Réflexions optimistes de l’historien engagé Howard Zinn, version PDF réalisée par JBL1960

Vous ne pouvez pas être neutre dans un train en marche…

Réflexions optimistes historiques & politiques d’un historien engagé

Howard Zinn (1922 – 2010)

“Ce que l’histoire révisionniste nous enseigne est que notre inertie de citoyens a abandonné le pouvoir politique à une élite et a coûté au monde environ 200 millions de vies humaines entre 1820 et 1975. Ajoutons à cela la misère non dite des camps de concentration, des prisonniers politiques, de l’oppression et de l’élimination de ceux qui essaient de faire parvenir la vérité en pleine lumière… Arrêtons le cercle infernal du pillage et des récompenses immorales et les structures élitistes s’effondreront. Mais pas avant que la majorité d’entre nous trouve le courage moral et la force intérieure de rejeter le jeu frauduleux qu’on nous fait jouer et de le remplacer par les associations volontaires ou des sociétés décentralisées, ne s’arrêteront le pillage et le massacre.”

Antony Sutton, historien, et professeur de sciences politiques, Stanford U, 1977

C’est grâce à Résistance71 qui m’a donnée à lire et à réunifier leurs traductions et publications depuis 2012 de cette personnalité à contre-courant que fut Howard Zinn que je suis heureuse de vous proposer ce 34ème PDF de 63 pages ;

VOUS NE POUVEZ PAS ÊTRE NEUTRE DANS UN TRAIN EN MARCHE

Et présenté comme suit ;

1 – Sur la spoliation de l’Histoire ► Page 7

2 – L’histoire radicale

1ère Partie ► Page 12

2ème Partie ► Page 18

3 – Violence et nature humaine ► Page 24

4 – L’obéissance civile ► Page 32

5 – Christophe Colomb

1ère Partie ► Page 39

2ème Partie ► Page 46

6 – Réflexions optimistes d’un historien engagé ► Page 55

En pages 4 et 5, j’ai rajouté ma vision d’Howard Zinn,  celle du pilote bombardant Royan le 15 avril 1945, ville que je connais bien et dans laquelle je me promène très souvent et où l’ombre de Zinn me remet à chaque fois en mémoire le fait qu’il y fut utilisé, pour la toute première fois de l’essence gélifiée, substance alors nouvelle connue aujourd’hui sous le nom de napalm… Et à la louche, car les « alliés » ont testé là leurs armes de mort, à l’aveugle… Howard Zinn est revenu à Royan quelques années plus tard pour recueillir à la bibliothèque les interrogations suscitées par cette libération d’une violence étonnante. Source ► http://www.c-royan.com/arts-culture/litterature/livres-et-auteurs/1365-la-bombe.html

R71 m’a fournie de nombreuses photos et j’ai eu plaisir à les placer pour prolonger, de son regard pétillant et malicieux son propos ou sa réflexion. Et je vous livre la conclusion de la présentation faite par R71 d’Howard Zinn : Connaître la véritable histoire des États-Unis, permet de comprendre le monde moderne, de comprendre le présent et d’anticiper le futur pour un monde meilleur où les peuples reprendront leur droit et où l’oligarchie cessera d’exister.

Nous sommes tous des Howard Zinn ou devrions l’être !

Au travail !

Résistance71

Et rien n’est plus vrai aujourd’hui, n’est-ce-pas ?

D’ailleurs, vous pouvez lire en complément de lecture, ma publication du jour ► Dans les temps de Trumperie universelle… Car il y est question, comme le dit le Pr. Antony Sutton dans la citation qui introduit ce PDF un autre historien et personnalité à contre-courant, de ceux qui essaient de faire parvenir la vérité en pleine lumière…

Dans le chapitre 3 : Violence & Nature humaine, à la page 28 sont cités le Pr. Jean-Paul Demoule et la paléontologue et archéologue Marylène Patou-Mathis.

Vous pouvez retrouver les travaux de recherche du Pr. Jean-Paul Demoule dans ce PDF N° 7 de 21 pages « La France amnésique au passé réglementé, ou comment retrouver l’histoire de France » ;

Les billets qui traitent des livres et travaux de recherche de Marilène Patou-Mathis ; https://jbl1960blog.wordpress.com/?s=Maryl%C3%A8ne+Patou+Mathis

Bien sûr, vous pouvez consulter, lire, télécharger et/ou imprimer GRATUITEMENT toutes les versions PDF dans cette page dédiée de mon blog ► LES PDF DE JBL1960…

JBL1960

 

 

 

 

 

Publicités

Dans les temps de Trumperie universelle…

Chercher & Dire la vérité devient un acte révolutionnaire !

