de type Section Spéciale… On est momentanément cuit !

Bah, c’est pas faute de bramer ! Ouais, j’ai un peu l’impression que c’est dans le désert, mais bon.

Donc, à vue de nez comme ça, le Hollandouille, le mal logement, c’est plus d’actualité.

Ah ! Mais, y’a des morts tout de même ! Et grosso merdo, c’est 500 SDF par an…

Longtemps je me suis considérée comme une invisible dans cette société.

Aujourd’hui, j’ai compris qu’être « invisible » dans cette société là ; C’est finalement pas grave du tout !

Tenez, c’est encore Coluche qui en parle le mieux ;

Publicités

Une réflexion sur « Lutter contre le mal-logement ?C’est pas maintenant… »

  1. Les gouvernements passent…

    Les SDF trépassent…

    Le gouvernement veut supprimer des aides fiscales pour loger les SDF
    Le gouvernement souhaite supprimer des avantages fiscaux pour les propriétaires mettant à disposition gracieusement des logements pour des associations d’accueil et de logement des personnes défavorisées. Des avantages votés par l’Assemblée, auxquels est favorable la commission des Finances du Sénat.

    Voici deux amendements qui auraient fait tousser l’abbé Pierre. Le gouvernement souhaite supprimer deux avantages fiscaux pour les propriétaires mettant gracieusement des logements à disposition d’associations d’accueil et de logement des personnes défavorisées.

    Le premier avantage permet aux propriétaires concernés de déduire de leur impôt sur le revenu la taxe foncière due pour chaque bien immobilier mise à disposition. Le second avantage permet de déduire de l’impôt sur le revenu 66% de la valeur locative du bien. Cet avantage fiscal s’inspire des dons faits à ce type d’association reconnue d’utilité publique, dont 66% sont déjà déductibles de l’impôt sur le revenu.
    Deux mesures votées par l’Assemblée nationale contre l’avis du gouvernement

    Les deux amendements créant ces deux avantages avaient été ajoutés par l’Assemblée nationale, contre l’avis du gouvernement, dans le budget 2019. Le député (La République en Marche) Christophe Blanchet était à l’initiative de ces amendements, soutenus notamment par une centaine de députés LREM dont Gabriel Attal et Christelle Dubos, nommés secrétaires d’Etat depuis.

    Le gouvernement propose de supprimer ces 2 avantages fiscaux durant l’examen du budget 2019 au Sénat, du 22 novembre au 11 décembre (lire l’amendement de suppression rédigé par le gouvernement).
    Selon le gouvernement, des avantages fiscaux similaires existent déjà

    Le gouvernement estime que des avantages fiscaux similaires existent déjà et souhaite éviter un cumul. En effet, la mise à disposition à titre gratuit d’un local ouvre à une réduction d’impôt d’un montant équivalent au loyer que le propriétaire renonce à percevoir. Le propriétaire du local peut également en déduire sa taxe foncière.
    Un local n’est pas un logement

    Cependant ces avantages invoqués par le gouvernement concernent un local et non un logement (cliquer sur ce lien pour voir la différence juridique). “Le dispositif que je propose ne concerne pas des locaux ou des préfabriqués, qu’on met par exemple à disposition pour stocker les denrées alimentaires. Un local n’est pas un logement”, a réagi le député LREM Christophe Blanchet. Son dispositif concerne tous les biens immobiliers et pas seulement les locaux. Juridiquement, un logement est un bien immobilier permettant l’habitation. Un local est un bien immobilier mais qui ne permet pas l’habitation.
    « 2,8 millions de logements vacants et 120 000 SDF »

    « Aujourd’hui en France, il y a 2,8 millions de logements vacants en France et 120 000 SDF », explique Christophe Blanchet. « Mon dispositif permet d’inciter les propriétaires de ces logements vacants à les mettre à disposition des associations qui viennent en aide à ces personnes. Il y a un atout humanitaire et fiscal. De plus, les associations qui vont répartir ces logements garantiront leur maintien en bon état. »
    La commission des Finances du Sénat y est favorable

    Les sénateurs de la commission des Finances sont favorables à ces deux avantages (lire le rapport de la commission sur ces articles) mais précisent néanmoins qu’une durée minimale de mise à disposition du bien doit être fixée. A noter que le groupe La République en Marche du Sénat y est également favorable ► https://www.publicsenat.fr/article/parlementaire/le-gouvernement-veut-supprimer-des-aides-fiscales-pour-loger-les-sdf-135801

    Merci à marabout du site http://www.lesmoutonsenrages.fr pour l’info

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s