La fin de l’hégémonie anglo-américaine (christo-sioniste) par Dean Henderson – Traduit, complété et enrichi par JBL

Les 4 cavaliers de l’Apocalypse… du pétrole !

Pétrole, géopolitique, Maison des Saoud et Nouvel Ordre Mondial

Source de l’image « Les 4 Cavaliers de l’Apocalypse » par Dol-Celeb

Parfaitement raccord avec l’un des 30 meilleurs articles de Dean Henderson publié le 11 septembre 2018 et traduit par R71, intitulé ; L’entreprise Crown Castle et la bête du 5G à la page 132 du PDF N° 81 de 136 pages, et en analyse dans ce billet de blog du 24 septembre 2018 intitulé : Abandon du RTC 2022 = Aux Arbres Citoyens !

Dean Henderson nous a déjà invités à choisir dernièrement entre rejoindre les cyborgs et la dictature technotronique qui via la 5G nous imposera le tout connecté dont la finalité est le regroupement de survivants zombifiés et pucés dans de grandes villes connectées (Smart-cities) OU rejoindre la RÉSISTANCE et mieux encore, l’incarnerPOURQUOI & COMMENT REFUSER VIA LA 5G LE TOUT CONNECTÉ ou LA VILLE CONNECTÉE

Clairement c’est le moment de choisir et mieux d’agir ENSEMBLE ! Sinon à fermer sa goule à tout jamais, ce qui est juste impossible…

…En tous cas pour moi !

La fin de l’hégémonie anglo-américaine (christo-sioniste)

Dean Henderson – 12 août 2019 – URL de l’article source en anglais ► https://hendersonlefthook.wordpress.com/2019/08/12/the-end-of-anglo-american-hegemony/

Traduction de Jo Busta Lally avec l’aide du Traducteur DeepL.com

Extrait du Livre de Dean Henderson, Chapitre 24 – (Excerpted from Chapter 24 : Nephilim Crown 5G Apocalypse)

Il n’y a pas si longtemps, les oligarques du chocolat et leurs gendarmes fascistes se sont emparés des champs fertiles de blé et d’orge de l’Ukraine, tandis que les rebelles islamistes financés par les banques ont pris Mossoul et le champ pétrolier voisin de Kirkuk – l’un des plus grands du monde – pour Exxon Mobil. Les pays du BRICS ont vu l’impérialisme aller trop loin et, sous la houlette de Poutine, se sont affairés à se préparer à l’effilochage au ralenti de l’empire financier anglo-américain.

L’oligopole Rothschild/Rockefeller/banque/énergie/armes/drogues qui a asservi l’humanité et décimé la planète Terre au cours de ces derniers siècles est en train de s’effondrer. L’arrogance et la stupidité des « illuminés » autoproclamés, qui opèrent leur matrice depuis la ville de Londres, s’écrivent en grand pour que tout le monde les voie.

Leurs gendarmes du Moyen-Orient, Israël et l’Arabie Saoudite, vacillent tandis que l’Iran se lève.

Il y a quelque temps, des troupes d’Arabie saoudite et des Émirats arabes unis (EAU) sont entrées au Bahreïn pour aider la pétro-monarchie d’al-Khalifa à réprimer les manifestations pro-démocratie. Cette intervention – tolérée par les puissances occidentales – représentait un effort de dernière minute pour sauver le Conseil de coopération du Golfe (CCG), le principal modus operandi néocolonial qui soutient le programme de blanchiment d’argent en eurodollar de Londres tout en soutenant à la fois la livre sterling et le dollar.

Mais les têtes des monarques vont bientôt tomber. Les populations des pays du CCG restent agitées, en particulier en Arabie saoudite et à Bahreïn. Ce n’est pas un hasard si l’instable Maison des Saoud a financé les rebelles syriens, les a envoyés déstabiliser l’Irak, puis a lancé une campagne de bombardement impitoyable au Yémen.

