SCIENTIFREAKS ou la MONSTRUEUSE PARADE…

Rideau sur le COcoRONA-Circus…

clic-image pour accéder à tous mes articles sur le CORONA-CIRCUS

coronacircus+ dans mon DOSSIER SPÉCIAL CORONAVIRUS

CORONAparRIEN

Dernier instantané du Presque Dr. T’CHÉ-RIEN (343) ► CORONA ► https://jbl1960blog.files.wordpress.com/2021/08/corona.pdf

Cliquer pour accéder à corona.pdf

À RETROUVER DANS MA BIBLIOTHÈQUE PDF (+de 350)

clic-image pour accéder à mon dernier billet

COVID JOKER BANNIERE

Et nous devrions faire confiance en la “science” de l’industrie pharmaceutique ?

F. William Engdhal – Juillet 2021 – URL de l’article source en anglais ► http://www.williamengdahl.com/englishNEO29July2021.php

Traduit de l’anglais par Résistance71 dans ► Big Pharma, « science », injections OGM et casseroles au cul… Avoir confiance, vraiment ?… (F. William Engdahl)

Complétée & Enrichie par JBL1960

Le patron à vie de l’agence américaine des maladies infectieuses le NIAID, Tony Fauci, a demandé à de multiples reprises que le public “fasse confiance à la science” alors qu’il fait passer sa propre opinion scientifique d’un bord à un autre. Ce qui n’est quasiment jamais mentionné dans les merdias occidentaux et pratiquement partout dans le monde, c’est l’historique scientifique des principaux géants pharmaceutiques fabricants de vaccins. Brièvement, ça touche le fond et est alarmant à l’extrême. Ceci devrait simplement amener les gouvernements à interdire de pousser pour l’utilisation d’injections expérimentales radicales non-testées sur leurs populations sans d’autres tests de long terme sur des animaux et autres afin d’en assurer toute la sécurité possible.

En avril dernier, alors que le programme “vaccinal” tournait à plein pot, le conseiller en chef de Biden pour la COVID, le vieillard Fauci de 80 piges, patron du National Institute of Allergy and Infectious Disease (NIAID) depuis 1984 (NdT : 37 ans à la tête d’un organe de contrôle du pouvoir, c’est digne du meilleur politburo ayant existé…), a annoncé que le Centre américain pour le contrôle des maladies (CDC) et la Food and Drug Administration (FDA) ont décidé d’ordonner une “pause” dans l’inoculation du “vaccin” de Johnson & Johnson (Janssen) afin d’examiner les rapports sur les caillots sanguins. Ils se trouvent qu’il n’y a eu que six cas rapportés de caillots sanguins sur les quelques sept millions de personnes qui ont reçu l’injection Janssen. Dans sa remarque à la presse, Fauci a déclaré : “Je pense qu’une des bonnes choses de ce système est que nous sommes dirigés par la science et aucune autre considération.” Il y a de bonnes raisons de questionner Fauci.

Ceci était supposé rassurer les gens en leur faisant remarquer que les autorités étaient super attentives avec les médicaments expérimentaux anti-covid, qui après tout, n’avaient jamais été testés en masse sur l’humain auparavant et n’avaient obtenus qu’une “autorisation d’exploitation temporaire d’urgence” estampillée dans l’autorisation provisoire de la FDA. Celle-ci très rapidement leva la “pause” et J&J accepta de diffuser par écrit que son vaccin pouvait causer des caillots sanguins.

Dans le même temps, les fabricants rivaux de ces injections, Pfizer et Moderna, tous deux utilisant un traitement génétique hyper-expérimental connu sous le vocable  d’ARNm, ne furent pas mis en “pause” par la “science” ce malgré que des centaines de milliers de cas de sévères réactions liées à leurs injections furent enregistrées, ceci incluant des données officielles faisant état de plusieurs milliers de décès liés aux deux injections, données archivées par le CDC et dans la base de données du VAERS (Vaccine Adverse Event Reporting System).

D’après le CDC, de tels évènements “adverses” post-vaccinatoires, incluant des chocs anaphylactiques, des thromboses avec syndrome de thrombocytopénie, de syndrome de Guillain-Barré, de myocardite, de péricardite et de mort. Pour la semaine du 16 juillet, le CDC et le VAERS ont rapporté un alarmant 9 125 morts depuis la fin décembre, liées à l’injection anti-covid. Jamais dans toute l’histoire un tel chiffre n’avait été associé à quelque vaccin que ce soit et pourtant le silence médiatique à ce sujet est simplement assourdissant.

Leur historique scientifique plombé

Le phrasé de Fauci est précis et délibérément manipulateur. Il suggère qu’il y a une chose bien déterminée que nous appelons “La Science”, comme un dogme religieux issu du Vatican, alors que la véritable méthode scientifique est faite de remise en question perpétuelle, de renversement d’hypothèses passées avec de nouvelles prouvées exactes, par l’ajustement systématique. Pourtant, lorsqu’on en vient à la “Science”, la poignée de quelques fabricants de vaccins, parfois appelés Big Pharma, un cartel ressemblant à celui du pétrole, ont un historique de fraude, de manipulation et de falsification de leurs propres tests, ainsi que de corrompre largement les médecins et les hauts-fonctionnaires de la santé publique afin de promouvoir leurs médicaments variés, ce malgré des résultats scientifiques prouvant une grande contradiction entre les faits et leurs dires sur la sécurité de leurs produits. Regarder de plus près ces géants pharmaceutiques se révèle toujours très instructif…MarchandAmbulantVaccins

J&J

Commençons avec la compagnie du New Jersey Johnson & Johnson. Le 21 juillet 2021, J&J et trois autres entreprises pharmaceutiques plus petites furent d’accord de payer un extraordinaire 26 milliards de dollars en dommages et intérêts à un groupe d’états américains pour leur rôle dans la cause du déclenchement d’une véritable “épidémie” d’addiction aux opiacés aux États-Unis. De cette somme, J&J en paiera 5 milliards. Le CDC estime en effet que l’utilisation de substances opiacées hautement addictives comme analgésiques a causé la mort d’au moins 500 000 personnes entre 1999 et 2019. J&J est accusé de pousser à l’utilisation de ces analgésiques tueurs en minimisant les risques d’addiction.

Ils le savaient.

La même J&J est impliquée dans une énorme bataille judiciaire pour avoir utilisé un carcinogène en toute connaissance de cause dans son célèbre talc pour bébé. En 2018, une enquête de Reuters trouva que J&J savait depuis des décennies que l’amiante, un carcinogène reconnu, se trouvait dans ses talcs pour bébé et autre produits cosmétiques. L’entreprise est rapporté considérer séparer légalement sa branche de talc pour bébé en une petite entreprise séparée qui déclarerait alors banqueroute afin d’éviter d’avoir à payer de très grosses sommes en dommages en intérêts. Le “vaccin” anti-covid J&J, au contraire des injections de Pfizer et Moderna, n’utilise pas d’altération génétique par ARNm.

Les deux gros fabricants de vaccins qui ont jusqu’ici les plus grosses parts de marché sont les deux activement promus par Fauci. Ils proviennent de Pfizer en alliance avec une petite entreprise allemande BioNTech sous le nom de Comirnaty et de l’entreprise de biotechnologie américaine Moderna.

