Pour une grève générale, illimitée et expropriatrice…

Parce qu’aucun gouvernement n’est un ami  !

QUE LE POUVOIR CORROMPT & NE PLIE JAMAIS !

Oui le pouvoir tend à corrompre, et le pouvoir absolu corrompt, toujours

Et il sera question de supprimer le pouvoir, car c’est notre affaire à tous, comme d’abolir la propriété sachant qu’il y a une différence entre « possession » et « propriété » et que l’Humanité a vécu des millénaire sans propriété privée, toutes les sociétés traditionnelles au travers des continents ont toujours fonctionné sur le mode de propriété collective communale.

Résistance politique : Ville-campagne se connecter (Élisée Reclus)

À mon frère le paysan 

«Est-il vrai», m’as-tu demandé, «est-il vrai que tes camarades, les ouvriers des villes, pensent à me prendre la terre, cette douce terre que j’aime et qui me donne des épis, bien avarement, il est vrai, mais qui me les donne pourtant ? elle a nourri mon père et le père de mon père ; et mes enfants y trouveront peut-être un peu de pain. Est-il vrai que tu veux me prendre la terre, me chasser de ma cabane et de mon jardinet ? Mon arpent ne sera-t-il plus à moi ?»

Non, mon frère, ce n’est pas vrai. Puisque tu aimes le sol et que tu le cultives, c’est bien à toi qu’appartiennent les moissons. C’est toi qui fais  naître le pain, nul n’a le droit d’en manger avant toi, avant ta femme qui s’est associée à ton sort, avant l’enfant qui est né de votre union. Garde tes sillons en toute tranquillité, garde ta bêche et ta charrue pour retourner la terre durcie, garde la semence pour féconder le sol. rien n’est plus sacré que ton labeur, et mille fois maudit celui qui voudrait t’enlever le sol devenu nourricier par tes efforts !

