Ceux qui appellent à ré-élire Macron ne sont pas victimes… mais complices !

À METTRE EN LIEN À

PAS EN MON NOM / NOT IN MY NAME…

À l’instar d’un NostradAttali qui prédisait l’élection d’une femme après celle de MacRon, mais qui aujourd’hui à plus à perdre qu’à gagner en jouant les Cassandre et donc soutien le Chef-Désarmé MacRon à fond les ballons…

George Orwell Peuple Complice

 

Tous ceux qui appellent à (ré)élire avec les règles du système, des corrompus, des renégats, des imposteurs, des voleurs et des traitres ne sont pas victimes mais complices !

Placard anti-électoral, 1er mars 1906.
Publié par l’anarchie n°47 et signé Albert Libertad

Source INFO-KIOSQUE 19/01/2007

C’est toi le criminel, ô Peuple, puisque c’est toi le Souverain. Tu es, il est vrai, le criminel inconscient et naïf. Tu votes et tu ne vois pas que tu es ta propre victime.

Pourtant n’as-tu pas encore assez expérimenté que les députés, qui promettent de te défendre, comme tous les gouvernements du monde présent et passé, sont des menteurs et des impuissants ?

Tu le sais et tu t’en plains ! Tu le sais et tu les nommes ! Les gouvernants quels qu’ils soient, ont travaillé, travaillent et travailleront pour leurs intérêts, pour ceux de leurs castes et de leurs coteries.

Où en a-t-il été et comment pourrait-il en être autrement ? Les gouvernés sont des subalternes et des exploités : en connais-tu qui ne le soient pas ?

Tant que tu n’as pas compris que c’est à toi seul qu’il appartient de produire et de vivre à ta guise, tant que tu supporteras, – par crainte,- et que tu fabriqueras toi-même, – par croyance à l’autorité nécessaire,- des chefs et des directeurs, sache-le bien aussi, tes délégués et tes maîtres vivront de ton labeur et de ta niaiserie. Tu te plains de tout ! Mais n’est-ce pas toi l’auteur des mille plaies qui te dévorent ?

Tu te plains de la police, de l’armée, de la justice, des casernes, des prisons, des administrations, des lois, des ministres, du gouvernement, des financiers, des spéculateurs, des fonctionnaires, des patrons, des prêtres, des proprios, des salaires, des chômages, du parlement, des impôts, des gabelous, des rentiers, de la cherté des vivres, des fermages et des loyers, des longues journées d’atelier et d’usine, de la maigre pitance, des privations sans nombre et de la masse infinie des iniquités sociales.

Tu te plains ; mais tu veux le maintien du système où tu végètes. Tu te révoltes parfois, mais pour recommencer toujours. C’est toi qui produis tout, qui laboures et sèmes, qui forges et tisses, qui pétris et transformes, qui construis et fabriques, qui alimentes et fécondes !

Pourquoi donc ne consommes-tu pas à ta faim ? Pourquoi es-tu le mal vêtu, le mal nourri, le mal abrité ? Oui, pourquoi le sans pain, le sans souliers, le sans demeure ? Pourquoi n’es-tu pas ton maître ? Pourquoi te courbes-tu, obéis-tu, sers-tu ? Pourquoi es-tu l’inférieur, l’humilié, l’offensé, le serviteur, l’esclave ?

Tu élabores tout et tu ne possèdes rien ? Tout est par toi et tu n’es rien.

Je me trompe. Tu es l’électeur, le votard, celui qui accepte ce qui est ; celui qui, par le bulletin de vote, sanctionne toutes ses misères ; celui qui, en votant, consacre toutes ses servitudes.

Tu es le volontaire valet, le domestique aimable, le laquais, le larbin, le chien léchant le fouet, rampant devant la poigne du maître. Tu es le sergot, le geôlier et le mouchard. Tu es le bon soldat, le portier modèle, le locataire bénévole. Tu es l’employé fidèle, le serviteur dévoué, le paysan sobre, l’ouvrier résigné de ton propre esclavage. Tu es toi-même ton bourreau. De quoi te plains-tu ?

Tu es un danger pour nous, hommes libres, pour nous, anarchistes. Tu es un danger à l’égal des tyrans, des maîtres que tu te donnes, que tu nommes, que tu soutiens, que tu nourris, que tu protèges de tes baïonnettes, que tu défends de ta force de brute, que tu exaltes de ton ignorance, que tu légalises par tes bulletins de vote, – et que tu nous imposes par ton imbécillité.

C’est bien toi le Souverain, que l’on flagorne et que l’on dupe. Les discours t’encensent. Les affiches te raccrochent ; tu aimes les âneries et les courtisaneries : sois satisfait, en attendant d’être fusillé aux colonies, d’être massacré aux frontières, à l’ombre de ton drapeau.

Si des langues intéressées pourlèchent ta fiente royale, ô Souverain ! Si des candidats affamés de commandements et bourrés de platitudes, brossent l’échine et la croupe de ton autocratie de papier ; Si tu te grises de l’encens et des promesses que te déversent ceux qui t’ont toujours trahi, te trompent et te vendront demain : c’est que toi-même tu leur ressembles. C’est que tu ne vaux pas mieux que la horde de tes faméliques adulateurs. C’est que n’ayant pu t’élever à la conscience de ton individualité et de ton indépendance, tu es incapable de t’affranchir par toi-même. Tu ne veux, donc tu ne peux être libre.

Allons, vote bien ! Aies confiance en tes mandataires, crois en tes élus.

Mais cesse de te plaindre. Les jougs que tu subis, c’est toi-même qui te les imposes. Les crimes dont tu souffres, c’est toi qui les commets. C’est toi le maître, c’est toi le criminel, et, ironie, c’est toi l’esclave, c’est toi la victime.

Nous autres, las de l’oppression des maîtres que tu nous donnes, las de supporter leur arrogance, las de supporter ta passivité, nous venons t’appeler à la réflexion, à l’action.

Allons, un bon mouvement : quitte l’habit étroit de la législation, lave ton corps rudement, afin que crèvent les parasites et la vermine qui te dévorent. Alors seulement du pourras vivre pleinement.

LE CRIMINEL, c’est l’Électeur !

DICTATURE TECHNOTRONIQUE EN MARCHE !

“Vous voulez savoir ce que sera le monde de demain ?… Imaginez une botte écrasant un visage humain… pour toujours.”
~ George Orwell ~

INSTANTANÉS DE RIEN

1 ► RIFIFI CHEZ CHOUCHOU & LOULOU https://jbl1960blog.files.wordpress.com/2022/03/chouchou.pdf

2 ► CANDIDose https://jbl1960blog.files.wordpress.com/2022/03/candidose.pdf

3 ► C’EST TOUJOURS NONhttps://jbl1960blog.files.wordpress.com/2022/03/cest-toujours-non.pdf

À RETROUVER DANShttps://jbl1960blog.wordpress.com/chroniques-du-presque-dr-tche-rien/

Sur le front du COVIDISME ;

Mise en danger de la vie d’autrui : ils savaient et pourtant ils ont même piqué des enfants et des femmes enceintes 09/03/22 https://pgibertie.com/2022/03/09/mise-en-danger-de-la-vie-dautrui-ils-savaient-et-pourtant-ils-ont-meme-pique-des-enfants-et-des-femmes-enceintes/

Les documents parlent, Pfizer et les autres n’ignoraient rien des risques des injections, les dernières études expliquent les mécanismes du COVID vaccinal plus dangereux que la contamination ; QU’EST CE QUI PEUT BIEN DIFFÉRENCIER UNE DOSE DE PFIZER D’UNE CONTAMINATION COVID ?

Le vaccin ARNm produit plus de Spike qu’une grosse infection et on a plus de mal à soigner les effets secondaires graves (très nombreux) que le COVID, même avancé.Le scandale : les effets secondaires sont connus depuis longtemps, les risques pour l’ADN, les risques pour les enfants, tout était connu et ils ont recommandé les injections.

Vous avez eu trois doses, pour de toutes nouvelles études les mécanismes de la protéine Spike injectée sont en pire ceux de la maladie contractée, certains ont même contracté un COVID vaccinal symptomatique avec des formes aussi graves que la maladie ;

1 – MACRON A BIEN FAIT INJECTER DES PRODUITS DANGEREUX ET INEFFICACES Lire l’intégralité de l’article https://pgibertie.com/2022/03/09/mise-en-danger-de-la-vie-dautrui-ils-savaient-et-pourtant-ils-ont-meme-pique-des-enfants-et-des-femmes-enceintes/

ICI, nous alertons depuis plus de 2 ans sur les objectifs réels du PLAN (Obligation vaxxxinale, Biométrie & Identité Numérique, généralisation du Crédit social, puçage) qui a donc été muté en PLANdémieDOSSIER SPÉCIAL CORONAVIRUS – Et grâce à l’expertise du Presque Dr. T’Ché-RIEN, depuis juin 2021 nous vous avons démontrés que TOUS LES SCIENTIFRICS savaient ce qu’ils faisaient avec la Chronique-PDF N° 305 de 4 pageshttps://jbl1960blog.files.wordpress.com/2021/06/proteine-spike-les-scientifrics-savaient-par-rien-le-23-juin-2021-enrichie-par-jbl.pdfdans France – COcoRONA-CIRCUS ; Restons Incontrôlables & Imprévisibles

VIRUS de la GUERRE pour RIEN 27 02 22

Mais comme le narratif officiel du COVIDISME prenait l’eau de toutes parts, le virus a été recombiné en 2/2 en virRUSSE mutant de l’UKRAINISME ;

Sur le Front de l’UKRAINISME ;

À lire : Le même jour où Poutine lançait l’offensive contre l’Ukraine, le 24 février 2022, Israël bombardait Damas, Les États-Unis la Somalie et l’Arabie Saoudite le Yémen… Qui en a parlé ? Qui en parle maintenant ? Deux poids deux mesures ?… Résistance 71 – 9 mars 2022 – Guerre en Ukraine, guerre de partout… L’aveuglant et routinier deux poids deux mesuresHassan Nasrallah sur la guerre en Ukraine – Source en français Le cri des peuples ;

+ Ukraine, tout était écrit dans le plan de la Rand Corp – Manlio Dinucci – 08/03/22 https://www.mondialisation.ca/ukraine-tout-etait-ecrit-dans-le-plan-de-la-rand-corp/5666020