Pfizer

Pfizer, un des plus gros marchands de vaccins au monde par les ventes, fut fondé en 1849 aux États-Unis. L’entreprise a aussi le plus lourd casier judiciaire concernant la fraude, la corruption, la falsification et les dégâts collatéraux prouvés. Une étude canadienne datant de 2010 nota que “Pfizer a été un “contrevenant habituel”, s’engageant avec persistance dans des pratiques de marketing corrompues et illégales, soudoyant des médecins et supprimant des résultats de tests compromettants.” Ceci est très sérieux. Notez également que Pfizer doit toujours rendre public les détails de ses études de vaccination anti-covid afin qu’elles soient étudiées de manière externe [NdJBL : Voir l’article et la vidéo ci-dessous].CoV19 vaccin Pfizer en route pour la déroute

La liste des crimes de Pfizer s’est allongée depuis 2010. L’entreprise est couramment engagée dans des procédures judiciaires en relation avec son médicament digestif Zantac qui est contaminé avec une substance carcinogène. De plus, Pfizer a été condamné à la plus grande amende concernant l’industrie pharmaceutique en 2009 dans une affaire de 2,3 milliards de dollars pour publicité mensongère de ses médicaments Bextra et Celebrex et payant des pots-de-vin aux médecins complices. Pfizer a plaidé coupable sur le chef d’accusation de promouvoir quatre médicaments incluant Bextra “avec l’intention de tromper et de manipuler l’opinion”. Ils furent forcés de retirer de la vente des USA et de l’UE leur analgésique anti-arthrite Bextra, pour avoir causé des crises cardiaques, des embolies et de graves maladies cutanées.

Manifestement pour augmenter ses revenus, Pfizer paya illégalement des médecins pour l’utilisation “hors marque” de plus d’un de ses médicaments, ce qui eut pour effet que des patients furent blessés ou même moururent. Parmi ces médicaments figuraient  Bextra  (valdecoxib) ; Geodon (ziprasidone HCl) un psychotrope atypique ; Zyvox (linezolid), un antibiotique ; Lyrica (pregabalin), un médicament contre les crises d’épilepsie ; et son célèbre Viagra (sildenafil), un médicament contre le disfonctionnement érectile ; et Lipitor (atorvastatin), un médicament contre le cholestérol.

Dans un autre procès, des sous-traitants de Pfizer durent payer 142 millions de dollars et publier des documents d’entreprise qui montraient que ces entreprises faisaient la promotion illégale de la substance gabapentin pour son utilisation hors marque.

Des données révélées au gré de toute une série de procès aux États-Unis indiquent que la molécule était promue par l’entreprise comme un traitement de la douleur, des migraines et de la bipolarité, bien qu’elle ne fut pas efficace à traiter ces conditions et fut même toxique dans certains cas”, d’après Therapeutics Initiative, un groupe de recherche indépendant de l’université de Colombie Britannique au Canada. Les procès ont forcé l’entreprise à diffuser toutes ses recherches sur le médicament, incluant celles qu’elle cachait.

En 2004, la succursale de Pfizer, Warner-Lambert, a du payer 430 millions de dollars pour lever des accusations criminelles et de responsabilité civile concernant des pratiques de marketing frauduleuses de son médicament Neurontin, son nom pour la molécule gabapentin. Originellement créée pour le traitement de l’épilepsie, Neurontin fut aussi promu hors-label pour le traitement de douleur neurologique et en particulier pour les migraines et la condition de bipolarité. Neurontin pour une utilisation non approuvée a fait quelques 90% des 2,7 milliards de dollars de ses recettes en 2003.

Un rapport du quotidien du New York Times divulgua en 2010 que Pfizer “… paya environ 20 millions de dollars à 4500 médecins et autres professionnels médicaux aux États-Unis pour consultation et agir en porte-parole de l’entreprise dans les derniers mois de 2009. Pfizer paya 15,3 millions de dollars en plus à 250 centres médicaux universitaires et autres groupes de recherche pour des essais cliniques. Dans la pratique légale américaine, il est très rare que des exécutifs entrepreneuriaux se livrant à des malversations criminelles soient poursuivis en justice. Le résultat en est que les amendes infligées par les tribunaux peuvent être traitées comme passant en “perte et profit” pour les entreprises de ce milieu cynique. En huit ans de malfaisance répétée jusqu’en 2009. Pfizer a accumulé juste sous la barre des 3 milliards de dollars en pénalités légales civiles, ce qui constitue à peine un tiers des revenus nets annuels.

En 2020, alors que son injection anti-covid était en cours de développement, Pfizer a payé 13 150 000 US$ en frais de lobbying auprès du congrès des États-Unis et des officiels de Washington entre autres. Il est aussi notable que la Fondation Bill & Melinda Gates possède des actions à la fois de Pfizer et de ses associés dans la recherche de la technologie ARNm, l’entreprise allemande BioNTech.

Moderna

Le troisième producteur de vaccins aujourd’hui avec cette autorisation temporaire d’urgence de la FDA est l’entreprise Moderna, de Cambridge dans l’État du Massachussetts. Elles n’a pas encore été poursuivie pour pratiques illégales, contrairement à Pfizer et J&J, Mais ceci n’est dû qu’au fait de ses seulement 10 ans d’existence avant son autorisation d’utilisation de la technologie ARNm et que dans ses dix ans d’existence, elle a échoué d’obtenir des approbations de la FDA pour mettre sur le marché ne serait-ce qu’un seul de ses médicaments et ce malgré bien des tentatives infructueuses. Quoi qu’il en soit, Moderna a un signe néon rouge qui clignote au-dessus de sa tête disant “conflit d’intérêts” et ceci devrait mettre tout en pause.

Moderna et le NIAID de Fauci ont collaboré sur le développement de vaccins utilisant la plateforme technologique ARNm de Moderna et de la NIAID de Fauci sur bien des virus à couronne (coronavirus) ceci incluant le MERS, ce depuis au moins novembre 2015. Le 13 janvier 2020, avant même que le premier cas d’un supposé nouveau coronavirus de Wuhan en Chine ne fusse détecté aux États-Unis, le NIAID de Fauci et Moderna signèrent un accord de coopération mis à jour les décrivant ensemble comme co-propriétaires d’un coronavirus basé sur une technologie ARNm et qu’ils avaient finalisé une séquence pour l’ARNm-1273, le vaccin maintenant utilisé et injecté à des millions de personnes pour supposément contrer le nouveau coronavirus.

Ceci veut dire que le NIAID de Fauci et sans doute Fauci lui-même (ce qui est permis aux ÉFAUCINOCCHIOtats-Unis) se positionnèrent pour tirer d’énormes bénéfices financiers de l’autorisation d’urgence pour l’injection Moderna, pourtant, Fauci n’a jamais admis publiquement ce conflit d’intérêt lorsqu’il fut le conseiller de Trump pour le Corona, ni ne le fait en tant que conseiller de Biden.

Dix jours plus tard, le 23 janvier 2020, Moderna annonça qu’il avait reçu un financement du CEPI, un fond vaccinal créé par Bill Gates et sa fondation ainsi entre autres que le Forum Economique Mondial de Davos, afin de développer un vaccin à ARNm contre le coronavirus de Wuhan.

