POUVOIR NATUREL par MNN traduction R71 complété par JBL

Dans l’esprit de Russell Means ;

“Dans la loi naturelle, chaque chose est à sa place, où est le mal ? Il n’y a pas de mal dans la nature. Vivre en suivant la loi naturelle, nous percevons les choses pleinement au travers de nos sens, nous développons une pleine et riche appréciation du monde réel qui nous entoure, pour ce que nous expérimentons quotidiennement dans nos vie… Pour la réalité.”

Russell Means

Introduction à la philosophie et la pensée amérindiennes à partir de larges extraits de traductions par R71 de son livre testament « Si vous avez oublié les noms des nuages alors vous avez perdu votre chemin »  de 2012 en version PDF {N° 5} de 19 pages ► INTRODUCTION à la philosophie et la pensée amérindiennes ;

Résistance au colonialisme : Pouvoir naturel et société organique… (Mohawk Nation News)

Pouvoir naturel

Mohawk Nation News | 14 septembre 2017 | URL de l’article original en anglais ► http://mohawknationnews.com/blog/2017/09/14/natural-power/

Traduit de l’anglais par Résistance 71 ► URL de l’article ► https://resistance71.wordpress.com/2017/09/16/resistance-au-colonialisme-pouvoir-naturel-et-societe-organique-mohawk-nation-news/

Notre famille est les plantes, la terre, les animaux, les eaux et tout ce qu’il y a dans l’air. Nous ne pouvons pas tuer ou blesser l’un d’entre eux. Nous devons éviter et essayer d’arrêter tout ce qui tue la véritable vie naturelle.

Au début, nous avons essayé d’adopter les envahisseurs pour qu’ils vivent comme nous. Mais ils ne purent pas car ils amenèrent des filets, des pièges et des poisons pour tuer toute vie sur l’île de la Grande Tortue.

Pour les colons nous ne sommes que poussière. Notre esprit ne peut être camouflé ni capturé. Nous apparaissons hors de la poussière, ils nous regardent mais ne nous voient pas. Puis nous disparaissons et retournons vers notre famille.

La Nature/création nous a placé au sein de nos territoires. Les envahisseurs ont inventé des histoires à notre sujet et les ont transformées en histoires à dormir debout.

Les gens, les animaux et le paysage, la terre, sont inséparables. Tous suivent le cheminement des nuages. Nous portons en nous-mêmes nos véritables histoires.

Pour survivre, nous envoyons nos enfants. Ils vont et viennent à une fréquence que personne sauf nous peut entendre. Les immigrants qui occupent leurs cellules nous regardent au travers de leurs barreaux, en essayant constamment de nous attirer dans leurs prisons [leur société]. Nous nous approchons d’eux, les observons et retournons dans notre monde. Notre pouvoir naturel est la Nature elle-même.

Nous envoyons des messages aux êtres non-naturels pour les aider à enlever les barreaux autour de leur société. Nous tirons sur leurs cordes. Pour survivre et échapper à la colère des occupants anti-naturels, nous nous confondons dans l’environnement et nous réapparaissons. Ils font des statues de ciment et de marbre pour se rappeler de leurs mensonges à leur et notre sujets.

Nous évaluons constamment les situations pour voir s’ils adhèrent au pouvoir naturel. Certains d’entre nous les imitent. La plupart ne sont pas empoisonnés [à leur contact]. Nous remettons tout en cause. Nos esprits n’auront jamais les caractéristiques de ces esprits anti-naturels qui ressemblent à l’esprit du mouton.

Nous survivrons en tant que partie intégrante de notre véritable famille naturelle. Le monde moderne et artificiel continue d’essayer de tuer nos modes de vies anciens. Ils nous attaquent volontairement. Nous vivons sur nos territoires. Nous les patrouillons. Nos relations avec nos frères ailés, à quatre pattes, les arbres, les plantes, dépendent de nous pour suivre les instructions originelles. Nous survivrons et coexisterons sur notre terre-mère en tant que frères et sœurs.

Nous revenons sans cesse afin de nous rappeler que nous ne voulons rien avoir à faire avec leur veulerie et leur malfaisance*.

*Introduction à la Grande Loi de la Paix ou la Constitution de la Confédération Iroquoise du 12ème siècle en version PDF {N° 21} de 27 pages ► Kaia’nere:kowa.

Dans les temps de Trumperie universelle, chercher et dire la vérité devient un acte révolutionnaire…

Comme toujours plus nombreux nous pensons qu’il n’y a pas de SOLUTIONS au sein du système, qu’il n’y en a jamais eu, et qu’il n’y en aura jamais, qu’il est nécessaire de s’éveiller par une :

Prise de conscience individuelle ► prise de conscience collective ► boycott et organisation parallèle ► désobéissance civile ► réorganisation politico-sociale ► changement de paradigme

Et que nous avons absolument le choix et le droit d’ignorer l’État et ses institutions obsolètes et c’est pourquoi nous appelons toutes celles et tous ceux, et en n’excluant personne, qui se retrouveraient dans cette idée force pour : Ignorer le Système, l’État, et ses Institutions coercitives ► Créer les bases solidaires de la Société des sociétés organique ► Réfléchir et agir en une praxis commune ► Adapter le meilleur du meilleur de l’ANCIEN au monde d’aujourd’hui…

L’avenir de l’humanité passe par les peuples occidentaux émancipés de l’idéologie et de l’action coloniales se tenant debout et main dans la main avec les peuples autochtones de tous les continents pour instaurer l’harmonie de la société des sociétés sur Terre… Mère comme disent les Natifs.

JBL1960

Lecture connexes ;

Système du monde – Considérations sur la loi naturelle

Michel Bakounine (1870)

 

Vision politique… Quelques considérations sur la loi naturelle (Michel Bakounine)

Système du monde – Considérations sur la loi naturelle

“Voici quelle est la nature du Tao

Il est vague, il est confus.

Qu’il est confus, qu’il est vague !

Au dedans de lui il y a des images

Qu’il est vague, qu’il est confus !

Au dedans de lui, il y a des êtres

Qu’il est profond, qu’il est obscur !

[…]

Le sage n’accumule pas les richesses

Plus il emploie sa vertu dans l’intérêt des Hommes

Et plus elle augmente.

Plus il donne aux Hommes et plus il s’enrichit.

Telle est la voie du Tao qu’il est utile aux êtres et ne leur nuit point.

Telle est la voie du sage, qu’il agit et ne dispute point.”

~ Lao Tseu, Tao Te King ~

L’illustration : Lac Alice Idaho, île de la Grande TortuePinterest

 

Le droit d’ignorer l’État par Herbert Spencer en 1850

RÉSISTANCE POLITIQUE : Le droit d’ignorer l’État

Résistance71 nous rappelle opportunément un extrait de l’œuvre phare d’Herbert Spencer « Le droit d’ignorer l’État »  en 1850 en précisant ceci : Il est très intéressant de noter que l’auteur de ce texte, Herbert Spencer,  allait devenir moins de 20 ans plus tard un des piliers du darwinisme-social, théorie de la justification oligarchique et fut à l’origine de l’expression de la « survie du plus fort » dans son ouvrage publié en 1864 : « Principes de biologie ». En 1850, sa vision était pour le moins anarchisante. Renier ce qu’on a dit n’est pas le réfuter ni l’invalider… C’est pourquoi ce texte résonne toujours juste aujourd’hui.

D’autant qu’il faut préciser que c’est bien Spencer qui le premier a employé le terme d’évolution au sens moderne, et non Darwin qui ne l’emploie quasiment jamais. Bien que Spencer ne croit pas à la sélection naturelle. En revendiquant la paternité de la doctrine de l’évolution en général, et de l’évolution organique en particulier, Spencer lui assigne pour cause générale « l’adaptation aux conditions ». Bref, même sur le point précis de la cause et du comment de l’évolution, Spencer n’est pas darwinien.  Source ► Herbert Spencer, Le principe de l’évolution, 1895 ► https://sniadecki.wordpress.com/2016/08/23/spencer-evolution/

C’est bien pourquoi l’analyse de Spencer sur le droit d’ignorer l’État est fort juste. Et pour prolonger et compléter cette analyse, on peut lire l’essai de Pierre Kropotkine “L’anarchisme et la science moderne” que R71 a traduit par de larges extraits que j’ai réunifié dans un PDF {N° 13}  de 16 pages « Sciences, État & SociétéAnalyses & Solutions pour un marasme annoncé » car Kropotkine est considéré comme un des « pères » de la sociobiologie, surtout pour sa critique fondée et constructive des dogmes pseudo-scientifiques du darwinisme-social colportés par des gens comme Herbert Spencer et Thomas Huxley.

Le droit d’ignorer l’État

URL de l’article R71 ► https://resistance71.wordpress.com/2017/09/14/resistance-politique-le-droit-dignorer-letat/

Herbert Spencer (1850)

Publié en français dans la “Brochure Mensuelle”, Octobre 1923

I

Comme corollaire à la proposition que toutes les institutions doivent être subordonnées à la loi d’égale liberté, nous devons nécessairement admettre le droit du citoyen d’adopter volontairement la condition de hors-la-loi. Si tout homme a la liberté de faire tout ce qu’il veut, pourvu qu’il n’enfreigne pas la liberté égale de quelque autre homme, alors il est libre de rompre tout rapport avec l’État, — de renoncer à sa protection et de refuser de payer pour son soutien. Il est évident qu’en agissant ainsi il n’empiète en aucune manière sur la liberté des autres, car son attitude est passive, et tant qu’elle reste telle il ne peut devenir un agresseur. Il est également évident qu’il ne peut être contraint de continuer à faire partie d’une communauté politique sans une violation de la loi morale, puisque la qualité de citoyen entraîne le paiement de taxes et que la saisie des biens d’un homme contre sa volonté est une infraction à ses droits. Le gouvernement étant simplement un agent employé en commun par un certain nombre d’individus pour leur assurer des avantages déterminés, la nature même du rapport implique qu’il appartient à chacun de dire s’il veut ou non employer un tel agent. Si l’un d’entre eux décide d’ignorer cette confédération de sûreté mutuelle, il n’y a rien à dire, excepté qu’il perd tout droit à ses bons offices et s’expose au danger de mauvais traitements, — une chose qui lui est tout à fait loisible de faire s’il s’en accommode. Il ne peut être maintenu de force dans une combinaison politique sans une violation de la loi d’égale liberté ; il peut s’en retirer sans commettre aucune violation de ce genre ; et il a, par conséquent, de droit de se retirer ainsi.

II

« Nulle loi humaine n’est d’aucune validité si elle est contraire à la loi de la nature, et telles d’entre les lois humaines qui sont valides tirent toute leur force et toute leur autorité, médiatement et immédiatement, de cet original. » Ainsi écrit Blackstone[1], dont c’est l’honneur d’avoir à ce point dépassé les idées de son temps, — et, vraiment, nous pouvons dire de notre temps. Un bon antidote, cela, contre ces superstitions politiques qui prévalent si largement. Un bon frein au sentiment d’adoration du pouvoir qui nous égare encore en nous conduisant à exagérer les prérogatives des gouvernements constitutionnels, comme jadis celles des monarques. Que les hommes sachent qu’une puissance législative n’est pas « notre Dieu sur la terre », quoique, par l’autorité qu’ils lui attribuent et par les choses qu’ils attendent d’elle, il semblerait qu’il l’imaginassent ainsi. Mieux, qu’ils sachent que c’est une institution servant à des fins purement temporaires, et dont le pouvoir, quand il n’est pas volé, est, tout au moins, emprunté.

Qui plus est, en vérité, n’avons-nous pas vu que le gouvernement est essentiellement immoral ? N’est-il pas la postérité du mal, portant autour d’elle toutes les marques de son origine ? N’existe-t-il pas parce que le crime existe ? N’est-il pas fort, ou, comme nous disons, despotique, quand le crime est grand ? N’y a-t-il pas plus de liberté — c’est-à-dire moins de gouvernement — à mesure que le crime diminue ? Et le gouvernement ne doit-il pas cesser quand le crime cesse, par le manque même d’objets sur lesquels accomplir sa fonction ? Non seulement le pouvoir des maîtres existe à cause du mal, mais il existe parle mal. La violence est employée pour le maintenir et toute violence entraîne criminalité. Soldats, policiers et geôliers, épée, bâtons et chaînes sont des instruments pour infliger de la peine, et toute infliction de peine est, par essence, injuste. L’État emploie les armes du mal pour subjuguer le mal et est contaminé également par les objets sur lesquels il agit et par les moyens à l’aide desquels il opère. La moralité ne peut le reconnaître, car la moralité, étant simplement une expression de la loi parfaite, ne peut donner nul appui à aucune chose croissant hors de cette loi et ne subsistant que par les violations qu’elle en fait. C’est pourquoi l’autorité législative ne peut jamais être morale, — doit toujours être seulement conventionnelle.

Il y a, pour cette raison, une certaine inconséquence dans l’essai de déterminer la position, la structure et la conduite justes d’un gouvernement par appel aux premiers principes de l’équité. Car, comme il vient d’être démontré, les actes d’une institution qui est imparfaite, à la fois par nature et par origine, ne peuvent être faits pour s’accorder avec la loi parfaite. Tout ce que nous pouvons faire est d’établir : premièrement, dans quelle attitude une puissance législative doit demeurer à l’égard de la communauté pour éviter d’être, par sa seule existence, l’injustice personnifiée ; deuxièmement, de quelle manière elle doit être constituée afin de se montrer le moins possible en opposition avec la loi morale ; et, troisièmement, à quelle sphère ses actions doivent être limitées pour l’empêcher de multiplier ces violations de l’équité pour la prévention desquelles elle est instituée.

La première condition à laquelle on doit se conformer avant qu’une puissance législative puisse être établie sans violer la loi d’égale liberté est la reconnaissance du droit maintenant en discussion, — le droit d’ignorer l’État.

III

Les partisans du pur despotisme peuvent parfaitement s’imaginer que le contrôle de l’État doit être illimité et inconditionnel. Ceux qui affirment que les hommes sont faits pour les gouvernements sont qualifiés pour soutenir logiquement que nul ne peut se placer au delà des bornes de l’organisation politique. Mais ceux qui soutiennent que le peuple est la seule source légitime de pouvoir, — que l’autorité législative n’est pas originale, mais déléguée, — ceux-là ne sauraient nier le droit d’ignorer l’État sans s’enfermer dans une absurdité.

Car, si l’autorité législative est déléguée, il s’ensuit que ceux de qui elle procède sont les maîtres de ceux à qui elle est conférée ; il s’ensuit, en outre, que comme maîtres ils confèrent ladite autorité volontairement ; et cela implique qu’ils peuvent la donner ou la retenir comme il leur plaît. Qualifier de délégué ce qui est arraché aux hommes, qu’ils le veuillent ou non, est une absurdité. Mais ce qui est vrai ici de tous collectivement est également vrai de chacun en particulier. De même qu’un gouvernement ne peut justement agir pour le peuple que lorsqu’il y est autorisé par lui, de même il ne peut justement agir pour l’individu que lorsqu’il y est autorisé par lui. Si A, B et C délibèrent, s’ils doivent employer un agent à l’effet d’accomplir pour eux un certain service, et si, tandis que A et B conviennent de la faire, C est d’un avis contraire, C ne peut être équitablement considéré comme partie à la convention en dépit de lui-même. Et cela doit être également vrai de trente comme de trois ; et si de trente, pourquoi pas de trois cents, ou trois mille, ou trois millions ?

IV

Des superstitions politiques auxquelles il a été fait allusion précédemment, aucune n’est aussi universellement répandue que l’idée selon laquelle les majorités seraient toutes-puissantes. Sous l’impression que le maintien de l’ordre exigera toujours que le pouvoir soit dans la main de quelque parti, le sens moral de notre temps juge qu’un tel pouvoir ne peut être convenablement conféré à personne sinon à la plus grande moitié de la société. Il interprète littéralement le diction : « La voix du peuple est la voix de Dieu », et transférant à l’un la sainteté attachée à l’autre, il conclut que la volonté du peuple — c’est-à-dire de la majorité — est sans appel. Cependant, cette croyance est entièrement fausse.

Supposez un instant que, frappée de quelque panique malthusienne, une puissance législative représentant dûment l’opinion publique projetât d’ordonner que tous le enfants à naître durant les dix années futures soient noyés. Personne pense-t-il qu’un tel acte législatif serait défendable ? Sinon, il y a évidemment une limite au pouvoir d’une majorité. Supposez encore que deux races vivant ensemble — Celtes et Saxons, par exemple, — le plus nombreuse décidât de faire des individus de l’autre race ses esclaves. L’autorité du plus grand nombre, en un tel cas, serait-elle valide ? sinon, il y a quelque chose à quoi son autorité doit être subordonnée. Supposez, une fois encore, que tous les hommes ayant un revenu annuel de mois de 50 livres sterling résolussent de réduire à ce chiffre tous les revenus que le dépassent et d’affecter l’excédent à des usages publics. Leur résolution pourrait-elle être justifiée ? Sinon, il doit être une troisième fois reconnu qu’il est une loi à laquelle la voix populaire doit déférer. Qu’est-ce donc que cette loi, sinon la loi de la pure équité, — la loi d’égale liberté ? Ces limitations, que tous voudraient mettre à la volonté de la majorité, sont exactement le droit d’une majorité d’assassiner, d’asservir et de voler, simplement parce que l’assassinat, l’asservissement et le vol sont des violations de cette loi, — violations trop flagrantes pour être négligées. Mais si de grandes violations de cette loi sont iniques, de plus petites le sont aussi. Si la volonté du grand nombre ne peut annuler le premier principe de moralité en ces cas-là, non plus elle ne le peut en aucun autre. De sorte que, quelque insignifiante que soit la minorité et minime la transgression de ses droits qu’on se propose d’accomplir, aucune transgression de ce genre ne peut être permise.

