Libérons-nous de la folie colonisatrice d’un Occident génocidaire…

C’est pourquoi le temps de la décolonisation est venu

SANS ARMES, ni haine, ni violence ;

EFFONDRER LE COLONIALISME ► Maître-pilier de l’Empire pour un changement de paradigme politique & social ► Déterminer l’E.R.R.E.U.R. et comment la corriger ► EFFONDRER LE COLONIALISME, version PDF N° 38 de 21 pages

Résistance au colonialisme : BDS, la riposte à Balfour

Ce qu’il faut bien comprendre c’est que Balfour n’a fait qu’entériner un projet sioniste déjà existant, comme le dit l’historien israélien Illan Pappé dans son livre « The Ethnic Cleansing of Palestine » (2006), cela ne rappelle t’il pas quelque chose s’étant déroulé outre Atlantique ?…

« En fait, pour beaucoup de sionistes, la Palestine n’était même pas une ‘terre occupée’ quand ils arrivèrent dessus pour la première fois en 1882, mais c’était plutôt ‘une terre vide’. Les natifs palestiniens qui y vivaient leur étaient invisibles ou s’ils ne l’étaient pas, faisaient partie de la dure nature des choses de l’environnement et devaient de la sorte être soit conquis, soit éliminés. Rien, ni pierres, cailloux ou Palestiniens feraient obstacles à la ‘rédemption’ nationale de la terre convoitée par le mouvement sioniste. » (p.11 dans la version anglaise, traduit par Résistance 71)

De fait, les Palestiniens, la cause palestinienne est la même que celle des Amérindiens. Tous sont victimes de la folie colonisatrice d’un occident génocidaire.

Juste après Pappé dit ceci : « Jusqu’à l’occupation de la Palestine par la Grande-Bretagne en 1918, le sionisme n’était qu’un mélange d’idéologie nationaliste et de pratique coloniale. »

Dans sa conclusion, Pappé dit ceci : « Le problème d’Israël ne fut jamais sa judéité, le judaïsme possède bien des facettes et bon nombre d’entre elles fournissent une base solide pour la paix et la cohabitation, le problème est le caractère ethnique du sionisme. Le sionisme ne possède pas la même marge de pluralisme offerte par le judaïsme, certainement pas en tout cas pour les Palestiniens. »

Un autre historien israélien Schlomo Sand, professeur d’histoire à l’université de Tel Aviv dit : « La bible est la justification suprême de la colonisation des temps modernes, chaque bataille est l’écho d’une action ancienne.. » Puis, à l’instar du Dr Ashraf Ezzat* dont nous traduisons les recherches, il dit ceci : « Les Égyptiens antiques conservaient des archives méticuleuses et très complètes de chaque évènement et il y a énormément de documentation au sujet de la vie politique et militaire du royaume. Il y a même des documents au sujet de l’incursion de groupes nomades sur le territoire. Et pourtant, il n’y a absolument aucune mention nulle part de ces « enfants d’Israël » qui quittèrent l’Égypte ou qui se seraient rebellés contre elle, ou auraient émigré, à quelque moment de son histoire… Aucunes traces en quoi que ce soit ne furent trouvées de leur errance dans le désert du Sinaï à cette époque et la véritable géolocalisation du Mont Sinaï doit toujours être découverte.. » (« The Invention of the Jewish People », 2009). Il conclut ainsi : « Pourtant, les mythes historiques qui furent avancés et crus avec une bonne dose d’imagination et qui conduisirent à la création de la société israélienne sont maintenant devenus une force dont la puissance émet la possibilité de sa destruction. »

~ Résistance 71 ~

*Tous les écrits, publications et livre du Dr. Ashraf Ezzat qui ne dit jamais que l’histoire de la bible est une invention cependant que sur le terrain archéologique, tout tend à inverser le récit biblique et à prouver, pour le moins que la location géographique de cette histoire n’est pas la bonne. Et qu’il ne faut pas chercher en Égypte ou en Palestine des traces de  l’ Exode ou du Palais de Salomon mais dans le Sud de l’Arabie Saoudite et au Yémen. Réunis, en français, dans un seul et même PDF  N° 3 de 56 pages : TRADUCTION DE LA BIBLE & ESCROQUERIE HISTORIQUE que je viens de mettre à jour avec sa toute dernière publication ► Pourquoi donc les Égyptiens ne se convertirent pas en masse après les 10 plaies bibliques ? Dr. EZZAT + MàJ du PDF

◄►

100 ans après Balfour la campagne BDS est notre riposte !

Omar Barghouti* | 4 novembre 2017 | URL de l’article source en français ► http://chroniquepalestine.com/100-ans-apres-balfour-campagne-bds-riposte/

(*) Cofondateur du mouvement BDS (Boycott, Desinvestments, Sanctions) et de la campagne palestinienne du boycott culturel et universitaire d’Israël.

Balfour a déclenché une tragédie nationale pour le peuple palestinien, mais avec la campagne BDS, nous ripostons.

Lorsque les milices sionistes ont chassé ma grand-mère, Rasmiyyah et sa famille à Safad sous la menace des armes à feu durant la Nakba de 1948, le processus de colonisation qui a été enclenché par la Déclaration Balfour et qui a abouti à un nettoyage ethnique est devenu une tragédie pour le peuple autochtone de Palestine. C’est devenu une question personnelle.

J’ai hérité de ma défunte grand-mère sa passion pour la dignité humaine et sa ténacité à se battre pour la justice. C’est donc tout naturellement que, dans le débat actuel sur l’héritage de Balfour, j’ai choisi de me concentrer sur les deux.

À son centenaire, de nombreux analystes débattent de ce que signifiait réellement la Déclaration Balfour et se demandent s’il était légal que l’empire britannique en 1917, offre aux colons juifs-européens un « foyer national » en Palestine « sans tenir compte à la fois de la présence et la majorité indigène », comme l’a dit Edward Said.

Ce qui manque largement au débat, au-delà des demandes justifiées d’excuses britanniques et de réparations, c’est l’impératif d’agir maintenant pour mettre un terme à la Nakba palestinienne en cours en mettant fin à la complicité non seulement du Royaume-Uni, mais surtout des États-Unis et d’autres puissances occidentales dans le maintien d’un système d’injustice qui a prévalu pendant une centaine d’années. En armant Israël, en le protégeant contre les sanctions des Nations Unies, et en le traitant comme un État au-dessus du droit international, ces puissances renforcent l’inhumanité incontestable inhérente à l’héritage de Balfour.

LIRE ÉGALEMENT : Une interview de José-Luis Moraguès : « Le BDS s’oppose radicalement au sionisme et à sa vision raciste du monde »

Certains peuvent s’opposer à ce que le projet sioniste soutenu par les Britanniques en Palestine soit considéré comme un cas de colonisation de peuplement, mais même les dirigeants sionistes de droite influents étaient tout à fait honnêtes à ce sujet. En 1923, par exemple, Ze’ev Jabotinsky écrivait : « Chaque population indigène dans le monde résiste aux colons tant qu’elle a le moindre espoir de pouvoir se débarrasser du danger d’être colonisée… La colonisation sioniste doit soit s’arrêter, ou bien avancer indépendamment de la population autochtone. »

Jabotinsky faisait la promotion d’un « mur de fer » sioniste pour dominer la population indigène, en partie en colonisant nos esprits par le désespoir. Aujourd’hui, Israël, soutenu par les États-Unis et l’Union européenne, construit des murs de béton et utilise une violence extrême pour écraser notre espoir et inscrire dans notre conscience collective qu’il est futile de résister à son hégémonie coloniale.

La première étape de la décolonisation et de la guérison pour nous Palestiniens, alors, doit être d’exorciser le désespoir que nous avons intériorisé pendant des décennies de brutal régime militaire israélien et de déni de nos droits humains fondamentaux. Nous devons nous investir dans un processus profond de décolonisation de nos esprits, par une dose d’espoir saine et réaliste.

Le mouvement mondial de Boycott, de Désinvestissement et de Sanctions (BDS) mené par les Palestiniens, pour la liberté, la justice et l’égalité est aujourd’hui une source majeure d’espoir pour les Palestiniens.

En plus de relier la lutte palestinienne aux luttes pour la justice raciale, indigène, économique, sexuelle, sociale et climatique, la campagne BDS exerce des pressions non-violentes sur les institutions, les entreprises et les gouvernements impliqués dans le soutien aux violations des droits humains par Israël. Un récent sondage de la BBC montre qu’Israël est devenu l’un des États les moins populaires au monde.

Inspiré par le mouvement des droits civiques américains et le mouvement anti-apartheid sud-africain, le BDS a été lancé en 2005 par la plus large coalition de la société civile palestinienne. Il appelle à mettre fin à l’occupation israélienne de 1967, à mettre fin à sa discrimination raciale légalisée, qui répond à la définition américaine de l’apartheid, et à respecter le droit des réfugiés palestiniens tel que stipulé par les Nations Unies, de retourner dans leurs foyers et sur leurs terres.

Réalisant l’espoir que nourrit le BDS et le fait que l’impact du mouvement grandisse parmi les principaux fonds de pension, syndicats, gouvernements étudiants, associations académiques, mouvements sociaux, artistes et, dans une certaine mesure, Hollywood, les groupes de pression israéliens ont recours à des mesures désespérées et sans doute illégales pour étouffer le mouvement.

Par exemple, il y a quelques semaines, la ville de Dickinson, au Texas, a mis en place une législation anti-BDS en conditionnant l’aide humanitaire après les ouragans, à la promesse de ne pas boycotter Israël ou ses colonies illégales. L’Union américaine des libertés civiles (ACLU) a condamné cela comme « une violation flagrante du premier amendement, rappelant les serments de loyauté de l’ère McCarthy … »

L’ACLU a également déposé une plainte au niveau fédéral arguant d’une loi anti-BDS du Kansas – exigeant que tous les entrepreneurs d’état certifient qu’ils ne boycottent pas Israël – qui viole le premier amendement de la Constitution des États-Unis.

Loin de protéger son impunité, la pression d’Israël pour une législation anticonstitutionnelle anti-BDS au niveau de l’État et au Congrès lui aliène le courant dominant libéral. Cela peut expliquer en partie pourquoi près de la moitié des Américains soutiennent des sanctions contre Israël pour mettre fin à son occupation, selon un sondage de 2016.

