Les Kurdes vont devoir faire face à l’armée turque en Syrie mano a mano source Veterans Today

Avis aux « leaders » kurdes ;

Herdogan vient de répondre à la question que posait Veterans Today le 30 juin dernier via Résistance 71 ; Les Kurdes vont peut-être devoir faire face à l’armée turque en Syrie mano a mano ▼

Erdogan : Ankara ne permettra pas la formation d’un État kurde dans le nord de la Syrie

Alter Info | 8 juillet 2017 | URL de la source ► https://fr.sputniknews.com/international/201707081032160077-erdogan-ankara-kurdes-syrie/

Lors d’un briefing en marge du sommet du G20 à Hambourg, le Président turc a déclaré devant les journalistes que la Turquie ne tolérerait pas la création d’un État kurde dans le nord de la Syrie.

Devant les journalistes rassemblés lors d’une conférence de presse, Recep Tayyip Erdogan a déclaré que la Turquie n’allait pas rester silencieuse devant l’appui accordé aux forces armées des milices kurdes et aux tentatives de création d’«îlots terroristes» dans la région :

«S’il est prévu de créer un État kurde dans le nord de la Syrie, nous ne laisserons pas cela arriver», a déclaré Recep Tayyip Erdogan.

Et d’ajouter :  «Nous n’excuserons pas non plus les menaces à l’égard de la Turquie […]. Ankara profitera de son droit à protéger sa sécurité nationale».

Il a également expliqué que le fait que les armes fournies par les terroristes soient utilisées pour perpétrer des actes terroristes en Turquie signifie que «le problème a déjà dépassé les frontières actuelles».

En outre, le numéro un turc a condamné l’appui accordé par les États occidentaux au Parti des travailleurs du Kurdistan et à l’organisation FETÖ fondée par Fethullah Gülen, qui est considérée par Ankara comme un groupe terroriste.

La Turquie considère également les milices kurdes de Syrie comme une organisation terroriste liée au Parti des travailleurs du Kurdistan, prohibé en Turquie. Les tensions se sont accentuées ces derniers jours entre les Kurdes de Syrie et leurs voisins Turcs, qui redoutent de voir se former à leur frontière un embryon d’État susceptible d’encourager la rébellion des militants de ce parti en Turquie.

Des villages kurdes dans le nord de la province syrienne d’Alep ainsi que des positions des Unités de protection du peuple (YPG) auraient été la cible de tirs d’artillerie venant des positions turques, selon différentes sources.
Les forces turques se sont déployées l’année dernière dans le nord de la Syrie pour appuyer l’Armée syrienne libre, une composante des forces insurgées que soutient Ankara et qui a contribué à chasser Daech du nord de la Syrie, rappelle Reuters.

◄|►

Résistance politique : La révolution sociale du Rojava syrien a t’elle été trahie ?…

Nous en avons discuté assez longuement avec “pastèque” récemment sur ce blog, il semblerait que la révolution sociale kurde du Rojava, le confédéralisme démocratique mis en place depuis 2005 par le PKK (ex-marxiste devenu libertaire) et son extension syrienne du YPG et consolidé depuis 2012, ait été trahie par une clique de corrompus à la solde de l’empire. Le choix kurde des Yanks est sans aucun doute la mauvaise carte à jouer, comme l’explique bien l’article ci-dessous.

Ce qui est néanmoins particulièrement frustrant est que les sources d’information en provenance du Rojava sont rares et  biaisées et que des médias kurdes, apparus de nulle part en très peu de temps, font le lit des intérêts impérialistes dans la région et ne sont donc pas vraiment fiables. La question est : y a t’il des gens sur le terrain pouvant encore rendre compte de ce qu’il se passe avec la révolution sociale ? Qu’en dit le peuple kurde du nord de la Syrie ? Les conseils populaires ont ils décidé de ce revirement politique ou est-ce le seul fait d’une clique de corrompus au service de l’empire ? Il ne fait absolument aucun doute que, comme à leur habitude, les Yankees trahiront quelque accord qu’ils ont avec les Kurdes et les largueront en rase campagne pour être décimés par la réaction contre-révolutionnaire, turque et/ou syrienne. On ne peut ignorer l’histoire et ses enseignements qu’à ses propres périls.

~ Résistance 71 ~

Les Kurdes vont peut-être devoir faire face à l’armée turque en Syrie mano a mano

Veterans Today | 30 juin 2017 | URL de l’article original ► http://www.veteranstoday.com/2017/06/30/kurds-may-face-turkish-army-in-syria-one-to-one/

Traduction R71 | URL de l’article ► https://resistance71.wordpress.com/2017/07/03/resistance-politique-la-revolution-sociale-du-rojava-syrien-a-telle-ete-trahie/

 

Récemment, le président turc Recep Tayyip Erdogan a annoncé qu’il se préparait à mener une nouvelle opération militaire dans le nord de la Syrie afin d’y prévenir l’émergence d’un état kurde. La Turquie a déjà confirmé qu’elle était très sérieuse à ce sujet au vu des récentes attaques aériennes menées par Ankara sur les positions kurdes et par de constantes escarmouches entre les deux côtés. De plus, la Turquie a redéployé quelques unes de ses unités blindées dans la zone d’occupation d’Azaz.

A cet égard, les officiels kurdes ont poussé Assad et ses associés à les protéger contre toutes menaces extérieures. D’après l’expert syrien Ziad Shibli, les Kurdes syriens peuvent faire face à l’agression turque seuls dû à quelques causes objectives.

En fait, les Kurdes continuent à jouer un double jeu pour leurs propres intérêts. En jouant avec les États-Unis, les autorités kurdes (NdT : quoi ? pas “d’autorité” en confédéralisme démocratique…) font de leur mieux pour briser les liens avec le gouvernement syrien et ses alliés. Ils ont vendu leur loyauté pour des stocks d’armes. Particulièrement, le Pentagone a fait livrer plus de 100 camions bourrés d’armes et de munitions, incluant 12 000 fusils, 10 000 mitrailleuses, 4000 lance-grenades et 300 mortiers et ce juste pour cette dernière semaine.

Mais ces armes ne sont pas utilisées pour combattre l’EIIL/EI. Il n’est un secret pour personne que les formations kurdes ont laissé les terroristes s’échapper de la ville de Raqqa assiégée pour renforcer leurs positions à Palmyre et à Deir ez-Zor. Plus tard ces faits furent confirmés par la chaîne Al-Arabya, qui a aussi annoncé que le conseil civil de la ville de Raqqa, établi par les Kurdes avec le soutien des États-Unis, a amnistié des douzaines de terroristes de l’EIIL.

De manière évidente, les acteurs de ces formations kurdes contredisent les intérêts de Damas (NdT: et surtout ceux de la révolution sociale du Rojava, que l’auteur ne mentionne même pas dans cet article, prouvant que bien des “alternatifs” pédalent encore et toujours pour le statu quo oligarchique et son outil étatique de répression et d’oppression…)  et de son allié principal dans la lutte contre le terrorisme: la Russie.

D’après les médias russes, les leaders de la Syrian Defense Force (SDF) ont ignoré les conseillers militaires russes qui avaient persuadé le haut commandement militaire syrien d’utiliser ses unités pour protéger les enclaves kurdes près d’Afrin et de Manbij ; mais en collaborant avec les États-Unis, les Kurdes se sont levés contre l’Armée Arabe Syrienne (AAS).

Et pourtant, juste après une menace de clashes directs avec la Turquie, les leaders de la SDF ont commencé à penser à une assistance de Damas et aussi de l’armée de l’air russe. Clairement, les Kurdes comprennent qu’ils ne devraient pas se reposer sur les Américains dans cette affaire. Il est fort peu probable que Washington se dresse contre son allié de l’OTAN. Si les contradictions sur l’affaire kurde entre la Turquie et les États-Unis empirent, Ankara interdirait l’utilisation de sa base aérienne d’Incirlik par l’armée américaine.

Personne n’aime les traîtres. Apparemment, les Kurdes vont demeurer seuls face aux forces armées turques. Ni Damas, ni Moscou ne leur fourniront une assistance et seuls les leaders kurdes en sont responsables.

Note de Résistance 71 : Cette dernière phrase en dit long… Si la décision de jouer dans le camp yankee a été prise par une poignée de “dirigeants”, alors ceux-ci ont aussi trahi la révolution sociale du Rojava et le confédéralisme démocratique, de fait ils ont usurpé un pouvoir qu’ils n’ont aucunement puisque le pouvoir est géré par le peuple réuni en conseils. Il n’y a pas de “dirigeants” en confédéralisme démocratique…

Questions brûlantes : qui a pris ces décisions ? Sous l’´égide, les pots-de-vin de qui ? Ceci n’est-il pas un coup monté pour permettre aux turcs de faire ce qu’ils ont toujours voulu faire et font très bien: réprimer et génocider toute opposition ?… Ainsi cela permettrait de se débarrasser de la plus que gênante révolution du Rojava à moindre coût et satisfaire au projet de partition et de balkanisation de la Syrie…

A méditer…

◄|►

Comme le dit fort justement Résistance71 en préambule, les Zunies trahiront quelque accord qu’ils ont avec les Kurdes et les largueront en rase campagne… C’est ce qu’ils font toujours ; Fallait demander aux Natifs et Nations premières de l’île de la Grande Tortue ; Aux Zapatistes ; Et à tout indigène ou aborigène…

Le Mouvement Zapatiste dans un communiqué du 18 décembre 2016 que vous retrouverez entièrement ici ont affirmé ceci ;

C’est pour ça que le CNI, en tant que Maison de Tous les Peuples, nous sommes les principes qui configurent l’étique de notre lutte et dans laquelle tiennent tous les peuples originaires de ce pays, ces principes auxquels se réfèrent le Conseil Indigène de Gouvernement sont :

Obéir et non commander

Représenter et non supplanter

Servir et non se servir

Convaincre et non vaincre

Descendre et non monter

Proposer et non imposer

Construire et non détruire

C’est ce que nous avons inventé et réinventé non par goût, mais comme l’unique forme que nous avons de continuer à exister, c’est à dire ces nouveaux chemins sortis de la mémoire collective de nos propres formes d’organisation, qui sont les produits de la résistance et de la révolte, du faire front chaque jour à la guerre qui n’a jamais cessé et qui n’a jamais pu en finir avec nous ► PROPOSITIONS de l’EZLN POUR un Réseau de Résistance et de Rébellion International CONTRE la société marchande ;

Ne jamais faire confiance à l’empire anglo-américano-christo-sioniste…

JAMAIS ! La preuve…

JBL1960

Vous pouvez retrouver les versions PDF du Confédéralisme Démocratique, 2011 {N° 24} – La 6ème Déclaration Zapatiste de la Forêt de Lacandon de 2005 {N°25} dans cette page de mon blog dédiée et plus encore ► LES PDF DE JBL1960

Au bureau de La Révolte ; J’inscris mon nom…

En apportant ma réflexion et en amplifiant les voix anticoloniales des peuples autochtones de tous les continents…

ICI & MAINTENANT ET D’OÙ JE SUIS…

Un simple grain de sable capable d’enrayer la Machine à nous broyer…

Simple porte-voix, portée, moi-même par les ombres natives…

Je laisse une minuscule trace, une toute petite empreinte témoin de mon passage, de ma réflexion mais surtout de mon action…

