Testament moral et politique de Bartolomeo Vanzetti (1927) dans une version PDF réalisée et complétée par JBL

C’est pour être arrivée à la même conclusion que je vous propose, cette version PDF toute personnelle autour du Testament moral et politique de Bartolomeo Vanzetti (1927) qu’a publié Résistance 71 le 1er février 2019 ;

Testament Moral & Politique de Bartolomeo Vanzetti (1927) dans une version PDF complétée par Jo Busta Lally N° 85 de 30 pages

SOMMAIRE

Préambule de Jo Busta Lally ► P. 4

Enfin officiellement en dictature !… R71 du 31/01/2019 ► P. 5

Testament moral et politique de Bartolomeo Vanzetti (1927) Publié par R71 le 1er février 2019 ► P. 8

«Si cette chose n’était pas arrivée, j’aurais passé toute ma vie à parler au coin des rues à des hommes méprisants. J’aurais pu mourir inconnu, ignoré : un raté. Ceci est notre carrière et notre triomphe. Jamais, dans toute notre vie, nous n’aurions pu espérer faire pour la tolérance, pour la justice, pour la compréhension mutuelle des hommes, ce que nous faisons actuellement par hasard. Nos paroles, nos vies, nos souffrances ne sont rien. Mais qu’on nous prenne nos vies, vies d’un bon cordonnier et d’un pauvre vendeur de poissons, c’est cela qui est tout ! Ce dernier moment est le nôtre. Cette agonie est notre triomphe.»

~ Tirade de Bartolomeo Vanzetti au juge Thayer 9 avril 1927 ~

▼▼▼

C’est là encore parce que toute mon enfance, côté maternel, originaire d’Italie du Nord (Udine) s’échappait des conversations familiales des Sacco, Vanzetti, Malatesta, arnachisti rivoluzionari, mais aussi  camicie nere, fascisti, Benito Mussolini

Quand, côté paternel, tous originaires depuis des générations de Valladolid, s’échappait des Franco, Revolución española, represión policial, camisas negras

Que ce texte lu à la veille de l’Acte XII des Gilets Jaunes a fait remonter, par flash, des lieux, des odeurs, des sons, des mots, des visages aussi, jamais oubliés et le rappel qu’avec l’arrivée de Nicolas Sarkozy au pouvoir en 2007, j’ai compris, d’un coup, que je ne n’étais qu’une française de papier, puis avec la création du débat sur l’identité nationale, devant justifier de mes origines, je réalisais que j’avais été exclue de cette société-là puisque mes 4 grands-parents étaient italiens et espagnols et bien que née en France, tout comme mon père d’ailleurs, ma mère née en Italie étant devenue française par leur mariage ; Je ne me sentais plus vraiment « française » peut-être encore citoyenne du Monde mais déjà j’étais devenue une Invisible et le suis toujours ;

Aussi, en lisant ce Testament moral et politique de Bartolomeo Vanzetti et surtout sa réflexion profonde sur le sens à donner à cette « mort » annoncée, comme à la page 25 & 26 ;

Arrivé ici, j’éprouvai toutes les souffrances, les désillusions les chagrins, inévitables de celui qui débarque à vingt ans, ignorant de la vie et un peu rêveur. Ici, je vis toutes les saletés de la vie : toutes les injustices, la corruption, l’égarement dans lequel s’agite tragiquement l’humanité.

Malgré tout, je réussis à me fortifier physiquement et intellectuellement. C’est ici que j’étudiai les œuvres de Pierre Kropotkine, de Gori, de Merlino, de Malatesta, de Reclus. Je lus le Capital de Marx, les travaux de Leone, de Labriola, le Testament politique de Carlo Piscane, les Devoirs de l’homme de Mazzini, et bien d’autres œuvres à caractère social. Ici, je lus les livres de chaque fraction socialiste, patriotique et religieuse, ici j’étudiai la Bible, la Vie de Jésus de Renan et le Jésus-Christ n’a jamais existé de Milesbo ; Ici, je lus l’histoire grecque et romaine, les Croisades, deux commentaires d’histoire naturelle, l’histoire des États-Unis, de la Révolution française et de l’italienne. J’étudiai Darwin, Spencer, Laplace et Flammarion, je revins sur la Divine Comédie, sur la Jérusalem délivrée, et je sanglotai avec Leopardi. Je lus les œuvres de Victor Hugo, de Léon Tolstoï, de Zola, de Cantû, les poésies de Giusti, de Guerrini, de Rapisardi et de Carducci. Ne me crois pas un puits de science, cher lecteur ; l’erreur serait énorme.

