Il était une dernière fois… D’un RIEN et d’une RIENne, décembre 2021 (PDF)

3 LETTRES ET TOUT S'ARRÊTE RIEN 02 12 21

Chronique finale d’un presque RIEN, PDF N° 2122021 de 9 pages, complétée & enrichie par une presque RIENne ► https://jbl1960blog.files.wordpress.com/2021/12/il-etait-une-derniere-fois-chronique-finale-dun-rien-et-dun-rienne-decembre-2021.pdf

Cliquer pour accéder à il-etait-une-derniere-fois-chronique-finale-dun-rien-et-dun-rienne-decembre-2021.pdf

RIEN met un point final, lui-même, à sa dernière histoire  à laquelle je rajoute ma patounette de RIENne de et que vous pourrez retrouver avec toutes les autres, dans cette page dédiée de mon blog CHRONIQUES DU PRESQUE Dr. T’CHÉ-RIEN ainsi que dans ma BIBLIOTHÈQUE PDF mais également dans mon DOSSIER SPÉCIAL CORONAVIRUS compte tenu de son expertise de presque Docteur, qui nous aura été très utile dans cette dystopie dans laquelle on tente de nous enfermer alors que rien ne nous empêche d’inverser cette nouvelle normalité afin de (re)devenir un peuple de penseurs.

C’est pourquoi ce presque RIEN nous invite une dernière fois, non plus à alerter, il n’est plus temps, ni même d’essayer de réveiller les mougeons qui roupillent encore à poings fermés, il est trop tard ; Mais à NOUS lever, ensemble, et dans une parfaite unicité et complémentarité, dans un souffle parfaitement synchrone d’un lâcher prise collectif à se rejoindre sur le chemin tangent pour semer autrement…

Car il est temps !

Rudolf Steiner Si quelque chose s'achève quelque chose commence

JBL1960

185 réflexions sur « Il était une dernière fois… D’un RIEN et d’une RIENne, décembre 2021 (PDF) »

  1. Analyse critique et conclusive sur le risque de longévité appliqué au COVID-19, auteur anonyme, version PDF complétée et enrichie par JBL1960

    3 ► ÉTUDE D’IMPACT DU CONFINEMENT – Version initiale intégrale et originale au format PDF N° 365 de 16 pages ► https://jbl1960blog.files.wordpress.com/2021/09/impactduconfinement-20210725.pdf

    Cliquer pour accéder à impactduconfinement-20210725.pdf

    2 ► COVID-19 ; Des Statistiques au Scandale, 21 Mars 2021 – Version PDF N° 263 de 26 pages ► https://jbl1960blog.files.wordpress.com/2021/03/covid-19-des-statistiques-au-scandale-21-mars-2021-suite.pdf

    Cliquer pour accéder à covid-19-des-statistiques-au-scandale-21-mars-2021-suite.pdf

    1 ► COVID-19 – Du mythe aux statistiques, 9 février 2021 – Version PDF N° 243 de 24 pages ► https://jbl1960blog.files.wordpress.com/2021/02/stats-covid.pdf

    Cliquer pour accéder à stats-covid.pdf

    De plus en plus nombreux nous sommes arrivés par des chemins différents à la même conclusion que l’avenir de l’Humanité, comme le salut de l’Occident, passent par les peuples occidentaux (vous, moi) et en aucun cas les gouvernements ou toutes représentations étatiques, émancipés de l’idéologie et de l’action coloniales, se tenant debout aux côtés (et non pas devant, ou encore moins au-dessus) des peuples autochtones de tous les continents et cela pour instaurer l’harmonie de la Société des sociétés sur Terre.

    Car nous avons réuni toutes les preuves qu’il n’y avait pas de solutions au sein de CE système et se préoccuper encore de tout parti politique et de son petit chef gesticulant est une perte de temps totale qui nous détourne de la véritable nécessité : celle de l’union des peuples, MAIS TOTALEMENT hors système, hors État et ses institutions, pour construire ou mieux co-construire la Société des sociétés, celles des confédérations des associations libres, volontaires et autogérées !

    Car, en vérité, les psychopathes aux manettes ont juste peur de NOUS = Solidaires – Unis – Persévérants – Réfléchis – Actifs !

    Aussi, REFUSONS ENSEMBLE d’avancer plus avant dans cette impaSSe et cette dictature sanitaires (sic) à injections mortifères et PRENONS la TANGENTE !

    J’aime

  2. Saranrat Sariman, 29 ans, décède d’une embolie pulmonaire 6 jours après le vaccin Moderna ► https://lemediaen442.fr/saranrat-sariman-29-ans-decede-dune-embolie-pulmonaire-6-jours-apres-le-vaccin-moderna/

    Surnommée la « Rêveuse » par ses amis et sa famille, Saranrat Sariman, une jeune femme de 29 ans, est décédée le 28 novembre 2021 à Bangkok après une vaccination croisée avec Sinovac [vaccin chinois] et Moderna dans un hôpital privé. Le 1er décembre, à l’église Somboon Gospel à Prachuap Khiri Khan, au milieu d’une atmosphère de tristesse de la famille et des proches, une cérémonie funéraire a eu lieu pour le décès de Saranrat Sariman.

    Le 20 octobre 2021, Saranrat Sariman a reçu la première dose, un vaccin Sinovac et le 22 novembre, celui de Moderna. La nuit après cette dernière vaccination, elle a ressenti des douleurs thoraciques, une tachycardie. Le 23 novembre sa tension artérielle était normale, mais son rythme cardiaque était rapide : 130 battements/min. Très fatiguée, elle quitte le travail pour se reposer.

    Le 25 novembre 2021, ses symptômes ne s’étant pas améliorés, elle se rend à l’hôpital pour signaler ses symptômes au médecin. Elle déclare qu’elle vient d’être vaccinée contre le covid. Mais le médecin a évalué que les premiers symptômes étaient de type thyroïdien. Elle fera donc une prise du sang et prendra rendez-vous pour avoir les résultats le 26 novembre. À son arrivée le 26 novembre, Saranrat Sariman a eu une crise. Il a fallu l’emmener à l’hôpital pour une prise de sang, un électrocardiogramme. Les résultats des tests thyroïdiens montrent qu’il ne s’agissait pas de thyroïde. Puis les symptômes s’aggravent. Épuisée, elle décède. Petit Rêve est mort. L’hôpital a déterminé que la cause du décès était une embolie pulmonaire (caillots de sang dans les poumons).

    Mme Pornnapat McCadel (Sariman), sœur aînée, a déclaré : « Je voudrais demander justice, car je suis sûre que ma sœur est décédée des suites d’effets indésirables après la vaccination. »

    Saranrat Sariman n’avait aucun problème de santé. Par conséquent, la famille et les proches pensent que ce décès était dû à la vaccination. La famille ne s’attendait pas à une perte soudaine.

    J’aime

  3. Je vous ai apporté des concons… 😁❤ – 29/11/21 Stephan Cuvelier que j’adooooOoooore, hein ? Une fois !

    Bon, Stephan, demande pas à Angèle de chanter, stp !
    Pour le coup, elle, JE L’A B IME pas du tout !
    Oui, faut avoir lu le PDF de RIEN pour comprendre…

    Allez, la bisc et sans rancune !

    J’aime

  4. Que les gros salaires lèvent le doigt !

    Avec la retraite à points #DataGoule tout le monde sera mis K.O. – Par JBL1960, Décembre 2020 ► https://jbl1960blog.files.wordpress.com/2020/12/avec-la-retraite-a-points-datagoule-tout-le-monde-sera-ko-par-jbl-decembre-2020.pdf

    Il y a plus de dix ans, une fois ses 60 ans atteints, Jean-Paul Delevoye a donc pu faire valoir ses droits à la retraite, pour reprendre l’expression usuelle. Combien touche-t-il désormais ? Sans doute moins que la retraite moyenne à taux plein d’un député (environ 2 700 euros) et d’un sénateur (près de 3 900 euros), puisque le haut-commissaire n’a pas cumulé assez d’années pour bénéficier d’une pension complète.