Pour inscrire mon nom au bureau de La Révolte et une bonne fois pour toute ▼ DEUXIÈME PARTIE

~~~~▼~~~~

Changement de paradigme politique : L’anarchie dans l’évolution socialiste (Pierre Kropotkine) ~ 1ère partie ~

URL de l’article source Résistance71https://resistance71.wordpress.com/2017/07/07/changement-de-paradigme-politique-lanarchie-dans-levolution-socialiste-pierre-kropotkine-1ere-partie/

L’ANARCHIE

Dans l’Évolution Socialiste

2ème Édition

Pierre Kropotkine

Prix : 10 centimes

PARIS

Au bureau de la Révolte

140, rue Mouffetard, 14ème

1892

1ère partie

2ème partie

Brochure publiée à sept mille exemplaires, conformément au désir de notre camarade Lucien Massé, coiffeur à Ars en Ré, qui, en mourant, a légué la RÉVOLTE la somme nécessaire.

Citoyennes et citoyens,

Vous vous êtes certainement demandé, maintes fois, quelle est la raison d’être de l’Anarchie ? Pourquoi, parmi tant d’autres écoles socialistes, venir fonder encore une école de plus, l’école anarchiste ? C’est à cette question que je vais répondre. Et, pour mieux y répondre, permettez-moi de me transporter à la fin du siècle passé.

Vous savez tous ce qui caractérisa cette époque. L’épanouissement de la pensée. Le développement prodigieux des sciences naturelles ; la critique impitoyable des préjugés reçus ; les premiers essais d’une explication de la nature sur des bases vraiment scientifiques, d’observations, d’expérience, de raisonnement.

D’autre part, la critique des institutions politiques léguées à l’humanité par les siècles précédents ; la marche vers cet idéal de Liberté, d’Égalité et de Fraternité qui, de tout temps, fut l’idéal des masses populaires. 

Entravé dans son libre développement par le despotisme, par l’égoïsme étroit des classes privilégiées, ce mouvement, appuyé et favorisé en même temps par l’explosion des colères populaires, engendra la grande Révolution qui eut à se frayer un chemin au milieu de mille difficultés intérieures et extérieures.

La Révolution fut vaincue ; mais ses idées restèrent. Persécutées, conspuées d’abord, elles sont devenues le mot d’ordre de tout un siècle d’évolution lente. Toute l’histoire du XIXe siècle se résume dans l’effort de mettre en pratique les principes élaborés à la fin du siècle passé. C’est le sort de toutes les révolutions. Quoique vaincues, elles donnent le mot de l’évolution qui les suit.

Dans l’ordre politique, ces idées sont l’abolition des privilèges de l’aristocratie, la suppression du gouvernement personnel, l’égalité devant la loi. Dans l’ordre économique, la Révolution proclame la liberté des transactions. « Tous, tant que vous êtes sur le territoire — dit-elle — achetez et vendez librement. Vendez vos produits — si vous pouvez produire ; et si vous n’avez pas pour cela l’outillage nécessaire, si vous n’avez que vos bras à vendre, vendez-les, vendez votre travail au plus donnant : l’État ne s’en mêlera pas ! Luttez entre vous, entrepreneurs ! Point de faveurs pour personne. La sélection naturelle se chargera de tuer ceux qui ne seront pas à la hauteur des progrès de l’industrie, et de favoriser ceux qui prendront les devants. »

Voilà, du moins, la théorie de la révolution du tiers-État. Et si l’État intervient dans la lutte pour favoriser les uns au détriment des autres — on l’a vu assez, ces jours-ci, lorsqu’on a discuté les monopoles des compagnies minières et des chemins de fer, — ce sera considéré par l’école libérale comme une déviation regrettable aux grands principes de la Révolution, un abus à réparer.

Le résultat ? — Vous ne le connaissez malheureusement que trop, citoyennes et citoyens réunis dans cette salle. L’opulence oisive pour quelques-uns, l’incertitude du lendemain, la misère pour le plus grand nombre. Les crises, les guerres pour la domination sur les marchés ; les dépenses folles des États pour procurer des débouchés aux entrepreneurs d’industrie.

C’est que, en proclamant la liberté des transactions, un point essentiel fut négligé par nos pères. Non pas qu’ils ne l’eussent entrevu ; les meilleurs l’ont appelé de leurs vœux, mais ils n’osèrent pas le réaliser. C’est que, en proclamant la liberté des transactions, c’est-à-dire la lutte entre les membres de la société, la société n’a pas mis en présence des éléments de force égale, et les forts, armés pour la lutte de l’héritage paternel, l’ont emporté sur les faibles. Les millions de pauvres, mis en présence de quelques riches, devaient fatalement succomber.

Citoyennes et citoyens ! Vous êtes-vous posé cette question : D’où vient la fortune des riches ? — Est-ce de leur travail ? Ce serait une bien mauvaise plaisanterie que de le dire. Mettons que M. de Rothschild ait travaillé toute sa vie. Mais, vous aussi, chacun des travailleurs dans cette salle, a aussi travaillé. Pourquoi donc la fortune de Rothschild se chiffre-t-elle par des centaines de millions, et la vôtre par si peu de chose ?

La raison en est bien simple. C’est que vous vous êtes appliqués à produire vous-mêmes, tandis que M. Rothschild s’est appliqué à recueillir le fruit du travail des autres. Tout est là.

« Mais, comment se fait-il, me dira-t-on, qu’il se soit trouvé des millions d’hommes laissant les Rothschild accaparer le fruit de leurs travaux ? » — La réponse est simple : ils ne pouvaient pas faire autrement, puisqu’ils sont misérables !

En effet, imaginez une cité dont tous les habitants — à condition de produire des choses utiles pour tout le monde — trouvent le gîte, le vêtement, la nourriture et le travail assuré ; et supposez que dans cette cité débarque un Rothschild, porteur d’un baril d’or.

S’il dépense son or, le baril s’allègera rapidement. S’il l’enferme sous clef, il ne débordera pas, parce que l’or ne pousse pas comme les haricots, et, au bout d’une année, notre Rothschild ne retrouvera pas, dans son tiroir, 110 louis s’il n’y en a mis que cent. Et s’il monte une usine et propose aux habitants de la cité de travailler dans cette fabrique pour cinq francs par jour tandis qu’ils en produiront pour dix, on lui répondra : « Monsieur, chez nous vous ne trouverez personne qui veuille travailler à ces conditions ! Allez ailleurs, cherchez une cité de misérables qui n’aient ni travail assuré, ni vêtement, ni pain, qui consentent à vous abandonner la part du lion dans les produits de leur travail, pourvu que vous leur donniez de quoi acheter du pain. Allez là où il y a des meurt-de-faim ! Là vous ferez fortune ! »

L’origine de la fortune des riches, c’est votre misère ! Point de misérables d’abord ! Alors, il n’y aura point de millionnaires !

Or, c’est ce que la Révolution du siècle passé ne sut ou ne put réaliser. Elle mit en présence des ex-serfs, des meurt-la-faim et des va-nu-pieds d’une part, et d’autre part, ceux qui étaient déjà en possession de fortunes. Elle leur dit : Luttez ! Et les misérables succombèrent. Ils ne possédaient point de fortune ; mais ils possédaient quelque chose de plus précieux que tout l’or du monde — leurs bras — Et ces bras — cette source de toutes les richesses — furent asservis par les riches.

Et nous avons vu surgir ces immenses fortunes qui sont le trait caractéristique de notre siècle. Un roi du siècle passé, « le grand Louis XIV » des historiens salariés, a-t-il jamais osé rêver la fortune des roi du XIXe siècle, les Vanderbilt et les Mackay ?

Et d’autre part, nous avons vu le misérable réduit de plus en plus à travailler pour autrui ; le producteur pour son propre compte disparaissant de plus en plus ; chaque jour davantage nous sommes condamnés à travailler pour enrichir les riches.

On a cherché à obvier à ces désastres. On a dit : Donnons à tous une instruction égale. Et on a répandu l’instruction. On a fait de meilleures machines humaines, mais ces machines instruites travaillent toujours pour enrichir les riches. Tel savant illustre, tel romancier de talent, est encore la bête de somme du capitaliste. Le bétail à exploiter s’améliore par l’instruction, mais l’exploitation reste.

On est venu parler ensuite d’association. Mais on s’est vite aperçu qu’en associant leurs misères, les travailleurs n’auraient pas raison du capital. Et ceux-là mêmes qui nourrissait le plus d’illusions à ce sujet ont dû en venir au socialisme.

Timide à ses débuts, le socialisme parla d’abord au nom du sentiment, de la morale chrétienne. Il y eut des hommes profondément imbus des côtés moraux du christianisme — fonds de morale humaine conservée par les religions, — qui vinrent dire : « Le chrétien n’a pas le droit d’exploiter ses frères ! » Mais on leur rit au nez, en leur répondant : « Enseignez au peuple la résignation du christianisme, dites au nom du Christ que le peuple doit présenter la joue gauche à celui qui l’a frappé sur la joue droite, — vous serez les bienvenus ! Quant aux rêves égalitaires que vous retrouvez dans le christianisme, allez méditer vos trouvailles dans les prisons ! »

Plus tard, le socialisme parla au nom de la métaphysique gouvernementale. « Puisque l’État, disait-il, a surtout pour mission de protéger les faibles contre les forts, il est de son devoir de subventionner les associations ouvrières. L’État seul peut permettre aux associations de travailleurs de lutter contre le capital et d’opposer à l’exploitation capitaliste le chantier libre des travailleurs encaissant le produit intégral de leur travail. » — À ceux-là la bourgeoisie répondit par la mitraillade de juin 48.

Et ce n’est que vingt à trente ans après, lorsque les masses populaires furent conviées à entrer dans l’Association Internationale des Travailleurs, que le socialisme parla au nom du peuple ; c’est alors seulement que, s’élaborant peu à peu dans les Congrès de la grande Association et, plus tard chez ses continuateurs, il en arriva à cette conclusion :

« Toutes les richesses accumulées sont des produits du travail de tous — de toute la génération actuelle et de toutes les générations précédentes. Cette maison dans laquelle nous sommes réunis en ce moment, n’a de valeur que parce qu’elle est dans Paris, — cette ville superbe où les labeurs de vingt générations sont venus se superposer. Transportée dans les neiges de la Sibérie, la valeur de cette maison serait presque nulle. Cette machine que vous avez inventée et brevetée, porte en soi l’intelligence de cinq ou six générations ; elle n’a de valeur que comme partie de cet immense tout que nous appelons l’industrie du dix-neuvième siècle. Transportez votre machine à faire les dentelles au milieu des Papouas de la Nouvelle-Guinée, et là, sa valeur sera nulle. Ce livre, enfin, cette œuvre de génie que vous avez faite, nous vous défions, génie de notre siècle, de nous dire quelle est la part de votre intelligence dans vos superbes déductions ! Les faits ? Toute une génération a travaillé à les accumuler. Les idées ? c’est peut-être la locomotive sillonnant les champs qui vous les a suggéré. La beauté de la forme ? c’est en admirant la Vénus de Milo ou l’œuvre de Murillo que vous l’avez trouvée. Et si votre livre exerce quelque influence sur nous, c’est grâce à l’ensemble de notre civilisation.

Tout est à tous ! Et nous défions qui que ce soit de nous dire quelle est la part qui revient à chacun dans les richesses. Voici un immense outillage que le dix-neuvième siècle a créé ; voici des millions d’esclaves en fer que nous appelons machines et qui rabotent et scient, tissent et filent pour nous, qui décomposent et recomposent la matière première, et font les merveilles de notre époque. Personne n’a le droit de s’accaparer aucune de ces machines et de dire aux autres : « Ceci est à moi ; si vous voulez vous servir de cette machine pour produire, vous me paierez un tribut sur chaque chose que vous produirez, » — pas plus que le seigneur du moyen-âge n’avait le droit de dire au cultivateur : « Cette colline, ce pré sont à moi et vous me paierez un tribut sur chaque gerbe de blé que vous récolterez, sur chaque meule de foin que vous entasserez. »

« Tout est à tous ! Et pourvu que l’homme et la femme apportent leur quote-part de travail pour produire les objets nécessaires, ils ont droit à leur quote-part de tout ce qui sera produit par tout le monde ! »

II

« Tout est à tous. Et pourvu que l’homme et la femme apportent leur quote-part de travail pour produire les objets nécessaires, ils ont droit à leur quote-part de tout ce qui sera produit par tout le monde ! »

Mais, c’est le Communisme ? — direz-vous. Oui, c’est le Communisme ; mais le Communisme qui parle, non plus au nom de la religion, non plus au nom de l’État, mais au nom du peuple.

Depuis cinquante ans, un formidable réveil s’est produit dans la classe ouvrière. Le préjugé de la propriété privée s’en va. De plus en plus le travailleur s’habitue à considérer l’usine, le chemin de fer, la mine, non pas comme un château féodal appartenant à un seigneur, mais comme une institution d’utilité publique, que tout le monde a le droit de contrôler.

L’idée de possession commune n’a pas été élaborée, de déduction en déduction, par un penseur de cabinet. C’est la pensée qui germe dans les cerveaux de la masse ouvrière. Et lorsque la révolution que nous réserve la fin de ce siècle aura jeté le désarroi dans le camps des exploiteurs, — vous verrez que la grande masse populaire demandera l’Expropriation et proclamera son droit à l’usine, à la manufacture, à la locomotive et au bateau à vapeur.

Autant le sentiment de l’inviolabilité de l’intérieur du chez soi, s’est développé pendant la deuxième moitié de notre siècle, autant le sentiment du droit collectif à tout ce qui sert à la production des richesses s’est développé dans les masses. C’est un fait ; et quiconque voudra vivre, comme nous, de la vie populaire et suivre son développement, conviendra que cette affirmation n’est qu’un résumé fidèle des aspirations populaires.

Oui, la tendance de la fin du XIXe siècle est au Communisme ; non pas le Communisme du couvent ou de la caserne prêché jadis, mais au Communisme libre, qui met à la disposition de tous les produits récoltés ou fabriqués en commun, laissant à chacun la liberté de les consommer comme il lui plaira, dans son chez soi.

C’est la solution la plus accessible aux masses populaires, la solution que le peuple réclame aux heures solennelles. En 1848, la formule : « De chacun selon ses facultés, à chacun selon ses besoins » est celle qui va le plus droit au cœur des masses. Si elles acclament le République, le suffrage universel, c’est parce qu’elles espèrent trouver le Communisme au bout de l’étape. Et en 1871, dans Paris assiégé, lorsque le peuple veut faire un effort suprême pour résister à l’envahisseur, que réclame-t-il ? — Le rationnement !

La mise au tas de toutes les denrées et la distribution selon les besoins de chacun. La prise au tas de ce qui est en abondance, le rationnement des objets qui peuvent manquer, c’est la solution populaire. Elle se pratique chaque jour dans les campagnes. Tant que les prés suffisent, — quelle est la Commune qui songe à en limiter l’usage ? Lorsque le petit bois et les châtaignes abondent, — quelle Commune refuse aux communeux d’en prendre ce qu’ils veulent ? Et lorsque le gros bois commence à manquer, qu’est-ce que le paysan introduit ? C’est le rationnement !

Prise au tas pour toutes les denrées qui abondent. Rationnement pour tous les objets dont la production est restreinte, et rationnement selon les besoins, donnant la préférence aux enfants et aux vieillards, aux faibles en un mot.

Et le tout, — consommé non pas dans la marmite sociale, mais chez soi, selon les goûts individuels, en compagnie de sa famille et de ses amis. Voilà l’idéal des masses dont nous nous sommes fait les porte-voix.

Mais il ne suffit pas de dire « Communisme, Expropriation ! » Encore faut-il savoir à qui incomberait la gérance du patrimoine commun, et c’est sur cette question que les écoles socialistes se trouvent surtout divisées, les uns voulant le Communisme autoritaire, et nous autres nous prononçant franchement pour le Communisme anarchiste.

Pour juger les deux, revenons encore une fois à notre point de départ, — la Révolution du siècle passé.

En renversant la royauté, la Révolution proclama la souveraineté du peuple. Mais par une inconséquence, toute naturelle à cette époque, elle proclama, non pas la souveraineté en permanence, mais la souveraineté intermittente, s’exerçant à intervalles seulement, pour la nomination de députés qui sont censés représenter le peuple. Au fond, elle copia ses institutions sur le gouvernement représentatif de l’Angleterre.

On noya la Révolution dans le sang, et néanmoins, le gouvernement représentatif devint le mot d’ordre en Europe. Toute l’Europe, sauf la Russie, l’a essayé, sous toutes les formes possibles, depuis le gouvernement censitaire jusqu’au gouvernement direct des petites républiques de l’Helvétie.

Mais, chose étrange, à mesure que nous approchions du gouvernement représentatif idéal, nommé par le suffrage universel complètement libre, nous en découvrions les vices essentiels. Nous constations que ce mode de gouvernement pèche par la base.

N’est-il pas absurde, en effet, de prendre au sein de la population un certain nombre d’hommes et de leur confier le soin de toutes les affaires publiques, en leur disant : « Occupez-vous en, nous nous déchargeons sur vous de la besogne. À vous de faire les lois sur tous les sujets : Armements et chiens enragés ; observatoires et tuyaux de cheminées ; instruction et balayage des rues. Entendez-vous comme vous le voudrez et légiférez, puisque vous êtes les élus que le peuple a trouvé bons à tout faire. »

Je ne sais pas, citoyens, mais il me semble que si on venait offrir à un homme sérieux un pareil poste, il devrait tenir à peu près ce langage : « Citoyens, vous me confiez une besogne qu’il m’est impossible d’accomplir. Je ne connais pas la plupart des questions sur lesquelles je serai appelé à légiférer. Ou bien j’agirai à l’aveuglette et vous n’y gagnerez rien, ou bien je m’adresserai à vous et provoquerai des réunions, dans lesquelles vous-mêmes chercherez à vous mettre d’accord sur la question, et alors mon rôle deviendra inutile. Si vous vous êtes fait une opinion et si vous l’avez formulée ; si vous tenez à vous entendre avec d’autres citoyens qui, eux aussi, se sont fait une opinion sur ce sujet, alors vous pourrez tout simplement entrer en échange d’idées avec vos voisins, et envoyer un délégué qui pourra se mettre d’accord, avec d’autres délégués sur cette question spéciale ; mais vous réserverez certainement votre décision définitive. Vous ne lui confierez pas le soin de vous faire des lois. C’est ainsi qu’agissent déjà les savants, les industriels, chaque fois qu’ils ont à s’entendre sur des questions d’ordre général. »

Mais ceci serait la négation du régime représentatif, du gouvernement et de l’État. Et cependant c’est l’idée qui germa partout, depuis que les vices du gouvernement représentatif, mis à nu, sont devenus si criants.

Notre siècle est allé encore plus loin. Il a mis en discussion les droits des États et de la société par rapport à l’individu. On s’est demandé jusqu’à quel point l’ingérence de l’État est nécessaire dans les mille et mille fonctions d’une société.

