Les Navajos attaquent la banque… Wells Fargo

Nan, pas avec des arcs et des flèches…

La Nation Navajo poursuit Wells Fargo sur des tactiques de prédation présumées

Hueston Hennigan LLP|13/12/2017 |Source de l’article original en anglais ► https://www.hueston.com/2017/12/navajo-nation-sues-wells-fargo-alleged-predatory-tactics/

Traduit de l’anglais par Jo Busta Lally

Au nom de la nation Navajo, Hueston Hennigan a déposé plainte contre Wells Fargo Bank, alléguant que la banque avait délibérément visé des membres de la plus grande tribu du pays avec des pratiques prédatrices et frauduleuses, puis a menti au gouvernement Navajo sur son comportement. La plainte allègue que les employés de Wells Fargo dans les succursales de la Nation Navajo ont régulièrement induit les clients en erreur en leur ouvrant des comptes inutiles et ont obtenu des cartes de débit et de crédit sans le consentement des clients.

Parmi les populations ciblées par Wells Fargo, les aînés Navajo – dont certains ne parlent pas bien l’anglais – étaient délibérément confus et trompés dans l’achat de produits pour aider les employés à atteindre leurs quotas bancaires. Wells Fargo est allé jusqu’à assister à des événements locaux de la communauté Navajo, comme des marchés aux puces et des matchs de basketball, pour essayer de signer des comptes inutiles en masse, le tout pour atteindre les objectifs de ventes de Wells Fargo. Ces pratiques ont été particulièrement dommageables parce que Wells Fargo a une présence si forte sur la réserve indienne et, dans certains cas, la seule option est bancaire pour les résidents.

«L’exploitation ciblée par Wells Fargo des communautés Navajo les plus vulnérables reflète un aspect encore plus sombre et plus insidieux des plans de profit de Wells Fargo qui ont été mis au jour à ce jour. Wells Fargo a trompé le peuple Navajo et a menti au gouvernement Navajo, causant des souffrances substantielles à ceux qui faisaient confiance à la banque et compromettant la capacité du gouvernement à représenter les intérêts légitimes de la tribu « , a déclaré l’avocat John Hueston.

« L’exploitation de ses clients par Wells Fargo a été bien documentée », a déclaré le président Russell Begaye. « Mais même ainsi, les actions de Wells Fargo envers le peuple Navajo ont été d’une nature particulièrement scandaleuse. »

Le procureur général Ethel Branch a déclaré : «Wells Fargo doit être tenu responsable de ses pratiques injustes et illégales envers les Navajo. Parmi ses autres actes ignobles, la banque a ciblé spécifiquement notre population la plus vulnérable – nos aînés.  »

La plainte a été déposée devant le tribunal de district des États-Unis pour le district du Nouveau-Mexique. La nation Navajo est représentée par John C. Hueston, Moez M. Kaba, Leanne Vanecek, Stephen Richards et Selena Galaviz de Hueston Hennigan LLP.

C’est le moment de choisir !

INDIANACT ou KAIANEREKOWA ?

La Guerre perpétuelle ou la Grande Loi de la Paix ?

LE DESSIN DE LA CRÉATION VS LA LOI FÉDÉRALE INDIENNE

Trump face aux représentants de la Nation Navajo et pour les remercier de leur participation active de renseignement (voir WindtalkersLes Messagers du Vent) lors de la seconde guerre mondiale déclare : Vous êtes uniques, vous étiez là bien avant nous, même si nous avons une représentante au congrès qui dit-on y siège depuis très longtemps, ils l’appellent Pocahontas… Mais vous savez quoi, je vous aime bien quand même parce que vous êtes uniques… [NdJBL : Source ICTMNPocahontas Was a Kidnap Victim not a Disney Princess]

Alors, c’est bien la première fois qu’un Potus malgré tout reconnait que les Natifs et Nations premières étaient là bien avant l’arrivée du premier tueur de masse de tous les temps ► Christophe Colomb… Mais on comprend vite que le gars ne sait même pas ce qu’il raconte mais surtout qu’ils sont placés juste en dessous du grand portrait d’Andrew Jackson qui était surnommé « Le tueur d’indiens » il faut noter qu’Andrew Jackson, 7ème président des États-Unis a été l’un des initiateurs et organisateurs des Pensionnats pour Indiens de 1820 à 1980 aux USA. Et de 1840 à 1996 au Canada ; Soit sur toute l’île de la Grande Tortue… Pour lire l’intégralité de cet article qui traite du discours de Trump devant des représentants Navajos ► J’suis pas content #121 par Greg Tabibian – Mini-remaniement, Marlène Schiappa & Pocahontas !