+ Le gouvernement chinois monte au créneau et déclare : « Les États-Unis ont 336 laboratoires dans 30 pays sous leur contrôle, dont 26 rien qu’en Ukraine. Les américains devraient rendre compte des activités militaires biologiques sur son territoire et à l’étranger et se soumettre à une vérification multilatérale. » Source https://t.me/Salim_Laibi_LLP/6788 & La Chine remercie l’UE pour ses sanctions, les banques russes se tournent vers le CIPS – Le système SWIFT est en train de se faire remplacer par le CIPS chinois https://www.lelibrepenseur.org/la-chine-remercie-lue-pour-ses-sanctions-les-banques-russes-se-tournent-vers-le-cips/

Énième preuve que le cœur de l’Empire se transfère dans une plus grande « coquille » ; Celle offerte par l’embryon de l’Empire sino-russe ou russo-chinois latent… En effet, le Bernard l’Hermite  au cours des siècles derniers, a régulièrement changé de coquille pour une plus grande et il est devenu au fil du temps cette Bête fourbe, hideuse que l’on nomme l’Empire anglo-américano-christo-sioniste. Les marionnettistes de l’Empire, glissant d’une réalité à une autre, nous ont donc faits paSSer du COVIDISME au MILITARISME VIA l’Ukraine. En faisant muter le PLAN en PLANdémie au CORONAVIRUS dès janvier 2020 avec la fusion de la haute finance impérialiste totalitaire et eugéniste occidentale avec son homologue chinoise, qui elle possède une infrastructure coercitive couplée à un arsenal TECHNOTRONIQUE bien plus dévouée que celle de l’occident. C’est parce que nous arrivions à un point de bascule, NOUS LES PEUPLES, et pour garder la main, qu’il leur fallait exploser le narratif du COcoRONAcircus et ainsi nous faire glisser d’une réalité terrifiante à une autre réalité encore plus terrifiante, la guerre… Et pour terrifier les population on affirme qu’elle pourrait être thermonucléaire ce coup-ci…

AMENSONGE VERITE

Les COVIDiots qui ont totalement adhérés au narratif officiel du RESTEZ CHEZ VOUS SAUVEZ DES VIES – RESPECTEZ LES GESTES BARRIÈRES – MASQUEZ-VOUS ► VAXXXINEZ-VOUS ► RÉ-ÉLYSÉE-MACRON ont immédiatement intégré, sans se poser aucune question, le nouveau narratif officiel du SAUVONS L’UKRAINE… NOUS SOMMES TOUS DES UKRAINIENS… Matraqués par tous les Merdias Mainstream Presse/Télé/Radio/GAFAM et Ripoulitiques de tous bords !

Sans dédouaner Vlad de ses propres objectifs et sans ignorer le fait qu’il fait partie du jeu et en fin stratège pour imposer, in fine, ses propres règles ; faites vos propres recherches sur la réalité de terrain, qu’aucun Merdia aux ordres ne vous donnera ;

 Israël abasourdi par les néo-nazis-ukrainiens – Thierry Meyssan – 09/03/22 https://www.voltairenet.org/article215880.html

La présence organisée par l’État de néo-nazis au sein de l’armée ukrainienne n’est pas anecdotique, même s’il n’est pas possible de la quantifier de manière certaine. Il est par contre aisé de dénombrer leurs victimes. Dans l’indifférence générale, ils ont tué 14 000 Ukrainiens en huit ans. Cette situation est l’une des causes de l’intervention militaire russe en Ukraine. Israël se trouve confronté pour la première fois à ce qu’il n’a jamais pu imaginer : le soutien de son protecteur US à son ennemi historique, le nazisme.

DICTATURE COVID pour RIEN 04 02 22

Ce, même si en Occident ; On commence à comprendre la vérité du Nouvel Ordre Mondial… après 12 jours de conflit sur le territoire ukrainien – 09/03/22 – Bertrand Hedouin https://reseauinternational.net/en-occident-on-commence-a-comprendre-la-verite-du-nouvel-ordre-mondial-apres-12-jours-de-conflit-sur-le-territoire-ukrainien/

+ Médias mainstream : Comment développer l’hystérie russophobe en diffusant des Fakes News tout en pratiquant la censure – 09/03/22 – Dominique Delawarde https://reseauinternational.net/medias-mainstream-comment-developper-lhysterie-russophobe-en-diffusant-des-fakes-news-tout-en-pratiquant-la-censure/

+ Agenda du chaos : pourquoi et comment effacer la mémoire des peuples – par Éric Verhaeghe sur Le Courrier des Stratèges VIA Olivier Demeulenaere qui précise : Excellente analyse ! Même si personnellement j’ai de sérieux doutes sur la volonté de Moscou de sauvegarder à la fois l’identité nationale et l’identité individuelle des Russes face à la Remise à zéro et à la “Quatrième révolution industrielle” des mondialistes de Davos… La complaisance, pour ne pas dire la collaboration des dirigeants russes avec la gigantesque arnaque du Covid en témoigne amplement. OD https://olivierdemeulenaere.wordpress.com/2022/03/09/agenda-du-chaos-pourquoi-et-comment-effacer-la-memoire-des-peuples/

C’est pourquoi et toujours plus nombreux ; nous pensons que c’est l’État et ses institutions qui doivent dégager et faire place nette pour laisser le peuple se gérer en confédération de communes libres, autogérées et autonomes.

L’État n’est en rien la société, il n’en est, au mieux, qu’une caricature. La société, elle, n’a aucun besoin de l’État pour exister, à l’inverse ?… Nous voyons bien que rien n’est moins sûr…

Une chose essentielle à rappeler, une fois de plus : arrêtons de se préoccuper de choses auxquelles on ne peut rien changer, ignorons-les et concentrons-nous sur les SOLUTIONS. Actuellement, la grande purge de l’Internet bat son plein, Gogole, YT, Facebook qui a été mutée en Méta & Cie sont manipulables et totalement manipulés. Aussi, mutualisons nos compétences, coordonnons nos énergies, dans le réel, hors GAFAM : hors d’atteinte…

Le choix de la désobéissance civile a sonné, et constatant que la masse des ConVidiot(e)s est prête à sacrifier sa liberté pour plus de protection sanitaire, que nous savons totalement illusoire, de l’État. C’est un fait, aussi pathétique soit-il, nous constatons que c’est partout pareil. Reste que la majorité n’est plus à convaincre, car elle suit. Aussi, il est temps de nous organiser, nous la minorité, en associations libres œuvrant solidairement. Et lorsqu’une société organique parallèle fonctionnera, la masse suivra, comme elle suit actuellement le système institutionnalisé, cette masse allant, toujours, dans le sens du meilleur courant, comme un banc de poissons…

À charge, à chacun d’entre-nous puis aux générations futures, de démontrer que c’est la masse pacifique des peuples refusant d’obéir à la fange étatico-entrepreneuriale et ses institutions obsolètes et criminelles qui aura fait tomber l’empire et ses oligarques eugénistes

Comme je l’ai déjà dit et maintes fois, aucun politicard ne changera rien au système, jamais, le système est verrouillé et au-delà de toute rédemption. Voilà pourquoi, j’affirme qu’il n’y a pas de solutions au sein de CE système = LA PREUVE PAR MACRON !

CONCLUSION : Il nous faut sortir de ce système et initier un changement de paradigme, ICI – IMMÉDIATEMENT et d’OÙ-NOUS SOMMES !

POUR UN AUTRE FUTUR SIMPLE & IMMÉDIAT

POUR DÉBRANCHER MACRON ET SON MONDE

Sans armes, ni haine, ni violence !

JBL1960

INDEPENDENZA Zénon à la vie à la mort 16 01 22

Zénon, janvier 2022, INDEPENDENZA ► Version PDF N° 160122 de 6 pages, JBL1960 https://jbl1960blog.files.wordpress.com/2022/01/zenon-independenza-a-la-vie-a-la-mort-janvier-2022-pagination-jbl1960.pdf LES CHRONIQUES DE ZÉNON

Publicité

160 réflexions sur « Ceux qui appellent à ré-élire Macron ne sont pas victimes… mais complices ! »

  1. J’aime

  2. Médiation Russie-Ukraine: Emmanuel Macron hors jeu ?
    10/03/22 ► https://www.francesoir.fr/politique-monde/mediations-ukraine-russie-macron

    À vouloir jouer « en même temps » le leader de la paix et le va-t-en-guerre, sans avoir réellement les moyens, ni de l’une, ni de l’autre, Emmanuel Macron semble avoir perdu la main dans le « grand jeu ».

    Entre l’Ukraine et la Russie, quelques chefs d’États se sont présentés en tant que médiateurs pour la paix. Parmi eux, Emmanuel Macron avait tôt fait de s’envoler pour Moscou le 7 février dernier, où il a échangé avec Vladimir Poutine, en vain. Les bombes ont tout de même explosé ; le 24 février, le conflit est engagé. Aussitôt, les pays occidentaux se sont concertés pour donner naissance à une salve de sanctions inédite contre la Russie.

    Depuis, malgré de nombreux coups de fil allègrement mis en scène par l’Élysée, le président français cède peu à peu sa place de pacificateur à Israël, la Chine, la Turquie ou même… le pape.

    Israël, candidat le plus crédible

    Le samedi 5 mars dernier, c’est le Premier ministre israélien Naftali Bennett qui rencontrait Vladimir Poutine. Il a ensuite pu échanger avec Volodymyr Zelensky ainsi que le chancelier allemand Olaf Scholz. Trois jours plus tard, au cours d’un entretien donné à la chaîne américaine ABC, le président ukrainien se disait « prêt pour le dialogue », tant sur le sujet de l’adhésion à l’OTAN que sur celui des territoires séparatistes de l’Est de l’Ukraine.

    C’est un pas en avant qui est fait. Peut-être Naftali Bennett aura-t-il plus de succès dans les négociations, et d’un côté et de l’autre, notamment parce qu’Israël ne s’est pas lancé dans la course folle aux sanctions contre la Russie.

    La Chine, de son côté, qui ne cache pas sa sympathie grandissante pour la Russie, s’est dit prête à assurer une médiation « le moment venu ». Le ministre des Affaires étrangères chinois, Wang Yi, déclarait le 7 février que le pays souhaitait « continuer à jouer un rôle constructif dans la promotion des pourparlers de paix » et était prêt « à travailler avec la communauté internationale pour mener à bien une médiation ».