    Déclaration d’intérêts : Delevoye condamné à quatre mois de prison avec sursis ► https://www.francesoir.fr/afp-afp-france/declaration-dinterets-delevoye-condamne-quatre-mois-de-prison-avec-sursis

    Cliquer pour accéder à avec-la-retraite-a-points-datagoule-tout-le-monde-sera-ko-par-jbl-decembre-2020.pdf

    J’aime

    1. Histoire de concons français cette fois !

      Le pass sanitaire rentre en vigueur dans les stations de ski : témoignage du maire de Saint-Jeoire – 01/12/21 – Bercoff Sud Radio (10MN56)

      J’aime

  5. Maintenant L’État Panique : Allez Vous être Confinés Dès Ce Lundi ?
    By Draw my economy – 03/12/21

    Notre Premier ministre vient d’annoncer un Conseil de défense sanitaire pour lundi. L’objectif du conseil est simple : doit-on prendre des mesures sanitaires complémentaires ? Pour le gouvernement, « la situation est préoccupante ». Pour le patron d’ « En Marche », un confinement n’est pas exclu. Bref, devant une « cinquième vague de la pandémie particulièrement forte » l’État panique et les enfermistes sont à la manœuvre. Et tout cela ne rassure pas ces 4 sœurs…

    J’aime

  6. https://reseauinternational.net/autriche-le-chancelier-schallenberg-annonce-sa-demission/

    par Tagesschau.

    Nous sommes dans l’œil du cyclone … Le chancelier autrichien démissionne, le jour-même où son prédécesseur annonce qu’il quitte définitivement la vie politique …

    L’ex-chancelier Kurz a d’abord annoncé qu’il quittait la politique, et maintenant son successeur s’en va également : le chancelier autrichien Schallenberg met son poste à disposition après à peine deux mois.

    Le chancelier autrichien Alexander Schallenberg met son poste à disposition, sept semaines seulement après sa prestation de serment. C’est ce qu’a annoncé un porte-parole du politicien de l’ÖVP. Quelques heures auparavant, l’ancien chancelier Sebastian Kurz avait annoncé son retrait de la direction de l’ÖVP.

    La présidence du parti et la chancellerie dans une seule main

    « Ce n’est pas mon intention et cela n’a jamais été mon objectif de reprendre la fonction de président fédéral du Nouveau Parti populaire. Je suis fermement convaincu que les deux fonctions – chef du gouvernement et président du parti fédéral du plus grand nombre de voix en Autriche – devraient être rapidement réunies dans une seule main », a-t-il fait savoir dans une déclaration écrite.

    Il s’est déclaré « prêt à assumer le poste de chancelier dans une phase très exigeante pour le gouvernement fédéral et le Nouveau Parti populaire ». Il est prêt à quitter son poste de chef du gouvernement dès que la question de savoir qui prendra la tête de l’ÖVP à l’avenir sera réglée.

    Selon plusieurs médias, l’actuel ministre de l’Intérieur Karl Nehammer devrait désormais prendre la tête de l’ÖVP et devenir également chancelier. Une réunion du bureau fédéral du parti ÖVP est prévue pour vendredi.
    Passé à la chancellerie en octobre

    Schallenberg est passé en octobre du poste de ministre des Affaires étrangères à celui de chancelier, après que Kurz se soit retiré de la tête du gouvernement suite à une enquête pour corruption. Dès le début de son mandat de chancelier, Schallenberg avait pourtant souligné qu’il restait étroitement lié à Kurz.

    Le parquet économique et anti-corruption soupçonne Kurz et certains de ses plus proches collaborateurs politiques d’avoir commandé des sondages enjolivés avec l’aide de l’argent du contribuable afin de se frayer un chemin vers la chancellerie. Kurz nie ces accusations. Le matin, il a annoncé qu’il démissionnait de toutes ses fonctions politiques, c’est-à-dire de chef de parti et de groupe parlementaire ainsi que de parlementaire.

    Pour l’instant, on ne sait rien des projets d’avenir de Schallenberg. Il ne s’est pas exprimé sur les informations selon lesquelles il pourrait reprendre le portefeuille des Affaires étrangères.

    source : https://www.tagesschau.de
    via https://resistance-mondiale.com

    J’aime

  7. Fausse science, données invalides : Il n’y a pas de « cas Covid-19 confirmé ». Il n’y a pas de pandémie ► https://www.mondialisation.ca/fausse-science-donnees-invalides-il-ny-a-pas-de-cas-covid-19-confirme-il-ny-a-pas-de-pandemie/5662642

    Par Prof Michel Chossudovsky

    Introduction

    Les mensonges médiatiques associés à une campagne de peur systémique et soigneusement conçue ont véhiculé l’image d’un virus mortel [killer virus] qui se propage sans relâche dans toutes les grandes régions du monde.

    Plusieurs milliards de personnes dans plus de 190 pays ont été testées (et re-testées) pour la Covid-19.

    Au moment d’écrire ces lignes, environ 260 millions de personnes dans le monde ont été classées comme des « cas confirmés de Covid-19 ». La présumée pandémie aurait causé plus de 5 millions de décès liés à la Covid-19.

    Les deux séries de données : la morbidité et la mortalité sont fabriquées. Un appareil de dépistage de la Covid très bien organisé (dont une partie est financée par les fondations milliardaires) a été mis en place en vue d’augmenter le nombre de « cas confirmés de Covid-19″, qui sont ensuite utilisés comme justification pour imposer le passeport « vaccinal » parallèlement à l’abrogation des droits fondamentaux de la personnes.

    Un soi-disant « Suivi de la propagation mondiale du COVID-19 » [“Global Tracker System” ] a été établi avec une carte interactive indiquant les tendances mondiales et nationales et les tendances hebdomadaires.

    Une quatrième vague [et cinquième vague] a été annoncée. Les chiffres invalides relatifs au Covid-19 sont sont régulièrement publiés dans les médias.

    Pendant ce temps, les médias et les gouvernements ont fermé les yeux sur la tendance à la hausse des décès dus au vaccin contre la Covid-19 et des effets indésirables, qui sont confirmés par les organismes gouvernementaux « officiels ». (Voir ci-dessous)

    TOTAL pour l’UE/Royaume-Uni/États-Unis

    45 250 décès liés à l’injection de Covid-19, 7 418 980 blessures [injuries]

    publié le 19 octobre 2021

    Base de données EudraVigilance, système de carton jaune MHRA. Base de données VAERS.
    Le test de réaction en chaîne de la polymérase à transcription inverse (RT-PCR)

    La méthodologie oblique appliquée sous les directives de l’OMS pour détecter la présumée propagation du virus est le test de réaction en chaîne de la polymérase (RT-PCR), qui est couramment appliqué dans le monde entier.

    Le test RT-PCR a été utilisé dans le monde entier pour générer des millions de faux « cas confirmés de Covid-19 », qui sont ensuite utilisés pour créer l’illusion que la présumée pandémie est réelle.

    Cette évaluation basée sur des chiffres erronés a été utilisée au cours des 20 derniers mois pour mener et soutenir la campagne de peur.

    Et les gens sont maintenant amenés à croire que le « vaccin » Covid-19 est la « solution ». Et cette « normalité » sera rétablie une fois que toute la population du Monde entier aura été vaccinée.

    « Confirmé » est un terme erroné : un « cas positif RT-PCR confirmé » n’implique pas un « cas confirmé de Covid-19 ».

    La RT-PCR positive n’est pas synonyme de maladie COVID-19 ! Les spécialistes de la PCR indiquent clairement qu’un test doit toujours être comparé au dossier clinique du patient testé, à l’état de santé du patient pour confirmer sa valeur [fiabilité] (Dr. Pascal Sacré)

    La procédure utilisée par les autorités sanitaires nationales consiste à classer tous les cas positifs avec le test RT-PCR, comme « cas confirmés de Covid-19 » (avec ou sans diagnostic médical). Ironiquement, ce processus de routine d’identification des « cas confirmés » est en dérogation aux propres lignes directrices des CDC :

    « La détection de l’ARN viral peut ne pas indiquer la présence d’un virus infectieux ou que 2019-nCoV est l’agent pathogène des symptômes cliniques. La performance de ce test n’a pas été établie pour surveiller le traitement de l’infection par le nCoV en 2019. Ce test ne peut exclure les maladies causées par d’autres agents pathogènes bactériens ou viraux. » (soulignement ajouté)

    Dans cet article, nous présenterons des preuves détaillées démontrant que la méthodologie utilisée pour détecter et estimer la propagation du virus est imparfaite et invalide.
    1. Faux positifs

    Le débat précédent au début de la crise s’est concentré sur la question des « faux positifs ».

    Reconnu par l’OMS et les CDC, le test RT-PCR était connu pour produire un pourcentage élevé de faux positifs. Selon le Dr. Pascal Sacré :

    « Aujourd’hui, à mesure que les autorités testent plus de personnes, il y aura forcément plus de tests RT-PCR positifs. Cela ne signifie pas que la COVID-19 revient ou que l’épidémie se déplace par vagues. Il y a plus de personnes testées, c’est tout. »

    Le débat sur les faux positifs (reconnu par les autorités sanitaires) fait état de soi-disant erreurs sans nécessairement remettre en question la validité globale du test RT-PCR comme moyen de détecter la propagation présumée du virus CoV-SARS-2.
    2. Le PCR-Test ne détecte pas l’identité du virus

    Le test RT-PCR n’identifie pas/détecte le virus. Ce que le test PCR identifie, ce sont des fragments génétiques de nombreux virus (y compris les virus grippaux de type A et B, et les coronavirus qui déclenchent des rhumes).

