Les véritables visages de Bill et Tony par le Presque Dr. T’Ché-RIEN

RFK Junior COUV PDF 19 12 21

En attendant le PDF complet des traductions de l’anglais au français et par de larges extraits de Résistance 71 du livre dynamite de Robert F. Kennedy Jr « The Real Anthony Fauci, Bill Gates, Big Pharma and the Global War on Democracy and Public Health » / “Le véritable Anthony Fauci, Bill Gates, Big Pharma et la guerre globale contre la démocratie et la santé publique”  – Skyhorse Publishing, novembre 2021, 450 pages, que de manière inédite je compile au fur et à mesure de leur traduction tant l’heure est grave en COVIDLAND et particulièrement en FRANKISTAN ces derniers jours.

Le Bon, La Brute et le Truand, 19 12 21

REJOIGNEZ-NOUS !

Dernier instantané du Presque Dr. T’Ché-RIENhttps://jbl1960blog.files.wordpress.com/2021/12/le-veritable-visage-de-gates-et-fauci-rien-20-12-21.pdf

BILL ET TONY LES BRICOLOS RIEN 20 12 21

À RETROUVER DANS CHRONIQUES DU  PRESQUE DR. T’CHÉ-RIEN

Cliquer pour accéder à le-veritable-visage-de-gates-et-fauci-rien-20-12-21.pdf

FAUCINOCCHIO

20/12/21 ► Variant Omicron : le virus « se déchaîne à travers le monde », avertit l’expert américain Anthony Fauci ► https://www.sudouest.fr/sante/coronavirus/variant-omicron-le-virus-se-dechaine-a-travers-le-monde-avertit-l-expert-americain-anthony-fauci-7413052.php – Le conseiller de la Maison-Blanche sur la crise sanitaire se dit inquiet de la vitesse de propagation du variant, très probablement dans le monde entier. Il a appelé les Américains à se faire vacciner. « Ce virus est extraordinaire. » Anthony Fauci, éminent scientifique américain et conseiller de la Maison-Blanche sur la crise sanitaire, a averti le dimanche 19 décembre de la dangerosité du variant Omicron. Une inquiétude basée sur sa vitesse de propagation. « Il va prendre le dessus », et « nous allons avoir des semaines ou des mois difficiles à mesure que nous nous approchons de l’hiver », a-t-il assuré. Le virus « se déchaîne à travers le monde, vraiment », a-t-il insisté. « Il se répand rapidement, littéralement dans le monde entier et sans aucun doute dans notre propre pays. »

ILS ont menti sur TOUT RIEN 15 12 21

Hé hé vouiiiiihttps://jbl1960blog.files.wordpress.com/2021/12/mensonge.pdf

Covid faits et chiffres

Omicron, une chance dont on ne profitera pas ?

Par ZOLA ► https://www.covid-factuel.fr/2021/12/20/omicron-une-chance-dont-on-ne-profitera-pas/

Complétée & Enrichie par JBL1960 

Nous vous avons déjà montré que toutes les grandes épidémies virales de ces derniers siècles se sont arrêtées en 2-3 ans (avec quelques petites traînées ici et là). Par quel mécanisme ? Sans doute par l’acquisition d’une immunité collective acquise avec des variants de moins en moins virulents. L’épidémie actuelle devrait, ou plutôt va suivre le même chemin.

Dès les premiers cas signalés du variant omicron, au vu des constatations du premier médecin qui a alerté sur ces cas, je vous avais dit que ce variant était peut-être une chance pour obtenir ce résultat, et qu’il fallait 15 jours de plus pour le confirmer. C’est fait, c’est confirmé.

Plus le virus est contagieux, plus l’ascension du pic épidémique est forte, plus l’immunité collective est obtenue rapidement, et par conséquent plus la vague est courte. Cela semble se confirmer en Afrique du Sud, la vague ayant peut-être atteint son apogée avec une amorce de décrue. Ceci dit on a aussi eu un petit palier il y a 8 jours, qui ne s’est pas confirmé, l’ascension ayant repris. Nous serons fixés en quelques jours.

Si la contagiosité s’accompagne d’un pouvoir pathogène, nous avons alors un scénario type Grippe Espagnole de 1918 (type H1N1). Ce n’est pas le cas ici, nous avons affaire à un variant peu létal, ce que montre l’Afrique du Sud et ce que vont montrer les autres pays. Nous nous orientons plutôt vers une reproduction de l’épidémie de 1889-91, qui était aussi due à un coronavirus.

En effet, si on compare la semaine avant l’apparition d’omicron (sans doute apparition du premier cas, diagnostiqué une semaine plus tard et séquencé après quelques jours de plus), avec la situation au 18 décembre, les chiffres sont les suivants :

Entre le 5 novembre et le 18 décembre, le nombre de cas est passé de 4 à 388 par million d’habitants, soit 90 fois plus, alors que le nombre de décès, lui, a été multiplié par 1,5. En admettant même que ce chiffre puisse tripler, compte tenu du décalage moyen de 15 jours entre nouveaux cas et décès, cela fait une létalité divisée par 30 avec omicron !

