Trump face à l’Europe par Jean-Loup IZAMBERT

Devenons TOUS des lanceurs d’alertes et des passeurs d’idées !

Après avoir largement relayé, par de larges extraits, le livre « 56 » de Jean-Loup Izambert ICI et qui  explique que ce sont les compromissions de tous les gouvernements successifs et leur « laisser-faire » qui ont conduits à la vague d’attentats en France et sur le territoire européen depuis 2015. Et j’ai, pour ma part, si souvent affirmé qu’il nous fallait reconnaitre les faits et que ce ne sera que lorsque nous, les occidentaux, reconnaitrons les criminels de guerre parmi les nôtres et que nous arrêterons de nier la vérité que le sang commencera à sécher… Pas avant. Et je pense sincèrement, qu’en participant au cirque électoral et en votant donc, vous restez complices des crimes commis en votre nom, pire vous donnez votre assentiment pour que tout continue… Exactement comme l’avait détaillé Zénon dans son texte « En notre nom » de juillet 2016… Alors qu’il vous suffit de dire NON ! Et le bouzin s’arrête…

Ignorer le Système ► Créer les bases solidaires de la Société des sociétés organique ► Réfléchir et agir en une praxis commune ► Adapter l’ANCIEN au NEUF

Il faut créer une société parallèle, celle des associations libres fédérées, boycotter système et institutions de manière exponentielle au nombre de gens rejoignant les associations libres. À un moment donné, la désobéissance civile, donc la confrontation avec l’État sera inévitable, mais si nous faisons tourner la société, déjà, localement, en ignorant l’État et le système politico-économique qui nous sont imposés, l’obsolescence de ces entités ne fera que croitre et elles tomberont quasiment d’elles-même ou avec un petit coup d’épaule « non-violent ». C’est avant tout une question d’état d’esprit individuel/collectif se confédérant par la solidarité, il faut cesser de nous laisser dicter nos « différences » par l’oligarchie, cesser de la laisser organiser notre division. Et comprendre que collectivement, il y a bien plus de choses qui nous rassemblent que de choses qui nous divisent. La division est induite, fabriquée, et absolument pas inéluctable…

Sortie de « Trump face à l’Europe » (Jean-Loup IZAMBERT), un livre percutant qui présente les enjeux et conséquences de sa nomination sur l’Europe

Après avoir dénoncé la complicité de nombreux hommes politiques français avec des groupes terroristes dans son précédent livre « 56 », Jean-Loup IZAMBERT publie « Trump face à l’Europe », un livre qui analyse les stratégies guerrières des États-Unis et les conséquences sur l’Europe que la nomination de Donald Trump au poste de président va entraîner.

Donald Trump face à l'EuropeJournaliste indépendant depuis plus de quarante ans, Jean-Loup IZAMBERT n’est plus à présenter. Qualifié de « lanceur d’alerte », il fut l’un des tous premiers journalistes à dénoncer l’implication de quarante banques européennes dans le plus grand krach boursier de la place de Genève en 1995 (« Le krach des 40 banques« , Ed. du Félin, 1998), et a également révélé de nombreux scandales, tels que le gigantesque détournement de fonds organisé par les dirigeants du Crédit Agricole (« Le Crédit Agricole hors la loi ? » Ed. Carnot, 2001) ou les dessous de la politique internationale au sein de l’ONU (« Faut-il brûler l’ONU ? » Ed. du Rocher, 2004).

Enfin, durant le mois de septembre 2015, il publie chez IS Edition le livre « 56 – Tome 1 : L’État français complice de groupes criminels« , dans lequel il dénonce les complicités de nombreux hauts fonctionnaires français avec des groupes criminels et terroristes.

Donald Trump : un homme de paix au pays de la guerre ?

Spécialiste en politique internationale, Jean-Loup Izambert s’intéresse, dans son nouveau livre « Trump face à l’Europe » (collection Faits de société), au comportement dominateur et guerrier des États-Unis depuis leur création, notamment vis-a-vis de l’Europe et de la Russie, et présente les enjeux et conséquences de la nomination de Donald Trump au poste de président.

