Il est encore temps de refuser « leur nouvelle normalité » de distanciation sociale !

Que la Bureaucratie noire tente de nous imposer à la schlague !

La nouvelle stratégie du choc du coronavirus

Comme le dénonce l’ex-Ministre de l’Intérieur autrichien Herbert Kickl, le 22 Avril 2020 devant le gouvernement autrichien ; Herbert Kickl dénonce ouvertement la manipulation par la peur construite sur des prévisions catastrophiques et à l’aide des médias pour instaurer un confinement strict, présenté comme la seule possibilité pour éviter une hécatombe due au Coronavirus. Pourtant la Suède, jugée irresponsable pour ne pas avoir appliqué de confinement n’a eu ni hécatombe, ni destruction de son économie, ni restriction des libertés de ses citoyens. Malgré cela, le discours de la peur se maintient et on ne parle pas de ces alternatives, pourquoi ?

Source de la vidéo ► https://www.youtube.com/watch?v=s7fvjRRt0UU

Ce discours est traduit, simultanément en anglais, français et espagnol en plus de l’allemand. Cette vidéo est postée par Chez Néo et nous a été proposée par Danielle du site Les Moutons Enragés dans la rubrique Vos Infos, news (et autres) du 1er Mai 2020 et cela constitue un bon début pour leur retirer notre consentement, et leur dire ; NON !

DOSSIER SPÉCIAL CORONAVIRUS À LIRE

C’est mieux si la cible ne sait pas qu’elle est CIBLE !

Et la nouvelle cible de cette PANDÉMIC ce sont les personnes âgées, les personnes fragiles, et en France c’est à partir de 60 ans que ce virus frappe fort. C’est donc la population le moins réceptive à l’arsenal technotronique et les moins manipulables qui ont une conscience politique la plus réfractaire à laisser les algorithmes rythmer leur fin de vie d’homme et de femme libres. C’est pourquoi, les personnes âgées en EHPAD a été la première visée par des mesures de confinement total et le fait de les avoir interdit de visites a généré, immédiatement, un isolement et une réclusion à perpétuité mortifères.

Mais pire que cela, il a été décidé que les + de 70 ans seraient « triés » afin de ne pas engorger les services de réanimation de l’Hôpital public, dont la saturation prévisible est habituelle en période épidémique, pour être réservés aux personnes plus résistantes et surtout plus jeunes…

Nous sommes rentrés dans  » L’Âge de Crystal  » !

Oui, les hôpitaux ont bien procédé au «tri» des patients

Sputnik News – 30 avril 2020 – URL de l’article ► https://fr.sputniknews.com/france/202004301043695766-covid-hopitaux-tri-patients-ages/ – Source Le Canard Enchainé du 29 avril 2020

Une semaine après de premières révélations sur des recommandations des autorités sanitaires de «limiter fortement» l’admission en réanimation des «personnes les plus fragiles», le Canard enchaîné revient à la charge après le démenti du ministère. Le document en question existe bel et bien et Sputnik l’a analysé : il laisse peu de place au doute.

«Dans un hôpital public d’Île-de-France –des documents en possession du “Canard” en attestent–, aucun patient de plus de 70 ans n’a été admis en réa durant les six jours les plus critiques de la crise. Un “tri” que personne ne semble prêt à assumer aujourd’hui…»

Le constat dressé par le Canard enchaîné est sans appel. Une semaine après ses révélations concernant l’existence d’une «circulaire» en date du 19 mars qui «suggérait de limiter fortement l’admission en réanimation des personnes les plus fragiles», le palmipède en remet une couche dans son édition du 29 avril, en réponse au démenti du ministère de la Santé.

«Il n’y a pas de circulaire concernant la prise en charge des résidents d’Ehpad publiée à cette date. Nous ne savons pas de quel document il est question», répondait au Figaro le ministère de la Santé, dans un article paru le 23 avril.

Olivier Véran et son administration espéraient-ils s’en tirer à si bon compte ? La veille de la publication cette réaction officielle dans les colonnes du Figaro, l’hebdomadaire satirique s’interrogeait quant à l’impact de cette fameuse «circulaire» sur une possible «aggravation du bilan de l’épidémie pour les patients les plus âgés».

Chiffres de l’Assistance publique de Paris à l’appui, l’auteur du papier soulignait ainsi qu’en une quinzaine de jours – à compter du 21 mars –, la part des patients de plus de 75 ans et de plus de 80 ans dans les services de réanimation avait fondu, passant respectivement de 19% à 7% et de 9% à 2%, alors qu’au même moment, l’épidémie «a explosé dans ces tranches d’âges élevées.»