Maintenant soyons pessimistes, en ne retenant que 10 fois moins létal. En 2020, en France, nous avons eu 68 000 décès. Avec un variant 10 fois moins virulent, nous aurions eu 6 800 décès. Cela veut dire qu’omicron ne semble pas plus méchant que la grippe saisonnière, peut-être moins si on est plus optimiste car je suis parti sur des chiffres pessimistes (mortalité x 9 dans 15 jours).

Signalons que l’Afrique du Sud est le seul pays 100 % omicron depuis 15 jours, (80% il y a 3 semaines), et que c’est un des pays les moins vaccinés, 25% de complètement vaccinés, donc selon les critères de nos dirigeants il devrait y avoir plus de formes graves, ce n’est pas le cas.

Omicron est une chance qu’il faut saisir pour sortir de ces deux ans de cauchemars, pour cela il faut le laisser circuler, comme il l’a fait en Afrique du Sud. Il faut tomber les masques, ouvrir les frontières, et faire la fête, alors que nous faisons l’inverse (en cherchant à retarder au maximum sa diffusion, par des mesures dérisoires comme commencer par fermer les frontières avec l’Angleterre, comme si cela allait empêcher omicron de se développer chez nous ! Il paraît que nous en serions déjà à 25%). Il faut supprimer le paSSe et toutes ces contraintes, car plus on freinera, plus cela mettra de temps pour obtenir cette immunité collective, plus la crise durera, plus il y aura de risque de créer un nouveau variant.

Autre pays intéressant avec omicron, le Danemark. Si en France il est difficile d’obtenir des chiffres fiables et surtout utiles, ce n’est pas le cas du Danemark, qui a déjà plus d’omicron que nous, et qui le trace bien et en fait un bilan précis. Ainsi le dernier bilan gouvernemental, disponible ici, est très intéressant.

Tout d’abord, ce pays fait face à une vague plus importante que la nôtre (relativement par habitant), voici la courbe de cas comparée à la France et à la Grande Bretagne. Exactement 2 fois plus que notre plus grosse vague.

Par contre, pour les décès, le pays est bien plus bas, et surtout, alors que la vague monte, les décès baissent, depuis l’arrivée d’omicron !

Le rapport du gouvernement danois, daté du 17 décembre, recense 6,3% d’omicron, en réalité sans doute plus vu la croissance très rapide (triplement depuis le rapport précédent), avec une discordance comme en France (voir plus haut).

En ce qui concerne les âges, la population touchée se rajeunit.

Le Danemark (5,8 millions d’habitants) n’a par ailleurs que 25 hospitalisés omicron, dont 5 en réanimation (en fait il est écrit <5 et non 5, est-ce 3 ou 4 ?).

Enfin et surtout, le Danemark donne le statut vaccinal précis, les chiffres se passent presque de commentaires. 23% de non-vaccinés dans le pays, 22% de non-vaccinés chez les touchés par omicron. Vaccin ou pas, aucun changement. Dans ces conditions, le paSSe vaccinal sert-il à quelque chose ?

20 décembre 10H : Billet fait hier, et avec 24 heures de plus, les chiffres d’Afrique du Sud confirment : baisse plus nette des cas (vers la fin de vague ?), et pas d’augmentation des décès, même baisse.

Il était une DERNIÈRE FOIS de RIENhttps://jbl1960blog.files.wordpress.com/2021/12/il-etait-une-derniere-fois-chronique-finale-dun-rien-et-dun-rienne-decembre-2021.pdf

Que la farce soit avec toi Omacron RIEN 03 12 21

Et la force avec NOUS !

En attendant de se retrouver dehors à l’air libre = vaXXXinés, non-vaXinés car ils sont très très peu = 0.001% & nous sommes très très nombreux = 99.999% – Alors que 10% est tout ce dont nous avons besoin = QUI OSE GAGNE ► Le règne de la minorité : Pourquoi 10% est tout ce dont vous avez besoin. Publication de Matthew Philips, 2011 – URL de l’article source en anglais ► https://www.freakonomics.com/2011/07/28/minority-rules-why-10-percent-is-all-you-need/ ► Version originale au format PDF N° 174 de 9 pages de JBL1960 de la traduction en français de Résistance71https://jbl1960blog.files.wordpress.com/2020/03/dune-idee-minoritaire-au-plebiscite-la-solution-a-10-pour-cent-de-matthew-philips-2011.pdf ;

LEVONS-NOUS & STOPPONS-LES juste en disant NON & JENEMEVAXXXINERAIPAS !

