1er juillet 1867 – 1er juillet 2017 : les festoyeurs de Génocide…

Né un 1er juillet…

Les occupants illégaux du Canada/Québec Incorporate Société Entrepreuneriale festoient aujourd’hui sur la terre volée aux Natifs/Indigènes/Autochtones de l’Île de la Grande Tortue qu’ils ont génocidés systématiquement depuis octobre 1492. Bien que le “Canada” existait auparavant, sa date de naissance officielle est le 1er juillet 1867. Sa création officielle fut décrétée par le document du British North America Act ou BNAA, aussi appelé la “constitution” du Canada.

Alors on danse ?

Mohawk Nation News   qui est la Nation première la plus représentée sur le territoire de l’Île de la Grande Tortue a interpellé les Canadiens et Québecois de papier le 12 juin dernier dans ce billet leur demandant s’ils étaient prêts pour ça ► Canadiens & Québécois de papier, prêts à festoyer ?

Ou pas…

Et nous avons notre réponse…

« Célébrer le 1er juillet comme jamais auparavant »

10 H Messe d’action de grâce

12 H Programmation de la réaffirmation de la citoyenneté

https://feteducanadaquebec.com/

Aujourd’hui plus que jamais le Canada, le Québec célèbrent sa domination absolue sur les Natifs exterminés, génocidés jusqu’en 1996 comme cela fut prouvé et documenté par un documentaire « Unrepentant » en VOSTFR de Kevin Annet co-auteur du Contre-Rapport à la Commission Vérité et Véconciliation « MEURTRE PAR DÉCRET » dont l’essentiel a été traduit en français par Résistance71 et que vous pouvez retrouver en version PDF {N°1} que j’ai mise à jour le 31/05 dernier ► Meurtre Par Décret – Le crime du génocide au Canada, version PDF de 58 pages.

Lorsque l’Éternel, ton dieu, t’auras fait entrer dans le pays dont tu vas prendre possession et qu’il chassera devant toi beaucoup de nations et que tu les auras battues alors tu devras les détruire entièrement.

Tu ne traiteras point d’alliance avec elles, et tu ne leur feras point grâce, tu ne laisseras la vie sauve à aucun d’entre eux.

Voici au contraire comment tu agiras à leur égard : tu renverseras leurs autels, tu briseras leurs statues, tu abattras leurs idoles et leurs arbres et tu les brûleras au feu.

Car tu es un peuple choisi par l’Éternel, ton dieu, entre tous les peuples qui sont sur la face de la terre.

ANCIEN TESTAMENT DE LA BIBLE – DEUTERONOMY 7: 1-2, 5-6

Et ici, nous savons, grâce au Dr. Ashraf Ezzat que la genèse,   récit biblique, le mythe du peuple élu et de la terre promise ne sont que des mensonges, des mythes et une énorme falsification historique ! Les preuves dans ce PDF N° 3 de 47 pages « Du mythe biblique à la réalité archéologique »

Voilà la justification divine du « TUER L’INDIGÈNE POUR SAUVER L’HOMME » blanc et de surcroit chrétien qui va être célébré lors de la Messe d’action de grâce ce 1er juillet 2017 à 10 heures…

Voilà comment est né l’Âge de la Découverte par les invasions et l’oppression coloniales du « nouveau monde », de l’Afrique, de l’Asie et de l’Océanie sur Ordre divin dès 1455 avec la bulle Romanus Pontifex qui prédispose : d’envahir, de rechercher, de capturer, de vaincre et de subjuguer tous Sarrasins et païens que ce soient et tout autre ennemi du Christ où qu’il soit et les royaumes et duchés et principautés et colonies et possessions et tous biens mobiles ou immobiles en leur possession ainsi que de réduire leurs personnes en esclavage perpétuel et d’appliquer et de s’approprier pour lui-même, ses héritiers et successeurs lesdits royaumes, duchés, principautés, colonies, possessions et biens et de les convertir en ses biens et profits…

