« RESET » – Ou le coup de grâce de la Couronne à l’Humanité ? Société anonyme, mars 2020

Tout ayant été déjà annoncé, tout se passe comme prévu !

terre vs coronavirus

Ou presque…

Je vous rappelle ce texte, qui figure page 80 du dernier PDF que j’ai constitué sur l’Expérience d’Ingénierie Sociale PLANétaire en cours au Sars-Cov-2 ou Coronavirus/CoV19 à retrouver dans mon DOSSIER SPÉCIAL CORONAVIRUShttps://jbl1960blog.files.wordpress.com/2020/05/dossier-coronavirus-cov19-jbl1960-maj-de-mai-2020.pdf

global reset

Reset

Ou le coup de grâce de la Couronne à l’Humanité ?

Société anonyme – Mars 2020

Nous y sommes.

À l’instant zéro de la chute où le sort dépend du réflexe adopté. Peu importe le scénario ou l’élément déclencheur que nous envisagions. Nous voici devant l’évènement qui nous a tous, qui que nous soyons et quelles que soient nos croyances, depuis tant d’années réunis dans l’intention commune de comprendre et de vaincre la menace à laquelle nous sommes confrontés. Il y aura « un avant et un après », comme dirait l’autre. Et il semble déjà évident que l’ancien paradigme ne sera jamais plus. Nul ne peut toutefois prédire le succès ou l’échec de cet incroyable coup de poker tenté par les mondialistes.

Nous vivons en effet un véritable saut de conscience. Un espace-temps de révélations sur soi, sur les autres et sur le monde sans précédent récent dans l’Histoire humaine. C’est une occasion propice à redécouvrir notre âme d’enfant, dépourvue d’œillères et de préjugés. Cette invitation peut sembler frivole ou anodine, mais il s’agit d’un état d’esprit utile à mieux cerner ce qui va suivre.

Outre l’attentat sous faux-drapeau que l’on sait, le 11 septembre 2001 fut un sacrifice rituel de masse, ayant sur le plan occulte préparé la réalisation des guerres spoliatrices et des lois liberticides qui ont suivi. De plus grande envergure et plus perverse encore, cette nouvelle attaque envers l’Être Humain nommée coronavirus doit être comprise à plusieurs niveaux.

S’il est impossible à ce stade d’être catégorique au sujet de l’origine de cette affection, le passage progressif d’un discours de déni de la part des autorités, tandis que l’épidémie se propageait et que rien n’était fait pour l’endiguer, à un réveil interventionniste aussi martial que tardif, semble suivre un fil chronologique similaire d’un pays à l’autre. Dans un premier temps, il consiste à nier toute présence de la maladie jusqu’à ce qu’un certain nombre de personnes en soient atteintes. Puis, dans un second temps, à déclencher une psychose médiatique entretenue par les injonctions paradoxales des gouvernements. Et enfin, au sabordage des libertés publiques et de l’économie, une fois l’opinion portée au niveau de sidération et d’état de choc permettant tous les abus. Ces narratives croisées offrent un bon indicateur de l’« après » que nous prépare la mafia financière. L’attaque à notre égard est, quoi qu’il en soit, déjà caractérisée.

Elle est d’abord bien sûr physique. Même si une dépopulation massive semble à ce stade écartée, la forte contagiosité de cette affection ainsi que l’absence de moyens de prise en charge suffisants en font une menace graduée selon l’état des individus, et pouvant occasionner des séquelles encore méconnues. De quoi faire exploser l’hôpital public depuis longtemps au bout du rouleau, et laisser sur le carreau des patients livrés à eux-mêmes, comme en d’autres circonstances les habitants de Lubrizol ou de Saint-Martin. Mais il s’agit aussi d’une offensive morale, visant à nous faire accepter comme la nouvelle norme sociale de laisser mourir les plus faibles. D’une sur-sollicitation émotionnelle, alimentée par des citoyens eux-mêmes, peu conscients du mécanisme de prédation à l’œuvre, et appelant à toujours plus de contrôle public au lieu d’agir selon leur propre sens de la responsabilité personnelle.

L’effondrement économique présenté comme une conséquence de cette crise était déjà latent depuis des années. Il n’attendait qu’un bouc-émissaire de dimensions suffisantes pour y adopter la technique du passager clandestin. Tandis que se tenaient l’Event 201 et les jeux militaires de Wuhan, nombre de patrons de grandes firmes états-uniennes ont opportunément quitté leur poste avant la tempête. Une manie semble-t-il par les temps qui courent. Du point de vue économique, nous avons probablement affaire au plus grand délit d’initiés de l’histoire de la finance, ainsi qu’à la fin de partie pour les petits parieurs à ce jeu de dupes. Le renflouement des pertes privées par les fruits du labeur public est un aspect trop évident, et hélas bien connu, de cette manœuvre pour qu’il soit nécessaire de s’y attarder. Cette fois cependant, les devises dévaluées suite à l’actuelle émission désespérée de liquidités factices par les banques centrales, cèderont place aux monnaies mondiales de type Une nouvelle finance grâce à la Blockchain : la solution DeFi s'offre à  vous!« blockchains », dont la technologie permettra par ailleurs la disparition des rapports contractuels et légaux que nous connaissions. Le « grand reset économique » dont parlait Lagarde en 2014. Mais qui ne constitue toutefois qu’un volet d’une opération plus vaste.

Car en plus de ce gigantesque hold-up, nous assistons ici à une tentative de coup d’état planétaire coordonnée par les pays de l’OTAN, visant d’une part au renforcement des prérogatives d’instances supranationales comme l’OMS, ainsi qu’à l’instauration d’un état policier mondial, dont les fonctions régaliennes privatisées reviendraient à un consortium de quelques possédants de la totalité du capital. L’opportuniste et énième atteinte au droit du travail observée en France témoigne d’ailleurs en ce sens.

L’attaque est aussi sociale et psychologique, avec pour but de modifier en profondeur notre rapport à l’altérité. Cet aspect constitue l’un des piliers du système s’établissant sous nos yeux : l’extension du domaine de la biopolitique jusqu’à pouvoir permettre aux « administrateurs » de superviser à distance toute interaction humaine. Cette injonction à la « distanciation » de rigueur n’est pas une simple mesure prophylactique, mais un conditionnement plus insidieux à une peur de l’Autre vouée à s’inscrire dans le temps.

Ce réveil de peurs ancestrales induit une expérience à grande échelle de dissociation entre l’intellect et le soi profond. L’état de conscience altérée ainsi obtenu permet une programmation mentale à-même de nous faire, y compris sans le vouloir, adhérer à un système combinant le darwinisme social à l’anglaise avec un auto-flicage citoyen calqué sur le modèle chinois.

Autre aspect : cette « quarantaine », véritable chantage à la soumission, est une épreuve contre-initiatique générale censée favoriser l’acceptation future du fameux vaccin avec nano-puce intégrée. Mais ce dernier ne serait que le chaînon manquant au continuum électromagnétique déjà existant, depuis la haute atmosphère avec notamment le projet « Starlink », aux écrans de toutes sortes en permanence intercalés entre nos yeux et le monde, en passant par les antennes-relais et bornes 5G, et jusque dans notre sang et dans nos cellules via les nanoparticules. Ces technologies combinées ont pour objectif le contrôle total des individus, devenus dépendants pour chaque aspect de l’existence d’un laisser-passer soumis à strictes conditions.

Dans cette optique, le confinement actuel (Mars à Mai ► 55 jours) a pour objet d’affaiblir au maximum le degré de présence à soi d’individus restés le plus longtemps possible absorbés par l’écran, afin d’obtenir le consentement du plus grand nombre à cette ultime atteinte à notre intégrité. Traçabilité totale du cheptel évoquée en 2009 par Jacques Attali sur Public Sénat. Les ondes émises par nos appareils et leurs relais réalisent déjà doucement le tri entre les citoyens du « meilleur des mondes » et ses futurs sauvages. Nombre d’observateurs ont de longue date alerté sur cette perspective bientôt devenue réalité.Romain Lardanchet Mecamorphes

De la grande Babel mondiale de demain, où le Verbe n’aura plus cours car il sera devenu impossible de se comprendre, nos prédateurs espèrent tirer leur « moisson d’âmes » par une perpétuelle succion énergétique d’individus parqués dans une dimension artificielle, d’inspiration luciférienne, la fameuse « huitième sphère » prophétisée par Steiner : notre cher et tendre Internet… Toute la facticité déjà palpable de notre environnement n’est encore qu’un prélude à cela. D’autres étapes sont nécessaires à son véritable avènement.

Afin de parvenir à leur but, les ouvriers de ce projet doivent provisoirement abandonner tout contrôle de la situation. De façon délibérée. Ils doivent sur un plan occulte éprouver et faire éprouver aux sujets de leur expérience le « lâcher-prise » destiné à leur apporter ensuite plus de pouvoir. C’est dans ce contexte qu’est programmé le chaos complet dont nous assistons aux prémices.

La question est maintenant de savoir comment tournera leur « œuvre ».

Notre progressive chute spirituelle, ou si l’on préfère la diminution de la résonance de nos intentions dans l’univers, ne concerne pas uniquement les masses endormies par la télé, par les drogues ou par tout le reste, mais aussi nos prétendues « élites » cherchant à concrétiser un plan conçu en d’autres temps, par des initiés beaucoup plus puissants que ne le sont les apprentis sorciers d’aujourd’hui. Et si le plan s’était jusqu’il y a peu déroulé sans trop d’accrocs, un certain nombre de couacs et d’incohérences se sont multipliés au cours des dernières phases de son déroulement.

