P.A.R.I. POUR 1 3RI

P.A.R.I. = Plateforme Autonome Révolutionnaire Internationale POUR un 3RI = Réseau de Résistance & de Rébellion International

CONTRE la Société Marchande et son Agenda oligarchique de dépopulation

Je fais ce P.A.R.I. et vous ?

Rejoignez-nous, par exemple, en redonnant TOUT le pouvoir aux RONDS-POINTS pour l’Acte XXXI & la 3ème Assemblée des Assemblées

Image associée

Manifeste pour une Plateforme Autonome Internationale (IAP)

Qu’est ce que la Plateforme Autonome ?

La Plateforme Autonome se veut créatrice de liens entre individus et organisations révolutionnaires, autour de la destitution de l’idéologie du pouvoir, c’est-à-dire de la domination des un.e.s par les autres, que ce soit sur des critères économiques, sociaux, culturels, religieux, de genre, sexuelles, etc.

Un des objectifs majeurs de cette Plateforme est la création d’espaces révolutionnaires : des espaces de socialisation et d’organisation dans le but de poursuivre un idéal révolutionnaire que l’on sait impossible à atteindre.

Ces espaces ont pour but de s’étendre et de supplanter le monde existant en le destituant, c’est-à-dire en le rendant obsolète. Ils ne doivent en aucun cas être coupé de ces institutions, le repli sur soi ou sur une communauté n’étant pas un acte pouvant conduire à une révolution.

La Plateforme n’est pas un Parti, elle ne donne pas de directive, elle se veut être un organe de coordination des groupes autonomes pour amener à la destitution du monde. Elle n’a pas de forme définitive, et est amenée à se désagréger petit à petit une fois ses objectifs remplis.

Pour rejoindre la plateforme :

NdJBL ► C’est en commentant sous cet article de Résistance 71 de ce jour ► Dictature cybernétique : YouTube, Google, Facebook et la guerre contre la vérité… (VT) que m’est venue l’idée d’appeler au P.A.R.I. POUR 1 3RI, et le plus possible hors GAFAM

Manifeste pour une plateforme autonome internationale

I.A.P (International Autonomous Platform) | Juin 2019 | Source de l’article en français : https://interap.noblogs.org/french/

[Ce manifeste n’est pas le manifeste de la Plateforme Autonome, car celle-ci n’existe pas encore mais en cours de construction. Il appelle à la constitution de la Plateforme, et tente de définir et d’expliquer son utilité, sa structure possible et ses objectifs.]

« Est révolutionnaire toute action qui conduit effectivement à la révolution ».

L’insurrection n’est pas la révolution. L’émeute n’est pas l’insurrection. Si émeute et insurrection ont des bienfaits du point de vue du renforcement du lien au sein d’un groupe et participe à créer un sentiment de solidarité commun entre les participant.e.s et/ou spectateurs et spectatrices, ces coups d’éclats sont loin d’avoir la portée que nos poèmes et constats théoriques leur donnent. Il faut questionner le potentiel constructif qu’engendre la destruction du point de vue révolutionnaire. Sans lien concret et quotidien entre les gens et les lieux dans lesquels ils évoluent, l’instant insurrectionnel ou émeutier est voué à se reproduire sans autre achèvement qu’une solidarité lointaine qui, si elle fut une grande réussite et un grand pas dans les luttes récentes (de la Loi Travail aux Gilets Jaunes), peine à dépasser son cadre temporel et géographique.

Critique de l’émeute : le problème du temps et de l’espace.

Le temps d’abord, car une fois la dispersion de la dernière manif sauvage l’élan est rompu. On recommencera certes la prochaine fois, avec plus ou moins de fulgurance et de réussite, c’est selon, mais on ne dépassera pas le stade dans lequel nous avions laissé la dernière émeute. Casser plus peut avoir un impact important dans l’instant par exemple, comme le démontre l’émeute du samedi 16 Mars qui fut suivi par une forte réaction politico-médiatique ainsi que d’une solidarité très forte du côté des Gilets Jaunes, qui fustigeaient en grande majorité les « black blocks » et autres « casseurs » il y a de cela quelques mois. Cependant, le stade de construction reste le même, ou plutôt, il se cantonne aux mêmes domaines, à savoir une construction lointaine de la solidarité entre personnes et groupes isolé.e.s les un.e.s des autres. Cette affirmation se vérifie dans de nombreux cas de figures, que ce soit pour des mobilisations qui se répètent – un jour par semaine par exemple, ou pour des mobilisations continues sur plusieurs jours. Le G20 d’Hambourg fut, pour beaucoup de militants, un climax phénoménal par exemple. Pendant une semaine entière la ville fut rythmée par nos actions, jusqu’à ce que le quartier de Sankt Pauli devienne la capitale mondiale de l’émeute pour une nuit un vendredi. Aujourd’hui, que reste-t-il de cela, si ce n’est des souvenirs et un romantisme nostalgique ?

L’espace est également un paramètre clé pour comprendre la stagnation de nos actions et de leurs résultats. Nous n’avons pas d’espace révolutionnaire en milieu urbain, si ce n’est l’espace créé par l’émeute, mais qui ne devient jamais au mieux qu’insurrectionnel, cet espace étant cantonné au temps de l’émeute. La rue n’est à nous que lorsque l’on crie qu’elle l’est, et encore, bien souvent elle ne l’est que le temps que prennent les camions de CRS pour se mettre en marche.

Le temps de l’émeute empêche l’espace révolutionnaire de se créer, et créer un temps révolutionnaire nécessite de dépasser l’espace de l’émeute.

Il faut donc construire un autre espace-temps, dans lequel l’émeute et la création de solidarité qui en découle ont bien entendu une place importante, mais dans lequel l’instant de l’émeute dispose d’un avant, d’un pendant et d’un après. Concrètement – pour quitter la théorie rébarbative qui marque bien souvent les organisations en cours de formation, il nous faut des espaces révolutionnaires. Ces espaces sont des groupes et/ou organisations qui occupent des lieux concrets. Des lieux ancrés dans des territoires fermes (bâtiments, quartiers, etc.) et des réseaux de communication (réseaux sociaux, conversations, etc.) permanents dans lesquels se retrouver, se préparer, et échanger ; mais plus important encore, il faut une structure qui relie ces points pour former un seul et même espace, une plateforme révolutionnaire.

Pour reprendre l’exemple du G20 à Hambourg, sans des bâtiments dédiés à la cause qui était la nôtre nous n’aurions jamais pu tenir la ville comme nous l’avons fait. Le Rote Flora – entre autres – et la présence d’organisations dévouées à la transformation d’Hambourg en espace insurrectionnel furent cruciaux pour faire de cette mobilisation un succès, et plus important pour créer une atmosphère pré-révolutionnaire. Cependant, malgré ce niveau important d’organisation, cet espace-temps ne devint jamais révolutionnaire. Le G20 – comme les manifestations contre les réformes libérales, est en effet un « rituel de résistance ».

Ces rituels de résistance sont toutes les actions dont l’objectif est de résister à un ou plusieurs objets politiques sans jamais les dépasser pour amener à un changement politique et social global. Ainsi, si les autonomes ont réussi au cours de ces dernières années à durcir les rituels de résistance, notamment pendant la Loi Travail ou le mouvement des Gilets Jaunes, ces rituels ne sont jamais devenus révolutionnaires. Ils ne pourront d’ailleurs jamais le devenir, tout simplement parce que le socle organisationnel de ces rituels et l’espace-temps qui leur est accordé n’ont pas pour objectif d’amener à une révolution. Ainsi, si les autonomes ont transformé les manifestations, celles-ci les ont grandement influencé en retour, en faisant de l’émeute le pinacle de l’action autonome – du moins en apparence. Si cette réalité est de plus en plus critiquée depuis fin 2016, force est de constater que nous y retournons à chaque fois que de nouvelles manifestations importantes se déroulent. Certes cela permet de « radicaliser » certaines personnes, cependant nombre d’entre nous constatent la dépolitisation de nos cortèges face à l’arrivée d’individus, d’ « alliés », refusant la « politique ». Bref, l’impasse émeutière à son paroxysme.

Pour dépasser cette impasse il faut transformer et/ou remplacer le socle organisationnel qui commande, ainsi que les objectifs qui sont donnés par les « mouvements sociaux ». L’objectif final est la révolution sociale, son socle organisationnel pourrait être la plateforme autonome.

Plateforme : contre la centralité et l’autoritarisme.

Le mot plateforme peut faire peur, car il peut facilement être associé à l’image du parti politique, ou de l’organisation hiérarchisée. Si le fait même de réunir différentes organisations sur une même plateforme implique forcément des contraintes au nom de la responsabilité collective que les groupes seront amenés à définir entre eux, nous rejetons toutes formes de centralité et/ou d’autoritarisme. Le but n’est absolument pas de construire un Secrétariat ou une Centrale qui dirait quoi faire à quel moment, qui donnerait des directives.

Premièrement ces organisations ne sont pas révolutionnaires, jamais une bureaucratie autoritaire ne pourra en effacer une autre, « au mieux » elle la remplacera.

Deuxièmement, aucun groupe autonome ou un tant soit peu porter sur l’autonomie n’acceptera cela, et il serait bien fou de l’accepter.