Quand nous aurons rendu notre constitution purement démocratique, pense en lui-même l’ardent réformateur, nous aurons mis le gouvernement en harmonie avec la justice absolue. Une telle foi, quoique peut-être nécessaire pour l’époque, est très erronée. En aucune manière, la coercition ne peut être rendue équitable. La forme de gouvernement la plus libre n’est que celle qui soulève le moins d’objections. La domination du grand nombre par le petit nombre, nous l’appelons tyrannie : la domination du petit nombre par le grand nombre est tyrannie aussi, mais d’une nature moins intense. « Vous ferez comme nous voulons, et non comme vous voulez » est la déclaration faite dans l’un et l’autre cas ; et si cent individus la font à quatre-vingt-dix-neuf, au lieu de quatre-vingt-dix-neuf aux cent, c’est seulement d’une fraction moins immoral. De deux semblables partis, celui, quel qu’il soit, qui fait cette déclaration et en impose l’accomplissement, viole nécessairement la loi d’égale liberté, la seule différence étant que par l’un elle est violée dans la personne que quatre-vint-dix-neuf individus, tandis que par l’autre elle est violée dans la personne de cent. Et le mérite de la forme démocratique du gouvernement consiste uniquement en ceci, — qu’elle offense le plus petit nombre.

L’existence même de majorités et de minorités est l’indice d’un état immoral. Nous avons vu que l’homme dont le caractère s’harmonise avec la loi morale peut obtenir le bonheur complet sans amoindrir le bonheur de ses semblables. Mais l’établissement d’arrangements publics par le vote implique une société composée d’hommes autrement constitués, — implique que les désirs de certains ne peuvent être satisfaits sans sacrifier les désirs des autres, — implique que dans la poursuite de son bonheur la majorité inflige une certaine somme de malheur à la minorité, — implique, par conséquent, l’immoralité organique. Ainsi, à un autre point de vue, nous découvrons de nouveau que même dans sa forme la plus équitable il est impossible au gouvernement de se dissocier du mal ; et, en outre, que, à moins que le droit d’ignorer l’État ne soit reconnu, ses actes doivent être essentiellement criminels.

V

Qu’un homme est libre de renoncer aux bénéfices de la qualité de citoyen et d’en rejeter les charges peut, en vérité, être inféré des admissions d’autorités existantes et de l’opinion actuelle. Quoique probablement non préparés à une doctrine aussi avancée que celle ici soutenue, les radicaux d’aujourd’hui, encore qu’à leur insu, professent leur foi en une maxime qui donne manifestement un corps à cette doctrine. Ne les entendons-nous pas continuellement citer l’assertion de Blackstone selon laquelle « Nul sujet anglais ne peut être contraint à payer des aides et des taxes, même pour la défense du royaume ou le soutien du gouvernement, sauf celles qui lui sont imposées par son propre consentement ou par celui de son représentant au Parlement » ? Et qu’est-ce que cela signifie ? Cela signifie, disent-ils, que tout homme devrait posséder le droit de vote. Sans aucun doute ; mais cela signifie bien davantage. S’il y a quelque sens dans les mots, c’est une énonciation précise du droit même pour lequel nous combattons à présent. En affirmant qu’un homme ne peut être taxé à moins qu’il n’ait, directement ou indirectement, donné son consentement, on affirme aussi qu’il peut refuser d’être ainsi taxé ; et refuser d’être taxé, c’est rompre toute connexion avec l’État. On dira peut-être que ce consentement n’est pas spécifique, mais général, et que le citoyen est sous-entendu avoir acquiescé à toute chose que son représentant puisse faire, quand il vota pour lui. Mais supposez qu’il n’ait pas voté pour lui et qu’au contraire il ait fait tout en son pouvoir pour élire quelqu’un soutenant des idées opposées — quoi alors ? La réplique sera probablement qu’en prenant part à une semblable élection, il convenait tacitement de s’en tenir à la décision de la majorité. Et comment s’il n’a pas voté du tout ? Mais alors il ne peut à bon droit se plaindre d’aucune taxe, puisqu’il n’éleva aucune protestation contre son imposition ! Ainsi, assez curieusement, il paraît qu’il donnait son consentement de quelque manière qu’il agît, — soit qu’il dît : « Oui », qu’il dît : « Non » ou qu’il restât neutre ! Une doctrine plutôt embarrassante, celle-là ! Voilà un infortuné citoyen à qui il est demandé s’il veut payer pour un certain avantage proposé ; et, qu’il emploie le seul moyen d’exprimer son refus ou qu’il ne l’emploie pas, il nous est fait savoir que pratiquement il y consent, si seulement le nombre des autres qui y consentent est plus grand que le nombre de ceux qui s’y refusent. Et ainsi nous sommes amenés à l’étrange principe que le consentement de A à une chose n’est pas déterminé par ce que A dit, mais par ce que B peut arriver à dire !

C’est à ceux qui citent Blackstone de choisir entre cette absurdité et la doctrine exposée plus haut. Ou sa maxime implique de droit d’ignorer l’État ou elle est pure sottise.

VI

Il y a une singulière hétérogénéité dans nos fois politiques. Des systèmes qui furent à la mode et çà et là commencèrent à laisser passer le jour sont rapiécés de fond en comble avec des idées modernes dissemblables en qualité et en couleur ; et les hommes, gravement, déploient ces systèmes, s’en revêtent et se promènent en paradant à la ronde, tout à fait inconscients de leur grotesque. Notre présent état de transition, participant comme il le fait, également du passé et du futur, donne naissance à des théories hybrides où se manifeste l’assemblage le plus disparate du despotisme passé et de la liberté future. Voici des types de l’ancienne organisation curieusement déguisés sous les germes de la nouvelle — des particularités montrant l’adaptation à un état antécédent modifié par des rudiments qui prophétisent quelque chose à venir — faisant tous ensemble un mélange si chaotique de parentés que rien n’indique à quelle classe ces enfants du siècle devraient être rattachés.

Comme les idées doivent nécessairement porter l’empreinte du temps, il est inutile de déplorer le consentement avec lequel ces absurdes croyances sont soutenues. D’ailleurs, il semblerait regrettable que les hommes ne continuassent pas jusqu’à la fin les enchaînements de raisonnements qui ont mené à ces modifications partielles. Dans le cas présent, par exemple, la logique les forcerait à admettre que, sur d’autres points à côté de celui qui vient d’être examiné, ils soutiennent des opinions et emploient des arguments dans lesquels le droit d’ignorer l’État est contenu.

Car, quelle est la signification du non-conformisme ? Il fut un temps où la foi religieuse d’un homme et son mode de culte étaient déterminables par la loi à l’égal de ses actes séculiers ; et, conformément à certaines dispositions existant dans nos lois, il en est encore ainsi. Cependant, grâce à la croissance d’un esprit protestant, nous sommes parvenus à ignorer l’État en cette matière, — entièrement en théorie et partiellement en pratique. Mais de quelle manière ? En adoptant une attitude qui, pourvu qu’elle soit maintenue en conformité avec son principe, implique un droit d’ignorer l’État entièrement. Observez l’attitude des deux partis. « Ceci est votre credo », dit le législateur, « vous devez croire et professer ouvertement ce qui est fixé ici pour vous. » — « Je ne ferai rien de la sorte », répond le non-conformiste, « j’irai plutôt en prison ».

— « Vos actes religieux », poursuit le législateur, « seront tels que nous les avons prescrits. Vous irez aux églises que nous avons fondées et vous adopterez les cérémonies qui y seront célébrées ». — « Rien ne m’induira à faire ainsi », est la réplique ; « je nie absolument votre pouvoir de me dicter quoi que ce soit en pareille matière et me propose de résister jusqu’à la dernière extrémité ». — « Enfin », ajoute le législateur, « nous vous requerrons de payer telles sommes d’argent que nous pourrons juger à propos de demander pour le soutien de ces institutions religieuses ». — « Vous ne tirerez pas un liard de moi », se récrie notre obstiné indépendant ; « même si je croyais dans les dogmes de votre Église (ce que je ne fais pas), je me rebellerais encore contre votre intervention, et si vous prenez ce que je possède, ce sera par la force et malgré ma protestation ».

Or, à quoi se réduit cette manière d’agir quand elle est considérée dans l’abstrait ? Elle se réduit à une affirmation par l’individu du droit d’exercer une de ses facultés — le sentiment religieux — en toute liberté et sans aucune limite autre que celle assignée par le droit égal d’autrui. Et que signifie l’expression : « Ignorer l’État » ? Simplement une affirmation du droit d’exercer de la même manière toutes les facultés. L’un est exactement une continuation de l’autre, — repose sur le même fondement que l’autre, — doit tenir ou tomber avec l’autre. De bonne foi, les hommes parlent de la liberté civile et de la liberté religieuse comme de choses différentes ; mais la distinction est tout à fait arbitraire. Elles sont parties d’un même tout et philosophiquement ne peuvent être séparées.

« Si, elles le peuvent », interpose un objecteur, « l’affirmation de l’une est impérative comme étant un devoir religieux. La liberté d’honorer Dieu de la manière qui lui semble convenable est une liberté sans laquelle un homme ne peut accomplir ce qu’il croit être des commandements divins, et, en conséquence sa conscience exige de lui qu’il la défende. » Fort bien ; mais comment si la même chose peut être affirmée de toute autre liberté ? Comment si la défense de celle-ci se transforme aussi en une matière de conscience ? N’avons-nous pas vu que le bonheur humain est la volonté divine, — que ce bonheur ne peut être obtenu que par l’exercice de nos facultés — et qu’il est impossible de les exercer sans la liberté ? Et si cette liberté pour l’exercice des facultés est une condition sans laquelle la volonté divine ne peut être accomplie, sa défense est, suivant la propre démonstration de notre objecteur, un devoir. En d’autres termes, il est manifeste, non seulement que la défense de la liberté d’action peut être un point de conscience, mais encore qu’elle doit en être un. Et ainsi nous voyons clairement que le droit d’ignorer l’État en matière religieuse et le droit d’ignorer l’État en matière séculière sont par essence identiques.

L’autre raison communément assignée à la non-conformité admet un traitement similaire. Outre qu’il résiste à la prescription de l’État par principe, le dissident y résiste par désapprobation de la doctrine enseignée. Aucune injonction législative ne lui fera adopter ce qu’il considère comme une croyance fausse ; et, se souvenant de son devoir envers ses semblables, il refuse d’aider, au moyen de sa bourse, à disséminer cette croyance fausse. L’attitude est parfaitement compréhensible. Mais c’est une attitude qui, ou conduit aussi ses adhérents à la non-conformité civile, ou les laisse dans un dilemme. Car pourquoi refusent-ils de contribuer à propager l’erreur ? Parce que l’erreur est contraire au bonheur humain. Et pour quel motif désapprouve-t-on une partie quelconque de la législation civile ? Pour la même raison, — parce qu’on la juge contraire au bonheur humain. Comment alors pourrait-il être démontré qu’on doit résister à l’État dans un cas et non dans l’autre ? Personne affirmera-t-il délibérément que, si un gouvernement nous demande de l’argent pour aider à enseigner ce que nous pensons devoir produire le mal, nous devons le lui refuser, mais que, si l’argent est destiné à faire ce que nous pensons devoir produire le mal, nous ne devons pas le lui refuser ? Telle est, cependant, l’encourageante proposition qu’ont à soutenir ceux qui reconnaissent le droit d’ignorer l’État en matière religieuse, mais le nient en matière civile.

VII

La substance de ce chapitre nous rappelle une fois de plus l’incompatibilité existant entre une loi parfaite et un État imparfait. La praticabilité du principe ici posé varie en raison directe avec la moralité sociale. Dans une communauté entièrement vicieuse, son admission engendrerait le désordre. Dans une communauté complètement vertueuse, son admission sera à la fois inoffensive et inévitable. Le progrès vers une condition de santé sociale — c’est-à-dire une condition où il n’y aura plus besoin des mesures curatives de la législation — est le progrès vers une condition où ces mesures curatives seront rejetées et où l’autorité qui les prescrit sera méprisée. Les deux changements seront nécessairement coordonnés. Ce sens moral sont la suprématie rendra la société harmonieuse et le gouvernement inutile est le même sens moral qui alors portera chaque homme à affirmer sa liberté, même au point d’ignorer l’État, — est le même sens moral qui, en détournant la majorité de contraire la minorité, rendra finalement le gouvernement impossible. Et comme les manifestations simplement différentes d’un même sentiment doivent montrer un rapport constant de l’une à l’autre, la tendance à répudier les gouvernements augmentera seulement dans la même mesure où les gouvernements deviendront inutiles.

Que personne ne soit donc alarmé à la divulgation de la doctrine qui précède. De nombreux changements se succéderont encore avant qu’elle puisse commencer à exercer beaucoup d’influence. Un grand laps de temps s’écoulera probablement avant que le droit d’ignorer l’État soit généralement admis, même en théorie. Plus de temps encore se passera avant qu’il reçoive la reconnaissance législative. Et même alors, il y aura abondance de freins à son exercice prématuré. Une âpre épreuve instruira suffisamment ceux qui seraient susceptibles d’abandonner trop tôt la protection légale. Cependant, il y a dans la majorité des hommes un tel amour des arrangements établis et une si grande terreur des expériences que, vraisemblablement, ils s’abstiendront d’user de ce droit jusqu’à longtemps après qu’il sera sans danger de le faire.

À l’opposé de l’essai que Kropotkine écrira en 1902, durant son exil à Londres  « L’entraide un facteur de l’évolution »  ► https://www.fichier-pdf.fr/2013/12/05/petr-kropotkine-l-entr-aide-un-facteur-de-l-evolution/

La philosophie de Spencer est un effort pour justifier les théories politiques et sociales du libéralisme radical, qu’il tenait de son milieu familial, au moyen de principes empruntés d’une part à la philosophie romantique allemande, d’autre part aux sciences biologiques et physiques. Source Cosmovisions H. Spencer.

Vous pouvez en complément de lecture, lire, télécharger et/ou imprimer gratuitement le PDF N° 12 de 24 pages réunissant les traductions de R71 de l’excellent petit ouvrage du professeur de biochimie Lee Alan Dugatkin de l’université de Louisville dans le Kentucky publié en 2011, sur la vie et l’œuvre du scientifique et grand penseur anarchiste Pierre Kropotkine qu’ils avaient traduits par de larges extraits en 3 parties et publiés en juin 2012 ; LE PRINCE DE L’ÉVOLUTION.

C’est parce que nous pensons qu’il n’y a pas de SOLUTIONS au sein du système, qu’il n’y en a jamais eu, et qu’il n’y en aura jamais, qu’il est nécessaire de s’éveiller par une :

Prise de conscience individuelle ► prise de conscience collective ► boycott et organisation parallèle ► désobéissance civile ► réorganisation politico-sociale ► changement de paradigme

Et que nous avons absolument le choix et le droit d’ignorer l’État et ses institutions obsolètes et c’est pourquoi nous appelons toutes celles et tous ceux, et en n’excluant personne, qui se retrouveraient dans cette idée force pour : Ignorer le Système, l’État, et ses Institutions coercitives ► Créer les bases solidaires de la Société des sociétés organique ► Réfléchir et agir en une praxis commune ► Adapter le meilleur du meilleur de l’ANCIEN au monde d’aujourd’hui…

JBL1960

Pour lire, télécharger et/ou imprimer gratuitement tous les PDF (il y en a 34 à ce jour) cette page de mon blog dédiée ► LES PDF DE JBL1960

 

 

 

 

Réflexions optimistes de l’historien engagé Howard Zinn, version PDF réalisée par JBL1960

Vous ne pouvez pas être neutre dans un train en marche…

Réflexions optimistes historiques & politiques d’un historien engagé

Howard Zinn (1922 – 2010)

“Ce que l’histoire révisionniste nous enseigne est que notre inertie de citoyens a abandonné le pouvoir politique à une élite et a coûté au monde environ 200 millions de vies humaines entre 1820 et 1975. Ajoutons à cela la misère non dite des camps de concentration, des prisonniers politiques, de l’oppression et de l’élimination de ceux qui essaient de faire parvenir la vérité en pleine lumière… Arrêtons le cercle infernal du pillage et des récompenses immorales et les structures élitistes s’effondreront. Mais pas avant que la majorité d’entre nous trouve le courage moral et la force intérieure de rejeter le jeu frauduleux qu’on nous fait jouer et de le remplacer par les associations volontaires ou des sociétés décentralisées, ne s’arrêteront le pillage et le massacre.”

