En un mot anéantir tout ce qui ne rampera pas à nos pieds comme des chiens… Hier, comme aujourd’hui !

HIER ;

Résistance politique : Devoir de mémoire… « Oui la colonisation fut une barbarie »… Et elle l’est toujours !

L’humanité s’émancipera lorsque les peuples occidentaux se lèveront, se débarrasseront de l’idéologie coloniale qui les enchaîne (parce que « Nous sommes tous des colonisés! ») et se tiendront main dans la main avec les peuples autochtones de tous les continents pour mettre en place la société des sociétés, celle de l’union dans la complémentarité.

Il n’y a pas de solutions au sein du système, il n’y en a jamais eu et n’y en aura jamais. Croire le contraire est au mieux naïf et utopique, au pire complice et criminel…

~ Résistance 71 ~

En un mot anéantir tout ce qui ne rampera pas à nos pieds comme des chiens

Smaïl Hadj Ali | 17 décembre 2017 | Source ► https://www.legrandsoir.info/en-un-mot-aneantir-tout-ce-qui-ne-rampera-pas-a-nos-pieds-comme-des-chiens.html

 Le six décembre 2017, rue Larbi Ben M’hidi, à un jeune algérien qui lui disait que la France devait reconnaître ses méfaits en Algérie, le Président Macron demanda, excédé :

– « Quel âge avez-vous » ?

– « 26 ans », répondit le jeune homme.

– « Mais vous n’avez pas connu la colonisation, lui rétorqua le Président français ; qu’est-ce que vous venez m’embrouiller avec ça » !

Au-delà, de l’attitude véhémente à l’égard d’un jeune homme soucieux de son histoire nationale, et de surcroît en son pays, le Président français avait probablement oublié que ce sont des millions d’Algériens qui sont nés après le 5 juillet, date de la proclamation de l’indépendance nationale, et qui donc « n’ont jamais connu la colonisation », et l’auraient à ce titre « embrouillé », tout autant.

Ce sont aussi des dizaines de millions de Français qui n’ont jamais connu l’occupation allemande, la trahison nationale vichyste, et la Résistance, mais personne ne leur reprochera de ne pas oublier ce passé.

Question. Le Président français aurait-il tenu ces propos à un jeune juif ou à un jeune arménien, dont, respectivement la communauté et le peuple, ont connu l’horreur et le pire ?

L’Algérie, son peuple, sauf erreur, ne veulent ni repentance, ni autoflagellation. Mais personne ne pourra jamais empêcher les descendants des peuples colonisés de considérer que la colonisation fut, à minima, une longue « période de deuil et de souffrance », (1) comme l’avait souligné l’historienne et romancière Guadeloupéenne Maryse Condé, alors que la représentation française venait de voter la loi sur les « bienfaits de la colonisation », en 2005.

De même que Jean Ferrat dans Nuit et Brouillard, chantait « qu’il twisterait les mots s’il fallait les twister », pour dire l’horreur des camps d’extermination nazis, nous continuerons en Algérie, de chanter et de dire, sans haine, ni culpabilisation, l’épouvante que furent ces 132 ans d’oppression, d’exaction, de spoliation, et de néantisation.

Aussi et sans « embrouille », voici, pour mémoire, et pour commémorer l’héroïque Onze décembre 1960, quelques séquences, très abrégées, de ce moment négateur d’humanité revendiqué et administré par la France coloniale, qu’historiens et penseurs, à l’exemple de Mostefa Lacheraf, Bachir Hadj Ali, Henri Alleg, M.C Sahli, et bien d’autres, ont décrit et analysé il y a des décennies.

Dès le début de la conquête les crimes, multiformes, furent un invariant de l’armée coloniale. Pour le pouvoir politique et militaire, les indigènes, ces êtres inférieurs, les « Arabes », étaient des sous-hommes, « qui ne comprennent que la force brutale (2) et « qui n’entendraient de longtemps des raisonnements qui ne seraient point appuyés par des baïonnettes », comme s’en convainquait dès 1830, Lamoricière, cet émule des « conquistadores », qui occupera le poste de Ministre de la guerre en 1848, après avoir sabré « l’Arabe » pendant 18 ans…

C’est cette vision du monde qui va fonder et féconder la politique coloniale pendant 132 ans.