Le chercheur de vérité qui voyage suffisamment devient le chemin.

Proverbe Perse, issu du livre de Kevin D. Annett « Le bouclier du lanceur d’alerte« 

Et la dernière publication de Steven Newcomb  La suprématie blanche (concept “d’ascendance”) est la base même de la loi fédérale indienne démontre qu’il nous est tout à fait possible de décider ensemble Natifs, non-indigènes, Colons de papier, blanc, jaunes, vert, ICI & MAINTENANT & D’OÙ NOUS SOMMES une fois cracké les codes de la domination, de la doctrine chrétienne de la découverte, de la conquête, de nous débrancher de la Matrix pour initier un nouveau paradigme sans dieu, ni maitre SANS ARMES, ni haine ni violence…

 Steven Newcomb –  Universitaire, juriste, chercheur et écrivain Shawnee-Lenape – Auteur du livre : « Pagans in the Promised Lands : Decoding the Doctrine of Christian Discovery » et grâce aux larges extraits de traduction de l’anglais au français par Résistance71 en version PDF {N°4} de 45 pages ici ► « Païens en Terre Promise décoder la Doctrine Chrétienne de la Découverte » nous emmène toujours plus loin dans la sémantique, car les mots sont une arme et bien utilisés ils nous permettront CONJOINTEMENT (Natifs ou non) de faire tomber TOUS les empires .

Par ailleurs, Steven Newcomb est cofondateur et codirecteur de l’Indigenous Law Institutehttp://ili.nativeweb.org/

Résistance au colonialisme : Suprématie blanche et domination par la loi fédérale sur les Indiens (Steven Newcomb)

Steven Newcomb | 4 septembre 2017 | URL de l’article original en anglais ► https://indiancountrymedianetwork.com/news/opinions/white-supremacy-ascendancy-basis-us-federal-indian-law/

Traduit de l’anglais par Résistance 71 ► URL de l’article ► https://resistance71.wordpress.com/2017/09/12/resistance-au-colonialisme-suprematie-blanche-et-domination-par-la-loi-federale-sur-les-indiens-steven-newcomb/

L’ère Trump a donné naissance à une nouvelle vague de suprématisme blanc aux États-Unis. En réponse, un certain nombre de statues dédiées à des figures de la Confédération sudiste et propriétaires d’esclaves (NdT : il y avait des propriétaires d’esclaves au nord également et la guerre de sécession ne fut en aucun cas une guerre de l’anti-esclavagisme (le nord) contre l’esclavagisme (le sud)…) ont été  récemment retirées de leurs piédestaux à cause de la levée de boucliers contre ce qui est perçu comme l’histoire du racisme aux États-Unis et l’atmosphère raciste de suprématisme blanc et de nationalisme qui s’est levée dans la société américaine depuis le début de la présidence de Trump. Par exemple, une statue du général sudiste Robert E. Lee a été enlevée, en partie parce que Lee commandait l’armée confédérée pendant la guerre civile de sécession.

Et pourtant, ceux qui ont critiqué les statues d’un bon nombre de racistes de l’histoire des États-Unis ont été malgré tout très sélectifs dans leur indignation envers d’autres blancs, propriétaires d’esclaves et qui croyaient en la suprématie blanche. Ironiquement, le président Trump l’a fait remarquer lorsqu’il a rhétoriquement demandé aux opposants des statues, s’ils pensaient que les statues de deux autres propriétaires d’esclaves, George Washington et Thomas Jefferson, devaient aussi être descendues de leur piédestal. Ma réponse serait sans hésiter : “définitivement”

