Archives pour la catégorie NOUVEAU PARADIGME

La Nation Mohawk debout aux côtés du peuple d’opprimés français qui s’est levé et s’est mis en marche…

Tous inter-reliés et inter-connectés !

Un peuple d’opprimés en France s’est levé et mis en marche en Gilet Jaune !

Contre l’Oligarchie dont Macron est le meilleur outil pour nous avilir et les servir ; Celle des RothschildAu cœur de l’Empire

La nation Mohawk avec les Gilets Jaunes : Revêtir le gilet jaune pour effondrer le colonialisme (Mohawk Nation News)

Colonisation et corporatisme entrepreneurial sont bientôt finis

Mohawk Nation News | 9 décembre 2018 |URL de l’article original ► http://mohawknationnews.com/blog/2018/12/08/colonization-corporatism-soon-gone/

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

Pour ceux d’entre nous sous oppression coloniale, la révolution française actuelle des gilets jaunes est le commencement de la décolonisation du monde.

À tous les fonctionnaires canadiens, décoloniser est très simple. Renier votre serment à la reine d’Angleterre. Vous serez immédiatement virés et ce serait très bien si vous le faisiez tous en même temps histoire d’accélérer le processus.

Tous les fonctionnaires ou quiconque a juré allégeance à la reine d’Angleterre devraient renier leur serment. Alors nous pourrons démanteler le Privy Council, conseil privé de la couronne, le bureau du gouverneur général du Canada (nommé(e) par la reine…) On n’en a plus besoin, ils ne servent qu’à protéger les actionnaires de la colonie du Canada.

Vous devrez être d’accord pour suivre Kaianerekowa, la Grande Loi de la Paix de l’Île de la Grande Tortue, ou devrez quitter les lieux.

La version canadienne de la loi est illégale parce qu’elles est fondée sur la domination et le génocide comme ce fut le cas avec l’Indian Act (loi sur les Indiens) et la législation sur le quota sanguin.

Lorsque les chrétiens européens ont émigrés sur l’Île de la Grande Tortue, ils furent d’accord pour vivre en accord avec Kaianerekowa. Ils ont renié leur vœu depuis et sont devenus des immigrants illégaux. Afin de demeurer ici, ils doivent de nouveau se mettre en accord avec la Grande Loi de la Paix. Ils furent accueillis sous le traité du Wampum Deux Rangées ou Tekeni Teiohateh, furent d’accord de vivre sous les auspices de Kaianerekowa, la Grande Loi de la Paix. Celle-ci émergera pour construire une société paisible, une société que le monde regardera comme un grand modèle à suivre.

La terre, les ressources, l’eau, toute forme de vie sur l’Île de la Grande Tortue fait partie de la Grande Loi de la Paix.

Ce sera la fin de l’État policier instauré, tous les systèmes coloniaux de contrôle : les banques, tribunaux, police, armée et gouvernement seront dissous et tout reviendra sous Kaianerekowa, le peuple !

Les gens seront libres de décider s’ils veulent demeurer ici sous Kaianerekowa et Tekeni Teiohateh, le wampum deux rangées.

Les patries des inventeurs européens (et chrétiens) du colonialisme sont en train de s’effondrer devant nos yeux ébahis. Leurs structures brutales de contrôle colonial sont en train d’être démantelées par leurs propres peuples qui ont revêtus le gilet jaune. (NdT : rappelons-nous toujours que “Nous sommes tous des colonisés !”)

Le Canada, l’Australie, la Nouvelle-Zélande sont toujours des colonies de la Grande-Bretagne. Les États-Unis n’ont jamais gagné une quelconque indépendance de l’Angleterre (NdT : de la “couronne”, City de Londres en l’occurrence). Ils sont toujours contrôlés aujourd’hui par les banquiers de la City au travers de Wall Street, leur succursale.

Les Rosbifs peuvent virer la reine de Buckingham Palace et la laisser partir. Cette maison est une propriété qu’elle leur a volée alors qu’ils lui lèchent les bottes depuis tout ce temps. La mafia et la monarchie sont la même chose. La monarchie est le plus vicieux et criminel de tous les systèmes de contrôle. Dernière reine, dernier pape !

Mohawk Nation News février 2014

▼▼▼

 

Lectures complémentaires conseillées ;

Et comme autant de petits détonateurs supplémentaires, pour exploser à la tronche de la malfaisance régnante que nous savons être le Vatican, la City de Londres et Washington D.C. ;

TEXTES POLITIQUES FONDATEURS EN VERSION PDF ► LES PDF DE JBL1960

L’ESSENTIEL DE RÉSISTANCE 71 DEPUIS 2010

ORIGINE & CRITIQUE DE L’ÉTAT

FAIRE TOMBER L’EMPIRE PAR APOSTASIE COLLECTIVE

NI HAINE NI VIOLENCE = SUFFIT JUSTE DE LEUR DIRE NON & D’APPELER À LA GRÈVE GÉNÉRALE & ILLIMITÉE DE LA CONSOMMATION et pour ceux qui n’ont déjà plus rien, ce ne sera pas bien difficile à mettre en œuvre ICI & MAINTENANT !

Jo Busta Lally

Publicités

In France ; When Hope dresses in yellow / En France ; L’espoir s’habille en Gilet Jaune !

Anonymous words of a native person of Great Turtle Island

The real power and the real wisdom come from within. When man understands in his flesh that he is One with the whole creation ; when he realizes that at the center of the universe resides a power much greater than himself, then does he know that this center is everywhere, that it is in each of us.

▼▼▼

For K at Mohawk Nation News

And T at ntk.com

In France, our hope wears a yellow vest or when Hope dresses in yellow

By Jo Busta Lally ► JBL1960BLOG

December 1st 2018 | Translated  from French to English by Résistance 71

In France, a collective political consciousness is marching and wrapped itself in a yellow vest. It has lighted as a small flame, and a small inner beacon has been switched on for the many.

The trigger for this political consciousness in our territory was, without a doubt, the overwhelmingly forced imposition through the totally unjustified taxes made under the guise of a so called “Energy Transition”; itself heavily based on the sole theory of the Anthropogenic Global Warming (AGW) and exclusively promoted by the pseudo-scientific body known worldwide as the IPCC ; entity which doesn’t accept any contestation of its theory, doesn’t consider any other reasons outside the “Man Made Global Warming” for any recent warming of the planet when it does exist ; and doesn’t consider alternative theory concerning the origin of petroleum such as the russian-ukrainian deep abiotic origin of petroleum and hydrocarbons heavier than methane.

As many argued for a long period of time in a well documented fashion against this scam of the “Energy Transition”, brought up in the name of the AGW, this scheme is nothing more than a gigantic hoax of climatic money vacuum, this was indeed and for the many, the drop of gasoline which overflowed the tank…

At that moment, a big, deep, large and powerful movement came up from the guts of our Mother ; from the countryside, from villages and small towns, from these hamlets in forsaken lands, a geyser of political consciousness erupted, making us all hope that it could have the full capacity to make our humanity triumph and getting in the process the achievement of our liberation, bringing the end of the oppressor / oppressed relationship and hence the end of the artificial political division which has been imposed upon us for thousands of years, a process now indeed proven to be a totally reversible process.

Wage workers, farmers, students, jobless and dropouts of society, all united, consciously or not against the most achieved and most dangerous expression of the oligarchy which has names et faces and represented par the president Macron, a pure branded product of the Rothschild banking system and the City of London with his prime minister Edouard Philippe, an attendee of the Bilderberg meeting in 2016, made all those individuals rise to resist the constant oppression.

