Le profond désir chrétien de domination – Steven Newcomb, juillet 2019

La réponse de l’Australie à la doctrine de la découverte par Steven Newcomb

“En se présumant eux-mêmes inconsciemment d’avoir de droit, un pouvoir mental de juger les “païens”, les chrétiens furent capables d’affirmer que les Indiens n’avaient pas le droit de continuer de vivre leur mode de vie libre et indépendant. Sur la base biblique que le peuple élu possède la tâche providentielle de soumettre la Terre et d’exercer une domination sur tout être vivant, les chrétiens se considéraient eux-mêmes comme un peuple élu ayant l’obligation divine de “sauver” les païens et leurs nations en les subjuguant, ce qui fut référé par le doux euphémisme de les “civiliser”. Ceci devait être accompli en brisant les nations païennes pour ensuite tourner leurs membres en des individus chrétiens qui deviendraient, par le moyen d’une assimilation graduelle, soit des sujets d’une monarchie chrétienne européenne ou des citoyens d’un État européen chrétien. De ce point de vue, les païens sont destinés par dieu à être sauvés et réduits à la “civilisation” européenne chrétienne.”

~ Steven Newcomb*, 2008 ~

*Steven Newcomb ; Issu de la culture native amérindienne (Shawnee, Lenape) ;

Steven Newcomb est un universitaire, chercheur et écrivain Shawnee-Lenape. Il a étudié et écrit au sujet de la loi et de la politique fédérale indienne depuis le début des années 1980, en particulier l’application de la loi internationale aux nations et peuples indigènes. M. Newcomb est le directeur de l’Indigenous Law Institute qu’il a cofondé avec Birgil Kills Straight, un chef traditionnel et ancien de la nation Oglala Lakota. Ensemble, ils ont mené une campagne mondiale pour défier les documents impérialistes du Vatican datant du XVème siècle. Ces documents (bulles) eurent pour résultat la décimation des nations libres et originelles de la Terre-Mère et a ainsi privé la planète de façons de vivre respectueuses des écosystèmes et des enseignements sacrés.

Le livre de Newcomb [NdJBLR71  a traduit l’essentiel du livre original en anglais Pagans in the Promised Land : Decoding The Doctrine of The Christian Discovery que j’ai réuni dans une version PDF N° 4 sur mon blog, de 45 pages] Païens en terre promise : décoder la doctrine chrétienne de la découverte (Fulcrum, 2008) se repose sur des trouvailles récentes en théorie cognitive et en analyse sémantique des versions latines et anglaises des documents pontificaux du Vatican du XVème siècle. Il a identifié des schémas (de langage) peu remarqués, trouvés dans ces documents et dans les décisions de la Cour Suprême des États-Unis, affirmant un droit pour un “prince ou peuple chrétien” de découvrir et d’exercer un droit de domination (dominorum christianorum) sur les terres et possessions des “païens et infidèles”.

Le résultat de l’héritage de la chrétienté en matière de domination et de déshumanisation a été la quasi destruction de milliers d’années de sagesse spirituelle et écologique développée par nos nations originelles.

Le travail de M. Newcomb a aussi servi de puissant contexte pour le documentaire : The Doctrine of Discovery : Unmasking the Domination Code réalisé et produit par Sheldon Wolfchild (Dakota) et coproduit par Newcomb, 2015.

Comprendre le système légal de l’oppression coloniale pour mieux le démonter avec Steven Newcomb (Version PDF N° 47 de 106 pages)

DOSSIER : DOCTRINE CHRÉTIENNE DE LA DÉCOUVERTE

Ce nouvel article de Steven Newcomb, répond à la récente actualité française ;

  • Celle soulevé par Lilian Thuram, qui a déclaré : Dans une longue interview donnée au Corriere dello Sport, Lilian Thuram est revenu sur les cris racistes adressés au joueur de l’Inter Milan Romelu Lukaku, dimanche dernier à Cagliari, et propose de s’inspirer de la France : « Il y a une hypocrisie incroyable et il manque la volonté de résoudre le problème. Ne rien faire équivaut à être d’accord avec ceux qui poussent des cris racistes. Si quelque chose vous dérange, vous faites tout pour la changer. En France, on interrompt les matches en cas de comportement contre l’homosexualité dans les tribunes : suspendre la rencontre et renvoyer les joueurs aux vestiaires, cela veut dire éduquer les gens. »  » Il faut prendre conscience que le monde du foot n’est pas raciste mais qu’il y a du racisme dans la culture italienne, française, européenne et plus généralement dans la culture blanche, poursuit l’ancien défenseur de Parme et de la Juventus Turin. Il est nécessaire d’avoir le courage de dire que les blancs pensent être supérieurs et qu’ils croient l’être. De toutes les manières, ce sont eux qui doivent trouver une solution à leur problème. Les noirs ne traiteront jamais les blancs de cette façon, et pour n’importe quelle raison. L’histoire le dit. » Source L’Équipe du 04/09/19

