Blackwater/Academi sous-traite la torture en Arabie Saoudite…

TERMINATOR & ROBOCOP 3.0…

Armée mercenaire de l’empire : Blackwater/Academi sous-traite la torture en Arabie Saoudite…

Nous l’avions dit depuis longtemps : L’avenir de l’empire est la généralisation de l’utilisation des mercenaires à la solde des banksters dans le monde, non seulement pour guerroyer, mais pour la mise en place de toute opération de “police” et de “contre-insurrection”. Le but de l’empire est de mener une “bataille d’Alger” (1957) à l’échelle planétaire contre toute dissidence, bien sûr qualifiée au préalable de “terroriste”, tout comme la Gestapo et les autorités d’occupation nazies  qualifiaient la résistance française ou russe de “Terroristen !” ça commence par la sous-traitance des radars de contrôle de vitesse par des entreprises privées (déjà un fait en France et ailleurs) et pas à pas, les mercenaires envahissent nos vies. Cela se produira (si on les laisse faire), car c’est la logique interne du système en décomposition totale qui ne peut plus générer que violence et répression forcenée face à l’éveil grandissant des masses, système qui ne pourra très bientôt plus compter sur ses forces répressives militaires et policières qui à terme rejoindront les peuples. Là aussi le « grand remplacement » est en marche : mercenaires, drones et robots sont l’avenir immédiat de la répression et de l’oppression oligarchique, ce qui se passe « ailleurs » n’est que le brouillon de ce qui vient chez nous… Regardez le clip vidéo sous notre traduction, cela arrive à grand pas !

Qu’on ne dise pas qu’on était pas prévenu. Blackwater dans les commissariats et autres donjons secrets français, c’est pour demain.

~ Résistance 71 ~

Que fait Blackwater / Academi en Arabie Saoudite ? Le directeur d’un émir est mort sous la torture

Al Manar | 22 décembre 2017 | Source ► http://french.almanar.com.lb/707485

La mort sous la torture du directeur de l’ancien émir de la région de Ryad continue à faire couler de l’encre. Des sources saoudiennes confidentielles, citées par AlQuds al-Arabi, ont révélé que « le général Ali al-Qahtani, qui faisait partie de la Garde Royale, a été soumis à des tortures physiques et psychologiques depuis son arrestation le 4 novembre dernier », dans le cadre de la campagne d’arrestations menée par les autorités saoudiennes contre un certain nombre de princes et d’hommes d’affaires sous prétexte de lutte contre la corruption.

Et d’expliquer : « le général Ali al-Qahtani avait été soumis à des séances de torture jusqu’à sa mort, dans la matinée du 12 décembre, suite à un choc électrique. La famille du défunt a eu du mal à reconnaître ses traits après avoir reçu son corps ».

Des ONG internationales affirment que les autorités saoudiennes leur interdisent de visiter ou d’entrer en contact avec les familles des détenus, notamment après la publication de plusieurs reportages faisant état de tortures pratiquées à l’encontre des personnalités arrêtées.

Des princes torturés par des agents américains

Le prince héritier saoudien, Mohammad ben Salmane, s’est livré à une purge sans précédent au sein des clans adverses avec pour objectif de se doter des sommes nécessaires pour acheter le soutien de Washington.

Au moins onze princes et des centaines d’hommes d’affaires et d’officiels gouvernementaux accusés de corruption ont été mis sous les verrous.

Le Daily Mail a publié sur sa page électronique le témoignage d’une source anonyme affirmant que les princes et les milliardaires saoudiens arrêtés à l’occasion d’un violent coup de filet, début novembre, sont torturés par des agents de sécurité privés américains. Ces derniers auraient été engagés par le prince Mohammed Ben Salmane en personne, rapporte PressTV.

Le prince héritier aurait saisi des actifs et plus de cent quatre-vingt-quatorze milliards de dollars sur les comptes bancaires des personnalités arrêtées. En instaurant la peur et la répression, le prince Mohammed Ben Salmane aurait la volonté de mettre à jour un présumé réseau d’officiels étrangers ayant soudoyé les princes saoudiens.

Blackwater, aujourd’hui connu sous le nom d’Académi,  dont la présence en Arabie saoudite a été attestée par des réseaux sociaux arabes, fournirait les mercenaires pour diriger les interrogatoires et les séances de tortures.

Le prince héritier participerait aux interrogatoires les plus importants et aurait sollicité ces mercenaires venus d’Abu Dhabi, les estimant plus fiables que les forces de sécurité régulières qui côtoyaient depuis longtemps les personnes arrêtées.

= = =

Source Press TV : Les mercenaires américains torturent en Arabie Saoudite. Blackwater/Academi fait le sale boulot du prince hériter Mohamed Ben Salman :

http://www.presstv.com/DetailFr/2017/12/22/546408/Blackwater-Arabie-saoudite

Le premier groupe de mercenaires de la compagnie militaire privée américaine DynCorp est arrivé dans le sud du Yémen pour prêter main-forte à l’offensive menée par l’Arabie saoudite.

Comme l’a rapporté hier l’agence de presse yéménite Khabaragency, des soldats ont été expédiés au Yémen au titre d’un contrat de 3 milliards de dollars signé entre les Émirats arabes unis (EAU) et la société DynCorp. Un fonctionnaire du ministère de la Défense du Yémen, cité par Khabaragency, a expliqué que la mission des mercenaires américains consistait à appuyer l’armée des EAU, un des principaux alliés du régime saoudien dans cette guerre qui l’oppose à l’armée yéménite et au mouvement populaire Ansarolá.

INFO ILFATTOQUOTIDIANO MARS 2016 ► TERMINATOR 2016

~~~~▼~~~~

L’empire anglo-américano-christo-sioniste dont la seule et vraie nature est la guerre perpétuelle a ouvert les paris au Moyen-Orient via Trump le nouveau con(servateur) avec sa nouvelle déclaration de Balfour 2.0

Reste que depuis plus d’un an, on s’est posé la question ici comme à la lumière de ce que dit le Dr. Ashraf Ezzat : La guerre actuelle au Yémen, guerre qui implique Israël aux côtés de l’Arabie Saoudite, est-elle une coïncidence ?…

Le Dr. Ezzat dit que la bible septante est une fraude de traduction. Il cite des passages dans l’hébreu ancien qui ont été (volontairement) mal traduit en grec par les 70 rabbins sous Ptolémée II au IIIème siècle AEC.

Y a-t-il une réfutation sans équivoque de ce qu’il avance ? Pas à notre connaissance.

Ezzat cite de nombreux archéologues et historiens israéliens qui s’accordent à dire que les recherches de terrain n’ont jamais prouvé la véracité historique du récit biblique. Ezzat, [son livre phare, l’Égypte antique n’a jamais connu ni Pharaons ni Israélites, date de 2011!] de plus, ne va jamais dans son livre jusqu’à dire que l’histoire de la bible est une invention, il ne fait que dire qu’il est maintenant prouvé que la location GÉOGRAPHIQUE de cette histoire n’est pas la bonne, qu’il ne faut pas chercher en Égypte ni en Palestine pour des traces de « l’exode » ou du « palais de Salomon », mais dans le sud de l’Arabie Saoudite et au Yémen ► Traduction de la bible et Escroquerie historique, version PDF de 64 pages que j’ai présenté comme suit ;

Présentation par JBL1960 des raisons de ce PDF – Page 2

Histoire, science, mensonge et falsification…

 La tradition orale contre la tradition écrite… Vérité contre mensonge ?

Présentation R71 : Page 3

L’Égypte antique n’a jamais connu ni Pharaons, ni Israélites – Page 5

Les racines juives de la culture takfirie – Page 10

Le Messie Arabe – Page 15

La résolution de l’UNESCO sur Jérusalem : La vérité cachée – Page 21

Pourquoi ne trouve-t-on aucune mention des pyramides d’Égypte dans la bible ? Page 25

Jérusalem, rien de saint à propos de la ville sainte… Page 28

La fuite de la Sainte Famille en Égypte est elle un mythe ? – 21/02/2017 – Page 36

L’esclavage n’était pas une pratique fréquente en Égypte – 7 juin 2017 – Page 40

L’histoire biblique de Joseph coule comme le Titanic – 22 juin 2017 – Page 43

L’histoire de Joseph est un ancien conte populaire arabe – Sept 2017 – Page 47

Dans quelle langue Dieu a-t-il écrit les 10 Commandements – Sept 2017 – Page 51

Pourquoi les Égyptiens ne se convertirent pas en masse après les 10 plaies bibliques ? Nov 2017 – Page 55

La conversion à l’Islam de Muhammad Ali était-elle une décision fondée ? Page 57

M. Trump, Jérusalem n’est pas la capitale de l’Israël biblique – 08/12/2017 – Page 61

Il n’est pas question pour moi de dire aux croyants de tous poils qu’ils doivent abandonner leur croyance et adopter notre vision des choses, parce que ça c’est leur truc et depuis toujours.

Non, nous proposons tout simplement plutôt que d’attendre pour voir comment Trump (ou Killary ! ou qui que ce soit d’autre !) pourrait nous éparpiller façon puzzle aux quatre coins de l’univers de remplacer l’antagonisme à l’œuvre depuis des millénaires qui, appliqué à différents niveaux de la société empêche l’humanité d’embrasser sa tendance naturelle à la complémentarité, facteur d’unification de la diversité dans un grand Tout socio-politique organique : La société des sociétés ! Et TOUS ENSEMBLE !…

JBL1960

Illustration de ce billet issue de Macron obéit au Plan Trump/Ben Salmane

 

 

Publicités

Trump le nouveau con(servateur)… par Dean Henderson via R71 + mon grain de sel et de poivre !

Et les nouveaux cons ça osent tout !

C’est même à ça qu’on les reconnait, non ?

