La véritable Goshen par le Dr. Ashraf Ezzat + Version française PDF

Egypt-knew-no-Pharaohs-nor-Israelites-new-cover-art-10-795x470

« Souvent considérée comme acquise et tout bonnement oubliée, la terre de Goshen restera une incohérence flagrante dans le récit biblique sur l’Exode ».

exodus-2-resized

Ashraf Ezzat – 9 mai 2022 – URL de l’article source en anglais ► https://ashraf62.wordpress.com/2022/05/09/goshen-of-arabia-delivering-egypt-out-of-the-exodus/

Traduit avec DeepL.com – Complétée & Enrichie par JBL1960

Si l’Exode des Israélites est un récit historique, il ne s’est sûrement pas déroulé dans l’Égypte ancienne…

La Bible hébraïque est un livre de géographie mal interprétée et l’Arabie antique, et non la Palestine actuelle, est la terre biblique perdue. Cela peut être un peu difficile à digérer au début, mais ne vous méprenez pas : l’Arabie antique est la patrie de toutes les histoires israélites, et surtout de l’Exode.

Abrahim ou Ivrahim en arabe et en hébreu, Joseph/Youssef, Moïse/Musa, Salomon, David/Dawood, Néhémie et Zacharie sont tous des noms d’anciens personnages patriarcaux arabes enveloppés dans un mythe lointain plus que dans l’histoire réelle.

Saviez-vous que la reine de Saba qui a vécu l’aventure biblique la plus intrigante avec le roi Salomon était un monarque yéménite ? en d’autres termes, une ancienne reine arabe.

Et si la reine de Saba avait contrôlé la route commerciale de l’encens dans l’Arabie antique, où se situerait le royaume juif, géographiquement parlant ? Il faut cependant garder à l’esprit que la Jérusalem actuelle ne se trouvait pas sur l’ancienne route du commerce de l’encens.

La terre qui s’étend du Sud-Ouest de l’Arabie au Nord du Yémen est la terre biblique perdue de la tribu des Cannan, la vraie Jérusalem (Bet Salem), Gesem (Goshen d’Arabie), et surtout, Mizraim (interprétée à tort comme la terre de l’Égypte ancienne).

Ce que les spécialistes de la Bible ignorent, [NdJBL : volontairement ?] c’est que les histoires bibliques des Israélites ne sont que du folklore et de la mythologie arabes anciens. Il s’agit d’anciennes traditions orales arabes qui n’ont rien à voir avec la Bible ou le Testament, qu’il soit Ancien ou Nouveau. Plus important encore, ces anciens contes arabes n’avaient absolument rien à voir avec l’Égypte ancienne et ses rois.

Lier les histoires des Israélites à l’Égypte ancienne est tout simplement faux et trompeur. Le faux lien entre les deux doit être défait. Toute l’histoire de l’ancien Proche-Orient restera tordue et ambiguë tant que l’Égypte ancienne ne sera pas dissociée des histoires et des fléaux israélites.

L’un des mots-clés de l’histoire de l’Exode est Goshen. Souvent considéré comme acquis et tout simplement négligé, Goshen restera une incohérence flagrante dans le récit biblique de l’Exode.

Le pays de « Goshen » est désigné dans la Bible hébraïque comme le lieu d’Égypte donné aux Israélites par le pharaon Joseph (Genèse 45:9-10), et le pays d’où ils ont ensuite quitté l’Égypte au moment de l’Exode.

Il est réconfortant d’assister récemment à une tendance occidentale croissante qui reconnaît l’Arabie Saoudite et non l’Égypte comme la terre originelle de la montagne de Moïse… Après tout, dans Galates 4:25, l’apôtre Paul avait confirmé que le Sinaï est une montagne de l’Arabie ancienne, et non de l’Égypte. C’est un pas en avant vers la réalisation de la vérité cachée derrière l’histoire de l’Exode. Cependant, d’autres recherches doivent être menées pour que l’histoire de l’Exode puisse enfin sortir de l’Égypte ancienne.

