L’attentat d’Onondaga de 1997 devant la Cour Suprême de l’État colonial Zunien

Toujours aucune vérité !

Mais pas plus de reddition…

 

Depuis décembre 2015 on peut suivre cette affaire ici et grâce à R71 qui traduit en temps réel pour nous permettre de relayer ;

Résistance71Suivre les ordres ► Traduction de Mohawk Nation News

L’année suivante, le 18 Mai 1997, des soldats de l’État de New York interférèrent dans une de nos cérémonies sur la propriété Jones à Onondaga et nous attaquèrent. Un an plus tard, le porte-parole d’Onondaga, Ronnie Jones, fut assassiné. Le décret de 1779 édicté par George Washington afin d’annihiler les Iroquois/ rotino’shonni est toujours en vigueur. Il doit être abrogé. Pour lire l’intégralité du billet et prendre connaissance de l’affaire ► Ni vérité, ni réconciliation, ni reddition.

◄|►

Pour être parfaitement informé je me permets de conseiller la lecture du PDF « MEURTRE PAR DÉCRET » Le crime du génocide au Canada qui rappelle les faits dans l’ordre chronologique de l’organisation du génocide planifié et mis en œuvre par les Églises et l’État sur tout le territoire du Canada/Île de la Grande Tortue dans les pensionnats pour Indiens de 1840 à 1996.

Et il semblerait qu’une procédure d’enquête prenne forme pour rechercher le crime génocidaire contre les enfants autochtones des nations originelles aux États-Unis, enfants qui furent, comme au Canada, arrachés à leurs familles et incarcérés dans des pensionnats gérés par le gouvernement fédéral et les églises. Des dizaines de milliers d’entre eux ont « disparu » entre 1820 et les années 1980 ► MEURTRE PAR DÉCRET – USA

◄|►

Parce que les 15 d’Onondaga reviennent devant la Justice ;

Enfin, une parodie de justice…

L’ATTENTAT D’ONONDAGA de 1997 DEVANT LA COUR SUPRÊME DES ÉTATS-UNIS

Mohawk Nation News | 3 janvier 2018 | URL de l’article original en anglais ► http://mohawknationnews.com/blog/2018/01/03/1997-nys-attack-of-onondaga-in-u-s-supreme-court/

Traduction de l’anglais par Jo Busta Lally

Rappelez-vous quand le « Détail Indien » de l’État de New York attaqua les Onondaga le 18 mai 1997. [NdJBL : Les auditions de justice dans l’affaire Jones contre Parmley de l’État de New York #98CV374, révèlent une stratégie militaire agressive appelée le “détail indien”  voir le billet Ni Vérité, ni Réconciliation, ni Reddition].

Il se rendit devant le tribunal du district de New York à Syracuse, puis devant le deuxième circuit de la Cour de New York et est maintenant devant la Cour suprême des États-Unis.

Le vrai problème est que toute personne est normalement censée avoir droit à l’égalité de droit en vertue de la loi qui est gravée sur le fronton de la porte d’entrée de la Cour Suprême de Justice des États-Unis.

Si on nie l’Onkwe-hon-weh (Peuples originels de l’Île de la Grande Tortue) alors aucune personne ne pourra obtenir une justice équitable, un procès équitable et une procédure régulière et ce dans tous les tribunaux des États-Unis.

Alors que les 15 d’Onondaga ont été forcés à comparaitre et sans avocat !

~~~~▼~~~~

C’est pourquoi d’ailleurs il y a peu, la Nation Mohawk a proposé aux peuples originels de choisir entre La Loi Fédérale Indienne (INDIAN ACT) ou le Dessein de la Création (KAIANEREKOWA)C’est le moment de choisir… et nous pouvons, nous TOUTES & TOUS, les non-indigènes nous tenir, tout simplement à leurs côtés…

Parce que c’est le moment de (se) choisir ;

La guerre perpétuelle ad vitam æternam, la vraie et seule nature de l’Empire anglo-américano-christosioniste.

Ou bien, ce qui n’a jamais encore été essayé depuis ces quelques 5000 derniers millénaires ; Remplacer l’antagonisme qui, appliqué à différents niveaux de la société empêche l’humanité d’embrasser sa tendance naturelle à la complémentarité, facteur d’unification de la diversité dans un grand TOUT socio-politique organique : LA SOCIÉTÉ DES SOCIÉTÉS.

Et faire de 2018 l’Année Zéro d’une prise de conscience politique collective.

La balle est dans notre camp, et si nous avons la force du nombre le seul pouvoir des Zélites/Biens-Zélés/Psychopathes aux manettes tient dans notre consentement à les servir…

Retirons-leur notre consentement, disons NON et c’est fin de partie pour l’oligarchie.

JBL1960

Publicités