Primum Non Nocere : D’abord ne pas nuire, qu’elle disait la Blonde à retardement…

Paul & Mick |

Oui, la Blonde à retardement ! Mme Giléad ! Karine LaTombe Lacombe qui a toujours raison ► https://jbl1960blog.files.wordpress.com/2020/11/la-blonde-acc80-retardement-dr-tche-rien-20-novembre-2020-version-pdf-de-jbl.pdf, ou presque…

13/05/21 : Karine Lacombe propose d’attribuer une allocation à chaque personne vaccinée contre le Covid-19 ! De l’argent pour une injection ? Pour inciter les gens à se faire vacciner contre le Covid-19, on ne manque parfois pas d’idées. Invitée de Jean-Jacques Bourdin sur BFMTV-RMC ce jeudi 6 mai, l’infectiologue Karine Lacombe a proposé de mettre en place une “allocation” que recevra toute personne qui se fait complètement vacciner – Source L’Actu Dissidente VIA Profession Gendarme. “Des mesures financières, ça semble un peu compliqué, mais pourquoi pas. Se dire que l’on a une espèce de petite allocation, qui pourrait être attribuée  à chaque personne vaccinée avec un schéma vaccinal complet : ce sont des mesures qui peuvent être imaginées”, a affirmé la cheffe du service des maladies infectieuses à l’hôpital Saint-Antoine, au micro de Jean-Jacques Bourdin.

nouvelle strategie du choc coronavirus

Primum Non Nocere – D’abord ne pas nuire…

Bon comprenez surtout qu’ils ne reculeront devant RIEN pour vous/nous inoculer jusqu’au dernier ► MOU-RIRE encore 1 fois de RIEN + Bulletin COVID de l’AP-HM (Versions PDF) alors qu’il est désormais démontré que la létalité de cette PLANdémie PLANétaire PLANifiée est comprise entre 0.015 et 0.03% !

La preuve avec le dernier bulletin hebdomadaire du Réseau Sentinelles de la semaine 18 de l’année 2021 ► https://www.sentiweb.fr/5295.pdf

RS SEMAINE 18 1

RS SEMAINE 18 2

N.B.¹ : Taux d’incidence pour 100 000 habitants !

Donc, en Normandie = 3/100 000 !

Contrairement à ce que disent les experts en plateau-TWC et au vu de ces derniers chiffres, si les I.RA. (Infections Respiratoires Aigües) diminuent partout, la fusaillette, elle court toujours (Diarrhées Aigües) !

N.B.² : Si la gastro débute par des vomissements et une diarrhée brutale, le Covid-19 commence par des symptômes respiratoires, de la fièvre et des problèmes ORL. N’est-ce pas Dr. Hamon qui prétendez, comme beaucoup, qu’il n’y a plus de gastro en France depuis l’an dernier grâce aux gestes barrières !

C’est donc la énième preuve que le narratif de la peur…s’effondre si on étudie tous les chiffres de très près !

Et preuve, surtout, que nous pouvons faire foirer le PROJEEEEET de Macron et sa bande, car comme nous sommes de plus en plus nombreux à le penser et à l’analyser de manière convergente : la France a été choisie par l’oligarchie pour être le cœur de la mise en place de la grille de contrôle technotronique du Nouvel Ordre Mondial oligarchique et la raison en est assez simple : si le système arrive à mettre au pas et à briser la volonté des Gaulois réfractaires qui ont récemment donné le mouvement des Gilets Jaunes, mouvement qui couve toujours sous la cendre et ne demande qu’à repartir de plus belle et mettre à bas la merdasse systémique qui nous dirige, alors ce sera beaucoup plus facile de faire passer la pilule et à l’imposer aux autres contrées occidentales. L’oligarchie veut faire un exemple et la France est son champ de bataille. Toute la clique politique macronesque clownesque a été mise en place à cet effet [NdJBL : en manipulant l’élection présidentielle de 2017 avec valeur de test pour celle de 2020 aux USA] Les Gilets Jaunes leur ont donné des sueurs froides pendant un moment, mais Bébert Corona a mis un frein à tout ça, pour l’heure…

cov2

Il est important pour nous de comprendre que tout cela est mis en scène, nous vivons dans un grand théâtre permanent animé par la société marchande et sa dictature nécessaire à sa perpétuelle reproduction sous une anesthésie générale de la conscience politique individuelle et surtout collectivePages 168 & 169 du PDF de L’essentiel de Résistance71 de 2010 à janvier 2021https://jbl1960blog.files.wordpress.com/2021/01/lessentiel-de-r71-2010-a-2021-maj-janvier-2021.pdf

Cliquer pour accéder à lessentiel-de-r71-2010-a-2021-maj-janvier-2021.pdf

À retrouver dans ma BIBLIOTHÈQUE PDF (de + de 285 PDFs) sous le N° 82C de 186 pages dans sa dernière mise à jour de janvier 2021, à suivre…

De ce fait, nous le peuple français, pouvons être les PREMIERS à faire FOIRER leur STRATÉGIE/TERREUR VACCINALE en REFUSANT en masse leurs vaccins à ARNm, précisément du fait que les françaises et les français sont les plus réfractaires à la vaccination, et c’est FIN de PARTIE pour l’OLIGARCHIE car tout le monde a bien compris maintenant que l’unique objectif des psychopathes aux manettes (0.001%) est d’inoculer TOUTE la POPULATION française, D.O.M. & T.O.M. compris !

