PDF À DIFFUSER SANS PITIÉ : LETTRE MODÈLE CNAM/CPAM C/ LE REFUS DE COMMUNICATION DE DONNÉES PERSONNELLES ET MÉDICALES

#NOUSSAVONS & C’EST TOUJOURS NON !

COnVIDe non vaccines dangereux a quoi sert le vaccin

TRACT-PDF N° 314 de JBL1960 APPEL À RÉSISTER & À COCRÉER ► https://jbl1960blog.files.wordpress.com/2021/07/resistance-aux-nazillons-covidistes-la-liste-des-non-vaxxines-juillet-2021-1.pdf

#ONSELÈVE&ON(RÉ)AGIT !

Action urgente à faire : vous pouvez vous opposer à la violation de votre secret médical organisée par la CNIL ► https://exoportail.com/action-urgente-a-faire-vous-pouvez-vous-opposer-a-la-violation-de-votre-secret-medical-organisee-par-la-cnil/

PDF N° 315 de la LETTRE RÉPONSE TYPE pour la CNAM/CPAM  établie par RÉACTION19 https://jbl1960blog.files.wordpress.com/2021/07/lettre-reponse-type-cpam-de-refus-donnees-source-reaction-19-via-jbl1960.pdf

Je me permets ce conseil cependant, plutôt que d’envoyer le courrier en RAR car la CNAM comme la CPAM n’ont plus d’accueil courriers, je vous conseille de l’envoyer en courrier suivi. Du fait notamment que, Michel Dakar qui a adressé une assignation par huissier au Directeur de la CNAM s’est vu répondre que M. Martin étant en télétravail, il lui était impossible de réceptionner cette assignation ► https://jbl1960blog.files.wordpress.com/2021/06/dossier-pour-dire-non-a-linjection-transgenique-experimentale-jbl1960-juin-2021.pdf

Cliquer pour accéder à lettre-reponse-type-cpam-de-refus-donnees-source-reaction-19-via-jbl1960.pdf

+ D’INFOS DANS MA BIBLIOTHÈQUE PDF & DANS MON DOSSIER SPÉCIAL CORONAVIRUS

Puisque, sans surprise, le Conseil de Défense Scientifique (de mes 2 tiques) vient de préconiser de rendre OBLIGATOIRE la vaxxassination des soignants ► https://www.francesoir.fr/actualites-france/covid-19-le-conseil-scientifique-preconise-lobligation-vaccinale-des-soignants

LAFRANCERETROUSSESESMANCHESvsL'IeEt alors que nous vous avons déjà donnés TOUTES LES PREUVES que cela est ILLÉGAL : Comment surseoir à la vaccination : Les clés pour défendre ses droits ► https://reseauinternational.net/comment-surseoir-a-la-vaccination-les-cles-pour-defendre-ses-droits-2/ ;

DE L’ILLÉGALITÉ DE L’INJECTION ANTICOVID et AUTRES ► DOSSIER PDF N° 120621 de 28 pages ► Pourquoi & Comment dire NON en masse à l’Injection Transgénique (OGM) Expérimentale contre le COVID-19 ►  https://jbl1960blog.files.wordpress.com/2021/06/dossier-pour-dire-non-a-linjection-transgenique-experimentale-jbl1960-juin-2021.pdf

AGISSONS contre les ZAPPLATISVOLONTAIRES & NAZILLONS COVIDistes  comme les patrons de boîte de nuit qui devraient réouvrir ce soir et qui pour inciter les jeunes à se faire vaxxassiner propose l’opération 1 vaxxination = 1 entrée offerte ►  https://www.leparisien.fr/economie/reouverture-des-boites-de-nuit-loperation-une-vaccination-une-entree-offerte-debute-ce-vendredi-08-07-2021-Q3RYTKARWNEXJCBX5AHEQMGRUI.php

APPEL À BOYCOTT ! APPEL À DIRE NON ! APPEL À REFUSER LE CHANTAGE MORTIFÈRE !

NON2

Car en cas de problème, qui sera responsable ?

Toulon : décès d’un Varois vacciné au Pfizer, la famille porte plainte ► https://planetes360.fr/toulon-deces-dun-varois-vaccine-au-pfizer-la-famille-porte-plainte/

MarchandAmbulantVaccins

Question N° 4 : Au printemps 2020, bien des gouvernements dans le monde ont accordé l’immunité judiciaire aux labos fabricants de ces vaccins et les ont exonérés de toute responsabilité civile ou criminelle soit en invoquant des lois déjà existantes, soit en en faisant voter de nouvelles. La loi américaine sur la réponse à l’urgence publique (PREP), accorde l’immunité totale aux labos jusqu’à au moins 2024. La loi de licence de produit de l’UE fait de même et il y a des rapports de clauses confidentielles de responsabilité dans les contrats signés par l’UE avec les labos producteurs de ces vaccins. La GrandeBretagne a même été plus loin, accordant l’immunité légale permanente au gouvernement et à tout fonctionnaire intervenant, pour tout dommage causé à un patient traité pour le COVID19 ou “suspecté de l’avoir” ► https://jbl1960blog.files.wordpress.com/2021/03/tract-pdf-5-questions-a-poser-a-ceux-qui-veulent-se-faire-inoculer-.pdf

Mais pire encore concernant la vaxxassination des enfants : Selon les chiffres officiels de l’Institut Paul Ehrlich, les enfants auraient trois fois plus de risques de mourir du vaccin que du Covid, qui est très rare chez les enfants. Malgré ces chiffres et les avertissements de divers experts du monde entier, les politiciens et les médias allemands encouragent énergiquement la vaccination la plus rapide possible des enfants https://reseauinternational.net/etude-sur-la-vaccination-des-enfants-les-effets-secondaires-graves-sont-dissimules/

VENDETTAvsGOUVERNEMENTQUIMENT

En VOUS attendant, NOUS on sème…

JBL1960

128 réflexions sur « PDF À DIFFUSER SANS PITIÉ : LETTRE MODÈLE CNAM/CPAM C/ LE REFUS DE COMMUNICATION DE DONNÉES PERSONNELLES ET MÉDICALES »

    1. Ce n’est pas la 1ère fois qu’il part en live…

      Mais c’est la 1ère fois qu’il va aussi loin…

      Il dit ce qu’il veut dans son blog, c’est le principe, en même temps.

      Je mesure aujourd’hui combien j’ai eu raison de ne jamais, jamais rien monétiser = RIEN, nada queutch.

      Tout ce que je propose ici est totalement gratos, sur ce point, avec R71, nous sommes totalement raccord et d’accord !

      C’est d’ailleurs la raison pour laquelle je peux me regarder dans une glace sans rougir et sans détourner mon regard.

      J'aime

    1. Anthrax, Arsenic, Pasteur et ses moutons

      L’anthrax est officiellement une infection causée par la bactérie Bacillus anthracis. Elle peut se manifester sous quatre formes : cutanée, pulmonaire, intestinale et par injection. Les symptômes commencent entre un jour et plus de deux mois après que la personne ait contracté l’infection.

      La forme cutanée se présente sous la forme d’une vésicule noire caractéristique. La forme par inhalation se manifeste par de la fièvre, des douleurs thoraciques et un essoufflement. La forme intestinale se manifeste par une diarrhée (qui peut contenir du sang), des douleurs abdominales, des nausées et des vomissements. La forme injectable se manifeste par de la fièvre et un abcès au point d’injection du médicament.
      L’HISTOIRE OFFICIELLE

      Bacillus anthracis est une bactérie anaérobie facultative en forme de bâtonnet, à Gram positif, d’une taille d’environ 1 sur 9 μm. La bactérie repose normalement sous forme de spores dans le sol et peut survivre pendant des décennies dans cet état.

      L’anthrax se propage par contact avec les spores de la bactérie. Les spores de l’anthrax apparaissent souvent dans les produits animaux infectieux. Le contact se fait par la respiration, l’alimentation ou par une zone de peau lésée. En général, l’anthrax ne se propage pas directement entre les personnes ou les animaux – en d’autres termes, il n’est pas contagieux.

      Bien qu’il s’agisse d’une maladie rare, l’anthrax humain, lorsqu’il se manifeste, est plus fréquent en Afrique et en Asie centrale et méridionale. L’infection de la peau par l’anthrax est connue sous le nom de “maladie du porteur de laine”. Historiquement, l’anthrax inhalé était appelé “maladie du trieur de laine” car il s’agissait d’un risque professionnel pour les personnes qui triaient la laine. Aujourd’hui, cette forme d’infection est extrêmement rare dans les pays développés, car il ne reste pratiquement plus d’animaux infectés. En 2008, au Royaume-Uni, un fabricant de tambours qui travaillait avec des peaux d’animaux non traitées est mort de la maladie du charbon par inhalation [1].