Troisièmement, dans l’éventualité ou un tel arrangement serait fait, une organisation structurée de cette manière serait contre-productive, réduisant tout ce qui fait la force de l’autonomie.

Quels seraient les objectifs et la forme de cette plateforme si son but n’est pas la coercition ?

Plateforme : briser l’entre soi interpersonnel, ouvrir l’autonomie à tous.

Un but premier de l’organisation est de mettre en relation des gens/militants isolés, afin de renforcer notre camp. L’autonomie a pour elle l’initiative et l’imprévisibilité, accessibles à toutes et tous, du moins en théorie. Car en réalité, nos groupes et organisations sont bien souvent des territoires de socialisation très fermés. Nombre de personnes sont enjointes par ces groupes affinitaires à créer leur propre groupe, ce qui pour une personne n’ayant pas ou très peu de contacts, de théorie et/ou de pratique à son actif est très difficile et démotivant. Ainsi, notre organisation se doit d’être ouverte et de lutter à tout prix contre l’entre soi qui paralyse et finit par détruire la plupart de nos groupes.

Briser l’entre soi interpersonnel, c’est-à-dire celui qui implique les individus eux-mêmes et leur relation les uns aux autres au sein du groupe, est une étape clé dans le combat révolutionnaire. Il faut dépasser le militantisme d’amitié, dépasser le cadre affinitaire de la révolte qui, s’il est très important pour la constitution première des groupes, les limite une fois constitués, ne leur laissant plus que le choix de mourir au gré des dissensions ou des différents chemins que la société fait prendre aux individus. Trop d’organisations et de groupes ont explosé pour des raisons stupides, pour des guerres d’ego qui ne disaient pas leur nom, ou parce que la ou le membre clé avait quitté le groupe. Il ne doit pas y avoir de membre clé, de noyau central qui sous l’apparence d’un fortifiant serait en réalité une faiblesse pouvant mener à la mort du groupe.

Les groupes doivent donc s’ouvrir et aller chercher les individus partout où ils le peuvent, que ce soit dans leurs quartiers ou à des évènements définis. Le faire dans un quartier peut créer un espace de socialisation militant qui peut créer un effet boule de neige, que ce soit par le biais des réseaux de connaissances des gens qui s’intéressent aux groupes, ou par le biais de la construction d’un espace actif par lequel les gens passent. Le faire au cours d’un événement peut permettre de mettre en relation des individus isolés avec les groupes déjà existants dans ou autour de leurs lieux de vie, ou bien de conduire ces mêmes individus à former eux-mêmes des groupes en suivant la même forme d’autonomie ouverte que nous proposons, et en les soutenant dans ce processus.

De plus, tout le monde doit pouvoir participer autant que possible, selon ses capacités. Il est clair que certaines personnes seront plus « actives » que d’autres, pour diverses raisons : économiques, charismatiques, physiques, psychologiques, etc. Mais ces différences de participation doivent être limitées au maximum. Il faut pour cela que tous les individus soient encouragés à participer selon leur capacité, peu importe leur ancienneté ou leur prétendue légitimité militante. En tant que groupes révolutionnaires, les groupes autonomes doivent se rapprocher autant que possible de l’égalité de participation qui transparaîtrait dans la société révolutionnaire. Ce principe est intimement lié à l’idée de pouvoir. Aucun individu ne doit avoir la possibilité de prendre le dessus sur les autres. Ainsi, s’il est tout à fait possible et même nécessaire de déléguer certaines tâches à certaines personnes, le groupe doit effectuer un contrôle permanent sur les actions des individus qui le composent.

Plateforme : briser l’entre soi territorial, construire une solidarité permanente.

Briser l’entre soi territorial est également un élément clé. Si les solidarités intra-nationales et internationales sont des réalités, force est de constater que leurs évènements et leur mise en place sont bien souvent ponctuels – ils ne sont pas fréquents et/ou uniquement symboliques, ils affichent une solidarité mais ne construisent pas au-delà de la simple relation lointaine déjà définie plus haut. Un événement ponctuel peut être illustré par le convoi anarchiste en soutien à Exárcheia en Grèce, et un événement symbolique peut être illustré par une photo prise entre deux groupes qui se sont rencontrés à un moment donné pour échanger ou participer à un événement culturel comme un concert par exemple.

L’objectif est donc une mise en relation continue des individus et groupes autonomes, que ce soit sur un territoire local, régional, national ou à l’international. En procédant ainsi, on s’affranchit du mieux que l’on peut des limites imposées par les frontières, en postulant qu’un autonome opérant d’abord en France n’est pas pour autant un autonome français mais un autonome tout court. De plus, cela induit un élément clé de ce que devra contenir l’idée de responsabilité collective, à savoir que nous devons considérer qu’agir en dehors de notre espace de base est une prérogative de l’autonomie. Le G20 est bien entendu une illustration forte de cela, car il réunit des autonomes de différents espaces. Mais cette réunion est intrinsèquement rituelle.

Construire notre monde aux abords de l’ancien. Pénétrer ses frontières et le destituer. Voilà quel est le sens de la révolution au 21ème siècle.

La forme adoptée par la Plateforme, nous l’avons vu, a pour objectif de s’affranchir en partie des frontières, au moins psychologiquement si ce n’est concrètement. En finir avec l’idéologie du pouvoir ne peut se faire que si dans nos esprits, cette idéologie n’a plus de prise. Il faut donc que nous construisions nos groupes et nos relations dans l’optique d’arriver à ce résultat ; et que ce résultat prenne des formes concrètes dans la lutte révolutionnaire et la solidarité permanente nécessaire à cette lutte. Il ne s’agit pas ici de prétendre construire un modèle de société, c’est-à-dire d’appliquer un plan comme un architecte qui construirait un bâtiment. Il s’agit en réalité de définir un horizon révolutionnaire, et de tout faire pour s’en approcher, tout en gardant toujours à l’esprit que rien de ce qui touche aux sociétés humaines ne sera jamais parfait. La recherche de la perfection a un caractère totalitaire que nous devons refuser à tout prix.

Nous nous mettons ici dans la droite ligne du discours Zapatiste : « preguntando caminamos », ce que nous pourrions essayer de grossièrement traduire par « en nous interrogeant nous marchons ». Nous proposons la forme et les objectifs de la Plateforme autonome par rapport au contexte présent, par rapport aux victoires mais surtout aux défaites de ces dernières années. Si la Plateforme a bel et bien vocation à être une structure décentralisée, et que les différents groupes encourage la participation maximum de tous les individus qui les composent ; si la Plateforme  et ces mêmes groupes désirent éviter d’être corrompus par un pouvoir qui s’immiscerait au fur et à mesure au fil de leurs possibles victoires et/ou défaites ; si la Plateforme et les groupes veulent se diriger vers un horizon révolutionnaire qu’ils savent nécessairement imparfait ; nous nous devons de faire en sorte que cette Plateforme et ces groupes mettent tout en œuvre pour qu’aucune forme définitive et immuable ne puisse émerger.

Là où les structures que nous affrontons se transforment uniquement pour défendre leur base immuable, à savoir les relations de pouvoir – qui sont nécessairement des relations d’oppression nous le précisons, nous devons être capables de changer du tout au tout si le contexte l’exige, que ce soit globalement ou de manière locale, par exemple si notre force prend de l’ampleur ou que la répression se fait plus forte dans certains endroits. L’adaptation est une des clés de la révolution. La Plateforme n’est pas un Parti. Une telle structure empêcherait toute évolution et adaptation contextuelle de la Plateforme à la réalité qui est la sienne, et empêcherait donc toute possibilité de marche révolutionnaire. Ainsi, la Plateforme doit pouvoir changer de forme lorsque le contexte l’impose. Pour cela, aucun pouvoir qui désirerait naturellement survivre ne doit être capable d’émerger. Une Plateforme réellement révolutionnaire doit savoir quand une structure doit évoluer, voire même quand elle doit mourir. D’ailleurs, si la Plateforme réussit à achever ses objectifs, elle n’aura d’autre choix que de disparaître au profit de l’organisation communiste de la société.

Destituer le pouvoir et son idéologie.

Il convient maintenant pour compléter cette ébauche de définition de ce que l’on peut qualifier de Plateforme Autonome par présenter l’ennemi et le moyen de s’en débarrasser. L’ennemi, c’est l’idéologie du pouvoir, et le moyen, c’est la destitution.

Par idéologie du pouvoir nous entendons tout ce qui, depuis les bases philosophiques et théoriques de tous les siècles et de toutes les régions du monde jusqu’aux pratiques maximales ou minimales de tous les siècles et de toutes les régions du monde, construit la domination d’une part de l’humanité sur une autre. La définition et les implications de cette domination sont très larges et englobent des éléments dépassant les limites des structures sociales, la surexploitation de l’environnement étant un bon exemple de domination indirect et de destruction du bien-être de certain.e.s populations et modes de vie au profit d’autres populations et modes de vie. En France et plus largement dans le monde occidental, l’idéologie du pouvoir postule que les structures étatiques protège l’humanité d’elle-même, la coercition et l’ordre étant les clés de la paix. Les contre-exemples à cette idée sont légions, que ce soit au niveau des affaires intérieures ou extérieures, ou bien sur des questions de conflits ou encore de violence quotidienne. Hobbes peut-être perçu comme l’un des plus influents représentants de ce courant philosophique, prisonnier d’une période trouble de l’Histoire, de son héritage philosophique et culturel ainsi que de ses propres peurs irrationnelles, comme c’est encore le cas de beaucoup d’entre nous à l’heure de la Guerre permanente contre le terrorisme. Lutter contre cette idéologie c’est donc lutter contre l’État, mais également contre les autres structures qui précèdent ou découlent de la structure étatique, qu’elles soient de nature économique, culturelle, sociale, de genre, etc.