«Son cabinet [d’Olivier Véran, ndlr.] joue sur les mots. Le Palmipède a improprement qualifié de circulaire un texte de recommandations régionales», répond cette semaine le «Canard», qui cette fois-ci, lâche les références exactes du fameux document, publié par l’Agence Régionale de Santé (ARS) d’Île-de-France «avec le visa du ministère, évidemment».

«Échelle de fragilité clinique»

Fort de ces informations, ce document disponible en ligne, qui «s’adresse particulièrement aux médecins», vise à apporter «un soutien conceptuel» aux équipes soignantes «sursollicitées» confrontées –dans le «contexte d’exception» d’une crise sanitaire où «les ressources humaines, thérapeutiques et matérielles pourraient être ou devenir immédiatement limitées»– à «des choix difficiles et des priorisations dans l’urgence concernant l’accès à la réanimation» et qui «ne sont pas nécessairement habituées à la démarche réflexive des limitations des traitements.»

Six puces détaillent les «principes d’une décision d’admission en unité de soins critiques» [services de soins intensifs, de réanimation, ndlr]. Le document commence par la collégialité de la procédure, «définie par voie réglementaire au décours de la loi Clayes-Leonetti», et rappelle «la garantie d’un accompagnement et de soins pour tous, respectueux de la personne et de sa dignité». Le «respect des volontés et valeurs» du patient, «l’évaluation du nombre de défaillances d’organes au moment de la prise de décision», ainsi que la «prise en compte de l’état antérieur» de ce dernier figurent parmi les critères énumérés.

Afin d’éclairer les médecins sur l’évaluation de ce point particulier, le document de l’ARS suggère «au minimum» la prise en compte des comorbidités, de l’état des fonctions cognitives du patient, mais surtout «de son âge (à prendre particulièrement en compte pour les patients COVID)» et de sa «fragilité». À cette fin, il reprend l’«échelle de fragilité clinique» d’une étude canadienne sur la santé du Geriatric Medicine Research de l’université de Dalhousie (Halifax).

Silhouettes de personnes voûtées équipées de canne ou de déambulateur à l’appui, cette «échelle» illustrée classe les individus en neuf catégories, allant des «très en forme», à savoir des personnes «actives et motivées» à celles en «phase terminale», en passant par le stade «vulnérable», qui concerne les personnes non dépendantes, mais qui «se plaignent souvent d’être au ralenti ou fatiguées durant la journée», ainsi que les «très sévèrement fragiles» qui «habituellement, ne se remettraient pas même d’une maladie bénigne.» À partir du stade 5, tous sont dépeints comme étant des individus plus ou moins «fragiles».

«Démarche réflexive des limitations des traitements»

Le document canadien repris par l’ARS dresse un récapitulatif complémentaire, celui des «scores de fragilité» concernant les patients souffrant de troubles cognitifs. «Démence légère» pour ceux qui «oublient des détails d’un évènement récent» sans avoir oublié l’évènement lui-même, «modérée» pour une mémoire à court terme «très altérée» et un troisième et dernier niveau, qualifié de «sévère» pour les personnes nécessitant une aide pour effectuer leurs soins personnels. Un panel d’éléments censé aider les soignants à prendre leur décision d’accepter ou non de patients d’un certain âge en réanimation, dans le cas où ils ne refuseraient pas d’eux-mêmes d’y rentrer ou si l’absence de signe de gravité de la maladie justifierait un tel refus.

«Une telle admission risquerait aussi de priver un autre patient d’une prise en charge en réanimation, alors qu’elle/il aurait plus de chance d’en bénéficier. Ainsi, nous considérons licite de ne pas admettre un patient en réanimation dès lors qu’il s’agit d’une obstination déraisonnable, y compris si une place de réanimation est disponible», souligne le document de l’ARS d’Île-de-France.

Pour ces patients refoulés des services de soins intensifs, le document laisse peu de doute sur leur sort : «Chez ces patients non admis en soins critiques, les soins ne sont pas interrompus, mais s’intègrent dans le cadre d’un accompagnement en collaboration avec les spécialistes d’une telle prise en charge palliative afin d’assurer une absence de souffrance et une fin de vie digne et apaisée, en présence de leurs proches», développe la note.

En somme, les malades sont mis sur une voie de garage pour laquelle la mort semble être la seule issue envisagée.

«Un « tri » que personne ne semble prêt à assumer aujourd’hui»

Des malades refusés en réanimation pour lesquels un décret publié le 29 mars autorisait jusqu’à la mi-avril le recours au Rivotril (un puissant anxiolytique habituellement utilisé dans le traitement de l’épilepsie) afin de prodiguer des soins palliatifs. D’ailleurs, le tableau méthodologique concluant la note de l’ARS, qui évoque la nécessité pour les familles «d’anticiper» avec les médecins un éventuel recours à des soins palliatifs pour leurs proches en EHPAD et en USLD (unités de soins de longue durée), rappelle ceux des fiches de «recommandations» adressées au personnel soignant vers lesquelles renvoyait le fameux décret du 29 mars.