Alger 1957. Le port. Ballottés par la houle, des corps flottent. Ce sont les « crevettes-Bigeard », un des trophées du 3ème régiment de parachutistes coloniaux. (RPC). Cadavres d’Algériens raflés par les parachutistes, durant ladite « bataille » d’Alger (3), qui, au-delà de l’héroïque résistance du peuple qasbadji désarmé et d’une escouade de combattants sommairement armés, fut le moment mortifère, à l’échelle industrielle, de la torture d’État, et d’une massive et planifiée ratonnade militaro-policière, à ciel ouvert, tout aussi mortifère.

À ces crimes collectifs, et à tant d’autres, il est encore répondu : « C’était la guerre »(4), avec, implicitement, ses dérives, ses bavures des deux côtés ! Inévitables. Les crimes du 3ème régiment de parachutistes coloniaux, -qui faisait partie de la 10ème division parachutiste de Massu-, et plus largement de l’armée coloniale étaient-ils le lot commun de toute guerre, des dérives inévitables ? Une sorte de fatalité en somme inhérente à toute guerre ?

L’histoire du colonialisme en Algérie montre en réalité que les violences et les crimes coloniaux ont été une constante politique, et un phénomène d’ordre structurel. À ce titre le 3ème RPC, et la 10ème division de Massu, responsables de la disparition de Maurice Audin, de la liquidation de Larbi Ben M’hidi, de l’assassinat d’Ali Boumendjel et de milliers de patriotes algériens, sont les dignes héritiers des « Colonnes infernales » du général Bugeaud, adepte de «  la guerre totale jusqu’à extermination  » ? Dignes héritiers tout autant, des « Voltigeurs de la mort », dont le chef, le capitaine Montagnac, déclarait : «  Tout doit être pris, saccagé, sans distinction d’âge ni de sexe (…). Voilà comment il faut faire la guerre aux Arabes : tuer tous les hommes jusqu’à l’âge de quinze ans, prendre toutes les femmes et les enfants (…), les envoyer aux îles Marquises ou ailleurs. En un mot, anéantir tout ce qui ne rampera pas à nos pieds comme des chiens.  » Dignes héritières des Bureaux Arabes, ont été aussi les sinistres Sections administratives spécialisées, et ce malgré les tentatives de minorer, sinon d’enjoliver leur rôle que l’on peut entendre et lire ici et là, alors qu’elles étaient des structures de répression féroce et de flicage massif des Algériens.

À propos de Montagnac, on aurait pu penser qu’il fut l’exception militaire en matière d’anéantissement. Mais ces crimes, ou l’incitation à les commettre, étaient choses partagées par la fine fleur intellectuelle de l’époque. Prenez Tocqueville. Ce penseur et théoricien adulé de la démocratie, homme de grande humanité et de quelques sympathies pour les Arabes, nous dit-on, prodiguait, avec cynisme et sang-froid, ses conseils, des « nécessités fâcheuses », disait-il, aux sabreurs et artilleurs coloniaux pour plus de domination, de désolation et de soumission :

(…) J’ai souvent entendu en France des hommes que je respecte, mais que je n’approuve pas, trouver mauvais qu’on brûlât les moissons, qu’on vidât les silos et enfin qu’on s’emparât des hommes sans armes, des femmes et des enfants.