      Bien qu’elle soit rare aujourd’hui, la maladie du charbon a posé un problème économique et sanitaire majeur en France et ailleurs au cours du XIXe siècle. Les moutons étaient particulièrement vulnérables, et des fonds nationaux ont été mis de côté pour étudier la production d’un vaccin. Louis Pasteur a consacré plusieurs années à cette quête après que Robert Koch, son rival allemand, ait revendiqué la découverte de l’agent responsable, le Bacillus anthracis. Les efforts déployés pour trouver un vaccin ont incité non seulement Pasteur mais aussi d’autres scientifiques de son époque à se lancer dans une course féroce pour la gloire et l’or.

      En 1881, Pasteur réalise une expérience publique à Pouilly-le-Fort pour démontrer son concept de vaccination. Il prépare deux groupes de vingt-cinq moutons, une chèvre et plusieurs bovins. Les animaux d’un groupe reçoivent deux injections d’un vaccin contre la maladie du charbon préparé par Pasteur, à quinze jours d’intervalle ; le groupe témoin n’est pas vacciné. Trente jours après la première injection, on a injecté aux deux groupes une culture de bactéries vivantes de la maladie du charbon. Tous les animaux du groupe non vacciné sont morts, tandis que tous les animaux du groupe vacciné ont survécu.

      Ce triomphe apparent, largement rapporté dans la presse locale, nationale et internationale, a fait de Pasteur un héros national et a assuré la reconnaissance de la vaccination dans la pratique médicale.

      C’est en tout cas l’histoire officielle. Maintenant, examinons-la de plus près.
      PUBLIC CONTRE PRIVÉ

      Les triomphes publics de Pasteur sont différents si l’on compare les articles de presse élogieux de l’époque aux carnets privés de Pasteur, analysés par Gerald L. Geison dans son livre The Private Science of Louis Pasteur [2].

      Pasteur a promu la théorie, largement contestée à l’époque, selon laquelle les microbes étaient à l’origine de la plupart des maladies, voire de toutes. La théorie des germes a permis aux scientifiques d’envisager un remède rapide à la maladie grâce à un vaccin contenant une forme affaiblie ou atténuée de la bactérie, un peu comme l’idée alors répandue qu’un peu de poison pouvait vous immuniser contre une dose plus importante.

      La lecture de ces premières tentatives de découverte d’un vaccin contre l’anthrax évoque des images de Monty Python et du ministère de la science idiote. Certains scientifiques ont tenté une “atténuation” en soumettant le microbe à un poison, le bichromate de potassium, ou à l’acide carbolique, un désinfectant. Un autre scientifique pensait pouvoir créer un vaccin atténué en chauffant le sang d’animaux infectés et en l’injectant à des animaux non infectés. Certains préféraient faire bouillir la bactérie dans du bouillon de volaille, d’autres dans de l’urine. Un collègue de Pasteur a essayé d’”affaiblir” des cultures d’anthrax en les exposant à des vapeurs d’essence. Pasteur a tenté de détruire la virulence du bacille de l’anthrax en le soumettant à de l’”oxygène atmosphérique”, c’est-à-dire de l’air en langage scientifique – toutes ces théories ont été poursuivies avec un sérieux digne de John Cleese.

      Malheureusement pour ces héros en puissance, aucune de leurs idées ne fonctionne très bien. Par exemple, lorsque le rival de Pasteur, un vétérinaire du nom de Toussaint, s’est concentré sur le sang chauffé, qui, selon lui, pouvait servir de vaccin efficace, il a constaté par la suite que les résultats étaient incohérents, allant jusqu’à tuer les animaux de laboratoire. Il a commencé à ajouter de l’acide carbolique, qui n’a pas non plus répondu aux attentes.

      Dans ses carnets, Pasteur exprime sa frustration de voir que ses propres expériences sur des lapins, des cochons d’Inde, des singes et des chiens donnent des résultats aussi peu concluants. Le vaccin magique était insaisissable et, selon Geison, Pasteur avait “une base expérimentale exceptionnellement faible pour annoncer la “découverte” d’un vaccin contre la maladie du charbon en janvier 1880″. [2] Pasteur fait une annonce similaire en février 1881 et, en mars, il fait état de résultats concluants lors de tests préliminaires sur des moutons. Comme le raconte Geison, “le ton audacieusement confiant des rapports publics de Pasteur exagérait les résultats réels de ses expériences avec le nouveau vaccin. En fait, les résultats de ses tests demeuraient décidément peu concluants”. [2]

      Un autre problème rencontré par Pasteur était qu’il ne parvenait pas à rendre les animaux malades en leur injectant le microbe qu’il associait à la maladie qu’il étudiait, comme l’anthrax ou la rage. Dans le cas de l’anthrax, pour que des animaux sains tombent malades et meurent, il devait leur injecter de l’”anthrax virulent”. Pasteur rendait les microbes “pathogènes” plus virulents par ce qu’il appelait le “passage en série” de l’organisme à travers d’autres animaux. Dans le cas de l’anthrax, il utilisait des cobayes, leur injectait le micro-organisme qu’il associait à l’anthrax, puis sacrifiait l’animal et injectait son sang ou ses tissus – éventuellement mélangés à des poisons tels que l’acide carbolique ou le bichromate de potassium – à un autre animal ; ce processus était répété sur plusieurs cobayes. C’est ainsi qu’il a obtenu ce qu’il a appelé “l’anthrax virulent”.

      Pour la rage, Pasteur a pu produire les symptômes de la maladie en injectant “de la matière cérébrale. extraite d’un chien enragé dans des conditions stériles [c’est-à-dire empoisonnées], puis inoculée directement à la surface du cerveau d’un chien sain par un trou percé dans son crâne”. Ce traitement faisait parfois écumer la bouche des chiens et les faisait mourir. [2]

      Au milieu de ses expériences frustrantes sur l’anthrax, Pasteur est convaincu par l’Académie de médecine de faire la célèbre démonstration de Pouilly-le-Fort. Avec son rival Toussaint (un simple vétérinaire, même pas un vrai scientifique !) sur le dos, ses ennemis lui font signer le protocole d’une expérience qu’ils jugent impossible à réussir. Pasteur, à la consternation de ses collègues, accepte “impulsivement” le défi de Pouilly-le-Fort et signe le protocole d’expériences détaillé et astreignant le 28 avril 1881.
      UNE EXPÉRIENCE TROMPEUSE ?

      Geison insiste sur le fait que Pasteur a délibérément trompé le public sur la nature du vaccin qu’il a utilisé à Pouilly-le-Fort, bien qu’il n’y ait aucune raison particulière de le faire. Les protocoles ne spécifiaient pas le type de vaccin que Pasteur devait inoculer aux animaux. Au début de sa carrière, Pasteur était tout aussi méfiant quant aux détails de la fabrication de son vaccin contre le choléra des poules.

      Le point essentiel : contrairement à toutes ses premières expériences, les essais de Pouilly-le-Fort ont parfaitement fonctionné ! Tous les moutons vaccinés ont vécu, et tous les moutons non vaccinés sont morts. Un triomphe !

      Cependant, on est en droit de se demander si Pasteur a triché. Après tout, l’enjeu était de taille : toute sa carrière et l’avenir de la théorie des germes étaient en jeu. Les carnets de Pasteur indiquent qu’il était parfois malhonnête, voire peu recommandable. Il était également extrêmement agressif dans la défense de ses intérêts, ayant détruit plusieurs adversaires par la manipulation et une rhétorique acérée.

      La mort de tous les moutons non vaccinés est facile à expliquer. Pasteur a utilisé de l’”anthrax virulent” ; en d’autres termes, il les a empoisonnés. Qu’en est-il des moutons vaccinés – tous les moutons – qui ont survécu ? Leur a-t-il injecté de l’”anthrax virulent” ou simplement de l’anthrax, avec lequel il n’avait jamais réussi à tuer d’animaux ? Comme le diraient les Français, “Il y avait quelque chose de louche”.

      Après l’expérience, les demandes de vaccins contre l’anthrax inondent le laboratoire de Pasteur. Le laboratoire acquiert bientôt le monopole de la fabrication des vaccins commerciaux contre l’anthrax, et Pasteur poursuit agressivement les ventes à l’étranger. Au milieu des années 1880, Pasteur et son laboratoire tirent un bénéfice annuel net de 130 000 francs de la vente de vaccins contre l’anthrax. Mais Pasteur et ses assistants sont restés étonnamment réticents à divulguer tout détail sur le type de vaccin qu’ils utilisaient.