~~~~▲~~~~

Tout est contenu dans la première partie de ce texte ;

Le fait que nul ne sera chef dans ce changement qui s’en vient, car c’est notre affaire à TOUS comme nous le répète sans faiblir le Mouvement Zapatiste dans son tout dernier communiqué du 27 juin source La Voie du Jaguar et relayé par Résistance71.

N’est-il pas absurde d’avoir veauter pour MacDeRoth qui s’est auto-proclamé Jupiter 1er

Source Marianne

Même a minima… Puis pour les Législatives (même avec 70% d’abstention, votes blancs et nuls compris) et de leur confier le soin de toutes les affaires publiques, en leur disant : « Occupez-vous en, nous nous déchargeons sur vous de la besogne. À vous de faire les lois sur tous les sujets : Armements et chiens enragés ; observatoires et tuyaux de cheminées ; instruction et balayage des rues. Entendez-vous comme vous le voudrez et légiférez, puisque vous êtes les élus que le peuple a trouvé bons à tout faire. »

Ne confions à personne les clés de nos vies, organisons-nous, ignorons l’État et ses institutions et fédérons-nous en associations libres et volontaires…

Tout Pierre Kropotkine sur ce blog, et en version PDF.

JBL1960

 

 

Mise en vente de l’Île de la Grande Tortue – Mohawk Nation News traduit par R71 et plus encore du grain de sable JBL1960

Voilà pourquoi Trump a toujours affirmé que les Indiens n’étaient pas Souverains.

Prisonniers en leurs propres terres…

Justin Waterhole Trudeau est dans tous les mauvais coups ;

Faut dire qu’il a été a bonne école. Le 9 juillet 2016 il était déjà question de Jean Chrétien, le bien nommé, et j’avais en appui du Rapport spécial de l’International Tribunal into Crimes of Church and State (ITCCS)  : Programme pour éliminer les activistes menant campagne au sujet des pensionnats pour Indiens et pour arrêter l’enquête qui a commencé officiellement au printemps de 1998 rappelé le pedigree complet du Premier Ministre de l’époque qui n’était autre que Jean Chrétien, dans ce billet très complet – Traduction Résistance71L’AUTOROUTE DES LARMES – ITCCS est à l’origine du Contre-Rapport Meurtre Par Décret – Le crime du génocide au Canada dont R71 a traduit l’essentiel que j’ai réunifié dans un PDF N° 1 et récemment mis à jour ► MEURTRE PAR DÉCRET.

Joseph Jacques Jean Chrétien est né le 11 janvier 1934 à Shawinigan au Québec au Canada et sans aucun doute, à 83 ans, a-t-il festoyé le 1er juillet dernier sur la terre volée encore rougie du sang des Natifs célébrant le 150ème anniversaire de la Confédération Canadienne, priant, dans le silence des églises à 10 heures précises ; Remerciant Dieu de leur avoir donné la force de Tuer l’Indien pour sauver l’homme blanc et de surcroit Chrétien.

Comme le prédispose le DEUTERONOMY 7: 1-2, 5-6 de l’Ancien Testament :

Lorsque l’Éternel, ton dieu, t’auras fait entrer dans le pays dont tu vas prendre possession et qu’il chassera devant toi beaucoup de nations et que tu les auras battues alors tu devras les détruire entièrement.

Tu ne traiteras point d’alliance avec elles, et tu ne leur feras point grâce, tu ne laisseras la vie sauve à aucun d’entre eux.

Voici au contraire comment tu agiras à leur égard : tu renverseras leurs autels, tu briseras leurs statues, tu abattras leurs idoles et leurs arbres et tu les brûleras au feu.

Car tu es un peuple choisi par l’Éternel, ton dieu, entre tous les peuples qui sont sur la face de la terre.

Et le problème, voyez-vous, c’est qu’ils ont été au-delà de ces funestes conseils, bien au-delà. Génocidant les Natifs, et Nations Premières et s’établissant sur leur Terre et comme cela ne suffisait, organisant la capture « la chasse » des africains et leur mise en esclavage pour leur seul et unique profit et comme nous pouvons le revoir, même si c’est sous le prisme Zunien, avec la série télévisée « Roots » ► Racines. Et nous sommes tous Kunta Kinté, guerrier Mandingue au cœur de la doctrine chrétienne de la découverte. Voilà pourquoi nous affirmons que nous sommes tous des colonisés et que l’avenir de l’humanité passe par les peuples occidentaux émancipés de l’idéologie et de l’action coloniales, se tenant debout, main dans la main avec les peuples autochtones de tous les continents pour instaurer l’harmonie de la société des sociétés sur Terre.

~~~~▼~~~~

 

Résistance au colonialisme : L’Amérique du Nord est vendue par morceaux aux plus offrants (Mohawk Nation News)

Mise en vente de l’Île de la Grande Tortue

Mohawk Nation News | 3 juillet 2017 | URL de l’article original ► http://mohawknationnews.com/blog/2017/07/03/turtle-island-put-on-sale/

Traduit de l’anglais par Résistance 71 – URL de l’article ► https://resistance71.wordpress.com/2017/07/06/resistance-au-colonialisme-lamerique-du-nord-est-vendue-par-morceaux-aux-plus-offrants-mohawk-nation-news/

Lorsque le premier ministre Pierre Trudeau (NdT : père de l’actuel PM canadien) nomma Jean Chrétien (NdT : futur PM), ministre des affaires indiennes en 1969, le ministère passa sous le contrôle des nababs de l’immobilier et des banques. Ils mettaient en place une (nouvelle) saisi de terres indiennes.

Le destin murmura au guerrier : ‘vous ne pouvez pas résister à la tempête’ et le guerrier murmura en retour ; ‘Je suis la tempête’…

Notre terre ancestrale n’est pas leur pour vendre. Une propriété volée est vendue pour rembourser leur dette. En 1969, les affaires indiennes furent démantelées, notre terre saisie et vendue. Le plan fut modelé selon la politique de termination des États-Unis. Une politique qui fut éliminée par Lyndon Johnson et Nixon parce qu’elle violait les obligations de “traité”. Lisez le discours de Nixon à ce sujet. [http://todayinclh.com/?event=native-american-tribal-termination-is-wrong-president-nixon]

Des entités entrepreneuriales agressives s’emparent de nos terres. Pour parachever leur vol, elles doivent éliminer les liens naturels entre nous et notre terre qui existent depuis des temps immémoriaux et ce par des moyens illégaux.

Depuis son bureau ovale le président Trump a annoncé qu’il abandonnait tous nos titres de propriété pour que ce soit vendu aux plus offrants. Les chefs tribaux (NdT : de conseils élus via la loi fédérale indienne, c’est à dire des usurpateurs, sbires du gouvernement colonial fédéral) et CEOs étaient assis derrière lui afin de valider ce vol. Trump affirma faussement que la souveraineté de nos nations n’existaient pas parce que ce sont les contribuables américains qui soutiennent les INDIENS…

En 1969, il y eut un petit groupe au sein des communautés natives qui reçurent des positions importantes à travers le Canada. En 1970, la  National Indian Brotherhood (NIB) devint une entreprise. Ils ont aidé à l’établissement d’une commission d’appropriation des terres indiennes avec des avocats très agressifs et devinrent des agents immobiliers qui vendraient les terres indiennes. Bon nombre des intermédiaires dans ces affaires sont toujours en vie aujourd’hui. Ils travaillent toujours de manière rapprochée avec les Jésuites, le clergé et les agents indiens qui contrôlent nos communautés. Toute la terre au Canada appartient aux nations autochtones et est enregistrée aux affaires indiennes de Hull au Québec.

En 1969, le PM Pierre Trudeau proposa un brouillon législatif notoirement appelé le “white paper” (papier blanc)* afin de retirer toute protection des terres indiennes à travers le Canada de façon à ce qu’elles puissent être mises en vente sur le marché libre.

Ce white paper fut bloqué par Harold Cardinal de la nation Cree, qui rameuta avec succès les chefs traditionnels pour mettre fin à cette fraude. Les conspirateurs ont continué à organiser notre retrait de nos terres ainsi que toute protection légale.

D’après Kaianerekowa, la Grande Loi de la Paix, notre intérêt ne peut jamais être supprimé, Ono’warageh, l’Île de la Grande Tortue est notre droit naturel. Le gouvernement fédéral a une responsabilité fiduciaire au nom de la couronne de protéger ces terres. La protection devait être retirée en utilisant ces corps sociaux qu’ils ont établis comme entreprises dans les années 1960 et 70. Elles ont l’air d’organisations autochtones mais sont en fait des entreprises de l’industrie immobilière et foncière.

Aujourd’hui, la plupart des réserves indiennes sur l’Île de la Grande Tortue sont des entreprises privées des corps municipaux.

La loi de l’Indian Advancement Act fut mise en place en Octobre 1924 pour créer les camps de prisonniers de guerre d’aujourd’hui. D’après la Proclamation Royale de 1763, la terre ne pouvait jamais être la propriété de NON-INDIENS ou de corporation non autochtones. Ainsi, les noms originaux de ces holdings des terres autochtones furent changés. Kahnawake était auparavant “les Iroquois de Caughnawaga”. Awlkwasasne était “les Iroquois de St Régis”. Les nouveaux titres de propriété furent établis aux noms de membres de la communauté qui ensuite signeraient la vente de ces terres à des entités non-indiennes.

Plus tard, Caughnagawa fut changé en  “Mohawks de Kahnawake Inc”, une entreprise privée. Akwasasne fut changé “Conseil Mohawk d’Akwasasne Inc” ; HDI Haudenausaunee Development Institute Inc. des 6 nations a été récemment privatisé et est devenu une entreprise afin d’y être agence immobilière sur place.

Les gouvernements dans le monde entier ont été informés qu’ils pouvaient maintenant acheter la terre indienne au Canada parce que la terre n’appartient plus aux autochtones mais à ces entreprises privées.

Il y a quelques années, les Chinois sont venus à St Régis et ont dit qu’ils avaient acheté les îles sur le fleuve St Laurent, qui leur ont été vendu par une entité entrepreneuriale qui était maintenant “propriétaire” de la terre. Les gens n’étaient pas du tout au courant, ils se sont organisés et ont protesté et ont obtenu une annulation temporaire de la transaction.

Le Canada est en ce moment en train de donner des terres disputées comme par exemple le port à Cornwall au moyen de Mohawks Akwasasne Inc. qui a illégalement pris possession de cette terre.

Les Iroquois de St Régis n’ont jamais abandonné, laissé cette terre. La procédure que la couronne avait établi sous le sceau de la Proclamation Royale de 1763, a été violée. Toutes les cessions de terre doivent être faites publiquement avec tous les membres de la nation. Tous ceux qui ont des conflits d’intérêts doivent être présents, comprendre de quoi il retourne et donner leur accord ; autrement la transaction est nulle et sans aucune valeur.

Dans les litiges d’affirmation de propriété des terres, les véritables propriétaires sont court-circuités par ces nouvelle entreprises qui vendent notre terre à ces entités et gouvernements étrangers.

Toutes nos terres sur l’île de la Grande Tortue sont ou ont été incorporées vers un membre de façon à ce qu’ils puissent (illégalement) faire des transactions immobilières avec des étrangers. L’Amérique du Nord dans sa totalité est en train d’être vendue aux plus offrants dans le monde et ce en faisant retirer illégalement le lien que nous, les véritables peuples naturels et originels de ce sous-continent, avons avec l’ensemble de l’Île de la Grande Tortue.

Le président des États-Unis et le premier ministre canadien travaillent de concert pour devenir les top agents immobiliers pour vendre frauduleusement toute notre terre aux plus offrants.