In the wake of a Trump and a Trudeau, Macron is a mere tool of the Rothschild banking cartel, the City of London, the heart and soul of the empire.

He is just a pawn put into position by his masters to reactivate and push further the New World Order’s plan, carved in the Georgia Guidestones since 1980, where the first of the ten NWO commandments stipulates that the world population should never rise beyond the mark of 500 million people, this alone representing a world population’s reduction of 95% !

This is why Mr Macron has been designated as the Earth’s champion and has claimed with the German Chancelor Angela Merkel, another puppet of the oligarchy, that we should consider the reduction of the world’s population in order to “save the planet”.

The new mantra is out : Save the Planet ! and the only solution for the French people is to pay !

  • Carbon tax
  • Fuel tax
  • Energy tax
  • We identified some 252 taxes whose we are forced to pay

All of this in the name of this hoax called the “Energy Transition”…

Moreover, what the oligarchy wants is mostly to obtain our consent to be taxed and to be totally submissive to the State and its institutions and for us to perceive this as the sole viable solution to our problems and outside of which nothing would ever be possible.

Clearly, many of us understood that we do have the power to say NO !

That we could massively refuse to consent, hence collapsing immediately their power of domination.

In fact, the whole dominant class is certainly worried to see the people in time, calling for an unlimited general strike which wouldn’t be efficient without expropriation, action which could be carried without weapons, without hatred and without violence.

Who lines up in the pressitute media, panicked to see that the majority of the people who wear the yellow vest and those who support them are advising to remain horizontal, to mistrust and refuse the verticality of the classic scheme of power and action, warning that the higher one gets, and from a higher point one falls and gets hurt.

Then comes in the public opinion the idea of a leadership without power, where the people directs and the (good) government obeys.

This is why I supported the proposition of the Zapatists in Chiapas (Mexico) to call for the creation of an International Network of Resistance and Rebellion against the merchant society, against capitalism. Another world is possible and this call is not only addressed to the native people of the Western Hemisphere, but to all people in rebellion et in resistance in all quarters of the world ; to all of the people challenging the organized plans, the unjust rules, laws, precepts, numbers and statistics.

The Zapatists rightly recognize that they may not be numerous, saying that :

We keep walking on two feet, the resistance and the rebellion, the yes and the no ; no to the system et yes to our autonomy and self-determination, which means that we have to construct our own path towards life. Path rooted upon original or indigenous communities, a collective consciousness, a mutual aid, a solidarity, a deep rooting to the land, a culture including arts and sciences, a constant awareness agains wealth accumulation. This is our guide.

It is our “way”, and we think all this to be different in other cultures and historical realities, this is why we say that one can not export the zapatism, even not in the totality of Chiapas, but that each culture, each agenda and each geographical zone must follow its own path and logic.

It is not an encouraging perspective as our possibilities are restricted. We are not 30 millions.

We may be only 300.

Until now in France, I didn’t think we would be 300 either. I have to say that today sees the hope that we may be 300 000 awaken, convinced and motivated, stubborn individuals, and who knows, may be 3 millions tomorrow ?

The ruling evil represented by Macron and his orchestra knows fairly well that, as once said Mahatma Gandhi in substance: one politically conscious individual standing up is much more dangerous for the ruling elite and its power than 10 000 individuals politically asleep and submissive.

It is with this collective political consciousness that we are organizing de facto a strategy in order to replace the multi-millenia antagonism in which we have been imprisoned and which impairs humanity to embrace its natural tendency towards complementarity, the factor of unity in the great diversity of an organic political and sociological Whole which could be seen as the “society of societies”.

From France ; Jo Busta Lally

En France ; L’espoir s’habille en Gilet Jaune / In France ; When Hope dresses in yellow

En France, notre Espoir porte un Gilet Jaune ou l’espoir s’habille en Gilet Jaune

In France, our hope wears a yellow vest or when Hope dresses in yellow(*)

Énormément d’épreuves nous attendent. Nous ne pourrons revenir du jour au lendemain à l’équilibre des forces. Mais puisque nos décideurs procèdent par étapes, allons de même progressivement, chacun selon ses possibilités, vers une solidarité seule à-même de nous éviter le funeste sort qu’ils nous réservent… Nous disposons de l’opportunité d’inverser le cours des choses. Pour nous et pour le salut des générations futures, nous devons agir non plus idéologiquement, mais de façon concrète à réaliser le désir des 99% contre celui des 1%… Certes, nous sommes encore de grands enfants, et tout nous restera à apprendre une fois redevenus maîtres de nos destins. Mais qu’est donc notre peur de la liberté comparée à cette ineffable joie d’être en vie ?… Nous avons tous été portés durant neuf mois. Nourris et pour les plus chanceux aidés à devenir ce que nous sommes. Ne valons-nous pas mieux qu’un rouage de machine ou de la chair à canons ? La route n’existe que par notre marche. Elle n’attend plus que d’être empruntée.

Zénon dans « Burn-out » Ou la fin annoncée de la lutte des classes

Les Chroniques de Zénon

◄|►

Le sang paysan coule toujours dans les veines de bien des citadins prolétaires ; Ils devraient réapprendre à écouter leurs origines. Le but, le but très lointain est ce qui  est appelé aujourd’hui la grève générale, mais bien sûr bien différente de celle passive en se croisant les bras qui n’est qu’un duel face à face de qui pourra tenir le plus longtemps entre les ouvriers et les capitalistes. Une grève générale oui… Mais active !

[…] L’objectif est le peuple, la société, la communauté, la liberté, la beauté, la joie de vivre. »

Gustav Landaeur (1911) Appel au socialisme – Pour la société des sociétés, 2nde réédition 1919 (bientôt 100 ans) en version PDF

▲▲▲▲▲

(*)Ce texte en version anglaise, traduit par Résistance 71, à l’attention de Mohawk Nation News et ntk.com  et du lectorat anglophone, en réponse à leur questionnement sur la situation en France et du fait que je relaie, amplifie et traduit même parfois, ces voix autochtones anticoloniales ici de l’île de la Grande Tortue, mais également de tous les continents…

▼▼▼▼▼

 Jo Busta Lally le 1er décembre 2018

En France, une prise de conscience politique, collective, s’est mise en marche et en s’habillant d’un Gilet Jaune. Comme on allume sa propre petite flamme, sa petite lumière intérieure, comme le témoin lumineux d’un petit déclic.

L’évènement déclencheur de cette prise de conscience politique, en France, a, sans nul doute, été l’imposition par la force, par la taxation à outrance et totalement injustifiée, de la Transition Énergétique qui prend appui sur la seule Théorie du Réchauffement Climatique Anthropique et promue uniquement par les « scientifiques » du GIEC qui ne supportent aucune contestation possible, ni n’envisagent d’autre piste, comme la Théorie russo-ukrainienne de l’origine abiotique profonde du pétrole.

Dénonçant  depuis fort longtemps, de manière argumentée et documentée, l’arnaque de la Transition Énergétique au N.O.M. du Réchauffement Climatique Anthropique comme une véritable pompe à fric climatique, ce fut, pour beaucoup, la goutte d’essence qui fit déborder le réservoir…

Dès ce moment, un mouvement profond, puissant, large est remonté des entrailles de la Terre nourricière ; des campagnes, des petites villes et villages, de ces lieux-dits, de ces territoires oubliés une prise de conscience politique a jailli et nous espérons, qu’à terme, elle sera en capacité de faire triompher l’humanité pour son émancipation réalisée dans la fin du rapport dominant / dominé ; La fin de la division politique factice de la société qui nous a été imposée depuis des millénaires mais que nous pensons tout à fait réversible.