Voilà ce que célèbre chaque année à Thanksgiving l’empire anglo-américano-christo-sioniste. Comme lorsqu’il commémore le Colombus Day, ou Jour de la Découverte, ou Día de la Raza ! Ou encore lors des spectacles dans les écoles célébrant les « Pères Fondateurs » esclavagistes/envahisseurs/exterminateurs et voilà pourquoi l’Amérique moderne en est là aujourd’hui qu’elle s’est construite sur le meurtre, le vol et l’assurance de sa supériorité sur le reste du monde et pour les siècles et les siècles…

Nous pouvons faire tomber l’empire, sans arme, ni haine ni violence juste par la force de nos convictions et à la vitesse de la chute libre par la débaptisation en récusation de la doctrine chrétienne de la découvert ; 1er acte de résistance, puis enclencher un nouveau paradigme sans dieux, ni maitres en lien avec tous les peuples autochtones de la Terre…

1867-2017 : 150ème anniversaire du Canada, entreprise coloniale, ou la célébration du génocide…

Définition du génocide par l’ONU :

D’après la Convention sur la Prévention et la Répression du crime de Génocide de l’ONU, le génocide est défini dans l’article 2 comme étant “des actes commis avec l’intention de détruire, en partie ou en totalité, un groupe racial, ethnique, national ou religieux.” Décrit par l’ONU comme un “crime odieux”, un génocide peut être commis de l’une de ces façons: en assassinant les membres de ce groupe, en causant de sérieuses blessures physiques ou mentales, en infligeant des conditions de vie telles que la destruction du groupe est assurée, en empêchant les naissances dans le groupe et / ou en forçant le transfert des enfants de ce groupe vers un autre groupe.

Note de Résistance 71: Bien que le “Canada” existait auparavant, sa date de naissance officielle est le 1er juillet 1867. Sa création officielle fut décrétée par le document du British North America Act ou BNAA, aussi appelé la “constitution” du Canada. A cette date, le Canada est devenu un royaume dans l’empire britannique sous le nom officiel de Dominion of Canada, toujours directement dépendant de la “couronne” britannique (c’est à dire de la City de Londres et de sa Banque d’Angleterre/Vatican). Le Canada n’est devenu plus indépendant qu’en 1982 avec le Canada Act, date à laquelle il a pu commencer à émettre des passeports non britanniques. Néanmoins, la souveraine actuelle du Dominion du Canada est la reine Élisabeth II d’Angleterre, elle est la commandante en chef de l’armée canadienne. Le grand patron du Canada est le gouverneur général, nommé par le souverain britannique et qui lui rend directement compte par le truchement du Privy Council de la couronne, conseil spécial du monarque gouvernant. Aucune décision politique ou économique impliquant le Canada au niveau international ne peut être prise sans l’aval du GG et donc de la couronne. La reine Élisabeth II a déjà plusieurs fois au cours de son règne dissout le parlement canadien. Elle est la “chef de l’état” officiel du Canada et toute loi ou action politique passées par le gouvernement canadien ne le sont qu’en son nom. Pour être naturalisé “canadien” il faut prêter allégeance au monarque britannique. Alors le Canada, indépendant ? Foutaise totale !… Le Canada entreprise coloniale de la “couronne” (City de Londres et sa Banque d’Angleterre/Vatican) ? très certainement et aujourd’hui peut-être plus que jamais. Comme les États-Unis, l’Australie, la Nouvelle-Zélande et les pays du “Commomwealth”, le Canada est une colonie, établie sur la base du vol, du génocide perpétuel, sous des formes diverses ; les pensionnats pour Indiens ayant assassiné plus de 50 000 enfants autochtones entre la moitié du XIXème siècle et 1996, date de fermeture du dernier de ces ignobles camps de la mot. (cf. “Meurtre par décret, le crime de génocide au Canada”, contre-rapport de la Commission Vérité et Réconciliation, 2016)

lire : « Païens en terre promise, décoder la doctrine chrétienne de la découverte » (Steven Newcomb, 2008)