Les choses qui se passent sur le front intérieur saoudien sont un peu risquées pour les membres de la famille royale déjà très divisée et en conflit ouvert. Il est important de savoir comment nous en sommes arrivés là :

(Excerpted from Chapter 5 : Persian Gulf Rent-a-Sheik : Big Oil & Their Bankers…) (Extrait du Chapitre 5 du livre de Dean Henderson)

Les six pays du CCG – Arabie saoudite, Koweït, Bahreïn, Émirats arabes unis, Qatar et Oman – se situent en tête de 42% de la production du pétrole mondial. Les monarchies unifamiliales qui les contrôlent ont été triées sur le volet par l’Empire britannique. Ils travaillent en tandem avec Israël pour voler le pétrole brut du peuple arabe. Ce sont eux, et non la Chine ou le Japon, qui sont les plus gros acheteurs de bons du Trésor américain. Leurs intérêts ne sont pas ceux de leur peuple, mais ceux de la City de Londres et de Wall Street.

L’élite des six pays du CCG est fortement investie dans les économies occidentales. Le volume élevé de production de pétrole brut permet à Wall Street et à la City de Londres de continuer à recevoir ces capitaux d’investissement tout en permettant aux élites du CCG de vivre un style de vie opulent. Comme l’a dit le ministre saoudien du pétrole, Hisham Nazer : « Nous avons maintenant un lien mutuel d’intérêt personnel et d’intérêts sécuritaires réciproques. »

Comme la dépendance de l’Occident à l’égard des ressources du tiers monde s’est accrue, il est devenu de plus en plus nécessaire pour les banquiers internationaux et leurs entreprises d’inclure des cliques d’élites locales dans leurs programmes d’accumulation de capital, rendant un petit groupe de personnes locales extrêmement riches afin que ce groupe puisse coopérer pour vendre les ressources locales à l’Ouest et à bon marché.

Un exemple de cette utilisation des élites locales comme substituts peut être vu à travers le cas de l’homme le plus riche du monde. Le sultan Hassanal Bolkiah – Sultan de Brunei, une minuscule enclave pétrolière sur l’île de Bornéo, où la Royal Dutch/Shell détient un quasi-monopole sur l’industrie pétrolière et a payé grassement le sultan pour que cela continue. Le sultan de Brunei pèse plus de 60 milliards de dollars et vit dans un palais de 1 778 chambres.

Ces élites locales, en retour, remettent leurs richesses aux banquiers occidentaux pour se protéger contre la dévaluation et la faillite des banques. Cela prive leur pays d’origine de capitaux dont il a grand besoin et précipite souvent des crises de dévaluation et d’endettement. Les États-Unis sont eux-mêmes devenus une nation débitrice et doivent en partie leurs dettes à ces mêmes élites du tiers monde, qui détiennent des billions en dépôt dans les grandes banques américaines, alors que leurs compatriotes vivent dans une pauvreté abjecte. Les élites égyptiennes, par exemple, détiennent 60 milliards de dollars en dépôts dans des banques étrangères, alors que l’Égyptien moyen gagne 650 $ (580 €) par an. Dans le cas du CCG, la quantité de pétrodollars recyclés qui est réinjectée dans les investissements occidentaux est vraiment stupéfiante.

Les Saoudiens ont investi plus de 600 milliards de dollars à l’étranger. Citigroup détient 33% de la Saudi American Bank, mais est maintenant elle-même contrôlée par des membres de la Chambre des Saoud. En 1993, le prince saoudien al-Waleed bin Talal, propriétaire de la Saudi Commercial Bank, a investi 590 millions de dollars dans la Citibank. Bin Talal détient maintenant 17,34% de Citigroup, tandis que le prince héritier Abdallah en détient 5,4%, ce qui en fait les deux principaux actionnaires de la banque. Bin Talal est également le 2e actionnaire en importance de Rupert Murdoch’s Newscorp, société mère de Fox News et du Wall Street Journal.