~~~~▲~~~~

*En complément de lecture sur le sujet, l’article de Steven Newcomb du 30 mai 2017 Johnson vs McIntosh un monument de papier de la suprématie blanche.

Comme je l’explique dans mon billet cité en préambule ; L’autoroute des larmes :

Nous ne sommes pas coupables ni même responsables de ces horreurs, certes, mais maintenant que nous avons les preuves en main ne restons pas silencieux car alors nous serions complices, au même titre que les Gendarmes de la police montée, les GRC, qui ont délibérément abattu plus de 30 000 chiens de traineaux dans les années 1960 pour détruire le mode de vie nomade en tant que peuple chasseur de la Nation Iqaluit.

1960 est l’année de ma naissance, donc bien sûr que je ne suis pas coupable.

Mais dés lors que j’ai connaissance aujourd’hui de ce fait, si je ne dis rien, si je ne fais rien, je tue ces 30 000 chiens à nouveau, j’appuie sur la gâchette 30 000 fois…

Arrêtons de consentir ! Ouvrons-la nous aussi ! Dénonçons le financement de la colonisation par les banques françaises et les gros assureurs AXA et NATIXIS. Ne soyons plus complices, même passif, du Tuer l’indigène pour sauver l’homme, blanc et de surcroit chrétien…

JBL1960 le grain de sable qui enrayera la Machine à nous broyer…

Traduction de l’illustration « White-Warrior » issue de l’article original de MNN :

Le Destin murmura au guerrier, ‘qu’est-ce qui te garde éveillé la nuit ?’ et le guerrier lui murmura en retour, ‘RIEN, je garde les autres personnes éveillées la nuit’…

Et ici, sur ce blog, nous les petits RIENS, les grains de sable, les fourmis que nous sommes, nous tenons debout, aux côtés de nos frères et sœurs colonisés parce que nous savons qu’ensemble nous pouvons TOUT

 

Plein de petits riens peuvent TOUT !

Qu’on se le dise !

Arrêtons de consentir déjà ;

Retrouvons le pouvoir de dire NON puisque le pouvoir réside dans le Peuple ;

Et on comprend que ce devait être MacDeRoth, la Nouvelle Voix de Ses Maitres, et uniquement lui. Pas la Maréchal Nous Voilà, ni François le Pieux, ni Mélenchon, ni Hamon, ni François Asselineau qui voulait sortir de l’Europe mais aussi renforcer les pouvoirs de l’État par la nationalisation et ses pouvoirs régaliens.

Le vrai rôle incontestable de l’État, la raison d’être du pouvoir et des autorités, hors pensée anarchiste, sont les fonctions régaliennes : police, défense et justice ► https://www.contrepoints.org/2016/07/15/229013-letat-doit-assurer-le-regalien-police-defense-justice

L’État et ses institutions ne sont pas la solution mais plutôt LE problème et justement, ici, je développe une pensée anarchiste et plus précisément ; Anarcho-indigéniste ;

Dès lors que nous comprenons que nous « éveiller » c’est réaliser et abattre le plus grand fléau de l’humanité : Le colonialisme et ce par quoi il arrive : l’État !

Car l’État n’est en rien la société, il n’en est au mieux, qu’une caricature. La société elle, n’a aucun besoin de l’État pour exister.

Police et armés sont des institutions de l’État, donc des outils de la répression, le seul moyen est que ces fonctionnaires réalisent, pas dans leur totalité, c’est impossible, mais une certaine partie pouvant former une masse critique (les fameux 10% d’anti-systémistes) qu’ils viennent TOUS du peuple et qu’ils sont au service du peuple et non pas de l’État ==> Et qu’ils se positionnent « Crosses en l’air » car les 250 millions que l’État donne pour calmer les policiers, ce n’est pas pour qu’ils défendent la veuve et l’orphelin, non, mais pour éliminer le nouvel ennemi = Le chômeur, parce qu’il fait peur, parce qu’il nous renvoie à ce que celui ou celle qui travaille encore et pour combien de temps, craint le plus. Alors il faut comprendre, mieux, faire comprendre que nous sommes tous dans la même galère…

C’est en lisant Pierre Clastres notamment que nous comprenons que l’Humanité a vécu des millénaires sans propriété privée et toutes les sociétés traditionnelles au travers des continents ont toujours fonctionné sur le mode de propriété collective communale.

Et grâce à Résistance71 ; Pour le quarantenaire de la disparition de l’anthropologue politique trop méconnu et pourtant si pertinent Pierre Clastres, nous avons compilé ces derniers mois des extraits de ses ouvrages de conclusions de recherches en anthropologie politique. Pierre Clastres s’est spécialisé dans l’étude des sociétés premières, leur mode de fonctionnement politique et a démontré que contrairement à ce que prétend l’anthropologie orthodoxe d’une société humaine passant du stade “sauvage” sans structure politique (étatique) a une organisation achevée étatique, la société humaine primordiale et primitive n’est pas seulement une société sans État, mais une société qui refuse l’État et qui est donc contre l’État ; où l’État n’existe pas parce qu’il est impossible.

Il ne pouvait en rester Qu’UN ! Tel le Highlander…

Oui Jupiter 1er a été mis en place dans le fauteuil Élyséen pour exécuter LE PLAN et par n’importe quel moyen, et à n’importe quel prix, et il dit ce qu’il veut, même des zénormités car ils légitimeront TOUT. C’est en cela qu’il est dangereux car personne n’est à l’abri d’une connerie de sa part. Le gars qui « dab » parce qu’il est content d’être Zident, ben oui, ça fout les j’tons…

Imaginons un instant ;

  • « Euh ? C’est kwassa ce bouton rouge là ? Trump a le même sur son bureau et il commande des sodas frais en appuyant dessus !
  • J’peux faire pareil ?
  • Nan !!!
  • Boum, trop tard…
  • Et on peut se retrouver éparpiller façon puzzle.

Ou pas ;

Certes, n’attendons pas que la grille du N.O.M. se referme sur nos tronches et affutons notre réflexion car la difficulté majeure est bien de vaincre l’inertie de départ.

Mais ne perdons plus notre temps à vouloir combattre ce Jupiter de pacotille, élu à minima, qui comme prévu est là pour nous soumettre et nous mettre aussi et faire passer toutes ses lois sécuritaires à commencer par l’état d’urgence ► http://www.liberation.fr/direct/element/le-senat-vote-la-prolongation-de-letat-durgence-pour-la-6eme-et-derniere-fois_67184/

Mardi 4 juillet 2017 : 312 POUR – 22 CONTRE – 129 ABSTENTION

« Aujourd’hui, nous vous proposons de prolonger à nouveau l’état d’urgence pour pouvoir étudier le nouveau texte dans les meilleures conditions », a souligné devant les sénateurs le ministre de l’intérieur Gérard Collomb.

« Nous le reconduisons pour la sixième fois depuis la funeste nuit du 13 novembre 2015, non parce que nous nous serions laissés emporter par une dérive sécuritaire, mais parce que, à chaque fois que nous avons voulu y mettre fin, de nouvelles menaces ont exigé son maintien », a-t-il encore dit.

Voilà, y se cachent même plus, avouant qu’à chaque fois, très opportunément, il y a eu de nouvelles menaces réelles (avec des morts bien réels aussi) ce qui justifie de maintenir l’état d’urgence ad vitam æternam et comme déjà le disait Valls «  l’état d’urgence durera au moins une génération entière  » et en tout cas, tant que Daesh n’aura pas été détruit… Tenez les preuves que je ne délire pas, que je n’exagère rien sont !

Et comme les « on » ça osent tout et que c’est même à cela qu’on les reconnait ; Valls ose tout : Manuel Valls a expliqué ce mardi 4 juillet, dans « Bourdin direct » sur BFMTV et RMC, que les candidats aux législatives de la France insoumise de Jean-Luc Mélenchon étaient « dangereux pour notre démocratie et pour la République » À lire dans son intégralité sur Marianne ► Article + Vidéos ► https://www.marianne.net/politique/video-la-france-insoumise-danger-pour-la-democratie-ose-manuel-valls-chez-bourdin

Un nécessaire rappel de l’histoire ;

  • Le 10/07/1940, 80 parlementaires sur 649 ont voté CONTRE les pleins pouvoirs à Pétain !
  • Le 05/05/2015, 86 députés sur 524 ont dit NON à la surveillance généralisée des français !
  • Le 19/11/2015, 6 députés, 1 abstention, sur 551 ont voté contre la prolongation de l’état d’urgence de 3 mois… 551 députés ont voté POUR…
  • Le 13/12/2016, 32 parlementaires ont voté CONTRE la 5ème prolongation de l’état d’urgence 288 POUR…

Retrouver l’intégralité dans ce billet, mis à jour en décembre 2016 ► RÉVEILLEZ-VOUS

Si M. Édouard Philippe (Bilderberger 2016)   nous savons que nous ne sommes qu’une variable d’ajustement ICI et ;

Je vous rappelle que si nous sommes, pour la plupart des Sans-dents, nous ne sommes pas sans cerveau et surtout, surtout, nous savons lire ;

Nous consultons  la liste des licenciements mondiaux, que j’ai énormément relayée sur mon blog, ici, et que tient à jour Pierre Jovanovic sur son blog depuis février 2008, et on comprend sans aucun doute,  que nous ne sommes qu’une variable d’ajustement pour vous, et uniquement cela ;

LA LISTE DES LICENCIEMENTS SPÉCIALE « DÉBUT DES VACANCES 2017 » : TOUT VA POUR LE MIEUX !  du 4 au 8 juillet 2017 : On nettoie les effectifs juste avant les vacances, comme d’habitude depuis 9 ans. Personne ne peut se retourner, vacances obligent. Mais le plus drôle, si j’ose dire, est que même les parvenus sont fauchés. On le voit avec Jeff Koons qui licencie tout comme la marque de téléphone de luxe Vertu (entre 4.000 et 20.000 euros pour un tel qui va être dépassé dans 1 an), qui va annoncer son dépôt de bilan dans quelques jours ou semaines en raison des dizaines de millions d’impayés aux fournisseurs.Comme d’habitude, cette liste vous montre que l’effet domino du génocide économique n’est pas stoppable… Lire l’intégralité de la liste ► http://www.jovanovic.com/blog.htm

Idem, avec les vrais chiffres du chômage chaque mois par Patdu49 sur Agoravox ceux de mai 2017 ► Les vrais chiffres du chômage de Mai 2017 sous Jupiter 1er par Patdu49 et que je relaye depuis décembre 2015, ICI.

