Même et surtout si nous ne sommes que de passage…

Le temps de ce passage, semons les graines du futur…

Demain se plantant AUJOURD’HUI !

Car nous sommes exactement là où tout (re)commence !

Pour la Commune

Raoul Vaneigem, le 27 février 2020 – URL Source ► https://www.lavoiedujaguar.net/Pour-la-Commune

En 1ère analyse sur Résistance 71 dans ► Résistance et renouveau politique… Le temps de la Commune est revenu ! (Raoul Vaneigem)

Une insurrection populaire gagne le monde. Elle se propage à un nombre croissant de pays. En dépit des différences de conditions, de motivations, de cultures, de mentalités, tous présentent un point commun : le peuple ne veut plus d’un gouvernement qui prétend lui imposer sa présence et son autorité. C’est la lutte de ceux du bas contre ceux du haut.

Nous sommes dans l’équilibre instable du statu quo. Le pouvoir oppressif campe sur ses positions, il refuse de céder d’un pouce. Il craint un basculement de la situation. Ce basculement est à la portée du soulèvement populaire qui nargue l’État et, avec la fermeté d’une juste colère, affirme sa détermination de poursuivre sans relâche son combat.

Au premier abord, le statu quo joue en faveur de l’État et de ses commanditaires. L’intransigeance des gouvernants vise à vulgariser dans l’opinion l’image d’une forteresse inamovible que rien ne réussira à ébranler. Leur propagande agite le spectre du désespoir qui hante toujours la mémoire des révoltes perdues. Ils misent sur la fatigue, ils comptent sur l’amer « à quoi bon » pour renvoyer les insurgés à la niche. Nos ennemis se trompent deux fois !

La solidité de l’État n’est que de surface. Son pouvoir de décision est factice, il est entre les mains d’une puissance financière mondiale qui peu à peu se substitue à lui. Beaucoup de citoyens français incriminent la Commission européenne et la rendent responsable de leurs malheurs. On lui reproche d’imposer aux gouvernements « démocratiquement élus » des restrictions budgétaires qui ruinent le secteur public, paupérisent, tuent. C’est oublier que les instances européennes ne sont elles-mêmes qu’un instrument des mafias financières internationales. Celles-ci sont notre véritable ennemi, comme l’a révélé aux Chiliens l’assassin économique Milton Friedman. Néanmoins, si redoutables qu’ils demeurent, les gestionnaires d’un marché dont ils sont à la fois les maître et les esclaves font montre de moins en moins d’une puissance réelle et de plus en plus d’une puissance fictive, une autorité dont la mise en scène est destinée à nous fasciner comme le serpent fascine sa proie. Mais nous avons prouvé que nous n’étions plus des proies et que nous révoquions la prédation. Eux, en revanche, se livrent à des guerres de commis-voyageurs. À la fois proies et prédateurs, ils s’épuisent en rivalités concurrentielles et se déchirent pour un os où il ne restera bientôt plus rien à ronger. Car l’État et les instances supranationales sont guettés par l’effondrement inéluctable d’un système où l’argent tourne en rond, ne reproduit plus que lui-même, n’est qu’une forme virtuelle appelée à se dévorer elle-même en dévorant tout sur son passage.

Des dirigeants de plus en plus bêtes, des insurgées et des insurgés de plus en plus intelligents. La faillite rentabilisée du système marchand ne provoque pas seulement la destruction de la terre et de ses espèces, elle entraîne une détérioration mentale qui d’année en année débilite les administrateurs du délabrement universel. Ils ont été incapables d’empêcher qu’une formidable vague insurrectionnelle brise l’assaut de leurs entreprises mortifères. Vous vous interrogez sur l’effet de bascule du vieux monde dans le nouveau ? Il s’opère lentement sous vos yeux. Chefs d’État et gouvernants sont gagnés par la sénescence à mesure que leur nerf de la guerre se sclérose, alors que l’insurrection populaire et la désobéissance civile attestent de jour en jour une intelligence que l’ouverture à la vie ne cesse de stimuler.

Le haut pourrit, le bas revit. Les individus autonomes font montre d’une créativité qui mène l’offensive sous deux angles d’approche. Tandis qu’analyses critiques, recours juridiques, sabotages, harcèlements par le ridicule dénoncent au sommet les escroqueries d’un Olympe d’opérette, à la base se multiplient et s’amplifient des assemblées locales et régionales directement confrontées au problème de la générosité humaine dans une société du calcul égoïste. Ce combat à la fois pluriel et unitaire nourrit la résolution des insurgés, leur détermination de « ne rien lâcher ». C’est là que la vie revendique sa priorité absolue sur l’économie de profit.