Pour des raisons de commodité, et puisque les biblistes et les historiens ont dû la situer en Égypte, le nom du roi Ramsès II et de sa ville a été l’un des principaux prétendants au titre de terre biblique de Goshen. Une supposition hasardeuse qui s’est également avérée sans fondement archéologique, car la terre de Ramsès dans la Bible hébraïque est simplement une traduction défectueuse.

« Joseph plaça son père et ses frères, et leur donna une possession dans le pays de Mizraïm (Égypte), dans la meilleure partie du pays, dans le pays de Ramsès, comme Pharaon l’avait ordonné » Genèse 47:11.

Heureusement, nous savons beaucoup de choses sur la ville de Ramsès, l’actuelle Tell el-Daba (Avaris), dans le Nord-Est du delta du Nil, puisqu’elle fait l’objet de fouilles presque continues depuis 1966. Quels documents historiques y ont été trouvés pour corroborer l’histoire de l’Exode à l’ancienne Ramsès ? Exactement rien.

Si les Israélites ont vécu en Égypte pendant près de 430 ans, les archéologues auraient dû tomber sur un trésor de pièces israélites dans l’ancienne ville de Ramsès, mais là encore, rien n’a été trouvé.

Il semble que les archéologues bibliques creusent au mauvais endroit. C’est la vérité cachée derrière le silence persistant de l’Égypte au sujet de l’Exode, des dix plaies ou de tout autre Israélite, d’ailleurs.

L’absence de toute découverte archéologique permettant de valider l’historicité de l’Exode est un fardeau si lourd qu’il ne devrait pas reposer exclusivement sur les épaules des archéologues. Les spécialistes de la Bible et la façon dont ils interprètent le langage de la Bible sont à blâmer ici en premier lieu.

Presque tous les biblistes lisent une version traduite et déformée de la Bible hébraïque qui a été soumise à de nombreuses translittérations et variations. Rares sont ceux qui reviennent à l’ancienne version hébraïque/araméenne ou même à la version grecque, appelée la Bible Septante / La Septante, puisqu’elle a été la première et la plus ancienne à être traduite en grec au 3e siècle avant J.-C.. Cela dit, je peux affirmer sans me tromper que toutes les traductions occidentales se sont principalement appuyées sur la Septante comme source principale.

Selon la Septante, Gosen est spécifiquement située non pas en Égypte, ou dans la ville de Ramsès comme le spéculent les biblistes, mais étonnamment au cœur de l’Arabie.

Dans Gen 45:10, Joseph dit à ses frères : « Vous vous installerez dans le pays de Gosen d’Arabie (Gesem dans la Septante), et vous serez près de moi, vous, vos enfants et les enfants de vos enfants, ainsi que vos troupeaux, vos bêtes et tout ce que vous avez. »

Le mot Gosen n’est utilisé que dans les textes massorétiques. Tous les autres textes, comme la Septante et la Vulgate, considèrent ce mot comme une variante du mot arabe « Gesen », comme la région saoudienne de Gizan (au nord-ouest du Yémen) qui porte encore aujourd’hui le même nom biblique.

Pour faciliter la compréhension de mon propos, supposons que ce Goshen soit situé, comme le supposent les biblistes, dans la partie Nord-Est de l’Égypte. Les Israélites ont vécu sous la tyrannie dans ce pays égyptien de Goshen et, lorsque le moment de leur exode miraculeux est arrivé, les Israélites se sont enfuis de Goshen pour ne plus jamais y revenir.

Appliquons ici le bon sens, indépendamment de l’emplacement exact de Gosen sur la carte du monde antique.

Plus de deux millions d’Israélites fuyant pour sauver leur vie n’auraient pas pu retourner sur la terre de leur esclavage et de leur souffrance.

Je veux dire qu’après l’accomplissement du miracle de l’Exode israélite, le mot « Gosen » ne devrait plus apparaître une seule fois dans la Bible hébraïque. Goshen devrait être définitivement enterrée, n’est-ce pas ?

Mais étrangement, ce n’est pas ce que nous rencontrons lorsque nous examinons d’autres livres de la Bible hébraïque. Goshen ne cesse d’apparaître dans le discours, ici et là, tout au long de la Bible hébraïque. La réapparition de Gosen dans les écritures hébraïques indique une autre géographie pour les histoires israélites que l’Égypte ancienne.