Ce sont là, suivant moi, des nécessités fâcheuses, mais auxquelles tout peuple qui voudra faire la guerre aux Arabes sera obligé de se soumettre

« Le moyen le plus efficace dont on puisse se servir pour réduire les tribus, c’est l’interdiction du commerce. Le second moyen en importance, après l’interdiction du commerce, est le ravage du pays. Je crois que le droit de la guerre nous autorise à ravager le pays et que nous devons le faire soit en détruisant les moissons à l’époque de la récolte soit dans tous les temps en faisant de ces incursions rapides qu’on nomme razzias et qui ont pour objet de s’emparer des hommes ou des troupeaux ».(5)

Absolu d’un idéal liberticide, défendu et porté par des élites familières des Lumières et de la modernité capitaliste, convaincues par les théories des races dites « inférieures », substrat idéologique des futures politiques d’extermination en Europe, comme l’analyse Hanna Arendt(6), la guerre de conquête coloniale, appuyée par une administration du même nom, ont effectivement, ainsi que le préconisait Tocqueville, ravagé et détruit les êtres, les villes, les écoles, l’agriculture, le commerce, avec comme point culminant le ravage de l’ethos (7) d’une société et d’un peuple dotés d’une unité culturelle et cultuelle certaine. Au bout du compte, une société et un peuple asservis, décivilisés par un implacable processus de spoliation, de paupérisation, de dés-alphabétisation, de régression socioculturelle, et de terreur existentielle érigée en mode d’administration d’exception d’une population défaite et exsangue. Terreur à laquelle prirent toute leur part les auxiliaires et supplétifs locaux, que l’on tente aujourd’hui de réhabiliter par la bande, avec la connivence et l’aide d’institutions et de personnalités publiques (8). Mais, et pour tout dire, n’avons-nous pas été aussi le pays dont un hebdomadaire public(9), a largement et généreusement donné la parole, en novembre 1984, au tortionnaire et responsable de la liquidation de Larbi Ben M’hidi, le patron du 3ème RPC, le parachutiste Bigeard, et ce, nous disait-on, au nom d’une nécessaire « décontraction idéologique » et de la « liberté d’expression, dont était privé, faut-il rappeler, la très grande majorité des Algériens ?

De 1954 à 1962, pour tenter de briser l’insurrection nationale et l’aspiration profonde des Algériens à la liberté, l’armée française n’aura aucun mal à renouer avec les violences de l’armée d’Afrique, celle-là même qui participa, au côté des capitulards Versaillais de Thiers, défaits par Bismarck, au meurtre de 30 000 révolutionnaires parisiens (10), entre le 21 et le 28 mai 1871 (11).

Violences absolues, totales, crimes de guerre et contre l’humanité, notion faite sienne par le président Macron le 14 février 2017, requalifiée il est vrai par celle de « crime contre l’humain » (12), quelques jours après, lors d’un meeting électoral le 18 février 2017, à Toulon, ville-portuaire d’où est partie la flotte et l’armada de la conquête qui mettront le pays à feu et à sang ?

Pour le système colonial, -que des historiens français en vue, souvent invités en Algérie, s’exprimant à foison dans la presse privée et publique, ainsi que des politiques français, ayant exercé ou exerçant les plus hautes responsabilités, ont qualifié de «  système injuste  », les Algériens n’étaient rien d’autres qu’une « race inférieure »

Pour maintenir leur asservissement, la puissance coloniale se dotera d’une administration militaire et civile d’exception, à vocation mortifère. Celle-ci mettra en pratique les pseudo théories sur les races, une invention des « sciences » en terre européenne au 19ème siècle, qui fonctionneront comme le nécessaire lubrifiant (13) idéologique pour la cohésion de la colonie de peuplement.

« Ce système injuste », – quel euphémisme ! – a désintégré la société algérienne. Il lui a interdit toute possibilité, 132 années durant, une éternité, d’inventer, d’imaginer son « avenir historique », de penser sa modernité, de concevoir son rapport au monde, de proposer son apport singulier, riche de son histoire plurimillénaire, à l’universalité, en un mot d’exister. Peut encore considérer un instant que l’Algérie n’aurait pas fait l’économie bienfaitrice des millions de victimes des guerres coloniales, de la mobilisation forcée des siens pour les guerres qui n’étaient pas les siennes, des famines organisées, et des épidémies induites par celles-ci. Peut-on imaginer un instant ce qu’elle aurait été sans les lois d’exception, le Code de l’indigénat, les expropriations massives, la pratique systématisée et généralisée du racisme, la destruction-péjoration de son système anthroponymique. N’aurait-elle pas mieux fait que le legs de cinq techniciens en agriculture et des quelques 90% d’analphabètes dans les deux langues. C’est cela, et la liste reste ouverte, l’héritage fondamental laissé par un système de gouvernement mu, entre autres, par une logique de destruction culturelle et, comme le notait Lacheraf d’« ébranlement du substrat mental » des individus et des groupes sociaux. Un héritage qui, à ce jour, -sans occulter les régressions qui érodent, au quotidien, la société, et l’emprise des castes prédatrices et exploiteuses, néo-colonisées, qui s’emploient à saigner et à corrompre le pays-, pèse encore lourdement sur le cerveau des vivants.