Par destitution, et comme le laisse présager notre argumentation précédente en faveur de la Plateforme, nous entendons la construction d’un monde perpendiculaire à l’ancien, c’est-à-dire, un monde qui échappe autant que faire se peut à l’emprise philosophique, physique et psychologique de ce dernier de par la déconstruction méthodique de ses présupposés ; mais également, un monde qui croise l’ancien, le transperce et l’efface petit à petit, institution par institution. C’est là que se trouve la possibilité d’une réelle autonomie, et à termes d’une réelle révolution. Concrètement, les réalisations pratiques d’une telle affirmation sont floues, très floues. Mais cela ne doit pas pour autant paraître complètement abstrait et irréalisable. Partie de la déconstruction méthodique de l’influence de l’idéologie du pouvoir est de repenser nos modes de vie, ce qui est déjà engagé depuis longtemps dans les « théories communistes » et affiliées – nous entendons par « communiste » l’horizon révolutionnaire de suppression des dominations et d’avènement de la commune.

  • Récemment, les ZADs démontrent tout le potentiel révolutionnaire et créatif de l’autonomie, malgré leur relatif isolement.
  • Au Chiapas, la construction de structures autonomes a pour but d’effacer au maximum l’État mexicain des territoires Zapatistes, même si le pouvoir est encore très présent dans la structure des municipalités Zapatistes.
  • Au Rojava, la question de la domination et de la centralité du pouvoir est centrale, et le processus engagé, bien que critiquable en de très nombreux points sur les questions d’autonomie, revendique l’atomisation des pouvoirs régionaux dans les communautés, villages et quartiers des territoires tenus par les forces révolutionnaires.
  • Pour donner un exemple issu de l’histoire anarchiste révolutionnaire, la prise de Barcelone par la CNT-FAI suite au coup d’état de Franco ne fut rendu possible que par l’existence d’une structure parallèle à celle de l’État, autour des syndicats et de quartiers ouvriers révolutionnaires.

Cette accumulation d’expériences n’a pas pour but de donner une direction à suivre à ceux qui lisent ce texte, de fantasmer ou idéaliser certaines réalisations, mais à montrer que la déconstruction est déjà en cours, qu’elle est individuelle et collective, ancienne et contemporaine, locale et internationale. Comme énoncer précédemment, chaque contexte définira comment nous nous organiserons pour destituer les institutions qui nous entourent.

Chaque institution et manière de vivre doivent être questionnées une par une, tout en gardant à l’esprit qu’elles sont toutes, d’une manière ou d’une autre, affiliées et/ou co-dépendantes.  Ainsi, questionnons la police, son rôle, ce que son effacement de nos vies apporterait, comment effectivement l’effacer, comment pallier au vide possible que cela créerait dans une société qui n’est pas – et ne sera sans doute jamais – débarrassée de son idéologie de la domination et du pouvoir. Faire de même avec tous les éléments qui constituent les structures qui nous entourent.

Questionner et déconstruire ; construire et destituer ; se questionner encore. Avancer.

Pour résumer, la Plateforme Autonome se veut créatrice de liens entre individus et organisations révolutionnaires, autour de la destitution de l’idéologie du pouvoir, c’est-à-dire de la domination des un.e.s par les autres, que ce soit sur des critères économiques, sociaux, culturels, religieux, de genre, sexuelles, etc.

Un des objectifs majeurs de cette Plateforme est la création d’espaces révolutionnaires : des espaces de socialisation et d’organisation dans le but de poursuivre un idéal révolutionnaire que l’on sait impossible à atteindre.

Ces espaces ont pour but de s’étendre et de supplanter le monde existant en le destituant, c’est-à-dire en le rendant obsolète. Ils ne doivent en aucun cas être coupé des ces institutions, le repli sur soi ou sur une communauté n’étant pas un acte pouvant conduire à une révolution.

La Plateforme n’est pas un Parti, elle ne donne pas de directive, elle se veut être un organe de coordination des groupes autonomes pour amener à la destitution du monde. Elle n’a pas de forme définitive, et est amenée à se désagréger petit à petit une fois ses objectifs remplis.

Image associée

Planter l’Arbre de demain, voilà ce que nous voulons faireSub Marcos, 1999, Version PDF N° 79 de 218 pages

Comme je l’ai déjà exprimée en présentant le roman de Zénon, « Fin de Règne » , je ne crois pas qu’une seule lecture soit capable de changer le monde. Par contre chaque nouvelle lecture peut transformer notre regard lui-même pour nous permettre à notre tour de modifier le cours des choses. Et si les mots sont une arme, pouvant blesser et même tuer, ils sont aussi capables de nous faire élargir notre perception des choses et de nous permettre, in fine, de changer le cours de l’Histoire.

Cette nouvelle et essentielle proposition de lecture pour action dans cet ICI et MAINTENANT et surtout d’OÙ NOUS SOMMES, nous donne donc toute l’énergie et l’impulsion nécessaires pour agir et faire se lever la société des sociétés par et pour nous-mêmes sans plus attendre un(e) hypothétique libérateur ou libératrice tout en nous démontrant, au passage, combien voter dans ce Système-là, c’est comme pisser dans un violon

Finalement lancés à la découverte de nous-mêmes et au-delà de nos égos, faisons le P.A.R.I. POUR 1 3RI et CHOISISSONS-NOUS !

L’Éveil de nos consciences, constamment nourries par toutes ces lectures combinées, rendra désormais impossible tout retour en arrière et toute nouvelle tentative, de la part de l’oligarchie, de nous replonger dans le noir…

Pour achever de vous en convaincre, je vous livre la conclusion de l’essentiel et indispensable PDF de Raoul Vaneigem (pages 49 & 50)  qui démontre que nous n’avons jamais été si près de réussir ce P.A.R.I. DE FORMER UN 3RI ;

La gratuité est une arme qui ne tue pas. C’est en toute légitimité que nous avons le droit de refuser de payer les taxes, les impôts, les péages en tous genres que nous imposent l’État et les mafias financières qui le gèrent. Car jadis affecté (en partie) au bien public, cet argent sert désormais à renflouer les malversations bancaires.

Agir individuellement tomberait aussitôt sous le matraquage des lois édictées par le profit. Agir ensemble en revanche assure l’impunité.

« Ne payons plus » est une réponse appropriée à ceux qui nous paupérisent pour s’enrichir. Ne payons plus les trains, les transports en commun. Ne payons plus l’État, ne payons plus ses taxes et ses impôts. Décrétons l’autonomie de lieux de vie où coopératives et inventivité solidaire jettent les bases d’une société d’abondance et de gratuité.

Les zapatistes du Chiapas ont montré que de petites collectivités autonomes et fédérées pouvaient cultiver la terre par et pour tous et toutes, assurer des soins médicaux, produire une énergie naturelle, renouvelable et gratuite (une option parfaitement ignorée par les mafias écologiques). Il est primordial que la gratuité pénètre, à l’instar de la vie, dans nos mœurs et dans nos mentalités, dont elle a été bannie, exclue, interdite pendant des millénaires. Pas d’illusions cependant : le combat contre les chaînes dont nous nous sommes entravés sciemment risque d’être très long. Ce qui est une bonne raison pour s’y vouer immédiatement.

LECTURES COMPLÉMENTAIRES ;

Toutes les versions PDFs que j’ai déjà réalisées regroupées dans cette page ► https://jbl1960blog.wordpress.com/les-pdfs-realises-par-jbl1960/ En lecture, téléchargement et/ou impression gratuits.

Tous les textes en format PDF, nouvelles, poèmes, instantanés, roman de Zénon dans ► https://jbl1960blog.wordpress.com/les-chroniques-de-zenon/ Idem

Tous les billets en liens avec les Natifs, Nations premières de tous les continents, dans cette catégorie ► PEUPLES PREMIERS Itou…

Pour ensemble FAIRE S’EFFONDRER tous les empires coloniaux

 JBL1960

124 réflexions sur « P.A.R.I. POUR 1 3RI »

  1. Ah non, Jo, pas ça !

    Tu veux sortir du bousin et « en même temps » tu utilises l’écriture inclusive mise en place par ces mafiocrates dégénères.

    J'aime

    1. Nan, d’ailleurs je me suis déjà expliquée aussi bien avec Zénon, CL des grosses orchades et amples thalamèges, lorsque par exemple j’écris à TOUTES CELLEUX c’est une invention zapatiste qui veut dire à toutes celles et ceux…

      Par ailleurs, je relaie cet article stricto sensu.