Les achats d’actions saoudiens de Citigroup ont été facilités par le groupe Carlyle*, basé à Washington, qui est détenu à 20% par la famille Mellon, propriétaire de Gulf Oil et qui possède désormais une grande partie de Chevron Texaco. Carlyle est dirigé par Frank Carlucci, ancien secrétaire à la défense de Reagan et Bush et président de Reagan NSC. George Bush père (NdJBL : Décédé depuis, officiellement le 30 novembre 2018), James Baker III et l’ancien premier ministre britannique John Major sont conseillers principaux et membres du conseil d’administration de Carlyle. Bush père a été le conseiller en investissement de la famille Ben Laden jusqu’en novembre 2001.

En 1995, le prince bin Talal a fait équipe avec le promoteur canadien Paul Reichmann, le président de Loews, Larry Tisch, et le financier libanais Edmund J. Safra – un ami proche du criminel de guerre Henry Kissinger** – pour acheter le complexe Canary Wharf de Londres pour 1,04 milliard $.

Le Cheikh Zayed, dirigeant des Émirats Arabes Unis, dirige l’Autorité d’investissement d’Abou Dhabi. Une grande partie de son argent est gérée par des sociétés d’investissement privées et des sociétés d’actions comme Carlyle Group et Donaldson, Lufkin & Jenrette, qui est détenue à 18% par le groupe saoudien Olayan. Olayan possède également de gros morceaux de JP Morgan Chase et de CS First Boston. Le directeur de la Abu Dhabi Investment Authority est le conseiller asiatique du groupe Carlyle.

Le Bahreïn joue un rôle clé dans ce recyclage des pétrodollars, en servant de centre bancaire offshore non réglementé pour les cheiks du CCG et leurs partenaires internationaux de mégabanques (NdJBL : ou BANKSTERS). Bahreïn abrite également la cinquième flotte américaine et un grand nombre de raffineries, qui traitent le brut saoudien.

Le Liban avait été le premier centre bancaire du Moyen-Orient dans le passé, mais avec Beyrouth qui a été réduite en ruines par les bombardements israéliens, la banque d’affaires s’est déplacée vers le port de Dubaï totalement détaxés aux Émirats Arabes Unis, aujourd’hui le plus grand marché de l’or sur la planète. La banque d’investissement est centralisée au Koweït.

Mais c’est bien le Bahreïn qui abrite le vaste fonds commun de plusieurs milliards de dollars de fonds du marché monétaire provenant des recettes des pétrodollars du GCC/Four Horsemen. La plupart des banques à Bahreïn appartiennent à des intérêts étrangers et toutes les mégabanques américaines y ont des activités. De nombreuses banques de Bahreïn appartiennent à l’élite du CCG et servent d’intermédiaire majeur dans le processus de recyclage des pétrodollars. La Kuwait Burgan Bank, par exemple, détient une participation de 28% dans l’une des plus grandes banques du Bahreïn, la Middle Eastern Bank.

L’entreprise la plus puissante du Bahreïn est Investcorp, qui a pris des participations importantes dans Saks Fifth Avenue, BAT, Tiffany, Gucci, Color Tile, Carvel Ice Cream, Dellwood Foods, New York Department Store of Puerto Rico, Circle K et Chaumet. Investcorp a été cofondée en 1983 par Sheik Khalifa bin Sulman al-Khalifa, membre de la famille dirigeante du Bahreïn, qui possédait également une grande partie de la fameuse BCCI. Un récent prospectus d’Investcorp indique que le ministre des Finances du Bahreïn en est propriétaire.