Sur mon blog PDF N°4  « Païens en Terre Promise » en version PDF de 53 pages. Traduction par R71 en français de l’essentiel du livre de Steven Newcomb « Pagans in the Promise Land » paru aux Éditions Fulcrum en 2008

◄►

La célébration du 150ème anniversaire du Canada est la célébration du génocide des indigènes

Pamela Palmater | 29 mars 2017 | URL de l’article : https://warriorpublications.wordpress.com/2017/03/30/canada-150-is-a-celebration-of-indigenous-genocide/

Repris de ► https://nowtoronto.com/news/canada-s-150th-a-celebration-of-indigenous-genocide/

Traduit de l’anglais par Résistance 71 – URL de l’article de traduction ► https://resistance71.wordpress.com/2017/07/01/150eme-anniversaire-du-canada-entreprise-coloniale-ou-la-celebration-du-genocide/

Par Pamela Palmater, Now Toronto, 29 Mars 2017

Pour bien des peuples indigènes de l’île de la Grande Tortue (Amérique du Nord), il est très difficile d’imaginer le premier ministre Justin Trudeau, qui a dit “aucune relation n’est plus importante pour le Canada que celle avec ses peuples autochtones”, célébrant les dernières 150 années de colonisation brutale et la fondation de ce qui est maintenant connu sous le nom de Canada. (NdT : en réalité une entreprise coloniale de la “couronne” ou City de Londres et sa Banque d’Angleterre et du Vatican..)

Cette année, le gouvernement fédéral planifie de dépenser plus d’un demi milliard de dollars sur des festivités marquant le 150ème anniversaire de la création du Canada.
Dans le même temps, des services sociaux essentiels pour les Nations Premières pour soulager les dures conditions dûes à la crise socio-économique pour les peuples premiers atteint des records historiques de sous-financement. Non seulement le Canada refuse de partager le butin tiré de son propre piratage de la terre, mais il utilise ce même butin pour célébrer sa bonne fortune. Sans ambage, chaque explosion de feu d’artifice, chaque hot dog et morceau du gâteau de 150ème anniversaire du Canada seront payés avec le sang du génocide des peuples et cultures indigènes.

Beaucoup d’endroits luttent et ont du mal avec les origines génocidaires de la nation.

A Halifax, le comité éducatif a voté pour changer le nom du collège Cornwallis, parce que la personne qui a donné son nom à l’école, Edward Cornwallis, fut responsable de la mise en place du système de récompenses monétaires pour chaque scalp de membres de la nation Mik’maq, ce qui entraîna bien des morts.

De la même manière, à Toronto, l’université Ryerson est soumise à enquête pour le nom d’Egerton Ryerson, un fervent soutien des pensionnats pour Indiens où des dizaines de milliers d’enfants autochtones moururent de morts atroces et violentes.

Même les très “célèbres cinq” femmes, portées au pinacle depuis longtemps comme championnes des droits de la femme ont vu leur statut d’héroïnes révisé à cause de leur grand soutien à la cause de la stérilisation des femmes indigènes. Célébrer le génocide n’est pas ce qu’on pourrait considérer comme une valeur canadienne moderne.

Tandis que l’utilisation du terme “génocide” pour décrire le traitement réservé par le Canada aux peuples indigènes a créé un grand débat animé, il y a toujours eu une certaine reconnaissance du fait qu’au minimum, le Canada était coupable de “génocide culturel” (NdT: terme impropre car un génocide ne peut être que physique, l’anthropologue et ethnologue français Robert Jaulin a défini l’annihilation ou l’assimilation culturelle coloniale comme étant un ethnocide, terme plus propice quant à ce qui touche au culturel…), même si les individus ne pouvaient pas accepter de plus sinistres intentions.