Schadocks ou ConVidiotes

+ dans mon DOSSIER SPÉCIAL CORONAVIRUS

+ dans CHRONIQUES DU PRESQUE DR. T’CHÉ-RIEN

+ dans ma BIBLIOTHÈQUE PDF

+ dans LES CHRONIQUES DE ZÉNON

+ tout le reste avec tout mon

JBL1960

110 réflexions sur « Les véritables visages de Bill et Tony par le Presque Dr. T’Ché-RIEN »

    1. Au cœur de la manipulation

      Le premier décès officiel dû au Covid-19 dans le Tarn-et-Garonne le 21 mars 2020 avait en réalité été admis aux urgences à la suite d’une grave chute ayant entraîné un traumatisme crânien qui lui a été fatal1.

      De nombreux personnels soignants et proches des personnes décédées ont témoigné que des gens morts de pathologies graves autres que le coronavirus ont été déclarés morts du coronavirus, simplement parce que le test RT-PCR était positif2. Des familles de personnes décédées pour diverses raisons ont témoigné avoir accepté qu’elles soient déclarées décédées du Covid en échange de ne pas payer le forfait hospitalier.

      « On a des certificats de décès, que j’ai pu constater dans la mairie où j’appartiens, à savoir des personnes très âgées, qui sont décédées et marquées Covid-19. Or il n’y a jamais eu de Covid-19 chez ces patients3. » – Jean-Pierre Door, cardiologue et député du Loiret.

      Une femme ayant perdu son conjoint a témoigné que “le médecin a aussitôt attribué cette mort à la Covid” alors qu’il “était en très bonne forme deux heures auparavant4”. Le cercueil a été scellé aussitôt et le curé lui a même demandé pourquoi elle était présente à l’enterrement.

      Le décret n° 2020-663 du 31 mai 2020 a imposé que “les défunts atteints ou probablement atteints du covid-19 au moment de leur décès font l’objet d’une mise en bière immédiate”.

      Des médecins ont affirmé que le gouvernement a fait pression afin de les dissuader de réaliser des autopsies sur les malades du Covid, “par sécurité”. Et les diverses “recommandations” de l’OMS ont conduit au constat qu’il n’y ai quasiment plus d’autopsies ou de tests PCR post-mortem5 en pratique.

      Santé Publique France a souligné dans son rapport du 22 juillet 2020 “qu’en l’absence de tests PCR systématiques, certains décès déclarés ont probablement été à tort associés à la Covid-19”, faisant état d’une marge d’erreur possible de 5.000 sur les 30.000 décès officiels6.

      Pour encourager les médecins à signaler les cas de Covid-19, les consultations déclarées Covid sont facturées deux fois plus cher qu’une consultation normale7.

      ❌ “Non, votre consultation médicale ne vous coûtera pas 55 €”, ont argué les médias8.
      ✔ Ce n’est effectivement pas le patient qui paie, mais la Sécurité sociale, ce qui ne change rien au constat. Il a même été question d’une prime pour répertorier les cas contacts, qui a été dénoncée par des médecins y voyant là une forme de délation malsaine. Les médias qui l’ont démenti en gros titres et ont joué sur le fait que la mesure a depuis été supprimée9.
      Tout a été fait pour gonfler les chiffres du Covid et brouiller les vraies causes des décès.

      Depuis septembre 2021, un nouveau concept est expérimenté dans les écoles primaires : si vous êtes un cas contact et que vous ne voulez pas vous faire tester, vous êtes automatiquement considéré comme étant un cas positif10.

      Malgré toutes les manipulations qui ont été faites pour gonfler les chiffres, le Covid-19 ne se place qu’au 3ème rang en termes de surmortalité dû à des épidémies de maladies infectieuses au cours des 10 dernières années11.

      Chaque hiver, il y a un pic de surmortalité lié à la grippe saisonnière. Les années où le pic est plus élevé que d’habitude, l’année d’après il le sera moins, un certain nombre de personnes âgées ou à risque ayant déjà rendu l’âme l’année précédente. On remarque d’ailleurs que les pics de mortalité sont de plus en plus élevés et que le modèle de saisonnalité de la grippe progresse de façon linéaire depuis 2010. Cela s’explique naturellement par un fait que tous les médias semblent avoir oublié depuis le début de la crise sanitaire. En effet, la première génération de “baby boomers”, qui sont aujourd’hui devenus des “old boomers”, se fait nettement ressentir dans les chiffres de la mortalité en France, le risque de décès augmentant après 65 ans12.

      Les babyboomers ont maintenant plus de 70 ans. Le Covid a donc bon dos pour masquer un enjeu sanitaire qui n’a pas été anticipé par les gouvernements successifs.