Oui la colonisation fut une barbarie. Elle ne pouvait porter en elle « des éléments de civilisation » (14) Seuls le combat et la résistance des Damnés de la terre, depuis 1830, puis la libération et l’indépendance nationale furent et firent civilisation.

Smaïl Hadj Ali.

Lectures Connexes sur ce blog ;

Tuer l’indigène pour sauver l’homme blanc ; En appui de l’article du Pr. Chems Eddine Chitour Les horreurs de la colonisation ; À quand un TPI pour juger les crimes contre l’humanité ? Billet majeur, qui intègre et fait référence à de nombreux auteurs, anthropologue, écrivains, juriste…

◄|►

AUJOURD’HUI ;

Résistance au colonialisme : Déclaration de Gilad Atzmon au Babylon Theatre Berlin

Gilad Atzmon | 14 décembre 2017 |URL de l’article original ► http://www.gilad.co.uk/writings/2017/12/16/antisemitism-the-holocaust-and-palestine

Traduit de l’anglais par Résistance71https://resistance71.wordpress.com/2017/12/19/resistance-au-colonialisme-declaration-de-gilad-atzmon-au-babylon-theatre-berlin/

Ces derniers jours, en préliminaire à la cérémonie des récompenses de la NRhZ’s Humanitarian Award et tout comme le ministre des affaires étrangères Ken Jebsen et bien d’autres, j’ai été la victime d’une odieuse  autant que folle campagne de diffamation. Rien de ce qui a été avancé n’a été prouvé par des faits. Tout ne fut que fabrication. On m’a traité de “négationniste” et de “relativiste de l’holocauste”. Pourtant, pas une seule juste référence ne fut faite au sujet de mes écrits ou de mes prises de paroles. Dans mon travail, je critique ouvertement le fait de réduire l’holocauste à une simple religion, un dogme intolérant. Dans mes écrits, je proteste contre les lois historiques et évènementielles (Les loi sur la Nakba, sur le génocide arménien, sur l’holocauste etc…). L’histoire pour moi, est la tentative de narrer le passé alors que nous allons de l’avant. Ainsi, elle doit demeurer un discours dynamique, sujette à des changements et des révisions constants et ce même si ces changements provoquent un léger inconfort. Pour moi, l’histoire est un message éthique. Ce n’est que lorsque nous révisons le passé que nous pouvons une fois de plus, repenser notre futur et notre trajectoire, notre destinée.

Récemment, quelques éléments de la presse allemande m’ont qualifié “d’antisémite”. Le suis-je ? Ai-je jamais critiqué quiconque, juifs inclus, en tant que “peuple”, “race”, sur un plan “biologique” ou sur un plan “ethnique” ? Jamais. Mon travail dans sa totalité est anti-raciste. J’ai entièrement dédié ma vie adulte à la lutte contre le racisme à travers ma musique (NdT : Gilad Atzmon est sans doute à l’heure actuelle, le plus grand saxophoniste de Jazz vivant, il n’est pas rare de le voir comparé à John Coltrane, rien que ça…), de mes écrits (NdT : deux excellents livres à son actif que nous recommandons vivement: “The Wandering Who” (2011) et son très récent “Being in Time” (2017)) et mes performances publiques. Je suis opposé à toutes formes de politiques biologiquement orientées qu’elles soient blanche, noire, de genre ou juive. Je suis au contraire, à la recherche de ce qui rapproche les êtres humains. Dans mes écrits et mes conférences je fais une très claire distinction entre les juifs (le peuple), que je ne critique jamais, le judaïsme (la religion) que je n’aborde que très rarement et le fait de s’affirmer juif (idéologiquement, culturellement et politiquement). Dans mon travail, je me concentre sur ce dernier point, l’idéologie, la politique et la culture, assumant que que nous sommes tous bien d’accord que ces éléments doivent être ouverts à la critique.