Aussi est-il nécessaire de rappeler les déclarations de Jules Ferry, devant l’Assemblée Nationale, en 1885 : « Les races supérieures ont un droit vis à vis des races inférieures » de même lorsqu’il fut expressément dit que « L’homme qui n’est pas blanc est inférieur » on ne peut être plus clair !

Et de conseiller à tous la lecture du Discours sur le colonialisme d’Aimé Césaire, 1950 qu’il a aussi prononcé à l’Assemblée Nationale ► Discours sur le colonialisme, 1950.

  • Celle concernant les abus sexuels dans l’Église ; un protocole historique signé entre le parquet et le diocèse de Paris – Les faits : Toutes les dénonciations de violences sexuelles sur mineurs ou majeurs seront signalées de manière systématique par le diocèse au parquet de Paris. Un protocole inédit a été signé jeudi 5 septembre entre Mgr Michel Aupetit et Rémy Heitz, procureur de la République de Paris. Source La Croix du 05/09/19

Et il est urgent de rappeler que le silence a été institutionnalisé par la lettre Crimen Sollicitationnis comme vous pourrez le lire, en analyse, dans ce dernier billet qui traitre à fond de ce sujet ► Énième scandale pédophile, le pape se dit… Mais également le Contre-rapport à la Commission Vérité & Réconciliation « Meurtre Par Décret » – Le crime de génocide dans les Pensionnats pour Indiens (de 1840 à 1996) au Canada ; car il y est démontré qu’aucune personne indigène traditionnelle ou Nation ne devaient être autorisées à survivre en dehors de la chrétienté et de sa nation « blanche ». Plus précisément les pages 24/25 et 26 qui ne laissent aucun doute sur la finalité du Plan mise en œuvre par les Églises et l’État, ici canadien, mais il en fut de même aux USA (de 1820 à 1980) sous cette même forme.

Et page 9 pour comprendre la genèse de cette « Machine à Tuer » :  Comme tous les non-chrétiens partout dans le monde étaient décrétés sans âmes et sans aucuns droits, ils devaient être conquis et détruits pour leur salut. Mais ces non-personnes pouvaient éviter le massacre et acquérir un statut limité d’esclave en se faisant baptiser. De cette façon la conquête du monde par l’empire chrétien/catholique pouvait avancer de manière efficace et sur une base de “légitimité morale”, ce spécifiquement depuis la doctrine pontificale de l’Indulgence déclarant que les guerriers saints massacrant au nom de Rome étaient spirituellement lavés et placés dans un état de grâce originelle. (NdT : Pape Urbain II, concile de Clermont en 1095 avant la 1ère croisade). Bref, le génocide était une bonne chose à la fois pour le conquérant et le conquis : une idée qui est devenue à terme profondément ancrée dans la psyché du monde occidental.

Un seul pape, à ma connaissance, aura émis une Bulle interdisant l’esclavage des Indiens du Nouveau Monde : La bulle Sublimis Deus du pape Paul III (1534-1549) traduit en effet la volonté de l’Église d’abolir cette pratique. Volonté bien molle puisqu’elle n’eut aucun effet ► Les bulles de la discorde puisque le Pape François a toujours refusé de répudier les bulles papales Romanus Pontifex et Inter Caetera comme lui a demandé, une énième fois, Steven Newcomb, sur la photo plus haut…

Le profond désir chrétien de domination

Steven Newcomb – Juillet 2019

URL de l’article original en anglais ► http://originalfreenations.com/the-deep-desire-for-christian-domination/

Traduit de l’anglais par R71 dans ► Doctrine chrétienne de la découverte ou le profond désir chrétien de domination (Steven Newcomb)

Le désir des nations chrétiennes de dominer les nations “infidèles” et leurs terres, a mené à un désir de “découvrir” ou de localiser toutes terres infidèles de par le monde, qui n’avaient pas encore été dominées. Ceci devait être fait afin d’étendre l’empire chrétien (NdT : le tristement célèbre “christianorum dominorum”…). Ce désir eut pour résultat le fait que les monarques chrétiens autorisèrent des voyages de recherche de toute terre non-chrétienne qui n’avaient pas encore été soumises à la domination chrétienne.