Selon l’antique principe de correspondance : « ce qui est en haut est comme ce qui est en bas ». De fait, la division semée pour mieux dominer les peuples se retrouve aussi dans les dissensions de leurs jeux de pouvoir. Et nous glanons ainsi, à la faveur de leurs luttes intestines, de plus en plus d’informations sur leur tournure d’esprit, leurs méthodes, les armes dont ils disposent, mais encore la connaissance ancestrale de certaines propriétés de l’esprit Humain. Citons pour mémoire l’exposition de scandales politiques, sexuels ou financiers, de systèmes de fraude et de corruption généralisés, les conditions de vie dans les camps nazis, soviétiques et amérindiens. Les expériences de Stanford, de Milgram, les opérations psychologiques des réseaux Gladio, ou encore les manipulations plus subtiles de notre psyché par le biais des programmes MK-Ultra… Nous aurons appris à bien nous connaître avant d’en arriver où nous sommes.

Conscients d’être engagés dans une course contre la montre avant l’inéluctable éveil des peuples, les dirigeants mondiaux se voient obligés de recourir à l’arme désespérée d’une menace génocidaire pour une chance unique de s’emparer d’un pouvoir total. Celui-ci n’est pourtant qu’un piège dans lequel beaucoup d’empires ont vu le commencement de leur déclin. Toute quête d’absolu finit par se diluer dans l’espace où elle se déploie. Ainsi, tenter d’incarcérer certaines dimensions de l’Être peut constituer une occasion à double tranchant de les lui révéler.

Tout dans l’univers est ambivalent. Vie et mort ne sont pas deux états distincts, comme nous le nous représentons par habitude ou besoin de réconfort, mais deux dynamiques complémentaires, consubstantielles à chaque forme manifestée. Les dirigeants le savent depuis des lustres et font le pari que l’ignorance paralysera la plupart d’entre nous. S’il est probable que devant le simulacre de fin du monde qu’ils nous font passer, un nombre non négligeable de personnes demeure tétanisé, il est non moins possible que l’occasion permette à d’autres de découvrir l’aspect multidimensionnel de la supercherie en train de se jouer. Que le fameux « après », constamment brandi pour nous maintenir à genoux, n’est qu’une fable dont s’effiloche la consistance devant l’instant présent, comme un rêve semble perdre toute logique à l’approche de notre réveil.

Le résultat en sera probablement différent d’un individu à l’autre. Mais chacun de nous est appelé en cette période à prendre conscience qu’il « est » bien davantage que ce que son intellect l’avait porté à croire. Nous ne pouvons encore deviner la forme des pousses aujourd’hui en germe. Si, en apparence, la programmation à l’égoïsme est effectivement présente, quelque chose d’autre, d’inconnu à beaucoup et d’imprévisible par nature, est en train de s’épanouir au fond de nos tripes et de notre cœur. C’est notre enfant intérieur qui crie sa joie et clame sa vérité. Je crois que c’était dans « Anna Karénine », que Tolstoï disait des gamins  qu’ils savaient déceler le mensonge mieux que le plus futé des adultes. Ce n’est peut-être qu’un signe, mais je n’ai jamais croisé tant de personnes souriantes et ouvertes d’esprit que depuis le début du confinement. Nous qui ne marchons plus dans leurs combines et qui refusons d’abdiquer toute raison face à l’absurdité qui prédomine, aujourd’hui, même à deux, cinq, dix mètres de distance ou séparés par une patrouille de flics, commençons à nous reconnaître au premier coup d’œil dans la vraie vie.

Les marionnettistes ont lancé leurs dés en comptant sur la panique et l’obéissance pour alimenter leur machine folle. Mais si la mise leur semble pour le moment gagnée, il s’agit d’un pari dont le résultat échappe à tout pronostic. Car durant ce laps de temps incertain où nous sommes entrés, notre destin n’est actuellement plus aux mains de quiconque, et rien d’autre n’est maîtrisable que notre attitude intérieure devant ce qui arrive. Ce point précis est celui à partir duquel leur empire peut s’effondrer comme un château de cartes. Si nous croyons en leur victoire, celle-ci sera. Mais si nous regardons le caractère fictif et dérisoire du théâtre d’ombres où ils entendent régner, alors celui-ci s’évanouit et laisse apparaître, inextinguible, la liberté.

Nous qui sommes conscients de l’abîme où se précipite en ce moment l’Humanité, notre rôle n’est plus désormais d’alerter quiconque ou de « résister » à ce qui s’en vient, mais d’accepter pleinement la nécessité de ce qui arrive, même si et justement parce que nous n’en concevons pas la finalité. Observons l’incroyable façon dont se révèlent les rapports de causes à effets : c’est peut-être dans le sentiment de petitesse qui nous envahit que se trouvent ouverts tous les possibles. Considérons avec ce regard comme la perspective de disparaître nous rend à la fois étranges les uns aux autres et plus que jamais semblables. Nous nous découvrons comme autant de reflets d’une même lumière originelle. N’est-ce pas déjà magnifique ?

Rien n’est bien sûr écrit d’avance. Mais si ce projet semble bien parti pour connaître son sacre, ce ne sera que pour mieux dévoiler l’étendue de son imposture. L’“immortalité” numérique, ou encore une hypothétique moisson d’âmes, obtenues par des technologies n’équivalent en rien à l’abandon librement consenti d’un esprit conscient. Tout au plus engendreront-ils quelques générations spontanées de clones incapables d’esprit créatif, jusqu’à ce que notre planète s’ébroue, et ne laisse de tout ceci qu’une mince poussière la recouvrir. Il apparaît en outre nécessaire à notre éveil non plus individuel, mais collectif, que ce plan s’accomplisse ; que le mal se manifeste dans toute son étendue, et que nous l’observions bien en face pour le dissoudre. Certaines choses ne nous seront révélées que dans la douleur. Mais la lumière ne va jamais sans l’ombre. Et la souffrance n’est-elle pas le commencement de l’élévation ?

4ECHIQUIERS

Esquissons la perspective par une image. Admettons que l’espèce Humaine fasse l’objet d’une partie d’échecs entre Dieu et Diable, dont nous serions chacun les pions. Au point où nous en sommes, notre défaite semble certaine, car il ne reste de notre côté que le roi, et que celui-ci se trouve cerné par l’adversaire. Nous devons conserver notre équanimité malgré l’apparence, car il se peut qu’au prochain mouvement, le diable nous immobilise sans nous mettre en échec. Et qu’il enrage jusqu’à la fin des temps d’avoir investi tant de forces dans un jeu à somme nulle.

Chacun d’entre nous a sa part dans cette bataille dont l’entendement nous dépasse. Et la Nature elle-même nous parle, communique sa vérité vivante à toutes nos cellules, vibre à l’unisson de nos âmes. Son chant résonne du fond des âges pour nous rappeler l’ordre véritable auquel nous appartenons. Les cris d’agonie du « monde » en train de se perdre n’auront qu’une prise éphémère, vite assourdis par la réminiscence jour après jour plus sensible de nos mémoires organiques, et de leur irréductible appel à nous unir.

L’heure n’est décidément plus à se craindre, mais à s’aimer.

Société anonyme – mars 2020

cueillirlesetoiles

Je ne vais rien rajouter ayant presque déjà tout dit, ici-même, depuis 5 ans sinon vous inviter à nous rejoindre pour semer les graines du futur, cueillir les étoiles, avancer sur le chemin de la société des sociétés vers son Humanité réalisée, achevée et enfin révélée…

JBL1960

P.S. : Invitation au voyage de lecture avec l’espoir de s’y retrouver ► BIBLIOTHÈQUE PDF

94 réflexions sur « « RESET » – Ou le coup de grâce de la Couronne à l’Humanité ? Société anonyme, mars 2020 »

  1. Je me suis contenté de l’article pour la lecture mais le PDF est mis bien au chaud.

    « Je ne vais rien rajouter ayant déjà presque déjà tout dit »

    Je rajouterais juste ceci, merci.

    J'aime

      1. RooOoor, tu te fais des spéciales dédicaces ?
        T’as raison, on n’est jamais mieux servi que par soi-même, pis parfois on arrive à transmettre une pépite, alors !…

        Chui sur un petit PDF de récupération d’un article censuré !

        J'aime

  2. Car en plus de ce gigantesque hold-up, nous assistons ici à une tentative de coup d’état planétaire coordonnée par les pays de l’OTAN, visant d’une part au renforcement des prérogatives d’instances supranationales comme l’OMS, ainsi qu’à l’instauration d’un état policier mondial, dont les fonctions régaliennes privatisées reviendraient à un consortium de quelques possédants de la totalité du capital. L’opportuniste et énième atteinte au droit du travail observée en France témoigne d’ailleurs en ce sens.
    =*=
    Je rappelle que ce texte a été écrit en mars 2020 !

    Hold-Up, film en sortie nationale 11 novembre. Pourquoi j’ai produit ce film par Christophe Cossé ?

    Pourquoi j’ai produit ce film ?