Mon instruction de base fut trop incomplète et mon état intellectuel n’est pas suffisant pour mettre à profit et assimiler entièrement un si vaste matériau. Et puis, tu dois considérer que j’étudiais tout en travaillant durement et sans commodité aucune. À l’étude, cependant, j’ajoutai une observation minutieuse, continue et inexorable des hommes, des animaux, des plantes, tout ce qui — en un mot — environne l’homme. Le livre de la vie : voilà le livre des livres ! Tous les autres n’ont pour but que d’apprendre à lire celui-là. Livres honnêtes, s’entend, car les malhonnêtes poursuivent un autre but.

Et le dernier paragraphe page 26, et la page 27 ;

Je compris que l’homme ne peut impunément piétiner les lois non écrites, ni violer les liens qui l’unissent à l’univers. Je compris que les montagnes, les mers, les fleuves appelés frontières naturelles se sont formés antérieurement à l’homme, par un ensemble de processus physiques et chimiques et non pour diviser les peuples.

J’eus confiance dans la fraternité, dans l’amour universel. Je fus convaincu que celui qui fait du bien ou du mal à un homme fait du bien ou du mal à l’espèce. Je cherchai ma liberté dans la liberté de tous, mon bonheur dans le bonheur de tous.

Je compris que l’égalité de fait, dans les nécessités humaines, des droits et des devoirs est la seule base morale sur laquelle puisse se fonder une société humaine. Je gagnai mon pain honnêtement à la sueur de mon front ; je n’ai pas une goutte de sang sur les mains ni sur la conscience.

À présent ? À trente-trois ans, je suis candidat au bagne et à la mort.

Et cela m’étonnerait fort qu’il n’en soit pas ainsi.

Pourtant, si je devais recommencer le « chemin de notre vie », je reprendrais la même route, cherchant cependant à réduire la somme des fautes et des erreurs et à multiplier celle des bonnes actions.

J’adresse aux camarades, aux amis, à tous les bons, un fraternel baiser, ma profonde reconnaissance, mon amour et mes vœux.

Bartolomeo Vanzetti

Mais surtout l’important ;

Post-scriptum

Je compris que le but suprême de l’homme est le bonheur ; que les bases immuables et éternelles du bonheur humain sont : la santé, la tranquillité de la conscience, la liberté, la satisfaction des besoins physiques et une foi sincère. Je compris que tout individu a deux « moi », l’un réel et l’autre idéal, que le second est le ressort du progrès et que chercher à identifier le premier au second relève de la mauvaise foi. La différence entre les deux « moi » reste constante car, aussi bien dans la perfection que dans la dégénérescence, la même distance les sépare.

Je compris que l’homme n’est jamais assez modeste envers lui-même et qu’un peu de sagesse existe dans la tolérance.

Je voulus un toit pour chaque famille, un pain pour chaque bouche, l’éducation pour chaque cœur, la lumière pour chaque intelligence.

Je suis convaincu que l’histoire humaine n’est pas encore commencée, que nous nous trouvons dans la dernière période de la préhistoire. Je vois avec les yeux de l’âme le ciel s’éclairer des rayons du nouveau millénaire.

J’estimai inaliénable le droit à la liberté de conscience, comme celui à la vie. Je cherchai de toutes mes forces à faire converger le savoir humain au profit de tous. Je sais par expérience que les droits et les privilèges s’acquièrent et se conservent par la force et qu’il en sera ainsi tant que l’humanité ne se sera pas améliorée elle-même.