      J’avoue que j’utilise volontiers le Ah ! Ça c’est Klur (que j’ai adapté du nom des époux Klur dans le film de Ruffin-le-traitre « Merci Patron) le Bonjoir ou c’est au pied du mur qu’on voit le mieux le mur…

      Rien d’autre / What Else…
      JBL

      J'aime

      1. Et si !

        Merci pour l’explication de celleux…

        Dans le 1er paragraphe… La domination des un. E. S… Mon smart bidule m’est des majuscules où il n’y en a point…

        Pas ton texte, néanmoins c’est pas terrible pour le message…

        Sinon, en discutant avec des rencontres éphémères, je vois quelques personnes sortir des brumes… Pour d’autres, elles sont informées… Mais oui mais non on continue comme de braves moutons zombifies.

        J'aime

      2. Depuis quasi le début les zapatistes utilisent cette formulation, on peut pas les accuser d’utiliser l’écriture inclusive.

        Et pour ma part, ce n’est qu’un jeu de mot sur faire le pari (P.A.R.I. = Plateforme Autonome Révolutionnaire Internationale) pour 1 3RI (3RI = Réseau de Résistance et de Rébellion International) lancé par le Mouvement Zapatiste.

        Tu as le droit de pas trouver ça terrible, peut-être n’as tu pas suivi, c’est en faisant le jeu de mots sur R71, comme je l’explique d’ailleurs, qu’ils ont trouvé l’acronyme intéressant et m’ont suggérée de le proposer à Inter.ap en rappelant ceci : En 1990, un anarchiste américain répondant au pseudo de Hakim Bey avait publié un essai de 45 pages qui fit le tour du monde intitulé « TAZ » pour Temporary Autonomous Zone, la TAZ comme critique de la révolution et une appréciation de l’insurrection… L’ébauche de manifeste que nous avons relayé s’en inspire grandement… 😉

        Voilà, voilà, voilà…

        J'aime

      3. Je ne crois pas avoir entendu parler de ce manifeste TAZ..

        Maintenant on a un travail de Titan devant nous, avec les 12 travaux d’Hercule, et bien d’autres choses encore ; alors que l’on roule toujours de Charybde en Scylla !

        Par ailleurs, si un ex troufion lit 3RI…dans sa tête, ce sera 3ème Régiment d’Infanterie !

        D’où l’obligation de mettre en permanence en toutes lettres la signification des sigles.

        J'aime

    2. Pour que rien ne rentre dans les urnes

      UNE HISTOIRE POUR TENTER DE COMPRENDRE
      17 novembre 2016 | URL de l’article traduit par l’EZLN ► http://enlacezapatista.ezln.org.mx/2017/02/23/une-histoire-pour-tenter-de-comprendre/

      A la Sexta nationale et internationale :
      A celles et ceux qui sympathisent et soutiennent la lutte des peuples originaires :
      A celles et ceux qui sont anticapitalistes :
      Compañeras, compañeros, compañeroas :
      Sœurs et frères :
      Ce long texte, nous l’avons fait ensemble avec le Sous-commandant insurgé Moisés, porte-parole et chef actuel de l’EZLN, et en consultant sur quelques détails certaines des Commandantes et des Commandants de la délégation zapatiste qui a assisté à la première étape du Vème Congrès du Congrès National Indigène.

      Bien que cette fois, comme à d’autres occasions, ce soit à moi qu’en revienne la rédaction, c’est le Sous-commandant insurgé Moisés qui lit, ajoute ou retire, approuve ou rejette, non seulement ce texte, mais tous ceux qui apparaissent à la lumière publique comme étant des textes authentiques de l’EZLN. A bien des reprises, au long de ces écrits, j’emploierai la première personne du singulier. La raison de cela se comprendra plus loin. Bien que la destinataire principale de ces lignes soit la Sexta, nous avons décidé d’élargir sa destination à ceux qui, sans être ni se situer avec nous, ont des inquiétudes identiques et des efforts similaires. Voici donc :

      NOS CAUCHEMARS NON PLUS.

      Il y a de cela quelques années, la créativité et le génie d’un certain collectif de la Sexta a produit une phrase qui, au cours du temps, a été décernée au zapatisme. Vous savez bien que nous sommes contre le copyright, mais nous n’avons pas l’habitude de nous décerner des paroles ou des actions qui ne soient pas les nôtres. Cependant, bien que nous n’en soyons pas auteurs, la phrase reflète en partie notre ressenti comme zapatistes que nous sommes.
      Brandie par la Sexta, dont le scepticisme face au “pouvoir” des urnes électorales institutionnelles a été attaqué (et l’est encore) par des moyens grossiers comme le chantage et les menaces, la phrase va bien plus loin et définit les limites et les carences d’une forme de lutte, la lutte électorale :
      “Nos rêves ne tiennent pas dans vos urnes”, disait-on, et dit-on.
      Nous, comme femmes et hommes zapatistes que nous sommes, y souscrivions alors… et maintenant. Elle a la vertu de dire beaucoup avec peu de mots (un art aujourd’hui oublié). Mais depuis ce côté-ci du passe-montagne, depuis notre être qui nous sommes, nous ajoutons : “nos cauchemars non plus”.
      Certes, nous aurions pu mettre aussi : “et nos mortEs non plus”, mais il se trouve que, en ces temps malheureux, la douleur s’est étendue encore plus loin. La mort naturelle n’est plus la seule responsable de l’éloignement de ceux qui nous manquent aujourd’hui ; comme, dans notre cas, du Sous-lieutenant insurgé d’infanterie Hernán-Omar (qui faisait partie des nôtres depuis avant le soulèvement, et que le cancer a arraché de notre bord, et de celui de sa compañera et de son fils – que nous embrassons spécialement en ce premier anniversaire sans lui-).
      Maintenant ce sont, et de manière croissante, les assassinats, les disparitions, les prisons, les enlèvements.
      Si vous êtes pauvres, vous êtes vulnérables ; si vous êtes une femme, vous êtes encore plus vulnérable. Comme si le système ne se contentait pas de vous agresser pour ce que vous êtes, et se donnait la macabre tâche de vous éliminer. C’est-à-dire que ce n’est plus seulement une histoire de harcèlement et de violence sexuelle.

      Pour lire l’intégralité de l’appel de l’EZLN ► https://jbl1960blog.wordpress.com/2017/02/24/pour-que-rien-ne-rentre-dans-les-urnes/

      Les zapatistes ont pris pour habitude dans leur communiqué d’appuyer le féminin en symbolisant le E en majuscule. Ce qui n’a rien avoir avoir l’écriture inclusive et ne constitue nullement une faute de grammaire.

      De la même manière pour relever l’action et la participation des femmes dans le mouvement zapatiste, ils ont inventés cette expression = à toutes CELLEUX qui signifie à toutes celles et ceux, et ils l’écrivent en lettres majuscules.

      Dans ce même texte voici ce qu’il est précisé et qui justifie cette « formulation d’écriture » ou de style :

      Que s’est-il passé dans ce système, pour que devienne “naturel”, voire “logique” (“oui, elles l’ont bien cherché”, dit la société tout entière), non seulement le viol, mais aussi la séquestration, la disparition et l’assassinat de femmes ? Oui, de femmes.

      La démocratisation de la haine de genre égalise âges, races, couleurs, statures, poids, croyances, idéologies, militances ou non ; toutes les différences, à l’exception de celles de classes, diluées dans un faute majeure : être femme.

      Et voila, à vous de rajouter des circonstances aggravantes, selon votre différence : couleur, stature, poids, indigène, afro-descendantE, fille, garçon, ancienNE, jeune, gay, lesbienne, transgenre, votre manière propre à vous, quelle qu’elle soit. Oui, un système qui se charge non plus seulement de séparer et de mépriser les différences, mais maintenant décidé à les éliminer complètement. Et non seulement à les exterminer, mais à le faire désormais avec toute la cruauté dont est capable la modernité. La mort continue à tuer, mais maintenant avec davantage de sadisme.
      Donc, ce que nous voulons dire, c’est que non seulement il nous manque les mortes et les morts, mais aussi : les disparuEs, les séquestréEs, les emprisonnéEs…

      Bien sûr cela affole le correcteur automatique, mais on s’en branle, hein ?
      Respectueusement à tous ; Jo Busta Lally

      J'aime

  2. Petites données corrigées concernant les résultats des dernières européennes ;

    50.12% de participation, mais 2.32% de VB et 2.21% de VN, ce qui ramène la participation à 45.49% et l’abstention active et passive à 54.41%

    Donc, le RN n’a pas vraiment obtenu 23.31% de vote d’adhésion, mais plutôt ; 10.63% ; LaREM 10.22% ; EELV 6.14% ; LR 3.87% ; LFI 2.88% ; PSGlucks 2.82% ; DupontGnangnan 1.60% devant Hamonbôchâtô 1.49% devant le PCF donc à 1.13% à titre indicatif l’UPR est à 0.53% et le Philipipeau + Barnabas à 0.30%…

    Ce qui confirme que veauter c’est comme pisser dans un violon !