Moderna fut créée par un entrepreneur capitaliste, Noubar Afeyan avec un professeur de Harvard, Timothy A. Springer et d’autres personnes. En 2011, Afeyan recruta l’homme d’affaire français et ancien exécutif d’Eli Lilly, Stéphane Bancel, comme CEO du nouveau Moderna. Ce malgré le fait qu’il n’ait aucune expérience de gestion d’une entreprise médico-pharmaceutique, ni aucun diplômes scientifique ou médical ; Bancel se liste lui-même comme co-propriétaire de centaines de patentes de Moderna liées à la fabrication de vaccins. Début 2013, la toute petite entreprise Moderna recevait des financements du Pentagone pour le développement de sa technologie ARNm. Jusqu’à 2020 et son autorisation de mise sur le marché pour urgence sanitaire de sa technologie par la FDA, quelques 89% des revenus de l’entreprise Moderna étaient constitués de fonds gouvernementaux sous une forme ou une autre. Elle est très très loin d’être une entreprise expérimentée en la matière et pourtant elle tient dans ses mains le destin de millions et de millions de personnes, mais hé ! Comme le dit Fauci : “Faites confiance à la science !”

En février 2016, un éditorial de la revue “Nature” critiqua Moderna pour ne publier aucun article peer reviewed sur sa technologie à la différence de la plupart des entreprises de biotechnologie. L’entreprise demeure ultra-secrète. Cette même année 2016, Moderna a reçu 20 millions de dollars de la Fondation Gates pour son développement de vaccin utilisant la technologie ARNm.

Jusqu’à réception de son autorisation d’utilisation d’urgence pour son produit anti-COVID à ARNm en décembre 2020, Moderna n’avait enregistré que des déficits depuis sa création. Puis, curieusement, juste après une réunion personnelle de Bancel avec le président Trump lors de laquelle il lui annonça que Moderna pourrait avoir un vaccin prêt à l’emploi dans les mois qui venaient, la chance de Moderna tourna…

Le 15 mai, Trump annonça la création de l’opération “Warp Speed” pour mettre en place une campagne de vaccination anti-COVID19 pour décembre. Le chef du groupe présidentiel était un ancien de trente ans de GlaxoSmithKline (GSK), Moncef Slaoui, qui rejoignit le comité directeur de nulle autre que Moderna. Sous le “Warp Speed” de Slaoui, quelques 22 milliards de dollars du contribuable américain furent alloués à différents fabricants de vaccins.

Moderna fut un des principaux récipiendaires des fonds, un conflit d’intérêt flagrant et éhonté qui ne sembla gêner absolument personne. Slaoui dirigea 2 milliards de dollars de fonds gouvernementaux vers sa vieille entreprise, Moderna, afin de fabriquer le vaccin anti-covid à ARNm. Ce n’est que sous une pression publique que Slaoui se décida de vendre ses actions de Moderna, ce qui lui fit gagner des millions de dollars sur le dos du rôle de leader joué par Moderna dans la création du vaccin anti-covid. Peu de temps après avoir démissionné à la fin de la présidence Trump, Slaoui fut viré par sa vieille firme GSK, d’une de ses succursales, après que furent dressées contre lui des accusations de harcèlement sexuel sur une femme du personnel.

En février 2020, le secrétaire (NdT : les ministres aux States sont appelés “secrétaires d’État”…) de Trump aux services de santé, Alex Azar, invoqua le Public Readiness and Emergency Preparedness Act (PREP) pour exempter Moderna, Pfizer, J&J et tout autre fabricant covid dans le futur de toute responsabilité émanant de dégâts physiques ou de morts causés par leurs vaccins contre le coronavirus de Wuhan. La protection et immunité légales durent jusqu’à 2024. Si les vaccins sont si bons, efficaces et sûrs, pourquoi donc avoir besoin de cette mesure ? Azar est l’ancien patron du géant du médicament américain Eli Lilly. Il y a donc de sérieuses questions qui doivent être posées ouvertement en ce qui concerne tous ces fabricants de vaccins qui poussent tous maintenant des formules expérimentales génétiques hautement controversives et controversées dans des expérimentations humaines sans précédent.

FAUCILEAKS

INFO du 24/08/21 ► Les effets secondaires ne seront publiés qu’après l’autorisation définitive de mise sur le marché, c’est Pfizer qui l’a exigé ► http://echelledejacob.blogspot.com/2021/08/temoignage-dune-medecin-devant-le-senat.html

clic-image pour voir la vidéo en VOSTFR de 8MN31

Dr. Angelina Farella - Texas Senate Hearing about COVID vaccine - hrvatski  prijevod

Frankistan, J3 S3 de la Nouvelle Normalité Vaxxinale : UN MÉDECIN GÉNÉRALISTE NOUS APPORTE SON TÉMOIGNAGE APRÈS UNE INJECTION PFIZERSource JEM’INFORMETV VIA La Vérité est ailleurs ;

Une proche médecin à Caen, m’a persuadé que le vaccin était inoffensif, alors j’ai pensé qu’il s’agissait peut-être d’un placebo privé de tout effet biologique.

Je suis donc allé me faire vacciner sans la moindre appréhension le lundi 2 août.
Dès la première nuit je me suis senti très mal, réveil à 3h du matin trempé de sueur, oppression, cœur rapide et extrasystoles fréquentes. Et il y avait sur moi une odeur insupportable.

Le lendemain, j’avais du mal à monter les deux étages pour rejoindre ma chambre, avec toujours cette odeur corporelle bizarre, très pénible, et j’étais un peu oppressé.
Cela a duré une dizaine de jours, réveils chaque nuit en sueur, odeur insupportable, indescriptible, un peu comme si j’avais partagé mon lit avec un animal sauvage (je n’ai pas d’autre comparaison!).
Ces effets ont pratiquement disparu autour du 15 août.

Je ne suis pas étonné qu’il y ait des dégâts et même des morts, je suppose que cette protéine spike est toxique, et qu’elle change la signature olfactive des individus, l’odeur corporelle. Les effets que j’ai ressentis ne sont pas ceux d’un vaccin, mais d’une molécule toxique, en quantité variable selon les individus, l’heure d’injection et autres paramètres divers.

Si j’exerçais encore en médecine générale, je pratiquerais chez mes patients vaccinés un contrôle biologique au bout de 2 ou 3 jours pour rechercher de tels effets toxiques :
– Créatinine : impact sur la fonction rénale,
– CRP : test d’inflammation,
– Transaminases : test d’inflammation hépatique,
– gGT : test rétention hépatique,
– Enzymes musculaires : atteinte musculaire (mitochondriale ?)
– d-dimères et coagulation

C’est un minimum, au plus simple. Il faudrait aussi surveiller la fonction respiratoire et le système cardio-vasculaire (baisse de la pO2 ou survenue de troubles du rythme).

Mes symptômes et mon sens clinique me disent que cette injection a un impact morbide qui n’a rien à voir avec le système immunitaire.