L’un des exemples les plus amusants se situe juste après que Moïse ait fui le Gosen égyptien et ait erré dans le Sinaï pendant 40 ans. Peu après la mort de Moïse, Josué prend le commandement et conduit les Israélites dans une série de guerres génocidaires contre les soi-disant Cananéens.

Mais ensuite,  dans  le livre de Josué, nous rencontrons cet étrange verset ; Selon Josué 10:41 et 11:16, “Josué a conquis tout le pays de Gosen qui était dans la région de Gaza et de Kadeshbarnea”.

Voilà qui laisse un peu perplexe. Si les Israélites avaient miraculeusement fui Gosen, alors comment se fait-il que Josué entre en guerre contre son peuple ? Cela n’a pas de sens. Premièrement, le peuple de Goshen est constitué des Israélites, et deuxièmement, les Israélites avaient déjà fui Goshen et ne devaient pas y revenir une fois de plus.

Un autre détail bizarre est que le livre de Josué décrit Goshen comme étant situé dans le pays de Gaza et un endroit nommé « Kadeshbarnea » … et non dans le delta oriental de l’Égypte. C’est étrange, non ? Plutôt étrange, je suppose.

Cependant, l’étrangeté ne s’arrête pas là. Dans le livre de Néhémie, nous rencontrons à nouveau la mention de Gosen.

« Mais lorsque Sanballat, le Horonite, et Tobija, le serviteur, l’Ammonite, et Geshem/Goshen, l’Arabe, l’entendirent, ils se moquèrent de nous, nous méprisèrent, et dirent : Quelle est cette chose que vous faites ? vous révolterez-vous contre le roi ? ». Néhémie 2:19

Dans ce livre, Néhémie raconte ses efforts pour reconstruire le temple après son retour à Jérusalem de la captivité babylonienne. Il effectue des travaux de rénovation du temple dont les murs ont été brisés et les portes brûlées.

Néhémie consulte les anciens des clans pour essayer de les persuader de contribuer à la réparation du temple endommagé. Au lieu de cela, ils se sont moqués de lui et sont devenus réticents car ils craignaient que le roi de Babylone ne soit contrarié par cette entreprise de rénovation du temple israélite.

Ce qui est étrange, c’est que l’un des chefs de clans consultés par Néhémie est le chef de Gosen d’Arabie. Une fois de plus et après l’Exode de presque mille ans, nous trouvons la Bible hébraïque parlant de Gosen d’Arabie.

Maintenant, pour résoudre ce dilemme, nous devons cesser de considérer « Goshen » comme une ville ou une terre de l’ancienne Égypte. Il est impossible que des milliers d’Israélites qui viennent de fuir l’Égypte, le pays où ils ont été réduits en esclavage, fassent demi-tour sous la direction de Josué et retournent là où le travail et la tyrannie les attendent à nouveau. Cela défie tout simplement toute logique.

Une fois de plus, et après presque 1000 ans, nous trouvons Néhémie en train de négocier avec le chef du Gosen d’Arabie, le même pays où les anciens Israélites ont été captivés. C’est bizarre, surtout pour ceux qui lisent et essaient d’interpréter la Bible hébraïque.

La réapparition de Goshen dans Néhémie donne lieu à deux options : soit les Juifs avaient envahi l’Égypte ancienne, un scénario très amusant et des plus improbables, soit cette terre de Goshen est située dans une géographie différente comme dans l’Arabie ancienne, en d’autres termes, la terre biblique perdue.

Goshen n’était pas une terre de l’Égypte ancienne mais se trouve au cœur de l’Arabie, où d’autres villages et tribus bibliques, comme les Cananéens, sont situés à proximité les uns des autres et pas très loin du royaume yéménite de Saba et de l’ancienne route commerciale de l’encens.

Cela dit, il ne sera pas si étrange de constater que « le pays de Gosen » refait sans cesse surface dans différents livres de la Bible hébraïque… car il s’agit tout simplement d’un lieu authentique de la géographie biblique arabe (perdue).

