COVID-19 ► DES STATISTIQUES AU SCANDALE (SUITE), 21 mars 2021 – PDF du même auteur anonyme et pour nous LIBÉRER de la DICTATURE SANITAIRE !

PREMIÈRE PARTIE ► COVID-19 – Du mythe aux statistiques, 9 février 2021 – PDF N° 243 de 24 pages ► https://jbl1960blog.files.wordpress.com/2021/02/stats-covid.pdf

SUITE pour se LIBÉRER DE LA DICTATURE SANITAIRE En Marche ;

COVID-19 ; Des Statistiques au Scandale, 21 Mars 2021, auteur anonyme – Version PDF N° 263 de 26 pages ► https://jbl1960blog.files.wordpress.com/2021/03/covid-19-des-statistiques-au-scandale-21-mars-2021-suite.pdf

Transmis par mail par l’auteur, relayé en première analyse par Hans Lejarec http://www.deboutlafrance.fr/2021/03/covid-19-des-statistiques-au-scandale/

Cliquer pour accéder à covid-19-des-statistiques-au-scandale-21-mars-2021-suite.pdf

À RETROUVER DANS MA BIBLIOTHÈQUE PDF & DANS MON DOSSIER SPÉCIAL CORONAVIRUS

COVID-19 – des statistiques au scandale

Extraits choisis, complétés & enrichis par JBL1960

La COVID-19 soigne le cancer, le diabète et l’hyper-tension : Avant toute étude subséquente, il est indispensable de rappeler la vérité suivante [1], sans quoi il sera impossible de donner un sens aux événements récents.

Pour les moins de 60 ans, l’année 2020 est la moins mortelle de toute l’histoire de France.

tableau surmortalité

Hors-COVID-19, l’année 2020 est de loin la moins mortelle de toute l’histoire de France.

Comment on (ne) meurt (pas) au SoleilOn a confiné La Réunion pour zéro morts à l’hôpital.

À La Réunion, l’asthme est deux à trois fois plus mortel que la COVID-19.

TABLEAU 2

L’impact de la COVID-19 à l’hôpital durant la première moitié de l’année 2020 n’est pas plus significatif que celui de l’asthme. C’est pour cela que seule la métropole sera considérée par la suite.

Comment la France (n’)a (pas) soigné : Nous savons déjà grâce à un précédent travail qu’en France les malades ont été chassés de l’hôpital au point de mourir en masse à leur domicile ou à ce qui en tenait lieu [1]. Mais quel a été le sort réservé aux chanceux ayant eu le privilège de bénéficier de soins hospitaliers ? La COVID-19, à l’instar des infections respiratoires saisonnières, cible principalement les personnes âgées : 89% des morts de la COVID-19 avaient plus de 70 ans. Hors, les statistiques de Santé Publique France montrent sans le moindre doute que les plus de 70 ans ont été chassés des services de réanimation pendant le pic épidémique de la première vague. La population des plus de 70 ans en réanimation composait 42 %des réanimés au début du premier confinement le 18 mars 2020. Au pic épidémique, cette proportion avait baissé de 10 %, pour remonter lentement une fois le pic passé. La figure 1 illustre parfaitement ce phénomène : l’occupation des lits de réanimation par les plus de 70 ans varie à l’opposé de la mortalité hospitalière de ces derniers.

Taux d’occupation des lits de réanimation par les plus de 70 ans – période du 19 mars au 11 mai 2020 – (données brutes issues de Santé publique France [54])

Figure 1

En réalité, l’âge à partir duquel les patients ont été refoulés de réanimation est inférieur à 70 ans. La figure 2 montre que le taux d’occupation des lits accuse une diminution au pic de l’épidémie même pour les plus de 50 ans, population qui regroupe la quasi-totalité des décès de la COVID-19. On peut se demander si certaines régions de France ont mieux organisé l’accès aux services de réanimation.La réponse est non : toutes les régions de France métropolitaine, toutes sans exception, ont chassé de leurs services de réanimation les plus de 70 ans. En France, le sabotage des soins des personnes âgées pendant la « première vague » n’était pas la norme : c’était la règle.

Figure 2

En France, les plus de 70 ans on été refoulés des services de réanimation alors que plus de la moitié des lits étaient vides.