~~~~▼~~~~

Guerre impérialiste au Moyen-Orient sous la houlette de Donnie « mains d’enfant », nouveau con dévoilé…

A lire : Trump «Donnie mains d’enfant»

Trump le nouveau con(servateur)

Dean Henderson | 20 décembre 2017 | URL de l’article original ► https://hendersonlefthook.wordpress.com/2017/12/20/trump-the-neo-con/

Traduit de l’anglais par Résistance 71 ► https://resistance71.wordpress.com/2017/12/22/guerre-imperialiste-au-moyen-orient-sous-la-houlette-de-donnie-mains-denfants-nouveau-con-devoile/

Après des mois de menaces russophobes proférées par les services de renseignement à la solde la City de Londres, le narcisse à la face d’orange  qui a berné la “droite alternative” et lui a fait croire qu’un “don” milliardaire de casino de Manhattan pouvait être leur sauveur populiste, a enfin énoncé sa politique étrangère.

Il apparaît que le dégoulinage [NdJBL : Dégueulis même] constant de la propagande anti-Poutine, menée tambour battant par le député Adam Schiff (démocrate, Californie), [NdJBL : Et à ne pas confondre avec Peter Schiff] de la dynastie bancaire des Schiff, a été suffisant pour pousser Trump dans le camp anti-russe. Lundi, dans un discours si typiquement belliqueux, la star de la télé réalité devenue président des États-Unis a aussi eu des mots durs contre la Chine et aussi spécialement contre l’Iran.

Succinctement, la politique étrangère de Trump est en miroir de celle pondue par le think tank néo-con du Project for a New American Century (PNAC) qui sévissait sous le président Deubeuliou Bush. Rempli à ras bord de citoyens ayant la double nationalité israélo-américaine comme Richard Perle, Paul Wolfowitz et Dov Zakheim, le PNAC avait pour vision un jeu de dominos s’affalant les uns sur les autres au Moyen-Orient avec un petit coup de pouce de la CIA et de ses associés des ONG en place (NdT : et du Mossad…)

Bien que leur projet en Irak, Afghanistan et Syrie ait lamentablement échoué, il semblerait que maintenant ces zélotes sionistes aient l’Iran dans leur ligne de mire impérialiste. Avec l’ancien PDG de la plus grande compagnie pétrolière au monde (NdT : Rex Tillerson, CEO d’Exxon-Mobil, ex-Standard Oil des Rockefeller…), servant maintenant comme ministre des affaires étrangères des États-Unis, il n’y a rien de mieux pour les barons du pétrole et leurs banksters que de privatiser l’énorme champ gazier du South Pars en Iran, le plus grand au monde (NdT : dont une partie se trouve côté qatari, le Qatar, ce grand petit pays gazier, possession d’Exxon-Mobil…).

Mais avec leur vieux complice Netanyahou embrouillé à Tel Aviv dans une affaire de corruption et leur marionnette saoudienne, le prince héritier Mohamed Ben Salman (MBS) agissant maintenant comme le Pol Pot local, la vieille déclaration/traité Balfour de la construction coloniale de Djeddah apparaît être bien élimée.

Les rebelles Houthi continuent de tirer des missiles sur Riad, les mercenaires des banksters de l’EIIL/Daesh ont été vaincus en Syrie et en Irak et les Kurdes sont en train de brûler les bureaux du KDP (Kurdish Democratic Party) à Erbil. La Turquie et le Qatar continuent leur pivot vers la Russie. Le Hezbollah n’a jamais été aussi puissant au Liban.

Plus que tout maintenant, les errances paranoïaques de Trump peuvent être perçues comme des tentatives désespérées de détourner l’attention de la réalité de terrain au Moyen-Orient, celle qui voit la domination de près d’un siècle de l’hégémonie anglo-américaine arriver à une halte brutale et grinçante, alors que des forces progressistes s’unifiant de manière croissante mettent une fessée aux envahisseurs/occupants bataille après bataille.

~~~~▲~~~~

Tout cela ce faisant au N.O.M. du Gaz, du Pétrole et des Hydrocarbures… Ainsi soit-il ?

NON !

Relisons l’excellente et pertinente analyse de Résistance71 Trump, Jérusalem et Nouvel Ordre Mondial car d’évidence, Donnie Mains d’Enfant Trump en désignant Jérusalem capitale de l’Israël biblique a ouvert, volontairement ou pas, en grand les portes de l’Enfer. Et ayant réalisé toutes les versions PDF mises en liens, j’ai suivi celui-ci proposé par R71 que je ne connaissais pas, dans ce paragraphe : Trump n’est pas un imbécile, il n’est qu’un des nombreux bras armés aux ordres, œuvrant pour la mise en place d’un fascisme planétaire transnational géré par les corporations ayant fusionné avec l’État. La mise en échec du Nouvel Ordre Mondial ne peut se faire que par les peuples qui, dans le processus même de la révolution sociale planétaire, éradiqueront la malfaisance régnante. Et tout premier article en nom collectif R71 (juin 2010) qui nous permet de poser la question de Que faire ? La marche vers la tyrannie globale : comment s’en sortir ? Que Faire ? Ainsi que sur notre capacité, ICI & MAINTENANT à mettre en échec ce Nouvel Ordre Mondial

Non de N.O.M. !

C’est bien pour cela que nous avons appelé à BOYCOTTER aussi bien le POTUS 2016, puis le BARNUM 2017, et que nous continuons à dire, à écrire et à penser, qu’il n’y a aucune solutions dans les élections !

RAPPELEZ-VOUS ;

Résistance à l’empire : Trump et l’oligarchie… « cours après moi que j’t’attrape… »

Précisons qu’en ce qui nous concerne toutes tergiversations pour savoir si le système peut-être préservé, doit-être préservé, si des réformes peuvent-être entreprises pour le changer, le rendre plus “vertueux”, ne sont que futilités ineptes et perte de temps essentiel, tant il est évident qu’il est bien au-delà de toute rédemption possible et qu’il n’y a pas, n’y a jamais eu et n’y aura jamais de solutions au sein du système.
Ceci dit, les propos de Roberts sont ici à prendre en considération dans le cadre de la critique, sa critique interne du système étatico-capitaliste. Si les vues et analyses de Roberts sont souvent pertinentes, elles ne peuvent pas non plus mener à des solutions viables tant que lui et quiconque d’autre continuent de penser “dans la boîte”.
S’il est intéressant de lire un “reaganien”, économiste fondateur et applicateur des “reaganomics”, mentionner le “Que faire ?” de Lénine, on est aussi en droit de se poser la question de savoir pourquoi quelqu’un comme Roberts, qui a vu de très près et du plus “haut niveau” tous les systèmes politiques modernes, y compris l’URSS créée par Lénine et Trotski pour leurs maîtres de la City de Londres et de Wall Street, continue de penser qu’il suffit de mettre des “hommes vertueux” en tête de gondole pour que l’État et le “Marché” deviennent vertueux comme par magie. Quand Roberts et consorts se rendront-ils compte que la solution à la question pertinente du “Que faire ?” ne réside EN AUCUN CAS dans le système de fonctionnement proposé mais bien en dehors : dans l’émergence de la société des sociétés résultant de la confédération des associations libres de producteurs et de consommateurs autogérées où le pouvoir serait de nouveau dissous dans le peuple et où toute inégalité redeviendrait impossible. Paul Craig Roberts est mûr pour franchir ce pas, mais reste prisonnier de sa peur, de sa peur du “lâcher-prise” de ce qu’il connaît et le conforte, nous sommes des centaines de millions qui devrions dès aujourd’hui cesser d’avoir peur, car c’est par la peur que l’oligarchie nous mème à l’abattoir. Le temps est venu de dire NON ! Unis et décidés. Boycott du vote, boycott des institutions, union des citoyens en associations libres. Arrêtons de laisser les criminels en col blanc décider pour nous de notre destinée. Il suffit de dire NON ! Ensemble, haut et fort pour que toute cette vaste supercherie de société du spectacle, que nous cautionnons, qui ne peut exister que par notre consentement, s’arrête et que nous la remplacions par la société des sociétés, ce confédéralisme démocratique amenant ses solutions collectives concernées à nos problèmes collectifs, fondé sur la loi naturelle, l’égalité, l’entraide et donc la liberté.

Résistance 71 – URL de l’article ► https://resistance71.wordpress.com/2017/03/04/resistance-a-lempire-trump-et-loligarchie-cours-apres-moi-que-jtattrape/

Ce préambule du 3 mars 2017 de R71 introduit l’analyse de Paul Craig Roberts, et pour ma part, en introduction de cette publication que j’avais intitulé ; « Les Nouveaux Nouveaux Cons, cons » j’y rappelais mon billet d’analyse sur  Pepe Escobar du 1er mars Dans les coulisses de la bagarre Trump contre l’état profond et que j’ai intitulé ARCHI-NÉOCONS vs PALÉO-CONSERVATEURS. Et qui précise ceci : En toute pratique, les factions de nouveaux cons / nouveaux cons libéraux les plus puissantes ont lancé de fait une opération pour faire virer Flynn et pour continuer de façon à éventuellement faire aussi virer Trump, poursuivant ainsi toute avenue possible qui mènerait à sa destitution. Quelque soit la stratégie adoptée par les vrais maîtres comme détaillés par “X”, Trump doit faire face un formidable axe de l’état profond nouveau con / néolib, de la CIA, des médias corpos neolibéraux allant de CNN au Washington Post et aussi la machine Clinton qui est toujours fonctionnelle et active.

Parce que ce qui est sûr est certain, c’est que ce soit Duffy ou Killary ; c’est nous les dindons de la farce, alors qu’il nous suffit de dire NON MERCI !

Parce que le Plan des Zélites (0.0001%) c’est en un mot anéantir tout ce qui ne rampera pas à nos pieds comme des chiens  !

Aussi, plutôt que d’attendre pour voir comment Trump (ou Killary ! ou qui que ce soit d’autre !) pourrait nous éparpiller façon puzzle aux quatre coins de l’univers et si nous remplacions l’antagonisme à l’œuvre depuis des millénaires qui, appliqué à différents niveaux de la société empêche l’humanité d’embrasser sa tendance naturelle à la complémentarité, facteur d’unification de la diversité dans un grand Tout socio-politique organique : La société des sociétés ?

JBL1960

Illustration de GuillaumeTC de #CroisonsLes « DUEL« 

 

 

 

 

Déclaration de Balfour 2.0…

…Ou Pacte de Quincy 2.0 !

Quoiqu’on serait plus près du 3.0 maintenant, voire +…

Je vous propose de relire l’excellent Georges Stanéchy de janvier 2016 ;

Régime Saoudien : Kleptocratie en décomposition qui remonte aux origines de la création de la Maison des Saoud et de cette Kleptocratie qui n’en fini plus de hoqueter comme nous l’avons vu, encore, le 10 novembre dernier dans ce billet ► Nouvelle donne au Moyen-Orient… La métamorphose du cloporte saoudien ? Royaume des Saoud, chronique d’une fin annoncée ?…

Et dans lequel il rappelle les dernières paroles de Nimr al-Nimr avant sa décapitation au sabre à Chop Chop Square :

En premier, écoutons, avec respect et émotion, les propos du saoudien Chiite Nimr al-Nimr avant sa décapitation, s’adressant aux Saoud (16) :
 « Nous ne voyons aucun problème entre les sunnites ou les chiites, entre les différents pays sunnites et l’Iran.

Le seul problème c’est vous, et vous vous moquez du monde [en instrumentalisant cette prétendue rivalité sectaire].
Il n’y a pas de problèmes entre les sunnites et les chiites, ce ne sont que des mensonges et des falsifications dont vous vous servez pour tromper les ignorants d’entre vos partisans et les brutes qui se prétendent ‘salafistes’ :

– les ‘salafistes’ de Nayef,

– les ‘salafistes’ des Saoud, qui n’accordent aucune considération à la religion,

– le ‘salafisme’ qui se base sur le meurtre, le viol de l’honneur, la trahison, le collaborationnisme avec les États-Unis, tel est leur ‘salafisme’.

Tels sont les Saoud. »

Et dans lequel il rappelle opportunément le fameux Pacte de Quincy ; Cette « protection » fut instaurée le 14 février 1945, sous forme d’un accord entre les USA et les Saoud, connu sous le nom de Pacte du Quincy. La Grande-Bretagne, affaiblie par la deuxième guerre mondiale, empêtrée dans les problèmes de liquidation de son Empire, avec le soulèvement de l’Inde, leur avait passé la main sur l’Arabie Saoudite. […] En conséquence, le Pacte du Quincy s’articulait sur l’instauration d’un modèle de « Non Développement » au Moyen-Orient.

Amplifié par d’incessantes opérations de « déstabilisation », de guerres suscitées, civiles ou entre voisins, voire de « chaos » entretenus. Un des effets collatéraux majeur, et voulu, étant d’en « casser » la croissance démographique. Le tout camouflé, ou justifié, sur le plan idéologique, par une propagande systématique, méthodique, permanente, centrée sur «l’islamophobie».

Officiellement, il s’agissait de l’échange d’une protection militaire des occidentaux, et plus particulièrement des USA, contre un « accès » aux immenses ressources pétrolières  du pays.

En fait, cette « protection-racket » avait des ramifications, un engrenage, une finalité, beaucoup plus complexes et profonds, en termes géopolitiques pour la région que le simple prétexte énoncé. L’observation des évolutions socio-économiques, depuis la signature de cet accord, en éclaire les composantes réelles. Car, la stratégie des occidentaux était rigoureusement circonscrite.

URL de l’article de Georges Stanéchy http://stanechy.over-blog.com/2016/01/regime-saoudien-kleptocratie-en-decomposition.html