Dans la véritable future histoire humaine, une fois abolis les classes et les privilèges, ainsi que les antagonismes d’intérêts entre l’homme et l’homme, le progrès et les mutations seront déterminés seulement par l’intelligence et par un commun intérêt général.

Si nous et la génération que portent en leur sein nos femmes n’arrivons pas à ce résultat, nous n’aurons rien obtenu de réel et l’humanité continuera d’être toujours plus misérable et malheureuse.

Reconnue la nécessité d’invoquer la force au service du bien contre le règne du mal, je suis et je serai jusqu’au moment suprême (sauf si je m’aperçois que je suis dans l’erreur) communiste-anarchiste parce que je crois que le communisme est la forme la plus humaine du contrat social, parce que je sais que c’est seulement avec la liberté que l’homme s’élève, s’ennoblit et se complète.

▲▲▲

Je trouve finalement ma juste place et ma raison d’être dans cet ICI et ce MAINTENANT et OÙ je vis ;

Une fourmi dotée de raison mais qui demeurera une fourmi ;

Un grain de sable capable d’enrayer la machine à nous broyer en attendant que l’action de milliers de grains de sable STOPPENT définitivement la machine ;

Un petit caillou, dans l’escarpin verni des beaux messieurs et des belles dames ou dans la botte des polices et armées du Monde complices de tous les pouvoirs dominants, capable d’entailler la chair jusqu’à gangréner la bête humaine…

Et de toutes façons bien consciente que seule notre UNION + notre ORGANISATION + notre RÉFLEXION + nos ACTIONS COLLECTIVES HORS INSTITUTIONS pourront engendrer des ACTIONS DIRECTES EFFICACES.

Car s’il est toujours vrai, qu’aucune lecture seule ne peut « changer le cours des choses », certaines lectures et à des moments-clés peuvent nous « transformer » pour nous permettre ensuite collectivement de modifier le cours de l’Histoire de l’Humanité et pour moi, le Testament moral et politique de Bartolomeo Vanzetti est une lecture essentielle pour participer activement à ce changement !

Tout comme l’a été le tout premier roman de Zénon « Fin de Règne » – ICI ;

Tout comme l’a été le Manifeste politique de Résistance 71 « Manifeste pour la société des sociétés » ;

Tout comme l’a été le Contre-rapport de la Commission Vérité & Réconciliation « Meurtre Par Décret » – Le crime de génocide dans les Pensionnats pour Indiens au Canada de 1840 à 1996 ;

C’est chaque nouvelle lecture en fait pour ensuite en réaliser une version PDF qui m’auront « transformée » pour me permettre ainsi de participer, activement, au changement de paradigme qui, enfin, semble s’enclencher, sous nos yeux…

JBL1960

Publicités

6 réflexions sur « Testament moral et politique de Bartolomeo Vanzetti (1927) dans une version PDF réalisée et complétée par JBL »

  1. Magnifique! Ce sont des hommes comme celui-ci qui donnent a réfléchir a ceux qui se sentent déroutés, effrayés, ou n’arrivent pas a comprendre la « vraie vérité « , il redonne espoir à ceux qui luttent, ouvre la voie a de nouveaux espoirs et horizons.. Comme on dit souvent « l’Union fait la force », celle d’un peuple comme de l’espèce humaine toute entière. Il suffit que celle-ci en prenne pleinement conscience et comprenne enfin que peu importe nos origines, nos croyances religieuses et appartenances, nous sommes UN, tous unis vers un meme avenir… A nous de le choisir ou de le subir!

    J'aime

    1. Absolument…

      Here’s to you, Nicola & Bart ♫

      Tiens, Joan Baez en live en France en 1977 (Page 2 du PDF) et 1977 c’est l’année de naissance du Macron de Rothschild…
      Pour moi, l’année de mes 17 ans, et je me suis souviens avoir vu des extraits de ce film à la téloche, à l’époque, y’avait pas de filtres, tout passait, le pire mais aussi le meilleur, ce qu’on n’aurait jamais dû voir…

      Je me trouvais devant ma téloche lors de l’assassinat d’Al-Nouar-Al-Sadate par exemple, ça aussi, gravé dans ma mémoire…

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s