      Rapidement, des problèmes sont apparus, fournissant une autre raison de soupçonner Pasteur d’avoir triché : le vaccin contre l’anthrax n’a pas fonctionné. Dans Pasteur: Plagiarist, Imposter! l’auteur R.B. Pearson note que Pasteur a commencé à recevoir des lettres de plainte de villes de France et d’aussi loin que la Hongrie, décrivant des champs jonchés de moutons morts, vaccinés la veille. [3] Selon le gouvernement hongrois, “les pires maladies, pneumonie, fièvre catarrhale, etc. ont exclusivement frappé les animaux soumis à l’injection”. Un essai réalisé en 1882 à Turin a conclu à l’inutilité de la vaccination. Dans le sud de la Russie, les vaccins contre l’anthrax ont tué 81 % des moutons qui les avaient reçus [3].
      EMPOISONNEMENT À L’ARSENIC

      Petit à petit, l’utilisation du vaccin contre l’anthrax a diminué. … mais le plus mystérieux, c’est que l’apparition de l’anthrax a également diminué. Aujourd’hui, c’est une maladie rare. Alors, qu’est-ce qui a causé la mort de tant d’animaux, principalement des moutons, au cours du XIXe siècle, et pourquoi les moutons ne meurent-ils pas de la maladie du charbon aujourd’hui ?

      Prenons l’exemple de la solution de trempage pour moutons (une préparation liquide destinée à débarrasser les moutons des parasites). Le premier bain pour moutons au monde, inventé et produit par George Wilson de Coldstream, en Écosse, en 1830, était à base de poudre d’arsenic. L’une des marques les plus populaires était Cooper’s Dip, développée en 1852 par le vétérinaire et industriel britannique William Cooper. Le Cooper’s Dip contenait de la poudre d’arsenic et du soufre. La poudre devait être mélangée à de l’eau, si bien que les ouvriers agricoles – sans parler des moutons plongés dans la solution d’arsenic – étaient parfois empoisonnés.

      Les symptômes de l’empoisonnement à l’arsenic sont remarquablement similaires à ceux de l’”anthrax”, notamment l’apparition de lésions cutanées noires. Comme l’anthrax, l’arsenic peut empoisonner par contact avec la peau, par inhalation et par le tube digestif. Si une injection contient de l’arsenic, elle provoquera une lésion au niveau du site.

      Aujourd’hui, les bains pour moutons ne contiennent plus d’arsenic, de sorte que l’anthrax a disparu – sauf dans les pays en développement où il est encore utilisé dans des processus industriels comme le tannage – d’où le décès en 2008 du fabricant de tambours qui travaillait avec des peaux d’animaux importées [1].

      Le véritable mystère est de savoir pourquoi les scientifiques de l’époque n’ont pas fait le lien entre l’anthrax et l’arsenic. Après tout, les Français connaissaient une chose ou deux sur l’arsenic. Tous les médecins et pharmaciens stockaient de la poudre d’arsenic, et dans le roman à succès de Flaubert du milieu du siècle dernier, Madame Bovary, son héroïne se tue en avalant une poignée d’arsenic. Flaubert décrit de manière imagée les lésions noires qui marquent la belle Madame Bovary au moment de sa mort – tous les Français savaient à quoi ressemblait un empoisonnement à l’arsenic. Il semble que les scientifiques, les vétérinaires et les médecins aient été tellement éblouis par la nouvelle théorie des germes qu’ils n’ont pas pu faire le lien entre le poison et la maladie.

      Pasteur meurt en 1895 et prend immédiatement sa place en tant que premier saint de la médecine. La presse publie des gravures empestant la vieille dentelle, le montrant comme un objet d’adulation, ses flacons et ses gobelets posés sur un autel, un admirateur reconnaissant agenouillé devant eux. La science était devenue la nouvelle religion. Une description moderne appelle Pasteur “l’homme qui a sauvé des milliards de vies”.
      NOUVELLE ALERTE À L’ANTHRAX

      L’anthrax a disparu de l’esprit du public et les vaccins contre l’anthrax ont langui jusqu’aux célèbres lettres envoyées à des membres connus des médias et à deux sénateurs quelques semaines après le 11 septembre. Au moins vingt-deux personnes sont tombées malades et cinq sont décédées. [4] Les tests génétiques (et non l’isolement de la bactérie) ont révélé la présence de spores d’anthrax, mais personne n’a testé la présence d’arsenic dans les poudres.

      Les attentats ont ravivé l’intérêt pour le vaccin contre l’anthrax. Très peu utilisé pendant des décennies, le vaccin a été dépoussiéré pour être utilisé chez les personnes considérées comme étant dans une catégorie “à risque”, comme les membres de l’armée. Les soldats reçoivent le vaccin en cinq doses consécutives, avec un rappel chaque année [5].

      Même selon les sources conventionnelles, tous les vaccins contre l’anthrax actuellement utilisés provoquent des réactions, telles que des éruptions cutanées, des douleurs et de la fièvre, et des réactions indésirables graves se produisent chez environ 1 % des personnes vaccinées. [6] En 2004, une injonction légale contestant la sécurité et l’efficacité du vaccin a mis fin aux vaccinations obligatoires contre l’anthrax pour les membres de l’armée, mais après qu’un rapport de la FDA en 2005 ait affirmé que le vaccin était sûr, [7] le ministère de la Défense a rétabli les vaccinations obligatoires contre l’anthrax pour plus de deux cent mille soldats et employés du secteur de la défense. [8]
      LA SOLUTION DE LA NATURE

      Une dernière réflexion : Les scientifiques ont découvert que certaines bactéries peuvent “biorémédier” l’arsenic dans le sol. [9] Ces bactéries résistantes à l’arsenic ou accumulant l’arsenic “sont répandues dans les sols pollués et sont des candidats précieux pour la biorémédiation des écosystèmes contaminés par l’arsenic”. La nature a toujours une solution, et dans le cas de l’arsenic, la solution est constituée de certaines bactéries du sol omniprésentes. Nous devons envisager la possibilité que la bactérie “hostile” de l’anthrax, isolée pour la première fois par Robert Koch, soit en fait un organisme de remédiation utile qui apparaît sur la scène (ou dans le corps) chaque fois qu’un animal ou un humain rencontre le poison appelé arsenic.

      URL de l’article ► https://cv19.fr/2021/07/08/anthrax-arsenic-pasteur-et-ses-moutons1/

      J'aime

    1. C’est Sarkozy qui a organisé la mise en coupe réglée de la CNIL dès son arrivée à l’Élysée pour ceux qui sont derrière la réduction programmée de l’Humanité que Sarko-l’américain pensait pouvoir orchestrer lors de son 1er mandat…

      Le 2nd article figure page 4 de ce PDF que j’ai constitué en avril 2019 ► https://jbl1960blog.files.wordpress.com/2019/04/agenda-oligarchique-de-depopulation-sarkozy-et-les-compteurs-intelligents-8-avril-2019.pdf

      Sarko était la 1ère taupe zunienne placée à l’Élysée, Hollande Roitelet du Golf a passé les plats pour Macron seconde taupe zunienne qui a été chargé de parachever le tout et nous avec !

      Cliquer pour accéder à agenda-oligarchique-de-depopulation-sarkozy-et-les-compteurs-intelligents-8-avril-2019.pdf

      J'aime

  1. C’est nouveau, c’est en Indes, On est arrivé à « kappa
    » (https://fr.wikipedia.org/wiki/Kappa_(mythologie)

    Kappa variant of COVID-19 virus detected in Uttar Pradesh. Genome sequencing of 109 samples in Lucknow found 107 samples with Delta Plus variant and two of Kappa variant.

    Variante kappa du virus COVID-19 détectée dans l’Uttar Pradesh. Le séquençage du génome de 109 échantillons à Lucknow a trouvé 107 échantillons avec la variante Delta Plus et deux avec la variante Kappa.

    J'aime

  2. à mon avis, ils ont déjà fiché les non piqouzés depuis longtemps (j’ai reçu un SMS)
    ils ont juste demandé au CNIL pour la forme

    après ils vont aller faire du porte à porte officiel, rafler ceux qui ont refusé leur injection mortelle et les embarquer dans les camps forcés de la piqouze ou la guillotine

    les USA qui ont leur fiche de non piqouzés, vont tuer ceux qui refusent la piqouze
    ou les emmener aux camps nazis FEMA pour la piqouze forcé mortelle ou la guillotine
    https://www.cielvoile.fr/2021/07/etats-unis-non-vaccines-et-camps-fema.html
    http://cristalain.over-blog.fr/2017/06/usa-30.000-guillotines-dans-les-camps-fema-06/2017-6.html

    J'aime

  3. Voire dès le 22/7

    J'aime

  4. Macron un cheval de Troie américain à l’Élysée par Wayne Madsen

    Voilà pourquoi il ne pouvait en rester qu’Un !