    Ce qui me vient en premier à l’esprit, c’est cette phrase de Kierkegaard :

    « Il s’agit de comprendre ma destination, de voir ce que Dieu veut proprement que je fasse. Il s’agit de trouver une vérité qui soit vérité pour moi, de trouver l’idée pour laquelle je veux vivre et mourir».

    Avec cette singulière crise politique qui remet en cause bien des principes de notre humanité, et que maquille la préoccupation sanitaire, nous sommes parvenus à l’heure des choix. Dès lors, avec nos connaissances et notre conscience, à quoi sommes-nous prêts à renoncer ? Devons-nous céder à la peur, au besoin de sécurité, ou préférer embrasser la vie et la liberté ? Ma démarche, notre démarche commune tant avec mes coproducteurs qu’avec toutes celles et ceux venus témoigner, c’est avant tout d’avertir sinon d’alerter, d’interpeller, d’informer le plus grand nombre.

    L’épidémie et son traitement ont tout d’une intrigue dramatique. Cet évènement épidémique révèle en définitive une crise profonde, révélatrice de l’état actuel de notre société, de ses institutions et de sa culture. On y découvre non seulement le pouvoir de la presse, désormais inféodée au pouvoir par le jeu des actionnaires qui la détiennent, mais aussi la puissance des réseaux sociaux qui véhiculent tant le relais de cette dernière, qu’un contre-pouvoir raillé par la censure, mais ô combien salvateur pour la connaissance et la liberté d’expression ou d’information.

    L’issue de cette épidémie, somme toute habituelle et saisonnière, présente donc en quelque sorte les deux genres aristotéliciens: la tragédie de l’humanisme ou l’épopée d’un renouveau. Gageons qu’elle débouche sur le renouveau. D’autres y voient une dimension biblique.

    C’est donc une question de choix, d’élan instinctif, d’appel ce qui m’a poussé dans ce film. Et aussi parce que le scénario qui se déroule sous nos yeux mérite un témoignage. Sans prétention aucune, je me réfère à Alexis de Tocqueville : « ce qu’il y a souvent de plus difficile à apprécier et à comprendre, c’est ce qui se passe sous nos yeux.»

    C’est la base du film, nous évertuer à comprendre : les mensonges, la manipulation, l’ingénierie sociale, la corruption. Il faut bien se figurer que la privation de nos droits, de nos libertés, de nos choix est un hold-up. Nous aurions pu l’intituler « Coup d’Etat ».

    Nous sommes en fin de cycle, tout va très vite, et se radicalise. Il n’y a plus d’espace d’échange, de réflexion, de pensée. Pour Pierre et moi, comme pour Nicolas, il n’était pas envisageable de ne rien faire. Et nous prévoyons même de continuer à filmer et à suivre l’actualité, car nous pressentons un changement fondamental dans notre humanité. Notre actualité sociale et politique nous y ramène. Le président Macron a décidé de confiner derechef sa population pour six semaines.

    Nouvelle étape du scénario.

    La lecture des derniers relevés hebdomadaires de l’OMS et du Centre européen de prévention et de contrôle des maladies, permet clairement de constater que tous les pays ayant pratiqué le confinement ont eu les pires résultats dans le degré de résilience de leur population au COVID-19.

    Le taux de mortalité est établi à 0,15%. Plus de 98% des individus ayant contracté le virus guérissent. Le nombre de morts associés abusivement au Covid reste encore deux fois inférieur à celui des erreurs médicales ou du tabac.

    Outre que le fait de confiner toute une population saine et non malade a été et demeure une première dans l’histoire de l’humanité, toutes les études qui ont été produites depuis le premier confinement rejoignent les conclusions des précédentes, à savoir l’inefficacité de cette mesure. Serait-elle politique ?

    L’OMS vient, il y a quelques semaines à peine, de convenir de son inefficacité et de son inutilité. On se souvient pourtant de cette étude de Neil Ferguson, de l’Imperial College, qui prévoyait plus de 500 000 morts en Grande-Bretagne, et 10 millions de victimes en Afrique, dont s’inspiraient l’OMS et les dirigeants occidentaux dans leur décision de confiner alors que l’épidémie était déclarée.

    Ce même épidémiologiste, qui, dix ans auparavant, lors de l’épidémie de la grippe A (H1N1), avait également envisagé un désastre sanitaire de plus de 60 millions de victimes dans le monde. A l’époque, le rapport du Sénat (2010) avait clairement dénoncé l’irrationalité de ces analyses, la dérive de la politique sanitaire et avait surtout mis en lumière les conflits d’intérêts qui semblaient régir cette dernière.

    Malgré cela, notre gouvernement, après s’être défendu à maintes reprises de l’envisager, l’a confirmé, ce nouvel emprisonnement. Il avance même de surcroît vouloir y associer quelques autres mesures coercitives, tout en dénonçant l’irresponsabilité, sinon l’incurie, de ceux qui s’y opposent.

    Ce nouveau confinement a été officiellement décrété en conséquence de l’importance du nombre de cas de contaminations et du nombre de malades admis en réanimation. Le seuil de 60% des lits occupés a ou aurait été franchi.

    Or, il serait bon de remettre en perspective les données sanitaires des cinq années précédentes pour constater que nos services hospitaliers sont toujours saturés à cette période de l’année, tant pour d’autres coronavirus, que pour la grippe ou des problèmes respiratoires. Il est éloquent de rappeler que notre Ministre de la Santé a lui-même participé à la faillite de notre système de santé, en soutenant la politique de réduction des lits en milieu hospitalier, ce qui provoque depuis quelques années déjà, l’engorgement des services de réanimation.

    Il serait également bienséant de préciser, dans un souci de transparence et d’honnêteté, que le nombre de patients en réanimation tient aussi compte du nombre de patients en soins intensifs dans le privé. Toutefois, dans le calcul de Monsieur Véran et de son Comité scientifique, on compte les malades du privé, mais pas le nombre de lits; simple tour de passe-passe pour permettre d’augmenter le taux d’occupation en réanimation et de justifier la peur, la panique ou la terreur. Etrange pour des médecins.

    Que dire du bilan médical des malades admis en ce début du mois de novembre en réanimation ou en soins intensifs, si ce n’est un profil type d’individus de plus de 65 ans affectés par la comorbidité, victimes de saturation de leur système immunitaire ?

    Que dire du nombre réel de victimes du Covid alors que l’on recense comme tels les décès dus aux maladies cardio-vasculaires, aux cancers, aux diabètes ?

    Que dire du nombre réel des cas de contaminations, avec un moyen de dépistage peu fiable et trompeur et dont la sensibilité vient d’être augmentée aux dépens de sa déjà faible efficacité ?

    Que dire du gouvernement, qui, après avoir constaté il y a six mois la saturation de nos services publics hospitaliers, n’a pas investi pour de nouveaux lits en réanimation ?

    Serait-il utile d’expliquer enfin pourquoi aucune autopsie n’a été diligentée ?

    Que dire de la médecine libérale, sans moyens d’agir sur la prophylaxie de la maladie, privée d’hydroxychloroquine, d’azithromycine, de macrolides ou de C3G ? En les coupant de leurs moyens, le gouvernement favorise l’orientation des soins vers l’hôpital.

    De tout cela il n’est point question. Le gouvernement semble suivre sa propre feuille de route, sur cette deuxième vague et son confinement finalement induit, annoncés depuis le mois d’avril. Alors s’ils savaient, pourquoi ne pas avoir agi ? Une fois de plus ?

    Ce choix d’un deuxième confinement n’est pas qu’un révélateur de l’échec de notre politique sanitaire. C’est la confirmation d’une grave et profonde crise institutionnelle et démocratique. L’état d’urgence sanitaire est anticonstitutionnel et illégal. Les élections municipales se sont déroulées hors du cadre constitutionnel. Le Conseil constitutionnel est en sommeil, prié par le gouvernement de se confiner également, les deux chambres sont au ralenti, les textes sont examinés par 10% des députés, l’exécutif détient les pleins pouvoirs, et nos libertés sont à nouveau restreintes comme jamais dans un cadre de paix.

    L’état d’urgence sanitaire ne respecte nullement les applications de l’article 16 et de l’article 53 de la Constitution, le rendant anticonstitutionnel et illégal.

    Au niveau des institutions, ce qui a aussi changé, dès le début de la crise, c’est que le gouvernement s’est doté d’un Conseil scientifique dont les membres sont majoritairement proches des laboratoires pharmaceutiques. Il existe pourtant des organismes réputés et sans doute plus indépendants comme l’INSERM, le CNRS, les académies de médecine, de pharmacie, ou de vétérinaires… ?

    Avec ce nouveau confinement, le gouvernement restreint une nouvelle fois nos libertés. Une nouvelle fois, elles sont bafouées et notamment, la liberté d’aller et venir, la liberté d’entreprendre et la liberté de réunion. Mais d’autres plus individuelles.

    La liberté d’aller et venir existe en pratique depuis la fin du servage en France. Elle apparaît dans les textes en 1315, sous Louis X. Le décret royal précisait :

    “ Toute créature humaine doit généralement être franche par droit naturel. Le Roi condamne avec énergie le joug et la servitude, qui est tant haineuse et fait qu’en leur vivant, les hommes sont réputés comme morts et, à la fin de leur douloureuse et chétive vie, ils ne peuvent disposer ni ordonner des biens que Dieu leurs a prêtés en ce siècle.”

