Réflexions sur le totalitarisme avec Hannah Arendt – Version PDF inédite JBL1960 de larges extraits de traduction de R71

LEVONS-NOUS POUR DIRE NON AUX TOTALITARISMES D’HIER & D’AUJOURD’HUI !

NAZISME COVIDISME

Si nous ne nous levons pas pour stopper le COVIDisme EnMarche & en cadence, l’Humanité trépaSSera !

Hannah Arendt PDF 06 12 21

Réflexions sur le totalitarisme avec Hannah Arendt, traduction R71 par de larges extraits du livre The Origins Of Totalitarism, Harcourt réédition 1994, Chapitre 13,  dans une version originale et inédite au format PDF N° 6122021 de 19 pages ► https://jbl1960blog.files.wordpress.com/2021/12/hannah-arendt-reflexions-sur-le-totalitarisme-pagination-jbl1960-de-la-traduction-de-r71-decembre-2021.pdf

Cliquer pour accéder à hannah-arendt-reflexions-sur-le-totalitarisme-pagination-jbl1960-de-la-traduction-de-r71-decembre-2021.pdf

À RETROUVER DANS MA BIBLIOTHÈQUE PDF

Présentation R71 : Lisez ce qui suit et pensez à la situation actuelle sous la dictature sanitaire générée par la crise COVID19 fabriquée. À maintes reprises au fil des ans nous avons affirmé qu’il n’y a pas de différence fondamentale entre la république française ou toute autre entité politique parlementaire et les pires régimes tyranniques que l’histoire a connus. Tout n’est qu’une question de degré. Hannah Arendt avait décortiqué le processus il y a plus de 60 ans déjà. Rien n’a changé, nous sommes toujours à ce degré 0 de l’infantilisme politique. Ne pensezvous pas qu’il est plus que temps de grandir et de devenir politiquement adulte ? De fait, cette crise COVID bidon nous en offre l’opportunité, à nous de la saisir !

Page 10 du PDF Note de R71 : notez bien ce que dit Hannah Arendt dans les lignes suivantes et pensezy dans le contexte actuel de la “peur COVID19

ALORS ? PRÊT POUR LE GREAT RESET DU COVIDISME ?

JEDI CROYANT AU COVIDISME RIEN 03 12 21

OU POUR LE GREAT RESIST / GRAND RÉVEIL ?

GREAT RESIST SOYEZ COMME L'EAU JOYEUSE CAMARADES RIEN JBL 23 11 21

L’HEURE DU CHOIX A SONNÉ ! NOUS Y SOMMES !

  • Soit rejoindre les cyborgs et c’est FIN de PARTIE pour l’HUMANITÉ,
  • Soit être et incarner la RÉSISTANCE et c’est FIN de PARTIE pour l’OLIGARCHIE !

LE POIDS DATAGOULE RIEN 04 12 21

NOUS SOMMES LA SOLUTION !

+ BIBLIOTHÈQUE PDF ;

+ DOSSIER SPÉCIAL CORONAVIRUS ;

+ CHRONIQUES DU PRESQUE Dr. T’CHÉ-RIEN ;

+ LES CHRONIQUES DE ZÉNON ;

+ TOUT LE RESTE pour se retrouver à l’air libre et semer autrement

JBL1960

111 réflexions sur « Réflexions sur le totalitarisme avec Hannah Arendt – Version PDF inédite JBL1960 de larges extraits de traduction de R71 »

    1. Dans le fond, le gouvernement ment depuis le début et il suffit de voir qui est insulté et ostracisé pour trouver la vérité. C’est assez simple…

      J’aime

  1. AUTRE RÉFLEXION POUR DIRE NON !

    Covid : Vaccins, pass et omicron : actualisation ► https://www.covid-factuel.fr/2021/12/05/covid-vaccins-pass-et-omicron-actualisation/

    La tendance exprimée ici depuis 8 jours se confirme : vaccins : bof. Pass : zéro pointé. Omicron : sympa.

    Il y a trois jours, « les chiffres qui ne se discutent pas », semblaient montrer l’échec de la vaccination, 2 fois plus de vaccinés semblant avoir un effet plus négatif que positif. En ce qui concerne la baisse des cas graves, j’avais dit qu’il fallait attendre quelques jours, mais que cela ne semblait pas si évident que ce qu’on nous disait. Il y a une semaine, je pensais que l’omicron ne semblait pas méchant, et était peut-être une aubaine.

    Qu’en est-il après quelques jours de plus, la tendance se confirme-t-elle ? Il semble que oui. Pour ce qui est de l’envolée de la cinquième vague, j’avais montré que nous avions 2 fois plus de vaccinés deux doses que pour la quatrième vague. Nous avons maintenant clairement dépassé cette quatrième vague, du moins dans sa zone ascensionnelle. Pire, nous sommes en train de rejoindre celle de la fin 2020, où il n’y avait pas de vaccin du tout. Peut-on alors conclure que plus on vaccine, plus on a de cas ? C’est du moins ce que l’on peut penser devant ces chiffres, avant de rechercher quels pourraient être les biais.

    Comparer fin 2021 avec fin 2020 est difficile, ce n’est pas le même virus, delta est plus contagieux, ceci peut expliquer cela, mais en tous cas, les vaccins ne l’auront pas atténué, confirmant le peu ou pas d’efficacité sur le delta. On s’en doutait, c’était avoué à demi-mots, c’est confirmé. Mais alors à quoi bon vacciner contre un variant sur lequel le vaccin a si peu de prise ? On le pensait il y a un an efficace au moins un an, après 6 mois on parlait de 6 mois, il semble que cela soit moins, on commence à parler de 5 mois. Si efficacité il y a, ce n’est que très temporaire. Demain on nous dira 3 mois ?

    Comparer les quatrième et cinquième vagues, est là très intéressant : nous sommes à conditions égales. C’est le même variant, la seule différence étant qu’il y a deux fois plus de vaccinés, et là on voit que cela n’a rien amélioré, puisque c’est pire. Quant au pass, qui a été ajouté à la vaccination, le résultat est nul, négatif, il n’a rien empêché du tout. Nous l’avions dit au départ, ce n’était qu’un permis de contaminer pour les vaccinés, porteurs et dispensés de contrôles et de mesures d’évitement. Il a bien permis d’aggraver les choses, 78 % de la population étant libre de contaminer 100% de celle-ci.

    Pire, on nous avait dit : “on impose le pass, sinon c’est un confinement”. Les chiffres vont droit vers les critères qui ont motivé les précédents confinements. En pastichant une célèbre citation de Winston Churchill, il aurait dit aujourd’hui : « vous avez choisi le pass pour éviter le confinement, vous aurez le pass ET le confinement ».

    Restent les formes graves. Il paraît que maintenant, la seule action du vaccin, qui n’empêche pas, malgré 3 doses, ni d’être contaminé, ni l’explosion d’une vague épidémique, serait de diminuer les formes graves. Si on pouvait le penser il y a quelques mois devant les chiffres, cela semble de moins en moins évident. Voici la courbe des nouvelles hospitalisations, quatrième et cinquième vague (non terminée). Vous voyez une différence ?

    Voici maintenant la courbe des personnes en soins critiques. Une différence ? 2066 patients contre un pic à 2294 pour la quatrième vague. 10 % de moins, mais il y a toujours un petit décalage. Encore 200, sans doute dans 3-4 jours, et nous serons à égalité avec la quatrième vague. Et même si on restait à 90%, le compte n’y est pas : autant d’hospitalisations (et même 300 de plus ce jour), 10% de réas en moins pour deux fois plus de vaccinés.

    On nous dit que 80% des hospitalisés sont non vaccinés, tous ces mauvais chiffres, c’est de leur faute. Livrons-nous à un petit calcul simple. Soit 100 cas positifs, aucun vacciné, 10% vont en réanimation, soit 10 patients. Ensuite 80 % de vaccinés, vaccin efficace à 100%, reste 0 + 2 malades hospitalisés (10% des non vaccinés). Vous me suivez ?

    Maintenant supposons le vaccin efficace à 50%. Avec 80% de vaccinés, vaccins à 50%, cela fait 4 (vaccinés) + 2 (non vaccinés), soit 6, au lieu de 10 sans vaccin. Or nous restons à 10 ! Pour que les non vaccinés remplissent 80% des lits, le même mode de calcul mais un peu plus complexe, donnerait donc 8 malades hospitalisés non vaccinés pour 20% de la population, ce qui fait que le delta serait responsable de 4 fois plus d’hospitalisations, or on sait qu’il est un peu moins nocif. Conclusion : sornettes.

    Vous m’objecterez que j’ai fait ces calculs avec 80% de vaccinés, nous n’y sommes pas, c’est vrai. C’est pour arrondir et rendre la démonstration plus claire, mais je vous invite à le refaire avec 76 ou 78% de vaccinés (deux doses), vous tomberez dans les mêmes proportions. Je vous objecterai aussi que je suis en dessous de la réalité, car la population majoritairement sujette aux hospitalisations et cas graves est vaccinée à plus de 90%. Si les 10% restants occupent 80% des lits, cela veut dire qu’ils sont 5 fois plus malades qu’avant !

    Restent les décès. Il y a moins de décès (20% de moins pour le moment, la croissance des 8 derniers jours a été de 35%), mais il y a toujours un décalage, on ne meurt pas le jour de l’hospitalisation, le schéma du décès le plus courant étant : hospitalisation en soins normaux, aggravation, hospitalisation en soins critiques, aggravation, décès. On ne peut juger correctement que dans 10-15 jours.

    OMICRON

    Je vous avais écrit il y a une semaine, qu’omicron, sorti quelques jours plus tôt, était sans doute moins virulent. Depuis je suis tous les jours l’Afrique du Sud sur OWD. Cette impression se confirme sur ces courbes : courbe de cas, explosion ; courbe de décès, calme plat, voire baisse.