Pour lâcher-prise de l’idéologie coloniale…

EFFONDRER LE COLONIALISME ► Maître-pilier de l’Empire pour un changement de paradigme politique & social ► Déterminer l’E.R.R.E.U.R. et comment la corriger !

Anarchistes autochtones, anarchistes blancs

Andrew Pedro, Akimel O’odham | 2 octobre 2017 | Interview, enregistrement, traduction Christine Prat | Version anglaise publiée  sur Censored News | Source de l’article en français ► http://www.chrisp.lautre.net/wpblog/?p=4311

“Les Révolutionnaires et les Anarchistes, les gens qui se définissent comme Anarchistes, ont toujours une mentalité très coloniale. En particulier ici, car beaucoup d’entre eux ne se rendent pas compte de ce qu’ils disent et comment ça touche les Autochtones. C’est en grande partie parce qu’ils n’ont pas de valeurs culturelles, spirituelles ou religieuses, et ce n’est pas à moi de résoudre le problème, formulez-le comme vous voulez, nous avons une vision différente. Pour moi, qui me considère Anarchiste, l’Anarchisme est une couche à la surface de ce que notre mode de vie traditionnel signifie pour nous. Parce que pour moi, l’Anarchisme est l’idée d’être libéré de toutes ces formes d’oppression, et c’est comme ça que nous vivions il y a longtemps. D’après ce que j’en sais, en tant que peuple O’odham, nous étions libres de nous déplacer dans notre territoire. Il y avait des Tohono O’odham, des Akimel O’odham, des Hia C-ed O’odham, mais il n’y avait pas vraiment de frontière, ça ne voulait pas dire que nous n’étions pas autorisés à aller dans certaines zones pour faire ce que nous avions à y faire, il y avait seulement du respect pour les gens qui y vivaient. Pour moi, beaucoup d’Anarchistes Blancs, y compris ceux d’origine Latino, ce genre d’Anarchistes et beaucoup d’autres gens à Phoenix, et dans toute l’Arizona, ne reconnaissent pas vraiment cela. Nous sommes toujours là, nous avons toujours ces valeurs culturelles et spirituelles, mais pour eux, c’est un obstacle. Ils voient surtout le fait que ce n’est pas de l’athéisme. Je n’ai pas de problèmes avec l’athéisme, mais c’est leur choix, et, nous O’odham, n’imposons pas nos croyances à qui que ce soit, nous n’obligeons pas le gens à les comprendre, parce qu’elles sont seulement pour les O’odham. C’est comme certains lieux où nous allons, certaines de nos cérémonies, dont nous ne parlons même pas aux autres Tribus, parce que c’est pour nous, les O’odham. Et je suis sûr que c’est la même chose pour les autres Tribus…

~~~~▼~~~~

Oui M. Trump les descendants des Natifs et Nations premières sont des personnes uniques et oui elles étaient là bien avant l’arrivée des premiers colons, malgré tous vos divins mensonges pour nous persuader du contraire…

Vous êtes un descendants de ces colons envahisseurs/exterminateurs ; Un Zunien de papier, l’empereur d’un empire sans terre, et un empire sans terre est un empire à terre.

Mais de plus en plus nombreux nous pensons que l’avenir de l’humanité passera par les peuples occidentaux émancipés de l’idéologie et de l’action coloniales, se tenant debout, main dans la main avec les peuples autochtones de tous les continents, nos frères et sœurs, pour instaurer l’harmonie de la société des sociétés sur Terre.

JBL1960

Source de l’image ► Antelope Canynon Pinterest

Publicités

11 réflexions sur « Les Navajos attaquent la banque… Wells Fargo »

  1. Colons de Malheur !
    Qui a tué Lavoy Finnicum ?
    Qui est responsable, et pourquoi est-il mort ?
    Le 2 janvier 2016, un groupe d’éleveurs blancs faisant partie de ce qui a été appelé la “Sage Brush Rebellion” ont commencé une occupation armée de terres désignées comme étant le “Malheur Wildlife Refuge,” juste hors de la ville de Burns dans l’état de l’Oregon. Les manifestants ne sont pas d’accord avec l’idée que les terres de la zone soient des “terres fédérales” (NdT: c’est à dire appartenant à l’État des États-Unis) et un certain nombre d’entre eux décidèrent de porter les armes dans un effort de renforcer leur point de vue. Hier, vingt-cinq jours dans la manifestation, il y a eu un échange de coups de feu à quelque distance du refuge en question.