      Il y a 15.000 morts de la grippe saisonnière en moyenne chaque année en France et ce sans l’interdiction des traitements. Il y a eu entre 25.000 et 30.000 morts de la grippe en 2017. Pour rappel, nous comptions officiellement 12.800 morts du Covid-19 en France lorsque l’état d’urgence a été décrété en mars 2020. Les médias qui ont fallacieusement avancé pour la grippe le nombre de 5.000 décès parlaient en réalité de surmortalité par rapport aux années précédentes, ce qui n’a rien à voir avec la méthode de comptage du Covid-19. En mars 2020, on n’avait officiellement dénombré que 88 morts de la grippe pour l’hiver 2019-202013. Ce qui est statistiquement tout simplement impossible.
      Mais alors… où est passée la grippe ?

      Les informations sur la surveillance des laboratoires de grippe de l’OMS montrent un nombre record de lignées de grippe “non déterminée” en 202014, ce qui concorde avec le fait qu’on ne savait pas au début de l’épidémie différencier le coronavirus de la grippe. Elles montrent également que toute forme de grippe aurait été “éradiquée” pile au moment où on a commencé à effectuer des dépistages RT-PCR.

      La grippe en 2020 et 2021 est portée disparue, brouillée par l’épidémie de coronavirus

      ❌ “L’épidémie de grippe n’a toujours pas démarré grâce aux gestes barrières”, ont prétendu les médias qui semblent vraiment nous prendre pour des “covidiots”15.
      ✔ Les gestes barrières seraient donc efficaces contre la grippe au point de l’éradiquer mais pas contre le Covid-19 ?

      Fait très révélateur, les membres du CDC ont alerté les laboratoires le 21 juillet 2021 qu’ils retireraient début 2022 à la FDA la demande d’autorisation d’urgence des tests RT-PCR, et les a encouragés à “envisager l’adoption d’une méthode multiplexée pouvant faciliter la détection et la différenciation du SRAS-CoV-2 et des virus de la grippe”16.

      Le virus du SARS-CoV-2 n’avait pas été isolé au moment où les tests ont été développés. Il a juste été simulé, comme la FDA l’a elle-même admis en page 41 de son document d’instruction d’utilisation du test RT-PCR qui a été distribué par les CDC le 12 janvier 202017 :

      « Étant donné qu’aucun isolat de virus quantifié du 2019-nCoV n’était disponible pour une utilisation par les CDC au moment où le test a été développé et où cette étude menée, des tests conçus pour la détection de l’ARN 2019-nCoV ont été testés avec des stocks caractérisés d’ARN complet transcrit in vitro dopés dans un diluant composé d’une suspension de cellules humaines A549 et d’un milieu de transport viral (VTM) pour imiter l’échantillon clinique. »

      Les statistiques des décès quotidiens à l’hôpital et diffusés par Santé publique France montrent à partir du 1er avril 2020 une courbe de décès non Covid baisser de manière inhabituelle, à mesure que la courbe des décès étiquetés Covid augmente18.

      On voit un transfert qui laisse penser que les décès ont soit été attribués de façon abusive au Covid-19, soit que les personnes avec d’autres pathologies ont été exclues de l’hôpital et sont donc mortes ailleurs mais il s’agit en réalité certainement d’une somme de ces deux possibilités. Lors de la “deuxième vague”, on remarque que la mortalité hors Covid est la même que pendant l’été, suggérant que toute la surmortalité hivernale habituelle provenant de toutes les épidémies qui circulent a entièrement été attribuée au Covid-19.

      Les déserts médicaux progressent en France, impactant un Français sur 10. Les délais insupportables conduisent souvent les malades à renoncer à se soigner, l’unique recours étant de se rendre aux urgences et donc de contribuer à la saturation de celles-ci19. Mais pour la première fois, de nombreuses personnes malades ou porteuses de graves pathologies ont fui les hôpitaux par peur du coronavirus. Et, faute de soins, nombre d’entre elles ont fini par décéder à leur domicile, contribuant ainsi aux chiffres de surmortalité20.

      « Quand on dit aux gens “Il ne faut plus vous soigner, restez à la maison !”, on revient sur 2.500 ans de pratique médicale. Et ça se termine par une mortalité effroyable21. »
      Pr Didier Raoult, le 8 novembre 2021

      L’état d’urgence sanitaire a porté atteinte à la liberté de prescrire des médecins de ville, pourtant prévue par la législation française, ce qui a aussi sans doute contribué à l’engorgement de certains hôpitaux22.

      « Dans les limites fixées par la loi et compte tenu des données acquises de la science, le médecin est libre de ses prescriptions qui seront celles qu’il estime les plus appropriées en la circonstance. Il doit, sans négliger son devoir d’assistance morale, limiter ses prescriptions et ses actes à ce qui est nécessaire à la qualité, à la sécurité et à l’efficacité des soins. Il doit tenir compte des avantages, des inconvénients et des conséquences des différentes investigations et thérapeutiques possibles. » – Article R4127-8 du Code de la santé publique.