Le pape et les monarques de la chrétienté croyaient que c’était la volonté de dieu pour que “Son” empire et sa domination soient étendus sur toutes les parties de la planète. Pour ce faire, il devenait nécessaire de naviguer sur les océans à la recherche de tout endroit qui n’avait pas encore été forcé de vivre sous la domination du “dieu” chrétien et de son empire de domination. Nous savons tout cela grâce à une phrase écrite dans une bulle pontificale de 1493 (NdT : Inter Caetera du pape Alexandre VI, Rodrigo Borgia)), “Nous croyons en Lui (dieu), celui par qui se créent les empires et les dominations de toutes choses.

Ce qui a été appelé la “doctrine de la découverte” est fondée sur la croyance que ce fut la volonté de dieu que les monarques chrétiens localisent et dominent toutes terres non-chrétiennes. Ce soi-disant “droit de domination” divin se métamorphosa en un “droit de la découverte” ou en un “droit de la découverte chrétienne”. Dans ce contexte donc, le mot “découverte” dans l’expression “doctrine de la découverte” veut dire “accomplissement de la volonté de dieu de localiser les terres non-chrétiennes afin de les dominer ainsi que les peuples et nations y vivant.

Ce désir de domination se reflète dans un passage de la bible au psaume 2:8:

Demandez-moi et je vous donnerais les païens en héritage et ferais des plus belles parties de la terre votre possession.” Parce qu’un héritage est une forme de propriété, le psaume 2:8 dit de fait que les gentils et non-croyants seront donnés au “peuple élu” en tant que forme de propriété, ce avec toutes les parties non encore sous domination de la terre pour que tout cela entre en possession du “peuple élu”. Ceci évoque également un sens de la propriété que William Blackstone a défini comme un droit de “domination despotique” ou en d’autres termes, une affirmation du droit de domination.

L’affirmation d’un droit de domination chrétienne

Steven NewcombMai 2019 – Traduction R71

Ce qui a été typiquement appelé “La doctrine de la découverte” serait, de mon point de vue, mieux nommé comme étant la “doctrine de la domination chrétienne”. L’idée même de “découverte” n’a de sens que dans le contexte de ces monarques de la chrétienté s’aventurant dans la localisation des terres jusqu’ici inconnues du monde chrétien. Une fois que des terres correspondant à la description donnée étaient localisées au cours de longs voyages maritimes, les représentants du monarque particulier étaient instruits de pratiquer une sorte de rituel afin de s’approprier symboliquement un droit de domination sur cette position géographique particulière, que ce soit en tenant une poignée de la terre étrangère, en brisant une branche, en éparpillant de l’eau (“bénite”), en agitant une épée ou quoi que ce soit d’autre.

En 1823, La Cour Suprême des États-Unis (CSEU), sous la direction du juge John Marshall, remémora une partie de cette étrange histoire et examina ce que la cour appelait le “droit de découverte”. Marshall y déclara que le “droit de découverte” fut très bien illustré par la commission royale du roi d’Angleterre Henry VII donnée à John Cabot et à ses fils. Cette commission instruisit les Cabot de “rechercher, de découvrir, de trouver, quelques îles, terres et provinces des païens et des infidèles qui jusqu’à ce jour demeuraient inconnus de tout le peuple chrétien.

En d’autres termes, les Cabot reçurent pour instruction d’aller à la recherche de terres où vivaient des païens et des infidèles et une fois arrivés sur place, immédiatement s’emparer de l’endroit au nom du droit chrétien de domination de ces gens et de toutes ces terres non-chrétiennes. [NdJBL : c’est de là que vient l’expression faire du cabotage]. La CSEU appela cette affirmation d’un droit de domination l’”ultime dominion”. Bien trop de gens ne comprennent pas que le mot “dominion” dérive du mot latin signifiant “domination”.