    Marine s’est couché, tout était déjà prêt, c’est pour cela que dès le soir du 1er tour MacDeRoth a filé fêter sa « victoire » à La Rotonde, que dès le dimanche 7 mai au soir tout était calibré pour le discours au pied de la Pyramide du Louvre puis le Sacre le Dimanche 13 mai jusqu’au choix très Bilderberg2016 de l’approximatif Edouard Philippe…

    Alors que seulement 20 millions d’électeurs ont veauté pour lui !

    Alors c’est pas faute là encore de vous avoir prévenu ;

    RAPPEL DE L’HISTOIRE :

    Le 10/07/1940, 80 parlementaires sur 649 ont voté CONTRE les pleins pouvoirs à Pétain !
    Le 05/05/2015, 86 députés sur 524 ont dit NON à la surveillance généralisée des français !
    Le 19/11/2015, 6 députés, 1 abstention, sur 551 ont voté contre la prolongation de l’état d’urgence de 3 mois… 551 députés ont voté POUR…

    MISE À JOUR DU MERCREDI 13 DÉCEMBRE 2016
    5ème prolongement de l’état d’urgence voté dans la nuit du 12 au 13 décembre…
    ► Adoptée par 288 voix contre 32 ◄

    L’état d’urgence prolongé pour la cinquième fois

    TOUT EST LÀ…

    Récemment j’affirmais que c’était inédit en France une Présidentielle sous état d’urgence et R71 me faisait remarquer ceci : Orwell nous a bel et bien rattrapé, il avait prédit le terrorisme d’état contre le peuple, la stratégie de la tension… en 1948 !

    Je n’ignore rien du « management par la terreur » comme l’a magistralement décrit Naomi Klein dans son livre et son documentaire « La Stratégie du Choc » Ici et comme j’ai pu le lire dans le Contre-rapport de la Commission Vérité & Réconciliation « Meurtre Par Décret » et maintenant que Macron possède tous les leviers du pouvoir : La France ne sortira JAMAIS de la répression… Sauf quand le peuple reprendra la barre du bateau ivre en associations libres confédérées…

    Si on essayait la théorie de Harry Houdini « Mon cerveau est la clé qui me libère », parce qu’on est Sans-dents souvent, mais pas sans cerveau, alors autant sans servir !!!

    JBL1960

    J'aime

    1. ORDO AB CHAOS MàJ du 08/01/2018 avec le documentaire entier LA STRATÉGIE DU CHOC

      En cliquant sur le lien ci-dessOus, vous aurez accès au documentaire complet « La Stratégie du Choc » de Naomi Klein que j’avais intégré, naïvement, le 22/12/2015 soit dès l’ouverture de mon blog et que YT n’a pas manqué de supprimer ► Documentaire ressuscité dans son INTÉGRALITÉ par Jocelyne (que l’on ne remerciera jamais assez…)

      https://ok.ru/video/98277460654

      Ceux qui n’ont pu lire le livre (comme moi) peuvent ainsi au moins voir ce docu-choc ! À ne pas manquer !

      Après le visionnage de ce genre de documentaires, combiné à des informations sensibles et que vous n’entendrez pas dans les Merdias conventionnels comme par exemple la parodie de justice qui se tient devant la Cour Suprême de l’État colonial Zunien nous sommes là en possession d’informations qui nous permettent de déchirer le voile du mensonge plaquée devant nos yeux depuis toujours par une oligarchie désormais aux abois.

      Lecture connexe ► À propos d’un 11 septembre nucléaire ► PDF N° 39 de 24 pages ► https://jbl1960blog.files.wordpress.com/2018/05/addendum-mai-2018-au-sujet-dun-11-septembre-nuclc3a9aire.pdf

      Cliquer pour accéder à addendum-mai-2018-au-sujet-dun-11-septembre-nuclc3a9aire.pdf

      J'aime

  5. https://jbl1960blog.wordpress.com/2020/09/28/le-resume-technique-du-11-septembre-2001-les-scientifiques-de-los-alamos-repondent-aux-questions-sur-lattaque-nucleaire-de-new-york-source-vt-traduction-r71-complete-par-jbl1960/

    C’est pourquoi chercher la vérité au sujet du 11 septembre 2001 qui a été documenté comme une attaque nucléaire, et je pense que l’année cruciale où la vérité fera jour, est l’année 2021, n’a jamais été une perte de temps, pour personne, sinon pourquoi les zélites mondiales, qui sont principalement zuniennes, auraient-elles dépensé autant d’énergie et de milliards de $ à nous mentir pour qu’on ne découvre jamais, la Vérité ?…


    Du 11 septembre 2001 à la nouvelle tentative de verrouillage planétaire de la grille de contrôle, au coronavirus, en cours…

    Jeux des ressemblances…

    “La propagande ne cessera jamais d’exister. Les esprits intelligents doivent comprendre qu’elle leur offre l’outil moderne dont ils doivent se saisir à des fins productives, pour créer de l’ordre à partir du chaos.” (Dernier paragraphe du livre d’Edward Bernays « Propaganda » 1928) ► Edward Bernays – Propaganda – Comment manipuler l’opinion en démocratie : Nouvelle version PDF que j’ai réalisée en avril 2020 ► https://jbl1960blog.files.wordpress.com/2020/04/propaganda-dedward-bernays-1928-version-pdf-du-5-avril-2020.pdf

    Cliquer pour accéder à propaganda-dedward-bernays-1928-version-pdf-du-5-avril-2020.pdf

    J'aime

  6. AUZAPPLATISVOLONTAIRES qui pètent de trouille parce que le variant Delta-plane et qui poussent à la vaxxassination OBLIGATOIRE pour toustes ;

    Source Zozofficielles, hein ?

    L’imMonde sentirait-il le vent du boulet ?…

    RÉVEILLEZ-VOUS !

    J'aime

      1. Pas de terre plate ni de 5G en vue, désolé !

        Plaidons pour le bon sens et la liberté vaccinale tout simplement : que ceux qui veulent se vacciner se vaccinent et qu’ils laissent ceux qui ne veulent pas tranquille en évitant de les traiter comme des citoyens de seconde zone en les accusant d’inconscients, de complotistes, d’individualistes, d’égoïstes, de révisionnistes, etc.

        Diffusez cet article et ces images en masse.

        Avec une spéciale dédicace à Raoult !

        N’est pas une légende qui veut…

        J'aime

  7. https://fr.sputniknews.com/sante/202107101045859204-vaccins-a-arn-messager-loms-parle-de-lien-probable-avec-des-problemes-cardiaques/

    L’Organisation mondiale de la Santé a évoqué vendredi 9 juillet un lien probable entre ces vaccins et des maladies cardiaques, mais assure que les bénéfices l’emportent sur les risques encourus.

    C’est une nouvelle qui risque de donner du crédit aux anti-vaccins. En effet, l’OMS a fait savoir qu’il existait un lien probable entre des vaccins et des problèmes cardiaques. Dans son communiqué, l’organisation informe que «les cas rapportés sont généralement survenus dans les jours qui ont suivi la vaccination, plus fréquemment chez les jeunes hommes et plus souvent après la deuxième dose des vaccins à ARN messager contre le Covid-19».

    Une information qui confirme les dires des autorités américaines du 23 juin qui parlent de lien probable avec des cas d’inflammation au niveau du cœur observée chez des adolescents et de jeunes adultes. Dans cette étude du Centers for Disease Control and Prevention (CDC, Centres pour le contrôle et la prévention des maladies), on apprend que le nombre de personnes concernées par ces problèmes serait d’environ 1.200 sur 296 millions de doses administrées. Toujours selon l’organisation, les cas observés chez les adolescents et jeunes adultes restent faibles.

    Après examen des derniers chiffres en provenance d’Europe lors d’une réunion tenue avec l’Agence européenne du médicament (EMA) entre le 5 et le 8 juillet, les experts de l’OMS nuancent, assurant que les bénéfices du vaccin l’emportent sur les risques en réduisant les décès et les hospitalisations dus au Covid-19. Ces mêmes experts sont formels: les cas observés sont généralement légers et que les traitements préconisés permettent de traiter ces myocardites et péricardites.
    =*=
    Pfffff ! Pensez-donc, piske le bénéfice l’emporte sur les risques !