De chacun selon ses forces, à chacun selon ses besoins…

~~~~▼~~~~

Résistance politique : quoi de neuf sur le front… national ?

La seule grève valide et efficace dont la simple perspective fait trembler l’oligarchie dans ses loques : La grève générale illimitée et expropriatrice… Tout le reste n’est que pisser dans un violon. Le but de cette grève doit être le changement radical de société pour parvenir enfin à la société des sociétés, finalité émancipatrice de l’humanité.

~ Résistance 71 ~

Le capital décide, l’État exécute

Groupe Anarchiste Salvador Ségui | 14 novembre 2017 | Source : https://salvador-segui.org/2017/11/14/16-novembre-loi-travail/ 

Si d’aucuns n’y ont pas cru pendant les élections, il est aujourd’hui plus difficile de nier que la politique de ce gouvernement est une politique de classe. De la bourgeoisie, par la bourgeoisie, pour la bourgeoisie. Depuis cet été, les mesures proposées et votées s’attaquent aux plus fragiles (hausse de la CSG et baisse des APL, facilitation des licenciements, précarisation des relations de travail) et sont favorables aux plus riches (baisse de l’ISF). De plus, la systématisation du gouvernement par ordonnance, parfaitement légale, émaille quelque peu le vernis démocratique de la République.

Non content de creuser les inégalités et d’étaler son mépris – sous le principe très paternaliste que ceux qui ont le pouvoir l’auraient acquis de par leurs qualités naturellement supérieures, ce qui leur donnerait à la fois le droit de le garder au détriment des autres, mais également le devoir de l’exercer (au détriment des autres) –, Macron se moque ouvertement de ses administrés, « qui ne sont rien », sinon « des fainéants et des cyniques », ceux qui « foutent le bordel ».

Mais ce qui est encore plus caractéristique de cette dynamique de fond, c’est l’attaque simultanée et intraitable de toutes les solidarités, sur la lancée des politiques des gouvernements précédents.

C’est l’individualisation et la mise en concurrence des carrières professionnelles et des droits des travailleurs à travers la casse du Code du travail, laissant le salarié seul dans un un rapport très inégal face à son employeur. C’est l’affaiblissement des derniers garde-fous contre la délinquance patronale (conseils de prud’hommes, DS, DP, CHSCT, etc.). C’est l’attaque financière et morale des services publics (éducation, santé, transports). C’est une vision élitiste de l’éducation, au service des intérêts capitalistes. C’est la baisse des prestations sociales et la culpabilisation de ceux qui en bénéficient, quand ce n’est pas leur suppression pure et simple. C’est la mise en péril des associations, par la baisse des financements publics et la fin des contrats aidés, alors même que l’action sociale de proximité se décharge de l’État vers les associations. C’est la remise en question du droit syndical, en réduisant les possibilités de contestation et en ne laissant la place qu’à des structures d’accompagnement. C’est l’exacerbation d’un patriotisme nationaliste et militariste.

C’est, enfin, la criminalisation des mouvements sociaux de protestation, que ce soient les grèves, les manifestations ou les dénonciations de violences policières, où des militants sont jugés et condamnés très lourdement sous des prétextes mis en scène. Par ailleurs, la récente loi « sécurité intérieure et lutte contre le terrorisme » vient appuyer la répression policière, dont les exactions jouissent au contraire d’une relative impunité.

La seule réponse que nous pouvons opposer est de renforcer nos liens, à la base, et sans attendre une aide providentielle de l’État ou du sort.

Si la confédération syndicale semble aujourd’hui l’organisation de classe la plus indiquée pour parvenir à un rapport de force susceptible de défendre les acquis sociaux et en obtenir de nouveaux, par la construction d’une grève généralisée et reconductible, encore faut-il que les syndicats se ressaisissent des principes de la charte d’Amiens : d’une part l’indépendance vis-à-vis des organisations politiques, d’autre part le double objectif d’amélioration immédiate des conditions de travail et d’ouverture à des perspectives révolutionnaires d’expropriation capitaliste et d’autogestion, sans quoi nous nous condamnerions à subir sans fin les attaques d’une classe dirigeante.

Par ailleurs, les axes et les collectifs de luttes sont multiples. La faiblesse dont ils font preuve à cause de leur éclatement, ainsi que la force dont ils font preuve malgré cet éclatement, doit nous pousser aujourd’hui à reconsidérer et confronter nos pratiques militantes pour œuvrer ensemble à la construction d’un mouvement social conséquent et cohérent, pour l’émancipation de toutes et tous.

Groupe anarchiste Salvador-Seguí

Paris, le 14 novembre 2017

~~~~▲~~~~

Ici-même depuis près de 2 ans j’alerte sur tous les tons que tout est bidon aussi bien dans le Macron que dans la votation et encore hier puisque Dame Kékel emboite le pas de notre Zupiter et se met EnMarche au pas de l’oie pour une réduction de la population mondiale… Enfin, pour nous les gueux et les gueuses, les moins que rien les Nullus ► MAKREL EnMarche vers la réduction de la population…

J’ai appelé toutes les Polices et Armées du monde à se tenir à nos côtés et CROSSES EN L’AIR pour lutter contre cette oligarchie régnante qui nous piétine ► LES 4 CAVALIERS DE L’APOCALYPSE… du pétrole…

MIEUX COMPRENDRE POUR MIEUX AGIR ;

Nous appelons à Ignorer l’État et les institutions pour créer des associations libres n’œuvrant que pour le bien commun au sein de communes autonomes qui se fédèrent.

Créons, ICI & MAINTENANT, et d’où nous sommes, une société parallèle, celle des association libres fédérées, BOYCOTTONS le système et ses institutions de manière exponentielle au nombre de gens rejoignant les associations libres…

À un moment donné, la désobéissance civile, donc la confrontation avec l’État sera inévitable, mais si les gens font tourner la société déjà localement en ignorant l’État et le système politico-économique qui nous sont imposés, l’obsolescence de ces entités ne fera que croitre et elles tomberont quasiment d’elles-mêmes ou avec un petit coup d’épaule « non-violent » !