“Après avoir souffert au-delà de la souffrance, la nation rouge se relèvera de nouveau et ce sera alors une bénédiction pour un monde devenu bien malade. Un monde empli de promesses brisées, d’égoïsme et de séparations. Un monde se languissant de lumière. Je vois une époque de sept générations lorsque toutes les couleurs de l’humanité se rassembleront sous l’arbre sacré de la vie et la terre entière redeviendra de nouveau un cercle unique. Ce jour là, il y aura ceux parmi les Lakota qui porteront la connaissance et la compréhension de l’unité parmi tous les êtres vivants et les jeunes gens blancs viendront vers ceux de mon peuple pour leur demander de leur dispenser leur sagesse. Je salue la lumière dans tes yeux, là où réside l’univers entier. Car quand tu es au centre de toi-même et que je suis également en cet endroit en mon sein, alors nous serons un.”

~ Tasunke Witko, Crazy Horse, Cheval Fou, chef de guerre Oglala ~

La Voie Lakota & L’aventure de Crazy Horse par Joseph M. Marshall III, version PDF N° 45 de 42 pages

La 7ème génération contre la solution finale – Mohawk Nation News, 27 mai 2019

Catégorie PEUPLES PREMIERS

Pour effondrer les empires coloniaux par apostasie collective et en récusation de la doctrine chrétienne de la découverte par Jo Busta Lally

PAGE : FAIRE TOMBER L’EMPIRE ANGLO-AMÉRICANO-CHRISTO-SIONISTE

PAGE PDF (133)

JBL1960

8 réflexions sur « Le profond désir chrétien de domination – Steven Newcomb, juillet 2019 »

  1. N’est-ce pas le désir de plusieurs religions monothéistes de dominer le monde, d’imposer leur dieu aux autres avec tous les rituels, règles, lois, coutumes en plus des croyances ? Forger un modèle n’ayant qu’une seule image à vénérer afin de vivre dans un monde uniforme, mais qui serait aussi stérile qu’un erg.

    J'aime

    1. Oui, et cette très juste et très profonde analyse de Newcomb confirme que ce nouveau paradigme, en lien avec les peuples originaires ou Natifs ne pourra être que sans dieu ni maitre et autant que possible, sans arme ni haine, ni violence…

      Steven Newcomb est un auteur qui me touche tout particulièrement, depuis le début.

      Merci de votre commentaire Mathis, mon petit-fils porte le même prénom que vous !
      JBL

      Aimé par 1 personne

    2. En France, lors de la laïcisation de la république, le Dieu chrétien a été remplacé par le Dieu Argent, avec la Sainte Croissance du PIB.

      Ce Dieu Argent et sa compagne la Sainte Croissance, sont depuis de nombreuses années installés au sein des pays dits développés, et s’incrustent progressivement dans les pays dits du Tiers Monde.

      C’est un poison assimilé de force au travers de toute la story telling mise en place depuis la fin de la 2ème GM.

      Pour le faire tomber, il suffit de limiter nos achats à nos besoins strictement nécessaires…et pour ceux qui ont un jardin, cultivez des fruits et légumes pour votre consommation personnelle.

      Aimé par 1 personne

      1. À mon avis, le Dieu Argent était présent bien avant la laïcisation de l’État. Tous ceux qui avaient suffisamment de pouvoir pour ne pas croire en DIeu maintenaient le Dieu Argent loin du peuple en lui substituant un autre Dieu en lequel croire. La Sainte Croissance a été canonisée lorsque les puissants ont compris que si le peuple possédait plus d’argent, ils pourraient acheter plus de produits fabriqués par eux. Et voilà comment les gens ordinaires ont acquis les mêmes aspirations et les mêmes défauts que les rois. Consommation immodérée, crédit galopant, gaspillages éhontés et environnement ravagé.

        J'aime

      2. C’est juste et pour cela, il suffit de lire l’anthropologue anarchisant David Graeber, que j’ai compilé en version PDF N° 57 de 59 pages ► https://jbl1960blog.files.wordpress.com/2018/04/fragments-anthropologiques-pour-changer-lhistoire-de-lhumanitc3a9-avec-david-graeber.pdf

        Surtout à partir de la Page 24 – État, société et les premières 5000 années de dette, avec l’anthropologue David Graeber

        Je publie ce matin, une compilation, en version PDF (N° 109 de 144 pages, à lire d’un bloc ou par centre d’intérêts) de Charles Macdonald, un autre anthropologue anarchisant qui est totalement « bouleversifiant » !

        Cela devrait vous plaire !
        Bonne lecture à tous ; Jo

        Aimé par 1 personne

Répondre à jo Busta Lally Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s