Salariés et ouvriers, agriculteurs, étudiants, chômeurs, laissés-pour-compte ; Tous unis, consciemment ou non, devant l’expression la plus aboutie, la plus dangereuse, de cette oligarchie qui a un N.O.M. et des visages, représentée par Emmanuel Macron directement pucé par Rothschild et son Premier Ministre, Édouard Philippe, Bilderberger2016 ; Se sont alors levés pour résister.

Car, comme Trump ou Trudeau, Macron est un outil de Rothschild = La City de Londres = Au cœur de l’Empire.

Alors ce n’est qu’un pion, mis en place pour réactiver le Plan que le Nouvel Ordre Mondial a fait graver dans les pierres du « Georgia Guidestones » en 1980 ; Et le 1er de ces 10 « commandements » stipule que la population mondiale ne devra jamais dépasser les 500 millions d’individus, ce qui représente une projection de réduction de la population mondiale de l’ordre de 95% !

C’est pourquoi M. Macron a été désigné Champion de la Terre, et a affirmé, aux côtés de Mme Merkel, autre marionnette de l’Oligarchie, qu’il faudrait envisager de réduire la population mondiale pour « sauver la Planète ». Or, c’est devenu leur nouveau mantra ; Nous devons sauver la planète, et la seule solution, pour nous, les français, c’est de payer !

  • Taxe carbone ;
  • Taxes sur le carburant ; (enfin pas pour tous)
  • Taxes sur l’énergie…
  • Nous avons recensé ainsi plus de 252 taxes que nous sommes contraints de payer.

Au N.O.M. de la Transition Énergétique !

Car ce qu’exige, par-dessus tout cette oligarchie, c’est d’obtenir notre consentement à l’impôt et notre totale soumission à l’État et ses institutions comme seule solution viable et à en dehors de laquelle rien ne serait possible.

Alors que, clairement, beaucoup ont compris que nous avions le pouvoir de dire NON !

Que nous pouvions, en masse, leur retirer notre consentement et que leur pouvoir de domination s’effondrerait immédiatement de ce fait.

D’ailleurs, c’est toute la classe dominante qui s’inquiète de nous voir appeler à une grève générale, illimitée et expropriatrice et sans armes, ni haine, ni violence.

Et qui défile dans tous les Merdias aux ordres, (pressetituée), affolée de constater que la majorité de ceux qui arborent un Gilet Jaune, et ceux qui les soutiennent, conseillent de demeurer horizontaux, et de se méfier de la verticalité. Prévenant que plus on monte, plus on tombe de haut.

Dès lors, s’installe dans l’opinion cette idée d’une chefferie, de leaders sans pouvoir, où c’est le peuple qui dirige et le (bon) gouvernement qui obéit.

C’est pourquoi j’ai soutenu la proposition de l’EZLN POUR appeler à la formation d’un RÉSEAU DE RÉSISTANCE & DE RÉBELLION INTERNATIONAL {3RI} ; CONTRE la société marchande, soit le système capitaliste ; Car un autre monde est possible et cet appel n’est pas seulement adressé aux peuples originaires, mais à toutes celles, à tous ceux et à toutes celleux qui se rebellent et résistent dans tous les recoins du monde. À ceux qui défient les schémas tout faits, les règles, les lois, les préceptes, les chiffres et les pourcentages.

L’EZLN reconnait, à raison, qu’ils ne sont probablement pas plus de 300, précisant que ;

Nous continuons à marcher avec deux pieds : la rébellion et la résistance, le non et le oui ; non au système et oui à notre autonomie, ce qui signifie que nous avons à construire notre propre chemin vers la vie. Il se fonde sur certaines des racines des communautés originaires (ou indigènes) : le collectif, l’entraide mutuelle et solidaire, l’attachement à la terre, le fait de cultiver les arts et les sciences, la vigilance constante contre l’accumulation de richesses. Cela, ainsi que les sciences et les arts, c’est notre guide. C’est notre « façon », mais nous pensons que dans d’autres histoires et identités, c’est différent. C’est pourquoi nous disons que le zapatisme ne peut pas être exporté, pas même sur le territoire du Chiapas, mais que chaque calendrier et chaque géographie doit suivre sa propre logique.

Et ce n’est pas non plus un exercice très encourageant : nos possibilités sont minimes.

On n’approche même pas, il s’en faut de beaucoup, les 30 millions.

On n’est peut-être que 300.

Et si jusqu’à présent, en France, je ne nous pensais pas plus de 300 non plus.

Je dois dire, qu’aujourd’hui, se profile l’espoir que nous soyons près de 300 000 mille individus conscients, convaincus, opiniâtre et peut-être même bien 3 millions demain.

Et la malfaisance régnante, que représente M. Macron et son orchestre, le sait bien qu’un (seul) individu conscient et debout est plus dangereux pour le pouvoir que dix mille individus endormis et soumis (Mahatma Gandhi).

Avec cette prise de conscience politique, collective, nous organisons, de fait, une stratégie afin de remplacer l’antagonisme à l’œuvre depuis des millénaires et dans lequel on veut à toute force nous enfermer, qui, appliqué à différents niveaux de la société empêche l’humanité d’embrasser sa tendance naturelle à la complémentarité, facteur d’unification de la diversité dans un grand Tout socio-politique organique : La société des sociétés.

Jo Busta Lally

SOYONS LES INVENTEURS DE NOTRE PROPRE RÉALITÉ…

ICI & MAINTENANT & D’OÙ NOUS SOMMES…

POUR la formation d’un RÉSEAU de RÉSISTANCE et de RÉBELLION INTERNATIONAL {3RI} CONTRE la société marchande ► ICI

De la nécessité d’une mémoire collective

Mexique 2018 De l’idéologie et de la réalité I

Georges Lapierre | 8 novembre 2018 | URL de l’article source ► https://lavoiedujaguar.net/Notes-anthropologiques-XXV

Il est grand temps de distinguer l’idéologie de la réalité, et vice versa ! La fin visée par une autre anthropologie est d’arriver après un voyage mouvementé à la vaste plage de la réalité. Le plus souvent nous parlons idéologiquement de la réalité. Tous ceux qui prétendent décrire ou analyser la réalité dans laquelle nous nous trouvons sont des idéologues et, bien souvent, les idéologues sont aussi des militants qui cherchent à imposer leur vision ou une certaine vision de la réalité. Ces idéologues sont en général payés par l’État et leur vision de la réalité ne s’éloigne pas de celle voulue par la pensée dominante, leur appréhension ne s’écarte guère d’un convenu plus ou moins implicite et ce qu’ils présentent comme des nouveautés a la saveur du bon sens et du bon goût reconnaissable entre mille, et dans laquelle tous se reconnaissent avec une certaine satisfaction. Quand ils ne sont pas directement payés par l’État, les idéologues portent en eux l’idée de l’État, quoi qu’ils disent et quoi qu’ils fassent. L’idéologie est le propre d’une pensée séparée. Les idéologues ne sont pas poètes, la réalité se chante, elle ne se décrit pas. Dans cet essai, dans cette réflexion à caractère idéologique (fatalement), je cherche seulement à m’approcher d’une réalité qui m’échappera toujours.