    Mouvement des Gilets Jaunes en préfiguration de l’incendie social qui mettra à bas l’imposture « démocratique »

    J'aime

    1. Et, surtout se rappeler que les règles françaises pour obtenir un siège de député ne sont pas celles pratiquées en Allemagne… Sinon le rasoir en miette… Déjà pas bien vaillant…

      Cette mafiocratie en est à ses derniers souffles, elle le sait, et c’est pourquoi elle a changer de plusieurs braquets pour tenter de nous ecrabouiller…

      J'aime

  3. @Roseau = C’est bien pourquoi j’ai pris la peine de tout décortiquer ;

    P.A.R.I. = Plateforme Autonome Révolutionnaire Internationale POUR un 3RI = Réseau de Résistance & de Rébellion International ► Même un BleuBite comprendrait je pense…

    Moi non plus TAZ ne me dit rien, comme j’ai découvert, grâce à R71 le Testament Moral et Politique de Bartolomeo Vanzetti dont j’ignorais tout et qui m’a tellement happée, voire hachée que j’ai pris plaisir à en faire un PDF sans qu’on me demande rien…

    J'aime

      1. De rien, précisions nécessaires, qui pour ma part coulaient de source car je suis le mouvement zapatiste depuis 2011/12.

        La Nation Mohawk pour relever l’importance du féminin dans leur réflexion (Kahentinetha Horn, Fondatrice de MNN, est la représentante du Conseil des Femmes Mohawk) ne procède pas du tout de la même façon. Mais tu noteras que les zapatistes parlent, et écrivent (par obligation) l’espagnol, alors que si les Amérindiens eux, sont obligés de parler et d’écrire anglais, ils transmettent encore leurs propres idiomes, de manière plus appuyée, je crois.

        J'aime

      1. Et, oui…

        T’as vu que Collomb avait retiré la promesse de don… Et il s’est pris un retour de boomerang avec l’enquête sur les emplois de sa compagne !

        Le 21 prochain, Transhu 1er va t’il faire don de sa personne… En sons et lumières ?

        J'aime

      2. Absolument… Pourtant Collomb ressemble à une gargouille trait pour trait, non ?

        Oui, scrutons ce 21 juin tout particulièrement le visible… Et l’invisible !

        J'aime

      3. Pour les sous, il faudrait rendre la messe payante…

        Pour le spectacle… Écroulement des murs… Et Lang peut même se rapprocher sur l’échafaudage afin de ne pas manquer un détail…

        J'aime

      4. Punaise de correcteur…. É crou le ment…. En un mot ça ne passe pas avec mon sillybidule qui n’est pas smart…. Pub mensongere même pour une tâche élémentaire…

        J'aime

      1. Merci, car lorsque je poste depuis mon sillyphone, c’est le grand bazar…L’IA est une véritable inintelligence automatique.

        J'aime

    1. Alors vu qu’elle n’a pas la lumière à tous les étages la Parly effectivement et dans son cas, seulement, on pourrait la croire…

      Sauf que non, laisser les Algorithmes de l’IA rythmer nos vies et c’est fin de partie pour toute l’Humanité !

      C’est tout l’objet de la résistance à la Smartgrid, et ils le savent, car sur un autre plan, spirituel celui-là, ils ont lancés le décryptage ou le décodage des 3 grands textes (pour le moins) tu vois ce que je veux dire, ou pas ?

      J'aime

    1. Le Brexit n’aura pas lieu, quizondi = Tu m’étonnes !
      Bon, de toutes façons, font ce qui veulent, ou à peu près : L’alliance anglo-chinoise se poursuit : La reine Elizabeth II, les extrémistes financiers de la City de Londres et Rupert Murdoch révélés comme les sponsors du Brexit ► https://jbl1960blog.wordpress.com/2016/07/08/brexit-or-not-brexit/

      Rappelez-vous les thèmes abordés en 2016 et comment rien ne s’est passé comme prévu ► https://jbl1960blog.wordpress.com/2016/06/29/rene-la-taupe-au-bilderberg2016/

      En 2016, c’est Édouard Philippe qui s’y collait… Bon, après Transhu1er en 2014, pour eux, ça s’est passé comme prévu…

      J'aime

    1. SCOOP EXCLUSIF : le rapport classé top secret de la dernière réunion des Bilderberg

      Issu du 2ème lien : Les groupes de travail ont donc soumis un certain nombre de propositions qui ont été discutées par le grand comité. Je vais donc vous livrer ici les mesures les plus importantes qui ont été votées à l’unanimité conformément aux usages de notre charte par nos Grands Maîtres. Il vous reviendra d’appliquer et de mettre en œuvre chacun, dans vos pays respectifs et zone géographique d’influence, les décisions suivantes.

      L’objectif initial est donc la dépopulation massive en protégeant au mieux l’environnement, ce qui revient à exclure du champs de nos possibles tout usage des armes nucléaires qui reviendrait à infliger certains dommages irréparables à notre si petite planète. Les moyens dont nous disposons sont peu nombreux mais leur efficacité cumulée est certaine puisque en rentrant en résonance nous obtiendrons ce que les militaires appellent un « effet multiplicateur de force ». Il s’agit du triptyque effondrement économique, guerre civile et épidémies massives. L’utilisation de ces trois outils devrait nous permettre à terme de réduire la population mondiale de 7 à 10 milliards d’habitants.

      Nous pensons qu’atteindre notre objectif de 500 millions d’êtres humains en vie est illusoire et que malgré tous nos efforts de réduction, des poches de survivants subsisteront un peu partout à travers la planète. Néanmoins, ces poches ne devraient pas nous poser de problèmes majeurs, en tout cas dans un premier temps puisque leur désorganisation, leur isolement et leur incapacité à maîtriser l’ensemble des techniques ne serait-ce qu’actuelles en raison de leur faible nombre devraient limiter considérablement leur pouvoir de nuisance. Nous pensons qu’en quelques années beaucoup disparaîtront et que le peu qui subsisteront retourneront plus ou moins rapidement à l’état sauvage en quelques générations. Tout regroupement qui nous menacerait serait, dans tous les cas, traité de façon rapide.

      Notre principal ennemi historique à la mise en œuvre de notre plan était évidemment les États nationaux. La mondialisation, la globalisation, les instances européennes, l’immigration massive ont été autant d’outils que nous avons utilisés avec un immense succès depuis 30 ans et désormais les identités nationales ou les sentiments d’appartenance ont été considérablement réduits, de même que les sentiments patriotiques. L’argent et la possession sont devenus les valeurs cardinales du plus grand nombre. La politisation des masses s’est considérablement réduite, les nations, comme nous le souhaitions, sont devenues fragiles et peuvent désormais être déstabilisées de l’intérieur.

      Nous devons donc poursuivre avec constance la politique immigrationniste permettant de faire venir des masses considérables de pauvres du Sud dans des pays du Nord appauvris. Nous devons avec constance faire monter l’islam le plus radical afin d’attiser au maximum les haines et la désunion des peuples. Lorsque nous provoquerons l’effondrement économique, alors le communautarisme le plus absurde que nous avons développé dans chaque pays conduira la plus grande partie de ces pays vers des guerres civiles de grande ampleur où chaque communauté se chargera pour notre compte de tuer le plus grand nombre des membres de la communauté adverse. Noirs contre blancs aux USA, musulmans contre chrétiens en Europe, ces guerres civiles auront l’immense avantage de détruire les hommes sans que des affrontements entre pays dégénèrent en guerre nucléaire mondiale. Enfin, lorsque les guerres dévasteront les pays, nous en profiterons pour amplifier la diffusion de virus comme notre projet de e-bola 2.0 modifié génétiquement que nous testons actuellement avec efficacité puisque nous obtenons de précieuses données épidémiologiques, sociologiques (comportement des individus face à la maladie) mais nous visualisons également notre capacité à saturer des systèmes de soins qui seront, dans tous les cas, déjà considérablement dégradés par les guerres civiles que nous aurons créées sur l’exemple de la guerre entre les deux Ukraines.

      L’ensemble de ces éléments, l’impréparation des peuples, leur dépendance vis-à-vis de tous les systèmes supports les rendront particulièrement vulnérables à nos différentes actions. L’effondrement économique devrait rapidement se propager à l’ensemble de la planète. La Chine s’effondrera sous le poids des troubles sociaux et la Russie, qui nous pose encore des problèmes à l’heure actuelle, devrait voir son problème réglé en 2015 (???) comme nous l’espérons, mais disons que pour le moment c’est l’axe Russo-chinois qui oppose la plus grande résistance à notre vision de futur. Nous n’excluons pas, si nous n’arrivions pas à convaincre, à utiliser l’arme de l’assassinat ciblé à l’égard de personnalités refusant notre programme de dépopulation et l’adhésion à notre idéologie de la vie éternelle. »

      Évidemment, pour tous ceux qui ne l’auraient pas compris, ce que vous venez de lire n’a aucun rapport avec la réalité et toute ressemblance avec un ou plusieurs personnages existants serait purement fortuite (ou pas…). Il s’agit bien sûr de science-fiction (ou pas tout à fait…). C’était juste une petite histoire, sortie de mon esprit fertile (ou d’ailleurs…), que je souhaitais vous raconter. Vous pouvez évidemment vous rendormir tranquillement.