Document qui fut dénoncé en son temps par plusieurs députés, l’un d’eux fustigeant un «passeport pour la mort douce», un autre s’interrogeant : «ne risque-t-on pas de passer de la sélection des patients à une euthanasie massive qui ne dit pas son nom ?» ► https://fr.sputniknews.com/france/202004301043695766-covid-hopitaux-tri-patients-ages/

FRANCE ; MEURTRE PAR DÉCRET N° 2020-360 du 28 Mars 2020…

Cet article, comme la vidéo plus haut, sont à relier directement à ma publication du 10 avril dernier ► FRANCE ; MEURTRE PAR DÉCRET N° 2020-360 du 28 Mars 2020… qui figure pages 53 à 55 de mon dernier PDF « DOSSIER SPÉCIAL CORONAVIRUS POUR DIRE NON à la DICTATURE TECHONOTRONIQUE EN MARCHE »

Cliquer pour accéder à dossier-special-cov19-de-jbl1960-avril-2020.pdf

Ainsi nous avons les preuves suffisantes en mains pour comprendre que ce système « étatico-capitaliste-néolibéral » n’est pas réformable, ne l’a jamais été et ne le sera jamais. Mais qu’il est encore temps de faire collectivement les choix qui s’imposent d’eux-mêmes pour porter un coup d’arrêt net et définitif à la dictature technotronique qu’une mini-élite tente d’imposer à toute l’Humanité en maniant la nouvelle stratégie du choc au coronavirus ou CoV19 ;

Nous pouvons encore refuser cette nouvelle normalité qu’est la distanciation sociale et la peur de l’Autre parce qu’il serait séropoCOVID.  Et l’autre normalité qui devra être : Tracker/Dépister►Isoler/Traiter comme nous le martèle la Bureaucratie Noire et tous les Merdias-aux-ordres et gageons que vous n’aurez pas d’autre choix que d’accepter le passeport santé biométrique, puis la vaccination sinon à être isolé/exclu de la société sur le modèle du crédit social chinois

Sinon ?

C’est le confinement ad vitam æternam comme le rêve Macron le cyborg et son monde ; Just don't do it. Kundgebung gegen AfD und rechten Terror | Max ...

https://www.lefigaro.fr/sciences/en-direct-coronavirus-covid-19-deconfinement-carte-rouge-vert-orange-france-vaccin-11-mai-lot-haute-corse-cher-20200501

Pourquoi croyez-vous que Macron et le gouvernement-qui-ment s’appuient sur les OPJ de l’État que sont les Maires & les Préfets ? Oui la réponse est dans la question, parce que les Maires sont les premiers représentants de l’État sur tout le territoire, il y a 36 500 communes en France ! Autre raison pour laquelle le premier tour des Municipales a été maintenu et c’est finalement révélé mortel pour les assesseurs, de nombreux maires sans parler des citoyennes et des citoyens même s’ils n’ont pas été au rendez-vous, et heureusement, malgré les appels, nombreux, à aller veauter ► AVIS À LA POPULATION FRANÇAISE du Vendredi 13 mars 2020 (PDF) !

La distanciation sociale durera des mois encore, selon des experts britanniques ► https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1678387/royaume-uni-boris-johnson-coronavirus-distanciation-sociale-experts ; L’Angleterre qui est opportunément sortie de l’UE et s’affranchir des normes contraignantes imposées par Bruxelles et peu donc faire fonctionner à plein sa planche à billet pour racheter la dette de l’État ! C’est pratique, tout de même d’avoir la City de Londres, au cœur de l’empire (PDF) !

Aussi, coordonnons-nous afin que le monde d’Après-CoV19 commence maintenant et comme nous le déciderons et non comme ils veulent nous l’imposer !

Ailleurs ;

En totale déconfiture ! Par Claude Janvierhttps://lesmoutonsenrages.fr/2020/05/01/en-totale-deconfiture/

Que Faire maintenant ? Harry Makow, 30 avril 2020 VIA Olivier Demeulenaere en français ► https://olivierdemeulenaere.wordpress.com/2020/04/30/que-faire-maintenant-h-makow/

Car depuis toujours, nous savons répondre à cette équation = Que faire ? La marche vers la tyrannie globale, comment s’en sortir ?

Cliquer pour accéder à quefaireparr71juin2010.pdf

Pour retrouver ce PDF et tous les autres, vous pouvez farfouiller là ► https://jbl1960blog.wordpress.com/les-pdfs-realises-par-jbl1960/

Déjà et pour s’entrainer à leur retirer notre consentement…

JBL1960