JE vote = ILS/ELLES continuent – JE m’Abstiens = ILS/ELLES dégagent !

C’EST AUSSI SIMPLE QUE CELA !

SI VOTER DEVAIT CHANGER LES CHOSES – Y’a longtemps que ce serait INTERDIT !

LA PREUVE PAR RIEN sur 2 pages ► https://jbl1960blog.files.wordpress.com/2022/03/je-mabstiens-version-pendu-de-rien-31-03-22.pdf

Je m'Abstiens de RIEN 30 03 22

À RETROUVER DANS CHRONIQUES DU PRESQUE Dr. T’CHÉ-RIEN

Sinon ?

PAYEZ CREVEZ PAYEZ DICTATURE FRANCAISE RIEN 31 03 22

ALSTOM&GENERAL-ELECTRICGATE + ROTHSCHILDGATE + PFIZERGATE + MACKINSEYGATE = ILS/ELLES CONTINUENT…

SOIT ACCEPTER ;

j’accepte

tu acceptes

elle/il accepte

nous acceptons

vous acceptez

ILS/ELLES CONTINUENT

SOIT REFUSER ;

ABSTENTION RIEN 16 10 21

je refuse

tu refuses

elle/il refuse

nous refusons

vous refusez

ILS/ELLES DÉGAGENT

Dans tous les cas la solution c’est NOUS !

+ CHRONIQUES DU PRESQUE Dr. T’CHÉ-RIEN 

+ BIBLIOTHÈQUE PDF

+ DOSSIER SPÉCIAL CORONAVIRUS

+ LES CHRONIQUES DE ZÉNON

+ TOUT LE RESTE pour se retrouver à l’air libre et semer autrement…

JBL1960

POST SCRIPTUM

FAUSSE BANNIÈRE
Rien de tel qu’un évènement bien sanglant, bien spectaculaire pour rallier à soi son peuple sur le chemin de la guerre…

Rendez-vos armes… Le Gouvernement va s’occuper de vous…

Comprendre l’impasse politique où nous sommes : la démocratie directe du peuple en arme ; Un général japonais qui avait vécu aux États-Unis dans les années 1930 dit ceci lors d’une réunion de l’État-Major nippon avant l’attaque de Pearl Harbor : « Si nous posons un pied sur le territoire américain, sachez qu’il y aura un fusil derrière chaque brin d’herbe… » Le Second Amendement de la Constitution des États-Unis prévoit le droit du peuple de posséder et de porter les armes contre “tout ennemi extérieur ou domestique”. De fait, le 2nd Amendement de la Constitution yankee est fait pour que le peuple puisse se défendre contre la tyrannie de son gouvernement et nous nous accordons à penser (à divers degrés au sein du collectif), que si les États-Unis ne sont pas encore un goulag à ciel ouvert, de l’empire anglo-américano-sioniste, c’est parce que les millions de flingues éparpillés dans ce pays, constituant un peuple en armes plus ou moins organisé, ont été une force de dissuasion active contre la tyrannie marchande qui ne peut franchir certaines limites despotiques, qu’elle se permet de faire en Europe par exemple. révoquer le 2nd Amendement et faire du porte à porte pour récupérer les flingues est tout simplement impossible et mènerait à une guerre civile immédiate. Tout gouvernement yankee le sait et doit composer avec cet élément essentiel. En revanche, il suffit de voir comment le peuple français révolutionnaire très tôt désarmé, est devenu par ce fait, le paillasson sur lequel s’essuie les pieds constamment depuis les oligarques, exception faite de la Commune de 1871Résistance 71 ;

5 ans après : Longue vie à Howard Zinn!

SOYONS ACTEURS et non plus SPECTATEURS !

AGISSONS ICI – IMMÉDIATEMENT – D’OÙ NOUS SOMMES ► ENSEMBLE !

C’est parce que JE me lève que NOUS pourrons mettre fin, définitivement, au COVIDisme et aux COVIDélires de Macron-le-cyborg et ses clo(w)nes ainsi qu’à L’UKRAINISME qui s’en est suivi en alternance avec le COVIDisme rampant et jusqu’à la garde ► Version PDF N° 130321 de 54 pages ► https://jbl1960blog.files.wordpress.com/2021/03/mars-1871-mars-2021-lesprit-communard-de-la-commune-en-marche-par-jbl1960-le-13-mars-2021.pdf ;

Publicité

77 réflexions sur « JE vote = ILS/ELLES continuent – JE m’Abstiens = ILS/ELLES dégagent ! »

    1. L’expérience écossaise du port du masque VS l’expérience anglaise sans port du masque conclut à l’inefficacité de ce dernier – Intéressante conclusion pour ceux qui doutent encore ► https://www.lelibrepenseur.org/lexperience-ecossaise-du-port-du-masque-vs-lexperience-anglaise-sans-port-du-masque-conclut-a-linefficacite-de-ce-dernier/

      En réalité le port du masque ne sert strictement à rien car Il ne peut pas être efficace lorsqu’il finit au fond de la poche du jean ou dans le sac à main… Pour les enfants c’est encore pire car ils vont le manipuler des centaines de fois, ce qui rend le masque totalement inefficace.

      J’aime

  1. APPEL DE RÉSISTANCE 71 au TWIX (RIEN & MÉZIGUE) !

    Quelques idées de slogan pour que RIEN et toi les mettiez en image à placarder partout sur la toile :

    « Voter c’est abdiquer ! »

    « Voter, c’est se soumettre ! »

    « Urne électorale = boîte à suggestions des esclaves »

    « Election = Validation de la Dictature de la Majorité »

    « Voter, c’est ruiner la souveraineté ! »

    « Électeur, tu n’es souverain que le temps de lâcher ton papelard dans la boîte à suggestions des esclaves »

    « Élection = Soumission au diktat étatico-marchand »

    « Élection mascarade… Abstention : Des Burnes pas des Urnes ! »

    « Élection – Abstention = Mesure de Salubrité Publique »

    « Évolution = Élection – Abstention – Associations libres – Commune Universelle »

    « Le Suffrage Universel Majoritaire est la Quintessence de l’Illusion Démocratique ! »

    😉

    J’aime

  2. Une vidéo de Biden se vantant d’avoir eu l’idée des frappes aériennes de l’OTAN contre Belgrade durant 78 jours devient virale en Chine ► https://reseauinternational.net/une-video-de-biden-se-vantant-davoir-eu-lidee-des-frappes-aeriennes-de-lotan-contre-belgrade-durant-78-jours-devient-virale-en-chine/

    par Tyler Durden.

    Les médias et les dirigeants de la Russie et de la Chine ont ces derniers jours fait circuler une vidéo de 1999 qui a refait surface ; on y voit le sénateur Joe Robinette Biden se vanter d’avoir été le premier dirigeant étasunien à avoir eu l’idée de bombarder Belgrade et d’en détruire les infrastructures.

    Les médias de l’État russe ont écrit cette semaine en publiant la vidéo : « Dmitry Rogozin, le dirigeant de Roscosmos, a republié la vidéo sur son compte sur les réseaux sociaux, en rappelant au président étasunien en exercice le bombardement de la Yougoslavie par l’OTAN, dont on estime qu’il a coûté la vie à 2500 personnes, dont 89 enfants. » Les dirigeants russes ont utilisé cette vidéo pour s’en prendre à Biden, vis-à-vis de sa qualification de Vladimir Poutine de « criminel de guerre » et de « voyou » suite à l’invasion de l’Ukraine. La vidéo circule également beaucoup sur les réseaux sociaux chinois.

    Les 78 jours de frappes aériennes ont duré du 24 mars 1999 au 10 juin 1999. Les bombes étaient tombées du ciel même le jour de la Pâque serbe – appelée Pascha -, le jour le plus saint du calendrier orthodoxe.

    « Mon idée était de procéder à une action très spécifique », affirma encore Biden en semblant soutenir ses propres propositions « musclées » qui contribuèrent à mener la guerre de l’OTAN contre les Serbes.

    La mission de la Chine en Union européenne a également dénoncé l’action étasunienne contre ce qui était la Yougoslavie, condamnant le bombardement choquant par l’OTAN de l’ambassade de Chine – qui avait tué ou blessé de nombreux ressortissants et journalistes chinois.

    De la Chine à l’OTAN : « Nous n’oublierons jamais qui a bombardé notre ambassade en République
    Fédérale de Yougoslavie. Celui-même qui viole le droit international n’a aucune leçon de justice à nous prodiguer… »

    Selon un résumé de l’incident paru dans The National Review, « Malgré un contrôle très scrupuleux des cibles, le 7 mai, l’ambassade de Chine à Belgrade a été frappée par cinq bombes téléguidées par satellite JDAM, larguées par des bombardiers B-2 Spirit de l’US Air Force. Trois journalistes chinois – Shao Yunhuan de Xinhua, et Xu Xinghu ainsi que son épouse Zhu Ying, du Guangming Daily, ont été tués lors de cette attaque. Vingt autres ressortissants chinois ont été blessés, dont cinq grièvement. »

    Jeudi, le ministre chinois des affaires étrangères a déclaré « nous n’oublierons jamais » – et a relié l’événement à l’affront proféré par Washington au sujet de l’action militaire russe en cours en Ukraine :

    « La mission diplomatique chinois en Union européenne a affirmé jeudi que le peuple chinois pouvait parfaitement se figurer la souffrance des autres pays, car « nous n’oublierons jamais qui a bombardé notre ambassade en République Fédérale de Yougoslavie. »

    Celui-même qui viole le droit international n’a aucune leçon de justice à nous prodiguer. L’OTAN, vestige de la guerre froide et alliance militaire la plus conséquente au monde, continue d’étendre son spectre géographique. Quel rôle a-t-elle joué pour la paix et la stabilité du monde ? L’OTAN ferait bien de se regarder dans un miroir ».

    Alors que les États-Unis ont tenté de minimiser l’incident comme « une erreur de cible accidentelle », des preuves ont émergé par la suite indiquant que l’opération avait sans doute été délibérée, au milieu d’accusations selon lesquelles des communications de l’armée yougoslave passaient par cette ambassade.

    Biden s’est bel et bien vanté de son rôle dans l’attaque menée par l’OTAN contre Belgrade à de nombreuses occasions…

    Dans la vidéo postée ci-avant, par exemple, il a affirmé dans un discours ardent : « Je continuerai de toutes les fibres de mon être à maintenir les États-Unis impliqués avec leur armée qui peut tirer et tuer… »

    « Je crois qu’il est absolument essentiel que l’armée étasunienne soit sur le terrain avec fusils chargés, baïonnette au canon. »

    source : ZeroHedge

    traduction José Martí, relu par Wayan

    via Le Saker Francophone ► https://lesakerfrancophone.fr/une-video-de-biden-se-vantant-davoir-eu-lidee-des-frappes-aeriennes-de-lotan-contre-belgrade-durant-78-jours-devient-virale-en-chine

    « C’est moi qui avais eu l’idée de bombarder Belgrade. C’est moi qui avais eu l’idée d’y envoyer
    des pilotes étasuniens détruire tous les ponts sur la Drina » avait dit Biden à l’époque.

    J’aime

  3. Scandale McKinsey : la torpeur sélective du PNF – par Régis de Castelnau ► https://reseauinternational.net/scandale-mckinsey-la-torpeur-selective-du-pnf/

    J’ai expliqué en long en large et en travers les dimensions pénales du scandale McKinsey.

    En relevant que naturellement, la magistrature en général et le PNF en particulier continuaient à se déconsidérer en ne bougeant pas une oreille pour se saisir d’un considérable scandale d’État portant sur des détournements massifs d’argent public. On peut parler maintenant de déshonneur pour le PNF. En effet, non seulement ses magistrats restent obstinément muets sur le scandale qui concerne Macron et ses amis, et qui porte sur des centaines de millions d’euros, mais dans le même temps ils se mobilisent contre ses opposants :

    • la ridicule affaire concernant Fabien Roussel portant sur quelques milliers d’euros.
    • l’aggravation en pleine campagne électorale, des mises en examen concernant la campagne de Mélenchon de 2017. Il y avait en effet urgence dans un dossier qui ronfle depuis cinq ans.
    • On a appris hier que Laurent Wauquiez « serait » mis en cause dans une affaire qui sent le Clochemerle et la manipulation à 100 km concernant une commune dont il a été maire dans le passé (!). Là, pas de problème, pour un dossier ouvert fin février, information à la presse, investigations en urgence et perquisitions à grand spectacle.
    Eh bien, on va faire un petit test. Le mercredi 25 janvier 2017 au matin, le Canard enchaîné publiait un article mettant en cause l’emploi de Pénélope Fillon comme attaché parlementaire. Le même jour à 11 heures, le PNF annonçait l’ouverture d’une enquête préliminaire dont les investigations commencèrent en urgence dès le lendemain. On connaît la suite avec les 47 jours d’une procédure fulgurante, dans une urgence jamais vue auparavant dans l’histoire de la justice française. Et la disqualification politique de François Fillon pour permettre l’élection d’Emmanuel Macron.

    Le Canard enchaîné publie ce matin 30 mars, un article assassin sur les complicités dont la plus que probable fraude fiscale de McKinsey a bénéficié de la part des hauts fonctionnaires.

    Nous verrons combien de temps il faudra aux magistrats du PNF pour sortir de leur torpeur.

    source : Vu du Droit

    J’aime

  4. L’affaire McKinsey est-elle un scandale d’État ?
    https://www.francesoir.fr/politique-france/laffaire-mckinsey-est-elle-un-scandale-detat

    Meuuuuuhhhh non !


    Bêêêêêêê si !

    Depuis plusieurs semaines, le McKinsey Gate infuse comme un long poison dans la campagne présidentielle absente d’Emmanuel Macron, mais les grandes chaines de télévision ont enfin décidé d’interroger le président sur le sujet.

    Le recours aux cabinets de conseil, une pratique qui n’est pas nouvelle

    Cela fait plus de 20 ans que les consultants de cabinets privés, majoritairement anglo-saxons, orientent la politique des États et pas seulement de la France. Dans un livre sorti le 17 février 2022 et intitulé « Les infiltrés », Matthieu Aron et Caroline Michel-Aguirre relatent cette mainmise de ces cabinets, installés au cœur des États qui prennent en charge plusieurs dossiers comme la gestion de l’épidémie, la politique vaccinale ou encore la stratégie militaire.

    Conseiller les plus hautes autorités de l’État sur les possibles évolutions des politiques publiques, en décliner les orientations stratégiques et piloter l’ensemble des administrations et des services publics dans leur mise en œuvre, tel est le rôle des cabinets comme McKinsey.

    Dès mars 2021, France 2 est revenu sur l’affaire McKinsey et sa proximité avec le pouvoir lors d’un numéro de l’émission « Complément d’enquête » dans lequel Jacques Attali avait accepté de témoigner pour raconter la rencontre d’Emmanuel Macron avec les consultants de McKinsey.

    L’épisode se situe en 2007, lorsque Nicolas Sarkozy fait appel à Jacques Attali pour constituer une commission dont l’objectif est de lui proposer des réformes économiques. Pour ce faire, ce dernier s’entoure de consultants de cabinets majoritairement anglo-saxons. Le patron de McKinsey France, Éric Labaye, fait partie de cette commission. Avec lui, plusieurs Young global leader dont Karim Tadjeddine, qui a passé quatre ans au ministère de l’Économie avant de rejoindre le cabinet. Emmanuel Macron, 30 ans, est également présent, comme rapporteur général. L’occasion pour lui de rencontrer ceux qui huit ans plus tard vont assurer la conduite de sa campagne présidentielle.

    La campagne présidentielle de 2016-2017

    En 2016, Emmanuel Macron, ancien ministre de l’Économie, crée « En Marche » et entraîne quelques milliers de militants censés élaborer un programme dans une ambiance de start-up nation.

    « Faire de la politique aujourd’hui, ce n’est pas aller dans une salle voter une motion déjà décidée. C’est faire sur le terrain » déclare-t-il le 5 novembre 2016.

    Pourtant, parallèlement à cette horizontalité, à cette démocratie interne affichée, c’est une toute autre stratégie qui se met en place dans l’ombre. Soutenu par une certaine France technocratique, une dizaine de consultants de McKinsey rédigent bénévolement en quelques semaines le programme du parti qui prendra les lettres du nom de l’actuel locataire de l’Élysée.

    L’affaire est révélée deux jours avant le second tour de la campagne présidentielle de 2017 suite au piratage de l’équipe de campagne du candidat. Appelée les Macron Leaks, piratés par des hackers inconnus, c’est plus de 20 000 mails qui sont rendus publics notamment les échanges d’emails entre Karim Tadjeddine envoyés depuis sa boîte mail professionnelle.