C’est avant tout une question d’état d’esprit individuel puis collectif se confédérant par la solidarité, il faut cesser de se laisser dicter nos « différences » par l’oligarchie, cesser de la laisser organiser notre division.

La première des priorités est de comprendre que collectivement il y a bien plus de choses qui nous rassemblent que de choses qui nous divisent. La division est induite, fabriquée, et donc certainement pas inéluctable.

De là part toute action viable à notre sens et s’il n’y a pas de recettes toutes faites, il y a de grandes leçons à tirer du passé, des enseignements à tirer, également, de nos sociétés ancestrales européennes et ailleurs et c’est cela qu’on appelle adapter l’ancien au neuf !

L’émancipation du peuple, pour et par la RÉVOLUTION SOCIALE et la société des sociétés se fera par et pour le peuple de manière générale ou ne sera pas.

C’est aussi simple que cela, comme l’a défini R71 il faudra une fenêtre d’opportunité à deux éléments simultanés ;

  1. Une conjoncture politico-économique propice : le capitalisme et son système arrivant au bout du bout du banc, sans mutation possible et…
  2. Une conscience politique des peuples ne menant pas à l’insurrection, mais au tsunami de la révolution sociale qui emportera tout sur son passage…

Toute autre considération, et on le voit bien aujourd’hui, c’est comme pisser dans un violon…

NOUVEAU PARADIGME SANS DIEUX NI MAITRES SANS ARMES NI HAINE NI VIOLENCE

Remplaçons l’antagonisme à l’œuvre depuis des millénaires qui, appliqué à différents niveaux de la société empêche l’humanité d’embrasser sa tendance naturelle à la complémentarité, facteur d’unification de la diversité dans un grand Tout socio-politique organique : La société des sociétés.

JBL1960

Lectures connexes en version PDF ;

N° 11 – Erich Müscham – Résistance politique : La liberté de chacun par la liberté de tous !

N° 14 – Petit précis R71Petit précis sur la société, l’état, la désobéissance civile et la commune volontaire autogérée ; solutions au marasme systémique actuel« et ce texte est toujours d’une grande actualité aujourd’hui parce que rien n’a vraiment été fait pour mettre en place de véritables solutions à la fange oligarchique impérialiste étatique qui continue à piller et génocider le monde en long, en large et en travers.

N° 17 – LES AMIS DU PEUPLE DE LA VÉRITABLE RÉVOLUTION : Marat, Varlet, Roux, Kropotkine et la France des sections communales

N° 19 – LETTRE AUX OUVRIERS D’EUROPE DE L’OUEST – texte de Pierre Kropotkine traduit pour la 1ère fois de l’anglais au français par R71

N° 30 – EXEMPLE DE CHARTE CONFÉDÉRALEMichel Bakounine. « Un exemple d’alternative pour nous gérer sans État ni institutions coercitives obsolètes… Juste un exemple. »

N° 32 – Pensée et Pratique Anarchistes avec Errico Malatesta – L’anarchisme de la théorie à la pratique

N° 36 – L’Anarchie pour la jeunesse (de 7 à 77 ans…)

MANIFESTE POUR LA SOCIÉTÉ DES SOCIÉTÉSManifeste politique de Résistance71

À lire, télécharger et/ou imprimer gratuitement car tout ce qui participe du développement de l’humanité DOIT être accessible à tous et gratuitement, pas plus de « droits d’auteurs » et de « propriété intellectuelle » que de beurre en branche…

Et parce que je ne peux pas tout mettre, n’hésitez pas à consulter les autres PDF il y en a 39 en tout et je n’ai pas encore dit mon dernier mot !

Jo Busta Lally

Source de l’illustration de ce billetCitations Célèbres

 

Publicités

13 réflexions sur « Pour une grève générale, illimitée et expropriatrice… »

  1. http://www.charentelibre.fr/2017/11/15/4e-greve-et-manifestation-anti-macron-jeudi,3164315.php

    C’est la quatrième fois que des syndicats se mobilisent contre «la casse sociale de Macron». Trois manifs sont prévues ce jeudi.