Car ; Tout projet peut se réaliser ou échouer, peut être mis en place ou mis en échec, réussir ou foirer. Notre pouvoir individuel et collectif est celui de dire NON ! En masse et de le mettre en échec une bonne fois pour toutes ► https://jbl1960blog.files.wordpress.com/2020/11/tract-pdf-offert-par-jo-contourner-pour-enfin-vivre-resistance71-novembre-2020.pdf

14/05/2020 : Affaire CoV19 : Le SRAS-COV-2 Organisme Génétiquement Modifié avec séquences du génome VIH – Étude révélatrice d’un ex-conférencier de l’OTAN ( Source Veterans Today du 14/05/2020) – Un biologiste français détruit la thèse du virus naturel : Version PDF N° 178 de 19 pages en travail collaboratif avec R71 de JBL1960 https://jbl1960blog.files.wordpress.com/2020/05/laffaire-cov19-ogm.pdf

13/05/2021 : Renseignement : SARS-CoV-2 Mise à jour du 11 mai 2021 par Veterans TodayThe Senior Editor, Gordon DuffTraduit par Résistance 71, dans : Toujours plus d’infos sur la chimère SRAS-CoV-2 (Veterans Today)

Complétée & Enrichie par JBL1960

VT est prêt à citer, dans ses briefings de renseignement pour ses clients, ce que nous savons maintenant être un fait inexorable :

La guerre des vaccins est financée par les mêmes organisations qui ont créé le virus du SARS-CoV-2 et l’ont déployé dans le monde. Nous sommes aussi prêts à dire que nous pouvons prouver, sans l’ombre d’un doute, que la COVID-19 fut créée non pas comme une arme apocalyptique mais comme un outil politico-économique par des groupes occultes ayant un très grand pouvoir d’influence sur l’armée américaine et un énorme soutien du crime organisé et de la finance mondiaux.

  • La COVID a permis à certains groupes liés à la franc-maçonnerie, de se repositionner globalement afin de dominer une économie post-hydrocarbones et manipuler ainsi que supprimer de nouveaux facteurs économiques tels que les crypto-monnaies.
  • La déstabilisation permanente du gouvernement américain était le but principal.
  • La COVID, soutenue par des spécialistes de la théorie du chaos, a “armé” la “stupidité mondiale”. La destruction du système éducatif aux États-Unis en particulier, fut un précurseur à la création d’un passage constant à des réalités alternatives variées qui minimisent et handicapent tout future potentiel pour une évolution planétaire.

Dans le processus, nous avons vu des problèmes similaires de “commandement fugitif” lorsque nous avons vu Obama prendre ses fonctions… À cette époque l’État-major demeurait sous le contrôle de Rumsfeld et Cheney, afin d’assurer les exportations mondiales de la production d’héroïne d’Afghanistan.

Aujourd’hui, avec Israël sous la menace d’une forte présidence de Biden après avoir co-gouverné l’Amérique dans une donne de partage du pouvoir avec le crime organisé de la Kosher-Nostra russe sous la présidence Trump, des organisations militaires, utilisant à la fois l’armée de l’air américaine et des milliers de mercenaires, maintiennent des opérations criminelles de par le monde, en Syrie, en Irak, au Yémen, en Palestine, en Libye, au Tchad, en Somalie, au Venezuela, dans la péninsule coréenne, en Ukraine, en Biélorussie, en Arménie, en Azerbaïdjan, au Tadjikistan, en Iran, en Turquie, au Pakistan et ailleurs.

AMENSONGE VERITE

Ces opérations ne sont pas seulement, ne sont pas simplement des opérations de déstabilisation ou de terrorisme, mais elles incluent également des expériences utilisant du matériel nucléaire, des agents biologiques et elles sont toutes soutenues et protégées par des médias sociaux militarisés de la “propagande noire”, gérés depuis Fort Huachuca et son “école de la tromperie et du mensonge”.

La COVID-19 est une de ces opérations, la première d’autres à venir et la plus importante jusqu’ici.

Jusqu’ici plus de 4000 personnes sont mortes aux États-Unis du vaccin anti-COVID d’après les rapports. Nous savons cela pour sûr parce que les morts nous l’ont dit en rapportant le fait utilisant une appli de leur téléphone, demandant, dans la plupart des cas, un login / connexion biométrique. Oui ! Les chiffres que nous communiquent Hannity et Tuckstein sont ceux de rapports de décès faits par … ceux qui sont morts et qui rapportent le fait après leur mort. On peut pas inventer un truc pareil.

Les plus grosses infos impliquent des rapports qu’un livre, publié en Chine par l’armée chinoise, cite la preuve que les États-Unis sont responsables de la création de la COVID-19 en tant que partie d’un programme de défense et qu’il fut relâché en Chine dans une action terroriste.