Heureusement, la réalité est une anguille et si elle se laisse parfois deviner, elle ne se laisse pas si facilement surprendre et confondre par le premier idéologue venu, et par les autres aussi. Nous pouvons seulement tenter de réduire la distance entre l’idée que nous nous faisons de la réalité et la réalité elle-même. La société mexicaine, par exemple, est une réalité dans la seule mesure où les Mexicains vivent ensemble plus ou moins bien, avec de nombreuses difficultés. Pour l’instant, ils arrivent à vivre ensemble, il n’y a pas encore de rupture nette, la guerre sociale n’est pas déclarée, elle n’a pas éclaté de manière frontale, elle reste larvée. Cependant nous n’en sommes pas loin : dans les années 1970, elle a été conjurée par l’intervention de l’armée fidèle à une certaine idée de la paix sociale, fidèle, donc, à une certaine idéologie. Aujourd’hui encore, l’armée continue à jouer un rôle non négligeable même s’il peut paraître plus ambigu. Notre époque appelle ce flou et joue sur la confusion des valeurs pour imposer une vision du monde unique et totalitaire. Les tueurs des cartels de la drogue ou des mafias locales épousent le rôle qui, autrefois, revenait aux paramilitaires pour semer la terreur parmi la population et mettre fin par le meurtre ou par des menaces à peine voilées aux velléités de résistance et d’opposition à des projets non désirés. On ne sait plus si les « escadrons de la mort » mis en place par certains hommes d’État et encadrés par l’armée ou la marine sont l’instrument de la guerre contre les cartels ou un instrument de guerre dirigé contre la population des barrios [1]. C’est le règne de la confusion la plus totale, s’y perdent toutes les valeurs et tous les points de repères qui existaient autrefois, la boussole est devenue folle. Cette confusion généralisée profite au pouvoir, elle le rend fuyant et insaisissable.

Les interventions « clandestines » des forces de l’ordre ne sont pas sans évoquer le rôle joué par l’armée en Argentine et au Chili du temps de la dictature militaire, fin des années 1970, début des années 1980 : arrestation des suspects à leur domicile, sur leur lieu de travail, dans la rue, séquestration, torture, assassinat et disparition. Des bataillons de la marine mexicaines ont été mis en cause récemment dans un rapport de l’ONU, mais ce n’est là qu’une partie immergée de l’iceberg — d’ailleurs on n’en parle plus, un pays si exemplaire ! Le chiffre des disparus, que ce soit par les forces de l’ordre (armée et police) ou par les cartels de la drogue, atteint des proportions considérables et l’on est en droit de se demander s’il ne dépasse pas très largement le chiffre des disparus en Argentine ou au Chili sous dictature militaire. Avec une différence, le suspect en Argentine (ou au Chili, etc.) était relativement ciblé par son appartenance politique (communiste, socialiste, syndicaliste ou péroniste), au Mexique, il est moins défini, ce n’est pas son appartenance ou son engagement politique qui le rend suspect, c’est autre chose, tout un chacun peut devenir suspect : jeune, pauvre, témoin involontaire mais gênant, journaliste, accusateur… L’engagement politique en lui-même compte peu sauf s’il vient faire obstacle au désir irrépressible d’enrichissement d’une certaine catégorie de la population.

Cette réalité mexicaine, vécue au présent dans ces années de transition, marquant le passage du parti unique à la démocratie, ou de l’État providence à la société marchande, apparaîtra dans toute sa crudité seulement dans quelques années. Cette dictature militaire, qui n’est pas dite, clairement appuyée par les États-Unis, a été mise en place du temps de Felipe Calderón ; elle reste implicite, elle n’est pas idéologique, du moins en apparence, comme elle a pu l’être en Argentine ou dans d’autres pays d’Amérique latine. Elle est plus pragmatique, elle déblaie le chemin afin que les multinationales et les investissements de capitaux ne se heurtent pas à un mouvement social trop ample et trop fort, et qui leur serait contraire. Elle fait place nette à un autre pouvoir, à une pensée pratique qui s’érige comme pouvoir absolu, et qu’il n’est plus possible de contester ouvertement.

J’ajouterai que l’arrivée à la tête de l’État d’Andrés Manuel Lopez Obrador en décembre de l’année 2018 pourrait bien annoncer la fin de cette période de transition marquée par une dictature militaire en sourdine, disfrazada de civil, dont le Mexique a le secret. Après les bruits de bottes d’une présence militaire accablante, le retour d’Andrés Manuel Lopez Obrador annonce dans la liesse et le consentement général l’arrivée tant espérée de la démocratie dans le ciel glorieux d’une paix sociale enfin recouvrée sur des amoncellements de morts et de disparus. Un nouveau pouvoir se reconstitue, il s’appuie sur des formes anciennes pour muer, changer de peau, acquérir plus de puissance. Et il n’est plus contesté désormais : les Mexicains semblent vaincus, ils renoncent à une lutte trop inégale. La victoire d’Andrés Manuel Lopez Obrador scelle la défaite des Mexicains. Tout entre dans l’ordre. Cette période dite de transition fut une période délicate comme toutes les périodes de transition. Elle accompagnait une transformation profonde du pouvoir, un travail d’accouchement d’une puissance nouvelle, une mue qui risquait de laisser le pouvoir à la merci de ceux qui le contestent. Cette formation d’un monde nouveau devait être accompagnée et protégée. Le soulèvement des peuples indiens du Sud-Est en 1994, deux ans après la signature d’un traité de libre commerce entre le Canada, les États-Unis et le Mexique, a pu être perçu comme un avertissement. Toutes les instances du pouvoir se sont alors employées à réduire cette menace latente que pouvait représenter la population mexicaine lors de ce passage d’une forme de pouvoir à une autre forme de pouvoir se confondant avec la montée en puissance de l’argent. Cette période de transition marquée par la montée en puissance de l’argent fut accompagnée par des résistances sourdes, des oppositions passives et des rébellions. On peut penser que la voie de l’argent est désormais libre et que ce nouveau pouvoir qui s’est constitué dans la douleur des Mexicains n’a plus à craindre une opposition qui mettrait en péril sa puissance et son hégémonie.

Notre temps serait-il marqué par la fin des idéologies et le retour à une sorte de réalisme (ou présentisme) ? Je ne le pense pas car il y aura toujours une réflexion plus ou moins tendancieuse sur la réalité que nous sommes amenés à vivre ; cependant il est fort possible que la société marchande n’ait plus besoin de propagande idéologique comme dans le siècle passé ; l’idéologie du progrès, par exemple, semble avoir fait son temps. Certains philosophes ou historiens philosophes parlent de « présentisme » pour fustiger notre époque [2]. Ce présent perpétuel qu’ils dénoncent ne serait-il pas la marque de la réalité ? La réalité se conjugue au présent, dans la mesure même où elle est directement vécue (ce qui ne veut pas dire qu’elle soit consciemment vécue). La mémoire est l’histoire au présent. La mémoire d’un peuple, la mémoire collective, est l’histoire de ce peuple vécue au présent. Ce qui est à déplorer ce n’est pas le présent mais l’absence de mémoire et surtout l’absence de mémoire collective, cette mémoire collective qui fleurit chez les peuples zapatistes comme chez bien d’autres peuples, qui fleurit aussi, fragile et délicate, parmi les occupants de Notre-Dame-des-Landes. Cette mémoire collective était comme le levain de la vie communale, elle disparaît avec l’effacement et la disparition de la vie communale. Au lieu de vivre directement notre histoire, nous avons fait de l’histoire une idéologie, nous l’avons coupée du présent pour en faire soit un objet d’étude, soit un développement idéologique pour en invoquer le sens comme argument irréfutable d’une propagande.