Emmanuel Macron a proposé, le 2 août 2021 aux Français de répondre directement à toutes leurs questions sur la vaccination, sur les réseaux sociaux Instagram et TikTok. (CAPTURE ECRAN / TIK TOK)

02/08/21 ► TokTok ► Déclaration de Macron : La vaxxxination sauve des vies, le virus tue ! ICI

Et nous devrions avoir confiance en Macron et son gouvernement-qui-nous-ment ?

En Véran et sa Bande ?

En Castex et son Orchestre ?

En le Conseil Scientifrics de Défense… des intérêts de l’Industrie Pharmaceutique/BIG PHARMA ?…

coronavirus les masques ne servent à rien

Ou pas ?…

JBL1960

56 réflexions sur « SCIENTIFREAKS ou la MONSTRUEUSE PARADE… »

  1. Philippe Guillemant – Notre ancien futur est voué à disparaître – 21/08/21

    AIDONS-LE À DISPARAITRE !

    Notre futur est à écrire, ensemble, à l’encre du réel !

    J'aime

  2. autre arnaque que les vaccins,l’injection monoclonal, un faux traitement qui détruit tous leurs anticorps naturels pour les remplacer par des anticorps artificiels, voulu par Bill Gates

    et contrairement aux vaccins que tout le monde connait la nocivité, les gens ne connaissent pas la nocivité des traitements monoclonaux, d’autant plus que Carlo Brusa que tout le monde croit dans la résistance, en fait la publicité dans un article de Réseau international

    en Guadeloupe et Martinique ils suppriment l’ivermectine pour imposer l’injection monoclonal à la place
    https://caraibe.orange.fr/info-mag/actualites/covid-les-anticorps-monoclonaux-mis-disposition-aux-antilles

    donc ils vont rafler des non vaccinés en bonne santé, leur donner de faux positifs, leur donner un faux traitement qui détruit tous leurs anticorps naturels pour les remplacer par des anticorps artificiels qui ne combat contre rien, et laissera toute sorte de bactérie, champignon attaqué votre corps, car le traitement monoclonal ne connait qu’un seul truc et pas les autres, tout en supprimant les anticorps naturels qui reconnaissent tout eux.

    et comme les injectés des monoclonaux toxiques sont classés comme non piqouzés, s’ils crèvent des injections monoclonals, on aura le droit à un article sur l’épidémie des non « vaccinés » pour diaboliser les « non vaccinés »

    Bill Gates avait prévu que l’injection monoclonal sera utilisé en fin 2021
    et il a prévu que « l’épidémie » empirerait à cette date également
    https://www.msn.com/en-us/money/smallbusiness/heres-what-bill-gates-says-you-should-expect-in-2021-and-beyond/ar-BB1aahIq

    comme c’est étrange
    pile avant la saison des grippes, ils imposent des tests partout, raflent des faux positifs en bonne santé, et leur injectent une soupe d’anticorps artificiels qui détruisent pour toujours leurs anticorps naturels

    Dans son « bonnes nouvelles » https://reseauinternational.net/bonnes-nouvelles/, Carlo Brusa nous fait de la pub de l’injection monoclonal de Bill Gates
    Citation :
    « La Commission européenne vient d’autoriser les anticorps monoclonaux pour traiter le COVID  » https://reseauinternational.net/bonnes-nouvelles/,

    en quoi est ce une bonne nouvelle?
    C’en est une mauvaise au contraire
    on interdit les trucs qui marchent, et on impose un toxique imposé par Bill Gates

    En effet, Bill Gates veut imposer le traitement monoclonaux ( en gros c’est une injection monoclonal dans vos veines qui durent presque 2 heures pour tuer vos anticorps naturels et les remplacer par des anticorps artificiels qui laissent tous les méchants vous envahir)
    en octobre 2020, Bill Gates a dit que le traitement monoclonal sera utilisé en fin 2021 ou début 2022
    https://www.msn.com/en-us/money/smallbusiness/heres-what-bill-gates-says-you-should-expect-in-2021-and-beyond/ar-BB1aahIq

    donc la commission européenne ne fait qu’appliquer à la lettre l’ordre de Bill Gates le dépopulationniste

    le vrai but caché de ces traitements monoclonaux, c’est qu’ils veulent remplacer vos anticorps naturels par des anticorps artificiels
    une vidéo explique le danger ici https://www.brighteon.com/08bbfd91-18d4-4f7e-ac49-02a9ca8d3b44

    donc ils vont rafler des non vaccinés en bonne santé, leur donner de faux positifs, leur donner un faux traitement qui détruit tous leurs anticorps naturels pour les remplacer par des anticorps artificiels qui ne combat contre rien, et laissera toute sorte de bactérie, champignon attaqué votre corps, car le traitement monoclonal ne connait qu’un seul truc et pas les autres, tout en supprimant les anticorps naturels qui reconnaissent tout eux.

    une entreprise de Bill Gates, Vir biotechnology, fait des traitements monoclonaux
    https://www.gatesfoundation.org/about/committed-grants/2018/03/opp1182112
    ttps://www.vir.bio/team/steven-rice/
    https://www.vir.bio/mAbs/

    il y a du graphène dans les traitements monoclonaux
    « Human antibodies printed on graphene biosensors »

    Cliquer pour accéder à 20190415_Human-antibodies-printed-on-graphene-biosensors-ASX-Release.pdf

    https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC6770144/

    de la même façon, pour fabriquer l’ARN ou l’adénovirus, ils utilisent une imprimante à ADN
    https://www.industrie-techno.com/article/avec-l-impression-de-l-arn-sur-mesure-dna-script-veut-accelerer-l-elaboration-des-futurs-vaccins.64254
    https://www.jonathan-menet.fr/blog/2015/12/14/insolite-vous-allez-maintenant-pouvoir-imprimer-votre-adn-en-couleurs/

    ils peuvent utiliser n’importe quel matériel pour imprimer des ARN, votre ADN, des anticorps, dans le cas de ce dernier, le matériel c’est le graphène:

    des anticorps artificiels en graphène

    Cliquer pour accéder à 20190415_Human-antibodies-printed-on-graphene-biosensors-ASX-Release.pdf

    Aussi Carlo Brusa n’informe toujours pas que les tests sont bidons et qu’il y a des preuves scientifiques fournis par Fuellmich qui prouve qu’elles sont bidons

    Si vous êtes avocat et voulez avoir ces preuves, Contactez Dr Reiner Fuellmich: info@fuellmich.com, ou vous pouvez le contact via la page de contact de son site https://www.fuellmich.com/kontakt/
    vu sur https://rightsfreedoms.wordpress.com/2021/03/28/how-to-become-part-of-dr-reiner-fuellmichs-class-action-law-suit/
    la FDA admet que les vaccins tuent
    https://odysee.com/@science.nikipress.com:4/Looking-into-the-lives-of-81-people-who-took-the-j-b:0?lid=27c44e115812c536c0f6c7438d3d83ab680bb22e

    J'aime

  3. Véran voit loin ► https://www.ordre-infirmiers.fr/actualites-presse/actualites-delordre/certification-periodique-des-infirmiers-des-2023.html

    PROFESSIONS DE SANTÉ : création d’un dispositif obligatoire de certification individuelle périodique des compétences – Au JO du 21 juillet 2021 a été publiée l’ordonnance n° 2021-961 du 19 juillet 2021 relative à la certification périodique de certains professionnels de santé.