Un exemple d’attitude suprématiste est évident quand une classe dirigeante se considère être meilleure que les autres classes et qu’elle détient le pouvoir. Un suprématiste blanc a été défini comme “une personne qui croit que la race blanche est de manière inhérente supérieure aux autres races et que les blancs devraient avoir le contrôle sur les personnes d’autres couleurs et d’autres races.” L’”affirmation d’ascendance” est une autre manière de clamer la suprématie. Affirmer l’”ascendance blanche” est assumer que les blancs sont suprêmes et doivent se situer dans les plus hautes positions de la société américaine , au-dessus des autres. Dans la décision de la Cour Suprême des Etats-Unis (CSEU) de l’affaire Johnson contre M’Intosh en 1823, le juge de la CSEU John Marshall, un autre propriétaire d’esclaves, a dit que le caractère et la religion des habitants autochtones de l’Amérique du Nord fournissait “une excuse pour les considérer être un peuple sur lequel ‘le génie supérieur européen pourrait affirmer une ascendance’”. Le dictionnaire Webster définit l’ascendance comme “pouvoir de contrôle et gouvernant : domination”. Ainsi donc l’expression de “suprématie blanche” n’est qu’un euphémisme pour “domination blanche”.

Une statue du juge John Marshall trône en ce moment dans le bâtiment de la CSEU à Washington DC. Même si cette statue était retirée, la mentalité raciste (cadre de pensée) que Marshall a laissé transparaître au travers de ses écrits dans le rendu de l’affaire Johnson demeurera dans le bâtiment sous la forme de cette décision de Johnson contre M’Intosh et toutes les autres décisions bigotes et religieusement motivées de la CSEU.

Statue ou pas, la CSEU continuera d’utiliser les schémas de domination racistes que cette institution a utilisé contre nos peuples et nations depuis bientôt maintenant deux siècles (l’année 2023 marquera le bicentenaire de la décision de l’affaire Johnson c. M’Intosh, affaire et rendu qui déterminent aujourd’hui encore la loi et la politique fédérales indiennes des USA)

Après avoir visionné notre documentaire au sujet de la décision de la CSEU dans l’affaire Johnson contre M’Intosh The Doctrine of Discovery: Unmasking the Domination Code, les gens demandent souvent “Que pouvons-nous faire ?” ou  bien “Alors quelle est la solution ?” Réfléchissons un peu à ces questions un moment. Les hommes et les femmes siégeant à la CSEU ont totalement l’intention de continuer à utiliser comme “précédent légal” cette décision raciste et bigote édicté dans le verdict de l’affaire Johnson et de son résultat direct de la domination blanche (suprématie, ascendance). Aucune législation n’empêchera la CSEU à utiliser cette décision. De plus, le congrès n’a aucune raison de passer une loi contredisant la décision émise dans Johnson. Étant donné la nature dominante et le tempérament de l’administration Trump, le chambardement actuel de la branche exécutive du gouvernement des États-Unis ne va sûrement pas essayer de mettre fin aux schémas de suprématie et de domination blanches qu’on trouve dans la décision de l’affaire Johnson contre M’Intosh et sa résultante directe que fut la loi et politique fédérale indienne de manière générale. Nous pouvons être tout à fait certains que les États-Unis ne veulent en rien écarter les idées inhérentes à la décision et qui servent de pierre angulaire au système légal de la propriété foncière aux États-Unis.

Le juge de la CSEU John Marshall a écrit le rendu du verdict de Johnson de façon à assurer que nos nations autochtones ne soient pas reconnues comme nos propres “pays” dans le monde incluant l’Angleterre, la France, l’Espagne, le Portugal etc. Le verdict fut écrit de façon à ce que les frontières nationales des nations autochtones ne soient vues que comme des fictions poreuses que les États-Unis pourraient transgresser et violer en toute impunité, ne laissant aucun tracé solide capable de maintenir les États-Unis et autres pays hors de nos terres.

Une caractéristique unique des nations dites “indigènes” est que leurs oppresseurs comme les États-Unis (NdT : et le Canada, le Mexique et tous les états d’Amérique du sud de fait…) sont capables de les définir unilatéralement de manière subordonnée. Les nations indigènes n’ont aucun moyen effectif d’empêcher leurs oppresseurs de leurs imposer unilatéralement ces définitions. Il me semble que tant que nous continuons à appeler une idée de système de domination “la loi”, nous continuerons à être contrôlés et dominés par le système de la suprématie blanche chrétienne qui est parfaitement exemplifiée dans le verdict de l’affaire Johnson contre M’Intosh.