[NdJBL : INFO PRESSE du 28/03/21 ► Covid-19 : dans les hôpitaux franciliens, « on se dirige vers une médecine de catastrophe » – 41 médecins réanimateurs et urgentistes de l’AP-HP disent se préparer à devoir « faire un tri des patients » pour faire face à la troisième vague de Covid-19 qui submerge la région parisienne : Source EUROPE1]

Comment la France (n’)a (pas) prescrit : Le Haut Conseil de la Santé Publique (HCSP) a publié dès le 5 mars un avis relatif à la prise en charge des cas d’infection au SARS-CoV-2 [20], complété le 23 mars [21]. Le document considèrequ’il n’existe aucun traitement spécifique validé mais qu’il faut tout de même proposer une démarche thérapeutique harmonisée sur le territoire national.

Comment la France (n’)a (pas) combattu la COVID-19 : L’avis de l’HCSP du 5 mars 2020 [20] désigne trois traitements spécifiques potentiels pour traiter les infections au SARS-CoV-2 : le Remdesivir, l’association Lopinavir-Ritonavir et la chloroquine. Le Remdesivir a bénéficié d’une autorisation de mise sur le marché conditionnelle le 3 juillet 2020, soit bien après la fin de la période épidémique. Ce produit s’est révélé inefficace et même toxique aussi bien pendant les essais thérapeutiques [42] que pendant le traitement des patients dans la population générale [12].

Il ne faut pas confondre la chloroquine (Nivaquine) et l’hydroxychloroquine (Plaquénil) : L’HCSP mentionne toutefois son usage dans le cadre de la bithérapie hydroxychloroquine-azithromycine et cite l’article de recherche précisant les conditions requises pour l’efficacité du traitement [19]. La consommation de ces deux molécules a toutefois augmenté en mars ; mais comme le traitement a été interdit dans le cas de la COVID-19 malgré son efficacité avérée [41], cette consommation a très rapidement baissé pour atteindre un niveau assez bas en mai.

On constate donc que les autorités sanitaires ont fait la promotion de traitements inutiles, voire dangereux, tout en dissuadant les médecins de faire appel aux traitements efficaces et anodins, allant jusqu’à les faire interdire. En parallèle, ces mêmes autorités ont dès le 20 mars 2020 préconisé l’application de soins palliatifs en lieu et place des soins destinés à soigner la COVID-19 [5]. Les deux préparations préconisées pour tuer les malades sont le Valium et le Rivotril dans leurs versions injectables. Un décret du gouvernement en date du 28 mars 2020 [33] a autorisé exceptionnellement l’usage du Rivotril dans les cas de COVID-19, sachant que seulement une à deux injections sont suffisantes pour tuer un malade. Il n’est donc pas étonnant de constater, à l’inverse des médicaments qui soignent, une sur-prescription massive des médicaments qui tuent. Les rescriptions de Valium injectable ont augmenté de 53 % à 63 % en avril-mai par rapport à la moyenne de 2017-2019. Quand au Rivotril injectable, sa consommation a explosé, multipliée par 3,9 en avril pendant le pic épidémique, et depuis reste 2,3 fois supérieure à la moyenne de 2017-2019.

L’épidémie de COVID-19 n’est pas un drame sanitaire mais un crime de masse.

[NdJBL : Complément de lecture : Aux Origines de la PLANdémie PLANétaire PLANifiée – PDF For Murder by Decree – Au Meurtre Par Décret en Francehttps://jbl1960blog.files.wordpress.com/2020/12/for-murder-by-decree-a-meurtre-par-decret-dossier-constitue-par-jbl1960-en-dec-2020.pdf]

Comment la France (n’)a (pas) géré l’épidémie : 

Pour vaincre le virus SARS-CoV-2, les autorités françaises ont choisi d’appliquer quatre stratégies :

À l’exception de la vaccination, aucune de ces stratégies n’est connue de la littérature médicale. Elles sortent de nulle part et aucune justification de leur application n’existe actuellement. Bien qu’elles répondent à une vague intuition qui tient plutôt du phantasme, rien dans leur principe n’est sain : elles seraient plutôt susceptibles de favoriser l’épidémie plutôt que de l’endiguer. Même la vaccination de masse est discutable. Dire que la vaccination est efficace pour lutter contre la COVID-19 est aussi pertinent que d’affirmer que les médicaments sont efficaces contre les maladies, sans même préciser de quel médicament ni de quel maladie on parle. L’application indistincte et massive d’un traitement réputé efficace n’est pas médicalement recevable. Aurait-on l’idée de délivrer en masse du Doliprane à tout le monde sous prétexte de vaincre la migraine à l’échelle nationale ? Tout ce qu’on gagnerait à faire cela est d’empoisonner les gens car le Doliprane est un dangereux hépatotoxique, la première cause de greffe de foie pour hépatite aiguë. On ne joue pas au médecin impunément, surtout quand on n’est que politicien.