Créer de nouvelles conditions d’existence est une priorité. La ruine de nos acquis sociaux et les ukases que le capitalisme et sa démocratie totalitaire nous assènent donnent une idée du chaos où il a l’intention de nous précipiter. Souvenons-nous de ce qui est arrivé à la Grèce. Bien que soutenu par une majorité populaire qui le pressait de sortir de l’Union européenne, le gouvernement grec de Tsipras a fait marche arrière, il a pris une décision opposée à la volonté populaire. Il a cédé à un chantage ouvertement déclaré : « Si vous n’acceptez pas les mesures d’austérité que nous préconisons, vous quitterez l’Europe, vous ne disposerez plus d’argent, vous n’aurez plus de quoi payer les salaires, entretenir les écoles, les transports, les hôpitaux. Après nous le déluge ! » Tsipras a dû céder parce que rien ne préparait la société grecque à éviter le cataclysme programmé. N’est-il pas inquiétant que nous ne tirions pas les leçons de ce désastre annoncé ? Notre énergie ne devrait-elle pas s’employer principalement à jeter les bases de microsociétés capables de répondre aux défis du chaos et de l’absurdité dévastatrice dont l’état du secteur hospitalier, alimentaire, énergétique nous donne un avant-goût ?

Le plus grand danger qui nous menace c’est de manquer d’audace. C’est de ne pas faire confiance en nos propres capacités, de sous-estimer notre inventivité. Attendre des solutions de l’État nous condamne à végéter dans sa carcasse pourrissante. Comment oublier que la loi du profit, qui détermine toutes les lois du système, consiste à reprendre d’une main ce qui a été donné de l’autre. Dialoguer avec l’État, c’est entrer dans la gueule du monstre.

L’important est moins de le percer de nos coups que de lui substituer un ensemble de microsociétés humaines où la liberté de vivre s’emploie à expérimenter les richesses de sa diversité et à harmoniser ses options contradictoires.

L’escroquerie du référendum. En France, les insurgées et les insurgés exigent un référendum d’initiative citoyenne (RIC). Le gouvernement ne veut pas en entendre parler, si ce n’est sous la forme de ce qu’il appelle référendum d’initiative partagée (RIP) dont il aurait évidemment le contrôle. Dans le même temps, le même gouvernement affiche son mépris des référendums en rejetant une pétition de plus d’un million d’opposants à la vente d’Aéroport de Paris au secteur privé. Au Chili, la même escroquerie se prépare. Le gouvernement propose de remplacer la constituante de Pinochet en recourant à la farce électorale et à ses manipulations traditionnelles. Le but ? Imposer par les instances du haut une constitution qui servira à légaliser la mainmise du capitalisme sur les ressources du pays. Ne sommes-nous pas lassés d’assister une fois encore à ce tour de prestidigitation qui, au nom du peuple, confère les pleins pouvoirs au marché ? Comment entériner une constitution populaire qui n’est pas, loin s’en faut, rédigée directement par le peuple, par des assemblées de quartiers et de villages ?

La lutte pour la qualité de la vie se moque de la dictature des chiffres, de la mesure, du nombre. Le chiffre est la mesure du pouvoir. Il règne par la quantité parce qu’il règne sur des objets, sur un amas anonyme des marchandises. Nous découvrons aujourd’hui une perspective inverse. La qualité annule la dictature du nombre. La qualité de la vie se moque des comptes budgétaires qui la réduisent à un élément de profit. La qualité est l’authenticité vécue. C’est en tant que telle qu’elle peut marquer son intérêt pour ce qui la concerne et son désintérêt pour les guerres concurrentielles que les mafias mondialistes se livrent entre elles. Notre intérêt c’est de parer aux retombées de ces guerres, dont celles et ceux d’en bas sont toujours les victimes.

Sous ses aspects les plus visibles, la guérilla pacifique mobilise des centaines de milliers de partisans de la désobéissance civile. L’outre du mensonge médiatique a beau assurer que les manifestants s’essoufflent, que leur nombre diminue, ni la France, ni le Chili, ni le Liban, ni le Soudan, ni l’Algérie, ni l’Iran ne cèdent sur le front des revendications. Ils ne se trompent pas d’ennemi, leur volonté ne faiblit pas. L’adversaire est la machine du profit qui broie la vie, le combat est celui de la vie qui refuse d’être broyée.

Le phénomène gagne en profondeur, il affecte les modes de pensée et de comportement. Un nombre croissant d’individus redécouvrent les joies de la solidarité et prennent conscience que la réalité vécue n’a rien en commun avec la réalité comptable, budgétaire, statistique concoctée dans ces hauts lieux, qui ne sont en fait que les culs-de-basse-fosse du marché.