    Une campagne empêchée par les révélations de la commission d’enquête sénatoriale

    En décembre 2021, le Sénat ouvre une commission d’enquête intitulée ‘Influence des cabinets privés sur les politiques publiques ». S’ensuit une investigation très minutieuse dont l’objectif est « d’en finir avec l’opacité ». Pour ce faire, la chambre haute organise pas moins de 40 auditions dont 22 sous serment et recueille 7000 documents confidentiels.

    En déplacement à Dijon sur les terres de François Rebsamen, ancien socialiste passé à En Marche, le président peine à masquer sa gêne suite à la polémique qui enfle un peu plus chaque jour autour de l’argent versé à McKinsey.

    « Ce n’est pas moi qui signe les contrats. Je vous invite à regarder le code des marchés publics. Le président de la République n’autorise aucune dépense », lance t-il nerveux.

    Hélas, les conclusions de la commission sénatoriale sont là pour rappeler que les dépenses de l’État dépassent le milliard d’euros et que « des pans entiers des politiques publiques déléguées à des consultants, n’ont aucune légitimité démocratique ».

    Devant la presse, le président, tenant à apporter quelques explications pour justifier ces dépenses, déclare : « Les trois quarts, même plus, ce sont des recours à des prestataires informatiques et à des entreprises pour financer le cyber et l’évolution aux nouveaux risques. L’État a parfois besoin d’avoir des compétences extérieures ».

    Un argument immédiatement réfuté par Arnaud Bazin, le président LR de la commission d’enquête de la Haute Assemblée, qui rappelle que le milliard d’euros est une estimation minimale, puisque la commission n’aurait « évalué que les dépenses des ministères et celles de 44 agences de l’État (Pôle emploi, Caisse des dépôts et consignations, etc.), soit seulement 10 % des opérateurs ».
    Contestant également les propos d’Emmanuel Macron sur la cybersécurité, il précise que « sur 893 millions de dépenses en conseil effectuées par les ministères en 2021, 445 millions sont des conseils en stratégie et en organisation. 448 millions sont des conseils en informatique, soit la moitié (et non les trois quarts). »

    Lire aussi: McKinsey au Sénat : « les conseillers peinent à répondre aux questions de la Commission »

    L’enquête de la commission sénatoriale a par ailleurs révélé que McKinsey n’aurait pas payé d’impôt sur les sociétés depuis plus de 10 ans, suspectant un des dirigeants de faux témoignage. Les sénateurs soupçonnent les filiales françaises de McKinsey d’avoir transféré chaque année d’importantes sommes d’argent à la maison mère, dont le siège se situe dans l’État du Delaware, véritable paradis fiscal aux États-Unis.

    Répondant à la polémique et aux affirmations de la commission de la chambre haute, le cabinet a déclaré que « toutes les entités de McKinsey en France sont assujetties à l’impôt sur les sociétés ». Sans donner tous les détails, il déclare avoir payé « 422 millions d’euros d’impôts et de charges sociales, soit près de 20% de son chiffre d’affaires cumulé », et assure avoir payé l’impôt « les années où le cabinet a réalisé des bénéfices en France ».

    Tandis que le scandale se précise un peu plus chaque jour, le président a lancé : « s’il y a des preuves de manipulation, que ça aille au pénal ».

    Visiblement agacé par les questions du journaliste, c’est un président fébrile qui peine à justifier les dépenses de l’État dans les cabinets de conseils pour concevoir sa politique. De plus en plus de Français se posent des questions sur le doublon de l’administration publique par ces cabinets dont l’apport stratégique, longtemps mis en avant par le chef de l’État et certains de ses ministres, n’est pas toujours facile à saisir.

    Auteur(s) : FranceSoir

    J’aime

  5. La Société Générale bloque les comptes bancaires d’employés de « RT France » – 31/03/22 ► https://lemediaen442.fr/la-societe-generale-bloque-les-comptes-bancaires-demployes-de-rt-france/

    Sous prétexte d’être un « outil de propagande », la chaîne russe RT France — 176 salariés, dont plus de 100 journalistes — a été démocratiquement censurée par la France. Un acharnement loin d’être terminé. Deux salariés de RT France ont vu leur salaire bloqué sur la base de leur lieu de naissance. « La banque Société générale a bloqué les comptes privés (sur lesquels sont versés) les salaires de plusieurs de nos collaborateurs russes en France », a accusé la présidente et directrice de l’information de la chaîne, Xenia Fedorova.

    De son côté la Société Générale se défend de bloquer ses clients sur le seul critère de la nationalité et explique faire des vérifications et appliquer scrupuleusement les sanctions internationales. La Société Générale est pourtant encore très impliquée en Russie, en tant qu’actionnaire majoritaire (15,4 milliards) d’un poids lourd du secteur bancaire russe, Rosbank.

    Et ce n’est pas la Cour de justice de l’Union européenne qui va remettre de la liberté d’expression dans tout ça, puisque qu’elle vient tout simplement de rejeter la demande de Russia Today qui avait déposé un recours pour faire annuler l’interdiction de diffusion imposée par l’Union Européenne.

    La chaîne devra travailler là où la liberté d’expression existe encore et c’est en Afrique qu’elle compte s’installer.

    Le Média en 4-4-2

    J’aime

  6. Conférence avec les Prs Umlil et Henrion-Caude : « Dilemme politique de la gestion d’une pandémie et de la protection du citoyen » – 31/03/22 ► https://lemediaen442.fr/conference-avec-les-prs-umlil-et-henrion-caude-dilemme-politique-de-la-gestion-dune-pandemie-et-de-la-protection-du-citoyen/

    Le lundi 14 mars 2022 a eu lieu une conférence à Montoir-de-Bretagne sur le thème « Dilemme politique de la gestion d’une pandémie et de la protection du citoyen ». A cette occasion étaient invités le Pr Henrion-Caude, le Pr Amine Umlil, les Drs Violaine Guérin, Adélaïde Jorand, Hugues Débotte…

    Vidéos dans l’article

    J’aime

  7. Jacques Attali s’inquiète : « Marine Le Pen peut être élue dans moins de quatre semaines » – 31/03/22 ► https://lemediaen442.fr/jacques-attali-sinquiete-marine-le-pen-peut-etre-elue-dans-moins-de-quatre-semaines/

    L’homme au pouvoir depuis quarante ans, Jacques Attali, a vu passer tous les présidents depuis Mitterrand. Aujourd’hui, le monde est bouleversé par le covid et la guerre en Ukraine risque de redistribuer toutes les cartes. Joe Biden appelle à diriger le nouvelle ordre mondiale qui semble lui échapper au profit de la Chine et la Russie.

    C’est dans ce climat que l’homme en noir s’inquiète pour sa vision du monde : « Les restaurants ne sont pas uniquement un lieu de consommation alimentaire. Ils sont, avec le repas familial, les lieux principaux de la conversation, et de la transmission. Or, les pouvoirs, dans toutes les sociétés, n’aiment pas que les gens bavardent en mangeant : ils y échangent des informations ; ils y discutent de sujets politiques ; ils y organisent des coalitions ; tout cela hors du contrôle du pouvoir, qui ne sait rien de ce qui s’y dit ; très dangereux pour lui. »

    Et pour que les discutions cessent, que le contrôle soit total, Attali soutient son poulain Macron, celui qu’il a façonné : « Emmanuel Macron ? C’est moi qui l’ai repéré. C’est même moi qui l’ai inventé. Totalement. A partir du moment où je l’ai mis rapporteur, où il y avait Tout-Paris et le monde entier et où je ne l’ai pas éteint, il s’est fait connaître. C’est la réalité objective. » Citation tirée du livre d’Anne Fulda, « Emmanuel Macron. Un jeune homme si parfait », Plon, Paris, 2017.

    L’ancien banquier, viré de sa propre banque pour cause de gestion douteuse, n’en mène plus large sur son site et annonce la possible victoire de Marine Le Pen :

    La réélection d’Emmanuel Macron est loin d’être acquise, et que celle de Marine Le Pen est parfaitement possible. Pour au moins quatre raisons :

    1) Aucun président n’a été réélu sans cohabitation ou après un mandat de 5 ans ou s’il a été élu la première fois où il s’est présenté. Emmanuel Macron remplit ces trois conditions.
    2) Au moins deux candidats considérés comme élus d’avance (Valéry Giscard d’Estaing et Lionel Jospin) ont été battus par surprise, c’est-à-dire par l’abstention de leur camp.
    3) Après le dégagisme soft, dont Emmanuel Macron a bénéficié en 2017, peut venir le dégagisme hard, contre lui ; comme la Convention est venue après la Constituante. L’alliance de tous contre le sortant peut, encore une fois, jouer à plein. Et réussir.
    4) Le discours de l’extrême droite n’est plus diabolisé. Alors qu’il y a cinq ans, Marine Le Pen apparaissait comme une incompétente extrémiste, elle se pose aujourd’hui en experte modérée ; plus acceptable, plus légitime, plus raisonnable qu’un Éric Zemmour, qui lui sert de repoussoir et attire vers elles des voix modérées.

    Sans revenir sur les frustrations, les déceptions, les colères qu’Emmanuel Macron et sa politique, ont pu provoquer, il est temps d’affronter la réalité : Marine Le Pen peut être élue dans moins de quatre semaines.

    Et pour faire peur aux Français, Attali annonce le cataclysme si Marine arrive au pouvoir, puisqu’elle donnera tout l’argent aux riches (Macron a déjà fait le gros du boulot), ce sera l’hécatombe sur l’Europe, la culture, la justice, la sécurité et l’Otan… Le même qui nous annonçait un retour de la France glorieuse avec Macron nous prédit l’enfer avec Marine. A la lecture du pouvoir profond, tout est inversé et ce qui n’est pas bon pour eux, l’est pour le peuple. Attali annonçait une femme comme présidente, ce ne sera pas Audrey Tcherkoff ni Valérie Pécresse, mais peut-être Marine le Pen.

    L’imagination d’Attali et sa vision du monde ne sont pas celles que veulent les Français — « On peut imaginer que chaque individu accepte volontairement ou sans le savoir, une puce en lui qui contiendrait toute une série d’informations le concernant. » Public Sénat, émission Conversation d’avenirs du 8 novembre 2008.

    J’aime

    1. Certains ont les fesses qui font bravo hein ?

      Bah alors la Jacquouille ? Hein, la fripouille ?
      Comment ça Marine Le Pen n’est pas une femme ?

      Mouarffff ! Oui, on peut se marrer un peu, hein ?

      J’aime

  8. SUR LE FRONT DU COVIDISME ;

    Covid-1984 : les données Sentinelles montrent un taux d’incidence en nette augmentation à 93/100.000 en semaine 12 – 72% des patients âgés de 12 ans ou plus étaient vaccinés contre le Covid-19

    Voici les derniers résultats du réseau Sentinelles (585 généralistes et 47 pédiatres libéraux) : le taux d’incidence du SARS-CoV-2 de la 12e semaine de 2022 est de 93 cas/100.000, en légère hausse. Nous sommes loin du palier des 150 cas/100.000 déclenchant l’alerte épidémique comme cela a toujours été le cas pour la grippe saisonnière. La situation est largement contrôlable surtout si on soigne les malades autrement qu’avec du paracétamol comme c’est toujours le cas malheureusement en France !
    2% seulement d’hospitalisations ont été constatées à la fin des consultations des médecins du réseau Sentinelles, ce qui est assez bas comme pourcentage.
    72% des patients âgés de 12 ans ou plus étaient vaccinés contre le Covid-19. En augmentation de 2% par rapport aux précédentes semaines.

    Le Re du SARS-CoV-2 est en légère hausse à 1.33, selon le site CovidTracker mais reste très loin des élucubrations du Dr B. Davido qui estimait le R0 entre 6 et 7 !

    Nous sommes encore très loin des seuils de taux d’incidence épidémique de la grippe saisonnière qui se situent, rappelons-le, entre 150 et 200 cas pour 100.000 habitants. Le gouvernement ment et les chiffres de Santé Publique France sont trompeurs pour terroriser les gens et continuer à imposer des restrictions sanitaires.

    LA PREUVE ► https://www.sentiweb.fr/5585.pdf

    Cliquer pour accéder à 5585.pdf

    J’aime

  9. Le plus gros mensonge de l’histoire: La base de données est erronée. Il n’y a jamais eu de pandémie. Les mandats Covid, y compris le vaccin, sont invalides. Les « cas confirmés Covid-19 » par PCR n’ont aucun sens. Le projet de test d’antigènes et à domicile de plusieurs milliards de dollars est faux – Par Prof Michel Chossudovsky – 28/03/22 ► https://www.mondialisation.ca/le-plus-gros-mensonge-de-lhistoire-la-base-de-donnees-est-erronee-il-ny-a-jamais-eu-de-pandemie-les-mandats-covid-y-compris-le-vaccin-sont-invalides/5666650

    Introduction

    Déstabiliser la structure sociale, politique et économique de 190 pays souverains ne peut constituer une « solution » pour lutter contre le virus. Mais c’était la « solution » imposée qui fut mise en œuvre en plusieurs étapes dès le début de la crise corona en janvier 2020. C’est la destruction de la vie des populations à l’échelle mondiale. C’est la déstabilisation de la société civile.

    La fausse science a soutenu ce programme dévastateur. Les mensonges ont été soutenus par une campagne de désinformation massive dans les médias. Des « alertes Covid » 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, incessantes et répétitives au cours des deux dernières années.

    Le confinement historique du 11 mars 2020 a déclenché un chaos économique et social dans le monde entier. C’était un acte de « guerre économique » : une guerre contre l’humanité.

    Ce programme diabolique a sapé la souveraineté des États-nations.

    Il a contribué à une vague de faillites. Il a appauvri des populations entières à l’échelle mondiale.

    Cela a conduit à une spirale de la dette globale libellée en dollars.

    Les puissantes structures du capitalisme mondial, le grand capital (Big money) et son appareil militaire et de renseignement en sont la force motrice.

    En utilisant des technologies numériques et de communication avancées, le verrouillage et la «fermeture» de l’économie mondiale sont sans précédent dans l’histoire de l’humanité.
    Le rôle central du test de réaction en chaîne par polymérase de transcription inverse (RT-PCR)

    Dès le début, les médias et les gouvernements ont négligé et ignoré les défauts et les faussetés concernant le test RT-PCR comme moyen de détecter la propagation du virus et d’identifier le SRAS-CoV-2.

    « Le PCR est un processus. Il ne vous dit pas que vous êtes malade ».

    Dr. Kary Mullis , lauréat du prix Nobel et inventeur de la RT-PCR, est décédé en août 2019.

    « Cette utilisation abusive de la technique RT-PCR est employée comme une stratégie implacable et intentionnelle par certains gouvernements, appuyés par des conseils scientifiques de sécurité et par les médias dominants, pour justifier des mesures excessivescomme la violation d’un grand nombre de droits constitutionnels, (…) sous prétexte d’une pandémie qui se base sur un nombre de tests RT-PCR positifs, et non sur un nombre de malades réels. »

    Dr Pascal Sacré, médecin belge spécialisé en soins intensifs et analyste renommé en santé publique.
    La base de données des « cas confirmés Covid-19 » est invalide.

    La désinformation médiatique a prévalu pendant plus de deux ans malgré le fait que l’OMS et le CDC (avec les sous-entendus habituels) aient confirmé ce que l’on savait depuis le tout début en janvier 2020, à savoir que le test RT-PCR utilisé pour justifier tous les mandats Covid-19 sans exception incluant le confinement, la distanciation sociale, le masque, le confinement de la main-d’œuvre, la fermeture de l’activité économique, etc. étaient erronés et invalides.

    L’OMS a publié son Mea Culpa il y a plus d’un an, le 20 janvier 2021. Quelques mois plus tard, les Centers for Disease Control and Prevention (CDC) (21 juillet 2021) appelaient au retrait du test PCR comme méthode valide afin de détecter et identifier le SRAS-CoV-2.