Une collectivité se constitue et se construit à travers son histoire, qui reste toujours une histoire singulière directement vécue par les membres de cette collectivité ; et cette histoire singulière constitue l’héritage, pour ainsi dire génétique, des membres de la communauté (au point d’être la mémoire génétique de la communauté ainsi constituée ?), elle est à la fois un facteur de reconnaissance et matière à revendication. Cette histoire « réelle » n’a rien à voir et s’oppose à l’« histoire officielle » qui reste l’expression du point de vue de l’État sur le passé, d’un point de vue séparé sur le passé, idéologique, donc, faisant la promotion de ce qui existe ; elle s’oppose aussi, plus fondamentalement à l’idéologie de l’Histoire.

Quant au devenir, il est le mouvement du présent, il est sa propre pensée en mouvement, la pensée spéculative se projetant dans le futur : la pensée spéculative générant l’activité sociale, faisant en sorte que la vie commune se reproduise. Nous avons bien une relation immédiate avec le futur, mais toute société se trouve dans une relation proche, pour ne pas dire immédiate, avec son futur. C’est l’idéologie qui apporte une distance, qui marque une rupture entre présent et futur, quand le futur s’oppose au présent, quand le futur n’est plus perçu comme le prolongement du présent mais fait apparaître une autre réalité, qui n’existe pas encore, qui n’existe pas encore comme présent. Le futur des communautés zapatistes se vit au présent dans les communautés zapatistes, si je puis dire. Leur reproduction future en tant que communautés humaines, en tant que communautés de pensée, en tant que communautés zapatistes se joue au présent. C’est ainsi que le futur est aussi présent dans les communautés ayuuk ou chontales, comme il est présent dans les collectivités qui se trouvent sur le territoire de Notre-Dame-des-Landes(*). Le futur n’est pas un au-delà de la vie collective, il est son présent, il est son développement et sa reproduction, il ne se détache pas du présent.

C’est l’idéologie qui apporte une séparation et qui détache le futur du présent. Le futur devient alors un projet à venir, qui ne se trouve plus dans la continuité du présent. La proposition zapatiste de mettre fin au système capitaliste et d’œuvrer à la construction d’un monde non capitaliste dans un futur plus ou moins lointain est une proposition idéologique. Cette proposition n’est pas abstraite de la réalité, elle trouve bien une certaine consistance dans le mode de vie des peuples indiens, mais elle est en décalage avec la société mexicaine, elle est en porte-à-faux avec la société mexicaine. Elle n’est sans doute pas idéologique pour les peuples indiens, elle le devient pour tous ceux qui, dans la société mexicaine, ne sont pas indiens — dans le sens où ils n’appartiennent pas à un peuple héritier d’une culture qui lui est propre, ni à une communauté reposant sur un mode d’être ensemble.

L’idéologie apporte un point de vue, une réflexion, séparée de la réalité, séparée du présent qui reste le sceau, la marque indélébile de la réalité, aussi ne peut-elle échapper par la force des choses ou de par sa propre nature à sa fonction de propagande : soit de propagande pour ce qui existe, cette fameuse séparation ; soit de propagande pour ce qui pourrait exister. Faire l’éloge de l’histoire comme passé ou comme référence, ou faire l’éloge du futur comme projet à venir revient à se détourner du présent et de la réalité, à rendre la réalité évanescente pour la remplacer par une simple idée de la réalité. Il se trouve que nous vivons dans le présent, il se trouve que nous vivons au sein de la réalité aussi bien quand nous faisons nos courses à Bonneveine ou quand nous regardons la télévision. Et cette réalité nous emporte, nous pétrit et nous nourrit, nous ne lui échappons pas. Nous ne lui échappons pas, par contre, elle, elle nous échappe, elle nous échappe de plus en plus, elle ne nous appartient plus. Elle est la réalité mise en place, créée au jour le jour, inventée sans cesse par une pensée générant le réel et cette pensée n’est pas la nôtre, elle nous échappe bel et bien, elle nous est bel et bien étrangère. Il ne s’agit pas seulement de critiquer idéologiquement la réalité que nous connaissons, il s’agit, plus fondamentalement, d’inventer notre propre réalité.

Il est bien possible que la société marchande se trouve à ce point aboutie qu’elle n’ait plus besoin d’idéologie, qu’elle n’ait plus besoin de se présenter comme un idéal à atteindre à travers une propagande tout azimut. Elle est désormais une réalité qui se vit au présent : fin de l’Histoire. Ce soudain ancrage dans le réel, que nous pouvons aussi déceler dans d’autres civilisations passées ou présentes, reste, à mon sens, une donnée de notre temps, et elle concerne notre monde, occidental, chrétien et capitaliste. Cependant cette fin de l’idéologie et cet ancrage dans le présent ne touchent pas seulement notre « civilisation » marchande, elle se fait générale et se répercute sur les autres idéologies, qui, elles, s’opposaient à l’idéologie portée par la société capitaliste, un peu comme si l’idéologie majuscule, portée par notre monde, avait entraîné dans son sillage et son dépérissement les idéologies qui lui étaient contraires comme le socialisme, le communisme, l’anarchisme, et que l’aboutissement ou la réalisation d’un projet civilisateur devait entraîner avec lui, dans son engloutissement dans la mer de la réalité, toutes les idéologies contraires qui accompagnaient son mouvement vers sa réalisation. Il me semble que nous nous retrouvons tous avec les pieds sur terre, mais ce n’est peut-être qu’une impression personnelle.

Autrement dit, le devenir marchand de notre civilisation, qui a commencé à prendre forme et tournure à la fin du Moyen Âge, s’est accompagné d’une propagande à la fois critique et élogieuse : critique de la société féodale, de la réalité sociale qui prévalait alors reposant sur le pouvoir d’une classe sociale théocratique et guerrière ; élogieuse d’un mode d’être ensemble reposant sur l’initiative individuelle et l’activité marchande perçue comme activité sociale et générique s’émancipant des cadres imposés par la féodalité et reposant sur la liberté de l’individu (du bourgeois) face aux obligations de la vie collective. En même temps que s’exprimait cette idéologie portée par les bourgeois se formulait l’idéologie contraire, qui, elle, marquait son attachement aux valeurs communautaires et sociales de la chrétienté pour s’opposer à l’argent et à l’activité égoïste que l’argent encourageait et incitait. Ces deux aspects concurrents et opposés sont liés entre eux comme les deux faces opposées d’une pièce de monnaie. La victoire d’un courant de pensée et sa réalisation entraînent dans le même temps la fin de la propagande contraire qui l’accompagnait comme son ombre. J’ajouterai que cette fin de l’idéologie majuscule accompagnée de ses ombres et son engloutissement dans le réel ne signifient pas la fin des idéologies bien au contraire, celles-ci poussent et prolifèrent désormais comme des champignons sur un cadavre, elles font florès, pure logorrhée, pure diarrhée verbale, mais elles n’ont plus véritablement de sens, ou, du moins, elles ont perdu le sens qui prévalait encore il y a peu quand elles se trouvaient liées solidairement au devenir capitaliste du monde.

Notes

[1] À lire le recueil de textes de Javier Valdez Cárdenas : Periodismo escrito con sangre. Antología periodística. Textos que ninguna bala podrá callar, Grijalbo, 2018. Javier Valdez Cárdenas fut journaliste et écrivain, il a vécu à Culiacán, au nord du Mexique, il a été assassiné, il y a un peu plus d’un an, par qui ? Il a écrit sur les narcos, son livre est magnifique et pourrait être traduit en français.