    Maintenant une petite réserve : le décalage entre la détection des cas et les décès, il faut attendre 15 jours pour confirmer s’il y a moins de décès, ce que l’on ne peut affirmer aujourd’hui. Par contre qu’en est-il des hospitalisations, plus ou moins concomitantes des cas, et précédant les décès ? Moins d’hospitalisations, c’est clair, mais là encore prudence, en valeur absolue ces hospitalisations ont doublé en 15 jours. Alors j’ai regardé les deux vagues précédentes, avec le même niveau de cas que la vague actuelle au 4 décembre, soit 150 par million d’habitants, chiffre actuel. Ces 150 étaient atteint les 20 décembre 2020 et 17 juin 2021. Il y a aujourd’hui 17 hospitalisation/million, pour 130 les 20 décembre et 17 juin, soit 8 fois moins. Si on regarde les décès, les chiffres étaient respectivement de 3,37/million le 20 décembre, 2,17 le 17 juin, pour 0,4 aujourd’hui, soit 5 à 8 fois moins. À suivre.

    Afrique du Sud, pays 3 fois moins vacciné que la France, pas de 3e dose en cours : ce jour, 3,5 fois moins de cas, alors qu’ils en étaient au même point pour la vague précédente. Depuis nous avons doublé les vaccinés :

    Enfin petite note optimiste : chez nous le R plafonne depuis 10 jours. Espérons que c’est le signe d’une future descente, à moins qu’omicron vienne jouer les trouble-fête. Ceci dit, s’il confirme qu’il est peu virulent, et nous le saurons de manière plus précise dans 15 jours, il faudra supprimer le pass, mettre tous les enfants à l’école et tous faire la fête pour profiter d’une contamination avec un virus plus gentil, et ainsi obtenir une immunité plus solide et plus durable. Cela tombe bien, c’est Noël. J’ai toutefois bien peur qu’on nous réserve l’inverse : un petit confinement pour changer. A suivre.

    =*=
    ARRÊTEZ D’AVOIR PEUR ! Car la mort est au bout du chemin !

    J’aime

  2. STOPPONS CE GÉNOCIDE EN COURS !

    L’ancien basketteur professionnel Ben Madgen a une péricardite après le vaccin Pfizer ► https://lemediaen442.fr/lancien-basketteur-professionnel-ben-madgen-a-une-pericardite-apres-le-vaccin-pfizer/

    L’Australien Ben Madgen âgé de 36 ans, ancien basketteur professionnel, a reçu mercredi 1er décembre un diagnostic de péricardite (inflammation cardiaque) après sa deuxième dose du vaccin Pfizer. Ce père de deux enfants — connu pour avoir été le meilleur buteur en université de tous les temps pour les Jaguars et la Peach Belt Conference (PBC) avec 2 306 points — se pose beaucoup de questions après les révélations de son médecin à l’hôpital.

    Celui qui a quitté les Kings pour rejoindre l’Europe en passant par la Belgique (VOO Wolves Verviers-Pepinster), la Lituanie (Lietkabelis Panevėžys) et encore l’Allemagne (Crailsheim Merlins) transmet à ses abonnés dans un post sur Twitter — partagé plus de 15 000 fois — les confidences de son médecin : « Je me suis retrouvé aux urgences mercredi soir après avoir pris la deuxième dose de Pfizer. Diagnostiqué avec une péricardite. Le médecin a déclaré que c’était maintenant courant après le vaccin Pfizer, en particulier chez les adolescents et les jeunes hommes. »

    Du haut de ses 1,93 mètre, Ben Madgen entre dans la longue liste des victimes d’effets secondaires.

    Le média en 4-4-2

    J’aime

    1. Des nouvelles de la première vaccinée de France contre le Covid… et elles sont catastrophiques !!!! Son fils l’a annoncé, maintenant elle a Creutzfeld Jakob depuis cette m…!!!!!

      Bon les Mauricette n’ont pas l’pot !

      Marc Doyer l’a immédiatement contacté, comme vous pourrez le voir…

      J’aime

  3. LA LISTE des médecins corrompus ayant adressé un blame au Professeur Raoult.

    Ils affirment que l’hydroxychloroquine est inefficace. lancez l’idée du boycott des ces charlatans.
    liste des enfoirés de bordeaux.

    Président
    BROUCAS FABRICE

    Vice-Présidents
    FONTANGES-DARRIET MARIANNE, GUEZ STEPHANE, LABADIE BENEDICTE
    RAINFRAY MURIEL, ,ROSSINI KEVIN, VEAUX PHILIPPE

    Secrétaire Général
    GLEDINE CHRISTIAN

    Secrétaires généraux adjoints
    BOULON SOPHIE

    Trésorier
    MOLLAT CONSTANCE

    Titulaires
    COLLE MICHEL, DOMBLIDES PHILIPPE, DUPONT-BISCAYE CATHERINE, LABORDE MARIE-NADINE
    LAJZEROWICZ NATHALIE, LE HUEC Jean-Charles, MAUBOURGUET NATHALIE, MONSEC PIERRE,
    PLADYS KARINE, ROCHE SANDRINE, SANANES JEAN-CHRISTOPHE, SANGARE HABIB
    SAURA LAURENT, THOMPSON WENDY
    Suppléants
    AGUEDO MELANIE, AHOUANDJINOU JOSEPH, BRUNOT CLAIRE, CADIER LAURENT
    DAUT MICHELE, DEMAY JEAN-MARC, DOUTRE MARIE-SYLVIE, FERCHAUD BERNARD
    FORQUET DE DORNE MARIE-ANGE, GUERIN EMMANUELLE, HIPPOLYTE-CODOGNET CHRISTIANE
    LACHER-FOUGERE STEPHANE, LEPOUTRE AUDE, MONROY JOCELYNE
    MONTAUDON MICHEL, PASTICIER GILLES, RAPON CHRISTOPHE, ROLLIN BRUNO
    TENTILLIER ERIC,

    Pour leur faire ravaler !

    APPEL À BOYCOTT car point n’est besoin de leur rien arracher, il suffit de ne leur plus rien donner !

    Nouvelle version PDF N° 59B de 39 pages ► https://jbl1960blog.files.wordpress.com/2020/06/discours-de-la-servitude-volontaire-detienne-de-la-boetie-1548-preambule-de-r71-et-franc3a7ois-rabelais-version-2020.pdf

    Cliquer pour accéder à discours-de-la-servitude-volontaire-detienne-de-la-boetie-1548-preambule-de-r71-et-franc3a7ois-rabelais-version-2020.pdf

    J’aime

  4. Pour affuter notre réflexion ► https://autonomes.blogspot.com/2021/12/deuxieme-edition-du-talk-show.html

    Deuxième édition du Talk Show hebdomadaire de « La Chaîne Humaine »

    Présenté par « Un être humain » accompagné de « Momotchi », Jérémie Mercier et Pierre de la chaîne « Décoder l’éco » pour revenir sur l’actualité avec de la légèreté et un peu d’humour

    Diffusé en direct il y a 18 heures

    J’aime

  5. UNE PUNITION SUPPLÉMENTAIRE POUR LES GRECS NON VACCINÉS – du 6 au 10 décembre 2021 :
    CHRONOLOGIE D’UNE PANDÉMIE ORGANISÉE : Ils devront payer 100 euros par mois !!! Parce qu’ils refusent d’être vaccinés ! De notre lecteur suisse Mr Petit : « Tuto maltraitance : en Grèce, les plus de 60 ans qui n’auront pas pris un rdv pour la piquouse en janvier auront 100€ d’amende par mois. « Il s’agit d’une protection, pas d’une punition », a déclaré le Premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis. Ah ok merci », lire ici la RTS.

    ALERTE INFO FRANKISTAN ► Et à propos de la vaccination, notre lecteur Mathias nous dit « Je sors de chez le dentiste à la Maison Médicale (Corrèze) et ils ne prendront plus les gens non vaccinés, ni ceux qui n’ont pas fait la 2e et la 3e dose. De plus, le pass sanitaire devra être à jour. Notre pays a perdu la tête ! Les non vacciné nous allons être traqué comme dans le film Divergente ».

    Il se trouve que c’est hélas le 4e témoignage de ce type reçu en 1 semaine, et toujours en provenance des dentistes !

    https://www.jovanovic.com/blog.htm

    J’aime

  6. HYPERINFLATION, L’ESPAGNE TOUCHÉE A SON TOUR, L’ÉLECTRICITÉ PART EN VRILLE – du 6 au 10 décembre 2021 : De notre lecteur Mr Leuger : « voici une information sur la véritable inflation des prix dans l’alimentaire (source Grande Distribution). Exemple du produit de base, la coquillette. La hausse moyenne a été de 30%, voire de 66% pour Intermarché…

    Et ce n’est pas fini, vu que le prix de l’électricité aussi va connaître une nouvelle hausse dès le 15 décembre ! Il faut bien que EDF se refasse des 400 millions perdus par l’un de ses traders voici quelques semaines, lire ici pour le croire.

    A ce sujet, Zog Energy, un fournisseur anglais d’électricité est le 25e à faire faillite cette année en raison de la hausse des pris de l’énergie !!!!

    Les planches à billets n’ont pas fini de créer des nouvelles victimes, même dans les catégories qui s’en sortaient bien jusqu’à présent ► https://www.ouest-france.fr/europe/espagne/le-retour-de-l-inflation-l-envol-des-prix-en-espagne-fait-gronder-le-pays-8cf9cf5e-51fc-11ec-8e47-dc859594d424

    https://www.jovanovic.com/blog.htm

    J’aime

  7. IN VIVO DU COVIDISME EN MARCHE & EN CADENCE ► GRÂCE À LA DÉNONCIATION !!!

    777 MERCIS AUX LECTEURS DE MONTAUBAN
    du 29 novembre 2021 au 2 décembre : Merci aux lectrices et lecteurs de Montauban, d’Agen, de Bordeaux et de Tarbes qui sont venus au Centre Leclerc… La signature a faillie être interrompue par une libraire et un directeur qui ont même fait venir la police parce que tous les personnes présentes n’avaient pas remonté leur masque jusqu’au nez ou qui l’avaient baissé…

    Wouaaa quel crime !