Lui laissant le bénéfice du doute sur ses intentions pacifiques, l’auteur craint surtout que les lobbies militaro-industriels et financiers l’empêchent de mettre en pratique ses « louables » intentions…

« Trump face à l’Europe » paraît dès demain aux formats papier comme numériques (formats ePub, Mobi/Kindle et PDF), dans tous les réseaux de librairies via Hachette Livre (livre imprimé) et Immateriel (eBooks).

Fidèles à nos habitudes, deux livres papier et deux livres numériques sont également à gagner cette semaine sur nos réseaux sociaux Facebook et Twitter, rendez-vous donc sur nos pages pour en savoir plus ► Version papier ou e-book, IS Edition du livre « Trump face à l’Europe » de J-L Izambert

Résumé

L’élection, fin 2016, de Donald Trump comme quarante-cinquième président des États-Unis peut-elle changer favorablement les relations des États-Unis avec le monde ainsi qu’il s’y est engagé ?

« Une voie difficile« , estime le président russe Vladimir Poutine. D’autant plus difficile que depuis leur fondation en 1776, les États-Unis ont consacré plus de 93% de leur existence à faire la guerre aux peuples pour s’approprier leurs richesses et imposer leur hégémonie.

Les dirigeants du « pays de la guerre » ont fait des millions de morts et de personnes déplacées, détruit des pays entiers, et favorisé le développement de la misère et du terrorisme jusqu’au cœur de l’Europe.

Aussi, le dossier « Europe », non de la petite Europe de Bruxelles mais de la grande Europe, qui s’étend de Lisbonne à Vladivostok, est l’un des plus importants auquel Donald Trump doit faire face.

Après avoir détruit l’Afghanistan, l’Irak, la Libye et la Syrie, comment les États-Unis portent-ils la guerre en Europe ?  Et, face au péril, quel est ce nouveau monde qui met l’espoir en chantier ?

À propos de Jean-Loup IZAMBERT

Journaliste d’investigation indépendant et écrivain, Jean-Loup Izambert, auteur de plusieurs ouvrages qui font référence (« Le Crédit Agricole hors la loi ? », « Faut-il brûler l’ONU ? », « 56 – l’État français complice de groupes criminels »), décrit dans ce nouveau travail d’enquête les attaques incessantes des États-Unis contre l’Europe entière.

Avec « Trump face à l’Europe », l’auteur porte à la connaissance des lecteurs des faits importants dont ne traitent pas les médias. Il en révèle d’autres par des témoignages collectés auprès d’acteurs du monde du renseignement, de l’économie et de la finance. Éclairant le lecteur sur une succession d’événements, il l’interpelle sur les préparatifs de guerre qui malmènent la paix, et montre comment les États-Unis divisent le continent européen et les deux conceptions du monde qui s’opposent.

Un ouvrage essentiel à la compréhension des enjeux et du devenir de la civilisation européenne.

Pour ma part, il m’est impossible de laisser le bénéfice du doute à Trump sur ses prétendues intentions pacifiques, car billet après billet, et depuis le début, soit décembre 2015 ici dans ce blog, souvent en appui ou en complément de Résistance71 qui traduit les Natifs et Nations Primordiales, les juristes Steven Newcomb et Peter d’Errico, le Pr. Taiaiake Alfred  j’avance que l’avenir de l’humanité passe par les peuples occidentaux émancipés de l’idéologie et de l’action coloniales, se tenant debout, main dans la main avec les peuples autochtones de tous les continents pour instaurer l’harmonie de la société des sociétés sur terre. Et qu’il n’y a pas de solutions au sein du système, n’y en a jamais eu et n’y en aura jamais. Comme vous pouvez le lire dans ce dernier billet de Peter D’Errico ► La Nation Sioux Yankton vs le DAPL

Trump n’a jamais eu d’intentions pacifiques, jamais, parce que “Les Américains sont le seul peuple, à l’exception des Boers, qui, de mémoire d’homme, ont totalement balayé la population autochtone du sol où ils se sont installés.” ~ Frantz Fanon ~ ICI.