    Depuis le 31 décembre 2021, le test PCR n’est plus considéré comme valide par le CDC aux États-Unis. Pour plus de détails, voir : Une véritable bombe : Aux États-Unis le CDC ne reconnaît plus le test PCR comme une méthode valide pour détecter les « cas confirmés Covid-19 »

    Le CDC a maintenant fermement reconnu que le test PCR ne différencie pas de manière efficace entre la maladie Covid-19 et la grippe saisonnière. Un PCR positif n’implique pas un « cas confirmé Covid-19 ». Il pourrait s’agir de la grippe ou d’un rhume corona. Le CDC a appelé à son retrait à compter du 31 décembre 2021.

    https://odysee.com/chossudovsky19032022:f1272c7f33e9d620df5dfe463bbfa905e9a954ed?src=embed

    Fake Data : 465 millions de soi-disant « cas confirmés Covid-19 »

    Si le test PCR est invalide (confirmé par de nombreuses études ainsi que par l’OMS, les CDC), les 465 millions dits « Confirmed Covid-19 Cases » (voir schéma ci-dessous, 18 MARS 2022) collectés et compilés dans le monde depuis le début de la crise Covid-19 n’ont aucun sens. Cliquez ici pour obtenir les derniers chiffres.

    Le traité sur la pandémie et le code de vérification QR

    Début mars 2022, un organe intergouvernemental de négociation (INB) a été créé avec le mandat de créer un « traité sur la pandémie », c’est-à- dire une entité mondiale de gouvernance de la santé sous les auspices de l’OMS, qui l’emporterait sur l’autorité des États membres de l’OMS :

    « L’INB a tenu sa première réunion pour rédiger et négocier un instrument international sur la prévention, la préparation et la réponse à la pandémie sous l’autorité de l’OMS » ( Mercola )

    Le traité sur la pandémie est lié au projet de code de vérification QR de l’OMS , qui vise à créer une banque de données numérique mondiale de 7,9 milliards de personnes. Les deux initiatives seraient menées simultanément par l’OMS en liaison avec ID2020 et la Gavi Alliance , toutes deux financées par la Fondation Gates.

    Peter Koenig décrit le QR Code comme « une identification entièrement électronique – reliant tout à tout de chaque individu (dossiers de santé, bancaires, personnels et privés, etc.). »

    Selon David Scripac « Un système mondial d’identification numérique est en cours de création. [L’objectif] du FEM – et de toutes les banques centrales [est] de mettre en place un système mondial dans lequel les données personnelles de chacun seront intégrées au réseau de monnaie numérique de banque centrale – Central Bank Digital Currency (CBDC).

    Le code de vérification QR ouvre potentiellement la voie à la mise en place d’ un « État policier mondial » contrôlé par l’établissement financier. Cela fait partie de ce que feu David Rockefeller a appelé « la marche vers le gouvernement mondial ».

    La légitimité du traité sur la pandémie et du code de vérification QR sous les auspices de l’OMS repose sur la présomption que la prétendue « pandémie de la Covid-19 est réelle » et que le « vaccin à ARNm constitue une SOLUTION à la prétendue pandémie Covid-19 ».

    Les deux initiatives sont fondées sur la fraude pure et simple et la corruption:

    1. Le nombre de « cas confirmés cumulatifs de la Covid-19 » résultant du test RT-PCR ne justifiait aucunement la décision de l’OMS de lancer officiellement une pandémie à l’échelle planétaire en date du 11 mars 2020. Les chiffres étaient ridiculement bas. Il n’y avait aucune preuve que le SRAS-CoV-2 se propageait à l’échelle nationale ou internationale.

    2. Les consignes de confinement transmises en mars 2020 à plus de 190 États membres de l’ONU sont totalement invalides.

    3. La méthodologie utilisant le test PCR pour détecter et identifier le SRAS-CoV2 et ses variants présumées a été reconnue par l’OMS et le CDC comme étant totalement dysfonctionnelle, comme indiqué ci-dessus.

    4. Toutes les données relatives aux cas confirmés cumulatifs de la Covid-19 compilées par les gouvernements nationaux et tabulées par l’OMS depuis janvier 2020 sont invalides et dénuées de sens.

    5. Le vaccin Covid-19 lancé en novembre 2020 a entraîné une vague mondiale de mortalité et de morbidité à la hausse.

    Dans cet article, je distinguerai plusieurs phases dans l’évolution de cette crise.
    Phase I : un nombre ridiculement bas de « cas confirmés Covid-19 » utilisé pour justifier le lancement de la pandémie de la Covid-19

    Depuis le tout début, les estimations de «cas positifs confirmés» font partie d’un «jeu de chiffres».

    La première étape de cette crise fut le lancement d’une urgence de santé publique de portée internationale (USPPI) par l’OMS le 30 janvier . Bien qu’officiellement elle n’ait pas été désignée comme une « pandémie », cette décision a néanmoins contribué à mener la campagne de peur. Le nombre de «cas confirmés» basés sur des estimations erronées (PCR) utilisés pour justifier cette décision de grande envergure était ridiculement bas.

    La population mondiale hors Chine est de l’ordre de 6,4 milliards. Au 30 janvier 2020 hors de Chine, il y avait :

    83 cas dans 18 pays, et seulement 7 d’entre eux n’avaient aucun antécédent de voyage en Chine. (voir OMS , 30 janvier 2020).

    Il n’y avait aucune « base scientifique » pour justifier le lancement d’une urgence mondiale de santé publique de portée internationale.

    Le jour suivant, le 31 janvier 2020 : le président Trump suspend les voyages aériens avec la Chine , ce qui a contribué à enclencher la crise du transport aérien et du commerce des marchandises. Les cinq soi-disant «cas confirmés» aux États-Unis étaient suffisants pour «justifier» la décision du président Trump du 31 janvier 2020.

    20 février 2020 : Lors d’une conférence de presse le jeudi 20 février après-midi (heure CET) lors d’un briefing à Genève, le directeur général de l’OMS. Le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus , a déclaré qu’il était:

    « préoccupé par le fait que la possibilité de contenir l’épidémie de coronavirus se « fermait »…

    « Je crois que la fenêtre d’opportunité est toujours là, mais qu’elle se rétrécit. »

    Ces déclarations étaient basées sur 1076 cas en dehors de la Chine pour une population de 6,4 milliards.

    Ces déclarations ont d’emblée contribué à intensifier la campagne de peur, malgré le fait que le nombre de cas confirmés en dehors de la Chine était extrêmement faible.

    Les 20 et 21 février 2020 marquent le début du krach financier de 2020 qui fut enclenché par la déclaration du Dr Tedros.
    11 mars 2020 : Le 11 mars 2020 : Le verrouillage. 44 729 « cas confirmés » pour justifier la fermeture de 190 économies nationales.

    Une pandémie est généralement définie comme:

    « Une épidémie d’une maladie survenant sur une vaste zone géographique (telle que plusieurs pays ou continents) et affectant généralement une proportion importante de la population » (Webster-Merriam , emphase ajoutée)

    En supposant que le test PCR est valide (ce qui n’est pas le cas), le nombre de cas confirmés cumulés le 11 mars était ridiculement bas. 44 279 cas PCR positifs dans le monde en dehors de la Chine.

    C’EST UNE FRAUDE. IL N’Y AVAIT PAS DE PANDÉMIE LE 11 MARS 2020

    Le directeur général de l’OMS avait déjà annoncé la dite pandémie lors de sa conférence de presse du 21 février .

    « le monde devrait faire plus pour se préparer à une éventuelle pandémie de coronavirus ». L’OMS avait appelé les pays à être « dans une phase de préparation ».

    L’OMS a officiellement déclaré une pandémie mondiale à un moment où le nombre de cas confirmés hors de Chine (6,4 milliards d’habitants) était de l’ordre de 44279 et 1440 décès (chiffres enregistrés par l’OMS pour le 11 mars, (au 12 mars) (voir tableau). Ce sont les chiffres utilisés pour justifier le confinement et la fermeture de 190 économies nationales.

    (Le nombre de décès hors de Chine mentionné dans la conférence de presse de Tedros était de 4291).

    Aux États-Unis, recensés le 11 mars 2020, il y a eu selon John Hopkins : 1 335 « cas » et 29 décès (« présomptifs » plus PCR confirmés).

    Selon l’OMS, le 9 mars, il y avait 3457 cas aux États-Unis.
    Aux États-Unis, le 9 mars 2020, il y avait 3 457 «cas confirmés» sur une population de 329,5 millions de personnes

    C’EST UNE FRAUDE. UN GROS MENSONGE.
    Immédiatement après l’annonce de l’OMS du 11 mars 2020, la campagne de peur s’accélère

    Pourtant, c’est sur la base de ces 44 729 cas que des politiques de confinement d’une ampleur sans précédent furent imposées à 190 pays souverains par le biais d’une procédure décisionnelle complexe qui inévitablement exigeait la fraude, les menaces et la corruption de la classe politique.

    Le confinement du 11 mars a été suivi du jeudi noir, un deuxième krash financier majeur, qui a immédiatement suivi l’annonce de la pandémie.
    Phase II. Mars-décembre 2020 : Campagne de peur. Le test PCR passe à la vitesse supérieure.

    De mars 2020 jusqu’au lancement du vaccin ARNm COVID-19 en novembre 2020, le test PCR passe à la vitesse supérieure.

    Depuis le 11 mars 2020, suite au confinement, les gouvernements nationaux furent invités à mettre en œuvre le test PCR-RT à grande échelle, dans le but d’augmenter le nombre de cas covid positifs dans le monde.

    Test, Test, Test : Les chiffres ont commencé à grimper en vue de générer de plus en plus de fausses statistiques.

    Regardez le tableau ci-dessous. On observe un très petit nombre de cas positifs au début mars 2020. Et puis, les cas positifs de la Covid montent en flèche en avril, mai et juin 2020.
    Phase III. Début novembre 2020. Début du programme mondial de vaccination contre la Covid

    Soutenu par la désinformation médiatique, le vaccin à ARNm fut présenté comme une solution pour endiguer la pandémie. Amplement documenté, ce vaccin a déclenché dès son apparition en décembre 2020 une tendance à la hausse de la mortalité et de la morbidité.

    Vidéo : Dans de nombreux pays, il y a eu un changement significatif de la mortalité suite à l’introduction du vaccin à ARNm

    Les preuves sont accablantes. Les derniers chiffres officiels indiquent environ :
    65 629 décès liés à l’injection Covid-19 et 10 439 642 blessures signalés au 24 février 2022. pour l’UE, les États-Unis et le Royaume-Uni réunis.

    Mais seule une petite fraction des victimes ou des familles des personnes décédées passera par le processus fastidieux de déclaration des décès et des effets adverses liés au vaccin aux autorités sanitaires nationales.
    Désinformation des médias : Le virus est un « tueur à gages », « Le vaccin sauve des vies » !

    Le SARS-CoV2 détecté par le test PCR est de manière implacable dépeint comme un « virus tueur ».

    Il y a beaucoup d’inconnues cruciales à propos de ce virus, y compris la façon dont il tue exactement, s’il évoluera vers quelque chose de plus – ou de moins – mortel… « .

    « Il y a de nombreuses inconnues cruciales à propos de ce virus, y compris comment exactement il tue, s’il évoluera vers quelque chose de plus — ou moins — mortel … »( Nature )

    Un rapport sensationnaliste de la BBC sous le titre : « Pourquoi le virus est-il une telle menace » soutient (en citant et en déformant des « avis scientifiques ») que le virus a une « tactique évolutive tueur de délit de fuite » [hit and run] pour propager l’infection Covid-19 loin et large. Rapport opportun publié deux semaines avant le lancement du vaccin à ARNm :

    « Maître de la tromperie. Aux premiers stades d’une infection, le virus est capable de tromper l’organisme . …

    Il [le virus] se comporte comme un tueur « avec délit de fuite »

    La quantité de virus dans notre corps commence à culminer la veille de la maladie. …

    Mais il faut au moins une semaine avant que la Covid ne progresse au point où les gens ont besoin d’un traitement hospitalier. « C’est une tactique évolutive vraiment géniale – vous ne vous couchez pas, vous sortez et passez un bon moment », déclare le professeur Lehner.

    Ainsi, le virus est comme un conducteur dangereux qui fuit la scène – le virus est passé à la prochaine victime bien avant que nous ne guérissions ou ne mourions.

    En termes clairs, « le virus se moque » de votre mort, dit le professeur Lehner, « c’est un virus de type hit and run »(un tueur en délit de fuite).
    Il fait des choses particulières et inattendues au corps ( BBC, James Gallagher, 22 octobre 2020, emphase ajoutée) (Voir l’article en français : Pourquoi le coronavirus est-il si mortel ?)
    Propos absurdes! La BBC personnifie le virus tueur, dans le but de semer la panique. Non seulement ces rapports sensationnalistes sont basés sur les résultats des tests PCR invalides, mais ils contredisent également la définition officielle de l’OMS concernant la Covid -19

    « Les symptômes les plus courants de la COVID-19 sont la fièvre, la toux sèche et la fatigue. … Ces symptômes sont généralement légers et commencent progressivement. Certaines personnes sont infectées mais ne présentent que des symptômes très légers . La plupart des gens (environ 80 %) se rétablissent de la maladie sans avoir besoin de soins hospitaliers. Environ 1 personne sur 5 qui contracte la COVID-19 tombe gravement malade et développe des difficultés respiratoires.

    D’ailleurs, rarement évoqué par les médias ou par les politiciens : Le CDC (qui est une agence du gouvernement américain) confirme que la Covid-19 est similaire à la grippe:

    « La grippe (grippe) et la COVID-19 sont toutes deux des maladies respiratoires contagieuses, mais elles sont causées par des virus différents . La COVID-19 est causé par une infection par un nouveau coronavirus (appelé SRAS-CoV-2) et la grippe est causée par une infection par des virus de la grippe .

    Étant donné que certains des symptômes de la grippe et de la COVID-19 sont similaires, il peut être difficile de faire la différence entre eux en se basant uniquement sur les symptômes, et des tests peuvent être nécessaires pour aider à confirmer un diagnostic . La grippe et la COVID-19 partagent de nombreuses caractéristiques, mais il existe des différences essentielles entre les deux. »

    Si le public avait été informé et rassuré que la Covid est « similaire à la grippe », la campagne de peur serait tombée à plat. Et le programme de vaccination aurait été carrément rejeté.

    Il convient de noter que le vaccin à ARNm présenté à l’opinion publique comme une solution pour freiner le virus tueur s’est appuyé sur le test PCR comme moyen valable d’évaluer la propagation de la maladie. Aux États-Unis, le vaccin à ARNm a été lancé le 14 décembre 2020. Six semaines plus tard, l’OMS abroge la validité du test PCR. À son tour, le 21 juillet 2021, le CDC déclare le PCR invalide comme moyen de détecter le virus.
    Phase IV : 26 novembre 2021, « Black Friday ». Le variant Omicron

    Souvenez-vous de la crise d’Omicron, toujours en cours. Effrayant. Un nouveau variant Covid aurait été découverte en Afrique du Sud et qui s’est propagée dans le monde entier. Comment a-t-il été détecté ? Le test PCR ?

    Tout a commencé le Black Friday, le lendemain du Thanksgiving (Action de Grâce aux Etats Unis), le 26 novembre 2021.

    Cela a déclenché une nouvelle campagne de peur ainsi qu’une instabilité sur les marchés boursiers, les actions des producteurs de vaccins Big Pharma augment en flèche. Cela a incité les gens à se faire vacciner.

    L’annonce d’omicron était une fraude soigneusement préparée. Deux jours plus tard, l’OMS a poliment abrogé la déclaration de son propre groupe de travail consultatif :

    « Il n’y a actuellement aucune information suggérant que les symptômes associés à Omicron soient différents de ceux des autres variants . »

    À son tour, le Dr Angelique Coetzee , présidente de l’Association médicale sud-africaine (SAMA) a décrit le variant omicron comme « extrêmement bénigne, pour nous [ce sont] des cas bénins. … J’ai parlé à d’autres collègues à moi et ils donnent la même image. ( Voir l’interview vidéo sur CNBC )

    Ces rectifications n’ont en rien entravé la campagne de peur 24 heures sur 7 jours alimentée par la désinformation médiatique. En fait, cela a créé la panique.

    Pendant ce temps, une campagne massive de tests à domicile a été lancée.
    Phase V : Des milliards de tests à domicile et antigéniques distribués à l’échelle mondiale

    Tests massifs à domicile : la peur est « bonne pour les affaires » [Fear is Good for Business]

    Littéralement, des milliards de kits de test d’antigènes et à domicile ont été distribués à l’échelle mondiale. Aux États-Unis, plus d’un milliard de kits de test ont été mis à la disposition d’une population de 340 millions d’Américains.

    Au Canada, 291 millions de trousses de test ont été distribuées. La population du Canada est de l’ordre de 38,5 millions d’habitants.