    C’est la première fois de ma vie que j’ai été amené à signer dans une librairie (en fait non au rayon électro ménager, LoL) avec la Police dans mon dos et un petit kapo d’une société de protection privée me surveillant en permanence pour voir si j’avais remonté le masque…

    Pauvre France !

    Jamais cela n’était arrivé en plus de 11 rencontres-dédicaces de l’ère Covid-19 ! Samedi dernier, j’ai vraiment compris pourquoi il y a eu si peu de résistance en France entre 1940 et 1944 !!!

    Merci à vous toutes et tous pour votre présence, vos sourires et vos cadeaux, cela m’a largement consolé de la petitesse de certains « responsables » (LoL) qui ne vivent que par la peur et la mesquinerie. Il est vrai que la dénonciation a été une grande spécialité française, et elle n’est pas morte, je l’ai vérifié avec vous samedi !

    Faire venir la police et me mettre un agent derrière mon dos, non mais vraiment, j’aurais tout vu (alors que j’avais un test négatif !) Il fallait le faire…

    En bas, notre lectrice est tombée sur une voiture immatriculée 777 alors qu’elle avait mis le livre 777 dans sa voiture, une très jolie synchronicité ! J’espère qu’elle a joué le soir même au casino…

    https://www.jovanovic.com/blog.htm

    J’aime

  8. Moderna et les variants : quand le gouvernement contredit le fabricant…
    https://www.francesoir.fr/politique-france/moderna-et-les-variants-quand-le-gouvernement-contredit-le-fabricant

    Le gouvernement mise sur le vaccin Moderna pour booster la vaccination… alors même que Moderna reconnaît l’inefficacité de son vaccin contre le nouveau variant.

    Décidément, l’information peine parfois à faire son chemin jusqu’au ministère de la Santé…

    Dans une interview donnée au Financial Times le 30 novembre 2021, le PDG de Moderna, Stéphane Bancel, prédit que les vaccins existants seront beaucoup moins efficaces pour combattre Omicron que les souches précédentes de coronavirus et prévient qu’il faudrait des mois avant que les entreprises pharmaceutiques puissent fabriquer à grande échelle de nouveaux vaccins spécifiques.

    « Je pense que la baisse (d’efficacité) sera importante. Je ne sais pas de combien, car nous devons attendre les données. Mais tous les scientifiques à qui j’en ai parlé… me disent que ça ne sera pas bon. »

    32 des 50 mutations du variant Omicron se trouvent sur la protéine spike ciblée par les vaccins ARNm pour renforcer le système immunitaire et combattre le Covid.

    « La plupart des experts pensaient qu’un variant aussi fortement muté n’apparaîtrait pas avant un an ou deux », ajoute M. Bancel.

    Les CDC (Centers for Disease Control) des Etats-Unis pensent qu’Omicron deviendra sûrement le variant dominant d’ici quelques mois.

    Trois jours après la publication de cette interview qui aura fait trembler les cours de la Bourse, le gouvernement français décide de booster la campagne de vaccination en misant sur… le vaccin Moderna actuel. Il en reste en effet six millions de doses dans les centres de vaccination, d’après le ministère de la Santé, et le vaccin Pfizer commence à être parfois en rupture de stock ou dorénavant réservé à la médecine de ville.

    « Il y a un rationnel à pousser le Moderna dans les centres de vaccination », justifie le ministère de la Santé.

    Selon l’Express, la France s’apprête à recevoir des approvisionnements importants de ce vaccin américain.

    La dose de rappel vaccinal sera donc administrée en priorité avec un vaccin… qui aura visiblement peu d’efficacité contre le prochain variant dominant.

    À noter qu’Olivier Véran a insisté vendredi matin sur France Info : Moderna et Pfizer, c’est… pareil, enfin presque :

    Après l’agitation autour du variant Omicron, davantage politique que scientifique, voici les recommandations qui s’appuient désormais sur… des considérations logistiques.

    J’aime

  9. Ces crétins sont en train de perdre… nous sommes plus forts ► https://lemediaen442.fr/ces-cretins-sont-en-train-de-perdre-nous-sommes-plus-forts/

    Ils s’attaquent aux enfants. Quand on dit respirer la joie de vivre, ce n’est pas avec un masque. Ne masquez pas vos enfants. Défendez-les ! Mes enfants seront à la maison dès lundi. Avec eux, j’irai respirer la vie, la forêt. Ils n’auront pas ce masque sur la gueule. Pas mes enfants. Pas nos enfants. On se bat pour eux, les amis !

    J’aime

    1. APPEL À BOYCOTTER LA RENTRÉE SCOLAIRE 2021/2022

      URGENT À TÉLÉCHARGER/IMPRIMER/PARTAGER ► SUPPLÉMENT PDF N° 335 de 43 pages ► https://jbl1960blog.files.wordpress.com/2021/08/guide_juridique_pour_la_liberte_vaccinale.v1.0.pdf ► Publication d’un Guide juridique pour la liberté vaccinale et contre le pass sanitaire ► La Ligue nationale pour la liberté des vaccinations (LNPLV) vient de publier un « Guide juridique pour la liberté vaccinale » pour aider les Français à contrer par des moyens légaux une ségrégation sanitaire manifestement hors-la-loi – Source ► https://www.infovaccin.fr/

      Cliquer pour accéder à guide_juridique_pour_la_liberte_vaccinale.v1.0.pdf

      J’aime

  10. La protéine spike augmente les crises cardiaques et détruit le système immunitaire – par Mike Whitney – 6 décembre 2021 ► https://reseauinternational.net/la-proteine-spike-augmente-les-crises-cardiaques-et-detruit-le-systeme-immunitaire/

    « Il s’agit vraiment d’une technologie conçue pour empoisonner les gens, il n’y a vraiment pas deux voies possibles » ~ Dr Michael Palmer sur les vaccins à ARNm
    *

    Question : Le vaccin contre le Covid-19 provoque-t-il des crises cardiaques ?

    Réponse : Oui, et les chercheurs sont sur le point de comprendre le mécanisme qui déclenche ces événements.

    Q : Comment puis-je être sûr que vous dites la vérité ?

    R : Eh bien, pour commencer, il y a un article de recherche paru récemment dans le prestigieux magazine Circulation qui tire la même conclusion. Voici un extrait de l’article :

    « Nous concluons que les vaccins à ARNm augmentent considérablement l’inflammation de l’endothélium (couche de cellules qui tapisse les vaisseaux sanguins) et l’infiltration des cellules T dans le muscle cardiaque et peuvent expliquer les observations d’une augmentation des thromboses (coagulation), de la cardiomyopathie (un groupe de maladies qui affectent le muscle cardiaque) et d’autres événements vasculaires après la vaccination »1.

    Il est en fait assez rare que des chercheurs soient aussi directs dans leur analyse, mais la voici, noir sur blanc. Comme vous pouvez le constater, ils n’ont pas mâché leurs mots. Voici comment Alex Berenson résume la situation sur son blog à Substack :

    « Une nouvelle étude portant sur 566 patients ayant reçu les vaccins Pfizer ou Moderna montre que les signes de dommages cardiovasculaires ont augmenté après les injections. Le risque de crise cardiaque ou d’autres problèmes coronariens graves a plus que doublé plusieurs mois après l’administration des vaccins, d’après les modifications des marqueurs d’inflammation et d’autres dommages cellulaires. Les patients avaient un risque sur quatre de problèmes graves après les vaccins, contre un sur neuf avant »2.

    « Doublé » ? « Le risque de crise cardiaque… a plus que doublé » après la vaccination ?

    Apparemment, oui. Pas étonnant que le cardiologue Dr. Aseem Malhotra soit si sidéré. Voici ce qu’il a dit dans une récente interview :

    « Extraordinaire, inquiétant et bouleversant. Nous avons maintenant la preuve d’un mécanisme biologique plausible de la façon dont le vaccin à ARNm peut contribuer à l’augmentation des événements cardiaques. Le résumé est publié dans la revue de cardiologie la plus influente, nous devons donc prendre ces résultats très au sérieux ».

    En effet, nous devons, mais nos experts en santé publique continuent de prétendre que rien n’a changé, même si de plus en plus de professionnels continuent de s’exprimer. Voici encore Malhotra :

    « J’ai beaucoup d’interactions avec la communauté cardiologique à travers le Royaume-Uni, et de manière anecdotique, des collègues m’ont dit qu’ils voyaient des personnes de plus en plus jeunes arriver avec des crises cardiaques… Depuis juillet, il y a eu au moins 10 000 décès non-covid, dont la plupart sont dus à des maladies circulatoires, c’est-à-dire des crises cardiaques et des accidents vasculaires cérébraux. Et il y a eu une augmentation de 30% des décès à domicile, souvent dus à un arrêt cardiaque… (Et je pense qu’il est grand temps que les décideurs politiques du monde entier mettent fin aux mandats, car si ce signal est correct, l’histoire ne sera pas de leur côté et le public ne le leur pardonnera pas »3.

    Choquant, non ? Et ce qui est encore plus choquant, c’est la réaction des médias qui vise à dissimuler le fait que ces injections toxiques constituent une menace évidente pour la vie de millions de personnes. Est-ce que c’est exagéré ?

    Non, pas du tout.

    Alors, quelles conclusions pouvons-nous tirer de cette nouvelle recherche ? Que nous dit la science ?