L’ancien premier ministre canadien Paul Martin a dit à la Commission Vérité et Réconciliation (CVR), qu’il était temps d’appeler la politique derrière le programme des pensionnats pour Indiens, “génocide culturel” [ethnocide].

La juge de la cour suprême du Canada Berverley McLachlin a pesé sur le bilan négatif concernant les droits de l’Homme du Canada en disant que le programme des pensionnats pour Indiens était bien une tentative de commettre un “génocide culturel” contre les peuples autochtones.

Alors que ces commentaires furent faits avant la publication du rapport de la CVR fin 2015, ils levèrent des questions dans la sphère publique au sujet du comment reconnaître le génocide lorsque ce n’est pas quelque chose comme l’Holocauste ou le génocide du Rwanda.

Malgré la nature ultra-sensible de l’affirmation de génocide, la CVR alla plus loin après avoir enquêté sur les archives historiques, disant que la totalité des politiques envers les peuples autochtones représentait un génocide physique, biologique et culturel (ethnocide).

La partie la plus difficile dans le discours public se rapportant au génocide perpétré est que les Canadiens ne sont pas en possession de tous les faits et détails de l’affaire.

Beaucoup de gens font encore l’erreur de croire que le génocide ne se produit que lorsque des millions de personnes sont massacrés dans des camps de concentration. On ne leur enseigne pas à l’école la véritable histoire des atrocités commises contre les peuples autochtones, qui dans le temps, ont résulté en des millions de victimes. Certaines universités enseignent les recherches et études sur le génocide sans jamais mentionner le processus de colonisation mortifère du Canada.

La véritable histoire néanmoins, montre que même après avoir signé des traités avec les nations premières, des lois furent votées au Canada offrant des récompenses pour les scalps d’hommes, de femmes et d’enfants indigènes. La plupart des négociations de traités furent conduites sous des conditions de famine ou de menaces de violence à l’encontre des nations premières et on doit toujours garder présent à l’esprit que ceci sont les faits historiques du comment le Canada est devenu le Canada.

“La politique indienne” fut fondée sur l’acquisition des terres indigènes et de leurs ressources naturelles tout en réduisant les obligations financières compensatoires envers ces mêmes peuples. La méthodologie principale fut soit l’assimilation ou l’élimination. Ces actes incluaient le confinement des peuples autochtones dans de petites réserves en leur interdisant de chasser, de pêcher ou de subvenir aux besoins de leurs familles, les forçant à vivre sur des rations maintenues maigres et insuffisants, ce qui causa de nombreuses morts par famine ou par immuno-déficience menant à une haute mortalité suite à épidémies (NdT: les maladies comme la tuberculose et la variole étant le plus souvent introduites volontairement au sein des communautés dont les systèmes immunitaires avaient au préalable été affaiblis par le manque de nourriture…)

Ceci ne s’arrêta pas là. D’autres actes génocidaires inclurent la stérilisation forcée des femmes autochtones et des petites filles et le vol de masse des enfants indigènes, dont un très grand nombre fut physiquement et sexuellement abusé, des expériences médicales faites sur cobayes humains, torturés et affamés dans les pensionnats pour Indiens, menant à la mort de dizaines de milliers d’entre eux (NdT : cf notre traduction de “Meurtre par décret, le crime de génocide au Canada”, le contre-rapport de la CVR, publié par le TIDC en 2016)

C’est ainsi que le gouvernement du Canada a nettoyé la terre pour les fermes, les mines, l’extraction pétrolière et le “développement” de la terre. Le Canada ne serait simplement pas le riche pays qu’il est, un des meilleurs pays à vivre au monde, si ce n’était pas grâce à l’extraction des peuples indigènes de la source de richesse du Canada.