Les rapports, en tout cas dans les journaux du “South China Post”et du “Sun” britannique, inversent les faits de manière prévisible et tente de désamorcer le rapport chinois en disant que tous les scientifiques ne sont pas d’accord pour dire que le SARS-CoV-2 fut créé en laboratoire”. Cela ressemble étrangement à ce langage inventé pour protéger les compagnies de tabac et de cigarettes des accusations disant que fumer cause le cancer.

Dans ce cas-ci, le terme “preuve conclusive” fut inventé, voulant dire que si quelqu’un, aussi fou ou non-qualifié soit-il, n’était pas d’accord avec la science, alors “il n’existe pas de preuve… c’est à dire pas de preuve conclusive.”

Ce qui apparaît être vrai est ceci :

Nos propres recherches ont conclu qu’il y a eu plusieurs raisons pour que les États-Unis aient créé et lâché le SARS-CoV2 qui existe de manière quasi certaine sous des formes ne ciblant que certains groupes de populations par âge, ethnicité et autres facteurs, qui sont expliqués dans le rapport de Michael Ainscough pour l’École de Guerre de l’Armée de l’Air des États-Unis (USAF War College).

Nous pouvons aussi noter qu’il y a quelques années, VT a examiné l’utilisation des appareils drones de très longue portée de modèle Global Hawk et de leur utilisation de sous-munitions sous la forme de mini-drones en tant que méthode de dispersion et d’épandage. Nous pensons que certains de ces drones ont été utilisés dans certaines régions pour épandre la COVID tandis que dans d’autres, des groupes comme l’équipe américaine qui alla à Wuhan un octobre 2019 (délégation de 367 touristes militaires pour les “jeux militaires”), comme un autre moyen de dispersion du virus.

Nous pensons que l’administration Bush43 (fils) a utilisé le rapport ci-dessous comme schéma pour un énorme programme mondial de développement d’un armement biologique et d’agents biologiques de nouvelle génération, ceci est explicité dans ce document, originellement cité comme “défensif” :

[s’ensuit ici des scans de documents en anglais datant de l’ère du président Bush fils sur “La nouvelle génération d’armes biologiques… Les documents présentés parlent dans le chapitre : “six voies de développement de la menace biologique”, de : “1) Armes biologiques binaires”, “2) Gènes fabricants”, “3) La thérapie génique comme arme biologique”, NdR71 : là on est en plein dans la situation COVID-19… “4) les virus indétectables / dormants”, “5) Les maladies changeant d’hôtes” et “6) Les maladies à hôte fabriqué”, ces documents sont tous reproduits dans l’article original de VT]

[…]

Mais que savons-nous ? Nous savons que parce qu’avoir blâmé un laboratoire chinois de développement d’armes biologiques d’être la cause de la dispersion de la COVID-19 ne marche pas, alors attaquer ceux qui utilisent de fortes preuves citant une guerre biologique comme source plus que probable de la pandémie, est requis, mais  pourquoi  donc ?

Est-ce parce que la piste mène immanquablement vers les labos américains d’armement biologique ?

26/03/20 ►  CoV19 : Aux Origines… Comme quoi, il n’y a pas de (BIO)HAZARD !

30/12/20 ► Aux origines de la PLANdémie PLANétaire PLANifiée ► Version PDF N° 230 de 115 pages constitué par Jo Busta Lally ► https://jbl1960blog.files.wordpress.com/2020/12/for-murder-by-decree-a-meurtre-par-decret-dossier-constitue-par-jbl1960-en-dec-2020.pdf ;

MàJ en temps réel ►  DOSSIER SPÉCIAL CORONAVIRUS.

Vous voyez qu’il nous suffit de dire NON en masse pour que tout s’arrête…

Nuage de mots "non" dans toutes les langues Stock Illustration | Adobe Stock

À nous de jouer !

JBL1960

68 réflexions sur « Primum Non Nocere : D’abord ne pas nuire, qu’elle disait la Blonde à retardement… »

  1. Le meilleur remède (naturel) au monde kanenronkwatsera – MNN du 17/10/20 (traduct° R71, complété et enrichi par JBL)

    Comme l’avait dit une mère de clan Mohawk, en 1990, lors de la Crise d’Oka, aux Canadiens et Québecois de papier venus voir ce qu’il s’y passait : Regardez-bien ce qu’il se passe ici (territoire Mohawk, crise d’Oka, 1990) car lorsqu’ils en auront fini avec nous (les Natifs), ce sera votre tour !

    Et voilà, nous y sommes, notre tour est venu, à nous TOUSTES !

    J'aime

  2. À DIFFUSER SANS PITIÉ ► DOSSIER SPÉCIAL PDF sur la FRAUDE aux TESTS RT PCR justifiant la DICTATURE SANITAIRE…

    DOSSIER SPÉCIAL PDF À DIFFUSER SANS PITIÉ ► Les Chiffres de la psychose SARS-CoV-2 : La Fraude des Tests RT PCR permet la mise en place de la Dictature Sanitaire – Version PDF N° 224 de 18 pages ► https://jbl1960blog.files.wordpress.com/2020/12/dossier-special-fraude-tests-rt-pcr.pdf

    Primum non nocere = D’abord ne pas nuire !…

    Cliquer pour accéder à dossier-special-fraude-tests-rt-pcr.pdf

    J'aime

  3. https://covidemence.com/2021/05/13/france-reanimations-anomalies/

    Comme vous le savez, depuis la semaine 11 (15 au 21 mars 2021), Santé Publique France indique sur ses bilans épidémiologiques hebdomadaires non seulement le nombre des patients en “soins critiques” mais également le nombre de ceux en “réanimation”.