Un scandale récemment révélé lié à la guerre secrète d’Israël contre BDS ne fera qu’exacerber cette aliénation. Israël a embauché un grand cabinet d’avocats pour intimider et faire taire les activistes du BDS en Amérique du Nord, en Europe et au-delà, selon les médias israéliens. L’avocat israélien au centre de cette révélation, a averti qu’Israël pouvait franchir des « lignes criminelles ».

Si la loi israélienne contre BDS est vaincue devant la Cour suprême des États-Unis, cela pourrait inaugurer une nouvelle ère de responsabilité pour Israël.

Balfour doit se retourner dans sa tombe alors que les indigènes dont il a rejeté avec arrogance les prétentions pour lui hors de propos, commencent à changer la donne grâce à la solidarité internationale des gens de conscience.

J’ai promis à ma grand-mère que je n’abandonnerai jamais cette mission de défense des droits de l’homme tant que la justice et la dignité ne prévaudront pas. Je ne briserai pas cette promesse.

Tous les Natifs, aussi bien Amérindiens que Palestiniens y compris Aborigène, Africains, ont été considérés comme le précise R71 en préambule par les colons/envahisseurs/exterminateurs comme Res Nullus en Terra Nullius et donc à conquérir ou à éliminer…

C’est avec cet esprit de l’homme blanc colonisateur qui prévaut toujours aujourd’hui qu’il faut rompre et à tout jamais.

Aucun nouveau paradigme ne pourra être enclenché tant que des hommes accepteront qu’aucune personne indigène traditionnelle ou nation ne soit autorisées à survivre en dehors de la chrétienté et de la nation « blanche »

Faire tomber l’empire et lutter contre le colonialisme c’est refuser de vivre sous le présupposé raciste que l’homme qui n’est pas blanc est inférieur.

C’est retirer notre consentement et mieux dire NON à l’affirmation que les races supérieures ont un droit vis à vis des races inférieures, comme l’avait affirmé Jules Ferry en France en 1885. Jules Ferry sous l’égide de qui François Hollande avait placé son quinquennat en 2012. Et pour dire que ce principe à toujours cours en France en 2017 rappelez-vous les propos d’un François Fillon au sujet de la colonisation : La France n’est pas coupable d’avoir voulu faire partager sa culture aux peuples d’Afrique, d’Asie et d’Amérique du Nord parce que sur ce blog, notamment, on sait bien de quelle manière la France a voulu faire partager sa culture. Par le génocide et comme je l’ai expliqué hier, en appui de la Nation Mohawk, par le viol comme arme de guerre.

Devenons tous des lanceurs d’alertes, des chercheurs de vérité ► Crackons les codes, faisons péter les verrous, et déconstruisons la pyramide du pouvoir pierre par pierre !

Union ► Réflexion ► Action ► Associations libres confédérées

AUX CROYANTS DE TOUS POILS ;

NOUVEAU PARADIGME SANS DIEUX NI MAITRES SANS ARMES NI HAINE NI VIOLENCE

Remplaçons l’antagonisme à l’œuvre depuis des millénaires qui, appliqué à différents niveaux de la société empêche l’humanité d’embrasser sa tendance naturelle à la complémentarité, facteur d’unification de la diversité dans un grand Tout socio-politique organique : La société des sociétés.

JBL1960

À LIRE également sur R71 ► https://resistance71.wordpress.com/2017/11/07/guerres-imperialistes-le-liban-de-nouveau-menace-par-la-clique-habituelle-americano-saoudo-sioniste/

En complément de lecture : toutes les versions PDF gratuites que j’ai réalisées et plus particulièrement les Numéros 4 et 5 et également 21, 22 et 23.

 

Publicités

L’agression sexuelle comme arme de guerre…

Voilà pourquoi on ne peut accepter un droit à la grivoiserie à la française Madame BOUTIN ;

Parce que dans les cerveaux malades des hommes de pouvoir depuis des millénaires, l’agression sexuelle, le viol, sont des armes de guerre.

Alors oui, c’est vrai le #balancetonporc ne doit pas être un moyen de se venger et de jeter en pâture n’importe qui pour une vacherie, et oui Mesdames parfois c’est vous qui maniez la calomnie, le mensonge comme une arme.

Mais ici, il est question de dénoncer le viol comme arme de guerre !

~~~~▼~~~~

Mohawk Nation News | 24/10/2017 | URL de l’article source en anglais ► http://mohawknationnews.com/blog/2017/10/24/sexual-assault-weapon-of-war/

Traduit de l’anglais par Jo Busta Lally

L’AGRESSION SEXUELLE ARME DE GUERRE

La conquête de l’Amérique se fait par le génocide à travers un viol bien planifié, le pillage et encore le pillage comme continuation du modèle européen. La cupidité, le mal et le pouvoir sur les gens sont la principale motivation. Le gouvernement des prédateurs immigrants et ses agents militaires sanctionnent cette stratégie à faible coût contre tous les peuples originels. L’objectif est de détruire l’égalité des hommes et des femmes dans la société autochtone. [NdJBL : mais pas que !] Les femmes ne sont pas la propriété des hommes.

Voici un survivant :

KAHENTINETHA

 

 

L’excuse du prédateur est qu’ils sont accros au sexe, qui est ensuite toléré par ceux qui les entourent. C’est un manque total de respect envers les victimes et c’est contre-nature. Aucun animal n’attaque jamais un autre membre de son espèce. Historiquement, les communautés autochtones ont banni un prédateur sexuel. Le gouvernement ou les individus faisant des menaces de représailles n’est pas le consentement, c’est-à-dire les pipelines, les emplois, les carrières, l’éducation, etc.

L’agression sexuelle consiste à écraser des personnes sans défense et à créer de la faiblesse et de la vulnérabilité pour voler la terre, les ressources et les possessions. Nous avons toujours résisté aux abus entre les peuples.

La moitié de la population mondiale est composée de femmes. Nous sommes les productrices et les transporteuses des générations futures. Les envahisseurs ont violé nos femmes pour nous punir et nous humilier, pour détruire notre culture et nos valeurs communautaires.

L’agression sexuelle est un crime contre l’humanité, une arme de guerre pour atteindre des objectifs politiques. c’est un moyen cohérent, coordonné, brutal de mener la guerre.

Beaucoup effectuent des agressions sexuelles ou pensent à le faire. Même lorsque les personnes occupant des positions puissantes sont prises à partie pour un comportement prédateur, elles sont autorisées à continuer. [NdJBL : ICI & ] Le message est qu’apparemment la majorité le trouve acceptable. Alors que non ► Ça n’est pas bien.

C’est un problème d’homme promu par la culture populaire. Nos guerriers doivent assumer la responsabilité de leurs mères, épouses, filles, sœurs et d’eux-mêmes. Le guerrier protège les gens contre la violence, la faim, la molestation et tout ce qui affecte la santé et le bien-être de la population. Les hommes et les garçons ne devraient pas être des prédateurs. Les hommes et les femmes doivent être solidaires et se respecter les uns les autres.

Les immigrants/envahisseurs/exterminateurs réaffirment sans cesse le génocide qu’ils tentent de commettre sur notre peuple tous les jours. Les femmes et la terre sont une seule et même chose. Le Congrès et le Parlement tentent de légitimer leur vol contre nous. L’île de la Grande Tortue appartient aux peuples originels. Nous sommes fatigués de faire face à ce mépris conscient pour nos vies.

~~~~▲~~~~

Il est un fait, qu’une nation qui s’est construite sur ce mode de prédation sexuelle ne pouvait qu’en arriver là !

“Plus jamais de simples mortels ne pourront espérer revivre l’exaltation, l’émerveillement et la satisfaction de ces jours d’Octobre 1492, lorsque le nouveau monde donna gracieusement sa virginité aux conquérants castillans.”

~~ Samuel Eliot Morison ~~

Voilà ce qu’ont célébrés l’Amérique du Nord le 9 octobre avec le Columbus Day, puis l’Espagne et l’Amérique latine le 12 octobre 2017 avec le Jour de la Race

Voilà pourquoi il faut EFFONDRER LE COLONIALISME ► Maître-pilier de l’Empire pour un changement de paradigme politique & social ► Déterminer l’E.R.R.E.U.R. et comment la corriger ► https://jbl1960blog.files.wordpress.com/2017/10/pdflerreurr71102013.pdf

Voilà ce que j’ai tenté de vous dire, Nicolas BEDOS, sous votre article, fort bien troussé ma foi et que le HuffPost s’est précipité de supprimer alors qu’il appelle à être le premier à commenter pour mieux vous effacer quand ce n’est pas politiquement correct !

Nicolas Bedos : L’affaire Weinstein a provoqué un élan formidable, une nécessaire prise de conscience -que seul un salaud ou un fou oserait discutailler.  Mais tandis que, peu à peu, une parole se libère et que des monstres paient pour leurs actes, d’autres paroles s’étouffent et une toute autre espèce de monstre semble s’être libérée. Difficile de m’exprimer dans un désert consensuel. Peur de commettre des maladresses. Peur d’offenser des femmes, proches ou inconnues, en posant de simples questions. Fatigue aussi, d’avance, de la cohorte des haineux cuirassés de mauvaise foi, des phrases sorties de leur contexte, de ce cirque numérique d’où l’on ne sort que sali, simplifié, estropié. Ces questions qui me taraudent, ces inquiétudes qui me traversent depuis maintenant plusieurs semaines, nombre d’amies à moi les expriment en privé. Sauf que c’est moi -un homme- qui m’apprête à les transcrire. Moi et cette (fausse) réputation de gars très content d’en être un, moi et mes dix casseroles de plaisanteries douteuses que la toile saucissonna pour mieux les recycler. Bref, terrain délicat. Tout à perdre, rien à gagner. Si ce n’est de se sentir libre. Libre de se tromper. Un peu. Beaucoup. Peu importe. Dans un couple, tout sauf le silence, dit-on. Or on vit tous en couple avec notre conscience. Il se trouve qu’avant-hier, je reçois sur Facebook le message d’une journaliste que je connais un peu et qui, par ailleurs, a toute ma sympathie. Elle travaille pour le site d’un célèbre magazine et me demande, sans sourciller, si je n’aurais pas « en magasin quelques infos croustillantes concernant des agressions sexuelles commises dans le milieu du showbiz ». […] Réfléchissez, je vous en supplie, un seul nom me suffira ». Je dois avouer qu’à ce moment-là, j’ai été pris d’un petit vertige, mêlant colère et inquiétude face au monde qu’elle dessinait. […] Un monde libre, c’est AUSSI un monde où on aurait le droit d’exprimer publiquement ses craintes quant aux dérives liberticides que semblent autoriser les combats de société. Il n’y a pas qu’un seul discours, jamais. Ceux qui le prétendent sont des tyrans. Et ce n’est ni regretter ni freiner la libération d’une parole que d’en proférer d’autres, pas « contre » mais « en plus ». Or, éternel paradoxe de toute révolution, voilà que des tribunaux publics tendent à museler l’expression du moindre doute ou de la moindre réserve. Lire l’intégralité de l’article sur le HuffPost ► http://www.huffingtonpost.fr/nicolas-bedos/un-seul-nom-me-suffira-quand-la-liberation-de-la-parole-vire-a-la-guerre-des-sexes_a_23262930/ Juste lire, hein, faut pas rêver non plus, pour commenter vous repasserez…