Antony Sutton, historien, et professeur de sciences politiques, Stanford U, 1977

C’est grâce à Résistance71 qui m’a donnée à lire et à réunifier leurs traductions et publications depuis 2012 de cette personnalité à contre-courant que fut Howard Zinn que je suis heureuse de vous proposer ce 34ème PDF de 63 pages ;

VOUS NE POUVEZ PAS ÊTRE NEUTRE DANS UN TRAIN EN MARCHE

Et présenté comme suit ;

1 – Sur la spoliation de l’Histoire ► Page 7

2 – L’histoire radicale

1ère Partie ► Page 12

2ème Partie ► Page 18

3 – Violence et nature humaine ► Page 24

4 – L’obéissance civile ► Page 32

5 – Christophe Colomb

1ère Partie ► Page 39

2ème Partie ► Page 46

6 – Réflexions optimistes d’un historien engagé ► Page 55

En pages 4 et 5, j’ai rajouté ma vision d’Howard Zinn,  celle du pilote bombardant Royan le 15 avril 1945, ville que je connais bien et dans laquelle je me promène très souvent et où l’ombre de Zinn me remet à chaque fois en mémoire le fait qu’il y fut utilisé, pour la toute première fois de l’essence gélifiée, substance alors nouvelle connue aujourd’hui sous le nom de napalm… Et à la louche, car les « alliés » ont testé là leurs armes de mort, à l’aveugle… Howard Zinn est revenu à Royan quelques années plus tard pour recueillir à la bibliothèque les interrogations suscitées par cette libération d’une violence étonnante. Source ► http://www.c-royan.com/arts-culture/litterature/livres-et-auteurs/1365-la-bombe.html

R71 m’a fournie de nombreuses photos et j’ai eu plaisir à les placer pour prolonger, de son regard pétillant et malicieux son propos ou sa réflexion. Et je vous livre la conclusion de la présentation faite par R71 d’Howard Zinn : Connaître la véritable histoire des États-Unis, permet de comprendre le monde moderne, de comprendre le présent et d’anticiper le futur pour un monde meilleur où les peuples reprendront leur droit et où l’oligarchie cessera d’exister.

Nous sommes tous des Howard Zinn ou devrions l’être !

Au travail !

Résistance71

Et rien n’est plus vrai aujourd’hui, n’est-ce-pas ?

D’ailleurs, vous pouvez lire en complément de lecture, ma publication du jour ► Dans les temps de Trumperie universelle… Car il y est question, comme le dit le Pr. Antony Sutton dans la citation qui introduit ce PDF un autre historien et personnalité à contre-courant, de ceux qui essaient de faire parvenir la vérité en pleine lumière…

Dans le chapitre 3 : Violence & Nature humaine, à la page 28 sont cités le Pr. Jean-Paul Demoule et la paléontologue et archéologue Marylène Patou-Mathis.

Vous pouvez retrouver les travaux de recherche du Pr. Jean-Paul Demoule dans ce PDF N° 7 de 21 pages « La France amnésique au passé réglementé, ou comment retrouver l’histoire de France » ;

Les billets qui traitent des livres et travaux de recherche de Marilène Patou-Mathis ; https://jbl1960blog.wordpress.com/?s=Maryl%C3%A8ne+Patou+Mathis

Bien sûr, vous pouvez consulter, lire, télécharger et/ou imprimer GRATUITEMENT toutes les versions PDF dans cette page dédiée de mon blog ► LES PDF DE JBL1960…

JBL1960

 

 

 

 

 

Dans les temps de Trumperie universelle…

Chercher & Dire la vérité devient un acte révolutionnaire !

Le chercheur de vérité qui voyage suffisamment devient le chemin.

Proverbe Perse, issu du livre de Kevin D. Annett « Le bouclier du lanceur d’alerte« 

Et la dernière publication de Steven Newcomb  La suprématie blanche (concept “d’ascendance”) est la base même de la loi fédérale indienne démontre qu’il nous est tout à fait possible de décider ensemble Natifs, non-indigènes, Colons de papier, blanc, jaunes, vert, ICI & MAINTENANT & D’OÙ NOUS SOMMES une fois cracké les codes de la domination, de la doctrine chrétienne de la découverte, de la conquête, de nous débrancher de la Matrix pour initier un nouveau paradigme sans dieu, ni maitre SANS ARMES, ni haine ni violence…

 Steven Newcomb –  Universitaire, juriste, chercheur et écrivain Shawnee-Lenape – Auteur du livre : « Pagans in the Promised Lands : Decoding the Doctrine of Christian Discovery » et grâce aux larges extraits de traduction de l’anglais au français par Résistance71 en version PDF {N°4} de 45 pages ici ► « Païens en Terre Promise décoder la Doctrine Chrétienne de la Découverte » nous emmène toujours plus loin dans la sémantique, car les mots sont une arme et bien utilisés ils nous permettront CONJOINTEMENT (Natifs ou non) de faire tomber TOUS les empires .

Par ailleurs, Steven Newcomb est cofondateur et codirecteur de l’Indigenous Law Institutehttp://ili.nativeweb.org/

Résistance au colonialisme : Suprématie blanche et domination par la loi fédérale sur les Indiens (Steven Newcomb)

Steven Newcomb | 4 septembre 2017 | URL de l’article original en anglais ► https://indiancountrymedianetwork.com/news/opinions/white-supremacy-ascendancy-basis-us-federal-indian-law/

Traduit de l’anglais par Résistance 71 ► URL de l’article ► https://resistance71.wordpress.com/2017/09/12/resistance-au-colonialisme-suprematie-blanche-et-domination-par-la-loi-federale-sur-les-indiens-steven-newcomb/

L’ère Trump a donné naissance à une nouvelle vague de suprématisme blanc aux États-Unis. En réponse, un certain nombre de statues dédiées à des figures de la Confédération sudiste et propriétaires d’esclaves (NdT : il y avait des propriétaires d’esclaves au nord également et la guerre de sécession ne fut en aucun cas une guerre de l’anti-esclavagisme (le nord) contre l’esclavagisme (le sud)…) ont été  récemment retirées de leurs piédestaux à cause de la levée de boucliers contre ce qui est perçu comme l’histoire du racisme aux États-Unis et l’atmosphère raciste de suprématisme blanc et de nationalisme qui s’est levée dans la société américaine depuis le début de la présidence de Trump. Par exemple, une statue du général sudiste Robert E. Lee a été enlevée, en partie parce que Lee commandait l’armée confédérée pendant la guerre civile de sécession.

Et pourtant, ceux qui ont critiqué les statues d’un bon nombre de racistes de l’histoire des États-Unis ont été malgré tout très sélectifs dans leur indignation envers d’autres blancs, propriétaires d’esclaves et qui croyaient en la suprématie blanche. Ironiquement, le président Trump l’a fait remarquer lorsqu’il a rhétoriquement demandé aux opposants des statues, s’ils pensaient que les statues de deux autres propriétaires d’esclaves, George Washington et Thomas Jefferson, devaient aussi être descendues de leur piédestal. Ma réponse serait sans hésiter : “définitivement”

Un exemple d’attitude suprématiste est évident quand une classe dirigeante se considère être meilleure que les autres classes et qu’elle détient le pouvoir. Un suprématiste blanc a été défini comme “une personne qui croit que la race blanche est de manière inhérente supérieure aux autres races et que les blancs devraient avoir le contrôle sur les personnes d’autres couleurs et d’autres races.” L’”affirmation d’ascendance” est une autre manière de clamer la suprématie. Affirmer l’”ascendance blanche” est assumer que les blancs sont suprêmes et doivent se situer dans les plus hautes positions de la société américaine , au-dessus des autres. Dans la décision de la Cour Suprême des Etats-Unis (CSEU) de l’affaire Johnson contre M’Intosh en 1823, le juge de la CSEU John Marshall, un autre propriétaire d’esclaves, a dit que le caractère et la religion des habitants autochtones de l’Amérique du Nord fournissait “une excuse pour les considérer être un peuple sur lequel ‘le génie supérieur européen pourrait affirmer une ascendance’”. Le dictionnaire Webster définit l’ascendance comme “pouvoir de contrôle et gouvernant : domination”. Ainsi donc l’expression de “suprématie blanche” n’est qu’un euphémisme pour “domination blanche”.

Une statue du juge John Marshall trône en ce moment dans le bâtiment de la CSEU à Washington DC. Même si cette statue était retirée, la mentalité raciste (cadre de pensée) que Marshall a laissé transparaître au travers de ses écrits dans le rendu de l’affaire Johnson demeurera dans le bâtiment sous la forme de cette décision de Johnson contre M’Intosh et toutes les autres décisions bigotes et religieusement motivées de la CSEU.

Statue ou pas, la CSEU continuera d’utiliser les schémas de domination racistes que cette institution a utilisé contre nos peuples et nations depuis bientôt maintenant deux siècles (l’année 2023 marquera le bicentenaire de la décision de l’affaire Johnson c. M’Intosh, affaire et rendu qui déterminent aujourd’hui encore la loi et la politique fédérales indiennes des USA)

Après avoir visionné notre documentaire au sujet de la décision de la CSEU dans l’affaire Johnson contre M’Intosh The Doctrine of Discovery: Unmasking the Domination Code, les gens demandent souvent “Que pouvons-nous faire ?” ou  bien “Alors quelle est la solution ?” Réfléchissons un peu à ces questions un moment. Les hommes et les femmes siégeant à la CSEU ont totalement l’intention de continuer à utiliser comme “précédent légal” cette décision raciste et bigote édicté dans le verdict de l’affaire Johnson et de son résultat direct de la domination blanche (suprématie, ascendance). Aucune législation n’empêchera la CSEU à utiliser cette décision. De plus, le congrès n’a aucune raison de passer une loi contredisant la décision émise dans Johnson. Étant donné la nature dominante et le tempérament de l’administration Trump, le chambardement actuel de la branche exécutive du gouvernement des États-Unis ne va sûrement pas essayer de mettre fin aux schémas de suprématie et de domination blanches qu’on trouve dans la décision de l’affaire Johnson contre M’Intosh et sa résultante directe que fut la loi et politique fédérale indienne de manière générale. Nous pouvons être tout à fait certains que les États-Unis ne veulent en rien écarter les idées inhérentes à la décision et qui servent de pierre angulaire au système légal de la propriété foncière aux États-Unis.

Le juge de la CSEU John Marshall a écrit le rendu du verdict de Johnson de façon à assurer que nos nations autochtones ne soient pas reconnues comme nos propres “pays” dans le monde incluant l’Angleterre, la France, l’Espagne, le Portugal etc. Le verdict fut écrit de façon à ce que les frontières nationales des nations autochtones ne soient vues que comme des fictions poreuses que les États-Unis pourraient transgresser et violer en toute impunité, ne laissant aucun tracé solide capable de maintenir les États-Unis et autres pays hors de nos terres.

Une caractéristique unique des nations dites “indigènes” est que leurs oppresseurs comme les États-Unis (NdT : et le Canada, le Mexique et tous les états d’Amérique du sud de fait…) sont capables de les définir unilatéralement de manière subordonnée. Les nations indigènes n’ont aucun moyen effectif d’empêcher leurs oppresseurs de leurs imposer unilatéralement ces définitions. Il me semble que tant que nous continuons à appeler une idée de système de domination “la loi”, nous continuerons à être contrôlés et dominés par le système de la suprématie blanche chrétienne qui est parfaitement exemplifiée dans le verdict de l’affaire Johnson contre M’Intosh.

Steven Newcomb a choisi la voie légale pour faire exploser le système de domination de la suprématie blanche chrétienne que la « minorité blanche » sous l’égide de Trump et de n’importe quel Potus, (puisque Oblabla était noir cela n’a échappé à personne, n’a jamais rien remis en cause et s’il l’avait fait il aurait été EFFACÉ) entend bien préserver.

S’il explique que l’esprit de l’homme blanc  doit être effacé de nos cortex, c’est aussi bien côté INDIEN, que COLON. Il nous invite à décider ensemble à dire NON, à refuser de consentir et d’être complice de ce système de domination imposés par la « conquête » des premiers colons depuis 1492 et légitimé par le Juge Mashall en 1823 dans l’affaire Johnson vs McIntosh.

Newcomb fait, encore une fois, la démonstration que jamais, depuis 1776 et la naissance de l’Amérique dite Moderne et telle qu’elle prévaut aujourd’hui, personne n’a eut seulement l’intention de modifier ce Système de domination (l’homme qui n’est pas blanc est inférieur) et le droit qui en a découlé (Les races supérieures ont un droit vis à vis des races inférieures, déclaration de Jules Ferry en 1885) et d’enclencher une autre mécanique en lien avec les peuples autochtones, les « esclaves » africains, (qu’on est allé chasser en Afrique pour servir les premiers colons puis travailler la terre qu’on avait volé aux peuples originels). Parce que ça leur convient alors qu’ ils ont eu tout le temps nécessaire pour dénoncer ce système et ils ne l’ont jamais fait, pire, en réactivant l’America First, l’Amérique messianique moderne s’est réaffirmé dans tous ses fondements les plus racistes et colonialistes.

Newcomb démontre, et je pense de même, ainsi que R71, qu’il n’y a pas de SOLUTIONS au sein de ce Système, qu’il n’y en a jamais eu, et qu’il n’y en aura jamais. La preuve c’est qu’aujourd’hui, en 2017, sous l’ère Trump, mais en France nous savons qu’il en est de même ICI ou ; Les psychopathes aux manettes qui constitue cette minorité ou cette suprématie blanche n’ont pas du tout envie d’abandonner leur droit de domination.

Et en lisant ce James H. Kunstler, ce Paul Craig Roberts, et cette analyse de The Saker on comprend que la Nation Exceptionnelle et Indispensable entend bien le rester coûte que coûte, sur des terres volées et dans l’esprit de la conquête pour rendre l’Amérique grande à nouveau…

Dans la très longue analyse de The Saker du 30/08/17 : Les Pères fondateurs ont élaboré la Constitution américaine (et d’autres instruments juridiques) pour protéger le peuple d’abus du gouvernement… [Ah bon ?]  Et encore : Je pense qu’en ce moment la plupart des paléoconservateurs et des libertariens ont compris que « la présidence de Trump est terminée » comme l’a dit Bannon. Trump est un nain intellectuel écrasé et châtré dans les mains des néocons. Mais ce que Trump a défendu pendant son élection mérite toujours qu’on combatte pour cela. Oubliez l’homme, mais rappelez-vous les valeurs, les idées, les principes qui l’ont fait élire. Ces valeurs sont tout ce qui se trouve entre nous et une vie de servitude aux néocons et à leur Empire anglosioniste. C’est aussi tout ce qui se trouve entre l’humanité et une éventuelle guerre mondiale.

Cette injonction démontre bien que, peu importe qui soit à la Maison-Blanche, pourvu qu’il défende « les valeurs, les idées, les principes qui l’ont fait élire. » et c’est bien là le problème justement car : Quiconque vote pour le système a voté et vote pour que celui-ci continueDésincorporerMohawk Nation News du 16/12/2016 – Dans ce billet de blog ► TOUTES & TOUS ; Diseurs de vérité !

Même si nous sommes encore trop peu, nous sommes quand même de plus en plus nombreux à penser que l’avenir de l’humanité passe par les peuples occidentaux émancipés de l’idéologie et de l’action coloniales se tenant debout et main dans la main avec les peuples autochtones de tous les continents pour instaurer l’harmonie de la société des sociétés sur Terre…

JBL1960

L’illustration de ce billet est l’affirmation de Pat Buchanan durant la campagne de Trump « Le thème principal et primordial de son administration sera l’Amérique d’abord »…

 

 

 

RÉSUMÉ SOTT 08/2017 + INFOS, DOSSIERS & PDF AD HOC

Comme chaque mois, je relaye la vidéo SOTT qui contient toutes les images des évènements climatiques majeurs, incluant les dolines, passages de bolides, météorites, mais aussi morts de masse d’animaux et attaques rares d’animaux (c’est leur choix) rien que pour le mois d’août 2017. Et parfois la mort est en direct, comme au Népal, ou en Chine, mais c’est le choix de SOTT de montrer ces images, qui bien souvent proviennent de caméra de vidéo surveillance, je le redis.

Les inondations meurtrières en l’Asie sont traitées dans cette vidéo, ainsi que des images d’Harvey, en toutes fins. De même, les personnes touchées par un « nuage » de chlorine sur une plage d’Angleterre le 28/08 et les 12 tornades simultanées en Russie, le 30/08…

Pour visionner tous les résumés SOTT depuis décembre 2015 ► CATÉGORIE NON CLASSÉ

Vous, les hommes blancs, êtes extrêmement arrogants. Vous pensez être responsables de l’extinction de différentes formes de vie sur Terre. Avez-vous jamais considéré le fait que peut-être, ces formes de vie ne voulaient simplement pas vivre avec vous ?