[2] Je renvoie le lecteur au livre de Jérôme Baschet, Défaire la tyrannie du présent (Baschet, Jérôme, Défaire la tyrannie du présent. Temporalités émergentes et futurs inédits, La Découverte, 2018). C’est un livre qui présente un grand intérêt dans la mesure même où il met en exergue ce qui, à mon sens, apparaît comme un des caractères définissant le mieux notre époque : cet attachement au présent, cette vision limitée à un futur immédiat, cet effacement et occultation du passé et de l’histoire. Il s’en désole. Je ne m’en désolerais pas car cette prédilection pour le présent pourrait bien marquer la fin de l’idéologie et le retour à la réalité. Certes la réalité que nous sommes amenés à vivre est critiquable : une société marchande et individualiste. Mais la critique de cette réalité doit-elle être seulement idéologique ? Cette confrontation brutale à la réalité d’une société capitaliste, à son présent, ne nous contraint-elle pas à saisir sa critique sur un autre plan que celui de l’idéologie ? N’avons-nous pas à opposer à cette réalité une autre réalité ? Par sa référence au mouvement zapatiste, c’est bien cette question qu’aborde de biais le livre de Jérôme Baschet (et c’est là un des mérites du livre), mais sans la poser directement en ces termes.

(*) De la ZAD à ZOMIA ► Pouvoir dire NON et donc refuser d’être gouvernés !… de ZAD à ZOMIA ?…

Conseils de lectures connexes en version PDF ;

James C.Scott, 2009 ► L’Art de ne pas être gouvernés ! Une histoire anarchiste des Hauts-Plateaux d’Asie du Sud-Est ;

James C.Scott, 2017 ► Contre le grain : une histoire profonde des premiers États ;

Et cette page de mon blog : ORIGINE & CRITIQUE DE L’ÉTAT

▼▼▼▼

En parfaite adéquation avec l’appel POUR la formation d’un 3RI et qui démontre que lutter contre la malfaisance régnante que nous savons être l’Empire anglo-américano-christo-sioniste, c’est lutter contre TOUS les empires ;

Je rajoute l’appel au soutien de Gaza du FPLP = Front Populaire de la Palestine – Source Comité Valmy via R71

Le Front populaire de libération de la Palestine appelle à une action urgente les amis de la Palestine, les mouvements pour la justice et la libération et les communautés arabes et palestiniens partout dans le monde pour se tenir aux côtés de Gaza sous l’attaque en ce moment critique. Nous lançons cet appel en l’honneur et dans le deuil de nos deux héroïques camarades, Mohammed al-Tatari et Mohammed Odeh, martyrisés aujourd’hui par les forces d’occupation sionistes qui les ont attaqués alors qu’ils combattaient pour la liberté de leur terre, la Palestine et tout son peuple.

Ce meurtre aux mains des forces coloniales intervient après une attaque hier, dans laquelle les forces sionistes cherchaient à envahir la bande de Gaza dans une opération secrète pour enlever ou assassiner des dirigeants de la résistance palestinienne. Les sionistes ont tué 7 palestiniens qui sont morts en combattant pour défendre leurs terres – mais la résistance palestinienne n’ a pas laissé ces crimes impunis. La résistance a tenu bon, en luttant héroïquement contre une des puissances les plus lourdement armées du monde et en portant des puissants coups aux assassins et meurtriers.

Ce soir, les bombes sont une fois de plus en train de frapper Gaza. Les forces sionistes canonnent et bombardent les stations de télévision et les universités, et menacent de commencer à attaquer une fois de plus des hôpitaux. C’est là le dernier assaut militaire vicieux dirigé contre les Palestiniens dans la bande de Gaza, après les guerres de 2009, 2012 et 2014 et les innombrables bombardements et assassinats, au milieu de 11 ans d’un siège brutal et impitoyable.

Cette attaque est une tentative pour réprimer les réalisations de la Grande Marche du Retour, dans laquelle des milliers de Palestiniens de Gaza ont exigé leur droit fondamental au retour et la rupture du siège. Contre ce mouvement populaire, les forces sionistes ont laché leurs tireurs d’élite, causant la mort de plus de 200 manifestants palestiniens. Malgré toutes ces agressions, les Palestinien de Gaza restent engagé dans la résistance, ils refusent d’abandonner leurs défenseurs et restent inébranlables dans la lutte pour le retour et la libération.

Les Palestiniens de Gaza ne sont pas seuls ! Et ils ne doivent pas être laissés seuls. Cette attaque n’a pas été effectuée par l’occupation israélienne seule, mais par les puissances impérialistes, comme les États-Unis, la France et la Grande-Bretagne qui arment et soutiennent autant qu’elles peuvent l’État colonial raciste. Les régimes arabes réactionnaires qui complotent comment démanteler les droits et l’existence des Palestiniens tout en faisant pleuvoir la destruction et la mort sur le Yémen sont aussi complices de cette attaque.

Maintenant est le temps d’agir. Envahissez les rues et les places, organisez-vous, manifestez, protestez et mobilisez pour vous montrer du côté du peuple palestinien de Gaza sous l’attaque, qui continue de résister malgré tous les obstacles. Renforçons le boycott d’Israël et faisons face à l’impérialisme partout où il existe. Soutenons le peuple palestinien, la résistance palestinienne et la cause palestinienne – la lutte pour le retour et la lutte de libération, du fleuve jusqu’ à la mer !

Front populaire de libération de la Palestine

Voilà pourquoi je pense que lutter contre l’Empire Zunien ou du Goulag Levant c’est lutter contre TOUS les empires car c’est le même procédé à l’œuvre partout depuis des millénaire, mis au point par le Vatican, la City de Londres & Washington D.C.

Nous pouvons décider ENSEMBLE d’allumer nos petites flammes intérieures, celles capables d’embraser l’empire, puis une fois formé ce Réseau de Résistance et de Rébellion International ; TOUS LES EMPIRES…

Dans les mots de ZénonNAKBA – Lettre ouverte aux peuples du Monde…

Pour que tout s’ajoute, tout se transforme et plus rien, ni personne, ne se perdent…

JBL1960

COLONS ! Arrêtez de jouer avec nous ! Par Mohawk Nation News

Arrêtez de nous emmerder… Aussi !

Résistance71 a traduit l’article de Mohawk Nation News du 6 novembre 2018 ► http://mohawknationnews.com/blog/2018/11/06/stop-messing-with-us/

Et donne en préambule les mots forts de Crazy Horse Cheval Fou, chef de guerre Oglala que vous pouvez retrouver dans ce PDF N° 45 de 42 pages parce qu’une autre voie est possible, toujours ; La Voie Lakota & l’Aventure Crazy Horse !

Après avoir souffert au-delà de la souffrance, la nation rouge se relèvera de nouveau et ce sera alors une bénédiction pour un monde devenu bien malade. Un monde empli de promesses brisées, d’égoïsme et de séparations. Un monde se languissant de lumière. Je vois une époque de sept générations lorsque toutes les couleurs de l’humanité se rassembleront sous l’arbre sacré de la vie et la terre entière redeviendra de nouveau un cercle unique. Ce jour là, il y aura ceux parmi les Lakota qui porteront la connaissance et la compréhension de l’unité parmi tous les êtres vivants et les jeunes gens blancs viendront vers ceux de mon peuple pour leur demander de leur dispenser leur sagesse. Je salue la lumière dans tes yeux, là où réside l’univers entier. Car quand tu es au centre de toi-même et que je suis également en cet endroit en mon sein, alors nous serons un.”