    Cette ordonnance, qui entrera en vigueur le 1er janvier 2023, complète le Code de la santé publique (nouveaux articles L. 4022-1 et suivants) pour créer un dispositif de certification individuelle périodique des compétences, dispositif qui s’ajoute au développement professionnel continu (DPC), à la formation continue et à l’accréditation. A cette fin, le texte définit la notion de certification, crée une instance nationale de pilotage, prévoit la création de référentiels et institue un dispositif de contrôle. Enfin, un délai d’entrée dans le dispositif est spécifiquement prévu.

    Il faut préalablement citer les professions médicales et paramédicales qui sont concernées :

    professions médicales :
    médecin,
    chirurgien-dentiste,
    sage-femme,
    pharmacien ;

    professions paramédicales :
    infirmier,
    masseur-kinésithérapeute,
    pédicure-podologue.

    Un décret viendra préciser les conditions dans lesquelles certaines catégories de professionnels pourront être exonérées, totalement ou partiellement, de l’obligation :

    professionnels n’exerçant pas leur activité directement auprès de patients ;
    professionnels soumis à des obligations spécifiques de formation ;
    professionnels non inscrits à l’ordre de leur profession ;

    1. La notion de certification

    La certification périodique des professionnels de santé aura pour objet de garantir le maintien de leurs compétences, la qualité de leurs pratiques professionnelles et, enfin, l’actualisation et le niveau de leurs connaissances.

    Concrètement, les professionnels de santé devront, au cours d’une période de 6 ans, avoir réalisé un programme minimal d’actions visant à :

    actualiser leurs connaissances et leurs compétences ;
    renforcer la qualité de leurs pratiques professionnelles ;
    améliorer la relation avec leurs patients ;
    mieux prendre en compte leur santé personnelle.

    Les actions réalisées au titre du DPC, de la formation continue et de l’accréditation seront prises en compte pour évaluer le respect de cette nouvelle obligation de certification périodique.

    Chaque professionnel de santé sera libre de choisir, parmi les actions prévues dans un référentiel de certification périodique, celles qu’il suivra. Deux cas particuliers sont envisagés :

    professionnels de santé salariés : ce choix devra s’effectuer en lien avec l’employeur ;
    professionnels de santé du service de santé des armées (SSA) : ce choix s’effectuera après accord de l’autorité militaire.

    Les actions réalisées par les professionnels de santé seront enregistrées dans un compte individuel dont la gestion, le contenu et les modalités d’utilisation et d’accès seront définis par décret.

    2. Le Conseil national de la certification périodique (CNCP)

    Le CNCP, placé auprès du ministre de la santé, définira la stratégie, le déploiement et la promotion de la certification périodique. A ce titre, il :

    fixera les orientations scientifiques de la certification périodique ;
    émettra des avis qui seront rendus publics ;
    veillera à ce que les acteurs intervenant dans la procédure de certification périodique soient indépendants de tout lien d’intérêt ;
    s’assurera que les actions prises en compte au titre de la certification répondent aux critères d’objectivité des connaissances professionnelles, scientifiques et universitaires et aux règles déontologiques des professions concernées.

    La composition du CNCP et ses modalités de fonctionnement seront fixées par décret.

    3. Les référentiels de certification périodique

    Des référentiels de certification périodique définiront, par profession ou spécialité, les actions d’entretien des compétences que les professionnels de santé devront mettre en oeuvre. Ces référentiels seront :

    élaborés selon une méthodologie qui sera adoptée par le ministre de la santé sur proposition de la Haute Autorité de santé (HAS) et après avis du CNCP ;
    arrêtés par le ministre de la santé, pour chaque profession ou spécialité, sur avis du CNCP.

    Dans le cas particulier des praticiens militaires, des adaptations des référentiels pourront être adoptées par arrêté conjoint des ministres des armées et de la santé.

    4. Le contrôle et les sanctions

    Le contrôle du respect, par les professionnels de santé, de leur obligation de certification périodique sera assuré par les Ordres professionnels ; dans le cas particulier des militaires, il sera exercé par le SSA.

    Tout professionnel de santé qui n’aura pas satisfait à son obligation pourra encourir :

    une sanction disciplinaire ordinale ;
    une suspension temporaire d’exercice pour insuffisance professionnelle.

    5. Le délai d’entrée dans le dispositif

    Les professionnels en exercice au 1er janvier 2023 disposeront, à titre dérogatoire, d’un délai de 9 ans pour avoir réalisé, pour la première fois, les actions requises.

    Cette période initiale de certification de 9 ans débutera le 1er janvier 2023 ; elle prendra donc fin le 31 décembre 2031.

    https://www.ladepeche.fr/2021/08/13/non-le-gouvernement-ne-va-pas-controler-la-medecine-en-france-via-le-conseil-national-de-certification-periodique-9730445.php

    https://www.20minutes.fr/societe/3102215-20210813-non-conseil-national-certification-periodique-vise-controler-medecins

    SCIENCE sans conscience n’est que ruine de l’âme…

    SCIENTIFREAKS ou la parade des monstres : Scientifreak, scientifric, scientiflic : ce que l’épidémie met en évidence, après bien d’autres crises ou événements, c’est le déchaînement de la puissance technocratique. Les scientifiques, la plus haute couche de la classe technocratique, disposent de tous les moyens que nous leur consentons pour assouvir leur volonté de puissance. Ceux qui acceptent de se soumettre à la rationalité techno–scientifique jusque dans son irrationalité, découvrent un jour que leur soumission à cette volonté de puissance met en danger la survie de l’humanité.

    Démasquons les scientifreaks, vidons les laboratoires !

    Pièces et main d’œuvre ; Grenoble, 8 juin 2020 ► https://jbl1960blog.files.wordpress.com/2021/06/un_virus_scientifreak.pdf

    Cliquer pour accéder à un_virus_scientifreak.pdf

    J'aime

  4. Martin à encore Bla-bla-chier !!!

    https://planetes360.fr/martin-blachier-et-barbara-lefebvre-secharpent-sur-lci-au-sujet-de-lobligation-vaccinale/

    Cette vidéo est extraite de l’émission « 24H » (LCI) du mardi 24 août 2021.

    Vif accrochage entre Barbara Lefebvre et Martin Blachier, qui se déclare en faveur de la vaccination obligatoire pour lutter contre la quatrième vague épidémique : « Faites votre littérature avant de dire n’importe quoi ! ».

    J'aime

  5. Et en même temps ; Le Premier Ministre Israélien : “Les “doublement vaccinés” sont dangereux. Ils ne se protègent pas alors que leur double-dose ne les protège que 6 mois. Il faut vite faire sa troisième dose !”

    https://planetes360.fr/le-premier-ministre-israelien-les-doublement-vaccines-sont-dangereux-ils-ne-se-protegent-pas-alors-que-leur-double-dose-ne-les-protege-que-6-mois-il-faut-vite-faire-sa-t/

    J'aime

  6. J'aime

    1. Pour Agnès Pannier-Runacher, «c’est le moment d’investir en Bourse»
      La secrétaire d’État a suscité la polémique en présentant la chute des cours boursiers comme une opportunité pour les investisseurs.
      10 mars 2020 ► https://www.lefigaro.fr/politique/pour-agnes-pannier-runacher-c-est-le-moment-d-investir-en-bourse-20200310

      Rassurer n’est pas chose aisée. La secrétaire d’État auprès du ministre de l’Économie et des Finances, Agnès Pannier-Runacher, a tenté ce mardi matin de relativiser l’effondrement des cours des Bourses mondiales, qui subit les retombées du Covid-19 et la chute du cours du pétrole. « Nous avons aujourd’hui un système financier qui est beaucoup plus solide que pendant la crise de 2008 […] C’est plutôt le moment de faire des bonnes affaires en Bourse aujourd’hui », a-t-elle tenté de rassurer sur CNEWS ce mardi matin.