Steven Newcomb a choisi la voie légale pour faire exploser le système de domination de la suprématie blanche chrétienne que la « minorité blanche » sous l’égide de Trump et de n’importe quel Potus, (puisque Oblabla était noir cela n’a échappé à personne, n’a jamais rien remis en cause et s’il l’avait fait il aurait été EFFACÉ) entend bien préserver.

S’il explique que l’esprit de l’homme blanc  doit être effacé de nos cortex, c’est aussi bien côté INDIEN, que COLON. Il nous invite à décider ensemble à dire NON, à refuser de consentir et d’être complice de ce système de domination imposés par la « conquête » des premiers colons depuis 1492 et légitimé par le Juge Mashall en 1823 dans l’affaire Johnson vs McIntosh.

Newcomb fait, encore une fois, la démonstration que jamais, depuis 1776 et la naissance de l’Amérique dite Moderne et telle qu’elle prévaut aujourd’hui, personne n’a eut seulement l’intention de modifier ce Système de domination (l’homme qui n’est pas blanc est inférieur) et le droit qui en a découlé (Les races supérieures ont un droit vis à vis des races inférieures, déclaration de Jules Ferry en 1885) et d’enclencher une autre mécanique en lien avec les peuples autochtones, les « esclaves » africains, (qu’on est allé chasser en Afrique pour servir les premiers colons puis travailler la terre qu’on avait volé aux peuples originels). Parce que ça leur convient alors qu’ ils ont eu tout le temps nécessaire pour dénoncer ce système et ils ne l’ont jamais fait, pire, en réactivant l’America First, l’Amérique messianique moderne s’est réaffirmé dans tous ses fondements les plus racistes et colonialistes.

Newcomb démontre, et je pense de même, ainsi que R71, qu’il n’y a pas de SOLUTIONS au sein de ce Système, qu’il n’y en a jamais eu, et qu’il n’y en aura jamais. La preuve c’est qu’aujourd’hui, en 2017, sous l’ère Trump, mais en France nous savons qu’il en est de même ICI ou ; Les psychopathes aux manettes qui constitue cette minorité ou cette suprématie blanche n’ont pas du tout envie d’abandonner leur droit de domination.

Et en lisant ce James H. Kunstler, ce Paul Craig Roberts, et cette analyse de The Saker on comprend que la Nation Exceptionnelle et Indispensable entend bien le rester coûte que coûte, sur des terres volées et dans l’esprit de la conquête pour rendre l’Amérique grande à nouveau…

Dans la très longue analyse de The Saker du 30/08/17 : Les Pères fondateurs ont élaboré la Constitution américaine (et d’autres instruments juridiques) pour protéger le peuple d’abus du gouvernement… [Ah bon ?]  Et encore : Je pense qu’en ce moment la plupart des paléoconservateurs et des libertariens ont compris que « la présidence de Trump est terminée » comme l’a dit Bannon. Trump est un nain intellectuel écrasé et châtré dans les mains des néocons. Mais ce que Trump a défendu pendant son élection mérite toujours qu’on combatte pour cela. Oubliez l’homme, mais rappelez-vous les valeurs, les idées, les principes qui l’ont fait élire. Ces valeurs sont tout ce qui se trouve entre nous et une vie de servitude aux néocons et à leur Empire anglosioniste. C’est aussi tout ce qui se trouve entre l’humanité et une éventuelle guerre mondiale.

Cette injonction démontre bien que, peu importe qui soit à la Maison-Blanche, pourvu qu’il défende « les valeurs, les idées, les principes qui l’ont fait élire. » et c’est bien là le problème justement car : Quiconque vote pour le système a voté et vote pour que celui-ci continueDésincorporerMohawk Nation News du 16/12/2016 – Dans ce billet de blog ► TOUTES & TOUS ; Diseurs de vérité !

Même si nous sommes encore trop peu, nous sommes quand même de plus en plus nombreux à penser que l’avenir de l’humanité passe par les peuples occidentaux émancipés de l’idéologie et de l’action coloniales se tenant debout et main dans la main avec les peuples autochtones de tous les continents pour instaurer l’harmonie de la société des sociétés sur Terre…

JBL1960

L’illustration de ce billet est l’affirmation de Pat Buchanan durant la campagne de Trump « Le thème principal et primordial de son administration sera l’Amérique d’abord »…