J’étais venue vous dire, Nicolas, que je n’étais pas fan non plus du #balancetonmaitrecochon, parce que le fait d’appeler à balancer c’est pas glop du tout, et ça pue oui pour tout dire, mais ne rien dire, tourner la tête, faire comme si c’était pas grave, que les filles qui suivent un mec, qui plus est de pouvoir, doivent bien savoir à quoi s’attendre…

Mais comme je le répète si souvent ici-même la vérité libèrera les peuples, et c’est ce que je m’efforce de relayer ici ► Au sujet d’un 11 septembre nucléaire version PDF gratuite, réalisée par JBL1960

Mais surtout là ► Ses meilleurs amis l’appelaient Donnie « Mains d’Enfant » Trump…

Parce qu’il est là le problème que j’ai tenté, bien naïvement, de vous soumettre, c’est que l’agression sexuelle, le viol sont des armes de guerre de destruction massive, utilisées et totalement entrées dans les mœurs de l’Amérique moderne grâce aux premiers colons/envahisseurs/exterminateurs, et sur ordre divin des hommes en jupe, comme le pape Alexandre Borgia VI, vous savez le papa de Lucrèce et de César, entre autres…

Votre inquiétude à la dérive est juste, mais ne croyez-vous pas qu’il est temps de se saisir de cette profonde interrogation justement pour mettre un terme à cette dérive sociétale qui institue l’agression sexuelle et le viol comme pas si grave, alors qu’on vient d’apprendre qu’un homme a violé son enfant de 18 mois devant ses autres enfants…

Qu’est-ce qu’on va dire de cette petite victime quand en France Sarah, 11 ans qui s’est fait violer par un homme de 28 ans a été jugée « consentante » ???

Quand DSK qui s’est fait pincer la quéquette à NY s’est vu défendu par JFK arguant qu’il n’y avait pas mort d’homme et que ce n’était qu’un troussage de domestique…

Alors Mâme BOUTIN, toujours partante pour donner le droit à la grivoiserie à la française qui ferait partie de l’identité du Maitre cochon français ?

C’est pourquoi, je vous invite a lire, le Contre-rapport de la Commission Vérité & Réconciliation « MEURTRE PAR DÉCRET » le crime de génocide dans les Pensionnats pour Indiens de 1840 à 1996 et plus particulièrement les pages 24, 25, 26 & 28 ;

Les preuves d’archives démontrent que ces tortures de routine qui furent utilisées par toutes les églises gérant les pensionnats pour Indiens et leurs enfants pensionnaires, incluaient les actes [de barbarie] suivant :

  • Rasage des têtes avec des rasoirs émoussés
  • Passages à tabac avec des “poings américains”
  • Passages à tabac avec des lanières de cuir lourd ou des pièces de métal
  • Fouettage
  • Viols par des individuels ou en bande organisée
  • Confinement dans des endroits étroits, froids et sombres durant des jours sans boire ni manger
  • Forcer les pensionnaires à réingurgiter de la nourriture rance ou vomie
  • Malnutrition volontaire
  • Chocs électriques à la tête
  • Chocs électriques sur les gencives et parties génitales
  • Forcer les pensionnaires à jeter vivant leur animal familier (souris) dans des chaudières ou feux continus
  • Arrachage de dents et soins dentaires (plombages) sans anesthésie
  • Enfonçage d’aiguilles ou de petits clous de cordonnier sous les ongles ou au travers de la langue, des mains ou des membres
  • Forcer les pensionnaires à se tenir debout, nus, dans la neige
  • Utilisation de menottes et de carcans, exposition publique dans l’école
  • Soumettre les pensionnaires des jours durant aux intempéries
  • Forcer des pensionnaires à regarder d’autres se faire violer, battre, torturer et tuer
  • Forcer des pensionnaires à commettre de tels actes sur d’autres pensionnaires
  • Forcer les pensionnaires à enterrer les morts dans des fosses communes secrètes.

Ces tortures infligées ne l’étaient pas de manière aléatoire mais faisait partie d’un programme calculé et prescrit et furent aussi prévalentes dans les années 1960 qu’elles le furent dans les années 1930.

CR de la CV&R « MEURTRE PAR DÉCRET » Version PDF N° 1 de 58 pages, en français, essentiel de traduction (par Résistance71) du Contre-rapport original en anglais de 400 pages Murder By Decree

Et je vous précise, pour conclure que ce système a prévalu sur toute l’île de la Grande Tortue, au Canada comme on vient de le lire, mais également aux USA dans les Pensionnats pour Indiens de 1820 à 1980.

◄|►

Faisons-nous donc confiance, comme nous y invite la Nation Mohawk, hommes et femmes soyons solidaires et respectueux les uns envers les autres et les cochons seront bien gardés…

Remplaçons l’antagonisme à l’œuvre depuis des millénaires qui, appliqué à différents niveaux de la société empêche l’humanité d’embrasser sa tendance naturelle à la complémentarité, facteur d’unification de la diversité dans un grand Tout socio-politique organique : La société des sociétés.

JBL1960

 

 

 

 

 

Ses meilleurs amis l’appelaient Donnie « Mains d’Enfant » Trump… (MàJ 11/07/19)

Ses meilleurs ennemis aussi !

Lorsqu’on affirmait que Donald Trump avait été placé à la Maison Blanche pour servir le Plan en échange de quoi, il pourrait s’en mettre plein les fouilles, dans celles de sa famille et de tous ces potes pour autant qu’il fasse EXACTEMENT ce qu’on lui dirait de faire.