    Note de Résistance 71: Nous devons noter ici pour maintenir la véracité dans cette affaire qu’il n’y a pas eu d’échanges de coups de feu. Nous avons visionné les 26 minutes de vidéo non éditées prises depuis les airs d’un drone du FBI. Le véhicule des ranchers s’est enlisé dans la neige de bas-côté de la route après avoir tenté de forcer un barrage de police. Immédiatement Lavoy Finnicum est sorti du véhicule, main en l’air, puis a baissé les bras, semble chercher dans une poche. C’est à ce moment qu’il est abattu par la police. Il n’a pas chargé la police, il n’avait plus ses mains en l’air au moment des tirs et le FBI a confrmé qu’il n’avait par d’arme à la main au moment des tirs. Son attitude prête sans aucun doute à confusion. Au moment où Steven Newcomb a publié son article, la vidéo des faits n’avait pas encore été diffusée, il n’a à notre sens fait que rapporter ce que les médias avaient annoncé à ce moment. Là n’est de doute façon pas la question de cet article, nous voulions juste rectifier une chose qui concerne quand même la vie d’un homme…

    Le porte-parole des manifestants, LaVoy Finnicum a été tué et un autre homme blessé. Bien que le leader de la manifestation Ammon Bundy et sept autres manifestants aient été arrêtés par la police, d’autres manifestants continuent l’action de manifestation. Cet article est destiné à replacer la manifestation dans un contexte historique peu connu en regard de la nation autochtone Paiute du Nord et la législation par laquelle le congrès des Etats-Unis a créé un gouvernement territorial pour ce territoire de l’Oregon.

    Le 14 Août 1848, le congrès des Etats-Unis vota une “loi pour établir un gouvernement territorial de l’Oregon”. Il le fit avec une provision majeure: “Pourvu que rien dans cette loi ne soit contenu et ne puisse être interprêté pour entraver les droits de personne ou de propriété maintenant applicables aux Indiens de ce dit territoire et aussi loin que ces droits demeurent inextinguibles par traité entre les États-Unis et ces Indiens.”

    Lorsque les États-Unis firent éventuellement un traité avec les Paiute du Nord, celui-ci ne fut jamais ratifié par le sénat des États-Unis, ce qui veut dire qu’à ce jour les droits de la nation des Paiute du Nord “demeurent inextinguibles par traité entre les États-Unis et ces Indiens.” Comme spécifié dans la loi territoriale de l’Oregon.

    Le site internet du service américain pour le poisson et la vie sauvage (U.S. Fish and Wildlife Service) dit que “le Malheur National Wildlife Refuge a été établi le 18 Août 1908 par le président Theodore Roosevelt comme la réserve de Lake Malheur Reservation.” Il dit que “le président Roosevelt réserva des terres gouvernementales non-clamées se situant dans les limites des lacs Malheur, Mud et Harney, comme ‘terre de conservation et de reproduction pour les oiseaux locaux’.”

    Le 18 Août 1908, soient 60 ans et 4 jours après que le congrès ait passé la loi sur le territoire de l’Oregon, dont les termes reconnaissaient que les terres Paiute en question étaient toujours “inextinguibles par traité entre les États-Unis et la nation des Paiute du Nord.” Ainsi, le site internet de l’ U.S. Fish and Wildlife Service crée un écran de fumée fondé sur un mensonge en disant que les terres désignées comme le Malheur Wildlife Refuge étaient “des terres gouvernementales non-clamées”. Elles étaient et sont toujours partie du territoire de la nation Paiute du Nord, parce que les Paiute du Nord n’ont jamais cédé ou abandonné ces terres par traité ratifié avec les États-Unis.

    Aujourd’hui, un groupe armé d’homme blancs désabusés est dit occuper des “terres fédérales” au refuge de Malheur alors que, en accord avec la propre loi organique du gouvernement des États-Unis pour l’Oregon, les terres sont toujours terres Paiute. Les médias de masse quoi qu’il en soit, ne reconnaîtront jamais que jusqu’à ce jour les terres en question sont toujours des terres territoriales de la nation Paiute du Nord.

    Les hommes qui ont pris les armes en regard de ce qu’ils considèrent comme une approche lourdingue du gouvernement fédéral envers certains éleveurs disent qu’ils agissent pour “le peuple”. Ils ne sont évidemment pas habitués à rechercher des mots dans le dictionnaire pour voir la signification des mots clef comme le mot “public” qui veut dire “du ou en rapport avec le peuple”.

