La Commune de Paris et la notion d’État de Michel Bakounine, 1871 – Traduction R71 mai 2019 dans une nouvelle version PDF

Nouvelle proposition de lecture à toutes CELLEUX qui veulent être le changement pour demain, dans cet ICI & MAINTENANT !

Avec ou Sans Gilet Jaune !

Résultat de recherche d'images pour

La Commune de Paris et la notion d’État de Michel Bakounine en 1871

Traduit, semble-t-il, pour la 1ère fois en français par Résistance 71 en mai 2019

Dans une version originale au format PDF N° 96 de 16 pages

Précisions R71 : Ce texte fait suite à ses « Lettres à un Français » datant de 1870 et Bakounine y analyse à la fois la Commune de Paris et ses rapports politiques avec la notion d’état.

Une fois de plus, on peut se poser la question de savoir pourquoi ce texte paraît-il toujours si d’actualité aujourd’hui ? Et la réponse étant invariablement : parce que rien n’a fondamentalement changé, les problèmes posés hier et avant-hier sont toujours posés aujourd’hui et que nous ne pourrons pas y trouver de solutions tant que nous accepterons la réalité politique et économique qui nous est imposée depuis bien trop longtemps.

Depuis novembre 2018, le mouvement des Gilets Jaunes met à jour les contradictions internes et permanentes d’un système étatico-capitaliste à bout de souffle et moribond. Pas à pas, les consciences politiques s’éveillent au-delà de la critique de base de la « vie quotidienne » et un plus grand nombre de gens réalisent, comme nous le disait déjà en substance Bakounine il y a 148 ans, qu’il n’y a pas de solutions au sein du système, qu’il n’y en a jamais eu et ne saurait y en avoir…

Reste à y réfléchir de manière critique et agir pour changer la réalité du monde en une société des sociétés embrassant la complémentarité de notre diversité et lâcher-prise de tous les antagonismes forcés sur nous. Elle est la seule voie viable pour une humanité véritablement humaine dans sa nature organique retrouvée hors du diktat marchand, tout le reste n’étant que pisser dans un violon.

Résultat de recherche d'images pour

L’État a toujours forcé la société à obéir, c’est à ce système  d’organisation par la force que la révolution sociale doit mettre un terme en garantissant pleine liberté au peuple, aux groupes, aux communes, aux associations d’individus et aux individus, ceci en détruisant une fois pour toute la cause historique de toute cette violence, le pouvoir et de fait l’existence même de l’État.

Il emportera dans sa chute toutes les inégalités, les injustices de la loi et tous les mensonges des religions, car la loi et les religions n’ont jamais été que la consécration obligatoire, obligée, idéale et réelle, de toute la violence représentée, garantie et protégée par l’État.

Il est évident que la liberté ne sera jamais donnée à l’humanité et que les véritables intérêts de la société humaine, de tous les groupes, des associations locales et des individus qui constituent les différentes sociétés, ne seront jamais satisfaits tant qu’existera l’État. Il est évident que les soi-disant intérêts généraux de la société que l’État est supposé représenter et qui ne sont en réalité qu’une négation constante des véritables intérêts des régions, des communes, des associations et des individus par l’État, ne sont que de simples fictions, des abstractions, des mensonges.

L’État est comme un gigantesque abattoir ou un énorme cimetière où toutes les véritables aspirations, toutes les forces vives d’un pays entrent généreusement et joyeusement, dans l’ombre de cette abstraction, pour se laisser tuer et enterrer.

Michel BakounineLa Commune de Paris et la notion d’État – 1871, Page 11 du PDF

Résultat de recherche d'images pour

Très franchement, si le Mouvement des Gilets Jaunes ne passe pas en mode « France des Sections » et des Assemblées Populaires comme l’expliquait pour l’avoir analysé, Michel Bakounine en 1871, alors la récupération du Mouvement ne sera plus qu’une question de semaines…

Notez bien que même si cela devait se produire certains ne rentreront pas dans le rang et divulgueront le message, malgré tout et quoiqu’il leur en coûtera ► ICI

Tout cela fait partie de la projection dans l’avenir ;

Mais à terme ; L’Oligarchie ne pourra pas gagner, et ils le savent bien…

Mais que le réveil des peuples est long et fastidieux et que la torpeur de l’hypnose générale met du temps à se dissiper… Quoique, l’Oligarchie, un chouïa aux abois, telle une bête acculée commet nombres d’erreurs, et avec le débunkage en règle de l’intox d’État de « l’attaque de la Pitié-Salpêtrière » ça devient tout de même très, très compliqué pour le pouvoir oppresseur en place de maintenir son Cap pour notre Désespérance… [Lire la fine analyse de Régis de Castelnau du 4 mai 2019 sur Comité Valmy]

C’est pourquoi, j’ai choisi de participer, activement et bénévolement, depuis plus de 3 ans maintenant, à déchirer le voile placé devant nos yeux, par la réalisation de très nombreux PDFs tous éminemment politiques que vous pouvez retrouver dans cette page spéciale de mon blog ► LES PDFs RÉALISÉS PAR JBL1960, c’est à dire mézigue…

Et comme dans celui-ci, très personnel, puisqu’il retrace mon propre chemin de croix pour tenter de faire effacer mon nom des Registres des Baptêmes par l’Église Catholique Romaine ► Effondrer les empires coloniaux par apostasie collective ou renoncement au baptême en récusation de la doctrine chrétienne de la découverte, PDF de 43 pages que j’ai réalisé en mars 2019, et ;

Qui converge, dans l’esprit, vers la conclusion de Bakounine à la page 15 de son texte ; La Commune de Paris et la notion d’État, écrit en 1871 ;

Il n’est pas de notre intention d’étudier l’histoire des absurdités religieuses, théologiques et métaphysiques ou de discuter la procession de toutes ces incarnations et visions divines créées par des siècles de barbarie. Nous savons tous que la superstition a amené le désastre, ainsi que des rivières de sang et de larmes.

Toutes ces aberrations révoltantes de la pauvre humanité furent des étapes historiques inévitables dans la croissance et l’évolution des organisations sociales. Ces aberrations ont engendré la fatale idée qui a dominé l’imagination humaine, que l’univers était gouverné par une puissance et une volonté surnaturelle. Des siècles ont passé et les sociétés se sont habituées à cette idée si fortement qu’elles ont finalement détruit tout désir de progrès en leur sein.

La soif de pouvoir des quelques individus originels et quelques classes sociales plus tard, a établi l’esclavage et la conquête comme principe dominant et implanté cette terrible idée de la divinité au cœur même de la société humaine. Dès lors, aucune société ne fut vue comme faisable sans ces deux institutions de l’Église et de l’État, comme base de construction. Ces deux fléaux sociaux sont défendus par tous les apologistes doctrinaires.

Dès que ces deux institutions sont apparues dans le monde, deux classes dirigeantes, celles des prêtres et des aristocrates, se sont rapidement organisées et n’ont pas perdu de temps pour endoctriner les masses réduites en esclavage avec cette idée d’utilité, d’inéluctabilité et de sacré de l’Église et de l’État.

Résultat de recherche d'images pour

Qui démontre bien que, là ; Où le social l’emporte, les préoccupations religieuses s’effacent…

JBL1960