Tant que nous n’aurons pas déplacé les récits israélites de l’Égypte ancienne et que nous ne les aurons pas replacés dans leur véritable géographie, le Gosen d’Arabie continuera à intriguer les historiens et les érudits comme l’une des incohérences les plus flagrantes de la Bible.

Ashraf Ezzat

Pour en savoir plus sur l’origine arabe des récits israélites, lisez le livre Kindle d’Ashraf Ezzat « Egypt knew neither Pharaoh nor Moses«  / L’Égypte antique n’a jamais connu ni Pharaons ni Israélites… disponible sur Amazon https://www.amazon.fr/Egypt-knew-Pharaohs-Israelites-English-ebook/dp/B00U8VK8JE

▼▼▼

La version française au format PDF entièrement consacré aux différents écrits d’Ashraf Ezzat et incluant de larges extraits du livre l’Égypte n’a jamais connu ni Pharaons ni Israélites est le tout premier que j’aie réalisé en décembre 2016 et offert, pour les remercier de toutes leurs traductions, à Résistance71 et tout premier d’une très longue liste tant ce format s’est révélé un formidable et redoutable outil de diffusion et de partage que nous vous proposons en lecture, téléchargement, impression libres et gratuits, tant nous considérons, chacun dans notre style, sans se connaitre, que l’information doit être accessible à tous gratuitement.  Dans une même démarche, nous pensons que TOUT ce qui participe du développement de l’Humanité et de l’Éveil de nos consciences DOIT nous être accessible à toutes et tous, gratuitement !

Et c’est pour en avoir discuté avec d’autres lanceurs d’alerte, que nous considérons qu’il n’est plus temps d’alerter, mais bien, chacun dans son domaine d’expertises, D’EXPOSER LES PREUVES et ainsi DIRE LES VÉRITÉS et FAIRE TOMBER TOUTES LES MASCARADES toujours en cours.

Car c’est précisément grâce aux travaux de recherches et écrits du Dr. Ashraf Ezzat que nous pouvons affirmer et documenter qu’il n’y a pas plus de Nouveau peuple élu d’un Nouveau-Monde, que Jérusalem n’est la capitale de l’Israël Biblique. Ezzat qui ne dit jamais que l’histoire de la Bible est une invention cependant que sur le terrain archéologique, tout tend à inverser le récit biblique et à prouver, pour le moins que la location géographique de cette histoire n’est pas la bonne. Et qu’il ne faut pas chercher en Égypte ou en Palestine des traces de  l’Exode ou du Palais de Salomon mais dans le Sud de l’Arabie Saoudite et au Yémen.

Avec ces preuves supplémentaires en mains : NOUS sommes en capacité de dire et d’exposer au grand jour les mensonges, les méfaits et les crimes des Entreprises, Gouvernements, États et toutes autres entités privées. Nous pouvons aller aussi loin que possible dans la recherche de la vérité sur de nombreux sujets, comme celui, phare de mon blog du génocide des Natifs et Peuples premiers depuis 1492 sur l’île de la Grande Tortue plus spécialement, mais plus largement sur tous les continents et selon la même Doctrine chrétienne de la Découverte, qu’Ezzat démontre comme une falsification biblique.

Qui trouve son pendant, en France ;

  1. Avec la migration forcée de 1963 à 1982 de plus de 1600 enfants réunionnais vers 64 départements français dite Affaire des Enfants de la Creuse, car celui par qui le scandale est advenu,  Jean-Jacques Martial, y avait été placé en famille d’accueil chez des paysans. Sous l’impulsion du Gouvernement français : grâce à la complicité de l’Église catholique romaine, et de l’État.
  2. Avec la PLANdémie PLANétaire PLANifiée en cours, de Murder By Decree aux USA de 1820 à 1980, de 1840 à 1996 au Canada dans les Pensionnats pour Indiens au Meurtre Par Décrets en France, tant les preuves sont nombreuses d’une même organisation et planification pour cibler une population donnée et la nier en vue de son extermination/génocide hier, sa réduction par la vaccination à ARNm aujourd’hui.