    L’Organisation Mafieuse de la Santé ne va pas se dédire, hein ?

    J'aime

  8. Didier Raoult reste sceptique sur une vaccination de toute la population

    https://francais.rt.com/france/88588-didier-raoult-reste-sceptique-sur-vaccination-toute-population

    Le professeur Didier Raoult, connu pour sa défense d’un traitement controversé du Covid-19, s’est prononcé en faveur de la vaccination des soignants et des sujets à risque, se montrant plus sceptique sur une généralisation à toute la population. Didier Raoult s’est dit favorable le 8 juillet à la vaccination des soignants et des sujets fragiles. «Oui, je suis pour la vaccination mais pour une population à risque d’être particulièrement surexposée, ou à risque de faire des formes graves», a-t-il dit comme le rapporte l’AFP, pendant un déjeuner organisé par le club d’investisseurs franco-chinois China Business Club, à Paris. Interrogé spécifiquement sur les soignants, catégorie où la vaccination patine, le professeur de microbiologie a répondu par l’affirmative : «Le personnel soignant qui est exposé doit réfléchir sérieusement à la vaccination.»

    De manière générale, «l’indication vaccinale qui ne me paraît pas contestable, c’est quand vous avez un risque. Le bénéfice individuel est d’autant plus important que vous êtes plus exposé», a-t-il dit lors d’une séance de questions-réponses.

    Par conséquent, il a jugé «raisonnable que les gens qui, s’ils sont exposés, peuvent faire une forme grave, les sujets âgés, les obésités maladives, il faut qu’ils soient vaccinés». Il a en outre qualifié «les vaccins [d’]élément utile à la lutte contre l’infection par Covid-19». Pour le reste de la population, le spécialiste des maladies infectieuses s’est montré nettement plus sceptique, en particulier pour les enfants. «Est-ce que la vaccination générale permet de lutter contre la contagion ? Ce ne sont pas des éléments qui sont clairs dans la littérature ni dans la vraie vie», a-t-il estimé.

    Rappelant qu’il «le dit depuis un an et demi», il a conseillé à toute personne malade de «se faire soigner». Le professeur prône depuis le début de l’épidémie l’utilisation de l’antipaludéen hydroxychloroquine associé à l’antibactérien azithromycine, un traitement sur lequel l’IHU a effectué des études qui ont été contestées pour leur méthodologie. Ses contestataires ont évoqué des échantillons trop réduits et l’absence de groupe placebo. «Une partie du désastre initial [en mars/avril 2020], c’est qu’on n’a pas soigné les gens, on leur a dit : « Attendez de vous étouffer », or avec ce virus on peut avoir une insuffisance respiratoire épouvantable sans s’en rendre compte», a argué Didier Raoult. Il a d’ailleurs estimé : «il y aura un moment où on en sortira. Sur la base des notions historiques que j’ai, ça risque de ressembler au bout d’un certain temps à la grippe»

    =*=
    Ainsi on ne pourra m’accuser de RIEN…
    Reste qu’avec cette déclaration il fait le jeu des zélites, dont il estime faire partie !

    J'aime

  9. Vaccins contre la Covid-19 : je demande, j’exige la démission immédiate du Ministre la Santé Véran ► https://www.francesoir.fr/opinions-tribunes/lettre-ouverte-vaccins-contre-la-covid-19-monsieur-le-president-demission-veran

    TRIBUNE : Dans une lettre adressée à Monsieur le Président de la République, Emmanuel MACRON, le Dr Umlil n’ayant pas eu de réponse à sa demande de débat avec le ministre de la Santé Olivier Véran demande et exige la démission de ce denier suite aux diverses communications erronées de ce dernier. Rappelons que même les décodeurs du Monde ont pris le ministre Véran en flagrant délit de mensonges au sujet de la phase de test des vaccins : Mr Véran ayant annoncé que les thérapies géniques utilisées actuellement n’étaient plus en phase 3 (phase de test) alors que ces derniers les sont pour la plupart jusqu’en 2022.

    Une tribune du Collectif Citoyen avait identifié les nombreuses erreurs de Mr Véran pendant la gestion de la crise, le Dr Umlil dans une tribune complète va plus loin par respect de son serment professionnel. Cette lettre est reproduite intégralement ci-dessous :

    « LETTRE OUVERTE. Vaccins contre la Covid-19. Monsieur le Président de la République : je demande, j’exige la démission immédiate du Ministre des solidarités et de la santé, Monsieur Olivier VÉRAN »

    Copie de la lettre est adressée au Premier ministre, Jean CASTEX, Ministre des solidarités et de la santé, Olivier VÉRAN, à l’Assemblée nationale, au Sénat, à la la haute autorité de santé (HAS) et à l’agence nationale de sécurité du médicament (ANSM).

    « Patere legem quam fecisti » (respectes la règle que tu as faite).

    « Vaccination. COVID19. Si vous avez des courbatures après le vaccin, pas d’inquiétude… c’est que vous avez trop pédalé ! Prenez rdv dès maintenant (…) » (Olivier Véran, 9 juillet 2021, 21h08, sur le réseau social Tweeter).

    À nouveau, Monsieur Olivier VÉRAN, Ministre des solidarités et de la santé, vient donc de récidiver. Sa communication sur le rapport bénéfice/risque des vaccins contre la Covid-19, à destination du public, heurte plusieurs dispositions de la loi (au sens large) ; dont le Code de la santé publique. Il est, pour le moins, insupportable de voir un Ministre de la santé continuer de tenir des affirmations inexactes auprès d’un public vulnérable.

    C’est donc avec urgence et gravité que j’ai l’honneur de saisir votre bienveillance en vous adressant la présente lettre ouverte en ma qualité de pharmacien des hôpitaux, praticien hospitalier et juriste (droit de la santé) ; responsable de la pharmacovigilance, de la coordination des vigilances sanitaires et du CTIAP (centre territorial d’information indépendante et d’avis pharmaceutiques) au centre hospitalier de Cholet dans lequel j’exerce depuis 2002.

    Et avant tout, cette nouvelle alerte vous est également transmise en ma qualité de citoyen français.

    Depuis plusieurs mois, le CTIAP vous a proposé ses analyses, documentées et vérifiables sur pièces, concernant notamment les vaccins contre la Covid-19. Ces preuves émanent des écritures des autorités ad hoc elles-mêmes telles que l’agence européenne du médicament (EMA), l’agence nationale de sécurité du médicament (ANSM), la haute autorité de santé (HAS), le ministère des solidarités et de la santé, le Conseil d’État, etc. Ces preuves sont disponibles sur le présent site internet.

    Récemment, dans une revue juridique, un professeur de droit public à l’Université de Perpignan est venu, lui aussi, confirmer le bien-fondé de ces analyses proposées au public.

    Mais, depuis l’attribution des autorisations de mise sur le marché (AMM) « conditionnelles », temporaires et dont la durée n’excède pas un an, aux quatre vaccins commercialisés en France, Monsieur le ministre des solidarités et de la santé a, publiquement et à plusieurs reprises, tenu des affirmations, pour le moins, inexactes.

    Par exemple, récemment et selon des médias, Monsieur le ministre des solidarités et de la santé aurait affirmé ceci : « Parmi les fake news qu’on entend, il y aurait celle qui consiste à dire que le vaccin sera encore en cours d’expérimentation. C’est absolument faux, la phase 3 est terminée depuis des mois. Elle est validée. Trois milliards d’injection ont été validées sur la planète Terre. Les choses se déroulent au mieux. Vous pouvez y aller, il n’y aucune inquiétude à avoir ».

    Avec certitude, le Ministre des solidarités et de la santé aurait donc affirmé que ledit vaccin n’est plus « en cours d’expérimentation » puisque, selon lui, la « phase 3 » des essais cliniques (menés chez l’Homme) « est terminée depuis des mois ». Selon lui, cette phase 3 expérimentale « est validée ».

    Il aurait ajouté qu’« il n’y a aucune inquiétude à avoir » et inviterait les gens à « y aller ». Autrement dit, ce vaccin ne présente, selon le Ministre des solidarités et de la santé, aucun risque d’effets indésirables, notamment graves.

    Or, en réalité, même le journal Le Monde constate ceci : « Il est vrai que les essais de phase 3 sont toujours en cours… En affirmant de manière catégorique que la phase 3 des essais des vaccins déployés en France est « terminée », Olivier Véran se méprend. Contacté par Le Monde, le laboratoire Pfizer assure bien que son « essai de phase 3 se poursuit ».