~~~~▼~~~~

Le pacte du Quincy a été scellé le 14 février 1945 sur le croiseur USS Quincy (CA-71) entre le roi Ibn Saoud, fondateur du royaume d’Arabie saoudite, et le président américain Franklin Roosevelt, de retour de la conférence de Yalta. La durée de cet accord était prévue pour être de 60 ans et ces accords ont été renouvelés pour une même période en 2005 par le président George W. Bush1.

Quand on vous dit de rouvrir les livres d’histoire et surtout ceux qui racontent une autre histoire américaine

Les psychopathes aux manettes principalement Zuniens je vous le rappelle, ne nous veulent pas éduqués et encore moins « éveillés ».

Voilà pourquoi c’était FOUPOUDAV aussi bien avec Trump qui est en prise directe lui, avec la Doctrine Monroe, comme avec Killary, la Reine du Chaos !

Et donc Trump ouvre en grand les portes de l’enfer en nommant Jérusalem capitale de l’Israël Biblique… Et finalement on comprend que les Israéliens et les Zuniens sont plus préoccupés que jamais avec le Hezbollah de retour en force, surtout avec cette alliance encore improbable il y a peu de temps et qui voit le jour ;

Résistance au colonialisme : FPLP-Hezbollah… une alliance improbable il y a encore peu de temps voit le jour…

Transcender des antagonismes pour la réalisation d’une vision politique, un exemple sous nos yeux rendu possible par l’incroyable arrogance impérialiste occidentale.
Privilégier l’intérêt commun au-delà des divisions illusoires intentionnellement maintenues pour maintenir le consensus du statu quo oligarchique. Cette ère touche à sa fin. Embrassons notre complémentarité et tournons le dos à l’ancien monde infantile de la division et de la domination.
L’alliance du Hezbollah et du Front Populaire de Libération de la Palestine (FPLP) est une grande nouvelle !
~ Résistance 71 ~

Action commune contre l’occupation israélienne : le FPLP chez Nasrallah

Al Manar | 20 décembre 2017 | URL de l’article original ; http://french.almanar.com.lb/705901

Le secrétaire général du Hezbollah sayed Nasrallah a eu ce mercredi une rencontre avec un deuxième groupe de résistance palestinienne, le Front populaire pour la libération de la Palestine (FPLP) au cours de laquelle il a été question de la proposition de mettre au point un  plan commun pour résister à l’occupation israélienne.

Durant la rencontre qui a duré plusieurs heures, sayed Nasrallah a de nouveau qualifié la reconnaissance de Jérusalem al-Quds  comme capitale d’Israël de «nouvelle promesse de Balfour».

« L’axe de la résistance a réalisé d’importants exploits dans la lutte contre le terrorisme. Il a dorénavant le temps nécessaire pour se consacrer au conflit arabo-israélien », a dit aussi le chef du Hezbollah, rapporte le communiqué distribué par le FPLP, selon la télévision libanaise Al-Mayadeen .

Après avoir rendu hommage à la lutte du peuple palestinien et insisté sur la nécessité qu’il préserve son unité, il a de nouveau salué l‘intifada qui est d’après ses propos « le choix sur lequel sont unanimes le peuple palestinien et ses forces nationales et islamiques ».

« Pour que l’intifada puisse donner ses fruits et réaliser ses objectifs, il faudrait rassembler toutes les capacités du peuple et les axer autour d’elle », a-t-il recommandé .

Pour sa part la délégation du FPLP a informé sayed Nasrallah qu’elle est disposée à faire partie de toute action commune contre l’occupation israélienne.

La semaine passée, c’est une délégation de Fatah-Intifada qui avait rencontré le SG du Hezbollah,  après le discours qu’il a prononcé et dans lequel il a souligné que l’Axe de la résistance va se consacrer entièrement pour la cause palestinienne.

◄|►

La décision de Trump sur Qods est une nouvelle déclaration Balfour

Press TV | 20 décembre 2017 | Source ► http://www.presstv.com/DetailFr/2017/12/20/546291/dclaration-Balfour-Maher-alTaher-Abou-Ali-Hassan-FPLP-Intifada-Rsistance-Nasrallah

En affirmant que l’Intifada est une option soutenue par tous les courants palestiniens, Seyed Hassan Nasrallah, qui est actuellement hôte d’une délégation du Front populaire de la libération de la Palestine (FPLP) a qualifié la décision du président américain, Donald Trump, sur Qods, d’une nouvelle déclaration Balfour.

Selon le rapport de l’agence Mehr News citant la chaîne Al-Mayadeen, lors d’une rencontre avec une délégation du Front populaire de la libération de la Palestine (FPLP), Seyyed Hassan Nasrallah, secrétaire général du Hezbollah libanais, a affirmé que l’axe de la Résistance s’était concentré sur une confrontation avec Israël ».

Nasrallah a fait remarquer qu’après les victoires remportées par l’axe de la Résistance face au terrorisme il disposait du temps nécessaire pour se focaliser sur un combat contre Israël. La délégation du FPLP a pour sa part fait de sa disposition à participer à la Résistance face au régime israélien.

Lors de cette rencontre qui a duré 4 heures, Nasrallah a qualifié de déclaration Balfour la décision de Trump de reconnaître Qods comme capitale du régime occupant et salué les sacrifices du peuple palestinien appelant ce dernier à l’unité nationale.

Il a affirmé que l’Intifada était une option soutenue par tous les Palestiniens et toutes les instances de la Résistance nationale et patriotique.

« Pour que l’Intifada soit efficace, le peuple doit focaliser tous ses efforts sur l’Intifada », a-t-il souligné.

