Comment les Merdias mentent sur les raisons pour lesquelles les parents refusent l’obligation vaccinale – Jeremy R. Hammond – Traduit et complété par JBL

REFUSER L’OBLIGATION VACCINALE

Quand l’OMS déclare le syndrome de l’hésitation à vaccinerTOMIA = Maladie mentale !

Et à soigner comme telle, par un nouveau vaccin, par exemple ?

Résultat de recherche d'images pour

COMMENT LES MÉDIAS MENTENT SUR LES RAISONS POUR LESQUELLES LES PARENTS REFUSENT L’OBLIGATION VACCINALE

Jeremy R. Hammond | 17 octobre 2019 | URL de l’article source en anglais ► https://www.jeremyrhammond.com/2019/10/17/how-the-media-lie-about-why-parents-dont-vaccinate/

Traduction partielle de l’article en anglais, par Jo Busta Lally avec l’aide de Deepl.com

Les médias grand public diabolisent les parents qui ne respectent pas les programmes des Centres de Vaccination pour éviter d’avoir à répondre à leurs préoccupations légitimes concernant les vaccins.

Dès qu’il s’agit des vaccins, les médias grand public refusent de faire du journalisme et servent plutôt le gouvernement et l’industrie pharmaceutique en préconisant une politique publique de vaccination. L’accomplissement de cette fonction de propagande exige inévitablement que les médias mentent sur les raisons pour lesquelles de nombreux parents refusent de se conformer strictement au calendrier de vaccination systématique des enfants recommandé par les Centres de Contrôle et de Prévention des maladies (CDC).

L’objectif de la politique publique en matière de vaccin est de persuader, d’intimider ou de contraindre les parents à s’y conformer afin d’assurer des taux de vaccination les plus élevés possibles. La poursuite de cet objectif est incompatible avec l’objectif très différent de donner aux parents les connaissances dont ils ont besoin pour exercer leur droit au consentement éclairé.

Pour leur part, les médias grand public servent à fabriquer le consentement à la politique gouvernementale, ce qui est également incompatible avec l’objectif de faire du journalisme.

Si les responsables de la Santé Publique ou les médias reconnaissent les innombrables préoccupations légitimes qui amènent les parents à prendre la décision rationnelle de ne pas suivre strictement les recommandations des CDC, l’objectif de fabriquer le consentement pour la politique gouvernementale serait compromis. Par conséquent, ces préoccupations légitimes doivent être ignorées et d’autres explications au refus vaccinal doivent être inventées.

Une étude de cas utile pour illustrer cette fonction des médias est fournie par un récent article du New York Times intitulé « Comment le sentiment anti-vaccin s’est renforcé aux États-Unis », dans lequel la journaliste de santé Jan Hoffman prétend expliquer le phénomène appelé « hésitation au vaccin« . [NdJBL : ou l’hésitation à vacciner, que l’OMS appellerait bien TOMIA cherchant à la déclarer maladie mentale afin de criminaliser la population atteinte par cette maladie.]

Typique du rôle des médias, Hoffman reprend tous les points habituels de propagande pour diaboliser les parents récalcitrants, écartant par là les nombreuses préoccupations légitimes des parents à propos des politiques publiques de vaccination.

Il y a deux explications possibles à ce comportement typique chez les journalistes grand public. L’une est que c’est intentionnel, et les journalistes trompent le public délibérément, par exemple en dissimulant certaines vérités qui ne sont pas conformes au récit qu’ils ont choisi de raconter. L’autre est qu’ils sont eux-mêmes mal informés et convaincus de leur propre propagande. Dans le cas de Hoffman, comme dans la plupart des autres, il existe des preuves des deux, et son récent article paru dans le New York Times est utile pour démontrer comment les plus grands pourvoyeurs de désinformation sur les vaccins ne vient pas des « anti-vaccins » eux-mêmes mais bien du gouvernement et des médias.