Ni dirigeant ni représentant autoproclamés. Outre les chefs, les assemblées auto-organisées excluent les appareils politiques et syndicaux et ceux qui seraient délégués par eux. Les membres de ces assemblées sont prêts, en revanche à discuter à titre personnel avec tous les individus, militants et non-militants, quelles que soient leurs opinions religieuses et idéologiques. Ils estiment en effet que la lutte sociale pour une société plus humaine et plus généreuse l’emporte sur les représentations du monde que chaque personne édifie en raison de son histoire particulière. Ils n’appellent pas à renoncer à des convictions personnelles mais à les dépasser, c’est-à-dire à les resituer dans des conditions qui permettront de les nier sous leur forme ancienne et de les conserver sous leur forme nouvelle. Tolérance pour toutes les idées, intolérance pour tout acte inhumain.

La Commune est le lieu de la vie retrouvée. C’est une agora de liberté où tous les avis ont l’avantage de s’exprimer, d’être entendus et de se concrétiser sous forme de décisions collectives. Pourquoi ? Parce qu’elle rassemble au départ un petit nombre de gens qui se connaissent ou apprennent à se connaître. Ils ont le privilège d’occuper un terrain qui leur est familier, où ils sont les mieux à même d’intervenir en connaissance de cause. Ils ont l’avantage d’être dans une proximité à laquelle la fédération des communes prête une distance critique, une conscience affinée.

Chaque commune est la base d’une multitude d’entités similaires. Leur fédération formera un tissu social capable de supplanter un État qui ne cesse de dégrader les conditions d’existence. C’est là, sur le terrain de notre existence quotidienne, que notre créativité a le plus de chance de battre en brèche l’impérialisme étatique et marchand. L’être humain a toujours plié sans se rompre. C’en est fini de courber la nuque, c’en est fini de ce monde où, comme se désolait Chamfort, le cœur n’a que le choix de se briser ou de se bronzer.

Le combat de la Commune est celui de la générosité humaine contre la dictature du profit. Nous n’allons pas tolérer que le capitalisme mondial et le calcul égoïste pollue notre environnement et notre conscience humaine. L’aide aux plus démunis relève des assemblées populaires non de la froide juridiction étatique et de ses souteneurs xénophobes, racistes, sexistes. L’élan de la solidarité porte à une irrépressible et insolite sensation : la vie va si vite que nous n’avons plus le temps de mourir. L’insurrection est une cure de santé.

La femme est à la pointe du combat pour l’être humain. Là réside son unité. C’est une unité revendicative qui menace la tradition machiste et les résurgences patriarcales. Comment s’étonner que le pouvoir tente de la morceler en catégories afin de les dresser les unes contre les autres et de « diviser pour régner* ». Traiter la femme comme une abstraction permet en effet de lui faire assumer des rôles et des fonctions réservés jadis au patriarcat. Le sens humain n’est pas présent avec la même intensité chez la policière, la tortionnaire, l’affairiste, la militaire, la mafieuse, l’autocrate et chez l’insurgée qui lutte pour une égale émancipation de l’homme et de la femme. Mais partout où le noyau d’humanité n’a pas disparu tout à fait, pourquoi ne pas faire confiance à la vie pour venir à bout de la carapace oppressive ?

La Commune est notre territoire, notre existence y est légale. À cette légalité naturelle, l’État a substitué une légalité que rien ne nous oblige à reconnaître. N’est-il pas devenu caduc le contrat social par lequel il s’engageait, en échange de prélèvements fiscaux, à nous garantir écoles, hôpitaux, transports, moyens de subsistance ? À cela s’ajoutent les mesures arbitraires attentatoires à la dignité humaine que son totalitarisme démocratique multiplie. N’est-il pas, dès lors, évident que nous sommes dans la légalité et qu’il est lui, de facto, dans une illégalité qui, du point de vue de ses propres lois, nous autorise à le bannir ? Cependant, la structure municipale qu’il a implantée est toujours en place. Elle fait du maire un fonctionnaire soumis à son autorité. Pris en tenaille entre la représentation de l’État et la représentation de la population locale, il navigue entre l’honnêteté, la corruption, la modestie du porte-parole et l’arrogance de l’édile intronisé. Comment les assemblées d’autogestion peuvent-elles, sans se renier, coexister dans le cadre d’une organisation municipale inféodée à l’État ? À chaque territoire en voie de libération, ses propres formes de lutte.