Robert Mackey source Intercept via Le Saker Francophone le 15/09/2016 a écrit ceci ; Trump n’est pas contre la guerre – Il veut juste que l’armée Zunienne se concentre sur le vol du pétrole ! Et il a argumenté et documenté son article par des vidéos (qui bizarrement n’ont pas disparues, mais dont l’accès est limité) de Trump : Pour mieux comprendre que Trump est vraiment «bien plus militariste» que George W. Bush lui-même, comme il insistait lui-même pour le dire lors de la primaire républicaine, il est instructif de voir la fréquence avec laquelle il a présenté ses plans bizarres pour utiliser l’armée étasunienne comme le gros bras d’un racket global de protection, dont le but est seulement d’extorquer le pétrole aux pays que nous détruisons. L’intégralité de l’article et plus encore dans ce billet de blog ► https://jbl1960blog.wordpress.com/2016/09/22/quattendons-nous/

Et mes dernier billets laissent peu de place au doute, justement ;

LES NOUVEAUX NOUVEAUX CONS CONS

ARCHI-NÉOCONS vs PALÉO-CONSERVATEURS

NE NOUS LAISSONS PLUS TRUMPER

Donald Trumpé ?

Gageons plutôt que ce livre nous permettra de prouver nos dires et démontrer, une fois de plus, que ce Système n’étant pas réformable de l’intérieur nous pouvons  changer de paradigme, en lien avec tous les Natifs, sans dieux, ni maitres, sans armes, ni haine, ni violence…

JBL1960

 

 

Publicités

LES NOUVEAUX NOUVEAUX CONS CONS

Avè l’assent !

Rattrapes-moi ! Si tu peux !

Source de l’image : Pixabay

Ce billet est un utile complément au billet de Pepe Escobar du 1er mars Dans les coulisses de la bagarre Trump contre l’état profond et que j’ai intitulé ARCHI-NÉOCONS vs PALÉO-CONSERVATEURS. Et qui précise ceci : En toute pratique, les factions de nouveaux cons / nouveaux cons libéraux les plus puissantes ont lancé de fait une opération pour faire virer Flynn et pour continuer de façon à éventuellement faire aussi virer Trump, poursuivant ainsi toute avenue possible qui mènerait à sa destitution. Quelque soit la stratégie adoptée par les vrais maîtres comme détaillés par “X”, Trump doit faire face un formidable axe de l’état profond nouveau con / néolib, de la CIA, des médias corpos neolibéraux allant de CNN au Washington Post et aussi la machine Clinton qui est toujours fonctionnelle et active.

Paul Craig Roberts ici, et je redis que pour ma part, il ne s’adresse qu’aux seuls Zuniens de papier qui constituent pour lui le Peuple Américain, les Natifs n’existant tout simplement pas ; Croit le Système réformable et modifiable de l’intérieur. Or tout comme R71 qui l’explique dans son préambule que je reproduis en totalité, il n’y a pas de solutions au sein du Système, dont j’estime de plus, qu’il n’y a absolument rien à sauver.

Résistance à l’empire : Trump et l’oligarchie… « cours après moi que j’t’attrape… »

Précisons qu’en ce qui nous concerne toutes tergiversations pour savoir si le système peut-être préservé, doit-être préservé, si des réformes peuvent-être entreprises pour le changer, le rendre plus “vertueux”, ne sont que futilités ineptes et perte de temps essentiel, tant il est évident qu’il est bien au-delà de toute rédemption possible et qu’il n’y a pas, n’y a jamais eu et n’y aura jamais de solutions au sein du système.
Ceci dit, les propos de Roberts sont ici à prendre en considération dans le cadre de la critique, sa critique interne du système étatico-capitaliste. Si les vues et analyses de Roberts sont souvent pertinentes, elles ne peuvent pas non plus mener à des solutions viables tant que lui et quiconque d’autre continuent de penser “dans la boîte”.
S’il est intéressant de lire un “reaganien”, économiste fondateur et applicateur des “reaganomics”, mentionner le “Que faire ?” de Lénine, on est aussi en droit de se poser la question de savoir pourquoi quelqu’un comme Roberts, qui a vu de très près et du plus “haut niveau” tous les systèmes politiques modernes, y compris l’URSS créée par Lénine et Trotski pour leurs maîtres de la City de Londres et de Wall Street, continue de penser qu’il suffit de mettre des “hommes vertueux” en tête de gondole pour que l’état et le “marché” deviennent vertueux comme par magie. Quand Roberts et consorts se rendront-ils compte que la solution à la question pertinente du “Que faire ?” ne réside EN AUCUN CAS dans le système de fonctionnement proposé mais bien en dehors: dans l’émergence de la société des sociétés résultant de la confédération des associations libres de producteurs et de consommateurs autogérées où le pouvoir serait de nouveau dissous dans le peuple et où toute inégalité redeviendrait impossible.
Roberts est mûr pour franchir ce pas, mais reste prisonnier de sa peur, de sa peur du “lâcher-prise” de ce qu’il connaît et le conforte, nous sommes des centaines de millions qui devrions dès aujourd’hui cesser d’avoir peur, car c’est par la peur que l’oligarchie nous mème à l’abattoir.
Le temps est venu de dire NON ! Unis et décidés.
Boycott du vote, boycott des institutions, union des citoyens en associations libres. Arrêtons de laisser les criminels en col blanc décider pour nous de notre destinée. Il suffit de dire NON ! Ensemble, haut et fort pour que toute cette vaste supercherie de société du spectacle, que nous cautionnons, qui ne peut exister que par notre consentement, s’arrête et que nous la remplacions par la société des sociétés, ce confédéralisme démocratique amenant ses solutions collectives concernées à nos problèmes collectifs, fondé sur la loi naturelle, l’égalité, l’entraide et donc la liberté.