Le Plan pour un Nouvel Ordre Mondial = Paradis pour les nantis ► Enfer pour les démunis…

~~~~▼~~~~

Nouvel Ordre Mondial : Quand le blanchisseur Trump lavait le fric sale toujours plus blanc…

Nous avons attendu et fait quelques recherches sur ce sujet avant de traduire et de publier en français cet article de Gordon Duff qui date du mois de mars courant. Pour ceux qui seraient intéressés de voir ce qui en est dit ailleurs, il suffit de taper ces mots clef dans un moteur de recherche: “donald trump laundered russian mafia money”, voyez ce qui en sort. Les résultats en anglais sont plus probants que ceux qui sortent en français sous ces exemples de mots clef : “donald trump blanchiment d’argent mafia russe”.

Ainsi, il semble de plus en plus que l’affaire “Trump / Russie” liée aux élections de novembre dernier n’est pas lié à ce que le Kremlin aurait interféré et truqué les élections en faveur de Trump, mais de savoir qui se cache vraiment derrière cette connexion russe de Donald Trump, connexion qui ne fait plus aucun doute, mais pas dans le sens que médias et politiciens va t’en guerre le voudraient… La réponse dans cet article ci-dessous, qui nous montre par qui aujourd’hui, la “nation indispensable” (telle qu’elle se proclame) à l’humanité, est dirigée. Édifiant non ?

~ Résistance 71 ~

Comment Donald Trump est devenu la chienne de la mafia russe

Gordon Duff | 30 octobre 2017 | Extraits de l’article initialement publié le 28/3/17 ▼  https://www.veteranstoday.com/2017/10/30/how-trump-became-the-russian-mafias-bitch-2/

Traduit de l’anglais par Résistance 71 ► URL de l’article ▼ https://resistance71.wordpress.com/2017/11/04/nouvel-ordre-mondial-quand-le-blanchisseur-trump-lavait-le-fric-sale-toujours-plus-blanc/

[…]

Essentiellement, l’histoire commence en 1983 alors que le patron mafieux et avocat Roy Cohn et son sous-chef protégé, Donnie “mains d’enfant” Trump, utilisaient le fric de la mafia, le béton de la mafia et la main d’œuvre de la mafia pour construire un QG pour l’organisation criminelle mondiale que Cohn avait passé plus de 20 ans à bâtir.

La Trump Tower (Tour Trump) était équipée de bordels, de fumeries d’opium, de casinos et salles de jeux et de chambres luxueuses ; elle se remplissait de joueurs pros, de voyous et d’escrocs en tout genre tout en devenant la maison mère de toute une ménagerie de figures riches et célèbres du crime organisé. La Tour Trump est devenue alors le ground zero d’une entreprise criminelle globale, incluant le réseau de trafic d’enfants pédophile de Jeffrey Epstein* et la fameuse entreprise de “développement immobilier” de Trump qui était une large vitrine de blanchiment du fric sale de la mafia.

C’est dans ce nouveau monde sous-terrain de glamour, d’extorsion, de cocaïne et de dépravation, qu’entra une nouvelle série de personnages, criminels professionnels et carriéristes, décidés de continuer leur vocation choisie en terre neuve. Ils étaient ces anciens pensionnaires du système carcéral russe, relâchés par Gorbatchev au cours de ses réformes de la Glasnost.

En 1989, 71 000 juifs soviétiques ont reçu la permission d’émigrer en Israël, seulement 12 117 choisirent de le faire, les autres au lieu de cela, choisirent de venir aux États-Unis. Parmi eux se trouvait un cœur criminel mafieux qui s’établit alors dans la zone de Brighton Beach à New York City et qui bientôt se joignit à la mafia grecque à Astoria et aux cinq familles de la “Petite Italie”.

Ces membres de la mafia juive russe nouvellement arrivés furent capables de forger des liens entre la mafia juive en Russie et le monde du crime organisé aux États-Unis et ils furent donc bien placés et préparés lorsque l’URSS s’effondra en 1991 et qu’une nouvelle ère, celle des oligarques, de la corruption au plus haut niveau (incluant le président Eltsine et ses premiers ministres) se mit en place, menant au pillage en règle de l’économie russe post-soviétique.

La mafia juive russe devait trouver un moyen de blanchir de très grosses sommes d’argent qu’elle volait en Russie, elle rechercha donc des associés aux États-Unis dans le monde du crime. Elle en trouva un en la personne de Donald Trump (NdT : Donnie “mains d’enfant” vous vous rappelez ?…)

Dès 1991, de sa propre admission faite dans son autobiographie, Trump était en faillite, un cave en ce qui concerne les affaires, ses succès antérieurs, grâce au soutien de son patron mafieux Roy Cohn, semblaient être un lointain souvenir. Quoi qu’il en soit, Trump se releva tel le phœnix de ses cendres, ses affaires commencèrent à recevoir d’énormes injections d’argent, les hôtels de marque Trump et ses casinos devinrent extrêmement profitables.

Ce fut le fait d’énormes quantités d’argent liquide qui furent injectées depuis la mafia juive russe, argent volé de l’économie russe, transféré de l’Alfa Bank de l’oligarque Mikhaïl Fridman (NdT : sur l’article original se trouve un descriptif des parrains/oligarques majeurs de cette mafia) et blanchies dans l’économie légitime par l’organisation de Trump.

Mais Trump avait fait un pacte avec le diable et tandis que tout cela lui rapporta une immense fortune, cela lui coûta aussi son âme. La mafia juive russe possédait maintenant Donald Trump, elle avait fait de lui sa “suka” ou sa “chienne”, dès lors, il ne ferait plus que ce qu’on lui dirait de faire, il n’avait plus d’autre choix car il savait pertinemment avec qui il avait fait affaire, des hommes si puissants et sans pitié, que personne ne pouvait se tenir sur leur chemin, des hommes qui pouvaient faire éliminer une famille entière juste pour faire comprendre un truc, des hommes qui chérissaient la loyauté par dessus tout.

Si jamais Trump ne faisait même que rêver de les trahir, il apprendrait suffisamment tôt que le mot “suka” a un double sens, il veut certes dire “chienne”, mais il veut aussi dire “rat”, mouchard, traître, comme quelqu’un qui se vend, ou devient un informateur des autorités. Dans les goulags, un “suka”, un rat, ne durait pas longtemps une fois découvert et il souffrait le plus souvent d’une mort des plus horribles.

Ce mariage entre l’organisation de Trump et la mafia juive russe qui a commencé avec une opération de blanchiment d’argent pour permettre le pillage de l’ex -URSS et de son économie, a grandi et est devenu maintenant le plus grand des problèmes de sécurité, pas seulement pour les États-Unis mais pour le monde entier, un problème qui fait de celui de l’EIIL/Daesh un nain un million de fois plus petit. Trump, son empire en lambeau et tous ceux qui l’entourent furent détournés par la plus puissante organisation criminelle connus de l’humanité, ils sont devenus les vassaux de la mafia juive russe, leur fortune dépend d’elle, leur survie ne tenant qu’à rester dans leurs bons papiers…

Cette organisation a vendu des missiles nucléaires au travers de l’Ukraine, a volé 350 noyaux nucléaires “identiques” des stocks américains à Pantex, c’est une organisation qui n’a pas seulement avalé Trump, mais qui a également pris le contrôle du Mossad israélien, des services RAW de l’Inde et a piétiné des organisations comme le FBI et ses équivalents britannique et français. C’est le véritable “état profond”, un pur produit du goulag soviétique, un cercle criminel armé d’armes nucléaires capable de menacer tous les leaders du monde, d’effondrer des marchés et de mettre en place n’importe quelle attaque terroriste où que ce soit, à n’importe quel moment.

Voilà ce qui contrôle maintenant les États-Unis au travers de sa poigne sur Donald Trump, ils le tiennent par les couilles, il est leur suka, leur chienne. La mafia juive russe a fait de toute la population des États-Unis sa chienne, ils sont en train de doucement transformer ce pays en un gigantesque goulag et je ne peux penser à rien de pire que d’être une chienne au goulag.

[…]

La farce de la justice américaine

Nous savons que depuis 1983, la Tour Trump  a été truffée de micros en tant que QG pour le jeu, la prostitution enfantine, la fraude fiscale, l’extorsion de fonds et le meurtre. Nous savons aussi que dès 1992, la mafia du goulag et le KGB avaient pris le contrôle du crime organisé de la ville de New York et avec cela, le contrôle de la scène politique de la place par la même occasion, ceci incluant la police de NY, le NYPD et la législature de l’état de New York à Albany.

Ce qui n’est pas dit, c’est qu’en sus de tout ça, ils ont aussi récupéré quelques membres clef du congrès des États-Unis, amenés sur un plateau par leurs associés des puissants lobbies turc et israélien, ainsi qu’obtenu le contrôle des patrons de quelques comités des deux partis politiques démocrate et républicain. Ces sénateurs et membres de la chambre des représentants qu’ils contrôlent leur ont permis de subvertir et d’éventuellement pénétrer le FBI, le ministère de la justice, la SEC ou Securities and Exchange Commission de Wall Street, la DEA (NdT : Drug Enforcement Administration ou brigade des stups fédérale), le ministère du travail et le ministère de l’habitation et du développement urbain.

La mafia du goulag a été autorisée à établir des banques, à ouvrir des boîtes d’investissement, à écrire ses propres régulations et même à enquêter sur ses propres malfaisances.

#CroisonsLes

Lorsque attaqués en justice, et Trump et ses associés l’ont été un nombre incalculable de fois pour une litanie de projets ayant échoués, les avocats des parties civiles furent achetés ou menacés ou, plus souvent qu’à son tour, des juges possédés par la mafia, comme tout droit sorti du film “Le Parrain”, refusèrent simplement de prendre les affaires et les jetèrent au panier.

Lorsque cela ne se produisit pas, les contrôles au FBI de Felix Sater commencèrent une fausse enquête mettant la force et le pouvoir du ministère de la justice derrière le règne de la terreur mené par la mafia du goulag qui continue jusqu’à ce jour.

La raison derrière tout ceci, comme expliqué ci-dessus, était le blanchiment d’argent, des escroqueries, des fraudes diverses et les séries apparemment sans fin d’escroqueries d’investissements immobiliers afin de continuer de faire exister les noms de Trump, de Bayrock et de Kushner (NdT : beau-fils de Trump).

Le FBI et le ministère de la justice (MJ), avec le lieutenant de Trump Felix Sater comme indicateur, auraient pu faire tomber tout ce joli monde, mais voilà : alors que le FBI et le MJ retournaient Felix Sater, celui-ci, grandement aidé par le tout puissant AIPAC (NdT : plus gros lobby israélien aux USA) de Washington, retournèrent en fait les deux services et firent émarger ceux qui furent assignés à l’affaire, aux bonnes œuvres de la mafia russe.

Nous avons donc une situation où les agents du FBI qui enquêtaient sur Trump, devinrent ses  gardes du corps personnels durant la campagne électorale et aussi sur demande et firent de généreuses déclarations sur son innocence.

Les fonctionnaires du ministère public impliqués, à l’exception de Loretta Lynch et du tout récemment viré Preet Bharara, s’en furent bosser pour des firmes légales privées contrôlées par, devinez qui… la mafia du goulag. C’est ici que notre somme toute assez remarquable histoire tourne court, où on voit assez facilement que des individus comme la patron du ministère du travail, Acosta, l’homme qui sauva Trump et Epstein de décennies d’emprisonnement pour viol d’enfant et meurtre, a été muté à un poste de cabinet et où l’étendu de ce que ces autres personnes ont fait est trop terrifiant pour être publié jusque maintenant.

Nos sources nous disent qu’alors que le FBI et le MJ protégeaient Sater en tant qu’indicateur clef, ils sabotaient en fait en même temps affaire après affaire contre Trump et ses amis du Goulag, les maintenant au courant, donnant des noms et des témoins potentiels dont bon nombre finirent de manière inhabituelle et qui finit par torpiller les enquêtes.

Chaque document, chaque source, chaque parcelle d’information que le FBI et le MJ ont accumulé sur plus de 30 ans d’enquêtes au sujet d’une des plus grandes organisations criminelles au monde, ont été et ce depuis des années, balancés au moment même où ils furent reçus

Conclusion

Depuis la publication de cet article, le journal USA Today a publié ses propres résultats de recherches sur Trump. Le problème avec ces trois pièces est le timing et la souvent mentionnée crise constitutionnelle vers laquelle pousse le républicain Devin Nunes, idiot qu’il est, et dont il n’a aucune idée vers quoi il pousse les Américains. Il n’y a pas de sortie facile de ce genre de truc, certainement pas avec une nouvelle convention constitutionnelle alors que les échecs de l’ancienne font penser à un désastre.

On se retrouve avec une armée illégale, nous sommes maintenant virtuellement sous une monarchie, nous avons une banque centrale, une police nationale, nous avons un congrès du peuple basé sur une proportion qui est bien en dehors de toute protection équitable. La constitution nous a laissé en plan, malgré un Soros disant le contraire. Soros n’a simplement rien compris.

Les preneurs de décision au plus haut niveau, et certains d’entre eux sont toujours au gouvernement, la hiérarchie des joueurs non-étatiques, des sociétés secrètes, des groupes terroristes, des agences de renseignement renégates, des cartels banquiers et, comme décrit en détail c-dessus, le crime organisé multi-générationnel, lorsque accouplé avec des entreprises, corporations multinationales, font de l’ombre à tout gouvernement dans le monde et l’affaiblit de même.

Une douzaine de personnes peuvent retourner et contrôler le gouvernement de toute nation et ce même de nations fortes et puissantes comme les États-Unis. Ici, la discipline de serrage de coudes mise en place par le parti républicain facilite la tâche, un parti constitué de sbires de Wall Street, du ministère de la défense et de l’industrie pétrolière, qui investissent le congrès avec des péquenots de base.

Quand les Américains regardent des spécimen comme les sénateurs John McCain ou Lindsey Graham et leur confient du leadership, des termes comme “folie furieuse” et “désespoir” viennent à l’esprit. Aucun des deux ne vaut tripette, McCain demeurant le plus intelligent des deux. Graham est un fou et corrompu sans rémission, McCain quant à lui étant bien au-delà de toute rédemption possible et ils sont, du côté du “vieux parti”, la haut du panier, c’est tout dire…

Notre hypothèse sur ce qu’il faut pour contrôler un gouvernement est significative. Ce qui peut être fait dans chaque cas, a été fait. Il n’y a pas de leaders mondiaux indépendants, avec peut-être quelques très très rares exceptions. Les observateurs continuent de focaliser sur Poutine et nous sommes parmi eux. Il est, et de loin, le plus constant bien qu’ayant “la main lourde” domestiquement, en référence aux standards américains. Ce n’est pas pour chercher des excuses, mais dans le “monde réel”, paraître faible est synonyme de désastre, ceux qui vous entourent en guettent tout signe et fondent alors sur vous comme des chacals.

C’est pourquoi Assad n’a pas démantelé la poigne de sa famille sur la Syrie, quelque chose qu’on sait qu’il avait planifié. Le désastre auquel doit faire face la Syrie aujourd’hui aurait pu être mille fois pire s’il avait autorisé des réformes extensives. C’est simplement la façon dont les choses sont faites (NdT : dans ce système étatico-capitaliste obsolète et mortifère, appelé à disparaître… le plus tôt étant le mieux), c’est comme laisser la porte du poulailler ouverte…

Le problème Trump est sans précédent aux États-Unis. L’électorat, par une majorité ferme mais modérée, ne l’a jamais soutenu. Il a perdu le vote populaire par des millions de voix de différence. Sa propre base politique s’effondre et il devient maintenant plus un signe des échecs américains, de la folie, de l’extrémisme et de décennies de propagande.

Quelles options restent-ils ?

Un renversement militaire ?

Une destitution ?

Un assassinat ?

Chacune d’elle devient possible, plus probable alors que le consensus des “affaires comme d’habitude” à Washington est menacé par un mauvais leadership et des signes évidents que Trump ne pourrait pas seulement être un psychopathe, mais un spécimen totalement imprévisible par la même occasion. Ce trait de caractère pourrait bien le voir assassiner ou cela le sauvera peut-être si on en juge par Machiavel.

Ce qui est clair c’est qu’il y a un double jeu en l’occurrence. Les actions de Trump jusqu’ici sont celles visant à démanteler la démocratie américaine (NdT : qui n’en est pas une quoi qu’il en soit…), de détruire la sécurité sociale du pays, l’assurance maladie, l’éducation, de pousser toujours plus de villes vers la faillite et ramener l’ère Eisenhower des années 1950. Ceci fait de lui tout simplement un républicain, c’est toujours la route qu’ils empruntent, rien de nouveau sous le soleil.

Détruire les rêves de Kennedy, faire de l’Amérique un endroit où les gens décents ont hontes d’eux-mêmes, est devenu par trop facile. Les échecs de l’Amérique sont pour sûr, les échecs de l’humanité.

Retire ce costard en peau de lézard !

Du même article : petite revue historique de la mafia juive russe :

Depuis 1991, la mafia russe, incluant une bonne partie de ce qu’était le KGB et des centaines d’assassins des Spetsnatz (NdT : forces spéciales commandos russes), ont cherché refuge aux États-Unis.

Faisons une petite diversion historique ici afin de rendre compte d’un point absolument crucial. Bien que les gangs carcéraux juifs existaient depuis l’époque des tsars, ce fut sous le communisme (NdT : rectifions la terminologie ici pour dire “sous le capitalisme d’état marxiste”… dommage que toutes ces personnes comme Duff soient incapables de faire la distinction faute d’une éducation politique diversifiée) que la mafia juive devint puissante. Après que Staline eut consolidé son pouvoir après la mort de Lénine, il commença une série de purges qui continua jusque la fin des années 1930. Dans ces purges, il vira une très large portion des juifs des positions de pouvoir et d’influence qu’ils occupaient (NdT : depuis l’ère bolchévique*) et les envoya aux Goulags.

Ceci correspond à l’acte fondateur de la mafia russe telle que nous la connaissons aujourd’hui. Staline a permis à ces criminels juifs de gérer le goulag dans les grandes largeurs, ceci fut le moyen le plus simple de maintenir un contrôle sur cette énorme population de détenus éparpillée sur de vastes zones de l’extrême-orient russe.

~ Gordon Duff ~

*l’ère bolchévique ► L’implication de Wall Street dans la Révolution Bolchévik, version PDF N° 27 de 61 pages traduction par de larges extraits du livre du Pr. Antony Sutton par Résistance71 publié initialement en 2011 à lire, télécharger et/ou imprimer gratuitement.

Dossier Connexe ► Au sujet d’un 11 septembre nucléaire version PDF gratuite, réalisée par JBL1960 (Addendum)