Mais si vous voulez parler de négationnisme, je vais vous en toucher deux mots. Refuser aux intellectuels, aux auteurs, écrivains, artistes, le droit d’exprimer leurs vues ouvertement est le point de départ de tous les fascismes. Ce que j’ai vu en Allemagne ces quelques derniers jours me suggère que quelques segments de notre société n’ont absolument rien appris de l’histoire de votre pays. Nier l’holocauste, c’est en nier  sa signification, de regarder ailleurs lorsque vous voyez quelque chose de mal, laisser votre cœur devenir froid lorsque vous même participez au mal ou célébrez la haine. Nier l’holocauste c’est échouer de vous préoccuper de votre propre incapacité de tolérer les autres et autrui. Cela me touche au delà de la douleur de voir l’Allemagne être menée aveuglément dans exactement le même piège, sept décennies à peine après la libération d’Auschwitz.

Je voudrais néanmoins ajouter encore une chose au sujet de la Palestine. Certains Allemands affirment être tourmentés par leur passé, par les atrocités commises par le IIIe Reich. Si cela est vraiment le cas, alors laissez-moi s’il vous plaît vous rappeler un simple fait très embarrassant : Les Palestiniens sont les dernières victimes d’Hitler.

Ce fut le résultat de la Shoah qui amena le soutien nécessaire au sionisme et mena à la formation de l’État juif en Palestine. Mais ce sont les Palestiniens tout à fait innocents qui, pour les soixante-dix dernières années, ont payé le prix pour des crimes commis par des Européens.

Si vous vous sentez coupables au sujet d’Hitler, alors levez-vous pour la Palestine et les Palestiniens !…

Et j’ai pour ma part très souvent fait état de la similitude des luttes, de la résistance au colonialisme des Amérindiens et des Palestiniens ; ICI.
Je voudrais rappeler que le sale précurseur d’Auschwitz, pour Hitler, fut avec la guerre des Boers, la mise en pratique du génocide des Amérindiens ; .
Que faire ? La marche vers la tyrannie globale, comment s’en sortir ? QUE FAIRE ?

Remplacer l’antagonisme à l’œuvre depuis des millénaires qui, appliqué à différents niveaux de la société empêche l’humanité d’embrasser sa tendance naturelle à la complémentarité, facteur d’unification de la diversité dans un grand Tout socio-politique organique : La société des sociétés.

JBL1960

Illustration issue de ► « l’œuvre positive de la France » coloniale » de Smaïl Hadj Ali du 9 janvier 2013

 

Publicités

10 réflexions sur « En un mot anéantir tout ce qui ne rampera pas à nos pieds comme des chiens… Hier, comme aujourd’hui ! »

  1. Poème de Martin Niemöller

    « Lorsque les nazis sont venus chercher les communistes,
    je n’ai rien dit,
    je n’étais pas communiste.

    Lorsqu’ils ont enfermé les sociaux-démocrates,
    je n’ai rien dit,
    je n’étais pas social-démocrate.

    Lorsqu’ils sont venus chercher les syndicalistes,
    je n’ai rien dit,
    je n’étais pas syndicaliste.

    Lorsqu’ils sont venus chercher les juifs,
    je n’ai rien dit,
    je n’étais pas juif.

    Lorsqu’ils sont venus me chercher,
    il ne restait plus personne
    pour protester. »

    J'aime

      1. Le nom de ce peintre célèbre m’échappe qui a peint ce tableau par la technique du pointillisme…

        Même si c’est vrai, les montagnes ressembles à des pyramides…

        J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s