      Disons qu’il s’agit juste du point de départ de ce que pourrait être un roman (ou pas…) mais il n’en demeure pas moins que, comme toute histoire, cela pose de véritables questions.
      La vie éternelle, qui est au cœur de la stratégie d’une société comme Google (dont les liens avec les instances les plus secrètes des USA comme la NSA ou la CIA ne sont plus à démontrer), pose la question de la possibilité de l’accessibilité de tous à la vie éternelle. Peut-on être 10, 20 ou 30 milliards d’humains à peupler la planète et à consommer ? La réponse est bien évidemment négative, alors dans un tel cas forcément hypothétique, que ferions-nous des hommes et des femmes en trop ? Lire ici un excellent article du JDD sur le dernier livre de Laurent Alexandre « la mort de la mort » détaillant la stratégie de Google.

      Le transhumanisme n’est pas une vue de l’esprit, c’est même une idéologie fondamentalement profondément répugnante qui a toujours existé même si elle portait d’autres noms en d’autres temps. Le transhumanisme se développe même de façon relativement transparente à visage presque découvert et finalement, personne n’y trouve tellement rien à y redire, mais que restera-t-il de l’homme lorsque l’homme sera scientifiquement amélioré pour devenir un surhomme, et cela ne vous rappelle-t-il toujours rien ?

      Autre question, on commence enfin à parler quelque peu du ravage que va provoquer l’arrivée de la robotique, et France 2 a même consacré un reportage à ce sujet au JT de 20 heures d’hier sur cette étude qui annonce la disparition de 3 millions de postes en France d’ici 2025 mais je peux vous assurer que ce sera beaucoup plus et beaucoup plus vite et qui nous donne vite une raison d’espérer en allant nous montrer une entreprise de aéronautique qui a même embauché en même temps qu’elle installait… un robot !

      Tout cela nous amène à deux questions de fond. La première c’est que factuellement, en supprimant tous les postes et le maximum de travail pour optimiser les gains, les entreprises finalement se tirent toutes une balle dans le pied à terme puisque évidemment, il n’y aura plus de consommateur solvable et donc de profit alors pourquoi poursuivre cette politique, d’où l’idée qu’en réalité le système ne cherche pas à se sauver mais à se « dépasser » et, désormais, la frontière de partage entre les riches et les pauvres n’est plus tant l’argent que l’accès à la vie éternelle.

      Si nous poussons au bout les raisonnements « environnementalistes » et « transhumanistes », il apparaît logiquement que seule une politique drastique de dépopulation viendrait à bout des problèmes auxquels nous sommes confrontés et ces raisonnements, aussi odieux soient-ils, sont intellectuellement imparables. Nous sommes devenus trop nombreux, la planète ne peut pas supporter le nombre d’humains actuel dans le système économique actuel, notre empreinte écologique est insupportable et nous n’avons plus du tout besoin de main-d’œuvre. Enfin, nous pourrions presque vivre éternellement, or la quête de l’éternité est évidemment une tentation humaine depuis la nuit des temps.

      Alors bien entendu, tout cela est de la fiction pure… et pourtant… Si Mao disait qu’une bouche à nourrir c’était deux bras utiles, aujourd’hui il dirait qu’une bouche… c’est toujours une bouche de trop, surtout quand il y en a 7 milliards et que leurs bras, bientôt, ne serviront plus à rien. Et Mao, ce grand humaniste, qu’aurait-il fait dans un tel contexte ?

      Il est déjà trop tard. Préparez-vous et restez à l’écoute.

      À demain… si vous le voulez bien !!
      =*=
      Je n’ai pas mis le début, à vous d’aller voir le lien…
      Ou pas car c’est signé… Charles SANNAT du 28/10/2014…

      J'aime

      1. Volti l’avait republié cette année 2019… afin de créer un petit électrochoc salvateur…

        Bien que certains ont compris, ils n’ont malgré tout pas tous le courage de vouloir changer de paradigme.

        T’as vu qu’il y a en ce moment plusieurs morts de listéria en UK après avoir consommé des sandwichs pré-emballés.

        Et selon la Maîtresse de Bercy, j’ai nommé la Grande Prêtresse Insee, la pyramide des ages 2019 nous indique une dépopulation de 193000 habitants pour la France et l’ensemble de ses Territoires d’Outre-Mer (2019 publiée au 15/01/2019 pour l’année civile 2018).

        La Marche Arrière EST DEJA ENCLENCHEE.

        J'aime

      2. Oui, j’ai lu ça, concernant la dépopulation en France vue par la Pythie Insee…

        C’est une bonne politique fiction… Y’a pas de lézard, mais Sannat, c’est le gars qui te dit = Tout est perdu = Achetez de l’or… Hé hé… Non !

        J'aime

      3. Précision, les méthodes de comptage de l’INSEE incluent TOUTE PERSONNE présente le 3ème jeudi de janvier à minuit de l’année en cours, donc un sans papier au regard du Ministère de l’Intérieur est comptabilisé dans la population INSEE…

        Alors, imaginons, la vraie population de notre pays… Une ville comme Grande-Synthe peut compter 10000 migrants sans papier…mais c’est tout bénéf pour une Maire LR pour sa DGF (Dotation Globale de Financement = 70 roros par personne).

        Plus une ville compte d’habitants, meilleure est la rémunération du Maire et de ses conseillers municipaux.

        Une sorte de niche fiscale pour escroc notoire !

        J'aime

      4. C’est une des raisons, y’en a plusieurs, qui me fait hérisser le poil quand j’entends des zozos GFoieJ dire, sans rire, qu’ils veulent se présenter aux Municipales… Si encore c’était sur le principe de Saillans dans la Drôme…

        Mais que nenni !
        Donc comme à Sannat = C’est nan…

        J'aime

      5. Oui, et même que wikiconnerie, s’est obligé a indiquer dans sa rubrique Gouvernance, l’info !

        https://fr.wikipedia.org/wiki/Saillans_(Dr%C3%B4me)

        La République du Jura, existe depuis plus de 35 ans… Ni vraiment en Suisse, et pas en France :

        http://www.larepubliquedujura.com/site-officiel-de-la-republique-du-jura/

        Et, concernant les Gillets Jaunes, un grand nombre lorgne simplement dans la gamelle de plus argenté que lui, et n’a rien compris…

        J'aime

      6. Oui, ce n’est pas moi qui vais te contredire concernant certains GFoiesJ. Mais fort heureusement, ceux dont on ne parlent pas qui organisent la 3ème Assemblée des Assemblées et qui étudient Freire, Vaneigem et plein d’autres, sont encore là, et ne lorgnent pas dans la gamelle plus argentée que la sienne. Y s’organisent, et font, peut-être le même P.A.R.I. que nous ?

        Raoul non plus : Raoul Vaneigem : “Sauver les acquis sociaux ?… Ils sont déjà perdus !”

        Votre dernier livre se conclut justement sur ce mouvement. Un « bonheur », un « immense soulagement », dites-vous. Que charrie plus précisément cet enthousiasme ?

        Il n’exprime rien de plus et rien de moins que ce que je précise dans l’Appel à la vie : « Cela fait, depuis le Mouvement des occupations de mai 1968, que je passe — y compris aux yeux de mes amis — pour un indéracinable optimiste, à qui ses propres rengaines ont tourné la tête. Faites-moi l’amitié de penser que je me fous superbement d’avoir eu raison, alors qu’un mouvement de révolte (et pas encore de révolution, loin s’en faut) affermit la confiance que j’ai toujours accordée à ce mot de liberté, si galvaudé, si corrompu, si “substantifiquement” pourri. Pourquoi mon attachement viscéral à la liberté s’encombrerait-il de raison et de déraison, de victoires et de défaites, d’espoirs et de déconvenues, alors qu’il s’agit seulement pour moi de l’arracher à chaque instant aux libertés du commerce et de la prédation, qui la tuent, et de la restituer à la vie dont elle se nourrit ? » Ce moment, j’en rêve depuis ma lointaine adolescence. Il a inspiré, il y a plus de 50 ans, le Traité de savoir-vivre à l’usage des jeunes générations. On ne m’ôtera pas le bonheur de saluer ces gilets jaunes, qui n’ont guère eu besoin de lire le Traité pour illustrer sa mise en œuvre poétique. Comment ne pas les remercier, au nom de l’humanité qu’ils ont résolu d’affranchir de toute barbarie ?

        https://resistance71.wordpress.com/2019/06/15/gilets-jaunes-les-acquis-sociaux-sont-deja-perdus-temps-de-penser-a-changer-de-systeme-et-non-pas-de-le-reformer-pour-la-enieme-fois/

        J'aime

      7. Transhu 1er a poussé tellement Mémère dans la orties chez les Notaires, qu’en plus de créer une autre possibilité d’avoir un office notarial sans passer par le rachat « de la charge notariale » qui est une survivance de l’Ancien Régime, a depuis ce 1er janvier 2019, mis en place « le suçage en règle des données en direct » c’est à dire que le Notaire a son ordinateur pompé en permanence, afin de ne pas manquer une information, et surtout ne plus avoir à attendre les infos en retour des différents actes.

        Les notaires n’ont pas été prévénus, certains se rebellent, et son GJ… avec une convocation chez le Procureur !

        J'aime

      8. C’est une profession millénaire, les Nonos, et on leur coupait la main droite quand ils étaient pris… La main dans le sac !