Le président d’Investcorp est Abdul-Rahman Al-Ateeqi, ancien ministre du pétrole et des finances du Koweït. Son vice-président est Ahmed Ali Kanoo, de la riche famille saoudienne Kanoo, dont la valeur est estimée à 1,5 milliard de dollars. L’ancien ministre saoudien du pétrole, Sheik Yamani, était l’un des actionnaires fondateurs d’Investcorp, ainsi que sept membres de la famille royale saoudienne. Investcorp a son siège social de huit étages à Bahreïn, ainsi qu’un bureau à Park Avenue à New York et un bureau de district à Mayfair, Londres.

Le partenaire de Sheik al-Khalifa dans le lancement d’Investcorp était Nemir Kirdar, le président de la banque qui était en charge des opérations de Chase Manhattan dans le Golfe Persique. De nombreux cadres supérieurs d’Investcorp sont également des anciens de Chase.

De nombreux achats d’Investcorp se sont avérés être des flops et il y a un côté opaque dans cette banque. Charles Lefevre, dirigeant du joaillier français Chaumet, a déclaré qu’Investcorp avait truqué les chiffres de Chaumet pour attirer les actionnaires tout en essayant de mettre ses actions en gage à un prix plus élevé pour les autres investisseurs du Golfe Persique. Une autre plainte alléguait qu’Investcorp avait tenté de piller la Banque européenne saoudienne à Paris.

Résultat de recherche d'images pour

Abdullah Taha Bakhsh, membre du conseil d’administration d’Investcorp, milliardaire saoudien reclus/solitaire, a investi massivement dans Harken Energy de George W. Bush. Il en va de même pour le cheik al-Khalifa, le dirigeant de Bahreïn. Bush et son copropriétaire Dick Cheney ont transformé leur Arbusto Energy en Harken lorsque James Bath, un ami de Bush, leur a fourni 50 000 $ en capital de démarrage.

[NdJBL : c’est un chouïa compliqué, faut suivre la trace de l’argent, tout simplement !]

Bath possédait Skyway Aircrafts et faisait l’objet d’une enquête de la DEA pour avoir travaillé avec des cheiks du CCG en envoyant des billets de 100 dollars aux îles Caïmans. Comme Bath empruntait souvent de l’argent aux Cheikhs saoudiens Khalid bin Mahfouz le plus grand actionnaire de la BCCI et Mohammed bin Laden, ces riches Saoudiens ont probablement fourni les 50 000 $ en capital de démarrage pour lancer ce qui est devenu Harken Energy.

Ben Mahfouz et Ben Laden ont aidé Harken à signer un accord exclusif de forage pétrolier offshore juste avant la guerre du Golfe. En janvier 1990, le président Bush père avait approuvé un statut commercial préférentiel pour le régime irakien. Le même mois, Harken Energy s’est vu attribuer la plus grande concession pétrolière offshore jamais accordée dans le golfe Persique, au large des côtes de Bahreïn.

Parmi les autres investisseurs importants de Harken, mentionnons les frères Bass de Fort Worth, la famille sud-africaine Rupert, le Harvard Endowment Fund et le lieutenant George Soros de Rothschild. En 1989, le gouvernement de Bahreïn a brusquement interrompu les pourparlers avec Amoco concernant la même concession pétrolière après que l’Émir al-Khalifa eut décidé de l’accorder à Harken Energy sur l’insistance du chef des opérations de Mobil au Moyen-Orient, Michael Ameen. Le financement du projet a été arrangé par Jackson Stephens, un ami de Bush Jr., propriétaire de la Worthen Bank en Arkansas, qui a joué un rôle déterminant dans l’arrivée de la BCCI aux États-Unis et qui a fait don de 100 000 $ à la Bush Sr. 1988 Presidential Campaign. (NdJBL : Campagne présidentielle de Bush Père en 1988).