    Le fabricant, lui-même, met donc en évidence les affirmations inexactes que le Ministre des solidarités et de la santé aurait tenues.

    Ledit Professeur de droit public, lui aussi, relève que « la formule « essai clinique » utilisée par l’Agence européenne est sans équivoque ». Il soutient : « Le fait qu’il s’agisse d’une vaccination en phase expérimentale ne saurait donc faire de doute ». Il affirme qu’il s’agit d’« une expérimentation vaccinale à grande échelle inédite dans l’histoire de la médecine ».

    Mais, Monsieur le ministre des solidarités et de la santé aurait récidivé en tenant de nouvelles affirmations inexactes et en usant d’un vocabulaire qui interroge. En s’adressant à des jeunes dont il aurait tenté d’extirper le consentement, il semble persister dans cette voie :

    « Il ne faut pas avoir peur de ça, je vous assure. Lisez les revues scientifiques, les choses comme ça. N’allez pas sur les blogs ou les trucs des rageux qui vous racontent n’importe quoi. Moi j’entends tout le temps le vaccin : il est encore en développement, il n’a pas fini sa phase expérimentale. Pardon, c’est des… c’est vraiment n’importe quoi. On n’a jamais eu quasiment autant de recul pour un vaccin que celui-ci vu le nombre de vaccinations qu’on a faites. »

    Inacceptable. Condamnable. Fautif. Voire répréhensible.

    Ces nombreuses « vaccinations faites » pourraient s’avérer être la conséquence d’un consentement vicié des personnes.

    Si ces affirmations relatées par ces médias sont exactes, alors l’attitude du Ministre des solidarités et de la santé ne peut que heurter plusieurs dispositions de la loi (au sens large) qui encadrent notamment la communication sur le rapport bénéfice/risque d’un médicament tel que le vaccin.

    Or, toute personne a le droit à une information claire, loyale et appropriée. Cette information conditionne la validité du consentement libre et éclairé. Ce consentement est une liberté fondamentale. Heurter l’autonomie de la personne revient à porter atteinte à la dignité de la personne humaine.

    Ne pas pouvoir accéder à cette information indépendante est la première des pauvretés, des inégalités et des vulnérabilités.

    Les maladies inscrites sur la liste des maladies à déclaration obligatoire, elles, ne sont soumises à aucun « passe sanitaire ».

    Mais, ce « passe sanitaire » est imposé à la Covid-19 ; alors que cette maladie, elle, n’est pas inscrite sur ladite liste des maladies à déclaration obligatoire.

    Le droit a conduit à la suspension de l’obligation de la vaccination (contre la grippe) ; alors que ce vaccin bénéficie, lui, d’une AMM standard.

    Mais, Monsieur le Ministre des solidarités et de la santé menace de rendre la vaccination (contre la Covid-19) obligatoire pour notamment les « soignants » ; alors que ces vaccins, eux, ne bénéficient que d’une AMM « conditionnelle », temporaire (dont la durée n’excède pas un an) ; et dont le rapport bénéfice/risque est peu connu.

    De nombreuses personnes, dont des « soignants », ont fait le choix de ne pas se vacciner contre la Covid-19. Publiquement, elles sont devenues, sous vos yeux, la cible de comportements inqualifiables, potentiellement fautifs et répréhensibles.

    Ces personnes ont choisi la prudence eu égard aux incertitudes et des questions en suspens. Ces personnes ont peur de voir venir notamment des hospitalisations, des séquelles, des malformations congénitales. Elles semblent percevoir la mort au bout de la seringue remplie de ce vaccin (contre la Covid-19). C’est si difficile à comprendre ?

    Le ressenti d’un patient, de toute personne, compte. La prise de décision dépend du rapport aux risques de cette personne. Cette décision est le fruit d’une expérience de vie ; peut-être d’un parcours accidenté.

    Nous savons qu’il est difficile d’établir la certitude du lien de causalité entre les effets indésirables et tel ou tel médicament présumé à l’origine de ces dommages corporels. Mais, ne pas pouvoir établir cette preuve de façon certaine ne signifie pas, nécessairement et systématiquement, que ce lien de causalité n’existe pas. Le juge civil a d’ailleurs assoupli sa position sur ce point depuis plusieurs années.

    Les décideurs ne devraient pas profiter de cette incertitude qui jaillit du régime probatoire pour « inciter », « encourager », « contraindre » les personnes à se vacciner ; pour extirper leur consentement par notamment le dol ou la violence.

    En général, qu’il s’agisse du bénéfice ou du risque, le doute semble toujours profiter aux produits pharmaceutiques et à leurs fabricants. Et après, certains semblent étonnés lorsque, quelques années plus tard, des drames sont constatés.

    Mais là, nous sommes face à une situation inédite dans l’histoire de la médecine, celle d’une expérimentation vaccinale à grande échelle. Il serait vain et illusoire de vouloir occulter une telle évidence.

    Dans le cadre de la gestion de cette Covid-19, ce n’est pas la première fois que Monsieur le Ministre des solidarités et de la santé tient des affirmations inexactes. Il y a lieu de rappeler, en effet et par exemple, une décision qu’il aurait prise en se fondant sur un article publié dans une revue ; article qui a été ensuite retiré suite aux critiques formulées par des personnes qualifiées et indépendantes.

    Monsieur le Ministre des solidarités et de la santé est également Docteur en médecine. À ce titre, il a aussi des devoirs à respecter ; comme tout médecin ou autre professionnel de santé.

    L’attitude de Monsieur le ministre des solidarités et de la santé est, pour le moins, incompréhensible. Le CTIAP lui a soumis de nombreux éléments utiles qui auraient pu l’aider dans ses décisions. Je lui ai adressé des alertes. Je lui ai proposé un face-à-face télévisé, en direct, afin d’offrir à nos concitoyens un débat public, contradictoire, utile et de qualité. En vain.

    À ce jour, je n’ai reçu aucune réponse à mes propositions.

    Comme le disent souvent les juges, la contradiction des motifs équivaut à leur absence. Et l’appréciation des faits relève toujours de la décision souveraine des juges.

    Les multiples contradictions de Monsieur le ministre des solidarités et de la santé, ses nombreuses affirmations inexactes seraient-elles la matérialisation d’une incompétence, ou l’expression d’une mauvaise foi, ou le reflet d’un sentiment d’impunité notamment ? Ou tout à la fois ? Ce comportement, constaté par tout le monde, ne semble pas respectueux des prérogatives de sa charge et de son honorable fonction. Ce hiatus ne peut que porter atteinte à la crédibilité des institutions et à la politique de santé publique. Ces distorsions ne peuvent aboutir qu’au délabrement de la confiance accordée au système de soins ; elles ne peuvent conduire qu’à l’exacerbation de la défiance envers les (autres) vaccins qui, eux, ont apporté la preuve d’un rapport bénéfice/risque favorable.

    La communication de Monsieur le ministre des solidarités et de la santé semble devenir dangereuse. Face à cette situation, et à leurs tours, nombreux professionnels de santé – lesdits « soignants » – menacent de démissionner. Et je tiens à vous rassurer, je n’en fais pas partie ; tout comme je souhaite rappeler que mes réflexions ne présument pas de ma décision personnelle de se vacciner ou non.

    Les établissements de santé ont davantage besoin de « soignants » que d’un Ministre.

    Par ces motifs non exhaustifs, que je pourrais parfaire, et sous toutes réserves, je ne peux donc que me résoudre à suggérer à Monsieur le ministre des solidarités et de la santé de tirer toutes les conséquences utiles de ce constat ; en envisageant, notamment et a minima, de présenter sa démission du gouvernement ; dans les plus brefs délais eu égard à l’urgence et à la gravité de la situation.

    Je demande sa démission immédiate. Je l’exige.

    De même, je suggère à notamment tous les détenteurs de l’autorité et tous les soi-disant « représentants » des soignants, qui ont soutenu Monsieur le ministre des solidarités et de la santé sur ce point, de suivre la même voie.