    Les résultats du test RT-PCR ne peuvent pas « confirmer » si une personne qui fait le test est infectée par le virus de la Covid-19.

    Selon le Dr. Kary Mullis, inventeur de la technique PCR : « La PCR détecte un très petit segment de l’acide nucléique qui fait partie d’un virus lui-même. » Selon le célèbre immunologue suisse Dr B. Stadler

    Donc, si nous faisons un test Corona PCR sur une personne immunitaire, ce n’est pas un virus qui est détecté, mais un petit. segment fragmenté du génome viral. Le test est positif tant qu’il reste de petits fragments du virus. Même si les virus infectieux sont morts depuis longtemps, un test corona peut revenir positif, car la méthode PCR multiplie la moindre fraction du matériel génétique viral, suffisamment [pour être détectée].

    Dr. Pascal Sacré est du même avis : « Ces tests détectent les particules virales, les séquences génétiques, pas le virus entier. »

    Afin de tenter de quantifier la charge virale, ces séquences sont ensuite amplifiées plusieurs fois par de nombreuses étapes complexes sujettes à des erreurs, à des erreurs de stérilité et à une contamination.
    3. Le « test » RT-PCR Covid-19 « personnalisé » de l’OMS

    Deux questions importantes et connexes.

    Le test PCR n’identifie pas le virus comme indiqué ci-dessus. En outre, l’OMS en janvier 2020 ne possédait pas d’isolat et d’échantillon purifié du nouveau virus 2019-nCov.

    Ce qui a été envisagé en janvier 2020 était une « adaptation » du test PCR par l’OMS, sous la direction scientifique de l’Institut de virologie de Berlin de l’Hôpital Charité.

    Dr. Christian Drosten et ses collègues de l’Institut de virologie de Berlin ont entrepris une étude intitulée « Détection du nouveau coronavirus 2019 (2019-nCoV) par RT-PCR en temps réel ».

    Le titre de l’étude de l’Institut de virologie de Berlin est évidemment un terme erroné. Le test PCR ne peut pas « détecter » le nouveau coronavirus de 2019. (Voir Dr. Kary Mullis, Dr. B. Stadler, Dr. Pascal Sacré cité dans la section 2).

    En outre, l’étude, publiée par Eurosurveillance, reconnaît que l’OMS n’a pas possédé d’isolat et d’échantillon purifié du nouveau virus 2019-nCov :

    [Bien que]… plusieurs séquences du génome viral avaient été publiées,… les isolats de virus ou les échantillons [de 2019-nCoV] de patients infectés n’étaient pas disponibles… »

    L’équipe de Drosten et al. a ensuite recommandé à l’OMS qu’en l’absence d’un isolat du virus 2019-nCoV, un CoV-SRAS 2003 similaire soit utilisé comme « proxy » [indicateur] du nouveau virus :

    « Les séquences génomiques suggèrent la présence d’un virus étroitement lié aux membres d’une espèce virale appelée CoV lié au syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS), une espèce définie par l’agent de l’épidémie de SRAS de 2002/03 chez l’homme [3,4].

    Nous présentons un rapport sur l’établissement et la validation d’un flux de travail diagnostique pour le dépistage et la confirmation spécifique du 2019-nCoV [à l’aide du test RT-PCR], conçu en l’absence d’isolats de virus disponibles ou d’échantillons originaux de patients. La conception et la validation ont été rendues possibles par l’étroite relation génétique avec le CoV-SRAS de 2003, et facilitées par l’utilisation de la technologie des acides nucléiques synthétiques. » (Eurosurveillance, 23 janvier 2020, soulignement ajouté).

    Ce que cette déclaration ambiguë suggère, c’est que l’identité du 2019-nCoV n’était pas requise et que les « cas confirmés de Covid-19 » (alias infection résultant du nouveau coronavirus de 2019) seraient validés par « l’étroite relation génétique avec le CoV-SARS 2003 ».

    Cela signifie qu’un coronavirus détecté il y a 19 ans (2003-SARS-CoV) est utilisé pour « valider » l’identité d’un soi-disant « nouveau coronavirus » détecté pour la première fois dans la province chinoise du Hubei à la fin décembre de 2019.

    Les recommandations de l’étude Drosten (généreusement soutenue et financée par la Fondation Gates) ont ensuite été transmises à l’OMS. Ils ont ensuite été approuvés par le directeur général de l’OMS, Tedros Adhanom.

    L’OMS n’avait pas en sa possession « l’isolat de virus » nécessaire pour identifier le virus. Il a été décidé qu’un isolat du nouveau coronavirus n’était pas nécessaire.

    L’article de Drosten et al concernant l’utilisation du test RT-PCR dans le monde entier (sous la direction de l’OMS) a été contesté dans une étude du 27 novembre 2020 par un groupe de 23 virologues, microbiologistes et al. internationaux.

    Il va de soi que si le test PCR utilise le virus du CoV-SRAS de 2003 comme « point de référence », il ne peut y avoir de cas de Covid-19 « confirmés » résultant du nouveau virus 2019-nCoV, rebaptisé ultérieurement SARS-CoV-2.
    4. L’identité du 2019-nCoV a-t-elle été confirmée ? Le virus existe-t-il ?

    Bien que l’OMS ne possédait pas d’isolat du virus, existe-t-il des preuves valides et fiables que le nouveau coronavirus de 2019 avait été isolé d’un « échantillon altéré prélevé sur un patient malade » ?

    Les autorités chinoises ont annoncé le 7 janvier 2020 qu’ »un « nouveau type de virus » avait été « identifié » « semblable à celui associé au SRAS et au SRMO » (rapport connexe, pas de source originale du gouvernement chinois). La méthode sous-jacente adoptée par l’équipe de recherche chinoise est décrite ci-dessous :

    Nous avons recueilli et analysé prospectivement des données sur les patients atteints d’une infection au nCoV 2019 confirmée en laboratoire par RT-PCR en temps réel et séquençage de prochaine génération.

    Les données ont été obtenues à l’aide de formulaires de collecte de données normalisés partagés par l’OMS et l’International Severe Acute Respiratory and Emerging Infection Consortium à partir de dossiers médicaux électroniques. (soulignement ajouté)

    L’étude ci-dessus (citation ci-dessus ainsi que d’autres documents consultés) suggèrent que les autorités sanitaires chinoises n’ont pas entrepris d’isolement / purification de l’échantillon d’un patient.

    L’utilisation de « l’infection au nCoV 2019 confirmée en laboratoire par RT-PCR en temps réel » est une erreur évidente, c’est-à-dire que le test RT-PCR ne peut en aucun cas être utilisé pour identifier le virus (voir section 2 ci-dessus). L’isolat du virus par les autorités chinoises n’est pas confirmé.

    Liberté d’information concernant l’isolement du CoV-2 du SRAS

    Un projet d’enquête détaillé de Christine Massey, intitulé : Demandes d’accès à l’information : Health/Science Institutions Worldwide « Have No Record » of SARS-COV-2 Isolation/Purification, fournit de la documentation concernant l’identité du virus. [Voir en français : Le virus inexistant ; une interview explosive de Christine Massey]

    Les demandes d’accès à l’information (FOI) ont été envoyées à quatre-vingt-dix institutions de santé / sciences dans un grand nombre de pays.

    Les réponses à ces demandes confirment qu’il n’y a aucun dossier d’isolement / purification du CoV-2 du SRAS « ayant été effectué par qui que ce soit, n’importe où, jamais ».

    « Les 90 établissements de santé et de sciences qui ont répondu jusqu’à présent ont fourni et/ou cité, au total, zéro de ces enregistrements :

    Nos demandes [au titre de la « liberté d’information »] n’ont pas été limitées aux dossiers d’isolement réalisés par l’institution concernée, ni aux dossiers rédigés par l’institution concernée, mais elles étaient ouvertes à tout dossier décrivant l’isolement/la purification du « virus COVID-19 » (alias « SRAS-COV-2″) réalisé par quiconque, jamais, dans le monde entier. »

    5. Les cycles d’amplification du seuil. L’OMS admet que les résultats du « test » RT-PCR sont totalement invalides

    Le test rRT-PCR a été adopté par l’OMS le 23 janvier 2020 comme moyen de détecter le virus SARS-COV-2, conformément aux recommandations du groupe de recherche en virologie de Berlin (citées ci-dessus).