    Elle nous dit que le vaccin peut réduire le flux sanguin vers le cœur, endommager le tissu cardiaque et augmenter considérablement le risque de crise cardiaque. Les auteurs disent carrément aux lecteurs que le vaccin peut soit les tuer, soit les blesser gravement. Pouvez-vous voir cela ?

    Q : Je ne peux pas le dire. Je n’ai pas lu le rapport.

    R : Non, vous ne l’avez pas lu, et vous ne le lirez probablement pas non plus, puisque les grands organismes de presse et les géants des médias sociaux vont s’assurer qu’il ne verra jamais la lumière du jour. Mais relisez ce paragraphe et essayez de comprendre ce que disent les auteurs. Ils disent que de nombreuses personnes qui choisissent de se faire vacciner mourront ou verront leur vie raccourcie de plusieurs années. Et, rappelez-vous, ce n’est pas un article d’opinion. C’est de la science. Il s’agit également d’un rejet direct d’une campagne de vaccination de masse qui tue manifestement des gens.

    Q : Vous exagérez toujours. Ce n’est qu’un rapport d’un groupe de chercheurs. Je pourrais facilement vous fournir des recherches qui réfutent votre théorie.

    R : Je suis sûr que vous le pourriez, en fait, il y a une petite armée de propagandistes employés par l’industrie (alias « vérificateurs de faits ») qui passent toutes leurs heures à bricoler des histoires de fausses nouvelles qui ne font que cela : discréditer la science qui s’écarte même légèrement du récit officiel. La vérité est que la campagne de désinformation pro-vaccin a été beaucoup plus efficace que le vaccin lui-même. Je ne pense pas que même vous soyez en désaccord avec cela.

    Q : Je ne suis pas d’accord avec cela, et je n’apprécie pas que vous qualifiez le soutien généralisé à ces procédures essentielles de « désinformation pro-vaccin ». C’est une déclaration extrêmement biaisée et ignorante.

    R : Vraiment ? Au cours des dernières semaines, nous avons produit des preuves tangibles qu’un grand nombre de personnes qui sont mortes après avoir été vaccinées sont mortes à cause de la vaccination. Nous avons montré, par exemple, que deux professeurs allemands de pathologie, Arne Burkhardt et Walter Lang, ont constaté que dans cinq des dix autopsies, « les deux médecins jugent le lien entre le décès et la vaccination très probable, dans deux cas probable ». Ces mêmes médecins ont constaté que « la myocardite lymphocytaire, le diagnostic le plus courant… (avec) les phénomènes auto-immuns, la réduction de la capacité immunitaire, l’accélération de la croissance du cancer, les dommages vasculaires « endothélitis », la vascularite, la périvasculite et « l’agglutination » des érythrocytes… En d’autres termes, tout le « catalogue » des maladies qui ont été liées à la “piqûre de poison mortelle” »4.

    Ces mêmes pathologistes ont trouvé des preuves d’une « émeute lymphocytaire », potentiellement dans tous les tissus et organes. (Note : Les lymphocytes sont des globules blancs du système immunitaire qui entrent en action pour combattre les envahisseurs ou les cellules infectées par des pathogènes. Une « émeute lymphocytaire » suggère que le système immunitaire est devenu fou en essayant de contrer les effets de milliards de protéines spike situées dans les cellules de la circulation sanguine. Au fur et à mesure que les lymphocytes sont épuisés, le corps devient plus sensible à d’autres infections, ce qui peut expliquer pourquoi un grand nombre de personnes contractent maintenant des virus respiratoires à la fin de l’été).

    Les autopsies fournissent des preuves tangibles que les vaccins causent effectivement des dommages importants aux tissus. Voici donc la question que je vous pose : Comment écarter la preuve solide comme le roc que les vaccins infligent des lésions importantes aux personnes qui se les font injecter ? Avez-vous besoin d’examiner vous-même les cadavres calomniés avant de changer d’avis et d’admettre que vous avez tort ?

    Q : Rien ne peut être déduit de seulement 10 autopsies. Plus d’un milliard de personnes ont été vaccinées jusqu’à présent, et les décès restent dans une fourchette acceptable compte tenu de la gravité de la maladie.

    R : « La sévérité de la maladie » ? Vous voulez dire un virus auquel survivent plus de 99,98% des personnes qui l’attrapent ? Vous parlez d’une infection qui, selon les derniers chiffres de Johns Hopkins, a tué 351 000 personnes aux États-Unis en 2020, soit environ la moitié du nombre de personnes qui meurent chaque année d’une maladie cardiaque ? Et quand vous dites : « Rien ne peut être déduit de seulement 10 autopsies », vous vous trompez lourdement. Vous pouvez détecter un modèle de maladie générée par le vaccin, produit par l’injection d’une substance toxique (protéine spike) qui provoque des saignements, la coagulation et l’auto-immunité, même chez les personnes qui survivent. « Survivre » ne signifie pas être indemne. Oh, non. Et quiconque a vu les nombreuses vidéos d’athlètes en bonne santé tombant morts sur le terrain de jeu des mois après avoir été piqué, devrait comprendre que « C’est là que je vais, mais par la grâce de Dieu ». En résumé : Si vous vous faites piquer, vous ne saurez jamais si vous ne serez pas frappé sans avertissement par un événement de type cardio similaire5.

    Pensez-vous que si ces athlètes avaient su qu’ils pouvaient mourir à cause du vaccin, ils auraient fait le choix qu’ils ont fait ?

    Q : Vous êtes trop dramatique. Naturellement, tout le monde ne réagit pas de la même manière à un médicament utilisé en urgence, mais, tout compte fait, les vaccins ont atténué l’impact d’une pandémie mortelle comme nous n’en avons pas vu depuis plus d’un siècle.

    R : Vous le croyez vraiment, n’est-ce pas ? Tout comme vous croyez vraiment que le Covid-19 est un virus totalement unique et « nouveau ». Si vous vous documentez un peu, vous saurez que cette théorie a été complètement démystifiée. Le coronavirus n’est pas nouveau, c’est une itération de nombreuses autres infections qui se sont répandues dans la population depuis au moins deux décennies. Jetez un coup d’œil à cet extrait d’un document de recherche de Doctors for Covid Ethics et vous verrez de quoi je parle :

    « Plusieurs études ont démontré que les anticorps IgG et IgA circulants spécifiques du SRAS-CoV-2 sont devenus détectables dans les 1 à 2 semaines suivant l’application des vaccins à ARNm… La production rapide d’IgG et d’IgA indique toujours une réponse secondaire, de type mémoriel, qui est suscitée par la re-stimulation de cellules immunitaires préexistantes… Il est toutefois important de noter que les IgG ont augmenté plus rapidement que les IgM, ce qui confirme que la réponse des IgG précoce était bien de type mémoire. Cette réponse de type mémoire indique une immunité préexistante, à réaction croisée, due à une infection antérieure par des souches ordinaires de coronavirus humains respiratoires…

    Des réponses mémorielles ont également été documentées en ce qui concerne l’immunité médiée par les lymphocytes T. Dans l’ensemble, ces résultats indiquent que notre système immunitaire reconnaît efficacement le SRAS-CoV-2 comme « connu », même au premier contact. Les cas graves de la maladie ne peuvent donc pas être attribués à un manque d’immunité. Au contraire, les cas graves pourraient très bien être causés ou aggravés par une immunité préexistante par le biais d’un renforcement dépendant des anticorps.

    Cette étude confirme l’affirmation ci-dessus selon laquelle la réponse immunitaire au contact initial avec le SRAS-CoV-2 est de type mémoire. En outre, elle montre que cette réaction se produit chez presque tous les individus, et notamment aussi chez ceux qui ne présentent aucun symptôme clinique manifeste.

    Conclusion : Les résultats collectifs discutés ci-dessus montrent clairement que les avantages de la vaccination sont très douteux. En revanche, les dommages causés par les vaccins sont très bien documentés, avec plus de 15 000 décès associés à la vaccination enregistrés dans la base de données européenne sur les effets indésirables des médicaments (EudraVigilance), et plus de 7000 décès supplémentaires au Royaume-Uni et aux États-Unis »6.

    Je répète : si la grande majorité des gens ont déjà une immunité robuste et préexistante, « alors les avantages de la vaccination sont très douteux ».

    Est-ce une conclusion raisonnable « fondée sur des preuves » ? Et, si c’est le cas, n’aurait-il pas dû y avoir un débat sur cette question avant que plus d’un milliard de personnes ne soient inoculées avec une substance expérimentale qui provoque des hémorragies, la coagulation, l’auto-immunité, des accidents vasculaires cérébraux et des crises cardiaques ? Et comment pourrait-il en être autrement, après tout, s’il n’y avait pas d’immunité préexistante dans une population américaine de 330 millions de personnes, alors le nombre de décès serait exponentiellement plus élevé. Au lieu de cela, après deux années complètes d’exposition, le pourcentage de décès aux États-Unis est toujours inférieur à un tiers de 1%, une véritable goutte d’eau dans l’océan. Cela serait-il possible avec un « nouveau » virus vraiment super-contagieux ?

    Non, ce ne serait pas possible, ce qui signifie que Fauci et Cie ont menti. Et s’ils ont menti, c’est pour convaincre les gens qu’ils sont plus vulnérables qu’ils ne le sont en réalité. Ce n’est qu’une des nombreuses escroqueries alarmistes qu’ils ont utilisées pour promouvoir le vaccin : « Faites-vous vacciner ou mourez », tel était le message.

    Cela ne vous dérange pas ? Cela ne vous dérange pas de savoir que le gouvernement et les autorités de santé publique ont déformé la vérité afin de vous convaincre de subir une procédure médicale invasive et potentiellement mortelle ?