        Puis la gauche en cas de récidive…

        J'aime

    1. C’était la première fois que cette réunion se tenait en Suisse romande. La dernière en Suisse, en 2011, s’était déroulée à St-Moritz, dans les Grisons. Pour garantir un maximum de confidentialité, la rencontre Bilderberg, à laquelle les personnalités participent à titre « privé », avait été annoncée au dernier moment
      =*=
      Bah quoâââ ! C’est pour le suspense…

      J'aime

  4. Il aurait la fibre écolo Kissinger, sur sa charette à grandes roues vert pomme ? (cf vidéo du post de 12:56).

    96 balais, le vieux pote à Vlad…avant ou après Bibi, that is the question ???

    J'aime

  5. Trilatérale demain 16 Juin à Paris, et la messe à Notre Dame de Paris ce jour…

    Ah, ouille… Vive la Kabale… à non la numérologie seulement !!!

    J'aime

      1. Pour la faille du Rhin, cela commence peu après sa source, dans la zone Sierre / Sion puis en plaine, et ce jusqu’à près de Strasbourg…

        Des gens du peuple élu ont des frissons… Et, ils ne manquent pas dans la zone.

        J'aime

  6. NB : https://www.20minutes.fr/faits_divers/2540971-20190615-drame-250000-litres-cognac-partent-fumee-incendie-chai

    « Le feu a pris sur des panneaux photo-voltaïques et s’est propagé à un chai d’alcool de 200 m2, à une maison d’habitation mitoyenne et à un hangar agricole pour une aire d’incendie d’environ 1.000 m2 au total », a précisé le capitaine David Bardin du Service départemental d’incendie et de secours de la Charente. « Nous avons réussi à protéger une distillerie adjacente, avec environ 350 hectolitres à l’intérieur, et une dizaine d’engins agricoles », a-t-il indiqué, précisant qu’Enedis avait dû procéder à la coupure d’une ligne électrique de 20.000 volts à proximité du lieu de l’incendie.

    =*=
    Après on va dire qu’on a mauvais esprit…
    Merci de me donner des infos sur la composition des panneaux photo-voltaïques car là, je sèche… (accumulateur, récupérateur de la chaleur, etc.)

    J'aime

    1. Pas de quoi fouetter un chat…

      Un petit cognac flambé…. Distillent pas de Rhum sur cette rive de l’atlantique !

      J'aime

    2. Il faut avoir un petit pois déssèché pour installer une ferme de panneaux photovoltaïques au dessus et à côté de distilleries d’alcools.

      1 – les panneaux photovoltaïques peuvent prendre feu comme n’importe quel appareil électrique, et probablement encore un peu plus, puisque une fois le courant coupé, la chaleur ne baisse pas si cela se déclare en journée (cf rayons du soleil y compris par temps de pluie)

      2 – l’alcool est un produit très inflammable, pas seulement l’alcool à brûler.

      Pis, ce genre d’incendie, c’est bon pour les assureurs, ils vont augmenter les primes sans distinction.

      L’exploitant se prendra un malus ! Quel nom, malus en latin est un pommier… cela nous ramène au mythe d’Eve et d’Adam…

      Et, on pourra aussi éventuellement, avoir un papelard de plus à remplir pour installer un panneau chez soi, car même si installation au sol, non relié à ENEDIS (pas de revente, autoconsommation uniquement) t’es tenue de remplir un formulaire à envoyer à ENEDIS, et pour l’instant, peu importe leur réponse, tu installes…mais, y’a bien un loup derrière ?

      Un Linky posé de force ou autre douceur du genre ???

      J'aime

      1. C’est pour cela que j’ai fait un appel à complément d’info sur les panneaux photovoltaïque, aux infos, habitant pas loin, y présente le truc en affirmant que c’est à cause d’un panneau photovoltaïque DÉFAILLANT !

        J'aime

      2. Dans une installation photovoltaïque, il n’y a pas que les panneaux photovoltaïques, il y a le câblage, l’onduleur….et….et…aussi un « Linky bis » dédié au comptage de l’électricité « verte » vendue.

        Et, vu la taille de l’installation, et en plus chez ce type d’exploitant « agricole », quasi certaine à 100 % qu’il n’y a ABSOLUMENT aucune autoconsommation, ce qui implique le 2ème compteur ENEDIS.

        Chuuuuuuuuuuttttt….. bonne sieste…. bientôt l’été et sa période de transhumance…. Linky ? Une merveille aux dires de son vendeur préféré !

        J'aime

      3. Le Linky bis était obligé et systématique dès qu’il y avait revente d’électricité, que ce soit revente totale, ou revente partielle car autoconsomation en parallèle.

        Ce lien est du 01 avril 2019 :

        https://particuliers.engie.fr/electricite/conseils-electricite/photovoltaique/raccordement-panneaux-solaires-reseau-electrique.html

        Même site que plus haut, mais autre rubrique.

        Pour l’installation concernée par l’incendie, elle a donc soit un ancien compteur classique + 1 compteur dédié à la revente ; soit elle est passée à Linky qui est donc sensé faire du 2 en 1 !

        J'aime

      1. C’est un détail le comptage, d’autant que ce n’est pas l’action de manifestations en rues la plus importante, mais celle moins visible qui fera enfin tomber ce système esclavagiste xxxl…

        Hitler avait mis en place les camps de concentration, avec enceintes et barbelés, travail gratuit pour les boîtes comme IBM, FORD, BAYER…16h / jour et 7j / 7j…le zyclon ? ils mourraient pour la plupart d’épuisement…ou ils servaient d’animaux de laboratoires…

        Avec Transhu 1er, les camps de concentration sont plus « doux » ; pas d’enceintes, de clôtures et autres barbelés….NOOOON…. juste des conditions de vie de plus en plus dures… et bientôt le travail gratuit obligatoire pour avoir le RSA ou le nouveau RAU, et à dormir sur un carton sur le trottoir.

        Ne plus avoir de travail n’est pas le problème contrairement à la croyance populaire, le VRAI PROBLEME est de ne pas pouvoir avoir une vie décente : un toit, de la nourriture de qualité et en suffisance, pouvoir se soigner…et bien sûr ne pas être considérés comme des animaux de labours !

        Les CRS sont drogués à la castagne, et le font aussi sur la terrasse d’un café…la prochaine fois, ils rentrent dans nos domiciles ? Sous la douche ? Aie !

        J'aime

    1. Très très intéressant ! Merci du lien, ce gars a un melon, mais surtout prétend qu’ils ont des années de recul, alors que les Hautes Fréquences utilisées, notamment avec la 5G = Alors que non, c’est faux = Ils n’ont aucun recul là-dessus !

      J'aime

      1. Pour moi, ce zig est un tdc…

        Au CNRS, comme dans le reste de l’Administration, soit tu suis le troupeau et du gravis les échelons sans problèmes, soit tu es rebelle et tu vas ou placard, ou tu deviens indépendant comme le couple Bourguignon…mais peu ont le courage de quitter.

        J'aime

      2. Et, t’as vu que la gamme de fréquences pour la 5G, commence pour la plus basse presque à la limite supérieure des fréquences pour la TV.

        Pas d’inquiétude, on cramera plus vite, pour notre bien !

        J'aime

    1. Je ne sais pas si ce sera une nuit magique, mais les dernières 24 heures sont marquées par de nombreux tremblements de terre supérieurs à 5.5…

      La Terre se débarasserait-elle de ses pires parasites ???

      J'aime

      1. Oui, j’ai vu ça cet aprem… à 67 balais !

        En France, quelques-uns/unes feraient leur BA en fermant leur parapluie, non ?

        J'aime

  7. Ce jour, une personne habitant une petite commune rurale, vent debout contre Linky, m’a expliqué qu’elle a dû accepter l’installation du boitier chez elle, à l’intérieur de sa maison, car sinon EDF lui coupait l’électricité…

    Ce qui a été fait chez ses voisins récalcitrants qui ont fini par lâcher prise…

    Donc, seule possibilité, pour les personnes qui ne sont pas en appartement, c’est de prévoir rapidement une installation en autonomie totale, et de se DEBRANCHER DEFINITIVEMENT d’EDF/ENEDIS et autres daubes à faire couler un pognon de dingue dans leurs poches !

    Par ailleurs, l’abandon de la voiture électrique est quasi acté, sachant que ce type de véhicule n’ETAIT PAS PREVU par les équipementiers automobiles contrairement à l’hydrogène qui est dans les cartons depuis plus de 30 ans… mais fallait pas toucher à la magie de la Naphta !

    J'aime

  8. La 5G ne serait pas un long fleuve tranquille :

    https://www.latribune.fr/technos-medias/telecoms/la-5g-un-casse-tete-economique-politique-et-securitaire-820670.html

    Article LT tronqué car réservé aux abonnés.

    https://www.nextinpact.com/news/106266-le-deploiement-5g-en-france-en-europe-et-dans-monde.htm

    L’Europe veut diminuer la sécurité de la 5G pour FACILITE VOTRE SURVEILLANCE :

    https://www.01net.com/actualites/l-europe-veut-diminuer-la-securite-de-la-5g-pour-faciliter-votre-surveillance-1696060.html

    L’hibernation, l’hivernage et la sieste sont terminés, réveillez-vous !

    J'aime

      1. Noooooooon… tu sais bien qu’ils se plient en 4 pour notre Bonheur… bonne heure ?

        Ca va finir par le revenir dans la tronche faço, boomerang beaucoup plus vite qu’ils ne l’imaginent.