    La liberté d’entreprendre est plus récente. Elle date de la Révolution française. Le décret d’Allarde de 1791 autorise tout citoyen à exercer le métier ou le négoce qu’il veut, pourvu qu’il paie ses impôts. Cela permettait d’échapper à la logique des corporations et de rang social où vous étiez plus ou moins lié par ce que faisaient vos parents avant vous. Il ne semble pas que cette liberté d’entreprendre ait connu jusqu’ici de restriction ou d’interdiction.

    Puis la liberté de réunion, comme la liberté d’expression, sont des libertés fondatrices de la IIIème République. Elles marquent le droit d’exprimer son désaccord avec le pouvoir en place. Elles ont permis la création des syndicats par exemple.

    Les médecins sont désormais censurés lorsque leur parole publique ne fait pas écho à la politique dominante, et même sur les réseaux sociaux, la police de la pensée s’installe.

    Toutes ces libertés ont été acquises de haute lutte dans les larmes et le sang, souvent par des personnes très jeunes qui ont généreusement donné leur vie pour leurs idéaux afin que d’autres puissent en bénéficier. Et pourtant, nous demeurons contraints dans nos libertés, sans réagir, affichant par là-même notre degré de consentement.

    « Celui qui contrôle la peur des gens devient le maître de leurs âmes » écrivait Machiavel dans Le Prince.

    Enfin, une liberté très singulière et fondamentale dans le droit naturel humain a été violée, celle de la tendresse, du toucher, de l’attention. Sous la menace de la force en plus d’un décret, il a été interdit aux proches de visiter leurs parents. On a laissé mourir nos anciens, ils ont été cloisonnés, enfermés dans leurs EHPAD, interdits de sortie, de visite, de tendresse, de soins. Un premier pas vers l’euthanasie.

    Mais le pire à mes yeux est de ne pas avoir la liberté de mourir. Le deuxième pas vers l’euthanasie a été franchi ; sa légalisation a été effective par le décret du 28 mars, autorisant les médecins à utiliser le Rivotril pour « accompagner » les patients. Ce décret a été abrogé par un nouveau le 10 juillet. Le pays des droits de l’Homme ?

    Le mépris du genre humain.

    Sous le prétexte de cette épidémie dont seuls les messagers de l’idéologie sanitaire autoritaire martèlent son danger, il convient de nous surveiller, de nous diriger, de nous contraindre à une société de surveillance et de soumission. De là découlent ces délicieuses valeurs nouvelles que sont la délation, la dénonciation, le repli sur soi. Les valeurs humanistes sont menacées d’implosion, on ne parle plus d’éthique, de morale ou de respect, mais d’obéissance, de protocole, de menaces et de peurs. Un véritable cheval de Troie pour notre humanité que ce coronavirus.

    Ainsi, se profile la vaccination massive, et son corollaire, le fichage de chaque individu. En France, en Europe, mais dans le monde entier, au prétexte d’un virus pas plus offensif qu’un autre COVID saisonnier. Quelle incroyable et phénoménale entreprise de manipulation globale, au service d’une sombre idéologie, qui avant d’accomplir son dessein, distille la peur, la menace et la confusion afin que chacun perde ses repères pour mieux embrasser le pouvoir et l’autorité dans une servitude volontaire et rassurante. Je cite à nouveau Alexis de Tocqueville,

    « ce qu’il y a souvent de plus difficile à apprécier et à comprendre, c’est ce qui se passe sous nos yeux. »

    Cet état d’urgence sanitaire est une aussi une catastrophe économique et sociale qui peut déboucher sur une crise économique puis politique majeure.

    Au moins 400 000 PME ont dû fermer, soit environ 4 millions de personnes au chômage, sur les 10 ou 12 millions d’indépendants, combien vont pouvoir reprendre une activité ? Combien d’entre nous vont gonfler le nombre déjà exorbitant des personnes vivant en deçà du seuil de pauvreté, qui a été réévalué à 10 millions de personnes en France ? Combien de milliers de personnes vont rejoindre les 5 millions de Français qui ont déjà recours à l’aide alimentaire ? Combien de nos compatriotes vont être délogés, rejoignant la triste cohorte des 900 000 SDF ?

    La loi du travail, les acquis sociaux ont déjà été revisités, corrigés, étirés. Avec la crise « sanitaire », tout employé ou salarié, au lieu de réclamer une augmentation ou une amélioration de ses conditions de travail ou de ses droits, va désormais réclamer du travail ou se plier à l’effort national, quelles qu’en soient les conditions. En majorité, il est assigné à résidence en télétravail, dans des conditions pour la plupart, d’inconfort. Dix points de PIB à rattraper…

    Ces événements actuels révèlent que l’on a glissé peu à peu vers une technocratie sanitaire, relayée par une presse qui paraît encore plus docile et inféodée au pouvoir. Ce pouvoir est lui-même de plus en plus gangréné par les conflits d’intérêts, et en particulier par le pouvoir des grands laboratoires, réputés pour leur corruption.

    Les scientifiques se font journalistes, sinon politiques, tout comme les journalistes se posent comme experts dans une émulation complice de coercition et de domination. Plus alarmant, les politiques deviennent quant à eux les communicants, souvent malgré eux, des puissances financières qui les soutiennent.

    Nos sociétés s’orientent-elles vers ce « biopouvoir » imaginé par Foucault ?

    Le philosophe voyait le pouvoir sur les hommes évoluer vers un autoritarisme de la santé. Il observait qu’après le pouvoir sur les âmes, par les ministres de l’Eglise illustré par le troupeau de brebis égarées, c’est sur l’humain que le pouvoir monarchique s’est exercé, avec le pouvoir de donner la mort. Après l’effondrement de la monarchie, il y eut toutes ces dérives autoritaires du 20ème siècle. Légitimées par le dogme visant à transformer l’humanité ou l’humain vers un monde meilleur, elles se sont illustrées dans la prise en charge de la vie, non plus des âmes, mais des hommes.

    Avec le biopouvoir, le dogme, c’est la santé ; il s’agit de prendre en charge d’un côté le corps pour le discipliner, et de l’autre la population pour la contrôler. L’élément commun au corps et à la population, c’est la norme. La norme statistique. C’est elle qui fait en sorte que ce biopouvoir s’exerce, de manière rationnelle, à la fois sur un ensemble statistique, c’est-à-dire une collectivité, et sur un individu.

    Et ce biopouvoir contrôle tous les mécanismes de la vie de l’individu dans la société : politiques, judiciaires, policiers, économiques, philosophiques.

    La question mérite d’être posée. En effet, non seulement des hommes d’affaires, des politiques et des médecins veulent imposer un type de traitement unique, la vaccination, sans passer par les règles démocratiques habituelles grâce à l’état d’urgence, mais de plus, chaque citoyen va devoir s’y soustraire au risque d’une mise au ban social. L’individu risque de perdre non seulement sa liberté, mais surtout sa souveraineté.

    Au-delà de cette sombre hypothèse, reprenons toute la terminologie, la sémantique pour ne pas dire la novlangue actuelle, en commençant par celui que nous entendons le plus : le confinement. Étymologiquement, on retrouve dans le confinement, le terme « finis » qui en latin signifie frontière, barrière, limite. Le confinement, outre sa définition médicale brandie par la gouvernance, signifie réclusion, internement.

    Enfin, employé au participe, le confiné est dit d’un espace qui manque d’oxygène, d’espace ou de nourriture.

    Il est aussi fait mention d’une « distanciation sociale » pour éviter la propagation du virus. Or il ne s’agit que de distanciation physique, mais on nous impose la notion de « social », car en effet, la barrière, la limite, la frontière imposée par ce confinement devient un mur entre nous. Tout contrevenant est sévèrement critiqué, dénoncé et voué aux sanctions administratives. La tendresse est déconseillée, sinon réprimée.

    Le port d’un masque est devenu obligatoire bien qu’il ait au préalable été déclaré inutile, et cet artifice est une autre barrière, un autre symbole d’enfermement.

    On évoque le traçage des individus, la recherche ou la poursuite des cas contacts, le passeport numérique de santé, les camps de quarantaine…

    Dans le discours ambiant, non seulement les termes sont vidés de leur sens premier, mais il ne s’agit pas de se fier à la vérité, comme le disait si subtilement Sibeth Ndiaye, mais « d’orienter la réalité pour faire accepter notre projet politique aux Français; cela ne relève pas du mensonge, mais de la désinformation positive ». Evidemment !

    Michel Onfray le rappelait dans son ouvrage « Théorie de la dictature », en rapprochant notre monde actuel de celui de 1984 :

    « On peut citer aussi l’inversion systématique du sens des mots, par exemple, la guerre c’est la paix, la haine c’est l’amour… qui reformate complètement les cerveaux ».

    Car, conformément au concept de solipsisme, c’est dans le cerveau de chacun que le monde existe, “et que le réel est une construction mentale”.

    Si la pensée est donc bien formatée, on ne voit plus que ce à quoi on croit.