Quelles relations avec la mairie traditionnelle ? Nul n’ignore que l’expérience de la démocratie directe marque une rupture avec les modes de scrutin que le rituel électoral nous impose. À la différence du vote organisé par le clientélisme politique, la Commune est l’émanation d’assemblées de proximité. Les problèmes qu’elles abordent sont des problèmes concrets, qui se posent à la population d’un village, d’un quartier urbain, de la région environnante où leur fédération prête une vision globale, mondiale, à des décisions prises localement. Elles sont issues d’un milieu où chacun est concerné et sait de quoi il parle. Elles concrétisent une pratique de vie, non une pratique de l’idéologie. La mairie est une antenne, elle est moins à l’écoute des citoyens que de l’État qui les gouverne. Or, pour nous, la Commune est un monde appelé à éradiquer la mondialisation du profit.

Le tambour de l’unité résonne partout. Quelle unité ? Appeler à l’unité et à la convergence des luttes, c’est prendre les choses à rebours. Les déclarations abstraites, si généreuses qu’elles se veuillent, sont des leurres. Elles empruntent le vieux chemin des bonnes intentions. L’espérance n’en finit pas de trébucher de triomphalisme en défaitisme. Allons-nous une fois de plus nous enrôler dans ces fronts censés mobiliser l’énergie de tous et de toutes contre ce qui se borne à porter un des masques de l’oppression globale ? Lors de la révolution espagnole, Berneri avait lancé cette mise en garde : « Seule la lutte anticapitaliste peut s’opposer au fascisme. Le piège de l’antifascisme signifie l’abandon des principes de révolution sociale. » Et il ajoute : « La révolution doit être gagnée sur le terrain social et non sur le terrain militaire. » À quoi tient la force poétique des Gilets jaunes et des assemblées auto-organisées ? Au fait qu’ils mettent au premier plan des problèmes économiques, sociaux, psychologiques auxquels personne n’échappe en ces temps de mutation (permaculture, interdiction des pesticides, blocage des circuits marchands, éradication des nuisances pétrochimiques et nucléaires, exploration énergétique, revivification du tissu rural et urbain, rupture avec le fétichisme de l’argent, reconstruction de l’enseignement, guérilla menée selon le principe « Ne jamais détruire un homme et ne jamais cesser de détruire ce qui le déshumanise »).

La véritable unité, c’est le combat pour le mieux vivre.

La désobéissance civile est un droit imprescriptible partout où règne le droit d’opprimer. La rédaction d’une charte issue des Communes et de leurs assemblées pourrait en garantir le principe et donner ses assises à la légalité d’une démocratie que sa poésie pratique affranchisse à jamais de l’emprise étatique et marchande. À bas la république des affaires ! Vive la république du sens humain !

Texte envoyé pour information et en mode de contribution éventuelle aux débats sur la commune

Raoul Vaneigem

février 2020

*Diviser pour mieux régner (août 2010) de Résistance 71https://jbl1960blog.files.wordpress.com/2018/12/Lessentiel-de-R71-de-2010-a-2018.pdf (Page 9)

Aimez les gens, détester le système (page 43) Dean Henderson, 2014https://jbl1960blog.files.wordpress.com/2018/11/crochet-gauche-une-claque-hebdomadaire-c3a0-loligarchie-avec-dean-henderson-traduction-et-compilation-r71-version-pdf-jbl1960.pdf (Depuis le début de l’année 2020, le blog WordPress.com de Dean Henderson est inaccessible, sans qu’on sache si c’est de son fait, ou pas, ce qui m’étonnerait fort…)

Le 23/02/20, en analyse dans ► Bientôt dans l’hémicycle, sortie de : L’arme fatale, le 49.3 ! et en avant-première, puisqu’Édouard Philippe hier, 29 février, est venu annoncer lui-même la date de projection ► https://www.francetvinfo.fr/economie/retraite/reforme-des-retraites/retraites-edouard-philippe-degaine-le-49-3_3847563.html

▼▼▼

Toutes les versions PDF de Raoul Vaneigem, que j’ai toutes réalisées ;

Compilation et notes à but éducatif et dans la gratuité prônée par Raoul Vaneigem, réalisées par Résistance71 et mis au format PDF gratuitement par mézigue ;

Extraits du livre : APPEL À LA VIE CONTRE LA TYRANNIE ÉTATIQUE & MARCHANDE de Raoul Vaneigem, Publié aux Éditions Libertalia en 2019 – Version PDF N° 154 de 20 pages

L’Abécédaire de Raoul Vaneigem, Source Revue Ballast d’avril 2019, via Résistance 71 en Clin d’œil politique aux Gilets Jaunes !