    Q : Je pense que nos responsables de la santé publique ont fait du mieux qu’ils pouvaient compte tenu des circonstances.

    R : Je pense que vous avez tort à ce sujet. Je pense qu’ils ont menti à plusieurs reprises afin de faire avancer un programme principalement politique. Mais, supposons que vous ayez raison pendant une minute. Alors pourquoi continuent-ils à ignorer les recherches révolutionnaires qui vont à l’encontre de leurs objectifs politiques ? Avez-vous réfléchi à cette question ? J’ai déjà mentionné le rapport choquant ci-dessus qui indique que le vaccin réduit le flux de sang vers le cœur et augmente le risque de crise cardiaque. Avez-vous entendu un seul mot de Fauci ou Walensky à propos de ce rapport ?

    Non, pas un mot.

    Pourquoi pensez-vous ? On pourrait penser que si Fauci avait nos meilleurs intérêts à l’esprit, il utiliserait son influence sur les médias pour faire passer le mot à tout le monde. Mais, non. Il n’a fait aucun effort pour confirmer ce que la recherche indique ; qu’il y a un lien clair entre la production de la protéine spike et les dommages cardiovasculaires. Il n’a pas levé le petit doigt à cet égard, et ça se voit. La flambée des décès et la forte augmentation de la surmortalité dans le grand nombre de pays qui ont lancé des campagnes de vaccination de masse au début de l’année, sont principalement des décès d’origine circulatoire, c’est-à-dire des crises cardiaques, des accidents vasculaires cérébraux et autres. Le dernier exemple en date de ce phénomène est celui des Pays-Bas, qui ont enregistré une hausse de 20% des décès par rapport à l’année précédente :

    « La semaine dernière, le nombre de décès a été supérieur de plus de 20% à la normale pour cette période de l’année. Le Bureau central néerlandais des Statistiques (CBS) a fait état de 3750 décès, soit près de 850 de plus que prévu. Selon l’office statistique, la hausse de la mortalité s’observe dans tous les groupes d’âge.

    Aux Pays-Bas, 85% des personnes âgées de plus de 18 ans sont entièrement vaccinées, et beaucoup d’entre elles n’ont été vaccinées que récemment … Les autorités néerlandaises ont commencé à injecter les rappels à ces 85% jeudi, soit plusieurs semaines plus tôt que prévu…

    D’après les données hebdomadaires de l’Office of National Statistics (ONS) au Royaume-Uni, les personnes vaccinées de moins de 60 ans ont deux fois plus de chances de mourir que les personnes non vaccinées. Et le nombre total de décès en Grande-Bretagne est bien supérieur à la normale.

    Comme en Allemagne, les Suédois semblent également mourir à des taux supérieurs de 20% ou plus à la normale pendant les semaines qui suivent leur deuxième injection de vaccin anti-covid, selon les données d’une étude suédoise »7.

    Et cela ne se passe pas seulement aux Pays-Bas et en Allemagne. Cela se produit partout où des campagnes de vaccination de masse ont été lancées plus tôt dans l’année. Aujourd’hui, tous ces pays connaissent une forte augmentation des arrêts cardiaques, des accidents vasculaires cérébraux, des lésions vasculaires et des caillots sanguins. Pourquoi ? Qu’avons-nous fait différemment en 2021 par rapport aux années précédentes ?

    Q : Où voulez-vous en venir ? J’ai l’impression que vous me tendez un piège ?

    R : C’est le cas. Je veux que vous admettiez que les données plaident maintenant en faveur de l’arrêt immédiat de la campagne de vaccination. C’est mon objectif principal, convaincre les gens que nous sommes sur la mauvaise voie et que nous devons arrêter cette folie avant que d’autres personnes ne meurent.

    Saviez-vous que les vaccins endommagent également le système immunitaire ?

    C’est vrai, les injections sont immuno-suppressives, ce qui signifie que le corps est moins capable de combattre les infections, les virus et les maladies. Réfléchissez-y un instant. Le vaccin était censé protéger ses bénéficiaires de la maladie et de la mort, mais il fait exactement le contraire. Il empêche les cellules de produire les anticorps nécessaires pour éviter les infections. Le Dr David Bauer, de l’Institut Francis Crick, explique ce qui se passe dans ce court texte :

    « Ainsi, le message clé de notre découverte est que, nous avons constaté que les bénéficiaires du vaccin Pfizer – ceux qui ont reçu deux doses – ont des anticorps neutralisants cinq à six fois plus faibles. Il s’agit des anticorps de sécurité privée « de référence » de votre système immunitaire, qui empêchent le virus de pénétrer dans vos cellules. Nous avons donc constaté que ce taux était inférieur chez les personnes ayant reçu deux doses. Nous avons également constaté que les personnes ayant reçu une seule dose du vaccin Pfizer sont moins susceptibles de présenter des taux élevés de ces anticorps dans le sang. Et, ce qui est peut-être le plus important, nous constatons que plus vous êtes âgé, plus vos taux sont susceptibles d’être faibles, et que plus le temps passe depuis que vous avez reçu votre deuxième vaccin, plus vos taux sont susceptibles d’être faibles. Cela nous indique donc qu’il faudra probablement donner la priorité aux rappels pour les personnes plus âgées et plus vulnérables, et ce prochainement, surtout si ce nouveau variant se propage »8.

    6 fois moins d’anticorps neutralisants ?

    Ouaip. Comme nous l’avons dit, le vaccin affaiblit le système immunitaire, ce qui ouvre la voie aux infections. Voici comment Alex Berenson résume la situation dans un article qu’il a posté récemment sur Substack :

    « Ce que les Britanniques disent, c’est qu’ils découvrent maintenant que le vaccin interfère avec la capacité innée de votre corps, après l’infection, à produire des anticorps contre non seulement la protéine spike mais aussi d’autres parties du virus…

    Cela signifie que les personnes vaccinées seront beaucoup plus vulnérables aux mutations de la protéine spike MÊME APRÈS AVOIR ÉTÉ INFECTÉES ET S’ÊTRE RASSURÉES UNE FOIS…

    … c’est probablement une preuve supplémentaire que les vaccins peuvent interférer avec le développement d’une immunité robuste à long terme après l’infection »9.

    Mais comment cela est-il possible ? Comment le gouvernement, l’establishment de le santé publique et les compagnies pharmaceutiques peuvent-ils promouvoir un vaccin qui rend les gens plus vulnérables à la maladie ? Cela n’a aucun sens, n’est-ce pas ? À moins, bien sûr, que l’objectif soit de rendre les gens plus malades et plus susceptibles de mourir ? Est-ce là ce qui se passe ?

    En fait, oui exactement. Voici ce qu’en dit un dénonciateur de Pfizer :

    « Un ancien employé de Pfizer, qui travaille aujourd’hui comme expert en marketing pharmaceutique et analyste en biotechnologie, a fourni des preuves lors d’une réunion publique en septembre, suggérant que Pfizer est conscient que ces vaccins peuvent rendre les personnes vaccinées plus enclines à contracter le COVID-19 et des infections.

    Selon la dénonciatrice Karen Kingston : “Ainsi, lorsqu’ils n’étaient pas injectés, leur taux d’infection était de 1,3% et lorsqu’ils étaient injectés, il était de 4,34%. Il a augmenté de plus de 300%. Ils avaient moins d’infections quand ils n’avaient pas de protection. Donc, c’est un problème” »10.

    Pourquoi cela ne fait-il pas la une des journaux ? Pourquoi la science est-elle ignorée ? Pourquoi les affirmations de professionnels crédibles sont-elles balayées sous le tapis, censurées sur les médias sociaux et écartées par nos responsables de la santé publique ?

    La seule explication raisonnable est que les auteurs de la campagne de vaccination de masse veulent dissimuler les dangers du vaccin au public, car ce qui les intéresse vraiment, c’est la vaccination universelle, c’est-à-dire s’assurer que les 7 milliards d’habitants de la planète Terre soient vaccinés quoi qu’il arrive. Comme vous pouvez le constater, la science ne les a pas du tout découragés. Ils sont tout aussi déterminés à mettre en œuvre leur plan qu’au premier jour, voire plus.

    Regardez cet extrait d’un article explosif qui montre comment la protéine spike pénètre dans le noyau de nos cellules et cause des dommages incalculables au système immunitaire. Cette recherche de pointe a provoqué un tollé dans la communauté scientifique.

    « Le SRAS-CoV-2 a conduit à la pandémie de coronavirus 2019 (COVID-19), affectant gravement la santé publique et l’économie mondiale. L’immunité adaptative joue un rôle crucial dans la lutte contre l’infection par le SRAS-CoV-2 et influence directement les résultats cliniques des patients. Des études cliniques ont indiqué que les patients atteints de COVID-19 sévère présentent des réponses immunitaires adaptatives retardées et faibles ; cependant, le mécanisme par lequel le SRAS-CoV-2 entrave l’immunité adaptative reste obscur. En utilisant une lignée cellulaire in vitro, nous rapportons ici que la protéine spike du SRAS-CoV-2 inhibe de manière significative la réparation des dommages à l’ADN, qui est nécessaire pour une recombinaison V(D)J efficace dans l’immunité adaptative.

    D’un point de vue mécanique, nous avons découvert que la protéine spike se localise dans le noyau et inhibe la réparation des lésions de l’ADN en empêchant le recrutement des protéines clés de réparation de l’ADN BRCA1 et 53BP1 au site de la lésion. Nos résultats révèlent un mécanisme moléculaire potentiel par lequel la protéine spike pourrait entraver l’immunité adaptative et soulignent les effets secondaires potentiels des vaccins à base de spike »11.

    Qu’est-ce que cela signifie ?