~~~~▲~~~~

Je vous conseille la lecture du dernier article de Kevin Barrett du 1er novembre source Veterans Today Terreur synthétique à New York… On enfume les Américains ! Traduit de l’anglais par Résistance71.

~~~~▼~~~~

L’avis de Résistance71 ce 4 novembre : Ce qu’il y a d’essentiel à faire comprendre, c’est que toute cette merde n’est pas la résultante de quelques brebis galeuses, qui virées, remettrait le système sur les bons rails. On entend toujours la même litanie, celle de changer les « têtes » des représentants, car à force les veautards finiront bien par rendre le système plus « vertueux », plus tolérable, plus « équitable », il est essentiel de comprendre que le système est bien au-delà de toute possible rédemption, cela fait des années qu’on le dit, et cela se prouve encore et toujours jour après jour, comme avec cette histoire du canard, chienne de la mafia russe depuis plus d’un quart de siècle… IL N’Y A PAS DE SOLUTIONS AU SEIN DU SYSTÈME… Il n’y en a jamais eu et n’y en aura jamais.

L’heure sonne pour que l’humanité largue ce merdier en rase campagne et enclenche le processus de la société des sociétés.

Et comment vous dire… Je suis en total et plein accord avec eux et je rajoute de plus qu’à notre sens,  l’avenir de l’humanité passera par les peuples occidentaux émancipés de l’idéologie et de l’action coloniales, se tenant debout, main dans la main avec les peuples autochtones de tous les continents, nos frères et sœurs, pour instaurer l’harmonie de la société des sociétés sur Terre ► Faisons chuter le colonialisme à la vitesse de la chute libre

JBL1960

Source de l’image ► Photos artistiques en noir et blanc de Convertimage.me

MàJ du 11 juillet 2019

 *Arrestation de Jeffrey Epstein cette semaine ;

Différentes sources sur ce sujet, très embarrassant pour Donnie « Mains d’Enfant » Trump ;

Sud-Ouest ► https://www.sudouest.fr/2019/07/10/trafic-sexuel-de-mineures-dans-la-haute-societe-americaine-jeffrey-epstein-est-il-le-seul-implique-6319993-4803.php

FRANCETVINFO ► https://www.francetvinfo.fr/monde/usa/presidentielle/donald-trump/etats-unis-on-vous-explique-l-affaire-jeffrey-epstein-le-nouveau-scandale-sexuel-qui-embarrasse-l-administration-trump_3529417.html

Mais également pour la famille royale d’Angleterre  : Un épisode désagréable, datant des années 2000 et impliquant l’un des fils de la reine Elizabeth II, vient de se rappeler au bon souvenir de la famille royale britannique. Source Sputnik News ► https://fr.sputniknews.com/presse/201907101041635925-proxenetisme-et-detournement-de-mineurs-le-secret-de-lun-des-fils-delizabeth-ii/

Sur ce point, la Nation Mohawk avait posé la seule question qui vaille : Dernier Pape ? Dernière Reine ? Et à laquelle nous savons répondre, aujourd’hui ► La solution c’est NOUS, TOUS & ENSEMBLE

Pourquoi donc les Égyptiens ne se convertirent pas en masse après les 10 plaies bibliques ? Dr. EZZAT + MàJ du PDF

 

Parce qu’aucun Dieu n’a de religion !

Croyez en CEUX que vous voulez ► AUX CROYANTS DE TOUS POILS…

Mais ne nous forcez pas à faire de même…

FAISONS TOMBER LES DOGMES, LES DOCTRINES & LES MYTHES ;

Tous les écrits, publications et livre du Dr. Ashraf Ezzat qui ne dit jamais que l’histoire de la bible est une invention cependant que sur le terrain archéologique, tout tend à inverser le récit biblique et à prouver, pour le moins que la location géographique de cette histoire n’est pas la bonne. Et qu’il ne faut pas chercher en Égypte ou en Palestine des traces de  l’ Exode ou du Palais de Salomon mais dans le Sud de l’Arabie Saoudite et au Yémen. Réunis, en français, dans un seul et même PDF  N° 3 de 56 pages : TRADUCTION DE LA BIBLE & ESCROQUERIE HISTORIQUE que je viens de mettre à jour avec sa toute dernière publication ci-dessous est présenté comme suit ;

Présentation par JBL1960 des raisons de ce PDF – Page 2

Histoire, science, mensonge et falsification…

 La tradition orale contre la tradition écrite… Vérité contre mensonge ? Présentation R71 : Page 3

L’Égypte antique n’a jamais connu ni Pharaons, ni Israélites – Page 5

Les racines juives de la culture takfirie – Page 10

Le Messie Arabe – Page 15

La résolution de l’UNESCO sur Jérusalem : La vérité cachée – Page 21

Pourquoi ne trouve-t-on aucune mention des pyramides d’Égypte dans la bible ? Page 25

Jérusalem, rien de saint à propos de la ville sainte… Page 28

La fuite de la Sainte Famille en Égypte est elle un mythe ? – 21/02/2017 – Page 36

L’esclavage n’était pas une pratique fréquente en Égypte – 7 juin 2017 – Page 40

L’histoire biblique de Joseph coule comme le Titanic22 juin 2017 – Page 43

L’histoire de Joseph est un ancien conte populaire arabe – Sept 2017 – Page 47

Dans quelle langue Dieu a-t-il écrit les 10 Commandements – Sept 2017 – Page 51

Pourquoi les Égyptiens ne se convertirent pas en masse après les 10 plaies bibliques ? Page 55

~~~~▼~~~~

Pourquoi les Égyptiens ne se convertirent pas en masse après les 10 plaies bibliques ?