~ Tasunke Witko, Crazy Horse, Cheval Fou, chef de guerre Oglala ~

Une fois qu’une goutte d’eau suinte à travers le barrage, une fois qu’une brique se détache d’un grand édifice, une fois qu’une maille devient lâche dans le filet le plus solide – le barrage éclate, l’édifice tombe, le filet se détisse.”
~ Léon Tolstoï ~

En version PDF N° 37 de 26 pages Le moins connu mais néanmoins sublime de chez Tolstoï

▼▼▼

Arrêtez de nous emmerder !

Mohawk Nation News | 6 novembre 2018 | Traduit de l’anglais par R71

Les peuples naturels de l’Île de la Grande Tortue suivent les instructions de la Nature afin de nourrir et de prendre soin de leurs familles, de vivre en paix où que ce soit. Ces frontières corporato-coloniales mises en place par les envahisseurs sont faites pour empêcher les envahisseurs de circuler librement, pas nous. Ils sont venus ici d’autres parties du monde.

Nous, les véritables peuples natifs naturels de l’île de la Grande Tortue ne sommes pas des immigrants ! Notre famille qui voyage du sud vers le nord traverse notre terre [à tous]. Ils peuvent venir de la façon qui leur plaît, par avion, par train, bateau, voiture ou en mettant un pied devant l’autre.

Ces entreprises coloniales nous veulent comme main d’œuvre à très bon marché et travailler pour l’immigrant [NdT : chrétien-européen aujourd’hui sous domination sioniste autre grand projet colonial en une autre partie du monde sous domination…]. Ces intrus immigrants n’ont absolument aucun droit de les renvoyer, de les empêcher de passer, de les accuser faussement d’être natifs ou de les chasser pour faire ce que nous avons parfaitement le droit de faire. Les immigrants européens sont les criminels et n’ont aucun droit de nous stopper ni d’interférer avec nous et notre libre usage de nos territoires.

Peuples natifs vous êtes famille. Chaque chose sur l’Île de la Grande Tortue, du pôle nord à la pointe sud du continent est notre maison. En tant que membres de la même famille nous devons nous soutenir les uns les autres ainsi notre famille peut continuer de vivre sur notre terre-mère.

Repoussons la propagande colonialiste qui a maintenu notre grande famille séparée, une fois de plus, nous sommes un peuple et nous nous préoccupons les uns des autres.

Tout comme R71, et la Nation Mohawk ici,  je pense que l’avenir de l’humanité passe par les peuples occidentaux émancipés de l’idéologie et de l’action coloniales, se tenant debout, main dans la main avec les peuples autochtones de tous les continents afin d’instaurer l’harmonie de la société des sociétés sur terre.

Car il n’y a pas de solutions au sein du système, n’y en a jamais eu et n’y en aura jamais !

Aussi démontrons que nous sommes capables de remplacer l’antagonisme à l’œuvre depuis des millénaires qui, appliqué à différents niveaux de la société empêche l’humanité d’embrasser sa tendance naturelle à la complémentarité, facteur d’unification de la diversité dans un grand Tout socio-politique organique : La société des sociétés.

Et si pour beaucoup c’est une utopie, je rappelle les mots du Sous-Commandant Marcos dans Paroles Zapatistes d’hier et d’aujourd’hui ;

Utopie : « Je demande qu’on me dise s’il y a jamais eu un progrès social dans l’histoire du monde qui n’ait d’abord été considéré comme une utopie avant de voir le jour. Non, il n’y a jamais rien eu de tel. » (Marcos, le maître des miroirs, Mille et une nuits, 1999)

Car aujourd’hui ;

Nous continuons à marcher avec deux pieds : la rébellion et la résistance, le non et le oui ; non au système et oui à notre autonomie, ce qui signifie que nous avons à construire notre propre chemin vers la vie. Il se fonde sur certaines des racines des communautés originaires (ou indigènes) : le collectif, l’entraide mutuelle et solidaire, l’attachement à la terre, le fait de cultiver les arts et les sciences, la vigilance constante contre l’accumulation de richesses. Cela, ainsi que les sciences et les arts, c’est notre guide. C’est notre « façon », mais nous pensons que dans d’autres histoires et identités, c’est différent. C’est pourquoi nous disons que le zapatisme ne peut pas être exporté, pas même sur le territoire du Chiapas, mais que chaque calendrier et chaque géographie doit suivre sa propre logique.

C’est pourquoi ; Je me lève POUR appeler à la formation d’un RÉSEAU DE RÉSISTANCE & DE RÉBELLION INTERNATIONAL ; CONTRE la société marchande ◄► Le système capitaliste !

OUI un autre monde est possible, celui où le peuple dirige et le gouvernement obéit !

Mais pour créer cette société des sociétés nous devons d’abord dire NON ! ¡YA BASTA! À la malfaisance régnante que nous savons être le Vatican, la City de Londres et Washington D.C.

ENSEMBLE ! Le plus possible en tout cas car la majorité n’est pas à convaincre la solution à 10 / 15% de la population mondiale motivée, opiniâtre, convaincue est tout ce dont nous avons besoin…

Dans cette page de mon blog vous pouvez retrouver tous les textes essentiels en version PDF pour affuter notre réflexion et la rendre tranchante comme une lame ► LES PDF de JBL1960

Les 3 derniers pour RÉSISTER efficacement au plus grand fléau de l’humanité le COLONIALISME et ce par quoi il arrive toujours = l’ÉTAT !

    1. Discours sur le colonialisme, d’Aimé Césaire
    2. Feu & Parole d’un peuple qui dirige et d’un gouvernement qui obéit, Chiapas, EZLN
    3. Peau Noire, Masques Blancs, de Frantz Fanon

 

Puisque nous savons comment EFFONDRER le colonialisme sans arme ni haine ni violence !

JBL1960

« Peau Noire, Masques Blancs » Frantz Fanon, 1952 ; Texte intégral dans une nouvelle version PDF

Pour (re)lire ou (re)découvrir la célèbre analyse anti-coloniale de Frantz Fanon*, « Peau noire, masques blancs », publié en 1952 dans une toute nouvelle version PDF conjointement avec Résistance71 et pour RÉSISTER efficacement au colonialisme ;

Frantz Fanon « Peau Noire, Masques Blancs » publié en 1952

Version PDF N° 80 de 135 pages

*Frantz Fanon (1925-1961) est un psychiatre martiniquais, philosophe, pan-africaniste et marxiste humaniste qui fut un fervent soutien à l’indépendance de l’Algérie. Très proche du FLN, il fut expulsé d’Algérie en 1957. Grand spécialiste de la décolonisation, il meurt de leucémie en exil volontaire à New York en 1961.  Il est enterré à Aïn Kerma en Algérie sous le nom d’Ibrahim Fanon.

▼▼▼

Et dans la suite du Discours sur le colonialisme, d’Aimé Césaire, auquel Fanon fait référence à de très nombreuses reprise et dont j’ai réalisé la version PDF également.

▼▼

Mais surtout en parfaite adéquation avec l’appel lancé par l’EZLN POUR une formation d’un Réseau de Résistance et de Rébellion International CONTRE la société marchande ► le Système capitaliste ; que je relaye par ma toute petite voix, et que j’amplifie de toute mon âme, de toute ma force de grain de sable ► PROPOSITIONS de l’EZLN POUR un Réseau de Résistance et de Rébellion International CONTRE la société marchande ;

Analyser, comprendre, penser, agir

Ensemble !