L’essentiel & Indispensable de Raoul Vaneigem depuis 2012 pour R71, comme pour mézigue en mai 2019

NI PAR MACRON – NI PAR PERSONNE : On ne veut pas être gouverné-e-s ! 2 Textes Fondamentaux au format PDF

Et comprendre ainsi pourquoi à travers ce blog, j’appelle notamment à BOYCOTTER toutes les élections et la prochaine étant les Municipales, comme nous sommes là où tout commence, entrainons-nous donc et commençons par BOYCOTTER LES MUNICIPALES !

Très complémentaire à cette ultime réflexion de Vaneigem, je vous propose de (re)lire, ce texte essentiel, à mon sens, pour comprendre et transformer sa réalité ;

La Pédagogie des opprimés, de Paulo Freire, 1970 ► invitation à imploser le concept « bancaire » de l’Éducation !

Encore et toujours ► Le Manifeste pour la société des sociétés de Résistance 71 ;

Mais aussi la Nouvelle version de l’exemple de Charte Confédérale inspirée par Michel Bakounine & La Commune de Paris et la notion d’État, Michel Bakounine, 1871 ;

L’indispensable de Pierre Kropotkine ; Incluant ► L’anarchie, dans l’Évolution Socialiste, 2ème Édition, 1892 et pour redonner TOUT LE POUVOIR AUX RONDS-POINTS ► La Commune de Paris, et la Commune des communes, Pierre Kropotkine dans « Le Révolté » 1880-1881 ;

L’impasse citoyenniste, contribution à une critique du citoyennisme du Collectif, 2001 ; Et pour prolonger la réflexion sur notre nécessité à « être » et nous départir du désir d’ « avoir » du Collectif Guerre de Classe : Contre les guerres de l’Avoir, la guerre de l’Être, du Collectif Guerre de Classe, Octobre 2019

Ainsi que le tout dernier texte de Zénon : Épiphanie, dans Les Chroniques de Zénon

Toutes les autres versions PDFs en lecture, téléchargement, impression, diffusion et partage libres et GRATUITS ► https://jbl1960blog.wordpress.com/les-pdfs-realises-par-jbl1960/ car nous estimons, les uns et les autres, que TOUT ce qui participe du développement de l’humanité et de l’éveil de nos consciences DOIT être accessible à NOUS TOUS et gratuitement !

Vous pouvez également consulter tous les billets consacrés aux Gilets Jaunes et sympathisants dans cette catégorie MOUVEMENT DES GILETS JAUNES, et diffuser/partager le tract mis à jour à leur intention et à l’intention de CELLEUX pour qui la commune demeure en leur âme et conscience…

Tract_Aux_Gilets_Jaunes & Sympathisants Février 2020

JBL1960

 

88 réflexions sur « Même et surtout si nous ne sommes que de passage… »

  1. De passage… De passage…
    Nous sommes seulement de passage…
    Impossible de ne pas penser à Graeme Allwright qui vient de passer et qui s’en est allé le 16 février dernier en pleine tempête Griveaux…

    J'aime

    1. Et la tempête Griveaux, a très certainement été organisée par le Chef Suprême, le cyborg Macron :

      – ça a permis de virer Griveaux qui ne satisfaisait plus son maître ;
      – ça a permis d’exfiltrer la siosio Buzinsky ;
      – ça a permis de faire entrer en 1er plan la varan (pardon Véran) ;
      – ça a permis de détourner l’attention des riens, pendant que le grand Zupiter agissait en sous-marin sur des points clés de notre soumission toujours plus grande…

      En poussant le bouchon un peu plus loin, on peut imaginer que Popolensky a été rémunéré pour jouer le rôle de Pierre !

      J'aime

      1. Bon, juste, ça commence à se voir, et à se savoir !
        Et heureusement, pour le coup !
        J’ai aperçu Rachida Dati à la téloche…
        Beurk, pouah même !

        J'aime

      2. Pour regarder Rachida telle qu’elle est devenue, il faut aimer visionner des films d’horreurs !

        J'aime

      3. Un truc qui m’a surprise hier aprem, j’ai passé 2 heures sur le littoral atlantique lorsque le vent fort était déjà levé (environ 80 km/h à ce moment là), et je n’ai quasiment pas eu de sel sur moi….