    Dans de nombreux pays, le variant « mortel » Omicron est devenue le prétexte pour mettre en place de nouveaux verrouillages partiels, l’accélération du mandat vaccinal, des restrictions de voyage ainsi que des mandats de confinement et de séjour à domicile pendant la période des vacances de Noël et du Nouvel An.

    Augmenter le nombre de FAUX « cas confirmés Covid-19 »

    Coïncidant avec la crise d’Omicron, l’augmentation de l’importation et de la distribution de littéralement des milliards de kits de test à domicile et d’antigènes a contribué à faire augmenter le nombre de FAUX « cas confirmés Covid-19 ».

    En moins de 5 mois (du 1er novembre 2021 au 18 mars 2022), les cas confirmés cumulés ont presque doublé.
    L’achat par Joe Biden de plus d’un milliard de kits de test à domicile et d’antigènes

    Aux États-Unis , la Maison Blanche a annoncé en janvier qu’elle achetait aux frais des contribuables :

    » Un milliard de tests à offrir gratuitement aux Américains avec la commande en ligne d’un demi-milliard de tests commence le 19 janvier ».

    Cet achat s’ajoutait aux livraisons antérieures de plusieurs centaines de millions de kits à domicile.

    À partir de fin novembre, les kits de test à domicile ont contribué à augmenter les soi-disant « cas confirmés » aux États-Unis. (Voir graphique ci-dessous)

    Ces chiffres sont fake car l’OMS et le CDC ont classé le test PCR comme étant invalide.

    Et les tests à domicile sont classés comme moins fiables que le test PCR qui est considéré comme la référence absolue (gold standard).

    Achat par Justin Trudeau de 291 millions de kits de test à domicile et d’antigènes

    Au Canada, le premier ministre Justin Trudeau a commandé une première livraison de 94 millions de kits de test rapide à domicile (kits d’auto-test et de test d’antigène) en novembre 2021, qui furent livrés et distribués dans les provinces.

    140 millions de tests supplémentaires furent commandés par le gouvernement fédéral au début de janvier 2022 pour un coût de 1,7 milliard de dollars (canadiens) aux frais des contribuables.

    Le Canada a une population de 38,5 millions d’habitants et nous avons maintenant 291 millions de kits de test rapide d’antigène (voir tableau ci-dessous). Autrement dit environ 7 tests par personne.

    Ce processus a contribué au cours des derniers mois à semer la peur et le chaos au sein des familles canadiennes tout en augmentant le nombre de soi-disant « cas confirmés Covid-19 »

    Le coût estimé pour les contribuables canadiens est de l’ordre de 3,5 milliards de dollars canadiens.

    Test PCR Gold Standard. (Référence absolue)

    Ironiquement, les tests à domicile sont comparés au test PCR (invalide) qui est maintenant considéré comme étant le soi-disant gold standard. Selon le NYT ( mis à jour le 10 novembre 2021 ), les kits de test rapide d’antigène et à domicile sont moins efficaces que le test PCR :

    Les tests antigéniques rapides sont moins fiables pour détecter la Covid-19 chez les personnes à faible charge virale que les tests PCR « gold standard » que vous obtiendrez d’un fournisseur de soins de santé. Une étude a révélé qu’un test antigénique rapide à domicile avait 64% de chances de détecter correctement le virus chez les personnes présentant des symptômes qui avaient été testées positives lors d’un test PCR. (Le test n’a détecté qu’environ 36% de ceux qui avaient le virus mais qui n’avaient pas de symptômes.)

    Ce que le NYT ne mentionne pas, c’est que le CDC avait demandé l’arrêt du test PCR « Gold Standard » en date du 23 juillet 2021 avant son retrait officiel le 31 décembre 2021. (voir analyse ci-dessus)

    La directive du CDC admet tacitement que le test PCR ne différencie pas efficacement le « SARS-CoV-2 et les virus de la grippe. Nous le savons depuis le début. Bien qu’il leur ait fallu près de deux ans pour reconnaître que le test PCR est invalide, le test PCR est considéré comme la référence absolue (gold standard) par rapport aux kits de test d’antigène et à domicile.

    31 décembre 2021 : Le CDC déclare le test PCR invalide
    Test PCR invalide confirmé comme Gold Standard (référence absolue)
    Des milliards et des milliards d’antigènes et de tests à domicile font grimper les chiffres
    12 mars 2022 452 201 564 cas cumulés

    Les résultats des tests à domicile et antigéniques n’ont aucun sens. Ils ne confirment en aucun cas une augmentation des soi-disant « cas confirmés COVID-19 ».

    L’augmentation des chiffres est largement attribuable à la vente et à la distribution mondiales de milliards de tests à domicile et d’antigènes. Cela a à son tour contribué à une nouvelle vague de peur et d’instabilité sociale.

    Cette augmentation artificielle des soi-disant «cas confirmés COVID-19» s’est produite à un moment où un grand pourcentage de la population mondiale a été vacciné.
    « La peur est bonne pour les affaires » : beaucoup d’argent derrière les kits d’auto-test Covid-19
    Ce qui est en jeu, c’est une opération de plusieurs milliards de dollars afin de vendre et distribuer des kits d’auto-test Covid-19 dans le monde entier sur une période de plusieurs années.
    .
    En décembre 2021, Bloomberg rapportait que
    .
    « le marché des autotests atteindra » 5,96 milliards de dollars en 2020 et devrait atteindre 8,11 milliards de dollars d’ici 2027 « .
    .
    Ces chiffres concernent uniquement le marché américain, qui représente environ 4% de la population mondiale. Il est maintenant avéré que les kits à domicile sont vendus dans un grand nombre de pays. C’est un programme au niveau mondial axé sur les profits de plusieurs milliards de dollars.
    .
    Qui détient les droits de propriété intellectuelle ?
    .
    La Fondation Gates a joué un rôle clé dans le lancement du «test COVID-19 auto-administré» qui fut approuvé par la FDA fin mars 2021.
    .
    « La FDA a pris cette décision sur la base des résultats d’une étude menée par United Health Group. La Fondation Gates a fourni un soutien technique pour la conception de cette étude » ( Fondation Gates)

    En août 2021, la Fondation Gates et la Fondation Open Society de Soros ont investi dans

    « l’acquisition de Mologic, une société britannique spécialisée dans le développement de technologies de tests rapides, notamment pour la Covid-19 et diverses maladies tropicales ».

    Mologic est décrit comme « un leader des tests rapides [qui] présente une opportunité unique ».

    Cette initiative consistait à « renommer » Mologic en « une entreprise sociale à but non lucratif ». qui fonctionnerait sous les auspices du Global Access Health de la Fondation Gates.

    L’objectif déclaré de GAH est d’agir comme « une entreprise sociale qui élargit l’accès à une technologie médicale de pointe abordable, telle que des tests de diagnostic et des processus de fabrication ».

    Michel Chossudovsky

    J’aime

  10. PAR TYLER DURDEN JEUDI 31 MARS 2022 – 15:32 ► https://nicolasbonnal.wordpress.com/2022/03/31/merde-il-ne-bluffait-pas-poutine-maestro-signe-un-decret-ordonnant-larret-des-exportations-de-gaz-si-les-acheteurs-ne-paient-pas-en-roubles-le-rouble-ne-baisse-plus-certains-que-les-leaders-vas/

    Contrairement aux attentes selon lesquelles Vladimir Poutine bluffait sur la collecte de roubles en échange des exportations énergétiques russes, il y a quelques instants, un décret signé par le président russe a confirmé que ce n’était pas le cas.

    Selon Bloomberg, Poutine a déclaré qu’il avait signé un décret exigeant le paiement en roubles pour l’approvisionnement en gaz russe, qui devrait commencer le 1er avril, comme indiqué précédemment. Selon le décret, alors que la Russie continuera à fournir du gaz à des volumes et à des prix déterminés, elle exigera que les acheteurs de gaz ouvrent des comptes dans les banques russes et avertit que Moscou peut suspendre les contrats de gaz si les acheteurs ne paient pas en roubles ; en outre, de nouvelles procédures en EUR ou en USD pourraient être bloquées. Poussant à bout ce que beaucoup considéraient comme un bluff, Poutine a déclaré que les contrats actifs seraient interrompus si les demandes n’étaient pas satisfaites, et a expliqué que cette décision visait à augmenter les règlements en monnaies nationales.

    Le décret de Poutine fait suite à un rapport antérieur dans la presse russe selon lequel Gazprom étudiait les options d’arrêt de l’approvisionnement en gaz vers l’Europe au milieu des problèmes de paiement RUB. Cela fait également suite aux commentaires du Kremlin qui suggéraient qu’il examinerait l’idée des législateurs de demander à d’autres pays de payer une gamme plus large d’exportations russes en roubles.

    https://www.zerohedge.com/commodities/putin-signs-decree-ordering-gas-exports-be-halted-if-buyers-dont-pay-rubles

    RT. COM :
    Les pays devront créer des réserves de roubles pour acheter du gaz russe

    La date limite du 1er avril pour le changement de paiement a été fixée
    Les pays devront créer des réserves de roubles pour acheter du gaz russe

    © Getty Images / Rraum

    Les pays du monde entier pourraient bientôt devoir créer des réserves de roubles au sein de leurs économies nationales s’ils souhaitent continuer à acheter du gaz russe, alors que Moscou bascule les paiements vers sa monnaie nationale, a déclaré jeudi Ilya Ilyin, responsable du département d’analyse des marchés bancaires et financiers de la Promsvyazbank. .

    » En cas de transition vers les paiements du gaz en roubles, les pays partenaires créeront probablement un certain fonds de réserves en roubles pour faciliter les paiements « , a déclaré l’expert.

    Le président russe Vladimir Poutine a annoncé jeudi que le pays modifiait le mécanisme de paiement de certaines exportations, à commencer par le gaz naturel le 1er avril. La mesure affecte les pays qui ont imposé des sanctions à la Russie en lien avec l’Ukraine et gelé les réserves de change de Moscou.

    LIRE LA SUITE : Poutine fixe une date limite pour les paiements de gaz en rouble

    Les États «inamicaux» auxquels Poutine fait référence sont les États-Unis, le Royaume-Uni, le Canada, l’Australie, le Japon, Taïwan, la Corée du Sud, la Suisse, les 27 pays de l’Union européenne et un certain nombre de pays plus petits.

    De plus, selon Ilyin, il pourrait être nécessaire de réduire les réserves de la Russie dans les devises des pays hostiles, y compris le dollar américain et l’euro, compte tenu du risque de gel des paiements lié aux sanctions.

    Par conséquent, la Russie elle-même devrait accumuler des réserves en roubles.

    » Avec des exportations et des recettes budgétaires stables, un excédent de roubles se formera, qui sera dirigé vers le soutien de l’État ou temporairement placé dans les banques « , a suggéré l’expert.

    Les 300 milliards de dollars russes saisis par l’Occident n’étaient qu’un gigantesque appât – Par Avic ► https://reseauinternational.net/les-300-milliards-de-dollars-russes-saisis-par-loccident-netaient-quun-gigantesque-appat/

    Cela fait deux décennies que les Anglo-Américains, flanqués de leurs larbins Européens, essaient par tous les moyens, et sur plusieurs fronts, d’atteindre la Russie. Directement ou indirectement. Tchétchénie, Afghanistan, Géorgie, révolutions de couleurs en cascade tout autour du pays, sans parler de la formation d’une armée de mercenaires djihadistes qui sont utilisés partout où l’intérêt des Occidentaux est en jeu. Les deux dernières tentatives de déstabilisation ont touché deux des principaux alliés immédiats de Moscou, la Biélorussie et le Kazakhstan, deux pays clé de la sécurité de la Russie. Le danger se rapprochait.

    Malgré cela, le gros nounours semblait toujours dormir, comme si tout allait pour le mieux dans le meilleur des mondes, avec de gentils partenaires tout autour, certes parfois turbulents nécessitant quelques rappels à l’ordre par quelques grognements. Bien sûr, il a fallu donner quelques coups de griffes ici ou là pour empêcher la situation de déraper, comme ce fut le cas en Géorgie, en Syrie et au Kazakhstan avec l’Organisation du Traité de Sécurité collective (OTSC). L’image du gros nounours endormi est la perception que la Russie voulait donner d’elle-même et qui a été entretenue depuis des années. Il faut croire que cela a fonctionné, car c’est l’image qui prévaut en Occident, y compris chez la plupart des analystes occidentaux du monde russe. On comprend alors l’incompréhension et parfois la colère de quelques-uns d’entre eux devant l’inertie apparente de ce gros tas de muscles qui tolère placidement tous les coups de pieds qui lui sont donnés par des gringalets.

    Ceux qui sont tombés dans le panneau sont les mêmes qui, aujourd’hui, sont étonnés de constater avec quelle facilité la Russie s’est fait voler 300 milliards de dollars par l’Occident. Pour eux, la Russie, en gros nounours dormant qu’elle est, ne s’attendait pas à se faire confisquer ses avoirs. Après 8 ans de sanctions antirusses, après les diverses razzias et pillages de banques centrales à travers le monde (Irak, Libye, Venezuela, Afghanistan…), les dirigeants russes, tels de gros neuneus placides incapables de voir plus loin que le bout de leur nez, se seraient dit : nos gentils partenaires ne nous feront pas la même chose à nous ?

    En supposant même que les dirigeants russes n’aient rien vu venir jusqu’au 22 février, date de la reconnaissance des deux républiques du Donbass, l’on se souvient qu’une pluie de sanctions nouvelles est immédiatement tombée sur la Russie, avec des annonces occidentales laissant entendre qu’il ne s’agissait là que d’un hors-d’œuvre. La Russie avait encore alors la possibilité de rapatrier tous ses avoirs à l’étranger. Rappelons, à tout hasard, que nous ne sommes plus au temps où il fallait des caravanes ou des caravelles pour transporter des richesses à travers le monde. Avec le système Swift, les 300 milliards de dollars russes auraient pu être transférés instantanément. Ils ne l’ont pas fait. Ils ont continué à jouer aux neuneus.

    Par le passé, les Anglo-Américains nous ont habitué à des actions suivant des agendas préparés de longue date, parfois des années à l’avance. Ce qui se passe en Ukraine ne fait pas exception. Cependant, il semble qu’il y ait une sorte de télescopage entre deux agendas, et celui qui l’emporte pour l’instant est un autre plan qui commence à pointer son nez, celui de la Russie. C’est comme si l’agenda russe avait complètement phagocyté l’agenda anglo-américain, s’appuyant entièrement sur celui-lui et se servant de lui pour avancer masqué. On voit bien que, depuis le fameux « ultimatum » que la Russie a lancé aux États-Unis et à l’OTAN, c’est elle qui mène la danse et qui gère le tempo, tout en se cachant derrière le déroulement des plans anglo-américains. Pour en arriver où ?

    L’Occident, pour rester fidèle à l’image qu’il se fait de lui-même et qu’il a imposée au monde, ne peut laisser aucune incartade ou désobéissance impunie. Le problème, c’est que pour punir une puissance comme la Russie, il n’y a que les sanctions, l’action militaire étant exclue. Les Russes ont eu 8 ans pour se préparer, non seulement à transformer chaque sanction en atout, mais aussi à en faire un boomerang qui fait aussi mal, sinon plus, à l’adversaire. Pour cette nouvelle vague de sanctions, ils étaient donc archi-prêts. Il semble même que les Russes aient attisé l’exacerbation des pays occidentaux, les poussant dans une sorte de surenchère qui les amènera à épuiser leur potentiel de sanctions économiques, et les obligera à toucher à la sphère financière et à loucher vers les avoir russes en Occident. C’était d’autant plus tentant que ce benêt de Poutine avait laissé dans les banques occidentales un joli pactole de 300 milliards de dollars qu’il avait oublié de rapatrier avant de commencer ses bêtises en Ukraine. Une telle aubaine ne se refuse pas, n’est-ce pas ?

    Telle une souris devant un morceau de fromage, l’Occident n’a pu résister et a fait main basse sur le trésor des Russes. Ce jour-là, les stratèges du Kremlin ont dû sabrer le champagne. C’était, en effet, une étape cruciale, car elle permettait de passer à l’étape majeure dans laquelle nous nous trouvons actuellement. Il fallait que l’argent russe soit volé pour que les dirigeants russes puissent imposer le Pétro-rouble à tous ceux qui ont participé au vol. Il ne s’agit pas seulement de punir les voleurs, mais de casser les bases du système sur lequel ils sont assis.