Abou Hamed Fouad, secrétaire général adjoint du FPLP, Maher al-Taher, Abou Ali Hassan et Marwan al-Fahoum participaient à cette délégation.

~~~~▼~~~~

Bien entendu il n’est pas question ici de remplacer un antagonisme par un autre, mais bien comme l’avance Résistance71 en préambule de Transcender des antagonismes pour la réalisation d’une vision politique et comme il l’expose dans le détail dans leur Manifeste PolitiqueManifeste pour la Société des sociétés.

Parce que le projet de l’empire anglo-américano-christo-sioniste est, plus que jamais, En un mot anéantir tout ce qui ne rampera pas à nos pieds comme des chiens

Quatorze pays, dont la France, ont voté ce lundi une résolution condamnant la reconnaissance américaine de Jérusalem comme capitale d’Israël. Washington a mis son veto et a dénoncé une «insulte». Les Palestiniens ont, quant à eux, jugé «inacceptable» ce veto.

Les États-Unis ont mis ce lundi leur veto à une résolution de l’ONU condamnant leur reconnaissance unilatérale de Jérusalem comme capitale d’Israël. Le texte a toutefois été approuvé par les quatorze autres membres du Conseil de sécurité, dont les plus proches alliés européens de Washington, Londres et Paris. Ce vote représente un camouflet pour les Américains qui se retrouvent isolés. Le vote unanime de quatorze des quinze membres du Conseil de sécurité, dont la Russie, la Chine, la France et le Royaume-Uni a été vivement dénoncé par l’ambassadrice américaine à l’ONU, Nikki Haley. «C’est une insulte et un camouflet que nous n’oublierons pas», a lancé la diplomate, le regard noir. Nikki Haley n’a pas précisé si les États-Unis pourraient prendre des mesures de rétorsion contre les pays ayant voté le texte ou accentuer leur volonté de moins participer au financement de l’ONU dont ils sont les premiers contributeurs. Source Le Figaro ► http://www.lefigaro.fr/international/2017/12/18/01003-20171218ARTFIG00283-jerusalem-washington-oppose-son-veto-et-se-retrouve-isole.php

Plutôt que d’attendre pour voir comment Trump pourrait nous éparpiller façon puzzle aux quatre coins de l’univers et si nous remplacions l’antagonisme à l’œuvre depuis des millénaires qui, appliqué à différents niveaux de la société empêche l’humanité d’embrasser sa tendance naturelle à la complémentarité, facteur d’unification de la diversité dans un grand Tout socio-politique organique : La société des sociétés ?

JBL1960

Source de l’image « Les 4 Cavaliers de l’Apocalypse » par Dol-Celeb

 

J’suis pas content #121 par Greg Tabibian – Mini-remaniement, Marlène Schiappa & Pocahontas !

Mini-remaniement, Marlène Schiappa & Pocahontas !

Merci à Laurence du site Les Moutons Enragés pour nous avoir tiré l’œil vers cet épisode plus précisément de Greg Tabibian de J’suis pas content TV et je vais pour ma part développer l’allocution de Trump devant les représentants de la Nation Navajo car Donald se trumpe énormément et comme d’hab, j’ai envie de dire…

Alors sur le Mini-remaniement, comme sur Marlène Schiappa, je ne vais pas m’attarder car pour moi ; il n’y a pas de SOLUTIONS au sein du système, il n’y en a jamais eu, et il n’y en aura jamais, et il est nécessaire de s’éveiller par une :

Prise de conscience individuelle ► prise de conscience collective ► boycott et organisation parallèle ► désobéissance civile ► réorganisation politico-sociale ► changement de paradigme

Car nous avons absolument le choix et le droit d’ignorer l’État et ses institutions obsolètes et c’est pourquoi nous appelons toutes celles et tous ceux, et en n’excluant personne, qui se retrouveraient dans cette idée force pour : Ignorer le Système, l’État, et ses Institutions coercitives ► Créer les bases solidaires de la Société des sociétés organique ► Réfléchir et agir en une praxis commune ► Adapter le meilleur du meilleur de l’ANCIEN au monde d’aujourd’hui et enclencher le processus des associations libres, volontaires et autogérées sans dieux ni maitres, sans armes ni haine ni violence…

Et pour ma part, j’ai énormément expliqué que la solution n’était pas dans la votation, et encore moins dans le Macron.

Mais Greg relève très opportunément que Donald Trump, que j’appelle très souvent le Canard à l’Orange, qu’il gracie la dinde ou qu’il tente de rendre hommage à la Nation Navajo se prend les pieds dans le tapis et raconte n’importe quoi !

À partir de 9:50 de cet épisode ;

Et après la mauvaise farce de la dinde graciée à l’occasion de Thanksgiving, et sur ce blog je dénonce et appelle à boycotter cette célébration qui rend grâce à Dieu pour avoir tué l’indigène pour sauver l’homme blanc, et comme on peut le lire dans mon billet d’hier ► En un mot anéantir tout ce qui ne rampera pas à nos pieds comme des chiens… Hier, comme aujourd’hui ! C’est toujours le projet à l’ordre du jour : Le COLONIALISME !

Trump face aux représentants de la Nation Navajo et pour les remercier de leur participation active de renseignement (voir WindtalkersLes Messagers du Vent) lors de la seconde guerre mondiale déclare : Vous êtes uniques, vous étiez là bien avant nous, même si nous avons une représentante au congrès qui dit-on y siège depuis très longtemps, ils l’appellent Pocahontas… Mais vous savez quoi, je vous aime bien quand même parce que vous êtes uniques… [NdJBL : Source ICTMNPocahontas Was a Kidnap Victim not a Disney Princess]

Alors, c’est bien la première fois qu’un Potus malgré tout reconnait que les Natifs et Nations premières étaient là bien avant l’arrivée du premier tueur de masse de tous les temps ► Christophe Colomb… Mais on comprend vite que le gars ne sait même pas ce qu’il raconte mais surtout qu’ils sont placés juste en dessous du grand portrait d’Andrew Jackson qui était surnommé « Le tueur d’indiens » il faut noter qu’Andrew Jackson, 7ème président des États-Unis a été l’un des initiateurs et organisateurs des Pensionnats pour Indiens de 1820 à 1980 aux USA. Et de 1840 à 1996 au Canada ; Soit sur toute l’île de la Grande Tortue…

Traduisant, amplifiant, relayant les voix autochtones, anticoloniales, de l’île de la Grande Tortue et de tous les continents et très souvent en parfaite symbiose avec le blog ami Résistance71 puisque je réalise toutes leurs versions PDF qu’ils veulent bien me confier.

Leur publication de ce jour précise comment les Natifs et Nations premières d’aujourd’hui voient les choses ;

Pour lâcher-prise de l’idéologie coloniale…

EFFONDRER LE COLONIALISME ► Maître-pilier de l’Empire pour un changement de paradigme politique & social ► Déterminer l’E.R.R.E.U.R. et comment la corriger !

Anarchistes autochtones, anarchistes blancs

Andrew Pedro, Akimel O’odham | 2 octobre 2017 | Interview, enregistrement, traduction Christine Prat | Version anglaise publiée  sur Censored News | Source de l’article en français ► http://www.chrisp.lautre.net/wpblog/?p=4311

“Les Révolutionnaires et les Anarchistes, les gens qui se définissent comme Anarchistes, ont toujours une mentalité très coloniale. En particulier ici, car beaucoup d’entre eux ne se rendent pas compte de ce qu’ils disent et comment ça touche les Autochtones. C’est en grande partie parce qu’ils n’ont pas de valeurs culturelles, spirituelles ou religieuses, et ce n’est pas à moi de résoudre le problème, formulez-le comme vous voulez, nous avons une vision différente. Pour moi, qui me considère Anarchiste, l’Anarchisme est une couche à la surface de ce que notre mode de vie traditionnel signifie pour nous. Parce que pour moi, l’Anarchisme est l’idée d’être libéré de toutes ces formes d’oppression, et c’est comme ça que nous vivions il y a longtemps. D’après ce que j’en sais, en tant que peuple O’odham, nous étions libres de nous déplacer dans notre territoire. Il y avait des Tohono O’odham, des Akimel O’odham, des Hia C-ed O’odham, mais il n’y avait pas vraiment de frontière, ça ne voulait pas dire que nous n’étions pas autorisés à aller dans certaines zones pour faire ce que nous avions à y faire, il y avait seulement du respect pour les gens qui y vivaient. Pour moi, beaucoup d’Anarchistes Blancs, y compris ceux d’origine Latino, ce genre d’Anarchistes et beaucoup d’autres gens à Phoenix, et dans toute l’Arizona, ne reconnaissent pas vraiment cela. Nous sommes toujours là, nous avons toujours ces valeurs culturelles et spirituelles, mais pour eux, c’est un obstacle. Ils voient surtout le fait que ce n’est pas de l’athéisme. Je n’ai pas de problèmes avec l’athéisme, mais c’est leur choix, et, nous O’odham, n’imposons pas nos croyances à qui que ce soit, nous n’obligeons pas le gens à les comprendre, parce qu’elles sont seulement pour les O’odham. C’est comme certains lieux où nous allons, certaines de nos cérémonies, dont nous ne parlons même pas aux autres Tribus, parce que c’est pour nous, les O’odham. Et je suis sûr que c’est la même chose pour les autres Tribus.

Les O’odham ont toujours été très ouverts aux autres peuples. Certains disent que si nous avons tenu jusqu’à aujourd’hui, c’est pour avoir été amicaux avec les autres peuples, avec la Chrétienté elle-même, avec les Blancs, avec les Espagnols. Cette bonté a toujours existé et nous a amenés à la situation où nous sommes maintenant. Je crois que c’est grâce à la foi solide et aux fortes valeurs culturelles que nous avions. C’est la raison pour laquelle nous sommes toujours en vie.

Il y a eu des temps où les O’odham se sont révoltés contre l’Église et ont brûlé toutes les églises. Des choses comme ça ont eu lieu. Personne ne s’en souvient vraiment, et les Anarchistes étant presque totalement athées, et leurs croyances et leurs valeurs y étant intrinsèques, ils voient n’importe quelle religion comme oppressive. Mais ce n’est pas toujours le cas. D’abord, les Autochtones et l’Anarchisme sont des idées très nouvelles. Pour nous, nous sommes des Autochtones, et je pense qu’également ceux qui se définissent comme Anarchistes du point de vue politique, voient l’indigénéité comme venant toujours d’abord. [NdJBL : « Que veut dire ‘indigéniser’ par Steven Newcomb]

Pour moi, l’Anarchisme est la couche supérieure, le niveau de surface de ce que Himdag [mode de vie traditionnel] signifie pour moi, parce toutes ces choses se recoupent. Nos idées et nos façons de faire les choses se recoupent dans différentes cultures, de différentes manières. Ce que je ressens, la société O’odham, comment elle m’a été expliquée, les temps passés et le monde tel qu’il est maintenant, tout cela est similaire à ce que l’Anarchisme veut être, mais il n’y est pas encore tout à fait. Spécialement dans la façon dont l’Anarchisme fonctionne, ces lieux où ils vont qui n’autorisent pas les objets religieux, et d’autres choses comme ça. Ils ne veulent pas vraiment discuter de ce que ça signifie pour certains peuples. A beaucoup d’égards, il y a une perte. Il y a une perte, parce qu’au départ, ils ne sont pas chez eux ici. Ils n’ont pas de connexion avec la terre, ils n’ont pas de connexion avec toutes ces choses.

Mon plus grand espoir pour les Anarchistes Blancs, surtout en Arizona, c’est qu’ils comprennent qu’ils peuvent nous aider dans les luttes Autochtones, mais ça n’a pas à être au sens spirituel. Ils n’ont pas besoin de comprendre le caractère sacré de ce que Moadag Do’ag [la Montagne du Sud] signifie pour nous. Il y a le Capitalisme, allez le combattre, allez combattre ce que vous connaissez ! Ils n’ont pas besoin de comprendre ce que ça signifie pour nous, parce que ces enseignements sont pour nous, pour un certain groupe de gens. Et ce n’est pas la même chose qu’être ouverts ou repousser les gens.

Ça fait des centaines d’années, certains disent des milliers, que nous avons suivi ces idées et cette culture, et nous les suivons toujours. Tandis que les gens, les ancêtres – appelez-les comme vous voulez – de ces Anarchistes Blancs ne viennent probablement même pas d’Arizona, si on remonte à quelques générations. Mais nous, nous avons toujours été ici, donc nous avons ces connexions et une compréhension plus profonde de ce que ça signifie, de ce que ce désert signifie pour nous. La vie de toutes ces plantes, tous ces animaux, ça signifie quelque chose pour nous. Ils n’ont pas ça, et ils ne savent quoi penser parce qu’ils ne comprennent pas. Beaucoup de problèmes Autochtones – le colonialisme en est un à la base – font partie de ce qui pousse ces Anarchistes Blancs à se battre, au départ. Le Capitalisme en est une des racines principales. Et si vous ne combattez pas vraiment les deux, qu’êtes-vous en train de faire? Vous n’aidez personne, en fait, vous allez avoir un comportement colonial vis-à-vis de ces combats, et vous ne penserez pas aux Autochtones. Je ne veux pas d’un Sauveur Blanc pour sauver la mise, et je ne vais pas rester là à tenir la main d’un Anarchiste Blanc pour leur montrer la voie tout le temps. Ils doivent juste comprendre que certaines choses sont pour eux et d’autres ne le sont pas, et il n’y a rien de mal à ça! Souvent, les Anarchistes Blancs se sentent floués quand nous leur disons “nous n’allons pas participer, parce que nous avons nos vies, nous avons un tout autre monde dont nous devons nous occuper. La Réserve est un autre monde. Ça ne va pas si vite, on y fait les choses différemment, ce sont des valeurs culturelles différentes qui y ont cours. Même si les gens n’ont pas de culture particulière, ils ne peuvent pas avoir la compréhension de tout ce qui y est différent. La façon dont nous analysons les choses dans notre tête n’est pas la même que celle des gens des villes…

Ainsi, c’est assez difficile d’avoir des conversations utiles avec beaucoup d’Anarchistes Blancs, parce qu’ils sont coincés dans leur monde, dans le genre “j’ai raison”, et c’est en quelque sorte une mentalité coloniale. Ces gens ne savent pas de quoi on parle, ils ne vivent pas ici, cependant, c’est notre territoire !

Par le passé, il y a environ 5 ans, nous avons eu pas mal de problèmes avec un nouveau groupe anarchiste, ils venaient plus ou moins du mouvement “Occupy”. Ils sont toujours très “de gauche” dans leur façon de s’organiser, et ils s’allient souvent aux groupes “de gauche” de Phoenix. Je suppose que ce n’est pas vraiment compris, peut-être même pas par eux, peut-être qu’ils ne savent pas bien ce qu’Anarchisme veut dire pour eux. Ce qui cause des encore plus de problèmes, de ne pas savoir ce qu’on fait ni pourquoi on le fait. Même certains groupes Antifa, maintenant, commencent à faire la même chose, et ne sont donc pas très ouverts envers les Autochtones. Ils sont mal à l’aise, parce qu’ils nous voient d’une manière très “Blanche”. Il y a eu un groupe, qui n’existe plus vraiment maintenant, qui se définissait comme Anarchiste, “combattons le Capitalisme”, “Combattons ceci, cela”, mais ce n’étaient que des mots. Le plus grand projet capitaliste d’Arizona, c’est le périphérique 202, le Sun Corridor, et personne ne sait de quoi on parle, quand on essaie d’en parler avec eux. C’est une partie du problème. Ils devraient d’eux-mêmes apprendre ce qui se passe dans la région où ils habitent. Et savoir qu’il y a une connexion avec les Autochtones. Mais pour cela il n’est pas nécessaire de comprendre complètement qu’il y a des choses sacrées, qu’il faut une vie entière pour comprendre, que cela prend toute la vie, que c’est quelque chose que nous ne pouvons pas expliquer simplement, dans une vidéo ou un email. Ces choses prennent toute notre vie et une connaissance complète de ce qui arrive. En ce qui les concerne, nous disons qu’ils ne comprendront pas, à cause de ce qu’ils sont, ce sont des Blancs, ce sont des Latinos, et ils ne le comprendront pas comme nous le comprenons.

Ces choses les touchent différemment de nous, parce que nous avons la ferme croyance que ça ira bien pour nous, en fin de compte. Même si dans 20 ans – et j’espère que ça n’arrivera pas – mais dans 20 ans, si ces autoroutes sont là, certains d’entre nous seront toujours en vie et pratiquerons notre culture, et nous les ferons payer, d’une façon ou d’une autre. Avec les Anarchistes, ce n’est pas comme cela. Je vois souvent l’Anarchisme Blanc comme une histoire de victoires à très court terme, c’est intrinsèque à leur croyance qu’ils peuvent occuper le terrain, mais qu’est-ce que ça veut dire “occuper le terrain” en territoire occupé ? Avoir une librairie anar quelque part, si vous ne reconnaissez pas les Autochtones, pour moi c’est colonial. C’est une partie du problème. Je pense que vous êtes Anarchiste si vous êtes anticapitaliste dans tous les sens du terme, antifasciste, etc., mais si vous n’avez pas une position politique anticoloniale, vous ne valez pas mieux que n’importe quel autre.

URL R71 ► https://resistance71.wordpress.com/2017/12/20/pour-lacher-prise-de-lideologie-coloniale/