Dr Ashraf Ezzat |28 octobre 2017 | URL de l’article original en anglais ► https://ashraf62.wordpress.com/2017/10/28/why-didnt-egyptians-convert-after-the-ten-plagues/

Traduit de l’anglais par Résistance 71 ► URL de l’article ► https://resistance71.wordpress.com/2017/11/03/mythologie-biblique-les-10-plaies-degypte-pour-une-conversion-loupee-ashraf-ezzat/

Tout ce dont on a besoin est un miracle, une plaie, pour que l’Homme, ancien ou moderne, croit en un dieu qui a révélé sa puissance et sa divinité au travers de ce miracle.

Les scribes bibliques argumentent que l’histoire de l’Exode s’est déroulée dans l’Égypte antique. Si cet argument est valide, alors tout le peuple de l’Égypte ancienne se serait instantanément converti au judaïsme (ou plus exactement au culte des Israélites) après que leur dieu ait révélé au sus de tous toute sa puissance en détruisant “miraculeusement” la terre d’Égypte et son roi (appelé par erreur pharaon).

Mais la réalité est que l’Égypte ne s’est pas convertie en masse au culte des Israélites ou judaïsme à quelque moment de sa très longue histoire.  Yahvé (le dieu des Israélites) n’a jamais été mentionné dans les archives égyptiennes antiques, encore moins adoré. Qu’est-ce que cela nous apprend ? J’ai bien peur que cela nous en apprenne beaucoup.

Si la bible affirme que le cœur du pharaon a été endurci par le dieu des Israélites, ceci ne se serait sans doute pas passé pour les Égyptiens eux-mêmes. Car, si c’est pour cela que les Égyptiens ne se sont pas convertis, alors toute l’affaire des 10 plaies d’Égypte aura été vaine et futile, moralement parlant. Même si les Israélites avaient fuis l’Égypte, cette évasion miraculeuse (comme dépeinte dans le livre de la Genèse) aurait dû laisser un effet dramatique sur le peuple égyptien ainsi que sur leurs vieilles croyances et traditions. La plupart des suiveurs des religions judéo-chrétiennes (musulmans inclus) répondront à ce paradoxe du livre de la Genèse en ne faisant que réciter ce qu’on leur gave depuis leur enfance. “L’Exode avait une mission et elle était de faire sortir les esclaves israélites d’Égypte.” répondront-ils rapidement et sans faillir. Ce faisant, ils ne réalisent pas que cela ne fait que dégrader le dieu israélite de son piédestal de déité universelle, pour le rendre à ce qu’il est: un dieu mineur tribal, créé il y a longtemps par sa propre tribu.

Si le but ultime de l’histoire du pharaon et de Moïse est de simplement offrir une sortie de secours, par la dévastation et le carnage, à un groupe de gens sortant d’une terre spécifique, qui au fait, ne fut en aucun cas l’Égypte, alors nous pourrions fort justement identifier cette histoire des Israélites comme étant injuste et immorale tout autant que le dieu israélite comme tribal et très partial. Un concept moralement corrompu qui a fini par donner naissance au vil concept du peuple élu de dieu.

Revenons-en aux miracles. Essayez de vous imaginer parmi ces anciens Égyptiens qui ont survécu la dévastation des 10 plaies sur leur pays. Vous avez été témoin en première instance de la toute-puissance du dieu des Israélites alors qu’il se révélait à vous au moyen de ses 10 plaies (dévastation zombiesque durant laquelle des armées de grenouilles, de poux, de mouches, de locustes, la grêle furent lâchés sur la terre d’Égypte et son peuple, l’eau du Nil se transforma en sang, chaque premier né de chaque famille tué et finalement la terre enveloppée dans d’épaisses ténèbres).

Yahvé a de toute évidence par là-même démontré aux Égyptiens l’impuissance ultime de leurs dieux et leur a démontré sans l’ombre d’un doute possible sa toute puissance et son pouvoir sur eux. Si vous étiez un Égyptien de l’époque, abasourdi et ayant été le témoin oculaire de ces miracles alors qu’il semait panique, terreur et destruction sur votre terre et sur son peuple, quelle aurait été votre réaction ?

Humilié par la puissance et la révélation de Yahvé, vous seriez sans aucun doute tombé à genoux et avec les larmes aux yeux, auriez imploré son pardon et auriez dans la foulée, renoncé à vos dieux impuissants et vous seriez converti de grande joie à la religion des Israélites et de leur dieu si puissant, tout puissant. Mais cela ne s’est jamais produit. Les dieux égyptiens comme Amun-Re, Horus, Isis et Osiris sont restés debout, inébranlés dans leurs temples, révérés par les Égyptiens pour les siècles qui ont suivis cette soi-disant aventure biblique racontée dans l’Exode.

Si l’Égypte avait été la terre de la mise en esclavage et de l’exode des Israélites, tous les Égyptiens antiques se seraient convertis de bonne grâce au judaïsme aux alentours de 1400-1200 AEC, la période présumée de l’Exode biblique. De fait, tout le royaume Khazar s’est converti au judaïsme pour bien moins que cela…

Mais ceci, comme nous l’avons dit, ne s’est jamais produit, pas à cette époque, ni à aucun autre moment plus tard. L’Égypte ne s’est jamais convertie au judaïsme et la raison de cela est très simple et clairement évidente : l’Égypte antique ne fut jamais frappée par les soi-disant 10 plaies, car l’Égypte n’a jamais connu ni Pharaon, ni Moïse.

… Et oui, l’histoire du pharaon et de Moïse ne s’est en fait jamais déroulée dans l’Égypte antique.

~~~~▲~~~~

C’est une sacrément bonne question, hein ?

Alors, une autre question qui vient naturellement à la lecture des publications d’Ezzat ; La guerre actuelle au Yémen, guerre qui implique Israël aux côtés de l’Arabie Saoudite, est-elle une coïncidence ?

►◄

Parce que l’idée première et l’objectif sur lequel nous devons nous concentrer, c’est de connecter les énergies, les électrons libres pour donner l’exemple d’associations toutes aussi libres par delà l’espace et le temps…

Surtout si nous créons une chaine de diffusion de ces pépites de vérité historique qui surgissent tant bien que mal du fatras idéologique qu’est devenu la société du spectacle entretenue par les peuples eux-mêmes en acceptant par démission de leur pensée critique, les fadaises proposées par une oligarchie désormais aux abois…

Notre fonction de charnière ici est plus que jamais vitale car ces lectures nous permettent d’ouvrir des portes « entre-baillées » mais dont les gonds rouillés empêchent l’ouverture en grand.

Tout ce qui participe du développement de l’humanité DOIT être accessible à tous et gratuitement, pas plus de « droits d’auteurs » et de « propriété intellectuelle » que de beurre en branche…

Tous les PDF sont à lire, télécharger et/ou s’imprimer gratuitement !

Le dernier, et pas des moindres ► Au sujet d’un 11 septembre nucléaire version PDF gratuite, réalisée par JBL1960  ► PDF N° 39 de 24 pages + photos rares incluses, fournies par R71 ►  https://jbl1960blog.files.wordpress.com/2017/10/pdfdossier11sept2001.pdf

Et pour faire chuter le colonialisme à la vitesse de la chute libre ► Faisons chuter le colonialisme à la vitesse de la chute libre…

Vous pouvez retrouver tous ces PDF dans cette page de mon blog, avec la mise à jour de celui-ci ► LESPDFDEJBL1960

JBL1960

 

Confessions d’un homme (soi-disant) en colère par Kevin D. Annett – Traduction R71 – Complété par JBL1960

Confessions d’un homme soi-disant en colère

DERNIÈRES TERRIBLES NOUVELLES !

C’est grâce à la ténacité de Kevin Annett et   son énorme travail d’investigation depuis plus de 20 ans pour faire éclater la vérité que vous pouvez lire, télécharger et/ou imprimer gratuitement l’essentiel en français, traduit par Résistance71, du Contre-rapport de la Commission Vérité & Réconciliation « Meurtre Par Décret – le crime du génocide au Canada » dans les Pensionnat pour Indiens de 1840 à 1996 en version PDF N° 1 de 58 pages, et dans sa dernière version ► MEURTRE PAR DÉCRET

Et prendre connaissance de l’important Mémorandum sur la continuité des crimes génocidaires au Canada et globalement : Appel à toutes les nations publié par le TICEE le 1er septembre dernier : MÉMORANDUM.

Vous pouvez sur ce blog grâce à Résistance71 qui a entièrement traduit son livre « Truth Teller’s Shield : A Manual for Whistle Blower & Hell Raisers » et en accord avec l’auteur car j’ai pu ainsi réaliser la version PDF {N°2} « Le Bouclier du Lanceur d’alerte » à lire, télécharger ou encore imprimer  gratuitement cet indispensable ouvrage qui nous permettra de devenir, TOUTES et TOUS des « lanceurs d’alertes et des diseurs de vérité » car il ne suffit pas de chercher la vérité si nous n’en faisons rien, par peur de perdre notre petit confort bien illusoire qui disparaitra, de toute façon, avec la prochaine crise économique « manipulée » qui arrivera tôt ou tard et parce que tout ce qui participe du développement de l’humanité DOIT être accessible à tous et gratuitement.

~~~~▼~~~~

La résistance passe par faire face à la réalité : Expliquer l’horrible nouvelle (Kevin Annett)

“Au bout du compte, notre véritable ennemi n’est pas le risque de briser la glace de fureur mais en fait notre incapacité à le faire.”

~ Kevin Annett ~

Confessions d’un soi-disant homme en colère : Expliquer l’horrible nouvelle

Kevin Annett | 1er octobre 2017 | URL de l’article original ► http://kevinannett.com/2017/10/01/confessions-of-an-allegedly-angry-man-breaking-the-awful-news/

Traduit de l’anglais par résistance 71 ► URL de l’article ► https://resistance71.wordpress.com/2017/11/02/la-resistance-passe-par-faire-face-a-la-realite-expliquer-lhorrible-nouvelle-kevin-annett/

L’autre jour, une de mes lectrices la plus creuse que j’appellerai ici Shirley, s’est offusquée au sujet de quelque chose que j’avais écrit. Avec une passion peu commune pour une pâle canadienne, Shirley m’a expliqué comment je pourrais avoir plus de soutien du public si je n’étais pas aussi “amer et en colère” contre mon pays et si j’apprenais pour changer à “voir le positif dans les gens”. Elle mentionna aussi un truc au sujet de dieu.