    Déjà dans « Surveiller et punir », en 1975, Michel Foucault expliquait comment la propagation de la peste avait permis aux Etats d’imposer au XVIIe siècle des mesures coercitives à travers leur pouvoir de normalisation :

    « Espace découpé, immobile, figé. Chacun est arrimé à sa place. Et s’il bouge, il y va de sa vie, contagion ou punition […] Le rapport de chacun à sa maladie et à sa mort passe par les instances du pouvoir, l’enregistrement qu’elles en font, les décisions qu’elles prennent […] Derrière les dispositifs disciplinaires, se lit la hantise des contagions, de la peste, des révoltes, des crimes, du vagabondage, des désertions, des gens qui apparaissent et disparaissent, vivent et meurent dans le désordre. »

    Et ce qui se passe sous nos yeux, c’est également un exemple parfait des expériences de Milgram. Chacun a tendance, pour se rassurer, à se dépersonnaliser pour embrasser la cause de l’autorité. Qui forcément détient la vérité, qui forcément peut rassurer, qui forcément peut conforter et protéger.

    Il est plus rassurant de croire à une illusion qui rassure qu’à une vérité qui dérange. C’est entre autres une question de champs d’information. Pour celui ou celle qui n’a pas l’accès à un champ d’information différent de celui sur lequel il s’est construit, ou celui sur lequel on l’a construit, il y a distorsion, coupure, rejet. C’est en cela qu’il est difficile de faire comprendre à nos concitoyens les véritables contours de ce script.

    C’était la triste situation de nombreux pays au XXème siècle, dont on espérait pourtant ne pas reproduire les erreurs à notre époque :

    Quand tout le monde vous ment en permanence, le résultat n’est pas que vous croyez ces mensonges mais que plus personne ne croit plus rien. Un peuple qui ne peut plus rien croire ne peut pas se faire une opinion. Il est privé non seulement de sa capacité d’agir mais aussi de sa capacité de penser et de juger. Et, avec un tel peuple, vous pouvez faire ce que vous voulez”, disait Hannah Arendt.

    Par des techniques de manipulation bien connues de la PNL (programmation neuro-linguistique) comme la double contrainte, l’injonction paradoxale, l’ingénierie sociale, le saupoudrage, le discours ambiant associe manipulation, désinformation, et hypnose conversationnelle. Le piège fonctionne.

    La double injonction selon laquelle tout va bien mais en fait cela ne va pas est le pire qui soit pour tomber dans le piège de la peur et l’endoctrinement. C’était le premier stade de l’épidémie, on va quand même au théâtre ou au bureau de vote. A présent c’est l’inverse. Il ne se passe rien, mais on crie alerte. Le parfait système coercitif.

    On assiste aussi au système peur/ soulagement, bien connu sous le thème « good cop / bad cop ». Provoquer une crainte, une peur, par une mise en scène avec des dangers existants ou virtuels. Puis « en même temps », le locuteur ou son complice change de ton avec une ouverture possible. Ce n’est pas la peur qui provoque la soumission mais le soulagement. Et le soulagement, c’est la perspective du dépistage, du vaccin. Et en attendant on reste bien chez soi. Confiné. Emprisonné chez soi, en soi. Docile ?

    Car nul n’est obligé de s’y soumettre ! C’est l’heure des choix. Pour exister, un manipulateur a besoin d’un manipulé, tout comme un maître d’un esclave. Est esclave celui qui y consent. Allons nous consentir, allez vous consentir à vous soumettre ?

    « La vie vaut ce que nous sommes capables de risquer pour elle ». Il n’y a de liberté que par l’acte même de libération : celui qui ne veut pas risquer sa vie risque fort la servitude. Cependant, une fois maître, l’individu devient passif, inactif. C’est son esclave qui travaille, qui s’accomplit. Ainsi le maître devient dépendant du travail de son esclave, il devient l’esclave de son esclave, car c’est en travaillant qu’on atteint la liberté.

    Tous les pouvoirs, et de plus en plus ceux de la pensée, sont désormais attribués à la médecine et aux mains de celles et ceux qui la gouvernent, l’orientent. Faut il rappeler que c’est Rockefeller qui a racheté toutes les écoles de médecine aux Etats Unis dans les années 1920, afin d’y dispenser une médecine exclusivement allopathique afin d’écouler les produits chimiques provenant du pétrole, ce qui va constituer la base de la pétrochimie et de l’industrie pharmacologique.

    Il ne s’agit pas d’une médecine basée sur l’alimentation, pourtant premier principe d’Hippocrate, ou sur l’herboristerie, la phytothérapie, l’homéopathie, ou sur l’hypnose, la méditation ou la psychologie, la médecine chinoise ou ayurvédique, médecines traditionnelles à l’efficacité démontrée, mais il s’agit bien d’une médecine exclusivement allopathique. Une nouvelle religion qui n’en tolère pas d’autres.

    Désormais la santé n’est plus un bien, c’est devenu une valeur. Force est de constater que c’est aussi devenu un diktat.

    L’humanité doit accepter d’être soignée malgré elle, selon des codes ou des normes qui lui sont imposés. Une humanité confinée, contrainte, aux droits violés, mais protégée ! Pour appliquer un soi-disant principe de précaution, en réponse à une menace fantôme dont la virtualité ne s’inspire que de prévisions statistiques, que de calculs établis selon des modèles aux principes tronqués ou faussés, des projections qui ont été mises à mal par la réalité sanitaire. Cela n’a pas de sens. Un profond changement est en cours.

    Et pour mieux comprendre cette fin de cycle globale, qui appelle à ce bouleversement profond, quelle qu’en soit l’impulsion, faisons un retour en arrière.

    2019 était l’année de tous les dangers : risques bancaires avec de nombreux établissements en déroute, risques sur l’euro, économies au ralenti, manifestations sociales multiples fragilisant les pouvoirs en place. Et surtout, la fin annoncée du dollar, et l’avènement des cryptomonnaies.

    La situation bancaire était critique, en particulier en Europe et aux Etats-Unis. Les milieux financiers craignaient pour la survie de la Deutsche Bank et la Commerzbank en Allemagne, de l’Intesa San Paolo en Italie, ou de la Société Générale en France. Toute faillite aurait déclenché en effet un « Bank run » partout en Europe que seule une fermeture coordonnée de toutes les banques de la zone et l’instauration d’un contrôle des capitaux aux frontières pourraient éviter.

    Quand une banque importante fermera, on peut imaginer que toutes les banques de la zone euro fermeront. Que l’on se rassure, pour ces organismes qui constituent le fondement de notre « état », tout a déjà été mis en place légalement par la Directive BRRD européenne et Loi Sapin 2 pour pouvoir « chyprioter » nos comptes sous prétexte de nous protéger…. d’une catastrophe bancaire et économique.

    À la situation bancaire critique s’ajoutait le risque de l’éclatement de la zone euro. Depuis les élections italiennes en mars 2019, la probabilité d’une sortie de l’euro de l’Italie s’était considérablement accentuée. En parade, il était prévu de faire tourner la machine à billets, ce qui aurait fait perdre toute valeur à l’euro, et la dépréciation des actifs. Aujourd’hui, certes, on risque d’en arriver au même point… avant le grand saut ?

    A ce risque s’ajoutait également celui du système monétaire instauré depuis les accords de Bretton Woods, en 1944, visant à définir les grandes lignes du système économique et financier mondial, menacé par la nouvelle monnaie chinoise.

    Un éclatement du système monétaire sous la pression d’une nouvelle monnaie chinoise. La Chine a créé une nouvelle monnaie basée et convertible en or. Or l’avantage des US de posséder la monnaie mondiale est que cela lui a permis de financer ses déficits. Le modèle économique américain repose en effet sur un abus chronique de dette qui est achetée par les pays qui cherchent à recycler leurs dollars. La Chine a lancé une alternative monétaire au dollar, et de ce fait n’a plus besoin d’acheter des obligations américaines. Bras de fer pour le leadership !

    La guerre commerciale entre la Chine et les Etats-Unis était aussi particulièrement lancée, à coup de taxes, de protectionnisme et d’intimidations diplomatiques.

    Enfin, le risque de crise sociale inquiétante pour les pouvoirs, tant en France que dans le monde, représentée par des mouvements populaires spontanés (Gilets jaunes…) comme par des manifestations de corporations ou de métiers, tous debout contre des réformes jugées inadaptées, injustes ou forcées au nom du marché et de ses lois.

    Ainsi, ce choc anthropologique dont parlent à l’unisson les hommes politiques du monde entier que représente le Covid est une véritable aubaine.

    Ce virus de pangolin serait-il à ce point opportuniste ?

    Afin d’entrevoir ce que nous réserve l’avenir proche, faut-il s’inspirer des travaux du Forum Economique de Davos qui prône, comme le FMI, « The Great Reset », faut-il se tourner vers les principes collectivistes et transhumanistes de Bacon ou de Moore martelés par Attali et Minc ? S’inspirer de la Chine capitaliste autoritaire ?

    Nous sommes à l’heure des choix.

    Avec ce film, c’est un engagement pour la vie, le respect du vivant, mes enfants, parents, amis. Hymne à la vie, à l’amour, à l’âme humaine.

    Voir aussi le debriefing de Christophe Cossé – Auteur(s) : Christophe Cossé pour FranceSoir

    J'aime

  3. Voilà qui devrait plaire à mon Roseau…

    Une experte dénonce : il y a de plus en plus de cas de faux morts du Covid !

    La femme qui nous parle ici (et que j’ai relayé, presque dans sa totalité, ici-même, et pour qui j’ai un très grand respect, la généticienne Alexandra Henrion Caude) est Directrice de Recherche à l’Inserm et responsable du service des enfants malades à l’Hôpital Necker, associée à la très respectable Fondation Lejeune. Probablement pas une blagueuse. Elle est connue pour dénoncer les scandales cachés de la gestion du Coronavirus par le pouvoir.