~~~~▼~~~~

Oui M. Trump les descendants des Natifs et Nations premières sont des personnes uniques et oui elles étaient là bien avant l’arrivée des premiers colons, malgré tous vos divins mensonges pour nous persuader du contraire…

Vous êtes un descendants de ces colons envahisseurs/exterminateurs ; Un Zunien de papier, l’empereur d’un empire sans terre, et un empire sans terre est un empire à terre.

C’est le moment de choisir !

INDIANACT ou KAIANEREKOWA ?

La Guerre perpétuelle ou la Grande Loi de la Paix ?

LE DESSIN DE LA CRÉATION VS LA LOI FÉDÉRALE INDIENNE

Puisque nous sommes TOUTES & TOUS des colonisés…

La solution la plus forte à mettre en œuvre ICI & MAINTENANT, c’est de remplacer l’antagonisme à l’œuvre depuis des millénaires qui, appliqué à différents niveaux de la société empêche l’humanité d’embrasser sa tendance naturelle à la complémentarité, facteur d’unification de la diversité dans un grand Tout socio-politique organique : La société des sociétés.

C’est la seule chose qui n’a pas encore été essayée, INNOVONS-DONC !

Choisissons la paix, plutôt que la guerre ► CHOISISSONS-NOUS !

CHOISISSONS LA VIE !

JBL1960

 

 

 

 

 

 

En un mot anéantir tout ce qui ne rampera pas à nos pieds comme des chiens… Hier, comme aujourd’hui !

HIER ;

Résistance politique : Devoir de mémoire… « Oui la colonisation fut une barbarie »… Et elle l’est toujours !

L’humanité s’émancipera lorsque les peuples occidentaux se lèveront, se débarrasseront de l’idéologie coloniale qui les enchaîne (parce que « Nous sommes tous des colonisés! ») et se tiendront main dans la main avec les peuples autochtones de tous les continents pour mettre en place la société des sociétés, celle de l’union dans la complémentarité.

Il n’y a pas de solutions au sein du système, il n’y en a jamais eu et n’y en aura jamais. Croire le contraire est au mieux naïf et utopique, au pire complice et criminel…

~ Résistance 71 ~

En un mot anéantir tout ce qui ne rampera pas à nos pieds comme des chiens

Smaïl Hadj Ali | 17 décembre 2017 | Source ► https://www.legrandsoir.info/en-un-mot-aneantir-tout-ce-qui-ne-rampera-pas-a-nos-pieds-comme-des-chiens.html

 Le six décembre 2017, rue Larbi Ben M’hidi, à un jeune algérien qui lui disait que la France devait reconnaître ses méfaits en Algérie, le Président Macron demanda, excédé :

– « Quel âge avez-vous » ?