    En Autriche et en Italie, des responsables politiques de partis naissants ont aussi appelé à ce qu’une médiation naisse entre les deux pays belligérants.

    Même le pape François a proposé une médiation auprès de Vladimir Poutine.

    Vraie-fausse médiation d’Emmanuel Macron

    Pendant ce temps, le service de photographie de l’Élysée se pliait en quatre pour faire d’Emmanuel Macron une espèce de penseur torturé ; un « mème » devenu international, selon France Inter. Ces images ont fait le tour de la toile et n’ont pas manqué de faire réagir les internautes :

    De fait, Emmanuel Macron a du mal à sauvegarder son image de pacificateur. Et pour cause ! La France est loin de cacher son soutien à l’Ukraine, affichant le drapeau bleu et jaune lors des discours officiels ; et, si la communication se concentre autour de « l’humanitaire », Europe 1 rapporte qu’en plus « de l’équipement défensif, des armes létales sont expédiées pour lutter contre l’invasion russe. » Par ailleurs, le gouvernement n’a pas fait montre de beaucoup de retenue, si bien que le président a été contraint de rassurer : « Nous ne sommes pas en guerre avec la Russie ». Mais cette position soi-disant neutre est-elle vraiment crédible ?

    Prenant acte d’une France et d’une Europe qui se sont mises hors jeu, Jean-Luc Mélenchon a cinglé sur RMC :

    Aujourd’hui et demain, le château de Versailles accueille les chefs d’États européens pour traiter cette question de l’Ukraine, en évoquant notamment l’indépendance énergétique et l’élargissement de l’Union. Pendant ce sommet, en plus du rôle de président français, Emmanuel Macron devra tenir son rôle de président du Conseil de l’UE, sans oublier son rôle de… candidat.

    J’aime

  3. Les Saoudiens et les Émiratis refusent de répondre aux appels de Biden pour discuter de la situation en Ukraine et préfèrent parler à Poutine – 10/03/22 ► https://reseauinternational.net/les-saoudiens-et-les-emiratis-refusent-de-repondre-aux-appels-de-biden-pour-discuter-de-la-situation-en-ukraine-et-preferent-parler-a-poutine/

    par Tyler Durden.

    Tout d’abord, le président brésilien Jair Bolsonaro a refusé de condamner l’invasion russe en Ukraine. Puis, l’Inde a fait de même, alors que le gouvernement Modi tentait de trouver un équilibre entre ses liens historiques avec Moscou et son partenariat stratégique avec Washington.

    Aujourd’hui, ce sont les dirigeants saoudiens et émiratis qui refusent de répondre aux appels de Biden au moment où le président américain tente de freiner la flambée des prix du pétrole, selon le Wall Street Journal, qui ajoute que les monarchies du golfe Persique ont signalé « qu’elles ne contribueront pas à atténuer la flambée des prix du pétrole si Washington ne les soutient pas au Yémen et ailleurs ».

    « On s’attendait à un appel téléphonique, mais il n’a pas eu lieu », a déclaré un responsable américain au sujet d’une discussion prévue entre Biden et le prince héritier saoudien Mohammed bin Salman. « Cela faisait partie de l’ouverture du robinet [du pétrole saoudien] ».

    Le cheikh Mohammed bin Zayed al Nahyan des Émirats arabes unis a également évité Biden ces dernières semaines, selon des responsables du Moyen-Orient et des États-Unis.

    Pourtant, le prince Mohammed et le cheikh Mohammed ont tous deux pris des appels téléphoniques du président russe Vladimir Poutine après avoir refusé de parler à Biden, selon le WSJ. Ils ont également parlé avec le président ukrainien Volodymyr Zelensky.

    Biden a réussi à joindre le père du prince Mohammed, âgé de 86 ans, le 9 février, mais le ministère des Affaires étrangères des Émirats arabes unis a déclaré que l’appel entre Biden et le cheikh Mohammed devait être reprogrammé, selon le rapport.

    Qu’ont-ils à y gagner ?

    Comme le note le Journal, « Les Saoudiens ont signalé que leurs relations avec Washington se sont détériorées sous l’administration Biden, et ils veulent plus de soutien pour leur intervention dans la guerre civile au Yémen, de l’aide pour leur propre programme nucléaire civil alors que celui de l’Iran avance, et une immunité juridique pour le prince Mohammed aux États-Unis, ont déclaré des responsables saoudiens. Le prince héritier fait face à de multiples poursuites judiciaires aux États-Unis, notamment pour le meurtre du journaliste Jamal Khashoggi en 2018 ».

    C’est cela qu’ils veulent.

    Pendant ce temps, les Émiratis partagent les préoccupations saoudiennes concernant le niveau d’engagement moins qu’adéquat des États-Unis concernant les récentes frappes de missiles des militants Houthis soutenus par l’Iran au Yémen contre les EAU et l’Arabie saoudite. Les deux royaumes sont également préoccupés par la relance de l’accord sur le nucléaire iranien, qui en est aux « dernières étapes des négociations », mais qui ne répond en rien à leurs préoccupations en matière de sécurité.

    Ainsi, pour ceux qui suivent l’évolution de la situation, alors que l’Occident continue d’insister sur l’isolement de la Russie – et ne vous y trompez pas, ces sanctions seront immédiatement paralysantes – si l’on considère la population et les ressources de la Chine, de l’Inde, du Brésil et des royaumes du Moyen-Orient – en gros, la moitié de la population mondiale et ceux qui contrôlent la plupart des matières premières du monde ne sont pas d’accord pour punir Poutine ou débloquer la situation au profit de l’Occident.

    Et comme le souligne le journal, « l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis sont les deux seuls grands producteurs de pétrole qui peuvent pomper des millions de barils de pétrole supplémentaires – une capacité qui, si elle était utilisée, pourrait contribuer à calmer le marché du brut à un moment où les prix de l’essence aux États-Unis sont à des niveaux élevés ».

    Trop peu, trop tard ?

    À la fin du mois dernier, Brett McGurk, le coordinateur du Conseil national de sécurité pour le Moyen-Orient, et Amos Hochstein, l’envoyé du département d’État pour l’Énergie, se sont rendus à Riydah pour tenter d’apaiser les relations – tandis que McGurk a également rencontré le cheikh Mohammed à Abou Dhabi pour entendre leurs frustrations concernant la réponse américaine aux attaques des Houthis.

    De toute évidence, la diplomatie ne s’est pas bien passée.

    À ce jour, les Saoudiens et les Émiriens ont refusé d’augmenter leur production de pétrole et s’en tiennent à la feuille de route de l’OPEP en matière de production qui avait été convenue précédemment. De plus, leur alliance énergétique avec la Russie, autre grand producteur de pétrole, a renforcé la portée mondiale de l’OPEP tout en rapprochant les royaumes de Moscou.

    « L’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis ont noué des liens profonds avec l’ancien président Donald Trump, qui s’est rangé de leur côté dans un conflit régional avec le Qatar, a retiré les États-Unis de l’accord sur le nucléaire iranien auquel ils s’étaient opposés, a effectué son premier voyage à l’étranger à Riyad en 2017 et a soutenu le prince Mohammed après le meurtre de M. Khashoggi. Mais la décision de M. Trump de ne pas répondre à une attaque de drones et de missiles iraniens contre d’importants sites pétroliers saoudiens en 2019 a ébranlé les partenaires du Golfe qui s’appuient depuis des décennies sur la promesse de protection sécuritaire des États-Unis. L’Iran a nié toute implication dans les attaques d’installations pétrolières.

    Le désaccord entre Biden et le prince héritier d’Arabie saoudite remonte à l’élection présidentielle de 2020, lorsque le candidat démocrate a juré de traiter le royaume comme un État « paria » après qu’une équipe de tueurs saoudiens a tué M. Khashoggi en 2018 à Istanbul ». (WSJ)

    Biden a également publié un rapport des services de renseignement peu après son entrée en fonction, qui concluait que le meurtre du journaliste du WaPo Jamal Khashoggi en 2018 à Istanbul avait été approuvé par le prince Mohammed – qui a nié avoir eu connaissance du complot, bien que des proches collaborateurs aient été condamnés par la justice saoudienne pour la mort du journaliste.

    Le président américain a également critiqué l’Arabie saoudite pour sa longue guerre au Yémen, et a coupé les armes que les Saoudiens utilisaient pour cibler les Houthis. Biden a également retiré les Houthis d’une liste de groupes terroristes mondiaux, après que l’ancien président Trump les y ait ajoutés.

    Et lundi (après que Biden ait été snobé), la porte-parole de la Maison Blanche, Jen Psaki, a confirmé que Biden avait maintenu son opinion selon laquelle les Saoudiens devaient être traités comme des « parias » et que leurs dirigeants avaient « peu de valeur sociale ».

    Dans un entretien avec le magazine Atlantic publié la semaine dernière, le prince Mohammed a déclaré, lorsqu’on lui a demandé si Biden l’avait mal compris : « Simplement dit, je m’en fous », ajoutant que le président américain n’aurait pas dû se mettre à dos les dirigeants saoudiens. « C’est à lui de penser aux intérêts de l’Amérique », a-t-il dit, ajoutant : « Qu’il le fasse ».

    Alors, ne traitez pas de « paria » le pays qui pourrait vous tirer d’une crise pétrolière si vous avez besoin de son aide.

    source : ZeroHedge

    traduction Avic pour Réseau International
    =*=
    OUCH !!!

    J’aime

  4. La prise de judo de la Russie aux tripes de la finance occidentale ► https://reseauinternational.net/la-prise-de-judo-de-la-russie-aux-tripes-de-la-finance-occidentale/

    Par Pepe Escobar – source : The Cradle – traduction Réseau International

    Les sanctions de Washington contre Moscou vont détruire l’Europe, pas la Russie.

    Le champ de bataille est tracé.

    La liste noire officielle des pays hostiles à la Russie comprend les États-Unis, l’UE, le Canada et, en Asie, le Japon, la Corée du Sud, Taïwan et Singapour (le seul pays d’Asie du Sud-Est). Remarquez comment cette « communauté internationale » ne cesse de se réduire.

    Les pays du Sud doivent savoir qu’aucune nation d’Asie occidentale, d’Amérique latine ou d’Afrique n’a rejoint le train des sanctions de Washington.