L’avocat new-yorkais Allen Quasha et son père William Quasha de Manille ont aidé à conclure l’accord Harken avec Bahreïn. En 1961, Bill Quasha a aidé George Bush père à obtenir les droits de forage du premier puits de pétrole au Koweït via Zapata Offshore Oil Company. Plus tard, Quasha a été conseiller juridique de la Nugan Hand Bank de la CIA aux Philippines. Son fils Allen est devenu le plus gros actionnaire de Harken. Les Quasha détiennent 21 % d’une société suisse contrôlée par la famille sud-africaine Rupert, qui était le principal bailleur de fonds de l’ancien régime d’apartheid de ce pays. [NdJBL : je recommande la lecture de : Les Sud-Africains disent que les Rothschild vampirisent l’économie du pays de Jonas Alexis source Veterans Today, Juin 2019]

Juste un mois avant l’invasion du Koweït par l’Irak, George W. Bush a vendu 66% de sa participation dans Harken Energy avec un profit de 200%. Alors que des analystes boursiers comme Charlie Andrews de 13D Research émettaient des recommandations d' »achat » sur Harken, le 22 juin 1990, Bush a encaissé 840 000 $ en actions Harken, disant plus tard qu’il avait « vendu au meilleur moment ». Bush savait que Harken avait violé les termes d’un paquet de prêts et qu’il était maintenant dans les cordes financièrement. Cinq semaines plus tard, Harken a annoncé une perte de 23 millions de dollars et le cours de ses actions s’est effondré.

Bush n’a pas annoncé la vente de ses actions Harken Energy avant mars 1991. C’était illégal, mais Bush a affirmé que la SEC avait égaré les formulaires et n’a jamais été poursuivie. En 1993, Bush s’est retiré du conseil d’administration de Harken. Avec le soutien financier important d’Enron, il est devenu gouverneur du Texas.

Bush a été défendu pendant l’énorme scandale Harken par l’avocat Robert Jordan de Baker Botts, qui a été remboursé en 2000 en tant qu’ambassadeur des États-Unis en Arabie saoudite. Richard Breeden, l’un des plus grands partisans politiques de Bush père, était le chef de la SEC qui a pardonné lors de la débâcle des Harken. L’avocat de la SEC était James Doty, un autre partisan de Bush qui a aidé George W. à acheter l’équipe de baseball des Texas Rangers.

Lorsque George W. Bush a fusionné Harken avec Spectrum 7 Energy, il a fait appel à Abdullah Taha Bakhsh, un initié d’Investcorp, qui a acheté 17,6% de Harken par l’intermédiaire d’une société holding des Antilles néerlandaises. Certains disent que Baksch était un homme de paille pour Cheikh Khalid bin Mahfouz. M. Baksch a été l’un des principaux investisseurs d’Investcorp, une société basée à Bahreïn qui a été lancée par d’anciens dirigeants de Chase Manhattan. En 1988, il a pillé une banque arabe à Londres.

Bakhsh a également été accusé d’avoir pillé la banque saoudienne Al de Paris lorsqu’elle s’est effondrée en 1988, juste avant l’effondrement spectaculaire de la BCCI. Bakhsh est actionnaire de First Commercial Financial Group, une société de négoce à terme de matières premières basée à Chicago qui a été sanctionnée par les régulateurs américains pour fraude et falsification. Juste avant l’éclatement de la guerre du Golfe, Investcorp a vendu 25,8% de ses actions à une société irakienne, en dépit d’une loi bahreïnie interdisant de telles transactions.

Les Saoudiens et les Koweïtiens sont clairement en tête des investissements du CCG à l’étranger. La Kuwaiti Investment Authority a investi plus de 250 milliards de dollars à l’étranger et est le plus gros investisseur étranger au Japon et en Espagne. Citigroup et JP Morgan Chase s’occupent des investissements koweïtiens aux États-Unis, où le clan al-Sabah détient des actions dans chacune des 70 plus grandes sociétés cotées à la Bourse de New York. Leurs avoirs américains comprennent 100% d’Occidental Geothermal, 29,8% de Great Western Resources, 100 % de l’Atlanta Hilton Hotel, 45% de l’hôtel Phoenician et 11% de Hogg Robinson.