    Exactement un an plus tard, le 20 janvier 2021, l’OMS se rétracte. Ils ne disent pas « Nous avons commis une erreur ». La rétraction est soigneusement formulée. (Voir le document original de l’OMS ici)

    Vous trouverez ci-dessous des extraits sélectionnés de mon article intitulé : L’OMS confirme que le test PCR du Covid-19 est invalide : les estimations des « cas positifs » n’ont pas de sens. Le confinement n’a aucune base scientifique

    La question litigieuse concerne le nombre de cycles seuils d’amplification (Ct). Selon Pieter Borger, et al

    Le nombre de cycles d’amplification [devrait] être inférieur à 35 ; de préférence 25-30 cycles. En cas de détection de virus, > 35 cycles ne détectent que les signaux qui ne sont pas corrélés avec le virus infectieux tel que déterminé par l’isolement en culture cellulaire… (Critique de l’étude Drosten)

    L’Organisation mondiale de la santé (OMS) admet tacitement un an plus tard que TOUS les tests PCR effectués à un seuil d’amplification (Ct) de 35 cycles ou plus sont INVALIDES. Mais c’est ce qu’ils ont recommandé en janvier 2020, en consultation avec l’équipe de virologie de l’hôpital Charité de Berlin.

    Si le test est effectué à un seuil de 35 Ct ou plus (recommandé par l’OMS), les segments génétiques du virus SARS-CoV-2 ne peuvent pas être détectés, ce qui signifie que TOUS les soi-disant « cas confirmés de Covid-19 » comptabilisés dans le monde entier au cours des 22 derniers mois sont invalides.

    Selon Pieter Borger, Bobby Rajesh Malhotra, Michael Yeadon et al, le Ct > 35 a été la norme « dans la plupart des laboratoires en Europe et aux États-Unis ».

    Mea Culpa de l’OMS

    Vous trouverez ci-dessous la « Rétraction » soigneusement formulée de l’OMS.

    « Les directives de l’OMS Les tests diagnostiques du CoV-2 du SRAS stipulent qu’une interprétation minutieuse des faibles résultats positifs est nécessaire (1). Le seuil de cycle (Ct) nécessaire pour détecter le virus est inversement proportionnel à la charge virale du patient. Lorsque les résultats des tests ne correspondent pas au tableau clinique, un nouvel échantillon doit être prélevé et testé à nouveau à l’aide de la même technologie NAT ou d’une technologie différente. (soulignement ajouté)

    L’OMS rappelle aux utilisateurs de DIV que la prévalence de la maladie modifie la valeur prédictive des résultats des tests ; à mesure que la prévalence de la maladie diminue, le risque de faux positifs augmente (2). Cela signifie que la probabilité qu’une personne ayant un résultat positif (SRAS-CoV-2 détecté) soit vraiment infectée par le CoV-2 du SRAS diminue à mesure que la prévalence diminue, quelle que soit la spécificité revendiquée. »

    « Positives invalides » est le concept sous-jacent

    Il ne s’agit pas d’une question de « faible positif » et de « risque d’augmentations faussement positives ». Ce qui est en jeu, c’est une « méthodologie erronée » [non fiable] qui conduit à des estimations invalides des « cas confirmés de Covid-19 ».

    Ce que cet aveu de l’OMS confirme, c’est que l’estimation du covid positif à partir d’un test PCR (avec un seuil d’amplification de 35 cycles ou plus) est invalide. Dans ce cas, l’OMS recommande de retester : « un nouvel échantillon devrait être prélevé et testé à nouveau… ».

    L’OMS appelle à un « retest », ce qui équivaut à dire « Nous nous sommes trompés ».

    Cette recommandation est pro forma. Cela n’arrivera pas. Plusieurs milliards de personnes dans le monde ont déjà été testées, à partir du début du mois de février 2020. Néanmoins, nous devons conclure qu’à moins d’être testées à nouveau, ces estimations (selon l’OMS) ne sont pas valides.

    Dès le début, le test PCR a été régulièrement appliqué à un seuil d’amplification Ct de 35 ou plus, conformément aux recommandations de janvier 2020 de l’OMS. Cela signifie que la méthodologie PCR telle qu’appliquée dans le monde entier a conduit au cours des 20 derniers mois à la compilation de statistiques erronées et trompeuses sur le Covid.

    Et ce sont les statistiques qui sont utilisées pour mesurer la progression de la soi-disant « pandémie ». Au-delà d’un cycle d’amplification de 35 ou plus, le test ne détectera pas de fragments du virus. Par conséquent, les « numéros officiels de covid » (cas confirmés de Covid-19) n’ont aucun sens.

    Il s’ensuit qu’il n’y a aucune base scientifique pour confirmer l’existence d’une pandémie.

    Ce qui signifie également que les mesures de confinement / économiques qui ont entraîné la panique sociale, la pauvreté et un chômage de grande ampleur (prétendument pour freiner la propagation du virus) n’ont aucune justification.

    Selon l’avis scientifique :

    « si quelqu’un est testé par PCR comme positif lorsqu’un seuil de 35 cycles ou plus est utilisé (comme c’est le cas dans la plupart des laboratoires en Europe et aux États-Unis), la probabilité que cette personne soit réellement infectée est inférieure à 3 %, la probabilité que ce résultat soit un faux positif est de 97 % (Pieter Borger, Bobby Raj

    Comme indiqué ci-dessus, « la probabilité que ledit résultat soit un faux positif est de 97 % » : Il s’ensuit que l’utilisation de la détection de plus de 35 cycles contribuera de manière indélébile à « rmarcher » le nombre de « faux positifs ».

    Le Mea Culpa de l’OMS confirme que la procédure de test PCR Covid-19 telle qu’appliquée est invalide.
    La pandémie de grippe H1N1 de 2009 était-elle une « répétition générale » ?

    En 2009, une pandémie de grippe H1N1 qui aurait touché 2 milliards de personnes a été menée par l’OMS.

    Corruption aux plus hauts niveaux de l’OMS : Plusieurs critiques, dont le Dr. Wolfgang Wodarg a confirmé que la pandémie de grippe H1N1 était « faux »

    L’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe (APCE), organisme de surveillance des droits de l’homme, enquête publiquement sur les motifs de l’OMS pour déclarer une pandémie. En effet, le président de son influente commission de la santé, l’épidémiologiste Wolfgang Wodarg, a déclaré que la « fausse pandémie » est « l’un des plus grands scandales médicaux du siècle ». (Michael Fomento, Forbes, 10 février 2010)

    Rétrospectivement, la « pandémie » de COVID-19 est beaucoup plus grave et diabolique que la grippe H1N1 de 2009.

    Voir l’analyse pertinente et rigoureusement documentée du Dr Wolfgang Wodarg sur le test RT-PCR tel qu’il a été appliqué par l’OMS en ce qui concerne la Covid-19.

    Mot de la fin

    Le test RT-PCR est le pistolet fumant. Cela invalide tout.

    Il n’existe pas de « cas confirmé de Covid-19 ». Toute la banque de données est invalide.

    Au moment d’écrire ces lignes, le nombre de « cas confirmés de Covid-19 » est de l’ordre de 260 millions dans le monde. Ces chiffres n’ont absolument aucun sens.

    Aucune de ces données ne peut être classée comme « Confirmée ».

    Le test PCR n’identifie pas le nouveau virus, et les fragments génétiques d’un coronavirus dit « similaire » de 2003 (SRAS-1) ne peuvent pas être utilisés comme moyen d’identifier le virus qui cause la Covid-19, ni pour identifier les variants mortels du nouveau coronavirus de 2019.

    De plus, selon l’étude de la Freedom of Information (FOI) citée ci-dessus, l’isolat du nouveau coronavirus n’est pas confirmé.

    Soutenu par une panoplie de mensonges, le récit Covid-19 est extrêmement fragile. Ce consensus repose sur une fausse science et une banque de données totalement invalide de prétendus « cas confirmés de Covid-19 ».

    Il n’y a pas de pandémie.

    Et en l’absence d’une pandémie de Covid-19, il n’y a aucune justification scientifique à la mise en œuvre du « vaccin » contre la Covid-19 qui a entraîné une tendance mondiale des décès et des blessures :

    Comment Big Pharma a-t-il réussi à développer un vaccin (parrainé par l’OMS, GAVI, la Fondation Gates et al) ayant pour mandat de « protéger les personnes » contre un virus qui n’a pas été isolé/purifié à partir d’un « échantillon non altéré prélevé sur un patient malade » ?

    Vaccin par rapport à quoi ? Le virus n’a pas été identifié.

    De plus, le CoV-SRAS-2 2019 a été classé comme similaire au CoV-SRAS de 2003, ce qui signifie que le CoV-2 du SRAS de 2019, n’est pas un nouveau virus.