Membre du conseil des anciens de la Nation Déné vers 1960

Vidéo YT mise en ligne par SOTT MEDIA le 12 septembre 2017

Sur les ouragans Harvey, Irma… Ce billet très complet vu de l’intérieur des Terres natives ► DE L’EAU PARTOUT… Et pas une goutte à boire ! Mohawk Nation News traduit & complété par JBL1960

Incluant la situation en Asie du Sud dont on parle peu ► http://www.francetvinfo.fr/meteo/inondations/asie-du-sud-est-mousson-meurtriere_2352714.html et qui touche 43 millions de personnes… 1200 morts…

Escroquerie du Réchauffement Climatique Anthropique : Vatican, réchauffement, terre plate et imbécilité ensoutanée…

Pour un archevêque du Vatican tout le monde devrait accepter que le réchauffement global est un fait

Lisa Bourne | 19 juillet 2017 | URL de l’article original ► https://wattsupwiththat.com/2017/07/22/vatican-archbishop-all-should-accept-that-global-warming-is-a-fact/

Traduit de l’anglais par Résistance 71 ► URL de l’article ► https://resistance71.wordpress.com/2017/08/25/escroquerie-du-rechauffement-climatique-anthropique-vatican-rechauffement-terre-plate-et-imbecilite-ensoutanee/

Le grand ponte de l’académie des sciences pontificale du Vatican a encore interféré en disant que le déni du réchauffement climatique anthropique correspond à la mentalité de dire que “la terre est plate” (NdT : ce que soutenait l’église en son temps du reste et qui mena le physicien Bruno au bûcher pour  avoir refuser le dogme, et forçant la rétractation de Galilée*…) : “d’un point de vue scientifique, la phrase disant que la Terre est réchauffée par l’activité humaine est aussi vraie que la phrase : la Terre est ronde !” a dit l’archevêque Marcelo Sanchez Sorondo.

L’archevêque a été un promoteur zélé et très constant de la théorie du réchauffement climatique anthropique comme étant une vue de l’église non-négociable, malgré le statut de protection de l’environnement soit une affaire de business et de gros sous.

L’idéologie du changement climatique [anthropique] continue à être contestée comme étant un plan perpétré avec des données manipulées par la gauche pour faire passer des législations environnementalistes et de nouveaux impôts.

L’archevêque Sorondo a désavoué les “négationnistes climatiques” dans un entretien récent avec Radio Vatican, comme étant “une infime minorité”.

L’entretien qui se tint en allemand contenait cette manchette : “Vatican : le changement climatique est un fait”, et se concentra sur la réception de l’encyclique du pape François “Laudato Si”, deux ans après sa diffusion.

L’archevêque Sorondo expliqua dans l’entretien pour dire que le changement climatique provoqué par l’Homme était considéré comme scientifique. Il ajouta que le pape avait non seulement le droit mais aussi le devoir de se reposer sur la science en plus de la doctrine et philosophie en recherchant la vérité.

Si le pape s’exprimait sur un tel sujet, alors cela n’était pas arbitraire, a t’il dit, car la parole du pape n’est pas restreinte au domaine de “la doctrine de la foi et de la morale”.

Le pape utilise les vérités de la science et de la philosophie non seulement pour expliquer aux hommes comment parvenir au paradis, a dit l’archevêque, mais aussi ce qu’il doit faire sur terre.

Toutes les activités humaines ont un rapport avec l’éthique. a dit l’archevêque argentin, elles sont donc déjà dans la juridiction du pape. Sorondo est un proche conseiller du pape François 1er et le chancelier à la fois de l’académie des sciences pontificale et l’académie pontificale des sciences sociales. Il a accueilli à plusieurs reprises des avocats pro-avortement et du contrôle de la population (NdT : idéologies pourtant diamétralement opposées et antinomiques du dogme catholique) au Vatican pour des conférences sous le prétexte de l’affaire climatique.

Le mois dernier, juste avant que le président Trump ait annoncé que les États-Unis se retireraient du controversé accord de Paris, l’archevêque a assimilé les sceptiques de l’idéologie climatique a des “croyants de la terre plate”. Un retrait de l’accord de Paris “ serait non seulement un désastre mais complètement anti-scientifique,” a t’il dit.

“Dire que nous devons nous reposer sur le charbon et le pétrole c’est  dire que la terre n’est pas ronde”, a déclaré Sorondo. “C’est une absurdité dictée par le besoin de faire de l’argent.”

Il a aussi répétitivement déclaré que ceux qui ne souscrivent pas au changement climatique anthropique sont soudoyé par l’industrie du pétrole. Il l’a réaffirmé dans un entretien avec Radio Vatican.

“Bien sûr, certains secteurs qui dépendent du lobby pétrolier, incluant quelques institutions catholiques ! – ne sont pas d’accord avec Laudato si”, a déclaré l’archevêque. “Avec cela ils génèrent des dégâts sérieux parce que le climat se détériore et même les opposants au changement climatique seront parmi les victimes à court ou long terme.”

~~~~▲~~~~

*Galilée :

le précédent Galiléo Galiléi ; Source wikipedia ; https://fr.wikipedia.org/wiki/Galil%C3%A9e_%28savant%29

Galilée est donc à nouveau convoqué par le Saint-office, le 1er octobre 1632. Ce qui lui est reproché n’est pas sa thèse elle-même, mais le détournement d’une mission commanditée, ce qui justifie des sanctions pénales. Son livre est en outre ouvertement pro-copernicien, bafouant l’interdit de 1616 (la mise à l’index de ces thèses ne sera levée qu’en 1757). Malade, il ne peut se rendre à Rome qu’en février 1633. Les interrogatoires se poursuivent jusqu’au 21 juin où une menace de torture est même évoquée sur ordre du pape ; Galilée cède.

Le 22 juin 1633, au couvent dominicain de Santa-Maria, la sentence est rendue :

« Il est paru à Florence un livre intitulé Dialogue des deux systèmes du monde de Ptolémée et de Copernic dans lequel tu défends l’opinion de Copernic. Par sentence, nous déclarons que toi, Galilée, t’es rendu fort suspect d’hérésie, pour avoir tenu cette fausse doctrine du mouvement de la Terre et repos du Soleil. Conséquemment, avec un cœur sincère, il faut que tu abjures et maudisses devant nous ces erreurs et ces hérésies contraires à l’Église. Et afin que ta grande faute ne demeure impunie, nous ordonnons que ce Dialogue soit interdit par édit public, et que tu sois emprisonné dans les prisons du Saint-office. »

Il prononce également la formule d’abjuration que le Saint-office avait préparée :

« Moi, Galiléo, fils de feu Vincenzio Galilei de Florence, âgé de soixante dix ans, ici traduit pour y être jugé, agenouillé devant les très éminents et révérés cardinaux inquisiteurs généraux contre toute hérésie dans la chrétienté, ayant devant les yeux et touchant de ma main les Saints Évangiles, jure que j’ai toujours tenu pour vrai, et tiens encore pour vrai, et avec l’aide de Dieu tiendrai pour vrai dans le futur, tout ce que la Sainte Église catholique et apostolique affirme, présente et enseigne. Cependant, alors que j’avais été condamné par injonction du Saint-office d’abandonner complètement la croyance fausse que le Soleil est au centre du monde et ne se déplace pas, et que la Terre n’est pas au centre du monde et se déplace, et de ne pas défendre ni enseigner cette doctrine erronée de quelque manière que ce soit, par oral ou par écrit; et après avoir été averti que cette doctrine n’est pas conforme à ce que disent les Saintes Écritures, j’ai écrit et publié un livre dans lequel je traite de cette doctrine condamnée et la présente par des arguments très pressants, sans la réfuter en aucune manière; ce pour quoi j’ai été tenu pour hautement suspect d’hérésie, pour avoir professé et cru que le Soleil est le centre du monde, et est sans mouvement, et que la Terre n’est pas le centre, et se meut. J’abjure et maudis d’un cœur sincère et d’une foi non feinte mes erreurs. […] »

Donc, aujourd’hui en septembre 2017, toute personne qui dévie ou pire remet en cause, le discours dominant relevant des Saintes Écritures, mais aussi, du pouvoir en place représenté par Jupiter 1er et son très éminent Premier Ministre Édouard Philippe (Pétain ?). Et les très éminents et révérés ministres de leur gouvernement se rendront suspect d’hérésie et devront abjurer et maudire publiquement ces horreurs et hérésies contraire à l’État d’exception permanent…

La preuve par la Bush de Jupiter 1er ► https://olivierdemeulenaere.wordpress.com/2017/09/08/macron-s-en-prend-aux-faineants-aux-cyniques-aux-extremes/

►◄

Et c’est pas fini ► https://www.marianne.net/politique/napoleon-hernani-hegel-sous-la-plume-de-philippe-besson-un-macron-ivre-de-lui-meme

Suivi par l’écrivain Philippe Besson pendant la présidentielle, Emmanuel Macron apparaît plein d’assurance… et de dédain pour ses rivaux. Le secret de la victoire ? Finalement, l’une des seules personnes à trouver grâce aux yeux d’Emmanuel Macron est… Macron Emmanuel. A l’heure de se comparer, le candidat évoque spontanément Napoléon. Quand Philippe Besson lui fait remarquer que tous ses conseillers présentent le même profil, jeune et diplômé, il rétorque : « J’assume. Les maréchaux d’Empire étaient jeunes et ce n’étaient pas des paysans« . Même référence lorsque l’écrivain lui demande s’il va surfer sur la vague « dégagiste » : « Ça ne se joue pas sur le dégagisme. (…) Même Napoléon à côté de ses jeunes maréchaux d’Empire est allé piocher dans l’Ancien Régime« . Au détour de plusieurs phrases, le futur Président laisse entrevoir la haute estime qu’il porte à son entreprise et à sa personne. En se faisant au besoin emphatique. « C’est Hernani. Une force qui va« , confie-t-il à propos d’En Marche, en citant l’oeuvre de Victor Hugo. Interrogé sur l’état de la France, Emmanuel Macron répond… en évoquant son propre destin. Exceptionnel, forcément : « On vit la Renaissance. Notre civilisation peut disparaître, elle est peut-être déjà morte. Je suis peut-être le dernier aztèque qui gigote« .

Alors, Résistance71 m’a enlevé les mots du clavier alors que je lui tirais l’œil vers cette info : pas étonnant que cette chèvre fasse référence à une société amérindienne étatique ! Ça aurait été plus surprenant qu’il fasse référence aux Iroquois, Lakota… Il aurait pu aussi choisir les descendants d’une autre empire étatique les Mayas, dont les descendants aujourd’hui… sont les zapatistes du Chiapas !

Pas étonnant, non vue le Kaa ! Je lui rappelle juste à Manu, que le dernier Empereur Aztèque s’appelait Moctezuma ou Montezuma II et que sa fin de règne fut pas vraiment terrible. Alors, les descendants des colons/envahisseurs/exterminateurs sont toujours les occupants illégaux des Amériques, mais aussi bien Trump, que Macron et que la MINORITÉ BLANCHE toujours aux manettes et qui entend bien le rester, devraient tout de même considérer les descendants des Natifs, Nations premières pour ce qu’ils sont, à savoir les seuls légitimes à vivre en leurs Terres, jamais cédé et ce qui est loin d’être le cas ► Pourquoi le mot de « CONQUÊTE » est-il considéré comme acceptable et pas celui de « DOMINATION » ? Steven Newcomb par R71 + mon grain de sel…

►◄

Je rappelle ici-même, la THÉORIE Russo-Ukrainienne de l’origine abiotique profonde du pétrole : Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur le pétrole (abiotique) et en version PDF N° 26 de 68 pages ► https://jbl1960blog.files.wordpress.com/2017/02/pdftheoriepetroleabiotiquer71.pdf

Parce qu’on comprend bien que le passage des ouragans et cyclones de ces derniers jours, pour certains, sont la preuve du Réchauffement Climatique Anthropique et on voit pas très bien pourquoi, ni comment vue que la Théorie du RCA n’est absolument pas prouvée et est régulièrement remise en cause…

Et y’en a même qui prétendent, (comme le Pr Michio Kaku) au contraire, que les Zélites mondiales, qui sont principalement Zuniennes je le rappelle, joueraient de la HAARP, car la probabilité que Harvey, puis Irma, et maintenant José et Katia supers ouragans s’abattent sur le Texas et la Floride simultanément  était de 1 sur un million et même 1 sur un milliard puisque aucun ouragan aussi puissant qu’Harvey ou Irma n’a jamais été observé sur l’Atlantique…

Voir & Lire le dossier très complet proposé par Aphodiliehttps://aphadolie.com/2017/09/11/et-si-les-ouragans-irma-jose-et-katia-avaient-ete-provoques-par-lhomme-cest-ce-que-semblent-prouver-les-images-satellites-de-la-nasa-et-certains-scientifiques/

Et en complétement, chez l’ami Olivier Demeulenaere, que je pille très souvent ► https://olivierdemeulenaere.wordpress.com/2017/09/11/saint-martin-faillite-totale-etat-francais/

Alors, ICI ou on le répète assez ICI & MAINTENANT & D’OÙ NOUS SOMMES :

Ignorons le Système ► Ignorons l’État et ses institutions ► Créons les bases solidaires de la Société des sociétés organique ► Réfléchissons et agissons en une praxis commune ► Adaptons le meilleur, le sublime de l’ANCIEN au NEUF

Ce n’est pas comme si les Zélites œuvraient pour une réduction, drastique, de la population mondiale, hein ?

JBL1960

Macron c’est Kaa ! Ayez confiance… Croyez-en moi…

Bah oui quoi !

Même Brigitte l’ordonnehttps://www.marianne.net/politique/video-rentree-des-ecoles-et-des-reformes-brigitte-macron-vous-ordonne-d-avoir-en-confiance

Bon c’était avant que le Manu, mette les points sur les i et les barres sur les t avec les ceusses qui ne sont rien ► Macron s’en prend « aux fainéants, aux cyniques, aux extrêmes » Vous vous demandez sans doute qui sont ces fainéants, ces cyniques, ces extrêmes… Une petite minorité de Français parfaitement infréquentables ? Vous n’y êtes pas ! Macron vise tous ceux qui ne veulent pas de sa politique de “réformes”… C’est-à-dire, si l’on en croit les sondages, la grande majorité de la population. Pas étonnant, quand on a été aussi mal élu… Lire l’intégralité de l’article ► https://olivierdemeulenaere.wordpress.com/2017/09/08/macron-s-en-prend-aux-faineants-aux-cyniques-aux-extremes/

Et c’est pas fini, toujours chez Olivier Demeulenaere ► Macron, le Roi Fainéant… Et un peu Maudit, aussi, malgré qu’il semble bien qu’il aura SES Jeux Olympiques, puisque la commission d’attribution réunit à Lima, au Pérou, devrait désigner PARIS pour les JO de 2024, Source RFISPORT.FR… Et rappelez-vous que le logo promotionnel rappelait celui du signe astrologique de… Jupiter ! Donc, le gars croit, dur comme fer, qu’il sera encore là en 2024… Et là, c’est moi qui dépresse ► LES JEUX OLYMPIQUES DE JUPITER 1ER… Alors l’article d’OD met en évidence la mauvaise gestion par Macron et son gouvernement, suite au passage d’Irma, le 6 septembre, qui a entièrement dévasté Saint-Martin, entre-autres, soulevant pas mal de questions, tout de même au passage, ICI & .

Pour ceux qui penseraient que c’est bien, que ça va créer des emplois, permettez qu’on vous tire l’œil vers la liste des licenciements mondiaux, que publie Pierre Jovanovic sur son blog, et je ne reproduis ci-dessous que les licenciements côtés français car je fais un focus sur Macaron qui démontre, à mon sens, que tout est plié en 4, voire en 8 et surtout qu’il n’y a pas de solutions au sein de ce système, qu’il n’y en a jamais eu, et qu’il n’y en aura jamais ;

LA LISTE DES LICENCIEMENTS DE L’ÉTÉ : LE MASSACRE CONTINUE, NOURRITURE, MICROSOFT, BANQUES, etc.  du 11 au 15 septembre 2017 : Mes chers lecteurs, je vous confirme que la rédaction de cette liste est dix fois plus dure à rédiger qu’à lire, et je viens d’y passer la nuit. Il me reste le même nombre sur les bras, bien que ce soient des licenciements entre 20 et 80 et surtout chez les Anglais ou Américains. On nous parle de « reprise », mais ce n’est juste qu’une forme de propagande, exactement comme le IIIe Reich lors du siège de Stalingrad. Les nouvelles sont toujours bonnes, sauf que la liste des morts n’a jamais cessé de ni de grandir, et encore moins de ralentir.

Si vous regardez les noms qui y apparaissent sachez :

  1. qu’ils sont le résultat de la vague d’il y 48 mois, et ;
  2. qu’ils déclenchent à leur tour une nouvelle série de licenciements immédiats par ricochet entre 1 et jusqu’à 48 mois chez les fournisseurs directs et indirects, les cafés, restaurants, etc.

Dans la liste d’aujourd’hui vous voyez aussi que l’Allemagne est touchée, que les banquiers tombent toujours comme des mouches, que Toys »R »us est en faillite, et que même des pays présentés comme stables comme l’Irlande ou l’Écosse licencient à tour de bras.

Mais c’est la situation de la France qui est préoccupante, puisque les PME comme les boutiques continuent à fermer: témoin la fermeture en « douce » du magasin BUT avenue de Wagram à Paris, 5 ans seulement après son ouverture en grande fanfare. Là on n’est pas vraiment dans une banlieue lointaine abandonnée par la police. La mécanique économique françaises est comme une locomotive qui patine sur les rails, et qui descend la pente en marche arrière. Merci à tous les lecteurs qui m’ont envoyé leurs informations et courage à vous tous.

  • Ascometal France l’usine de Leffrinckoucke fermera au 30 septembre 2017 et 140 ouvriers s’inscriront chez Pôle Emploi merci à M
  • BUT France le géant du meuble a brutalement fermé au mois d’août (en toute discrétion donc) son magasin près de l’Étoile à Paris, avenue de Wagram, une vingtaine de salariés ont été envoyés chez Pôle Emploi
  • Cher (région) six sociétés du Cher en redressement ou liquidation judiciaire selon le tribunal de Bourges merci à Mr Labranche
  • Cité de l’Europe à Coquelles, près de Calais, est en train de boire la tasse avec des fermetures en série « Little Big Store, Antonnelle, Brioche Dorée, SFR, etc. » ont fermé les uns après autres en raison du peu de clients, merci à mon lecteur, ce qui confirme l’accélération des fermetures des commerces en France
  • Cocolico France vêtements pour bébés et les 16 salariés iront chez Pôle Emploi, merci à Mr Labranche
  • Dispeo France les 680 salariés spécialisés dans la préparation de commandes à Hem, à Templemars, Toufflers et Houplines ne savent pas si leur usine sera encore là à la fin de l’année, en raison de l’incertitude de l’actionnaire, merci à mes lecteurs
  • Eco Permis à Arras:  11 salariés chez Pôle Emploi et une centaine de personnes qui ont payé les cours pour leur permis. Le jugement du tribunal fait état d’un passif « caché » compris entre 100.000 et 150.000 euros. L’expert-comptable qui a signé les comptes va être content…. merci à Mr Dufresnoy
  • Fabio Lucci France le magasin de Limoux a fermé, et les 3 employés envoyés chez Pôle Emploi. Multipliez cela par les milliers de boutiques qui ferment chaque mois en France… merci à Florence
  • France (chômage juillet 2017) Macron a décidé de ne plus publier les chiffres qu’une fois par trimestre… Les données de juillet 2017 sont les suivantes selon Agoravox : 46.700 chômeurs de plus, malgré 323.200 radiations du mois, 6.665.300 privés d’emploi et travailleurs occasionnels officieux, toutes catégories confondues, + 4.800.000 environ d’invisibles qui n’entrent pas ou plus dans les statistiques officieuses. Total : toujours + de 11 MILLIONS de chômeurs en France (fourchette basse), et autant de pauvres largement sous les seuils de pauvreté, lire ICI le papier complet merci à mes lecteurs [NdJBL : Je traite chaque mois ce dossier, grâce à Patdu49 qui à partir du rapport de la DARES, nous donne les vrais chiffres du chômage, et ce depuis des années…]
  • France (écoles) le collège Georges-Brassens de Granges-Aumontzey a fermé ses portes définitivement, notre lecteur dit « On ferme les collèges! La liquidation du pays en marche! Tout doit fermer!! » merci à Nickos
  • France (piscines) dans la série des centaines de piscines fermées par manque de budgets, voici celle de Nouzonville, merci à Mr Dufrenoy
  • France (trésoreries) de notre lecteur : « 5 trésoreries vont fermer en Moselle dont celui de Rohrbach les Bitche. Le maire a poussé un coup de gueule. Les personnes vont devoir aller à Bithe qui se trouve à… 15 km. Les personnes âgées vont apprécier. Le maire dit ça va être pareil que pour le tribunal. Celui de rohrbach a fermé et les gens ont dû aller à bitche qui a fermé aussi. Donc il en conclu que la trésorerie de bitche va fermer d’ici 2020. Et une cinquantaine de postes va être supprimée cette année en Moselle toujours dans les trésoreries« , merci à Mr Rohrbacher
  • Gascogne Bois France 38 ouvriers en Dordogne ont été envoyés couper du bois chez Pôle Emploi, merci à Mr Ballerand
  • Gemo France (vêtements et chaussures) le magasin dans la zone Mont-Joie à Saint-Martin-Boulogne a fermé soudainement, tous les salariés chez Pôle Emploi, merci à Mme Thumerel
  • General Electric France la filiale va subire des licenciements massifs, 345 salariés iront chez Pôle Emploi à Mr Ballerand
  • Go Voyages France filiale du groupe espagnol eDreams Odigeo, également propriétaire de Liligo, Opodo et Travellink a annoncé qu’il licenciait 95 salariés sur 117, et tous les postes iront à Barcelone, c’est le second plan social, puisqu’en 2015, environ 100 salariés avaient été virés, merci à Mr Ballerand
  • Groupe Apavou France le tribunal de la Réunion a placé l’Immobilière de La Réunion en liquidation judiciaire, groupe qui gère le parc locatif du Groupe Apavou qui n’a pas pu payer 7 millions d’euros de dettes aux…. organismes sociaux. Du coup 60 salariés ont pris une option pour Pôle Emploi Réunion merci à mon lecteur Mr King
  • JB Martin Chaussures France l’entreprise (50 millions d’euros de CA) emploie 269 salariés (60 à Fougères, 15 à Paris, et 140 commerciaux) a été placée en redressement judiciaire pendant les… vacances. Les salariés ont un pied chez Pôle Emploi, merci à mon lecteur
  • La Pataterie France le restaurant de de Soissons a fermé ses portes d’un coup, « les 8 employés et les deux gérants ont appris la nouvelle grâce au… tribunal merci à Mr Dufresnoy
  • Le Mans (ville, faillites) vous pouvez voir ici sur ce lien toutes les entreprises qui ont fermé merci à Mr Bois
  • Limoges (commerces) les vitrines ont été recouvertes d’affiches noires « Jean-Baptiste Daigueperce, fondateur de la start-up « Kokorikoo » a collé sur les vitrines des magasins inoccupés des affiches afin de sensibiliser le public sur la fermeture des commerces en centre-ville avec pour slogan : « 100.000 commerces fermés en France, plus de 400 sur Limoges, 80 % des crédits refusés ».  » merci à Mme Rousseric
  • Nokia France les mésaventures continuent chez Nokia, un grand merci à Stephen Alop, le PDG de l’époque qui a vendu le téléphoniste finnois à Microsoft dans un grand moment de trahison. Et Microsoft s’est finalement débarrassé de Nokia-Lumia en toute discrétion en le vendant à HMD, piloté par des anciens de… Nokia. Désormais Il ne reste plus que Google et Apple comme fournisseurs d’OS téléphonie mobile. Du coup Nokia France jette à la rue pratiquement 600 salariés à Saclay (Essonne) et à Lannion (Côtes-d’Armor) ! merci à Mr Labranche. PS : HMD a décidé de passer tous les téléphones Nokia sous Android sans aucune couche Google… Est-ce vraiment possible ?
  • Pharmacie Lafayette de Valence la pharmacie est en faillite, comme des milliers en France en raison des charges qui ont explosé sous la présidence de Hollande, merci à Xybar
  • Rossignol Skis la célèbre marque de skis et chaussures a jeté 120 salariés à la rue de son site italien de Montebelluna merci à Mr Delage
  • Saint Gobain France a pris la décision de réduire d’1/5 ses effectifs en Lorraine soit 400 salariés, merci à N1
  • Sarthe (région, faillites) voici la liste de toutes les entreprises qui ont fermé dans la Sarthe, c’est édifiant sur la reprise, lire ici merci à Mr Bois
  • Van Hulle France « La liquidation judiciaire de la société de négoce agricole de Mortemer (Seine-Maritime) a été prononcée lundi. Des exploitants du Sud Amiénois, qui étaient en affaire avec elle, craignent de ne jamais être payés. Quelque 80 exploitants de la Somme attendent d’être remboursés. Des sommes allant de 5 000 à plus de 100 000 euros. Il y a un an, la société Van Hulle, installée à Mortemer (Seine-Maritime), était placée en redressement judiciaire. Un coup dur pour de nombreux agriculteurs« , et 15 salariés envoyés à Pôle Emploi merci à Willy, lire ici.
  • Sciae France fabriquant de meubles, 90 ouvriers ont débrayé à l’usine de Dienville après que la direction ait expliqué de 70 salariés sur 140 étaient « en trop », traduisez : qui vont être licenciés, merci à Mr Dufrenoy
  • Visionic le leader des systèmes d’alarmes personnels a jeté à la rue 400 ingénieurs, merci à Myriam

Retrouver l’intégralité de la Revue de Presse Par Pierre Jovanovic © www.jovanovic.com