    Moscou n’a même pas annoncé son propre paquet de contre-sanctions. Pourtant, un décret officiel intitulé « Sur l’ordre temporaire des obligations envers certains créanciers étrangers », qui permet aux entreprises russes de régler leurs dettes en roubles, donne un aperçu de ce qui est à venir.

    Les contre-mesures russes tournent toutes autour de ce nouveau décret présidentiel, signé samedi dernier, que l’économiste Yevgeny Yushchuk définit comme une « mine nucléaire de représailles ».

    Le principe est le suivant : pour payer les prêts obtenus auprès d’un pays sanctionnant dépassant 10 millions de roubles par mois, les entreprises russes n’ont pas besoin d’effectuer un transfert. Elles demandent à une banque russe d’ouvrir un compte correspondant en roubles au nom du créancier. Ensuite, l’entreprise transfère des roubles sur ce compte au taux de change en vigueur, et tout cela est parfaitement légal.

    Les paiements en devises étrangères ne passent par la Banque centrale qu’au cas par cas. Ils doivent recevoir une autorisation spéciale de la Commission gouvernementale pour le contrôle des investissements étrangers.

    Concrètement, cela signifie que la majeure partie des quelque 478 milliards de dollars de dette extérieure russe pourrait « disparaître » des bilans des banques occidentales. L’équivalent en roubles sera déposé quelque part, dans les banques russes, mais les banques occidentales, en l’état actuel des choses, ne peuvent y accéder.

    On peut se demander si cette stratégie simple est le fruit des cerveaux « non souverainistes » réunis à la Banque centrale russe. Il est plus probable qu’elle ait été élaborée par l’influent économiste Sergey Glazyev, également ancien conseiller du président russe Vladimir Poutine en matière d’intégration régionale. Voici une édition révisée, en anglais, de son essai novateur intitulé « Sanctions et Souveraineté », que j’ai déjà résumé.

    Entre-temps, la Sberbank a confirmé qu’elle émettra les cartes de débit/crédit Mir de la Russie, co-badgées avec UnionPay de la Chine. Alfa-Bank, la plus grande banque privée de Russie, émettra également des cartes de crédit et de débit UnionPay. Bien qu’elle n’ait été introduite qu’il y a cinq ans, 40% des Russes possèdent déjà une carte Mir pour un usage domestique. Désormais, ils pourront également l’utiliser à l’international, via l’énorme réseau d’UnionPay. Et sans Visa et Mastercard, les commissions sur toutes les transactions resteront dans la sphère Russie-Chine. La dédollarisation en action.
    M. Maduro, donnez-moi du pétrole

    Les négociations sur les sanctions contre l’Iran à Vienne atteignent peut-être la dernière étape – comme le reconnaît même le diplomate chinois Wang Qun. Mais c’est le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, qui a introduit une nouvelle variable cruciale dans les discussions finales de Vienne.

    Lavrov a formulé sa demande de dernière minute de manière très explicite : « Nous avons demandé une garantie écrite […] que le processus actuel [de sanctions russes] déclenché par les États-Unis ne porte en aucune façon atteinte à notre droit à un commerce libre et complet, à la coopération économique et en matière d’investissement et à la coopération militaro-technique avec la République islamique ».

    Conformément à l’accord du Plan global d’Action conjoint (JCPOA) de 2015, la Russie reçoit de l’uranium enrichi de l’Iran et l’échange contre du yellowcake et, en parallèle, reconvertit la centrale nucléaire iranienne de Fordow en centre de recherche. Sans les exportations d’uranium enrichi iranien, il n’y a tout simplement pas d’accord JCPOA. Il est incroyable que le secrétaire d’État américain Blinken ne semble pas comprendre cela.

    Tout le monde à Vienne, y compris dans les coulisses, sait que pour que tous les acteurs signent le renouveau du JCPOA, aucune nation ne doit être individuellement visée en termes de commerce avec l’Iran. Téhéran le sait également.

    Ce qui se passe maintenant est donc un jeu élaboré de miroirs persans, coordonné entre les diplomaties russe et iranienne. L’ambassadeur de Moscou à Téhéran, Levan Dzhagaryan, a attribué la réaction féroce de certains quartiers iraniens à l’égard de Lavrov à un « malentendu ». Tout cela se jouera dans l’ombre.

    Un élément supplémentaire est que, selon une source de renseignements du golfe Persique ayant un accès privilégié à l’Iran, Téhéran pourrait déjà vendre jusqu’à trois millions de barils de pétrole par jour, « donc s’ils signent un accord, cela n’affectera pas du tout l’offre ; seulement, ils seront payés davantage ».

    L’administration américaine du président Joe Biden est maintenant absolument désespérée : elle a interdit aujourd’hui toutes les importations de pétrole et de gaz en provenance de Russie, qui se trouve être le deuxième exportateur de pétrole vers les États-Unis, derrière le Canada et devant le Mexique. La grande « stratégie de remplacement » des États-Unis en matière d’énergie russe consiste à mendier du pétrole auprès de l’Iran et du Venezuela.

    La Maison-Blanche a donc envoyé une délégation pour s’entretenir avec le président vénézuélien Nicolás Maduro, dirigée par Juan Gonzalez, principal conseiller de la Maison-Blanche pour l’Amérique latine. L’offre des États-Unis consiste à « alléger » les sanctions imposées à Caracas en échange de pétrole.

    Le gouvernement des États-Unis a passé des années – voire des décennies – à brûler tous les ponts avec le Venezuela et l’Iran. Les États-Unis ont détruit l’Irak et la Libye, et ont isolé le Venezuela et l’Iran dans leur tentative de prendre le contrôle des marchés pétroliers mondiaux – pour finir par essayer misérablement de racheter les deux pays et d’échapper à l’écrasement par les forces économiques qu’ils avaient déclenchées. Cela prouve, une fois de plus, que les « décideurs » impériaux sont totalement désemparés.

    Caracas demandera l’élimination de toutes les sanctions contre le Venezuela et la restitution de tout son or confisqué. Et il semble que rien de tout cela n’ait été réglé avec le « président » Juan Guaido, qui, depuis 2019, est le seul dirigeant vénézuélien « reconnu » par Washington.
    Une cohésion sociale déchirée

    Les marchés du pétrole et du gaz, eux, sont en panique totale. Aucun négociant occidental ne veut acheter de gaz russe ; et cela n’a rien à voir avec le mastodonte énergétique public russe Gazprom, qui continue à approvisionner dûment les clients qui ont signé des contrats avec des tarifs fixes, de 100 à 300 dollars ; (d’autres paient plus de 3000 dollars sur le marché spot).

    Les banques européennes sont de moins en moins disposées à accorder des prêts pour le commerce énergétique avec la Russie en raison de l’hystérie des sanctions. Le fait que l’importateur Wintershall-Dea ait annulé sa part de financement, partant de facto du principe que le gazoduc ne sera pas lancé, est un signe fort que le gazoduc Nord Stream 2, reliant la Russie à l’Allemagne, pourrait bien se retrouver littéralement six pieds sous terre.

    Toute personne ayant un cerveau en Allemagne sait que deux terminaux supplémentaires de gaz naturel liquéfié (GNL) – qui doivent encore être construits – ne suffiront pas à répondre aux besoins de Berlin. Il n’y a tout simplement pas assez de GNL pour les approvisionner. L’Europe devra se battre avec l’Asie pour savoir qui peut payer le plus. L’Asie gagne.

    L’Europe importe environ 400 milliards de mètres cubes de gaz par an, dont 200 milliards proviennent de la Russie. Il est impossible que l’Europe trouve 200 milliards de dollars ailleurs pour remplacer la Russie, que ce soit en Algérie, au Qatar ou au Turkménistan. Sans parler de son manque de terminaux GNL nécessaires.

    Alors, évidemment, le premier bénéficiaire de tout ce gâchis sera les États-Unis – qui pourront imposer non seulement leurs terminaux et leurs systèmes de contrôle, mais aussi profiter de prêts à l’UE, de ventes d’équipements et d’un accès total à toute l’infrastructure énergétique de l’UE. Toutes les installations de GNL, tous les gazoducs et tous les entrepôts seront reliés à un réseau unique avec une seule salle de contrôle : un rêve commercial américain.

    L’Europe se retrouvera avec une production de gaz réduite pour son industrie en déclin, des pertes d’emplois, une diminution de la qualité de vie, une pression accrue sur le système de sécurité sociale et, enfin et surtout, la nécessité de demander des prêts américains supplémentaires. Certains pays reviendront au charbon pour se chauffer. La Parade verte sera livide.

    Et la Russie ? À titre d’hypothèse, même si toutes ses exportations d’énergie étaient réduites – et elles ne le seront pas ; leurs principaux clients sont en Asie – la Russie n’aurait pas à utiliser ses réserves de change.

    L’attaque russophobe tous azimuts contre les exportations russes vise également le palladium métallique – vital pour l’électronique, des ordinateurs portables aux systèmes aéronautiques. Les prix s’envolent. La Russie contrôle 50% du marché mondial. Ensuite, il y a les gaz nobles – néon, hélium, argon, xénon – essentiels à la production de puces électroniques. Le titane a augmenté d’un quart, et Boeing (pour un tiers) et Airbus (pour deux tiers) dépendent du titane russe.

    Pétrole, nourriture, engrais, métaux stratégiques, gaz néon pour les semi-conducteurs : tous brûlent sur le bûcher, aux pieds de la Sorcière Russie.

    Certains Occidentaux qui chérissent encore la realpolitik bismarckienne ont commencé à se demander si la protection de l’énergie (dans le cas de l’Europe) et de certains flux de matières premières contre les sanctions n’a pas tout à voir avec la protection d’un immense racket : le système de dérivés des matières premières.

    Après tout, si ce système implose, en raison d’une pénurie de matières premières, c’est tout le système financier occidental qui explose. Voilà une véritable défaillance du système.

    La question clé que le Sud global doit digérer est que l’Occident ne se suicide pas. Ce que nous avons ici, essentiellement, ce sont les États-Unis qui détruisent délibérément l’industrie allemande et l’économie européenne – bizarrement, avec leur complicité.

    Détruire l’économie européenne signifie ne pas accorder d’espace de marché supplémentaire à la Chine et bloquer l’inévitable commerce supplémentaire qui sera une conséquence directe du renforcement des échanges entre l’UE et le Partenariat économique global régional (RCEP), le plus grand accord commercial du monde.