Alors, bien sûr chère Marine Toro vous n’êtes pas « rien » et vous l’avez fort bien dit dans cette vidéo que Voltigeur du site Les Moutons Enragés a relayée ;

Comme cette enseignante l’avait fait en publiant une vidéo sur cette page Facebook en mai 2016 lorsque Emmanuel Macron alors Ministre de l’Économie n’avait rien trouvé de mieux à dire que lorsqu’on veut un costard à 1200 € on avait qu’à bosser pour se le payer. Tenez, tout est et après l’affaire des costards à 15 000 € du Fillon, on se rend compte qu’il jouait petit bras finalement, non ?

MacDeRoth, dont le ciel de lit était probablement en TAFTA, n’est pas là pour nous comprendre. Il est là pour servir ses maitres, au mieux de leurs intérêts.

Et lorsque François Ruffin appelle à veauter pour Macron pour faire barrage au FHaine tout en promettant de le combattre dès le 8 mai au matin, lui qui avait tenu le micro sous le nez de Nicolas Doisy en 2012 lui confirmant ainsi que : quel que soit le Président élu il ou elle ferait ce que le Marché lui dira de faire comme casser le Code du Travail ou supprimer le CDI. Cela participe des mensonges voire des crimes d’État, tout simplement parce que ; Quiconque vote pour le système a voté et vote pour que celui-ci continue.

“Vous ne serez et ne demeurerez que des commodités aussi longtemps que l’empire existera…”
~ Russell Means, Oglala, Lakota ~

Parce que nous ne sommes que des commodités aussi longtemps que l’empire anglo-américain-christo-sioniste existera alors que nous pouvons le faire exploser et le remplacer par la Société des sociétés en procédant, par exemple, comme suit ;

Prise de conscience individuelle ► prise de conscience collective ► boycott et organisation parallèle ► désobéissance civile ► réorganisation politico-sociale ► changement de paradigme

Et pour autant, TOUT n’est pas à réinventer, à réécrire, juste changer radicalement notre mode pensée car nous avons bien compris, comme le disait Einstein que : « vous ne pouvez pas résoudre un problème en gardant le même processus mental » et plutôt que de combattre Macron, son gouvernement-carpette-serpillère, l’État et ses institutions : IGNORONS-LES !

Ignorons le Système ► Ignorons l’État et ses institutions ► Créons les bases solidaires de la Société des sociétés organique ► Réfléchissons et agissons en une praxis commune ► Adaptons le meilleur, le sublime de l’ANCIEN au NEUF

Rien ne nous empêche d’extraire le meilleur du meilleur d’anciens textes de Clastres plus haut, mais aussi d’Errico Malatesta comme cette version PDF {N° 32} de 55 pages du sublime chez Malatesta en s’appuyant sur de grands textes politiques fondateurs comme La Grande Loi de la Paix {PDF N° 21}, la 6ème déclaration Zapatiste de la Forêt de Lacandon {PDF N° 25}, le Manifeste du Confédéralisme Démocratique {PDF N°24} non pour en prôner une application Per se mais après étude approfondie adapter ce qui est adaptable notamment dans le domaine de l’horizontalité de la prise de décision politique et du schéma de la chefferie sans pouvoir ; Au Monde d’aujourd’hui, c’est à dire à l’aune de ce que nous savons et de ce que nous sommes ICI & MAINTENANT et surtout d’OÙ NOUS SOMMES…

L’avenir de l’humanité et le salut de l’Occident passent par les peuples occidentaux émancipés de l’idéologie et de l’action coloniales se tenant debout, main dans la main avec les peuples autochtones de tous les continents pour instaurer l’harmonie de la société des sociétés sur Terre…

Marchons, ensemble, côte à côte, sur le chemin de la révolution et de la réconciliation.

Soyons de minuscules grains de sable capables d’enrayer cette Machine à nous broyer…

Soyons des petits cailloux dans les escarpins vernis de ses BôMessieurs et Gentes Dames…

Soyons les petites étincelles puis les petites flammes capables d’embraser tout l’empire anglo-américano-christo-sioniste…

JBL1960

Pour retrouver tous les PDF numérotés de 1 à 32 (et plus à venir) à lire, télécharger ou imprimer gratuitement, dans cette page de mon blog ► LES PDF DE JBL1960

Source de l’image ► Pinterest

 

 

 

 

 

Sur le chemin de la révolution et de la réconciliation par Mohawk Nation News

Côte à Côte, coude à coude, épaule contre épaule…

Personne devant, personne derrière, personne au-dessus, parce qu’au-dessus c’est le soleil et par conséquent, personne en-dessous…

Résistance au colonialisme : chemin de la révolution et réCONciliation (Mohawk Nation News)

“Vous dites être le père et que je suis votre fils. Nous disons, nous ne serons pas comme père et fils, mais plutôt comme des frères. Cette ceinture Wampum confirme nos paroles. Ces deux rangées vont symboliser nos deux vies ou nos deux vaisseaux, descendant la rivière ensemble. L’un est un canoë d’écorce de bouleau et représente Onkwe’hon:we, leurs lois, leurs coutumes et leurs façons de vivre ; l’autre, un navire représentant le peuple blanc avec leurs lois, leurs coutumes et leurs façons de vivre. Nous voyagerons ensemble sur la rivière, côte à côte, mais chacun dans son embarcation. Aucun de nous ne fera des lois obligatoires ou n’interfèrera dans les affaires intérieures de l’autre. Aucun de nous n’essaiera de diriger l’embarcation de l’autre.”

“Aussi longtemps que le soleil brillera sur cette terre sera le temps de durée de NOTRE  accord, aussi longtemps que l’eau coulera et aussi longtemps que l’herbe demeurera verte à certaines périodes de l’année. Maintenant nous avons symbolisé cet accord qui nous liera pour toujours aussi longtemps que notre terre-mère est toujours en mouvement.”

~ Traité Wampum Deux Rangées entre le peuple Rotinoshonni (iroquois) et le peuple hollandais de 1613  ~

“Après avoir souffert au-delà de la souffrance, la nation rouge se relèvera de nouveau et ce sera alors une bénédiction pour un monde devenu bien malade. Un monde empli de promesses brisées, d’égoïsme et de séparations. Un monde se languissant de lumière. Je vois une époque de sept générations lorsque toutes les couleurs de l’humanité se rassembleront sous l’arbre sacré de la vie et la terre entière redeviendra de nouveau un cercle unique. Ce jour là, il y aura ceux parmi les Lakota qui porteront la connaissance et la compréhension de l’unité parmi tous les êtres vivants et les jeunes gens blancs viendront vers ceux de mon peuple pour leur demander de leur dispenser leur sagesse. Je salue la lumière dans tes yeux, là où réside l’univers entier. Car quand tu es au centre de toi-même et que je suis également en cet endroit en mon sein, alors nous serons un.”
~ Tasunke Witko, Crazy Horse, Cheval Fou, chef de guerre Oglala, Sioux ~

L’avenir de l’humanité passe par les peuples occidentaux émancipés de l’idéologie et de l’action coloniales, se tenant debout, main dans la main avec les peuples autochtones de tous les continents pour instaurer l’harmonie de la société des sociétés sur terre. Il n’y a pas de solutions au sein du système, n’y en a jamais eu et n’y en aura jamais !

Résistance 71 – URL de l’article ► https://resistance71.wordpress.com/2017/07/03/resistance-au-colonialisme-chemin-de-la-revolution-et-reconciliation-mohawk-nation-news/

Le chemin de la révolution

Mohawk Nation News | 29 juin 2017 | URL de l’article original en anglais ► http://mohawknationnews.com/blog/2017/06/29/revolution-road/

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

La loi martiale est arrivée ici il y a plus de 500 ans, nous emprisonnant sur notre propre terre. La masse des gens ne peut pas arrêter tout cela en marchant et en priant. La république de la guerre américaine continue de nous voler. Comment préservons-nous nos générations futures de ce génocide continuel ? La peur et la confusion font partie de l’illusion.

Nous n’avons jamais été conquis. Nous sommes un peuple. Ces tortionnaires et ceux qui les aident seront arrêtés et mis en échec. Onowe’regeh, l’Île de la Grande Tortue, sera épurée de ces sales rats. Personne au monde ne devrait mourir de leurs sales mains. Nous chérissons toute vie, des vies innocentes ne seront plus prises ni abusées en utilisant notre terre comme base ou nos ressources afin de faire des armes de destruction massive.

Ceux qui sont tués, affamés et qui sacrifient leurs vies pour survivre sont innocents et ne sont pas des terroristes. Fermer des organes de presse et menacer d’attaquer la Corée du Nord, la Syrie et l’Iran au moyen de frappes préventives sont des provocations de guerre.

Les Américains sont mentalement préparés à subir la loi martiale. Des assassins payés se livreront à leur génocide.

Un holocauste médical est en cours de préparation afin de réduire la population. Beaucoup mourront par design, de manière planifiée.

Les Américains sont psychologiquement conditionnés pour croire et faire confiance en leurs politiciens et leurs médias, de les croire et de ne rien faire. Les États-Unis sont dirigés par une clique de psychopathes sans aucune conscience.

La violence est le moyen d’intimider et de contrôler les gens. Nous nous défendrons. Ils entendent bien ce que nous disons. La république de la guerre tremble devant la Grande PaixKaia’nere:kowa. Les Américains suivent toujours le leader, celui qui a 51% de majorité. La lame de l’arme de guerre est la dette.

Nous avons toujours résisté à la tyrannie, nous reprendrons ce qui nous appartient, la terre, les ressources, l’air et l’eau. Nous avons toujours testé la lame de l’ennemi. Des millions de nos ancêtres ont vécu et sont morts dans ce vaste programme de meurtre de masse ; nous nous rappelons de leur enseignement. Il ne peut pas y avoir de dialogue entre un tueur et sa victime. L’ennemi doit quitter l’Île de la Grande Tortue ; nous n’en appellerons jamais à ces criminels.

Nous n’acceptons pas la règle entrepreneuriale (coloniale) qui commet le meurtre en plein jour ou n’importe quand. Nous aurons la liberté parce que nous n’avons aucune crainte de nous dresser pour et avec notre terre-mère.

Les dirigeants ont un grand plan, celui de causer une grande crise aux États-Unis même et dans le monde afin que les gens deviennent désespérés. Pas de couverture sociale, médicale, les sénateurs en vacances d’été, tout peut arriver.

Trois types de gens rejoignent l’armée : des patriotes eux-mêmes provenant d’une famille militaire, des chômeurs désespérés et des tueurs en série psychopathes, à qui on donne le feu vert pour tuer hommes, femmes et enfants. Comme lorsqu’ils sont arrivés ici. Plein d’opportunités pour les violeurs ; ce commandant en chef (NdT : Trump…) s’attend à avoir une occasion en or en mettant en place la loi martiale.

RéCONciliation

Mohawk Nation News | 1er juillet 2017 | URL de la source ► http://mohawknationnews.com/blog/2017/07/01/reconsillyation/

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

Il ne peut pas y avoir de réconciliation tant que les criminels ne sont pas jugés pour leurs nombreux crimes horribles. Canada Inc. est une entreprise coloniale privée. Notre terre est frauduleusement saisie par la couronne (NdT: City de Londres et sa Banque d’Angleterre/Vatican) et occupée par ses colons.

Le programme est de nous faire abandonner tout ce qui est nôtre et de nous faire disparaître. Canada Inc, essaie de maquiller le grand vol, les assassinats et la brutalité perpétrée sur Onkwe’onweh, le véritable peuple naturel de l’Île de la Grande Tortue. Nous devons être absorbés dans le corps politique colonial comme si nous n’avions jamais existé.