      « Dans l’intérêt des assurés sociaux et de la santé publique, le respect de la liberté d’exercice et
      de l’indépendance professionnelle et morale des médecins est assuré conformément aux principes déontologiques fondamentaux que sont le libre choix du médecin par le malade, la liberté de prescription du médecin, le secret professionnel, le paiement direct des honoraires par le malade, la liberté d’installation du médecin, sauf dispositions contraires en vigueur. »
      Article L162-2 du Code de la sécurité sociale

      En principe, lorsqu’ils prescrivent, les médecins se doivent de respecter les autorisations de mise sur le marché (AMM), qui démontrent l’efficacité et l’innocuité de chaque médicament au regard de la ou des maladie(s) ciblée(s) par celui-ci. Des prescriptions hors AMM restent cependant possibles, s’agissant d’une pratique strictement encadrée par la loi qui engage la responsabilité du médecin et dont on estime qu’elle représente 20% des prescriptions23.

      « Les articles L. 5121-8 et L. 5121-9-1 ne font pas obstacle à l’utilisation exceptionnelle, au titre
      de l’accès compassionnel, de certains médicaments, dans des indications thérapeutiques
      précises, lorsque les conditions suivantes sont réunies :

      Le médicament ne fait pas l’objet d’une recherche impliquant la personne humaine à des fins commerciales ;
      Il n’existe pas de traitement approprié ;
      L’efficacité et la sécurité du médicament sont présumées au regard des données cliniques
      disponibles ainsi que, lorsque l’indication concerne une maladie rare, des travaux et des données collectées par les professionnels de santé dans des conditions définies par décret en Conseil d’Etat. » – Article L5121-12-1 du Code de la santé publique.

      Le Haut conseil de la Santé publique a publié pendant le premier confinement des avis restreignant la prescription d’hydroxychloroquine et d’antibiothérapie pour les patients atteints de Covid-1924. Le décret n° 2020-647 du 27 mai 2020 a ensuite rendu la prescription d’hydroxychloroquine en médecine de prévention purement et simplement impossible, la réservant à la médecine hospitalière. Les consignes du ministre de la Santé Olivier Véran étaient : en cas de symptômes grippaux, de rester chez soi et de prendre du paracétamol25.

      « Durant le confinement, à aucun moment on n’a pu faire de la médecine. On a reçu des injonctions nous disant que si on recevait des personnes en cabinet on pouvait avoir des contrôles et on pouvait être éventuellement sanctionné. » – Dr Fatiha Manouach, médecin.

      « Au début du confinement il a été demandé aux médecins d’arrêter de soigner… Les patients suspectés d’avoir le Covid étaient renvoyés chez eux sans être examinés, avec du Dafalgan comme seul traitement… C’est contraire à la médecine. » – Dr Pierre Brihaye, médecin ORL.
      Les chiffres de Santé publique France sur le nombre d’hospitalisations liées au
      Covid-19 ne reflètent pas les remontées réelles du terrain dans les hôpitaux26

      Santé publique France, organisme sur lequel le gouvernement s’appuie pour sa litanie quotidienne de chiffres, s’est montré plus rigoureux pour donner le nombre de “cas positifs” que le nombre de morts et d’hospitalisation, faisant parfois état de “pannes informatiques”27.

      En septembre 2020, on a relevé des incohérences dans les chiffres de Santé Publique France qui ont faussé le nombre de décès supplémentaires28. Un établissement hospitalier avait notamment transmis d’un coup les dossiers de patients qui avaient été hospitalisés au cours des derniers mois.

      En octobre 2020, le nombre de décès attribués à la grippe qui était jusqu’alors officiellement de 88 a été mis à jour par Santé Publique France pour être porté à 3.70029.
      Malgré tout, les soupçons d’attribution de décès dus à la grippe attribués au Covid-19 perdurent, avec seulement 6 cas de grippe relevés entre octobre et novembre 202030.

      En mars 2021, le Dr Martin Blachier est revenu sur une de ses modélisations, qui prédisait 85.000 morts en France en 2020 et qui “avait été reçue comme quelque chose de fou et d’alarmiste”, pour se prévaloir qu’elle était en fait “prémonitoire”31. Le 15 avril 2021, les médias ont fait une opération de communication en annonçant que la barre symbolique des 100.000 décès dus au Covid-19 a été franchie32.
      Et depuis quand ne remet-on plus les compteurs des épidémies à zéro chaque année ?

      Le 20 mai 2021, Santé Publique France a indiqué qu’une faille dans l’algorithme liant chaque résultat de test à l’émission d’un pseudonyme anonymisé a conduit à des doublons dans la remontée des tests, faisant surestimer le taux de positivité de 12%33.

      « On peut débattre de tout, sauf des chiffres34. »
      Slogan de propagande du ministère des Solidarités et de la Santé.