    Voici un exemple, semaine 17 (26 avril au 2 mai), page 26 du rapport :

    Tout est clair ? Le 4 mai, 5 520 patients au total se trouvaient en “soins critiques”, dont 4 230 en “réanimation” (le niveau le plus lourd des “soins critiques”, après la “surveillance continue” et les “soins intensifs”).

    On peut donc chaque semaine calculer la proportion des patients en “réanimation” par rapport au total des patients en “soins critiques”.

    Et là vous allez rire…

    Sur sept semaines… la proportion des réa par rapport au total en “soins critique”… est quasi toujours identique (76 %) ! ?

    Presque à la décimale près.

    Alors que le nombre total de patients en “soins critiques” évolue d’une semaine à l’autre et avec des variations importantes (de +11 % à -7,5 %) !

    Ca sent donc la fonction mathématique appliquée dans un tableur à des fins politiques… Un pilotage. Pas un comptage honnête, semaine après semaine.

    Ces chiffres semblent pourtant “durs” ! Un couillonaviré en réanimation, intubé et sous respirateur, c’est quand même factuel, et c’est difficile à confondre avec un pompier qui valide une grille de loto au bar-tabac -fermé- de la rue Mouffetard à Paris…

    Et pourtant…. et pourtant la presse, et même la Cour des comptes ont dévoilé et reconnu des bidonnages à ce sujet…

    Conclusion ? Cette proportion “constante” de 76 % des patients en réanimation (la vraie) sur un nombre total de patient en soins critiques qui évolue chaque semaine, et sur 7 semaines, est à mon sens suspecte.

    Pouvez-vous trouver une explication/justification rationnelle à ce phénomène ?

    Il ne faut jamais perdre de vue que les autorités ont systématiquement menti, et sur tous les sujets, depuis 15 mois (des masques, en passant par les tests, les lits de réanimation, les morts du Covid, les traitements, les vaccins, etc.).

    Cette compulsion à travestir le Réel dépasse de loin le cadre des “petits arrangements”, des petits mensonges de confort qui seraient pondus par des fonctionnaires craintifs et bas de plafond, dans tel ou tel service.

    C’est une opération, profonde, relayée par tout l’appareil médiatique, et qui est remarquable par sa durée, sa constance, et son envergure.

    Sources en lien dans l’article ► https://covidemence.com/2021/05/13/france-reanimations-anomalies/

    J'aime

    1. C’est pour le fric, car en dessous d’un certain taux d’occupation le service est fermé.

      Bientôt en Réa, lorsque tu auras quelques flatulences !

      J'aime

  4. Toutes les personnes vaccinées reçoivent un diplôme attestant de leurs « témérité et responsabilité », ainsi que la promesse d’être accueillies au château de Dracula « pendant les 100 prochaines années »

    J'aime

    1. Les docteurs et les infirmiers qui administrent le vaccin au château de Dracula ont des stickers en forme de crocs comme de véritables vampires. Le directeur marketing du château de Bran, Alexandru Priscu, a émis ce commentaire stupide à Reuters : « L’idée était de montrer comment les gens se faisaient vacciner en Europe il y a 500-600 ans » (!) Cela ajoute une facette à toute la folie entourant la soi-disant pandémie. Pour les gens qui peuvent encore penser clairement, cette folie est difficile à supporter.

      J'aime

    1. Ajoutons que ces Vlad descendaient aussi par les femmes de Gengis-Khan… et que de toutes façons, du fait que né en 1431, le fameux Dracula doit compter aujourd’hui, aux côtés du prince de Galles, des millions d’autres descendants, évidemment impossible à recenser, dont certains peuvent réserver des surprises… Nicolas Sarkozy, qui a pas mal d’ancêtres dans le secteur, pourrait être du nombre…

      J'aime

    2. Oui, très bien vu !

      Pour le coup, j’ai cru à une blague concernant l’info plus haut…

      Ce qui est ébouriffant c’est que le COVIDidiot court se faire vacciner pour avoir son certificat !

      Les crocs m’en tombent !…

      J'aime

      1. Cet après-midi, par curiosité je suis passée devant le vaccinodrome de ma comcom (11000 habitants)

        Des mouzombies entraient et ressortaient….

        Il est ouvert depuis mi-février !

        J'aime

    1. Oui, tout est là, également : Thérapies géniques : la « spike » protéine du SRAS-CoV-2 répliquée par l’ARNm ou des vecteurs viraux des pseudo-vaccins est mortifère – Faux-vaccin et vraie merde transgénique (OGM) – SRAS-CoV-2 / COVID-19 : Une étude scientifique montre que la protéine Spike est dangereuse, et pourtant les soi-disant “vaccins” ou thérapie génique ARNm ou à vecteur viral adénovirus injectent des milliards de protéines spike dans le corps en faisant fabriquer par les milliards de cellules qui le composent ces protéines mortifères ► https://resistance71.wordpress.com/2021/05/11/therapies-geniques-la-spike-proteine-du-sras-cov-2-repliquee-par-larnm-des-pseudo-vaccins-est-mortifere/

      J'aime

      1. hâte de les voir quand tous ces vaccinés, QR-codés, masqués, PASS-és… sur les terrasses de café et resto, on les appellera les TERRASSÉS

        J'aime

  5. Martine Wonner

    Retour sur le projet de loi « Gestion de la sortie » de l’État d’urgence sanitaire adopté en première lecture dans la nuit du mardi 11au mercredi 12 mai.
    Je reviens notamment sur les conditions de l’adoption du texte, les principales mesures liberticides, et les prochaines étapes.