– « 26 ans », répondit le jeune homme.

– « Mais vous n’avez pas connu la colonisation, lui rétorqua le Président français ; qu’est-ce que vous venez m’embrouiller avec ça » !

Au-delà, de l’attitude véhémente à l’égard d’un jeune homme soucieux de son histoire nationale, et de surcroît en son pays, le Président français avait probablement oublié que ce sont des millions d’Algériens qui sont nés après le 5 juillet, date de la proclamation de l’indépendance nationale, et qui donc « n’ont jamais connu la colonisation », et l’auraient à ce titre « embrouillé », tout autant.

Ce sont aussi des dizaines de millions de Français qui n’ont jamais connu l’occupation allemande, la trahison nationale vichyste, et la Résistance, mais personne ne leur reprochera de ne pas oublier ce passé.

Question. Le Président français aurait-il tenu ces propos à un jeune juif ou à un jeune arménien, dont, respectivement la communauté et le peuple, ont connu l’horreur et le pire ?

L’Algérie, son peuple, sauf erreur, ne veulent ni repentance, ni autoflagellation. Mais personne ne pourra jamais empêcher les descendants des peuples colonisés de considérer que la colonisation fut, à minima, une longue « période de deuil et de souffrance », (1) comme l’avait souligné l’historienne et romancière Guadeloupéenne Maryse Condé, alors que la représentation française venait de voter la loi sur les « bienfaits de la colonisation », en 2005.

De même que Jean Ferrat dans Nuit et Brouillard, chantait « qu’il twisterait les mots s’il fallait les twister », pour dire l’horreur des camps d’extermination nazis, nous continuerons en Algérie, de chanter et de dire, sans haine, ni culpabilisation, l’épouvante que furent ces 132 ans d’oppression, d’exaction, de spoliation, et de néantisation.

Aussi et sans « embrouille », voici, pour mémoire, et pour commémorer l’héroïque Onze décembre 1960, quelques séquences, très abrégées, de ce moment négateur d’humanité revendiqué et administré par la France coloniale, qu’historiens et penseurs, à l’exemple de Mostefa Lacheraf, Bachir Hadj Ali, Henri Alleg, M.C Sahli, et bien d’autres, ont décrit et analysé il y a des décennies.

Dès le début de la conquête les crimes, multiformes, furent un invariant de l’armée coloniale. Pour le pouvoir politique et militaire, les indigènes, ces êtres inférieurs, les « Arabes », étaient des sous-hommes, « qui ne comprennent que la force brutale (2) et « qui n’entendraient de longtemps des raisonnements qui ne seraient point appuyés par des baïonnettes », comme s’en convainquait dès 1830, Lamoricière, cet émule des « conquistadores », qui occupera le poste de Ministre de la guerre en 1848, après avoir sabré « l’Arabe » pendant 18 ans…

C’est cette vision du monde qui va fonder et féconder la politique coloniale pendant 132 ans.

Alger 1957. Le port. Ballottés par la houle, des corps flottent. Ce sont les « crevettes-Bigeard », un des trophées du 3ème régiment de parachutistes coloniaux. (RPC). Cadavres d’Algériens raflés par les parachutistes, durant ladite « bataille » d’Alger (3), qui, au-delà de l’héroïque résistance du peuple qasbadji désarmé et d’une escouade de combattants sommairement armés, fut le moment mortifère, à l’échelle industrielle, de la torture d’État, et d’une massive et planifiée ratonnade militaro-policière, à ciel ouvert, tout aussi mortifère.

À ces crimes collectifs, et à tant d’autres, il est encore répondu : « C’était la guerre »(4), avec, implicitement, ses dérives, ses bavures des deux côtés ! Inévitables. Les crimes du 3ème régiment de parachutistes coloniaux, -qui faisait partie de la 10ème division parachutiste de Massu-, et plus largement de l’armée coloniale étaient-ils le lot commun de toute guerre, des dérives inévitables ? Une sorte de fatalité en somme inhérente à toute guerre ?

L’histoire du colonialisme en Algérie montre en réalité que les violences et les crimes coloniaux ont été une constante politique, et un phénomène d’ordre structurel. À ce titre le 3ème RPC, et la 10ème division de Massu, responsables de la disparition de Maurice Audin, de la liquidation de Larbi Ben M’hidi, de l’assassinat d’Ali Boumendjel et de milliers de patriotes algériens, sont les dignes héritiers des « Colonnes infernales » du général Bugeaud, adepte de «  la guerre totale jusqu’à extermination  » ? Dignes héritiers tout autant, des « Voltigeurs de la mort », dont le chef, le capitaine Montagnac, déclarait : «  Tout doit être pris, saccagé, sans distinction d’âge ni de sexe (…). Voilà comment il faut faire la guerre aux Arabes : tuer tous les hommes jusqu’à l’âge de quinze ans, prendre toutes les femmes et les enfants (…), les envoyer aux îles Marquises ou ailleurs. En un mot, anéantir tout ce qui ne rampera pas à nos pieds comme des chiens.  » Dignes héritières des Bureaux Arabes, ont été aussi les sinistres Sections administratives spécialisées, et ce malgré les tentatives de minorer, sinon d’enjoliver leur rôle que l’on peut entendre et lire ici et là, alors qu’elles étaient des structures de répression féroce et de flicage massif des Algériens.

À propos de Montagnac, on aurait pu penser qu’il fut l’exception militaire en matière d’anéantissement. Mais ces crimes, ou l’incitation à les commettre, étaient choses partagées par la fine fleur intellectuelle de l’époque. Prenez Tocqueville. Ce penseur et théoricien adulé de la démocratie, homme de grande humanité et de quelques sympathies pour les Arabes, nous dit-on, prodiguait, avec cynisme et sang-froid, ses conseils, des « nécessités fâcheuses », disait-il, aux sabreurs et artilleurs coloniaux pour plus de domination, de désolation et de soumission :

(…) J’ai souvent entendu en France des hommes que je respecte, mais que je n’approuve pas, trouver mauvais qu’on brûlât les moissons, qu’on vidât les silos et enfin qu’on s’emparât des hommes sans armes, des femmes et des enfants.

Ce sont là, suivant moi, des nécessités fâcheuses, mais auxquelles tout peuple qui voudra faire la guerre aux Arabes sera obligé de se soumettre

« Le moyen le plus efficace dont on puisse se servir pour réduire les tribus, c’est l’interdiction du commerce. Le second moyen en importance, après l’interdiction du commerce, est le ravage du pays. Je crois que le droit de la guerre nous autorise à ravager le pays et que nous devons le faire soit en détruisant les moissons à l’époque de la récolte soit dans tous les temps en faisant de ces incursions rapides qu’on nomme razzias et qui ont pour objet de s’emparer des hommes ou des troupeaux ».(5)

Absolu d’un idéal liberticide, défendu et porté par des élites familières des Lumières et de la modernité capitaliste, convaincues par les théories des races dites « inférieures », substrat idéologique des futures politiques d’extermination en Europe, comme l’analyse Hanna Arendt(6), la guerre de conquête coloniale, appuyée par une administration du même nom, ont effectivement, ainsi que le préconisait Tocqueville, ravagé et détruit les êtres, les villes, les écoles, l’agriculture, le commerce, avec comme point culminant le ravage de l’ethos (7) d’une société et d’un peuple dotés d’une unité culturelle et cultuelle certaine. Au bout du compte, une société et un peuple asservis, décivilisés par un implacable processus de spoliation, de paupérisation, de dés-alphabétisation, de régression socioculturelle, et de terreur existentielle érigée en mode d’administration d’exception d’une population défaite et exsangue. Terreur à laquelle prirent toute leur part les auxiliaires et supplétifs locaux, que l’on tente aujourd’hui de réhabiliter par la bande, avec la connivence et l’aide d’institutions et de personnalités publiques (8). Mais, et pour tout dire, n’avons-nous pas été aussi le pays dont un hebdomadaire public(9), a largement et généreusement donné la parole, en novembre 1984, au tortionnaire et responsable de la liquidation de Larbi Ben M’hidi, le patron du 3ème RPC, le parachutiste Bigeard, et ce, nous disait-on, au nom d’une nécessaire « décontraction idéologique » et de la « liberté d’expression, dont était privé, faut-il rappeler, la très grande majorité des Algériens ?

De 1954 à 1962, pour tenter de briser l’insurrection nationale et l’aspiration profonde des Algériens à la liberté, l’armée française n’aura aucun mal à renouer avec les violences de l’armée d’Afrique, celle-là même qui participa, au côté des capitulards Versaillais de Thiers, défaits par Bismarck, au meurtre de 30 000 révolutionnaires parisiens (10), entre le 21 et le 28 mai 1871 (11).

Violences absolues, totales, crimes de guerre et contre l’humanité, notion faite sienne par le président Macron le 14 février 2017, requalifiée il est vrai par celle de « crime contre l’humain » (12), quelques jours après, lors d’un meeting électoral le 18 février 2017, à Toulon, ville-portuaire d’où est partie la flotte et l’armada de la conquête qui mettront le pays à feu et à sang ?

Pour le système colonial, -que des historiens français en vue, souvent invités en Algérie, s’exprimant à foison dans la presse privée et publique, ainsi que des politiques français, ayant exercé ou exerçant les plus hautes responsabilités, ont qualifié de «  système injuste  », les Algériens n’étaient rien d’autres qu’une « race inférieure »

Pour maintenir leur asservissement, la puissance coloniale se dotera d’une administration militaire et civile d’exception, à vocation mortifère. Celle-ci mettra en pratique les pseudo théories sur les races, une invention des « sciences » en terre européenne au 19ème siècle, qui fonctionneront comme le nécessaire lubrifiant (13) idéologique pour la cohésion de la colonie de peuplement.