Les tribunaux, la police et l’armée veulent continuer à saisir nos enfants et nos bébés pour leurs programmes d’abus systémiques. Le vaste réseau d’aide sociale est formé psychologiquement pour mouler nos enfants dans la matrice de l’abus, de la victimisation et de la mort. Les juges, les enseignants, les avocats, la police sont des figures d’autorité qui nous disent qu’ils nous sauvent de nous-mêmes afin que nous puissions être de “bons INDIENS canadiens”.

Nous sommes englués dès notre plus jeune âge alors que nous sommes jeunes et naïfs. Viols, pédophilie, drogue, problèmes sociaux sont insufflés afin de nous contrôler, de nous troubler et de réduire notre nombre. Les colons ne se sont jamais tenus de notre côté parce qu’ils bénéficient de ce programme. Le seul requis pour émigrer ici sans problème est un gros compte en banque et un plan d’action commerciale.

Les écoles conditionnent les académies déguisées en entité éducative.

Briser notre culture et notre identité continue de faire partie de leur plan d’action commerciale.

La politique canadienne est d’enterrer le passé et de cacher la preuve des atrocités commises, comme par exemple avec la Commission Vérité et Réconciliation (CVR) * qui veut faire disparaître les preuves du meurtre systémique de nos enfants.

Nous ne coopérerons pas sur les cadavres violés et assassinés de nos enfants et familles. Nous ne la fermerons pas.

L’armée et les voyous payés travaillent en ce moment même ensemble pour mettre au point des tactiques et protéger cette colonie perverse.

Le monde doit savoir à propos de ce génocide continuel. Plus de maquillage par la corporation.

Les règles entrepreneuriales sont faites pour que les entreprises gagnent et qu’aucun de ces fascistes ne soit punit pour ses crimes.

Les criminels seront mis en accusation. Ces assassinats prendront fin. Ce qui nous fut fait et notre destinée le furent pour nous détruire et nous faire disparaître à tout jamais. Aujourd’hui, nous sommes toujours sur cette terre, de la même manière que nos ancêtres le furent depuis le début des temps.

La dure et profonde vérité est en chemin. Écoutez cette chanson vieille de 75 ans par les Mighty Mohawks au sujet du territoire de Kahnawake (NdT : chanson sur l’article original en anglais). La guerre n’est jamais terminée tant que la hache de guerre n’est pas enterrée et que la Grande Loi de la Paix ne triomphe.

*Dernière version  du Contre-rapport de la Commission Vérité & Réconciliation dont R71 a traduit l’essentiel en français et que j’ai réunifié dans un PDF {N°1} de 58 pages, intitulé « Meurtre Par Décret – le crime de génocide au Canada » et mis à jour le 30 mai dernier.

Vous pouvez lire sur ce blog, de très nombreux articles de la Nation Mohawk comme ce dernier sur la célébration du 1er juillet 2017, commémorant le meurtre, le vol des terres ordonnés par les hommes en jupe et non par Dieu lui même comme cela prévaut toujours, aujourd’hui et dans tout l’empire anglo-américain-christo-sioniste ► 1er juillet 1867 – 1er juillet 2017 : les festoyeurs de Génocide…

Auquel le vieux Kissinger par exemple, appartient, affirmant, sans rire, que « l’idée de dominer le Monde fait presque partie de l’ADN des États-Unis » et c’est précisément ce que nous démontons ici, patiemment, en amplifiant les Voix Anticoloniales Autochtones des Amériques au 21ème siècles

J’ai, pour ma part, rédigé un billet très complet sur la nécessité de rompre avec le présupposé raciste, eugéniste et totalement mortifère qui dès 1492 ordonna de « Tuer l’indigène pour sauver l’homme » blanc et de surcroit chrétien ► https://jbl1960blog.wordpress.com/2017/06/25/tuer-lindigene-pour-sauver-lhomme/

Tout comme les Natifs ne la fermeront pas, OUVRONS-LA au contraire ;

ICI & MAINTENANT & D’OÙ NOUS SOMMES

Tenons-nous aux côtés de nos frères et sœurs indigènes et enclenchons un nouveau paradigme ► SANS DIEUX, NI MAÎTRES, et surtout SANS ARMES, NI HAINE, NI VIOLENCE car ça c’est leur truc depuis toujours et si nous ne les arrêtons pas, pour les siècles et les siècles…

Comme je l’ai expliqué dans mon billet, hier, n’attendons pas d’entendre le bruit de la grille se refermer sur nos tronches, parce qu’il sera trop tard alors que nous pouvons prendre la tangente sur le chemin de la révolution et de la réconciliation

JBL1960

 

 

 

N’attendons pas d’entendre le bruit de la grille se fermer sur nos tronches…

Clac, klang, slang…

Parce que c’est bien parti !

C’est sur les rails notamment depuis que la Saint-Cricq a confirmé, à la téloche au jité de France2, qu’il fallait repérer ceux qui n’étaient pas Charlie parce qu’ils estimaient que cela ne les concernait pas, les traiter, les rééduquer pour les réintégrer, ou pas dans la République…

Paul Craig Roberts avait déjà prévenu par cet article sur l’état de l’Amérique d’aujourd’hui ! Le 30 janvier 2015…

Et bien sûr, les adeptes du « wait and see » peuvent toujours attendre pour voir, parce que c’est tout vu…

La preuve ;

Nouvel Ordre Mondial : État policier en surmultipliée… La fin programmée de la vie privée

Et surtout ne faites pas l’erreur classique de balayer cette info du revers de la main en pensant : « Bah ! C’est chez les yankees, rien à voir avec nous… » Si vous croyez vivre en « démocratie » aujourd’hui, si vous avez cru vivre en « démocratie » hier, et penser que rien ne changera demain, vous êtes dans le déni total de réalité. La NSA yankee travaille main dans la main avec Google, Yahoo et Amazon, c’est a dire… Google.fr, yahoo.fr et amazon.fr… L’entité entrepreneuriale impérialiste planétaire œuvre pour l’avènement du Nouvel Ordre Mondial et son état corporatif global de contrôle et de répression. Le goulag électronique via les gadgets aussi inutiles que liberticides est déjà sur nous. La grille n’est pas encore verrouillée, ils y travaillent, mais il ne tient qu’à nous de les empêcher de nous la fermer en pleine tronche.

Qu’on se le dise !

~ Résistance 71 ~

Lectures connexes :

« Que faire ? Comment sortir de la marche vers la tyrannie globale ? » (R71, 2010)

« Eugénisme et contrôle de la population » (R71, 2010)

« fascisme global et nouvel ordre mondial » (R71, 2010)

« La révolution des médias alternatifs et le fuselage de la toile » (R71, 2012)

« Les 4 piliers de la résistance au Nouvel Ordre Mondial » (R71, 2014)

L’ère de la fin de la vie privée : L’état policier passe la surmultipliée

John W. Whitehead | 27 juin 2017 | URL de l’article original ► http://www.informationclearinghouse.info/47338.htm

 

Traduit de l’anglais par Résistance 71 ► https://resistance71.wordpress.com/2017/07/02/nouvel-ordre-mondial-etat-policier-en-surmultipliee-la-fin-programmee-de-la-vie-privee/

Le gouvernement est devenu expert pour trouver des moyens d’éviter ce qu’il considère comme des “lois gênantes” faites pour assurer la responsabilité et donc par là-même amener (NdT: un semblant de) transparence et protection à la vie privée des citoyens. En fait, il a maîtrisé l’art de la manœuvre furtive de la magouille autour de la constitution.

Il sait parfaitement bien comment planquer ses activités néfastes et clandestines derrière le langage classifié de la sécurité nationale / raison d’état et du terrorisme. Et quand cela ne suffit pas, il complique, obscurcit  et simplement enfume le public afin de le maintenir dans le noir et l’ignorance.

Point important : L’Agence Nationale de la Sécurité ou NSA a détourné “le trafic internet qui est normalement sous la protection de la constitution, vers l’étranger afin de pouvoir extraire toutes les données informatiques possibles, sans retenues, sur les citoyens américains.”

C’est une nouvelle fois un programme de rendition extraordinaire, sauf que cette fois-ci, ce n’est plus la torture qui est sous-traitée à l’étranger pour l’empire, mais c’est la surveillance des citoyens.

De la même manière que le gouvernement avait transféré son programme de torture hors du pays afin de contourner la loi interdisant cette méthode sur le sol américain, il fait exactement la même chose avec ses programmes de surveillance. Il doit juste pousser les données au-delà de la frontière afin de “contourner les garde-fous statutaires et constitutionnels protégeant la vie privée des citoyens américains.”

Le crédit pour cette chose revient à l’administration Obama, qui a sorti le décret 12333 autorisant la collecte des données informatiques des Américains par des systèmes de surveillance établis en sol étranger.

Utilisant cette logique, le gouvernement a justifié le hacking de données d’environ 180 millions d’utilisateurs depuis les centres de données de Google et de Yahoo chaque mois, simplement parce que les données voyagent internationalement au moyen de câbles de fibre optique. Le programme de la NSA, au nom de code MUSCULAR, est mené de concert avec le renseignement britannique (NdT: MI6, GCHQ).

Pas surprenant que la NSA semble se moquer de la loi sur la liberté des USA (Freedom Act), qui était supposé mettre un terme à la collecte pour le moins controversive par la NSA des meta-données des communications des Américains.

La NSA avait déjà trouvé un moyen de parvenir au même résultat (espionner les communications des Américains) sans être enchaînée par les branches législative ou judiciaire du gouvernement.

Le USA Freedom Act n’était juste qu’un placebo ayant pour fonction d’amadouer les citoyens et de laisser les politiciens prendre un peu de crédit pour avoir réformer la surveillance de masse qui avait lieu. En d’autres termes, c’était une escroquerie, un bâillon politique appliqué sur un public bien naïf si désespéré de continuer à croire qu’il vivait toujours dans une république constitutionnelle plutôt que dans un trou, une république bananière hors de contrôle, contrôlée par les entités entrepreneuriales, économiquement appauvrie, corrompue, va t’en guerre et militarisée à outrance.

En fait, plus d’un an avant que les politiciens ne tentent de rapiécer nos droits privés déjà mortellement blessés avec ce sparadrap législatif qu’est la loi sur la liberté (Freedom Act), des chercheurs de l’université de Harvard et de celle de Boston avaient documenté les vides juridiques secrets qui permettaient aux agents du gouvernement de contourner, de court-circuiter les protections relatives au 4ème amendement de la constitution et de perpétrer une surveillance domestique de masse sur les citoyens américains.

Parce que, cette collecte de données informatiques qui se déroule maintenant depuis l’étranger, n’est en fait qu’une toute petite pièce du gros gâteau qu’est la surveillance.

Le gouvernement et ses associés privés des entreprises idoines ont un véritable arsenal de programmes de surveillance qui vont continuer à fonctionner essentiellement de manière secrète, continuant la collecte de données et la mise sous surveillance illégale de centaines de millions de coups de téléphones et de communications des Américains, de courriels, de textos etc et ce loin de l’observation du congrès et des contribuables qui eux sont forcés de financer ce vaste business engrangeant des milliards de dollars, ainsi que des budgets d’opérations secrètes.

En d’autres termes, l’état policier de la surveillance est bel et bien en vie et est en train de réduire en miette l’idée même d’avoir une vie privée aux États-Unis.

Chaque jour qui passe, le citoyen américain lambda vaquant à ses occupations quotidiennes est surveillé, espionné et tracé de plus de 20 façons différentes à la fois par le gouvernement mais aussi par les yeux et les grandes oreilles du monde de l’entreprise.

Que vous marchiez dans une galerie marchande, conduisiez votre véhicule, lisiez vos courriels ou parliez au téléphone avec des amis ou votre famille, vous pouvez être certain qu’une agence gouvernementale, que ce soit la NSA ou une autre entité du renseignement, vous écoute et traque vos comportements. Ceci ne touche même pas aux traceurs du monde du business qui traquent vos achats, votre comportement sur la toile, vos posts Facebook et Twitter et autres activités qui se déroulent dans la sphère cybernétique.

Nous sommes maintenant parties d’un état policier totalement achevé qui est en train de rapidement sauter des vitesses sous les auspices de l’état de surveillance généralisée.

Non content de transformer la police locale en des extensions de l’armée, le DHS, le ministère de la justice et le FBI travaillent afin de transformer les policiers de la nation en techno-guerriers, à la panoplie complète, possédant des scanners de l’iris de l’œil, des scanners corporels, des engins à imagerie thermique, effet doppler, des programmes de reconnaissance faciale, lecteurs de plaque d’immatriculation “intelligente”, des outils stingray pour les cellulaires et bien plus encore…

Ajoutez à cela les centres de fusion (NdT : gigantesques centres de centralisation de données qui gèrent le territoire américain par zones…), les réseaux de surveillance intégrés des municipalités, les “nuages”/clouds de données stationnés de manière très utile à l’étranger par Amazon et Google, des drones équipés de systèmes d’imagerie thermique et les banques de données biométriques et vous avez là un monde ou la vie privée n’est plus réservée qu’aux agences de gouvernement.