~~~~▲~~~~

Macron a été mis là pour exécuter le Plan, et ça lui plait, et ça se voit, c’est pour cela qu’il le fait avec zèle… Et toutes ses sorties (verbales) sont programmées, n’en doutez pas !

Pour autant, ne croyez-pas qu’avec les mêmes règles du système, cela aurait été différent avec Mélenchon, La Marine, ou François Asselineau. Les Zélites avait choisi leur Champion et non leur Championne très longtemps à l’avance, et croyez-bien que si Mélenchon avait été le mieux placé pour servir le Plan, et bien il l’aurait mis à la place de Macron, soudainement les Merdias lui auraient trouvé toutes les qualités du Monde…

Si voter (ou manifester) changeait quelque chose, ils l’auraient rendus illégal avait dit Emma Goldman et Louise Michel avait affirmé que le pouvoir est maudit c’est pour cela que je suis anarchiste

Et rien n’est plus vrai aujourd’hui…

Alors qu’il en faut peu, très peu pour être heureux…

JBL1960

 

 

Pourquoi le mot de « CONQUÊTE » est-il considéré comme acceptable et pas celui de « DOMINATION » ? Steven Newcomb par R71 + mon grain de sel…

Steven Newcomb poursuit son ferraillage sémantique ;

Après avoir cracké les codes de la domination et de la doctrine chrétienne de la découverte, Steven Newcomb monte encore d’un cran dans l’analyse sémantique, le but, et notre objectif commun étant de faire tomber l’empire anglo-américano-christo-sioniste -sans armes, ni haine ni violence car elles sont à l’œuvre depuis des millénaires, et depuis au moins 1492 avec les invasions et l’oppression coloniales du « nouveau monde », de l’Afrique, de l’Asie et de l’Océanie période de l’Âge de la Découverte- pour enclencher un nouveau paradigme, sans dieu ni maitre, nous les peuples occidentaux, émancipés de l’idéologie et de l’action coloniales, main dans la main avec les peuples autochtones de tous les continents pour instaurer l’harmonie de la société des sociétés sur Terre.

►◄

Steven Newcomb –  Universitaire, juriste, chercheur et écrivain Shawnee-Lenape – Auteur du livre :   « Pagans in the Promised Lands : Decoding the Doctrine of Christian Discovery » et grâce aux larges extraits de traduction de l’anglais au français par Résistance71 en version PDF {N°4} de 45 pages ici ► « Païens en Terre Promise décoder la Doctrine Chrétienne de la Découverte » nous emmène toujours plus loin dans la sémantique, car les mots sont une arme et bien utilisés ils nous permettront CONJOINTEMENT (Natifs ou non) de faire tomber TOUS les empires en retirant notre consentement, d’un coup sec sous les pieds de l’Oligarchie régnante et un chouïa aux abois quand même pour finaliser le Plan qui a toujours été de « Tuer l’Indigène pour sauver l’Homme » Blanc et de surcroit Chrétien et cela fut rendu possible avec la mise en place des Pensionnats pour Indiens dès 1820 et jusqu’en 1980 aux USA, et dès 1840 et jusqu’en 1996 au Canada… [NdJBL : en complément d’info, lire le billet du 07/09/17 Source TICEE ► MÉMORANDUM sur la continuité du génocide au Canada]

Par ailleurs, Steven Newcomb est cofondateur et codirecteur de l’Indigenous Law Institutehttp://ili.nativeweb.org/   Et producteur du film documentaire, The Doctrine of Discovery : Unmasking the Domination Code, dirigé et produit par Sheldon Wolfchild (Dakota) avec une narration de Buffy Sainte-Marie (Cree)

Résistance au colonialisme : Ferraillage sémantique… De la « conquête » à la « domination » (Steven Newcomb)

Pourquoi le mot de “conquête” est-il considéré comme acceptable et pas celui de “domination” ?

Steven Newcomb |31 août 2017 | URL de l’article original en anglais ► https://indiancountrymedianetwork.com/news/opinions/conquest-considered-acceptable-domination-not/

Traduit de l’anglais par Résistance71 ► URL de l’article ► https://resistance71.wordpress.com/2017/09/09/resistance-au-colonialisme-ferraillage-semantique-de-la-conquete-a-la-domination-steven-newcomb/

La vaste majorité des leaders natifs et des avocats spécialistes de la loi fédérale indienne sont enclins à considérer le mot “domination” comme étant trop vocal et “imposant” pour être utilisé dans leurs analyses des problèmes actuels de nos nations et de nos peuples et aussi trop impoli pour être utilisé dans leurs interactions avec les fonctionnaires du gouvernement des États-Unis ou des états les composant. Et pourtant pour une raison inconnue, le mot “conquête” ou l’expression “la conquête” sont traités comme étant typiques et tout à fait normaux.

Je trouve “curieux” que le mot de “conquête” soit jugé acceptable dans les discussions au sujet de la loi fédérale indienne et de sa politique inhérente et que le mot de “domination” ne le soit pas. J’ai une théorie qui implique le fait que le mot “conquête” est subrepticement interprété comme voulant dire que les États-Unis sont collectivement parvenus à une victoire sur les nations autochtones à cet endroit et que les États-Unis sont donc, un conquérant “victorieux”. Ce sentiment est illustré dans bon nombre d’affaires judiciaires. Le mot “conquête” est un mot qui est traité comme courant, acceptable et sain. Aussi parce que le gouvernement des États-Unis ne voient pas le mot “conquête” comme étant une menace, et n’a aucun problème pour l’utiliser. Utiliser ce mot évite de manière utile de cadrer la loi fédérale indienne et sa politique en termes de “domination” des nations natives. (“ce n’est pas une domination, c’est la loi”…)

La présomption ici est que par le moyen d’une “conquête légitime”, les États-Unis ont atteint une position valide se positionnant au-dessus et par delà les nations autochtones. Le mot “conquête” est un mot qui assume de manière silencieuse le fait que les États-Unis et leur gouvernement existent dans une position supérieure en rapport avec la position “inférieure” des nations et peuples autochtones. Bien malencontreusement, la plupart d’entre nous ne fait rien pour contredire et défier cette vision des choses.

Ceci est également vrai concernant la manière dont certains écrivains ont décrit la colonisation des Amériques à ses débuts. Prenez par exemple le livre  d’Anthony Angie The Fall of the Natural Man (1977). Padgen dit que “tout le débat sur la légalité des conquêtes” se situent sur le jugement chrétien au sujet de “la nature des Indiens”. Si Padgen avait écrit au sujet de “la légalité de la domination sur les peuples natifs”, son phrasé aurait incontestablement levé des questions comme “Est-ce que la domination d’une personne par une autre ou d’une nation par une autre peut-être “juste” en quelque circonstance ?” Comment parvient-on à la réponse “correcte” à une telle question ?

Recadrer notre discussion au sujet de notre histoire et des circonstances actuelles en termes de “domination” plutôt que de “conquête”, nous permet de questionner : Est-ce “juste” pour une nation ou un peuple d’en envahir un autre ? et ensuite de forcer la nation envahie de vivre sur des générations selon un système imposé de domination ? Bien qu’il soit correct d’utiliser les mots d’”invasion” et de “domination” pour classifier la manière dont les États-Unis ont traité nos peuples et nos nations (pensez aux massacres de Washita, de Sand Creek et de Wounded Knee etc…), ceci n’est pas le type de vocabulaire que nous avons l’habitude d’entendre utilisé par les leaders autochtones et les praticiens de la loi fédérale indienne en pays indien, ni du reste dans leurs discussions avec les représentants du gouvernement des États-Unis.

Pourquoi donc nos leaders natifs et nos avocats spécialistes ne discutent pas de ce qui a été fait à nos peuples et nations en termes d’invasion et de domination malgré le fait que la loi fédérale indienne US et sa politique sont fondées sur l’affirmation initiale de la chrétienté d’un droit d’invasion et de domination sur nos nations ? Dans un langage quelque peu masqué ou codé (par exemple avec les mot “d’ascendance” et de “dominion [domination] ultime”) le droit affirmé des États-Unis de dominer nos peuples et nations est le plus clairement exprimé dans la décision de la cour suprême dans l’affaire Johnson contre M’Intosh de 1823. [NdJBL : dernier article du même auteur sur ce sujet Johnson vs McIntosh]

En assumant qu’il est injuste pour une nation ou un peuple d’en envahir un autre et de le dominer, est-ce qu’une invasion injuste et une domination continuelle deviennent éventuellement “justes” après que le temps se soit écoulé ? Qui doit décider de la réponse correcte à cette question ? Est-ce qu’un rendu de justice de la cour suprême fondé sur le droit proclamé pour une nation ou un empire de dominer beaucoup d’autres nations et de les tenir sous la prétention de la “conquête” et donc de la domination est une décision valide ? Qui peut le dire ? Dans “The Fall of Natural Man”, Padgen dit que les intellectuels européens des XVème et XVIème siècles avaient leur propre vision de la “structure du monde”. Ces intellectuels concevaient parfaitement que s’ils devaient introduire un “nouvel élément” pauvrement conçu dans cette structure, ceci pourrait bien compromettre la structure du monde entier. En 2017, alors que nous arrivons gentiment au bicentenaire de cette décision dans l’affaire Johnson contre M’Intosh, identifier la loi fédérale indienne et sa politique comme un système de domination est le “nouvel élément” qui crée la renverse potentielle de la structure légale et politique de notre monde et peut l’éloigner des schémas mentaux et comportementaux de domination imposés par les colonisateurs.