    Que va-t-il se passer dans les prochains jours ? Les Anglo-Américains et leurs larbins voient bien qu’un séisme vient de se produire. Ils sont, pour l’instant, en état de choc, en complet déni de la réalité. Ils n’admettent tout simplement pas que quelqu’un puisse les traiter comme ils ont toujours traité le reste du monde, et en sont encore abasourdis. Ils en sont actuellement au stade de l’enfant qui refuse de respirer pour obtenir ce qu’il veut. Mais la Russie semble bien décidée à laisser l’enfant s’asphyxier plutôt que de faire preuve de compassion, d’autant qu’elle sait que le petit capricieux finira, tôt ou tard, par reprendre son inspiration. Gare tout de même à la colère dont les manifestations peuvent être irréfléchies…

    Nous voilà donc loin de la guerre en Ukraine qui s’est retrouvée malgré elle comme l’une des pièces principales de la stratégie anglo-américaine face à la Russie. Pendant 8 ans, ils ont eu tout loisir de transformer le pays, idéologiquement et militairement. La constitution d’une force armée de plus de 250 000 hommes au Donbass n’est que l’aboutissement d’une longue préparation. Selon certains analystes, la Russie, avec toute la puissance d’observation dont elle dispose, n’y aurait vu que du feu. Peut-on imaginer que la Belgique puisse masser 250 000 hommes près de la frontière française pendant des semaines et des mois sans que la défense française n’en soit pas avertie ? Bien sûr que non. D’ailleurs, quand l’armée russe a commencé son offensive, la manière dont ils se sont déployés, et tous leurs mouvements par la suite, démontrent qu’ils savaient exactement tout de ce qu’ils allaient trouver et où. Cela peut sembler cynique, mais on pourrait dire que, devant la menace existentielle que représentait l’OTAN à ses portes, avec l’Ukraine comme poste avancé, la Russie s’est aussi, comme l’Occident, servie des Ukrainiens (n’oublions pas que les habitants du Donbass sont aussi des Ukrainiens). Qui a dit que tout le monde il était beau et que tout le monde il était gentil ? Mais est-ce vraiment du cynisme ? Les morts ukrainiens sont bel et bien des victimes d’une guerre du monde russe contre l’Occident, comme les 26 millions de morts soviétiques (dont des Ukrainiens des deux camps) de la guerre précédente dirigée par un autre Zelensky nommé Adolf Hitler qui travaillait lui aussi pour le compte de ces mêmes commanditaires occidentaux. Cela veut juste dire que la Russie ne recule pas devant la mort pour préserver sa liberté et son indépendance. Ce qui n’est plus le cas en Occident.

    Il est évident que pour mettre en œuvre un projet de cette envergure, la Russie a dû consulter ses partenaires, obtenir leur adhésion et définir un plan d’action coordonné. Ces alliés silencieux pour l’instant car ils n’ont pas besoin de se dévoiler, n’attendent que le moment propice pour sortir de l’ombre. Et parmi eux, on pourrait bien trouver un panda somnolent qui attend l’heure H pour entrer en scène.

    Avic pour Réseau International

    J’aime

  11. Présidentielle 2022 : La campagne d’Emmanuel Macron polluée par l’affaire McKinsey ► https://www.20minutes.fr/elections/3263191-20220331-presidentielle-2022-campagne-emmanuel-macron-polluee-affaire-mckinsey

    POLITIQUE Emmanuel Macron peine à déminer la polémique sur le recours du gouvernement aux cabinets de conseil, en particulier McKinsey, alors que ses adversaires dénoncent sa connivence avec les milieux d’affaires

    Désormais dans l’arène, Emmanuel Macron en ressent les premières secousses. Mobilisé par le dossier ukrainien, le chef de l’Etat mène en parallèle une campagne sur le terrain, comme ce jeudi, en Charente-Martime. « Je vais me battre pour continuer de convaincre », a-t-il insisté à son arrivée à Fouras. Favori du scrutin depuis des mois, le président-candidat a tout de même tenu à remobiliser ses troupes la veille, avant un grand meeting samedi à Paris. Car l’écart avec Marine Le Pen ne cesse de se réduire dans les sondages, au premier comme au deuxième tour. Dans le même temps, la macronie se retrouve confrontée à l’affaire McKinsey, qui ne cesse de polluer sa campagne.
    =*=
    Le gars à peine le pied posé à Fouras qu’un gonze l’a interpellé…

    J’ai un très mauvais réseau ce soir… en Charente-Maritime…

    Je vous mets cette info car c’est la seule que j’ai trouvée !

    J’aime

    1. C’est pire que tout ! Le gars a craqué son slip en live…

      Présidentielle : Macron appelle à voter pour « l’extrême droite » !

      Si l’extrême droite avait gagné, affirme Emmanuel Macron dans une bouffée délirante, on aurait pu être soignés avec de l’hydroxychloroquine. Cela nous aurait épargné la gestion par McKinsey : confinement, vaccination obligatoire sous peine de suspension de travail pour certains, d’interdiction d’être soignés pour d’autres. Nous aurions échappé à l’interdiction de boire au bar assis, debout, dedans, dehors, au port du masque à la plage, à l’école, sans compter les insultes, les attestations signées par soi-même de sortir une heure, les couvre-feux… Les Gilets Jaunes auraient gardé leurs deux yeux. Les « affaires » auraient été jugées au lieu d’être étouffées dans les médias. Et, en plus, on serait sortis de l’Europe !

      Qui aurait cru que Macron, en pleine dérive, allait avouer sa turpitude et faire campagne pour le Rassemblement national ?

      J’aime

  12. Il est possible de se faire une idée approximative de l’implication des agents américains criminels de l’état profond dans les laboratoires militaires de recherche biologique en Ukraine en s’appuyant sur tous les documents divulgués ou ayant fuité.

    Les quelques éléments suivants -non exhaustifs!…- peuvent donner un aperçu sommaire de l’étendue de leurs activités diaboliques.

    1991 – les États-Unis lancent le programme Nunn-Lugar concernant les anciens pays soviétiques afin de contrôler/éliminer les armes soviétiques de destruction massive, y compris les armes biologiques. L’Agence de réduction des menaces de défense (DTRA) du Pentagone a été désignée comme le principal exécutant du programme.

    1993 – Signature de l’accord Ukraine-Etats-Unis sur la prévention de la prolifération des armes de destruction massive.

    2005 – Signature d’un protocole additionnel à cet accord entre le ministère ukrainien de la Santé et le DTRA sur la prévention de la prolifération des technologies, des agents pathogènes et du savoir-faire pouvant être utilisés pour développer des armes biologiques. C’est le début du transfert du potentiel biologique militaire ukrainien dans les mains des spécialistes américains.

    2000 – De grandes entreprises américaines du complexe militaro-industriel sont engagées dans la recherche biologique militaire en Ukraine.

    2005-2014 – Black & Veatch Special Projects, un contractant du DTRA, construit et modernise 8 laboratoires de recherche biologiqueen Ukraine au lieu d’éliminer les infrastructures biologiques militaires, comme cela avait été initialement affirmé. L’une de ces installations – située à Odessa-, est financée depuis 2011 dans le but d’étudier des « agents pathogènes qui peuvent être utilisés dans des attaques bioterroristes. »

    2007 – Nathan Wolfe, employé du ministère américain de la Défense, a fondé Global Viral Forecasting Institute (par la suite – Global Viral), une société de recherche biomédicale. La mission énoncée dans la charte est l’étude non commerciale des infections transfrontalières, notamment en Chine.

    2009 – Rosemont Seneca Partners est créé par le beau-fils de l’ancien secrétaire d’État américain John Kerry, Christopher Heinz, et Hunter Biden, le fils du président américain sortant -élu par la fraude…- Joe Biden.

    A ce sujet, on peut remarquer à quel point sa « victoire » -frauduleuse- était essentielle pour l’avancée de leur projet démoniaque de « nouvel » ordre mondial dont Klaus Schwab-Rothschild est le porte-enseigne .

    2014 – Coup d’État anticonstitutionnel en Ukraine.

    2014 – Hunter Biden rejoint le conseil d’administration de Burisma Holdings, une société énergétique ukrainienne.

    2014 – Metabiota, une organisation commerciale privée spécialisée dans l’étude des risques de pandémie est détachée de Global Viral. Neil Callahan et John DeLoche, employés de la société de Hunter Biden, Rosemont Seneca Partners, sont nommés au conseil d’administration de Metabiota. Global Viral et Metabiota commencent à obtenir des fonds du ministère américain de la Défense…!

    2014 – Metabiota montre son intérêt pour l’Ukraine et invite Hunter Biden à « affirmer l’indépendance culturelle et économique de l’Ukraine vis-à-vis de la Russie »…!

    2014 – Metabiota et Burisma Holdings commencent à coopérer sur un « projet scientifique en Ukraine » (non nommé).

    2014 – Metabiota, Global Viral et Black & Veatch Special Projects commencent une coopération à part entière au sein des programmes du ministère américain de la Défense.

    2014-2016 – Mise en œuvre des contrats entre Metabiota et le ministère américain de la Défense, dont un projet de 300 000 dollars en Ukraine.

    2016 – La citoyenne américaine Ulana Nadia Suprun, une descendante des nazis ukrainiens, est nommée ministre de la Santé par intérim de l’Ukraine. Le programme de coopération entre le ministère américain de la Défense et ministère ukrainien de la Santé est largement étendu.

    2016 – une épidémie de grippe porcine se répand parmi le personnel du ministère ukrainien de la Défense chargé du gardiennage du laboratoire de recherche biologique à Kharkov -Ukraine-, causant la mort de 20 employés.

    2016 – l’ancien secrétaire adjoint américain à la Défense Andrew Weber est nommé à la tête du département des partenariats mondiaux de Metabiota.

    2016 – EcoHealth Alliance, une structure du fondateur de Global Viral Nathan Wolfe, s’engage dans l’étude des coronavirus transmis par les chauves-souris au laboratoire de Wuhan, en Chine.

    2016 – le DTRA et le ministère ukrainien de la Santé prolongent le contrat après avoir obtenu l’approbation du ministère ukrainien de la Défense.

    2019 – la pandémie de coronavirus de chauve-souris muté COVID-19 débute par une épidémie à Wuhan.

    24 Février 2022 – lancement de l’opération russe Z en Ukraine.
    24-25 Février 2022 – élimination ciblée des souches dans les laboratoires ukrainiens de recherche biologique.

    Le 8 mars 2022 – la sous-secrétaire d’État américaine aux affaires politiques, Victoria Nuland, reconnaît ouvertement (!!!) l’existence de centres de recherche biologique ukrainiens financés par les États-Unis.

    30 Mars La ville de Marioupol est vidée de 95% des troupes Azov et autres combattants pro Zelensky; les habitants ressortent et d’autres qui avaient quitté la ville, y reviennent, ravitaillés par l’armée russe.
    Répondre

    J’aime

    1. Marioupol : Les autorités municipales ont fui la ville et abandonné les habitants à leur sort – par Christelle Néant ► https://reseauinternational.net/marioupol-les-autorites-municipales-ont-fui-la-ville-et-abandonne-les-habitants-a-leur-sort/

      Le 28 mars 2022, nous nous sommes rendus à Marioupol, pour évaluer l’évolution de la situation. Sur place nous avons trouvé des civils qui sont restés un mois dans leurs caves, et qui nous ont expliqué comment les autorités municipales, et entre autre le maire, ont fui Marioupol dès le début de l’opération militaire spéciale russe et abandonné les habitants à leur sort.

      Dès l’entrée orientale de Marioupol, nous découvrons une église détruite par les bombardements qui ont frappé cette zone. Un point de contrôle a été installé là par les soldats de la milice populaire de la RPD (République populaire de Donetsk), pour vérifier les véhicules des civils évacuant la ville, et surtout vérifier si les hommes qui évacuent ne sont pas des soldats ukrainiens déguisés en civils.

      Pour cela, les hommes doivent montrer leur torse, leur dos, leurs bras et leurs mollets, afin de montrer s’ils ont des traces liées au port et à l’usage d’armes (comme des bleus à l’épaule), ou des tatouages de type nazis.

      Nous poursuivons vers l’ouest, vers la zone où se déroulent encore des combats pour finir de nettoyer la zone des combattants du régiment Azov. Nous trouvons un immeuble dont les derniers étages ont brûlé, et où de nombreux civils vivent toujours dans les caves.

      Certains refusent d’évacuer car ils ne veulent pas quitter leur maison, d’autres parce qu’ils attendent d’avoir des nouvelles de leurs proches qui sont plus vers le centre-ville avant d’évacuer ensemble.

      Nous découvrons six tombes au pied de l’immeuble, les habitants nous ont expliqué avoir enterré sept personnes qui sont mortes durant les combats, et qu’ils ne pouvaient pas amener jusqu’au cimetière.

      Plusieurs habitants nous disent leur colère d’avoir été abandonnés par les autorités municipales qui ont fui Marioupol dès le début de l’opération militaire spéciale russe, et laissé les habitants sans maire, et sans personne pour organiser l’aide à la population.

      Pire, alors que ces autorités municipales savaient qu’il y aurait des combats dans Marioupol, elles ont choisi de ne pas évacuer les civils tant que cela était possible et que la ville n’était pas totalement encerclée, et ont simplement dit aux gens de descendre dans les abris anti-bombardements et d’attendre que ça passe !

      Voir le reportage filmé sur place, sous-titré en français :

      Hors caméra, certaines personnes nous ont expliqué qu’ils n’ont reçu de première aide humanitaire que lorsque les soldats russes et ceux de la milice populaire de la RPD sont arrivés. Les soldats ont donné leurs rations, de l’eau, et du pain aux habitants de Marioupol, qui n’avaient rien reçu des soldats ukrainiens à part l’injonction de quitter leur appartement pour qu’ils s’y installent.

      Confirmant d’autres témoignages, Dima nous explique que les grands immeubles ont été plus détruits que d’autres habitations, car les soldats ukrainiens s’y installaient pour tirer, ou pour corriger leurs tirs. L’armée russe les a repérés grâce à leurs fréquences radios, et a tiré sur les appartements d’où venaient leurs signaux.

      Nous avons pu discuter sur place avec des soldats de la RPD et du bataillon Kadyrov, qui nous ont expliqué pourquoi la finalisation du nettoyage de Marioupol prend autant de temps. Les abris anti-bombardements des usines Azovstal et Ilitch courent sur des kilomètres, sur plusieurs niveaux, et les combattants du régiment Azov ont pris soin d’assassiner les ingénieurs et ouvriers qui travaillent dans ces usines depuis des décennies, car ils savent où se trouvent toutes les entrées de ces abris anti-bombardements. Il n’y a donc pas d’autre alternative que de détruire les bâtiments qui surplombent ces abris pour mettre les entrées à découvert et pouvoir ensuite lancer l’assaut dans les souterrains même !

      Les habitants manquant de tout, nous décidons de revenir sur place le lendemain pour leur apporter de l’aide. Mais arrivés sur place le 29 mars 2022, nous apprenons que les soldats du 9e régiment de la milice populaire de la RPD ont découvert une centaine de civils dans les sous-sols de la maternité n°2 de Marioupol, qui est située en plein dans la zone de combat. Les tirs fusent tout autour de la maternité, empêchant les ambulances d’approcher pour évacuer cinq personnes de là : deux blessés, un nourrisson, un invalide et sa femme. Nous décidons donc de changer nos plans et d’aller y apporter la nourriture que nous avons achetée, pour aider les civils qui restent et vider nos voitures, avant d’y charger les cinq personnes.

      Ma voiture étant celle qui dispose du plus grand espace plat, nous y installons un homme qui a eu la jambe cassée par l’explosion d’un obus il y a quatre jours. La voiture d’un député de la RPD qui nous accompagne accueillera un vieil homme invalide qui se déplace en fauteuil roulant et sa femme, et la voiture du commandant du 9e régiment transportera une femme qui a été blessée par des éclats alors qu’elle était encore enceinte et qui vient d’accoucher dans le sous-sol de la maternité.

      Nous faisons un arrêt à Vinogradnoye pour que le commandant du centre de soins nous indique où chaque personne doit être envoyée. La jeune femme et son bébé sont envoyés immédiatement à Novoazovsk, à l’hôpital, car sa blessure à la cuisse est grave et nécessite une opération d’urgence. Nous emmenons l’homme blessé à la jambe, et le vieux monsieur invalide à Bezymennoye, au camp de tentes installé par le Ministère des Situations d’urgence (MSU) pour accueillir les réfugiés. Là-bas, une ambulance les a pris en charge pour les emmener à l’hôpital.