« Ce système injuste », – quel euphémisme ! – a désintégré la société algérienne. Il lui a interdit toute possibilité, 132 années durant, une éternité, d’inventer, d’imaginer son « avenir historique », de penser sa modernité, de concevoir son rapport au monde, de proposer son apport singulier, riche de son histoire plurimillénaire, à l’universalité, en un mot d’exister. Peut encore considérer un instant que l’Algérie n’aurait pas fait l’économie bienfaitrice des millions de victimes des guerres coloniales, de la mobilisation forcée des siens pour les guerres qui n’étaient pas les siennes, des famines organisées, et des épidémies induites par celles-ci. Peut-on imaginer un instant ce qu’elle aurait été sans les lois d’exception, le Code de l’indigénat, les expropriations massives, la pratique systématisée et généralisée du racisme, la destruction-péjoration de son système anthroponymique. N’aurait-elle pas mieux fait que le legs de cinq techniciens en agriculture et des quelques 90% d’analphabètes dans les deux langues. C’est cela, et la liste reste ouverte, l’héritage fondamental laissé par un système de gouvernement mu, entre autres, par une logique de destruction culturelle et, comme le notait Lacheraf d’« ébranlement du substrat mental » des individus et des groupes sociaux. Un héritage qui, à ce jour, -sans occulter les régressions qui érodent, au quotidien, la société, et l’emprise des castes prédatrices et exploiteuses, néo-colonisées, qui s’emploient à saigner et à corrompre le pays-, pèse encore lourdement sur le cerveau des vivants.

Oui la colonisation fut une barbarie. Elle ne pouvait porter en elle « des éléments de civilisation » (14) Seuls le combat et la résistance des Damnés de la terre, depuis 1830, puis la libération et l’indépendance nationale furent et firent civilisation.

Smaïl Hadj Ali.

Lectures Connexes sur ce blog ;

Tuer l’indigène pour sauver l’homme blanc ; En appui de l’article du Pr. Chems Eddine Chitour Les horreurs de la colonisation ; À quand un TPI pour juger les crimes contre l’humanité ? Billet majeur, qui intègre et fait référence à de nombreux auteurs, anthropologue, écrivains, juriste…

◄|►

AUJOURD’HUI ;

Résistance au colonialisme : Déclaration de Gilad Atzmon au Babylon Theatre Berlin

Gilad Atzmon | 14 décembre 2017 |URL de l’article original ► http://www.gilad.co.uk/writings/2017/12/16/antisemitism-the-holocaust-and-palestine

Traduit de l’anglais par Résistance71https://resistance71.wordpress.com/2017/12/19/resistance-au-colonialisme-declaration-de-gilad-atzmon-au-babylon-theatre-berlin/

Ces derniers jours, en préliminaire à la cérémonie des récompenses de la NRhZ’s Humanitarian Award et tout comme le ministre des affaires étrangères Ken Jebsen et bien d’autres, j’ai été la victime d’une odieuse  autant que folle campagne de diffamation. Rien de ce qui a été avancé n’a été prouvé par des faits. Tout ne fut que fabrication. On m’a traité de “négationniste” et de “relativiste de l’holocauste”. Pourtant, pas une seule juste référence ne fut faite au sujet de mes écrits ou de mes prises de paroles. Dans mon travail, je critique ouvertement le fait de réduire l’holocauste à une simple religion, un dogme intolérant. Dans mes écrits, je proteste contre les lois historiques et évènementielles (Les loi sur la Nakba, sur le génocide arménien, sur l’holocauste etc…). L’histoire pour moi, est la tentative de narrer le passé alors que nous allons de l’avant. Ainsi, elle doit demeurer un discours dynamique, sujette à des changements et des révisions constants et ce même si ces changements provoquent un léger inconfort. Pour moi, l’histoire est un message éthique. Ce n’est que lorsque nous révisons le passé que nous pouvons une fois de plus, repenser notre futur et notre trajectoire, notre destinée.

Récemment, quelques éléments de la presse allemande m’ont qualifié “d’antisémite”. Le suis-je ? Ai-je jamais critiqué quiconque, juifs inclus, en tant que “peuple”, “race”, sur un plan “biologique” ou sur un plan “ethnique” ? Jamais. Mon travail dans sa totalité est anti-raciste. J’ai entièrement dédié ma vie adulte à la lutte contre le racisme à travers ma musique (NdT : Gilad Atzmon est sans doute à l’heure actuelle, le plus grand saxophoniste de Jazz vivant, il n’est pas rare de le voir comparé à John Coltrane, rien que ça…), de mes écrits (NdT : deux excellents livres à son actif que nous recommandons vivement: “The Wandering Who” (2011) et son très récent “Being in Time” (2017)) et mes performances publiques. Je suis opposé à toutes formes de politiques biologiquement orientées qu’elles soient blanche, noire, de genre ou juive. Je suis au contraire, à la recherche de ce qui rapproche les êtres humains. Dans mes écrits et mes conférences je fais une très claire distinction entre les juifs (le peuple), que je ne critique jamais, le judaïsme (la religion) que je n’aborde que très rarement et le fait de s’affirmer juif (idéologiquement, culturellement et politiquement). Dans mon travail, je me concentre sur ce dernier point, l’idéologie, la politique et la culture, assumant que que nous sommes tous bien d’accord que ces éléments doivent être ouverts à la critique.

Mais si vous voulez parler de négationnisme, je vais vous en toucher deux mots. Refuser aux intellectuels, aux auteurs, écrivains, artistes, le droit d’exprimer leurs vues ouvertement est le point de départ de tous les fascismes. Ce que j’ai vu en Allemagne ces quelques derniers jours me suggère que quelques segments de notre société n’ont absolument rien appris de l’histoire de votre pays. Nier l’holocauste, c’est en nier  sa signification, de regarder ailleurs lorsque vous voyez quelque chose de mal, laisser votre cœur devenir froid lorsque vous même participez au mal ou célébrez la haine. Nier l’holocauste c’est échouer de vous préoccuper de votre propre incapacité de tolérer les autres et autrui. Cela me touche au delà de la douleur de voir l’Allemagne être menée aveuglément dans exactement le même piège, sept décennies à peine après la libération d’Auschwitz.

Je voudrais néanmoins ajouter encore une chose au sujet de la Palestine. Certains Allemands affirment être tourmentés par leur passé, par les atrocités commises par le IIIe Reich. Si cela est vraiment le cas, alors laissez-moi s’il vous plaît vous rappeler un simple fait très embarrassant : Les Palestiniens sont les dernières victimes d’Hitler.

Ce fut le résultat de la Shoah qui amena le soutien nécessaire au sionisme et mena à la formation de l’État juif en Palestine. Mais ce sont les Palestiniens tout à fait innocents qui, pour les soixante-dix dernières années, ont payé le prix pour des crimes commis par des Européens.

Si vous vous sentez coupables au sujet d’Hitler, alors levez-vous pour la Palestine et les Palestiniens !…

Et j’ai pour ma part très souvent fait état de la similitude des luttes, de la résistance au colonialisme des Amérindiens et des Palestiniens ; ICI.
Je voudrais rappeler que le sale précurseur d’Auschwitz, pour Hitler, fut avec la guerre des Boers, la mise en pratique du génocide des Amérindiens ; .
Que faire ? La marche vers la tyrannie globale, comment s’en sortir ? QUE FAIRE ?

Remplacer l’antagonisme à l’œuvre depuis des millénaires qui, appliqué à différents niveaux de la société empêche l’humanité d’embrasser sa tendance naturelle à la complémentarité, facteur d’unification de la diversité dans un grand Tout socio-politique organique : La société des sociétés.

JBL1960

Illustration issue de ► « l’œuvre positive de la France » coloniale » de Smaïl Hadj Ali du 9 janvier 2013

 

Israéliens et Zuniens plus préoccupés que jamais… Le Hezbollah est de retour !

Pari Israélo-Zunien et vice-versa !

Faites vos jeux…

PILE = On perd ! Et FACE = Y gagnent !