AMENSONGE VERITE

Et les uns et les autres, nous avons donné, pour le moins, toutes les preuves de l’utilisation de la crise sanitaire courante comme d’un outil de notre domestication et de notre domination, que vous pouvez retrouver dans mon DOSSIER SPÉCIAL CORONAVIRUS que je tiens à jour et en ce moment les révélations s’abattent, pourrait-on dire, comme “les plaies sur l’Égypte”…

Aussi, pour faire exploser les vérités archéologiques, historiques, scientifiques, sociobiologiques, anthropologiques et politiques ; Devenons nous-mêmes ces petits détonateurs pour exploser tous les mythos, les dogmes, les doctrines, la vérité officielle écrite par les vainqueurs, en créant une chaine de diffusion de ces pépites de vérité qui surgissent tant bien que mal du fatras idéologique qu’est devenu la société du spectacle entretenue par les peuples eux-mêmes en acceptant par démission de leur pensée critique, les fadaises proposées par une oligarchie désormais aux abois, et qui nous le voyons bien, perd totalement les pédales, la preuve avec la réélection-piège-à-cron de MacRon-2nd-en-pire https://jbl1960blog.wordpress.com/2022/05/09/transformons-colere-et-rage-en-courage-pour-nous-lever-ensemble/

Image ci-dessous fournie par RIEN

RENAISSANCE DU POUDRÉ c'est stupéfiant RIEN 100522

Frankistan, 10 mai 2022 : Zapping : Spécial investiture d’Emmanuel Macron 2022 (Vidéo) https://lemediaen442.fr/zapping-special-investiture-demmanuel-macron-2022/

OFF INVESTIGATION Ep. 01 | Affaire Kohler : le scandale qui menace (toujours) Macron (VIDÉO) Conflit d’intérêts, “pantouflage” et optimisation fiscale. Comment Alexis Kohler, actuel secrétaire général de l’Élysée et bras droit d’Emmanuel Macron, a-t-il pu favoriser pendant des années les intérêts de MSC, une compagnie maritime Italo-Suisse contrôlée par une branche de sa famille et dont plusieurs cargos ont été découverts avec d’importantes quantités de cocaïne ?

SPHINX

JBL1960

BIBLIOTHÈQUE PDF

L’Égypte antique n’a jamais connu ni Pharaons ni Israélites Nouvelle version PDF N° 211121 qui passe de 68 à 84 pages N°1 dans ma Bibliothèque de PDF qui en compte plus de 500 https://jbl1960blog.files.wordpress.com/2021/11/dr-ashraf-ezzat-traductions-bibliques-et-falsifications-historiques-maj-novembre-2021-jo-busta-lally.pdf

466 réflexions sur « La véritable Goshen par le Dr. Ashraf Ezzat + Version française PDF »

  1. Le 13 mai 2022, la Fédération de Russie a présenté de nouveaux éléments au Conseil de sécurité relatifs aux programmes de recherche militaire américains en Ukraine.

    Il s’agit notamment des expériences biologiques menées à leur insu sur des malades mentaux ukrainiens à l’hôpital psychiatrique n° 1 (village de Streletchyé, région de Kharkov) et sur l’utilisation délibérée d’un agent tuberculeux pour infecter la population du district de Slavianoserbsk (RP de Lougansk).
    Les documents saisis par la Russie attestent que quatre géants de la pharmacie, les laboratoires Pfizer, Moderna, Merck et Gilead, participaient à ces expériences.
    Intervenant en duplex vidéo, le secrétaire général adjoint des Nations unies chargé du désarmement, Thomas Markram, a assuré que son organisation ignorait tout de ces programmes et ne pouvait elle-même s’en saisir. Il a appelé les participants à résoudre pacifiquement ce problème en utilisant les procédures des articles V et VI de la Charte.
    Au contraire, l’ambassadeur chinois Dai Bing a déclaré que ces éléments effrayants devraient soulever l’inquiétude de toute la communauté internationale.