    J'aime

    1. 3h23 de ON, ON ON … Orang-outan relationnel !
      Cherche encore, il y en a qui ont trouvé ! suffit de lire, en commençant par le haut ça évite de perdre du temps et d’en faire perdre

      J'aime

      1. 5 mn d’écoute pour bien situer le guignol qui parle m’ont suffit.

        De plus Thinker View n’est pas recommandable. L’intervieweur restant anonyme.

        J'aime

  6. CoV19-OGM : Comment le X-Club de Thomas Huxley créa le magazine “Nature” et sabota la science pour 150 ans (source VT – Traduction R71) + JBL

    Le combat d’aujourd’hui pour une science des causes

    Que le CoV19 soit d’origine naturelle comme en atteste le magazine “Nature” ou qu’il soit né dans des laboratoires comme le pense le Pr. Luc Montagnier, ce qui est certain est que la science peut être retardée momentanément, mais son flot évolutif ne peut pas être retenu pour toujours.

    […]

    Décrivant les révolutions scientifiques à venir notamment en biologie, Montagnier a dit : “Le jour où nous admettrons que les signaux peuvent avoir des effets tangibles, nous les utiliserons. a partir de ce moment là, nous seront capables de traiter les patients avec des ondes. Ceci est un nouveau domaine de médecine dont bien entendu les gens ont peur, tout spécialement l’industrie pharmaceutique… un jour nous serons capables de traiter les cancers en utilisant des fréquences ondulatoires.”

    L’AFFAIRE CoV19-OGM / THE CoV19 CASE ► https://jbl1960blog.files.wordpress.com/2020/05/laffaire-cov19-ogm.pdf

    Cliquer pour accéder à laffaire-cov19-ogm.pdf

    J'aime

  7. « C’est un refus de traiter », le Dr Maudrux, très critique envers les instances médicales

    « Ces gens-là n’ont pas jugé médicalement, il faut revenir à s’occuper des patients au lieu de s’occuper de politique ». Le Dr Gérard Maudrux ne mâche pas ses mots dans ce court entretien. Pensant que l’ivermectine marche, tous les indicateurs montrant que cette molécule offre un traitement précoce fiable : « aucun médecin ayant prescrit l’ivermectine, n’est revenu en arrière. Ils voient que ça marche », explique le chirurgien urologue. Celui-ci avait engagé une procédure au conseil d’État pour obtenir une recommandation d’utilisation temporaire pour ce produit.

    L’Agence nationale de sécurité du médicament a finalement rejeté sa demande, selon lui la décision est politique plutôt que médicale : « c’est un refus de traitement ».

    Pourquoi les instances refusent-elles de soigner ? Le Dr Gérard Maudrux, indépendant et libre de tout conflit d’intérêt, nous livre son analyse.

    Un débriefing en partenariat avec BonSens.org ► https://www.francesoir.fr/videos-les-debriefings/cest-un-refus-de-traiter-le-dr-maudrux-tres-critique-envers-les-instances

    J'aime

  8. La SPILF et l’INSERM complices de désinformation sur les vaccins ?

    La SPILF (Société de Pathologie Infectieuse de Langue Française) est une association regroupant des professionnels de la santé qui compte plus de 500 adhérents pour la plupart médecins. À la tête de cette association, Le professeur Pierre Tattevin, accompagné de deux vice-présidents : France Roblot et Serge Alfandari. Au quotidien, la SPILF publie les travaux de ses membres notamment sur la Covid – et elle aurait attaqué le Pr Raoult sur ses travaux.

    Une société savante loin d’être irréprochable

    Cependant cette société savante n’est pas si transparente que cela puisque son président M. Tattevin était à une honorable 9ème place au le classement des personnes ayant reçu le plus de revenus des labos avec 80 000 euros donc 15 000 euros de Gilead. Elle s’est aussi illustrée par quelques arrangements en ayant été épinglée par le Collectif citoyen sur les méthodes et liens d’intérêts notamment des plus anciens infectiologues ou sur le fait que la SPILF n’était pas irréprochable sur ses publications qui avait entrainé une plainte du Collectif Citoyen à HON (Health on the Net) pour manquements graves aux règles déontologique de la part de la SPILF et des gestionnaires du site Infectiologie.com.