    La société au sens large qui se nomme elle-même “le peuple américain” considère ces hommes blancs désabusés comme étant un tant soit peu dérangés parce que les “terres publiques” sont dites déjà être détenues en compte pour eux par le gouvernement fédéral. Ceci résulte en l’observation ironique, en contradiction avec les hommes blancs armés, que “les terres publiques appartiennent déjà à tout le monde”. Mais ce refrain fait aussi partie du grand mensonge qui ignore le langage des droits des Indiens dans la loi du congrès de 1848 qui “établit le gouvernement territorial de l’Oregon”.

    Les fonctionnaires du gouvernement fédéral et le public sont toujours intéressés de mentionner la “règle de la loi” dans leur critique d’hommes blancs armés occupant le refuge de Malheur. Les manifestants sont condamnés pour ne pas obéir “à la loi” et pourtant dans le même temps, les fonctionnaires fédéraux et le public de manière générale ignorent de manière bien convéniente “la règle de la loi” qui est la provision des droits indiens que la loi territoriale de l’Oregon “ne soit pas construite pour empêcher les droits de personne ou de propriété maintenant applicables aux Indiens dudit territoire” jusqu’à ce qu’un traité de cession et d’abandon de terres ait été fait avec les Etats-Unis avec une nation indienne particulière.

    Clairement, les États-Unis qui furent fondés comme un système politique que George Washington lui-même qualifiait de “notre empire au stade infantile”, est un pays hautement hypocrite, qui pourrait s’intéresser aux droits territoriaux de la nation Paiute. Le territoire de l’Oregon fut fondé en tant que colonie de l’empire américain et, en résultat, jusqu’à ce jour l’Oregon comme état des États-Unis est toujours considéré comme une “terre promise” et la “terre des constructeurs d’empire”.

    Suivant les schémas métaphoriques du narratif biblique de l’ancien testament, les Paiute, avec bien d’autres nations autochtones, ont reçu le rôle des “païens” dépossédés dans la “terre promise” de l’Oregon. Et voilà pourquoi la loi d’établissement du territoire de l’Oregon n’entre pas dans la discussion dans cette partie du territoire des Paiute du Nord qui a été désigné comme le “Malheur Wildlife Refuge.”

    Vous ne me croyez pas ? Allez un peu voir les mots de l’hymne officiel de l’état de l’Oregon: “Oregon, My Oregon” de J.A. Buchanan sur une musique de Henry B. Murtagh:

    “Terre des constructeurs d’empire, terre de l’ouest doré, conquis et maintenu par des hommes libres, les plus justes et les meilleurs, toujours de l’avant et plus haut, sans cesse en avant, en avant, gloire à toi, terre des héros, mon Oregon. Terre de la rose et du soleil, terre de la brise estivale, emplie de santé et de vigueur, fraîche des mers de l’ouest, bénie du sang des martyrs, terre du soleil couchant, gloire à toi, terre de promesse, mon Oregon.”

    Un traité indien non ratifié ne transfère, ne cède, n’abandonne et ne soumet rien de la part d’une nation indienne aux États-Unis. Quoi qu’il en soit, le gouvernement des États-Unis a réussi à ignorer l’archive documentée des traités indiens non ratifiés, spécifiquement lorsqu’un examen attentif de ces archives bénéficierait une ou plusieurs nations indiennes et défavoriserait les États-Unis.

    Si quelqu’un a légitimement pris en grippe le gouvernement fédéral des États-unis, ce sont bien les peuples et nations premières dont les droits inextinguibles continent d’être ignorés. Pensez un peu comme ce serait étrange si les éleveurs blancs qui affirment avoir des doléances avec le gouvernement des États-Unis et le public qui voit ces ranchers belliqueux comme ayant une attitude quelque peu ridicule, se rassemblaient pour demander que le territoire de la nation Paiute du Nord mérite d’être respecté par le gouvernement des États-Unis, en reconnaissant que c’est toujours un territoire Nord-Paiute et par là même, demander que la règle de la loi organique des États-Unis soit appliquée et maintenue.

    La nation Paiute du Nord est donc la seule habilitée à réclamer la souveraineté de la terre de l’Oregon.