En Allemagne, ils détiennent 14% de Daimler-Chrysler, 25% de Hoechst (la spin-off (société dérivée) nazie d’IG Farben*** et la deuxième société pharmaceutique mondiale), 20% de Metallgesellschaft et une partie du distributeur allemand Asko. En Italie, ils détiennent 6,7% d’Afil, la holding familiale Agnelli qui possède Fiat et plusieurs autres entreprises. Au Royaume-Uni, le Koweït possède St. Martin’s Properties et 5,4% de Sime Darby. En Malaisie, la société K-10 possède le plus grand journal de Malaisie, la New Straits Times Press. Dans le Singapour voisin, les Koweïtiens détiennent 10,6% de Singapore Petroleum, 37% de Dao Heng Holdings et 49% de la société de bourse J. M. Sassoon.

Kuwait Oil Company (KOC), a été techniquement nationalisée au début des années 1980, mais reste proche de ses anciennes sociétés mères – Chevron Texaco et BP Amoco – qui vendent ces deux huiles Horsemen à un prix réduit. KOC a enrichi les émirs al-Sabah et la famille al-Ghanim, qui ont agi comme agent de la société pendant des décennies. En 1966, KOC achète une filiale danoise et devient la première compagnie pétrolière du Moyen-Orient à vendre de l’essence au détail en Europe. KOC a été la société GCC la plus agressive dans ses investissements en aval à l’étranger. En 1982, elle a acheté des centaines de stations-service Q8 en Europe. En 1987, elle possédait plus de 5 000 détaillants d’essence en Europe et en Asie du Sud. Pas plus tard que la semaine dernière, KOC a obtenu un contrat pour la construction de raffineries de pétrole en Corée du Sud.

Les Koweïtiens ont même acheté un des quatre cavaliers, BP Amoco. En 1988, leur part était de 22%. Depuis, ils ont réduit leur part à 9,85%, ce qui représente toujours une participation majoritaire. Ils ont acheté les activités de raffinage de Mobil à Naples, en Italie, et détiennent près de 4 % d’ARCO (qui fait maintenant partie de BP Amoco) et 2,39% de Phillips Petroleum (qui a fusionné avec Conoco). En Espagne, les Koweïtiens exploitent l’entreprise Torras Hostenchchemical. Au Japon, ils exploitent Arabian Oil.

Au total, les investissements du CCG dans les banques et les entreprises occidentales se chiffrent en milliards de dollars. La majeure partie de cette somme est investie dans des obligations d’État américaines et japonaises à long terme. Les cheiks du CCG sont essentiels pour faire flotter l’ensemble du château de cartes qu’est l’économie mondiale. Leurs achats garantis de la dette américaine, qui ont été en grande partie accumulés grâce aux dépenses de défense dans la région du Golfe Persique, maintiennent le dollar américain fort et empêchent l’effondrement de l’architecture financière internationale. Les émirs et leurs alliés de l’élite financent également des opérations secrètes de la CIA, tout en rééquilibrant leurs excédents commerciaux avec l’Occident par l’achat d’armes américaines pour protéger leurs fiefs pétroliers.

Les événements en Ukraine et au Moyen-Orient ont révélé la position désespérée de l’oligopole énergétique Rockefeller/Rothschild. Poutine vient juste de commencer à jouer la partie avec d’excellentes cartes en main. [NdJBL : Que Vlad soit un fin stratège, soit. Mais il joue sur l’échiquier international ► La Russie vend 19,5% de Rosneft au Qatar (Exxon-Mobil)… qui finance Daesh !… que combattent les Russes !… Ubuesque… Sachant aussi que le Qatar est la propriété d’Exxon-Mobil (Rockefeller et l’ex-Standard Oil). Dans ; Vladimir se met à la Trumpette]

Les marionnettes du CCG restent dans la bataille et encerclent les chariots. La fin de la norme pétrolière ne peut être évitée que par une guerre permanente. Des jours étranges, en effet.