Il y a une raison sur le pourquoi les monarchies de la chrétienté occidentale ont assumé un “droit de conquête” sur nos nations autochtones. C’est parce que le mot de “conquête” masque avec succès une affirmation de droit de domination. Les monarchies de la chrétienté avaient pour but de priver nos nations et nos peuples de notre existence libre pré-colombienne, pré-américaine. Affirmer un droit “d’acquérir” (de dominer) les terres et les ressources de nos nations, tout en appelant le résultat final une “conquête”, a fonctionné pour faire paraître la domination résultante comme légale, acceptable et légitime.

Le film “La Mission” (1986) de Roland Joffé* (NdT : avec Robert de Niro et Jeremy Irons), illustre parfaitement comment les Indiens furent traités comme la propriété des colons chrétiens. Parce que les penseurs européens qui débattirent du traitement à allouer aux nations autochtones pendant le XVIème siècle cadrèrent leur discussion sur le mot de “conquête”, il y a une question que le film n’adresse pas parce que ceux engagés dans le débat ne l’adressèrent pas non plus. Est-il OK pour une nation d’envahir et de dominer une autre nation puis de déclarer que la domination qui s’en suit est une “conquête” légale ?…

Focaliser sur les prérogatives et les privilèges de la domination que les monarques d’Espagne donnèrent à Colomb, puis ajoutant le mandat (l’ordre) de domination que le pape Alexandre VI accordait aux monarques d’Espagne dans certains décrets pontificaux (NdT : les deux versions de la bulle Inter Caetera de 1493), crée une possibilité unique. Cela crée la possibilité de discuter le désir de la chrétienté et son intention de localiser et de dominer chaque région non-chrétienne de la planète, incluant la notre alors que nos ancêtres vivaient libres de toute domination de la part de la chrétienté.

Les soutiens de l’empire chrétien utilisèrent la religion chrétienne comme justification de leur effort de triompher sur les “païens” (non chrétiens) afin de subjuguer, profiter et engraisser leurs économies des milliards d’acres des terres et ressources “païennes”. La décision légale dans l’affaire Johnson contre M’Intosh a émergé de cette idéologie chrétienne et de ce comportement de domination.

Le juge de la CS John Marshall a exprimé cette idée lorsqu’il écrivit au sujet de “L’extravagante prétention de convertir la découverte d’un pays habité [par des païens] en conquête.” (c’est à dire en domination). Voici un point bizarre à cause de la manière dont fonctionne les précédents légaux, à ce jour nos peuples et nations sont toujours définis dans la loi états-unienne comme des “païens”, des “infidèles” et des “sauvages barbares” légalement et justement dominés.

Le chef de la nation Yakama Joe de Goudy [Vidéo du discours de Joe de Goudy à Sioux Standing Rock, sept 2016 contre le DAPL ICI.] est le seul leader élu (NdT : par le truchement de la loi fédérale indienne instituant les “conseils de tribus” élus, système asservi à l’État colonial n’ayant aucune valeur ni reconnaissance légales aux yeux des conseils traditionnels natifs… Il en va de même au Canada) que je connaisse qui a soulevé le problème de la domination des nations autochtones avec des hauts-fonctionnaires du gouvernement fédéral, ainsi que de son inévitable corollaire : la déshumanisation. Jusqu’ici, aucun autre responsable élu des nations natives n’identifie explicitement le système de la loi fédérale indienne comme un système de domination malgré que nous soyons capables de retracer ses origines jusqu’au Vatican, ses bulles pontificales et les chartes royales d’Angleterre.

Par le moyen de Johnson contre M’Intosh et de ses progénitures, les États-Unis ont utilisé de tels documents contre nos peuples et nations pendant des générations. D’autres leaders des conseils élus se doivent de rejoindre le chef Goudy pour pointer du doigt l’illégitimité des États-Unis dans son affirmation de très longue durée d’un droit de domination sur nos peuples et nos nations autochtones.

*La Mission ► J’ai fait une référence appuyée à ce film, en complément du billet de Steven Newcomb du 3 août dernier ► Vers un programme d’études autochtones en Californie.

Et comme je préfère cette utopie au cauchemar du rêve américain ;

Newcomb, relève que TOUS nous avons la possibilité, ICI & MAINTENANT & D’OÙ NOUS SOMMES, UNIQUE de rompre avec le cycle mortifère, raciste, eugéniste sur lequel s’est construite l’Amérique messianique moderne contre laquelle il ferraille aujourd’hui. Ainsi que nous, Françaises & Français, et tout pays qui s’est construit sur l’affirmation que l’homme qui n’est pas blanc est inférieur, ou pire, comme l’affirmait Jules Ferry en 1885 sur le fait que « Les races supérieures ont un droit vis à vis des races inférieurs« .

C’est contre cela que nous nous levons pour dire NON, STOP et ÇA SUFFIT !

Nous pouvons provoquer cette césure et à partir de ce temps nouveau définir que plus aucun empire, nation, peuple ne pourra détenir ou revendiquer un droit de domination sur un/des peuples, une ou des Nations…

Commencer par ne plus fêter le Jour de la découverte ou le Colombus Day ou le Día de la Raza en octobre prochain, refuser de célébrer Thanksgiving, puis en janvier 2018 l’Australia Day ou Jour de l’Invasion, ou Jour de la Survie, qui célèbrent partout d’avoir tuer l’indigène/Aborigène pour sauver l’homme blanc et de surcroit chrétien et lui permettre de dominer le monde pour les siècles et les siècles…

Retirons-leur notre consentement, ne soyons plus complices de cette domination par une MINORITÉ BLANCHE sur les peuples autochtones et les Nations premières, car comme l’avait dit une femme Mohawk, Membre du Conseil des Femmes, lors de la crise d’Oka en 1990 aux Canadiens et Québecois de papier qui venaient voir ce qu’il se passait : Regardez-bien ce qu’il se passe ici, parce que quand ils en auront fini avec nous, ce sera votre tour…

Et rien n’est plus vrai aujourd’hui…

Parce que nous sommes LA cible ;

Cependant que nous sommes aussi LA solution…

JBL1960

L’illustration du billet représente sur la carte les 4 voyages de Christophe Colomb

 

Traduction de la Bible & Falsification historique Dr. A. EZZAT, dernière version PDF de septembre 2017

Mise à jour de la version PDF en français ;

FAISONS TOMBER LES DOGMES, LES DOCTRINES & LES MYTHES ;

Tous les écrits, publications et livre du Dr. Ashraf Ezzat qui ne dit jamais que l’histoire de la bible est une invention. Mais prouve juste que la location GÉOGRAPHIQUE de cette histoire n’est pas la bonne. Et qu’il ne faut pas chercher en Égypte ou en Palestine des traces de  l’ Exode ou du Palais de Salomon mais dans le Sud de l’Arabie Saoudite et au Yémen sont réunis, en français, dans ce PDF N° 3 de 54 pages ►  TRADUCTION DE LA BIBLE & ESCROQUERIE HISTORIQUE et dans sa dernière version de septembre 2017 comme suit ▼

 

Présentation par JBL1960 des raisons de ce PDF – Page 2

Histoire, science, mensonge et falsification…

 La tradition orale contre la tradition écrite… Vérité contre mensonge ? Présentation R71 : Page 3

L’Égypte antique n’a jamais connu ni Pharaons, ni Israélites – Page 5

Les racines juives de la culture takfirie – Page 10

Le Messie Arabe – Page 15

La résolution de l’UNESCO sur Jérusalem : La vérité cachée – Page 21

Pourquoi ne trouve-t-on aucune mention des pyramides d’Égypte dans la bible ? Page 25

Jérusalem, rien de saint à propos de la ville sainte… Page 28

La fuite de la Sainte Famille en Égypte est elle un mythe ? – 21/02/2017 – Page 36

L’esclavage n’était pas une pratique fréquente en Égypte – 7 juin 2017 – Page 40

L’histoire biblique de Joseph coule comme le Titanic22 juin 2017 – Page 43

L’histoire de Joseph est un ancien conte populaire arabe – Sept 2017 – Page 47

Dans quelle langue Dieu a-t-il écrit les 10 Commandements – Sept 2017 – Page 51

Ashraf Ezzat, Égyptien né au Caire et basé à Alexandrie, il est diplômé de la faculté de médecine de l’Université d’Alexandrie. Soucieux de ne pas être entièrement accaparé par sa profession médicale, le Dr Ezzat  investit beaucoup de son temps dans la recherche et l’écriture. L’histoire de l’ancien Proche-Orient et de l’Égypte ancienne est depuis longtemps un domaine d’intérêt particulier pour lui. Dans ses écrits, il s’approche de l’histoire ancienne, pas comme des récits des temps reculés, mais comme un facteur causant dans notre vie existante, et pour lui, c’est aussi pertinent et dynamique que le moment présent. Dans ses recherches et ses écrits, le Dr Ezzat est toujours en train de chercher à savoir pourquoi la sagesse ancienne a été entravée et la spiritualité ancienne a diminué alors que les enseignements et la foi judéo-chrétienne s’établissaient et prospéraient. Le Dr. Ezzat a beaucoup écrit en arabe pour aborder de nombreuses questions et sujets dans le domaine de l’égyptologie et de la religion et de la mythologie comparée, mais «l’Égypte n’a jamais connu ni Pharaons ni Israélites» est l’un de ses premiers livres en anglais.

~~~~▲~~~~

J’ai intégré ma traduction du texte original en anglais (pas de l’araméen ou de l’ancien Égyptien !) de la vidéo mise en ligne le 6 août 2017 par le Dr. Ashraf Ezzat, que j’ai complétée par des illustrations ad hoc et des liens connexes ► L’histoire de Joseph est un ancien conte populaire arabe – Vidéo d’A. Ezzat traduit en français par JBL1960

Ainsi que ma traduction de sa toute dernière publication du 31 août 2017 ► Dans quelle langue Dieu a-t-il écrit les 10 Commandements ? Dr A. Ezzat traduit & complété par JBL1960 que j’ai également complétée par des illustrations et liens ad hoc.

Ce PDF N° 3 dans la page de mon blog dédiée à tous les PDF que j’ai entièrement réalisés le plus souvent à partir des traductions faites par Résistance71 pour lecture, téléchargement ET/OU impression totalement gratuits, et il y en a 33 à ce jour.

D’autres sont en préparation, et le PDF du Dr. Ashraf Ezzat ne manquera pas d’évoluer au gré de ses prochaines publications que R71 ou mézigue ne manquerons pas de traduire…

À suivre donc…

JBL1960

MÉMORANDUM sur la continuité du génocide au Canada

L’Appel International par le TICEE ► Tribunal International contre les Crimes de l’Église et de l’État ;

Pour mieux comprendre les dessous historiques de toute cette affaire du génocide documenté des peuples et nations autochtones dans l’entité coloniale de la « couronne britannique » alias la City de Londres appelée « Canada » depuis le 1er juillet 1867 :

Dossier complet sur ce blog MEURTRE PAR DÉCRET dans les Pensionnats pour Indiens au Canada, de 1810/1840 à 1996 ► La dernière version, mise à jour au 30/05/2017, PDF N° 1 de 58 pages de l’essentiel de traduction en français par R71, du Contre-rapport de la Commission Vérité & Réconciliation Meurtre Par Décret – Le crime de génocide au Canada publié par le TIDC & TICCE en conjonction avec des Commissions Citoyennes d’Enquêtes préalables le 1er mars 2016 à Toronto & Bruxelles. L’original du Contre-rapport en anglais de 400 pages ► Murder By Decree.

MEURTRE PAR DÉCRET dans les Pensionnats pour Indiens aux USA de 1820 à 1980 – Billet du 18/07/2017 suite à l’ouverture d’une procédure d’enquête pour rechercher le crime génocidaire contre les enfants autochtones des nations originelles aux États-Unis, enfants qui furent, comme au Canada, arrachés à leurs familles et incarcérés dans des pensionnats gérés par le gouvernement fédéral et les églises. Des dizaines de milliers d’entre eux ont « disparu » entre 1820 et les années 1980.

~~~~▼~~~~

Mémorandum sur la continuité des crimes génocidaires au Canada et globalement : Appel à toutes les nations

Publié par le Directorat Central du Tribunal International contre les Crimes de l’Église et de l’État (TICEE) le 1er septembre 2017

Avec l’aval des anciens traditionnels des nations Anishinabe, Mohawk, Cree, Cowichan et Squamish du Canada

Ainsi que des affiliés du TICEE au Canada, États-Unis, Irlande, Angleterre, Italie, Serbie et Russie

Publié dans la ville de New York – Le 1er septembre 2017 & sous accord de droits d’auteur Common Cause Copyright

Ce mémorandum peut être reproduit, copié, cité ou présenté publiquement en partie ou en totalité à toute fin non lucrative, pourvu que la source et les auteurs soient dûment cités.

Traduit de l’anglais par Résistance 71 ► URL de l’article ► https://resistance71.wordpress.com/2017/09/07/resistance-au-colonialisme-memorandum-sur-la-continuite-du-genocide-au-canada-un-appel-international-par-le-ticee/

Source de l’article original en anglais ► http://itccs.org/

1. Un plan ingénieux d’extermination des nations indigènes a été mis en place par le Vatican et la Couronne d’Angleterre, agissant au travers du gouvernement et des églises du Canada, depuis le 25 novembre 1910. (1) Ce plan fut activé et maintenu fonctionnel par la Couronne d’Angleterre et son bureau du Conseil Privé, ainsi que par les églises catholique, anglicane et unifiée du Canada, en collaboration avec la Gendarmerie Royale du Canada (GRC) et les entreprises judiciaires et privées. En tant que plan de génocide délibéré soutenu par l’église, il a été modelé et connecté à des crimes similaires contre l’humanité perpétrés par le Vatican contre des peuples non catholiques à travers le monde.

2. Ce plan canadien a consisté en un programme d’état et de l’église pour un génocide systémique inter-générationnel fondé initialement sur le système des soi-disant pensionnats pour Indiens, créé sur un modèle jésuite et établi par ordre du conseil le 1er juillet 1920. (2) Ce système a tué plus de la moitié des enfants qui y ont été incarcérés, soient plus de 65 000 enfants. (3) Ce programme a aussi servi de tremplin pour une campagne générale d’extermination des tribus aborigènes non-assimilées ; une campagne qui continue aujourd’hui même. Le génocide est responsable de la dépopulation de plus de 95% des nations natives originelles, ce de manière prédominante sur la côte Ouest du Canada, ce qui représente le meurtre  d’entre un et deux millions de personnes en moins d’un siècle.

3. Alors que l’objectif général de ce génocide fut l’élimination de tous les peuples autochtones non-chrétiens, son but par association fut aussi l’extirpation des réseaux traditionnels de parenté et du système de gouvernance matriarcale des mères de clan, qui assurait le contrôle indigène des terres et des ressources. Ceci fut fait en éradiquant le système familial natif, plus spécifiquement les femmes vivant de manière traditionnelle et leurs enfants. Ce système familial traditionnel fut en fait effectivement détruit par le programme des pensionnats pour Indiens entre 1910 et 1996 de concert avec la grande majorité des langues indigènes et les bases territoriales traditionnelles.

4. Malgré l’estompage progressif dans le temps des pensionnats pour Indiens après 1970, ce plan génocidaire s’intensifia aux mains de différentes branches du gouvernement canadien et d’agences telles que celles gérées par l’église catholique en ce qui concerne les adoptions et les familles d’accueil. Chaque niveau du gouvernement et de l’église au Canada a continué la destruction active des familles indigènes et de leur culture, ceci inclut l’assistance aux enfants et le système de tribunal familial que les conseils de bande aborigènes gèrent, eux-mêmes financés par le governement. Les « chefs » de ces conseils ont joué un rôle clef dans l’éradication de toute autorité et de tout contrôle demeurant sur les territoires et ressources traditionnels ainsi que sur la répression de leur propre peuple. Ils le font et sont payés par le gouvernement canadien et des entreprises domestiques ainsi que pour fournir la ressource essentielle aux corporations multinationales en provenance des États-Unis, du Japon et de la Chine.