    La légitimité du projet de vaccin Covid-19 dépend de la validité de centaines de milliers de faux cas positifs RT-PCR dans le monde entier combinés à de fausses données de mortalité liées au Covid. ( Voir Michel Chossudovsky, »Le virus existe-t-il ?« )

    Que nous réserve l’avenir ?

    Les gouvernements nationaux ont annoncé une cinquième vague, axée sur les prétendues « variants mortels » du SARS-CoV-2, y compris la variante Delta.

    Ces soi-disant variants sont une véritable arnaque. Comment identifient-ils les « variants ». Le test PCR ne détecte ni le virus ni les variants du virus.

    Il n’y a pas d’isolat du nouveau coronavirus enregistré. En outre, le test PCR « spécifique » [adapté] de l’OMS utilise comme substitut un virus similaire du CoV-SRAS de 2003 (qui a sans aucun doute beaucoup muté au cours des 19 dernières années).

    « Les restrictions devraient être réintroduites ». … le variant Delta pose un « risque plus élevé d’hospitalisation. »

    Ces annonces visent à justifier la poursuite des mesures politiques répressives, l’accélération du programme de vaccination, ainsi que la répression du mouvement de protestation.

    Il n’y a pas de pandémie. La Finalité réside dans la Tyrannie.

    La pandémie est utilisée pour imposer un nouvel ordre mondial.

    Lorsque le mensonge devient la vérité, il n’y a plus de possibilité de revenir en arrière.

    La première étape consiste à démanteler l’appareil de propagande.

    Le consensus Covid de l’élite est extrêmement fragile.

    Il n’y a pas de pandémie. Ils n’ont pas d’argument sur lequel s’appuyer.

    Ce consensus doit être rompu.

    =*=

    Je remets, ici, le document PDF que j’aie réalisé en décembre 2020 qui donne les preuves de la fraude des TESTS RT PCR pour justifier la mise en place de la DICTATURE SANITAIRE par CONFINEMENT SANS FIN et TERREUR VAXXXINALE ;

    Les Chiffres de la psychose SARS-CoV-2 : La Fraude des Tests RT PCR permet la mise en place de la Dictature Sanitaire – Version PDF N° 224 de 18 pages ► https://jbl1960blog.files.wordpress.com/2020/12/dossier-special-fraude-tests-rt-pcr.pdf

    On pourra difficilement faire mieux, franchement, et pour que tout s’arrête il suffit juste de leur dire NON en masse et le COcoRONAcircus cesse…

    Cliquer pour accéder à dossier-special-fraude-tests-rt-pcr.pdf

    J’aime

  8. Les essais secrets du vaccin de Pfizer en partie dévoilés !
    https://lemediaen442.fr/les-essais-secrets-du-vaccin-de-pfizer-en-partie-devoiles/

    Depuis 1967, la loi sur la liberté d’information (FOIA) donne aux citoyens américains le droit de demander l’accès aux dossiers de toute agence fédérale. Cela a permis à trente scientifiques et professionnels de la santé de l’organisation Public Health and Medical Professionals for Transparency (PHMPT) — de l’ULCA, de l’Université de Brown, de l’Université de Yale et d’institutions internationales — de demander à la FDA les données de l’essai de Pfizer sur son vaccin.

    C’est en se fondant sur ces données que la FDA a approuvé le vaccin Pfizer pour les enfants âgés de 16 ans et plus en août. Un des demandeurs, Peter Doshi, a publiquement affirmé que l’examen par la FDA pour l’Autorisation d’urgence du vaccin de Pfizer « semble fautif », parce que la FDA n’a affecté qu’un seul examinateur dans chacune des deux disciplines scientifiques clés (clinique et statistique) « pour faire en trois semaines un travail qui prend habituellement des mois ».
    Les essais de Pfizer restent protégés par la FDA

    Refusant la procédure accélérée de la demande de données, la FDA a donné comme justification que l’organisation PHMPT n’aurait pas réussi à « démontrer un besoin impérieux impliquant une menace imminente pour la vie ou l’intégrité physique des personnes ». Les familles des victimes de la vaccination apprécieront. La FDA propose de divulguer 500 pages d’affilée par mois, notant que la branche qui s’occuperait de l’examen ne compte que 10 employés et traite actuellement environ 400 autres demandes FOIA. Si un juge fédéral du Texas donne son accord, les plaignants de Public Health and Medical Professionals for Transparency peuvent s’attendre à voir l’intégralité des documents en 2076.
    Un procès est intenté à la FDA pour refus de transparence

    En septembre, les 30 scientifiques et professionnels de la santé de PHMPT ont intenté un procès à la FDA après son refus de transparence. Ils sont épaulés par le député républicain de Caroline du Sud, Ralph Norman. Il exige que la FDA publie les données relatives au vaccin COVID dans les cent jours. « La seule priorité de la FDA devrait être la santé et la sécurité des consommateurs », a-t-il déclaré. « Si l’administration Biden est déterminée à nous imposer ces vaccins, alors le public a le droit de savoir comment et pourquoi ce vaccin a été approuvé en si peu de temps. Comment se fait-il qu’un vaccin qui reçoit l’approbation en 108 jours nécessite maintenant 55 ans juste pour divulguer l’information ? » Ralph Norman, a présenté jeudi 2 décembre un projet de loi qui pourrait obliger la Food and Drug Administration à publier tous les documents relatifs au vaccin contre le coronavirus dans les cent prochains jours.

    Ralph Norman sur Twitter : « Comment un vaccin qui reçoit une approbation en 108 jours a-t-il maintenant besoin de 55 ans juste pour publier des informations ? Cela ressemble au début d’une très mauvaise blague. »

    Lenteur bureaucratique, bataille juridique, tout est bon pour protéger Pfizer

    Les avocats du ministère de la Justice représentant la FDA ont fait valoir que la demande du plaignant comprend plus de 329 000 pages de documents, qui doivent tous être épurés pour s’assurer que les « secrets commerciaux » ne sont pas rendus publics. « La FDA ne dispose pas du personnel ou des ressources nécessaires dans son bureau de la liberté d’information pour traiter la demande du plaignant à un rythme de plus de 80 000 pages par mois », a déclaré la défense. Le département de la Justice a déclaré que la branche responsable de l’examen et de la communication des pages ne compte que dix employés qui jonglent actuellement avec quatre cents demandes FOIA en attente. Si l’ensemble des études de Pfizer restent confidentielles, les trente premières pages ont quand même été divulguées.
    Les 30 premières pages des essais Pfizer sont éloquentes !

    Les documents diffusés de Pfizer commencent par une mise en garde anti-transparence : « Les informations contenues dans ce document sont exclusives et confidentielles. Toute divulgation, reproduction, reproduction, distribution ou autre diffusion de cette information en dehors de Pfizer, de ses sociétés affiliées, de ses licenciés ou des organismes de réglementation est strictement interdite. En acceptant ou en examinant ces documents, vous acceptez de garder cette information confidentielle et de ne pas la divulguer à d’autres personnes (sauf si la loi applicable l’exige), ni de les utiliser à des fins non autorisées. »
    Ceux dont on n’a pas de nouvelles, ceux qui sont morts, ceux qui ont des affections cardiaques…

    Le rapport commence mal. Page 7, sur 42 086 cobayes humains, outre les hospitalisations avec ou sans séquelles, il y aurait eu 1223 décès et 9 400 personnes dont Pfizer n’a plus de nouvelles… Page 16, les myocardies. Les événements graves sont dénombrés : Tachycardie (1098), Arythmie (102), Infarctus du myocarde (89), Insuffisance cardiaque (80), Infarctus aigu du myocarde (41), Infarctus myocardite aiguë (41), Insuffisance cardiaque aiguë (11), Choc cardiogénique et tachycardie orthostatique posturale. Tachycardie orthostatique posturale (7 chacun) et maladie coronarienne (6). Apparition de l’événement de moins 24 heures à 21 jours, médiane inférieure à 24 heures.

    Qu’il s’agisse d’affections respiratoires, d’événements thromboemboliques, d’accident vasculaire cérébral, de manifestations vasculaires, la conclusion est toujours la même : « Cette revue cumulative des cas ne soulève pas de nouveaux problèmes de sécurité. La surveillance se poursuivra. »

    Conclusion générale des trente premières pages de l’étude : « L’examen des données disponibles pour cette expérience cumulative de PM confirme un rapport bénéfice/risque favorable pour le BNT162b2 [vaccin Cominarty®]. » On suppose bien évidemment qu’il y a plus de cobayes vivants que morts, mais combien ? On laisse aux scientifiques le soin de faire le tri entre les morts, les vivants et les handicapés. Ils peuvent lire les trente pages de documents confidentiels ici.

    Une liste en annexe répertorie les divers effets secondaires. Ils s’étalent sur neuf pages, en caractères serrés (30 000 signes). La liste est en ordre alphabétique. Elle va de « délétion » (perte d’un fragment plus ou moins important d’ADN, constituant une cause de mutation) à « Zika », virus associé au syndrome de Guillain-Barré. On a le choix !