ICI & MAINTENANT & D’OÙ NOUS SOMMES

Pour espérer voir se lever l’aurore de la société des sociétés

Ce nouveau paradigme avec des peuples qui dirigent et les gouvernements qui obéissent

Nous tous, les peuples autochtones, les occidentaux, les peuples kanaks

HORS LE SYSTÈME ► HORS L’ÉTAT ET SES INSTITUTIONS

HORS L’EMPIRE COLONIAL

JUSTE NOUS

JBL1960

Chiapas, Feu et Parole d’un peuple qui dirige et d’un gouvernement qui obéit… (L’essentiel de l’EZLN en version PDF)

Chiapas, Feu & Parole d’un peuple qui dirige et d’un gouvernement qui obéit, EZLN ►Version PDF N° 79 de 218 pages

Je vous propose une compilation des textes majeurs, en français, de l’EZLN et du Comité National Indigène, publiés par Résistance 71 depuis 2011/2012 jusqu’à ce jour et que j’ai présentée comme suit ;

AVANT-PROPOS de RÉSISTANCE 71 ► Page 4

L’effort d’adaptation du mouvement zapatiste du Chiapas nous montre le chemin ► Page 24

Hommage de l’EZLN du Chiapas à ses maitres indiens des Amériques ► Page 33

20ans d’insurrection au Chiapas, EZLN petit bilan ► Page 39

Autonomie politique et Autogestion modernes vues de l’intérieur ► Page 47

Résistance politiques à l’oligarchie mondiale, les Zapatistes montrent la voie ► Page 55

Un exemple de société autogérée non pyramidale, non coercitive depuis 1994 ► Page 60

Autonomie, autogestion et leçon politique des indiens du Chiapas ; Au Revoir Marcos et Merci ! ► Page 65

Paroles et faits autogestionnaires, comment en finir avec le processus électoral

inique, EZLN ► Page 77

Résistance politique et organisation second niveau de la Escualita Zapatista ► Page 93

Message d’Union de l’EZLN ► Page 101

Résistance au colonialisme : Un message de la nuit de 500 ans ► Page  118

Et pendant ce temps, dans les communautés zapatistes ► Page 120

Communiqué EZLN & Conseil National Indigène, janvier 2017 ► Page 132

Visions politiques : L’Abécédaire du subcomandante insurgente Marcos ► Page  141

Vision zapatiste de l’histoire et symbiose politique ► Page 150

Propositions de l’EZLN pour un Réseau de Résistance et de Rébellion International

contre la société marchande – 1ère Partie ► Page 161

Une ferme, un monde, une guerre, la nécessité d’un Réseau de Résistance

International – 2ème Partie ► Page 169

Une ferme, un monde, une guerre la nécessité d’un Réseau de Résistance

International – Suite & Fin ► Page  186

 Parallèle entre Chiapas & Rojava ► Page  206

 Lectures complémentaires proposées par R71 ► Page 218

J’ai réalisé ce PDF, pour en permettre une impression économique en recto/verso et article par article et bien entendu ceux qui voudront passer l’Avant-Propos de Résistance 71, dans un premier temps, le pourront.

Ce long AVANT-PROPOS et sa bibliographie propre [NdJBL ; Faisant référence au Discours sur le colonialisme d’Aimé Césaire, j’en ai réalisé une version PDF et l’ai intégrée en lien], cependant, permet de comprendre pourquoi nous sommes légitimes, TOUS, dans cet ICI et ce MAINTENANT et d’OÙ NOUS SOMMES, indigènes et non-indigènes, tous colonisés, à répondre présent à la proposition de l’EZLN du Chiapas, d’internationaliser et de coordonner les mouvements de résistance à la dictature de la marchandise qui croît de jour en jour dans sa répression et sa violence systémique partout dans le monde.

TOUS, levons-nous, POUR appeler à la formation d’un RÉSEAU DE RÉSISTANCE & DE RÉBELLION INTERNATIONAL ; CONTRE la société marchande ◄► Le système capitaliste !

Alors nous continuons à descendre pour voir comment résistent (avec d’autres organisations, groupes et collectifs), nos communautés — aujourd’hui une partie de la direction collective de l’EZLN est là avec nous, quatre-vingt-dix commandantes et commandants ; ils sont plus, mais ce sont ceux qui nous accompagnent cette fois en l’honneur de votre visite (la visite des réseaux).

Nous continuons à marcher avec deux pieds : la rébellion et la résistance, le non et le oui ; non au système et oui à notre autonomie, ce qui signifie que nous avons à construire notre propre chemin vers la vie. Il se fonde sur certaines des racines des communautés originaires (ou indigènes) : le collectif, l’entraide mutuelle et solidaire, l’attachement à la terre, le fait de cultiver les arts et les sciences, la vigilance constante contre l’accumulation de richesses. Cela, ainsi que les sciences et les arts, c’est notre guide. C’est notre « façon », mais nous pensons que dans d’autres histoires et identités, c’est différent. C’est pourquoi nous disons que le zapatisme ne peut pas être exporté, pas même sur le territoire du Chiapas, mais que chaque calendrier et chaque géographie doit suivre sa propre logique.

Et ce n’est pas non plus un exercice très encourageant : nos possibilités sont minimes.

On n’approche même pas, il s’en faut de beaucoup, les 30 millions.

On n’est peut-être que 300.

Extrait de ; Une ferme, un monde, une guerre la nécessité d’un Réseau de Résistance International, en page 186 du PDF et publié par Résistance 71 le 11 octobre dernier ► ANALYSE POLITIQUE : La nécessité d’un Réseau de Résistance International

Retrouvez tous les Textes Fondateurs (en versions PDF que j’ai toutes réalisées) pour un changement de paradigme dans cette page de leur blog ► https://resistance71.wordpress.com/textes-fondateurs-pour-un-changement-politique/

▼▼▼

Aussi, soyons du bon côté de l’histoire et faisons partie de ces 300 !

300 individus conscients et debout seront plus dangereux pour le pouvoir en place que 30 000 individus et soumis ou même que 30 millions…

NON au Système ► OUI à l’Autonomie !

JBL1960

Parce qu’Il suffit de dire NON ! Ensemble…

Voici qui nous sommes ;
L’Armée Zapatiste de Libération Nationale.
La voix qui s’arme pour être entendue.
Le visage qui se cache pour être vu.
Le nom qui se cache pour être nommé.
L’étoile rouge qui appelle l’humanité et le monde, pour être entendue, vue et nommée.
Le demain à être moissonné dans le passé.

Derrière notre masque noir,
Derrière notre voix armée,
Derrière notre nom innommable,
Derrière nous, que vous voyez,
Derrière nous, nous sommes vous.

Derrière, nous sommes les mêmes femmes et hommes ordinaires,
Qui se répètent dans toutes les races,
Peints de toutes les couleurs,
Parlant dans toutes les langues,
Et vivant dans tous les endroits.
Les mêmes femmes et hommes oubliés.
Les mêmes exclus,
Les mêmes intolérés,
Les mêmes persécutés,
Nous sommes vous.

Derrière nous, vous êtes nous.
Derrière notre masque se trouve le visage de toutes les femmes exclues,
De tous les indigènes oubliés,
De tous les jeunes méprisés,
De tous les migrants battus,
De tous ceux emprisonnés pour leurs paroles et leurs pensées,
De tous les homosexuels persécutés,
De tous les travailleurs humiliés,
De tous ceux morts par négligence,
De tous les femmes et hommes ordinaires,
Qui ne comptent pas,
Qui ne sont pas vus,
Qui sont sans nom,
Qui n’ont pas de lendemain

Nous sommes les Zapatistes.
Nous vous avons invité pour que nous puissions nous parler,
Pour que vous voyez tout ce que nous sommes.

~ Comité Indigène Révolutionnaire Clandestin, depuis les montagnes du sud-est mexicain, le 27 juillet 1996 —

(Traduction Résistance 71 )