Notamment, Hoffman s’abstient d’appliquer l’étiquette désobligeante habituelle d’anti-vaccins aux parents dissidents et aux critiques des politiques, mais son manque d’objectivité est tellement évident dans ses descriptions. Comme elle le dit, le mouvement anti-vaccination est une menace croissante pour la Santé Publique, et la raison pour laquelle les parents refusent de se faire vacciner est qu’ils persistent dans de fausses croyances sur les vaccins malgré tous les efforts des responsables de la Santé Publique, des experts médicaux et des médias pour les informer correctement.

La vérité, c’est qu’un nombre croissant de parents choisissent de ne pas se faire vacciner et de ne pas faire vacciner leurs enfants, parce qu’ils comprennent que la politique publique en matière de vaccins constitue une menace sérieuse pour notre santé et notre liberté. Ils sont informés et conscients des préjugés systémiques qui existent au sein des institutions gouvernementales, de la médecine pharmaceutique et des médias. Ils comprennent qu’on leur ment sur ce que la science nous dit au sujet de l’innocuité et de l’efficacité des vaccins. Et la seule raison pour laquelle le gouvernement, l’industrie et la propagande médiatique ne parviennent pas à les convaincre de se conformer à la loi est le refus systématique de ces établissements de répondre à leurs préoccupations légitimes.

C’est ce qu’on peut facilement démontrer en examinant d’un œil critique l’article du New York Times de Hoffman, qui n’est pas du journalisme, mais un travail éhonté de propagande visant à tromper le public tout en rendant un immense service à l’État !

Pour lire la suite de l’article, en anglais ► https://www.jeremyrhammond.com/2019/10/17/how-the-media-lie-about-why-parents-dont-vaccinate/

Du même auteur, sur ce blog, et en analyse ► https://jbl1960blog.wordpress.com/?s=Jeremy+R.+Hammond

Un médecin français candidat au prix Nobel de Médecine – par Doctorix

NON À L’OBLIGATION VACCINALE !

Prison avec sursis pour un couple qui a refusé de vacciner ses enfants  08/01/2016, en France !

Les époux Larère ont été condamné, ce jeudi, à deux mois de prison avec sursis pour avoir refusé d’inoculer à leurs enfants le vaccin DTP, obligatoire en France.

Poursuivis à l’origine pour « soustraction par un parent à ses obligations légales compromettant la santé (…) de son enfant » (1), Marc et Samia Larère avaient été convoqués devant la justice pour n’avoir pas fait vacciner leurs deux enfants, notamment leur fille aînée âgée de quatre ans.

Ce jeudi, le couple Lyonnais a ainsi été condamné à deux mois de prison avec sursis pour avoir, plus précisément, refusé de faire vacciner ses enfants contre la diphtérie, le tétanos et la poliomyélite (DTP). Un vaccin obligatoire en France.
« On nous condamne pour quelque chose d’irréalisable »

Le tribunal correctionnel d’Auxerre a requalifié les faits en « refus de se soumettre à l’obligation vaccinale », infraction relevant du Code de la santé publique, qui prévoit au maximum une peine de six mois d’emprisonnement et 3 750 euros d’amende. Une nouvelle audience s’était tenue le 14 décembre pour examiner cette possible requalification.

Jeudi, Marc Larère a fait part de son « étonnement » après cette condamnation car « l’indisponibilité des seuls vaccins obligatoires est prouvée ». « On nous condamne pour quelque chose d’irréalisable », a-t-il fustigé à l’annonce du verdict.
Vers un possible appel

Le vaccin contre les maladies DTP uniquement, qui ne contient pas les autres valences, notamment la coqueluche, n’est plus disponible sur le marché depuis 2008, a ainsi rappelé le père de famille.

De son côté, l’avocat des époux, Me Emmanuel Ludot, a précisé que ses clients « se laissaient le temps de la réflexion » sur un éventuel appel.

(1). Un délit puni jusqu’à deux ans d’emprisonnement et 30 000 euros d’amende. Source Ouest France du 08/01/2016 ► https://www.ouest-france.fr/societe/justice/prison-avec-sursis-pour-un-couple-qui-refuse-de-vacciner-ses-enfants-3958642

Souffrez-vous de « l’hésitation à vacciner » ?

L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) est très préoccupée par le problème que représente « l’hésitation à vacciner » qui, selon eux, représente une menace par rapport à l’efficacité de leur programme de vaccination dans le monde entier.