    Jacqueline pour Le Média en 4-4-2

    Cliquer pour accéder à 5.3.6-postmarketing-experience.pdf

    J’aime

  9. Exceptionnalistant et Zuckerberg/Rockfeller

    Un ancien juge de la Cour suprême de l’État du Wisconsin qui enquête sur l’élection présidentielle de 2020 pour les législateurs de l’État accuse au moins deux maires dont les villes ont pris des millions de « Zuckerbucks » avant les élections de dissimuler.
    Les Zuckerbucks sont les 420 millions de dollars que Meta, anciennement Facebook, le Président Mark Zuckerberg a remis à plusieurs organisations, qui ont ensuite distribué les millions aux responsables des élections locales.

    Alors que les paiements auraient été destinés à aider les fonctionnaires électoraux à faire face à la demande de leurs emplois au milieu d’une pandémie, les preuves ont montré que plusieurs fois l’argent a été utilisé pour recruter des électeurs dans les régions démocrates de leurs districts.

    Une étude a révélé que les actions de Zuckerberg à elles seules auraient pu changer les résultats de la course présidentielle de 2020 pour donner la victoire à Joe Biden.

    https://www.wnd.com/2021/12/former-judge-investigating-2020-election-calls-mayors-coverup/

    J’aime

  10. Bon matin! PARTAGEZ LA BONNE NOUVELLE des nouvelles démissions en date du 2 décembre! 😅

    Toutes les démissions depuis le début du procès de Ghislaine Maxhell.

    En JAUNE = Démissions de la journée
    En BLANC = Démissions depuis le 29 novembre 2021

    Que TROIS JOURS DE PROCÈS et les têtes tombent de partout!

    👉🏼 On voit que les têtes sont tombées en Ireland du Nord, en Australie et au UK hier!

    Alors voilà :

    📌 Le fondateur de DOMINO’S [PIZZA] UK

    📌 Le président de SOLT UK

    📌 Le président de INVEST NI en Ireland

    📌 Le ministre de la santé de l’australie

    📌 La présidente de la fondation Variety the CHILDREN’s en Australie

    📌 Le membre démocrate du congrès américain Peter Defazio

    📌 Le président de Titan Medical

    Je vais faire une affiche pour chaque semaine alors ce sera plus lisible et plus facilement partageable 🔥🔥🔥

    Je vais en faire la traduction en Anglais à la fin de la semaine.


    Enjoy the FKNG SHIT show! 🍿
    ABONNE-TOI :
    T.me/etsicetaitvraitoutca

    J’aime

  11. Mes bonis à moi glanés sur le web ;


    Preuve que ce n’est pas un vaxxxin !

    Prière du COVIDiot pour le VAGUE-SAINT au N.O.M. du COVIDisme !

    Transhumance des COnVIDiots…

    Que dire d’une société quand un fou te dis ce qu’il y a à faire ?

    Que c’est le moment d’en changer !

    J’aime

    1. La-dessus tu rajoutes la Blonde qui dit chez Bourdin que le Pik-Pik n’empêche pas la contamination mais empêche la transmission !
      Et le Gourdin qui ne lui demande même pas pourquoi alors on a encore des cas ?
      Probablement des non-injectés clandestins !

      J’aime

      1. Quand une invitation ou une proposition ne semble pas sincère, le mieux c’est de la décliner. Or ici, c’est carrément du foutage de gueule, comme le porte-mensonges du gouvernement nous en sert de façon quasi quotidienne. Leur objectif, c’est bien de nous gâcher Noël et le Nouvel An pour continuer à faire avancer leur Agenda. OD ► https://olivierdemeulenaere.wordpress.com/2021/12/03/non-merci-gabi-sans-facon/

        Gaby, NON merci !

        J’aime

  12. La part épidémiologique de la population vaccinée dans la transmission de la COVID-19 s’accroit ► https://reinfocovid.fr/science/la-part-epidemiologique-de-la-population-vaccinee-dans-la-transmission-de-la-covid-19-saccroit/

    par le Collectif Reinfocovid.

    Lettre publiée dans « The Lancet Regional Health – Europe » : « Il semble que ce soit faire preuve d’une grave négligence que d’ignorer la population vaccinée en tant que source possible et pertinente de transmission lorsqu’on décide de mesures de contrôle de santé publique »

    Les points importants de cet article notés par l’équipe de Reinfocovid sont :

    La part des personnes vaccinées dans la transmission de la Covid-19 est en augmentation constante
    Les personnes vaccinées transmettent la maladie autant que les non-vaccinés à leurs contacts familiaux
    La charge virale maximale est identique entre les vaccinés et les non vaccinés
    Au royaume Uni, la probabilité d’avoir le covid était plus élevée chez les vaccinés que chez les non-vaccinés pour toutes les personnes de plus de 30 ans.
    Dans un cluster israélien causé par un vacciné, 14 personnes vaccinées ont eu des formes graves et sont décédées pour certaines alors que les deux seules personnes non vaccinées ont eu des formes légères.

    Il semble que ce soit faire preuve d’une grave négligence que d’ignorer la population vaccinée en tant que source possible et pertinente de transmission lorsqu’on décide de mesures de contrôle de santé publique.
    *

    Traduction littérale de la lettre :

    • thelancet.com/PIIS2666-7762(21)00258-1/fulltext

    On s’attendait à ce que des taux élevés de vaccination contre le COVID-19 réduisent la transmission du SARS-CoV-2 dans les populations en diminuant le nombre de sources possibles de transmission et, par conséquent, à ce qu’ils réduisent la charge de la maladie du COVID-19.

    Cependant, les données récentes indiquent que les individus vaccinés contre le COVID-19 comptent dans la transmission de la maladie.

    Au Royaume-Uni, il a été décrit que le taux d’attaque secondaire parmi les contacts familiaux exposés à des individus entièrement vaccinés était similaire à celui des contacts familiaux exposés à des individus non vaccinés (25% pour les vaccinés contre 23% pour les non vaccinés). 12 des 31 infections chez les contacts familiaux entièrement vaccinés (39%) provenaient d’individus entièrement vaccinés et épidémiologiquement liés. La charge virale maximale ne différait pas selon le statut vaccinal ou le type de variant1.

    En Allemagne, le taux de cas symptomatiques de COVID-19 chez les personnes entièrement vaccinées (« breakthrough infections ») est rapporté chaque semaine depuis le 21 Juillet 2021 et était alors de 16,9% chez les patients de 60 ans et plus2. Cette proportion augmente de semaine en semaine et était de 58,9% le 27 Octobre 2021 (Figure 1), ce qui prouve clairement l’importance croissante des personnes entièrement vaccinées comme source possible de transmission. Une situation similaire a été décrite pour le Royaume-Uni. Entre les semaines 39 et 42, un total de 100 160 cas de COVID-19 ont été signalés parmi les citoyens âgés de 60 ans ou plus. Et 89 821 sont survenus parmi les personnes entièrement vaccinées (89,7%), 3395 parmi les personnes non vaccinées (3,4%)3. Une semaine auparavant, le taux de cas de COVID-19 pour 100 000 était plus élevé dans le sous-groupe des vaccinés que dans le sous-groupe des non-vaccinés dans tous les groupes d’âge de 30 ans ou plus.

    En Israël, une épidémie nosocomiale a été signalée, impliquant 16 travailleurs de la santé, 23 patients exposés et deux membres de la famille. La source était un patient entièrement vacciné contre le COVID-19. Le taux de vaccination était de 96,2% parmi toutes les personnes exposées (151 travailleurs de la santé et 97 patients). Quatorze patients entièrement vaccinés sont devenus gravement malades ou sont décédés, les deux patients non vaccinés ont développé une maladie légère4.

    Les Centres américains de Contrôle et de Prévention des Maladies (CDC) identifient quatre des cinq comtés ayant le pourcentage le plus élevé de population entièrement vaccinée (99,9-84,3%) comme des comtés à transmission « élevée »5. De nombreux décideurs partent du principe que les personnes vaccinées peuvent être exclues en tant que source de transmission. Il semble que ce soit faire preuve d’une grave négligence que d’ignorer la population vaccinée en tant que source possible et pertinente de transmission lorsqu’on décide de mesures de contrôle de santé publique.