    Et ce qu’elle nous annonce est effarant : on dénombre de plus en plus de cas de personnes décédées, que l’administration classe dans les morts du Coronavirus… mais qui ne sont pas mortes de cette maladie !

    FL24 n’est pas complotiste. Nous ne nous permettrons donc pas d’en tirer des conclusions hâtives. Mais les faits sont les faits, et cette femme est une experte. Notre silence prudent ne nous empêche pas d’avoir notre petite idée. Nous parions même que vous avez la même.

    Une affaire à suivre avec la plus grande attention. Partagez cette vidéo autour de vous et, si vous avez, dans votre entourage, des cas du même type, faites-le savoir le plus vite possible. Il faut que la lumière soit faite.

    J'aime

    1. PREUVE que le Véran ment !

      C’est dans le cadre de la commission d’enquête à l’Assemblée Nationale sur la gestion de la crise sanitaire par le gouvernement que le député LR Jean-Pierre Door a auditionné le mercredi 04 novembre Olivier Véran.

      Voici une des questions posées au ministre à cette occasion : “Que pouvez vous me dire sur la surmortalité invisible (cancer…) qui est occultée par la Covid-19 ? On a des certificats de décès que j’ai pu constater, des personnes très âgées, qui sont décédées, marquées Covid-19. Or, il n’y a jamais eu de COVID-19 chez ces patients. C’est le médecin qui a marqué ça, on ne sait pas pourquoi. Il y a une surmortalité qui existe dans les certificats médicaux.”

      Et voici ce qu’à répondu Olivier Véran : “En EPHAD, s’il y avait un cas Covid dans l’EPHAD, et donc il y avait une épidémie identifiée dans l’EPHAD, et qu’un décès était suspecté Covid, on l’identifiait et on le reconnaissait comme Covid, on ne faisait pas de PCR post mortem si c’est votre question ?”

      “Par contre s’il y avait quelqu’un qui mourrait d’une autre cause, d’un cancer, ou d’une autre pathologie et qu’il n’y avait pas de suspicion, ou lieu de suspecter un COVID, il n’y avait pas indiqué COVID…”

      https://covidinfos.net/covid19/oliver-veran-reconnait-que-les-deces-covid-en-ephad-ne-sont-bases-que-sur-des-suspicions-de-covid/2461/

      On le dit ici, depuis le début, Véran est un cyborg, et à même un petit côté « reptilien » en plus, comme son maitre ou son dieu !

      J'aime

  4. A l’aide des satellites équipés de laser, et coordonnés à la fibre optique donc rayon laser, et la 5G (via la fibre + ses antennes relais) ainsi que des caméras laser, notamment dans les villes, de surveiller tout individu à 1 km de ces caméras (jusqu’à 20 km est techniquement possible) où qu’il soit, en extérieur, en intérieur ou dans sa cave, de voir ce qu’il fait, et de le tuer si nécessaire pour la sécurité de la Kabbale…

    https://monde.taibaweb.com/index.php/2019/07/29/elon-musk-a-lance-12-000-satellites-5g-en-2018-et-veut-maintenant-mettre-des-puces-dans-des-cerveaux-humains-pour-2020/

    https://www.google.com/amp/s/indianexpress.com/article/technology/tech-news-technology/elon-musk-brain-computer-implanted-pigs-6574573/lite/

    https://blogs.mediapart.fr/abdel-b/blog/020819/des-lasers-pour-brouiller-les-cameras-de-la-police

    J'aime

    1. « 10ans »

      « Ils ont été interpellés hier au domicile de leurs familles puis relâchés au bout de neuf heures d’audition. »

      « L’un a, dit-il, répété ce qu’il avait entendu à la télé, par effet de groupe, les autres ont suivi. Ils se sont excusés »

      Dingue.

      J'aime

  5. Commentaire à vérifier mais plausible…

    Moi, je tiens de la fille d’une dame de 93 ans, au bout du rouleau et sans maladie, mais déclarée morte Covid, que les Ephad et hôpitaux touchaient une « participation aux frais » de 3.500 euros par cas déclaré Covid.
    Si c’est vrai, ça expliquerait bien des choses

    J'aime

    1. Tiens, l’imMonde à la rescousse ► https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2020/09/25/non-les-hopitaux-ne-recoivent-pas-une-prime-de-5-000-euros-lorsqu-ils-declarent-un-deces-du-au-covid-19_6053639_4355770.html (qui a touché 4 millions d’€ sur 5 ans de Bill Lapiquouze Gates) ;

      Et 20 minutes, aussi ► https://www.20minutes.fr/societe/2857543-20200909-coronavirus-non-hopitaux-francais-touchent-prime-5000-euros-lorsqu-declarent-deces-covid-19

      Quand c’est flou… C’est qu’il y a un loup !
      Là, y’a baleine sous gravillon !

      J'aime

  6. Un commentaire

    les partis politiques sont tous pourries corrompues que ce soit en Belgique en France ou partout ailleurs.
    Via C D
    BELGIQUE / L’AVOCATE NÉERLANDOPHONE CARINE KNAPEN S’INTERROGE SUR LE POURQUOI D’ACCORDS PRIS EN 2016 PAR ALEXANDER DE CROO ET MAGGIE DE BLOCK AVEC L’OMS SUR LE PLAN « IMMUNISATION 2030 » SANS L’APPROBATION DE LA POPULATION
    « OMS – AGENDA 2030-Immunisation, vaccins et produits biologiques
    L ‘ OMS est un département de l’ONU.
    Saviez-vous que l’actuel Premier ministre Alexander De Croo, alors ministre de la Coopération au Développement et Maggie De Block, lorsque ministre de la Santé, a signé un accord de coopération avec l’OMS en 2016 connu sous le nom de ′′ Plan d’action 2019-2023 ′′ et c’est le programme de l’OMS pour l’IMMUNISATION 2030 qui a pris son envol et prévoit que toute la population mondiale devrait être vaccinée au plus tard en 2030 pour les protéger contre les maladies infectieuses pour un titre préventif et ce n’est pas une question de vouloir mais il faut le faire et Avant cela, il y a longtemps, tout un programme a été capturé pour être déployé et exécuté ce plan ?

    Pourquoi cela ne nous a jamais été dit ? Pourquoi cela a-t-il été décidé dans notre dos sans demander notre autorisation ? De quel droit l’OMS en général et tous les États membres, y compris la Belgique en particulier, osent-ils prendre une telle décision sans l’approbation du peuple ? Avons-nous seulement des devoirs mais pas de droits ? Le droit de l’homme à l’autodétermination est-il devenu lettre morte ? N ‘ avons-nous pas le droit de participer ?

    Pourquoi le gouvernement garde-t-il autant d’informations que nous sommes censés connaître ? Pourquoi est-ce si secret sur tant de choses ? Les politiciens ont été élus par le peuple. C ‘ est grâce à nous qu’ils sont dans un siège politique. Ils ont un mandat pour lequel ils rendent compte des mandataires mandataires pour une durée déterminée.
    Mais… une fois qu’ils sont assis sur leur siège politique, ils ne rendent jamais compte de ce qu’ils font, ils ne nous demandent jamais d’accord avec certaines décisions. Ils ne nous informent même pas à temps et correctement. Ils décident au-dessus de nos têtes et nous devons tout subir sous peine d’amende ou de peines de prison si nous n’obéissons pas bien.
    Le monde est à l’envers….
    Nous sommes les clients des décideurs politiques, ils doivent agir comme la majorité de la population veut et respecte les processus démocratiques.

    Il ne s’agit pas de prendre des décisions dans notre dos avec un lourd impact sur notre vie privée et / ou une grave violation de nos droits fondamentaux.
    Le fait que nos décideurs concluent des ′′ accords ′′ avec l’ONU, l’OMS et / ou l’UE ne confère pas un caractère légitime à leur signature qu’ils signent un ′′ accord ′′ au nom de l’État belge. Ils n’ont PAS reçu de mandat de notre part. Ils ne nous ont même pas informés.

    Et où est notre roi dans tout ça ? Pourquoi laisse-t-il cela arriver ? N ‘ est-il pas le roi Philip le roi de TOUS les belges ? C ‘ est lui qui nomme ses ministres et aussi celui qui devrait les rappeler à l’ordre s’ils (veulent) font des actes contraignants avec un lourd impact sur la population. Le roi est sans aucun doute conscient de tout ce qui se passe au-dessus de nos têtes. Quel est son rôle dans toute cette histoire ? » (Texte repris tel quel sur la page Fb de l’avocate le 1er novembre 2020)
    https://www.who.int/immunization/immunization_agenda_2030/en/?fbclid=IwAR3OKdvVYvHFXmX3C7k8900hsyGXbJMtGslQ4A4RzkVVjeQmvvGak-ew0dE

    J'aime

  7. Allez chiche inventons nous aussi, enfants aux cheveux blancs qui aiment bien barbouiller le monde, notre novlangue
    Je commence et je tombe sur la lettre s.
    Alors S…S euh ! Ah oui salauds ! Alors comment dire pour mieux dire :
    IDÉALISTES SANS PAREILS !