    L’Inserm de son côté s’est illustrée par ses nombreuses prises de positions opposées à celle de l’IHU du Pr Raoult et surtout par son absence de contribution sur la Covid-19 – résultats des études tardifs, possible interférence de Dominique Costagliola directrice de recherche dans la méta analyse du Dr Hill qui a contribué à mettre le traitement précoce Ivermectine sur la touche

    La SPILF et l’INSERM coupables de désinformation

    L’objet d’une société savante ou d’un institut de recherche publique est bien de faire des publications sur des sujets spécialisés et de faire avancer la science, en partageant la connaissance avec les autres chercheurs, les plus anciens et les plus jeunes, et de façon à ce que cette connaissance puisse guider la société en général et les autorités de santé publique. Un sujet qui attire notre attention est l’affirmation faite dans le rapport de la SPILF sur les vaccins Covid-19 « questions & réponses » du 24 décembre 2020. Ce texte était à destination principale des soignants qui vont soigner et par là même délivrer l’information nécessaire au consentement. On devrait donc considérer que c’est l’état de la science à l’instant de sa publication dans un rapport de 17 pages et 4 chapitres.

    Les thérapies géniques nouvelles que les experts se sont évertués à appeler « vaccins » sont à l’honneur dans ce rapport – étant donné la nouveauté des ces technologie, il parait normal que la société savante délivre un point de vue scientifique – on peut donc lire dans ce document la position de la SPILF sur une deux questions essentielles :

    Les vaccins à ARN peuvent-ils modifier nos gènes ?

    Non. Lors de la synthèse protéique, l’information circule dans le sens ADN→ARN→protéine. Il n’y pas dans notre organisme d’enzyme permettant d’inverser ce sens. Ainsi, les vaccins ARNm ne peuvent pas modifier nos gènes (qui eux sont sous forme d’ADN).

    L’ARN viral peut-il être transcrit par des rétrovirus endogènes ? Cette information circule sur internet mais elle est fausse. Les rétrovirus sont des virus à ARN capables de « transcrire à l’envers » leur ARN en ADN grâce à une enzyme très particulière qu’ils possèdent, la transcriptase inverse. (…) Ces séquences sont souvent considérées comme des fossiles : elles ne peuvent pas donner naissance à une transcriptase inverse ni à une intégrase. Il n’y a donc pas de possibilité que l’ARN des vaccins donne naissance à de séquences d’ADN et soit intégré dans le génome de la cellule hôte.

    La position de la SPILF est donc simple et d’autorité – il n’y a pas de possibilité que l’ARN des vaccins donne naissance à des séquences d’ADN et soit intégré dans le génome de la cellule.

    Le 14 décembre l’INSERM écrivait à propos des vaccins dans le cadre de leur service de vérification d’information Canal Detox dans un texte rédigé par l’expert Bruno Pitard: « pas de risque pour notre matériel génétique »

    « Même après l’injection du vaccin, lors de la division cellulaire, les noyaux continuent à ne contenir que notre ADN humain naturel. »

    Cela est tout à fait faux et de nombreuses voix dissonantes se sont élevées

    Il y a eu beaucoup d’échanges d’experts au sujet de la transcriptase inverse de l’ARN – certains généticiens comme Alexandra Henrion-Caude mettant en garde sur ces éléments – il ne faudrait pas jouer aux apprentis sorciers. Elle n’est pas la seule à avoir mis en garde – mais bien vite ces scientifiques qui opposaient des arguments de science (le doute et pour d’autres l’expérience) furent étiquetés d’antivax ou de complotistes.

    Le professeur Perronne dans son appel solennel du 3 décembre l’expliquait :

    « Ces rétrovirus peuvent produire une enzyme, la transcriptase inverse, capable de transcrire à l’envers, de l’ARN vers l’ADN. Ainsi un ARN étranger à notre corps et administré par injection pourrait coder pour de l’ADN, tout aussi étranger, qui peut alors s’intégrer dans nos chromosomes. Il existe donc un risque réel de transformer nos gènes définitivement. Il y a aussi la possibilité, par la modification des acides nucléiques de nos ovules ou spermatozoïdes, de transmettre ces modifications génétiques à nos enfants. Les personnes qui font la promotion de ces thérapies géniques, faussement appelées « vaccins » sont des apprentis sorciers et prennent les Français et plus généralement les citoyens du monde, pour des cobayes. »

    Une publication récente montre que la SPILF avait tort mais aussi avait les moyens de savoir

    En date du 25 mai 2021 mais déjà disponible, une publication de 6 auteurs (Zhang, Richards, Barrasa, Hughes, Young et Jaenisch) dans la prestigieuse revue PNAS (Journal de l’Académie des Sciences des Etats-Unis) titre :

    L’ARN du SRAS-CoV-2 transcrit à l’inverse peut s’intégrer dans le génome des cellules humaines cultivées et peut être exprimé dans les tissus dérivés du patient

    Les auteurs expliquent « qu’un problème non résolu de la maladie du SRAS-CoV-2 est que les patients restent souvent positifs pour l’ARN viral détecté par PCR plusieurs semaines après l’infection initiale en l’absence de preuves de réplication virale. Nous montrons ici que l’ARN du SRAS-CoV-2 peut être transcrit en sens inverse et intégré dans le génome de la cellule infectée et être exprimé sous forme de transcrits chimériques fusionnant le virus avec des séquences cellulaires. De manière importante, de tels transcrits chimériques sont détectés dans les tissus dérivés du patient. Nos données suggèrent que, dans certains tissus de patients, la majorité de tous les transcrits viraux sont dérivés de séquences intégrées. Nos données fournissent un aperçu des conséquences des infections par le SRAS-CoV-2 qui peuvent aider à expliquer pourquoi les patients peuvent continuer à produire de l’ARN viral après la guérison. »

    La société savante SPILF et l’INSERM avaient les moyens de savoir en consultant des experts généticiens ou des savants comme la généticienne Alexandra Henrion-Caude ou l’équipe du MIT qui travaille sur ces problèmes depuis de nombreuses années. Et pourtant ils ont préféré agir comme caution pour les laboratoires pharmaceutiques qui sont leurs principaux baileurs de fonds avec le gouvernement, et à l’inverse de l’intérêt des citoyens français.