    13 septembre, 10 et 21 octobre. Depuis la rentrée scolaire, trois manifestations et grèves ont déjà mobilisé plusieurs syndicats, militants et citoyens. Un mouvement dirigé contre «la casse sociale de Macron» qui a essuyé un certain essoufflement, si l’on s’en tient aux chiffres de manifestants, mais qui ne s’éteint pas.
    =*=
    Parce que ça lui en touche une sans faire bouger l’autre…

    J'aime

  2. Un autre historien, mais pas des moindres, Antony Sutton, PDF N° 27/28/29 introduits par ce billet de blog ► https://jbl1960blog.wordpress.com/2017/04/23/pr-antony-c-sutton-en-francais-par-resistance71-versions-pdf-par-jbl1960/

    “Ce que l’histoire révisionniste nous enseigne est que notre inertie de citoyens a abandonné le pouvoir politique à une élite et a coûté au monde environ 200 millions de vies humaines entre 1820 et 1975. Ajoutons à cela la misère non dite des camps de concentration, des prisonniers politiques, de l’oppression et de l’élimination de ceux qui essaient de faire parvenir la vérité en pleine lumière… Arrêtons le cercle infernal du pillage et des récompenses immorales et les structures élitistes s’effondreront. Mais pas avant que la majorité d’entre nous trouve le courage moral et la force intérieure de rejeter le jeu frauduleux qu’on nous fait jouer et de le remplacer par les associations volontaires ou des sociétés décentralisées, ne s’arrêteront le pillage et le massacre.”

    Antony Sutton, historien, et professeur de sciences politiques, Stanford U, 1977

    J'aime

      1. Oui, je te comprends, mais les consciences s’éveillent qd même, doucement.
        Certes, l’oligarchie s’adapte et passe la surmultipliée.
        Raison de plus pour affuter notre réflexion et remplacer l’antagonisme à à l’œuvre depuis des millénaires qui, appliqué à différents niveaux de la société empêche l’humanité d’embrasser sa tendance naturelle à la complémentarité, facteur d’unification de la diversité dans un grand Tout socio-politique organique : La société des sociétés.
        Et de sauter le pas, je suis certaine que nous saurons nous reconnaitre sans s’être jamais vu guidés par nos petites flammes intérieures…

        Aimé par 1 personne

      2. Zénon dans son texte « Burn-out » Ou la fin annoncée de la lutte des classes avait déjà, clairement, appelé à une grève générale, illimitée et expropriatrice ;

        La grève du vote n’est que d’une portée symbolique, puisque les politiciens sont capables de s’auto-élire. Mais elle est une première étape nécessaire : celle de leur adresser, ainsi qu’au reste de la population, le message clair que nous refusons de cautionner les forfaits commis en notre nom.
        La grève du travail n’a d’avenir et d’impact possible que tant que celui-ci conditionne la survie du système.
        la grève de l’impôt, et nos élus ont de toute façon prévenu l’occurrence par le prélèvement à la source… Mais rien n’interdit d’assumer la conséquence de celle du travail en échappant légalement à toute taxation par absence de revenu.

        Ce texte en intégralité ici ► https://jbl1960blog.wordpress.com/2017/01/21/avec-zenon-jusque-dans-les-etoiles/
        Et en version PDF réalisé par mes soins ► https://jbl1960blog.files.wordpress.com/2016/11/burnoutzenon21012017.pdf

        Je fais partie de la dernière catégorie, je suis totalement invisible, puisque sans aucun revenu…
        C’est pourquoi lorsqu’on me taxe de bourgeoise-anarchiste, je me marre…
        Ou de brave pré-retraitée qui ne sait rien faire d’autre que quelques malheureux PDF incapable de penser par elle-même…
        Je me gausse…
        Jo

        J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s