    J'aime

      1. La langue neuve comme une nouvelle venue ! 26 lettres et quand on additionne tout cela on tombe dans l’infini ∞ hihi. Sans surprises !

        J'aime

  8. Un autre commentaire

    Le roi Philippe est un « Saxe-Cobourg et Gotha. » , la famille royale régnant en Belgique l’ est redevenue en 2016 n’ étant donc plus Philippe de « Belgique » ! La Maison Saxe-Cobourg-Gotha est d’ origine allemande dont la famille Royale d’Angleterre descend ayant pris le nom de Windsor en 1917 : tirez-en les conclusions tout en considérant la Maison d’ Orange comme allié familiale indéfectible !
    Il n’ y a rien à obtenir de ce côté là que du contraire !
    Pour le reste le monde politique est un marigot découvert depuis les années 80 avec : les ballets rose & ballets bleu , les tueries dites du Babant (jusqu’ au Nord de la France) toujours sous enquête (pour rire) , l’ affaire Dutroux et tout ce qui en à découlé dont des morts étranges et des témoins X écartés et plus , l’ affaire Agusta avec corruption massive d’ Etat qui permet le retour d’ un ministre , ex PS pro USA , au gvt qui soutient le confinement « en larme » , les « Parvenus » dénoncés par eux-mêmes , les taxations et détaxations du Reynders pour évasions fiscales , les scandales Cools -Mathot-Dardenne – et les actuelles toutes bordées de gros pognons où les tenants de « régies » se prennent pour des hommes d’ affaires affairistes comme Armad DD , des tricheries sur compétences avec les VCB et asbl de connivences , sans oublier les Kubla & cie …. !
    La Belgique annexe du Pentagone , du Mossad , de SHAPE , de l’ OTAN , ….. et surtout avec le développement du COVID 19 qui favorisera l’ exil des Bruxellois apeuré et ruiné pour y installer le nouveau Ghetto de Luxe (Condominium) pour y installer le monde des Kazhars qui vont se rapatrier , après défaite , sous des cieux confortables et protéger par armées et polices aux ordres : ils ont déjà leurs parlement (knesset) dans les bâtiments politiques de l’ UE ; Et n’oublions le bastion d’ Anvers en Ghetto diamantaire free-taxe luxueux et hermétique ….. !
    D’ autres villes comme Paris , Marseille , Bordeaux , La Rochelle , …. et ailleurs en Europe comme en Pologne , Lituanie , etc…. suivront parce qu’il faudra avaler la populace de Tel-Aviv et environs comme nous avons déjà fait pour les Richissimes Libanais qui se sont installés dans les paradis fiscaux européens !

    J'aime

      1. Je garde beaucoup de blague pour moi mais la qu’est ce qu’il nous la montre ! Bon heureusement qu’on est décent on regarde pas trop mais dieu sait qu’elle est sale !

        J'aime

  9. Reprenons nos LIBERTÉS et envoyons chier toutes ces ordures…

    Le porte-parole du gouvernement français Gabriel Attal a écarté dimanche 8 novembre l’idée d’un confinement imposé pour les personnes âgées afin de freiner la propagation de l’épidémie de coronavirus tout en souhaitant que les Français puissent fêter Noël «le plus normalement possible».

    Extrait de l’article suivant

    https://www.lefigaro.fr/sciences/coronavirus-plus-de-50-millions-de-cas-dans-le-monde-pas-de-confinement-cible-en-france-20201109

    J'aime

  10. Soleil vert ???

    IN VIVO: CONSEQUENCES ORWELLIENNES DU COVID DANS UNE MULTINATIONALE
    du 9 au 13 novembre 2020 :
    CHRONOLOGIE D’UNE PANDEMIE ORGANISEE « Je suis cadre dans une multinationale du CAC 40 et depuis mars dernier l’ambiance de travail est devenue insupportable à cause du Covid. La crise sanitaire a offert à des grattes papiers sans qualification ou a des petits chefs au placard jusqu’ici invisibles de prendre du galon en s’inventant une carrière de résistants anti pandémie.

    Tous les misérables et les frustrés sont devenus des délateurs zélés de ceux qui ne respectant pas à la lettre les consignes sans cesse changeantes. Les préposés sécurité Covid de chaque open space, typiquement les collègues les plus transparents, sans colonne vertébrale ni personnalité, trouvent un but à leur vie en abusant de leur petit pouvoir de flic du dimanche. On vous parle comme à un chien si vous avez un masque en tissu au lieu de celui distribué, si vous préférez vous laver les mains plutôt que d’utiliser le gel ou si avez le malheur de partager votre bouilloire avec votre voisin.

    La crise est un révélateur des troubles de personnalité, et si elle devenait encore plus totalitaire j’aurais peur de certains collègues.

    Nous sommes inondés de mails de la direction, littéralement chaque jour, avec de nouvelles consignes s’ajoutant continuellement aux précédentes. Nous avons d’ailleurs un nouveau magazine interne : Covid Hebdo. Les règles vont même au-delà de la vie en entreprise en s’appliquant à nos trajets domestiques et à nos sorties au bar. Nous ne sommes même pas 5% à contester cette nouvelle autorité sans limites. Les quelques personnes qui se plaignent se voient répondre qu’ils ont la chance d’avoir un emploi et devraient remercier le ciel de cette situation. Florilèges des emails de ces derniers jours. J’ai copié collé tel quel (en rouge):

    « C’est pourquoi à compter de ce jour, et pendant toute la durée du confinement, les pauses café et/ou cigarette doivent être prises de façon individuelle. Si des regroupements lors de pauses café / cigarette étaient encore constatés cette semaine, je serais amené à prendre des mesures plus restrictives. »

    « Nous venons d’être alerté par le HSE site car dans certaines des zones il y a encore des machines à café et bouilloires individuelles en service. Seuls les distributeurs du site, en libre-service, sont autorisés pour le moment et jusqu’à nouvel ordre. Le message du Directeur du site ce matin en rappel les conditions d’utilisation. Tout rassemblement est actuellement interdit sur le site en dehors des réunions programmées. »

    « Il est aussi demander quand c’est possible sur les portes restent ouvertes. Cela vaut aussi pour les portes des toilettes. »

    « Petit rappel également concernant les pauses café si on ne veut pas que les machines soient de nouveau arrêtées car certains d’entre vous ne semblent pas avoir mémorisé : Pause boisson : garder le masque sur une oreille le temps de vous hydrater. Vous ne devez pas rester groupés près des machines, ni dans les zones de passage. Allez dehors ou à votre poste pour consommer. Vous devez garder le masque et ne le retirer que pour consommer en veillant à le remettre immédiatement entre 2 gorgées. »

    « Les rassemblements restent interdits en dehors des obligations liées au travail en équipe. Pas de rassemblement donc dans les espaces de convivialité, ni devant et autour des machines à café (même dehors). Sans le port du masque la distance de sécurité est de plus de 2 m donc les groupes de 5 ou 10 au soleil le midi à prendre le café, sans masques pour certains, ne sont pas tolérables car non gérables. »

    « Les pots avec viennoiserie partagées et autres friandises, facteur de regroupements, de manipulations de nourriture et de consommation partagée (même chacun à son bureau car on enlève son masque sans penser aux autres) sont aussi proscrits. »

    « Rappelons aussi la vigilance maximale à avoir lors des sorties le midi en groupe au bar ou autre endroits bien connus des habitués. Il est difficile de penser que les règles sanitaires puissent être bien respectées dans ces espaces commerciaux. On ne peut rien interdire à l’extérieur du site évidemment, et on a tous envie que la cohésion d’équipe renaisse et persiste, mais c’est la responsabilité de tous de limiter la diffusion du virus et le risque est fort à ce moment-là. »

    « Merci de vous conformer à vos horaires et de ne pas rester plus de 30 min à table de sorte à laisser la place aux suivants. »

    « Si vous effectuez du covoiturage, le port du masque est obligatoire durant le trajet. Les mesures sanitaires restent applicables lors des rassemblements à l’extérieur du site » Revue de Presse par Pierre Jovanovic © http://www.quotidien.com 2008-2020

    J'aime

  11. les médecins vaccinent sans pitié malgré qu’ils savent que les vaccins sont tueurs, car ils sont pour la dépopulation
    preuve regardez ce commentaire d’un médecin sous l’article https://olivierdemeulenaere.wordpress.com/2020/11/08/new-york-vaccination-obligatoire-pendant-que-tout-le-monde-a-le-regard-fixe-sur-la-fraude-electorale/ qui se plaint que la planète serait trop surpeuplé et gronde un type qui dénonce la nocivité des vaccins

    pas étonnant qu’en attendant les vaccins, les médecins font de l’euthanasie rivotril à toutes les sauces!

    J'aime

    1. Je ne l’avais pas vu, car le lien n’était pas valide !
      Réparé et à lire, effectivement, la seule chose, Trump a déclaré, dès le départ, qu’il ferait appel à l’armée pour vacciner TOUTE la population.

      À TOUSTES CELLEUX qui croient encore que Trump est le sauveur de l’humanité ! Il est juste un peu moins pédo et satano que Joe Le Bidon !