    Cela pourrait créer un précédent, ici et maintenant.

    Tout comme en 1823 le juge Marshall dans l’affaire Johnson contre McIntosh a légitimé la doctrine chrétienne de la découverte ;

    L’affaire Johnson contre McIntosh a établi, par la décision, rendue en 1823 par le président de la Cour Suprême des États-Unis, le principe de la souveraineté (« sovereignty ») des États-Unis sur son territoire au nom du « droit de découverte » des nations européennes, supérieur au « droit d’occupation » des autochtones.

    En effet, dans cette décision, les preneurs à bail de Thomas Johnson ont été déboutés, au motif que celui-ci avait acheté sa propriété en 1773 et 1775 à des tribus Piankeshaw, alors que le défenseur, William M’Intosh (prononcer « McIntosh »), négociant en fourrures, avait ultérieurement obtenu une concession de ce même terrain (comme l’a en tous cas considéré le tribunal) du gouvernement fédéral des États-Unis.

    Donc si vous avez bien lu et bien compris ;

    La nation Piaute est la seule propriétaire des lieux…

    Une faille vient de s’ouvrir sous les pieds des fermiers de Malheurs dans l’Oregon dont Lavoy Finnicum est la tragique victime.

    Une faille dans laquelle la nation Paiute ferait bien de s’engouffrer

    afin de retrouver sa Terre.

    J'aime

  2. LA BANQUE WELLS FARGO ATTAQUEE PAR LES… INDIENS (SI, SI)
    du 18 au 25 décembre 2017 : Tout arrive dans cette revue de presse, y compris des choses que je n’aurais jamais imaginé écrire, comme par exemple que la banque Wells Fargo, la banque de cow boys, est attaquée par les Indiens. C’est au tribunal mais l’esprit y est.

    Et pas n’importe lesquels s’il vous plaît, les indiens Navajo qui se sont constitués en État, et qui accusent les banquiers d’avoir dépouillé ses citoyens les plus faibles, et en particulier ceux qui ne parlent que le Navajo:

    « The Navajo Nation has accused Wells Fargo of coercing vulnerable members of the tribe into opening accounts they didn’t need as part of an aggressive sales campaign for which it has already agreed to pay tens of millions of dollars in penalties and settlements.

    http://www.jovanovic.com/blog.htm

    J'aime

    1. Près d’un an plus tard ; WELLS FARGO CONDAMNÉE AU MOMENT DE NOËL
      du 1 au 4 janvier 2019 : Comme d’habitude, la justice américaine a attendu les fêtes de Noël pour donner son jugement sur l’incroyable scandale (l’un des trois plus grands avec les CDS et les agences de notation) des millions de faux-comptes fabriqués pour mettre des millions de clients à découvert dans le but de saisir leur maison.

      Donc, accrochez-vous bien, la Justice américaine a soldé le dossier moyennant 575 millions de dollars…

      !!!

      C’est tout !

      Comme le note un journaliste américain (j’ai perdu le lien) « Sachez que si vous, dans votre petite PME, vous n’en aviez fait que .0001% de ce qu’ils ont fait, vous seriez déjà en prison » ► https://www.jovanovic.com/blog.htm

      J'aime

  3. La banque Wells Fargo se prend 1 milliard de dollars d’amende pour pratiques illicites !
    Amende d’1 milliard de dollars pour la banque américaine Wells Fargo en raison de «pratiques commerciales illicites, dont des primes d’assurance automobile superflues et des conditions d’octroi de prêts hypothécaires discutables, ont annoncé séparément deux régulateurs».

    « Les deux régulateurs ont ordonné à la banque californienne de restituer aux clients lésés les sommes leur ayant été indûment prélevées et de renforcer son programme de gestion des risques. »

    « Cette amende est un coup dur pour Wells Fargo considérée il y a encore peu comme la grande banque américaine la mieux gérée non seulement parce que le gros de ses activités porte sur le financement de l’économie réelle, au travers des prêts accordés aux ménages et aux PME, mais aussi en raison d’une faible exposition aux marchés financiers »…

    Une banque bien gérée… mais uniquement en façade !!

    « Mais depuis 2016, l’établissement est englué dans une série de scandales dont le plus retentissant est l’ouverture de 3,5 millions de comptes fictifs au nom de clients à leur insu.
    “To BIG To FAIL”: d’énormes problèmes en vue pour l’une des plus grandes banques américaines