    Au final, les États-Unis mangeront les économies européennes pendant que la Chine élargira sa classe moyenne à plus de 500 millions de personnes. La Russie s’en sortira très bien, comme le souligne Glazyev : elle sera souveraine et autosuffisante.

    L’économiste américain Michael Hudson a esquissé avec concision les linéaments de l’auto-implosion impériale. Mais ce qui est bien plus dramatique, en tant que désastre stratégique, c’est la façon dont la parade sourde, muette et aveugle vers une récession profonde et une quasi-hyperinflation va déchirer ce qui reste de la cohésion sociale de l’Occident. Mission accomplie.
    =*=
    RE-OUCH !!!

    J’aime

  5. La Russie met la main sur des documents concernant les laboratoires biologiques américains en Ukraine – 10/03/22 – Par Christelle Néant ► https://reseauinternational.net/la-russie-met-la-main-sur-des-documents-concernant-les-laboratoires-biologiques-americains-en-ukraine/

    Alors que se poursuit l’opération militaire de la Russie contre l’Ukraine, et que de nouveaux témoignages de civils viennent confirmer que les néo-nazis ukrainiens empêchent les habitants de fuir les villes encerclées, Moscou a mis la main sur des documents concernant les laboratoires biologiques américains installés dans le pays, qui amènent à se poser des questions sur ce qui s’y passe réellement.

    Confirmant les témoignages précédents, des civils qui ont réussi à fuir Marioupol ont déclaré que les néo-nazis ukrainiens non seulement empêchent les habitants d’emprunter les couloirs humanitaires mis en place par la Russie, et la milice populaire de la RPD, mais qu’ils leur tirent même dessus, dans le dos (!!!) lorsque ils essayent de partir via ces corridors.

    Voir les témoignages de civils ayant réussi à sortir de Marioupol :

    À Marioupol, les combats se poursuivent, et la milice populaire de la RPD progresse dans les districts situés à l’est de la ville. Les soldats de la milice populaire de la RPD procèdent à l’évacuation des civils au fur et à mesure de leur progression, comme l’a raconté un civil à Patrick Lancaster (vidéo en anglais).

    La milice populaire de la RPD a aussi lancé une deuxième percée du front vers Dokoutchayevsk, prenant le contrôle des villages de Signalnoye, Novotroïtskoye, Olginka et Taramtchouk, en plus du village de Berezovoye, qui avait été le premier libéré lors de cette offensive.

    Il ne reste plus qu’à prendre deux villages pour encercler totalement Volnovakha, dont une partie est déjà sous contrôle de la RPD. La milice populaire continue d’ailleurs d’éliminer les néo-nazis retranchés dans Volnovakha, récupérant au passage leurs chevrons et insignes tous plus édifiants les uns que les autres (chevron du bataillon Nachtigall, qui a massacré des juifs lors du pogrom de Lvov en 1941, et qui est devenu ensuite le 201e bataillon Schutzmannschaft, chevron de la division SS Galicie, un insigne indiquant que le surnom du soldat qui le portait était « Fasciste », soleil noir, etc)

    Plus près de la frontière avec l’oblast de Zaporojié, la RPD a aussi pris le contrôle du village de Zatchatovka, dont la gare servait à l’envoi de matériel à l’armée ukrainienne.

    Dans le même temps, la Russie a mis la main sur des documents du ministère ukrainien de la Santé concernant les laboratoires biologiques américains installés en Ukraine, dont nous avions parlé dans un article de 2020.

    Ces documents concernent la procédure de destruction des souches étudiées dans ces laboratoires biologiques installés en Ukraine, suite au lancement de l’opération militaire russe. Ainsi l’un des documents indique que le 25 février 2022, soit le lendemain du lancement de l’opération militaire russe, les souches suivantes ont été totalement détruites dans un laboratoire installé à Kharkov :

    Candida albicans (champignon donnant la candidose)
    Escherichia coli (bactérie qui peut provoquer ulcères, infections urinaires, voire une prostatite)
    Serratia marcescens (bactérie qui peut provoquer des infections urinaires, et des infections du sang)
    Shigella sonnei et Shigella flexneri (bactéries responsables de la shigellose, une infection intestinale)
    Salmonella Typhimurium (provoque des infections intestinales)
    Proteus vulgaris
    Enterobacter aerogenes (infections nosocomiales)
    Staphylococcus aureus (Staphylocoque doré, qui peut provoquer des intoxications alimentaires, ainsi que des infections locales ou généralisées pouvant aller jusqu’à la septicémie)
    Pseudomonas aeruginosa (bactérie très résistante aux antibiotiques, qui provoque des infections nosocomiales)
    Proteus mirabilis (infections urinaires et cutanées)
    Klebsiella pneumonia (pneumonie et infections urinaires, mais une souche virulente venue d’Asie peut infecter le système nerveux central et a un fort taux de mortalité)
    Corynebacterium pseudodiphtheriticum (dangereuse si système immunitaire déprimé)
    Corynebacterium xerosis
    Corynebacterium diphtheriae (provoque la diphtérie)
    Bacillus liheniformis
    Bacillus stearothermophilus

    Ces souches ne sont – normalement – pas particulièrement dangereuses (il y a un vaccin contre la diphtérie), dès lors on ne comprend pas bien la nécessité de lancer une opération de destruction totale des souches. Sauf si ce laboratoire travaillait à faire de ces bactéries autre chose que des pathogènes anodins.

    De son côté, le ministère russe de la Défense a indiqué que si les laboratoires de Kharkov et Poltava étudient la diphtérie, la salmonellose et la dysenterie, dans le laboratoire de Lvov, c’est la peste, l’anthrax et la brucellose qui seraient étudiées (ce qui est d’un tout autre niveau de dangerosité). D’après les informations du ministère russe de la Défense, à Lvov c’est 232 boîtes contenant l’agent pathogène de la leptospirose, 30 de la tularémie, 10 de la brucellose et cinq de la peste qui ont été détruits. Et il y a 30 laboratoires biologiques de ce genre qui sont installés en Ukraine et qui sont financés et supervisés par les Américains (plus de 200 millions de dollars de budget).

    Igor Kirillov, le chef des troupes de protection NRBC (Nucléaire, Radiologique, Biologique et Chimique) russes, a souligné dans son point presse, la concordance entre le lancement de ces laboratoires biologiques américains en Ukraine depuis 2014, et l’augmentation incontrôlable de l’incidence d’infections comme la rougeole (multipliée par plus de 100), la rubéole, la diphtérie, et la tuberculose. Il a aussi déclaré que l’OMS considère l’Ukraine comme un pays présentant un risque élevé d’épidémie de polio.

    Ces laboratoires biologiques américains installés en Ukraine travaillent sur trois projets différents :

    Certains surveillent la situation biologique dans les zones où sont déployés les contingents militaires des États du bloc de l’OTAN.
    D’autres collectent et exportent des souches de micro-organismes dangereux vers les États-Unis.
    Et les derniers mènent des recherches sur des agents pathogènes pouvant être transformés en armes biologiques spécifiques à une région, ayant des foyers naturels et pouvant être transmis à l’homme.

    Kirillov a donné pour exemple le fait que depuis 2021, le Pentagone a lancé un projet intitulé « Diagnostic, surveillance et prévention des zoonoses dans les forces armées ukrainiennes » dont le financement s’élève à 11,8 millions de dollars. En 2020-2021, le ministère allemand de la Défense a réalisé des études sur la fièvre hémorragique de Crimée-Congo, la leptospirose, la méningite, et les hantavirus en Ukraine dans le cadre de l’initiative ukraino-allemande sur la garantie de la sécurité biologique aux frontières extérieures de l’Union européenne.

    De plus, sous prétexte de tester des moyens de traitement et de prévention du COVID-19, plusieurs milliers d’échantillons de sérum de patients, principalement d’origine ethnique slave, ont été prélevés en Ukraine pour être envoyés à l’Institut de recherche Walter Reed de l’armée américaine.

    Or, en 2017 un scandale avait éclaté en Russie lorsqu’il a été découvert qu’une société travaillant pour l’armée américaine, collectait des échantillons biologiques et de l’ARN de Russes, faisant craindre leur utilisation pour développer des armes biologiques ciblant une ethnie particulière. Les Ukrainiens étant très proches des Russes sur le plan génétique, il y a de sérieuses questions à se poser sur le but réel de tous ces prélèvements.

    Pour Kirillov, la hâte avec laquelle l’Ukraine a lancé la destruction de toutes les souches de pathogènes dans ces laboratoires biologiques américains, pourrait indiquer qu’ils y travaillaient sur le renforcement des propriétés pathogènes des microbes, ce qui est une violation de la convention sur l’interdiction des armes biologiques et à toxines.
    C’est d’ailleurs aussi ce qui expliquerait pourquoi les États-Unis ont installé ces laboratoires en Ukraine, au lieu de mener de telles recherches sur leur propre territoire : pour éviter de devoir répondre de ce qui s’y passe !

    Et la preuve ultime que ces laboratoires biologiques américains en Ukraine cachent quelque chose a été apportée par Victoria Nuland, la secrétaire d’État américaine, elle-même lors d’une audition au Sénat !

    « L’Ukraine dispose d’installations de recherche biologique dont nous craignons que les troupes et les forces russes ne cherchent à prendre le contrôle. Nous travaillons donc avec les Ukrainiens sur la manière dont ils peuvent empêcher que ces matériels de recherche ne tombent entre les mains des forces russes si elles s’en approchent », a déclaré Mme Nuland.

    Pourquoi tout détruire s’il s’agit d’étudier des bactéries anodines, ou des maladies comme la diphtérie pour lesquelles il y a un vaccin ? Pourquoi avoir si peur que la Russie mette la main sur ces laboratoires, si ce n’est parce qu’il y a des choses à cacher sur ce qu’ils faisaient réellement ?

    Suite à ces révélations, la Chine a exigé des États-Unis qu’elle publie les données sur les buts des recherches qu’ils mènent dans les 336 laboratoires biologiques qu’ils dirigent à travers le monde, dans 30 pays différents.

    Le fait que les États-Unis mènent des recherches sur des pathogènes très dangereux près de la Russie constitue clairement une menace pour elle. Surtout quand on voit jusqu’où certains sont prêts à aller en Ukraine pour faire monter l’hystérie.

    Ainsi, un message publié sur Telegram, par ce qui semble être les centres d’opérations psychologiques et d’information ukrainiens, annonce que « les forces armées russes doivent se retirer [de Kharkov], sinon les fanatiques suicidaires d’Azov feront exploser un réacteur nucléaire expérimental ».