    Cela signifie que la protéine spike pénètre dans le noyau de nos cellules et endommage notre ADN. Ce n’était pas censé se produire. Le vaccin n’était pas censé pénétrer dans le sanctuaire intérieur où est stocké notre matériel génétique. Une fois qu’elle a atteint le noyau, la protéine spike empêche la réparation de l’ADN endommagé, ce qui a un impact sur la prolifération des cellules B et T, essentielles à la lutte contre l’infection. (Note : La protéine spike affecte également des gènes spécifiques qui sont hautement « prédisposés au développement du cancer… il s’agit donc clairement d’une nouvelle de grande importance qui ne doit pas être prise à la légère »12.

    Voici comment le Dr Mobeen Syed explique les effets de la protéine spike sur le système immunitaire : (J’ai transcrit cela moi-même et je m’excuse pour les erreurs éventuelles).

    « La protéine spike entre dans le noyau, et non seulement la protéine spike mais aussi les protéines non structurelles se retrouvent dans le noyau également. Elles ne se contentent pas de contaminer l’ADN, mais interfèrent également avec la machinerie et la réparation de l’ADN… Lorsque nos cellules se divisent, il existe des mécanismes stricts pour s’assurer que l’ADN est correctement réparé, et correctement copié, sinon la cellule deviendra une cellule cancéreuse. Nous disposons d’un mécanisme élaboré pour réparer l’ADN… Il y a plusieurs mécanismes de réparation de l’ADN, parce qu’il y a plusieurs types de réparation… Ces deux mécanismes sont importants, parce que ces deux mécanismes de réparation sont altérés par la présence des protéines spike… Lorsqu’une infection se produit, les cellules B et les cellules T prolifèrent. Augmenter en nombre, signifie faire des copies de l’ADN… La prolifération elle-même est une réponse immunitaire importante. La création des anticorps nécessite un ADN fonctionnel…

    Ce que j’explique ici, c’est que la rupture et la réparation de l’ADN peuvent également être effectuées dans les cellules immunitaires de manière intentionnelle pour le fonctionnement normal du système immunitaire. Chaque cellule B et T a besoin d’une mire de liaison variable pour s’attacher à l’antigène, et pour créer cette variation, il faut que l’ADN se restructure de façon aléatoire, ce qui nécessite une cassure et une réparation de l’ADN… Imaginez qu’il y ait des enzymes de réparation dans notre corps qui vont vers l’ADN cassé et le réparent. Imaginons maintenant que ces enzymes de réparation ne se rendent plus sur le site de l’ADN cassé ou qu’elles ne sont même plus produites ? Les chercheurs ont découvert que lorsque les protéines non structurelles sont attirées dans le noyau, il se produit alors une réduction de la prolifération des cellules (B et T)… et notre capacité à répondre aux infections ne sera pas bonne »13.

    Imaginez que quelqu’un ou un groupe d’élites puissantes veuille réduire la population mondiale de plusieurs milliards de personnes. Et ils ont pensé que le meilleur moyen d’atteindre cet objectif serait d’injecter aux gens un mystérieux agent pathogène développé secrètement dans des laboratoires étrangers depuis plus de dix ans. Imaginez que cet antigène mortel ne déclenche pas seulement des crises cardiaques, des accidents vasculaires cérébraux et des lésions vasculaires catastrophiques, mais qu’il mette également hors d’état de nuire le système de défense critique (immunitaire) de l’organisme, augmentant ainsi de plusieurs ordres de grandeur la vulnérabilité d’une personne aux infections, aux virus et aux maladies. Imaginez que nous voyions des signes indiquant que ce plan se déroule sous nos yeux, de la montagne de cadavres criblés de lymphocytes tueurs à la forte augmentation de la surmortalité et de la mortalité toutes causes confondues, en passant par l’augmentation inexpliquée des arrêts cardiaques, des accidents vasculaires cérébraux, de l’auto-immunité, des hémorragies, de la coagulation, des maux de tête, des contusions, des inflammations, des problèmes de valves cardiaques, des hémorragies cérébrales, des maladies vasculaires, neurologiques et respiratoires, tous liés de manière suspecte au lancement d’une campagne de vaccination de masse.

    Une telle chose pourrait-elle se produire à notre époque ?
    Quelqu’un pourrait-il être assez audacieux pour lancer une guerre contre l’humanité ? Quelqu’un est-il capable d’un tel mal ?

    Oui.

    source ► https://www.unz.com/mwhitney/research-game-changer-spike-protein-increases-heart-attacks-and-destroys/
    traduit par Réseau International

    J’aime

  11. Ségrégation eugéniste des « Impurs » dans l’UE du 4ème Reich ► https://albagranadanorthafrica.wordpress.com/2021/12/03/segregation-eugeniste-des-impurs/

    VIA ► https://reseauinternational.net/segregation-eugeniste-des-impurs-dans-lue-du-4eme-reich/

    par Bureau d’Information Alba Granada North Africa.

    Partout dans l’Union européenne du 4ème Reich, les passes eugénistes enferment les impurs, divisent les travailleurs sous pretexte médical. Les années 30-40 avec les docteurs Mengele, la suprématie raciale remplacée par la suprématie sanitaire sont de retour. Enfermement psychiatrique des opposants, censure féroce, propagande, stratégie de la tension, anti communisme larvé, crise du capitalisme, concentration du capital, chômage exponentiel, tous les ingrédients sont là.

    Le plus effrayant dans tout ceci, est la complicité de l’eurogauche qui reste largement silencieuse et donc complice de cette barbarie comme en 40′. La véritable pandémie est l’autoritarisme. Ceci ne semble pas les inquiéter puisque dans leur majorité ils approuvent l’ordre médico fasciste des grands conglomérats banco-numérique.

    En quoi cela a-t-il un sens ? Les vaccinés peuvent aussi propager le virus. Ils sont les plus susceptibles d’être des porteurs asymptomatiques. Le virus envahit n’importe quel hôte, vacciné ou non, et se propage à partir de là. Nous en avons la preuve au Portugal où, 80% des nouveaux malades décédés de ce virus sont des personnes à qui on a inoculé la thérapie génique (lisbob.net/au-portugal-80-des-personnes-dcdes-du-covid-taient-compltement-vaccines-selon-les-chiffres-officiels-doctobre). Fabriquée par des grands groupes pharmaceutiques occidentaux aux pratiques mafieuses (commissions occultes, publicités mensongères, amendes faramineuses, manipulation des chiffres et corruptions) – dont les effets dévastateurs sont en train d’être connus que récemment avec les dossiers Pfizer aux USA révélant que plus de 1200 morts après l’inoculation ont été causés en trois mois – c’est dire l’échec contrôlé de toute cette politique « vaccinale » (thegatewaypundit.com/2021/12/court-orders-fda-comply-foia-release-information-pfizer-eua-first-batch-documents-shows-1200-vaccine-deaths-within-first-90-days).

    En France, c’est au moment où l’on apprend que le virus respiratoire c19 a représenté 2% des hospitalisations en 2020 (soit l’année de la crise) que le régime Macron a classé secret défense tous les documents concernant la crise du Covid pour interdire toute investigation ou enquête pendant plusieurs décennies. Que veut il cacher aux Français ?.

    À Bruxelles, la chef de la Commission européenne, Ursula Van Der Leyen, a déclaré à la presse qu’elle était favorable à la suppression du code de Nuremberg (thepostmillennial.com/eu-chief-nuremberg-code).

    Les pays « socialistes » comme Cuba ou la Chine approuvent totalement cet ordre et ne le remettent eu aucun cas en question ni le questionnent. Il existe un consensus tacite de la gauche latino-américaine et chinoise, comme de la droite. Aucune critique ni dénonciation des conflits d’intérêts n’ont été publiés à ce jour par les organes de presse chinois ou cubains.

    Les conflits d’intérêts entre Médias, grands groupes pharmaceutiques, organisations internationales (OMS, UNICEF, UNESCO, FMI, BM etc..), grand groupes financiers, fonds d’investissements (BLACK ROCK, FIDELITY, VANGUARD, STATE STREET), conglomérats digitals, et ploutocraties sont immenses.

    Exemple de conflit d’intérêt jamais dénoncé dans la presse cubaine ou chinoise : l’agence Reuters, leader de l’information mondiale, a pour patron James Smith qui s’avère être membre de la direction de Pfizer depuis 2014 et aussi un de ses plus gros actionnaires.

    Avec le prétexte sanitaire, une extorsion colossale de la plus value et un pillage des travailleurs se font chaque jour sous nos yeux.

    En Grèce, les retraités sont pillés et anéantis. Leur pension est de 350 euros, et le gouvernement déduit désormais une amende mensuelle de 100 euros de leur misérable pension pour avoir refusé de se faire inoculer ce produit expérimental. Pour le capital, ils constituent clairement une charge inutile dont il faut rapidement se débarrasser.

    En Russie, les mêmes attaques aux retraités, héros et combattants soviétiques résistants à la barbarie nazie il y a moins de 70 ans, sont annihilés afin d’effacer pour toujours leur mémoire aux jeunes générations. Interdits de faire leurs courses ou retraites confisquées, si NON présentation du QR code ! c’est comme ceci que la bourgeoisie russe entend « protéger » ses anciens…

    Comme hier, les Soviétiques sauvèrent le monde du nazisme capitalisme et libérèrent les camps de concentrations, le Parti communiste de la Fédération de Russie (KPRF) est un des seuls partis au monde à s’opposer à la tyrannie-prison digitale, à la segrégation et division des travailleurs et avant tout à cette thérapie de shock ultracapitaliste qui ne dit pas son nom.

    Ici le député communiste Bondarenko à la douma s’oppose à l’imposition des QR code et au passe eugéniste. C’est un siège. L’humanité est en état de siège.

    Longue vie au KPRF ! Vous êtes notre espoir et notre futur.