    À la suite de ces malversations, quelque 5 300 employés ont été licenciés et Wells Fargo a déjà écopé d’une amende de 185 millions de dollars. John Stumpf, le PDG de l’époque, a dû démissionner. »

    Je ne sais pas si vous vous rendez bien compte de ce qui est écrit !!! Une énorme banque vole de l’argent à ses clients, car c’est bien de cela dont on parle, en facturant de façon systématique ce qui ne devrait pas l’être, mais cela ne s’arrête pas là.

    La banque ouvre aussi des comptes fictifs. Pas un ou deux, non 3,5 millions !!!

    Après, on affiche de beaux résultats, les cours de Bourse montent… Tout le monde s’engraisse. Tout cela est faux. https://www.businessbourse.com/2018/04/25/la-banque-wells-fargo-se-prend-1-milliard-de-dollars-damende-pour-pratiques-illicites/

    Source Charles SANNAT ► https://insolentiae.com/1-milliard-de-dollars-damende-pour-la-banque-wells-fargo-pratiques-illicites/

    J'aime

  4. Sont pas les seuls, attention !

    JP MORGAN CONDAMNÉE AU MOMENT DE NOËL (aussi)
    du 1 au 4 janvier 2019 : Comme pour la Wells Fargo, la justice américaine via la SEC, le gendarme financier, a profité de fêtes de Noël pour révéler son accord avec cette fois ci avec la JP Morgan: en échange de 135 millions de dollars, Washington étouffe une Ne affaire dans laquelle les investisseurs ont été roulés dans la farine, avec beaucoup de finesse.

    « JP Morgan will pay over $135 million to settle charges it mishandled so-called « pre-released » American Depositary Receipts (ADRS) which are U.S. securities that represent foreign shares of foreign companies, the Securities and Exchange Commission announced on Wednesday. The regulator said the investment bank improperly provided ADRs, which are U.S. securities that represent foreign shares of foreign companies, to brokers even though the brokers and their clients lacked the corresponding foreign shares. The bank is the 8th institution to face SEC charges on such a practice, according to the regulator. Its probe into ADR abuse is ongoing, it said. The SEC said that improperly providing ADRs that are not supported by underlying foreign securities can create inappropriate short-selling and dividend arbitrage. »

    Une fois de plus, cette information vous montre à quel point les banques n’hésitent pas une seule seconde à truander leurs clients, sans que cela ne conduisent le « gendarme » américains à envoyer ne serait-ce qu’un seul cadre en prison ► https://www.jovanovic.com/blog.htm

    J'aime

  5. Et en France… Aussi !

    BANQUE POSTALE CONDAMNÉE AU MOMENT DE NOËL
    du 1 au 4 janvier 2019 : Là aussi, l’information a été révélée le… 24 décembre, ha ha ha, LoL. Ah les voyous !!! Connivence justice et banque. « La Banque Postale a écopé d’un blâme et d’une amende record de 50 millions d’euros pour des manquements dans son dispositif de lutte contre le financement du terrorisme a indiqué l’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR) dans un communiqué publié lundi 24 décembre … « LBP a, entre le 1er décembre 2009 et le 13 mars 2017, exécuté au moins 75 opérations de MCN pour le compte de 10 clients dont les éléments d’identité (nom, prénom et date de naissance) correspondent à ceux de personnes qui faisaient l’objet, à la date des opérations, d’une mesure de gel, dans 9 cas sur 10 en raison d’activités terroristes ».

    PREUVE DE LA FAILLITE DE LA CAISSE D’ÉPARGNE
    du 1 au 4 janvier 2019 : Lors de ma signature de Paris, j’ai rencontré un lecteur notaire qui m’a expliqué que s’il y a 4 ou 5 ans la liquidation d’une succession lui prenait environ 3 mois, désormais il faut compter 1 année, vu que les banques font tout pour garder l’argent, en demandant tout un tas de papiers inutiles, histoire de bien ralentir le process au maximum, et de fait la sortie de l’argent de leur compte. Eh bien un autre lecteur est venu prouver ses propos:

    « Je vous transmets une image ASS-VIE.jpg, en effet mon frère est décédé le 19 mars 2011 et la Caisse d’Epargne débloque les fonds le 11 décembre 2018, soit un peu plus de 7 ans après… ».

    Source ► https://www.jovanovic.com/blog.htm

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s