      Sans succès. Ses propos ont immédiatement suscité la polémique de la part des internautes et de l’opposition. « Il y a tout le macronisme dans cette déclaration : l’amateurisme, la légèreté et la déconnexion des réalités. Des entreprises fermeront à cause de cette crise et Agnès Runacher y voit une opportunité. Il faut lui rappeler qu’elle est ministre, pas trader… », a écrit le sénateur LR, Bruno Retailleau.

      =*=

      Une pointure, donc !

      Et vous continuer à leur faire confiance ???

      J'aime

  7. Le PDG de Pfizer prédit l’émergence d’une variante du COVID-19 résistante aux vaccins

    Albert Bourla, PDG de Pfizer, a déclaré mardi qu’à un moment donné dans le futur, une souche du COVID-19 résistante aux vaccins est susceptible d’apparaître.

    « Chaque fois que la variante apparaît dans le monde, nos scientifiques mettent la main dessus », a déclaré Bourla dans une interview à Fox News. « Ils font des recherches pour voir si cette variante peut échapper à la protection de notre vaccin. Nous n’en avons pas encore identifié, mais nous pensons qu’il est probable qu’un jour, l’une d’entre elles apparaisse. »

    Ce n’est pas la première fois que Bourla fait cette prédiction inquiétante. Il a abordé la question dans une vaste interview accordée à Fortune en février, à peu près au moment où l’attention se tournait de plus en plus vers les nouvelles mutations du virus du PCC (Parti communiste chinois), l’agent pathogène à l’origine du COVID-19.

    En réponse à une question sur l’efficacité du vaccin Pfizer contre les variantes émergentes, M. Bourla a déclaré qu’il était « tout à fait confiant » qu’il pouvait neutraliser les nouvelles mutations et a cité des résultats de laboratoire encourageants. Dans le même temps, il a déclaré que « la question fondamentale » est de savoir dans quelle mesure il est probable qu’une souche de coronavirus résistante au vaccin finisse par émerger.

    « Théoriquement, c’est un scénario très possible. Si vous protégez une très grande partie de la population, et s’il y a une souche qui émerge et qui peut utiliser ce bassin de population pour se répliquer alors que les souches actuelles ne le peuvent pas, il est évident que celle-ci prendra le dessus sur l’originale. Ce n’est donc pas une certitude, mais c’est maintenant, je crois, un scénario probable », a-t-il déclaré.

    À l’époque, Bourla avait déclaré à Fortune que la technologie ARNm utilisée dans le vaccin Pfizer-BioNTech permettait le développement rapide d’une nouvelle version capable de créer une immunogénicité différente qui pourrait couvrir de nouvelles mutations. Il a prédit qu’un tel vaccin pourrait être développé en deux mois environ, mais a noté que cela dépendrait de multiples facteurs, notamment du cadre réglementaire.

    Dans son interview avec Fox News, il s’est étendu sur ce point, affirmant que Pfizer a mis en place un processus permettant à la société de développer un vaccin spécifique à une variante dans les 95 jours suivant l’identification d’une nouvelle mutation.

    Ses remarques sont intervenues le jour même où les Centers for Disease Control and Prevention (CDC) ont publié de nouvelles données éclairant davantage l’efficacité du vaccin contre la variante Delta. Sur la base d’une étude portant sur 4 217 participants entièrement vaccinés – 65 % d’entre eux ont reçu le vaccin Pfizer, 33 % le vaccin Moderna et 2 % le vaccin Johnson&Johnson – le rapport des CDC a révélé une efficacité moindre (66 %) pendant la période de prédominance de la variante Delta par rapport aux mois précédant cette prédominance (91 %).

    Un jour plus tôt, la Food and Drug Administration (FDA) a accordé une approbation réglementaire complète au vaccin COVID-19 de Pfizer pour les personnes de 16 ans et plus, ce qui en fait le premier vaccin de ce type à dépasser le stade de l’utilisation d’urgence.

    https://www.theepochtimes.com/mkt_morningbrief/pfizer-ceo-predicts-vaccine-resistant-covid-19-variant-likely-to-emerge_3963263.html

    J'aime

  8. NOUS SOMMES ARRIVÉS AU POINT DE BASCULE et la vérité sur le coup d’état mondial est en train de sortir de partout.

    Un compte twitter est en train de dévoiler clairement le fonctionnement réel de l’empoisonnement planétaire en cours (https://twitter.com/Parsifaler) : sénescence généralisée en accéléré, perte totale d’immunité, incapacité à respirer naturellement…
    Une réinvention du concept de TORTURE à un degré de cruauté élevé.

    Il est urgent pour les prédateurs de l’Humanité de frapper un grand coup pour tenter coûte que coûte de stopper la vérité en marche.

    J'aime

  9. Les vaccinés s’inquiètent et les scientifiques n’ont pas de réponses

    Les anecdotes nous disent ce que les données ne peuvent pas nous dire : Les personnes vaccinées semblent contracter le coronavirus à un taux étonnamment élevé. Mais on ne sait pas exactement à quelle fréquence, ni dans quelle mesure ils sont susceptibles de transmettre le virus à d’autres personnes.

    Bien qu’il soit évident que la vaccination offre toujours une protection puissante contre le virus, on craint de plus en plus que les personnes vaccinées soient plus vulnérables à une maladie grave qu’on ne le pensait auparavant.

    Il y a une pénurie d’études scientifiques apportant des réponses concrètes, laissant les décideurs publics et les dirigeants d’entreprise formuler des plans sur la base d’informations fragmentées. Alors que certains renouvellent les obligations de port du masque ou retardent la réouverture des bureaux, d’autres invoquent le manque de clarté pour justifier le maintien du cap. Tout cela peut ressembler à une pagaille.

    531,515 Nouveaux cas signalés dans le monde, le 21 août
    4,428,562 Nombre total de décès signalés dans le monde
    59 521 aux États-Unis La plupart des nouveaux cas aujourd’hui
    4,929,741,830 Doses de vaccins administrées dans 183 pays
    +28% Variation de l’indice boursier MSCI World des actions mondiales depuis le 23 janvier 2020
    -0.4775 Évolution du rendement des obligations du Trésor américain depuis le 23 janvier 2020
    « Nous devons faire preuve d’humilité quant à ce que nous savons et à ce que nous ne savons pas », a déclaré Tom Frieden, ancien directeur des Centers for Disease Control and Prevention (CDC) et responsable de l’organisation à but non lucratif Resolve to Save Lives (Détermination à sauver des vies). « Il y a quelques choses que nous pouvons dire de manière définitive. La première est que c’est une question difficile à aborder ».