    Cliquer pour accéder à population_vax_transmission.pdf

    J’aime

    1. RAPPEL ► https://reinfocovid.fr/science/la-vaccination-na-aucun-effet-sur-les-taux-dincidence-en-france/

      Par : Collectif Reinfocovid

      Démonstration à partir des données disponibles sur Santé Publique France qu’il n’y a aucune corrélation entre le taux de vaccination et le taux d’incidence

      La vaccination n’a aucun effet sur les taux d’incidence en France

      Introduction

      Comme chaque année, l’arrivée de la saison froide s’accompagne du retour des maladies respiratoires classiques. Beaucoup de médecins et scientifiques font l’hypothèse que la COVID-19 a désormais rejoint ces infections respiratoires cycliques, et y restera dans l’avenir.

      La COVID-19 reste cependant présentée comme beaucoup plus dangereuse que les autres infections respiratoires, puisque nos systèmes de santé sont régulièrement à la limite de la rupture lors des pics de contamination.

      Pour faire face à ce problème de santé qui affecte profondément le bon fonctionnement social, nos gouvernants ont choisi, en plus des masques, de la distanciation physique, des confinements, des couvre-feux, du contrôle d’accès aux lieux de rencontre sociaux, culturels et sportifs, de s’appuyer désormais sur ce qui est considéré comme LA solution ultime : la vaccination. Suite à leurs discours et aux médias principaux qui en sont la chambre d’écho, nous avons l’impression que la remontée du taux d’incidence en France est due aux personnes refusant de se faire vacciner. La COVID-19 serait-elle devenue la maladie des non-vaccinés, à tel point que plusieurs dirigeants envisagent de confiner uniquement les non-vaccinés ?

      Données Santé Publique France

      Afin de vérifier les affirmations de nos gouvernants, nous avons analysé les données de Santé Publique France au 17 novembre. Nous avons donc téléchargé les données brutes des taux d’incidences (semaine glissante) de chaque département français (métropole) et les taux de vaccination correspondant. Ces données (Couverture vaccinale au moins une dose selon l’âge 2021-11-17 – tous âges, et Taux d’incidence – Semaine glissante 2021-11-09-2021-11-15) sont accessibles ici:

      https://geodes.santepubliquefrance.fr/#bbox=-793184,6775601,2050781,1847697&c=indicator&i=covid_hospit_incid.incid_rea&i2=sp_ti_tp_7j.tx_pe_gliss&s=2021-11-18&s2=2021-11-09-2021-11-15&selcodgeo=06&t=a01&t2=a01&view=map2

      Ce type de vérification est très simple : si la vaccination protège contre la maladie, alors plus les départements seront vaccinés, plus leurs taux d’incidence devront être bas. On comprend donc que pour un département dans lequel tout le monde (100%) serait vacciné, le taux d’incidence devrait être très bas, voire nul. Inversement, un département où personne ne serait vacciné (0%) devrait voir son taux d’incidence atteindre un niveau maximal. On peut très simplement illustrer ceci par un graphique sur lequel on indique en « x » (axe horizontal, en bas) le taux d’incidence mesuré dans chaque département, et en « y » (axe vertical, à gauche), le taux de vaccination correspondant pour chacun de ces départements. C’est ce qui est représenté sur la figure 1, sur laquelle on trouve cette solution idéale théorique : « Si la vaccination bloquait l’augmentation du taux d’incidence. »

      Figure 1:

      Représentation théorique de l’effet 100% efficace de la vaccination sur le taux d’incidence. Pour une population entièrement vaccinée (100%), le taux d’incidence est minimal (proche de 0%). Pour une population moins vaccinée (~50%), le taux d’incidence est maximal. Un calcul mathématique permet à partir de la répartition des données de s’assurer de leur cohérence avec l’hypothèse avancée (le vaccin empêche la montée du taux d’incidence). Ce calcul est indiqué en haut du graphique. f(x) donne l’équation de la droite la plus proche des données mesurées. Dans notre exemple parfait, cette droite est superposée aux données. Cette adéquation entre la théorie et l’observation est traduite par un coefficient, appelé R2. Si R2=1, la corrélation est parfaite (le cas de cet exemple théorique). Plus R2 s’éloigne de 1, moins cette corrélation est significative. Classiquement, on considère que la corrélation est significative quand R2 est supérieur à 0,8.

      Prenons maintenant les données réelles fournies par Santé Publique France, et construisons le même graphique, représenté sur la figure 2. Nous observons immédiatement qu’il ne ressemble pas au graphe d’efficacité théorique de la figure 1 et que dans la réalité il n’y a aucune corrélation entre le taux de vaccination et le taux d’incidence avec les données de Santé Publique France. Ceci se traduit par un coefficient de corrélation R2 catastrophique de 0,0009.

      Figure 2 :

      Représentation de l’effet de la vaccination sur le taux d’incidence dans les départements français à partir des données Santé Publique France téléchargées le 19 novembre 2021. Chaque point du graphique est un département. Les départements ont été triés par ordre croissant de taux d’incidence. Le plus faible (point le plus à gauche) est la Mayenne avec un taux d’incidence de 61,2 pour 80,4 % de couverture vaccinale, le plus élevé (point le plus à droite) est l’Ardèche avec un taux d’incidence de 241,1 pour 74,9 % de couverture vaccinale. Le R2 de 0,0009 indique sans ambiguïté qu’il n’existe aucune relation entre la couverture vaccinale et les taux d’incidence mesurés.

      Conclusion

      Nous pouvons, au vu de ces données officielles de Santé Publique France, affirmer sans le moindre doute qu’en France, la vaccination n’a absolument aucun effet sur les taux d’incidences mesurés pour la présence du SARS-CoV-2, virus responsable de la COVID-19. Cette conclusion indique que la pression politique et médiatique intense et permanente pour inciter (obliger?) la population française à se faire vacciner ne repose sur aucune réalité scientifique. Plus généralement, il paraît probable que ce que nous observons en France soit généralisable aux autres pays. On peut donc raisonnablement penser qu’aujourd’hui, la vaccination ne protège pas contre le regain de contaminations SARS-CoV-2 observé en Europe.

      Cliquer pour accéder à Vax_incidence.pdf

      J’aime

  13. « BBB » donne des leçons au reste du monde ?

    Brésil : Le président Bolsonaro réaffirme qu’il n’y aura ni « passeport sanitaire » ni vaccination obligatoire – 4 décembre 2021 ► https://lemediaen442.fr/bresil-le-president-bolsonaro-reaffirme-quil-ny-aura-ni-passeport-sanitaire-ni-vaccination-obligatoire/

    Lors d’une cérémonie au palais présidentiel jeudi 2 décembre, Jair Bolsonaro a réaffirmé que son gouvernement n’envisageait pas de mettre en œuvre le passeport sanitaire au Brésil. Selon lui, il en va de « la liberté avant tout ». Chaque citoyen peut décider, s’il le souhaite, de se faire injecter le vaccin — toujours en phase 3.

    Depuis l’arrivée du variant Omicron — trois premiers cas à Sao Paulo et deux autres à Brasilia —, la pression du secteur scientifique se fait sentir sur le gouvernement brésilien. Le lobby pharmaceutique saute sur l’occasion du variant venu d’Afrique du Sud, afin que le président Bolsonaro adhère aux exigences de l’OMS et mette entre parenthèses le droit des citoyens pour les pousser à se vacciner sous peine de perdre leur emploi, être exclus de la société… La réponse du président Bolsonaro est simple :

    « Quant au gouvernement fédéral, je le répète, nous achetons des vaccins pour tout le monde auprès du gouvernement fédéral et personne n’a été obligé de se faire vacciner. Personne n’a été menacé de perdre ses droits ou de perdre son emploi, s’il ne se faisait pas vacciner. Respectons le droit de chacun, car demain il y aura peut-être quelque chose avec quoi vous serez pas d’accord, et vous ne voudriez pas y être obligés. »

    Comprenant très bien à quoi peut servir la pandémie et le vaccin, Bolsonaro rejette la manipulation : « Ne faisons pas du vaccin un cheval de bataille pour les intérêts politiques. » « Le Brésil est un pays fantastique et nous avons tout ce qu’il faut pour être une grande nation. Nous ne pouvons pas commencer à nous priver de plus en plus de droits. Notre liberté n’a pas de prix. »

    Le ministre brésilien de la Santé, Marcelo Queiroga, a exclu l’adoption de nouvelles mesures restrictives après la découverte des cinq cas du variant Omicron : « On ne peut pas passer d’une situation d’autorisation de fêtes, réveillon et carnaval, à une situation de fermeture totale de notre économie, car on en connaît déjà les conséquences. »

    Le Média en 4-4-2

    J’aime

    1. Jair Bolsonaro CONTRE Paulo Freire ; Prêt à servir ses maitres pour les 4 ans qui viennent…

      Jair Bolsonaro au pouvoir, le grand jour des évangéliques* au Brésil

      Avec la prise de fonction du nouveau président Jair Bolsonaro, ce mardi 1er janvier, ce sont les représentants de la communauté évangélique qui accèdent au sommet de l’État au Brésil.