      Christelle Néant

      source : Donbass Insider ► https://www.donbass-insider.com/fr/2022/03/31/marioupol-les-autorites-municipales-ont-fui-la-ville-et-abandonne-les-habitants-a-leur-sort/

      J’aime

  13. Ouille !

    J’aime

  14. Voilà ! C’est plus clair maintenant ou toujours pas ?…

    J’aime

  15. Valoche Pécron… Perd pas une occase de l’ouvrir cette cronne !

    J’aime

  16. La Floride… Bon, je vous invite juste à vous renseigner sur les Natifs qui ont été exterminés, jusqu’au dernier = Les Séminoles et par qui ?

    J’aime

    1. Nan… C’est pas un Poisson d’Avril ne te découvres pas d’un fil !…

      Guerre en Ukraine : Poutine menace de priver l’Europe de gaz dès vendredi ► https://www.lefigaro.fr/conjoncture/le-kremlin-minimise-la-portee-du-paiement-du-gaz-russe-en-roubles-20220331

      La Russie exige des clients de Gazprom de payer leurs achats en roubles, à compter du 1er avril. Paris et Berlin refusent ce chantage.

      La tension est subi­tement montée jeudi après-midi sur le front gazier de la guerre en Ukraine. La perspective d’un arrêt des livraisons de gaz russe aux Européens est redevenue un scénario plausible. Même si le brouillard, que Vladimir Poutine excelle à épaissir, persiste sur cet enjeu crucial.

      Le maître du Kremlin a annoncé qu’il avait signé un décret obligeant les importateurs de gaz à payer en rouble dès ce vendredi 1er avril. « Afin d’acheter du gaz naturel russe, ils (les pays « inamicaux » selon la terminologie poutinienne) doivent ouvrir des comptes dans des banques russes, a détaillé Vladimir Poutine. Si ces paiements (via ces comptes appelés « K ») ne sont pas faits, nous considérerons ceci comme un défaut des acheteurs (…) Nous n’allons pas faire la charité, autrement dit, les contrats existants seront interrompus », a poursuivi le président russe. C’est la filiale bancaire du géant gazier public, Gazprombank, qui est chargée par le Kremlin d’ouvrir ces comptes en roubles. L’établissement a été, à dessein, épargné par les sanctions européennes, afin de ne pas inter­rompre les transactions gazières.

      La réponse ne s’est pas fait ­attendre de la part du plus gros client européen de Gazprom, ­l’Allemagne. « Il est écrit dans les contrats que les paiements se font en euros et parfois en dollars », a déclaré le chancelier allemand, Olaf Scholz, jeudi lors d’une conférence de presse avec son homologue autrichien, Karl Nehammer. « J’ai dit clairement au président russe que cela resterait ainsi » et « que les entreprises veulent pouvoir payer en euros et le feront », a ajouté le dirigeant de l’Allemagne, dont près de 60 % des importations de gaz provenaient de Russie en 2021. La veille, selon le porte-parole du chancelier, Vladimir Poutine lui avait expliqué que « rien ne changerait pour les partenaires contractuels européens », puisque c’est Gaz­prombank qui effectuerait la conversion en rouble. Olaf Scholz, refusant cette procédure, avait réclamé des informations par écrit.
      Rebond de la monnaie russe

      « Il peut y avoir une situation dans laquelle demain, dans des circonstances très particulières, il n’y aura plus de gaz russe (…)», a prévenu Bruno Le Maire, qui était en déplacement à Berlin. Il a défendu la même position que les Allemands, contre le paiement en roubles.

      Quel objectif le président russe poursuit-il ? Alors que le gel ­d’environ la moitié des réserves de change de la Banque centrale russe (soit 300 milliards de dollars) et les sanctions bancaires rendent les transactions internationales de plus en plus difficiles, il semblerait au contraire plus logique pour Moscou d’accepter des entrées de devises. Imposer l’achat de roubles aux compagnies européennes « renforce la souveraineté économique et financière » de la Russie, a justifié le maître du Kremlin.

      De fait, des achats de roubles doivent avoir pour effet méca­nique de faire remonter la valeur de la devise russe. Celle-ci s’est ­effondrée de 41 % face au dollar entre la veille de l’invasion de l’Ukraine et le 7 mars. Depuis, le rouble a opéré un rebond spectaculaire pour revenir jeudi à son ­niveau du 23 février. « Ce qui fait remonter le rouble, ce sont avant tout les recettes d’exportations du pétrole et du gaz qui montent avec les prix : en janvier et février, l’excédent courant russe s’est élevé chaque mois à 20 milliards de dollars, contre 7 à 8 milliards d’ordinaire », nuance Julien Marcilly, économiste chez Global Sovereign Advisory, un cabinet qui conseille des États (mais ni la Russie ni l’Ukraine). Redresser la devise nationale a du sens car un rouble affaibli renchérit les prix des biens importés. L’inflation avait atteint, le 23 mars, 14,5 % selon le ministre russe de l’Économie. « Le gouvernement russe avait déjà demandé aux exportateurs de convertir 80 % de leurs recettes en roubles. Il aurait pu leur demander de convertir 100 %. Le fait que Poutine demande aux “pays hostiles” de payer en rouble est un geste avant tout politique », ajoute Julien Marcilly.

      « Cette position de Vladimir ­Poutine est selon moi plus géo­politique que technique et finan­cière, renchérit Philippe Dauba-Pantanacce, économiste chargé de la géopolitique à la banque Standard Chartered. Le G7 a attendu d’être réuni (la semaine dernière, NDLR) pour dire clairement qu’il refusait de payer en roubles. La Russie attendait sans doute qu’un État membre, l’Italie ou l’Allemagne peut-être, se désolidarise. »

      « J’avoue ne pas savoir quel est le signal politique que voulait donner Vladimir Poutine, au-delà de la volonté de renforcer sa monnaie », s’interrogeait de son côté la ­semaine dernière Jean-Pierre ­Clamadieu, le président d’Engie, sur Franceinfo.

      Est-ce que Moscou va vraiment interrompre ses livraisons de gaz ? L’an dernier, les exportations de gaz ont rapporté 62 milliards de dollars à la Russie. Vladimir Poutine bluffe-t-il ? La réponse restait floue jeudi soir. Fermer les gazoducs peut s’avérer techniquement complexe, surtout si la Russie manque de volumes de stockage, indiquait la semaine dernière au Figaro Jaroslav Demchenkov, le vice-ministre ukrainien de l’Énergie.

      « Si nous n’avons plus de gaz russe, il y aura quelques mois difficiles en France, mais Poutine n’a pas un levier décisif sur la France », voulait rassurer récemment un ministre d’Emmanuel Macron.

      J’aime

    1. + l’autre scandale KHOLERGATE qui devrait vraiment vous mettre en colère et qui est expliqué depuis des mois déjà sans que personne ne le relaye !

      J’aime

      1. AFFAIRE KOHLER : LE SCANDALE QUI MENACE MACRON – 01/11/2021 – par BLAST le souffle de l’info

        Blast a la volonté d’être un espace de liberté pour sortir des enquêtes et de collaboration avec d’autres médias indépendants, c’est donc tout naturellement que nous avons accepté d’être diffuseur de ce documentaire pilote sur le pouvoir, et que nous soutenons Off investigation dans sa campagne pour se lancer.

        J’aime

      2. Usul. L’affaire Kohler, une bombe à retardement – 29 OCTOBRE 2018 !

        Médiapart – L’arrivée au pouvoir d’une bande de hauts fonctionnaires très portée sur le monde des affaires ne pouvait pas se faire sans soulever un certain nombre de conflits d’intérêts. C’est cette question qui est au cœur de l’affaire Alexis Kohler, du nom du secrétaire général de l’Élysée. Cette affaire délicate et gênante pour l’exécutif ne semble pas avoir suscité l’intérêt du grand public, sans doute du fait de sa complexité. Voilà pourquoi il n’est sans doute pas inutile d’y revenir, afin que chacun comprenne bien ce qui est reproché à Alexis Kohler, le bras droit d’Emmanuel Macron.

        J’aime

  17. Poisson d’avril ou pas ?

    Medvedev : « La Russie ne fournira du blé qu’aux pays amis, l’Europe et l’Amérique du Nord n’en sont pas » ► https://lemediaen442.fr/medvedev-la-russie-ne-fournira-du-ble-quaux-pays-amis-leurope-et-lamerique-du-nord-nen-sont-pas/

    Après les déclarations du 31 mars 2022 de Vladimir Poutine, « Avec les pays qui refusent de payer en roubles pour le gaz, les contrats s’arrêteront ! » c’est au tour de l’ancien président russe et actuel vice-président du Conseil de sécurité de Russie, Dimitri Medvedev, d’en rajouter une couche… et pas des moindres.

    Alors que l’Occident plonge la tête dans le sable — au risque de sacrifier sa population — afin de contenter les États-Unis, selon la chaîne de télévision russe NTV, Dimitri Medvedev répond aux sanctions européennes envers son pays par un retour de bâton. « Nous ne fournirons de la nourriture et des récoltes qu’à nos amis (heureusement, nous en avons beaucoup, et ils ne sont pas du tout en Europe et en Amérique du Nord). Nous vendrons à la fois pour des roubles et pour leur monnaie nationale dans des proportions convenues. Nous ne fournirons pas nos produits agricoles à nos ennemis. Et nous n’achèterons rien d’eux. »

    Déjà dépassés par la force de frappe au niveau militaire, les Européens vont devoir redescendre au plus vite, car la force de frappe alimentaire russe est bien plus puissante. Medvedev le rappelle : « Il se trouve que la sécurité alimentaire de nombreux pays dépend de nos approvisionnements. Il s’avère que notre nourriture est notre arme silencieuse. Et si quelqu’un ne sait pas ou a oublié, alors l’exportation de nos produits agricoles dépasse l’exportation d’armes réelles — elle s’élevait à plus de 37 milliards de dollars l’année dernière.«

    Le Média en 4-4-2

    J’aime

  18. Le cabinet BCG mandaté pour 358 200€ afin que l’État décroche le téléphone ! L’époux d’Amélie de Montchalin travaille justement au BCG…

    https://www.lelibrepenseur.org/le-cabinet-bcg-mandate-pour-358-200e-afin-que-letat-decroche-le-telephone/

    J’imagine qu’ils ont mandaté d’autres cabinets de conseil à coups de dizaines de millions d’euros afin de leur demander comment les services de l’État doivent allumer la lumière dans leurs locaux ! Comment les services de l’État doivent garer les véhicules dans le parking… ! Nous avons constaté la proximité d’un des patrons de McKinsey avec Emmanuel Macron et maintenant nous constatons l’extrême proximité d’un des responsables du cabinet de conseil BCG avec la ministre Amélie de Montchalin, et ça ne choque pas grand monde dans les ministères…

    « Elle correspond à une commande qui découle d’un comité interministériel de la transformation publique, conduit par le Premier ministre.

    Il constitue la base du plan téléphone qui doit permettre une meilleure accessibilité et une meilleure qualité des services publics. Nous avons atteint 85 % des objectifs que nous nous étions fixés, en produisant notamment un certain nombre de cadrages qui nous permettent de suivre le taux de décroché de chacun des numéros de service public », a assuré la ministre.

    Un dispositif qui s’est inscrit dans le cadre de la fin de la surfacturation des numéros des plateformes téléphoniques publiques. Depuis le 1er janvier 2021, les numéros surtaxés sont proscrits pour les administrations et les organismes chargés d’une mission de service public (39 39 « Allô service public », les numéros dédiés aux paiements des amendes de radars automatiques et des forfaits post-stationnement, les numéros de contact de l’Urssaf, le 32 30 de la Caf…, voir l’article de Que Choisir).

    « Il nous semblait qu’il fallait garantir la qualité de ces plateformes. Il nous permet de nous assurer que les services publics continuent de bien fonctionner et restent joignables par les Français. » Pas d’infos plus précises sur la période, ni sur la durée de cette mission de 2019.

    En revanche, le Sénat n’a pas interrogé la ministre sur les fonctions que son mari a occupées au BCG. En effet, fin mars 2019, la députée Amélie de Montchalin était nommée secrétaire d’État aux Affaires européennes (avant de passer à la transformation publique en 2020), alors que son époux, Guillaume de Montchalin, était l’un des principaux membres des équipes consumer & marketing et sales & pricing du BCG (relire ici). Il en est parti pour Eurazeo en avril 2020.

    Consultor – 10 février 2022

    J’aime

    1. Z’en parlait hier à la téloche sur les chaines d’infos !

      N’en jetez plus la cour est pleine ?…

      IN VIVO : Courses de fond pour moi depuis 1 mois et depuis la levée de l’interdiction du port de la muselière en intérieure = beaucoup la porte encore ! Vue une femme avec son môme d’environ 10ans, masqués !…

      La gonzesse qui s’est garée à côté de nous dans le parking portait son masque en voiture !

      Beaucoup de monde donc encore masqués…

      J’aime

      1. De ce que je constate, entre 10 et 15% qui conservent la muselière toujours partout !

        Je suis allée à une réunion publique cette semaine, et obligation de signer une liste de présence à cause du méchant virus et de son retour en puissance…si vous êtes cas contact… blablabla…

        J’ai clos le bec de certains maires présents et autres plumitifs étatiques, en leur disant :

        Selon la doxa officielle le masque protège, or les mailles du masque sont visibles, alors que le virus ne peut-être observé qu’au microscope électronique…
        Le virus vous attaque lorsque vous êtes assis…debout il vous laisse tranquille…
        Quelles sont les personnes qui ont le plus souvent des thromboses depuis le début de la vaccination Covid ?

        Certains ont filé à l’anglaise, dont mon maire qui est un super courageux !!!

        Et si toutefois je suis cas contact, ça va barder car il est hors de question que je me plie à leurs conneries…

        J’aime

    1. Une autre enquête sur Klaus Schwab est celle de Johnny Vedmore du site Unlimited Hangout et qui mériterait vraiment d’être traduite et republiée.

      A ma connaissance, c’est l’enquête la plus détaillée et la plus complète sur le gourou de Davos.

      https://unlimitedhangout.com/2021/02/investigative-reports/schwab-family-values/

      Vu le rôle central du bonhomme, il est grand temps de le bombarder de publications révélatrices afin que l’opinion prenne enfin conscience dans quelles mains leur destin a été livré. Posez la question autour de vous de qui connait Klaus Schwab et son projet. Pas grand monde. Moi même j’ai d’abord entendu parler de Great Reset bien avant d’avoir connaissance de Schwab, de qui il était et de son parcours. Ce type il ne faut pas le lâcher et je suis très heureuse de voir que ça commence à en parler au parlement australien. C’est un début. Plus on en parlera moins ses projets resteront dans l’ombre.

      J’aime

    2. ALERTE INFO : INOCULATION FINALE DES PEUPLES EN COURS…

      En fait, l’oligarchie et son plan de système mutant a un point commun avec l’Anarchie : la fin des États-nations, simplement le but diffère totalement : le but oligarchique est de le remplacer par une dictature technotronique mondiale avec réduction massive de la population (par inoculation à ARNm) et faire de grandes zones de la planète un goulag à ciel ouvert où les zombies micro pucés errent dans le seul but de consommer et d’obéir.

      Le but de l’Anarchie est bien évidemment totalement différent : c’est l’ÉMANCIPATION finale des peuples et la vie organique de l’ensemble complémentaire bien compris. En ce moment, dans cette fenêtre politique spécifique où nous sommes, les anarchistes sont des alliés objectifs du N.O.M., ce n’est pas un hasard si le système soutient les soi-disant « antifas » et matraque les Gilets Jaunes (en France et leur équivalent ailleurs..).

      Cependant, il ne faut pas perdre le Nord, ne pas perdre de vue l’objectif qui est et demeurera toujours la révolution sociale émancipatrice hors État, hors marchandise, hors argent et hors salariat. Tout ce qui est fait et inventé pour nous diviser n’est que propaganda : l’antiracisme (choc des civilisations bidon et fabriqué de toutes pièces), le féminisme, le LGBT, le terrorisme, l’immigration, le RCA, maintenant le COnVID/ Coronavirus ou virus à couronne, le sociétal, institutionnels et institutionnalisés à dessein.