Dean Henderson, auteur qui a écrit 6 livres : Big Oil & Their Bankers in the Persian Gulf: Four Horsemen, Eight Families & Their Global Intelligence, Narcotics & Terror Network, The Grateful Unrich: Revolution in 50 Countries, Das Kartell der Federal Reserve, Stickin’ it to the Matrix & The Federal Reserve Cartel.

Résultat de recherche d'images pour

*Groupe Carlyle : Le lien avec Sarkozy, 1ère taupe zunienne placée à l’Élysée ► Agenda oligarchique de dépopulation, Sarkozy et les compteurs intelligents.

**À propos d’Henry – Kissinger : qui est toujours dans les mauvais coups !

***IG FARBEN : Wall Street et la montée en puissance d’Hitler, version PDF du Pr. Antony Sutton.

Le FBI lance le « Je vous salue Marie » – La Théorie du Complot gagne ! Dean Henderson (08/08/19) Traduction JBL

Et je vous recommande la lecture des 30 meilleurs articles de Dean Henderson, en français, au format PDF N° 81 de 136 pages ► Crochet gauche une claque hebdomadaire à l’oligarchie, dont voici le sommaire et je mets en gras les articles connexes à lire en priorité, l’avantage de ce PDF, vous pouvez l’imprimer chapitre par chapitre, et dans l’ordre qui vous plaira ;

PAGE :

5               Présentation de l’Auteur

Les 8 familles derrière le cartel banquier privé international ;

6                    1ère Partie

17                  2ème Partie

27            La connexion Bank Of America, Rothschild, BCCI, CIA, Ben Laden, Pakistan, Arabie Saoudite et les guerres secrètes du Monde…

33            Le caniche saoudien des Rothschild a armé les rebelles libyens et syriens

37           Banquiers suisses, Banque des Règlements Internationaux et la Maison Rockefeller

43           Aimez les gens, détestez le système

47           Les Internationaux : Pétrole, drogue, armes et Kissinger Associates

55            L’Ukraine tombe sous le coup des banquiers fascistes

59            La prise de pétrole du Sud-Soudan par Glencore de Rothschild

63            Spéculateurs, cartels et mythes de la pénurie

69            ARAMCO et la Maison des Saoud

74           Les banques pourries canadiennes

80           La fraude du darwinisme social

84           La guerre au Yémen est une guerre pour les cartels pétroliers Rothschild/Rockefeller

86          Les États-Unis et leurs alliés ont créé l’EIIL pour une guerre perpétuelle au Moyen-Orient

88           Les 4 cavaliers du pétrole et le baril à 44US$

91          L’impérialisme des Rothschild, pressetituée et réfugiés

93          La Maison Rothschild

99         ISIS / EIIL le conte de fée

102       Le trust financier de la Standard Oil des Rockefeller

105       Qui est propriétaires des banques d’Israël ?

110       L’addiction technologique et l’agenda du Nouvel Ordre Mondial

113        L’opération d’intox de Cambridge Analytica par Facebook et le MI6

116        Le bulldog de la couronne attaque la Syrie

119       La marche des Rothschild vers la 3ème Guerre Mondiale

122       Les services de renseignements britanniques derrière le RussiaGate

125        Pourquoi Trump est l’outil de Rothschild

129       Facebook la nouvelle tour de Babel

132       L’entreprise Crown Castle et la bête du 5G

135       Caravanes, narco-oligarques et la pseudo-gauche de Georges Soros

Pour retrouver ce PDF et tous les autres en lecture, téléchargement, impression diffusion et partage libres et gratuits ► https://jbl1960blog.wordpress.com/les-pdfs-realises-par-jbl1960/

Après cela, il sera difficile de prétendre qu’on ne savait pas, et que si on avait su… Surtout en France, car nous savons, maintenant, de qui Macron de Rothschild est le N.O.M.

JBL1960

Publicités