        Habituellement, je sens mes lèvres salées, et les cheveux emmelés où la brosse passe difficilement…. là le peigne accrochait à peine…

        Bizarre….alors que j’étais à moins de 5 mètres de l’océan…

        J'aime

  2. Le voile levé sur Pie XII et son rôle dans la Shoah….aaaahhhh…

    Bah, sur que ça va être la vérité vraie….

    https://www.lepoint.fr/societe/vatican-l-heure-de-verite-sur-les-silences-de-pie-xii-01-03-2020-2365103_23.php

    Et, si on parlait plutôt du rôle des Rotschild, Rockfeller et tutti quanti sur la programmation du chaos mondial via les guerres et toutes sortes de conflits ?

    Les camps étaient rafinés, surtout avec les chambrez à gaz sur roulettes de Ford ???

    J'aime

    1. L’article du Point est comment dire ?…
      Datagueule ?

      En tous cas, reste que même mort, surtout mort devrai-je dire, les nombreux historiens qui ont dénoncés, argumentés et documentés, font encore peur, à l’exemple du pédagogue Paulo Freire auquel je fais référence plus haut dans ce dernier billet, avec sa Pédagogie des opprimés.

      Howard Zinn, mais surtout le Pr. Antony Sutton qui encore aujourd’hui, lorsqu’on y fait référence sur les périodes que tu cites, est toujours considéré comme un affreux « complotiste », et ça aussi et heureusement ça commence à se voir.

      Pour compléter ton propos ainsi que celui de Vaneigem, car qui ne connait pas l’histoire est comme né d’hier, comme disait Howard Zinn, voici quelques lectures complémentaires au format PDF qui démontrent et démontent les mensonges des zélites d’hier et d’aujourd’hui ;

      Cliquer pour accéder à wall-street-et-la-revolution-bolchevique-par-le-pr-antony-sutton-revu-et-corrige-en-mars-2019.pdf

      Cliquer pour accéder à wall-street-et-la-montee-en-puissance-dhitler-par-antony-sutton-revu-et-corrige-en-mars-2019.pdf

      Cliquer pour accéder à le-meilleur-ennemi-quon-puisse-acheter-pr-antony-sutton-a-miami-beach-le-15-aout-1972.pdf

      https://jbl1960blog.files.wordpress.com/2018/01/confessionsdalbertorivera.pdf (exclu de mon blog, les confessions d’un évêque jésuite à partir de son livre « Les crimes du Vatican » et le rôle du Pape Pie XII y est largement évoqué).

      https://jbl1960blog.files.wordpress.com/2018/04/la-city-de-londres-au-cc593ur-de-lempire1.pdf qui ce compose comme suit ;

      Page 3 ► Le cœur de l’Empire : Le Vatican, la City de Londres et le District of Columbia

      Page 7 ► Résistance à l’idéologie dominante : Comprendre le cœur du problème : La City de Londres

      Page 10 ► Résistance politique au colonialisme : Vérités dérangeantes sur l’Amérique du Nord (Source Mohawk Nation News)

      Page 15 ► Oligarchie financière : La City de Londres, le nid de l’hydre à éliminer

      Page 17 ► Résistance politique : La City de Londres, les Rothschild

      Page 22 ► Nouvel Ordre Mondial : La Chine adoubée par la City de Londres

      Page 25 ► Oligarchie financière : les huit familles derrière le cartel banquier privé international… L’ennemi des peuples a un nom et des visages ! par Dean Henderson dont le blog WP est toujours unvailable…

      Mon humble conseil, en toutes circonstances demandez-vous cui bono, à qui profite le crime, car dans cette société là, rien ne se fait gratuitement, tout à un prix, c’est le contraire de la société des sociétés, celle des associations libres, volontaires et autogérées où l’argent n’aura plus cours, car, tant qu’il y aura de l’argent, il n’y en aura pas pour tout le monde.

      Aussi, autant évoluer tout de suite maintenant vers une société sans argent hors État et ses institutions et contre le travail et ses lois comme il est défini aujourd’hui !

      Respectueusement à tous ; Jo

      J'aime

      1. On vit actuellement, le chant du Cygne de la MAFIA MONDIALE….

        Il faut le déguster par petites bouchées afin de bien en apprécier la portée !

        Astronomiquement parlant, 2022 Nouvelle Terre ; et ça ils le savent bien les reptiliens, que c’est fait de partie pour eux, avec le Retour de l’AGE d’OR !!!

        J'aime

    1. L’acteur a fait la promotion des capsules de café dans des publicités devenues emblématiques, mais aujourd’hui, il a pris position, réclamant des efforts de la part de l’enseigne sur un sujet qui lui tient à coeur. Homme engagé, il n’a pas du tout apprécié de découvrir que l’enseigne était suspectée de travailler avec des fermes qui emploient des enfants.
      =*=
      Et alors ? Comme disait Fillon.