      Nous devons (nous) transcender, aller au-delà des querelles de clochers de la division systémique induite, accepter nos différences et converger vers le but émancipateur commun. Il est là le défi et il est de taille parce que la mouvance dite « socialiste » passe son temps en guerres de clochers, parce qu’elle s’est laissée institutionnaliser, y compris la vaste majorité « anarchiste » sous contrôle ; Nous devons aller aux sources de la puissance organique de la lutte et nous hisser au-delà de la mer*e de la division institutionnelle. Pour beaucoup c’est mission impossible. C’est pourtant la seule voie qui deviendra évidente à un moment donné, mais sera-t-il déjà trop tard ? Nous pensons que non, nous pensons que l’Humanité prévaudra, mais qu’elle y laissera un paquet de plumes. Il est clair que ce n’est pas le moment de mollir, et il convient, pensons-nous, d’axer la réflexion sur tout cela afin de pouvoir s’attendre à de meilleures actions de terrain et non pas à la sempiternelle révolte pilotée de l’intérieur qui fait changer quelque chose afin qu’au bout du compte… rien ne change…

      Macron & son Monde ont été chargés de mettre En Marche l’Agenda oligarchique de dépopulation, initié par Sarkozy, 1ère taupe Zunienne, pour nous faire monter marche par marche l’escalier de la Grande Réinitialisation jusqu’au N.O.M. !

      Or, tout projet peut se réaliser ou échouer, peut être mis en place ou mis en échec, réussir ou foirer. Notre pouvoir individuel et collectif est celui de dire NON ! En masse et de le mettre en échec une bonne fois pour toutes ► https://jbl1960blog.files.wordpress.com/2020/11/r71-quelle-connexion-entre-la-mort-du-capitalisme-et-le-nom-en-marche-nov20.pdf

      Cliquer pour accéder à r71-quelle-connexion-entre-la-mort-du-capitalisme-et-le-nom-en-marche-nov20.pdf

      J’aime

  19. Les informations sur la criminalité des Biden sont à relayer de façon à rabattre le caquets des perroquets et autres bonimenteurs de la foire médiatique.
    Biden n’a jamais été le président américain contrairement au film tronqué relayé par radio-télévision Rothschild tourné dans leurs studios de cinéma.

    https://www.telegraph.co.uk/news/2022/03/30/joe-biden-president-name-us-establishment-refuses-admit/

    Son fils -Hunter- est un criminel de la pire espèce.

    J’aime

  20. Connaissez vous le figuier des banians que l’on trouve en Inde ? Ca parait complètement à l’ouest du problème McKinsey et pourtant vous comprendrez mieux en regardant cette excellente video parue l’année dernière.

    J’aime

    1. Excellente introduction avec le figuier des banians effectivement !

      Tout commence, comme je le dénonce ici depuis décembre 2015 avec Sarko l’Américain et 1ère taupe zunienne = OUI !

      Macron se défend bien mal, car c’est lui qui a étendu et élargi comme le figuier des banians les recours aux Cabinets de Conseils comme McKinsey mais pas que !

      J’aime

  21. Le véritable Anthony Fauci, Bill Gates, Big Pharma et la guerre globale contre la démocratie et la santé publique, Robert F. Kennedy Jr (chapitre 12, 2ème partie) ► https://resistance71.wordpress.com/2022/04/01/le-veritable-anthony-fauci-bill-gates-big-pharma-et-la-guerre-globale-contre-la-democratie-et-la-sante-publique-robert-f-kennedy-jr-chapitre-12-2eme-partie/

    Chapitre 12 Jeux de germes – Jeux de guerre : la genèse de l’État de bio-sécurité – 2ème partie avec laquelle j’ai fait avancer le PDF qui est très bientôt fini…

    La CIA a une longue et solide histoire de promouvoir secrètement les programmes d’armes biologiques américains. Un des tous premiers projets de l’agence fut l’établissement d’un réseau “d’exfiltration des rats” que les officiers des renseignements américains mirent en place pour faire passer quelques 1600 armes biologiques et chimiques ainsi que leurs techniciens experts après la seconde guerre mondiale, de nombreux d’entre eux étant des nazis du parti et des criminels de guerre notoires, maintenus hors de portée du tribunal militaire allié de Nüremberg. Les directeurs d’une opération célèbre au nom de code “Paperclip” ou “Trombone”, fournirent à ces chercheurs de nouvelles identités et les mirent au travail pour développer l’arsenal biologique américain à Fort Detrick et ailleurs, ce même après la signature de la convention de 1972.

    […]

    Le Dr Michael Callahan est un des plus grands noms de la recherche en armes biologiques. Il géra un programme de biosécurité pour la succursale de la CIA qu’est l’USAID avant de devenir le directeur pour la recherche en armement biologique de la DARPA. C’est là qu’il entra en concurrence avec le NIH pour laver le fric au travers l’Eco Health Alliance de Peter Daszak dans la recherche biologique pour l’armement, ceci incluant à terme, le laboratoire de Wuhan.

    En tant que directeur au DARPA, Callahan lança le projet PREDICT en 2009, suite à la fausse pandémie de grippe aviaire lancée par Jeremy Farrar. PREDICT semble être une réincarnation du projet Argus de la CIA sous couvert de l’USAID.

    […]

    Le programme PREDICT de l’USAID se targue d’avoir identifié près de mille nouveaux virus, incluant une nouvelle version d’Ebola et a entrainé quelques 5000 personnels. En octobre 2019, très peu de temps avant l’émergence de la COVID-19, l’USAID a soudainement arrêté sont financement du programme PREDICT.

    […]

    Callahan et sa cohorte savaient très bien qu’ils jouaient avec le feu. En 2005, Callahan témoigna devant le congrès des Etats-Unis alors qu’il passait à sa nouvelle fonction à la direction de DARPA. Il conclut alors son audition par un avertissement à faire froid dans le dos au sujet de la nouvelle implication de la nation avec le programme à deux face Janus de “gain de fonction” des dr Fauci, Kadlec et Callahan lui-même :

    “La sombre science de la création d’armes biologiques et leur production est en parallèle avec les sciences de la santé et sont des disciplines bâtardes de la technologie moderne. Les avancées potentielles dans la létalité des armes biologiques seront en partie les résultats de progrès scientifique pacifique. Alors, jusqu’à ce qu’il n’y ait plus de terroristes, le gouvernement et le peuple des Etats-Unis dépendront des leaders scientifiques en leur domaine pour identifier tout sombre danger potentiel et sombre aspect de chaque résultat.”

    Même après avoir quitté DARPA et l’USAID, Callahan se targuait périodiquement de sa continuelle influence sur la politique de réponse américaine à la pandémie aux plus hauts niveaux du gouvernement.

    […]

    dès 2011, BioPort profitait déjà très bien du domaine des armes biologiques / vaccins. Après le 11 septembre, le président Bush probablement suivant les injonctions du ministre Rumsfeld, de Robert Kadlec et du dr Fauci, avait placé la laboratoire de BioPort dans le Michigan sous protection gouvernementale dans “l’intérêt national”.

    […]

    Note des traducteurs :

    s’ensuivent ici 6 pages de narration détaillée de la corruption des entreprises concernées. A lire dans le bouquin.

    […]

    Comment les jeux de guerre sont devenus des instruments pour imposer l’obéissance

    Dark Winter, Atlantic Storm et Global Mercury ne furent que trois de plus d’une douzaine de jeux de germes mis en place par les planificateurs de l’armée, de la médecine et du renseignement, ce qui a mené directement au COVID-19. Chacun de ces exercices kafkaïens est devenu une prédiction d’un âge dystopique que les planificateurs de pandémies appellent “le Nouveau Normal”. La caractéristique consistante est une affinité au sein de leurs fabrications de simulation pour une médecine militarisée introduisant une gouvernance autocrate centralisée.

    Chaque répétition générale se termine avec la même punchline démoralisante : la pandémie globale est une excuse pour justifier de l’imposition de la tyrannie et d’une vaccination forcée. La répétition de ces exercices suggère qu’ils servent de répétition ou d’exercice d’entrainement pour un agenda sous-jacent de coordination du démantèlement mondial de la gouvernance démocratique.

    […]

    Après 9/11, le cartel montant de la biosécurité a adopté des simulations comme signaux de mécanismes de la chorégraphie de la réponse à des urgences parmi les technocrates entrepreneuriaux, politiques et militaires, en charge de gérer les urgences dans le monde. La planification par scenario est devenue un outil indispensable pour que de multiples centres de coordination coordonnent des stratégies complexes d’imposition simultanée de contrôle coercitif dans les sociétés démocratiques à travers le monde.

    Virtuellement toutes les scenarios de planification de pandémies emploient des assomptions techniques et des stratégies familières pour quiconque a lu les tristement célèbres manuels de guerre psychologique de la CIA pour briser, annihiler les sociétés indigènes et leurs économies traditionnelles ainsi que leurs liens sociaux, pour imposer l’isolation et la démolition des économies traditionnelles afin de vaincre toute résistance, de promouvoir le chaos, la démoralisation, la dépendance et la peur, ainsi que pour imposer une gouvernance centralisée autocrate.

    En particulier, les exercices incorporent des techniques d’opération psychologique (PsyOp) glanées de la célèbre “Expérience de Milgram”. Dans ces exercices ces années 60, le professeur de psychologie de l’université de Yale, Stanley Milgram, fut capable de démontrer que les chercheurs pouvaient manipuler formellement des “citoyens ordinaires” de toutes catégories sociales, à violer leur propre conscience et à commettre des atrocités aussi loin qu’une figure d’autorité (comme un docteur ou un scientifique en blouse blanche), leur ordonnait de le faire.

    […]

    Dans son livre “Au sujet de la torture : les interrogatoires de la CIA de la guerre froide à la guerre contre le terrorisme”, par l’historien de l’université du Wisconsin Alfred W. McCoy, celui-ci suggère que les expériences d’obéissance conduites à Yale furent financées par la CIA en tant qu’études du programme MKUltra sur le contrôle du comportement humain.

    […]

    Milgram a d’abord proposé sa recherche sur l’obéissance dans une sollicitation du Group Psychology Branch de l’Office of Naval Research (ONR), bureau de recherche de la marine, couloir clef de la recherche et des expériences MKUltra de la CIA sur le contrôle humain. Le recteur qui embaucha Milgram plus tard à l’université de New York était un ancien directeur adjoint de l’ONR […] Les autres connexions de Milgram avec le programme de guerre psychologique de la CIA sont trop nombreuses pour être ici mentionnées.

    Dans une révélation toute aussi importante, les expériences sur le contrôle de l’esprit de la CIA identifièrent l’isolation sociale comme le protocole principal pour contrôler le comportement individuel et sociétal : “En 1960, un des sous-traitants le plus actif de l’agence, Lawrence Hinkle de Cornell University, confirma la signification de l’isolation sociale… pour l’effort de contrôle des esprits de la CIA… à la lumière de la littérature neurologique, comme une des techniques ayant le plus de promesse en ce domaine.”

    La recherche de la CIA trouva que “l’effet de l’isolation sur la fonction cérébrale d’un individu est du même ressort que si celui-ci avait été battu, affamé ou privé de sommeil.”

    L’isolation sociale affecte le développement organique du cerveau et du corps humain, la longévité, la santé cardiovasculaire etc. L’isolation sociale double le risque de mortalité chez les sujets de race noire tout en augmentant les risques de mort prématurée de 60-84% chez des sujets de race blanche, tandis que d’autres études montrent qu’il y a moins de risque pour la santé à fumer une quinzaine de cigarettes par jour ou être un alcoolique, que d’être socialement isolé.

    […]

    La planification par scenario en d’autres termes, est une technique très efficace de contrôle cérébral pour créer et renforcer des orthodoxies anti-démocratiques parmi des leaders politiques clef, les médias et la technocratie et de préparer la nation à tolérer un coup d’état contre la constitution sans avoir de résistance.

    En 2009, le président Obama déclara la biosécurité comme le fer de lance de la politique étrangère américaine, dispersant des memos dans toutes les agences gouvernementales les instruisant d’intégrer la biosécurité dans leur mission.

    […]

    Peter Schwartz écrivit un rapport scenario financé par la Fondation Rockefeller et intitulé “Scenarios for the Future of Technology and International Development”. une section de ce rapport appelée “Lockstep” renforça l’orthodoxie montante disant qu’une tyrannie mondiale état l’antidote aux maladies infectieuses.

    […]

    En 1993, Schwartz avec Steward Brand et Nicholas Negroponte, était la force motivante derrière la création du magazine Wired, qui devint le centre de l’information de masse de l’écosystème bourgeonnant de l’internet. Le magazine devint rapidement un mode de communication central pour la discussion des agences de renseignement.

    […]

    Wired gagna une renommée et une importance grandissantes au début des années 2000, à la même époque où la CIA lançait sa célèbre firme d’investissement In-Q-Tel afin d’infiltrer l’industrie technologique et placer la Silicone Valley sous stéroïdes avec des facilitations dans la réglementation et pleins de contrats gouvernementaux. Notons que la planificatrice de scenario Tara O’Toole fut vice-présidente exécutive de In-Q-Tel…

    Il faut aussi se rappeler aussi ici que les agences de la défense et du renseignement eurent une tête de pont dans l’industrie technologique dès le départ, en effet la DARPA avait créé l’internet en construisant la grille ARPANET en 1969. DARPA est le fond de recherche et d’investissement angélique du Pentagone. En plus d’avoir créé internet, DARPA a aussi créé le GPS, les bombardiers furtifs, les satellites météorologiques, les drones et le fusil d’assaut M16. DARPA fut peut-être le plus gros financier de la recherche sur le gain de fonction viral, devant même le NIH de Fauci certaines années. Rien qu’en 2017, DARPA fit passer au moins 6,5 millions de dollars à la blanchisserie de Peter Daszak et son EcoHealth Alliance pour financer des recherches au laboratoire de Wuhan en Chine. DARPA finança d’autres recherches sur le gain de fonction à Fort Detrick et d’autres recherches au travers du laboratoire de Batelle à St Joseph dans le Missouri. Au début de 2013, DARPA finança aussi les technologies clef pour le vaccin Moderna.

    […]

    En 2010, la directrice visionnaire de DARPA, la Dr Regina Dugan, passa chez Google au bureau exécutif et en 2016, elle passa chez le concurrent de Google, Facebook, gérant un projet mystérieux du nom de Building 8. En 2018, elle transféra de nouveau vers Wellcome Leap, un projet d’innovation technologique pour la santé du Wellcome Trust. Ses pérégrinations démontrent s’il le fallait encore, les liens incessants existant entre Big Tech, Big Pharma et les agences du renseignement et de la défense.

    […]

    Le financement de départ pour le magazine Wired provint du fondateur du Media Lab du MIT Nicholas Negroponte, dont le frère, John Negroponte, fut le premier directeur de l’Agence Nationale du Renseignement et tristement célèbre pour son soutien inconditionnel aux escadrons de la mort qui sévissaient en Amérique Centrale. La fonction centrale du magazine Wired était d’ “effacer jusqu’à la dernière particule de pensée progressiste dans l’information rapportée sur le monde en ligne qui se développe et de promouvoir une vue pro militaire, entreprise, agence de renseignement au sein du média numérique et de la communauté de la technologie.”

    […]

    En 2015, Wired émergea comme le promoteur d’un style particulier de déni de l’épidémie d’autisme sévissant et connu sous le nom de “Neuro-diversité”. En normalisant l’autisme comme une “neuro-diversité”, ce mouvement cherchait à diluer les chiffres de l’autisme, de nier toute association de la condition avec les vaccins, et de promouvoir de manière plus large que les vaccins sont sûrs et que les blessures suite à vaccination ne sont que des illusions, voire des visions malades de fêlés de la cafetière. Ce “mouvement” a fait naître toute une armée “d’activistes” et de trolls, armés pour attaquer les chercheurs sur l’autisme, les groupes sociaux et même les familles des enfants atteints après vaccination.

    […]

    Le magazine Wired est aussi également la tête de pont écrite de ce sinistre mouvement qu’est le transhumanisme, qui se fait l’avocat de l’intégration, de la fusion de l’être humain avec la machine.

    […] Dans ses approches doctrinaires variées, le transhumanisme a de fervents soutiens au sein de l’élite de la Silicon Valley incluant des titans C-suite de Microsoft, Facebook, Tesla de Elon Musk, le directeur de l’ingénierie de Google Raymons Kurtzweil, le fondateur de Paypal Peter Thiel, le titan de la biotechnologie Martine Rothblatt et bien sûr Bill Gates. In-Q-Tel a fait du transhumanisme un des thèmes persistant de ses stratégies d’investissement à long terme.