Résistance 71 – URL de l’article ► https://resistance71.wordpress.com/2017/03/04/resistance-a-lempire-trump-et-loligarchie-cours-apres-moi-que-jtattrape/

 Que faire ?

 Paul Craig Roberts |  3 mars 2017 |  URL de l’article original en anglais : http://www.paulcraigroberts.org/2017/03/03/done-paul-craig-roberts/

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

La question du titre est la fameuse question de V.I. Lénine. Sa réponse fut de créer une “avant-garde” révolutionnaire afin de disséminer les idées révolutionnaires parmi les ouvriers, la classe économique que Marx avait déclarée être la classe devant accéder au pouvoir politique. Finalement, la démocratie, frustrée par les intérêts de la classe supérieure dans sa manifestation la plus précoce, deviendrait enfin réalité. Les travailleurs gouverneraient.

Dû à la présence de la malfaisance et de l’échec humains, ceci ne s’est pas passé de la façon escomptée. Mais la question de Lénine n’en demeure pas moins valide. Les Américains, dont la vie socio-économique et les projets d’avenir pour leur progéniture ont été totalement détruit par la délocalisation du travail et de tout potentiel de travail professionnel demandant un savoir-faire, comme par exemple l’ingénierie informatique, ont répondu récemment à la question en élisant Donald Trump à la présidence.

Les Américains, dépossédés par les entreprises délocalisant tout, ont élu Trump parce que celui-ci était le seul Américain voulant se faire élire à une fonction de représentation publique et qui portait un tant soit peu d’attention à ce problème et déclarait son intention de le régler. (NdT: vraiment ?…)

En se dressant (NdT: en apparence du moins, Trump était-il, est-il sincère ?…) pour les Américains, Trump s’est aliéné les entreprises mondialistes, leurs chefs exécutifs et leurs actionnaires, qui tous profitent grandement du vol de la vie économique des Américains et produisant à l’étranger à moindre coût. Les économistes de la fange néolibérale décrivent cet arbitrage du travail, qui réduit les vrais revenus de la force laborieuse américaine, comme la fonction bienfaitrice du libre échange et du libre-marché.

Ces entreprises délocalisantes n’ont pas seulement détruit l’avenir économique de millions d’Américains, mais ont aussi détruit la base de revenus fiscaux pour une sécurité sociale et un Medicare efficaces, ainsi que la base de revenus fiscaux pour les gouvernements locaux et des états de l’union, ceci ayant pour conséquence directe la sévère mise en danger des nombreux systèmes de retraite en place. Le fond de pension New York Teamsters Road Carriers Local 707 vient juste de se planter. Cet échec, prédisent les experts, n’est que le tout début d’un tsunami qui va s’étendre aux systèmes de retraite municipaux et d’états.