    Comme l’a souligné Rybar, pour y arriver il faudrait que les néo-nazis d’Azov rentrent dans le réacteur, ce qui serait littéralement du suicide, et le faire exploser en mode artisanal tient de la science-fiction. Le but semble plus d’attiser la russophobie et la panique dans la population de Kharkov qu’autre chose.

    Mais avec de telles déclarations, Azov peut désormais être assimilé sans problème aux pires groupes terroristes. Parce que menacer d’une attaque terroriste nucléaire sous prétexte de protection contre l’agression russe, là ça dépasse l’excusable.

    Surtout que si faire exploser ce réacteur expérimental semble compliqué, les néo-nazis ukrainiens ont moins de problèmes à organiser une provocation à l’arme chimique. Ainsi, le ministère russe de la Défense a annoncé que dans la nuit du 9 mars, des néo-nazis ukrainiens ont livré environ 80 tonnes d’ammoniac au village de Zolotchev, au nord-ouest de Kharkov. Selon les habitants qui ont quitté Zolotchev, les néo-nazis leur apprennent à gérer une attaque chimique. Tout cela montre que les néo-nazis ukrainiens préparent une provocation en utilisant des substances toxiques pour accuser la Russie d’avoir prétendument utilisé des armes chimiques.

    Et puisqu’il semble que tous les cinglés sont de sortie en Ukraine, il faut souligner que Zelensky a fait libérer les membres du bataillon Tornado qui étaient en prison pour enlèvements, tortures, viols, et meurtres non seulement d’adultes, mais aussi d’enfants (un fait revendiqué par leur chef Rouslan Onichtchenko), afin qu’ils se battent à nouveau pour Kiev !!!

    Un de ces tarés qui est en liberté, Daniil Liachouk, a déclaré je cite : « Sans la torture, la vie ne serait pas la vie. Il n’y a rien de tel que le frisson de tenir la vie de quelqu’un entre ses mains ».

    Je pense que cette déclaration se passe de commentaire et en dit long sur le genre de cinglés, que Zelensky relâche dans les rues et à qui il donne des armes !!! Dès lors rien d’étonnant à ce que des civils se fassent tuer un peu partout par on ne sait qui, le tout étant mis très facilement sur le dos des Russes.

    C’est d’ailleurs la valse des fakes et des provocations à tous les étages en Ukraine. Ainsi, le post de Zelensky sur la frappe russe contre la maternité de Marioupol, où il déclare que des enfants, leurs mères et des médecins se trouvaient sous les décombres, est un énorme fake. La maternité n’est plus opérationnelle depuis le début de l’opération militaire de la Russie en Ukraine. Les médecins et les patients ont été renvoyés de l’hôpital par les combattants du bataillon nationaliste Azov qui y ont installé des positions de tir !!!

    Le 8 mars, dans une interview accordée à Lenta, le fils d’une des employées de la maternité a déclaré que « dans les derniers jours de février, des personnes en uniforme sont venues à la maternité où travaille ma mère ». « Les militaires ont dispersé le personnel de l’hôpital et installé des postes de tir dans le bâtiment », a-t-il ajouté.

    Ses propos sont confirmés par les images de l’intérieur de la maternité publiées par les chaînes Telegram ukrainiennes après le bombardement. On peut voir les meubles détruits et du verre brisé, mais il n’y a pas de cadavres. S’il y avait eu des femmes et des enfants à l’intérieur, les images sanglantes auraient sûrement déjà fait le tour du monde.

    Les combattants d’Azov ont installé des positions de tir dans les écoles et les maternités, ainsi que sur les toits des immeubles résidentiels, et tout cela a été enregistré sur des photos et des vidéos qui circulent activement.

    Ces méthodes ainsi que le fait d’utiliser les civils comme boucliers humains, sont les mêmes que celles des terroristes en Syrie ! D’ailleurs sur les 10 couloirs humanitaires proposés par la Russie pour le 9 mars, l’Ukraine n’en a accepté que trois, et elle n’a pas préparé les convois, ni informé tant les citoyens ukrainiens que les citoyens étrangers de l’existence de ces corridors.

    Résultat, les néo-nazis ukrainiens continuent de retenir plus de 4,5 millions de civils ukrainiens en otage, et près de 2000 étrangers qui veulent évacuer les villes encerclées. Pour sa part, la Russie a évacué plus de 179 000 civils, dont plus de 45 000 enfants, sans participation ukrainienne depuis le début de l’opération militaire spéciale, et elle a reçu des demandes d’évacuation de plus de 2 millions de personnes situées dans 2000 localités d’Ukraine.

    Christelle Néant
    =*=
    RE-RE-OUCH !

    J’aime

  6. L’Autriche suspend l’obligation vaccinale qu’elle juge comme une atteinte aux droits fondamentaux – 10/03/22 ► https://lemediaen442.fr/lautriche-suspend-lobligation-vaccinale-quelle-juge-comme-une-atteinte-aux-droits-fondamentaux/

    L’Autriche est dans l’obligation de reculer face au virus inoffensif Omicron. « Nous ne voyons pas la nécessité de mettre en œuvre cette vaccination obligatoire en raison du variant Omicron. » Alors que la vaccination était obligatoire au 1er février 2022 à partir de 14 ans, elle est maintenant suspendue jusqu’à nouvel ordre.

    La ministre Karoline Edtstadler a communiqué sur sa page Twitter : « Dans son rapport, la Commission indique que la mise en œuvre de la vaccination obligatoire est actuellement inappropriée. Nous suspendons donc la vaccination obligatoire jusqu’à la prochaine évaluation par la Commission. » Lors d’une conférence de presse à Vienne, elle a poursuivi : « Il y a actuellement beaucoup d’arguments pour dire que cette atteinte aux droits fondamentaux n’est pas justifiée. »

    Nous rappelons à nos lecteurs, le zèle exercé par l’Autriche pour faire plier la population. Ceux qui ne voulaient pas se faire vacciner s’exposaient à de lourdes amendes — jusqu’à 3 600 euros comme le souligne le site Heute. La ville de Linz avait même engagé des inspecteurs de vaccination et les rémunérait 2 774 euros, avec 13e et 14e mois, afin de pourchasser les non-vaccinés dans les rues de la ville. Et comme une horreur peut en cacher une autre, les non-vaccinés ne pouvaient plus quitter leur logement — sauf pour des raisons urgentes — et avaient interdiction d’acheter des cadeaux de Noël aux enfants.

    Le cauchemar ne prend malheureusement pas fin, puisque, comme en France, il ne s’agit que d’une suspension. Les élites n’hésiteront pas à ressortir le fouet pour nous guider vers la seringue.

    Le Média en 4-4-2.

    J’aime

  7. « Je n’ai jamais connu une telle puissance de feu » : un mercenaire britannique a parlé de la bataille avec les Russes en Ukraine – 11 mars 2022 ► https://topcor-ru.translate.goog/24420-ja-nikogda-ne-ispytyval-takoj-ognevoj-moschi-britanskij-naemnik-rasskazal-o-boe-s-russkimi-na-ukraine.html?_x_tr_sl=ru&_x_tr_tl=fr&_x_tr_hl=fr&_x_tr_pto=wapp

    Jason Hague, ancien médecin de l’armée britannique de 34 ans, qui s’est rendu à plusieurs reprises en Irak puis a travaillé comme mercenaire militaire pendant 7 ans, s’est envolé pour l’Ukraine début février. Des amis l’ont découragé, mais il « voulait faire quelque chose de bien », écrit le tabloïd britannique The Sun.

    Haig s’est installé à Kiev et a contacté d’autres mercenaires étrangers. Il a dit que lorsque le 24 février « les chars de Poutine sont entrés », l’unité dans laquelle il a été envoyé pour protéger l’aérodrome de Gostomel avec les forces armées ukrainiennes.

    La situation était confuse. Personne ne savait ce qui se passait. Alors que nous nous dirigions vers l’obscurité, je pense qu’il est juste de dire que j’ai eu peur. Quiconque se met dans cette position et dit qu’il n’a pas peur est un menteur. Quand nous sommes arrivés, c’était très calme. Mais soudain les portes de l’enfer se sont ouvertes devant nous

    il rappelle.

    Haig a déclaré qu’au début, de nombreux avions des Forces aérospatiales russes ont lancé un barrage de missiles sur l’aérodrome. Puis une armada d’hélicoptères d’attaque est arrivée et lui, avec 10 combattants de la Légion géorgienne, a dû se réfugier dans la forêt.

    Nous étions très près de mourir. Je n’ai jamais connu une telle puissance de feu, je pense que personne dans cette génération n’a connu cela. L’Irak et l’Afghanistan étaient complètement différents. Les Russes sont une armée moderne

    – il a dit.

    Après cela, des renforts avec Stinger MANPADS se sont approchés des forces armées ukrainiennes pour détruire les giravions russes, et une bataille s’est ensuivie. Cependant, Haig et son ami américain ont été détenus par l’unité de défense territoriale ukrainienne, qui recherchait des « saboteurs russes ». Ils ont suspecté des étrangers, après quoi ils les ont emmenés à l’installation du SBU pour interrogatoire.

    Un des gardes m’a frappé à la tête. Puis un autre est arrivé, et j’ai su grâce à son équipement qu’il appartenait à une unité d’élite. Ils n’arrêtaient pas de me crier dessus en russe, mais j’ai dit que j’étais anglais. J’ai été touché huit ou neuf fois. J’ai eu une grave commotion cérébrale et j’ai saigné abondamment

    il a précisé.

    Haig a ajouté que les Ukrainiens avaient étudié le contenu de son téléphone et que c’était un moment vraiment effrayant pour lui.

    Je n’avais pas peur de la mort, j’avais peur d’exposer ma famille et mes amis à la douleur s’ils apprenaient que j’étais dans une situation similaire.

    il expliqua.

    Ensuite, ils ont été libérés et Haig avec des centaines de milliers de réfugiés ukrainiens est allé à Lvov. Après cela, il a littéralement couru jusqu’à la frontière polonaise, a pris un train pour Varsovie, puis s’est envolé de l’aéroport vers le Royaume-Uni. Il est arrivé chez lui à Kidderminster le 4 mars. Le voyage en Ukraine a été une mauvaise expérience.