    En l’absence de messages de santé publique clairs, les personnes vaccinées ne savent pas comment se protéger. Le degré de vulnérabilité de ces personnes est une variable clé, non seulement pour les responsables de la santé publique qui tentent de déterminer, par exemple, à quel moment les rappels sont nécessaires, mais aussi pour décider s’il convient d’annuler les réouvertures de magasins en cas de nouvelle vague du virus. À plus petite échelle, les inconnus ont laissé les mélomanes dans l’incertitude quant à la possibilité d’assister à un concert et ont suscité une nouvelle vague d’inquiétude chez les parents qui se demandent à quoi ressemblera l’école.

    En lieu et place de réponses, une multitude d’études de cas ont été réalisées, donnant des images quelque peu différentes des percées épidémiques. Des variables telles que la date à laquelle les enquêtes ont été menées, la présence ou non du variant delta, la proportion de la population vaccinée et même le temps qu’il faisait à l’époque rendent difficile la comparaison des résultats et la détermination des tendances. Il est difficile de savoir quelles données ont le plus de poids en fin de compte.

    « Il est tout à fait clair que nous avons plus d’avancées aujourd’hui », a déclaré Monica Gandhi, spécialiste des maladies infectieuses à l’université de Californie à San Francisco. « Nous connaissons tous quelqu’un qui en a bénéficié. Mais nous n’avons pas de grandes données cliniques ».

    L’une des épidémies les plus connues parmi les personnes vaccinées s’est produite dans la petite ville balnéaire de Provincetown, dans le Massachusetts, alors que des milliers de personnes, vaccinées ou non, se sont retrouvées sur les pistes de danse et dans les fêtes de maison pendant le week-end du 4 juillet pour célébrer la fête – et ce qui semblait être un tournant dans la pandémie. Environ trois quarts des 469 infections ont eu lieu chez des personnes vaccinées.

    Les auteurs d’une étude de cas du CDC ont déclaré que cela pourrait signifier qu’ils étaient tout aussi susceptibles de transmettre le Covid-19 que les personnes non vaccinées. Malgré cela, ils ont averti que, comme de plus en plus de personnes sont vaccinées, il est naturel qu’elles représentent également une part plus importante des contaminations au Covid-19 et que cette seule étude n’était pas suffisante pour tirer des conclusions. L’incident a incité le CDC à revenir sur une recommandation qu’il avait émise quelques semaines auparavant et à recommander à nouveau aux personnes vaccinées de se masquer dans certains contextes.

    Néanmoins, les détails particuliers de ce cluster de cas peuvent avoir rendu cette épidémie particulièrement grave, selon Gandhi.

    « Le taux de flambées symptomatiques légères dans cette population était plus élevé en raison de beaucoup d’activités intérieures (y compris l’intimité), de la pluie ce week-end-là, du peu de temps passé à l’extérieur et du mélange de personnes ayant des statuts vaccinaux différents », a-t-elle déclaré dans un courriel.

    Une étude de cas du CDC, récemment publiée et beaucoup plus vaste, sur les contaminations dans l’État de New York, a révélé que le nombre de contaminations n’a cessé d’augmenter depuis mai, représentant près de 4 % des cas à la mi-juillet. Ces chercheurs ont averti que des facteurs tels que l’assouplissement des restrictions de santé publique et l’augmentation du variant delta hautement contagieux pourraient avoir un impact sur les résultats.

    Une autre étude de cas du CDC, dans le Colorado, a révélé que le taux de percée épidémique dans un comté, Mesa, était nettement plus élevé que dans le reste de l’État, soit 7 % contre environ 5 %. Le rapport suggère que c’est peut-être parce que le variant delta y circulait plus largement, mais il note également que l’âge des patients de Mesa et le taux de vaccination plus faible peuvent avoir joué un rôle.

    Des recherches menées en Israël semblent corroborer l’idée que la protection contre les maladies graves s’estompe dans les mois qui suivent l’inoculation et, plus récemment, que les cas de percée épidémiques peuvent éventuellement entraîner une hausse des hospitalisations. Ces informations sont préliminaires et les cas de percées épidémiques graves sont encore rares, mais elles renforcent l’idée que certaines personnes auront besoin de rappels dans les mois à venir.

    Des études de cas et des données provenant de certains États américains ont également montré une augmentation des cas de percée épidémique au fil du temps. Mais avec le variant delta également en hausse, il est difficile de dire si la baisse de l’immunité contre tout type d’infection à coronavirus est à blâmer, ou si les vaccins sont particulièrement inefficaces contre le variant delta. Il pourrait s’agir des deux, bien sûr. Le changement de comportement des personnes vaccinées pourrait également être un facteur, car elles reprennent les rassemblements sociaux, les voyages et les repas à l’intérieur.

    Tout cela dit, certains faits sont bien établis à ce stade. Les personnes vaccinées contaminées par le virus sont beaucoup moins susceptibles de devoir aller à l’hôpital, beaucoup moins susceptibles de devoir être intubées et beaucoup moins susceptibles de mourir de la maladie. Il ne fait aucun doute que les vaccins offrent une protection importante. Mais une grande partie de la nation – près de 30 % des adultes américains – n’a pas été vaccinée, un fait qui a conspiré avec le variant delta hautement contagieux pour pousser le pays dans une nouvelle vague d’épidémies.

    « Le tableau d’ensemble est que les vaccins sont efficaces et que la raison de la flambée de cas aux États-Unis est que nous n’avons pas suffisamment recours au vaccin », a déclaré M. Frieden.

    Dans une certaine mesure, on s’attend à une percée épidémique des cas de tout virus. Lors des essais cliniques, aucun vaccin Covid n’a été efficace à 100 % – même les meilleurs vaccins ne le sont jamais. Plus le virus est en circulation, plus le risque de cas de percée est élevé. Il est également courant que certains aspects de l’immunité virale s’affaiblissent naturellement avec le temps.

    Pour l’instant, il y a simplement plus de questions que de réponses. Les nouvelles contaminations sont-elles dues au variant delta, à la baisse de l’immunité ou au retour à la vie normale ? Les personnes vaccinées sont-elles plus vulnérables aux maladies graves qu’on ne le pensait auparavant ? Quelle est la fréquence exacte des percées épidémiques ? C’est une question que tout le monde se pose.

    « Il est généralement vrai que nous devons prendre des décisions de santé publique sur la base de données imparfaites », a déclaré M. Frieden. « Mais il y a tout simplement beaucoup de choses que nous ne savons pas ».

    https://www.bloomberg.com/news/articles/2021-08-21/science-can-t-keep-up-with-virus-creating-worry-for-vaccinated

    J'aime

    1. Hé ben quand on sait on ferme ça goule !

      Non mais, Nanméo, ça va pas ?

      Donc, le Fischer vient dire que le vaxxin protège sûr 2/3 mois et donc, comme l’avait annoncée Alexandra Henrion Caude que l’on moque partout dans les Merdias Mainstream = C’est un abonnement vaxxinal que vous prenez !

      NI VAXX – NI PASS !

      Ne cédez pas, ne vous soumettez pas !