Confinement : […] Les malades infectés chez eux ont dans ce cas trois fois plus de chances de mourir que ceux touchés à l’extérieur. Les auteurs attirent l’attention sur la possible influence de l’intensité de l’exposition au pathogène sur sa létalité, qui semble plus importante en milieux confinés comme le sont les environnements domestiques. Ce travail met en évidence le rôle néfaste que pourrait avoir une stratégie de confinement sur une maladie virale. Dans le cas de la rougeole, un confinement tel qu’il a été appliqué en 2020 aurait provoqué une hécatombe. Le confinement n’est donc pas du tout une démarche qui vade soi dans un contexte sanitaire viral. […]

Figure 18

Figure 18 – page 13

De tous ces éléments on conclut que le confinement est non seulement inutile mais néfaste d’un point de vus sanitaire. Il est bien évidemment dramatique d’un point de vue économique et social, mais ce n’est pas ici notre sujet. Le confinement est pourtant un dispositif totalement inconnu de la littérature médicale. Il ressemble à un dévoiement des méthodes déjà connues, comme la quarantaine ou le lazaret.Ces deux dispositifs sont censés séparés les malades des biens portants, alors que le confinement les rassemble et les concentre : il cause ce qu’il prétend combattre.

Couvre-feu : Le couvre-feu ne mérite aucune attention. C’est uniquement une technique de contrôle politique des foules et son application n’est connue que dans des cadres militaires ou répressifs. D’un point de vue sanitaire, c’est de la folie pure et simple. Si les gouvernants partageaient ne serait-ce qu’une petite partie de la vie de leurs sujets, si ils faisaient eux-mêmes leurs courses par exemple, ils se seraient rendus compte que le couvre-feu oblige les travailleurs à s’entasser aux mêmes heures dans les transports en communs, puis à effectuer en masse leurs courses au même moment, passant aisément un quart-d’heure à touche-touche devant la caisse enregistreuse du marchand avant de pouvoir à nouveau s’agglutiner dans un bus ou un métro pour rentrer en catastrophe chez eux à l’heure indiquée par les autorités. Le couvre-feu démontre sans aucun doute possible la perte totale de toute rationalité dans la psyché des gouvernants français.

Masques : À l’instar du confinement et du couvre-feu, le port du masque médical par la population générale ne correspond à aucune préconisation connue dans la littérature médicale. A priori, c’est donc encore une fois une procédure irrationnelle. En tant que dispositif médical, le masque a été créé pour être porté dans des environnements proches de l’asepsie afin de faire en sorte que les gouttelettes naturellement rejetées par des soignants ne contaminent pas les lieux de soins. […] Le port irrationnel du masque est lui aussi un rituel religieux ► https://jbl1960blog.files.wordpress.com/2020/07/non-au-muselage-sanitaire-les-preuves-que-les-masques-ne-protegent-pas-du-coronavirus-16-juillet-2020.pdf

Illustration page 15

Masque rituel de soumission

La COVID-19 est le révélateur de la décadence de l’Occident, plongé dans l’obscurantisme d’une religion qui n’ose pas dire son nom, qui détruit sa propre civilisation par des rituels irrationnels. Les ministres de ce culte nouveau imposent à la population la marque de leur pouvoir : le masque du chercheur, à la fois symbole de science et bâillon des ignorants. Il ne sert qu’à signifier à la population d’où vient le pouvoir et comment elle doit s’y soumettre.

Vaccins :  Toute religion digne de ce nom a besoin d’une onction sacrée. Le culte de la COVID-19 a son eau bénite : le Saint Vaccin. Comme nous l’avons constaté précédemment, la COVID-19 a eu un impact nul sur les moins de 65 ans et très faible sur les moins de 70 ans. Les personnes susceptibles de mourir de l’infections sont âgées de 75 ans ou plus, et du moment qu’on les soigne même de manière tout à fait banale ils ne meurent pas plus que pendant n’importe quel épisode grippal. Les personnes infectées par le SARS-CoV-2, asymptomatiques en presque totalité, risqueraient tout au plus d’avoir la tête lourde pendant un jour ou deux, sachant que cela ne concernerait pas plus de 1 % d’entre eux.Indépendamment de l’efficacité des vaccins, il n’y a aucun intérêt à la vaccination compte-tenu du risque encouru par les cobayes. […] Au sens strict, la campagne massive de vaccination qui a débuté en France le 27 décembre 2020 est un essai clinique sur la population entière d’un produit expérimental. Dans le cas des vaccins à ARN, le principe est de plus totalement inédit : ils n’ont même pas été testés sur les animaux. Toutes ces expérimentations sauvages de masses ont interdites par le Code de Nuremberg, pourtant créé pour interdire les tests sur l’être humain tels qu’ils se pratiquaient dans les camps de concentration allemands ou japonais pendant la seconde Guerre Mondiale.