    Le 8 juillet 2021, à travers un retour d’expériences (des exemples du terrain), le CTIAP vous a également alerté sur le risque de « violence sur les soignants » et de « violation du secret professionnel médical ». Cet article a été relayé par le journal FranceSoir. Dès le lendemain, et publiquement, j’ai fait l’objet d’« attaques » et de « menaces », écrites, de la part de quatre personnes exerçant au centre hospitalier de Cholet. À mon égard, l’un de ces agresseurs recommande même ceci à l’ensemble des médecins et au directeur de l’hôpital : « Si quelqu’un a un traitement de choc, c’est le moment ou jamais ». Cet agresseur serait l’une des personnes impliquées dans le « traitement de choc » qui aurait été réservé à la présidente de la commission médicale d’établissement (CME) de l’hôpital. Cette présidente aurait porté plainte pour « faux, usage de faux et séquestration ». Cette « affaire » a été révélée, en décembre 2020, par le journal le Courrier de l’Ouest. Cette « affaire » était l’un des arguments, utilisés par le maire de Cholet, pour annoncer son retrait du conseil de surveillance du centre hospitalier (CH).

    Simultanément, parallèlement et publiquement, ce 9 juillet 2021, je reçois aussi ce nouvel appel à l’aide émanant d’une femme qui serait une aide-soignante :

    « Dr, le couperet arrive pour les soignants help ! »

    Par ailleurs, je suis informé de ceci : « le syndicat (…) du CH de Cholet a déposé un recours à la CNIL [commission nationale de l’informatique et des libertés] concernant la vaccination du personnel. En effet, pourquoi est-ce un directeur administratif qui est en possession de toutes les identités des vaccinés COVID de l’hôpital ? ».

    La protection du secret professionnel médical semble s’effriter. D’un signalement et/ou d’une notification d’une maladie, un nouveau régime d’exception semble s’orienter vers une surveillance des personnes (cf. l’article du CTIAP en date du 6 mai 2021).

    Il est, pour le moins, insupportable de continuer de voir nos vies, nos droits et libertés fondamentaux, piétinés à ce point. Et en toute impunité.

    Dans un pays civilisé, les rapports entre les individus sont régulés par le Droit. Or, et selon le même Professeur de droit public : « Que le Premier ministre puisse envisager une obligation vaccinale étendue à partir de techniques médicales aussi incertaines traduit un effondrement des principes éthiques et politiques qui fondent notre système juridique depuis 1789 ».

    La paix sociale serait menacée. Les valeurs, inscrites sur les frontons des institutions de la République, seraient en danger.

    En pareilles circonstances, une hypothétique loi consacrant une « obligation » vaccinale pourrait se révéler être de nature fautive, délictuelle, voire criminelle.

    C’est au pouvoir de continuer d’arrêter le pouvoir.

    Enfin, concernant la sortie de cette situation inédite, des idées sont disponibles et des solutions sont possibles. Elles sont, naturellement, à la disposition des gouvernants qui le souhaitent.

    Et pour ma part et à titre subsidiaire, je vous rappelle que je ne suis pas prêt de revenir dans un bureau de vote ; jusqu’à nouvel ordre. Les pratiques politiques me contraignent à m’éloigner le plus loin possible de ce monde, pour le moins, obscure.

    De même, une question fondamentale mérite d’être soulevée : quelle serait la nature de la relation des Hommes (femmes et hommes) au pouvoir ? Pourquoi des Hommes oublient leurs valeurs une fois investis de ce pouvoir ? Que reste-t-il à un Homme une fois son honneur perdu : une fois sa parole et son engagement trahi ?

    Au peuple français, et solennellement, vous avez donné votre parole. Vous avez pris l’engagement de ne jamais rendre cette vaccinale (contre la Covid-19) obligatoire.

    « Patere legem quam fecisti » (respectes la règle que tu as faite).

    En vous remerciant de l’intérêt que vous pourriez porter à ces quelques lignes, en restant à votre disposition pour toute information complémentaire ou pièce utile, et sous réserve de pouvoir parfaire mes écritures,

    Je vous prie de bien vouloir recevoir, Monsieur le Président de la République, Monsieur Emmanuel MACRON, l’expression de mon profond respect.

    Docteur Amine UMLIL, Citoyen français, Pharmacien des hôpitaux, praticien hospitalier, Juriste (droit de la santé), Extrait du Curriculum vitae (C.V.)

    Ndlr : FranceSoir publie des articles, des analyses, des tribunes qui ne sont pas représentatifs d’un « consensus journalistique » largement relayé dans d’autres médias. L’objectif est de proposer en respect de la déontologie journalistique une lecture analytique, sourcée, étayée et critique de l’information. Le lecteur est averti que les publications de FranceSoir sont susceptibles d’influencer son jugement. Nos articles pouvant représenter une position « minoritaire », la rédaction de FranceSoir est incitée à davantage rappeler dans ses articles ce qui constitue la position dominante, en attendant l’apparition de bandeaux dans les médias mainstream mentionnant que des opinions minoritaires existent. Nous ne savons pas à ce jour quelle est la procédure recommandée en cas d’inversion des positions dites minoritaire et majoritaire.

    Auteur(s): Dr Amine Umlil pour FranceSoir

    J'aime

    1. À France Soir : Nous ne savons pas à ce jour quelle est la procédure recommandée en cas d’inversion des positions dites minoritaire et majoritaire.

      Grâce à cette étude de Matthew Philips publiée en juillet 2011, nous comprenons que 10% de la population mondiale, convaincue, motivée, opiniâtre est tout ce dont nous avons besoin, même si en France, compte-tenu de la zombification de la génération des 14/35 ans totalement matrixés, j’estime pour ma part, que 15% ne serait pas du luxe…

      Préambule de R71 : Cette étude scientifique publiée en 2011 nous fait mieux comprendre pourquoi il est absolument vital pour l’oligarchie de garder les peuples divisés. La moindre erreur, le moindre relâchement permettant à une idée de dépasser les 10% de gens motivés et convaincus (donc non influençables…) est synonyme d’arrêt de mort.

      Prenons l’exemple de l’autogestion. Si la population comptait 10% minimum de personnes convaincues du bien-fondé de cette solution pour la société, d’après cette étude, en très peu de temps, une vaste majorité de l’opinion publique serait gagnée à la cause. Ceci répond aux personnes attentistes et quelque peu défaitistes pensant qu’il faudrait 80% d’anarchistes pour bâtir la société anarchiste. Cette étude leur montre que non. 10% suffit. S’il y a 45 millions d’adulte en France (c’est un chiffre non vérifié que nous avançons à titre d’exemple), il suffirait qu’il y ait 4,5 millions d’adultes, répartis aléatoirement sur le territoire, pensant que l’autogestion dans une confédération de communes libres, est la solution à nos problèmes, pour qu’en très peu de temps cette idée devienne l’idée consensuelle de la société.

      Si l’on considère qu’au fond de chacun de nous dort un anarchiste, car vivre en société libre, non-coercitive, sans institutions, sans chef autoritaire, est dans la nature humaine, nos ancêtres ont vécu de la sorte pendant des millénaires, la vaste majorité des nations natives des Amériques vivaient encore de cette manière juste avant l’arrivée de l’homme blanc… L’État est une anomalie de l’Histoire, un passage peut-être obligé pour retrouver le chemin autogestionnaire originel. Une ruse de la Raison qu’Hegel soi-même n’a pu voir, mais le pouvait-il ?..

      La solution à 10% ? On prend…

      C’est MA-THÉ-MA-TI-QUE !

      Le règne de la minorité : Pourquoi 10% est tout ce dont vous avez besoin, de Matthew Philips, 2011 – Nouvelle Version PDF N° 174 de 9 pages ► https://jbl1960blog.files.wordpress.com/2020/03/dune-idee-minoritaire-au-plebiscite-la-solution-a-10-pour-cent-de-matthew-philips-2011.pdf

      Cliquer pour accéder à dune-idee-minoritaire-au-plebiscite-la-solution-a-10-pour-cent-de-matthew-philips-2011.pdf

      J'aime

    2. Macron à Véran : Tiens bon Olivier, on les aura ces connards !

      « Tiens bon, on les aura ces connards »: le SMS « très cash » de Macron à Véran ► https://www.charentelibre.fr/2021/01/15/tiens-bon-on-les-aura-ces-connards-le-sms-tres-cash-de-macron-a-veran,3696201.php

      Après le fiasco des débuts de la campagne de vaccination, le Président a rappelé à son ministre de la Santé la confiance qu’il lui accordait.

      C’est cash ! Certaines rumeurs annoncent un prochain limogeage du ministre de la Santé Olivier Véran, mais ce dernier peut se rassurer car il a l’entier soutien d’Emmanuel Macron. Le Président croit en son ministre violemment attaqué sur la gestion de la crise sanitaire du coronavirus, même dans son propre camp.

      Emmanuel Macron, qui s’est lui-même énervé contre la Haute Autorité de Santé à propos du démarrage poussif de la campagne de vaccination, lui aurait ainsi envoyé un message en début de semaine lui demandant de tenir bon, rapportait mardi Le Point.