    Je n’y suis pas allé pour mourir

    il a résumé.
    =*=
    Voilà, voilà, voilà…

    J’aime

  8. George Soros a aidé Zelensky à devenir président de l’Ukraine grâce à une campagne de propagande massive ; maintenant il soutient le régime fantoche qu’il a installé. Le fait que George Soros puisse vivre librement dans n’importe quelle société démocratique, y compris aux États-Unis, après avoir délibérément œuvré pour saper et détruire ces démocraties devrait vous dire à quel point il a vraiment de la richesse et de l’influence ► https://www-naturalnews-com.translate.goog/2022-03-03-george-soros-helped-zelensky-become-president-of-ukraine-propaganda.html?_x_tr_sl=en&_x_tr_tl=fr&_x_tr_hl=fr&_x_tr_pto=wapp

    Article traduit automatiquement en français.

    J’aime

  9. La Fed n’est qu’à une réunion de créer un puits apocalyptique sur les marchés – Par Brandon Smith − Le 10 février 2022 − Source Alt-Market
    https://versouvaton.wordpress.com/2022/03/10/la-fed-nest-qua-une-reunion-de-creer-un-puits-apocalyptique-sur-les-marches/

    Le taux effectif des fonds de la Réserve fédérale (EFFR) est pratiquement nul depuis longtemps. Il est un peu étrange de penser au fait qu’il y a 14 ans, la banque centrale a contribué à déclencher le krach de 2008 et que nous en subissons encore les conséquences aujourd’hui. Je n’avais commencé à écrire pour le mouvement pour la liberté que deux ans auparavant. Le temps qu’il faut pour que les catastrophes économiques se développent est bien au-delà de la capacité d’attention de la personne moyenne. En fait, de nombreuses personnes adultes aujourd’hui n’ont aucune idée de ce qui s’est passé en 2008 parce qu’elles étaient à l’école primaire quand cela s’est produit.

    C’est ainsi que l’establishment est capable de s’en tirer avec les changements négatifs de notre niveau de vie national – parce que ces changements se produisent généralement au cours de décennies et presque personne ne le remarque.

    Cela dit, il arrive un moment dans tout effondrement financier où le plancher est aussi mince qu’il ne le sera jamais. Lorsque le prochain éboulement surviendra, il se brisera en même temps que tous les meubles. À ce stade, il n’y a pas d’effondrement lent, tout tombe d’un coup. Nous avons déjà vu ce scénario en action, et encore une fois, je ne pense pas que beaucoup de gens se souviennent de cet événement.
    Voici ce que la plupart des gens ont oublié

    En 2018, la Fed a commencé à faire allusion à l’institution non seulement de hausses de taux, mais aussi de réductions des achats d’actifs et de son bilan simultanément. Il est important de comprendre que les taux effectifs étaient proches de zéro depuis près d’une décennie et que les prêts au jour le jour bon marché de la banque centrale alimentaient l’un des plus longs bonanzas de rachat d’actions d’entreprises de l’histoire. Les rachats d’actions et l’argent facile de la Fed ont facilité un marché haussier presque sans fin pour les actions. L’absence de réelle découverte des prix et la frénésie perpétuelle étaient telles que le mantra pour les actions est devenu « Achetez le putain de creux ! ».

    L’hypothèse était que la Fed allait toujours intervenir pour protéger les marchés de la chute. Pourquoi ? Parce qu’elle l’avait fait pendant plusieurs années, créant l’une des plus fortes hausses du Dow et du Nasdaq de tous les temps. Pourquoi feraient-ils quelque chose de différent ? Mais, en 2018, pendant une courte période, nous avons été témoins de ce qui se passerait si la banque centrale retirait le bol de punch et ça na pas été joli joli.

    À l’approche de la mi-2018, la Fed a commencé à relever les taux et à réduire son bilan de manière plus agressive. Nous avions assisté à de petites hausses de taux intermittentes depuis 2015, mais celles-ci n’avaient pas coïncidé avec des réductions d’actifs ou des changements dans les prêts au jour le jour accordés aux grandes banques et aux entreprises. Les marchés ont immédiatement commencé à se retourner plus que nous ne l’avions vu depuis un certain temps, les prix de l’essence ont bondi et la courbe des taux s’est aplatie après une hausse des taux d’à peine 50 points de base. Il n’en fallait pas plus pour provoquer une panique chez les investisseurs.

    Donc, pour être clair, le principal cadre d’affaires et d’investissement des États-Unis a été tellement dépendant du crédit bon marché de la Fed que la moindre augmentation des taux d’intérêt a suffi à déstabiliser presque tout le système. Bien sûr, les téléscripteurs du marché haussier dans les médias ont manqué le but de cet exercice.

    La Fed a inversé le cours des hausses et de son bilan à la mi-2019, de sorte que les médias dominants ont de nouveau supposé que cela signifiait que la banque centrale ne permettrait « jamais » aux marchés de chuter.

    En 2018, l’argument était qu’il n’était pas nécessaire pour la Fed de relever les taux ou de faire chuter les actifs parce qu’il n’y avait pas de menace imminente d’inflation. L’économiste moyen et les médias refusaient de reconnaître les nombreux signes avant-coureurs indiquant qu’une forte inflation allait nous frapper à court terme. Mais la Fed sait exactement ce qu’elle fait et comprend que les milliers de milliards de dollars qu’elle a créés de toutes pièces après la crise des produits dérivés finiront par revenir frapper l’économie américaine sous la forme d’une inflation des prix et d’une stagflation.

    Un autre fait intéressant concernant les hausses de 2018 est que Jerome Powell avait mis en garde contre les conséquences de telles actions des années auparavant, en 2012, lors de la réunion d’octobre de la Fed :

    …Je pense que nous sommes en fait à un point où nous encourageons la prise de risque, et cela devrait nous faire réfléchir. Les investisseurs comprennent vraiment maintenant que nous serons là pour éviter des pertes sérieuses. Ce n’est pas qu’il est facile pour eux de gagner de l’argent, mais ils ont tout intérêt à prendre plus de risques, et ils le font. Pendant ce temps, il semble que nous soyons en train de faire éclater une bulle de durée des titres à revenu fixe dans tout le spectre du crédit, ce qui entraînera des pertes importantes lorsque les taux remonteront. On peut presque dire que c’est notre stratégie.

    Jerome Powell

    Pourtant, il a quand même approuvé cette politique une fois qu’il est devenu président. Pourquoi ?

    Parce qu’on lui a ordonné de le faire. L’ancien président de la Fed, Alan Greenspan, a admis un jour que la banque centrale ne répondait à personne au sein du gouvernement, mais cela ne signifie pas que la Fed est indépendante. La Fed n’est qu’une partie d’une plus grande machine bancaire centrale mondiale sous la surveillance de la Banque des règlements internationaux.

    Ce n’est pas une « théorie du complot », c’est tout simplement la réalité. L’idée que la Fed agit de manière irréfléchie ou que son objectif est de maintenir l’économie américaine à flot est tout simplement fausse. Des plans bien plus importants sont en jeu.
    La prochaine crise économique délibérément orchestrée

    Ma position à l’époque reste la même aujourd’hui : Les hausses de taux de 2018 étaient un test pour une crise plus agressive et délibérément fabriquée plus tard. La Fed a son propre agenda, elle ne se soucie pas de protéger les marchés américains, ni même de protéger l’économie américaine en général.

    Je soutiens que la Fed est une arme pour le changement social et politique en Amérique et une partie de son travail consiste à réduire considérablement le niveau de vie de la population tout en faisant croire que ce déclin est une conséquence « naturelle » du système américain.

    N’oubliez pas que nul autre que Karl Marx insistait sur le fait que les banques centrales étaient un pilier essentiel d’un système socialiste/communiste et de sa capacité à maintenir le contrôle du public. Comme Marx l’a noté dans son Manifeste du Parti communiste rédigé avec Fredrick Engels, « des atteintes despotiques aux droits de propriété » seraient « inévitables comme moyen de révolutionner entièrement le mode de production ». En d’autres termes, afin d’atteindre leur objectif révolutionnaire, les communistes devraient détruire les droits de propriété.

    Parmi ses dix exigences pour un gouvernement communiste, le numéro cinq dit :

    Centralisation du crédit dans les mains de l’État, au moyen d’une banque nationale à capital d’État et à monopole exclusif.

    Le contrôle de la monnaie et du cadre du crédit signifie le contrôle de la population de toute nation donnée, car il permet à une autorité centrale de réduire le niveau de vie « scientifiquement. » C’est-à-dire qu’ils peuvent créer un déclin ou un effondrement économique à partir de rien.

    Mais pourquoi faire cela ? Parce que le désespoir financier est le moyen le plus rapide de créer une dépendance du public envers une autorité centrale.

    Tous les régimes collectivistes de l’histoire ont utilisé la pauvreté et la quasi-famine, ou le rationnement et la gestion de la production par le gouvernement, pour garder leurs populations sous contrôle. Ce n’est pas nouveau, mais pour une raison quelconque, beaucoup de gens pensent que cette stratégie ne sera jamais tentée en Amérique. Ils pensent que l’establishment « a besoin » de l’économie américaine intacte. Ils se font tout simplement des illusions.

    Lorsque le gouvernement et les élites derrière le gouvernement deviennent la maman et le papa de tout le monde et les seuls fournisseurs des moyens de survie, il est peu probable que les citoyens tentent de se rebeller. En d’autres termes, les gens mordent rarement la main qui les nourrit.

    Ainsi, les banques centrales et leurs partenaires commerciaux et politiques suivent le modèle marxiste et cherchent à devenir la main qui nourrit ; par la manière forte, par la manière faible ou par un effondrement financier si nécessaire.

    J’ai couvert cet agenda des banques centrales et de la Fed dans de nombreux articles l’année dernière, mais nous sommes maintenant confrontés à l’inévitabilité des hausses de taux de la Fed. Pourtant, je vois encore de nombreux analystes dans les médias grand public et dans les médias alternatifs qui refusent d’admettre que les chances sont élevées que les banquiers centraux se livrent à nouveau à une démolition des hausses de taux, seulement cette fois, il est peu probable qu’ils aient pitié comme ils l’ont fait en 2018.