Lorsque vous y ajoutez les coûts externes des délocalisations qui sont imposés aux Américains, les coûts excèdent et de loin les bénéfices que cela amène au 1%. Clairement, ceci est une situation complètement intolérable (NdT : et Trump, ou un autre pantin, va y faire quelque chose ?… On verra…)

Les Américains dépossédés se sont soulevés (NdT: en votant ?… vraiment ?… ). Ils ont ignoré les merdias pressetitués, ou peut-être même bien qu’ils furent attirés par l’hostilité sans borne des médias envers Trump. Trump a été élu par l’Amérique des dépossédés, par la classe de ceux qui travaillent.

Cette classe laborieuse est complètement hors de toute faveur de cette pseudo gauche libérale, “progressiste” qui déteste cette classe des travailleurs vue comme raciste, misogyne, homophobe, fondue des flingues et qui s’oppose à la politique des chiottes transgenres. Ainsi, la classe laborieuse et leur représentant de choix, Donald Trump sont sous les assauts continus de la pressetituée. “Trump doit dégager”, tel est leur slogan.

Et peut-être cela se passera t’il. Trump, dans un accès de stupidité, a viré son conseiller à la sécurité, le Gén. Flynn, parce que Flynn a fait ce qu’il avait à faire et a parlé avec l’ambassadeur russe afin d’éviter une réponse russe à la provocation d’Obama de vouloir virer les diplomates russes à Noël.

Les Russes ont été diabolisés et dépeints comme une puissance démoniaque. Si vous parlez à un russe, vous tombez automatiquement sous la suspicion d’être un traître à votre nation. C’est comme ça pour la CIA, le parti démocrate, le complexe militaro-industriel et les médias de la pressetituée.

Une fois que Trump a répandu le sang de Flynn dans l’eau, il a mis en place une situation pour le sacrifice d’autres de ses hauts-fonctionnaires, les dominos se terminant avec lui. En ce moment, la marque de l’infamie de la “connexion russe” est en train d’agir contre le ministre de la justice de Trump, Jeff Sessions. Si Sessions tombe, Trump sera le prochain.

Soyons bien clair. En tant que membre du comité des services armés du sénat, Sessions a rencontré l’ambassadeur russe, tout comme il a rencontré les ambassadeurs d’un bon nombre d’autres pays. Il n’y a rien d’inhabituel ou de surprenant au sujet d’un sénateur américain rencontrant des représentants diplomatiques étrangers. (NdT: Et des sénateurs nouveaux cons va t’en guerre comme McCain ou Graham se rendant ILLÉGALEMENT en Syrie pour y rencontrer des troupes yanks, qui ne sont pas supposées être là soit dit en passant… et des leaders des factions takfiries terroristes dont le chef de Daesh : “CIA” al-Baghdadi, là personne ne trouve rien à redire !!…)

Ceux qui accusent Sessions de mentir ne font que mal représenter les faits. Sessions a rencontré des ambassadeurs en sa qualité de sénateur des Etats-Unis et non pas dans sa capacité de ministre du gouvernement Trump. En tant qu’ancien staff du sénat, je peux attester qu’il est parfaitement normal que des sénateurs rencontrent des diplomates. John McCain et Lindsey Graham s’envolent même au Moyen-Orient pour y rencontrer des terroristes.

Malgré ces faits, le Washington Post, le New York Times, CNN et tout le reste des putes pressetituées de la CIA représentent mal continuellement et intentionnellement les faits. Les Américains n’ont pas besoin de plus de preuves pour voir que la totalité des médias américains est totalement dénuée d’intégrité et de respect pour la vérité. Les médias américains ne sont qu’un triste amalgame de putes qui mentent pour gagner leur vie. Cette pressetituée est des plus méprisable, elle est la fange de la terre.

La vraie question est comment le contact avec des officiels du gouvernement russe a été criminalisé, est devenu une base pour révoquer un conseiller à la sécurité, un ministre de la justice et utilisé pour destituer un président. Le président John F. Kennedy avait des contacts permanents avec Kroutchev et le gouvernement soviétique afin de résoudre la crise des missiles turco-cubains sans guerre nucléaire. Le président Nixon a eu des contacts avec les Russes pour mettre en place les traités SALT et anti-missiles ballistiques. Le président Reagan a travaillé avec le leader russe (Gotbatchev) afin de mettre un terme à la guerre froide. Je le sais, j’étais là, j’y ai participé.