    Ces « fausses informations » provenant d’institutions affectent durablement la réputation de la « maladie » de la science française – « Y a-t-il une erreur qu’ils n’ont pas commise » s’interrogeait le Pr Perronne dans son livre. Le « ils » représente entre autre l’Inserm et la SPILF.

    La faute est de biaiser le consentement éclairé des Français pour les inciter à se faire vacciner. Le sang contaminé fut une affaire d’État au périmètre restreint – la vaccination de masse est non seulement le « casse du siècle » pour les labos avec des profits qui se comptent en dizaines de milliards mais aussi, et surtout, un risque sanitaire avéré aux conséquences dramatiques plus vastes à l’échelle d’une population entière. Anti-Science sans conscience peut engendrer un problème largement supérieur à la maladie.

    Auteur(s) : FranceSoir

    J'aime

      1. Absolument !

        F.S. démontre là et encore une fois, à mon sens, toutes ces limites.

        Il fait un excellent taf d’investigation, contrairement aux autres Merdias Mainstream.

        Mais reste dans le réformisme pur et dur !

        Ce qui fait, sans leur porter atteinte, qu’il reste dans les clous du système !

        J'aime

  9. Le variant indien de la COVID remet en question la réouverture du 17 mai au Royaume-Uni

    Le B.1.617.2, hautement transmissible, est désormais le deuxième variant le plus courant et se répand dans le nord-ouest de l’Angleterre.

    Andy Burnham, le maire du Grand Manchester, a déclaré que le JCVI (Joint Committee on Vaccination and Immunisation – Comité Conjoint pour la Vaccination et l’Immunisation) étudiait une demande de vaccination de tous les plus de 16 ans à Bolton.

    L’augmentation spectaculaire des cas britanniques d’un variant initialement découvert en Inde pourrait compromettre la feuille de route de réouverture du pays, mettent en garde les scientifiques.

    Le variant, appelée B.1.617.2, est l’un des trois variants étroitement liés qui ont été initialement détectés en Inde. Le Public Health England (Santé publique de l’Angleterre) l’a désignée vendredi comme un « variant préoccupant », reconnaissant qu’il semble être au moins aussi transmissible que le variant dominant dit « Kent » au Royaume-Uni. On ne sait pas encore si et dans quelle mesure B.1.617.2 peut réduire l’efficacité du vaccin.

    Le professeur Christina Pagel, directrice de l’unité de recherche opérationnelle clinique à l’University College London et membre du groupe d’experts indépendants Sage, s’exprimant à titre personnel, a déclaré que l’augmentation des cas de B.1.617.2 était suffisamment préoccupante pour retarder la prochaine étape de la feuille de route prévue pour lundi, au cours de laquelle une série de restrictions doivent être levées.

    ROYAUME-UNI : Nombre de nouveaux cas de coronavirus par jour
    (À partir du jour du premier cas signalé)

    Selon la base de données du consortium britannique de génomique Covid-19 – qui peut inclure des doublons et n’enregistre pas si les séquences des variants sont liées à des voyages – pour les séquences jusqu’au 7 mai, il y a eu jusqu’à présent 1 393 cas de B.1.617.2, ce qui en fait le deuxième variant le plus courant au Royaume-Uni.

    Entre-temps, les données de surveillance génomique Covid-19 du Wellcome Sanger Institute – qui excluent les voyageurs récents et les spécimens de tests de poussée – suggèrent qu’environ 6,1 % des génomes Covid en Angleterre séquencés au cours des quatre semaines précédant le 24 avril peuvent être attribués à B.1.617.2.

    Alors que le variant Kent diminue ou se stabilise, le variant B.1.617.2 est en plein essor. Dans certaines régions du pays, comme Bolton et Blackburn, la variante représente plus de 50 % des cas. Andy Burnham, le maire du Grand Manchester, a déclaré que le Comité Conjoint pour la Vaccination et l’Immunisation envisageait de demander la vaccination de tous les plus de 16 ans à Bolton en réponse à l’augmentation du taux de contamination.

    M. Pagel a souligné que, si les chiffres de B.1.617.2 ne sont pas très élevés actuellement, ils doublent chaque semaine – et ce en l’espace de trois semaines.