L’accusation des plus ferventes de Shirley m’a d’abord rendu quelque peu perplexe, dans la mesure où ce à quoi elle se référait concernait quelque chose que j’avais écrit pour me moquer un peu de la capacité morbide des Canadiens de vouloir couper les cheveux en quatre tout en avalant des couleuvres, dans ce cas précis un sordide déni collectif de crime impliquant énormément de morts d’enfants bronzés. Après tout, on ne peut que rire d’une énorme tragédie car elle défie notre entendement.

En fait, la censure acerbe de mes écrits par cette femme est tombée à pic, car pas même une heure avant ses remarques, un interviewer m’avait demandé de faire plus que de commenter sur le meurtre d’une petite fille de 9 ans nommée Vicky Stewart.  [NdJBL : ou de Maisie Shaw, entre autres…] Mon interlocuteur m’avait demandé comment je ressentais sa mort et la vérité était que je ne ressentais rien.

Je me suis parfois demandé quelle situation j’aurai dans la vie si j’étais de fait cette néfaste personne que mes critiques disent que je suis. Je serai bien plus riche, c’est sûr. Dans le cas de Shirley, si j’étais celui qu’elle pense que je suis, je m’éclaterais passionnément au sujet de la mort de la petite Vicky, battue à mort par une matrone de l’Église Unifiée du Canada répondant au nom de Ann Knitzky. Si seulement j’avais cette rage en moi ! Mais manque de pot, je suis trop canadien pour ne pas regarder par dessus mon épaule de manière concernée de savoir comment les gens pourraient interpréter ma dernière tirade colérique d’indignation. Chacun de ceux qui a fait face à la vilification publique officielle sait que dans notre pays, le problème n’est pas ce qui a été fait de mal, mais que quelqu’un en parle. Demandez à Shirley…

Mis à part les critiques idiotes, j’ai passé la journée à réfléchir sur mon absence de sentiment quant à l’assassinat de la petite Vicky. J’ai vu sa photo et ai rencontré sa sœur Beryl qui fut témoin de coup fatal. Je connais les détails de la mort brutale de la petite Vicky comme je connais les détails des morts de milliers d’autres victimes dont on ne parle jamais, victimes sans visages dont j’ai documenté l’extermination et partagé ce savoir avec un monde incrédule et stupéfait.. Peut-être ceci explique t’il l’épaisse couche d’amortisseur que j’ai construit autour de mon cœur et les larmes contenues qui ne peuvent couler. Sans aucun doute que le fait d’avoir eu mes deux filles arrachées à ma présence lorsqu’elles n’étaient encore que de très jeunes enfants, a aidé à mon exil dans cette zone morte de l’émotion, endroit où ma rage ne peut plus trouver sa voix. En cela, je ne suis pas comme mes pâles compatriotes ; car à l’instar de l’héroïne grecque Antigone, si je suis mort c’est pour pouvoir peut-être aider ceux qui sont aussi morts: mes compatriotes canadiens.

A part une flexibilité qui part en sucette et une libido qui s’estompe, mon entrée dans la soixantaine m’a apporté une clarté inattendue sur ce que j’ai accompli ces deux dernières décennies. J’ai longtemps pensé que tout était au sujet d’exposer au grand jour un terrible crime commis par mon propre peuple et appelé génocide, le tout dans mon propre jardin et ainsi de pouvoir donner la parole à ses survivants trébuchants. En fait, il s’est avéré que ceci ne fut que le préambule à l’évènement principal.

Personne n’aime se voir présenter l’horrible vérité, particulièrement lorsque la fin est en vue. Par exemple, dès que je fut ordonné prêtre (NdT : Kevin Annett fut prêtre, révérend de l’Église Unifiée du Canada pendant plusieurs années avant de se faire expulser suite à sa prise de position concernant le génocide des enfants autochtones dans les pensionnats gérés, entre autre, par l’Église Unifiée…), on a demandé ma présence au chevet d’une femme mourante du nom de Carol, qui était la jeune mère de trois enfants. Elle n’avait plus que quelques jours à vivre. Ses parents et ses frères étaient là en compagnie de son mari effondré. Aucun d’eux ne voulaient faire face à la réalité : Carol allait mourir. Ils essayèrent de la réconforter et lui dirent qu’elle allait bientôt se sentir mieux. Mais elle savait la vérité, tout comme ils le savaient tous, quelque part sous le déni et la terreur.

Alors que l’état de Carol empirait et qu’elle sombrait peu à peu dans le coma, j’ai finalement dit le plus gentiment possible à tout le monde présent dans la pièce : “Maintenant semble être un bon moment pour vous tous de dire adieu à Carol…”

Ils se tournèrent tous vers moi, choqués. La mère de Carol aboya à mon encontre : “Comment osez-vous ?…”

“Elle n’a plus beaucoup de temps”, répliquais-je, mais la femme ne pouvait m’entendre. La mère n’a jamais dit adieu à sa fille ; au lieu de cela, elle sortit comme une furie de la chambre d’hôpital. Mais éventuellement, tous ceux qui restèrent firent face à la réalité et c’est alors que commencèrent les larmes et le chagrin, ainsi que les adieux à leur chère Carol. Pourtant, aucun membre de la famille ne m’a jamais plus adressé la parole, m’évitant, me lançant des regards hostiles, comme si j’étais responsable de sa mort.

Sur le même plan, voici une histoire racontée par un survivant des camps nazis. L’homme était un médecin polonais envoyé à Auschwitz dans un des wagons à bestiaux en compagnie de centaines d’enfants et leurs parents, grands-parents et leurs enseignants. Alors que le train approchait de sa destination du camp de la mort, une ancienne vieille dame qui enseignait la musique dans le ghetto de Cracovie d’où ils venaient tous, commença à raconter aux enfants de joyeuses histoires sur une belle terre et de l’éternelle jeunesse qui les attendait. Elle commença à les faire chanter. Bientôt, les enfants furent calmes et sereins, alors même qu’on entendait les sirènes hurlantes du camp d’Auschwitz qui approchait.

Le médecin se souvint avoir été en colère au sujet de l’attitude de la vieille femme et lui demanda :

“Pourquoi racontez-vous tous ces mensonges à ces enfants, en de telles circonstances ?” demanda t’il. La vieille femme sourit alors tristement et dit : “Ce n’est pas le moment pour la vérité.”

Une partie de moi est d’accord avec cette femme : la part infantile de ma personne qui a connu auparavant le pouvoir curateur de l’amour et la puissance narcotique des câlins et embrassades, les vœux de bonheur. Mais mon être d’expérience comprend que la vérité n’est jamais de mise surtout dans les moments de grande souffrance et que tout amour qui nie la vérité n’est qu’un analgésique de pacotille et éphémère. Seule la vérité peut nous permettre de grandir au delà de nos besoins infantiles de protection et nous faire maturer au delà de cette roue de l’injustice. L’expérience nous montre que l’univers désire moins notre bonheur que notre croissance mentale.

Les peuples comme les Canadiens, dont la culture a le sang d’innocents sur les mains et qui sont coincés dans un énorme mensonge collectif que leur crime demande, sont incapables de grandir. Comme toute petite frappe prise l’arme du crime à la main, les Canadiens blancs ne sont pas émus ni ne se sentent concernés par ces légions d’enfants qui furent torturés à mort par leurs églises, c’est différent pour ceux qui montrent les cadavres. Comme me l’a dit un jour un vieux de la vieille de l’Église Unifiée du Canada : “Nous savons tout çà. Le seul problème c’est que tu en parles…”

Les mots officiels sont une parfaite image de la banalisation de la malfaisance institutionnalisée : du fait que ceux immergés dans un crime collectif ne sont pas tant intentionnellement mauvais qu’ils sont morts émotionnellement et se sont dissociés de leurs propres sentiments. Cette condition fut mise en exergue par le prêtre anglican qui confronta quelques uns d’entre nous alors que nous distribuions des tracts à ses ouailles au sujet des plus de 50 000 enfants autochtones qui moururent aux mains de l’État entrepreneurial colonial. L’homme nous cria : “Nous avons déjà dit que nous étions désolés… Que veulent ces gens de plus ?…”

Et le pasteur fut véritablement choqué et troublé lorsque je lui répondis : “Imaginez que ce soit votre enfant qui soit violé, assassiné et enterré quelque part. Que voudriez-vous ?”

Ma question l’a totalement pris au dépourvu simplement parce que toute cette “affaire” de la complicité de son groupe dans un crime de masse dans leur propre jardin n’a jamais été internalisée ni par lui ni par quiconque. Des enfants violés et assassinés n’étaient pas une réalité pour lui, ni pour son groupe. Ils n’étaient pas une réalité ni pour lui ni pour son groupe, mais une abstraction, quelque chose de complètement déconnecté d’avec sa vie, leurs vies quotidiennes. C’est exactement ce type de capacité morale scellée et anesthésiée qui est requise pour qu’un crime collectif ne soit jamais reconnu et encore moins puni, pour qu’il puisse de surcroit continuer. Plus grande est l’atrocité, plus le déni et la distanciation personnelle sont conséquents, que ce soit à Auschwitz ou aux pensionnats pour Indiens d’Alberni.

La passion et la colère n’ont aucune place dans la rigide distanciation morale de criminels collectifs comme le sont les Canadiens, car de telles faiblesses menacent de craquer l’arrangement minutieux de fausse humanité et d’auto-absolution personnelle qui sont la caractéristique des vainqueurs de toute guerre génocidaire. Finalement, cette névrose explique le comportement de mon antagoniste, Shirley, qui s’est tant offusquée de ma moquerie du déni et des illusions de mon peuple ; car pour un chrétien blanc au Canada, il n’y a pas de pire crime que de causer la controverse ou la division. Clairement, ils ne lisent pas beaucoup leur propre bible.

Au bout du compte, notre véritable ennemi n’est pas le risque de briser la glace de fureur mais en fait notre incapacité à le faire. Nos froids sentiments et notre captivité au sein d’un arrangement de mort et de mensonges est autant une menace à la fibre et à l’être du pasteur anglican qu’ils ne le sont pour vous et moi. Le génocide condamne l’assassin et les victimes de la même façon. Celui qui torture à mort quelqu’un et le fait en toute impunité, emporte avec lui une sentence de mort et est éventuellement tué de l’intérieur. Le Canada blanc, se languissant dans son crime collectif et son mensonge de “cicatrisation et de réconciliation”, meurt de l’intérieur parce qu’il doit toujours faire face à lui-même, se regarder dans la glace.