      68.000 personnes seraient mortes du Covid-19 au cours de l’année 2020, entraînant une surmortalité de 55.000 par rapport à 2019, soit une hausse de 9,2%. Mais, selon une étude de l’Institut National des Études Démographiques, une partie de cette hausse est imputable à des personnes qui seraient “de toute façon décédées » d’une autre cause, dont 13.000 qui sont statistiquement, en l’absence de gain de l’espérance de vie, dus au vieillissement35.

      Selon les données corrigées de Santé Publique France, 46.803 personnes sont finalement mortes du Covid entre mars 2020 et mars 2021, bien loin des 100.000 annoncées le 15 avril. Seuls 55% des certificats de décès contenaient une mention d’infection au SARS-CoV-2 confirmée. Les décès certifiés avec une mention de Covid-19 dans les causes médicales de décès indiquent que 16.411 personnes sont réellement mortes à cause du Covid, les 30.392 restants étant morts avec le Covid. Aucun enfant de moins de 14 ans n’est réellement mort du Covid-19. L’âge médian du décès était de 73 ans et 74% des personnes avaient plus de 75 ans36.

      Cette “pandémie” est la plus grosse imposture de toute l’histoire de la médecine.
      Des comptes seront à rendre sur le fait de terroriser toute une population en s’appuyant sur des chiffres surestimés, pour ne pas dire falsifiés.

      Liutwin

      J’aime

  1. J’aime

    1. La solution ultime du Dr. Bill « Lapiquouze » Gates !

      DOSSIER PDF N° 185 de 33 pages publié en juillet 2020 dans Bill « La Piquouze » Gates et son Empire Mondial de la Santé – Paru sur The Grayzone sous le titre Why the Bill Gates global health empire promises more empire and less public health par Jeremy Loffredo (journaliste indépendant basé à Washington D.C.) & Michele Greenstein (journaliste indépendante, ex-RT America) – Traduction Corinne Autey-Roussel pour Entelekheia ► https://jbl1960blog.files.wordpress.com/2020/07/bill-la-piquouze-gates-et-son-empire-mondial-de-la-santc3a9-the-grayzone-juillet-2020.pdf

      Dès la page 5 on comprend pourquoi les Unes sont identiques !!!

      Cliquer pour accéder à bill-la-piquouze-gates-et-son-empire-mondial-de-la-santc3a9-the-grayzone-juillet-2020.pdf

      J’aime

  2. Comedia del Arte !

    J’aime

  3. J’aime

  4. J’aime

  5. J’aime

  6. https://exoportail.com/un-autre-producteur-de-cnn-arrete-pour-viol-denfants/

    Un autre producteur senior de CNN qui travaille avec Jake Tapper a été arrêté pour viol d’enfant, selon un exposé explosif de Project Veritas.

    Rick Saleeby, le collaborateur en question, est producteur sur « The Lead with Jake Tapper ». Project Veritas a publié son nom vendredi soir après s’être assuré que la famille impliquée dans le scandale de pédophilie était saine et sauve.

    J’aime

  7. Distribution dans les boites aux lettres d’un trouduculdumonde c/relance du Club de loisirs dont marche en plein air = paSSe obligatoire – masque – gel hydro !…

    DanTonQ !

    J’aime

  8. https://guyboulianne.com/2021/12/19/un-dirigeant-de-bayer-stefan-oelrich-admet-que-les-injections-par-arnm-sont-une-therapie-genique-commercialisee-en-tant-que-vaccins/

    Un dirigeant de Bayer, Stefan Oelrich, admet que les injections par ARNm sont une thérapie génique commercialisée en tant que “vaccins”

    Les « vaccins » contre le Covid-19 sont-ils réellement des vaccins ou des thérapies géniques ? En tant que membre du conseil d’administration de Bayer et président de la division pharmaceutique, Stefan Oelrich est quelqu’un qui devrait savoir. Il a fait une déclaration claire lors du Sommet mondial de la santé de cette année, qui s’est tenu à Berlin du 24 au 26 octobre et a accueilli 6 000 personnes de 120 pays. Au cours de la cérémonie de bienvenue, le ministre fédéral allemand de la Santé Jens Spahn, le directeur général de l’OMS Tedros, la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen et Stefan Oelrich, membre du conseil d’administration de la société chimique et pharmaceutique Bayer AG, ont pris la parole. Ce dernier a déclaré à ses collègues « experts » internationaux du monde universitaire, de la politique et du secteur privé que les nouveaux « vaccins » COVID à ARNm sont en fait une « thérapie cellulaire et génique » qui aurait autrement été rejetée par le public sans une « pandémie » et commercialisation favorable.