L’empire anglo-américano-christo-sioniste ouvre les paris au Moyen-Orient

LA SOLUTION ? C’est NOUS ► MANIFESTE POUR LA SOCIÉTÉ DES SOCIÉTÉS PAR RÉSISTANCE71

~~~~▼~~~~

Résistance politique au Moyen-Orient : Recentrage des priorités suite à la déclaration de Donnie « mains d’enfant » sur Jérusalem

Discours de H Nasrallah :  Israéliens et états-uniens plus préoccupés que jamais… Le Hezbollah est de retour !

Al Manar | 15 décembre 2017 | Source ► http://french.almanar.com.lb/699059

Le dernier discours du secrétaire général du Hezbollah a de quoi inquiéter aussi bien les dirigeants israéliens qu’Américains, sous oublier leurs alliés arabes, trempés dans la normalisation.

Il ressuscite une rhétorique que le Hezbollah  avait  mise en demeure pendant de longues années. Voire depuis la dernière guerre avec Israël de 2006.

Haut et fort, sayed Hassan Nasrallah y a exprimé l’attachement inaliénable du Hezbollah à la cause palestinienne, à Jérusalem al-Quds et son entière disposition à lutter pour elle.

Les stratèges de Herzlia ne s’y détrompent pas d’ailleurs.

Pour eux, sayed Nasrallah a « mis fin à tous les plans américains et saoudiens destinés à paralyser l’action du Hezbollah via la manœuvre avec le Premier ministre Saad Hariri »

Ayant été contraint à la démission par Riyad, celui-ci a stipulé pour qu’il se désiste que le Hezbollah admette de se démarquer des crises de la région.

Or, au lendemain de la décision du président américain de déclarer al-Quds comme capitale d’Israël, M. Hariri n’a pu qu’exprimer son entière désapprobation.

Il était d’ailleurs en phase avec les réactions qui ont émané de nombreux dirigeants sunnites au Liban, à leur tête le mufti de la république cheikh Dariane ; sans oublier les positions aussi solidaires exprimées par le président libanais et le ministre des Affaires étrangères.

Pas de distanciation sur al-Quds, avait justement diagnostiqué sayed Nasrallah, dans son discours

Tout le concept, destiné à  mettre le Hezbollah hors d’état de nuire, pour Israël, est tombé à l’eau.

« C’est un coup qui est infligé à nos plans communs avec la famille de Saoud au Liban. Il est presque décisif », ont estimé les stratèges israéliens, selon lesquels il ne reste plus à Israël que de réactiver leurs services des renseignements, de concert avec ceux des Américains, des Saoudiens et des autres pays du Golfe pour déstabiliser le Liban. Bien entendu, la liquidation du numéro un du Hezbollah figurant en tête.

La situation est d’autant plus grave pour eux que la décision américaine a soulevé un tollé de protestations dans tout le monde arabo-islamique et à l’échelle mondiale.

L’ampleur de la riposte semble avoir été sous-estimée par les meneurs de jeu israéliens et américains, lesquels devaient croire que les années de haines intercommunautaires attisées entre sunnites et chiites surtout, par les conflits syrien et irakien durant ces dernières années, étaient suffisantes pour l’étouffer dans l’œuf. Ils doivent être bien déçus

Plus encore, les experts israéliens s’attendent à ce que les derniers évènements aient un impact sur le processus de normalisation avec l’entité sioniste accéléré par les régimes arabes.  L’un d’entre eux a même prévu un conflit sanguinaire au sein de la dynastie saoudienne.

Signe de préoccupation accrue, les tractations entre des hauts-fonctionnaires du département des affaires étrangères, à leur tête  Eliot Abrahms, avec leurs homologues  israéliens ont repris de nouveau.

Deux choses les inquiètent le plus.

La première étant l’appel lancé par sayed Nasrallah aux factions de la résistance dans la région afin de mettre au point une stratégie d’action commune en vu d’un programme de libération.

La seconde étant le soutien iranien qui s’est illustré récemment par les contacts entrepris par le chef de l’Unité al-Quds des gardiens de la révolution islamique en Iran, le réputé général Qassem Suleimani, avec les chefs des factions de la résistance palestinienne.

Les stratèges américains et israéliens sont d’accord pour déduire que le chef du Hezbollah a réalisé des acquis importants pour la résistance. D’aucuns parlent d’un renversement de la table.

Depuis sa création, le Hezbollah parait plus que jamais comme une force capable de faire preuve de capacité à diriger un mouvement de résistance régional unifié.

Opérationnellement, il s’est de nouveau  impliqué dans la bataille de libération de la Palestine, après avoir longtemps concentré son discours sur les objectifs de défense du Liban, puis sur la lutte contre les mouvement terroristes takfiristes.

Leur hantise semble se concrétiser. Le Hezbollah qui combat Israël est de retour !

(Avec Bassam Abou Chrif, Al-Akhbar)

~~~~▲~~~~

Pour que THÉORIE & PRATIQUE soient COMPLÉMENTAIRES pour former un TOUT

UNION + ORGANISATION = ACTION DIRECTE EFFICACE

SANS ARMES NI HAINE NI VIOLENCE

C’est parce que nous pensons qu’il n’y a pas de SOLUTIONS au sein du système, qu’il n’y en a jamais eu, et qu’il n’y en aura jamais, qu’il est nécessaire de s’éveiller par une :

Prise de conscience individuelle ► prise de conscience collective ► boycott et organisation parallèle ► désobéissance civile ► réorganisation politico-sociale ► changement de paradigme

Car nous avons absolument le choix et le droit d’ignorer l’État et ses institutions obsolètes et c’est pourquoi nous appelons toutes celles et tous ceux, et en n’excluant personne, qui se retrouveraient dans cette idée force pour : Ignorer le Système, l’État, et ses Institutions coercitives ► Créer les bases solidaires de la Société des sociétés organique ► Réfléchir et agir en une praxis commune ► Adapter le meilleur du meilleur de l’ANCIEN au monde d’aujourd’hui et enclencher le processus des associations libres, volontaires et autogérées sans dieux ni maitres, sans armes ni haine ni violence…

Organisons une stratégie afin de remplacer l’antagonisme à l’œuvre depuis des millénaires qui, appliqué à différents niveaux de la société empêche l’humanité d’embrasser sa tendance naturelle à la complémentarité, facteur d’unification de la diversité dans un grand Tout socio-politique organique : La société des sociétés.

 

Nous avons là une chance de mettre en échec la mise en place du N.O.M. puisque nous savons QUOI FAIRE contre la marche vers la tyrannie globale ; Trump n’est pas un imbécile, il n’est qu’un des nombreux bras armés aux ordres, œuvrant pour la mise en place d’un fascisme planétaire transnational géré par les corporations ayant fusionné avec l’État. La mise en échec du Nouvel Ordre Mondial ne peut se faire que par les peuples qui, dans le processus même de la révolution sociale planétaire, éradiqueront la malfaisance régnante. Et comment s’en sortirQue faire ? La marche vers la tyrannie globale, comment s’en sortir ? en version PDF
Parce que ;
Qui veut la paix,
Prépare la paix…
Et non la guerre… perpétuelle, qui plus est !
Création de GuillaumeTC de #CroisonsLes : NETANYATRUMP

Que faire ? La marche vers la tyrannie globale, comment s’en sortir ? en version PDF

Faisons jaillir nos petites étincelles intérieures ;

Celles capables d’embraser l’empire anglo-américano-christo-sioniste ;

Le plus gros, le plus vorace, le plus coriace, le plus dangereux…

Et gageons, qu’ainsi, nous serons en capacité d’embraser TOUS les empires !

C’est en suivant un lien inconnu dans cette excellente et pertinente analyse de Résistance71 ; Trump, Jérusalem et Nouvel Ordre Mondial… de ce paragraphe ; Trump n’est pas un imbécile, il n’est qu’un des nombreux bras armés aux ordres, œuvrant pour la mise en place d’un fascisme planétaire transnational géré par les corporations ayant fusionné avec l’État. La mise en échec du Nouvel Ordre Mondial ne peut se faire que par les peuples qui, dans le processus même de la révolution sociale planétaire, éradiqueront la malfaisance régnante.

Que m’est venue l’idée ;

  1. De rappeler ce texte sous la forme d’un billet ► La mise en échec du N.O.M. ?
  2. D’en réaliser un PDF {N° 42} de 18 pages, puisque c’était le tout premier article en nom collectif de Résistance71 (Juin 2010) intitulé ; Que faire ? La marche vers la tyrannie globale, comment s’en sortir ?

Et de le présenter comme suit ;

Analyse de R71 du 12/12/17 ► Page 2

INTRODUCTION au texte par JBL1960 ► Page 5

Que faire ? La marche vers la tyrannie globale, comment s’en sortir ? ► Page 6 à 16

Références bibliographiques ► Page 17

Ma propre conclusion (JBL1960) ► Page 18

Que faire ? La marche vers la tyrannie globale, comment s’en sortir ? Que faire ? version PDF

~~~~▼~~~~

 Ce premier écrit qui bénéficia d’une réflexion collective fut rédigé par un des fondateurs du collectif Résistance 71. « Que faire ? » qui se veut être un clin d’œil antinomique au plus célèbre « Que faire ? » de Lénine, contient en lui l’embryon de ce qui est devenu en octobre 2017, 7 ans (de réflexion) plus tard et 100 ans mois pour mois après la révolution d’octobre en Russie que Lénine ruina, notre « Manifeste pour la société des sociétés », analyse et solution politico-économique radicale répondant à la question initiale posée dans le sous titre de notre premier article : «La marche vers la tyrannie globale, comment s’en sortir ?… »

Avons-nous plus ou moins consciemment passé les 7 dernières années à tenter de répondre à cette question ? Possible, probable… Nous vous proposons d’en juger par vous-mêmes en vous offrant de lire les deux écrits l’un après l’autre dans leur version PDF gratuite bien entendu.

I. L’embryon d’une pensée politique (juin 2010) :

Que faire ? La marche vers la tyrannie globale, comment s’en sortir ?

II. La pensée politique constituée (octobre 2017) :

Manifeste de la société des sociétés

~~~~▲~~~~

Cette pensée politique constituée par Résistance71 d’octobre 2017, m’a profondément marquée et m’aura permise d’affuter ma réflexion et ma propre vision politique et tout est expliqué dans cette page de mon blog que j’ai créée tout spécialement ► MANIFESTE POUR LA SOCIÉTÉ DES SOCIÉTÉS PAR R71 et pour avoir réalisé toutes leurs versions PDF à lire, télécharger et/ou s’imprimer gratuitement bien entendu car, nous pensons, que tout ce qui participe du développement de l’humanité DOIT être accessible à tous et gratuitement, pas plus de « droits d’auteurs » et de « propriété intellectuelle » que de beurre en branche, c’est pourquoi vous pouvez fureter dans ma page dédiéeLES VERSIONS PDF PROPOSÉES PAR JBL1960 et vous servir !

C’est à force de se donner à lire, de traduire, d’analyser que nous devenons, tous, capables d’avancer ensemble sur le même chemin tangent et par une synchronicité qui parfois confine au surnaturel, nous produisons nos propres écrits dans lesquels nos idées se rejoignent ► Pour que THÉORIE & PRATIQUE soient COMPLÉMENTAIRES pour former un TOUT

Nous avons un nouveau mess@ge…

Nous avons encore du chemin à parcourir ensemble, gageons que nous saurons nous reconnaitre sans se connaitre…

JBL1960