5. L’expulsion de toutes les tribus natives traditionnelles demeurant sur leurs terres de la côte Ouest est devenue plus urgente alors que le XXème siècle touchait à sa fin et que la demande du monde pour le bois, l’hydro-électricité, les minéraux et autres ressources naturelles de la Colombie Britannique (CB), s’intensifiait. En conséquence, la période s’étalant depuis 1900 a été témoin d’une rapide escalade de la violence contre les Indiens et un retour  aux méthodes violentes datant du début de la période coloniale. Dans les années 1990, un très grand nombre de familles aborigènes du nord de la CB commencèrent à disparaître aux mains d’escadrons de la mort officieux animés par des gendarmes de la GRC (Police Montée Canadienne) hors de leur service, par des policiers locaux, ainsi que des contractants tiers dont les services étaient loués par le gouvernement fédéral, ses hommes de paille aborigènes et des entreprises étrangères. (4)

6. A partir de 1995, lorsque le tout débutant TICEE fit campagne pour exposer au grand jour les crimes des pensionnats pour Indiens et que cela fit les manchettes des journaux et des médias canadiens, des histoires de disparition de familles autochtones proliféraient également. Ensemble, ces exposés provoquèrent une campagne de désinformation de la part de la GRC, faite pour embrouiller et cacher l’étendue et la nature de ces disparitions. Cette désinformation ne fut que partiellement réussie, et amena le gouvernement du Canada à prendre des mesures plus fermes afin d’effacer toute attention publique sur le génocide se perpétuant sur les familles autochtones. Il s’y employa grâce à la directive de cabinet gouvernemental secrète du 3 avril 1998. (5)

7, Cette directive du gouvernement libéral de Jean Chrétien fut lancée environ une semaine avant l’ouverture de la première enquête indépendante sur les crimes des pensionnats pour Indiens au Canada: la tribunal de l’IHRAAM qui se tint à Vancouver. (6) La directive consistait en un plan officiel de terreur d’état visant les activistes aborigènes, les survivants des pensionnats pour Indiens et notre campagne menée par celui qui allait devenir le secrétaire du TICEE pour l’Amérique du Nord, Kevin Annett, qui organisait le tribunal de l’IHRAAM. Le plan terroriste de Chrétien autorisait l’utilisation de “missions commandos secrètes”, des méthodes de surveillance illégales, des campagnes de diffamation, des troubles et violences contre Annett et les groupes ciblés, incluant l’élimination des individus ayant connaissance ou ayant des preuves des actes génocidaires perpétrés par les employés de l’état canadien et de l’église. Cette directive ministérielle n’a jamais été abrogée et a causé la mort d’au moins sept activistes aborigènes qui ont été assassinés par des gendarmes de la GRC depuis 1998, ceci incluant des membres de notre réseau. (7)

8. Cette directive ministérielle en question fut émise pour une mise en application par le gouvernement fédéral vers la division “E” de la GRC de Vancouver la première semaine du mois de juin 1998, comme ce fut mentionné, juste avant que la première enquête indépendante sur les crimes des pensionnats pour Indiens ne fut mise en place par Kevin Annett et un affilié de l’ONU, l’IHRAAM, le 12 juin. En fait, la perturbation du tribunal de l’IHRAAM fut le but principal de cette campagne de terrorisme d’État, d’après des déclarations faites par l’inspecteur Peter Montague de la Division “E” de la GRC qui mena cette campagne de perturbation. Celle-ci devint particulièrement active après que le tribunal ait eu donné une audience publique des premiers rapports du meurtre organisé et du trafic d’enfants parmi les tribus du nord de la province de CB. (8) Une autre cible de cette campagne de terreur étatique furent les autochtones du Lac Gustafson dans le centre de la CB, qui après avoir défendu les terres sacrées des sépultures de leurs ancêtres furent soumis à un assaut militaire en règle secrètement organisé ainsi que d’une campagne de diffamation par Montague et la GRC durant ce même été de 1995.

9. Il est important de noter que cette note de Chrétien mettant en scène une “terreur d’État” en date du 3 avril 1998 ciblait quiconque menaçait d’exhiber l’histoire et le génocide toujours en cours du peuple natif. Entre 2006 et 2012, sept témoins clef et membres importants indigènes de notre réseau du TICEE à Vancouver et à Winnipeg, furent assassinés en accord avec cette directive: Hariett Nahanee, Johny “Bingo” Dawson, Ricky Lavallee, Harry Wilson, William Combes, Edna Phillips et le chef Louis Daniels. Dans le processus de sa campagne de terrorisme d’état, la directive Chrétien a dérangé et marginalisé une partie de notre travail et le mouvement pour amener devant la justice l’église et l’état canadiens pour les crimes commis dans les pensionnats. Mais pendant de nombreuses années, elle masqua les meurtres ou les disparitions des familles aborigènes de la province de CB. Par exemple, après juin 1998, le tribunal fut attaqué et neutralisé par des agents de la GRC, les mêmes agents, sous la direction de l’inspecteur Peter Montague, qui détruisirent l’effort croissant d’identifier le nombre grandissant de femmes autochtones disparaissant dans toute la CB et dans la partie de l’East Side du centre de la ville de Vancouver.

10. Cette attaque d’État sur une véritable enquête menée sur la disparition de personnes fut déclenchée par le fait qu’à ce moment précis, au début de 1999, de nouvelles preuves irréfutables commencèrent à faire surface, preuves qui liaient l’identité des tueurs contemporains d’autochtones  avec des gens qui travaillaient dans le système des pensionnats pour Indiens. De fait, notre travail a démontré que la totalité du leadership des actuelles églises catholique, anglicane et unifié au Canada, est soit directement impliquée dans les crimes de l’ère des pensionnats ou protège activement ceux qui furent impliqués et que ces mêmes prédateurs sont toujours engagés dans le viol systémique, le trafic et le meurtre d’enfants. Il est de ce fait très clair qu’il existe une continuité criminelle qui s’étale sur des décennies et qui lie les atrocités des pensionnats perpétrées par l’église avec le viol, la torture et la disparition aujourd’hui de personnes natives, spécifiquement des femmes et des enfants. Bref, ce crime n’a jamais cessé et est toujours protégé par la même alliance impie de l’église, de la police et du gouvernement, ce qui explique sans aucun doute l’hostilité constante de ce trio envers notre campagne et son représentant porte-parole, Kevin Annett.

11. Nos continuelles investigations révèlent que bien des hommes qui ont torturé et tué des enfants dans les pensionnats pour Indiens et qui continuent leur prédation sur des femmes et des enfants aborigènes aujourd’hui, sont aussi membres ou affiliés de l’élitiste Vancouver Club du 915 West Hastings street. Leurs odieux rangs comptent trois juges de la cour suprême, une clique d’avocats, des officiels de haut-rang de l’église et des exécutifs d’entreprises privées, un ancien premier ministre canadien, un archevêque catholique et des membres de haut-rang de la GRC et de l’armée canadienne. Virtuellement tous ces membres sont des pratiquants des églises anglicane, catholique et unifiée. Bon nombre de ces hommes ont aussi été identifiés par un ancien agent des services de renseignement canadiens du CSIS comme des participants dans le réseau assassin et de snuff-film dit du “Piggy’s Palace”, incluant deux politiciens aujourd’hui membres de sénat canadien : Larry Campbell et Patrick Brazeau. (9) [NdJBL : Concernant l’affaire Patrick Brazeau, ICI]

12. L’objectif principal et la conséquence de la directive de terreur d’état Chrétien ont été de protéger ces hommes et de camoufler leurs liens avec l’ère des pensionnats pour Indiens et des puissants décideurs entrepreneuriaux d’aujourd’hui. Mais ce qui ne peut pas être caché est la connexion claire et directe entre les plus hauts niveaux des pouvoirs gouvernementaux, de la police, des entreprises, de l’église et du judiciaire au Canada avec ces crimes génocidaires, ainsi que leurs liens avec des crimes similaires dans d’autres pays. Il y a par exemple, un lien clair et direct entre l’industrie du trafic des organes humains basé en Chine et en Thaïlande et la disparition des femmes aborigènes en CB. (10)

13. Ceci fut de plus  rapidement suivi par un un second effort de maquillage par le présent gouvernement libéral du Canada, connu sous le vocable de “L’enquête nationale sur les femmes disparues”. A partir de 2007, une fois que ces connexions furent fermement prouvées par notre campagne et par les témoignages croissant de beaucoup de témoins oculaires aborigènes, le gouvernement conservateur de Stephen Harper s’appuya sur le toujours actif plan Chrétien pour mettre un point final à leur divulgation et y mettre “une pirouette finale d’isolation” sur toute cette affaire passée et présente du génocide au Canada. Ceci se fit au moyen d’une enquête gouvernementale: une opération élaborée de manipulation connue sous le nom de “Commission Vérité et Réconciliation” (CVR). La CVR fut modelée sur une campagne de désinformation secrète standard afin d’enterrer les preuves, réduire au silence les témoins, discréditer les diseurs de vérité et blanchir les coupables. Avec la complicité active des médias du monde, de l’ONU et de chaque niveau des pouvoirs judiciaire et politique au Canada, la CVR enterra la vérité et les preuves du génocide des pensionnats pour Indiens avec un remarquable succès. Elle le fit afin de masquer la continuité de ce crime spécifiquement au sein des nations autochtones de la côte ouest canadienne. (11)

14. Il est clair que cette dernière “enquête” d’apparat en date  est une autre réalisation du plan Chrétien pour éliminer tous les témoins et preuves de la “solution finale” au Canada en ce qui concerne sa population indigène et qui commença en 1910. La soi-disant “enquête sur les femmes disparues” s’opère au travers de ces mêmes agences de police, incluant la GRC, qui sont responsables de l’assassinat de femmes autochtones ciblées et de leurs familles.

15. Comme la CVR, “l’enquête” sur les femmes disparues stoppe les véritables efforts de révéler les crimes et qui en est responsable ; en éliminant les témoins oculaires qui réfutent les versions officielles des disparitions. En tant que pièce de théâtre jouée par les mêmes puissances responsables de la disparition des femmes indigènes, “l’enquête” est moribonde, n’ayant émis aucun rapport sur quoi que ce soit de ses supposées trouvailles au cours des deux années de son existence fantomatique. Nous croyons que ceci a pour but la destruction finale des peuples indigènes et de leur base territoriale et s’assurer que ceci se poursuivra sans heurt et en dégageant le maximum de bénéfices pour les intérêts entrepreneuriaux et d’état qui sont derrière cette destruction.

16. La preuve de tout ceci est le fait essentiel qui est enterré par “l’enquête” et les médias canadiens, à savoir que les disparitions de la côte ouest sont le résultat d’un ciblage racial et politique spécifique et ne sont en rien des meurtres fortuits. Ce point fut établi par nos propres investigations dès le printemps 2003. (12) Ainsi, la vaste majorité des femmes aborigènes portées disparues viennent de familles de lignée matrilinéaire du mode des mères de clan, mode qui traditionnellement contrôle les ressources et la base territoriale des différentes nations indiennes. Bref, leur assassinat revenait à un mode opératoire d’assassinats politiques délibérés visant les leaders restant des tribus de la côte ouest dont la résistance est un obstacle à la veulerie des entreprises avides de ressources naturelles. En ce sens, ces derniers assassinats sont simplement la continuité de la longue tradition canadienne de l’extermination masquée en ce qui concerne les peuples indigènes.

17. Ces crimes ont même un aspect encore plus sombre, impliquant un rituel satanique, qui a été en premier lieu documenté dès 1998 au cours de notre enquête sur le système des pensionnats pour Indiens. Le soi-disant “Neuvième Cercle”, ce culte sacrificiel catholique établi au XVIIème siècle par les jésuites et qui est toujours opérationnel sous les plus hautes directives du Vatican et de ses plus hautes sphères, a fonctionné au sein des pensionnats dès leur ouverture. (13) Le trafic routinier, la torture et le meurtre d’enfants dans les pensionnats étaient à la fois pratiqués par les églises anglicane et unifiée ainsi que par l’église catholique et impliquaient des membres du gouvernement, de la famille royale ainsi que des églises. Ce même Neuvième Cercle continue de tuer en toute impunité dans les cercles d’église aujourd’hui et dans les communautés de la côte ouest situées sur des terres lourdement pourvues en ressources naturelles. Il est très clair que les mêmes forces qui sont traditionnellement derrière le vol de la terre et de la richesse aborigènes, continuent de tuer de manière rituelle et de trafiquer les enfants de nos jours.

18Derrière son masque généreux, comme montré par son nouveau premier ministre pirouettant Justin Trudeau, le Canada est une société fermée et répressive qui extermine effectivement ce qu’il reste des populations autochtones au sein de ses frontières. Il le fait en accord avec son programme génocidaire fondateur introduit en 1910 et la directive ministérielle de Jean Chrétien en 1998 ainsi que par la collusion active et dans l’intérêt d’entreprises d’extraction de ressources essentiellement américaines et chinoises.

19. En tant que campagne menée par l’État, cette culmination du génocide canadien est passible de sanctions judiciaires, comme cela est évident non seulement de par le refus de tout tribunal de la “couronne” de trainer en justice et de faire condamner toute personne ou agence pour acte de génocide, mais aussi la mise en accusation active par ces mêmes tribunaux de quiconque expose ces crimes au grand jour. Il n’y a pas d’avenir pour quelque justice ou compensation que ce soit pour les victimes de ce génocide au Canada, ni par les agences, instances judiciaires des Nations-Unies, qui ont tourné le dos à la réalité de ce crime continuel perpétré par le Canada chrétien et colonial. (15)

20.  Ainsi, il en incombe à la communauté mondiale de faire respecter la loi internationale et de faire en sorte que le Canada soit sanctionné politiquement et économiquement, ainsi que la couronne d’Angleterre, le Vatican et leur église et associés entrepreneuriaux, pour leurs crimes prouvés contre l’humanité. Le Canada et ces pouvoirs en question sont des entités échappant à tout contrôle dont les actions menacent non seulement les innocents mais aussi la souveraineté et la paix de toutes les nations. Cette menace est évidente avec la politique toujours en vigueur et appliquée connue sous le nom de Crimen Sollicitationis au sein de l’église catholique romaine, qui subvertit les lois de protection de l’enfance et le pouvoir des gouvernements souverains en demandant que chaque catholique dans le monde protège les tortionnaires et violeurs d’enfants au sein de l’église et cache ces abus et trafics à la police. L’église anglicane est gouvernée par la même politique, comme l’est toute église non-catholique qui se rallie et se réunit avec la papauté romaine en accord avec le plan “d’une église mondiale” du criminel de guerre condamné connu sous le nom de pape François 1er. (16) Depuis sa mise en service en 1929, Crimen Sollicitationis a encouragé et causé l’assassinat systémique d’enfants au Canada, aux États-Unis, en Irlande, en Croatie, à travers toute l’Europe et dans le monde, crimes qui continuent à être perpétrés en toute impunité. Aussi longtemps qu’une telle criminalité institutionnalisée contre les enfants est permise de fonctionner légalement,  aucun pays ne peut prétendre protéger ses citoyens ou sa souveraineté légale.

21. Il y a une claire obligation morale et légale pour les nations souveraines d’empêcher et de punir les régimes criminels avérés comme le Canada, la Couronne Britannique et le Vatican. Nous lançons donc un appel solennel et attendons que les nations le fassent, utilisant leur police, leur armée et leur machine légale et judiciaire. Nous dirigeons tout spécifiquement cet appel au président Vladimir Poutine, son gouvernement et au peuple russe et à tous les pays existant en dehors de l’influence du bloc occidental.

22. Plus spécifiquement, notre directorat du TICEE et ses affiliés dans sept pays demandent que ces gouvernements entreprennent les actions suivantes:

  • Commencer des sanctions économiques et politiques compréhensives contre le Canada, l’Angleterre et le Vatican en tant que régimes génocidaires condamnés, incluant une procédure de censure et d’expulsion formelle de l’Assemblée Générale de l’ONU et en imposant un embargo touristique et commercial sur ces puissances.
  • Envoyer une force de maintien de la paix au Canada pour protéger les témoins oculaires aborigènes, les familles ciblées et les activistes du TICEE qui confrontent ces crimes ; de procéder à l’arrestation de criminels de guerre condamnés au Canada.
  • Envoyer des équipes médico-légales professionnelles pour nous assister aux recherches et à l’examen des scènes de crime ainsi que les fosses communes et charniers sur les sites des anciens pensionnats pour Indiens.
  • Mettre en place des tribunaux domestiques et internationaux pour juger ces individus et institutions entrepreneuriales/corporatrices responsables de ces crimes et autres contre l’humanité.

23.  Dans les semaines à venir, nos délégations vont amener cet appel et nos preuves devant les gouvernements, les éducateurs, les juristes et les médias du monde. Ceux d’entre nous qui ont révélé et confronté ces crimes ayant lieu au Canada ont été attaqués, harcelés, mis en prison et censurés par tous les niveaux du gouvernement, de la police, des tribunaux et ont été empêchés d’agir librement dans leur propre pays. Nous amenons donc de ce fait cette vérité au-delà des frontières du Canada en l’honneur de cette armée d’innocents qui sont morts et vont continuer de mourir si justice n’est pas faite. Voilà notre position et nous ne pouvons en avoir une autre.