      Mais il a fait partie du PLAN de départ, muté en PLANdémic, mais comme Macron, pour un seul one shot for next qui aura plus de chance de finir le PLAN…

      J'aime

  12. Pendant que tout le monde a le regard fixé sur la fraude électorale…

    « L’association du barreau de l’État de New York a adopté samedi une résolution exhortant l’État à envisager de rendre obligatoire la vaccination COVID-19 pour tous les New-Yorkais lorsqu’un vaccin deviendra disponible et ce, même si les gens s’y opposent pour « des raisons religieuses, philosophiques ou personnelles. »

    Mary Beth Morrissey, présidente du groupe de travail sur le COVID-19 de la section du droit de la santé de l’association du barreau, a déclaré dans un communiqué après le vote de samedi: « Le pouvoir de l’État de répondre à une crise de santé publique est bien établi dans le droit constitutionnel. » ► https://olivierdemeulenaere.wordpress.com/2020/11/08/new-york-vaccination-obligatoire-pendant-que-tout-le-monde-a-le-regard-fixe-sur-la-fraude-electorale/

    J'aime

    1. Ouais j’ai vu ça hier…
      Qui se soucie de la Chine ?
      Personne, tout le monde regarde ailleurs, USA, France, son nombril, et pendant ce temps, le Bernie va sauter dans sa nouvelle coquille en forme de pagode !

      À chacun d’agir, à son petit niveau, selon ses forces et ses capacités car il ne faut pas oublier, jamais, que les petits gestes, les petites actions, multipliés par des millions de personnes peuvent transformer le Monde !

      JBL1960

      J'aime

  13. Le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov a expliqué ce lundi à la presse pourquoi Vladimir Poutine n’avait pas tout de suite félicité Joe Biden pour sa victoire à la présidentielle américaine, alors qu’il l’avait fait immédiatement pour Donald Trump. La contestation annoncée des résultats en est la cause, selon lui.

    «La différence est absolument évidente. Des procédures juridiques, qui ont été annoncées par le Président en exercice, seront lancées. La situation est donc différente. Nous estimons par conséquent qu’il serait correct d’attendre l’annonce officielle des résultats. [Lors des élections précédentes] il n’y avait pas d’annonce de contestation juridique», a déclaré le responsable ► https://fr.sputniknews.com/international/202011091044738473-le-kremlin-a-explique-pourquoi-poutine-navait-pas-encore-felicite-biden/

    Et en même temps : Les diplomates français ont déjà pris contact avec l’équipe de Joe Biden qui avait précédemment coupé tous les liens avec le reste du monde afin d’éviter les accusations de collusion avec des puissances étrangères, rapporte Le Journal du Dimanche.

    Les diplomates français n’ont pas attendu le 20 janvier, jour de l’entrée en fonction de la prochaine administration américaine, pour prendre contact avec l’équipe de Joe Biden, annonce le JDD ► https://fr.sputniknews.com/france/202011081044734133-le-quai-dorsay-prend-contact-avec-lequipe-de-biden/

    La peur n’a pas vraiment changé de camp, hein ?

    Dr. TCHÉ-RIEN – transmis par mail, le 6 novembre 2020 – Version Originale PDF ► Blues de la blouse – Novembre 2020 ► https://jbl1960blog.files.wordpress.com/2020/11/blues-de-la-blouse.pdf

    Cliquer pour accéder à blues-de-la-blouse.pdf

    J'aime

  14. Une toque : Confinement à Lyon : Toques blanches, commerçants et hôteliers manifesteront lundi devant la préfecture du Rhône

    GROGNE Les chefs cuisiniers et les commerces indépendants de Lyon demandent à l’État de pouvoir rouvrir leurs établissements « avant le mois de janvier » ► https://www.20minutes.fr/societe/2903991-20201108-confinement-lyon-toques-blanches-commercants-hoteliers-manifesteront-lundi-devant-prefecture-rhone

    2 TOCS : Des fédérations de commerçants demandent l’interdiction du Black Friday. Elles demandent aussi de pouvoir rouvrir les commerces «non essentiels» dès le 12 novembre. Le ministre de l’Économie Bruno Le Maire prévient de son côté qu’une réouverture «ne pourra (…) s’envisager qu’avec de nouvelles règles sanitaires» ► https://www.lefigaro.fr/conso/des-federations-de-commercants-demandent-l-interdiction-du-black-friday-20201108

    BONJOUR les dégâts !

    Car le compte macabre des suicides a déjà commencé…

    Ne vous suicidez pas ! PERSONNE ! Rejoignons-nous pour co-construire une société des sociétés hors État et ses institutions, càd SANS EUX car on n’a pas besoin d’eux, nan ► Analyse politique : Transcender marxisme et lutte de classe pour harmoniser la lutte sociale émancipatrice (Murray Bookchin) ► https://jbl1960blog.files.wordpress.com/2019/11/murray-bookchin-mai-1969-ecoute-camarade-novembre-2019.pdf

    Notre vie vaut plus que leur profit ! TOUTE VIE vaut plus que LEURS PROFITS !

    Cliquer pour accéder à murray-bookchin-mai-1969-ecoute-camarade-novembre-2019.pdf

    J'aime

  15. Retrouver les origines du SARS-CoV-2 dans les phylogénies de coronavirus (en français) ► https://www.medecinesciences.org/fr/articles/medsci/full_html/2020/07/msc200195/msc200195.html

    Et retrouvez le tout dans : Affaire CoV19 : Le SRAS-COV-2 Organisme Génétiquement Modifié avec séquences du génome VIH – Étude révélatrice d’un ex-conférencier de l’OTAN – Un biologiste français détruit la thèse du virus naturel ► https://jbl1960blog.wordpress.com/2020/05/20/laffaire-cov19-ogm-en-version-pdf/

    Cliquer pour accéder à laffaire-cov19-ogm.pdf

    J'aime

  16. INFO DU JOUR – IN VIVO – SOURCE ► https://lesmoutonsenrages.fr/2020/11/09/vos-infos-news-et-autres-du-9-novembre-2020/#comment-777700

    J’ai des infos de première main de l’hôpital de Béziers. Quatorze patients en réa mais avec un cumul de pathologies graves, cancer, problèmes cardiaques etc…. Les autres patients soit disant graves sont sous un litre d’oxygène c-à-d rien, mon informateur a en médecine interne des patients non covid sous 3, 4 litres d’oxygène.
    Pire, pour les patients décédés mais pas du covid, on leur donne la possibilité de signer un formulaire attestant que le patient est mort du covid, l’hôpital prend en charge les frais des funérailles. Si on préfère signer le document avec la cause réel de décès, les frais sont à la charge de la famille. Je vous laisse deviner ce que la majorité des familles choisissent.

    (NdJBL : on a là l’explication qu’on cherchait ! Car lisez-bien ce qui suit)

    Pourquoi l’hôpital fait ça ? Car pour chaque cas covid, l’hôpital touche de l’argent. Comme le dit mon contact, on ne peut pas en vouloir à l’hôpital, ils sont au bord du gouffre financièrement.

    Mon contact prétend que de plus en plus de personnel soignant se rende compte de la supercherie en cours, mais pourtant ça ne s’entend pas beaucoup dans les medias. Les gens ouvrent les yeux, subissent mais personne ne se rebellent contre les mensonges véhiculés.
    =*=

    OUVREZ-LES YEUX & SURTOUT, SURTOUT ► OUVREZ-LA !!!

    J'aime

      1. J’adore qu’on partage de la musique moi j’ai juste un gros répertoire pour toucher le plus d’oreilles possible 😉

        J'aime

  17. Ces derniers jours, j’ai discuté avec une biologiste fraîchement retraitée.

    Elle sait qu’il est possible de modifier l’ADN, de modifier des virus, de modifier voire créer des humains…

    Elle sait que le test PCR est une foutaise.

    Mais elle refuse de croire que :

    – le virus covid-19 a été créé
    – la création par Institut Pasteur

    2 points trop gros pour elle.

    C’est uniquement par ce trop gros pour y croire que la MAFFIA MONDIALE tient les peuples.

    J'aime

    1. ABSOLUMENT !

      C’est pour cela qu’il faut briser les chaines de la dissonance cognitive ► https://jbl1960blog.files.wordpress.com/2020/10/dissonance-cognitive-de-r71-en-juillet-2011-version-pdf-octobre-2020.pdf

      Peut-être à cette lecture (15 pages – 9 pages de texte) que tu pourrais lui faire passer, déchirerait le voile qu’elle a devant les yeux ?

      Pour changer d’attitude envers l’État, il suffit juste parfois d’ouvrir les yeux ► https://jbl1960blog.wordpress.com/2020/11/01/ouvrez-les-yeux-cest-lheure-de-seveiller/

      Pour s’éveiller ! Aidons-ceux qui sont prêts de le faire, ceux qui refusent de voir, comprendre ne sont plus à convaincre, ils suivront les cyborgs jusqu’au vaccin…

      Concentrons-nous sur ceux qui sont prêts de basculer de notre côté, et ceux qui sont déjà à nos côtés pour avancer sur le chemin de la société des sociétés et sur son Humanité réalisée !

      Si chacun d’entre-nous ouvrons les yeux d’une seule personne = c’est gagné et c’est fin de partie pour l’oligarchie ! Pensez-y !

      Cliquer pour accéder à dissonance-cognitive-de-r71-en-juillet-2011-version-pdf-octobre-2020.pdf

      J'aime

  18. Ping: Merci Dr Véran, vous avez vaincu la mort !Olivier Demeulenaere – documentation tous azimuts

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s