Mais si le président Trump veut désamorcer les tensions dangereuses que les régimes irresponsables Clinton, W. Bush et Obama ont ressuscité avec un puissant état à la capacité thermonucléaire qui ne veut que la paix avec les États-Unis, alors le président Trump et tout fonctionnaire qu’il a nommé parlant à un Russe ne sont pas légitimes dans les positions qu’ils occupent ! Ceci est pure folie et c’est la position de cette gauche, libérale-idiote et “progressiste”, de la CIA, du parti démocrate, des imbéciles de droite de ce parti républicain comme les tristes sires McCain et Graham ainsi que des petites putes des médias occidentaux.

Cher lecteur, demande-toi la chose suivante: comment est-ce que la communication avec des Russes dans l’intérêt de la paix et de la réduction des tensions internationales est devenu un crime ?… Des lois ont-elles été votées interdisant des hauts-fonctionnaires américains de parler avec leurs contre-parties russes ? Es-tu si stupide que des merdias pressetitués qui ne t’ont jamais dit la vérité de toute ta vie, puissent te convaincre que ceux qui recherchent à éviter un conflit entre des puissances thermonucléaires sont des “agents russes” ?…

Je ne me fait aucune illusion sur le fait que la vaste majorité des populations occidentales est insouciante. Mais s’il n’y a plus d’intelligence ni de conscience dans la population, et il n’y en a certainement plus du tout dans les gouvernements et médias occidentaux (NdT : tous assujettis à l’empire et ses commanditaires…) ni dans cette “politique identitaire” de la “gauche libérale et soi-disant progressiste”, alors ne vous attendez pas à vivre bien plus longtemps.

Le monde entier a été mis sur le fil du rasoir de l’existence par l’arrogance, la stupidité et l’hubris de la clique néoconservatrice à la poursuite de l’hégémonie américaine.

L’idéologie néoconservatrice est la parfaite couverture pour masquer l’intérêt matériel de l’état profond du complexe militaro-industriel qui est en train de mener le monde à sa destruction.

Ah vous allez en avoir de l’analyse sur l’oligarchie/Aristocratie/Ploutocratie/Kleptocratie et/ou l’État profond, celles du jour sur Le Saker Francophone ;

L’aristocratie trompe le public au sujet de l’État profond.
Par Eric Zuesse – Le 23 février 2017 – Source Strategic Culturehttp://lesakerfrancophone.fr/laristocratie-trompe-le-public-au-sujet-de-letat-profond

►◄
S’il y a une bataille entre Trump et la Réserve fédérale, qui va vraiment gagner ?

Par Brandon Smith – Le 23 février 2017 – Source alt-market.comLire l’intégralité de l’article ► http://lesakerfrancophone.fr/sil-y-a-une-bataille-entre-trump-et-la-reserve-federale-qui-va-vraiment-gagner

Et à partir du moment où nous pensons que lavenir de l’humanité passe par les peuples occidentaux émancipés de l’idéologie et de l’action coloniales, se tenant debout, main dans la main avec les peuples autochtones de tous les continents pour instaurer l’harmonie de la société des sociétés sur terre. Et qu’il n’y a pas de solutions au sein du système, n’y en a jamais eu et n’y en aura jamais comme le juriste Peter d’Errico nous l’explique en détail dans ce billet ► La Nation Sioux Yankton vs le DAPL. Pourquoi attendre pour voir ! Commençons dès à présent à :

Ignorer le Système ► Créer les bases solidaires de la Société des sociétés organique ► Réfléchir et agir en une praxis commune ► Adapter l’ANCIEN au NEUF

Adapter l’ANCIEN au NEUF ne voulant pas dire réformer l’ancien système pour en faire un nouveau ou un tout neuf ! Mais étudier la Grande Loi de La Paix de la Confédération Iroquoise, par exemple et entre autres, et adapter ce qui est adaptable notamment dans le domaine de l’horizontalité de la prise de décision politique et du schéma de la chefferie sans pouvoir ► https://jbl1960blog.wordpress.com/2017/02/28/kaianerekowa-grande-loi-de-la-paix-de-la-confederation-iroquoise-xiieme-siecle-version-pdf/

JBL1960