En bref, certains parents n’autorisent pas automatiquement que l’on vaccine leur bébé, alors même que les services de vaccination sont accessibles. Ces parents hésitent, réfléchissent, et dans beaucoup de cas, s’en vont avec leur bébé dans les bras, fuyant les seringues vaccinales qui seront utilisées pour d’autres enfants. Il y a aussi des adultes qui ne répondent pas aux appels à se faire vacciner, alors qu’ils sont cependant libres.

Comme toujours, l’OMS est à la recherche d’une conformité à 100% avec tous les calendriers vaccinaux. L’OMS avertit le monde  que « l’hésitation à vacciner » provoque des maladies et des décès inutiles. L’OMS croit que, chaque année, 1,5 millions d’enfants meurent chaque année de maladies qui pourraient être évitées par les vaccins. [1,2]

Le communiqué de presse de l’OMS du 18 août 2015 a stipulé :

S’ils sont utilisés, les vaccins ne peuvent qu’améliorer la santé et prévenir les décès. Les programmes de vaccination doivent être en mesure d’atteindre et de maintenir des taux élevés de vaccination. Le problème de « l’hésitation à vacciner » devient de plus en plus une question importante pour les programmes de vaccination des différents pays. [3]

Le communiqué de presse de l’OMS précise :

Il n’y a pas de solution magique ou de stratégie qui pourrait fonctionner pour tous les cas d’ « hésitation à vacciner ». L’ampleur des problèmes et leur règlement varient. Ils doivent être diagnostiqués pour chaque cas particulier pour permettre d’élaborer des stratégies sur mesure pour faire accepter les vaccins.[4] (Souligné par l’auteur).

L’OMS  travaille à construire l’image dans l’esprit du public que « l’hésitation à vacciner » est un état, une pathologie qui nécessite un diagnostic. C’est un peu comme s’il s’agissait d’une maladie, d’une maladie mentale qu’ils ont l’intention de traiter  par le biais  de diverses stratégies de contrôle de l’esprit.

NdJBL : pour percuter les esprits, plutôt que l’hésitation à vacciner, voici la proposition de l’OMS : Parmi toutes ces expressions, il y en a une qui aurait ma préférence : Trouble Oppositionnel de Méfiance et d’Insécurité Antivaccinaliste (TOMIA).

L’OMS pourrait aussi peut-être s’arranger avec Big Pharma, et voir s’il ne serait pas possible de créer un médicament pour traiter la maladie.

L’OMS pourrait lancer de grands sondages à la télévision. « Avez-vous peur de faire administrer des vaccins à vos enfants ? » Vous êtes peut-être atteints de TOMIA ? Consultez votre médecin qui saura trouver le médicament adéquat. »

Le CDC américain pourrait créer une base de données obligatoire qui contiendrait les noms de tous les parents qui ne veulent pas faire vacciner leurs enfants. Cette liste pourrait être communiquée au Département des services sociaux pour travailleurs. Ce Département pourrait exiger des parents qui se trouvent sur la liste, soit de prendre le médicament adéquat pour leur maladie mentale, soit abandonner leurs enfants à l’État.

Extrait de mon billet d’analyse COMME UN OURAGAN AU RALENTI du 23 juillet 2016 et en appui de l’article source ► http://initiativecitoyenne.be/2016/07/l-hesitation-a-vacciner-serait-elle-une-nouvelle-maladie-mentale-qui-pourrait-etre-soignee.html

Bien entendu, il n’est pas question d’être contre toute vaccination, contre tout vaccin, dont l’efficacité est prouvée !

Mais contre toute méthode coercitive qui vise à nous soumettre à l’obligation vaccinale, notamment, quand de nombreux scientifiques, Professeurs, Chercheurs, démontrent la dangerosité des vaccins pour les nourrissons, qui en France sont passés de 3 à 9 puis à 11 ► REFUSONS L’OBLIGATION VACCINALE

POUR STOPPER NET LA DICTATURE VACCINALE !

