En souvenir de Berta Cáceres, assassinée un 3 mars 2016…

Selon un proverbe malgache :

Les morts ne sont vraiment morts…

Que lorsque les vivants les ont oubliés !

~~~~▼~~~~

Et ici, on n’oublie pas, on n’oublie rien…

Surtout pas les nombreux assassinats des protecteurs de l’eau et donc de la Vie ;

Honduras, assassinat de Berta Cáceres

Berta Cáceres était une figure emblématique des luttes populaires et des peuples indigènes du Honduras, contre la spoliation de leurs droits et de leurs territoires. Comme mouvement populaire, le Copinh avait mobilisé toutes ses forces pour dénoncer le coup d’État de 2009 et avait joué un rôle particulièrement important dans la résistance contre les grands projets d’infrastructures qui menacent les territoires et les ressources des peuples indigènes et paysans du Honduras. À ce titre, Berta a joué un rôle de premier plan, au niveau national et dans de nombreux forums internationaux pour dénoncer les programmes internationaux qui sous couvert de la défense de l’environnement organisent la marchandisation des ressources naturelles et de la nature.

Ces dernières années, Berta et le Copinh avaient mené une lutte infatigable contre la construction du barrage d’Agua Zarca qui représentait une menace pour les rivières et menaçait de spolier plusieurs communautés indigènes lenca. Au prix d’une occupation, pendant de longs mois, du lieu prévu pour la construction qui avait coûté plusieurs morts parmi les membres du Copinh, les entreprises avaient dû reculer… mais c’était pour mieux sauter. Depuis peu, les bulldozers prétendaient reprendre leur danse infernale et mener le projet à terme en amont de la rivière. Berta et le Copinh avaient immédiatement annoncé la reprise de la mobilisation.

Le mouvement social hondurien et mésoaméricain mais aussi les féministes, anticapitalistes, écologistes et tou•te•s les défenseur•e•s de la justice sociale ont perdu en cette nuit obscure, une de leur meilleure porte-parole.

Pour la mort de Berta, ni pardon ni oubli !

Pour sa mémoire, pour la justice,
joignons notre douleur et notre rage à celle du Copinh
et du mouvement populaire hondurien.

Paris, 3 mars 2016

Source ► La Voie du Jaguar

~~~~▼~~~~

Pour que Berta continue à vivre en nous !

Que faire ? Faire ce que Berta ferait, ce qu’elle a toujours fait. Vivre, se dresser et lutter ensemble. Se tenir la main. Se faire des acolades (abrazos). Communiquer et connecter avec les nombreuses victimes de l’ordre mondial. Et toujours vivre, se dresser et lutter contre toutes les injustices et les inégalités, toutes les discriminations, toutes les activités de destruction industrielles de la planète, de notre Terre-Mère, parce qu’un autre monde est nécessaire et tout à fait possible ► Lire l’intégralité de l’article ► L’assassinat de Berta Cáceres

►◄

À nous de démontrer notre capacité à résister, à dire NON et à se tenir debout aux côtés des peuples autochtones de tous les continents ;

  • Aux côtés des peuples Shuars en Équateur qui luttent contre les sociétés minières chinoises, contre le gouvernement et la Chine pour la sauvegarde de leur terre ancestrale.
  • En Colombie, où 40 après, le Condor 2.0 est toujours vivant…
  • Et parce que les assassins reviennent toujours sur les lieux de leur crime ; Du sud du Chili, où les Mapuches luttent pour récupérer leurs terres, à l’Amazonie péruvienne, affectée par une intense activité minière illégale, les peuples indigènes seront au cœur du voyage du pape François, cette semaine, au Chili et au Pérou.

Et sur ce sujet, vous pouvez lire le dossier de Kevin « Tueur de Pape » Annett

Nous devons comprendre le système légal de l’oppression coloniale pour mieux le démonter aussi bien avec Peter d’Errico, issu de la culture colonialiste, qu’avec Steven Newcomb, issu de la culture native amérindienne (Shawnee, Lenape). Ces deux légistes du nouveau monde, Peter D’Errico, et Steven Newcomb, ont dévoué leur carrière légale à la recherche et au décorticage des textes fondateurs de l’empire anglo-américain actuel pour mieux pouvoir le démonter et l’éradiquer. Il est intéressant de noter que la complémentarité de leur culture et recherche respectives mène à une union, à un renforcement de la validation de tout mouvement de résurgence indigène pour mettre définitivement fin au marasme politico-économique que cet état de fait a forcé non seulement sur les populations locales, mais à terme, sur le monde entier.

Comprendre que collectivement il y a bien plus de choses qui nous rassemblent que de choses qui nous divisent. La division est induite, fabriquée, et ce depuis des millénaires, mais nullement inéluctable pour autant.

Démontrons que nous sommes capables de remplacer l’antagonisme à l’œuvre depuis des millénaires qui, appliqué à différents niveaux de la société empêche l’humanité d’embrasser sa tendance naturelle à la complémentarité, facteur d’unification de la diversité dans un grand Tout socio-politique organique : la société des sociétés.

JBL1960

Lectures connexes ;

6ème Déclaration Zapatiste de la Forêt de Lacandon, Chiapas, 2005, Mexique

La Grande Loi de la Paix, Confédération Iroquoise, XIIe siècle

=*=

Comment nos esprits furent volés ! de Mohawk Nation News

Après le CETA, puis le JEFTA c’est au tour du MERCOSUR !

=*=

Textes politiques fondateurs et compilations d’auteurs, extraits de livres, en format PDF, car  ce format s’est très vite imposé comme un outil pour créer une société parallèle, celle des associations libres fédérées, boycotter le système et institutions de manière exponentielle au nombre de gens rejoignant les associations libres ; Dans cette page spéciale de mon blog ► LES PDF DE JBL1960

Publicités