      Un SMS sans détour: « Tiens bon, on les aura, ces connards ». Histoire de remotiver le ministre de la Santé pour qu’il ne se laisse pas miner par tout ce qui circule à son sujet.

      =*=
      Maintenant, limoger 1 Véreux pour mettre un Clampin, ou un Naze à la place de ce noc !

      Castex aussi sort rien que des nocueries et fiasco après fiasco, il est toujours là ! Y fait le job même pour des observateurs politiques !

      On ne veut pas que le gouvernement change…
      On veut qu’il disparaisse !…

      J'aime

  10. Transmis par mail, pour claquer le museau au Véreu-Varan ;

    – Là ils disent que Pfizer finit la phase 3 en mai 2023 sur le même site
    https://clinicaltrials.gov/ct2/show/NCT04368728

    – Moderna finit sa phase 3 en octobre 2022
    https://clinicaltrials.gov/ct2/show/NCT04470427

    – Astrazeneca finit sa phase 3 en février 2023
    https://clinicaltrials.gov/ct2/show/NCT04516746

    – Janssen de Johnson johnson finit sa phase 3 en janvier 2023
    https://clinicaltrials.gov/ct2/show/NCT04505722

    De la part des « rageux qui racontent n’importe quoi » pas comme toi, hein ?

    https://www.trendsmap.com/twitter/tweet/1413227052166270978

    J'aime

      1. Pas indiqué, après vérification lien par lien, c’est bien les bonnes dates qui sont données.

        Par contre, partout on peut lire que l’on est TOUJOURS en PHASE 3 de l’essai !…

        J'aime

  11. Vaccins contre la Covid-19. Le consentement libre et éclairé : « un frein à l’expérimentation médicale », « un obstacle à l’obligation vaccinale » (par Philippe SÉGUR, Professeur de droit public à l’Université de Perpignan) ► http://ctiapchcholet.blogspot.com/2021/07/vaccins-contre-la-covid-19-le.html

    « Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, vingt médecins et trois fonctionnaires nazis seront accusés de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité et jugés à Nuremberg du 9 décembre 1946 au 20 août 1947 (…) En raison de leur atrocité, les crimes des médecins nazis ont laissé croire qu’il s’agissait d’un accident monstrueux de l’Histoire, faisant ainsi oublier ce qu’Hannah Arendt appelle « la banalité du mal. » (Philippe SÉGUR, RDLF 2021 chron. n°20)

    Le lendemain du Conseil scientifique indépendant (CSI) tenu le 1er juillet 2021, un professionnel du droit, ainsi que d’autres citoyens, nous a transmis un article qui vient confirmer les analyses, proposées par le CTIAP du centre hospitalier de Cholet, concernant les vaccins contre la Covid-19. Nous conseillons vivement la lecture intégrale de ce document.

    Cet article est rédigé par un Monsieur Philippe SÉGUR, Professeur de droit public à l’Université de Perpignan. Il est publié dans une revue juridique : Revue des Droits et Libertés Fondamentaux (RDLF) – RDLF 2021 chron. n°20 – sous le titre « SUR LA LICÉITÉ D’UNE OBLIGATION VACCINALE ANTI-COVID ». Dans ce qui suit, le CTIAP vous propose notamment quelques extraits de cet article, tout en rappelant quelques autres éléments :

    « Quatre vaccins anti-covid sont aujourd’hui autorisés en France » ;

    « (…) à savoir le caractère inédit des procédés vaccinaux utilisés » ;

    « Le fait qu’il s’agisse d’une vaccination en phase expérimentale ne saurait donc faire de doute » ;

    « L’ensemble de ces informations suffisent à convaincre que la pandémie de covid-19 a conduit les autorités sanitaires à autoriser une expérimentation vaccinale à grande échelle inédite dans l’histoire de la médecine ».

    L’auteur rappelle quelques faits historiques qui ont abouti à la protection du consentement des personnes en pareilles circonstances :

    « À partir du XVIe siècle (…) La foi dans le progrès et l’exaltation des découvertes scientifiques incitent à expérimenter sur les « corps vils », jugés de peu de valeur : les détenus, les internés, les esclaves, les indigènes, les prostituées. Au XVIIIe siècle, des médecins se livrent à des expériences sur des esclaves noirs dans les colonies européennes des Antilles et d’Amérique du Nord » ;

    « Le IIIe Reich a procédé à des expériences à vaste échelle sur des juifs déportés. À Auschwitz, à Buchenwald, à Dachau, à Natzwzeiler, les médecins nazis ont utilisé des cobayes humains auxquels ont été inoculés des pathogènes tels que le typhus, la fièvre jaune, la variole, la typhoïde, le choléra et la diphtérie afin de chercher des vaccins ou de mettre au point des traitements permettant l’immunité ».

    L’article rappelle donc « le conflit historique entre l’éthique et l’expérimentation médicale » qui a conduit à « la consécration du consentement éclairé après 1947 » par notamment le « Code de Nuremberg ». Ce dernier regroupe des principes « qui ne devraient pas dépendre d’une consécration juridique déterminée – c’est-à-dire du droit de tel ou tel État – mais d’une éthique médicale universelle et même du droit international ». Les principes de ce Code irriguent le droit, notamment français.

    D’autres expérimentations sont relevées par l’auteur : « (…) tout au long du XXe siècle, d’autres drames ont résulté d’expérimentations médicales sans l’accord des personnes (…) : alimentation d’enfants retardés avec des céréales radioactives (…) faux traitements administrés à des Noirs atteints de syphilis (…) contamination d’enfants handicapés mentaux à l’hépatite (…) essai sur 20 000 Américains du Thalidomide (…) injection de cellules cancéreuses à des malades âgés et indigents (…) ».

    Ce professeur de droit public rappelle alors que « le libre consentement » est « un frein à l’expérimentation médicale ». Ensuite, il démontre que ce « libre consentement » constitue « un obstacle à l’obligation vaccinale » en se fondant sur « l’encadrement juridique des expérimentations » ainsi que sur les principes d’« inviolabilité du corps humain » et de sauvegarde de la « dignité de la personne » humaine ; des principes récemment évoqués lors dudit Conseil scientifique indépendant (CSI) du 1er juillet 2021, ci-dessus mentionné.

    Lors de ce CSI, la Convention d’Oviedo a également été rappelée. Le CTIAP avait fait connaître cet instrument juridique contraignant dans son article intitulé « Vaccin contre la Covid-19 : ce que la population devrait savoir », en date du 12 novembre 2020.

    À notre avis, cette question devrait interroger toute la société. Il est intéressant de relever que le Code de la santé publique s’ouvre par une première partie intitulée « Protection générale de la santé » et par un chapitre préliminaire ainsi libellé : « Droits de la personne ». Ces droits sont basés sur trois valeurs essentielles dotées d’une autorité constitutionnelle : la liberté individuelle, la sauvegarde de la dignité de la personne humaine contre toute forme d’asservissement ou de dégradation et, le droit fondamental à la protection de la santé. En Occident, le principe de dignité trouve son origine « dans la grande philosophie stoïcienne – dans son sens retrouvé mis en lumière par l’œuvre magistrale de Pierre Hadot – notamment chez Sénèque proclamant « l’homme chose sacrée pour l’homme (homo, sacra res homini) » et dénonçant les jeux du crime, et plus généralement, les spectacles où l’homme est dégradé, violenté, mutilé, voire tué (Lettres à Lucilus, Liv. XV, 92, 32) » (C. Bergoignan-Esper, P. Sargos, les grands arrêts du droit de la santé, 2e édition, Dalloz).

    « Patere legem quam fecisti » (respectes la règle que tu as faite). Car, dans l’absolu, les termes de l’arrêt Lefloch (Crim. 16 novembre 1827, Bull. crim. n°284) sont toujours d’actualité : « Les lois qui protègent la vie des hommes sont d’ordre public ».

    Cet article de Philippe SÉGUR atteste également du bien-fondé de nos alertes adressées notamment à Monsieur le ministre des solidarités et de la santé ; et reprises par FranceSoir.

    Espérons que notre actuel XXIe siècle ne fera pas des corps des citoyens, et en particulier des « soignants », les nouveaux « corps vils », jugés de peu de valeur »… en leur imposant notamment ladite « obligation vaccinale » expérimentale…

    Pièce jointe : lien vers l’entier article de Monsieur Philippe SÉGUR, Professeur de droit public à l’Université de Perpignan, « SUR LA LICÉITÉ D’UNE OBLIGATION VACCINALE ANTI-COVID », RDLF 2021 chron. n°20.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s