    À partir de la minute 1:36:13, M. Oelrich parle comme suit (transcription) :

    « Nous avons beaucoup entendu parler d’innovation ce soir. La santé pour tous intègre certainement également l’innovation dans toutes les facettes de l’écosystème des sciences de la vie en tirant parti de l’élan actuel pour s’attaquer aux problèmes au-delà de Covid-19. Nous avons vu les vaccins comme l’exemple parfait pendant cette crise, mais les innovations dans le domaine des biotechnologies bouleversent aussi radicalement notre vision de nombreuses autres maladies, notamment les MNT. Nous pouvons maintenant penser à guérir bon nombre de ces maladies et pas seulement traiter les symptômes comme nous pensons à l’avenir. L’innovation — et nous avons tendance à l’oublier, en particulier dans les pays riches — est également une durabilité à un tout autre niveau, car ceux qui font le grand saut pour stimuler l’innovation de manière vraiment significative et investissent et prennent les risques d’investir dans la R & D atteindra également la durabilité en créant la sécurité d’emploi et la prospérité pour ceux qui acceptent l’investissement. Je pense que c’est vraiment important aussi pour ces latitudes ici. Et pour nous, par conséquent, nous franchissons vraiment ce pas en tant qu’entreprise, Bayer, dans la thérapie génique cellulaire qui, pour moi, est l’un de ces exemples où nous allons vraiment faire une différence en allant de l’avant, espérons-le. Il y en a … finalement les vaccins à ARNm sont un exemple pour cette thérapie génique cellulaire. J’avais envie de dire si nous avions interrogé le public il y a deux ans : “Seriez-vous prêt à prendre une thérapie génique ou cellulaire et à l’injecter dans votre corps ?”, nous aurions probablement eu un taux de refus de 95 %. Je pense que cette pandémie a également ouvert les yeux de nombreuses personnes sur l’innovation d’une manière qui n’était peut-être pas possible auparavant. »

    J’aime

    1. Pitié pour les enfants attirés par la vaccination

      Le récit médiatico-politique larmoyant du lancement de la campagne de vaccination pédiatrique : le gouverneur, la fanfare, les médecins clowns, les ballons, les seringues colorées, les parents apprivoisés. Et la grave superficialité qui consiste à dire que « c’est sûr » sans savoir quoi que ce soit sur les effets indésirables et l’utilité. La propagande de l’Institut de Luce sur les chirurgies transformées en un pays de jouets où règnent le jeu et l’ignorance et où le risque de l’expérimentation est banalisé.

      Le prix « Il était une fois le journalisme » de la semaine va sans aucun doute aux reportages télévisés qui ont raconté, entre le 15 et le 16 décembre, le lancement de la campagne de vaccination sur la population de l’âge pédiatrique 5-11 ans. Il s’agit de matériel vidéo de la Fondation Luce que dans 40 ans nous regarderons avec un soupçon de suffisance comme un exemple de propagande médiatique en fonction anti-covide.

      Sur les images, on voit des médecins vaccinateurs habillés en Patch Adams qui injectent des enfants avec des seringues colorées, à côté d’eux des infirmières qui gonflent des ballons et des personnages habillés en super-héros car le message qui doit passer est que le vaccin rend plus fort. Décors joyeux, messages rassurants, médecins clowns, abus de la « thérapie du sourire » réservée aux enfants gravement malades pour lesquels la gaieté dans les thérapies longues et douloureuses est réellement porteuse d’espoir et de salut.

      Dans certains centres de vaccination, il y a même une bande – la bande ! C’est le cas du centre Spallanzani, rapporté par Sky Tg24 avec l’enthousiasme d’une fête champêtre qui ouvre ses portes.

      Tout suit une narration précise, il y a un code de questions de la part des journalistes et un script chez les interviewés, les parents, avec des phrases qui dépassent la barrière de la logique : « La vaccination doit être faite – dit l’un d’entre eux – nous sommes tous indécis, mais il est juste de la faire », un autre : « Nous sommes heureux, nous espérons qu’elle sera faite par tous.

      Le directeur de l’hôpital, Vaia, affirme même que  » j’étais plus inquiet qu’eux (et je vous crois, car on ne sait rien des effets indésirables, ndlr) alors que les enfants ont été très forts et ont donné du courage à leurs parents qui étaient tendus, ce qui est compréhensible (ah oui, et pourquoi ? ndlr) « .

      Quoi donc, vous connaissez cette force : la décision de les vacciner appartient à leurs parents, les garçons à cet âge ne connaissent rien – heureusement – des culbutes acrobatiques de Burioni et même des cathodes de Bassetti. Mais ils ne sont même pas au courant de l’affrontement titanesque entre Selvaggia Lucarelli et Paolo Brosio. Alors pourquoi monter ce cirque Barnum pour eux, si ce n’est pour leur donner le sentiment d’avoir fait quelque chose d’adulte mais dont ils ne peuvent supporter le poids ?

      « Une journée vécue avec le sourire », poursuit la journaliste, en tendant le micro à un gouverneur Zingaretti surréaliste, venu couper le ruban de la journée inaugurale : « Je lance un appel aux mères, aux pères et aux grands-parents (qu’ont-ils à voir là-dedans ? ndlr) pour qu’ils viennent ici et accueillent cette opportunité de protéger nos enfants ».