    À présent, nous savons qui sont les kapos, les chemises brunes, les lieutenants, les capitaines, les agents de communication… etc. Ensuite, il faut organiser la lutte contre eux jusqu’au bout. Assez de « persuasion ». La seule chose qui devrait être faite jusqu’à la prochaine phase est une réfutation féroce et impitoyable. La liquidation du biofascisme doit inclure la liquidation des experts qui en font la promotion.

    Le seul espoir est la révolution communiste.

    J’aime

  12. Plus de 400 études démontrent l’échec des mesures « dites sanitaires » contre le Covid – Jean-Dominique Michel – 06/12/21 ► https://reseauinternational.net/plus-de-400-etudes-demontrent-lechec-des-mesures-dites-sanitaires-contre-le-covid/

    « Les confinements ont été inefficaces, les fermetures d’écoles ont été inefficaces, les obligations de port du masque ont été inefficaces et les masques eux-mêmes ont été et sont inefficaces et nuisibles » ~ Dr Paul Alexander

    Dans une tribune récente, trois universitaires belges spécialistes de l’évaluation des politiques publiques soulignent la lamentable somme d’absurdités destructrices mises en œuvre par nos « gouvernements ». Selon l’introduction du média Le Vif :

    « À l’instar de Émile Zola, révolté par l’injustice et l’incurie des débats de son temps, les universitaires Catherine Fallon, Nicolas Thirion et Élisabeth Paul (ULiège et ULB) « passent par voie de presse pour dénoncer les graves manquements politiques et de gouvernance qui caractérisent la riposte à la pandémie de Covid-19 en Belgique ». Et espèrent que « ceci suscitera enfin une évaluation indépendante de la gestion cette crise ».

    En Suisse, les gouvernements fédéral et cantonaux continuent d’exercer une emprise toxique sur la population en faisant accroire que nous aurions le choix entre le pass sanitaire (qui ne sert à rien) ou de nouveaux confinements (qui ne servent à rien). Dans les cantons de Genève et Vaud, les irresponsables qui gouvernent veulent même imposer le port du masque dès 8 ans à l’école… alors que l’on sait que cette mesure ne sert non plus à rien, tout en infligeant de graves traumatismes et des retards de développement psycho-affectifs et cognitifs aux enfants. Ce qui constitue une maltraitance grave, sans la moindre justification sanitaire.

    Comment appeler des « gouvernants » qui osent prendre des décisions aussi indignes ?!

    Comment, surtout, les arrêter ?!

    La triste vérité est que tant qu’une majorité de la population continuera à prêter foi aux diktats proférés par ces autorités renforcés en permanence par une presse malhonnête, il sera difficile de nous libérer de cette étreinte délétère.

    Que dire aussi de pseudo-experts de plateaux arrosés par l’industrie pharmaceutique et entretenant une psychose collective allant jusqu’à sacrifier les enfants à leur délire mortifère ?! L’infectiologue Didier Pittet, par exemple, regrettant que la Suisse ne tyrannise par sa population tout-à-fait aussi intensément que le gouvernement français, a osé asséner récemment en plein débat que (sic) « l’efficacité de mesures de confinement est une évidence ».

    Les lectrices et lecteurs de ce blog savent qu’il n’en est rien. Au même moment sortait sous la plume d’un spécialiste digne de ce nom l’article que j’ai traduit et re-publie ici, paru sur le site du prestigieux Brownstone Institute. L’auteur, le Dr Alexandrer, y répertorie 400 études récentes démontrant l’inutilité et la destructivité des mesures de contrainte comme le port du masque, les confinements, les fermetures d’école, les restrictions d’accès aux restaurants ou magasin. Toutes mesures inefficaces et cruellement attentatoires à la santé physique, psychique et sociale de la population (sans même parler des libertés fondamentales, dont gouvernants et parlementaires semblent se fiche royalement).

    Elles figurent ici regroupées par thèmes, en anglais.

    La seule réponse face à l’idéologie délirante qui prévaut étant, inlassablement, de rappeler le réel et de diffuser les observations de la vraie science.
    *
    Plus de 400 études démontrent l’échec des mesures de contrainte contre le Covid

    par le Dr Paul Elias Alexander.

    Le Dr Alexander est titulaire d’un doctorat en médecine, avec une expérience en épidémiologie et dans l’enseignement de l’épidémiologie clinique, de la médecine fondée sur des preuves et de la méthodologie de recherche.

    Il a été professeur adjoint à l’Université McMaster en médecine fondée sur des données probantes et en méthodes de recherche ; il a été conseiller en synthèse de données probantes sur la pandémie de COVID auprès de l’OMS-PAHO à Washington, DC (2020) et conseiller principal en matière de politique sur la pandémie de COVID au sein de Health and Human Services (HHS) à Washington, DC (A Secretary), gouvernement américain ; a été nommé en 2008 à l’OMS en tant que spécialiste régional/épidémiologiste au bureau régional pour l’Europe au Danemark ; a travaillé pour le gouvernement du Canada en tant qu’épidémiologiste pendant 12 ans ; a été nommé épidémiologiste canadien sur le terrain (2002-2004) dans le cadre d’un projet international financé par l’ACDI et piloté par Santé Canada sur la co-infection tuberculose/VIH et la lutte contre la tuberculose MR (impliquant l’Inde, le Pakistan, le Népal, le Sri Lanka, le Bangladesh, le Bhoutan, les Maldives et l’Afghanistan, en poste à Katmandou) ; a travaillé de 2017 à 2019 à l’Infectious Diseases Society of America (IDSA), en Virginie (États-Unis), en tant que formateur en synthèse des preuves, méta-analyse, examen systématique et élaboration de lignes directrices ; actuellement chercheur consultant sur le COVID-19 dans le groupe de recherche US-C19.

    La vaste somme de données probantes (études comparatives, analyses et évaluations de qualité jugées pertinentes) montre que les fermetures liées au COVID-19, les politiques de confinement, le port du masques, les fermetures d’écoles et les obligations de port du masque ont échoué dans leur objectif de freiner la transmission ou de réduire les décès. Ces politiques restrictives ont été des échecs inefficaces et dévastateurs, causant d’immenses dommages, en particulier aux personnes les plus pauvres et les plus vulnérables au sein des sociétés.

    Presque tous les gouvernements ont tenté de mettre en place des mesures coercitives pour lutter contre le virus, mais aucun ne peut se targuer d’avoir réussi. Les recherches indiquent que les obligations de port du masque, les confinements et les fermetures d’écoles n’ont eu aucun impact observable sur la propagation du virus.

    Selon Bendavid, « dans le cadre de cette analyse, rien ne prouve que des interventions non pharmaceutiques plus restrictives (‘confinements’) aient contribué de manière substantielle à infléchir la courbe des nouveaux cas en Angleterre, en France, en Allemagne, en Iran, en Italie, aux Pays-Bas, en Espagne ou aux États-Unis au début de 2020 ». Nous le savons depuis très longtemps maintenant, mais les gouvernements continuent à redoubler d’efforts, semant la misère dans les populations avec des impacts qui prendront probablement des décennies ou plus à réparer.

    Les avantages des verrouillages et des restrictions sociétales ont été totalement exagérés et les préjudices pour nos sociétés et nos enfants ont été graves : les dommages causés aux enfants, les maladies non diagnostiquées qui entraîneront une surmortalité dans les années à venir, la dépression, l’anxiété, les idées suicidaires chez nos jeunes, les surdoses de drogues et les suicides dus aux politiques de fermeture, l’isolement écrasant dû aux confinements, les préjudices psychologiques, les violences domestiques et infantiles, les abus sexuels sur les enfants, les pertes d’emplois et d’entreprises et leur impact dévastateur, et le nombre massif de décès résultant des confinements qui toucheront lourdement les femmes et les minorités.

    Aujourd’hui, on entend à nouveau que de nouvelles mesures de confinement seront prises en réponse à la variante Omicron qui, selon mes estimations, sera probablement infectieuse mais pas plus mortelle.
    Comment en sommes-nous arrivés là ?

    Nous savions que nous ne pourrions jamais éradiquer ce virus mutable (qui a un important réservoir animal) avec des mesures de confinement et qu’il deviendrait probablement endémique comme d’autres coronavirus circulant (ceux du rhume). Nous savions qu’une approche stratifiée en fonction de l’âge et du risque était optimale (protection ciblée telle qu’elle est décrite dans la déclaration de Great Barrington) et non des politiques uniformes de carte blanche données aux politiques, alors que nous avions la preuve que le risque de décès était 1000 fois moins élevé chez un enfant que chez une personne âgée. Nous connaissions l’efficacité et le succès du traitement ambulatoire précoce pour réduire le risque d’hospitalisation et de décès chez les personnes vulnérables.

    Il est apparu très tôt que les Task forces et autres groupes de travail, les conseillers médicaux et les décideurs ne lisaient pas les données probantes, n’étaient pas au fait de la science ou des données, ne comprenaient pas les données probantes, ne « comprenaient » pas les données probantes et étaient aveuglés face à la science, souvent poussés par leurs propres préjugés, leur partialité, leur arrogance et leur ego. Ils restent confinés dans la négligence et la paresse académiques pures et simples. Il était clair que la réponse apportée dans nos pays n’était pas une réponse de santé publique. Elle a été politique dès le premier jour et continue aujourd’hui.