Le Code de Nuremberg déclare entre autres les points suivants [6] :

« Le consentement volontaire du sujet humain est absolument essentiel. Cela veut dire que la personne intéressée doit jouir de capacité légale totale pour consenti r: qu’elle doit être laissée libre de décider, sans intervention de quelque élément de force de fraude, de contrainte, de supercherie, de duperie ou d’autres formes de contraintes ou de coercition. »

Or, le gouvernement et les médias de masse ont fait croire à la France entière qu’ils risquaient la mort ou le confinement perpétuel si ils ne se vaccinaient pas. Les études statistiques et médicales montrent en fait que la COVID-19 est une maladie bénigne qui menace presque exclusivement les personnes âgées en fin de vie. […] Injecter un vaccin à des personnes en bonne santé, qui ne sont pas ciblées par le virus, au risque de leur occasionner des effets secondaires graves dont les archives médicales sont témoins. […]

Nous allons nous intéresser au vaccin à ARN de chez Pfizer/BioNTech, (Page 17).

[NdJBL5 QUESTIONS À POSER à vos proches, aux membres de votre famille, qui veulent se faire inoculer contre le SRAS-CoV-2 (COVID-19) ► Version TRACT-PDF N° 230321 RECTO/VERSO de JBL1960, 23 mars 2021 ► https://jbl1960blog.files.wordpress.com/2021/03/tract-pdf-5-questions-a-poser-a-ceux-qui-veulent-se-faire-inoculer-.pdf – Source Kit Knightly – 15 février 2021 – URL de l’article Source en anglais ► https://off-guardian.org/2021/02/15/5-questions-to-ask-your-friends-who-plan-to-get-the-covid-vaccine/Traduit de l’anglais par Résistance71 le 5 mars 2021 + Lettre-réponse au médecin qui vous propose de vous piquerhttps://olivierdemeulenaere.files.wordpress.com/2021/03/lettre_au_medecin_invitant_a_se_faire_vacciner.pdf]

Figure 19

Cette augmentation de la mortalité concomitante à la campagne de vaccination n’est peut-être qu’un hasard et les mécanismes sous-jacents sont inconnus et supposés très complexes ; mais en termes de santé publique il est insensé de faire prendre un tel risque à une population entière sur des fondements inexistants. Les tests d’innocuité des vaccins anti-COVID-19 n’ont pas été faits et leur efficacité dépend des affirmations de fabricants-falsificateurs notoires. Ces données d’efficacité sont d’ailleurs très parcellaires.

[NdJBL ► POUR STOPPER L’INOCULATION ANTI-COVID ► Version TRACT-PDF N° 270321 Recto/Verso ► https://jbl1960blog.files.wordpress.com/2021/03/stoppons-linoculation-mondiale-aux-vaccins-anti-covid.pdf]

On marche clairement sur la tête. Tout est inversé ! Aux arrondis près, la proportion des plus de 85 ans dans l’étude Pfizer/BioNTech représente moins de 0,03 % de la cohorte, seulement 10 personnes, alors que cette classe d’âge rassemble presque les deux tiers des décès de la COVID-19. Il est statistiquement impossible de définir une efficacité à partir d’une telle population. Même pour les plus de 65 ans,l’intervalle de confiance à95 %de l’efficacité du vaccin varie entre 66,7 % et 99,9 % : la quasi-totalité des cibles de la COVID-19 pourrait avoir au mieux deux chances sur trois d’être immunisés d’une manière ou d’une autre par ce vaccin, sachant que la population qui fonde ce chiffre est la plus jeune,donc la moins susceptible de faire un COVID-19 grave. Rien que cela invalide totalement l’étude d’efficacité. De plus, seuls les cas modérés de COVID-19, qui guérissent donc spontanément sans séquelles, sont pris en compte : on ne trouve aucun cas de COVID-19 grave, ni parmi les vaccinés, ni parmi les non-vaccinés, sans doute car elle a été menée en plein été. Cette étude ne peut pas être prise au sérieux par qui que ce soit.Les épidémies de COVID-19 ont surtout donné lieu à des vagues de profits pour l’industrie pharmaceutique. Ces gains financiers tranchent amèrement avec la destruction de l’économie consécutive à la panique organisée par les autorités et par les médias.

Pensez printemps !

