L’HISTOIRE DES 3 FÉVRIER SUR CE BLOG

3 Février 2016 ;

Je remontais aux origines de Thanksgiving ;

Qui massacre qui ?

Qui commémore quoi ?

En fait c’est ça la bonne question.

La bataille de Little BigHorn tient en quelques phrases ; Au matin du 25 juin 1876, le général américain George Armstrong Custer tombe dans une embuscade tendue par 2500 guerriers sioux aux ordres du chef Sitting Bull. [NdJBL : Voir PDF N°45 de 42 pages La Voix Lakota et l’Aventure de Crazy Horse]

Celui-ci n’était pas présent sur le champ de bataille mais il avait convaincu ses hommes de l’opportunité de l’attaque après avoir lui-même exécuté une danse extatique.

Les 285 hommes du détachement de cavalerie se font proprement massacrer par les Indiens près de la rivière de Little Bighorn, dans le Montana.

Cet épisode cruel des guerres indiennes va profondément bouleverser l’opinion américaine en raison de la mort, non des Indiens mais de ceux qui avaient mission de les tuer.

En fait, l’horreur vient du fait, que ce ne sont pas ceux qui devaient logiquement mourir ce jour-là, qui furent décimés.

Et donc aujourd’hui encore, on commémore sa fierté d’avoir tué l’indien pour sauver l’homme blancAUX ORIGINES DE THANKSGIVING

3 Février 2017 ;

Steven Newcomb nous permettait de cracker le code secret de la Domination et de la Doctrine Chrétienne de la Découverte ;

NI CONQUIS, NI SUBJUGUÉS !

Et Steven Newcomb nous avait déjà mis sur la piste en posant la question en mars 2016 : Que devons-nous faire ? Décoloniser la loi fédérale indienne dans Le code a changé !

Domination : le code secret utilisé contre nos nations

La vision états-unienne de la réalité est fondée sur un droit présumé

L’histoire de la loi et politique fédérales indiennes rendent quelque chose parfaitement clair : la vision de la réalité des États-Unis est présumée sur un droit assumé de domination sur nos nations autochtones, sur nos terres et sur nos vie, ainsi que de l’expropriation de notre eau et de nos ressources. Alvin Toffler dans son livre “The Third Wave (1980), intitula son 4ème chapitre “Briser le code” / “Breaking the Code”. Dans la première phrase du chapitre il déclare : “Toute civilisation possède un code caché, un lot de règles ou de principes guidant toute ses activités comme une schéma répétitif.” L’histoire révèle que la “civilisation occidentale” et ce qui est appelé “la civilisation américaine”, ont un code caché et celui-ci opère en tant que schéma de domination récurrent ► CRACKER LE CODE SECRET DE LA DOMINATION

Ce 3 Février 2018 ;

Résistance au colonialisme : Mise en demeure du Canada, du Québec et du CMK par le conseil des femmes mohawk (Mohawk Nation News)

Mohawk Nation News | 1er Février 2018 | URL de l’article original ► http://mohawknationnews.com/blog/2018/02/01/grand-theft-charges-against-canada-que-mck/

Accusations de vol en association pour la Canada, Québec et la Conseil Mohawk de Kahnawake (CMK)

Une mise en demeure d’objection a été envoyée au Canada, à la province du Québec et au Conseil Mohawk de Kahnawake (NdT : comme souvent mentionné ici, ne jamais oublier que les conseils de bandes au Canada ou de tribus aux États-Unis, ne sont que des entités gouvernementales, créées par l’état colonial pour gérer sa domination dans les territoires autochtones. Ces “conseils” n’ont absolument aucune légitimité au sein de la gouvernance traditionnelle des nations premières. Ils fonctionnent selon le modèle de représentation étatique, inconnu et refusé par le mode traditionnel ; en l’occurrence pour les Mohawks, les Iroquois et leurs amis et alliés, seule Kaianerekowa ou la Grande Loi de la Paix fait référence, tout le reste n’est qu’usurpation organisée…), qui ont lancé une attaque afin de forcer la main d’onkwehonweh (peuple de l’île de la Grande Tortue) à payer des impôts illégaux. Ils sautèrent de joie lorsque tous sauf deux abandonnèrent leur droit de naissance.

Par courrier recommandé avec A/R

Notification d’objection – Feb. 1, 2018.
Aux : Entreprises privées du Canada, Québec et leur sous-fifre du CMK
Référence : Saisie illégale de biens et destruction de commerces de skaroniati de la communauté Kanion-ke-haka (mohawk) de Kahnawake au sein de kanien-keh aussi connu sous le nom de rotino-shonni-onwe (peuple de la confédération iroquoise)
De : kenonhontsa-kwenio  (les femmes) sont les véritables progénitrices naturelles du sol de notre peuple. (Chaque onkwehonweh (personne naturelle) a le devoir de soutenir la volonté du peuple, personnalisée dans les 49 familles originales et leurs alliés et amis de l’île de la Grande Tortue.

Ceci est une tentative de vol et d’extorsion de ressources absolument illégale de la part des entreprises privées coloniales que sont le “Canada” et la “province du Québec”.

Pour lire l’intégralité de l’article en français, traduction de Résistance 71 ► https://resistance71.wordpress.com/2018/02/03/resistance-au-colonialisme-mise-en-demeure-du-canada-du-quebec-et-de-cmk-par-le-conseil-des-femmes-mohawk-mohawk-nation-news/

L’Histoire s’écrit au présent…

JBL1960

 

Publicités