    « Nous avons fait cela tellement de fois – attendre que les choses se dégradent vraiment avant de réaliser que nous aurions dû agir il y a plusieurs semaines », a-t-elle déclaré. « Alors pourquoi ne pas agir plusieurs semaines avant – c’est-à-dire maintenant ! »

    Jeudi, des documents de Public Health England ayant fait l’objet d’une fuite et consultés par le Guardian ont montré que 48 groupes de B.1.617.2 avaient été identifiés, y compris ceux liés aux écoles secondaires, aux maisons de soins et aux rassemblements religieux.

    Le compte rendu d’une récente réunion du groupe consultatif scientifique pour les urgences (Sage) du gouvernement britannique a montré que les scientifiques s’attendaient à ce qu’un variant qui échappe largement à l’immunité ou qui est hautement transmissible (plus que le variant Kent) puisse entraîner une vague de contaminations potentiellement plus importante que celle observée en janvier 2021 en l’absence d’interventions.

    « Étant donné qu’une grande partie de nos plans de réouverture repose sur la protection offerte par la vaccination, ma principale préoccupation est que nous ne savons pas encore dans quelle mesure de nombreux variants échappent à l’immunité acquise naturellement ou induite par le vaccin », a déclaré Andrew Hayward, membre de la Sage et directeur de l’Institut d’épidémiologie et de soins de santé de l’UCL.

    « Nous savons que le vaccin est très efficace contre la souche B.1.1.7 [Kent]… mais nous savons aussi qu’il est moins efficace pour protéger contre le variant originaire d’Afrique du Sud. Pour les variants provenant de l’Inde … nous n’avons pas de données réelles et relativement peu de données de laboratoire pour évaluer s’ils sont susceptibles d’échapper à l’immunité ».

    Les premières données suggèrent une légère diminution de l’efficacité des vaccins contre le B.1.617.2, mais pas autant que contre le variant découvert en Afrique du Sud, a déclaré Deborah Dunn-Walters, professeur d’immunologie à l’Université du Surrey et présidente du groupe de travail Covid-19 et immunologie de la Société britannique d’immunologie, ajoutant qu’elle se sentait très prudente.

    Martin McKee, professeur de santé publique européenne à la London School of Hygiene & Tropical Medicine, a déclaré que lui et ses collègues étaient très inquiets.

    « Il y a encore beaucoup de gens, surtout les jeunes, ceux des zones défavorisées et ceux des minorités ethniques qui ne sont toujours pas vaccinés. Je suis moins préoccupé par les rassemblements à l’extérieur, car les risques y sont faibles, mais je continuerai personnellement à éviter les rassemblements en intérieur, comme les restaurants, même si je suis parfaitement vacciné. »

    https://www.theguardian.com/world/2021/may/12/indian-covid-variant-calls-in-question-17-may-reopening-in-uk-say-experts

    J'aime

    1. Ben voyons… Stop&Start à l’infini… Même si vous êtes vacciné !

      C’est la meilleure preuve qu’il ne faut pas mettre un doigt dans leur machine à nous broyer !

      Où alors on peut leur faire un doigt !

      Mais pas plus…

      J'aime

    1. Ouais, SN aussi, nous a déjà montré ses limites, hein ?

      Partout, le narratif de la peur, s’effondre.

      En France, seuls 10% de la population a reçu ses 2 doses…

      Il y a plein de moyens de résister, et pour les traines savates que nous sommes, trainer des pieds (ou des sabots) en est un !

      J'aime

      1. Certes, mais si leur poison est auto-dissiminant il faudrait que les vaccinés cannent rapidement.

        J'aime

    1. https://jbl1960blog.wordpress.com/2016/02/03/le-cas-zika/

      Le site Les Moutons Enragés tient un dossier à jour et très complet sur le sujet ; http://lesmoutonsenrages.fr/2016/01/31/le-virus-zika-vendu-en-ligne-et-autres-petites-infos-interessantes-sur-ce-virus/

      Il ne faut pas beaucoup chercher pour en apprendre plus sur ce fameux virus qui fut découvert en 1947 chez un singe macaque rhésus, lors d’une étude de la fièvre jaune dans la forêt Zika, au bord du lac Victoria sur la presqu’île d’Entebbe en Ouganda, d’où son nom, comme l’explique la page Wikipedia dédiée au sujet. Quand à savoir comment ce virus à débarqué des années plus tard au Brésil, allant jusqu’à atteindre le seuil pandémique puisque celui-ci se répand à travers la planète, personne ne le sait, officiellement… Étrangement, le point géographique considéré comme étant l’épicentre du virus Zika au Brésil, est également celui dans lequel des moustiques génétiquement modifiée ont été libérés par le laboratoire Oxitec comme l’explique cet article de Zero Hedge. Ce moustique a été créé pour endiguer une épidémie de dengue qui multipliait les victimes, sa création avait pour but de réduire les populations de moustiques, vecteurs de transmission, en les empêchant de se reproduire.

      Quand aux âmes bienveillantes qui ont décidé d’utiliser les moustiques OGM pour lutter contre la dengue, moustiques suspectés de répandre le virus Zika, c’est également une fondation, et pas n’importe laquelle: La fondation Gates.

      Ces deux noms, que cela soit Rockefeller comme Gates, sont liés à des idées eugénistes, les auteurs reconnaissent même et assument leurs propos sur le sujet.

      Il n’y a vraiment pas de hasard…
      Juin 2016…

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s