Le vrai crime n’est pas seulement l’incapacité et le manque de volonté du Canada de redresser ses torts passés (NdT : et présents…)

Aujourd’hui, toujours plus d’enfants autochtones sont saisis de leurs familles et mis dans des familles d’accueil qu’au faîte de la période cruelle des pensionnats pour Indiens. La sur-incarcération des hommes indigènes, des femmes et des enfants, continue à un rythme des plus alarmant. Alors même que la population autochtone ne représente que 4% de la population, certaines prisons contiennent presque 100% de détenus autochtones.

Le gouvernement fédéral et les agences des forces de l’ordre (NdT : polices locales, provinciales et fédérale = GRC -) ont permis la crise des disparitions et des assassinats des femmes et jeunes filles indigènes de continuer sans pratiquement aucune intervention, ceci suggérant une certaine complicité dans toutes ces disparitions et morts violentes.

Le premier ministre a parlé durant les cérémonies du Jour National Aborigène en 2016 au sujet de “l’importance de la réconciliation et du processus de vérité” afin de cicatriser la relation du Canada avec ses peuples et nations premiers.

Il n’a absolument aucun droit de parler de réconciliation avant même que de prendre les étapes nécessaires pour faire amende honorable. Le Canada n’a aucun droit de demander à quiconque d’entre nous d’aller de l’avant tant que le premier ministre et ceux des provinces n’endorsent la responsabilité de ce que leurs institutions ont fait et continuent de faire aux peuples indigènes. Aucune exposition d’art autochtone, de chants et de danses traditionnels durant la célébration du 150ème anniversaire du Canada n’arrêtera la douleur et la souffrance inter-générationnelle au sein de nos peuples, les suicides, les abus policiers, les standards de soins de santé, la décrépitude des logements, le manque d’accès aux conditions sanitaires, à l’eau potable ou de l’extinction de la vaste majorité des langues autochtones.

Peut-être que le Canada devrait devenir bien plus humble, prendre du recul, annuler ses plans et faire le dur chemin nécessaire pour faire amende honorable sur son héritage. Alors nous pourrions tous célébrer la vision du traité originel de respect mutuel, de prospérité et de protection mutuelles envisionnés par nos ancêtres. Jusqu’à ce que ceci soit réalisé, je ferai l’impasse sur le gâteau…

Pamela Palmater est une membre de la nation Mik’maq de l’Eel river Bar First Nation. Elle a pratiqué la loi indigène depuis plus de 18 ans et est en ce moment professeure associée et détentrice de la chaire de gouvernance indigène de la faculté de science politique de l’université Ryerson (Ontario)

◄|►

Bien avant d’ouvrir ce blog, j’avais procédé au reniement de mon baptême et en récusation de la doctrine chrétienne de la découverte comme je l’explique en détail dans cette page de mon blog FAIRE TOMBER L’EMPIRE.

R71 a lancé un appel à mouvement pour abolir cette doctrine et faire tomber l’empire anglo-américain-christo-sioniste ► https://resistance71.wordpress.com/abolir-lempire-mouvement-pour-la-repudiation-de-la-doctrine-chretienne-de-la-decouverte/ et comme en a fait une énième demande Steven Newcomb au pape François 1er  comme illustré dans son livre « Païens en Terre Promise » nous prouvons ainsi qu’il n’y a jamais eu en aucun lieu ni Terre promise ni peuple élu, jamais, nulle part…

►◄

Et nous affirmons, ICI & MAINTENANT, Samedi 1er juillet 2017 que nous voulons vivre libres aux côtés de nos frères et sœurs toujours colonisés.

Nous refusons de consentir au jeu mortifère qu’on nous force à jouer.