Il n’y a pas prescription pour la condition terminale de mon peuple parce qu’il n’y a pas de remède. Aussi loin que les Canadiens refusent de voir leur propre condition, viendra le fait de la mort elle-même. Ce n’est pas le crime de passage appelé le Canada chrétien que nous devons gérer, mais ceux qui viendront après lui : Les prochaines générations, natives ou blanches, qui devront savoir toute la vérité sous peine de continuer le mal.

Peut-être qu’un jour j’apprendrai à laisser mon propre chagrin s’écouler et trouverai-je cette voix de la rage qui explosera les barreaux des prisons. Mais si je puis recevoir une telle grâce ou quelque autre Canadien ce sera parce que et non pas malgré le fait que nous ayons regardé la vérité en face et lutté pour en parler. Comme nous le rappelle Alice Miller :

“La vérité au sujet de notre enfance est stockée dans notre corps et bien que nous puissions le réprimer, nous ne pouvons jamais l’altérer. Notre intellect peut être trompé, nos sentiments manipulés et nos conceptions brouillées, notre corps trompé par des substances médicamenteuses. Mais un jour, notre corps présentera sa facture, car il est aussi incorruptible qu’un enfant, qui, toujours entier d’esprit, n’acceptera aucun compromis ni excuses et il ne cessera de nous tourmenter jusqu’à ce que nous cessions enfin de fuir la vérité.”

~~~~▲~~~~

Dossiers connexes ;

Lettre ouverte à une sénatrice canadienne, négationniste de l’holocauste des Amérindiens du Canada… (Kevin Annett)

Personnes disparues, fausses enquêtes & la China connection – Kevin Annett

MEURTRE PAR DÉCRET

Qu’est-ce que le neuvième cercle ?

◄|►

“Nous avons déjà dit que nous étions désolés…

Que veulent ces gens de plus ?…”

Les Canadiens et Québecois, comme tous les descendants des colons/envahisseurs/exterminateurs peuvent être désolés mais ce n’est pas ce que nous leur demandons.

Ce que nous voulons c’est un nouveau paradigme sans dieux ni maitres sans armes ni haine ni violence et en premier lieu que soit abolie la doctrine chrétienne de la découverte qui depuis 1492 prédispose que l’homme qui n’est pas blanc est inférieur et qu’aucune personne indigène traditionnelle ou nation ne devaient être autorisées à survivre en dehors de la chrétienté et de sa nation « blanche ».

Nous appelons les CROYANTS DE TOUS POILS à croire en ceux qu’ils veulent, mais à cesser de nous contraindre à faire de même. Et dans le même temps à retirer leur consentement pour que s’effondre le colonialisme► Maître-pilier de l’Empire pour un changement de paradigme politique & social ► Déterminer l’E.R.R.E.U.R. et comment la corriger tous ensemble, personne devant, personne derrière, personne au-dessus et donc, personne en-dessous ; Côte à côte, épaule contre épaule.

L’avenir de l’humanité passera par les peuples occidentaux émancipés de l’idéologie et de l’action coloniales, se tenant debout, main dans la main avec les peuples autochtones de tous les continents, nos frères et sœurs, pour instaurer l’harmonie de la société des sociétés sur Terre.

RIEN DE PLUS…

JBL1960

 

Source de l’illustration ► Donde Vamos – Carte des Pensionnats pour Indiens au Canada

 

 

 

 

 

MàJ du 26/01/2019 Pour EFFONDRER le COLONIALISME à la vitesse de la chute libre…

Comme les 3 tours du WTC le 11 septembre 2001 !

Au sujet d’un 11 septembre nucléaire version PDF gratuite, réalisée par JBL1960ADDENDUM de Mai 2018

EFFONDRER LE COLONIALISME ► Maître-pilier de l’Empire pour un changement de paradigme politique & social ► Déterminer l’E.R.R.E.U.R. et comment la corriger ;

Vouloir lutter efficacement aujourd’hui contre l’empire, c’est lutter contre le fondement même de l’impérialisme occidental qui repose sur un pilier de pouvoir économique et un pilier de pouvoir idéologique étroitement impliqué l’un avec l’autre.

Attaquer ces deux piliers porteurs aura pour résultat à terme, d’effondrer l’empire. Comment ? Par la prise de conscience et le boycott physique et idéologique tout en amenant des solutions efficaces de remplacement aux institutions oligarchiques qui nous ont été imposées depuis des siècles, l’État étant le rouage essentiel de l’oppression généralisée.

Pour y parvenir, il nous apparaît tout à fait essentiel que les peuples occidentaux réfutent et refusent en bloc l’idéologie dominante qui les colonise tout autant que les peuples des nations colonisées, même si le degré d’oppression est (à peine) moindre.

Pour une réconciliation réelle avec les peuples colonisés d’hier et d’aujourd’hui, car nous avons besoin les uns des autres pour bâtir une véritable société progressiste, émancipée et libre. Il n’y a pas d’autre alternative, ni aucune solution au sein du système oligarchique coercitif, oppressif et totalement mortifère qu’on nous a imposé en nous bourrant le crâne avec la pseudo-inéluctabilité de l’affaire par une science tronquée, biaisée et falsifiée à bien des niveaux. Tout cela est bien au-delà de toute rédemption et nous devons définitivement lâcher-prise d’avec cette ignominie colonialiste qui est le pire fléau que la terre ait porté depuis des milliers d’années.

Ainsi nous voyons notre mission actuelle comme corriger l’ERREUR commise depuis bien trop longtemps :

  • Éducation : Diffuser l’information, participer activement à la résurgence de la vérité historique des évènements passés proches et lointains afin de déverrouiller les esprits
  • Réfutation : Refuser le dogme du consensus du statu quo oligarchique et savoir que l’humain peut bien mieux faire s’il utilise le potentiel énorme de son intelligence à des fins collectives et non se laisser enchaîner pour le bénéfice du petit nombre
  • Remplacement : Réfléchir au comment nous, les peuples, pourrions assumer de manière juste, équitable, responsable et pacifique, la gouvernance non coercitive de notre société humaine sur cette planète et abandonner de manière définitive et sans retour, l’ineptie criminelle capitaliste (privé ou d’état) préservé par son garde-chiourme attitré : l’État
  • Évolution : Mettre en place un système de gouvernance non coercitif à géométrie variable selon les cultures et traditions en place, sans discrimination, de manière équilibrée et juste et dont l’objectif serait essentiellement le développement d’un mode de vie harmonieux entre toutes les cultures, de manière libre et non coercitive et en harmonie également avec la nécessité de préserver notre écosystème planétaire dans son entièreté
  • Unification : Unir la race humaine sur la base du bonheur et de développement commun, abandonnant le voie du pouvoir fractionné coercitif pour une gouvernance non-coercitive, participative, non centralisée et donc libre
  • Réconciliation : Véritable pilier de soutien entre les peuples, qui verra la libération des peuples du monde de la doctrine colonialiste euro-centrique et l’ensemble des peuples s’autogouverner en adoptant et adaptant les modes de gouvernance de sociétés traditionnelles à pouvoir non coercitif ; ceci rendant les conflits impossibles par concept. Ceci ne pourra s’effectuer après qu’une véritable restitution des territoires volés ait été faite aux peuples autochtones.

Nous sommes ceux que nous attendions, considérant que l’avenir de l’humanité passera par les peuples occidentaux émancipés de l’idéologie et de l’action coloniales, se tenant debout, main dans la main avec les peuples autochtones de tous les continents, nos frères et sœurs, pour instaurer l’harmonie de la société des sociétés sur Terre.

PDF N° 38 DE 23 PAGES ► EFFONDRER LE COLONIALISME

À lire, télécharger et/ou imprimer gratuitement.

Pour retrouver les autres PDF, selon le même principe de partage et de gratuité, car tout ce qui participe du développement de l’humanité DOIT être accessible à tous et gratuitement, pas plus de « droits d’auteurs » et de « propriété intellectuelle » que de beurre en branche ► LES PDF DE JBL1960

◄|►

Parce que l’idée première et l’objectif sur lequel nous devons nous concentrer, c’est de connecter les énergies, les électrons libres pour donner l’exemple d’associations toutes aussi libres par delà l’espace et le temps…

Surtout si nous créons une chaine de diffusion de ces pépites de vérité historique qui surgissent tant bien que mal du fatras idéologique qu’est devenu la société du spectacle entretenue par les peuples eux-mêmes en acceptant par démission de leur pensée critique, les fadaises proposées par une oligarchie désormais aux abois…

Notre fonction de charnière ici est plus que jamais vitale car ces lectures nous permettent d’ouvrir des portes « entre-baillées » mais dont les gonds rouillés empêchent l’ouverture en grand.

Là encore il nous faut vaincre l’inertie de départ, comme je l’explique dans le schéma à suivre pour changer de paradigme ici :

Prise de conscience individuelle ► Prise de conscience collective ► boycott et organisation parallèle ► désobéissance civile ► réorganisation politico-sociale ► CHANGEMENT DE PARADIGME

« Il y a plein d’expériences qui nous sont volontairement cachées, parce qu’elles portent en elles les grains de la sagesse et de la réussite d’un nouveau paradigme esquissé, et mis volontairement sous le boisseau afin que nous les peuples soyons maintenu dans l’ignorance. »

Et pour que cela parle au plus de gens possible et qu’ils comprennent bien que c’est réalisable, une fois retiré notre consentement l’Empire anglo-américano-christo-sioniste s’effondrera, et gageons qu’une fois cet empire sans terre à terre, nous serons en capacité de faire tomber tous les empires…

Devenons tous des lanceurs d’alertes, des chercheurs de vérité ► Crackons les codes, faisons péter les verrous, et déconstruisons la pyramide du pouvoir pierre par pierre !

Union ► Réflexion ► Action ► Associations libres confédérées

AUX CROYANTS DE TOUS POILS & AUX COLONS DE PAPIER pour EFFONDRER LE COLONIALISME, sans arme ni haine ni violence enclenchons UN

NOUVEAU PARADIGME SANS DIEUX NI MAITRES

Remplaçons l’antagonisme à l’œuvre depuis des millénaires qui, appliqué à différents niveaux de la société empêche l’humanité d’embrasser sa tendance naturelle à la complémentarité, facteur d’unification de la diversité dans un grand Tout socio-politique organique : La société des sociétés.

JBL1960