    […]

    A partir de 2010, le partenariat entre Bill Gates et le dr Fauci devint le fer de lance de l’agenda de la biosécurité mondialiste. Bill Gates commença alors des associations avec des planificateurs de la défense et du renseignement afin de mettre en place des suivis de simulations réguliers. Chaque exercice subséquent répétait le scenario “Lockstep” de Schwartz pour des audiences différentes et des influenceurs de pouvoir. Ces exercices servaient d’outils aux planificateurs pour répéter leurs schémas avec une fonctionnalité critique, pour coordonner les communications et chrorégraphier les actions des divers gouvernements, de l’industrie, de l’armée, du renseignement, du secteur de l’énergie, et des centres de pouvoir financier, dans leur marche de verrouillage pour remplacer la démocratie constitutionnelle par une ploutocratie autoritaire. La “guerre globale contre les maladies infectieuses” fournissait la logique derrière le gouvernement oppresseur et les interventions corporatrices entrepreuneriales. L’arsenal de cette guerre et la mise en place de toute une batterie sans fin de vaccins obligatoires pour combattre des maladies créées comme armes biologiques par le gain de fonction et promus par des outils marketing de la propagande sophistiquée des gouvernements/entreprises.

    En février 2017, Gates a dit à la conférence de Munich sur la sécurité que “nous ignorons à nos propres risques le lien entre la sécurité de la santé et la sécurité internationale.” Il lança un avertissement: “Une pandémie mondiale létale se produira au cours de nos vies, que ce soit par un élan de la nature ou de la main d’un terroriste. Le monde doit se préparer aux épidémies de la même manière que l’armée se prépare à la guerre.”

    A la mi-2017, la Fondation Rockefeller et les planificateurs de l’agence de renseignement avaient passé à Bill Gates le baton de relais comme financier principal et homme-vitrine des simulations régulières de pandémies de la communauté militaire et du renseignement. En mai, les ministères de la santé des 20 pays les plus riches (G20) se rassemblèrent pour la première fois à Berlin pour participer à un scenario exercice commun ayant pour thème la Chine répondant à une contagion d’un virus pour l’occasion nommé MARS pour Mountain Associates Respiratory Virus, Mars étant aussi le dieu de la guerre romain. Les institutions gouvernementales allemandes collaborèrent pour produire la simulation avec la FBMG, la FR, la Banque Mondiale, l’OMS et la Robert Koch Institution (RKI). Les ministères de la santé participant allaient des Etats-Unis à la Russie en passant par l’Inde, la Chine, la France, la GB, l’Allemagne, le Canada, l’Argentine, le Brésil, la Corée du Sud, le Mexique, l’Arabie Saoudite, l’Indonésie, l’Afrique du Sud, la Turquie et l’Union Européenne. Les deux modérateurs de l’exercice travaillaient étroitement avec la FBMG : David Heymann, un épidémiologiste de la London School of Hygiene and Tropical Medicine financée par la FBMG et le CEO de Moderna Stéphane Bancel, aussi au comité directeur de la Fondation Mérieux USA. BioMérieux est l’entreprise française qui a construit le laboratoire de Wuhan en Chine.

    […]

    En octobre 2017, Bill Gates rassembla une autre réunion pandémique au John Hopkins Center for Health and Security, le centre de commandement mondial de la biosécurité. La FBMG avec le NIAID et le NIH est un des financiers principaux de la John Hopkins Bloomberg School of Public Health. SPARS 2017 chroniquait la pandémie d’un coronavirus imaginaire entre 2025 et 2028. Cet exercice se révéla être un étrange prédicateur de la pandémie COVID un peu plus de deux ans plus tard.

    Le groupe de travail de Gates qui mit alors en place cet exercice, était une collection de personnes ayant des liens profonds avec les agences de renseignement et le NIH. Ceci incluait Luciana Borio, vice-présidente de In-Q-Tel de la CIA et Joseph Buccina, directeur de bureau de soutien à la communauté du renseignement et de B.Next Operations à In-Q-Tel.

    […]

    Sous le nom de code “SPARS Pandemic”, Gates présida une bien sinistre école d’été pour mondialistes, espions, barbouzes et technocrates en tout genre à Baltimore. Les intervenants jouèrent un jeu de rôle dans des stratégies de cooptage des institutions politiques les plus influentes au monde, subvertissant la gouvernance démocratique et se positionnant eux-mêmes comme les dirigeants non élus d’un régime autoritaire émergent. Ils mirent en pratique des techniques afin de contrôler la dissidence sans pitié, contrôler l’expression et le libre mouvement, dégrader les droits, l’autonomie et la souveraineté. La simulation de Gates focalisa sur le déploiement de l’habituel flot de propagande dans une opération psychologique de masse, de surveillance, de censure, d’isolation et de contrôle politique et social afin de gérer la pandémie. Le sommaire officiel de 89 pages de cet exercice est un véritable miracle pour diseur de bonne aventure, une prédiction incroyablement réalisée mois par mois de la pandémie COVID-19 telle qu’elle s’est déroulée dans la réalité.

    […]

    La simulation de Gates instruit les fonctionnaires de la santé publique et autres collaborateurs du cartel mondial de la vaccination ce à quoi s’attendre et comment se comporter durant la peste à venir. En lisant ces 89 pages, il est difficile de ne pas interpréter cette incroyable prémonition comme étant un plan et exercice d’entrainement pour remplacer la démocratie avec de nouveaux régimes de tyrannie médicale mondiale militarisée. Le scenario dirige les participants à déployer des narratifs propagandistes répandant la peur afin d’induire une psychose de masse et de diriger le public vers une obéissance des plus questionnable envers un ordre social et économique émergent.

    […]

    D’après le scenario, fin janvier [2025], SPARS s’est étendu dans tous les états de l’Union et dans 42 pays. en un temps record, une coalition d’entreprises ingénieuses et de fonctionnaires gouvernementaux héroïques, produit miraculeusement un vaccin, le “Corovax”, juste à temps pour une utilisation d’urgence en juillet 2026.

    Cette merveille de la médecine rencontre une résistance de la part de plusieurs groupes nuisibles qui se plaignent que les labos n’ont pas suffisamment et correctement testé les injections. Parmi ce ramassis d’ingrats se trouvent les Afro-américains, les enthousiastes des médecines alternatives et un nombre rapidement croissant de membres du mouvement anti-vaccination se répandant dans les médias sociaux. Mais les gouvernements et les leaders des industries dépeints dans ces 89 pages ont des plans pour réduire au silence et censurer ces dangereux éléments et d’écraser toute résistance.

    L’équipe du SPARS répond à ces indigents par un flot de propagande afin de noyer le doute dans une éloge du vaccin, une mise au pilori des hésitants vaccinaux et autres appels patriotiques.

    […]

    Au printemps 2026, alors que se déroule plein pot la vaccination sous Autorisation d’Utilisation d’Urgence (AUU), les réserves du public concernant l’injection se multiplient. Le scenario prédit des vagues de blessures neurologiques graves dues au vaccin apparaissant parmi les populations, surtout chez les jeunes adultes et les enfants. Le CDC doit faire face à une montée du scepticisme quant à la létalité réelle du virus comparée à ses prédictions exagérées, le chiffre officiel de mortalité montrant que la mortalité du coronavirus est peu ou prou celui de la grippe saisonnière.

    Les organisateurs du SPARS avertissent qu’une baisse des chiffres de mortalité déclenchera “un sentiment public, largement répandu dans les médias sociaux, que le SPARS n’était en fait pas si dangereux que le disaient les prévisions initiales.” Cette baisse périlleuse du niveau de la peur populaire met en danger toute l’entreprise vaccinale. L’équipe SPARS se tourne alors ver un porno pandémique en répétant constamment le nombre de morts et le nombre de “cas”, afin d’amplifier les décibels de la peur et d’assurer le succès de leur inoculation de masse. Pour résoudre le problème de la dangereuse nonchalance publique, le CDC et la FDA, de concert avec d’autres agences gouvernementales et leurs experts en médias sociaux, commencent à développer une nouvelle campagne de propagande de santé publique : “Créer une nouvelle série de messages qui pourront être partagés par toutes les agences de gouvernement et de santé publique pendant les plusieurs mois qui suivent et durant lesquels le vaccin anti-SPARS pourrait être introduit sur le marché.”

    […]

    Même une lecture en diagonale de ce document de planification de la fondation rend très clair que la préparation de Gates a peu à faire avec la santé publique et tout à faire avec la limitation des libertés et le marketing agressif de vaccins.

    Les planificateurs disent à leur audience sélectionnée “ces fournisseurs de santé publique et les communicateurs sur la pandémie”, que les préoccupations du public et ses réactions aux dommages potentiels des effets secondaires de la vaccination peuvent être noyées en inondant les ondes avec les bonnes nouvelles en provenance du vaccin et de ses succès. Le rôle perturbateur des médias de masse dans ces exercices est la diffusion de la propagande, l’imposition de la censure et la fabrication du consentement à une politique oppressive.

    […]

    A la fois les titans des médias de masse et des réseaux sociaux sont parfaitement disposés à servir les élites mondialistes.

    […]

    Gates et son équipe assurent les planificateurs pandémiques qu’il sera facile d’éviter toute culpabilité pour la vague de blessures et dégâts neurologiques sur le long terme et causés par leurs vaccins expérimentaux.

    […]

    D’après les organisateurs, le but de la simulation de Gates était de préparer “les communicants en santé publique” en leur donnant un modèle pas à pas de ce que sera la prochaine pandémie. Dix-huit mois dans la pandémie COVID-19, il est difficile de voir le document de planification détaillé de Gates en 2018 sans avoir ce sentiment qu’on se joue de nous.

    =*=
    Le chapitre 12 est le dernier chapitre du livre dynamite de Robert F. Kennedy Jr.

    Au moins, après cela, plus personne, en France ne pourra dire ; Je ne savais pas, ou pire, je ne pouvais pas savoir !

    C’est pour cela que je réalise ce PDF, comme j’ai réalisé tous les autres. Alors, actuellement, la censure par déréférencement divise par 3 ou 4 les audiences des gros sites, imaginez le mal que ça fait à des tous petits blogs comme le mien ?…

    Ajoutez à cela des problèmes techniques que nous imposent WP cela sans que nous puissions rien faire, sinon nous adapter !

    Voilà pourquoi j’ai choisi de me mettre en retrait et de « nourrir » mes billets en section commentaires en publiant moins mais sur des sujets plus ciblés.

    JBL

    J’aime

  22. Samedi 2 avril : des manifestations pendant le premier meeting d’Emmanuel Macron ► https://www.francesoir.fr/politique-france/manifestations-samedi-2-avril

    À Paris, les points de rendez-vous seront les suivants :

    14 h 30 place Auguste Métivier (Gilets jaunes)
    14 h 30 place de la Bastille (Gilets jaunes, Sébastien Philippart)
    16 h place Pierre Laroque (Patriotes)

    Et, pour beaucoup d’autres villes de France, voici une liste non exhaustive des points de rassemblement :

    Samedi 19 mars :
    • Agen – 14 h au Gravier
    • Ajaccio – 14 h – place de la mairie
    • Angers – 14 h kiosque du jardin du Mail
    • Angoulême – tous les samedis – 14 h – place New York
    • Annecy – tous les samedis – 13 h 30 – Préfecture
    • Aurillac – tous les samedis – 10 h – place des Droits de L’Homme
    • Auxerre – tous les samedis – 14 h – place de l’Arquebuse
    • Auch – 14 h place de la Libération
    • Autun – 15 h au kiosque à musique – place du champ de Mars
    • Avignon – 14 h place de l’horloge
    • Beauvais – 14 h – cathédrale
    • Besançon – tous les samedis – 14 h – place de la révolution
    • Béziers – tous les samedis – 10 h – 30 place du 14 juillet devant la médiathèque
    • Bordeaux – 14 h place de la Bourse
    • Bourg en Bresse – tous les samedis – 14 h – dans le parc face à la préfecture
    • Briare (45) – 14h30 – place de la République
    • Caen – tous les samedis – 14 h – théâtre
    • Cahors – tous les samedis – 10 h – rond-point de Regourd
    • Châlons-en-Champagne – 14 h au Grand Jarl
    • Chantilly – 10 h parvis de la gare
    • Chartres – tous les samedis – 14 h 30 – place Châtelet
    • Chaumont (52) – 14 h sur le parvis de l’hôtel de ville
    • Cholet – tous les samedis – 14 h 30 – place Travot
    • Clermont-Ferrand 14 h place de Jaude
    • Colmar – 14 h place Rapp
    • Dijon – tous les samedis – 14 h – place de la République
    • Draguignan (Var) – tous les samedis – 15 h – devant la sous-préfecture
    • Dreux – tous les samedis – 10 h – place Mésirard
    • Fréjus – tous les samedis – 14 h – rond-point Géant Casino
    • Gap – tous les samedis – 14 h – kiosque de la pépinière et départ 14 h 30
    • Grenoble – 14 h 30 rond-point Pierre et Marie Curie
    • Herblay – 15 h rond-point du « La Foirfouille »
    • La Flotte en ré – 15 h au carrefour de la Vierge
    • La Rochelle – 13 h 30 devant l’aquarium
    • Lannion – 10 h – quai de l’Aiguillon
    • Le Have – 14 h hôtel de ville
    • Le Mans – tous les samedis – 14 h – 2 rue du Miroir Lycée Marguerite Yourcenar
    • Lille – 14 h place de la République
    • Lyon – 14 h – place Bellecour
    • Lyon – 14 h – place Lyautey
    • Lyon – 14 h – place Guichard (Pour la liberté)
    • Massy – 11 h Place du Grand Ouest (14 h début des prises de paroles pour l’ICS)
    • Marseille – tous les samedis – 14 h – vieux port
    • Metz – 14 h place de la République
    • Montpellier – 14 h place de la Comédie
    • Mulhouse – tous les samedis – 14 h – place de la Bourse
    • Nantes – tous les samedis – 14 h – croisée des trams
    • Narbonne – tous les samedis – 14 h – Les Barques
    • Nice – 14 h – place Garibaldi
    • Orléans – 15 h devant la Cathédrale
    • Paris – 14 h 30 place Auguste Métivier (Gilets jaunes)
    • Paris – 14 h 30 place de la Bastille (Gilets jaunes, Sébastien Philippart)
    • Paris – 16 h place Pierre Laroque (Patriotes)
    • Perpignan – 14 h – place de Catalogne
    • Reims – 14 h place boulingrin
    • Rennes – tous les samedis – 14 h – place de la République
    • Royan – tous les samedis – 15 h – rond-point de l’aérodrome
    • Royan – tous les samedis – 14 h 30 – place Charles de Gaulle
    • Rouen – tous les samedis – 14 h devant la mairie
    • Saint-Brieuc – tous les samedis – 14 h place Duguesclin
    • Saint-Brieuc – tous les samedis – 13 h – sous les halles Place du Martray
    • Saint-Dié-des-Vosges – 14 h 30 – devant la cathédrale (place du G. de Gaulle)
    • Saint-Etienne – 14 h place Jean Jaurès
    • Saint-Florent-des-Bois – 14 h – salle communale
    • Saint-Germain-en-Laye – 11 h parvis de l’église
    • Saint-Nazaire – 14 h hôtel de ville
    • Sélestat – 14 h – square Ehm
    • Strasbourg – 13 h 30 – place Kléber
    • Thonon-Les-Bains – tous les samedis – 14 h 30 – place des Arts
    • Toulon – 14 h place de la Liberté
    • Toulouse – 14 h – métro Jean Jaurès
    • Vannes – tous les samedis – 14 h – esplanade du Port
    • Versailles – 11 h – mairie de Versailles
    • Vichy – 14 h mairie
    • Voiron – 14 h – devant la cathédrale

    J’aime

  23. Excellent article très construit, argumenté et documenté ► À LIRE en entier : De la grippe A(H1N1) à la Covid-19 : l’OMS ne répond plus qu’aux industriels – La rédaction de l’AIMSIB – 31/03/22 ► https://fr.sott.net/article/39773-De-la-grippe-A-H1N1-a-la-Covid-19-l-OMS-ne-repond-plus-qu-aux-industriels

    C’est avec un très vif plaisir que nous accueillons ce jour Michel Cucchi en tant que nouveau membre AIMSIB. Docteur en médecine, docteur en sociologie et directeur d’hôpital, il travaille sur le risque collectif depuis une quinzaine d’années, autant dire que la gestion de la pandémie de covid par les institutions sanitaires a mis sa rigueur intellectuelle à rude épreuve car les prodromes de cette catastrophe étaient déjà perceptibles en 2009. Leurs échos nous aident à comprendre la perversité de la situation sanitaire actuelle et proposent quelques pistes pour en sortir. Voici une démonstration remarquable de la perversité de la situation sanitaire actuelle, ce coup-ci par écrit (*). Très bonne lecture.

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s