      « Le Brésil au-dessus de tout, Dieu au-dessus de tous. » Le slogan choisi par Jair Bolsonaro lors de sa campagne présidentielle, jusqu’à son élection le 28 octobre dernier, laisse présager l’importance de la tribune que le nouveau président, lors de son mandat, entend donner aux représentants religieux. Certains d’entre eux seront au plus près du pouvoir. Ce sera tout particulièrement vrai, bien sûr, de ceux des Églises évangéliques pentecôtistes.

      En compagnie des défenseurs du port d’arme et des grands propriétaires agricoles, ce qu’on appelle le groupe « BBB » (« Balle, Bœuf, Bible »), ils prônent, pour contrer les excès de violence dans l’immense pays sud-américain, un conservatisme hégémonique : autorité forte, ordre moral, défiance vis-à-vis des minorités émergentes, défense des valeurs familiales traditionnelles.

      Le Président Jair Bolsonaro contre le pédagogue Paulo Freire : Le candidat d’extrême droite Jair Bolsonaro vient d’être élu au Brésil. Il a annoncé son objectif éducatif : extirper la philosophie de Paulo Freire des écoles.

      Paulo Freire : un symbole insupportable aux régimes autoritaires.

      Son ouvrage majeur qu’est “La pédagogie des opprimés”, bien que traduit dans 18 langues, est interdit dans certaines États, comme en Arizona par exemple, car jugé bien trop subversif pour le système. La méthodologie pédagogique mise en place par Freire fut considérée si dangereuse et subversive, que l’auteur a dû s’exiler du Brésil pendant plus de 15 ans. C’est aussi peut-être pour cette raison qu’il n’a pas été réédité en français ► https://jbl1960blog.files.wordpress.com/2018/12/la-pedagogie-des-opprimes-de-paulo-freire-public3a9-en-1970.pdf

      Raison pour laquelle, R71 l’a entièrement traduit et que j’en ai fait un ouvrage PDF majeur en lecture, téléchargement, impression, diffusion et partage LIBRES & GRATUITS !

      Cliquer pour accéder à la-pedagogie-des-opprimes-de-paulo-freire-public3a9-en-1970.pdf

      J’aime

      1. Après un silence prolongé du à un brouillard très épais et persistant…je réponds vite sans lire ton pdf.

        La sécu n’a AUCUNE EXISTENCE LEGALE. Cela avait été démontré par un avocat en 2008 ou 2009.

        Les gens acceptent par manque d’informations et par peur des injonctions via huissiers qui n’ont pas de valeur puisque la sécu n’existe pas.

        Perso je suis agriculteur, et je ne cotise pas à la msa…d’autant plus que selon la structure juridique de l’entreprise se devrait être la sécu classique.

        Je cotise NULLE PART ! Et je n’ai pas eu de visite d’huissier…j’ai eu des tentatives d’intimidation et je leur ai répondu que toutes leurs demandes étaient illégales.

        J’aime

  14. L’enseignement de la médecine est non scientifique selon le professeur Phillipe Even, vidéo non censurée par Youtube, d’où, raison de plus d’y faire attention

    J’aime

    1. Oui !

      J’ai une vidéo YT de janvier 2020 d’un jeune chinois (entièrement traduite en français) et qui met en cause le régime totalitaire chinois… Et que GooTube n’a jamais supprimée !

      J’aime

  15. Paul expert en rayonnement électromagnétique dit dans la vidéo vers 51 minutes :

    Lorsque vous avez le ALC-0159 polyéthylèneglycol qui vient entouré l’oxyde de graphène, vous avez un isolant dans lequel vous avez mis un conducteur électrique, vous allez obtenir un condensateur qui va être chargé, chargé, chargé …

    A un moment donné comme un ballon de baudruche qui va être surgonflé, la pression intérieur va être supérieur à la résistance de mon enveloppe, donc l’oxyde de graphène va libérer d’un seul coup l’énorme quantité d’énergie accumulé, et plus on monte en fréquence plus l’énergie sera importante …

    Capitaine Alexandre Juving-Brunet : ça veut dire que c’est une sorte de mini-bombe à fragmentation biologique ?

    Paul l’expert : c’est une possibilité oui.

    En bref il y a une possibilité que des milliers, des millions, des milliards de mini-bombes à fragmentation qui sont injectées avec les vaccins, explosent à l’intérieur du corps de la personne …

    Que contiennent les “vaccins” ou injections de thérapie génique de Phase III ?

    https://odysee.com/@COMITEDESALUTPUBLIC:7/GRAPHENE-PEG-VIDEOII:7

    J’aime

  16. Les résultats de la présente enquête sont vraiment explosifs. Ils montrent sans équivoque la combinaison putride entre de hauts responsables politiques de l’UE et la mafia Big Pharma. Et tout cela en pleine pandémie. Ils se sont moqués de la vie, de la santé et des libertés des centaines de millions de personnes terrorisées par un système de propagande mensongère. Ils nous ont mis des milliards de vaccins autour du cou (bien au-delà de ce dont nous aurions besoin), juste dans une quête désespérée du profit.”

    https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/ursula-von-der-liar-et-ses-237592

    J’aime

  17. 05/12/2021 – Pécresse vainqueuse primaire, Ciotti vainqueur de marocain ! Il faudra compter avec lui, quelque soit le vainqueur de 2022, même les idées extrêmes (car elles représentent plus de 50% des électeurs s’exprimant, en comptant ceux de Ciotti, justement) – https://wp.me/p4Im0Q-5iT

    J’aime

    1. Il faudra compter avec lui, tant qu’on restera dans ce système là, keg !

      Or, tu le sais, il n’y pas de solutions au sein de CE système et probablement même qu’il n’y en a jamais eu !

      Mais Ciotti ou Pécresse, comme Macron/LePen sont les 2 faces d’une même médaille, y voir une différence c’est ce mettre le doigt dans l’œil jusqu’au coude et prétendre que 1) ça fait pas mal, 2) on voit très bien…

      Tiens, je te mets, ci-dessous, mes premiers billets de blog que l’on croirait écrits d’hier, tant absolument RIEN n’a changé !

      Merci pour ton commentaire, bienvenue à toi, pour te lire sur LME.

      J’aime

      1. ¡YA BASTA!

        Et après les terroristes ?

        Demain, les criminels ordinaires ?

        Après-demain, les « voleurs de poule » ?

        Puis enfin, les opposants politiques ?

        Vous pensez que je divague, que je suis une théoricienne de la coïncidence et que c’est pourquoi, depuis janvier 2015, en France de nombreuses personnes, anciennement complotistes, ont basculé vers la théorie de la coïncidence et que nous ne pouvons nous empêcher de faire une comparaison entre les évènements du 11/09/2001 et de janvier 2015, puis de novembre 2015 (pour le moins) ?

        Pourtant, les faisceaux de preuves concordants et questionnant sont légions. Et nous sommes de plus en plus nombreux à nous questionner et à parler ouvertement de false flag ! Oui, je sais c’est un gros mot et seuls les vilains complotistes l’utilisent ! Vraiment ?

        J’aime

  18. Française de papier…

    Aujourd’hui sous la dictature 2.0 du Maréchal Hollandouille

    Je ne sais plus qui je suis.

    En fait, si, je sais parfaitement qui je suis pour ces puissants ;

    Je suis une invisible,

    Je suis une sans-dent,

    Je suis une inutile,

    Je ne suis rien,

    Je ne suis personne…

    On n’attrape pas le vent, comme disait le poète crotté ;

    Je suis le vent qui se lève,

    Je suis insaisissable,

    Je suis libre.

    Je suis riche des biens dont je sais me passer. Ainsi, on ne pourra jamais me retirer ce que je ne possède pas.

    Ma peau blanche et mes yeux bleu marine m’auront préservé du pire cependant, aussi finalement, si je ne suis pas française de souche, je ne suis pas aigrie.

    Je suis une française de papier et mon pays c’est la Terre, elle ne saura me renier, où que je sois, où que j’aille pour y vivre ou y mourir.

    JBL1960 ► 27/12/2015

    J’aime

  19. DICTATURE 2.0 !

    Une brigade de contrôle des bénéficiaires du RSA

    L’État a confié la gestion et la charge du revenu de solidarité active (RSA) aux départements par la loi du 1er décembre 2008. Et « aujourd’hui, le département des Alpes-Maritimes compte 25.000 allocataires du RSA, dont 9.000 ne sont pas inscrits à Pôle emploi », selon Eric Ciotti.

    Depuis 2011, une brigade de lutte contre la fraude au RSA est active dans les Alpes-Maritimes. En plus, une section de contrôle et d’accompagnement, composée de cinq agents, a été lancée en octobre dernier.

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s