Publié le 1er septembre 2017 par The Directorat Central du TICEE avec l’approbation des anciens des nations Anishinabe, Mohawk, Cree, Metis, Cochiwan et Squamish indigènes à travers le Canada et aussi par les affiliés au TICEE au Canada, en Irlande, en Angleterre, en Italie, en Serbie et en Russie

Notes

  1. Un accord contractuel daté du 25 novembre 1910 entre le gouvernement du Canada et les églises catholique romaine, anglicane, presbytérienne et méthodiste (ces deux dernières étant les prédécesseurs de l’église unifiée du Canada) établit la gestion administrative et le financement conjoints des pensionnats pour Indiens dans lesquelles la moitié des enfants incarcérés moururent.
  2. (http://itccs.org/wp-content/uploads/2016/09/communique-011.jpg .)
  3. 3. Un ordre spécial en conseil ratifié le 1er juillet 1920 a rendu obligatoire pour chaque enfant aborigène au Canada dès l’âge de 7 ans ou plus vieux d’être incarcéré dans le système de pensionnats pour Indiens.
  4. 4.(http://itccs.org/wp-content/uploads/2016/09/communique-004.jpg )
  5. 5.Ce ratio de décès approximatif est fondé sur les propres statistiques du gouvernement et de l’église et est discuté en détail en page 41 et suivantes du livre Murder by 
  6. 6. Decree : The Crime of Genocide in Canada (Amazon, 2016). Qu’on trouve en ligne à (www.murderbydecree.com)
  7. 7.Quelques preuves de l’existence de ces escadrons de la mort et de l’implication de la police dans ceux-ci se trouvent dans les témoignages de ce mémo: http://itccs.org/2011/02/02/memorandum-on-the-organized-disappearance-torture-exploitation-and-murder-of-women-and-children-on-canada-s-west-coast-a-summary-from-eyewitnesses/. Voir aussi la 3ème partie de www.murderbydecree.com .
  1. 8.Une copie de cette directive fut envoyée en juillet 2016 au bureau central du TICEE par un informateur au sein des services de renseignement canadien du CSIS. La directive Chrétien est décrite sur: http://itccs.org/2016/07/08/secret-black-ops-program-identified-by-canadian-government-source-2/
  1. 9. L’IHRAAM est l’International Human Rights Association of American Minorities (L’Association Internationale pour les Droits des Minorités Américaines), une ONG à l’ONU. L’IHRAAM a sponsorisé le tribunal, son directeur le Dr Youssouf Kly et agent de terrain Rudy James y furent présents avec 15 observateurs aborigènes les 12-14 juin 1998 à Vancouver. Voir le The Globe and Mail, June 20,1998.
  2. 10.  Ces assassinats ont pris la vie de sept activistes aborigènes du TICEE à Vancouver et Winnipeg ainsi que celle de manifestants natifs à travers le Canada. Spécifiquement ciblés ont été les anciens traditionnels de la côte ouest du Canada ayant la connaissance de l’histoire orale et spirituelle de leurs nations.
  3. 11.  Ces rapports ont impliqué la divulgation du nom du “chef” principal financé par le gouvernement du conseil tribal Carrier-Sekani, Ed John, comme étant un trafiquant de drogue et d’enfants, un spéculateur foncier qui tuait son propre peuple pour qu’Alcan et B.C Hydro puissent s’approprier leur terre. John a été accusé par trois anciens membres de son conseil tribal, dont deux d’entre eux, Frank Martin et Helen Michel, ont témoigné devant l’IHRAAM sur les crimes dans les pensionnats pour Indiens en juin 1998. (www.murderbydecree.com). Ed John a servi comme le “représentant aborigène officieux” du Canada à l’ONU et avec d’autres entités diplomatiques.
  4. 12, L’agent du CSIS Grant Wakefield a parlé en personne au secrétaire du TICEE Kevin Annett à ce sujet en deux occasions, mais il fut subséquemment traduit en justice par le gouvernement pour le réduire au silence et il fut mis en liste noire des médias canadiens. Ses déclarations sont en grande partie reproduite dans la 3ème partie de Murder by Decree : The Crime of Genocide in Canada. Les noms des politiciens, des juges et quatre officiels de haut rang ayant été impliqués dans le cercle du trafic de film snuff sont en possession du TICEE ; ces noms incluent l’ancien premier ministre canadien Paul Martin et les juges MacEachern, Esson et Grobberman de la cour suprême de la Colombie Britannique, ainsi que des officiers de police de haut-rang impliqués dans “l’enquête sur les femmes disparues”, comme Bruce Michelson du département de police de la ville de Vancouver.
  5. 13. Là encore, les détails de cette connexion peuvent être trouvés dans la 3ème partie de “Murder by Decree”. Wendy Poole par exemple, fut une “femme disparue” importante de Vancouver dont la famille a été lourdement impliquée dans des manifestations publiques, des barrages routiers pour défendre leurs territoires traditionnels contre l’industrie du bois et celle de l’extraction minière. Son oncle, Art Solomon, était un traditionaliste souverainiste en porte-à-faux avec le gouvernement et ses marionnettes des chefs de conseils.
  6. 14. Murder by Decree : The Crime of Genocide in Canada les détails de la couverture et de la criminalité de la CVR en première partie  (www.murderbydecree.com)
  7. 15. Ce fait fut établi par le gendarme de la GRC en retraite George Brown au travers de sa propre enquête sur les personnes disparues qu’il conduisit sur Vancouver entre 2001 et 2003. Brown est cité dans le documentaire Unrepentant qui est posté sur (www.murderbydecree.com) et en 3ème partie de:  Murder by Decree : The Crime of Genocide in Canada. 
  8. 16. Voir non seulement Murder by Decree mais aussi Unrelenting : Between Sodom and Zion de Kevin Annett pour une discussion sur le culte du Neuvième Cercle et le témoignage de deux participants aux cérémonies en Europe Toos Neijenhuis and Anne Marie van Blijenburgh, se trouve sur ces sites: http://itccs.org/2014/09/10/transcript-of-anne-marie-van-blijenburghs-testimony-about-child-murders-in-belgium/  and  https://www.youtube.com/watch?v=-peCsdhscSA&t=135s 
  9. 17. Ibid.
  10. 18. Voir http://itccs.org/2016/04/01/expel-canada-united-kingdom-and-the-vatican-from-the-un-general-assembly-letter-of-demand-issued-to-secretary-general-ban-ki-moon/ and http://itccs.org/2016/05/02/united-nations-head-censured-as-itccs-activates-new-campaign-to-disestablish-criminal-powers/ 
  11. 19. En septembre 2010, Elizabeth de Windsor a signé l’accord d’Holyrood ► Documenté par R71 le 3/02/2014 Source ITCSS + Vidéo incluse ► avec Joseph Ratzinger alias pape Benoît XVI, mettant en place les termes de la ré-incorporation de l’église anglicane au sein de l’église de Rome. Un de ces termes fut l’imposition des conditions de Crimen Sollicitationis sur tout le clergé anglican, ses membres et officiels, voir sur ce site: http://itccs.org/2014/02/02/pope-francis-is-named-by-former-argentine-junta-insider-as-prime-mover-in-child-trafficking-network-francis-concealed-vatican-crown-of-england-holyrood-agreement/ 

~~~~▲~~~~

Le 28 février 2014, et puisqu’il n’y a pas de place au hasard ou aux coïncidences, La Nation Mohawk publiait cet appel ► Dernier Pape, dernière Reine !

Et pour ma part, relayant sans faille depuis décembre 2015 les voix et les ombres natives, que vous pouvez découvrir dans la catégorie PEUPLES PREMIERS, j’ai relayé l’appel spécifique du TICEE du 24 décembre 2016 en souvenir de la petite Maisie Shaw assassinée un 24 décembre 1946 dans le pensionnat pour Indiens d’Alberni, meurtre resté impuni… Comme tous les autres…

Nous pouvons appuyer cet appel, en le relayant, et en l’ouvrant ; Sans arme, ni haine, ni violence, juste par le pouvoir des mots et pour faire tomber l’empire. Je rappelle un moyen très simple : la débaptisation en masse, alors je l’ai fait en récusation de la Doctrine Chrétienne de la Découverte, pour ma part, mais si nous procédons, en nombre, à la demande d’effacement de nos noms des registres des baptêmes, nous accélèrerons la chute de l’Empire anglo-américano-christo-sioniste. Et malgré la séparation de l’Église et de l’État de 1905, en France, la justice française par son Arrêt 1441 du 19/11/2014 confère force de Loi à l’acte de baptême en le rendant indélébile, prétendant que c’est un fait historique indéniable et en interdit son effacement. Ainsi, on a que le droit de renier son acte de baptême, et l’Église catholique romaine nous déclare apostat, mais il n’est pas possible en 2017 de faire effacer son nom des registres, c’est pour l’éternité…

Vous pouvez rejoindre le mouvement lancé sur mon initiative en débaptisation par Résistance71, ici ► https://resistance71.wordpress.com/abolir-lempire-mouvement-pour-la-repudiation-de-la-doctrine-chretienne-de-la-decouverte/

Nous ne sommes pas responsables, ni coupables des génocides, toujours en cours, des Natifs, Nations premières, Indigènes/Autochtones/Aborigènes mais nous le deviendrions à partir du moment où nous avons connaissance des faits, et où nous déciderions de ne rien faire, de nous taire, parce que cela ne nous concernerait en rien…

Le monde est dangereux à vivre ! Non pas tant à cause de ceux qui font le mal, mais à cause de ceux qui regardent et laissent faireAlbert Einstein

Mon devoir est de parler, je ne veux pas être complice ! ► Émile Zola – Extrait de « J’accuse »

Mon devoir est de relayer, et de ne pas la fermer, je ne veux pas être complice !

JBL1960

 

 

LE POUVOIR EST MAUDIT…

…C’est pour cela que je suis anarchiste !

Louise Michel

Voire ; Anarcho-Indigéniste !

Pour se défaire de nos idées toutes faites sur l’Anarchie, Résistance71 avec lesquels je collabore avec bonheur à la réalisation de nombreux PDF sur les plus grandes figures de l’anarchisme, n’hésitant pas à mettre en lumière des personnalités à contre-courant et parfois totalement oubliée, comme Erich Müsham, et plus récemment Pierre Clastres, anthropologue, archéologue Anarchiste, qui figurent dans le film de Tancrède RAMONET de 2 H 21 30 que R71 nous soumet en lien.

NI DIEU NI MAITRE – Une histoire de l’Anarchie

Avec la participation de :

  • LCP Assemblée Nationale
  • UR – Swedish Educational
  • RTS – Radio Television Suisse

Vidéo YT mise en ligne le 21 août 2017 par Jose Wells

Dans le Club Médiapart, une critique élogieuse et constructive sur ce film de RAMONET par VINGTRAShttps://blogs.mediapart.fr/vingtras/blog/120417/ni-dieu-ni-maitre

~~~~▼~~~~

Je me permets de vous rappeler nos PDF à lire, télécharcher et/ou s’imprimer gratuitement et pour affuter notre réflexion et dans le même temps  nous organiser en associations libres et volontaires, car pour nous l’avenir de l’humanité passe par les peuples occidentaux émancipés de l’idéologie et de l’action coloniales, se tenant debout, main dans la main avec les peuples autochtones de tous les continents pour instaurer l’harmonie de la société des sociétés sur Terre.

Avec R71, Zénon et quelques autres en France, mais également Mohawk Nation News, Steven Newcomb, Peter d’Errico, le Pr. Taiaiake ALFRED, dans l’île de la Grande Tortue, nous dégageons l’idée force que nous sommes tous INTER-RELIÉS et que de cette interconnexion peut émerger cette mécanique alternative au cycle colonialiste et mortifère en place :

UNION + RÉFLEXION + ORGANISATION = ACTIONS COLLECTIVES HORS INSTITUTIONS

Nous pensons qu’il n’y a pas de solutions au sein de ce Système étatico-capitaliste dont Jupiter 1er, en France, est le meilleur Bien-Zélé, qu’il n’y en a jamais eu et qu’il n’y en aura jamais mais qu’il est vain de vouloir l’attaquer et de se battre pour exiger que les têtes tombes. Nous pensons qu’en cessant de le nourrir, notamment par la VOTATION et en l’ignorant, il tombera de lui-même, affamé, ignoré…

« La seule véritable peur qui puisse affecter l’autorité officielle, n’est pas celle générée par les gens qui vont lui résister, mais celle par ceux qui vont l’ignorer. » 
~ George Bernard Shaw ~

Ignorons le Système ► Créons les bases solidaires de la Société des sociétés organique ► Réfléchissons et agissons en une praxis commune ► Adaptons le sublime de l’ANCIEN au NEUF, càd à la réalité du monde d’aujourd’hui

Bien sûr que la classe dominante est pourrie, qu’elle se nourrit de nous est que c’est proprement scandaleux, mais se battre pour les mettre en prison nous fera perdre, à notre sens, un temps précieux. Car c’est ICI & MAINTENANT et d’où-nous sommes que nous devons semer, planter les graines du futur car NOUS SOMMES LA SOLUTION

Soyez résolus de ne servir plus et vous serez libres !

Et pourtant ce tyran, seul, il n’est pas besoin de le combattre, ni même de s’en défendre ; Il est défait de lui-même, pourvu que le pays ne consente point à la servitude. Il ne s’agit pas de lui rien arracher, mais seulement de ne lui rien donner.

Étienne de la Boétie – Extrait du Discours de la servitude volontaire, version PDF Écrit en 1576, en français, par Étienne de la Boétie à l’âge de 17/18 ans

Servir c’est accepter et nous, nous refusons l’un comme l’autre…

C’est aussi simple que cela et comme l’a précisé R71 il faudra que s’ouvre une fenêtre d’opportunités à deux éléments simultanés ;

1 – Une conjoncture politico-économique propice : le capitalisme et son système arrivant au bout du bout du banc sans mutation possible et…

2 – Une conscience politique des peuples ne menant pas à l’insurrection, mais au tsunami de la révolution sociale qui emportera tout sur son passage…

Rajoutant même : la crise du capitalisme et de l’impérialisme n’est pas encore au bout du bout du banc et que la conscience politique du peuple est… Nulle… Déduction ?

Les ouvriers et travailleurs des XIXème et XXème siècles jusqu’aux années 50 avaient une conscience politique 10 fois supérieure à aujourd’hui, mais le capitalisme était en plein boum. Si les peuples aujourd’hui se laissent une fois de plus manœuvrer pour qu’une guerre majeure (mondiale non-thermonucléaire*) se produise, alors l’oligarchie mettra de nouveau les compteurs à (quasi) zéro et le capitalisme pourra repartir. Si cela ne se fait pas le plan B est le changement de coquille impérialiste de Bernard cet ermite fourbe. Si nous empêchons les deux, il y aura une accélération de la déliquescence capitaliste, aventure mafieuse qui ne peut plus se survivre à elle même et la fenêtre politico-sociale sera plus que propice, dans cet intervalle il faudra que nous ayons, du moins 10 à 15% d’entre nous, atteint le point de décision ultime afin de mettre en place les associations libres, le chemin émancipateur. S’il y avait en France 8 à 9 millions de personnes décidées et incorruptibles passant à l’acte politique des associations libres, c’est fin de partie pour l’oligarchie avec effet boule de neige [NdeJBL : selon la théorie du 100ème singe ou la solution à 10% vue par Mohawk Nation News] garanti dans toute l’Europe. Idem si cela se produisait dans un autre pays européen.

*guerre majeure mondiale non-thermonucléaire = J’ai toujours affirmé, non que je le souhaite, mais que rien n’était moins sûr. Et la situation actuelle avec le concours de qui a la plus grosse entre Kim & Duffy démontre que nous ne sommes pas à l’abri d’une konnerie de la part de l’un ou de l’autre !

Tension avec la Corée du Nord : Trump autorise le Japon et la Corée à acheter des armes américaines «ultra sophistiquées» MONDE Le président américain a réagi ce mardi sur Twitter après le sixième essai nucléaire nord-coréen – Source 20 minutes du 5 septembre 2017 ► http://www.20minutes.fr/monde/2127215-20170905-tension-coree-nord-trump-autorise-japon-coree-acheter-armes-americaines-ultra-sophistiquees

Vous pouvez lire l’article de Robert Bibeau sur son site Les 7 du Québec sur ce sujet et en complément ► http://www.les7duquebec.com/7-au-front/qui-a-gagne-la-guerre-froide/

Mais quand on n’en arrive à ce degré de psychopathie, et en France BabyMacDeRoth démontre depuis le premier jour à ceux qui roupillent qu’il est là pour réactiver et mettre en œuvre le Plan ► Macron réclame « la plus grande fermeté » après le nouvel essai nucléaire en Corée du NordLe chef de l’État souhaite aboutir au « démantèlement complet, vérifiable et irréversible » des programmes nucléaires de Pyongyang – Source Le Parisien ► http://www.huffingtonpost.fr/2017/09/03/macron-reclame-la-plus-grande-fermete-apres-le-nouvel-essai-nucleaire-en-coree-du-nord_a_23195208/

◄|►

Pour nous permettre de vaincre l’inertie de départ et d’impulser la poussée primordiale, non violente et enclencher un nouveau paradigme, en lien avec les peuples autochtones de tous les continents et affuter notre réflexion ;

« Petit précis sur la société, l’État, la désobéissance civile et la commune volontaire autogérée ; solutions au marasme systémique actuel » et ce texte est toujours d’une grande actualité aujourd’hui parce que rien n’a vraiment été fait pour mettre en place de véritables solutions à la fange oligarchique impérialiste étatique qui continue à piller et génocider le monde en long, en large et en travers. Petit précis sur la Société et l’État (compilation & analyse R71) version PDF de 36 pages.

Appel au socialisme : pour la société des sociétés – Gustav Landauer – 1911 par R71, version PDF de 53 pages.

La Morale Anarchiste par Pierre Kropotkine publié en 03/2017 par R71  ; Version PDF de 24 pages. Et TOUT KROPOTKINE sur ce blog.

LES AMIS DU PEUPLE DE LA VÉRITABLE RÉVOLUTION : Marat, Varlet, Roux, Kropotkine et la France des sections communales, textes choisis par R71, version PDF de 31 pages.

« L’État, c’est la force et il a pour lui avant tout le droit de la force, l’argumentation triomphante du fusil à aiguille, du chassepot. »

~ Michel Bakounine, « Dieu et l’État » ~

TOUT BAKOUNINE sur ce Blog.

Et TOUS les textes politiques FONDATEURS que vous trouverez dans la page de mon blog dédiée à toutes les versions PDF ► LES PDF de JBL1960 et le plus souvent, grâce aux traductions et analyses de Résistance71 et en parfaite interconnexion de têtes et de cœurs…

Car il ne s’agit pas de ne leur rien arracher, mais seulement de ne plus rien leur donner.

JBL1960

Illustration du billet piquée à Dominique Sureau – Réflexions Libertaire