    Une étude récente (pré-print) saisit l’essence et les effets catastrophiques d’une société fermée et de l’enfoncement de nos enfants en examinant la façon dont les enfants apprennent (de 3 mois à 3 ans) et en constatant, toutes mesures confondues, que « les enfants nés pendant la pandémie ont des performances verbales, motrices et cognitives globales considérablement réduites par rapport aux enfants nés avant la pandémie ». Les chercheurs ont également indiqué que « les garçons et les enfants de familles socio-économiques défavorisées ont été les plus touchés. Les résultats soulignent que même en l’absence d’infection directe par le SRAS-CoV-2 et la maladie COVID-19, les changements environnementaux associés à la pandémie de COVID-19 affectent de manière significative et négative le développement des nourrissons et des enfants ».
    Rien de scientifique

    C’est peut-être Donald Luskin, du Wall Street Journal, qui résume le mieux ce dont nous sommes les témoins stables depuis le début de ces restrictions, confinements et fermetures d’écoles qui n’ont absolument rien de scientifique : « Six mois après le début de la pandémie de Covid-19, les États-Unis ont maintenant réalisé deux expériences à grande échelle en matière de santé publique – d’abord, en mars et avril, le verrouillage de l’économie pour arrêter la propagation du virus, et ensuite, depuis la mi-avril, la réouverture de l’économie. Les résultats sont là. Aussi contre-intuitif que cela puisse paraître, l’analyse statistique montre que le verrouillage de l’économie n’a pas permis de contenir la propagation de la maladie et que sa réouverture n’a pas déclenché une seconde vague d’infections ».

    Le British Columbia Center for Disease Control (BCCDC) a publié un rapport complet en septembre 2020 sur l’impact des fermetures d’écoles sur les enfants et a constaté que :

    les enfants représentent une faible proportion des cas diagnostiqués de COVID-19, qu’ils sont moins gravement malades et que la mortalité est rare ;
    les enfants ne semblent pas être une source majeure de transmission du SRAS-CoV-2 dans les foyers ou les écoles, une constatation qui est constante à l’échelle mondiale ;
    il existe des différences importantes entre les modes de transmission de la grippe et du SRAS-CoV-2. Les fermetures d’écoles peuvent être moins efficaces comme mesure de prévention du COVID-19 ;
    les fermetures d’écoles peuvent avoir des conséquences graves et imprévues pour les enfants et les jeunes ;
    les fermetures d’écoles contribuent à un plus grand stress familial, en particulier pour les femmes qui s’occupent des enfants, alors que les familles doivent concilier les soins aux enfants et l’apprentissage à domicile avec les exigences de l’emploi ;
    la violence familiale peut être en hausse pendant la pandémie de COVID, alors que la fermeture des écoles et des centres de garde d’enfants peut créer une lacune dans le filet de sécurité pour les enfants qui sont à risque d’abus et de négligence.

    Aujourd’hui, des pays comme l’Autriche (novembre 2021) ont réintégré le monde de la folie du confinement, mais ils ont été dépassés par l’Australie. En effet, la nécessité fallacieuse de ces actions mal informées est illustrée par le fait qu’elles sont mises en œuvre en dépit de preuves scientifiques claires montrant que lors de verrouillages sociétaux antérieurs stricts, de fermetures scolaires, d’obligation de port du masque et de restrictions sociétales supplémentaires, le nombre de cas positifs a augmenté !
    La réponse à la « pandémie » reste aujourd’hui une réponse purement politique

    Ce qui suit est la totalité actuelle des données probantes (études comparatives disponibles et éléments de preuve de haut niveau, rapports et discussions) sur les confinements, les masques, les fermetures d’écoles et les obligations de port de masque COVID-19. Il n’existe pas de preuves concluantes permettant d’affirmer que l’une ou l’autre de ces mesures restrictives a permis de réduire la transmission virale ou les décès. Les confinements ont été inefficaces, les fermetures d’écoles ont été inefficaces, les obligations de port du masque ont été inefficaces et les masques eux-mêmes ont été et sont inefficaces et nuisibles.

    __________

    Références :

    • Inutilité du confinement et du verrouillage (« Lockdowns ») : 161 études.
    • Inutilité des fermetures d’écoles (School Closures) : 75 études.
    • Inefficacité du masque (Mask Ineffectiveness) : 79 études
    • Obligation du port du masque (Mask Mandates) : 9 études
    • Nocivité du masque (Mask Harm) : 61 études

    Source ► https://anthropo-logiques.org/plus-de-400-etudes-demontrent-lechec-des-mesures-dites-sanitaires-contre-le-covid/

    J’aime

      1. oh ptaing (avec l’accent casse-texte) il cherche ! et pas un expert en tout ce qui remue pour leur dire d’arrêter les c**neries !
        devrait aller faire un tour chez les Dôgons !

        J’aime

    1. Sirius : l’étoile la plus brillante du ciel. Pour l’observer dans l’hémisphère Nord, nul besoin de télescope, elle est visible à l’œil nu. En revanche, Sirius B, une naine blanche affiliée à Sirius, elle, n’est pas visible sans télescope. Pourtant, selon les légendes des dogons, depuis le XIVe siècle, Sirius B est au centre de leur cosmogonie. Comment la connaissent-ils ?

      Le souci, c’est qu’en plus, connaissent Sirius C !

      Les Dogons et l’espace

      Les Dogons ont connaissance de l’existence de la naine blanche Sirius B, et ce depuis longtemps, selon leurs légendes. Placée à la place du Soleil, elle a une certaine importance pour eux, elle rythme certaines de leurs cérémonies. Baptisée « po », le terme dogon pour Digitaria, elle fait écho à la plus minuscule des graines. Tous les 60 ans, ils organisent une cérémonie pour fêter le tour complet réalisé par Sirius B autour de Sirius A. Comment peuvent-ils être au courant de cela ? Le mystère est né et va passionner ethnologues, astronomes et curieux en tous genres. Précisons aussi que les connaissances des Dogons ne semblent pas se limiter à cela. Ils reconnaissent à Jupiter 4 satellites principaux, savent que Saturne a des anneaux, que la Terre tourne autour du Soleil etc. Quelles explications possibles ?
      Visites extraterrestres ?

      On trouve différentes explications à ce mystère. Déjà, dans les légendes Dogons elles-mêmes. Les Nommos, habitants de Sirius seraient venus en pays dogon et c’est bien entendu à ce moment là qu’ils leur auraient transmis leurs connaissances au sujet de Sirius A-B-C et aussi de notre propre système solaire. D’où les cérémonies tous les 60 ans.

      Bien entendu, ce ne sont que des légendes (ben oui, hein ? Fopapousser non plus !)

      Mais cela ne nous avance pas vraiment, du moins pas avec une explication scientifiquement prouvable.

      Et la tradition orale a toujours été une source incertaine.

      J’aime

      1. Mouais ! surtout pour celles et ceux qui ne se doutent pas de la coupe de cheveux qui s’en suivra ! si ce n’est pas la tête

        J’aime

  13. C’est dimanche…

    « Du haut de ta croix – Tu fais moins le malin »

    Même pas mort et même pas mort, même pas mort et même pas mort…

    Vade retro vieux satanas – sors de mon slip !

    Ou je t’extirpe !

    Bon, je suis partiale, j’aime, ça me fait marrer…

    Je sais, l’enfer m’attend !

    Espérons qu’il soit pavé de bonnes intentions tout de même… Ou pas !

    Didier Benureau – La chanson catho

    J’aime

  14. J’aime

  15. J’aime

  16. La face cachée des réanimations en 2020 – 06/12/20 ► https://www.agoravox.fr/actualites/sante/article/la-face-cachee-des-reanimations-en-237738

    Pour mémoire, dans l’épisode précédent nous avons montré que finalement l’hôpital n’a jamais débordé en 2020 malgré toute la propagande réalisée à ce sujet. Le rapport de l’ATIH spécifique à la gestion de la crise Covid-19 par l’hôpital[i] a montré que les patients Covid-19 ont seulement représenté 2% des patients passés à l’hôpital, ce qui est insignifiant. Le rapport de l’ATIH sur les hospitalisations toutes causes confondues[ii] nous a montré que l’hôpital français était en sous-régime pendant toute l’année 2020 avec 10% de séjours en moins par rapport aux années précédentes.

    Nous avons pu voir également, que même au plus fort des crises, le nombre de patients Covid-19 n’a représenté au maximum que 3,7% d’une activité normale. Enfin nous avons vu que la Région qui a connu la plus forte proportion de séjours Covid-19 en 2020 est l’Ile-de-France avec seulement 2,2% de séjours Covid-19.

    Ainsi, l’hôpital français n’a jamais débordé en 2020, il a même fonctionné en sous-régime et donc abandonné de nombreux patients du fait des différentes mesures mises en place. La Covid-19 n’a pas eu d’impact visible sur les hospitalisations, ni sur l’ensemble de l’année, ni pendant les crises. Seules les décisions politiques ont été responsables de sa désorganisation.

    Les défenseurs infatigables du gouvernement ou de la théorie de la pandémie mortelle opposent toujours 2 arguments à ces chiffres, pourtant difficilement contestables :

    Ils affirment que la statistique du nombre de patients admis pour Covid19 ne représente pas bien les tensions extrêmes qu’a connu l’hôpital (de façon incontestable puisque vues à la télé) et qu’il faut explorer les autres, notamment les jours d’hospitalisations.
    Ils affirment que les services de soins critiques et de réanimations sont les vrais révélateurs de la pandémie, (montrant son caractère extrêmement dangereux) et qu’ils étaient complètement saturés.

    Dans cet article, nous allons terminer l’étude de ces 2 aspects pour montrer qu’il n’y a absolument eu aucune saturation nulle part et quel que soit l’indicateur retenu. Aucun argument logique ou rationnel ne permet de défendre l’histoire racontée sur l’hôpital Français depuis 18 mois. Nous ne doutons pas que les adeptes d’une religion trouveront toujours quelque chose pour la défendre. Il s’agit juste de permettre à ceux qui souhaiteraient faire usage de bon sens de comprendre le fantasme qui nous est servi.

    Cliquer pour accéder à aah_2020_analyse_covid.pdf

    Cliquer pour accéder à aah_2020_analyse_mco.pdf

    Article à lire dans son intégralité.

    J’aime

  17. J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s