Ainsi, la “techno-tyrannie” de la NSA devient la cadet de nos soucis. Un gouvernement qui ment, triche, vole, contourne la loi et s’absout lui-même de toute faute, ne peut pas/plus être réformé de l’intérieur (NdT : ce qui rejoint ce que nous disons depuis des années déjà: Il n’y a pas de solutions au sein du système, il n’y en a jamais eu et n’y en aura jamais…) .

Bien des présidents et des gouvernements sont passés dans le cours des 60 années d’existence de la NSA, mais aucun d’eux n’est parvenu, n’a voulu fermer le système de surveillance sur les communications des Américains.

Même avec des restrictions sur sa capacité à collecter des quantités énormes de méta-données téléphoniques et informatiques, le gouvernement et ses agences de renseignement variées, de la NSA au FBI, peut toujours employer un nombre infini de méthodes pour surveiller illégalement les Américains, toutes étant plus invasives que le programme de collecte de données.

Pratiquement toutes les branches du gouvernement, de la poste au fisc et chaque agence entre eux, possèdent leur propre secteur de surveillance, autorisé à espionner les citoyens américains. On ne touche même pas là à la complicité du secteur privé qui nous achète et nous vend du berceau à la tombe, jusqu’à ce que nous n’ayons plus aucune données valables à collecter. De fait, Facebook, Amazon et Google sont les principaux concurrents du gouvernement en ce qui concerne la surveillance des citoyens, lisant vos courriels, traquant vos achats, exploitant vos commentaires sur les réseaux sociaux et remettant ces informations au gouvernement.

Peu de consommateurs comprennent quelles données sont partagées, avec qui, et comment l’information est utilisée”, rapporte le quotidien du Los Angeles Times. “La plupart des Américains émet un filet d’échappement de données personnelles numériques, ce qu’ils recherchent, ce qu’ils achètent, avec qui ils communiquent, où sont-ils, tout ceci est capturé et exploité de manière pratiquement régulée.”

Ce n’est pas seulement ce que nous disons, où nous allons et ce que nous achetons qui est traqué. On nous surveille jusqu’au plus profond de nos gênes, grâce à une combinaison de logiciels particulièrement efficace avec du hardware et des collecteurs de données qui analysent nos caractéristiques biométriques, nos visages, nos iris, nos voix, notre matériel génétique, même notre corpulence, les passent dans des programmes informatiques qui vont ramener les données à un “identifiant” unique, puis ils vont les offrir au gouvernement et à ses associés en affaire pour utilisation idoine.

Tous ces gadgets électroniques connectés sur internet que nous devons posséder (le magazine Forbes se réfère à ces gizmos comme des “conduits de processus de données corporelles intimes”), les montres intelligentes qui peuvent mesurer votre pression sanguine et les smart phones qui nous laissent payer nos achats avec des scans de l’iris ou de nos empreintes digitales, sont en train de nous enfermer dans un meilleur des mondes duquel on ne peut échapper ni se cacher.

Par exemple, imaginez ce que la NSA pourrait faire (et fait sûrement déjà) avec la technologie de la reconnaissance vocale, qui a été comparée aux empreintes digitales. Décrite comme “le prochaine bataille contre la surveillance publique devenue trop confiante”, la collecte d’empreintes vocales est devenue une industrie porteuse à la fois pour le gouvernement et le secteur privé.

Comme le dit le journal britannique du Guardian “Les données vocales biométriques pourraient être utilisées pour localiser précisément un individu. Il y a déjà des discussions avancées sur le fait de placer des détecteurs et enregistreurs vocaux dans les espaces publics… de multiples récepteurs pourraient trianguler la voix de quelqu’un pour identification et révéler leur position dans de tous petits endroits.”

Soudainement, le programme de collecte de méta-données téléphoniques de la NSA devient de la petite bière comparé à ce qui se profile à l’horizon.

C’est bien entendu, tout le nœud de l’affaire.

La NSA n’est qu’une petite partie ombrageuse de l’état profond qui comprend des bureaucrates non élus qui sont au lit avec des entreprises privées qui gèrent Washington DC et qui travaillent pour nous maintenir tous sous étroite surveillance et donc sous contrôle.

Par exemple, Google travaille et coopère ouvertement avec la NSA, Amazon a construit une énorme base de données valant 600 millions de dollars pour la CIA et les industries de la communication gagnent un paquet de fric sur notre dos en nous espionnant pour le gouvernement. En d’autres termes, Corporate America se remplit les poches en aidant le gouvernement dans ses efforts de surveillance domestique des citoyens.

Nous avons été bloqué à chaque virage dans notre quête de transparence, de responsabilité et de gouvernement représentatif par la culture du secret de nos gouvernements, par les budgets secrets et les décisions de justice secrètes, tout cela existant totalement hors de notre contrôle, fonctionne hors de notre connaissance et ne répond en rien aux demandes de “nous, le peuple.”

De manière incroyable, il y a toujours des individus qui insistent sur le fait de n’avoir rien à craindre de la police, de l’état policier et qu’ils n’ont rien à cacher à la surveillance d’état, parce qu’ils n’ont rien fait de mal. Pour ces quelques ceux, sécurisés dans leurs délires, que ceci soit un avertissement. Il n’y a pas d’endroit sûr ni d’alibi infaillible.

Le danger que pose l’état policier et de surveillance américain s’applique à nous tous de manière égale: hors-la-loi et citoyens tranquilles de la même manière, noirs et blancs, riches et pauvres, libéraux et conservateurs, cols bleus-cols blancs et toute autre différence à laquelle vous pourriez penser.

Comme clarifié dans mon livre : Battlefield America : The War on the American People, dans une ère du trop plein de lois, de trop de prisons, de trop d’espions gouvernementaux et de trop d’entreprises avides de gagner du fric abondamment et rapidement aux dépends des contribuables, nous sommes tous coupables de déroger à quelque chose d’une manière ou d’une autre.

Éventuellement, nous en souffrirons tous les mêmes conséquences dans les camps de concentration électroniques qui nous entourent.