        Je remarque de plus en plus de mobiliers urbains qui m’ont l’air de contenir un radar … enfin, la disposition de l’infrastructure me fait peut-être voir un complot / conspiration ?

        J'aime

      2. Z’intègrent la 5G à tour de bras !
        Toujours sur mon PDF, figures-toi que Dijon a signé un projet très SMART pour près de 100 millions d’€, et c’est kiki le MairedeDijon ???

        François Rebsamen… Je t’apprends rien sur ce gonze que tu ne saches déjà, hein ?
        Les autres, soyez curieux, creusez… C’est une mine d’or ce gars !

        J'aime

  9. Précision :

    En fin d’article « service de « partager » leurs clés de chiffrement avec les forces de l’ordre » …

    Le partage des clés de chiffrement est obligatoire depuis plus de 25 ans (50 % de la clé est connue des militaires)…

    Donc, ce haut-fonctionnaire nous prend pour des billes… comme d’hab !

    J'aime

  10. Strasbourg quartier Cronenbourg (à côté du CHU)

    Population similaire à celles des Mureaux, du Val Fourré et autres zones de non droit…. Près de 800 officiellement

    https://www.lalsace.fr/actualite/2019/06/18/strasbourg-feux-de-bennes-et-jet-de-cocktail-molotov-a-cronenbourg

    Les mines et les minettes de la politique devraient aller y habiter non pas quelques jours mais au minimum 1 an, avec les revenus d’un gueux qui n’a pas les moyens d’habiter ailleurs !

    J'aime

  11. Le figaro avait publié dans les « flash » de midi que l’indemnisation chômage ne serait attribuée qu’aux personnes ayant cotisé au moins 24 mois…

    Puis la page est devenue introuvable, et la ligne flash a elle aussi disparue.

    Explosive l’annonce, alors que TOUT le monde sait que le chômage est inférieur à …. 10 % selon les stats bidouillées par PE/INSEE et autres Tartuffes, et plus proches de 20% voire 22% en comptant certaines personnes qui ne sont pas indemnisées et qui n’ont pas droit au RSA, et d’autres ayant le RSA mais qui pour certains cas assez obscures dans la définition ne sont plus affiliés et donc pas comptabilisés par PE.

    Je rappelle à toutes fins utiles que le travail tel que défini par le Capital, n’est absolument pas utile à notre vie ; ce qu’il faut, c’est une vie décente pour tous : 1 toit, de la nourriture de qualité et en suffisance, se vêtir correctement (pas avec un t-shirt en plein hiver parce que pas l’argent pour acheter un pull), et se soigner… le travail à la gloire de la mafiocratie, ils peuvent tous se le garder ces parasites !

    J'aime

    1. Absolument ! Et surtout rappeler qu’1 chômeur sur 2 inscrit ne perçoit RIEN, NADA, QUEUTCH !
      Bon perso, je ne perçois RIEN, NADA, QUEUTCH… C’est un peu compliqué, mais bon, je me passe de tout le superflu, comme parfois du nécessaire remarquez…

      Mais en échange j’ai le spectacle de la nature, et ça me suffit, la plupart du temps.

      Pour comprendre qu’on peut absolument se passer du TRAVAIL-MORT, je vous recommande le Manifeste Contre le Travail et ses Lois ► https://jbl1960blog.files.wordpress.com/2018/05/manifeste-contre-le-travail-et-ses-lois.pdf

      Ainsi qu’Un Monde sans argent, Un bref manifeste pour un futur proche de F. Cousin ► https://jbl1960blog.wordpress.com/2019/03/11/bref-manifeste-pour-un-futur-proche-de-francis-cousin-septembre-2010-proposition-de-relecture-r71-dans-une-nouvelle-version-pdf-de-jbl1960/

      Sinon c’est Macron et son gouvernement qui ment !…

      J'aime

  12. 1 chômeur sur 2 sans indemnisation, et probablement à peine 1/3 des 50 % de chômeurs non indemnisés touchent le RSA… ce qui nous amène DIRECTEMENT au plus de 10 millions de pauvres…

    Mais chuuuut … tout baigne dans l’huile selon Transhu 1er…. et aussi selon les vrais/faux leaders des Gilets Jaunes, j’ai nommé Rodriguez (faux éborgné en plus… mise en scène pour apitoyer…. Mec qui songe par ailleurs à se barrer au Portugal ensuite), Drouet, Jacline Moureau, Levavasseur qui va se présenter aux municipales de son bled normand, Chalençon (passé où ?), pour lesquels seul le prix du carburant est à revoir, ainsi que quelques sous en plus sur la paie !

    Et, les zombies suivent en rangs et au pas, ces pions du gouvernement.

    Z’ont rien vu, z’ont rien entendu, z’ont rien compris !

    J'aime

    1. Tu oublies Valette qui a encore plateau-ouvert, normal, à CNIOUZES…

      Cauchy et Barnabas sont repartis… D’où ils venaient.

      T’es sûre pour JR ? Bon on a tous pu voir que via sa frangine il essayait de monétiser le truc et d’une manière assez agressive (la frangine, hein ?). Chalençon y doit continuer à Chalençonner, Mouraud tente d’émerger…

      Comme je l’avais dit, pour ma part, il y a un moment : si le Mouvement des Gilets Jaunes ne passe pas en mode « France des Sections » et des Assemblées Populaires comme l’expliquait pour l’avoir analysé, Michel Bakounine en 1871, alors la récupération du Mouvement ne sera plus qu’une question de semaines…

      Notez bien que même si cela devait se produire certains ne rentreront pas dans le rang et divulgueront le message, malgré tout et quoiqu’il leur en coûtera (et je sais de quoi je parle) mais ça roupille à poing fermé !

      Ron…Zzzz…Ron…Zzzz…
      Tiens, c’était là, en dernier lieu ► https://jbl1960blog.wordpress.com/2019/05/06/la-commune-de-paris-et-la-notion-detat-de-michel-bakounine-1871-traduction-r71-mai-2019-dans-une-nouvelle-version-pdf/

      J'aime

  13. Comme je n’écoute pas CNEWS, je n’avais pas vu Valette….

    J’ai aussi oublié Flyrider et son histoire à dormir debout comme quoi il risquait sa vie, puis le voir faire le coq devant un BM modifiée avec tuning et tout le tralala…

    JR, a d’abord eu un pansement sur un oeil, puis sur l’autre, avec une vidéo d’explication foireuse comme quoi c’est le film qui montrait comme dans un mirroir…. mais, surtout…. AUCUN HEMATOME et un gus qui est revenu sur les plateaux TV en interview moins d’une semaine après « éborgnage »….

    Non seulement, après ce type de blessure, tu n’as normalement pas envie de faire une interview et surtout TV…. car même avec un super maquillage, il aurait laissé apparaître une partie de l’hématome afin que tout le monde puisse voir la blessure… la rien du tout, pas une trace… comme un sous neuf…

    Et depuis, Monsieur met des lunettes noires, c’est plus pratique, on n’y voit rien, et pas de risque de se gourer de côté pour le cache sur l’oeil.

    J'aime

    1. C’est pourquoi j’ai pu piquer l’expression « Gilet Foie Jaune » aux Natifs pour ces branquignoles, incluant le Général Branco, et je ne peux pas être taxée de lynchage ayant relayé son livre en PDF gratuit et ses premières vidéos…

      Alors, à partir du moment où il a prétendu être précaire et vivre du RSA = J’ai tout simplement cessé de le relayer, paske faut pas pousser mémé dans les orties quand même…

      J'aime

  14. D’autant, qu’il a dû avoir une avance sur vente coquette, et qu’en plus « il pète dans la soie » chez Môôôôman !

    Les éditeurs se prennent normalement 90% de la somme et 10% pour l’écrivain en bois ou non….

    J'aime

      1. Il ne m’a jamais paru honnête ce gars !

        Fait genre gros Nounours, mais chez moi, c’est alerte rubis lorsque je vois cette attitude de vrai faux cul…

        J'aime

  15. 01 Janvier 2018 – 18 juin 2018 : 44 de 6 et +
    01 janvier 2019 – 18 juin 2019 : 66 de 6 et +

    Sachant que tous ne sont pas visibles pour le public (pas de panique, jusqu’ici TOUT VA BIEN).

    Bon, dans la vallée des sionsions, sur la faille du Rhin, ça commence à serrer les miches très très fort !!!

    J'aime

  16. Suivi d’un 6.8 à 12 ouest de Kourks en Russie (base de sous-marins nucléaires… )

    Avec l’aide des Grands Satans anglo-sionsions ???

    Le coulage du Kourks était déjà UNE de leur oeuvre !

    J'aime

    1. Pardon pour l’erreur géographique, Koursk (oblast de KursK, région de Koursk) est près de l’Ukraine… et non pas un port maritime.

      Pour le Koursk c’était le nom du sous-marin… mais pas celui du lieu où il a été coulé.

      J'aime

  17. Ah, c’est comme pour l’annonce de l’indemnisation du chômage, le 6.8 apparaît PUIS, par magie, est supprimé…

    Donc rien, probablement quelques fayots farceurs ou salsifis !!!

    J'aime

Répondre à jo Busta Lally Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s