    Qu’est-ce qui a changé depuis le dernier cycle de resserrement ? Eh bien, en 2022, nous avons maintenant une stagflation immédiate et évidente avec une inflation des prix de la plupart des produits de première nécessité atteignant des sommets de 40 ans. C’est quelque chose dont les médias alternatifs ont averti depuis un certain temps et maintenant le moment est arrivé. Oubliez l’index des prix officiel, il n’est vraiment pas pertinent et ne tient même pas compte de la nourriture, du logement et de l’énergie. Ce qui compte, c’est le portefeuille de l’Américain moyen et la façon dont il est vidé.

    Malheureusement, cela ne va faire qu’empirer. La Fed a créé une situation sans issue dans laquelle l’inflation va frapper fort, qu’elle augmente ou non les taux.

    Préparez-vous à ce que la courbe des taux s’aplatisse à nouveau et à ce que les obligations du Trésor à long terme soient abandonnées par la plupart des investisseurs étrangers. Préparez-vous également à ce que la valeur du dollar s’effondre encore, après une courte hausse initiale, en raison de la chute des actions.

    Je pense que la Fed s’en tiendra à des hausses de taux cette fois-ci parce qu’elle doit au moins être perçue comme « essayant » de faire quelque chose contre l’inflation – la même inflation que la Fed a elle-même créée pendant plus d’une décennie d’impression de monnaie fiduciaire et de crédit facile.

    L’inflation des prix sera agressive cette année et l’année prochaine, quoi que fasse la Fed. Les coûts vont augmenter de manière exponentielle pour la plupart des gens. Cela ne signifie pas que nous aurons affaire à une inflation de type Weimar avec des brouettes pleines de « Benjamins » pour acheter une miche de pain. Je parie que nous verrons le gouvernement contrôler les prix avant que cela n’arrive (ce qui déclenchera des pénuries massives de biens).

    Cependant, il suffit de peu de choses en termes de flambée des prix pour provoquer un effondrement. Une augmentation de 50 % des coûts globaux écraserait un grand nombre de ménages américains et les pousserait à demander de l’aide, peut-être sous la forme d’un revenu de base universel et, en fin de compte, d’un passage complet à une forme de monnaie numérique.

    Par le passé, la Fed a eu recours à des hausses de taux d’intérêt en cas de faiblesse économique, notamment au début de la Grande Dépression. Nous avons également vu la Fed augmenter les taux d’intérêt jusqu’à 12,3 %, comme elle l’a fait pendant la crise inflationniste de 1974. Ces hausses ont écrasé un grand nombre de petites et moyennes entreprises à l’époque. En fait, mon propre grand-père avait développé son entreprise de camionnage avec de multiples véhicules, des millions de dollars et une grande quantité de crédit au début des années 70, pour voir son entreprise détruite par la montée en flèche des taux d’intérêt. La crise de la stagflation des années 1970 n’était rien comparée à ce à quoi nous sommes confrontés aujourd’hui.
    Préparez-vous aujourd’hui, car demain il sera trop tard

    La conclusion est évidente : il faut se préparer. L’inflation des prix est déjà là et je pense que l’augmentation des coûts du crédit est en cours. Se préparer, c’est faire le plein de produits de base que vous et votre famille utilisez régulièrement. Achetez aux prix les plus bas d’aujourd’hui pour ne pas avoir à acheter aux prix beaucoup plus élevés de demain. Si vous avez des dettes, je vous suggère de les régler maintenant si vous le pouvez, et de ne pas contracter de nouvelles dettes si vous le pouvez.

    Ne vous attendez pas à ce qu’emprunter à des taux fixes aujourd’hui vous assure des taux fixes demain.

    Investissez dans des produits de base qui ne perdent pas de valeur à cause de l’inflation, en particulier les métaux précieux physiques. Un jour viendra où les prix de l’or et de l’argent dans la rue exploseront bien au-delà des faux marchés de l’or en papier.

    Plus important encore, organisez-vous avec des personnes partageant les mêmes idées dans votre communauté. Le commerce doit se décentraliser et se localiser pour survivre à la stagflation, et chaque communauté aura besoin de réseaux de producteurs et de marchés pour faciliter ce changement. Nous ne pouvons plus compter sur la chaîne d’approvisionnement et l’économie mondiale ; en tant que culture, nous devrons réapprendre à subvenir à nos besoins et à ceux de nos proches.

    Brandon Smith

    Traduit par Hervé pour versouvaton.wordpress.com

    VIA ► https://olivierdemeulenaere.wordpress.com/2022/03/10/la-fed-nest-qua-une-reunion-de-creer-un-effondrement-apocalyptique-du-marche/

    + commentaire sous l’article chez OD de nobodyiseverywhere ► https://olivierdemeulenaere.wordpress.com/2022/03/10/la-fed-nest-qua-une-reunion-de-creer-un-effondrement-apocalyptique-du-marche/#comment-205189

    La croissance c’est le crédit, le crédit c’est la confiance, la confiance c’est l’avenir.
    Pas de crédit, pas d’avenir. C’est pourtant simple.

    Brisez la coopération en brisant la confiance et vous provoquez un schisme social : les pro état nounou avec ceux qui en profitent et de l’autre côté ceux qui sont contre toute forme d’aide et sont autonomes et ne veulent pas payer pour les autres.

    Le combat existe depuis des millénaires. La forme va changer avec la numérisation, mais le fond est identique. En revanche c’est terminé, on n’en sortira pas tant que les ordinateurs seront allumés. Vous êtes prévenus. Ça sera le cyber féodalisme ou la paysannerie anarchiste, mais certainement pas les deux.

    La réduction démographique d’un camp serait envisageable. Mais ne rêvez pas, ils ne tiendront pas un seul pays en montant de 50% les couts avec des ratios population/force de l’ordre de 1/10000 et un manque d’approvisionnement. Ils vous font peur mais mais collectivement ils vont s’organiser pour maintenir juste le filet d’air avant la noyade, parce que s’ils laissent la population sans ressource ni aide ni contrôle c’est le chaos et ils perdront tout. Ils ne laisseront jamais faire, et surtout, le plus important, quand le système vacille, les plus grands détracteurs du système qui vivent par leur mise en lumière via son support se mettent TOUS à le défendre ! ba oui, sinon y a plus de médias, plus de système d’informations, plus de marketing, plus de canal de rente et du coup, la honte, il faut retourner au champ.

    Ne rêvez pas, le chaos n’arrivera pas, ils ne peuvent pas, et la majorité des gens soumis ne le voudront pas, ils préfèrent être soumis et aliénés plutôt que de crever de faim en vivant dehors à poils. Parce qu’ils n’ont jamais rien connu d’autre et ignorent qu’une autre réalité est possible, c’est la cruelle réalité, le monde est une prison d’intersubjectivisme dont personne ne peut s’échapper.

    C’est la beauté du mensonge, de l’ordre imaginaire depuis des millénaires, les hommes manipulent les hommes, et se fourvoient les uns les autres dans des croyances éparses. De tout ordre, pas que religieux. Mais l’aspect religieux a joué son rôle c’est une évidence, on ne peut pas le nier.

    emmerdez-les et restez analogiques ! C’est le meilleur truc à faire !

    J’aime

  10. Il paraît que pour près d’un Français sur deux, le bilan de Macron est bon ?

    https://olivierdemeulenaere.wordpress.com/2022/03/10/il-parait-que-pour-pres-dun-francais-sur-deux-le-bilan-de-macron-est-bon/

    J’aime

      1. J’avais pas vu l’affiche de la Picrasse !
        le courage de faire ?
        Quoi ? sa crotte aussi comme l’emmerdeur !
        Faut les mettre sous transipeg ces cons-tipés
        Non vraiment rien à garder…

        J’aime

  11. J’aime

  12. Qu’avez vous fait ?!

    13/01/21 ► Les mesures de confinement n’empêchent pas les décès, la transmission ne se fait pas par contact, les masques n’apportent aucun bénéfice, les vaccins sont intrinsèquement dangereux ► Version PDF N° 130121 de 28 pages de la remarquable synthèse du Pr. Denis Rancourt sur ce qu’on sait aujourd’hui SCIENTIFIQUEMENT sur le SRAS-CoV-2 et la « pandémie » COVID-19 associée ► À DIFFUSER SANS PITIÉ pour STOPPER IMMÉDIATEMENT la MASCARADE et l’imposture avant qu’elles ne nous enferment dans sa dictature technotronique eugéniste programmée ► https://jbl1960blog.files.wordpress.com/2021/01/synthese-du-pr-denis-rancourt-sur-le-sras-cov-2-et-la-pandemie-cov19-associee-maj.pdf ;

    Cliquer pour accéder à synthese-du-pr-denis-rancourt-sur-le-sras-cov-2-et-la-pandemie-cov19-associee-maj.pdf

    Macron l’homme qui a fumé l’Hôpital en supprimant 17600 lits en 5 ans…

    J’aime

  13. On est tout à fait d’accord Marie-Estelle…
    Que Martin arrête de BLA-bla-CHIER alors ?

    J’aime

  14. REINFO COVID TV
    CSI n°46 – Conseil scientifique indépendant
    Ce soir se tiendra la 46ème réunion publique avec des présentations par les membres suivants du CSI et invités :

    Patrick Meyer : L’impact des vaccins sur la surmortalité européenne en 2021
    Michel Cucchi : « Gestion de la grippe H1N1, l’industrie du médicament et la décision publique »

    Suivez cette émission en priorité sur Crowdbunker, la plate-forme de libre-expression

    https://crowdbunker.com/v/2G6td5oU

    Retrouvez nos vidéos sur Odysee :
    https://odysee.com/@Reinfocovid:2

    Retrouvez également les découpes par thèmes des CSI en vidéos courtes sur Odysee :
    Sur la chaîne de Reinfocovid de la Reunion:
    https://odysee.com/@ColCovMed-Reunion:9

    Nous serons heureux de vous accueillir en direct à partir de 21h et de répondre à vos questions sur les sujets abordés

    J’aime

  15. Le marasme total d’un système obsolète et criminel… (Résistance 71) ► https://resistance71.wordpress.com/2022/03/11/le-marasme-total-dun-systeme-obsolete-et-criminel-resistance-71/

    Résistance 71 – 11 mars 2022 : Les ordures du pouvoir via leur inepte système criminel étatico-marchand en phase terminale d’implosion et culminant dans l’horreur OTANesque du terrorisme 24/24, amènent le monde à la 3ème guerre mondiale pour çà

    Vous n’avez pas l’impression qu’on se fout de votre gueule en long, en large et en travers ?…

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s