[…] La COVIDolatrie n’est pas née de la raison et la raison ne la vaincra pas. Personne n’a pu convaincre les juges ecclésiastiques ayant condamné Galilée à l’hérésie que la Terre tournait autour du Soleil, alors qu’il suffisait de lever le nez pour se rendre compte de la chose. Certains prêtres savaient très bien que l’idée d’une Terre plate âgée de 5 000 ans n’avait aucun fondement expérimental solide. Mais la structure du pouvoir dépendait de cette déraison ; alors pour ne pas subir l’humiliation du déclassement, pour ne pas s’abaisser à avouer devant l’assemblée des fidèles « Nous nous sommes trompés ! », les puissants du moment ont persisté dans l’absurdité jusqu’à ce que la réalité les rattrape, jusqu’à ce que le peuple soit fatigué d’être malmené. La psychologie sociale s’est construite un corpus à même d’expliquer l’irrationalité des peuples. Les  expériences bien connues de Solomon Asch sur la soumission à la pression sociale [3] et de Stanley Milgram [26] sont les plus connues et n’ont jamais été prises en défaut. Elles montrent comment n’importe quel individu peut être conduit librement à croire, dire et faire absolument n’importe quoi,même ce qu’il y a de plus fou, de plus cruel. Moins de 5 % des êtres humains sont insensibles à cet effroyable empire sur les esprits. Ces évidences pourtant enseignées au quatre coins du monde dans les meilleures écoles restent lettre morte car tout le monde s’imagine faire partie de cette élite de surhommes libres-penseurs ; mais bien rares sont les élus et bien terne est leur vie, entourés d’une armée de zombies dociles. Mais ces expériences montrent aussi que sous certaines conditions, quand la pression sociale est trop forte ou quand l’autorité se fragmente, le pauvre pantin humain peut enfin s’extirper des fils du marionnettiste pendant un temps. Si les règnes despotiques sont explicables parla psychologie sociale, il en est de même des révolutions. […]

Les puissants refusent toujours les solutions au problème de l’heure car ils sont le problème. Pourvaincre la terrible COVID-19, il suffit tout simplement de choisir sa religion, de décider de croire en la claustration éternelle ou dans le droit au bonheur, à l’hiver des tortionnaires ou au printemps des peuples.

Lire l’intégralité de cette nouvelle remarquable synthèse PDF ► COVID19 – des statistiques au scandale, 21 mars 2021

A

Pour nous libérer de cette DICTATURE SANITAIRE En Marche = ICI, IMMÉDIATEMENT, D’OÙ-NOUS SOMMES !

Comment ? Par le boycott et la désobéissance civile : L’heure de dire NON ! Et de foutre tout ce bazar par dessus bord sonne. Boycott par quartier, par village, par voisinage, par commune. Associons-nous librement dans le boycott et la désobéissance civile pour aller plus loin. La dictature sanitaire et la répression étatique menée tambour battant sur fond de « crise sanitaire COVID 19 » fabriquée est un leurre, une PsyOp pour mettre en place et faire accepter la dictature technotronique en marche ► FORMAT TRACT-PDF (1 page) À DIFFUSER SANS PITIÉ : 1871 – 2021 : Esprit communard de la Commune aux Gilets Jaunes et pour une Commune Universelle ►  https://jbl1960blog.files.wordpress.com/2021/02/tract-pdf-appel-de-1871-a-2021-pour-une-commune-universelle.pdf

+ Texte au format PDF N° 254 de 17 pages : 150 ans de la Commune : Recherche Esprit Communard DÉSESPÉRÉMENT   https://jbl1960blog.files.wordpress.com/2021/03/150-ans-de-la-commune-de-paris-recherche-esprit-communard-desesperement-18-mars-2021-r71-et-jbl1960.pdf

+ JE me révolte, donc, NOUS sommes18  mars  1871 – 18  mars  2021 ; l’Esprit communard de la Commune en marche, version PDF N° 13032021 de 54 pages de JBL1960 ► https://jbl1960blog.files.wordpress.com/2021/03/mars-1871-mars-2021-lesprit-communard-de-la-commune-en-marche-par-jbl1960-le-13-mars-2021.pdf

SINON ?

L’escalier de la Grande Réinitialisation Marche par Marche jusqu’au N.O.M. tu monteras…

Alors ? Prêt-e-s pour la Grande Réinitialisation à la Schawb (PDF) ?

Ou pour la Révolte des Peuples, des Nations ?

baise cette merde je suis dehors' T-shirt chiné unisexe | Spreadshirt

JE SORS…

TU SORS…

IL/ELLE SORT…

NOUS SORTONS…

VOUS SORTEZ…

ILS/ELLES SORTENT…

ON SORT DEHORS et surtout ON LES EM……… !

En VOUS attendant dehors, NOUS on sème…

JBL1960