      Dans le reportage, les cabinets médicaux sont transformés en espaces colorés dans lesquels les enfants peuvent  » faire face à l’inoculation avec légèreté (le leitmotiv est de s’inoculer avec légèreté, sans penser à l’utilité et à la sécurité, inconnues pour le moment, ndlr).

      Et que le chantage à la vaccination pédiatrique soit un retour au jeu qui n’a rien à voir avec la santé, vu les données risibles des contagions et celles, encore plus intangibles, des cas graves, c’est aussi la preuve du service de porte à porte, dont l’équipage est allé rendre visite aux enfants napolitains visités par – sans pause -popo-pipi – Vincenzo De Luca : « Tu fais le vaccin pour pouvoir ensuite retourner jouer sans crainte », dit le suffisant gouverneur de Campanie avec un paternalisme de vice-roi bourbonien. Mais c’est un film déjà vu avec des adolescents – vous vous souvenez ? – pour que vous puissiez retourner prendre l’apéritif et vous amuser » et avec les étudiants universitaires « pour que vous puissiez obtenir votre diplôme ».

      « Combien de personnes dans la classe de votre fils ont été vaccinées ? » demande le journaliste. La mère répond : « Malheureusement, très peu » (bien sûr ! C’est le premier jour, ndlr) mais elle dit qu’elle se sent « chanceuse ». Le médecin explique qu’en « Amérique, ils vaccinent et il n’y a pas de problèmes », mais il est clair qu’il n’a pas lu le VAERS américain, qui a déjà enregistré le décès d’un premier enfant cinq jours après le vaccin, un mois seulement après le début de la campagne.

      Et il ne semble pas avoir lu tout le reste. Par exemple, qu’il n’y a aucune raison pour que les enfants participent à l’essai étant donné l’inconsistance de la mortalité due au Covid à cet âge. En Allemagne, le risque de mortalité lié au Covid ne peut être calculé, tandis qu’en Italie, le SSI a recensé 35 enfants sur 10 millions dans la tranche d’âge 0-19 ans, sans toutefois dire combien d’entre eux étaient gravement malades ou à risque.

      Mais il est clair que la SSI n’est pas douée avec les chiffres, et pourtant elle ne devrait pas faire plus. Comme l’a noté l’épidémiologiste Maurizio Rainisio, « selon l’ISS, un enfant âgé de 5 à 11 ans sur 7 000 serait destiné aux soins intensifs ». En réalité, « le risque est de 1 sur 86 000, et non de 1 sur 7 000 ». Trifles.

      Alors que les observations du Pr. Fragese devraient être considérées comme des broutilles, deviennent virales, le sous-secrétaire à la santé Pierpaolo Sileri, qui a rappelé que la vaccination des enfants est encore une expérience et le sera au moins jusqu’en juillet 2024 alors que « l’autorisation du vaccin pour les enfants a été donnée par l’EMEA avec une étude qui a duré environ deux mois et faite sur – seulement – 3.000 enfants.

      Et pourtant, de nos jours, les centres de vaccination se transforment en pays des jouets de Pinocchio : un endroit sans règles et sans limites, où les enfants s’amusent et où l’ignorance règne. Au moins sur l’ignorance des éventuels effets indésirables, étant donné que le nombre de personnes testées – comme l’a répété le comité scientifique du Comité du 15 octobre – est insuffisant pour détecter d’éventuels effets indésirables graves. C’est un lieu où le risque de cet essai, s’il existe, est banalisé aux yeux des parents et caché aux oreilles des enfants.

      Les mêmes Asl et autorités régionales – comme l’a courageusement noté Don Antonello Iapicca sur sa page Facebook –  » veulent imposer le droit à l’avortement, donner la pilule abortive aux jeunes filles mineures gratuitement et sans le consentement des parents, ridiculiser et exclure les objecteurs de conscience, acheter des enfants avec la pratique criminelle de la location d’utérus « . La même idéologie donne naissance à toutes ces folies ».

      La même idéologie est à l’origine de toutes ces folies », folies qui toucheront bientôt les moins de cinq ans, comme l’a annoncé le vice-ministre Costa. À cette occasion, le capitaine VACCIN sera également parmi les super-héros. Jouetland / COVIDlan / Le Pays du Jouet ne ferme pas son manège…

      J’aime

  9. Virginie de Araujo : “Pourquoi nous accusons Castex et Véran d’empoisonnement »

    DOSSIER SPÉCIAL PDF À DIFFUSER SANS PITIÉ ► Les Chiffres de la psychose SARS-CoV-2 : La Fraude des Tests RT PCR permet la mise en place de la Dictature Sanitaire – Version PDF N° 224 de 18 pages ► https://jbl1960blog.files.wordpress.com/2020/12/dossier-special-fraude-tests-rt-pcr.pdf

    Cliquer pour accéder à dossier-special-fraude-tests-rt-pcr.pdf

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s