    Les ambassadeurs des pays membres de l’OTAN ont tous nié les accusations russes et dénoncé de la désinformation.

    https://www.voltairenet.org/article216854.html

    J’aime

  2. J’aime

  3. J’aime

  4. J’aime

  5. J’aime

  6. Nigeria

    73 millions de personnes sur plus de 200 millions ne peuvent plus passer d’appels avec leur téléphone portable car ils n’ont pas fait relier leur carte SIM au numéro d’identification national (NIN) sur lequel sont enregistrées des données biométriques.

    Or ce numéro est désormais nécessaire pour pouvoir voter, ouvrir un compte bancaire, remplir sa déclaration d’impôts, souscrire une assurance santé, ou demander son permis de conduire.

    Il y a 2 ans, l’autorité nigériane de télécommunications avait annoncé que tous les téléphones mobiles actifs seraient reliés au NIN. Le délai fixé à cet effet a été prolongé à plusieurs reprises, mais a finalement expiré fin mars 2022.

    Le gouvernement justifie la prétendue nécessité du NIN, qui existe depuis près de 10 ans par la lutte contre la criminalité et les groupes militants dans le pays.

    J’aime

  7. Cinq nouvelles découvertes archéologiques au Moyen-Orient à couper le souffle – 12 juin 2022 ► https://reseauinternational.net/cinq-nouvelles-decouvertes-archeologiques-au-moyen-orient-a-couper-le-souffle/

    par Adel Hajjar.

    Considérée comme le « berceau de la civilisation », la région continue d’offrir aux chercheurs des indices sur la vie des populations antiques.

    C’est un fait établi que, selon la conception occidentale, la civilisation moderne commence avec les peuples qui vivaient au Proche-Orient et en Égypte il y a environ 6000 ans.

    Ces civilisations ont donné au monde ses premières formes d’écriture, techniques agricoles, ses premiers codes juridiques et idées religieuses qui continuent d’influencer les hommes encore aujourd’hui.

    Témoignage de l’impact considérable des premiers peuples du Moyen-Orient : l’industrie touristique qui s’est développée autour des vestiges qu’ils ont laissés derrière eux et le fait que la plupart des plus grandes universités du monde ont des départements dédiés à l’étude de l’Égypte ancienne et d’autres civilisations, telles que celles des Babyloniens, des Assyriens, des Hébreux et des Perses.

    Cependant, malgré des centaines d’années d’études, les archéologues continuent de faire des découvertes et 2022 se révèle une année particulièrement chargée pour les fans de l’histoire ancienne du Moyen-Orient.

    Middle East Eye passe en revue certaines des découvertes les plus importantes de ces derniers mois :
    1. Sarcophages et statues à Saqqarah, en Égypte

    En mai, des chercheurs ont trouvé une mine d’objets anciens dans la nécropole de Saqqarah, près de la capitale égyptienne Le Caire.

    Cette importante collection archéologique comprenait 250 sarcophages contenant des momies et environ 150 statues et statuettes de dieux égyptiens anciens, dont Isis et Nephthys, datées d’environ -500.

    À peine deux mois plus tôt, des chercheurs avaient mis au jour des tombes sur le même site, qui remontaient à 2700 ans avant notre ère, pendant l’Ancien Empire.

    Saqqarah a servi de lieu de sépulture aux dynasties égyptiennes successives qui vivaient dans leur capitale Memphis, également située dans ce qui est aujourd’hui la région du Grand Caire.

    Le site abrite certaines des plus anciennes pyramides de l’Égypte ancienne, y compris la pyramide de Djéser, vieille de 4700 ans.

    Au cours des millénaires, l’Égypte a abrité de nombreuses civilisations, notamment grecque, romaine, arabe et ottomane ; toutes ont laissé une empreinte sur la culture et l’histoire du pays.

    En avril, des chercheurs du nord-ouest de la province du Sinaï ont mis au jour un temple construit en l’honneur du dieu grec Zeus Kasios, dieu de la météo, sur le site archéologique de Tell el-Farama.

    Des rumeurs selon lesquelles un temple dédié à Zeus était situé dans la région avaient circulé tout au long du XXe siècle, bien qu’aucune fouille n’ait eu lieu jusqu’à récemment.