Nous sommes tous des colonisés, aussi luttons ensemble contre cette même oligarchie qui nous oppresse tous depuis trop longtemps, car nous avons les preuves de la compromission totale de nos gouvernements, de l’État comme de l’occident tout entier ► L’occident soutient le terrorisme ! par Daniel Vanhove + analyse JBL1960

Le salut de l’occident viendra des peuples qui briseront les chaines du colonialisme, ensemble

JBL1960

Illustration issue de l’article Ici-Radio-Canada

Publicités

9 réflexions sur « 1er juillet 1867 – 1er juillet 2017 : les festoyeurs de Génocide… »

  1. http://www.lemonde.fr/big-browser/article/2017/06/30/pourquoi-les-canadiens-se-moquent-eperdument-des-150-ans-du-canada_5153587_4832693.html

    Le Canada fêtera, samedi 1er juillet, la création de la Confédération canadienne, il y a cent cinquante ans. Mais, à dire vrai, les citoyens de ce vaste pays ont l’air de s’en moquer un peu, comme l’explique le New York Times. Les quelques tentatives de célébrer l’événement ont tourné au fiasco.
    L’anniversaire du Canada colonisé

    Ces « 150 ans » sont ceux de la réunion des provinces canadiennes conquises un siècle plus tôt par la France et l’Angleterre, la Confédération du 1er juillet 1867. Mais la population indigène ou « autochtone » y vit depuis bien plus longtemps. Les 150 ans du Canada sont donc d’abord l’anniversaire du Canada colonisé.

    L’événement commémoré est loin de mériter tambours et trompettes, commente Stephen Marche dans le New York Times :

    J'aime

  2. Voilà qui explique bien des choses et que l’on dénonce ici, aux côtés des Natifs, Nations premières et peuples autochtones de tous les continents : http://www.alterinfo.net/notes/Kissinger-L-idee-de-dominer-le-monde-fait-presque-partie-de-l-ADN-des-Etats-Unis_b15283388.html
    L’ancien diplomate et politologue américain juge que les difficultés que Russes et Américains rencontrent actuellement dans leurs relations viennent de leurs différences historiques de la perception du monde.

    Le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov a rencontré l’ancien secrétaire d’Etat américain Henry Kissinger, responsable américain à l’origine de la politique de détente vis-à-vis de l’URSS dans les années 1970. Les deux hommes ont échangé leurs points de vue concernant les perspectives des relations russo-américaines et certains des problèmes régionaux qui font l’actualité.

    «L’idée de dominer le monde fait presque partie de l’ADN de la politique étrangère américaine», a déclaré l’ancien diplomate en ouverture de son discours concernant l’état actuel des relations russo-américaines. Il a prétendu que l’autodétermination des deux pays au cours de ces deux derniers siècles étaient à la source des difficultés auxquelles ils font aujourd’hui face. Il a souligné que dans la hiérarchie mondiale, les Etats-Unis avaient tendance à ne pas toujours se poser comme un leader, mais comme le leader, tandis que la Russie prenait le rôle du défenseur et avocat d’un ordre mondial basé sur les principes de la religion, puis sur les principes marxistes.

    «Historiquement, la Russie était concentrée sur la défense d’un immense territoire peu peuplé, avec une petite quantité de frontières naturelles et des voisins puissants. La sécurité était au centre de ses préoccupations autant à Moscou qu’à Saint-Pétersbourg. […] Les Etats-Unis, au contraire, une fois leur position dominante établie en Amérique du Nord, leurs frontières ont été physiquement sécurisées», a expliqué Henry Kissinger.

    Pourtant, malgré ces différences de perception du monde, Moscou et Washington ont l’opportunité d’entamer un dialogue constructif, d’après l’ancien secrétaire d’Etat. «Nous devons savoir ce que nous cherchons à éviter, ce que nous voudrions accomplir et devons commencer par nous promettre de tendre vers une évolution pacifique et constructive où aucune partie n’adopte de mesures visant à nuire à l’autre ou à obtenir un avantage spécifique», a-t-il conclu, plaidant pour la recherche d’une «issue de coopération».

    Source RT https://francais.rt.com/international/40438-kissinger-idee-dominer-monde-fait-presque-partie-adn-etats-unis

    Pourquoi presque, non, comme on peut le lire plus haut avec le DEUTERONOMY 7: 1-2, 5-6 c’est comme cela que l’empire anglo-américano-christo-sioniste s’est construit…

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s