      Y se rebiffe doucement, tout doucement…

      J'aime

      1. Ouais, il va quand même pas perdre quelques pépettes au passage…les fins de mois seraient difficiles ???

        J'aime

    1. Oui, enfin ils oublient de parler de la pollution dûe aux incinérateurs qui turbinent non stop…

      Une photo était parue il y a une semaine environ… mais je ne l’ai pas retrouvée pour l’instant…

      J'aime

    1. Intéressant ma foi.
      Notes qu’à partir du moment où l’on exprime son opposition à la PMA pour toutes, qui n’est rien d’autre que la merchandisation du vivant, comme l’avait voulu le bâton de Berger, on est immédiatement taxé de facho…

      J'aime

      1. Ben ouais, dès que tu contredis la Parole Divine chantée par la Mafia Mondiale, t’es à jeter aux orties.

        En attendant, on a la Connerie pour tous, et plus les années passent, mieux elle est partagée…c’est ça l’EGALITE !

        J'aime

    1. Ah ? C’est la réponse du Général Branco(quignol) à la bergère Appoline ?
      Sans déconner y’en a pas un pour racheter l’autre, mais bon ça lui fera les pieds à la Appoline…
      Quel lavement cette gonzesse, et sans déc entre Dati et Malherbe mon cœur ne balance pas, y peut pas, il a la nausée…

      J'aime

  3. Pendant des décennies, j’entendais « Quand le bâtiment va, tout va ! » ; cette sentence est encore rabâchée par certaines personnes.

    Cliquer pour accéder à Eiffage_DDR_2018.pdf

    – 2013 : https://www.lemoniteur.fr/article/la-cgt-denonce-du-dumping-social-chez-un-sous-traitant-d-eiffage-sur-le-chantier-de-la-lgv-bretagne-pays-de-loire.1136384

    – 2020 : https://www.batiactu.com/edito/travailleurs-sans-papier-occupent-futur-siege-monde-58936.php

    Toujours le travail sous-payé ou au noir selon les entreprises…. par contre, les prix de vente sont au plus haut, sans vergogne.

    Facile de se faire des sous lorsqu’on ne respecte pas les règles du jeu…. et selon le cyborg et sa bande d’amateurs, ce sont les riens qui sont des fraudeurs…

    Toutes les niches fiscales sont créées pour le 1%, sans exception !

    J'aime

      1. Pourtant bien le même nom de famille décliné… ça vient d’Anatolie…

        Branche éloignée ou branche rapprochée….dans tous les cas, ils sont là pour nous pourrir la vie, à nous les gueux !

        J'aime

    1. Pourquoi avoir offert les 24 hectares ?

      La préfecture des Pyrénées-Orientales affirme ainsi que « les revendications du maire de Porta ont été prises en compte » et que la commune pourrait, sous réserve d’entamer des démarches, « récupérer la propriété des terrains rétrocédés car elle en détient la preuve avec le cadastre Napoléon ».

      Ces 24 hectares auraient été cédés à Andorre pour que la principauté puisse être alimentée en eau.

      Emmanuel Macron en visite dans le pays vendredi 13 septembre n’a pas abordé le sujet alors qu’il a été interpellé dessus par Marius Hugon.
      =*=
      Tu m’étonnes !…
      Bon j’ai le sentiment que le coronavirus va servir le Plan en terme de calendrier, j’entends pour les Municipales, perso je le ressens comme ça.

      Maintenant, y’a pas de lézard, plus vite on se coordonnera pour enclencher le process des associations libres, volontaires et autogérées et mieux ce sera.

      Y’a absolument rien à attendre de cette bande de « on » Macron, Collomb, patachon…

      J'aime

    1. Notes bien que le gars affirme sans rire, ce qu’à confirmer Mélenchon-Robespierre, que le texte, sera amélioré de près de 200 amendements, que personne n’a vu et encore moins débattu avant !

      Hop, hop barbatruc = parce que c’est notre projeeeeet…

      Je me suis tellement faite latter ailleurs, comme quoi je n’étais qu’une aboyeuse compulsive, et là viennent tous prendre un ticket pour chialer !
      Merde quand même quoâ…
      Jojo

      J'aime

      1. Oui Jo, ça c’est le hors d’œuvre…. S’il peut, va nous enfoncer encore plus…

        Mais, c’est mal barré pour lui, la maladie s’incruste…. Son vitiligo et autre…

        J'aime

    1. Celui qui ferait bien d’être con-finé c’est le Salomon, Jérôme, je précise pour qu’il n’y a pas de confusion avec le Crif…

      Car le gars fait une petite grippette, ou + si affinité, ahum !