    À l’époque gréco-romaine, la région nord-ouest du Sinaï était connue sous le nom de Pelusium (Péluse), stratégiquement située près de l’embouchure du Nil.
    2. Une ville autrefois sous les eaux réémerge en Irak

    Après avoir passé plus de deux décennies au fond du réservoir de Mossoul le long du Tigre dans le nord de l’Irak, une équipe d’archéologues kurdes et allemands a découvert une ville de l’âge du bronze vieille de 3400 ans, datant de la période de l’empire Mittani.

    Ce dernier contrôlait de larges pans du nord de la Mésopotamie et de la Syrie entre -1550 et -1350, après quoi l’Empire assyrien moyen domina la région.

    L’Irak est l’un des pays les plus touchés par les effets du changement climatique, et l’assèchement du Tigre, dû à la hausse des températures, a contribué à exposer les vestiges de la ville.

    Les chercheurs rapportent que le site, dont la découverte a été annoncée en mai 2022, comptait une ville étendue avec un palais et de nombreux bâtiments imposants, et suggèrent qu’il pourrait s’agir de l’ancienne cité perdue de « Zakhiku ».

    Les murs du complexe sont en bon état même s’ils sont faits de briques de boue séchées et ont passé plus de 40 ans sous l’eau.
    3. La Jordanie découvre des sculptures en pierre vieilles de 9000 ans

    Dans le désert du sud-est de la Jordanie, des chercheurs français et jordaniens ont fait en février dernier une découverte antérieure au début de la civilisation.

    Le site présente des sculptures rudimentaires de piliers en pierre qui auraient eu une signification spirituelle, ainsi que des pièges en pierre utilisés pour capturer les animaux.

    Les archéologues impliqués disent que le site pourrait être l’une des premières constructions humaines existantes.

    Des ossements d’animaux et des poteries ont également été découverts à proximité et on pense que les piliers et les sculptures indiquent leur utilisation pour les cérémonies sacrificielles.
    4. Un jeu de société vieux de 4000 ans à Oman

    En janvier 2022, une équipe de chercheurs omanais et polonais a découvert des artefacts près du village d’Ayn Bani Saidah, dans une zone dont il a été établi qu’elle abritait des zones de peuplement humain de l’âge du bronze et de l’âge du fer.

    Le plus remarquable dans ces découvertes, c’est un plateau comportant des marques et des trous, probablement utilisé pour jouer à des jeux.

    Le professeur Piotr Bielinski de l’Université de Varsovie a déclaré qu’avec d’autres découvertes dans la région, l’artefact prouvait qu’il s’agissait d’« un site important dans la préhistoire, et peut-être aussi dans l’histoire de tout Oman ».

    Des similitudes avec des découvertes en Mésopotamie suggèrent qu’à l’âge du bronze, les résidents d’Oman et les populations vivant dans ce qui est aujourd’hui l’Irak interagissaient.
    5. Un cimetière romain à Gaza

    Des ouvriers du bâtiment dans le nord de la bande de Gaza creusaient les fondations d’un projet d’habitation lorsqu’ils ont déterré quelque chose qui semblait très vieux et important.

    Ils ont immédiatement appelé des archéologues, lesquels ont confirmé qu’ils avaient trouvé un cimetière romain vieux de 2000 ans et d’une superficie de 50 mètres carrés contenant au moins 20 tombes richement ornées.

    En raison de la forme et des décorations trouvées sur les tombes, elles appartenaient très probablement à des membres de l’élite romaine.

    Les ruines et les artefacts remontent au Ier siècle, lorsque la région faisait partie de la province romaine de Judée.

    Les responsables palestiniens à Gaza l’ont qualifiée de découverte locale la plus importante de la décennie et de preuve de la richesse de l’histoire de la région.

    Située le long de la côte méditerranéenne, au nord du Sinaï et au pied du Levant, Gaza fut longtemps prisée pour son emplacement stratégique et fut gouvernée notamment par des Égyptiens, des Israélites, des Romains, des Grecs, des Arabes, des Turcs et des Européens.

    source : Middle East Eye ► https://www.middleeasteye.net/discover/middle-east-five-new-archaeological-finds-egypt-gaza-oman-iraq-jordan

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s