Qui fait partie, intégrante, de l’arsenal technotronique, et pour porter un coup d’arrêt total et définitif à la mise en place, en voie d’achèvement, d’une DICTATURE TECHNOTRONIQUE, par ceux-là même qui sont derrière la réduction programmée de l’Humanité.

Car il y a une accélération aussi bien de la part des «programmateurs» que du nombre de gens qui s’éveillent et prennent conscience de la finalité du projet ou Plan qui est la mise en place avec la 5G, les “cryptomonnaies”, le puçage RFID, la reconnaissance faciale, le biométrique, l’obligation vaccinale, d’une grille de contrôle à l’échelle planétaire dans une dictature technotronique mondiale dont les rois seront les CEO des grandes entreprises. Avec cela viendra un “nettoyage” de 7 milliards d’humains, les 500 millions restant étant parqués dans des mégalopoles connectées, les fameuses Smart-City, véritables Gattaca/Ghettos technotroniques, tandis que l’élite toujours auto-proclamée vivra dans ses “zones vertes” de luxe, de jouvence et de délires transhumanistes.

Consultez ma PAGE PDFs (136) et trouvez les raisons de dire NON et de  STOPPER NET la DICTATURE TECHNOTRONIQUE qui s’est mise En Marche…

JBL1960

 

10 réflexions sur « Comment les Merdias mentent sur les raisons pour lesquelles les parents refusent l’obligation vaccinale – Jeremy R. Hammond – Traduit et complété par JBL »

  1. Que les Français s’interrogent sur les pratiques médicales, c’est légitime et tout à leur honneur. Mais qu’une partie grandissante d’entre eux en vienne à remettre en cause jusqu’au bien fondé de la vaccination en s’appuyant sur des peurs irrationnelles et sur des informations erronées, c’est inacceptable. Tel est en tout cas l’avis du Dr Michel Cymes dont le coup de gueule sur France 5 n’est pas passé inaperçu.

    Parti en croisade contre les anti-vaccins et prêt à devenir leur cible de prédilection, le médiatique Michel Cymes était hier l’invité de C à vous et, pour l’occasion, il ne s’est pas privé de dire ce qu’il pensait. Un discours brut et sans concession teinté de colère et de détermination.

    « Aujourd’hui, si vous ne vous faites pas vacciner, vous pouvez porter un virus qui, lui ,risque de contaminer d’autres personnes. Ça s’appelle la santé publique. Et ces gens qui sont pour cette soi-disant liberté de vaccination se foutent complètement de ce qu’est la santé publique (…) Je ne les lâcherai pas. » Michel Cymes
    Source : https://positivr.fr/michel-cymes-anti-vaccins-coup-gueule-france-5/

    J'aime

  2. Vaccins, rétrovirus, ADN et la découverte qui a détruit la carrière de Judy Mikovits

    Judy Mikovits, Ph.D., biochimiste, spécialiste en biologie moléculaire avec plus de 33 ans d’expérience. Connue internationalement comme une véritable « Rock Star » du monde scientifique, elle a été directrice, à l’Institut National du Cancer, du laboratoire qui étudie les mécanismes des médicaments antiviraux avant de prendre la direction du programme de la biologie du cancer à l’ « EpiGenX Pharmaceuticals ». C’est elle qui a fondé le premier institut de neuroimmunologie. Ses premiers travaux se sont centrés sur le cancer et le HIV. Ensuite, elle a étudié le Syndrome de Fatigue Chronique et l’autisme. Elle a publié plus de 50 articles évalués par les pairs. En 2011, elle a fait une découverte qui a détruit sa carrière. Elle a découvert que 30% au moins de nos vaccins sont contaminés par des gammarétrovirus. Cette contamination est, non seulement associée à l’autisme et au syndrome de fatigue chronique, mais également à la maladie de Parkinson, la maladie de Lou Gehring et à la maladie d’Alzheimer.

    Source : https://fr.sott.net/article/27212-Vaccins-retrovirus-ADN-et-la-decouverte-qui-a-detruit-la-carriere-de-Judy-Mikovits

    En analyse dans ► https://jbl1960blog.wordpress.com/2016/01/09/le-premier-qui-dit-la-verite/

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s