      J'aime

    1. Ouais, avec Dame Lagarde, font la paire…
      Tu as que Dame Kékel s’est vu refuser le serrage de main ?
      Et une bonne paire de claques dans la gueule, on peut ?
      À la Boris Vian…

      J'aime

      1. Non, mais je me demande par quel moyen elle n’a pas encore passé l’arme à gauche avec son Kuru…

        La vermine s’éternise.

        J'aime

      2. Shootée c’est une chose, mais il y a obligatoirement autre chose…S’asseoir uniquement lors de moment où elle devrait être debout immobile ne suffit pas.

        J'aime

      1. C’est bien ce que j’ai essayé de suggérer en écrivant « Pouvait pas voir le port » ; c’est certes le Vieux Port, mais quand même !

        Faut être un abruti de 1ère pour aller direct dans la flotte !!!

        J'aime

    1. Tatiana analyse bien, mais elle croit encore possible de réformer le système de l’intérieur et qu’il suffit de mettre les bonnes personnes intègres pour « administrer » correctement le pays.

      Mais non ;

      C’est à voir, car si le Hub par exemple pense qu’il peut se refaire la cerise en démissionnant, c’est NON !

      J'aime

      1. Ah, Michel Noir !…

        J’y pensais plus à celui-là…

        Faut dire qu’à Lyon c’est gratiné.

        J'aime

    1. Pour être exacte, 89 ans la, 2eme personne de Crepy en Valois… Mort naturelle, c’est abuser de comptabiliser ça comme étant du au seul covid 19.

      J'aime

      1. Exact, c’est lorsqu’il a le trouillometre au 3ème sous-sol qu’il court le mieux le mougeons zombie !

        J'aime

  4. Le nouvel ordre mondial veut diviser pour mieux régner. Pour cela il fait en sorte que les peuples de différentes langues ne se comprennent pas entre eux. Pour cela, Google censure son outils traduction, en obligeant les gens à accepter d’être fichés, géolocalisés, et avoir des cookies et virus sur l’ordi sinon ils ne pourront pas utiliser outils linguistiques de Google donc seuls ceux qui acceptent ses cookies big brother virus violant la vie privée et acceptant d’être fichés par Google peut utiliser Google traduction.
    Hors personne ne veut être fiché et avoir des virus sur son ordi venant de Google traduction
    Donc personne ne va utiliser Google traduction donc les gens vont se baser sur les interprètes mensongers du NVO qu feront exprès de mal traduire ce que disent les gens et alors les gens d’autres langues comprendront mal et alors diviser pour mieux régner continuera, et alors César Bilderberg continuera à régner

    Outils linguistiques de Google c’est la Tour de Babel atteignant les dieux Bilderberg

    Mais Bilderberg ne veut pas que les peuples se comprennent et rivalisent avec Bilderberg, alors ils détruisent la tour de Babel c’est à dire outils linguistiques de Google, en obligeant les gens à accepter d’être fichés, géolocalisés, et avoir des cookies et virus sur l’ordi sinon ils ne pourront pas utiliser outils linguistiques de Google

    J'aime

    1. Selon Jean-François Kahn, qui appelle à une insurrection populaire pour défendre la République et ses Institutions (finalement je crois qu’il vaut mieux être sourde que d’entendre cela) Bilderberg… Il connait pas !

      😦

      J'aime

      1. Rien que son nom me fait fuir ses discours…. Voudrait être Kahn en plus ???

        Quant aux trads de Google, on n’en n’a absolument aucune Utilité… Il faut se reconnecter d’urgence au Grand Tout… L’info est disponible en langage universel..

        Les langues sont la langue fourchue du Serpent.

        J'aime

    1. Hé hé, je suis en train de faire un billet en appui de cette info et ça va dégoiser sévère…

      L’annulation des municipales avance à grand pas ici = profitons-en pour sauter le pas et co-créer les associations libres, volontaires et autogérées !

      J'aime

      1. Quand tu sais que certains magasins se font dévaliser…

        18 kgs de pâtes pour un seul client…. Le PQ..

        Et, je ne te fais pas de dessin, pour la pop qui se comporte ainsi !

        J'aime

      2. Hier nous sommes allés faire les courses de fond du mois. Pas grand monde, c’est vrai, mais à part le rayon des gels-hydroalcooliques (y’en a plus nulle part depuis un moment) vide, aucun problème.
        Mais bon, la konnerie humaine s’est un peu comme l’univers = en perpétuelle expansion, ou presque !

        J'aime

      1. Oui, et bien que je ne sois pas d’accord de la façon dont ça été fait, fallait que ce relais energetique ultra nocif dégage.

        J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s