Juriste constitutionnel et écrivain John W. Whitehead est le fondateur et président du Rutherford Institute.

~~~~►◄~~~~

Une fois compris que l’Occident soutient le terrorisme et que MacDeRoth est un cheval de Troie américain placé  à l’Élysée pour continuer les Mensonges et Crimes d’État et en toutes impunités, parce que c’est leur ProOojeeEeettt ! On comprend que c’est LE Plan surtout ; Remettre les compteurs à Z et par tous les moyens !

LA PREUVE

Maintenant c’est vous qui voyez !

Nous pouvons affuter notre réflexion et prendre la tangente, ensemble…

Demain est en nous ; Et ils le savent et c’est pourquoi ils passent la surmultipliée…

JBL1960

 

 

 

1er juillet 1867 – 1er juillet 2017 : les festoyeurs de Génocide…

Né un 1er juillet…

Les occupants illégaux du Canada/Québec Incorporate Société Entrepreuneriale festoient aujourd’hui sur la terre volée aux Natifs/Indigènes/Autochtones de l’Île de la Grande Tortue qu’ils ont génocidés systématiquement depuis octobre 1492. Bien que le “Canada” existait auparavant, sa date de naissance officielle est le 1er juillet 1867. Sa création officielle fut décrétée par le document du British North America Act ou BNAA, aussi appelé la “constitution” du Canada.

Alors on danse ?

Mohawk Nation News   qui est la Nation première la plus représentée sur le territoire de l’Île de la Grande Tortue a interpellé les Canadiens et Québecois de papier le 12 juin dernier dans ce billet leur demandant s’ils étaient prêts pour ça ► Canadiens & Québécois de papier, prêts à festoyer ?

Ou pas…

Et nous avons notre réponse…

« Célébrer le 1er juillet comme jamais auparavant »

10 H Messe d’action de grâce

12 H Programmation de la réaffirmation de la citoyenneté

https://feteducanadaquebec.com/

Aujourd’hui plus que jamais le Canada, le Québec célèbrent sa domination absolue sur les Natifs exterminés, génocidés jusqu’en 1996 comme cela fut prouvé et documenté par un documentaire « Unrepentant » en VOSTFR de Kevin Annet co-auteur du Contre-Rapport à la Commission Vérité et Véconciliation « MEURTRE PAR DÉCRET » dont l’essentiel a été traduit en français par Résistance71 et que vous pouvez retrouver en version PDF {N°1} que j’ai mise à jour le 31/05 dernier ► Meurtre Par Décret – Le crime du génocide au Canada, version PDF de 58 pages.

Lorsque l’Éternel, ton dieu, t’auras fait entrer dans le pays dont tu vas prendre possession et qu’il chassera devant toi beaucoup de nations et que tu les auras battues alors tu devras les détruire entièrement.

Tu ne traiteras point d’alliance avec elles, et tu ne leur feras point grâce, tu ne laisseras la vie sauve à aucun d’entre eux.

Voici au contraire comment tu agiras à leur égard : tu renverseras leurs autels, tu briseras leurs statues, tu abattras leurs idoles et leurs arbres et tu les brûleras au feu.

Car tu es un peuple choisi par l’Éternel, ton dieu, entre tous les peuples qui sont sur la face de la terre.

ANCIEN TESTAMENT DE LA BIBLE – DEUTERONOMY 7: 1-2, 5-6

Et ici, nous savons, grâce au Dr. Ashraf Ezzat que la genèse,   récit biblique, le mythe du peuple élu et de la terre promise ne sont que des mensonges, des mythes et une énorme falsification historique ! Les preuves dans ce PDF N° 3 de 47 pages « Du mythe biblique à la réalité archéologique »

Voilà la justification divine du « TUER L’INDIGÈNE POUR SAUVER L’HOMME » blanc et de surcroit chrétien qui va être célébré lors de la Messe d’action de grâce ce 1er juillet 2017 à 10 heures…

Voilà comment est né l’Âge de la Découverte par les invasions et l’oppression coloniales du « nouveau monde », de l’Afrique, de l’Asie et de l’Océanie sur Ordre divin dès 1455 avec la bulle Romanus Pontifex qui prédispose : d’envahir, de rechercher, de capturer, de vaincre et de subjuguer tous Sarrasins et païens que ce soient et tout autre ennemi du Christ où qu’il soit et les royaumes et duchés et principautés et colonies et possessions et tous biens mobiles ou immobiles en leur possession ainsi que de réduire leurs personnes en esclavage perpétuel et d’appliquer et de s’approprier pour lui-même, ses héritiers et successeurs lesdits royaumes, duchés, principautés, colonies, possessions et biens et de les convertir en ses biens et profits…

Voilà ce que célèbre chaque année à Thanksgiving l’empire anglo-américano-christo-sioniste. Comme lorsqu’il commémore le Colombus Day, ou Jour de la Découverte, ou Día de la Raza ! Ou encore lors des spectacles dans les écoles célébrant les « Pères Fondateurs » esclavagistes/envahisseurs/exterminateurs et voilà pourquoi l’Amérique moderne en est là aujourd’hui qu’elle s’est construite sur le meurtre, le vol et l’assurance de sa supériorité sur le reste du monde et pour les siècles et les siècles…

Nous pouvons faire tomber l’empire, sans arme, ni haine ni violence juste par la force de nos convictions et à la vitesse de la chute libre par la débaptisation en récusation de la doctrine chrétienne de la découvert ; 1er acte de résistance, puis enclencher un nouveau paradigme sans dieux, ni maitres en lien avec tous les peuples autochtones de la Terre…

1867-2017 : 150ème anniversaire du Canada, entreprise coloniale, ou la célébration du génocide…

Définition du génocide par l’ONU :

D’après la Convention sur la Prévention et la Répression du crime de Génocide de l’ONU, le génocide est défini dans l’article 2 comme étant “des actes commis avec l’intention de détruire, en partie ou en totalité, un groupe racial, ethnique, national ou religieux.” Décrit par l’ONU comme un “crime odieux”, un génocide peut être commis de l’une de ces façons: en assassinant les membres de ce groupe, en causant de sérieuses blessures physiques ou mentales, en infligeant des conditions de vie telles que la destruction du groupe est assurée, en empêchant les naissances dans le groupe et / ou en forçant le transfert des enfants de ce groupe vers un autre groupe.

Note de Résistance 71: Bien que le “Canada” existait auparavant, sa date de naissance officielle est le 1er juillet 1867. Sa création officielle fut décrétée par le document du British North America Act ou BNAA, aussi appelé la “constitution” du Canada. A cette date, le Canada est devenu un royaume dans l’empire britannique sous le nom officiel de Dominion of Canada, toujours directement dépendant de la “couronne” britannique (c’est à dire de la City de Londres et de sa Banque d’Angleterre/Vatican). Le Canada n’est devenu plus indépendant qu’en 1982 avec le Canada Act, date à laquelle il a pu commencer à émettre des passeports non britanniques. Néanmoins, la souveraine actuelle du Dominion du Canada est la reine Élisabeth II d’Angleterre, elle est la commandante en chef de l’armée canadienne. Le grand patron du Canada est le gouverneur général, nommé par le souverain britannique et qui lui rend directement compte par le truchement du Privy Council de la couronne, conseil spécial du monarque gouvernant. Aucune décision politique ou économique impliquant le Canada au niveau international ne peut être prise sans l’aval du GG et donc de la couronne. La reine Élisabeth II a déjà plusieurs fois au cours de son règne dissout le parlement canadien. Elle est la “chef de l’état” officiel du Canada et toute loi ou action politique passées par le gouvernement canadien ne le sont qu’en son nom. Pour être naturalisé “canadien” il faut prêter allégeance au monarque britannique. Alors le Canada, indépendant ? Foutaise totale !… Le Canada entreprise coloniale de la “couronne” (City de Londres et sa Banque d’Angleterre/Vatican) ? très certainement et aujourd’hui peut-être plus que jamais. Comme les États-Unis, l’Australie, la Nouvelle-Zélande et les pays du “Commomwealth”, le Canada est une colonie, établie sur la base du vol, du génocide perpétuel, sous des formes diverses ; les pensionnats pour Indiens ayant assassiné plus de 50 000 enfants autochtones entre la moitié du XIXème siècle et 1996, date de fermeture du dernier de ces ignobles camps de la mot. (cf. “Meurtre par décret, le crime de génocide au Canada”, contre-rapport de la Commission Vérité et Réconciliation, 2016)

lire : « Païens en terre promise, décoder la doctrine chrétienne de la découverte » (Steven Newcomb, 2008)

Sur mon blog PDF N°4  « Païens en Terre Promise » en version PDF de 53 pages. Traduction par R71 en français de l’essentiel du livre de Steven Newcomb « Pagans in the Promise Land » paru aux Éditions Fulcrum en 2008

◄►

La célébration du 150ème anniversaire du Canada est la célébration du génocide des indigènes

Pamela Palmater | 29 mars 2017 | URL de l’article : https://warriorpublications.wordpress.com/2017/03/30/canada-150-is-a-celebration-of-indigenous-genocide/

Repris de ► https://nowtoronto.com/news/canada-s-150th-a-celebration-of-indigenous-genocide/

Traduit de l’anglais par Résistance 71 – URL de l’article de traduction ► https://resistance71.wordpress.com/2017/07/01/150eme-anniversaire-du-canada-entreprise-coloniale-ou-la-celebration-du-genocide/

Par Pamela Palmater, Now Toronto, 29 Mars 2017

Pour bien des peuples indigènes de l’île de la Grande Tortue (Amérique du Nord), il est très difficile d’imaginer le premier ministre Justin Trudeau, qui a dit “aucune relation n’est plus importante pour le Canada que celle avec ses peuples autochtones”, célébrant les dernières 150 années de colonisation brutale et la fondation de ce qui est maintenant connu sous le nom de Canada. (NdT : en réalité une entreprise coloniale de la “couronne” ou City de Londres et sa Banque d’Angleterre et du Vatican..)

Cette année, le gouvernement fédéral planifie de dépenser plus d’un demi milliard de dollars sur des festivités marquant le 150ème anniversaire de la création du Canada.
Dans le même temps, des services sociaux essentiels pour les Nations Premières pour soulager les dures conditions dûes à la crise socio-économique pour les peuples premiers atteint des records historiques de sous-financement. Non seulement le Canada refuse de partager le butin tiré de son propre piratage de la terre, mais il utilise ce même butin pour célébrer sa bonne fortune. Sans ambage, chaque explosion de feu d’artifice, chaque hot dog et morceau du gâteau de 150ème anniversaire du Canada seront payés avec le sang du génocide des peuples et cultures indigènes.

Beaucoup d’endroits luttent et ont du mal avec les origines génocidaires de la nation.

A Halifax, le comité éducatif a voté pour changer le nom du collège Cornwallis, parce que la personne qui a donné son nom à l’école, Edward Cornwallis, fut responsable de la mise en place du système de récompenses monétaires pour chaque scalp de membres de la nation Mik’maq, ce qui entraîna bien des morts.

De la même manière, à Toronto, l’université Ryerson est soumise à enquête pour le nom d’Egerton Ryerson, un fervent soutien des pensionnats pour Indiens où des dizaines de milliers d’enfants autochtones moururent de morts atroces et violentes.

Même les très “célèbres cinq” femmes, portées au pinacle depuis longtemps comme championnes des droits de la femme ont vu leur statut d’héroïnes révisé à cause de leur grand soutien à la cause de la stérilisation des femmes indigènes. Célébrer le génocide n’est pas ce qu’on pourrait considérer comme une valeur canadienne moderne.

Tandis que l’utilisation du terme “génocide” pour décrire le traitement réservé par le Canada aux peuples indigènes a créé un grand débat animé, il y a toujours eu une certaine reconnaissance du fait qu’au minimum, le Canada était coupable de “génocide culturel” (NdT: terme impropre car un génocide ne peut être que physique, l’anthropologue et ethnologue français Robert Jaulin a défini l’annihilation ou l’assimilation culturelle coloniale comme étant un ethnocide, terme plus propice quant à ce qui touche au culturel…), même si les individus ne pouvaient pas accepter de plus sinistres intentions.

L’ancien premier ministre canadien Paul Martin a dit à la Commission Vérité et Réconciliation (CVR), qu’il était temps d’appeler la politique derrière le programme des pensionnats pour Indiens, “génocide culturel” [ethnocide].

La juge de la cour suprême du Canada Berverley McLachlin a pesé sur le bilan négatif concernant les droits de l’Homme du Canada en disant que le programme des pensionnats pour Indiens était bien une tentative de commettre un “génocide culturel” contre les peuples autochtones.

Alors que ces commentaires furent faits avant la publication du rapport de la CVR fin 2015, ils levèrent des questions dans la sphère publique au sujet du comment reconnaître le génocide lorsque ce n’est pas quelque chose comme l’Holocauste ou le génocide du Rwanda.

Malgré la nature ultra-sensible de l’affirmation de génocide, la CVR alla plus loin après avoir enquêté sur les archives historiques, disant que la totalité des politiques envers les peuples autochtones représentait un génocide physique, biologique et culturel (ethnocide).

La partie la plus difficile dans le discours public se rapportant au génocide perpétré est que les Canadiens ne sont pas en possession de tous les faits et détails de l’affaire.

Beaucoup de gens font encore l’erreur de croire que le génocide ne se produit que lorsque des millions de personnes sont massacrés dans des camps de concentration. On ne leur enseigne pas à l’école la véritable histoire des atrocités commises contre les peuples autochtones, qui dans le temps, ont résulté en des millions de victimes. Certaines universités enseignent les recherches et études sur le génocide sans jamais mentionner le processus de colonisation mortifère du Canada.

La véritable histoire néanmoins, montre que même après avoir signé des traités avec les nations premières, des lois furent votées au Canada offrant des récompenses pour les scalps d’hommes, de femmes et d’enfants indigènes. La plupart des négociations de traités furent conduites sous des conditions de famine ou de menaces de violence à l’encontre des nations premières et on doit toujours garder présent à l’esprit que ceci sont les faits historiques du comment le Canada est devenu le Canada.

“La politique indienne” fut fondée sur l’acquisition des terres indigènes et de leurs ressources naturelles tout en réduisant les obligations financières compensatoires envers ces mêmes peuples. La méthodologie principale fut soit l’assimilation ou l’élimination. Ces actes incluaient le confinement des peuples autochtones dans de petites réserves en leur interdisant de chasser, de pêcher ou de subvenir aux besoins de leurs familles, les forçant à vivre sur des rations maintenues maigres et insuffisants, ce qui causa de nombreuses morts par famine ou par immuno-déficience menant à une haute mortalité suite à épidémies (NdT: les maladies comme la tuberculose et la variole étant le plus souvent introduites volontairement au sein des communautés dont les systèmes immunitaires avaient au préalable été affaiblis par le manque de nourriture…)

Ceci ne s’arrêta pas là. D’autres actes génocidaires inclurent la stérilisation forcée des femmes autochtones et des petites filles et le vol de masse des enfants indigènes, dont un très grand nombre fut physiquement et sexuellement abusé, des expériences médicales faites sur cobayes humains, torturés et affamés dans les pensionnats pour Indiens, menant à la mort de dizaines de milliers d’entre eux (NdT : cf notre traduction de “Meurtre par décret, le crime de génocide au Canada”, le contre-rapport de la CVR, publié par le TIDC en 2016)

C’est ainsi que le gouvernement du Canada a nettoyé la terre pour les fermes, les mines, l’extraction pétrolière et le “développement” de la terre. Le Canada ne serait simplement pas le riche pays qu’il est, un des meilleurs pays à vivre au monde, si ce n’était pas grâce à l’extraction des peuples indigènes de la source de richesse du Canada.

Le vrai crime n’est pas seulement l’incapacité et le manque de volonté du Canada de redresser ses torts passés (NdT : et présents…)

Aujourd’hui, toujours plus d’enfants autochtones sont saisis de leurs familles et mis dans des familles d’accueil qu’au faîte de la période cruelle des pensionnats pour Indiens. La sur-incarcération des hommes indigènes, des femmes et des enfants, continue à un rythme des plus alarmant. Alors même que la population autochtone ne représente que 4% de la population, certaines prisons contiennent presque 100% de détenus autochtones.

Le gouvernement fédéral et les agences des forces de l’ordre (NdT : polices locales, provinciales et fédérale = GRC -) ont permis la crise des disparitions et des assassinats des femmes et jeunes filles indigènes de continuer sans pratiquement aucune intervention, ceci suggérant une certaine complicité dans toutes ces disparitions et morts violentes.

Le premier ministre a parlé durant les cérémonies du Jour National Aborigène en 2016 au sujet de “l’importance de la réconciliation et du processus de vérité” afin de cicatriser la relation du Canada avec ses peuples et nations premiers.

Il n’a absolument aucun droit de parler de réconciliation avant même que de prendre les étapes nécessaires pour faire amende honorable. Le Canada n’a aucun droit de demander à quiconque d’entre nous d’aller de l’avant tant que le premier ministre et ceux des provinces n’endorsent la responsabilité de ce que leurs institutions ont fait et continuent de faire aux peuples indigènes. Aucune exposition d’art autochtone, de chants et de danses traditionnels durant la célébration du 150ème anniversaire du Canada n’arrêtera la douleur et la souffrance inter-générationnelle au sein de nos peuples, les suicides, les abus policiers, les standards de soins de santé, la décrépitude des logements, le manque d’accès aux conditions sanitaires, à l’eau potable ou de l’extinction de la vaste majorité des langues autochtones.

Peut-être que le Canada devrait devenir bien plus humble, prendre du recul, annuler ses plans et faire le dur chemin nécessaire pour faire amende honorable sur son héritage. Alors nous pourrions tous célébrer la vision du traité originel de respect mutuel, de prospérité et de protection mutuelles envisionnés par nos ancêtres. Jusqu’à ce que ceci soit réalisé, je ferai l’impasse sur le gâteau…

Pamela Palmater est une membre de la nation Mik’maq de l’Eel river Bar First Nation. Elle a pratiqué la loi indigène depuis plus de 18 ans et est en ce moment professeure associée et détentrice de la chaire de gouvernance indigène de la faculté de science politique de l’université Ryerson (Ontario)

◄|►

Bien avant d’ouvrir ce blog, j’avais procédé au reniement de mon baptême et en récusation de la doctrine chrétienne de la découverte comme je l’explique en détail dans cette page de mon blog FAIRE TOMBER L’EMPIRE.

R71 a lancé un appel à mouvement pour abolir cette doctrine et faire tomber l’empire anglo-américain-christo-sioniste ► https://resistance71.wordpress.com/abolir-lempire-mouvement-pour-la-repudiation-de-la-doctrine-chretienne-de-la-decouverte/ et comme en a fait une énième demande Steven Newcomb au pape François 1er  comme illustré dans son livre « Païens en Terre Promise » nous prouvons ainsi qu’il n’y a jamais eu en aucun lieu ni Terre promise ni peuple élu, jamais, nulle part…

►◄

Et nous affirmons, ICI & MAINTENANT, Samedi 1er juillet 2017 que nous voulons vivre libres aux côtés de nos frères et sœurs toujours colonisés.

Nous refusons de consentir au jeu mortifère qu’on nous force à jouer.

Nous sommes tous des colonisés, aussi luttons ensemble contre cette même oligarchie qui nous oppresse tous depuis trop longtemps, car nous avons les preuves de la compromission totale de nos gouvernements, de l’État comme de l’occident tout entier ► L’occident soutient le terrorisme ! par Daniel Vanhove + analyse JBL1960

Le salut de l’occident viendra des peuples qui briseront les chaines du colonialisme, ensemble

JBL1960

Illustration issue de l’article Ici-Radio-Canada