      Sinon à fermer sa goule à tout jamais !

      J'aime

      1. Vouiii…mais les gens ont plus ou moins la trouille, et ils vont se faire vax pour travailler.

        Plusieurs exemples ce jour :

        – une commerçante que je connais depuis 2 ans, s’est fait vacciner hier sinon elle ne pourra plus ouvrir à partir du 15 septembre.

        Cette personne est sous Levothyrox car elle a la thyroïde qui déraille depuis sa 1ère grossesse (15 ans de ça), et elle est obèse suite à ce ob de thyroïde…la quarantaine…

        – un voisin, sa soeur et son mari, tous 2 à 2 ans de la retraite, se sont fait vacciner pour pouvoir continuer à travailler…et ils ont des effets secondaires.

        Tous de la même comcom au Pfizer.

        J’ai croisé un couple de touristes bordelais, 65-70 ans environ, vax 2 doses…elle ne fera pas la 3ème, lui peut-être…ils sont persuadés qu’il y a une pandémie bien qu’ils aient remarqué que la grippe avait disparu des radars…pis en France nous ne sommes pas en dictature comme en Russie ou en Chine…les guerres sont nécessaires pour se défendre…

        Elle est pour les médecines douces à condi6que ce soit son docteur (allopathique) qui lui prescrive, sinon elle ne touchera pas aux plantes !

        Je vois de plus en plus de personnes obèses XXXL et d’autres avec des cannes.

        J'aime

    1. ALERTE INFO ► BULLETIN RÉSEAU SENTINELLES SEMAINE 33 ► https://www.sentiweb.fr/5387.pdf

      Et à propos de TAUX D’INCIDENCE !

      Taux des I.R.A. estimé à 38, S32 le taux avait été à 54, rappelez-vous, en données consolidées = 45 pour 100 000 habitants !

      ESTIMATION DES CAS D’INCIDENCES DES I.R.A. DUS AU COVID-19 & VUS EN CONSULTATION DE MÉDECINE GÉNÉRALE = 13 CAS POUR 100 000 HABITANTS.

      Regardez bien le tableau page 3 des taux Nationaux et Régionaux !!!

      Cliquer pour accéder à 5387.pdf

      J'aime

    1. Graphène : l’électronique du futur en couche monoatomique

      Conférence de 2016 Laëticia Marty |

      TEDxArtsEtMétiersParis sur l’origine de l’utilisation du graphène vidéo de 16 min qui démarre après les annonces…

      J'aime

  10. https://juste-milieu.fr/apres-la-5g-la-course-a-la-6g-a-commence/

    Oui, je sais !

    On commence à peine à en parler en France, les installations se font petit à petit à travers le territoire, les contestations sont de plus en plus nombreuses mais…

    … on n’arrête pas le progrès !

    Alors que le déploiement de la 5G se fait à travers le monde (certains pays ayant clairement un temps d’avance), on parle d’ores et déjà du futur déploiement de la 6G.

    Imaginez bien : une nouvelle technologie télécoms voit le jour tous les 10 ans.

    Alors sachant que la 5G pointe à peine le bout de son nez, la course à la prochaine génération est déjà lancée.

    D’ailleurs, elle l’était dès 2018 : Pékin annonçait alors de premières applications de la 6G en 2025.

    Sur le papier, c’est plutôt autour de 2030 que le lancement commercial de la 5G devrait être possible.

    Le Figaro, dans un article du 24 août 2021, a fait le point sur la situation.
    =*=
    Bon, c’est peu de dire qu’ici on vous ALERTE sur le sujet et depuis 2016/17…

    J'aime

      1. J’ai passé ma journée avec des me..es..

        Et, donc je fais mon rattrapage de lectures ce soir, en diagonale !

        J'aime

      2. Faut leur mettre sous le nez ce genre de témoignage !

        Au moins qu’ils ne se fassent pas piquouzer et cessent d’avoir peur ou de croire qu’après ça pourront reprendre leur vie d’avant, qui était déjà très très merdique, non ?

        Quand Fischer vient dire à la Radio France que les vaxxins protègent sûr 2/3 mois et donc qu’il faudra faire des rappels… ad vitam æternam = Là peuvent se la prendre et se la mordre de trouille !

        J'aime

      3. Trop hypnotisés…sont pas tous certains pour l’instant d’aller à la 3ème dose…

        Z’iront si on leur demande avec un susucre à la clé !

        J'aime

    1. Prémisse de la laisse de 8 kms prévue par Schwab (cf son livre de 2020)

      Elle rappelle que le tribunal administratif de Toulouse, dans un jugement de ce mardi, a validé la notion de bassin de vie pour accéder aux produits de première nécessité.

      J'aime

    2. Oui… Et bizarrement ça fait pas la Une !
      Remarque je regarde pratiquement plus la téloche !

      Par contre Martin est partout à Bla-BLA-CHIER qu’il faut convoquer les gens qui ne veulent pas se faire vaxxiner et s’ils persistent leur mettre des grosses amendes… Dans le ulc ?

      Et donc le gars s’assoit en live sur le consentement éclairé, sur le Code de la Santé publique, sur le fait que tout acte médical peut être refusé…

      Pour une maladie (on peut plus parler d’épidémie à ce stade) dont la létalité est de 0.03% grand maximum !…

      Et beaucoup d’applaudir, apparemment ?…

      J'aime

      1. Sans omettre de rappeler qu’un peu partout sur la planète 99,97% des gens infectés ONT GUÉRI !!!! Et sans vax…

        J'aime

      2. Oui !
        Comme l’a fait, étonnament, Ruquier à la Blonde à retardement, Karine Latombe alias Mme Giléad, vue ce qu’elle palpe, à la téloche il y a peu !

        Je l’ai vu ici-même via tweeter !

        J'aime

  11. DOSSIER SPÉCIAL CORONAVIRUS

    RAPPEL : Process de création des vaxxins anticovid intégré pour la première fois dans ce PDF que j’ai réalisé fin août 2020 ► https://jbl1960blog.files.wordpress.com/2020/08/aux-convidiotes-de-la-terre-qui-attendent-le-vaccin-par-jbl1960.pdf

    Donc on voit bien qu’ils ont carrément sautés les Phases I, II et III ces monstres !

    Cliquer pour accéder à aux-convidiotes-de-la-terre-qui-attendent-le-vaccin-par-jbl1960.pdf

    J'aime

    1. 1 commentaire : Le nanographène qui rentre dans leur composition est composé de flocons de carbone de taille nanoscopique. Ultraléger, ultrarésistant et excellent conducteur, il a investi de nombreuses applications industrielles ces dernières années, notamment électroniques. Mais depuis un an, ce sont ses propriétés antivirales qui ont attiré l’attention, poussant plusieurs entreprises à concevoir des masques contenant du graphène, présentés comme plus efficaces contre le coronavirus. Le problème est que ces particules, si elles sont inhalées, sont potentiellement dangereuses pour l’organisme ; elles pourraient notamment détériorer les cellules pulmonaires.

      J'aime

    1. Surtout en France, les Merdias aux Ordres sont pas prêts d’en parler, vu qu’ils répètent les inepties de Macron et son monde, Véran et sa bande, Castex et son orchestre…
      Très intéressant, merci !

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s